WHISPERS DOWN THE LANE ✿
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
Avez-vous entendu parler de la foire d’automne ? Je crois que c’est la Mairie qui a mis ça en place. Je me réjouis de voir tout cela : il y a des animations pour les enfants, des stands d’artistes, je crois qu’ils vont monter une pièces de théâtre aussi. Sans compter que les commerçants et restaurateurs locaux proposent de bonnes choses à manger…Il y a toujours quelque chose à y faire, peut-être que ça vous plairait. Retrouvez le résumé détaillé de l’intrigue ici !
Tenby, novembre 2020
8°C/11°C ♣ Alors que l’hiver s’approche à grands pas, l’automne s’est bien installée et la pluie balaye régulièrement Tenby. Le fameux brouillard anglais se fait de plus en plus fréquent, alors que les pêcheurs espacent leurs sorties en mer. Quelques tempêtes sont à prévoir, ne vous promenez pas trop en front de mer par grand vent !
La foire fait l’objet de toutes sortes de rumeurs…Tout cela va être riche en événements. C'est toujours une telle joie de voir de l'animation à Tenby, en plus Et puis on a besoin de souffler un peu après toute cette histoire d'incendie... Et vous, allez vous y faire un tour ? Donnez votre avis ici !
Le deal à ne pas rater :
Cdiscount :1 jouet acheté = 1 jouet offert
Voir le deal

Partagez

never let me go + lexia/fiona/dylana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
never let me go + lexia/fiona/dylana - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: never let me go + lexia/fiona/dylana   never let me go + lexia/fiona/dylana - Page 3 EmptyJeu 20 Aoû - 19:15



How can I say this without breaking ? How can I say this without taking over ? How can I put it down into words ? When it’s almost too much for my soul alone


« Mentir, c’est mentir. Tu peux trouver l’excuse que tu veux, il n’y a aucune façon honnête de le faire. » Trystan n’était absolument pas d’accord avec sa cadette sur ce point. Pour lui, il y a des degrés de malhonnêteté, des contextes qui entouraient un mensonge. Toute vérité n’était pas bonne à dire non plus. Mais il n’exposa pas cette théorie pour autant. Il n’avait ni la force, ni l’envie de se battre avec Dylana. Hélas, elle ne le ressentait pas comme ça. Elle interpréta mal ses propos sur le fait qu’elle restait à Tenby par dépit et crût qu’il cherchait encore à lui faire des reproches. « Arrête de me ressortir tout le temps que je suis partie pendant des années, je croyais qu’on en avait déjà parlé et reparlé. Ça fait presque trois ans que je suis revenue maintenant. Tu ne crois pas que je serai repartie depuis bien longtemps si c’est ce que je voulais ? » « Non, ce n’est pas ce que je voulais di… » Il n’a pas le loisir de terminer sa phrase et de rectifier le tir. Sa sœur reprend déjà la parole, renchérissant avec passion, prouvant encore une fois combien ce sujet était sensible entre eux. « Tu ne comprends toujours pas ? Ce n’est pas pour l’entreprise que je suis restée, c’est pour toi. » Bien sûr, Trystan est touché en plein cœur par cette réplique. Rester pour lui, cela impliquait du sacrifice, de la dévotion… Il inspire profondément. « Et je n’ai pas de mots pour dire combien ça me touche… » Dit-il, la regardant avec intensité. Il laisse ces mots flotter dans l’air, essayant de mieux s’exprimer pour la suite. « Mais c’est ça que je voulais dire… J’ai peur que… Ce n’était pas bien de ma part d’exiger que tu restes. C’était égoïste, je n’ai pas le droit de t’enfermer ici si ton bonheur est ailleurs. J’ai mis trop longtemps à le comprendre… Je ne veux pas que tu restes pour de mauvaises raisons, que ce soit moi ou la faillite de l’entreprise. Je veux que tu restes parce que tu en as envie. Je veux que tu restes pour toi, parce que ça te fait du bien… Crois moi j’adore t’avoir avec moi, travailler avec toi et tu as fait beaucoup de bien à l’entreprise mais comme je l’ai dit, c’est très égoïste. Aimer quelqu’un c’est aussi le laisser partir, c’est pas qu’on dit ?»

Son accident avait exacerbé les ressentis, les émotions et les non-dits. Il avait au moins pour vertu de leur permettre de les verbaliser. Car c’est une véritable conversation à cœur ouvert qu’ils ont tandis que leurs secrets sont dévoilés. Et Dylana parvient même à deviner celui qu’il avait failli laisser échapper. « Tu disais que tu voulais me protéger. C’est parce que je suis la raison pour laquelle tu t’es endetté et que l’entreprise coule ? A cause de cet argent que tu m’as donné, il y a des années ? Tu peux le dire, je peux l’entendre. » Il baisse la tête, déboussolé par la clairvoyance de sa petite sœur. Il lui avait souvent fait des reproches véhéments mais celui-ci, il l’avait toujours gardé pour lui. Il considérait que Dylana avait déjà eu assez à regretter entre ses mensonges et la manière dont elle l’avait ghosté pendant ses escapades autour du monde. « Il n’y a pas eu que ça… Mais oui… Cette école, c’était un sacré investissement. C’est là que j’ai tiré sur le petit matelas que papa nous avait constitué et que j’ai mis le capital en danger. Mais j’étais heureux de miser sur ton avenir. Vraiment. Il m’importait plus que la futur de la boîte à ce moment précis. C’est aussi pour ça que j’ai été si en colère lorsque j’ai découvert où était parti l’argent… C’était dur de se dire que c’était du gâchis, que j’avais tout sabré pour rien… Après au final, cet argent était aussi le tien. Tu pouvais en faire ce que tu voulais. Ça aussi, j’aurai dû le comprendre avant. » Il ravale sa salive. La confession n’était pas facile mais elle avait aussi un côté libérateur. En espérant qu’elle ait un effet positif sur leur relation plutôt que l’inverse…  

A supposer que Dylana lui pardonne le reste. Parce que malgré son petit discours sur la radio, elle ne baisse pas la garde et argue sur les dangers qu’il avait encourus… Comprenant pour une fois que ça ne sert à rien de s’entêter, il fait le dos rond. Surtout qu’il pense ce qu’il dit. « Je comprends ce que tu essayes de me dire… Et… Cet accident m’a secoué aussi d’accord… Je vais y réfléchir, d’accord ? On va essayer de trouver une solution qui contente tout le monde. » Un peu à l’instar de cette histoire d’aller pêcher accompagné. Il n’avait rien contre mais comme l’avait aussi dit sa cadette, il n’y avait pas de solution toute faite… Cependant, les paroles apaisantes ne sont pas suffisantes. Dylana finit par se laisser submerger par son émotion. Leur conversation n’était déjà pas facile mais la peur ravivée de le perdre lui, Trystan la fait craquer. Sa détresse émeut encore plus son grand frère qui mobilise toutes ses forces pour aller la serrer dans ses bras, même si elle refuse farouchement de s’approcher de lui. Il fait abstraction de cela, tout comme du fait qu’elle lui ordonne de retourner au lit. Non, il se contente de la serrer contre lui. Il l’imagine se débattre un peu mais elle n’en fait rien. Au contraire, elle finit par se laisser aller et lui rend son étreinte, serrant ses bras autour de lui. Ses épaules tressautent un peu, le signe qu’elle laisse définitivement couler ses larmes. Cela ne fait que plus convaincre le Meylir du bien fondé de son geste. Il la réconfortera aussi longtemps qu’elle en aura besoin. Ce n’était pas nouveau, il l’avait déjà fait dans le passé…

« C’est moi qui suis désolée. » Finit-elle par souffler en réponse aux excuses de son frère. Il n’y avait pas besoin de dire plus. Au lieu de crier et de tempêter, il s’était mis chacun l’un à la place de l’autre et le meilleur en était ressorti. Le signe qu’ils étaient en train enfin de grandir, le signe que leurs efforts n’avaient pas été vains. Ils avaient mis longtemps à réparer leur relation mais il semblait qu’ils étaient enfin sur la bonne voie. Ils avaient progressé. Beaucoup progressé. Enfin, ils se comprenaient. « C’est pour ça que tu n’es pas venue tout de suite… Tu avais peur… » Souffle t-il quand il le réalise. C’est plus une affirmation qu’une question. La Dylana adulte ne fonctionnait pas très différemment de sa version plus jeune. Elle éprouvait ses émotions avec intensité, au point parfois de se perdre dans ces dernières…  Il dépose un petit baiser dans ses cheveux, essayant de l’apaiser encore un peu plus. « C’est difficile de mettre un Meylir à terre. On se relève toujours. Tu ne devrais pas autant t’inquiéter pour moi. Je suis un roc. » Cela pouvait paraître un peu fanfaron avec ce qu’ils venaient de traverser mais il tenait à la rassurer. A véhiculer cette image de force et de stabilité. Même s’ils avaient grandi, c’est ce qu’il voulait être pour elle, son grand frère, son protecteur, son roc, justement… Bien que cela ne semble pas impressionner la brunette. Elle lui fait remarquer qu’il ne devrait pas être debout et entreprend de le reconduire vers son lit. Il la laisse faire. Déjà parce qu’elle semble plus calme et qu’il ne voulait pas l’énerver à nouveau mais aussi parce que l’effort lui avait un peu coûté même s’il ne l’admettrait jamais… Une fois qu’il est réinstallé, cette fois-ci Dylana près de lui, la conversation reprend plus calmement. « Fiona m’a dit que tu sortais demain, normalement. As-tu besoin d'autre chose en attendant ? Pour ici ou pour l'entreprise. » Demande t-elle. Il hoche la tête négativement. « Non, je suis juste content que tu sois passée… Et j’ai juste hâte d’être demain. » Dit-il avec ferveur. Il s’ennuyait ici et il avait hâte de rentrer chez lui. « Mais merci, et merci pour ce que tu a déjàs fais pour l’entreprise. » Dit-il en lui adressant un petit sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Dylana Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Dylana Meylir
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Gwen, Eléa, Lexia & Keelin
TON AVATAR : Nina Dobrev
TES CRÉDITS : ava - soapflaws ; signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Alex.

Terminé : Yevgenyia - Ainhoa - Trystan - Noah (1) - (Noah (2)) - Evan - Trystan (2) - Brendan - Ainhoa (2) - Max - Anniversaire Max - Trystan (3) - (Evan (2)) - (Dimka) - Liam - Annif Lula - Liam rdv enchère (2) - Trystan (4) - Liam (3) - Hôpital Trys.


RAGOTS PARTAGÉS : 687
POINTS : 2468
ARRIVÉE À TENBY : 28/02/2016
never let me go + lexia/fiona/dylana - Page 3 Tumblr_inline_np0k501Lta1tuh1ni_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : Le coeur s'est brisé une fois de trop, elle ne veut plus en entendre parler actuellement
PROFESSION : Travaille avec son frère depuis peu, gère l'aspect touristique de l'entreprise
REPUTATION : Il semblerait qu'elle se soit décidée à rester après ce retour fracassant. Etonnant pour cet électron libre qui ne tient pas en place.

never let me go + lexia/fiona/dylana - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: never let me go + lexia/fiona/dylana   never let me go + lexia/fiona/dylana - Page 3 EmptyLun 7 Sep - 15:43

You like to drink and to smoke to take away the pain
And I don't remember all of my mistakes
And every high got low with no one to blame
You're not alright, I'm not alright

Face à l’emportement de Dylana, Trystan temporisa. Il était touché qu’elle reste pour lui mais il regrettait de le lui avoir demandé. Il se rendait compte que sa sœur vivait comme un oiseau en cage et qu’elle ne tenait pas en place, encore moins après des années à voyager à travers le monde. La brune n’avait certes plus les moyens de mener la grande vie, cependant elle était en mesure de se débrouiller pour partir et prendre des petits boulots à gauche et à droite. Avant de revenir, elle avait par exemple travaillé comme barmaid pour garder la tête hors de l’eau. Dylana ne manquait pas de ressources. Néanmoins, elle était principalement revenue pour ses proches, en particulier Trystan, et pour se poser un peu. L’idée de repartir lui avait déjà traversé l’esprit mais elle n’en ressentait pas le besoin viscéral présentement. Son frère lui expliqua alors qu’il souhaitait qu’elle reste par envie et pas uniquement pour lui. Au vu de l’évolution de leur relation, et par amour envers sa sœur, il était prêt à la laisser voler de ses propres ailes sans rien y redire cette fois. « D’accord. Je ne dis pas que je ne repartirai jamais, j’ai encore des envies d’ailleurs, mais ce n’est pas dans mes projets immédiats. Pour l’instant, ce dont j’ai besoin, c’est de remettre de l’ordre dans ma vie et de passer du temps auprès de ceux qui me sont proches. » Au cours de ses années de vadrouille, elle avait raté des moments importants et elle n’avait pas avancé sur le plan personnel non plus, hormis en termes de richesse culturelle. Dylana n’aurait jamais une vie rangée mais elle prenait le temps de retrouver ses proches, de grandir et de se trouver en tant que personne avant de repartir. Peut-être que la vie lui réserverait des surprises aussi. « Donc oui, je reste parce que tu es ici mais aussi parce que Tenby est mon port d’attache. » Lucide, Dylana se rendait compte que l’argent qu’elle avait dépensé était une des causes de la fragilité de l’entreprise. Elle savait aussi que Trystan aurait trouvé plus acceptable que celui-ci soit dépensé dans de grandes études pour sa sœur, pour qu’elle s’offre un avenir prometteur et avoir ainsi une forme de retour sur investissement. A la place, ce qu’il lui avait donné avait été flambé à tout va. Alors oui, le fait d’avoir mis l’entreprise en difficulté la poussait à essayer de sauver les pots cassés mais c’était bien le minimum qu’elle pouvait faire non ? « Oui, je le sais tout ça aussi. C’est pour ça que ça me tient à cœur de t’aider à la sauver. Ça reste notre héritage, un héritage que j’ai mis en péril. Je regrette que mes choix aient engendré les répercussions actuelles pour toi. Je ne peux pas rattraper mon manque de discernement mais c’est important pour moi de ne pas te laisser tomber aujourd’hui encore. » Oui, elle avait été égoïste. Aujourd’hui, elle tentait de faire mieux. Elle espérait que Trystan la laisserait faire. Le frère et la sœur parlaient à cœur ouvert. Le marin mettait aussi de l’eau dans son vin et entendit les angoisses de sa cadette par rapport à l’accident. Il promit de réfléchir à une solution plus durable que la radio, une solution qui contenterait tout le monde. En attendant, Dylana l’aiderait de son mieux. De toute façon, le bateau de pêche devrait d’abord subir des réparations. Si on retrouvait le responsable de l’accident, l’assurance pourrait se retourner contre la partie adverse. « Ok. J’espère que ça ne trainera pas pour les indemnisations. Je reprendrai contact avec l’assurance tout à l’heure. » En raison du stress accumulé ces derniers jours, Dylana céda finalement à ses émotions. Son cauchemar était devenu réalité et elle avait terriblement peur que Trystan revive un tel événement. Alors, le marin se leva et la rejoignit malgré les protestations de la brune. Le premier réflexe de la jeune femme fut de le repousser et de le renvoyer au lit mais elle s’abandonna finalement dans ses bras. Ils partagèrent une longue étreinte réconfortante, teintée de compréhension et de l’affection qu’ils se portaient. Il était littéralement l’épaule sur laquelle elle pouvait se reposer et les rôles s’inversaient aussi dernièrement. Dans cette chambre, les deux Meylir venaient de se retrouver pour de bon. « C’est pour ça que tu n’es pas venue tout de suite… Tu avais peur… » Dans ses bras, elle hocha la tête en guise de réponse. Trystan déposa un tendre baiser dans ses cheveux et lui assura que les membres de leur famille étaient solides. Il avait beau lui dire de ne pas autant s’inquiéter pour lui, elle ne pourrait pas s’en empêcher, c’était ainsi. C’était le propre de l’attachement que l’on avait envers une personne. On ressentait de la joie quand elle recevait une bonne nouvelle, on partageait ses angoisses et sa tristesse quand l’inverse se produisait, et on s’inquiétait de ce qui lui arrivait quand un événement tel qu’un accident se passait. Ne voyant rien à ajouter, Dylana serra un peu plus son frère pour lui signifier qu’elle l’avait entendu. Ils se détachèrent et la jeune femme l’aida ensuite à retourner dans son lit. Il était toujours éprouvé par son accident et tout roc qu’il était, il ne fallait pas abuser de ses forces. Une fois Trystan réinstallé, elle redevint pragmatique. Son frère n’avait besoin de rien d’autre et se réjouissait surtout de quitter l’hôpital. « D’accord. Je passerai te voir quand tu seras rentré. » Il le savait, elle détestait les hôpitaux. Elle avait pris sur elle pour venir ici. Touché par sa visite, il la remercia d’être passée. « C’est normal... Je vais devoir te laisser maintenant. Prends soin de toi. Et tu peux m’appeler, si besoin. » Dylana se pencha vers son frère et déposa un baiser sur sa joue en guise d’au revoir. Après un dernier échange de regard, elle attrapa son sac et quitta la chambre, encore un peu retournée par ces nouveaux moments forts qu’ils venaient de partager.  

_________________

Home sweet home
Do not open memories. ▬ I'm not looking for somebody with some superhuman gifts, some superhero, some fairytale bliss, just something I can turn to, somebody I can kiss, I want something just like this.
Revenir en haut Aller en bas

never let me go + lexia/fiona/dylana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ✿ ::  :: RP abandonnés-