WHISPERS DOWN THE LANE ✿
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
Avez-vous entendu parler de la foire d’automne ? Je crois que c’est la Mairie qui a mis ça en place. Je me réjouis de voir tout cela : il y a des animations pour les enfants, des stands d’artistes, je crois qu’ils vont monter une pièces de théâtre aussi. Sans compter que les commerçants et restaurateurs locaux proposent de bonnes choses à manger…Il y a toujours quelque chose à y faire, peut-être que ça vous plairait. Retrouvez le résumé détaillé de l’intrigue ici !
Tenby, novembre 2020
8°C/11°C ♣ Alors que l’hiver s’approche à grands pas, l’automne s’est bien installée et la pluie balaye régulièrement Tenby. Le fameux brouillard anglais se fait de plus en plus fréquent, alors que les pêcheurs espacent leurs sorties en mer. Quelques tempêtes sont à prévoir, ne vous promenez pas trop en front de mer par grand vent !
La foire fait l’objet de toutes sortes de rumeurs…Tout cela va être riche en événements. C'est toujours une telle joie de voir de l'animation à Tenby, en plus Et puis on a besoin de souffler un peu après toute cette histoire d'incendie... Et vous, allez vous y faire un tour ? Donnez votre avis ici !

Partagez

Let me be the star to guide you home || Megan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Max Julliard
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Max Julliard
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding - Abel Griffiths - Charles Miller
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : Let me be the star to guide you home || Megan H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2831
POINTS : 4441
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
Let me be the star to guide you home || Megan Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 47 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Sa dernière copine l'a plaqué. Il est libre comme l'air, et malheureux comme les pierres, aussi.
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il parait qu'il sortait avec Yevgeniya Vassilievitch et qu'elle lui volé trente mille livres...vous y croyez, vous ? En tout cas, il a repris ses fêtes et ça n'a pas arrangé son caractère de chien !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
Let me be the star to guide you home || Megan Empty
MessageSujet: Let me be the star to guide you home || Megan   Let me be the star to guide you home || Megan EmptyMer 1 Jan - 21:33


All of the dreams you have
I have them too
And all of the songs I sing
I wrote for you

Les fêtes de Noël, c’est toujours un peu la course : entre les cadeaux, Noël et la famille, le Nouvel An où il fait la fête, et son anniversaire deux jours après, Max sait rarement où donner de la tête. Devant bosser son album, il s’est cependant organisé un peu mieux que d’habitude, et il a quelques jours de libre pour bosser. Cette vie régulière, organisée et tranquille, où il travaille en studio, est ce qu’il préfère, quand bien même il goute aussi les quelques fêtes qu’il a faites depuis qu’il va mieux. Quand il n’est pas en studio, où il est souvent avec des amis, il est en famille ou avec Ivy, et pour le moment, c’est l’état qui lui convient le mieux. C’est peut-être ce qui a toujours sauvé Max de l’addiction : dès qu’on lui donne un autre moyen de palier sa peine, il est prêt à le saisir. Surtout, depuis qu’il a commencé à travailler à cet album, il a l’impression d’avoir moins mal. De servir à quelque chose, que sa musique a un sens – outre que l’oubli, s’entend. Il ne reste plus beaucoup de chansons à finir, mais le temps de faire de la promo, de sortir quelques single, l’album ne sortira que fin février. Et puis il doit aussi parler à Judith dudit album, et il recule un peu l’échéance. Et aussi à Megan, mais pour cela, il voudrait également finir la production d’une chanson qu’il a écrite pour elle. Joyeuse et sincère – peut-être la plus joyeuse de l’album en dehors de celle qu’il a écrite pour Yevgeniya – Max l’a conçu comme un cadeau de Noel surprise, d’autant plus qu’il arrive une ou deux journées après le 25 décembre. Il ne reste pas grand-chose à finir, sinon de l’orchestration, et c’est quelque chose qu’il peut faire seul en studio, sans que personne ne le dérange.

Habillé d’un pull de Noël assez hideux offert par sa sœur mais qu’il porte de bon cœur pour faire honneur à la blague de Prudence, Max travaille donc tranquillement, guettant le moment où Megan fera son apparition. Elle aussi navigue à droite à gauche entre les fêtes, c’est le lot de toute les familles recomposées, même de celles dont le père est un célèbre producteur. Il suppose aussi que les partiels de sa fille doivent lui prendre du temps, pour réviser. De ce point de vue, Max est un peu laxiste, parce qu’il ne se préoccupe pas vraiment de ce que fait sa fille. Ça ne marcherait sans doute pas très bien s’il essayait de faire de l’autorité, et de toute façon il ne comprend pas grand-chose à la vie universitaire, ayant toujours l’impression de faire face à une langue étrangère hermétique à toute forme de traduction quand Megan lui en parle. Et puis surtout, il fait confiance à Meg, qui a toujours eu de bons résultats.

Même si définitivement, il ne serait pas contre la voir tout plaquer pour venir faire de la musique avec lui. Pour Noël il lui a offert une très belle guitare, car il sait qu'elle joue, et il se demande même s’il ne pourrait pas lui proposer de participer, elle aussi, à l’album, bien qu'il ne l'aie jamais entendu - ce serait un beau clin d'oeil. Oui, Max préférerait clairement avoir une fille productrice comme lui, ou artiste, et il doit se réfréner pour ne pas l’encourager à abandonner sa voie. Ce ne serait pas bien de décider pour elle. En parlant de Megan, alors qu’il retire son casque avec la sensation de ne plus rien pouvoir modifier de plus, il lui semble l’entendre rentrer. « C’est toi, ma chérie ? » Les bruits de pas qui se rapprochent du studio lui indiquent que oui. « Salut ma belle. » Il pivote sur son siège, tournant le dos à l’ordinateur, pour lui faire face. « Ca va ? T’as une petite mine, non ? T’étais chez des copains ? Je suis ravi de voir que ma guitare te plait, en tout cas, même si je crois que ta mère dirait que ce n’est pas très utile pour réviser.  » Max rigole. Il ne dira vraiment rien, parce que vu sa vie, il ne peut pas réellement faire de l’autorité, et qu’il a peur de se faire réprimander par Judith lui aussi. Et puis à quoi bon ! C’est les vacances, et sa fille a bien le droit de s’amuser. Il se lève pour embrasser Megan. « Il faut que je te montre quelque chose, tiens. Tu as le temps, ou tu ne fais que passer ? Je voudrais bien ton avis. »

_________________

Summertimesadness I was sinking, but now I'm sunk, and I was drinking, and now I'm drunk. Your songs remind me of swimming but somehow I forgot...

Let me be the star to guide you home || Megan 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Megan Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Megan Julliard
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana & Keelin
TON AVATAR : Maria Pedraza
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey <3, signa - astra, gifs signa - chittockwrites, icon - kawaiinekoj
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Fredrik (3) - Judith (2) - Danny (2).
A venir : Max.

Fini : Max & Judith - Fredrik - Ivy - Danny - Annif Lula - Max - Luke - Judith - Lula - Fredrik (2) - Max (2) - Emma - Eleanor.

Let me be the star to guide you home || Megan A8dab46d93f7de6ee2d44755cd4d746ba4b38869
RAGOTS PARTAGÉS : 705
POINTS : 1695
ARRIVÉE À TENBY : 19/03/2019
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 ans (18 juin)
CÔTÉ COEUR : Côté quoi ?
PROFESSION : Etudiante en droit, elle hésite à continuer dans cette voie mais elle n'ose pas en parler à sa famille.
Let me be the star to guide you home || Megan Empty
MessageSujet: Re: Let me be the star to guide you home || Megan   Let me be the star to guide you home || Megan EmptyMer 1 Jan - 23:07

Cause every night, I lie in bed
The brightest colors fill my head
A million dreams are keeping me awake
For the world we're gonna make

Depuis le début des vacances de Noël, Megan courait partout pour acheter les derniers cadeaux en urgence, se partager entre la famille des deux côtés, passer du temps avec des amis… Elle était occupée à tout sauf à réviser. Normalement, la jeune fille devait étudier pour sa session de janvier mais perdue dans ses doutes, elle avait délaissé les cours durant les semaines précédentes et elle ne se reprenait toujours pas en main. Les professeurs avaient remarqué l’absentéisme anormal de la petite Julliard, habituellement brillante étudiante dans son option. Si elle ne réussissait pas ses examens, il lui deviendrait difficile de sauver son année scolaire. Pour l’heure, Megan essayait de ne pas y penser, préférant profiter des moments de fête en famille. Elle avait passé le réveillon de Noël chez Judith et celui du Nouvel An avec des copains. La jeune fille adorait les fêtes de fin d’année, elle enchainait les films niais de cette période dans le canapé et remplaçait son habituel coca par le réconfortant chocolat chaud. Les fêtes avaient toujours été beaucoup célébrées chez elle. Chaque année, Judith prenait soin de décorer la maison et d’installer un beau sapin avec ses enfants. Megan se rappelait quand elle croyait encore au père Noël petite, Melody et elle pendaient leurs grandes chaussettes près du feu et attendaient de se réveiller le lendemain des étoiles plein les yeux en découvrant les bonbons que le vieux monsieur avait déposé dedans ainsi que les cadeaux qui jonchaient le sol du salon. Désormais, elle partageait de tels moments avec Simon même si elle ne pendait plus ses chaussettes et ne croyait plus aux histoires racontées par leurs parents quand elle était enfant. Noël était synonyme de rassemblement et de souvenirs inoubliables pour la jeune fille.

Aujourd’hui, Megan avait décidé de passer voir son père. Il travaillait sur son projet personnel et lui avait proposé de venir le rejoindre. A l’occasion de Noël, Max lui avait offert une magnifique guitare et l’étudiante avait passé beaucoup de temps à s’exercer sur l’instrument si bien qu’elle le maitrisait déjà avec brio. Autodidacte, la jeune fille partageait le même talent que le producteur dans la rapidité d’apprentissage. Pour lui faire plaisir, Megan avait emmené la guitare avec elle bien qu’elle n’envisageait pas de jouer spontanément devant lui. Le manager qu’il était ne connaissait pas encore le don de sa fille pour la musique car même si elle avait affiché des photos d’elle sur Instagram entrain de gratter des cordes, elle avait toujours refusé de se produire devant lui, trouvant à chaque fois des prétextes différents. Elle n’ignorait pas que son père rêvait secrètement qu’elle vienne travailler avec lui et qu’elle prenne éventuellement sa relève un jour, pourtant Megan n’osait pas affronter son regard. Max porterait la double casquette du père et du producteur, il la jugerait dans les deux rôles et risquait soit de l’idéaliser, soit de la couper dans son élan. Quoiqu’il en soit, la position de son père vis-à-vis d’elle lui donnerait clairement de la pression. Chanter, jouer de la musique, restait une activité très personnelle pour la jeune fille qui ne s’était exercée que devant de très proches amis.

Arrivée dans la villa Julliard, Megan monta ses affaires dans sa chambre et rejoignit ensuite le producteur dans le studio de la maison. Il était occupé à travailler sur son album et à manipuler des compositions. « Oui, je suis arrivée plus tôt que prévu. Maman m’a déposée. » La jeune fille salua son père et l’embrassa sur la joue tout en l’étreignant légèrement. Immédiatement, il remarqua sa mine de zombie. Merci les fêtes (sur)alcoolisés. « Juste un peu fatiguée avec toutes les révisions et les soirées. J'ai la tête et le ventre saturés ! » Répondit-elle en souriant. « Oui, j’ai été chez des amis hier. Et toi ? Tu es resté enfermé dans ton studio tout le temps ? Tu avances bien ? » Evidemment, son père avait tout de suite remarqué la guitare qu’elle avait déposée derrière elle en entrant dans la pièce. « Elle est top oui ! Je me suis déjà bien entrainée. Mais bon, j’ai les doigts engourdis aujourd’hui… Et comme tu dis, il faut bien réviser sinon maman va nous tomber dessus. J’ai emmené de quoi étudier pour tout à l’heure. » Elle comptait la laisser ici le temps de la période d’examens pour éviter les remarques de sa mère. Megan adressa un regard complice au Julliard et avait en même temps réussi à pallier préventivement toute demande de la part de Max par rapport à la guitare. A la place, il se leva pour l’embrasser à son tour ; il voulait lui montrer quelque chose. « Oui bien sûr. Je reste toute l’après-midi donc on a tout le temps que tu veux. » Répliqua-t-elle, sa curiosité piquée au vif.

_________________

 
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Max Julliard
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding - Abel Griffiths - Charles Miller
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : Let me be the star to guide you home || Megan H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2831
POINTS : 4441
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
Let me be the star to guide you home || Megan Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 47 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Sa dernière copine l'a plaqué. Il est libre comme l'air, et malheureux comme les pierres, aussi.
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il parait qu'il sortait avec Yevgeniya Vassilievitch et qu'elle lui volé trente mille livres...vous y croyez, vous ? En tout cas, il a repris ses fêtes et ça n'a pas arrangé son caractère de chien !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
Let me be the star to guide you home || Megan Empty
MessageSujet: Re: Let me be the star to guide you home || Megan   Let me be the star to guide you home || Megan EmptyMer 8 Jan - 23:39


All of the dreams you have
I have them too
And all of the songs I sing
I wrote for you

La communication n’a pas toujours été le fort des Julliard. Avant l’accident, si la relation de Megan et Max était déjà fusionnelle, ils parlaient peu de leurs peurs et de leurs angoisses. Si le producteur se refuse à partager les conséquences qu’ont pu avoir certaines d’entre elles avec sa fille, c’est uniquement pour ne pas lui faire du mal. Pour le reste, les incompréhensions qu’ils ont pu avoir parfois sont à peu près derrière eux. La période a été rude ; ils ont eu peur de se perdre, de tout perdre. Et cela les incite à partager plus, à se dire les choses. La chanson qu’a écrite Max participe un peu de cet état d’esprit. C’est aussi un moyen de dire à Megan que malgré tout, malgré leurs disputes et les errances, tout va mieux, et qu’il restera toujours à ses côtés. Quoiqu’il se passe, d’ailleurs, même s’ils ne sont pas toujours d’accord, et même si Meg suit des chemins que Max ne comprend pas toujours. Il n’a jamais voulu de la carrière de militaire ou de juriste que sa mère et son père voulaient lui fabriquer, et il comprend pas bien comment sa fille peut trouver un attrait à cela, elle qui est si libre et qui lui ressemble autant. Peut-être justement à cause de cet esprit de contradiction et de rébellion qui est propre aux Julliard ? Peu importe. Même si c’est dur à accepter, il le doit, sans quoi il deviendrait à son tour comme sa mère, autoritaire et un peu odieux. Donc il encourage Megan, même s’il ne comprend rien, avec enthousiasme. Ca ne l’empêche pas d’aimer l’avoir à ses côtés en studio ni de se réjouir de voir que sa fille partage avec lui l’amour de la musique. Clairement, ça vient de lui, moins de Judy.

Megan lui donne d’ailleurs les dernières nouvelles, lui disant que sa mère l’a déposée. « Ta mère était là ? Tu aurais du lui dire de passer prendre un café, ça fait longtemps qu’on n’a rien fait tous les trois. » Malgré le divorce, quand Megan était plus petite, Judith et Maximilian avaient toujours réussi à mettre de côté leurs différends d’adulte pour passer du temps avec leur fille. Les années aidant et leur petite princesse grandissant, ces moments s’étaient espacés. Parfois, Max regrette un peu, notamment au réveillon : il aimait bien emmener Meg voir les feux d’artifices du 31 décembre. Maintenant elle passait la soirée avec des amis, et il a parfois du mal avec cette distance. Même s’il est dans l’ordre des choses que les enfants grandissent, bien sûr. « Tu avances comme tu veux, même avec les fêtes ? » Demande-t-il distraitement en fermant quelques fenêtres sur l’écran de l’ordinateur, alors que sa fille a passé ses bras autour de son cou pour l’embrasser sur la joue. Megan peut facilement lui raconter la messe : comme il n’a aucune expérience des études, le DJ incline à croire tout ce que sa fille lui dit. Surtout, elle a toujours été bonne élève : pourquoi s’inquiéterait-il ? Le sujet de la musique le réveille beaucoup plus. « Hm, aujourd’hui oui. Pas hier, Ivy était là et j’avais une interview à Swansea. » Dans l’ensemble, oui, cependant, l’album avance bien et Max en est plutôt content.

Vu comme Meg a apprécié la guitare, il espère qu’il en sera de même pour la chanson. « Même pas un petit morceau ? Je ne saurais jamais comment elle sonne, alors ? » Il s’amuse, mais n’insiste pas, se demandant s’il n’y a pas autre chose. Il n’y a jamais réfléchi, mais c’est peut-être paralysant, de jouer face à son père quand on sait qu’il est musicien lui-même. Max repense aux premiers morceau qu’il a joué à son père à lui, pourtant simple trompettiste de fanfare militaire, et il essaie d’imaginer ce que peut se dire Megan. « Une prochaine fois, alors ? »

En attendant, c’est lui qui appréhende. Car c’est le moment de lancer le titre qu’il a écrit pour elle. « C’est une des chansons de l’album. Elle s’appelle Now that I found you. » Il lance la chanson. Effectivement l’une des plus joyeuses de l’album, délibéremment pop et entrainante, elle rassemble tous ceux qui ont contribué d’une manière ou d’une autre à l’album. Soutenue par une mélodie acoustique, renforcée par plusieurs guitares électriques entrainantes, la voix de Max brûle de sincérité. Le refrain, repris en chœur par les choristes – il faut qu’il songe à remercier Nate et Lula, le rendu est très bon – est chaleureux et émouvant, surtout après un solo de guitare dont le producteur est vraiment fier et un jeu de batterie montant en puissance. Quant aux paroles, elles traduisent ni plus ni plus ni moins que tout son amour pour Megan, et tout ce qu’il serait prêt à faire pour elle, peu importe les disputes, les désaccords, et tout ce qui a pu parfois les séparer. I'll be the branch that breaks your fall/If you need me, make the call/I'll be there/And I know it's late for lullabies/But the future's yours and mine/Now and forevermore. Le refrain est sans doute encore plus chargé d’émotion car il traduit toute la reconnaissance que peut avoir Max lorsqu’il voit que sa fille garde foi en lui malgré toutes ses erreurs. Now that I found you/I won't let go/Let my arms surround you/Now that I found you/I can lay down with my ghost.Et c’est sur une demande, presque une supplique, qui conclut la chanson. Now that I found you, don't go…

Max laisse la chanson s’éteindre, regardant avec appréhension sa fille, curieusement ému autant qu’il est attendri – dans le même état d’esprit que lorsqu’il a écrit cette chanson. « C’est pour toi, lil’ girl. » Il sourit, ose la regarder. « Joyeux Noël un peu retard. Tu aimes ? »

Spoiler:
 

_________________

Summertimesadness I was sinking, but now I'm sunk, and I was drinking, and now I'm drunk. Your songs remind me of swimming but somehow I forgot...

Let me be the star to guide you home || Megan 482748114:
 



Dernière édition par Max Julliard le Mer 15 Jan - 1:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Megan Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Megan Julliard
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana & Keelin
TON AVATAR : Maria Pedraza
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey <3, signa - astra, gifs signa - chittockwrites, icon - kawaiinekoj
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Fredrik (3) - Judith (2) - Danny (2).
A venir : Max.

Fini : Max & Judith - Fredrik - Ivy - Danny - Annif Lula - Max - Luke - Judith - Lula - Fredrik (2) - Max (2) - Emma - Eleanor.

Let me be the star to guide you home || Megan A8dab46d93f7de6ee2d44755cd4d746ba4b38869
RAGOTS PARTAGÉS : 705
POINTS : 1695
ARRIVÉE À TENBY : 19/03/2019
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 ans (18 juin)
CÔTÉ COEUR : Côté quoi ?
PROFESSION : Etudiante en droit, elle hésite à continuer dans cette voie mais elle n'ose pas en parler à sa famille.
Let me be the star to guide you home || Megan Empty
MessageSujet: Re: Let me be the star to guide you home || Megan   Let me be the star to guide you home || Megan EmptySam 11 Jan - 18:31

Cause every night, I lie in bed
The brightest colors fill my head
A million dreams are keeping me awake
For the world we're gonna make

Quand il apprit que Judith avait déposé sa fille, Max déplora qu’elle ne se soit pas éternisée pour partager un moment à trois. « Elle n’avait pas le temps de rester, elle devait aller rechercher Simon. » Son petit frère était chez des copains de classe ou de son sport. Megan n’avait pas cherché à en savoir plus. L’occasion de passer du temps tous ensemble avec ses parents se présenterait une autre fois. La jeune fille donna des nouvelles à son père et lui résuma ce qu’elle avait fait les jours précédents. « Pas vraiment. » L’étudiante lui cachait qu’elle ne révisait pas, cependant elle ne mentait pas sur les difficultés d’avancer dans la matière. Entre les soirées et les réveillons, elle devait récupérer et se lever tôt le matin n’était donc pas possible. « C’est toujours la période la plus compliquée pour s’y mettre… Tu vois tous les autres faire la fête, profiter de leurs congés, et nous, à l’université, on ne peut même pas prendre le temps de se reposer. » Alors qu’au mois de mai ou de juin, tout le monde se retrouvait dans le même bateau et devait étudier pour la fin de l’année. La brune n’avait pas encore la notion du monde du travail. De plus, Megan parlait de la torture des cours à un bourreau de travail qui ne s’arrêtait jamais. Max passait énormément de temps dans son studio ou à se plier en quatre pour d’autres artistes, il ne comptait pas ses heures mais il exerçait un travail qui était synonyme de passion pour lui. A l’école, certains cours désintéressaient la brune. Une partie de ses doutes résultaient du fait qu’elle n’arrivait pas à se projeter.

Heureusement, son père n’écouta que d’une oreille, concentré sur son ordinateur. De son côté, il avait partagé son temps entre le studio, Ivy et ses obligations professionnelles. Tout semblait très bien rouler entre eux. « Tu vas bientôt lui demander de vivre ici ? » S’inquiéta-t-elle abruptement et sans filtre. Son père avait toujours été un rapide, il ne perdait jamais de temps, alors forcément, elle se demandait quand les deux tourtereaux passeraient à l’étape supérieure. Depuis que Megan avait appris la vérité, elle se sentait mal à l’aise à cette simple évocation. « Rassure-moi, pas maintenant… » Elle ne pouvait pas empêcher son père de mener sa vie comme bon lui semblait mais Megan voulait d’abord être sûre qu’il n’y avait aucune raison de se méfier. La maison de son père était son refuge quand elle cherchait à fuir de chez elle (ou sa mère) et la simple idée que sa copine soit h24 dans la villa donnait à l’étudiante des raisons de croire qu’il ne voudrait peut-être plus voir sa fille aussi souvent… Cette inquiétude semblait stupide, cependant l’accident du producteur avait ravivé des angoisses insoupçonnées chez Megan dont la peur viscérale de le perdre ou de ne pas passer assez de temps avec lui quand il était à Tenby. Et ses craintes n’étaient pas si infondées puisqu’Ivy avait clairement exprimé son souhait d’éviter la famille du Julliard le plus possible. Jusqu’à présent, tout le monde avait trouvé un équilibre. Le couple se voyait quand Max était seul, mais si sa nouvelle copine venait vivre avec lui, la situation risquait à coup sûr de changer. Était-ce donc un projet dans un avenir proche ?

Max remarqua ensuite inévitablement la guitare dans la pièce alors que Megan trouva un énième prétexte pour ne pas jouer devant lui. Le pauvre, il allait finir par désespérer de l’entendre un jour. « Non, je ne crois pas que je pourrai jouer aujourd’hui. » Face à la réticence de sa fille, il n’insista pas. Elle se contenta d’hocher la tête positivement lorsqu’il lui proposa de lui donner un aperçu une prochaine fois. D’ici-là, la petite Julliard aurait tout le temps de trouver une nouvelle excuse. Pour l’heure, son père désirait lui montrer quelque chose. Elle s’installa à côté de lui alors qu’il lançait une chanson tout en lui donnant le titre. La mélodie s’envola dans la pièce, une mélodie où l’on entendait bien les différents instruments. Joyeuse et entrainante, elle captait l’oreille, du genre de musique qui restait facilement en tête. Le refrain était plutôt facile à retenir car Megan l’avait pratiquement mémorisé en fin de chanson. Malgré des paroles qui pouvaient leur correspondre, elle n’avait pas compris que son père avait écrit cette chanson pour elle. « Pour moi ? » S’exclama-t-elle, surprise, lorsque la musique s’acheva. Elle resta silencieuse un petit moment et se rappela les paroles de la chanson. Il l’avait écrite pour eux et en fait elle répondait exactement aux angoisses de Megan. Now that I found you, I won’t let go… « Oh papa ! Elle est trop bien ! » Reprit-elle, sincèrement émue et touchée, en étreignant à nouveau son père. Il y avait mis tout son cœur, à la fois dans la voix et dans la musique. Et elle l’aimait bien. « Est-ce que tu pourrais la remettre ? J’aimerai encore l’écouter. » Avec un nouveau regard sur la chanson cette fois, Megan n’allait pas bouder son plaisir.


_________________

 
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Max Julliard
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding - Abel Griffiths - Charles Miller
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : Let me be the star to guide you home || Megan H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2831
POINTS : 4441
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
Let me be the star to guide you home || Megan Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 47 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Sa dernière copine l'a plaqué. Il est libre comme l'air, et malheureux comme les pierres, aussi.
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il parait qu'il sortait avec Yevgeniya Vassilievitch et qu'elle lui volé trente mille livres...vous y croyez, vous ? En tout cas, il a repris ses fêtes et ça n'a pas arrangé son caractère de chien !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
Let me be the star to guide you home || Megan Empty
MessageSujet: Re: Let me be the star to guide you home || Megan   Let me be the star to guide you home || Megan EmptyDim 26 Jan - 23:21


All of the dreams you have
I have them too
And all of the songs I sing
I wrote for you

Après avoir demandé des nouvelles de Judith, Max s’enquiert de celles de sa fille. Il sait qu’en ce moment, en dehors des fêtes, sa vie doit beaucoup tourner autour des révisions, alors il centre sur le sujet autour des examens, mais se heurte à une réponse à laquelle il ne s’attendait pas forcément. Megan a toujours été enthousiaste à propos de ses cours, et c’est bien la première fois qu’il l’entend râler à propos des examens. Il le remarque, mais comme l’explication des vacances est crédible, il ne relève qu’à moitié : tout le monde ne fonctionne pas comme lui, à être passionné H24 par son métier, en oubliant de dormir. « C’est vrai qu’on court partout à cette période. Mais tu sais, peut-être que tu devrais prendre quand même un jour ou deux tranquilles, pour toi, tu vois ce que je veux dire ? A force d’être le nez dans le guidon, on finit par ne plus savoir s’arrêter, et à la fin, on ne fait plus rien de bien et ça devient contre-productif. » Sans avoir conscience de la portée de ce qu’il dit, il ajoute gentiment : « Je ne veux pas que tu te rendes malade juste pour des examens, d’accord ? » Il n’est pas un modèle à suivre, Max le sait. Tout le monde lui râle dessus quand il travaille trop, mais il a envie de le faire : ça lui évite encore quelques pensées noires, et puis il faut que la boite tourne, et il veut découvrir de nouveaux artistes, et finir son album, et…et la liste est sans fin. Il ne sait pas s’arrêter, même si une part de lui sait que s’épuiser ainsi n’est pas sain. Mais ce n’est pas ce qu’il veut pour Meg.

En tout cas, il commence vraiment à se poser des questions : alors qu’il a encore le regard rivé sur son pc, une question, un peu brutale, presque hors sujet, de sa fille, fait lever les yeux du producteur. Le commentaire qui suit lui fait léger froncer les sourcils, mais décider à calmer le jeu avant que les choses ne s’enveniment, il se contente d’un léger coup de coude, affectueux : « Elle est si pénible que ça, pour que tu deviennes désagréable avec moi ? » C’est de l’humour, et Max préfère commencer la discussion sans trop de sérieux, ayant bien compris qu’il y a une question de jalousie derrière tout ça, et un peu de crainte. Il ne peut pas trop en vouloir à sa fille, c’est assez logique, et puis quand bien même il le voudrait, il en serait fichtrement incapable, parce qu’il lui passe toujours tout. « Pour te répondre, je ne sais pas. Je ne veux pas précipiter les choses. » Max se dit que toutes les fois où il a été (trop) vite ça n’a pas marché. Et il voudrait croire que cette fois, justement, ça peut fonctionner. S’il est totalement honnête, son indécision vient aussi du fait qu’ils n’ont jamais véritablement abordé le sujet, avec Ivy, même si en réalité, elle est très souvent chez lui. Mais ça, ce n’est pas une question qu’il abordera avec sa fille. Avec la tournée après l’album, de toute façon, la question se pose moyennement. Pour l’instant, il cherche surtout à rassurer Meg. « De toute façon, ça ne change rien. C’est chez toi, ici, lil’ girl. Tu le sais, ça, pas vrai ? » Il serre gentiment sa main dans la sienne. Il fait de son mieux pour apaiser les angoisses de sa fille, Max.

Et pour prouver son amour pour sa fille, Max n’a pas besoin de beaucoup : il a écrit naturellement Now that I found you pour elle, parce qu’en réalité, il lui semblait impossible de faire un album qui parle de lui sans parler de Megan. Ce disque est pour Mel, sans doute, mais il est au final pour tous les gens qu’il aime, et le producteur aime sa fille cadette plus que tout. Alors il n’insiste pas trop non plus sur le fait qu’elle ne veuille pas jouer devant lui, même si ça commence à faire beaucoup de choses qu’il trouve un peu étrange. Il lance juste la piste, et il attend sa réaction avec un brin d’angoisse. Heureusement, quand la chanson s’arrête, il n’a qu’à retenir un rire devant sa réaction de surprise. « Pour toi, oui, pour qui d’autre, sinon ? » Il sourit encore, répond à son étreinte en la serrant lui-même dans ses bras. Il était inenvisageable de faire un album à propos de lui sans parler des gens qu’il aime. Et il aime Meg plus que tout au monde. « C’est vrai, elle te plait ? » Rien ne pourrait lui faire plus plaisir.  « Oui, bien sûr, attend. » La chanson se lance de nouveau, Max la fredonnant distraitement, et commentant ce qu’ils entendent : « Le chœur, c’est Nate et Lula, principalement, et la rythmique, là, Lula aussi. Le solo, ici, c’est moi… » Il s’empare de la guitare de sa fille. « Tiens, regarde, je vais te montrer les accords, si ça te tente. » Il devine plus qu’il ne voit réellement la grimace et le regard d’appréhension qu’elle lui lance. Alors il coupe la musique, gardant la guitare sur les genoux, scrutant sa fille d’un air un peu inquiet. « Dis, Meg…est-ce que tout va bien ? Je veux dire, vraiment. T’as l’air un peu…ailleurs, on va dire, depuis tout à l’heure.  Tu sais que je suis là, pas vrai ? Et que même si je suis ton père et que je ne comprends plus grand-chose aux trucs des jeunes, je peux écouter. » Il n’est pas forcément le meilleur confident qui soit. Mais il trouve vraiment l’attitude de Meg étrange.

_________________

Summertimesadness I was sinking, but now I'm sunk, and I was drinking, and now I'm drunk. Your songs remind me of swimming but somehow I forgot...

Let me be the star to guide you home || Megan 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Megan Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Megan Julliard
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana & Keelin
TON AVATAR : Maria Pedraza
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey <3, signa - astra, gifs signa - chittockwrites, icon - kawaiinekoj
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Fredrik (3) - Judith (2) - Danny (2).
A venir : Max.

Fini : Max & Judith - Fredrik - Ivy - Danny - Annif Lula - Max - Luke - Judith - Lula - Fredrik (2) - Max (2) - Emma - Eleanor.

Let me be the star to guide you home || Megan A8dab46d93f7de6ee2d44755cd4d746ba4b38869
RAGOTS PARTAGÉS : 705
POINTS : 1695
ARRIVÉE À TENBY : 19/03/2019
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 ans (18 juin)
CÔTÉ COEUR : Côté quoi ?
PROFESSION : Etudiante en droit, elle hésite à continuer dans cette voie mais elle n'ose pas en parler à sa famille.
Let me be the star to guide you home || Megan Empty
MessageSujet: Re: Let me be the star to guide you home || Megan   Let me be the star to guide you home || Megan EmptyVen 21 Fév - 20:52

Cause every night, I lie in bed
The brightest colors fill my head
A million dreams are keeping me awake
For the world we're gonna make

Max avala l’explication de Megan par rapport à ses examens. Elle n’aimait pas « mentir » à son père, cependant elle n’avait pas encore envie de lui dire qu’elle envisageait carrément de mettre son année entre parenthèses. Il ne la pousserait pas à continuer si elle ne désirait pas mais il pourrait en parler à Judith ou lui demander quels étaient ses prochains projets. Megan n’avait présentement pas trouvé toutes les réponses à sa remise en question. Elle l’écouta donc lorsqu’il lui préconisa de lever le pied et songea qu’il devrait parfois suivre ses propres conseils. Le dicton était bien connu : le cordonnier était le plus mal chaussé de tous. De son côté, la petite Julliard ne se rendait pas du tout dingue pour cette session d’examens. « D’accord. » Répondit-elle simplement aux réflexions de son père.

La jeune femme réussit à balayer le sujet de l’université en enchainant par une interrogation sans rapport avec la discussion précédente mais qui l’inquiétait tout autant que ses doutes par rapport aux cours. Puisque le producteur avait évoqué Ivy, il n’était pas si malvenu de crever des abcès supplémentaires. Cette fois, Max détacha carrément le regard de son ordinateur et lui accorda toute son attention. Si Megan n’avait pas été sa fille, il se serait peut-être énervé sur son interlocuteur pour avoir eu l’audace de lui poser une telle question. Pourtant, il garda son calme et joua la carte de l’humour pour détendre une atmosphère désormais tendue. Pas de chance pour lui, mini Julliard n’était pas d’humeur à rire. « Non, elle n’est pas pénible, c’est la situation qui l’est. » De plus, son père trouvait soudainement sa fille désagréable à chaque fois qu’elle évoquait sa copine. Elle n’avait même plus besoin de mentionner le prénom d’Ivy sans qu’il se crispe. Mais il connaissait aussi très bien Megan et il avait perçu les raisons de sa crainte. C’est pourquoi il finit par lui expliquer franchement qu’il ne comptait pas précipiter leur relation et qu’elle serait toujours chez elle ici. « En effet, la précipitation n’a jamais été ta meilleure alliée. » Abonda-t-elle dans son sens. « Et je sais que tu essaies de faire de ton mieux. Mais cette fois, je ne sais pas, c’est différent. » Il avait attrapé sa main et avait utilisé le surnom affectueux qu’il lui donnait pour essayer de la rassurer. Megan était sa fille et elle aurait toujours sa place peu importe les femmes dans sa vie. « Comment peux-tu être si sûr que ça ne changera jamais ? » La question avait été posé d’une voix si intense que les murs en résonnaient encore. « En fait, j’aimerai la revoir, peut-être apprendre à la connaître, ce serait plus facile à accepter. » D’une part, elle espérait ne plus avoir quinze belles-mères différentes au cours des cinq prochaines années et d’autre part, si Ivy prenait une place plus importante dans la vie de son père, son intégration passait aussi par la famille. Bien sûr, les autres Julliard n’étaient pas obligés de l’accepter pour que Max continue de l’aimer mais Megan souffrirait d’être mise à l’écart si elles n’arrivaient pas à s’entendre. Au moins, il pouvait constater qu’elle essayait d’établir un pont malgré sa prudence exacerbée.

Finalement, le producteur revint sur un terrain plus neutre : son projet musical. Il voulait montrer ses dernières avancées à sa fille. Megan venait de trouver un énième prétexte pour ne pas jouer devant son père alors il lança directement une chanson. Plongée dans l’instant présent, elle ne saisit pas tout de suite qu’il avait écrit le morceau pour elle, aussi elle ne réussit pas à cacher sa surprise quand elle percuta enfin. Megan serra ensuite son père dans une étreinte chaleureuse, se trouvant soudainement sotte de croire qu’il pourrait la remplacer à quelque niveau que ce soit dans sa vie. « Me neither, I won’t let go. » Répondit-elle simplement en écho, lorsqu’il lui demanda si la chanson lui plaisait. Savait-il à quel point elle était fière de lui d’avoir écrit un album sur sa sœur, d’avoir trouvé la force de mettre des mots sur ce mal-être qui l’habitait depuis la perte de sa fille aînée ? Son père était une inspiration. Il relança le morceau et la petite Julliard s’imprégna complètement de la musique, fermant les yeux et dodelinant de la tête tout en écoutant les commentaires de son père. Nate et Lula avaient contribué à la chanson. Amusée, elle imaginait la scène d’ici. « Tu as réussi à les rallier tous les deux et même à les associer ? C’est vraiment parce que c’est toi qu’ils l’ont fait. » Certes, ils formaient un groupe ensemble mais Nate et Lula avaient des grosses personnalités, promptes à créer des étincelles. Se réunir pour leurs projets communs était déjà une sacrée paire de manches alors pour l’album d’une autre personne… La métisse avait de l’affection pour les Julliard alors elle s’était sûrement investie sans bouder son plaisir, par contre la participation de l’autre diva était une réelle surprise. « C’est sympa qu’ils aient contribué, ils font partie de ton univers artistique et Lula de nos vies. Elle y tient une place spéciale comme dans la chanson. » Soudain, Max attrapa la guitare de sa fille pour lui montrer les accords et essuya une grimace d’appréhension de la part de Megan. « Tu… tu veux essayer de me l’apprendre ? » Dit-elle presque volontaire. Presque, car alors que sa carapace commençait à céder et qu’elle s’était rapprochée pour regarder les accords qu’il allait effectivement utiliser, il cassa leur beau moment en l’assommant de questions. « Mais oui ça va… C’est juste que tu ne veux pas comprendre que c’est l’angoisse totale de jouer devant toi… » Oups, les mots lui avaient malencontreusement échappé des lèvres. Trop tard. Son père se crispait quand elle parlait d’Ivy et elle quand il lui parlait de ce qui n’allait pas. Si elle avait réussi à lui cacher à quel point elle était paumée dans sa vie, elle n’était en revanche pas parvenue à taire toutes ses angoisses.




_________________

 
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Max Julliard
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding - Abel Griffiths - Charles Miller
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : Let me be the star to guide you home || Megan H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2831
POINTS : 4441
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
Let me be the star to guide you home || Megan Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 47 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Sa dernière copine l'a plaqué. Il est libre comme l'air, et malheureux comme les pierres, aussi.
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il parait qu'il sortait avec Yevgeniya Vassilievitch et qu'elle lui volé trente mille livres...vous y croyez, vous ? En tout cas, il a repris ses fêtes et ça n'a pas arrangé son caractère de chien !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
Let me be the star to guide you home || Megan Empty
MessageSujet: Re: Let me be the star to guide you home || Megan   Let me be the star to guide you home || Megan EmptyVen 27 Mar - 0:08

All of the dreams you have
I have them too
And all of the songs I sing
I wrote for you

Il y a des conversations que Max préférerait ne pas avoir, comme celle-ci, à propos de Ivy. Il espérait pourtant avoir remis les choses à plat avec Megan, mais il faut croire que son couple est une donnée difficile à accepter pour sa fille. Maximilian peut comprendre, mais à vrai dire, se justifier alors qu'il sait qu'il n'obtiendra au mieux qu'une acceptation réticente de la part de tous l'agace. Ca ne sert à rien de lui demander de s'expliquer si on ne l'écoute pas. Pourtant, il fait un effort. Parce que c'est Megan. Et parce qu'il sait qu'elle fonctionne comme lui, à aimer profondément les gens sans avoir parfois le courage de dire à quel point il a peur de les perdre, et parce que comme Meg le dit elle-même, oui, c'est différent, cette fois, pour un nombre incalculable de raison : la première d'entre elles, si on exclut le caractère atypique de la relation qu'il a avec Ivy, est sans doute sa durée : ça fait un moment qu'ils sont ensemble, maintenant, et ces dernières années, ça n'était vraiment pas le fort du DJ, les relations durables. Et puis c'est vrai, il ne s'est pas précipité autant que les dernières fois. Est-ce qu'il a bien fait ? L'avenir le dira…En tout cas, Max a déjà fort à faire pour rassurer Megan. Elle est plus honnête que lui à ce sujet, et ça lui tire un sourire. "Oh, chérie. Parce que je le sais, c'est tout. Parce que tu seras toujours ma petite fille, quoiqu'il se passe, et que même si je suis parfois irresponsable, c'est le rôle des parents, d'être là. C'est comme ça que ça marche, c'est tout. " Le ton est doux. "Un jour, tu auras des enfants, et tu comprendras ce que je veux dire…c'est difficile à expliquer." Il aime Megan plus que tout au monde, en réalité, contre vents et marées, malgré leurs désaccords, souvent avec complicité, parce que c'est comme ça, qu'elle est sa fille, son bébé, qu'il a vu naitre et qu'il a aimé au premier regard. Il approuve cependant ce qu'elle lui dit en dernier. "D'accord. Je lui en parlerai, et on fera ça." Connaissant Ivy, Max n'est pas tellement sûr que ça lui plaise. Mais il voudrait que ça se passe bien, pour de bon, entre elle et sa famille. D'abord parce que ça changera des Vassilievitch et de l'ensemble de leur œuvre, ensuite parce qu'il ne veut pas être coincé dans un conflit entre deux personnes qu'il aime. Surtout pas Megan et Yevgeniya, ce serait une vraie torture. "Merci." Ajoute-t-il d'ailleurs, presque penaud, conscient et reconnaissant des efforts de sa fille. Il espère en retour arriver à lui faire comprendre combien elle compte.

La chanson que Max a écrite pour elle, vraie déclaration d'amour, au même titre que celles qu'il a écrite pour Melody, quoique plus joyeuse, le prouve assez. Max en est fier, et que Megan l'aime le comble de joie. Il sourit, ravie, discutant avec elle de l'album. "Ah, ça n'a pas été facile, mais je suis content qu'ils aient fait l'effort, le résultat en vaut la peine. Ca ne marche pas trop mal entre eux quand tu réussis à les convaincre de se concentrer sur la musique plutôt que sur leur compétition sur le nombre de followers qu'ils ont sur Instagram." Plaisante-il gaiement, avant de passer à un sujet un peu plus sérieux. "Lula m'a aidé à écrire une chanson pour ta sœur aussi…il y en a deux, à propos d'elle. Je ne sais pas si tu voudrais les entendre ? Je les ai fait écouter à ta mère…" C'est difficile, pour Max, parce que comme pour Judith, il ne voudrait pas blesser Megan et raviver des plaies encore mal cicatrisées. Mais il a aussi désespérement besoin de l'approbation de sa fille…

Et force est de constater, quand il essaie de rééquilibrer les choses vers un sujet plus joyeux, qu'il se trompe. "Oh." Max se recule dans son siège, un peu étonné par la réaction de Meg. Ce n'est pas à quoi il s'attendait. Il la trouvait un peu distante, et prompt à s'inquiéter, s'imaginait autre chose, mais pour l'instant, il ne sait juste pas bien comment réagir. "Mais…pourquoi ? Et depuis quand je te fais peur, moi ?" Le moins qu'on puisse dire, c'est que Max est déboussolé et perdu face à ce que lui dit Megan. Essayant de comprendre, il réfléchit rapidement, basculant sa guitare pour qu'elle touche le sol et s'appuyer dessus. "Tu sais…ce n'est pas un entretien d'embauche. La musique, c'est censé être un truc fun. Et c'est marrant si je t'ai transmis ça, même un peu. " Il sourit d'un air rassurant. "Il ne faut pas se mettre autant de pression, lil' girl. Je ne t'obligerai pas à quoi que ce soit. Ni là, tout de suite, ni comme métier, d'ailleurs." Bien sûr qu'il serait très heureux que Meg veuille en faire son métier, et même sans ça, de jouer avec elle, mais il ne va pas la torturer, ça ne rime à rien. Alors il passe à autre chose. "Alors du coup, qu'est-ce que tu veux faire cet après-midi ? J'y pense, je te met en retard dans tes révisions, en plus, pardon, ce n'est pas très sérieux."

_________________

Summertimesadness I was sinking, but now I'm sunk, and I was drinking, and now I'm drunk. Your songs remind me of swimming but somehow I forgot...

Let me be the star to guide you home || Megan 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Megan Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Megan Julliard
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana & Keelin
TON AVATAR : Maria Pedraza
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey <3, signa - astra, gifs signa - chittockwrites, icon - kawaiinekoj
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Fredrik (3) - Judith (2) - Danny (2).
A venir : Max.

Fini : Max & Judith - Fredrik - Ivy - Danny - Annif Lula - Max - Luke - Judith - Lula - Fredrik (2) - Max (2) - Emma - Eleanor.

Let me be the star to guide you home || Megan A8dab46d93f7de6ee2d44755cd4d746ba4b38869
RAGOTS PARTAGÉS : 705
POINTS : 1695
ARRIVÉE À TENBY : 19/03/2019
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 ans (18 juin)
CÔTÉ COEUR : Côté quoi ?
PROFESSION : Etudiante en droit, elle hésite à continuer dans cette voie mais elle n'ose pas en parler à sa famille.
Let me be the star to guide you home || Megan Empty
MessageSujet: Re: Let me be the star to guide you home || Megan   Let me be the star to guide you home || Megan EmptyDim 29 Mar - 16:31

Cause every night, I lie in bed
The brightest colors fill my head
A million dreams are keeping me awake
For the world we're gonna make

Face aux interrogations de Megan, Max continua de la rassurer. Aucune femme ne pourrait changer la relation qu’il partageait avec sa fille. Il en était convaincu. Le producteur se retrancha d’ailleurs derrière la parentalité pour expliquer à la jeune femme qu’elle comprendrait ce qu’il voulait dire quand elle aurait des enfants elle aussi. « Des fois, on se demande qui est l’adulte dans cette maison. » Répondit finalement Megan d’un ton plus léger. Son père avait réussi à la tranquilliser de nouveau et avait accepté d’inviter Ivy quand elle serait présente pour que tous les trois puissent passer du temps ensemble. Ce serait sûrement gênant au début mais si la Russe devenait sa belle-mère sur la durée alors il fallait briser ces barrières malaisantes entre elles.

Max lança ensuite la musique qu’il avait écrit pour Megan et elle adora la chanson. Ils s’échangèrent des mots affectueux entre père et fille puis le producteur lui donna des détails sur la composition. Nate et Lula avaient participé au morceau. La petite Julliard s’étonnait que Max ait réussi à les réunir dans un studio pour un projet autre que celui de leur groupe. Les deux artistes avaient un caractère affirmé et c’était un véritable challenge de les faire travailler ensemble. Chacun avait visiblement mis son égo de côté pour l’album comme il le lui expliqua. « Quand ils veulent, ils sont sacrément doués ! » Approuva Megan qui appréciait beaucoup la musique du groupe. Max ajouta que Lula l’avait aussi aidé à écrire une chanson sur Melody et qu’en tout l’album comptait deux musiques sur sa sœur. Il lui proposa de les écouter. « Oui bien sûr. » Melody restait un sujet sensible et douloureux pour la jeune fille autant que pour ses parents car une partie d’elle avait disparu en même temps que sa sœur… une partie de son innocence d’enfant aussi. Et ensuite, ça avait été le grand vide pour elle et le plongeon dans la vie de ses parents qui avaient divorcé. Si Lula avait aidé son père à écrire, c’était rassurant parce qu’elle avait sûrement trouvé des mots qu’il n’aurait pas réussi à coucher sur papier tout seul. Les écouter promettait un autre grand moment d’émotion.

Comme Megan jouait de la guitare, Max lui montra ensuite les accords à utiliser sur l’instrument pour la chanson qu’il avait écrite pour elle. Ainsi, elle pourrait s’entrainer sur le morceau et l’apprendre. Cependant, lorsqu’il lui lança vingt milles questions d’un coup, la petite Julliard se braqua et refusa net de jouer. Max l’angoissait avec toutes ses interrogations. Elle qui était déjà perdue, se sentait encore plus confuse devant lui. Et il en rajouta une couche en lui demandant ses raisons. Finalement, le pire ennemi de Megan était sans doute elle-même. Ces dernières semaines, elle s’auto-sabotait. Tout se passait bien pour sa santé ? Bim, elle sabotait. Dans les études ? Elle sabotait. Dans la famille ? Elle sabotait aussi. Cette année avait été chargée en périodes stressantes entre l’accident de son père, son insouciance inconsidérée en soirée et qui l’avait conduite à penser qu’elle avait peut-être chopé une maladie, l’abandon de ses révisions, sa vie un peu trop parfaite… Le bonheur est une quête universelle qu’on essaie de toucher mais parfois lorsqu’il est atteint à plusieurs niveaux, il submerge. Perturbée, Megan avait mis alors en place des stratégies inconscientes pour le rejeter. Perdue, elle se braquait, se figeait dans une attitude bornée et stérile envers son père, s’agaçait quand il lui posait une question et répondait parfois avec agressivité alors qu’elle restait plus douce et plus calme avec ses amis. Ce n’était pourtant pas dans ses habitudes. L’histoire familiale, les épreuves, avaient laissé des cicatrices sur elle et les événements de cette année les avaient ravivés. Megan ne voulait pas que sa vie devienne un long fleuve tranquille, cet état était contre-nature pour elle. Elle implosait dans cette pseudo vie rangée et épanouissante qui s’était brisée comme un château de cartes quand elle avait cru perdre son père. La perspective de continuer dans le droit lui semblait prendre un chemin effrayant, aliénant même. Alors, elle bloquait et s’enfermait dans cette zone de confort rassurante qui était de se prendre la tête avec son père, parce qu’elle le connaissait, elle l’éprouverait et il lui pardonnerait. Elle se créait l’illusion de contrôler une situation qu’elle ne maitrisait plus du tout. Megan était totalement perdue. Lula lui avait donné de bons conseils pourtant, celui d’être à l’écoute d’elle-même, de prendre un temps de réflexion et de choisir ce qu’elle voulait pour ne pas s’enfermer dans une vie qui ne lui correspondait pas. Et son écoute bienveillante l’avait aidée à voir plus clair dans cette situation. Elle avait raison. Il était idiot de se saboter et de rejeter sur son père le reflet de ses peurs et de son indécision.

En papa gentil et bienveillant, Max essaya de comprendre pourquoi elle le redoutait et lui rappela que la musique devait rester un amusement, qu’il ne l’obligerait à rien. Elle avait été ridicule de croire le contraire. Il changea donc de sujet et lui demanda ce qu’elle voulait faire pour la suite de l’après-midi avant de se rappeler qu’elle devait réviser et qu’il la retenait. Il était temps de prendre son courage à deux mains et de briser la glace. « La vérité, c’est que je fais n'importe quoi en ce moment et que je ne vais presque plus en cours depuis deux mois. » Et qu’elle avait réussi à leur cacher sans le moindre problème. « Je n’ai pas encore commencé à étudier pour mes examens et je vais très certainement me vautrer pour cette session. Je ne sais plus ce que je veux faire en fait. Continuer le droit ou pas. Je ne sais pas si c’est une baisse de régime ou une envie permanente. Je n’en ai pas encore parlé à maman. » La brune avait mis des mots sur l’une de ses remises en question et s’engagea sur la seconde. « Oui, j’aime la musique et je tiens de toi pour la fibre artistique c’est sûr. Mais je l'aime avant tout pour ce qu’elle me fait ressentir. Si j’en joue souvent ? Oui par plaisir et je chante aussi. » La jeune femme se libérait de tout un tas de sentiments contradictoires et se dévoila davantage. « Pourquoi jamais devant toi ? Je voudrai bien mais j’ai peur oui. Parce que tu aurais le pouvoir de m’encourager d’un regard aussi sûrement que de me convaincre d’arrêter même si c’est inconscient chez toi. Je sais que ce n’est pas un entretien d’embauche mais toi tu n’es pas n’importe qui. Je ne veux pas te décevoir même si tu me dis que tu n’as pas d’attentes. Ton œil de professionnel, tu ne peux pas te l’enlever, c’est impossible et ce sera donc impossible que ce soit juste un moment naturel entre nous. » Elle se rappelait qu’avant de commencer le droit, il avait caressé l’espoir qu’elle vienne travailler avec lui avant de se résigner à ses études d’intellectuelle. Maintenant que Megan se remettait en question, elle savait que ça reviendrait un jour sur le tapis. Mais ça devait venir d’elle. « La musique est un bon moyen de nous rapprocher mais c’est aussi ce qui nous a éloigné. Après ce qui s’est passé avec Mel, tu ne t’en es jamais remis et tu m'as laissé à maman. Il fallait un spectacle d’école ou des vacances scolaires pour que je te voie. Je ne te le reproche pas, tu as toujours été présent dans les moments importants. Et cette année, il y a eu ton accident et après tu voulais venir étudier sur mon campus alors que j’ai déjà du mal à m’affranchir de ta célébrité. A n’avoir que mon père derrière l’artiste. (elle l'avait eu en Italie !). C’est ce que représente l’album que tu as écrit. C’est très personnel parce que ça parle de Mel, c’est aussi une mise à nu de toi. Toi derrière l’artiste. Et ce sera ton meilleur. » Elle prit une longue inspiration et esquissa un sourire désabusé. « Prendre une guitare et jouer devant toi est difficile pour moi parce que c’est la même mise à nu. Et peut-être aussi parce qu’on a le même sang et qu’on se prend trop la tête. » Alors Max trouverait-il les clefs pour la débloquer maintenant qu'elle lui avait fait comprendre son ressenti ? Finalement, c’était peut-être tout ce qui manquait à Megan.



_________________

 
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Max Julliard
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding - Abel Griffiths - Charles Miller
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : Let me be the star to guide you home || Megan H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2831
POINTS : 4441
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
Let me be the star to guide you home || Megan Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 47 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Sa dernière copine l'a plaqué. Il est libre comme l'air, et malheureux comme les pierres, aussi.
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il parait qu'il sortait avec Yevgeniya Vassilievitch et qu'elle lui volé trente mille livres...vous y croyez, vous ? En tout cas, il a repris ses fêtes et ça n'a pas arrangé son caractère de chien !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
Let me be the star to guide you home || Megan Empty
MessageSujet: Re: Let me be the star to guide you home || Megan   Let me be the star to guide you home || Megan EmptyMer 8 Avr - 23:40


All of the dreams you have
I have them too
And all of the songs I sing
I wrote for you

C’est une bonne question, ça, de savoir qui est l’adulte de la famille. Souvent, ce n’est pas Max, et il en est conscient – quand il déconne, qu’il sort trop, qu’il change de copine et qu’il enchaine un peu trop souvent les mariages. Mais pour le reste, pour ce qui compte, finalement, c’est lui l’adulte. Sauf que ça ne change rien : même parent, même à quarante-sept ans, les adultes sont parfois paumés, et mal, et ils n’ont pas forcément toutes les solutions. Max fait définitivement parti de ceux là, sans doute. Il essaye, pourtant, Dieu sait qu’il essaye de gérer, et de ne pas imposer ses propres problèmes à sa fille. Il sait à quel point leur monde s’est effondré. Que ce soit le sien ou celui de Megan, rien n’a plus été pareil à la mort de Melody. Mais c’est difficile, pour lui aussi. Parce que devoir assumer un rôle de père alors qu’on est soi-même sur le point de s’effondrer à tout instant, en tant que personne, est quasiment intenable.

Parce qu’il a beau faire le malin, Max est fragile. Son accident en témoigne, il l’est beaucoup plus que ce qu’il n’y parait. Mais ce n’est pas une fatalité, et malgré tout, il a de l’espoir. Il a survécu, il a voulu survivre, et c’est une victoire, un pas vers l’apaisement. Cet album est une autre victoire sur lui-même. Peu à peu, il arrive à avancer, à dire les choses, au moins par le biais de la musique. Combien il tient à Megan. Combien il a eu mal, et combien il a encore mal, à cause de la perte de Melody, combien cette vie ne tient qu’à un fil. Le producteur ne sait pas dire tout ça autrement qu’en chanson, mais c’est un message, et il a besoin que quelques personnes l’entendent – Megan en premier lieu. « Merci. » Il serre gentiment sa main quand elle accepte d’écouter les deux chansons qu’il a écrit pour Melody. Max ne dit rien de plus, d’abord parce qu’il n’en est pas vraiment capable, ensuite parce que ce remerciement est suffisant.

En parlant de message, celui que lui renvoie Megan est plutôt clair. C’est un non, clair et franc. Max n’est pas sûr d’en comprendre les raisons. Il voit que cette situation de blocage arrive de plus en plus souvent, mais ne parvient pas à ce qu’il se passe derrière ce constat. A un moment, il l’a associé à l’accident, qui ne pouvait que raviver des blessures profondes chez eux deux, mais il pensait que ça se limitait à ça – ce qui est déjà beaucoup. Il a passé l’éponge à chaque fois, il s’apprête d’ailleurs à le faire encore, pardonnant tout à Megan, parce qu’il ne peut envisager l’idée même de la perdre. Mais il ne comprend pas ce rejet, et ça l’attriste profondément. Il a l’impression de revenir à la période la plus difficile de la relation avec sa fille, lorsqu’à l’adolescence elle avait du mal à tolérer ce père si célèbre et si inconscient.

Pourtant, là, c’est autre chose. Ce n’était pas une proposition folle, de jouer ensemble. Max ne comprend pas, cherche à savoir, n’obligeant en rien. Mais les explications qui s’ensuivent le laissent sans voix. Puis l’inquiètent. N’importe quoi ? Mais c’est quoi, faire n’importe quoi ? Il est de plus en plus déstabilisé et inquiet par ce que lui dit Megan. Le bon sens voudrait qu'il arrête immédiatement cette conversation, qu'il en parle à Judy et qu'ils aient un vrai conseil de famille. Mais pourtant, Max n'en fait rien. Il a l'impression que Megan gardait trop de choses pour elle, et qu'il vaut mieux la laisser parler, que ça ira mieux, après. Il va cependant pour essayer de dire quelque chose, de réagir, mais à chaque fois elle reprend la parole trop vite et il ne peut interrompre sa fille. Alors il finit par ne même plus essayer, et il se tait définitivement, jusqu'à ce qu'elle termine. Max laisse le silence retomber un peu, essaye de rassembler ses esprits. Comment gérer tout ça, comment, comment, comment ? Il n'est même pas bien sûr de savoir quoi dire... « Eh bah, ça en fait des sujets pour beaucoup trop se prendre la tête, oui. » Il serre la main de Megan dans la sienne. « C’est pas facile, ce que tu me dis là. » Il n’est pas sûr d’avoir toutes les clefs pour répondre, mais il peut essayer. « D’abord, c’est normal d’avoir des normal d’avoir des passages à vide. De pas savoir ce que tu veux faire. T’es au moment de ta vie où tu peux être ce que tu veux, chérie, le truc, c’est que c’est aussi le moment où c’est le plus difficile de savoir ce que tu veux. » Même pour lui, c’était le cas. Il ne voulait pas continuer à l’école, à la fac, avec les cours et les codes, les leçons qui duraient des heures. C’est pour ça qu’il est parti dans la F1, quitte à se taper des années de galère, puis dans la musique, après. « T’as du temps. Quoique tu décide, tu as du temps. T’as le droit d’être démotivée, de réfléchir, de changer de voie, de te tromper. C’est pas grave. Ca arrive à des tas de gens, de se tromper. Ca ne veut pas dire qu’ils auront une vie nulle. » A vrai dire, là-dessus, il ne voit vraiment pas le problème. Il regrette juste que Megan ne lui en ait pas parlé plus tôt, il lui aurait donné exactement le même conseil. « Est-ce que tu as le droit de faire une pause ? Et ensuite, si tu te dis que finalement c’est ce que tu veux, de reprendre ? Il y a toujours les rattrapages, non ? »

Il n’y connait rien, mais il semble à Max que ce sont des conseils sensés. Il continue gentiment, mais d’un ton ferme. « Et si tu veux faire de la musique, fais de la musique. Mais pas par rapport à moi, sors toi ça de la tête. » Le ton se fait un peu bourru, mais toujours pas méchant. « On s’en cogne que je sois deçu ou pas, Meg. Comme tu l’as dit, la musique, c’est toi. Et c’est pour toi. » Il lui adresse un sourire. « A vrai dire, je te dirai la même chose pour n’importe quel producteur. Peu importe que les gens trouvent ça bon ou mauvais. Et quant à moi…moi, quand je vois de la musique, et je suis content. » Contrairement à ce que Megan dit, Max ne juge pas chaque produit musical en fonction de est-ce que c’est bon, est-ce que ça va se vendre. A vrai dire, il est déjà content que sa fille fasse de la musique. Le reste, ce n’est pas grave. Et comme il connait un peu cette situation, il se permet un sourire, et une révélation : « Je vais te dire un secret. Ton grand-père n’est peut pas professionnel et connu, mais je suis toujours terrifié à l’idée qu’il me dise que je ne fais pas de la vraie musique… » Et pourtant, son père lui a offert sa première table de mixage. « Définitivement, on se prend trop la tête, tous les deux. » Il pouffe de rire, mais espère que son exemple aura dédramatiser les choses.

En revanche, s’il y a bien une chose sur laquelle il ne laissera rien passer, c’est sur le bien être de sa fille, et Max a vraiment l’impression que Megan est perdue. Alors le producteur reprend doucement, fixant son écran sans rien voir, lui jetant par moment un regard inquiet, en biais. « On s’en fiche de ce que je veux. Ce que je veux, c’est que tu sois heureuse. C’est tout. Et j’ai pas l’impression que tu le sois beaucoup, en ce moment… » Il se tourne vers elle, soudain sérieux, et reprend : « Qu’est-ce que tu voulais dire, quand tu disais que tu faisais n’importe quoi, lil’ girl ? J’en parlerai pas à maman. C'est à cause de moi ? De l'accident ? » Il ne faut pas qu’elle prenne trop exemple sur lui. Enfin, sur ce qu’il faisait avant son accident. C’est destructeur, ça ne sert à rien, ce n’est pas ce que Max veut pour sa fille.

_________________

Summertimesadness I was sinking, but now I'm sunk, and I was drinking, and now I'm drunk. Your songs remind me of swimming but somehow I forgot...

Let me be the star to guide you home || Megan 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Megan Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Megan Julliard
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana & Keelin
TON AVATAR : Maria Pedraza
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey <3, signa - astra, gifs signa - chittockwrites, icon - kawaiinekoj
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Fredrik (3) - Judith (2) - Danny (2).
A venir : Max.

Fini : Max & Judith - Fredrik - Ivy - Danny - Annif Lula - Max - Luke - Judith - Lula - Fredrik (2) - Max (2) - Emma - Eleanor.

Let me be the star to guide you home || Megan A8dab46d93f7de6ee2d44755cd4d746ba4b38869
RAGOTS PARTAGÉS : 705
POINTS : 1695
ARRIVÉE À TENBY : 19/03/2019
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 ans (18 juin)
CÔTÉ COEUR : Côté quoi ?
PROFESSION : Etudiante en droit, elle hésite à continuer dans cette voie mais elle n'ose pas en parler à sa famille.
Let me be the star to guide you home || Megan Empty
MessageSujet: Re: Let me be the star to guide you home || Megan   Let me be the star to guide you home || Megan EmptyVen 17 Avr - 18:18

Cause every night, I lie in bed
The brightest colors fill my head
A million dreams are keeping me awake
For the world we're gonna make

Effaré, son père l’écouta en silence car maintenant que Megan était lancée, elle ne s’arrêta pas avant d’avoir lâché tout ce qui lui pesait. Confus, Max semblait dépassé par l’immensité de ce que lui avait confié sa fille. Il trouvait normal qu’elle soit perdue car elle était à une période charnière de sa vie. Comme Lula, son père ne trouvait pas grave de se tromper et de prendre le temps de trouver sa voie. Lui non mais la proviseure Judith partagerait-elle cet avis ? Après tout, Megan avait arrêté d’aller en cours sans autre projet derrière. Ce n’était pas comme si elle avait quitté une option pour commencer autre chose. « Je pourrai reprendre à la rentrée prochaine si je veux mais je pense que j’ai déjà trop d’absentéisme ce semestre pour réussir à sauver mon année. » A nouveau comme Lula l’avait très justement prédit, Max n’attendait pas de sa fille qu’elle fasse de la musique pour lui et il déplorait qu’elle se mette des barrières à cause de qu’il pourrait penser. « Tu ne comprends pas. Ce n’est pas que le professionnel en toi. Je n’ai pas envie que mon père surdoué ne puisse pas être fier de sa fille parce qu’elle ne fait pas aussi bien que lui. Bien sûr que oui j’adorerai jouer avec toi, écouter tes conseils, parler musique et la partager. Je ne demande pas mieux. Ce n’est juste pas facile quand je prends la guitare et que j’ai les doigts qui tremblent parce que tu me regardes. » En réalité, elle se mettait une pression de dingue toute seule. En fait, paradoxalement, Megan voulait s’écarter de l’emprise de son père autant que l’impressionner. Pour elle, c’était important même si lui disait s’en contreficher. Peut-être que la petite Julliard faisait grand cas de peu de choses ou avait une vision biaisée de ce père producteur hyper carré. Certaines personnes étaient plus sensibles vis-à-vis de leur relation parentale. Max lui confia alors qu’il ressentait la même chose par rapport à son père, qui n’était pas un professionnel connu dans l’industrie artistique, pourtant il était terrifié à l’idée que grand-père Julliard le désapprouve et désavoue sa musique. « C’est vrai, tu redoutes grand-père ? C’est une crème ! » S’exclama-t-elle, éberluée. Le producteur ne livrait que rarement son ressenti vis-à-vis de ses parents. Et Megan saisit où il voulait en venir en lui partageant cette anecdote. Il est vrai que Max aussi avait offert une magnifique guitare à sa fille tout comme grand-père Julliard avait ramené à son fils sa première table de mixage. « Je retire ce que j’ai dit : tu comprends parfaitement ce que je veux dire. » Cette boule au creux de son ventre au moment de se jeter à l’eau, de se mettre à nu devant une des personnes qui comptaient le plus... Et cet exemple a pour effet d’alléger l’atmosphère car Max captait parfaitement le ressenti de l’étudiante. Peut-être que Megan n’était plus si loin de prendre son instrument et de tout simplement se lancer comme un grand saut dans le vide…

Néanmoins, il restait un sujet de préoccupation qu’il souhaitait aborder. Au fond, tout ce que Max souhaitait était le bonheur de sa fille et la voir se morfondre et s’autodétruire de la sorte l’inquiétait profondément. Il la questionna d’ailleurs sur les détails de son « n’importe quoi », utilisant au passage le surnom affectueux dont il l’affublait quand il tentait de l’amadouer avec bienveillance. Il lui demanda ensuite s’il était la raison de ses soucis et promit de ne pas rapporter leur conversation à Judith, ce qui acheva de convaincre la petite Julliard. « Non, je ne veux pas que tu lui en parles. Je ne veux pas lui causer plus de souci. » Cette année, Megan s’était énormément rapprochée de son père malgré leur dissension et elle se confiait plus facilement à lui. Plus ou moins. Elle ne lui dirait jamais tout ce qu’elle avait dit à Lula mais elle leva le voile sur son comportement de ces derniers mois. « J’ai eu très peur après ton accident mais ce n’est pas à cause de toi, non. J’ai mal vécu la période qui a suivi et je me suis laissée entrainée par la peine. Je ne voulais plus la ressentir. Je ne dormais presque plus, j’ai commencé à boire sans limite et à jouer les inconscientes avec les garçons. Ça me faisait me sentir bien. Et puis les doutes sont revenus : j’ai continué à m’enfoncer en lâchant les cours et en envoyant chier tout le monde. J’ai tout remis en question. Je crois que j’aime me créer des ennuis et me sentir vivante à travers eux. C’est stupide, non ? » Un peu honteuse, elle baissa les yeux. « Je suis désolée. De ne pas t’en avoir parlé et aussi pour m’être défoulée sur toi en croyant que ça me ferait me sentir mieux. Ce n’est pas le cas. »

_________________

 
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Max Julliard
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding - Abel Griffiths - Charles Miller
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : Let me be the star to guide you home || Megan H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2831
POINTS : 4441
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
Let me be the star to guide you home || Megan Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 47 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Sa dernière copine l'a plaqué. Il est libre comme l'air, et malheureux comme les pierres, aussi.
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il parait qu'il sortait avec Yevgeniya Vassilievitch et qu'elle lui volé trente mille livres...vous y croyez, vous ? En tout cas, il a repris ses fêtes et ça n'a pas arrangé son caractère de chien !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
Let me be the star to guide you home || Megan Empty
MessageSujet: Re: Let me be the star to guide you home || Megan   Let me be the star to guide you home || Megan EmptySam 18 Avr - 23:37


All of the dreams you have
I have them too
And all of the songs I sing
I wrote for you

C’est difficile, la famille, et c’est difficile, d’être père. C’est peut être une banalité à dire, mais c’est précisément ce qu’il ressent. Parce qu’il est humain et qu’il n’a pas toutes les réponses, alors qu’il est bien conscient que Megan en attend une, et peut-être qu’il devrait en avoir une. N’est-ce pas le rôle des parents, justement, de toujours savoir ce qu’il faut faire ou dire ? Mais le rôle des parents n’est-il pas, normalement, de pousser les enfants à poursuivre leurs études, à travailler ? Dans cette conception là, Max suppose qu’il devrait engueuler sa fille, qui semble avoir totalement démissionné de ses études et ne pas avoir spécialement de plan pour continuer. Mais pour lui, ce n’est pas ça être père, ou même parent. Quand on aime quelqu’un, on ne le blâme pour ses erreurs, ou en tout cas on ne lui tourne pas le dos dans les moments difficiles, au contraire. Surtout que Megan lui a fait assez confiance pour lui en parler, ce qui n’était pas gagné. Déjà, se parler, ça semble un bon début. Ensuite…tout le monde fait des erreurs, comme il le lui a dit. « Bon. Alors peut-être que tu peux prendre le temps de réfléchir un peu. C’est rien, un semestre, dans ta vie, ne va pas la bousiller pour ça. Surtout si au final ce n’est vraiment pas ce que tu veux faire. Ca ne sert à rien de te précipiter. » C’est un moyen comme un autre de lui dire qu’il ne faut pas qu’elle se mette la pression. A vingt-et-un ans, rien n’est définitif et irrattrapable, selon Max, au moins du point de vue professionnel.

Hélas, Megan semble se mettre beaucoup plus la pression que le producteur ne le pensait, si bien qu’il ne sait pas très bien comment rassurer sa fille. Il y a des peurs qui sont irrationnelles, irraisonnables, et il sait bien que celle qui concerne la musique, chez Meg, est de celle-là. Parce qu’il a la même avec son père, quand bien même il s’entend très bien avec Wilbur, il comprend, et il sait qu’il ne sert pas à grand-chose d’argumenter, alors il se décide à donner son propre exemple, sans doute plus parlant qu’un long discours. « Oui, c’est un crème mais…mais s’il n’aime pas, hein ? Pour quoi je passe ? » A vrai dire, si on étend le discours, en effet, Max sait parfaitement ce que Megan ressent, à une puissance sans doute encore supérieure à elle, puisque c’est le cas avec son père. « Je comprends comme c’est dur. Je le ressens aussi pour l’album. Tu demanderas à ta mère dans quel état j’étais avant de lui faire écouter, et même pour toi, pour Now that I found you, c’est difficile. Tu donnes au gens que tu aimes un morceau de toi, et s’ils n’aiment pas, c’est toi, à travers ça, qu’ils détruisent. » Il hoche la tête pensivement, frappé de voir à quel point sa fille et lui peuvent se ressembler. Ou peut-être que c’est commun à tous les gens qui font de l’art, car Lula raisonne parfois un peu pareil. « C’est plus facile d’être dans la position de la personne qui écoute, je suppose. » Il sourit, et adresse un clin d’œil à sa fille. « Et je sais que ça ne changera rien, mais je suis fier de toi, peu importe ce qu’il se passe. » Que peut-il dire d’autre ? La vérité, c’est que Max l’est, fier de Megan, quoiqu’il arrive. Il sait cela dit que passer cette barrière ne sera pas facile. Alors il ne l’oblige pas à le faire, il écoute simplement. Il n’y a rien à faire d’autre ; encore une fois, se parler c’est déjà pas si mal.

En revanche, Megan l’inquiète. Elle l’inquiète parce que Max connait parfaitement les mécanismes qu’il décrit, et ce sont exactement ceux qu’il mettait en place il y a quelques temps encore, quand il n’allait pas bien. Que Meg y ait recours aussi est dangereux. Max a toujours réussi à maitriser ses addictions, plus ou moins avec succès, mais dans quelle mesure sa fille peut-elle y arriver ? Surtout, il risque d’y avoir des conséquences pour elle, qu’il connait bien et qu’il voudrait lui éviter. « Ca va, lil’ girl, c’est pas grave. Je m’en remettrai, j’ai connu pire. » Il sourit doucement, écartant les excuses d’un revers de main. Il est simplement heureux de comprendre que ce n’est pas directement à lui que Meg en veut, et il est plus inquiet qu’autre chose. Cependant, comme il a traversé des phases similaires, Max a peut-être des solutions. « On a tous des moments down, tu sais. » Il pose un doigt sous son menton pour l’obliger à le regarder. « Et on fait ce qu’on peut pour les gérer. Parfois mal. Je vais pas te critiquer, ça m’arrive souvent, et c’est souvent sur les mêmes choses que tu me décris que je retombe. » Il pose une main apaisante sur l’épaule de sa fille. « La bonne nouvelle, c’est que si tu es comme moi, ma chérie, il y a deux ou trois trucs qui marchent. La musique. Et pas rester dans son coin. Ca, ça marche. » Il ne peut rien reprocher à sa fille, le champion des bad coping mechanisms, c’est lui. « Ca va aller, lil’ girl. Et t’es pas toute seule, si ça va pas. » Mais ne te fais pas de mal en plus, ça n’arrangera rien. Il a envie de prendre sa fille dans ses bras pour le lui prouver. « Viens dans les bras de ton vieux père, va. T’es peut-être perdue, mais t’es pas toute seule. »

_________________

Summertimesadness I was sinking, but now I'm sunk, and I was drinking, and now I'm drunk. Your songs remind me of swimming but somehow I forgot...

Let me be the star to guide you home || Megan 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Megan Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Megan Julliard
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana & Keelin
TON AVATAR : Maria Pedraza
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey <3, signa - astra, gifs signa - chittockwrites, icon - kawaiinekoj
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Fredrik (3) - Judith (2) - Danny (2).
A venir : Max.

Fini : Max & Judith - Fredrik - Ivy - Danny - Annif Lula - Max - Luke - Judith - Lula - Fredrik (2) - Max (2) - Emma - Eleanor.

Let me be the star to guide you home || Megan A8dab46d93f7de6ee2d44755cd4d746ba4b38869
RAGOTS PARTAGÉS : 705
POINTS : 1695
ARRIVÉE À TENBY : 19/03/2019
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 ans (18 juin)
CÔTÉ COEUR : Côté quoi ?
PROFESSION : Etudiante en droit, elle hésite à continuer dans cette voie mais elle n'ose pas en parler à sa famille.
Let me be the star to guide you home || Megan Empty
MessageSujet: Re: Let me be the star to guide you home || Megan   Let me be the star to guide you home || Megan EmptyJeu 23 Avr - 18:31

Cause every night, I lie in bed
The brightest colors fill my head
A million dreams are keeping me awake
For the world we're gonna make

Son père lui adressait exactement le même conseil que son ancienne belle-mère, à savoir qu’elle pouvait tout à fait prendre le temps de réfléchir un semestre sur ce qu’elle voulait pour son avenir. Megan avait certainement la chance d’avoir un père plus compréhensif que la moyenne parce que beaucoup de parents auraient poussé leur enfant à réussir son année ou à n’arrêter qu’à la seule condition d’avoir un plan de secours pour la rentrée suivante. Ce n’était pas son cas. Perdue, elle avait besoin de se déconnecter totalement de ses responsabilités, d’implications aussi sérieuses que l’avenir… Megan rejetait cette seule pensée pour le moment et choisit de ne commenter que brièvement les propos de son père. Il avait bien résumé la situation. « Oui, j’y réfléchirai. » Elle ne savait même pas si elle aurait préféré que Max la pousse ou la sermonne, elle était complètement perdue et surtout surprise par sa réaction d’un calme olympien.

La conversation rebondit ensuite sur l’envie ou non de Megan de jouer de la musique, une autre source d’incompréhension entre eux. La simple idée de gratter de l’instrument devant lui la tétanisait, si bien qu’elle se cachait derrière le moindre prétexte pour ne pas se jeter à l’eau, jusqu’à lui avouer la véritable raison de son refus. Au début, Max ne comprit pas très bien cette angoisse disproportionnée de sa fille, puis il réussit à se mettre à sa place en réalisant qu’il avait cette même boule au ventre quand il faisait découvrir des morceaux à Wilbur Julliard. « Voilà alors tu sais exactement ce que je ressens aussi. Tu t’en foutrais que des milliers de gens adorent ta musique si grand-père ou d’autres n’aimaient pas, parce que t’auras beau me dire que ce n’est pas si important, tu tiens à l’avis de la famille avant tout, que ce soit pour ton album ou même pour beaucoup de choses. » Le producteur lui expliqua d’ailleurs qu’il avait eu très dur de dévoiler son album à Judith, un album qui parlait de Melody. Il lui décrivit exactement la blessure que la réaction de son entourage pouvait lui causer, reconnaissant qu’il n’était pas facile de s’exposer et de se mettre à nu. « Je ne sais pas quelle est la position la plus facile, j’imagine celui qui écoute oui. A ce propos, qu’en a pensé maman ? Tu ne m’as pas dit comment elle avait réagi. » Max lui sourit et lui adressa un clin d’œil complice en lui rappelant qu’il était fier d’elle en toutes circonstances peu importe qu’elle joue de la musique ou non. « Détrompe-toi. Les mots ont toujours du poids. J’ai envie de te rendre fier et savoir que c’est le cas compte beaucoup pour moi. »

Megan relâcha ensuite les chevaux et lui raconta brièvement la façon dont elle avait dérivé ces derniers temps. Et elle s’était aussi servie de lui comme d’un punching-ball pour essayer de se sentir mieux mais ce n’était pas le cas. Les similitudes entre eux devenaient affolantes entre les craintes par rapport à la musique ou leur manière de gérer les moments down en tombant dans des travers peu enviables. A nouveau compréhensif, Max lui confia qu’il existait heureusement des moyens de s’évader autrement tels que la musique ou le fait de ne pas rester isolé. « C’est ce qui marche pour toi. » Souffla-t-elle d’une petite voix, même s’il était raisonnable de penser que les mêmes mécanismes s’appliqueraient sur elle. Par contre, Megan n’était pas toute seule, c’était vrai. Elle l’avait lui, elle avait Lula, elle avait Fred. « Je sais. C’est juste que c’est compliqué à gérer en ce moment. » Tous à leurs niveaux l’avaient aidée dernièrement. Son père lui offrit ses bras et ils échangèrent une longue étreinte salvatrice. Elle avait beau foutre sa vie en l’air ces derniers mois, il restait présent à son poste et la soutenait. Puisque la musique réchauffait les cœurs et que la complicité entre le producteur et sa fille était au maximum, elle reprit la parole. « J’aimerais que tu me les fasses écouter aussi. Les chansons pour Melody. »

_________________

 
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Max Julliard
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding - Abel Griffiths - Charles Miller
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : Let me be the star to guide you home || Megan H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2831
POINTS : 4441
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
Let me be the star to guide you home || Megan Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 47 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Sa dernière copine l'a plaqué. Il est libre comme l'air, et malheureux comme les pierres, aussi.
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il parait qu'il sortait avec Yevgeniya Vassilievitch et qu'elle lui volé trente mille livres...vous y croyez, vous ? En tout cas, il a repris ses fêtes et ça n'a pas arrangé son caractère de chien !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
Let me be the star to guide you home || Megan Empty
MessageSujet: Re: Let me be the star to guide you home || Megan   Let me be the star to guide you home || Megan EmptyLun 4 Mai - 1:29


All of the dreams you have
I have them too
And all of the songs I sing
I wrote for you


Cette histoire d’études risque de le mettre un peu en porte à faux avec Judith, Max le sait bien, mais ce ne sera pas la première fois, ni la dernière, sans doute, qu’ils s’engueulent, ni que Judith le traite d’irresponsable. Mais qu’est-ce qu’il devrait faire ? Il ne lui semble pas utile de blâmer sa fille. En revanche, maintenant qu’il est au courant, compte bien s’assurer que sa fille ne dérive pas sans projet. Que ce ne soit pas du droit, pas de la musique, ce n’est pas grave, mais Maximilian se dit qu’il faut quand même avoir un projet dans la vie…quitte à prendre du temps pour le trouve, ça ce n’est pas grave. Mais il en faut un quand même.

Peut-être que ce sera la musique, Max ne sait pas. C’est ce qu’il aimerait lui, mais ce qui compte, c’est ce que veut Megan. Le reste n’a pas beaucoup d’importance. Et il comprend bien ce qu’elle lui dit, à propos de la peur. Lorsqu’ils la décrivent, chacun leur tour, cela se ressemble étrangement. Max peine à lui dire que ça ne disparaitra jamais, parce que c’est sans doute faux : pour lui, par exemple, ça n’a jamais disparu. Il a toujours peur de ce qu’on lui dira. Megan a raison là-dessus, même si Max sait que ce n’est pas rationnel. Il sait aussi que son père leur dirait probablement la même chose à tous les deux, ou en tout cas qu’il dirait la même chose que lui à Megan. Qu’il est fier d’eux de toute façon. Mais Max a mis le doigt sur quelque chose de vrai en disant qu’il est plus facile d’être celui qui écoute – celui, qui, comme il l’a dit, a le pouvoir de décider, à travers un jugement, de s’il fait bien ou mal. Ca nécessite du courage, de passer au-dessus. Il ne peut pas en vouloir à Megan de ne pas y arriver. Elle est plus jeune que lui, et elle débute. « C’est vrai. Ça demande déjà du courage de se lancer, et je sais que passer au-dessus de la peur en demande encore plus. Mais si ça peut t’aider, chaque fois que je l’ai fait, je n’ai eu que de bon retours. » C’est irrationnel, la peur, le tout, c’est de le savoir, mais ça demande un recul qu’il est difficile d’avoir quand, comme eux, on est d’un naturel plutôt angoissé. « Les gens sont bienveillants, en général, tu sais. »

Même si lui-même est le premier à s’en convaincre, Max veut bien l’admettre aussi, et son album en est la preuve. Sinon il ne demanderait pas leur avis à autant de gens. Dans le même temps, et paradoxalement, c’est parce qu’il en est fier et que ça compte qu’il a voulu y associer ses amis. En tout cas, il a passé le cap de l’avis de Judith, ce qui lui permet de répondre à Meg. « Elle l’a aimé. Elle a dit que Mel aurait été fière. » Il y a quelque chose d’ému dans les yeux de Max lorsqu’il répète les paroles de son ex-femme à sa fille. Une vraie fierté, aussi. « Je suis content, tu sais. » Parce qu’il avait peur, oui, comme il le lui a dit, et que ce n’était pas gagné, mais il n’y avait pas que ça. « Ce projet là, ça ne concerne pas que moi, et ça peut influer sur vous aussi… Mais c’est une question différente. Je ne veux pas que quiconque souffre à cause de moi ou de cet album, c’est pour ça. Je sais que c’est difficile, pour vous aussi.» Et c’est aussi pour ça que leur avis compte autant, à tous.

L’homme n’est pas un animal solitaire. Et Max encore moins, même s’il met parfois des barrières inutiles entre lui et les autres. Pour l’heure, il a besoin de sa fille, et il lui semble que Meg a besoin de lui. Alors le producteur insiste doucement. « Alors laisse-moi te le redire : je le suis. Vraiment. » Pour l’instant, c’est ce qui compte, essayer de la rassurer, le reste n’a pas beaucoup d’importance pour Max. Il n’a rien de plus précieux au monde que sa fille, et l’essentiel pour lui est qu’elle aille bien, ou mieux, au moins. Alors il voudrait au moins qu’elle l’écoute, et il semble y parvenir un peu, d’abord en partageant quelques conseils, lançant avec bienveillance, convaincant : « Peut-être. Mais ça vaut le coup d’essayer, non ? » Puis il la serre dans ses bras.

Ca a l’air de fonctionner, car Megan se reprend tout doucement, et le sujet revient sur la musique. Avec tout cela, Maximilian avait presque oublié son propre album. Il est content de voir que Meg s’en souvient, et même si la peur revient un peu chez lui aussi, il n’hésite plus.« Oui, bien sûr. Attends. » De nouveau, le producteur pianote sur son ordinateur pour chercher les chansons, avant de lancer la première. « Alors…celle-ci, c’est Children. Je l’ai écrite il y a longtemps…Lula m’a aidé à la finir, c’est elle sur les chœurs. » Les accents lents, et graves de Children résonnent bientôt dans la pièce, assommant un peu Max. Ce sont paroles intimes et amères, d’une tristesse infinie. Ce n’est que lorsqu’il réalise que le silence est retombé qu’il lance la seconde chanson. « La deuxième, c’est Restless Mind. Cette fois c’est Lula qui l’a écrit. » Peut-être un peu plus rock, à cause des accents métalliques de la guitare électrique que Max a ajouté, cette deuxième chanson reste une balade en forme d’hommage. Il est fier des deux, et parvient un peu à se reprendre pour cette raison. Guitare à la main, il guette la réaction de sa fille, jouant instinctivement les accords qu’il connait par cœur, se donnant ainsi une contenance et évitant de penser à ses diverses angoisses.

_________________

Summertimesadness I was sinking, but now I'm sunk, and I was drinking, and now I'm drunk. Your songs remind me of swimming but somehow I forgot...

Let me be the star to guide you home || Megan 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Megan Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Megan Julliard
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Lexia, Dylana & Keelin
TON AVATAR : Maria Pedraza
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif profil - pennywifey <3, signa - astra, gifs signa - chittockwrites, icon - kawaiinekoj
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Fredrik (3) - Judith (2) - Danny (2).
A venir : Max.

Fini : Max & Judith - Fredrik - Ivy - Danny - Annif Lula - Max - Luke - Judith - Lula - Fredrik (2) - Max (2) - Emma - Eleanor.

Let me be the star to guide you home || Megan A8dab46d93f7de6ee2d44755cd4d746ba4b38869
RAGOTS PARTAGÉS : 705
POINTS : 1695
ARRIVÉE À TENBY : 19/03/2019
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 ans (18 juin)
CÔTÉ COEUR : Côté quoi ?
PROFESSION : Etudiante en droit, elle hésite à continuer dans cette voie mais elle n'ose pas en parler à sa famille.
Let me be the star to guide you home || Megan Empty
MessageSujet: Re: Let me be the star to guide you home || Megan   Let me be the star to guide you home || Megan EmptySam 9 Mai - 14:44

Cause every night, I lie in bed
The brightest colors fill my head
A million dreams are keeping me awake
For the world we're gonna make

Max continua de rassurer sa fille et de l’encourager à surmonter ses craintes pour jouer librement de la musique. Selon lui, les gens se montraient bienveillants la plupart du temps. S’affranchir de sa peur demandait du courage, un courage qu’elle devait encore trouver en elle. « Peut-être pour une autre fois alors. » Megan n’arriverait à rien de bon aujourd’hui, d’autant plus qu’elle venait de confier à son père à quel point elle était paumée dans sa vie actuellement. La musique occupait une grande partie de leur conversation car Max tenait à lui faire découvrir plusieurs chansons de son album, un album qu’il avait déjà présenté à Judith. Il avait eu un retour plus que positif de sa part, c’était à la fois encourageant pour lui en plus d’être important. Sur ce projet en particulier, il avait besoin de la bénédiction inconditionnelle de sa famille. Melody restait un sujet sensible, leur plus grande blessure à tous les trois. « Tu as toutes les raisons de l’être, content. Surtout si maman est derrière toi. Tu t’es investi à fond. » En dehors de leur approbation, Max ne voulait pas les faire souffrir. C’était la première fois qu’il mettait aussi clairement des mots sur son autre fille en musique. Forcément, les médias en parleraient, lui demanderaient d’où venait son inspiration très personnelle. Melody serait évoquée à maintes reprises dans les prochains mois mais c’était dans un sens positif. « Ce n’est pas toi qui pourrais nous faire souffrir. J’espère que les médias sauront rester à leur place et ne s’empareront pas de l’histoire pour la brandir dans de mauvaises intentions. Tu sais comment ils peuvent être. Toi tu as juste mis des mots sur ce que tu ressentais et tu lui rends hommage. » La famille avait l’habitude de gérer la presse mais celle-ci n’avait plus touché un sujet aussi sensible que Melody depuis très longtemps. De toute façon, Max s’assurerait de protéger sa mémoire.

Le producteur insista ensuite pour que Megan comprenne à quel point il était fier d’elle. Il voulait se montrer présent pour elle dans cette période difficile. Dans les moments compliqués, la petite Julliard avait toujours pu compter sur son père. Il la soutenait et la protégeait, quoi qu’il arrive. « Merci. » Il lui préconisa de se recentrer par le biais de la musique et de ne surtout pas rester seule si ça n’allait pas. Sur ces bonnes paroles, les Julliard s’étreignirent longuement puis Megan exprima le souhait d’enfin écouter les chansons dédiées à sa sœur. Heureux de les lui partager, le producteur lança le premier morceau intitulé Children. Il précisa que Lula l’avait aidé à la terminer. Megan s’assit à côté de lui et se laissa bercer par la musique lente et grave. La mélodie prenait vraiment aux tripes et les paroles étaient lourdes de sens, révélant une blessure intime et profonde, pas vraiment refermé. On ressentait dans la chanson qu’il regrettait ces moments manqués, ceux que la vie leur avait arraché trop tôt et qu’il ne connaitrait jamais avec Mel. C’était d’une tristesse infinie. « Wow. C’est magnifique. » Emue, Megan se retint de commenter davantage. Elle n’avait pas les mots. Et puis, il lui restait une seconde chanson à découvrir, Restless Mind. Lula était encore passée derrière le stylo. La mélodie s’éleva, plus puissante, plus rock. Les notes à la guitare électrique virevoltaient comme pour réveiller cette meurtrissure enfouie et l’évacuer au travers de la musique. En virtuose, Max réveillait tous ses talents et transposait sa peine sous forme d’un album thérapeutique. Oui, Megan imaginait sans peine dans sa tête un tableau aux couleurs sombres qui cachaient les coups de pinceaux troublés et torturés d’une âme blessée. Et loin d’un banal portrait mal dessiné, le visage de Melody se matérialisa nettement sous ses yeux, l’œuvre d’art créé par Max lui apparaissait dans toute sa splendeur. Des larmes silencieuses roulèrent sur les joues de Megan, non pas parce qu’elle était triste, mais parce que cette musique la touchait au plus profond de son cœur. C’était plus que magnifique, c’était indescriptible.

Après un moment de silence, elle réussit enfin à articuler tout ce qu’elle voulait lui dire. « Elle me manque tellement. » La jeune fille essuya les perles salées qui bordaient le coin de son yeux et elle esquissa un petit sourire pour rassurer son père. « Ça m’a pris aux tripes ! Je suis d’accord avec maman. Melody aurait été très fière de toi. Je suis sûre qu’elle l’est d’ailleurs, d’où elle nous regarde. » La brune posa une main sur l’épaule de son père, de façon à ce qu’il la regarde droit dans les yeux et qu’il voit briller des étincelles de sincérité dans ses prunelles. « Et je le suis moi aussi. Beaucoup. Je t’admire, toi et ta façon de jouer. Ta voix me surprend aussi. » Elle détailla légèrement ses impressions. « Les traits de guitares sont rythmés et les ruptures dans ton riff sont divinement bien placées. Même si elles sont tristes et mélancoliques, les deux chansons sont aussi variées et pleine de vie. Elles finissent en apothéose. C’est une ode à Melody. Tu lui offres un bijou, un bijou du cœur. Tu as plus que ma bénédiction. » Megan serra à nouveau son père dans une étreinte bouleversante. Peu importe, s’ils étaient trop tactiles et moins pudiques que d’ordinaire aujourd’hui, ils se livraient sur une des personnes qui avaient le plus compté pour eux. Max continua ensuite de lui faire découvrir d’autres titres de l’album et les deux Julliard partagèrent des moments forts en émotion toute l’après-midi, bien loin des préoccupations du quotidien.


_________________

 
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Max Julliard
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding - Abel Griffiths - Charles Miller
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : Let me be the star to guide you home || Megan H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2831
POINTS : 4441
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
Let me be the star to guide you home || Megan Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 47 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Sa dernière copine l'a plaqué. Il est libre comme l'air, et malheureux comme les pierres, aussi.
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il parait qu'il sortait avec Yevgeniya Vassilievitch et qu'elle lui volé trente mille livres...vous y croyez, vous ? En tout cas, il a repris ses fêtes et ça n'a pas arrangé son caractère de chien !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
Let me be the star to guide you home || Megan Empty
MessageSujet: Re: Let me be the star to guide you home || Megan   Let me be the star to guide you home || Megan EmptyDim 10 Mai - 0:26


All of the dreams you have
I have them too
And all of the songs I sing
I wrote for you


Max ne force pas la main à Megan. Qu’ils se soient parlé est un progrès indéniable, il verra comment les choses évoluent. Il gardera mieux un œil sur elle maintenant qu’il est au courant des doutes qui assaillent sa fille. Comme lui, Megan n’a pas toujours le réflexe de demander de l’aide, mais il comprend comment elle fonctionne et un peu comment l’aider, alors ça devrait aller. Du moins Max l’espère, et il se dit que c’est possible, car il y a plus de choses qui les réunissent que de différences qui les sépare. Et malgré leur peur mutuelle, la musique en est une. La conversation alterne donc entre sa propre peur et celles de sa fille, et il est aussi content de pouvoir parler de son album avec elle. L’indulgence de Megan le touche d’ailleurs, alors qu’il n’a même pas encore parlé de l’album en lui-même, et qu’elle ne l’a pas encore écouté. Il sait que malgré tout il peut compter sur sa fille, qui comme Judith est la mieux placé pour comprendre sa douleur, car ils la partagent tous les trois,  chacun la gérant d’une façon différente. Et si Maximilian se noie parfois lui-même avec la souffrance, manquant d’air sous l’effet de l’angoisse et du chagrin, il n’oublie jamais non plus de veiller sur Megan. Si bien que sa réponse, concernant les journalistes, est claire et nette : « Non. Ca, je ferais en sorte que ça n’arrive pas. » Le ton est féroce, sans appel. Les tabloids l’ont assez emmerdé, lui et sa famille, pour un moment. Max ne s’est jamais laissé faire, mais encore moins à propos de Melody. Ce n’est pas comme sa vie de couple. Ça affecte aussi sa famille et c’est hors de question. « Ils savent déjà à quoi s’attendre si ça arrive encore une fois. Je ne les laisserai pas gâcher ça. C’est trop important. » Rien n'est plus important, ces derniers temps, que cet album, et par extension les potentiels effets sur sa famille. Même son métier de producteur passe en second plan par rapport à lui.

Le ton s’apaise pour parler à Megan de ce qu’elle vit, et Max sourit doucement quand elle le remercie. « De rien, tu sais bien. » C’est normal qu’il soit là, c’est le minimum qu’il puisse faire. Et c’est son rôle de père d’essayer de trouver des solutions. L’inverse, que ce soit Megan qui veille sur lui, à cause de l’accident ou autre chose, n’a jamais été normal et il s’en veut que ce soit le cas. Quoiqu’on puisse dire, Max sait qu’il n’a pas vraiment d’excuse, alors quand il a l’occasion de se rattraper, il le fait, surtout qu’il n’a pas à se forcer. Voir que ça marche, au moins un peu, le soulage. Il espère aussi que ça ira mieux pour sa fille…Pour l’instant, oui, en tout cas assez pour parler de son album, ou y revenir en tout cas. C’est un moment particulier pour eux deux, car il signifie beaucoup, il résonne et fait écho à leurs souffrances communes. Et Max a peur que cela ne fasse trop mal à Megan. La voix éraillée, un peu brisée, il serre gentiment son épaule en signe d’affection alors qu’il distingue des larmes dans ses yeux. « Je sais ma belle, à moi aussi, elle me manque… »

Alors qu’il se demande si ce n’est pas trop dur pour elle, elle reprend la parole pour expliquer son ressenti, et comme Judith finalement, elle apprécie l’album. Max est alors comblé : ayant reçu l’aval de sa fille et de sa femme, rien ne s’oppose plus à ce qu’il puisse sortir cet album si important pour lui. « Elle est avec nous tant qu’on pense à elle, toi, moi et maman…et elle sera toujours. » Il était important que Meg comprenne sa démarche et les mots qu’elle met pour décrire les chansons qu’elle entend sont la preuve qu’elle a compris. Max lui sourit avec douceur, précisant ce qu’il ressent : « J’avance avec elle, moi aussi, grâce à cette album…je suis content s’il te plait. » C’est vrai. Que ce soit la chanson qu’il a écrite pour elle ou celles sur sa sœur, Maximilian est fier des compliments que Megan lui fait ; cela aussi le fait progresser et le rassure. Lorsqu’elle le serre dans ses bras, il lui rend son étreinte, fermant les yeux pour masquer quelques larmes, dont il ne sait plus très bien si elles sont de joie ou d’émotion. Tout doucement, il murmure : « Merci, ma chérie. » Puis il précise la dernière chose qui lui tenait à cœur : « Il est aussi pour toi, tu sais. » Melody et Megan auront toujours la même place pour lui, il aimerait toujours autant ses deux filles, et Meg a tout autant sa place sur cet album que Melody. Il lui est donc tout autant dédié, avec l’espoir qu’elle comprendra tout ce qu’il a voulu y mettre – peut-être quand elle sera plus vieille, cela dit…Pour l’instant, les nuages ont disparus, et l’orage passé, le père et la fille ont l’après-midi devant eux pour profiter de leur complicité retrouvée.

_________________

Summertimesadness I was sinking, but now I'm sunk, and I was drinking, and now I'm drunk. Your songs remind me of swimming but somehow I forgot...

Let me be the star to guide you home || Megan 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Let me be the star to guide you home || Megan Empty
MessageSujet: Re: Let me be the star to guide you home || Megan   Let me be the star to guide you home || Megan Empty

Revenir en haut Aller en bas

Let me be the star to guide you home || Megan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ✿ ::  :: RP terminés-