WHISPERS DOWN THE LANE ✿
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
Avez-vous entendu parler de la foire d’automne ? Je crois que c’est la Mairie qui a mis ça en place. Je me réjouis de voir tout cela : il y a des animations pour les enfants, des stands d’artistes, je crois qu’ils vont monter une pièces de théâtre aussi. Sans compter que les commerçants et restaurateurs locaux proposent de bonnes choses à manger…Il y a toujours quelque chose à y faire, peut-être que ça vous plairait. Retrouvez le résumé détaillé de l’intrigue ici !
Tenby, novembre 2020
8°C/11°C ♣ Alors que l’hiver s’approche à grands pas, l’automne s’est bien installée et la pluie balaye régulièrement Tenby. Le fameux brouillard anglais se fait de plus en plus fréquent, alors que les pêcheurs espacent leurs sorties en mer. Quelques tempêtes sont à prévoir, ne vous promenez pas trop en front de mer par grand vent !
La foire fait l’objet de toutes sortes de rumeurs…Tout cela va être riche en événements. C'est toujours une telle joie de voir de l'animation à Tenby, en plus Et puis on a besoin de souffler un peu après toute cette histoire d'incendie... Et vous, allez vous y faire un tour ? Donnez votre avis ici !
-43%
Le deal à ne pas rater :
Souris Gaming sans fil Logitech G903 LIGHTSPEED
84.99 € 149.99 €
Voir le deal

Partagez

Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) Empty
MessageSujet: Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs)   Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) EmptyDim 4 Aoû - 22:51

Shouldn't have stood that close to the fire
No turning back
Nowhere to run
Nowhere to hide

Sans trop savoir ce qui pousse Yevgeniya dans cette ville étrangère aux côtés de Magnùs, une minuscule pointe de culpabilité parvient à s'emparer d'elle, de temps temps. Cette dernière se retrouve vite effacée face aux découvertes qu'elle fait à Paris, face à tout ce qu'elle voit… Tous les monuments qu'elle a déjà vus des centaines de fois dans des films sont sous ses yeux pour la première fois et elle a encore du mal à y croire. Rêveuse, elle s'accroche au bras de Magnùs, lui demande avec une stupéfaction non dissimulée s'il a déjà vu des choses aussi belles, puis reprend sa route, le pas toujours plus pressé parce qu'elle ne veut pas perdre une seconde. Le diplomate est venu de nombreuses fois ici, mais il sourit tout de même face à l'enthousiasme de la blonde : peut-être qu'il est blasé intérieurement, mais il n'en montre rien et Ivy passe un excellent moment en sa compagnie.

Ils restent un moment Place Vendôme, notamment le temps d'un dîner au Ritz, puis ils poursuivent leur balade dans un Paris nocturne beau et lumineux. Yevgeniya en perd la tête, mais ce qui la comble réellement, c'est lorsqu'elle peut déambuler dans le musée du Louvre. Des étoiles dans les yeux, la russe en perd ses mots. Elle ne peut s'empêcher de sourire d'une oeuvre à l'autre et elle reste de longues minutes à les observer en silence. «  C'est… C'est le paradis. » Marmonne-t-elle doucement quand le suédois arrive à son niveau. Et voilà que la pointe de culpabilité revient comme un éclair foudroyant, lui dictant que ce genre de moments, elle devrait les passer avec Max. Elle n'aurait pas dû partir aussi vite avec Magnùs alors que Max est en vacances avec sa fille, mais elle sait aussi qu'elle doit mettre les choses à plat avec celui qui aurait ironiquement pu devenir son beau-père. Elle s'installe devant Le Radeau de La Méduse, s'assoit et incite le diplomate à la rejoindre. «  Viens à côté de moi… » Elle pose la tête sur son épaule, toujours aussi pensive, heureuse, mais coupable à la fois. Elle sait que cette soirée a énormément d'enjeux et elle sait aussi qu'ils doivent parler de l'incident survenu quelques mois plus tôt, notamment lorsqu'elle n'a pas su taire le nom de Magnùs face à Max. « Merci de m'avoir emmenée… Je n'ai jamais douté du fait que tu sois un homme de parole, mais après ce qu'il s'est passé… Je n'étais pas sûre que tu veuilles encore me voir, encore moins m'emmener à Paris. » Elle soupire, se sentant étrangement bien dans cette pièce aussi reposante. « Mais je suis vraiment contente que tu l'aies fait. » Elle le regarde et sourit, s'apprête à faire une dernière révélation, et pas des moindres. Ils ne peuvent pas éviter le sujet à tout jamais. « Et je suis désolée, justement, pour ce qu'il s'est passé… Vraiment désolée. » Avant ce soir là, elle n'avait jamais dit le nom d'un client à voix haute et elle ne l'aurait certainement pas fait si elle n'avait pas eu cette engueulade avec Fred en pleine soirée, mais qu'importe, le mal est fait et ils ne peuvent plus faire marche arrière.  
Revenir en haut Aller en bas
Magnùs Hadsen
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Magnùs Hadsen
TON PSEUDO : hiljaisuus.
TES DOUBLES : Bébé Lloyd.
TON AVATAR : Colin Firth.
TES CRÉDITS : hjs (avatar) & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : (0/2)
Fred à venir.
RAGOTS PARTAGÉS : 283
POINTS : 1310
ARRIVÉE À TENBY : 23/04/2017
Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) 98d07ed02e520d2101cdcfffdebfb21cb34d2969
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante-sept ans.
PROFESSION : Diplomate de renom.
REPUTATION : Toujours aussi arrogant mais il fait de moins en moins parler de lui en ce moment, peut-être qu'il a enfin décidé à quitter Tenby ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) Empty
MessageSujet: Re: Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs)   Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) EmptyJeu 8 Aoû - 10:31

Paradis éphémère. Paris n'est pas la ville de tes rêves, tu as horreur des habitants, du bruit, des touristes de tous les bords, des rues bondées, tout dans Paris est un problème en tant que tel et pourtant, tu as accepté de venir ici. Avec elle. Pourquoi ? Pour mettre un terme à cette mascarade dans laquelle vous êtes tous les deux. Tu te doutes bien qu'elle ne va pas venir dans tes bras, qu'elle ne restera jamais avec toi. Tu commences à te demander si quelqu'un va revenir à tes côtés. Peut-être que tu ne devrais pas te retourner le cerveau à ce sujet, en attendant, tu es traîné dans les rues de Paris, vues et revues et elle sourit comme une enfant, les étoiles dans les yeux et toi, tu réponds à ses sourires alors que rien ici n'a un intérêt, sauf elle, évidemment mais... Elle n'est pas et ne sera jamais à toi. Pourquoi est-ce que pendant une seconde, tu as rêvé qu'Ivy revienne vers toi ? Avec tout ce qu'il s'est passé avec Fredrik, jamais ça n'aurait pu fonctionner. Mais comme le dit si bien l'une de tes sœurs, tu es doué pour te retrouver dans des situations impossibles, la plupart du temps, tu t'en sors sans encombres mais cette fois, avec une femme, de nouveau, tu en subiras les conséquences. Tu essaies néanmoins de profiter du temps que vous passez tous les deux, comme si c'était la dernière fois, quoi que tu pourrais tout faire pour qu'elle soit seule et qu'elle revienne toujours vers toi... Tu ne le feras pas, tu n'es pas un bourreau et tu sais à quel point elle chérie sa liberté.

Suivant ses paroles après une entrée dans le Louvre loin des regards, loin des autres surtout. Tu t'installes à ses côtés levant les yeux vers un tableau que tu connais, ta patronne possède une piètre copie dans son bureau. D'ailleurs, tu ne sais pas si tu dois rire ou pleurer face à cette œuvre d'un génie sans égal. « Lorsque je dis quelque chose, je m'y tiens, quoi qu'il se passe. » Tu ne mens pas, c'est la vérité, il n'y a pas de traitement de faveur, il n'y a que dans des cas de force majeure que tu ne respectes pas cette règle et souvent tu joues sur les mots pour l'éviter, aujourd'hui, tu ne joues pas et tu as l'impression qu'elle non plus. « Ce sont des choses qui arrivent, l'humain n'est pas un robot, tu es faillible comme tout le monde. »Tu hausses les épaules, obnubilé par les détails du tableau en face de toi. « Je ne t'en veux pas. Je ne suis pas rancunier à ce point et la situation était peu commune. » Le père qui couche avec une prostituée et le fils de ce même père qui s'amourache d'une femme qui s'avère être cette même prostituée, au moins, tu sais que Fredrik à bon goût. Ce qui t'embête plus que ça, c'est de savoir que ce fumier de Julliard est celui qui apparemment avec Ivy. Non pas que tu fouilles dans ses affaires, mais tu fouilles dans ses affaires, depuis que ce connard a tenté une entrée ans ta famille, tu l'as dans le collimateur. C'est un idiot, insaisissable qui n'attend qu'une chose, le moment de gloire suprême avant de mourir comme un crevard d'une overdose avec une ribambelle de prostituées à ses côtés abandonnant sa famille derrière lui, tel un lâche. Oui, tu n'aimes pas cet homme et lui non plus donc vous êtes quittes. Tu ne lui dis rien à ce sujet, de toute façon, tu t'imagines que Max va lui dire que tu es une ordure, que tu ne vaux rien etc... Toi avec un peu de classe, tu gardes ces informations bien au chaud. « Pourquoi est-ce que nous sommes ici Ivy ? Est-ce que c'est un au revoir, un adieu ? Est-ce que c'est simplement une simple sortie entre adultes ? Je dois t'avouer que je ne sais pas trop ce qu'il se passe et de quoi est fait notre avenir, si éventuellement, nous en avons un. » Droit au but, pas de fioritures, tu as besoin de savoir afin de tourner la page, la déchirer même et passer à autre chose parce que tu piétines même si tu dais déjà qu'il n'y aura rien et qu'il n'y a sans doute rien eu du tout, simplement des idées de ta part. « Je ne suis pas là pour faire un scandale ni t'abandonner dès que tu m'auras donné la mauvaise nouvelle, j'ai simplement besoin de savoir ce qu'il en est. » Ordure tu n'es pas, prends ça dans ta gueule Maximilien. Tu passeras le week-end avec elle, lui offrant ce qu'elle désire, absolument tout, comme prévu à la base.

_________________

Never trust the diplomat.


Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) 897107186:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) Empty
MessageSujet: Re: Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs)   Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) EmptyJeu 8 Aoû - 21:53

Shouldn't have stood that close to the fire
No turning back
Nowhere to run
Nowhere to hide

L'avantage d'être en compagnie de Magnùs, c'est qu'il n'y a nul besoin de parler pour ne rien dire. Yevgeniya apprécie ce qu'ils vivent, ce qu'ils font et même si elle se doute que ce petit week-end improvisé n'a pas le même charme pour le diplomate, il est suffisamment poli pour ne pas le laisser paraître. Elle l'invite à s'installer auprès d'elle et elle commence avec les excuses qu'elle lui doit. Ivy ne s'excuse pourtant jamais. Toutefois, elle sait qu'elle a gravement fauté ce soir-là, trop submergée par ses émotions, et elle a fait quelque chose d'impardonnable. « T'es gentil… Mais moi, je m'en veux. Je t'ai promis quelque chose. Je t'ai dit que tu pourrais toujours compter sur ma discrétion et j'ai foiré en beauté. » Elle soupire, perdue dans ses pensées, mais surtout elle refait les événements de cette soirée dans sa tête. « Je ne savais même pas que vous vous connaissiez, toi et Max. Mais il m'a entendue me disputer avec Fred et il a compris… » N'importe qui connaissant un minimum la jeune femme aurait compris, en fait. « Mais si ça peut te rassurer un peu, Fred t'a plus ou moins vengé… Il m'a vomi dessus juste après. » Elle rigole, hausse les épaules, mais sans pour autant essayer de minimiser les conséquences de l'incident. Sur ce coup là, Ivy est prête à prendre tous les blâmes, même si Magnùs dit qu'il ne lui en veut pas.
Alors ils restent un moment en silence, l'un à côté de l'autre, admirant la toile face à eux et la jeune femme pourrait rester comme ça pendant de longues minutes, encore et encore, mais le suédois en décide autrement. Un sourire triste se dessine sur ses lèvres et elle prend la main de Magnùs dans la sienne en secouant la tête. Ses yeux bleus se plongent dans les siennes et elle se lance avant même d'avoir trouvé ses mots.

« Pourquoi, pourquoi, pourquoi… Pourquoi ci ? Pourquoi ça ? Pourquoi voulez-vous toujours tout savoir ? Ne peut-on pas simplement profiter de l'instant présent et laisser toute la parlote de côté ? Je vous jure, vous dites que les femmes sont difficiles, mais c'est faux. Ce sont vous, les hommes, qui voulez toujours avoir des réponses. Vous ne supportez pas d'être dans l'ignorance. » Elle dit ces quelques mots en souriant, mais elle n'en pense pas moins. Magnùs se doute qu'elle n'est pas en train de le vouvoyer et qu'elle fait référence à d'autres conversations qu'elle a pu avoir - en l'occurrence, il s'agit principalement de ses conversations avec Max, quand il voulait mettre des mots sur ce qu'ils étaient alors qu'elle préférait vivre pleinement leur relation sans se soucier des à côtés. Néanmoins, le diplomate fait partie des rares personnes qu'elle respecte alors elle lui doit la vérité, elle lui doit une réponse honnête, maintenant qu'elle a pu lui faire les excuses adéquates. « Tu considères ce que je vais te dire comme une mauvaise nouvelle ? Ça te fait réellement quelque chose ? » Qu'elle ne peut s'empêcher de demander maintenant qu'elle l'a entendu utiliser ce terme. Pour Ivy, cette rencontre à Paris allait être heureuse, même si elle signifierait la fin de ce qu'ils ont pu vivre… Est-ce que Magnùs considère le fait de ne plus la voir comme quelque chose de mauvais ? Quelque chose de triste ? Voilà quelque chose qui fait de la peine à la russe. « Mais pour te répondre… Si je t'ai demandé qu'on vienne ici, c'est en effet pour… Pour qu'on profite d'un dernier week-end ensemble avant de se faire nos adieux. » Ça la rendrait presque émotive, tout ce discours… Il faut dire qu'elle ne s'attendait pas à dire les mots qu'elle s'apprête à dire. Jamais. « Je… Je sais ce que tu en penses, ce que tu penses de lui, plus particulièrement, et… Ce n'est pas facile pour moi de le dire, mais… Je suis amoureuse de Max. » Je. Suis. Amoureuse. De. Max. C'est la première fois qu'elle le dit à voix haute et étrangement, ça ne lui procure rien d'autre qu'une source d'apaisement intérieur.      
Revenir en haut Aller en bas
Magnùs Hadsen
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Magnùs Hadsen
TON PSEUDO : hiljaisuus.
TES DOUBLES : Bébé Lloyd.
TON AVATAR : Colin Firth.
TES CRÉDITS : hjs (avatar) & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : (0/2)
Fred à venir.
RAGOTS PARTAGÉS : 283
POINTS : 1310
ARRIVÉE À TENBY : 23/04/2017
Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) 98d07ed02e520d2101cdcfffdebfb21cb34d2969
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante-sept ans.
PROFESSION : Diplomate de renom.
REPUTATION : Toujours aussi arrogant mais il fait de moins en moins parler de lui en ce moment, peut-être qu'il a enfin décidé à quitter Tenby ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) Empty
MessageSujet: Re: Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs)   Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) EmptyDim 18 Aoû - 10:55

Si elle avait été la seule à te promettre quelque chose et à ne pas suivre ses paroles, peut-être que tu lui en aurais voulu, mais tu savais que tu jouais à un jeu dangereux et que d'une manière ou d'une autre, malgré tes efforts pour cacher tout ça, quelqu'un allait le découvrir et tu n'allais pas jouer l'homme qui ne comprend pas ce qu'il se passe et qui se sent outré de telles accusations. Tu les connais ceux qui agissent de la sorte, les menteurs, ceux qui n'assument pas. Tu n'es pas comme eux, toi, lorsque tu fais quelque chose, si on vient te le demander, tu ne mentiras pas, mais en attendant, si personne ne dit rien, ce n'est pas toi qui va faire le premier pas, alors ça non. « Ce sont des choses qui arrivent, aussi fâcheuses soient-elles et sincèrement, je doute que te flageller à ce sujet n'est pas une bonne idée, ce qui est fait est fait, ça ne changera rien. » C'est trop tard, c'est du passé et même si tu as pu lui en vouloir, l'eau a coulé sous les ponts, tu es en de bons termes avec ton fils et ta vie a reprit un cours plutôt normal, sauf avec cette petite incartade parisienne que tu appréhendais. Tout comme cette discussion, mais l'avoir maintenant te permet de répondre à des questions que tu te poses depuis un moment déjà. « Une bien belle histoire entre Maximilian et la famille Hadsen, je pense qu'il a du prendre un malin plaisir à te la conter. » Tu souris, non pas parce que c'est amusant mais parce que tu imagines cet enflure parler de toi avec des termes que toi-même tu pourrais employer de lui, mais en présence d'Ivy, tu te permets de garder un  peu de classe, mais tu n'en penses pas moins. Ce type est un moins que rien et il ne mérite en rien d'avoir une femme aussi talentueuse qu'Ivy à ses côtés. Est-ce que tu es jaloux ? Très certainement, tu appréciais énormément passer du temps avec elle, tu en apprenais énormément et la simple idée de savoir que c'est lui qui peut poser ses mains sur elle te donne la nausée. Et en parlant de nausée. « Fredrik dans toute sa splendeur, j'espère qu'il s'est tout de même excusé. » Cette fois, tu réponds avec un peu plus de légèreté, sentant que la suite elle, ne le sera pas.

Et oui, tu es de ces hommes qui ont besoin d'avoir des réponses à leurs questions, tu ne vois rien de compliqué derrière ça par contre, tu as simplement besoin que les choses soient claires afin que tu ne te lances pas dans une histoire terminée à l'avance. Tu cherches à éviter les dégâts parce que tu as trop souffert. Peut-être que Max peut encaisser les divorces, les femmes par-ci, les femmes par-là, toi, tu ne peux pas. « Je te le confirme, l'idée de l'ignorance me rend mal à l'aise et je préfère avoir des réponses à mes questions afin de me protéger. Miroiter, imaginer, croire en quelque chose qui n'arrivera jamais, c'est douloureux et c'est une étape que je préfère éviter. » Tu n'es pas du carpe diem. Tu serres sa main entre les tiennes croisant son regard à nouveau, ne brisant pas le lien que unis vos yeux et tu serres les dents, est-ce que tu dois mentir ? Tu te poses un instant la question avant de répondre sans prendre plus de temps. « Oui. » Tu ne tournes pas autour du pot et tu lui dis haut et fort que c'est une mauvaise nouvelle, que ça va te faire quelque chose de ne plus la voir et peut-être que vous auriez d'avoir cette conversation plus tôt aussi. « Je te remercie de cette attention, un très bel adieu ne peut que se faire à Paris. » Tu prends un léger accent français prononçant cette phrase, tentant vainement de détendre l'atmosphère avant de prendre un coup de poignard à l'entendre dire qu'elle l'aime. Alors ce n'est pas juste le petit copain du moment, en plus de te l'avoir volé, il lui a volé son cœur. « Eh bien je ne vous souhaite que du bonheur et j'espère que cette fois, il ne se loupera pas, j'espère qu'il se rendra compte de la chance qu'il a de t'avoir à ses côtés. » C'est pour elle que tu dis ça, non pas pour lui parce que son bonheur, tu t'assois dessus, quand à celui d'Ivy par contre, tu y tiens, tu ne veux pas qu'elle souffre à cause du type qui vit sa vie comme un fou, sans se rendre compte des dommages collatéraux. La seule chose de bien que tu peux désormais accorder à Max, c'est qu'il a de bons goûts en terme de femmes.

_________________

Never trust the diplomat.


Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) 897107186:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) Empty
MessageSujet: Re: Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs)   Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) EmptyDim 22 Sep - 15:19

Shouldn't have stood that close to the fire
No turning back
Nowhere to run
Nowhere to hide

« Il m'en a touchée deux mots. » Concède Yevgeniya en hochant la tête. Elle n'a pas spécialement envie d'en savoir plus sur les ex-femmes de Max, mais le producteur avait voulu lui expliquer les raisons de sa haine envers le diplomate. Ivy avait écouté sans donner son opinion. Il faut dire qu'à l'époque, ils étaient encore bien loin de former un couple et Max essayait de digérer le fait qu'elle avait été intime avec le fils et le père Hadsen. Autant dire qu'il n'avait pas été tendre dans ses paroles à l'égard de Magnùs et la jeune femme s'en était elle-même servie quand Max avait été désagréable avec lui. « Je ne sais plus s'il s'est excusé, mais il avait tenu à préciser qu'il n'avait pas fait exprès. » Elle sourit à ce souvenir, qui, sur le coup, l'avait rendu folle et ils poursuivent sur des confessions bien moins amusantes : leur avenir inexistant.

La blonde essaye d'être aussi douce que possible pour annoncer la nouvelle, même si elle pensait sincèrement que cette dernière n'aurait pas le moindre effet sur le suédois. Savoir que ça le touche rend son annonce plus difficile et donne une dimension plus triste à ces adieux. Elle déglutit. « Oh… Je ne pensais pas… » S'entend-elle penser à voix haute. Elle se pince les lèvres, se retrouve un peu idiote pendant quelques secondes, se demandant si ce week-end était une bonne idée… Dans sa tête, ces au-revoir étaient supposés être festifs et ils l'étaient jusque là. Ils l'étaient, jusqu'à ce qu'elle aborde le sujet et qu'elle soit enfin honnête avec elle-même. Elle aime Max Julliard. Les mots de Magnùs pourraient la toucher, si elle y croyait, mais au lieu de ça, ils la font sourire et elle le regarde, les yeux pétillants de malice. « À d'autres. Je sais que tu n'en penses pas un mot, mais ce n'est rien. Je ne t'en veux pas. » Dit-elle en souriant, pas rancunière pour un sou. Il a bien le droit de détester son petit-ami tout comme il a le droit de ne pas vouloir leur bonheur, même s'il clame le contraire. Sournoise comme elle est, elle sait qu'elle ne souhaiterait jamais le bonheur à son meilleur ennemi, peu importe les circonstances.

Son regard se perd à nouveau sur le tableau en face d'elle, puis elle décide de se lever et de s'approcher des autres tableaux qui l'entourent, tous plus beau les uns que les autres, un peu comme si elle avait encore du mal à croire qu'elle est au Louvre en pleine nuit. Elle tend la main à Magnùs. « Viens avec moi. » Elle l'aide à se relever et garde sa main dans la sienne pour passer de salle en salle, faisant face à des tableaux tous plus beaux les uns que les autres. Elle pianote sur son téléphone, choisit une chanson qu'elle aime particulièrement, en l'occurrence : Serenata de Amor de Jaime Rudesindo Echavarría et la lance en laissant son téléphone sur le sol. « Danse avec moi. » Demande-t-elle avec un sourire ravageur sur les lèvres, de sorte à ce qu'il ne puisse rien lui refuser.  « Si c'est la dernière fois qu'on se voit, il faut qu'on rende ce week-end mémorable. T'es d'accord ? » Demande-t-elle en se collant contre lui, la tête appuyée contre son torse, commençant à bouger au rythme de la musique.    

(mille fois pardon pour le retard Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) 2366061714 Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) 9848650 )
Revenir en haut Aller en bas
Magnùs Hadsen
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Magnùs Hadsen
TON PSEUDO : hiljaisuus.
TES DOUBLES : Bébé Lloyd.
TON AVATAR : Colin Firth.
TES CRÉDITS : hjs (avatar) & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : (0/2)
Fred à venir.
RAGOTS PARTAGÉS : 283
POINTS : 1310
ARRIVÉE À TENBY : 23/04/2017
Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) 98d07ed02e520d2101cdcfffdebfb21cb34d2969
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante-sept ans.
PROFESSION : Diplomate de renom.
REPUTATION : Toujours aussi arrogant mais il fait de moins en moins parler de lui en ce moment, peut-être qu'il a enfin décidé à quitter Tenby ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) Empty
MessageSujet: Re: Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs)   Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) EmptyJeu 3 Oct - 20:24

Deux mots ? Tu te doutes bien qu'il a dû déverser son flots de paroles désagréables à ton sujet. Plus particulièrement toi car tu es celui qui s'est levé contre cette mascarade. Tu ne regrettes rien, elle est heureuse et lui, il continue à vivre sa vie sans se soucier des autres. Tu le vois très égoïste Max surtout lorsque tu croises son nom sur les tabloïds. Mariage par-ci, mariage par-là, soirées trop arrosées et le meilleur pour la fin, les accidents. Un homme comme lui est trop instable, le lendemain peut facilement devenir un cauchemar en sa présence mais les femmes semblent adorer les hommes comme lui. L'équilibre, les petites habitudes, le romantisme de la vieille école, c'est dépassé.

Évidemment que tu as capable de t'attacher, tu n'as pas scellé ton cœur à la mort de ta femme, tu n'as jamais eu une vie de moine. Peut-être que tu prends plus de temps à t'attacher, que tu ne choisis pas les bonnes personnes mais derrière ton statut de veuf et célibataire, tu as eu de nombreuses aventures. Tu n'as jamais réellement pu partager ça avec ton fils, tu ne voulais pas lui montrer que tu étais si changeant, que tu dansais sur un  pied puis sur l'autre et surtout que tu allais voir des prostitués et ce n'est pas une histoire nouvelle. Lorsque tu as rencontré Judith, ta femme, tu étais encore dans les renseignements officiellement et officieusement les services secrets et autant c'était excitant pour vous deux de vivre sans savoir si le lendemain tu allais être là, rapidement, elle a posé ses conditions à votre relation, sans te laisser le choix. Tu as quitté ton poste une semaine plus tard. La diplomatie, c'était une porte qui s'est ouverte par hasard parce que tu n'es pas si diplomate que ça, tes proches le savent, tu es colérique, impulsif mais tu es aussi très manipulateur et c'est ce qui te rend particulièrement doué dans ce que tu fais. Mais pour en revenir à ta femme, elle ne te quittait quasiment jamais, elle voulait te suivre aux repas, aux réunions et tu ne refusais jamais et elle voyait les prostitués, elle voyait les affaires qui étaient réglées non-officiellement de manières... peu orthodoxes. Au début, elle était plus que largement dégoûté de voir les diplomates se comporter comme des enfoirés, mais elle a découvert qu'il y avait bien pire qu'eux et c'est là que tu as eu à lui faire la promesse de toujours prendre soin des femmes, sans jamais regarder le physique, la culture, le passé, sans jamais les juger. Tu as toujours tenu ta promesse, tu le feras jusqu'à ton dernier souffle. « Je ne peux mentir à ce sujet, même si physiquement je ne montre rien, intérieurement l'histoire est différente mais, je ne t'en veux pas. » Jamais tu ne lui en voudras, tu es incapable de la forcer à rester à ta côtés si sa grande histoire d'amour et avec Max et ça, même si tu détestes cet énergumène. « J'avoue, je veux que toi, tu sois heureuse, lui, ça ne m'intéresse pas. » à demi-mots, tu ne mentais pas, tu étais juste poli, formulant de manière officielle tes vœux de bonheur pour un couple que tu ne peux pour le moment, pas encadrer mais si c'est ce qu'elle veut, alors ainsi soit-il.

Tu te redresses, un sourcil haussé, les mains derrière ton dos, ton regard divague sur les tableaux autour de vous, ton attention est quant à elle, bloquée sur la jeune femme qui vient de mettre un terme à tes espérances. Tu es touché, mais surtout soulagé de savoir qu'elle n'a pas attendu avant de le faire, tu savais qu'elle serait réglo et que tu pouvais lui faire confiance même après son petit dérapage. Enfin, tu bouges lorsqu'elle déloge ta main et tu ne peux que la suivre sans un mot, la laissant vous guider jusqu'à ce qu'elle se stoppe, lassant son téléphone alors qu'une musique, inconnue à tes oreilles se met à résonner dans les immenses couloirs du Louvre. « Avec plaisir. » Tu t'inclines élégamment avant de la serrer contre toi et de bouger au rythme de la musique, plutôt calme et particulièrement mélancolique. « C'est le but de ce week-end et je pense qu'on commence plutôt bien, après tu peux me dire ce qui te ferait plaisir pour la suite si un lieu te fait envie, je peux m'arranger afin qu'il soit à nous, l'espace d'un instant. » Tu connais les bonnes personnes ici, ils ont des services à te rendre et il suffit de vous voir ici, seuls, dans le Louvre, peu de personnes arrivent à accéder à ce lieu de cette manière. Non, tu n'es pas un simple diplomate mais ça, tu te doutes bien qu'elle le sait déjà. Tu te permets de fermer les yeux, te laissant bercer par ses pas et par la musique que tu ne risques pas d'oublier.

Mooh Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) 2366061714 t'as pas besoin de t'excuser Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) 482748114

_________________

Never trust the diplomat.


Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) 897107186:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) Empty
MessageSujet: Re: Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs)   Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs) Empty

Revenir en haut Aller en bas

Deep down we both knew it was trouble by design (magnùs)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ✿ ::  :: RP abandonnés-