WHISPERS DOWN THE LANE ✿
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
Avez-vous entendu parler de la foire d’automne ? Je crois que c’est la Mairie qui a mis ça en place. Je me réjouis de voir tout cela : il y a des animations pour les enfants, des stands d’artistes, je crois qu’ils vont monter une pièces de théâtre aussi. Sans compter que les commerçants et restaurateurs locaux proposent de bonnes choses à manger…Il y a toujours quelque chose à y faire, peut-être que ça vous plairait. Retrouvez le résumé détaillé de l’intrigue ici !
Tenby, novembre 2020
8°C/11°C ♣ Alors que l’hiver s’approche à grands pas, l’automne s’est bien installée et la pluie balaye régulièrement Tenby. Le fameux brouillard anglais se fait de plus en plus fréquent, alors que les pêcheurs espacent leurs sorties en mer. Quelques tempêtes sont à prévoir, ne vous promenez pas trop en front de mer par grand vent !
La foire fait l’objet de toutes sortes de rumeurs…Tout cela va être riche en événements. C'est toujours une telle joie de voir de l'animation à Tenby, en plus Et puis on a besoin de souffler un peu après toute cette histoire d'incendie... Et vous, allez vous y faire un tour ? Donnez votre avis ici !
Le Deal du moment : -17%
WD – My Passport 2To Noir – Disque dur ...
Voir le deal
79.99 €

Partagez

Cold Morning Mist |Sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Terri Greenfeld
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Terri Greenfeld
TON PSEUDO : Maria
TON AVATAR : Rachel Weisz
TES CRÉDITS : aslaug (avatar), sial (signature), tumblr (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Emma, Abel, Sam, Luke, Charlie. (5/5)

RAGOTS PARTAGÉS : 43
POINTS : 202
ARRIVÉE À TENBY : 05/04/2020
Cold Morning Mist |Sam Tumblr_lukueuqWlj1qe6t3vo2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 44 ans (2 mars 1976)
CÔTÉ COEUR : Célibataire.
PROFESSION : Libraire, ex-chirurgien dans l'armée.
REPUTATION : Elle n'est pas très sociable, et elle n'a pas l'air de trop aimer parler d'elle, c'est dommage, avec son métier...mais surtout, elle est d'une vulgarité sans bornes !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
Cold Morning Mist |Sam Empty
MessageSujet: Cold Morning Mist |Sam   Cold Morning Mist |Sam EmptyMar 28 Avr - 21:43

Levée comme toujours avec les premiers rayons de soleil, Terri avait décidé qu’il était grand temps de se remettre au sport. En effet, à force de passer l’entièreté de son temps libre dans sa librairie ou à écumer les bars à la recherche d’un homme assez fou pour la suivre, elle s’était laissé aller. Loin du terrain, loin de ce ses routines, elle perdait un peu le fil mais le jet lag avait disparu depuis un petit moment. Elle n’avait plus d’excuses, surtout qu’elle avait commencé à sentir déjà les premières sensations d’encrassement et d’engourdissement de ses muscles bien trop peu habitués à l’oisiveté.

« Et maintenant retrouvez la première édition du journal de 6:30, présenté par Owen O’… » annonçait la voix du présentateur de la BBC à mesure qu’une odeur d’œufs brouillés mêlée à celle du jus d’orange fraichement pressé se répandait dans toute la pièce. Ne prenant pas vraiment le temps de déguster, l’israélienne avalait en toute vitesse le repas frugal avant d’enfiler un ensemble jogging foncé et ses chaussures de running qui portaient encore des traces des sols ocre de Tel Aviv. Les cheveux solidement attachés en une queue de cheval haute et son vieux walkman sur les oreilles, elle commença à s’échauffer énergiquement en remontant dans le froid Oakridge Acres en direction de la plage. Les rues étaient totalement désertes, enveloppées dans un silence et une tranquillité qui contrastait avec les rythmes extatiques d’Earth Wild & Fire et de Kool and The Gang qui se diffusaient dans le casque de Terri, laquelle faisait craquer ses cervicales une dernière fois avant de commencer à s’élancer à vive allure.

Il ne lui fallut pas bien longtemps pour se retrouver près du bord de mer en proie au vent. En effet, elle avait toujours été une excellente coureuse et ne manquait jamais un entraînement – tout du moins, par le passé – dès qu’il s’agissait d’une course ou d’une randonnée en montagne, elle répondait toujours présente, même au fil des années. Avec l’âge, elle sentait bien que ses limites se faisaient un peu plus présentes mais elle mettait un point d’honneur à ne jamais abandonner. Pour l’heure, les premiers signes d’essoufflement n’étaient pas encore arrivés mais quelques petites gouttes de sueurs gagnaient la racine de ses cheveux alors qu’elle remontait dans une foulée rapide le large. Terri profitait de l’instant, loin de ses tourments et surtout de ses nuits cauchemardesques pour se revigorer, se nettoyer par l’effort de ses démons. La libraire inspirait profondément l’air saturé d’iode tout en découvrant pour la toute première fois la fameuse plage qui faisait le bonheur des touristes durant l’été. Elle ne l’avait même pas vue sur Internet ni même dans un catalogue avant de venir s’installer ici et tout recommencer à zéro. Ce nouveau départ était difficile, semé d’embûches mais également l’espoir d’un renouveau, même si au fil des jours, ses déboires gagnaient un peu plus de terrain sur elle. Courir était un exutoire chargé d’endorphines qui calmaient pour la première fois ses douleurs intimement enfouies depuis trop longtemps. Renforcée par cette adjonction d’hormones, sa foulée se fit plus rapide, plus intense et éprouvante. Lutter était ce qu’elle savait faire de mieux, et même dans la douleur exquise de ce footing matinal, son visage trahissait un sourire : celui de la sérénité. Cela pouvait paraître saugrenu mais c’était ainsi, contrairement au reste des mortels qui se contentaient d’un film ou d’une sortie pour se sentir un peu plus comblés, elle ne se sentait maîtresse de ses émotions que dans l’effort, vivante dans le combat.

À son dixième kilomètre de course, près des rochers, elle commença à sentir qu’elle ne pouvait plus tenir face à la douleur aiguë au bas de sa cage thoracique et décida de ralentir la cadence avant de poser ses mains sur ses genoux pour reprendre son souffle. C’est ainsi que les yeux de Terri qui n’avaient pas quitté l’horizon durant la course voguèrent vers les dunes de sable fin et distinguèrent une silhouette masculine un peu plus haut perchée qui, elle en était persuadée, lui rappelait quelqu’un. Intriguée, Terri commença à monter en sa direction, sa main droite sur son point de côté, pour mieux appréhender l’individu qui semblait totalement obnubilé par la contemplation du ressac.

« Martins .. ? » Prise de court en découvrant qu’il s’agissait d’un ancien compagnon d’armes, elle l’avait appelé par son patronyme comme à l’armée en se stoppant à seulement une poignée de mètres de lui. Était-elle entrain de rêver ? Non, le tireur d’élite se tenait bien devant elle, lui laissant les lèvres entrouvertes par la un « oh de surprise ».Ça oui, elle n’était pas peu surprise de tomber sur lui, surtout ici ! Bien qu’elle ne l’avait connue que très peu de temps, le jeune sniper était resté dans sa mémoire, à la fois pour son humour mais également ses prouesses sur le terrain qui avaient été saluées par la majorité des collègues. Décidément, Tenby semblait être pleine de surprises.

_________________

vertigo

Les tristesses de la vie se dissipent aux rayons de l'amour fraternel comme les gelées d'automne fondent le matin quand le soleil se lève. Félicité Robert de Lamennais, Le livre du peuple (1838)
Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Sam B. Martins
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : croco & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, terri)
RAGOTS PARTAGÉS : 5274
POINTS : 8034
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
Cold Morning Mist |Sam Tumblr_inline_nz3gfewF9R1qcgwu0_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 31ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date mais enfin normal. fou amoureux de sa rock star.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : je ne sais pas si les rumeurs sont vraies, mais s'il sort réellement avec lula landry, on peut dire adieu à l'homme exemplaire ...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
Cold Morning Mist |Sam Empty
MessageSujet: Re: Cold Morning Mist |Sam   Cold Morning Mist |Sam EmptyDim 3 Mai - 2:04


terri & sam
true friendship comes when the silence
between two people is comfortable


La vie, ce n’est pas toujours un cadeau. Je l’ai appris à mes dépends avec les années, que ce soit à cause de mes décisions ou pas. Dernièrement, c’était les deux. Il y a eu ma terreur nocturne, bien dangereuse pour moi comme pour Lula, et il y a maintenant cette rumeur qui fait que j’ai eu pendant des jours une horde de paparazzis près de chez moi. Les mots et le réconfort que Lula m’a apporté le soir même, en plus du soutien psychologique, m’aide à combattre les vieux démons. Rien de bien méchant, dans le fond. Ce qui l’est un  peu plus, c’est cette rumeur que nous formons un couple. J’arrive très bien à gérer ces pseudos journalistes qui restent devant chez moi, j’arrive par contre pas à faire avec mes émotions et avec la jeune femme qui, même si ce n’est pas ce qu’elle veut, me rejette petit à petit. Est-ce que je me fais des idées ? Je n’en sais rien. Mais les rares fois où je me suis dis que j’allais vers un mieux, je me suis pris une gifle dans la figure. Il est temps de mettre fin à ce cercle vicieux et de reprendre le contrôle sur ma vie.
La Landry ne vient plus vraiment à la maison, avec tout ça. Pour l’instant, nous sommes coincés dans ce principe de boulot et de professionnalisme. Je n’aime pas ça mais c’est son souhait et je le respecte. Je me lève donc dans un lit vide ce matin, j’en avais presque perdu l’habitude. Je ne vois que les premiers rayons du soleil dehors, il doit être encore tôt. Je ne me sens pas de replonger dans un sommeil profond, donc je me lève pour commencer la journée. J’enfile un jogging et descends prendre une tasse de café. J’admire le lever du soleil près de ma fenêtre, me remémorant de joyeux souvenirs. Inspiré par l’instant, je ne tarde pas à finir ma tasse pour monter enfiler des vêtements ; je vais me balader un petit peu, profiter du calme pour prendre une bonne dose d’oxygène. L’anxiété reprend le dessus, il est temps d’improviser une nouvelle solution. A chaque jour son miracle.

L’avantage à venir sur la plage de bon matin, c’est qu’il n’y a pas grand monde pour me déranger. Je décide malgré tout de monter au sommet de la dune, histoire de ne pas prendre de risques. Puis après être venu autant de fois ici, je sais que c’est le meilleur endroit pour avoir la plus belle vue sur l’océan. Les vagues qui percutent les collines, le soleil qui se reflète sur le sommet et cette légère brise qui chatouille mon nez avec l’odeur de l’eau salée. Debout, les jambes légèrement écartées et les mains dan les poches, mon regard se perd sur ce bout de planète excité, mais qui me calme de la meilleure des manières. Et même si je n’ai pas envie de le reconnaître, j’ai besoin de beaucoup de calme et de sérénité pour l’instant. Oui ? J’ignore si mon regard s’est perdu seulement quelques minutes ou si ça peut se compter en heures, mais c’est terminé quand j’entends une voix, que j’ai l’impression de connaître, qui prononce mon nom de famille. J’aurais du me douter qui c’était en entendant ce ton plus formel, mais il faut que je me retourne pour reconnaître Terri Greenfield. Oh, Greenfield. Nous nous sommes rencontrés sur le terrain, même si nous ne nous voyons pas si souvent. Elle m’avait soigné une légère égratignure et nous avions sympathisé assez vite. De plus, j’étais réellement admiratif de son travail efficace et rapide. Je suis très content de la revoir ici. Et bien ça pour une surprise. dis-je en traduisant mes pensées. J’ai grandi ici et je suis presque sur de n’avoir jamais entendu son nom. Tenby est une petite ville, mais je n’imaginais pas qu’elle était capable de rassembler le monde. Je me penche pour lui faire la bise. Tu vas bien ? Ça fait longtemps, tellement longtemps, que j’ai l’impression d’avoir beaucoup à rattraper. Je ne me souviens même plus de la dernière fois où nous nous sommes croisés. Bref. C’est toujours un plaisir de revoir quelqu’un qui était en service, encore plus quand on sait que pour soi, ce n’est pas facile pour le moment. Une discussion, des questions, à garder pour bien plus tard. Alors, qu’est-ce qui t’amène à Tenby ? finis-je par demander, curieux de savoir ce qui l’amène ici.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    You may not be her first, her last, or her only. She loved before she may love again. But if she loves you now, what else matters? She's not perfect—you aren't either, and the two of you may never be perfect together but if she can make you laugh, cause you to think twice, and admit to being human and making mistakes, hold onto her and give her the most you can. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Terri Greenfeld
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Terri Greenfeld
TON PSEUDO : Maria
TON AVATAR : Rachel Weisz
TES CRÉDITS : aslaug (avatar), sial (signature), tumblr (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Emma, Abel, Sam, Luke, Charlie. (5/5)

RAGOTS PARTAGÉS : 43
POINTS : 202
ARRIVÉE À TENBY : 05/04/2020
Cold Morning Mist |Sam Tumblr_lukueuqWlj1qe6t3vo2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 44 ans (2 mars 1976)
CÔTÉ COEUR : Célibataire.
PROFESSION : Libraire, ex-chirurgien dans l'armée.
REPUTATION : Elle n'est pas très sociable, et elle n'a pas l'air de trop aimer parler d'elle, c'est dommage, avec son métier...mais surtout, elle est d'une vulgarité sans bornes !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
Cold Morning Mist |Sam Empty
MessageSujet: Re: Cold Morning Mist |Sam   Cold Morning Mist |Sam EmptyVen 22 Mai - 17:57

« C’est une sacrée surprise, en effet » Terri opine de la tête, amusée, tout en reprenant son souffle encore légèrement entrecoupé. Il n’aurait pas mieux dit, en effet : depuis son arrivée, c’était comme si elle croisait un à un chaque fantôme de son passé. D’abord Charlie, maintenant lui… cela commençait à faire beaucoup pour une bourgade aussi petite que Tenby. Toutefois, elle devait avouer qu’elle était ravie de tomber sur un visage familier, même si elle s’était acharnée à rester seule. C’est donc pleine de contradictions, mais un sincère sourire aux lèvres qu’elle offre une bise à son ancien patient en lui donnant une petite accolade dans le dos. Terri n’était pas vraiment une habituée des effusions de joie mais elle gardait un excellent souvenir de ce jeune homme. Ce dernier ne semblait pas avoir beaucoup changé depuis leur dernière rencontre, même si ses traits paraissaient étonnements tirés par la fatigue. À la manière dont elle l’avait surpris dans une longue introspection, à une heure si matinale, elle se doutait bien qu’il n’était pas venu ici se lancer dans la chasse aux coquillages.

« Et bien… On fait comme on peut, et toi ? » Commença la brune en haussant les épaules, ne sachant pas vraiment répondre à la question. Étonnamment, c’était la première fois qu’elle n’inventait pas un mensonge pour se libérer, ou éluder cette interrogation qui la paralysait à chaque fois :  peut-être était-ce parce qu’elle s’adressait à un vétéran, malgré son jeune âge ? Quelqu’un qui n’avait pas besoin d’imaginer et pouvait comprendre surtout, ce qu’elle avait vu, ce qu’elle avait vécu ? Difficile à dire mais pour l’heure, elle se sentait rassurée, plutôt à l’aise avec ce qu’elle était face à lui. Les bras désormais croisés, elle s’était installée debout à ses côtés pour découvrir la vue qu’il contemplait si intensément. Il n’y avait pas à dire, Tenby était un véritable petit trésor de beauté et la vision du ressac avait de quoi apaiser les nerfs les plus tendus.  « Tu vis ici ou tu es simplement en vacances dans le coin ?  Je dois t’avouer qu’excepté les bars, je ne m’habitue pas vraiment à ce pays… » De ce que Terri se souvenait des relations humaines, il n’était pas fréquent de commencer une discussion par du négatif mais elle avait au fond besoin de vider son sac un peu, dire ce qu’elle avait sur le cœur. Alors, quand il lui demanda ce qu’elle faisait dans le coin, elle se sentit comme déstabilisée. « Et bien… Disons que…c’est une longue histoire. » commence-t-elle par avouer avant de passer une main nerveuse sur son propre cou puis sa nuque. À chaque fois que Terri venait à toucher un mot sur cette longue période de sa vie qu’avait été l’armée, une légère sensation d’oppression puis de démangeaison s’emparait d’elle mais elle luttait, baissant les yeux quelques secondes. C’est psychologique, se répète-t-elle intérieurement avant de s’éclaircir la gorge et de se tourner vers lui : « J’ai foiré ma dernière mission sur le terrain, une des moins risquées d’ailleurs. Je ne pouvais plus rester là-bas, croiser le regard de certains, entendre chuchoter sur mon passage. Tout est devenu plus, comment on dit déjà ? Un vrai merdier. » Ce n’était pas le bon mot, mais ça ferait l’affaire. Celle dont le visage s’était terni par une grimace d’anxiété et de frustration laissait lui échapper un petit sourire. Compliqué, ça l’avait été mais c’était trop peu pour décrire le bouleversement qu’elle avait vécu, son déménagement précipité, la manière dont elle avait coupé les ponts avec son ancienne existence. Et puis, même si son américain était parfait, elle avait toujours du mal à penser dans la langue de Shakespeare. Surtout sur ce sujet qui restait une blessure encore vive chez l’israélienne. Pour autant, elle ne voulait pas le brusquer avec ses conneries, encore moins lui rappeler de mauvais souvenirs ou simplement lui montrer cette face cachée d’elle. Une dernière question lui occupa l’esprit mais elle se retint finalement : après tout, elle avait débarqué par surprise, sans même lui demander si sa présence ne le gênait pas. À force de se sentir malheureuse, elle en était rendue à croire qu’elle portait à elle seule toute la souffrance du monde – mégalomaniaque, elle l’était un peu, au fond – sans se soucier que peut-être, quelqu’un d’autre vivait également des instants plus noirs.

_________________

vertigo

Les tristesses de la vie se dissipent aux rayons de l'amour fraternel comme les gelées d'automne fondent le matin quand le soleil se lève. Félicité Robert de Lamennais, Le livre du peuple (1838)
Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Sam B. Martins
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : croco & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, terri)
RAGOTS PARTAGÉS : 5274
POINTS : 8034
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
Cold Morning Mist |Sam Tumblr_inline_nz3gfewF9R1qcgwu0_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 31ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date mais enfin normal. fou amoureux de sa rock star.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : je ne sais pas si les rumeurs sont vraies, mais s'il sort réellement avec lula landry, on peut dire adieu à l'homme exemplaire ...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
Cold Morning Mist |Sam Empty
MessageSujet: Re: Cold Morning Mist |Sam   Cold Morning Mist |Sam EmptyDim 31 Mai - 2:07


terri & sam
true friendship comes when the silence
between two people is comfortable


Quand la vie te met des obstacles sur ton chemin, il lui arrive de te mettre une petite distraction sur ta route. Très franchement, je ne m’attendais pas à voir Terri à Tenby, mais ça fait longtemps que j’ai compris que cette ville était vraiment petite. Sa surprise est la même, j’en profite pour glisser une petite blague, histoire de détendre l’atmosphère. Parce que même si c’est sympa de se voir, on ne peut, en tous cas de mon coté, s’empêcher de retomber dans de vieux souvenirs sur le terrain. Une bonne au moins ? Je souris, légèrement, encore ébloui par la beauté de l’océan, alternant mon regard. J’essaie de penser aux beaux souvenirs malgré ce mauvais moment. Je repense à notre rencontre, aux moments que nous avons passés. Je me souvenais que malgré ce qu’elle avait du soigner, Terri avait ce petit mot pince sans rire qui me faisait toujours sourire. Mais attention, hors de question de lui parler de blague ou de lui dire directement qu’elle me faisait rire. Je lui demande comment elle va, parce que ça fait un moment que je ne l’ai pas vue. La même, je survis. C’est un peu dur, mais notre réalité est dure. La vie n’est déjà pas facile de base mais nos carrières ne nous ont pas aidées. Je n’avais pas envie de lui mentir, de lui dire que tout allait bien, mais je n’avais pas non plus envie d’attaquer le problème directement. Elle se place à mes cotés, admirant la magnifique vue que je contemple depuis une bonne heure maintenant. Je suis né ici, Gallois pure souche. C’était naturel de revenir ici après l’armée. C’est vrai que quand on y repense, j’aurais pu m’installer où je veux. J’ai toujours bien aimé des pays remplis d’histoire comme l’Italie ou même la Grèce … Mais rien n’y faisait, tout m’a toujours ramené ici, près de ma famille et de mes amis. Puis je suis content de ne pas être parti, je n’aurais jamais trouvé Lula sinon. Oui, c’est spécial. ajoutais-je à sa remarque, rigolant joyeusement. En soit, on est un peu à la campagne. On a la mer, seulement quelques commerces et il n’y a pas grand-chose autour, mis à part beaucoup de verdures. Il faut aimer ce genre d’endroit pour vivre ici, on est perdu sinon.

Je pose des questions comme je le fais souvent, je lui demande ce qu’elle fait dans le coin de son coté. Je remarque le problème directement en voyant les expressions de son visage, mais j’attends simplement que la brune me parle. Si elle a envie de le faire. J’espère que ... commençais-je, sans trop savoir vers quelle direction j’allais. Je n’ai pas le temps de toutes façons car elle continue avec des explications plutôt vagues. Mais il ne m’en faut pas plus pour comprendre le problème et pour comprendre le pourquoi du comment elle s’est retrouvée ici. Oh, je vois. dis-je assez gentiment, tentant de la réconforter comme je peux. Sauf que même moi je me trouve désespérant. Je n’ai pas envie de lui la phrase bateau nous sommes humains, nous faisons des erreurs ; nous sommes formés à ne pas en faire, car n’importe quelle erreur peut être fatale, pour toi comme pour ton équipe. Je n’aime pas les erreurs, je n’aime pas en faire, mais ce sont des choses qui arrivent. La vie sur le terrain c’est compliqué. On y a pas droit mais tu sais, je pense que l’erreur est humaine. J’aurais peut être l’air d’un idiot, peut être que la Greenfield a vraiment fait quelque chose de mal. J’aime juste croire que non, la connaissant un minimum. Le regard toujours planté sur l’océan, je me sens obligé de faire la conversation, même si je dois la faire tout seul. Tu t’es trouvée une reconversion ? Ou alors non. Tout le monde ne quitte pas l’armée pour pouvoir aller faire un boulot plus calme. Je pourrais attaquer sur ma nouvelle carrière de garde du corps, sur cette starlette dont je m’occupe et qui m’occupe aussi mais je n’en fais rien. Pas de suite. En fait, ça te dit qu’on parle de tout ça devant un petit déjeuné ? Je connais un bon endroit et je commence à avoir faim. finis-je par dire, lâchant mon regard et me tournant vers elle, la suppliant presque du regard.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    You may not be her first, her last, or her only. She loved before she may love again. But if she loves you now, what else matters? She's not perfect—you aren't either, and the two of you may never be perfect together but if she can make you laugh, cause you to think twice, and admit to being human and making mistakes, hold onto her and give her the most you can. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Cold Morning Mist |Sam Empty
MessageSujet: Re: Cold Morning Mist |Sam   Cold Morning Mist |Sam Empty

Revenir en haut Aller en bas

Cold Morning Mist |Sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ✿ ::  :: I fell in love at the seaside :: 2.5 miles of sand-