WHISPERS DOWN THE LANE ✿
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
Avez-vous entendu parler de la foire d’automne ? Je crois que c’est la Mairie qui a mis ça en place. Je me réjouis de voir tout cela : il y a des animations pour les enfants, des stands d’artistes, je crois qu’ils vont monter une pièces de théâtre aussi. Sans compter que les commerçants et restaurateurs locaux proposent de bonnes choses à manger…Il y a toujours quelque chose à y faire, peut-être que ça vous plairait. Retrouvez le résumé détaillé de l’intrigue ici !
Tenby, novembre 2020
8°C/11°C ♣ Alors que l’hiver s’approche à grands pas, l’automne s’est bien installée et la pluie balaye régulièrement Tenby. Le fameux brouillard anglais se fait de plus en plus fréquent, alors que les pêcheurs espacent leurs sorties en mer. Quelques tempêtes sont à prévoir, ne vous promenez pas trop en front de mer par grand vent !
La foire fait l’objet de toutes sortes de rumeurs…Tout cela va être riche en événements. C'est toujours une telle joie de voir de l'animation à Tenby, en plus Et puis on a besoin de souffler un peu après toute cette histoire d'incendie... Et vous, allez vous y faire un tour ? Donnez votre avis ici !
Le deal à ne pas rater :
[Adhérents FNAC] 30€ offerts tous les 200€ d’achat
Voir le deal

Partagez

The jetset life is gonna kill you (max)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
The jetset life is gonna kill you (max) Empty
MessageSujet: The jetset life is gonna kill you (max)   The jetset life is gonna kill you (max) EmptyMer 29 Aoû - 20:28

You're getting mighty upset,
you're gonna regret,
the deeper you get,
the stronger I'll be

Furieuse, Yevgeniya est furieuse depuis qu'elle a vu son grand frère amoché à la suite d'une course poursuite en Ferrari. Forcément qu'Alexeï avait envie de fêter sa sortie de prison, forcément qu'il avait envie de tester ses limites et de s'amuser avec ce qui ne lui appartient pas. Elle-même n'a jamais respecté la loi et n'a jamais rechigné à se servir de ce qui appartient aux autres. Elle ne se souvient que trop bien de son plongeon avec Daniel dans la piscine creusée d'inconnus où ils avaient dû échapper aux policiers en courant en sous-vêtements dans les rues. La jeune femme aurait dû deviner qu'en faisant découvrir Tenby à son frère, il finirait par s'approprier les biens des autres (des plus fortunés, bien sûr), toutefois, elle n'aurait pas pensé se retrouver dans une telle situation. À peine Alexeï lui avait donné le nom du pilote de Formule 1, qu'elle a elle-même sauté dans sa voiture pour lui toucher deux mots. Elle n'a pas eu le temps d'expliquer quoi que ce soit à son frère, car il peut attendre. En revanche, ce qui ne peut pas attendre, c'est la raclée qu'elle veut coller au producteur.
Elle est garée devant la grande maison de Max Julliard qui pue le fric à plein nez. Ses voitures sont garées devant la maison - pas toutes, mais quelques unes - et elle comprend aisément la tentation de son frère. Yevgeniya n'a jamais été très accro à la vitesse, mais si elle l'avait été, elle se dit qu'elle aurait fait comme Alexeï. Elle fulmine, laisse la rage grimper en elle en attendant que Megane déguerpisse. Elle l'a aperçue au travers de la baie vitrée quelques minutes plus tôt et même si la russe est très en colère, elle ne s'affichera pas devant la fille de son client. Après tout, c'est sa discrétion (en plus de ces nombreux autres talents) qui fait qu'elle est si appréciée par la gent masculine.

L'étudiante met les voiles après un bon quart d'heure et Yevgeniya attend tout juste que la voiture de la jeune femme ne soit plus visible pour tambouriner à la lourde porte du domicile Julliard. « Max ! Sors de là ! Je sais que tu es seul alors dépêche toi ! » Elle serre les dents pour ne pas cracher d'insultes, mais elle doute pouvoir se retenir bien longtemps. Quand la porte s'ouvre enfin, la Vassilievitch n'hésite pas à entrer brusquement tout en pointant son index accusateur sur le torse de l'ancien pilote. « T'as voulu tuer mon frère, au juste ou quoi ?! » Qu'elle vocifère dans la maison.
La blonde est hors d'elle et Max peut aisément s'en rendre compte. Elle n'a jamais pris de gant avec lui, parce qu'il a quelque chose qui la pousse à être elle-même et par conséquent à n'utiliser aucun filtre. Elle est elle-même, mais de ce fait, Max doit à présent subir "Ivy la furie". « T'as de la chance qu'il aille bien, parce que sinon, je te jure… » Elle ne vient pas tout juste de récupérer son frère de prison pour le voir mort dans un fossé. Non ! « À quoi est-ce que tu pensais, sérieux ? » Soupire-t-elle, à bout de souffle. « Si tu l'avais laissé faire mumuse une journée avec ta foutue caisse à la con, il aurait fini par te la rendre ! » Evidemment, tout le monde sait que le fautif de cette histoire est le propriétaire des voitures…
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Max Julliard
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding - Abel Griffiths - Charles Miller
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : The jetset life is gonna kill you (max) H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2831
POINTS : 4441
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
The jetset life is gonna kill you (max) Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 47 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Sa dernière copine l'a plaqué. Il est libre comme l'air, et malheureux comme les pierres, aussi.
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il parait qu'il sortait avec Yevgeniya Vassilievitch et qu'elle lui volé trente mille livres...vous y croyez, vous ? En tout cas, il a repris ses fêtes et ça n'a pas arrangé son caractère de chien !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
The jetset life is gonna kill you (max) Empty
MessageSujet: Re: The jetset life is gonna kill you (max)   The jetset life is gonna kill you (max) EmptyJeu 30 Aoû - 16:14


'Cause from my crystal gazin' eye
There shines a light
Like dynamite

Whisky et codeine. Un cocktail détonnant. Le mélange était utilisé comme drogue par les étudiants et normalement suffisant pour créer une intoxication. Ayant l’habitude, ça ne lui faisait dans les faits pas grand-chose, sinon calmer de manière assez efficace la douleur. Alexei Vassielievitch ne l’avait pas loupé, il fallait l’admettre, même s’il avait réussi à se défendre plutôt correctement. Le coquard qu’il avait à l’œil était d’une subtile nuance violette, qui se mariait assez bien avec le bleu qui ornait désormais sa pommette opposée. Alors qu’il savourait sa tranquillité – sa fille venait de partir -  quelqu’un tambourina à sa porte. Il leva les yeux au ciel. L’univers entier semblait avoir décidé de lui pourrir la vie. « Qu’est-ce qu’il y a encore ? » Tendant l’oreille, il reconnut la voix de Yevgneniya Vassilievitch. Long soupir exaspéré, avant qu’il ne se décide à descendre ouvrir. C’est dans ce genre de moment que Max regrettait de n’employer son majordome que pour les fêtes qu’il donnait. Mais bon, de toute façon, ce n’était pas comme s’il avait le choix : s’il n’ouvrait pas, il soupçonnait la jeune femme de rester là à l’insulter tout l’après-midi. « Ouais, ça va, ça va, c’est bon, je vais ouvrir, je devrais tous vous faire enfermer à la place, mais je vais ouvrir... »

Mal lui en prit. Elle paraissait vraiment en colère. Pour...rien ? A vrai dire, Max s’estimait plutôt indulgent dans son attitude. « Tu débarques vraiment chez moi pour me hurler dessus ? » Pour l’instant, il n’était même pas en colère, juste plutôt surpris. A vrai dire, il était un peu habitué au caractère d’Ivy. C’était même pour ça qu’il l’aimait bien – comme personne, et pas uniquement comme escort. La plupart du temps, sa franchise l’amusait : d’une certaine manière, il trouvait qu’ils se ressemblaient un peu.

« Quoi, tu aurais aussi essayé de me casser la gueule ?  Je te rassure, ton frère n’a pas besoin de toi là-dessus. »
Il eut une grimace. Alexei devait être beaucoup moins amoché que lui. « A quoi est-ce que je pensais ? Tu déconnes ? Quand on vole ta bagnole, tu restes assise les bras croisés, toi ? » La patience de Max était assez limitée et là, il était vraiment agacé. Il n’avait pas élevé la voix, mais le ton qu’il employait était glacial. Honnêtement, il trouvait assez gonflé qu’elle vienne lui faire des reproches. Celui qui s’était fait volé sa voiture, cassé la gueule, et qui avait perdu une Ferrari sur deux, c’était lui. « J’aurais pu appeler la police, je viens de passer ma matinée au téléphone avec un avocat qui me conseille de porter plainte, et tu viens encore râler ? Il aurait fallu quoi ? Que je le laisse embarquer ma voiture ? Putain, Ivy, je savais même pas que t’avais un frère ! » En fait, il était autant exaspéré que surpris. D’accord, il aurait pu ne pas frimer et faire cette course. Mais il aurait pu se faire du mal lui aussi, alors bon, l’un dans l’autre...et puis merde, quand on piquait une voiture à un ancien pilote de Formule 1, il ne fallait pas s’attendre à ce qu’il ne soit pas capable de conduire le même modèle. « Et c’est parce que c’est ton frère que je porte pas plainte, alors arrête de m’emmerder. J’allais t’appeler, en plus. » Franchement, il ne méritait pas qu’on lui hurle dessus comme ça. Pas quand il avait assez d'estime pour Yevgneniya pour avoir des scrupules à trainer son frère en justice. «  Il ne lui est rien arrivé de grave, pour être honnête on s’est bien marré, je me suis fait casser la gueule, et il a bousillé une Ferrari à 170 000 livres. Tu veux quoi ? Que je lui présente des excuses, en plus ? » C’était assez hallucinant de mauvaise foi – et il s’y connaissait en la matière. « Tout ça parce que monsieur veut protéger sa petite sœur, c’est tellement mignon. » Malgré la codeine, ses echymoses le lançaient un peu. Il voulait reprendre un whisky. « Tu veux un verre, quitte à ce qu’on s’engueule ? Au pire, t’auras qu’à me le balancer à la tronche si ça te convient pas. »

_________________

Summertimesadness I was sinking, but now I'm sunk, and I was drinking, and now I'm drunk. Your songs remind me of swimming but somehow I forgot...

The jetset life is gonna kill you (max) 482748114:
 



Dernière édition par Max Julliard le Sam 1 Sep - 16:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
The jetset life is gonna kill you (max) Empty
MessageSujet: Re: The jetset life is gonna kill you (max)   The jetset life is gonna kill you (max) EmptySam 1 Sep - 15:51

You're getting mighty upset,
you're gonna regret,
the deeper you get,
the stronger I'll be

En effet, Yevgeniya débarque vraiment chez Max afin de lui hurler dessus toute sa rage quant à l'accident qui s'est produit. La question du producteur était rhétorique, ainsi, la jeune femme ne prend même pas la peine d'y répondre. Il peut constater de lui-même à quel point elle est sérieuse. Elle n'en démord pas. Max a une large part de responsabilité dans ce qui s'est passé. « Ouais, heureusement qu'il ne t'a pas loupé. » Mauvaise jusqu'au bout des ongles, Ivy n'a pas eu le temps de terminer sa menace que Max lui enlevait déjà les mots de la bouche. Et il avait raison. Oui, elle n'aurait pas hésité à devenir violente, même malgré son petit gabarit. Elle n'aurait pas réussi à faire beaucoup de dégâts, certes, mais c'était une question de principes. « Quand on vole ma bagnole, j'ai pas une deuxième Ferrari qui m'attend douillettement au chaud pour aller la poursuivre. Eventuellement, j'ai une trottinette, mais tant qu'à faire, oui, autant rester les bras croisés. » D'autant plus que Yevgeniya n'a pas la conduite d'un pilote de Formule 1. Elle sait conduire, certes, et elle a déjà reçu pas mal d'amendes à cause de ses nombreux excès de vitesse, mais elle ne ferait pas la maligne dans une course poursuite.

Le seul moment où la blonde parvient à se calmer et où elle est à court de mots, c'est lorsque Max lui rappelle qu'il aurait très bien pu mêler la police à cette affaire. Elle ne veut pas y croire. Pleine de dédain, elle continue. « Tsss, je ne t'aurais pas cru du genre à appeler les flics. » Entre les escorts qu'il appelle et les grammes de neige qu'il s'enfile dans le nez, la russe avait cru que Max ne serait pas du bon côté de la loi. Hélas, il semblerait qu'elle s'était trompée. Sa mauvaise humeur disparait toutefois quand elle réalise qu'il allait l'appeler.  « Oh… » Qu'elle dit, un peu bête sur les bords. Elle répète cette syllabe encore une fois, soudainement mal à l'aise et reconnaissante qu'il ait décidé de ne pas porter plainte car Alexeï est son frère. Cela dit, elle ne s'excuse pas. La Vassilievitch n'est pas du genre à faire des excuses, elle ne l'a jamais été et ce n'est pas près de commencer. Surtout qu'elle n'a rien fait de mal, elle vient seulement chercher des comptes sur ce qui est légitime. « Et en fait… J'en ai trois. De frères, je veux dire. J'ai trois frères. » Qu'elle surprotège et qui la surprotègent à leur tour.

Ses yeux s'écarquillent à l'annonce de la somme de la voiture et elle se retient de ne pas lâcher un juron vulgaire. C'est pas l'envie qui manque, pourtant. Elle se demande si Alexeï avait une idée de la somme de la voiture lorsqu'il a décidé de la voler. Néanmoins, l'artiste n'a pas le temps de rebondir que les mots du Julliard la font tiquer. « Attends, quoi ?! » La jeune femme n'est pas certaine de comprendre là où le DJ veut en venir et elle fronce les sourcils. « De quoi tu parles ? » Apparemment, elle est partie trop vite chercher des noises au brun et elle aurait peut-être dû attendre que son frère finisse de lui expliquer son histoire avant de venir en trombe au domicile de Max. « Oui, je crois que j'ai besoin d'un verre, là. » Et elle n'attend pas le maître des lieux pour passer son chemin dans la grande maison jusqu'au salon où est disposé le bar. Elle regarde les différentes bouteilles qui s'offrent à elle et se sert un long verre de vodka comme si elle était chez elle.  « Pourquoi est-ce que tu dis qu'Alex voulait me protéger ? » Assurément, elle ne comprend pas la conversation que les deux hommes ont pu avoir et elle a hâte d'être éclairée. Elle prend une première gorgée d'alcool et s'installe sur le canapé, encore une fois, comme si elle était chez elle.
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Max Julliard
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding - Abel Griffiths - Charles Miller
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : The jetset life is gonna kill you (max) H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2831
POINTS : 4441
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
The jetset life is gonna kill you (max) Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 47 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Sa dernière copine l'a plaqué. Il est libre comme l'air, et malheureux comme les pierres, aussi.
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il parait qu'il sortait avec Yevgeniya Vassilievitch et qu'elle lui volé trente mille livres...vous y croyez, vous ? En tout cas, il a repris ses fêtes et ça n'a pas arrangé son caractère de chien !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
The jetset life is gonna kill you (max) Empty
MessageSujet: Re: The jetset life is gonna kill you (max)   The jetset life is gonna kill you (max) EmptyDim 2 Sep - 19:26


'Cause from my crystal gazin' eye
There shines a light
Like dynamite

D’habitude, il tolérait plutôt bien les piques de Yevgneniya : là elles passaient mal, et l’idée de la foutre à la porte sans cérémonie traversa un instant l’esprit de Max. Ce n’était pas une solution très charitable, cependant. Il aurait probablement fait la même chose qu’elle si son frère ou ses sœurs s’étaient trouvés dans la situation d’Alexeï. Pour autant, ce n’était pas une raison pour se laisser dire impunément que c’était bien fait pour sa gueule – littéralement – et qu’il aurait du laisser ce sale gosse embarquer sa Ferrari. « Tu te fous de moi ? J’étais censé rester les bras croisés à le regarder partir ? Sans savoir qui il était, ni pourquoi il embarquait ma caisse ? Je devais deviner qu’il voulait faire le con et qu’il me la rendrait ? » Il secoua la tête : « Faut savoir à quoi s’attendre quand tu fais des conneries comme ça, si tu t’en prends à un ex pilote de F1, il y a de fortes chances qu’il conduise mieux que toi. » Il ajouta, toujours sur le même ton : « Au passage, la prochaine fois, ne dis pas que t’as une trottinette, sérieux, c’est pas crédible pour engueuler les gens après. »

Peut-être parce que la vision de Ivy faisant de la trottinette avait quelque chose de comique, Max réussit à garder son calme et laissa courir, faisant le dos rond face aux piques de la jeune femme jusqu’à ce qu’elle se décide enfin à l’écouter et qu’elle se calme un peu. Ca ne servait à rien de rajouter de l’huile sur le feu : il n’était pas le sale type de l’histoire, pour une fois, il avait des arguments à faire valoir, et une fois qu’il eut réussi à en caser une, la conversation s’apaisa tout de suite. Max ne s’attendait pas spécialement à des remerciements, Ivy n’était pas de ce genre-là à son avis, mais le fait qu’elle lui parle calmement était symptomatique du fait qu’il avait eu à peu près gain de cause. Ou qu’en tout cas il marquait des points en signalant qu’il préférait régler ça avec elle qu’avec la police. Ca lui semblait normal, après tout ils se connaissaient. « Oh, trois, génial. Ils me détestent tous ? Non parce que tant qu’à faire, je préfèrerais être prévenu si un autre membre de ta famille décide de me casser la gueule. » Il avait lui aussi baissé d’un ton, et c’était balancé avec nonchalance et un pointe d’amusement typique de l’humour noir du producteur. L’orage était passé, en tout cas de son côté.

Apparemment, du côté de la jeune femme aussi.  « Je ne savais même pas que tu t’appelais Vassilievitch, en fait. » Il y avait un peu de surprise dans cette conversation, parce qu’il réalisait qu’il ne connaissait pas grand-chose de la jeune femme. Mais bon, Max supposait que les call-girl n’avaient pas forcément envie de raconter leur vie à des clients, ce qu’il pouvait admettre aussi. «Je suppose que le garagiste est aussi ton frère, alors ? Vous avez quelque chose avec les voitures, faut croire. Il est plutôt doué, ton frère, pour piloter. » Il la suivit dans le salon, sans même s’offusquer du fait que la jeune femme prenait totalement ses aises. En vérité, il était habitué. Se servant un autre whisky, Max alluma une cigarette, avant de s'approprier un fauteuil en face de Yevgneniya, qui ne semblait pas au courant, finalement, de tous les tenants et aboutissants de l’affaire. « Parce que c’est-ce qu’il m’a dit. » Il haussa les épaules : « Bon, pas comme ça. C’est un peu confus parce qu’au milieu de la conversation il y a eu ça » – il désigna les marques violacées sur son visage – « mais en gros c’est l’idée. Qu’il me connaissait de réputation, et que j’avais pas intérêt à déconner avec toi, le baratin habituel...il sait ce que tu fais comme métier, ou pas ? » C’était une vraie question, posée avec une curiosité réelle, et sans aucun jugement. Max tira une bouffée de tabac et avala une gorgée de whisky, et continua avec un rire amusé : « Moi qui pensais éviter ce genre de connerie en laissant les relations sérieuses, faut croire que je me suis planté. » Il ne prenait même pas les choses mal. Max avait vraiment beaucoup de défauts, mais pas celui de la rancune.

_________________

Summertimesadness I was sinking, but now I'm sunk, and I was drinking, and now I'm drunk. Your songs remind me of swimming but somehow I forgot...

The jetset life is gonna kill you (max) 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
The jetset life is gonna kill you (max) Empty
MessageSujet: Re: The jetset life is gonna kill you (max)   The jetset life is gonna kill you (max) EmptyDim 2 Sep - 22:12

You're getting mighty upset,
you're gonna regret,
the deeper you get,
the stronger I'll be

La call-girl et son client entrent dans un dialogue de sourds et aucun des deux ne semble prêt à adopter le point de vue de l'autre. Soit. Il faudra faire sans, même si ça horripile Yevgeniya de ne pas pouvoir rallier Max à sa cause. Ne comprend-il donc pas qu'il est aussi fautif qu'Alex dans cette histoire ? Non, ça lui échappe. « C'était une façon de parler, Max. Tout ça pour te faire comprendre que le commun des mortels n'a pas forcément plusieurs voitures. Qu'on ne peut pas tous faire des courses poursuites. » Elle soupire, agacée. Toutefois, son agacement prend fin lorsque le jeune homme lui fait prendre conscience que c'est seulement à cause de son lien de parenté avec le voleur qu'il n'a pas porté plainte. Maintenant, Yevgeniya est reconnaissante, mais elle ne sait pas comment le montrer autrement qu'en commençant par se calmer. C'est difficile de trouver l'apaisement quand on était aussi remonté qu'elle l'était. Elle y parviendra avec difficultés et avec un verre de vodka dans les mains. « Mais non, ils ne te détestent pas. Enfin, en fait, j'en sais rien. Je n'étais même pas au courant qu'ils te connaissaient. » C'est vrai ça, Ivy ne savait pas que ses frères connaissaient son client. Toutefois, il semblerait que le vol de la Ferrari ait été ciblé si elle en croit les paroles du brun. « Tu pouvais déjà t'estimer heureux de connaître mon vrai prénom. En général, dans le milieu, tu remarqueras ou tu l'as peut-être déjà remarqué, on donne des noms musicaux aux noires : Melody, Harmony, Jazz… Les orientales c'est du genre Lucky, Destiny, Faith… Et les Russes… Faut juste que ça sonne russe. D'ailleurs, j'ai failli devenir Natasha. Juste pour les clients. » Elle avait refusé. Contrairement aux autres filles, elle n'a pas honte de ce qu'elle fait et ça ne la dérange pas d'utiliser le prénom qui lui a été donné à la naissance. « Dimitriev… Enfin, Dimka. Le garagiste. Oui, c'est aussi mon frère. » Elle garde sous silence le fait qu'ils sont en froid depuis plusieurs mois car ça ne regarde absolument pas Max. Qu'est-ce qu'il en a à faire de savoir qu'Yevgeniya a eu peur de son frère, au point de ne plus vouloir le voir. Tout ça parce qu'elle n'a même pas compris qu'il souffre de schizophrénie. « Et oui… Je dois être la seule à ne pas avoir le moindre intérêt pour les bagnoles. » Qu'elle avoue, peut-être parce qu'elle a trop souvent écarté les cuisses dans des voitures pas confortables du tout et qu'elle en ressortait avec des douleurs qu'elle ne pouvait pas expliquer.

Installée dans le salon de l'ancien pilote avec son verre de vodka, la blonde devient de plus en plus perplexe. Alexeï lui aurait dit qu'il voulait protéger sa soeur ? Elle - qui était persuadée que son frère avait choisi une cible aléatoire - se retrouve bien bête, sans savoir quoi dire. Elle boit son verre aussi vite qu'on boit un shooter et elle ne grimace même pas. « Je… Je ne comprends pas. Oui, il est au courant de ce que je fais. » Et il a toujours été d'accord, alors pourquoi penser que Max était autre chose qu'un client et qu'il pouvait lui faire du mal ? Elle y réfléchit, penaude et en silence jusqu'à trouver la seule explication logique. « Oh… Je crois savoir. » Dit-elle, la voix douce, contrastant avec ses hurlements. « Tu n'es pas au courant, mais… Il y a plusieurs mois, j'ai arrêté. J'ai arrêté de voir de nouveaux clients pour me consacrer à un autre métier. » Son nouveau job consiste notamment à s'occuper des filles et à gérer le réseau avec Dimka. En bref, la blonde a été promue au statut de Madame. Toutefois, elle avait continué à voir certains clients, principalement ceux qu'elle appréciaient à la base, mais surtout, qui ne manquaient pas de la payer généreusement, donc Max et quelques autres privilégiés. « J'ai encore quelques réguliers, mais… Plus beaucoup. Alex a dû croire qu'on était ensemble. » Elle se relève afin de se resservir un verre de vodka et elle garde même la bouteille près d'elle. Elle va avoir besoin de beaucoup d'alcool pour dire ce qu'elle s'apprête à dire. « Je suis désolée pour le malentendu. » Elle boit encore. Il n'aurait pas dû lui chercher des noises pour cette raison ; Autant, elle se moquait pas mal que son frère veuille voler la voiture de Max juste pour le plaisir, mais le fait qu'il ait voulu faire ça pour la protéger la dérange étrangement. Maintenant, il va falloir qu'elle trouve un moyen de regagner la confiance du producteur.
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Max Julliard
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding - Abel Griffiths - Charles Miller
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : The jetset life is gonna kill you (max) H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2831
POINTS : 4441
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
The jetset life is gonna kill you (max) Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 47 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Sa dernière copine l'a plaqué. Il est libre comme l'air, et malheureux comme les pierres, aussi.
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il parait qu'il sortait avec Yevgeniya Vassilievitch et qu'elle lui volé trente mille livres...vous y croyez, vous ? En tout cas, il a repris ses fêtes et ça n'a pas arrangé son caractère de chien !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
The jetset life is gonna kill you (max) Empty
MessageSujet: Re: The jetset life is gonna kill you (max)   The jetset life is gonna kill you (max) EmptyMer 5 Sep - 18:48

'Cause from my crystal gazin' eye
There shines a light
Like dynamite

La fratrie Vassilievitch était emmerdante, c’était le moins que Max pouvait dire. Comme il ne pouvait pas y faire grand-chose, il laissa tomber l’idée de répondre à Ivy en entrant dans son jeu : ça n’aurait servi à rien sinon à alimenter un dialogue de sourds complètement stupide. Une fois qu’elle eut à peu près entendu raison, l’ambiance commença à se détendre un peu. « J’en sais rien, je les connais pas non plus, a priori. » Et l’épisode Alexeï faisait dire à Max qu’il valait peut-être mieux que ça reste comme ça, sauf si ledit Alexeï pouvait arriver à se montrer raisonnable. Là, il pouvait peut-être en tirer quelque chose, mais encore une fois...à voir. Encore que ça risquait de ne pas durer bien longtemps, ce calme. Un instant, Max se figea, entendant Yevgeniya prononcer un prénom qu’il utilisait de moins en moins. Melody. C’était étrange d’entendre le prénom de sa fille, de sa petite fille, associé à ce genre de choses. Melody et des putes. Tellement déplacé. Tellement glauque.

Max dut se faire violence pour ne pas avoir un mouvement de colère déplacé. Ivy ne savait sans doute pas ce qu’elle venait de dire. « T’es en train de dire que ma fille Melody, qui est décédée à douze ans et qui n’était qu’une gamine, avait pour un prénom un pseudonyme de call-girl ? » Le producteur eut un petit rire, sec, sans aucune joie, qui l’ébranla aussi fort qu’un sanglot. « C’est charmant, putain, vraiment. Dire que j’avais choisi ça à cause de Melody Maker...mais ça doit pas te parler, les vieux magasines de musique anglais, toi, pas vrai ? » Heureusement qu’il n’était pas trop près de la jeune femme. Heureusement, parce que l’ancien pilote, même après toutes ces années, était au bord des larmes. « Je crois que je vais reprendre un peu de codeine avec mon whisky, moi. » Revenir. Il fallait qu’il revienne parmi les vivants, pas qu’il se laisse bouffer. Revenir. Il y avait des techniques, les psys les lui avaient apprises, mais ces foutus toubibs n’avaient sans doute pas prévu le cas Yevgeniya Vassilievitch. Pas de codeine, juste le whisky, ça pouvait le faire. Il suffisait de parler d’autre chose. « Natasha, hein ? » Il sourit, imaginant tous les clichés autour de la Russie que la jeune femme avait du voir passer. « Je mesure le privilège de me faire engueuler par quelqu’un dont je connais le vrai nom. » Et soudainement, c’était comme s’il n’avait jamais mentionné sa fille. Il hocha la tête brièvement quand Yevgneniya mentionna sa famille, puis s’installa dans le salon.

Peut-être qu’il aurait du s’attendre à se faire massacrer par un frère, ou un père, en colère, depuis longtemps, avec toutes les escort qu’il fréquentait. Max n’y pensait que maintenant, mais ce genre d’attitude devait bien exister, et il était possible que Alexeï fasse partie de cette catégorie. Ou alors il avait vraiment cru qu’ils étaient ensemble ? Apparemment, ça devait être ça, selon Ivy elle-même. « J’imaginais pas que ton style c’était les alcooliques mondains ayant largement dépassé la quarantaine. » Cette fois, le rire de Max était carrément franc. Il était excessif en tout, Julliard, mais il n’avait aucun ego. « Sérieusement, doit forcément y avoir mieux sur Terre, surtout pour une fille comme toi. » Vrai, après tout, c’était une jolie fille, avec du caractère. Si elle faisait autre chose dans sa vie que se prostituer, Yevgeniya Vassilievitch avait vraiment tout pour elle.

« Est-ce que je rêve, ou tu viens de t’excuser ? »
Le sourire de Maximilian était légèrement moqueur, mais pas méchant. « Bon, au fond, je suppose que ce n’est pas très grave. Si ton frère n’avait pas décidé de me foutre son poing dans la gueule à un moment, je l’aurais presque remercié. Ca fait longtemps que je me suis pas autant marré en conduisant. S’il était capable de garder ses nerfs, il ferait un bon pilote. Ou un bon chauffeur. Il cherche pas du boulot, ton frangin ? » Au fond, Max aimait bien ce gamin, et c’était une vraie proposition. Il haussa les épaules, continua à tirer sur sa cigarette, tendit le paquet à la jeune femme et lança avec un sourire : « Et puis pour la voiture... les assurances sont faites pour ça, non ? » Il termina son verre sur un sourire. « Donc on reste tous bons amis et on oublie cette histoire ? Après tout, j’ai eu les excuses de la call-girl la plus effrontée que je connaisse, je suppose que ça en valait la peine. »

_________________

Summertimesadness I was sinking, but now I'm sunk, and I was drinking, and now I'm drunk. Your songs remind me of swimming but somehow I forgot...

The jetset life is gonna kill you (max) 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
The jetset life is gonna kill you (max) Empty
MessageSujet: Re: The jetset life is gonna kill you (max)   The jetset life is gonna kill you (max) EmptyDim 9 Sep - 19:50

You're getting mighty upset,
you're gonna regret,
the deeper you get,
the stronger I'll be

Comment Yevgeniya aurait-elle pu savoir qu'elle était en train de faire une grosse bourde en évoquant les différents pseudonymes qu'on donne aux prostituées ? Clairement, la russe ne voulait pas blesser son client, mais elle met les pieds dans le plat et elle reste muette quelques secondes. Elle se retient de répondre avec véhémence qu'elle ne pouvait pas savoir, qu'il n'a pas à hausser le ton pour une connerie qu'elle a dite sans connaissance de cause. Elle croise les bras sur sa poitrine, sans un mot, sans même un regard. Dans ces cas-là, elle n'a plus qu'à attendre que l'orage passe et que les choses redeviennent comme elles étaient. Toutefois, si Max n'était pas un client aussi gratifiant, Yevgeniya aurait très certainement répondu quelque chose. « Natasha, yeap. » Elle confirme d'un hochement de tête, ravie que le sujet de sa fille décédée soit derrière eux. Comment aurait-elle pu deviner qu'elle touchait un sujet aussi sensible ? Elle ajoute. « On voulait même que je prenne l'accent russe ou que je fasse des fautes d'anglais, juste pour le folklore, parce que sinon, on arrive pas à savoir que je suis "exotique". » Exotique… C'est un mot qui a toujours fait rire Ivy : elle est aussi Galloise qu'elle est Russe, mais les proxénètes ont l'impression que les étrangers rapportent plus d'argent, certainement parce que les clients aiment s'inventer des histoires sur le passé tragique de la jeune femme. La jeune femme est bilingue - trilingue si on compte le gallois - et de ce fait, elle n'a pas d'accent, que ce soit dans une langue ou dans l'autre. Elle les a parlé tout de suite en étant très jeune et grâce à ça, elle n'a jamais eu aucune difficulté à passer d'une langue à l'autre.

« Tu devrais savoir que je n'ai pas de style. Enfin si. Mon style, c'est l'argent. » Action, réaction. Elle répond aussi sec, sans la moindre honte. Max ne connaît peut-être pas la famille de Yevgeniya, mais il sait qu'elle est cupide. Elle ne s'en est jamais cachée. Après tout, elle aurait pu faire n'importe quel autre métier, mais elle a préféré choisir de vendre son corps pour empocher plus de billets. « Et puis, ne soit pas aussi difficile envers toi-même. Si tu fais partie des quelques réguliers que j'ai décidé de garder, c'est bien parce que tu as quelque chose en plus de l'argent. » L'artiste a l'habitude de caresser ses clients dans le sens du poil. Elle les veut à sa botte, prêt à tout pour elle, et pour ça, elle leur dit ce qu'ils veulent entendre. Toutefois, aujourd'hui, elle est sincère avec Max Julliard, ce qui doit être une première. Yevgeniya trouve Max séduisant, et elle apprécie le fait qu'il partage quelques uns des vices auxquels elle aime s'adonner de temps à autre. Ainsi, si pour une raison X ou Y, elle veut un rail de coke, elle sait qu'il saura lui offrir ce qu'elle veut, sans le moindre jugement. Tous ses clients ne sont pas aussi conciliants. Et puis… Il est bon amant, ce qui n'enlève rien à son charme, bien au contraire et comme elle, il aime les excès.

La petite blonde regrette son excuse quand elle voit la réaction du producteur. Elle ne peut s'empêcher de le fusiller du regard. « Alex ?! Tu voudrais embaucher Alex ?! » Yevgeniya est incrédule, mais elle tente de se rattraper pour ne pas bousiller une possible opportunité pour son frère. « Il a besoin d'un boulot, oui… Mais, je ne sais pas si tu es au courant… Il sort de taule. Son agent de probation risque de passer chez toi si tu décides de le prendre. » Elle préfère prévenir le brun pour ne pas qu'il soit surpris avec de la coke plein les narines si jamais l'agent de probation d'Alex décidait de venir lui rendre visite.
Elle ne peut s'empêcher de lever les yeux au ciel encore une fois lorsqu'il mentionne les excuses qu'elle lui a présenté et elle va même jusqu'à boire une gorgée de vodka supplémentaire. Tout passe toujours mieux avec l'alcool, et en fait, ça l'a radoucie. « Je suis curieuse, maintenant… Curieuse de savoir ce qui vous plait tant dans la vitesse. » Elle le toise, le met au défi. « Tu penses que t'as trop de codéine dans le système ou tu peux me faire faire un tour ? » Elle aussi, elle veut découvrir cette sensation qui semble les griser.
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Max Julliard
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding - Abel Griffiths - Charles Miller
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : The jetset life is gonna kill you (max) H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2831
POINTS : 4441
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
The jetset life is gonna kill you (max) Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 47 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Sa dernière copine l'a plaqué. Il est libre comme l'air, et malheureux comme les pierres, aussi.
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il parait qu'il sortait avec Yevgeniya Vassilievitch et qu'elle lui volé trente mille livres...vous y croyez, vous ? En tout cas, il a repris ses fêtes et ça n'a pas arrangé son caractère de chien !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
The jetset life is gonna kill you (max) Empty
MessageSujet: Re: The jetset life is gonna kill you (max)   The jetset life is gonna kill you (max) EmptyLun 17 Sep - 22:42


'Cause from my crystal gazin' eye
There shines a light
Like dynamite


Max se jeta sur la première porte de sortie offerte, peu importe ce qu’elle était, et en un instant, le masque était revenu, comme si rien ne s’était passé. « Exotique ? Putain, les gens sont vraiment dingues... » Il ignorait ce que mettaient les gens dans le background des call-girls. Lui, pas grand-chose. Max était blasé et matérialiste. Il ne voulait plus s’emmerder avec l’amour, ça ne marchait pas, mais il n’allait quand même pas renoncer au sexe, alors il utilisait des escorts. « Je vois tellement le genre. Des remix à la con de Rasputin en fond sonore et des uniformes pseudo-sexys de l’armée rouge. » Ça lui tira un sourire. Ridicule au possible. Et dire que ça plaisait…Max se demandait vraiment ce que ces gars espéraient. Quand on fréquentait des putes, on n’était pas un mec très intéressant, en général : pas le genre de mec dont les filles rêvaient, donc.

Max ne put cependant pas s’empêcher de noter que la jeune femme ne répondait pas vraiment à la question, mais il hocha lentement la tête pour indiquer qu'il comprenait, sans plus. Ce n'était pas vraiment un mensonge, l'argent intéressait vraiment la russe, il le savait sans avoir jamais vraiment demandé pourquoi. Il supposait que Ivy était comme lui plus jeune. Fauchée et venant d'une famille dans la dèche. Et pour les sentiments...Les gens qui disaient ne pas chercher l'amour, le vrai, étaient des désabusés ou des menteurs, parfois les deux, comme lui. Il pouvait admettre que la blonde faisait partie d'une des deux catégories sans difficulté. Ça devait être difficile d’assumer une vie sentimentale réelle avec un job pareil.

« C’est…gentil ? Je suppose. »
Il regarda la jeune femme avec un étonnement sincère. Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas dit à Max qu’il n’était pas totalement un sale type. Il ne s’attendait pas franchement à ce que ça vienne de Ivy. Il continua en plaisantant : « C’est le compliment le plus bizarre qu’on ne m’ait jamais fait, je crois, par contre. Mais…c’est gentil. » Julliard s’était habitué sans peine au rôle du sale type. Alors même le compliment d’une prostituée vénale, qui pouvait très bien lui dire ça pour lui faire plaisir, ça faisait un peu bizarre à Max. Cela étant, Ivy n’avait aucune raison de mentir sur ce coup-là : il y avait des tas de gars avec effectivement plus d’argent que lui, et elle n’avait pas à y gagner grand-chose.

« Ben, s’il arrive à cesser de vouloir me cogner dessus et à jouer au grand frère protecteur, peut-être. »
Max haussa les épaules. Il trouvait Alex amusant et plutôt doué, donc pourquoi pas ? Mais il n’en aurait pas été ainsi si sa sœur n’avait pas finalement compris le malentendu et si elle ne s'était pas excusée. Sans quoi il aurait probablement rayé cette sacrée famille de sa vie. « Je ne m’en serais pas douté, tiens. » De nouveau, Max se mit à rire : « Laisse-moi deviner, il a plongé pour quoi ? Vol ? Braquage ? » Vu le profil d’Alexeï, c’était probable. « Dis-lui de passer me voir à l’occasion. Il aura qu’à amener son agent de probation avec lui. » Et lui s’arrangerait pour être sobre. Enfin essayer.

Ce qui n’allait pas arriver maintenant, il le sentait. « Tu déconnes ? Je pourrais la conduire les yeux fermés. » Le producteur s’étira et se releva de son siège avec un sourire carnassier, abandonnant son whisky sur le bar pour attraper ses clefs de voiture et se diriger vers l’entrée d’un pas étonnamment assuré pour quelqu’un qui venait de faire un mélange codéine whisky peu recommandable avant de conduire. « En route ! » Une fois sur le parking, il déverrouilla la seule Ferrari qu’il lui restait, lançant avec bonne humeur : « Attention, le côté passager est à droite, ce n’est pas une anglaise. Sauf si tu veux conduire ? » Au retour peut-être, si elle n’était pas totalement terrifiée par la conduite que Max pouvait adopter – qu’il adopta immédiatement en démarrant, laissant juste le temps à la jeune femme de s’attacher, impulsant une accélération franche à la voiture. « Quand j’ai commencé, c’était des bagnoles bien moins confortables, mais c’était marrant. Tu ne peux pas faire plus rapide, et tu peux pas faire plus libre. » Lui évidemment, la voiture qui roulait à tombeau ouvert, avalant la route, les virages pris à une vitesse démente et le paysage qui défilait à vive allure, ça lui parlait. Il jeta un coup d’œil en biais à Ivy. « C’est marrant, je crois que c’est la première fois que je montre ça à quelqu’un. » Avec Megan, il adoptait une conduite très raisonnable – emmerdante, même. « Alors, t’en penses quoi ? » Ou on adorait, ou on détestait. Pas de juste milieu.

_________________

Summertimesadness I was sinking, but now I'm sunk, and I was drinking, and now I'm drunk. Your songs remind me of swimming but somehow I forgot...

The jetset life is gonna kill you (max) 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
The jetset life is gonna kill you (max) Empty
MessageSujet: Re: The jetset life is gonna kill you (max)   The jetset life is gonna kill you (max) EmptySam 22 Sep - 22:27

You're getting mighty upset,
you're gonna regret,
the deeper you get,
the stronger I'll be

« Et pourtant, je suis sûre que tu n'en n'imagines même pas la moitié. » Elle rigole aux pensées de Max Julliard qui se trouve être très créatif en ce qui concerne les clichés de la Russie. Rasputin, les tsars, la chapka, les poupées russes, quelques "da" et "niet" ici et là, la vodka... Sans oublier les jeux de rôle durant lesquelles elle devenait une vilaine espionne russe face à un faux James Bond. Le sourire qui trône sur ses lèvres est trop encré pour disparaître, même malgré le sérieux de la conversation qu'ils enchaînent. « Tu sais que j'aime bien faire dans l'originalité. » Répond-elle face au désarroi du pilote qui semble ne pas savoir quoi répondre en apprenant qu'il a quelque chose que les autres clients n'ont pas et que c'est pour cette raison qu'elle a décidé de continuer à le voir lui plutôt qu'un autre. « Et puis... Techniquement, on avait pas rendez-vous, alors je n'ai pas à te sortir la soupe habituelle. » La soupe qu'elle doit dire à tous les clients qu'elle fréquente encore ; Des paroles en l'air comme quoi il serait un bon amant, le meilleur amant, qu'il serait beau, plus beau que les autres, qu'il serait différent... Ce genre de niaiseries qu'elle est payée pour dire, même s'ils ne s'en rendent pas toujours compte et qu'ils oublient parfois que son job est de satisfaire le client sous tous les angles, pas seulement de lui donner des orgasmes.

« Oui, apparemment, je dois avoir une nouvelle discussion avec lui... Mettre les choses au clair. Qu'il ne se fasse plus d'idées sur toi... Et moi. » Les mots ont une sonorité étrange dans la bouche d'Ivy. Toi et moi. Un couple de mots qu'elle ne dit qu'à de rares occasions et qui ne prennent jamais ce sens aussi intime. « Tu as l'oeil... C'est bien pour vol qu'il a été enfermé. » De longues années... Beaucoup trop longues. Et l'idée qu'il puisse à nouveau être enfermé loin d'elle la rend malade - C'est pour cette raison qu'elle prend si mal le fait qu'il ose encore faire des conneries de ce genre qui pourraient lui coûter très cher. « Et bien... Je lui en parlerai. » Yevgeniya n'avait certainement pas vu cette occasion éclore pour son grand frère et elle se met à sourire bêtement en imaginant les deux hommes se retrouver à nouveau face à face. Devra-t-elle être présente pour les contrôler ou sauront-ils se tenir ? Elle doit d'abord en parler avec Alexeï pour se faire une idée sur cette rencontre.

Quelques minutes plus tard et après une proposition déraisonnable de la Vassilievitch, elle entre dans la Ferrari, impressionnée par le bolide que son frère a dû conduire avant de le détruire quelques jours plus tôt. Elle est propulsée en arrière dès la première accélération et elle regarde le paysage défiler sous ses yeux avec l'impression d'être dans un jeu vidéo. Elle se cramponne à son propre pantalon, à deux doigts de laisser la marque de ses ongles sur ses cuisses et elle n'arrive pas à se prononcer sur la sensation qui envahit son corps ; C'est à la fois fantastique et effrayant. Tout passe si vite que ses nerfs optiques n'ont pas le temps d’enregistrer toutes les informations. Ou alors ce sont les verres de vodka qu'elle a ingurgité un peu plus tôt qui lui font défaut. La jeune femme met quelques secondes avant de se rendre compte que le pilote lui a posé une question et quand elle se retourne pour le regarder et lui dire ce qu’elle ressent, elle a tout juste le temps de comprendre que quelque chose ne va pas pour l’en informer.  « Arrête toi ! » Ordonne-t-elle et par chance, il s'exécute suffisamment vite pour qu’elle ait le temps d’ouvrir la portière et de se jeter à l’extérieur pour régurgiter l’alcool qu’elle avait dans le système. Pour dire qu’ils n’ont conduit que quelques minutes, Yevgeniya a l’impression d’être bien loin de Tenby, dans les routes de campagnes perdues et elle réalise que ça n’a rien d’étonnant vu la vitesse à laquelle Max roulait. Elle crache encore un peu, à genoux dans l’herbe et elle constate avec effroi qu’elle est en train de perdre tout le sex-appeal qu’elle a pu avoir aux yeux du quadragénaire. Quelle honte ! Elle qui doit toujours être au maximum de sa beauté pour le voir… La voilà réduite à un drôle d’état. Elle se rince la bouche avec la bouteille d’eau qu’elle a dans son sac à main et recrache le tout dans l’herbe qui a déjà reçu sa vodka et sa bille.  « Je crois que c’est d’être du mauvais côté… Ca m’a un peu retournée. » L’excuse est pathétique, mais elle n’a rien d’autres à dire, d’autant plus qu’elle n’a pas foncièrement détesté ce petit tour de voiture, au contraire, elle a trouvé ça vraiment intéressant. « Et… Ta vodka était vraiment dégueulasse. » Qu’elle continue, de mauvaise foi, sans savoir si elle doit plutôt rire ou pleurer de la situation.

Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Max Julliard
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding - Abel Griffiths - Charles Miller
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : The jetset life is gonna kill you (max) H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2831
POINTS : 4441
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
The jetset life is gonna kill you (max) Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 47 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Sa dernière copine l'a plaqué. Il est libre comme l'air, et malheureux comme les pierres, aussi.
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il parait qu'il sortait avec Yevgeniya Vassilievitch et qu'elle lui volé trente mille livres...vous y croyez, vous ? En tout cas, il a repris ses fêtes et ça n'a pas arrangé son caractère de chien !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
The jetset life is gonna kill you (max) Empty
MessageSujet: Re: The jetset life is gonna kill you (max)   The jetset life is gonna kill you (max) EmptyDim 23 Sep - 23:38


Cause from my crystal gazin' eye
There shines a light
Like dynamite

Max voulait bien croire Yevgeniya quand elle disait qu’elle aimait l’originalité : de toutes les rencontres avec des call-girl qu’il avait pu faire, cet instant était bien le plus étrange. Alexeï Vassilievitch en était à l’origine, mais Ivy en elle-même était toujours pleine de surprise. Cela dit, ça convenait bien à Julliard. L’ennui le tuait encore plus sûrement que toutes les saloperies qu’il prenait. Mais quand la jeune femme lui disait ce genre de choses, à savoir un véritable compliment, on sortait de l’original, c’était au-delà. Peut-être parce que comme elle le disait, ce n’était pas la soupe habituelle. Celle qu’il évitait de toute façon : sur le moment, dans le feu de l’action, il l’écoutait, mais n’était pas vraiment dupe une fois la tête froide. L’habitude de fréquenter des filles contre de l’argent, et plus généralement, cinq mariages soldés par un échec le refroidissaient grandement.  Mais si la blonde commençait à dire « toi et moi », ce qui sonnait comme un nous, même pour dire qu’il n’existait pas, l’ensemble devenait carrément perturbant. Mieux valait se concentrer sur des choses terre à terre. Le fait qu’il avait bien deviné pour son frère. « Ouais. Dans une autre vie, j’aurais fait détective privé, et je me serais fait casser la gueule par tout le monde parce que j’aurais pas su fermer ma gueule. » Alex lui-même en était un bon exemple. A voir s’il pourrait en faire quelque chose, s’ils se revoyaient. « Vendu, alors. »

En attendant, ce qu’il allait apprécier, c’était une petite virée en voiture avec la jeune femme. C’était peut-être un truc de frimeur, ces bagnoles, mais pour Max, tout n’était pas que dans le look. Certes, être pilote de F1 c’était cool, et continuer à pouvoir rouler comme ça en amateur, c’était marrant aussi. Mais ce qu’il aimait par-dessus tout, c’était l’indépendance absolue qu’il avait quand il conduisait. Savoir qu’il était à ce moment, le type lui plus rapide, c’était unique. Il était libre, plus rien ne comptait d’autre. Un coup d’œil vers la jeune femme lui tira un sourire, elle avait l’air aussi fascinée qu’effrayée, raide sur le siège à côté de lui, alors que le paysage défilait à toute vitesse. Ce fut ce qui motiva sa question, mais l’ordre de la jeune femme ne fut pas franchement la réponse à laquelle il s’attendait. Cependant, coupant la route, Max réussit à se ranger sur le bas côté, laissant juste à Ivy le temps de descendre. Coup de bol, il y avait une sorte de renfoncement dans la route, servant justement à se garer pour laisser le passage sur cette étroite route de campagne. « Eh merde. » Le juron n’était pas un reproche, plutôt l’expression d’une inquiétude certaine.

Ouvrant la boite à gant, qui contenait tout un bric à brac de choses insolites – y compris de vrais gants – Max dénicha des mouchoirs et des pastilles à la menthe, dont il s’empara avant de descendre, et de faire le tour de la voiture pour s’approcher de la jeune femme. Se baissant pour se mettre à son niveau, il corrigea doucement : « Les suspensions. Si tu veux mon avis, c’est les suspensions. C’est une voiture de sport, de base, et même si celle-ci n’est pas aménagée pour la compétition, Ferrari ne se soucie pas trop du confort des passagers. Désolé, j’aurais du te prévenir. » Il voyait bien qu'elle cherchait une excuse, autant qu'elle soit crédible et faire mine de ne rien avoir remarqué. Il lui tendit les mouchoirs et les pastilles. « Tiens. Je t’ai trouvé ça, si tu veux. Elles sont à la menthe. Ca aide, quand on est pas bien. »

Ce n’était pas une situation très glorieuse, inutile d’insister en se moquant. Vu la mauvaise foi qu’Ivy déployait pour se justifier, elle devait véritablement se sentir humiliée, ce qui était assez compréhensible, même si Max ne lui en tenait pas vraiment rigueur. « Sans vouloir insulter tes origines russes et votre boisson nationale, toutes les vodka sont mauvaises, si tu veux mon avis. C’est pour ça que je tourne au whisky et à la tequila. » Et le fait d’en avoir pris deux n’avait pas du aider, mais ça, Max se garda bien de le préciser. Il lui donna un léger coup de coude amical : « Ca va, Ivy, j’ai vu pire. Et tu m’as vu dans des états pires que ça. Mettons que ça contrebalance. »

Plus sérieusement, il posa gentiment une main sur son épaule : « Ca va mieux, au moins ? Tu veux qu’on marche un peu avant de repartir ? Ca te fera peut-être du bien. » Il jeta un coup d’œil à la campagne autour d’eux, cherchant à se repérer, avant de tendre la main à la jeune femme pour l’aider à se relever. « On doit être pas loin de Church Doors Beach, si on traverse dans cette direction. » Il lui adressa un sourire. « Et du coup, je ne sais toujours pas si tu as aimé. Je voulais te proposer de conduire pour le retour mais...Plutôt non sur les deux tableaux, je dirais, pas vrai ? »

_________________

Summertimesadness I was sinking, but now I'm sunk, and I was drinking, and now I'm drunk. Your songs remind me of swimming but somehow I forgot...

The jetset life is gonna kill you (max) 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
The jetset life is gonna kill you (max) Empty
MessageSujet: Re: The jetset life is gonna kill you (max)   The jetset life is gonna kill you (max) EmptyLun 24 Sep - 21:04

You're getting mighty upset,
you're gonna regret,
the deeper you get,
the stronger I'll be

Ils prennent de la vitesse, beaucoup de vitesse, en ce qui semble être à Yevgeniya un temps record. Malheureusement pour son estomac fragile, elle ne supporte pas cette vitesse couplée aux virages des petites routes de campagne. Est-ce qu'elle a peur ? Elle n'en sait rien. Yevgeniya a toujours aimé le danger. Elle a grandit en bravant les interdits, mais ici, quelque chose la déstabilise. Non, elle n'a pas peur. Elle réalise qu'elle a une confiance aveugle en Max et c'est ça aussi qui la perturbe autant. « Les suspensions… Ouais, peut-être bien. » Dit-elle, reconnaissante que le pilote lui offre une porte de sortie. En tout cas, la blonde sait à présent qu'elle préfère tester les suspensions d'une voiture quand elle se fait prendre sur la banquette arrière plutôt qu'en prenant la route pour un circuit de F1… Elle se sent terriblement stupide et elle se demande comment elle réussira à rééquilibrer la balance. Une chose est sûre, l'artiste est ravie que le poing d'Alexeï trône encore sur l'oeil de son client car de cette façon, elle se sent soutenue par son frère. Ca aussi, c'est stupide, mais Yevgeniya ne sait pas l'expliquer. Elle attrape les pastilles et les mouchoirs sans un remerciement à l'encontre du conducteur et elle le fusille plutôt du regard quand il ose critiquer son nectar préféré. « Tu ne sais pas de quoi tu parles. Je préfère encore boire de l'alcool à désinfecter plutôt que de la téquila. » Elle crache, mauvaise, et de mauvaise foi car lorsqu'elle fait la fête en discothèque, la russe est une adepte des shots de téquila. Elle enchaîne les mètres de shooters et bien souvent, ne se souvient plus de rien le lendemain, mais elle s'en moque pas mal. Elle n'est plus à ça près.

Néanmoins, elle n'a pas assez d'alcool dans le système pour oublier l'incident qui vient de se produire et Max non plus… Ce qui représente un problème pour la jeune femme. « Non, ça ne va pas mieux, Max. Ma fierté vient d'être démolie au cas où tu ne l'aies pas remarqué. Ce n'est pas moi, ça. Je ne fais pas ça, normalement. » Elle râle encore et toujours, mais se relève avec l'aide du producteur. Les bras croisés sur sa poitrine, elle le gratifie d'une moue boudeuse mais accepte la promenade qu'il lui propose. En effet, un peu d'air lui fera du bien, elle peut le sentir au fond de ses tripes qui se remettent difficilement de l'événement. Elle garde le silence quelques secondes, toujours aussi vexée et elle prend la direction indiquée par Max. De beaux paysages, voilà quelque chose qui pourrait lui changer les idées et qui pourrait lui donner l'inspiration nécessaire pour réaliser une nouvelle oeuvre.  
« Le pire, c'est que si… J'ai aimé ! » Répond-elle, agacée de sa propre réaction. « Mais non… Je pense en effet que me laisser le volant serait une mauvaise idée. » Elle doit l'admettre. Surtout qu'elle risquerait de s'emmêler les pinceaux avec le levier de vitesse du mauvais côté. Probablement aussi qu'elle mettrait les essuies-glaces en marche au lieu des clignotants… « Et puis… Je ne sais pas si on te l'a déjà dit, mais tu es diablement sexy quand tu conduis. » Elle marche sans le regarder, préfère l'imaginer à nouveau derrière son volant, à passer les vitesse avec une rapidité détonnante, concentré sur la route comme si elle lui appartenait toute entière, son regard aussi sérieux qu'amusé. « Alors tant qu'à faire, je préfère que ce soit toi qui conduises pour le retour. Au moins, je n'aurais pas l'impression d'avoir tout perdu aujourd'hui. » Elle aura toujours un bout de sa fierté en moins, mais elle aura pu se rincer l'oeil gracieusement.

Au bout de quelques minutes de marche, ils arrivent au dessus de la falaise et le vent se fait de plus en plus fort, ce qui pousse la jeune femme à se rapprocher de son client pour se tenir à son bras. Elle ne veut pas s'effondrer une nouvelle fois devant lui alors elle prend les devants sans rien dire. A quoi bon ? Ses cheveux lui fouettent le visage et d'un geste maladroit, elle les met en arrière afin de profiter pleinement de la vue qui s'offre à eux.
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Max Julliard
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding - Abel Griffiths - Charles Miller
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : The jetset life is gonna kill you (max) H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2831
POINTS : 4441
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
The jetset life is gonna kill you (max) Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 47 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Sa dernière copine l'a plaqué. Il est libre comme l'air, et malheureux comme les pierres, aussi.
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il parait qu'il sortait avec Yevgeniya Vassilievitch et qu'elle lui volé trente mille livres...vous y croyez, vous ? En tout cas, il a repris ses fêtes et ça n'a pas arrangé son caractère de chien !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
The jetset life is gonna kill you (max) Empty
MessageSujet: Re: The jetset life is gonna kill you (max)   The jetset life is gonna kill you (max) EmptyMar 25 Sep - 23:37


Cause from my crystal gazin' eye
There shines a light
Like dynamite

Pour Max, la vitesse, c’était un truc aussi naturel que de marcher. Il avait piloté autant de modèles que possible, les connaissait tous par cœur, alors forcément, ça ne lui faisait plus grand-chose, et comme il n’avait pas l’habitude d’emmener des gens avec lui pour ce genre de balades, il avait tendance à oublier facilement qu’un petit deux cent kilomètres-heures, ça pouvait secouer un peu, et provoquer une certaine mauvaise humeur, voire un certaine mauvaise humeur. Surtout de la part de quelqu’un comme Yevgeniya, plutôt susceptible de base, et qui ne pouvait que le devenir encore plus dans une situation comme celle là. Il y avait peut-être de quoi se sentir humiliée en effet, vomir et se sentir mal devant un client n’étant sans doute pas très vendeur. A bien y réfléchir, se sentir mal et vomir devant quelqu’un tout court étant sans doute très certainement humiliant, mais Max ne mentait pas quand il disait qu’il était très (trop ?) souvent passé par des états pires que ça. Il ne pouvait donc vraiment pas se permettre de juger. Mais comme évidemment, c’était l’ego de Ivy qui était touché, il n’était pas vraiment sûr d’être entendu en essayant de détendre un peu l’atmosphère. Il eut cependant un sourire quand elle le fusilla du regard : si elle avait eu des flingues à la place des yeux, le DJ serait sans doute mort. Il eut cependant un sourire en voyant qu’elle acceptait quand même son aide, ce qui était après tout le principal.

Comme elle continuait à râler, il se permit de répliquer un peu plus vivement : « C’est justement parce que ça t’arrive pas d’habitude que je m’inquiète, figure-toi.  » N’ayant pas réalisé lui-même qu’il s’inquiètait, justement, Max marqua un instant de silence, avant d’aider la jeune femme à se relever. « Mais bon, vu que tu râles, c’est que ça va. » Qu’est-ce que c’était que ça ? Se préoccuper des gens était parfaitement dans ses habitudes – le dire, beaucoup moins. Il avait patiemment construit son image de parfait connard, indifférent à tout et à tout le monde. Les exceptions à cette façade étaient rares, presque toutes étaient de la famille ou des amis proches. Pas une call-girl. Cela dit, comme il l’avait reconnu lui-même, c’était bien la première escort qui débarquait chez lui pour l’engueuler, et la première personne qu’il emmenait faire un tour en Ferrari depuis longtemps. Plutôt symptomatique d’une amie que d’une simple relation tarifée. « Et puis, après tout, pour que ton ego soit démoli, faudrait qu’il se soit passé un truc, et moi je me souviens de rien. » Il sourit. « J’ai la mémoire d’une passoire. La came, probablement. » C’était faux, bien sûr, mais bon, c’était un moyen comme un autre de dire qu’il serait muet comme une tombe.

Mains dans les poches, il suivit la jeune femme, légèrement courbé contre le vent, et déclara d’un ton amusé : « Ce n’est que partie remise, t’échapperas pas à la conduite éternellement. » Il ajouta : « Si ça t’a plu comme passagère, ça te plaira forcément comme conductrice. J’éviterais juste de te lâcher sur la route comme ton frère, histoire de récupérer ma voiture en entier après. » Décidemment, ils semblaient se valoir pour balancer des choses un peu trop sincères pour ce qu’ils étaient, ce jour là. Il releva la tête pour regarder la jeune femme, mais elle avait les yeux obstinément fixés au sol. « Tu… » Il secoua la tête. Il fallait qu’il se reprenne un peu. « Non, parce que tu es la première à monter dans une voiture comme ça avec moi, en tout cas depuis que j’ai appris à conduire sur circuit avec un instructeur qui avait une moustache de morse et qui trouvait que j’étais trop lent, pas sexy. » D’une certaine manière, Max était sincèrement flatté, de nouveau, par ce que lui disait la jeune femme – toujours de manière un peu imprévue. « Mais merci. » Il ajouta, plus malicieusement, cette fois : « Deux compliments dans la même journée, est-ce que je dois me considérer comme chanceux ? Je suppose que ça vaut une fortune en temps normal. » Assez curieusement, Ivy avait réussi quelque chose qui n’était pas arrivé depuis longtemps à Max : le déstabiliser. Julliard ne savait pas trop à quoi c’était dû, mais il n’était pas trop sûr de trop vouloir creuser dans cette direction, alors il se contenta de hocher la tête pour confirmer qu’il conduirait au retour, avant d’ajouter : « J’essaierai d’aller un peu moins vite. »

Heureusement que les flics ne les avaient pas vu, d’ailleurs. Ils auraient été dans de sales draps. Ils arrivèrent enfin vers la plage, et le vent souffla de plus belle. Max remonta le col de sa veste, grognant : « J’aurais pris un manteau si j’avais su, mais c’est une sacrée vue. C’est pas mal finalement, qu’on se soit arrêtés. » Il baissa les yeux vers la jeune femme quand il sentit sa main s’accrocher à son bras. S’il s’était vu, Max se serait sans doute giflé devant son sourire très content de lui-même. Au lieu de ça, il remarqua : « Tu sais que ton frère nous tuerait s’il nous voyait, pas vrai ? Enfin, me tuerait, plutôt. »

_________________

Summertimesadness I was sinking, but now I'm sunk, and I was drinking, and now I'm drunk. Your songs remind me of swimming but somehow I forgot...

The jetset life is gonna kill you (max) 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
The jetset life is gonna kill you (max) Empty
MessageSujet: Re: The jetset life is gonna kill you (max)   The jetset life is gonna kill you (max) EmptyJeu 27 Sep - 17:52

You're getting mighty upset,
you're gonna regret,
the deeper you get,
the stronger I'll be

Si elle râle, c'est que tout va bien. Voilà la conclusion de Max et même si le premier réflexe de Yevgeniya est d'assombrir encore davantage son regard (en effet, c'est possible) elle doit admettre qu'il n'a pas tort. La blonde a toujours été très vive et cette situation n'échappe pas à la règle. D'autres personnes auraient pu se moquer d'elle, lui demander comment elle peut avoir une fierté alors qu'elle vend son corps pour de l'argent, mais par chance, ça ne semble même pas effleurer l'esprit du pilote, ce qui rassure Ivy sur ses fréquentations. Ce qui la rassure également, c'est les nombreux efforts de Max pour diminuer l'importance des événements, allant même sous-entendre qu'il sera une tombe, que pour lui, il ne s'est absolument rien passé. Un sourire reconnaissant naît sur les lèvres de la russe. « C'est vrai. De toute façon, qui croirait un cocaïnomane ? » Qu'elle dit pour rentrer dans son jeu. D'ailleurs, elle se dit qu'elle passerait volontiers une nouvelle nuit avec Max pour goûter la dernière coke qu'il a en stock.
Yevgeniya ne dit jamais non à rien. Sauf à la conduite d'une Ferrari. Apparemment, le conducteur ne lui laissera pas le choix éternellement et c'est un sourire gêné qui s'empare des lèvres de l'artiste. Elle était gênée lorsqu'elle vomissait ses tripes devant le producteur, mais cette fois, c'est différent. La gêne est modérée, certes, mais elle n'est pas accompagnée par la colère, ce qui ferait presque rougir la demoiselle. Le malaise est presque semblable à celui qu'elle a ressenti en apprenant qu'Alexeï la croyait en couple avec Max et que c'est pour cette raison qu'il lui a foutu son poing dans la figure. « Oui, si tu veux récupérer ta voiture, il va falloir prendre quelques précautions. » Ivy a de nombreux talents, mais la conduite sportive comme celle de Max ou d'Alex n'en fait pas partie. Clairement pas. Elle a toujours eu l'habitude de se contenter du petit moteur de sa propre voiture et elle n'a jamais cherché à ressentir l'adrénaline en conduisant, même si, évidemment, elle doit souvent conduire au delà des limitations de vitesse pour ne pas arriver trop en retard à ses rendez-vous.

« Pas de quoi. Et en effet, une vraie fortune, alors oui, tu peux t'estimer chanceux. » Elle s'esclaffe, commence enfin à relâcher cette pression qu'elle s'était imposée, même si elle appréhende déjà le chemin du retour. Elle a beau croire Max lorsqu'il dit qu'il ira moins vite, elle ne peux s'empêcher d'avoir le coeur qui s'emballe. « Merci… » Dit-elle à voix basse, afin de lui signifier qu'elle apprécie le fait qu'il soit prêt à ralentir sa cadence habituelle pour ne pas la rendre malade.

Son âme d'artiste est comblée quand ils se retrouvent face à ce spectacle de la nature. Des roches bruts, du sable doré, de l'eau sombre qui s'écrase sur les rochers dans un son puissant et enivrant. Elle ferme les yeux un court instant, s'imprègne de l'air marin qu'elle connaît pourtant bien, mais dont elle a du mal à se passer. « Arrête de te plaindre, veux-tu. » Qu'elle lui dit mi-amusée, mi-sérieuse en levant les yeux vers lui. « Oui, c'est magnifique. Regarde moi cette harmonie colorée, ce contraste entre terre et mer. La nature est bien faite, quand même. » C'est probablement la première fois que Max a droit à  Ivy l'artiste et elle se tait rapidement pour ne pas l'ennuyer avec ses discours sur l'Art et le Beau. Elle sourit à sa remarque.  « Je vois qu'il a bien réussi à te faire peur. Alex a reussi son travail de grand-frère avec brio. T'en fais pas, il ne te tuerait que si je le lui demandais. » Elle rit de bon coeur. « Je plaisante. » Mais qu'à moitié… Car elle sait que Dimka peut aller très loin par amour pour elle. En fait, elle est de plus en plus curieuse par rapport à la rencontre des deux hommes, surtout qu'elle a du être au centre de la conversation (avec la Ferrari, bien sûr). « Mes frères ne sont pas méchants, tu sais. Et si ça peut te rassurer, mon ex est toujours en vie à l'heure qu'il est. Il n'a même pas été amoché. Rien. Nada. » Alors que ses frères ont pourtant vu naître des larmes dans les yeux de leur petite soeur à cause de cette rupture. « Mais ne dit pas que je te l'ai dit, d'accord ? Les Vassilievitch ont leur réputation à tenir. » Elle s'esclaffe davantage. Encore un secret qu'elle demande au Julliard de garder, même si celui-ci est bien moins troublant que le premier.
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Max Julliard
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding - Abel Griffiths - Charles Miller
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : The jetset life is gonna kill you (max) H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2831
POINTS : 4441
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
The jetset life is gonna kill you (max) Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 47 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Sa dernière copine l'a plaqué. Il est libre comme l'air, et malheureux comme les pierres, aussi.
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il parait qu'il sortait avec Yevgeniya Vassilievitch et qu'elle lui volé trente mille livres...vous y croyez, vous ? En tout cas, il a repris ses fêtes et ça n'a pas arrangé son caractère de chien !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
The jetset life is gonna kill you (max) Empty
MessageSujet: Re: The jetset life is gonna kill you (max)   The jetset life is gonna kill you (max) EmptySam 29 Sep - 1:43


Cause from my crystal gazin' eye
There shines a light
Like dynamite

« Eh, je te rappelle que t’en profites un peu, de ma came. » C’était dit avec une absence totale de sérieux. « D’ailleurs, tu viens toujours, la semaine prochaine ? Tu sais que tu peux t’inviter quand tu veux. » En tant qu’invitée ou en tant que pro. Il lui laissait une liberté totale sur la question.  Mais cela dit, Ivy avait raison. Personne ne croirait un cocaïnomane. Et puis, vu que ce n’était qu’un de ses multiples vices, Max estimait qu’il n’était radicalement personne pour juger. La plupart du temps, ses addictions étaient à peu près sous contrôle, et elles ne l’affectaient pas plus que le début de surdité qui le guettait à force d’avoir de la musique dans les oreilles, comme la plupart des professionnels dans ce milieu. Mais quand c’était le cas, Julliard devenait un véritable déchet, alors non, il ne pouvait pas juger Yevgeniya. Peut-être parce qu’elle ne l’avait jugé non plus, elle méritait la réciproque. Alors il passa à autre chose, l’accompagnant marcher un peu pour voir le bord de mer, parlant d’autres choses.

« Ben, si t’es aussi douée que lui, t’apprendras vite. »
Maitriser une voiture de course, en soi, ce n’était pas si compliqué, ce n’était pas pour rien que les circuits en proposaient aux non professionnels amateurs de sensations fortes. Et comme Ivy ne comptait pas passer pro. Max se fendit d’un sourire amusé : « Je me trompe, ou ça te fait peur, un peu ? » Ce n’était pas incompatible avec le faire d’avoir aimé, c’était même ce qui faisait toute la saveur des courses. Savoir qu’on pilotait quelque chose qui pouvait être dangereux, et qui parfois l’était effectivement. Savoir qu’on en gardait la maitrise.

Il hocha la tête aux remerciements de la jeune femme, qu’il devina plus qu’il n’entendit, plus sérieux cette fois : « C’est normal. » Connaissant un peu la russe, il savait que ses remerciements étaient plutôt rares, autant que ses compliments gratuits, alors il le prenait à sa juste valeur. Il indiqua avec bonne humeur : « Ce sera peut-être la première fois que je roulerais à une allure normale avec. » Ils étaient largement en excès de vitesse à l’aller, il allait essayer de faire quelque chose d’un peu plus proche des limites légales au retour. Ce qui n’était pas forcément gagné, le moteur de la Ferrari n’étant quand même clairement pas fait pour ça.

Cela dit, Max ne regrettait vraiment pas d’être venu : la vue était en effet à couper le souffle, quand ce n’était pas la force du vent qui s’en chargeait. « Le jour où j’arrêterais de me plaindre, c’est que je serais mort, c’est un signe de bonne santé, chez moi. » Il le disait avec humour, mais Max aimait sans doute probablement autant râler qu’Ivy. S’il avait encore un peu de whisky et de codeine dans le sang, l’air marin acheva de le dégriser. « Je pense qu’il y aurait une bonne photo à faire, ou un bon tableau. Plutôt cet angle là, la lumière est meilleure…remarque, je te dis ça, je suis qu’un dessinateur du dimanche. » Il sourit, conscient qu’il divaguait un peu :  « Dire que je paye une fortune un psy pour qu’il me dise de faire des esquisses. » Il exagérait. Ca l’aidait à se concentrer, et même si Max jugeait qu’il n’avait strictement aucun talent, il illustrait parfois les chansons qu’il écrivait pour d’autres, par pure distraction, par de rapides croquis, quelques esquisses au bic. Rien de brillant, et il était même un peu gêné de parler de ça. « Et toi, alors ? Comment ça se fait que tu joues à la poète ? D’où sort cette nouvelle surprise, encore ? » Parce qu’après tout, s’il n’était pas strictement parlant un poète, il écrivait quand même, et ce qui était artistique lui parlait. La création, globalement. Après tout, il courrait après la chanson parfaite, comme tout le monde d’un peu sérieux dans ce milieu.

« Disons que son crochet du droit est assez convaincant. Au demeurant, faudrait lui dire que juste balancer ‘’ tu baises ma sœur’’ à quelqu’un, en guise de présentation, y a mieux. »
Répliqua-t-il. Admettre qu’Alex était effectivement un peu flippant était reconnaitre qu’il s’était embarqué dans une situation qu’il ne maitrisait pas, et ça, Max n’en avait aucunement envie. « Mouais. Je veux pas douter de ton influence mais il m’a dit texto qu’il défoncerait ma gueule de richard s’il t’arrivait quoi que ce soit. » Il se mit à rire, plus détendu : « Rassure moi, j'étais supportable avant ça, quand même ? » Au demeurant, il avait toujours été correct avec toutes les call-girl qu’il avait croisé. C’était une solution de facilité que de les employer, mais pour autant, en faire quelque chose de glauque et se comporter comme le premier taré venu était hors de question. « Et c’est censé me rassurer, ça ? Parce que je tiens quand même à signaler que moi, je suis pas ton ex. Ils ont un drôle de sens des priorités, tes frères. » La mine vexée qu’il arborait n’était pas sérieuse. Le producteur savait aussi qu’il avait une réputation, qui n’était peut-être pas la même que celle de l’ex d’Ivy. « Personne ne me croirait non plus, si je disais que vous êtes sympathiques, et qu’en fait, je vous aime bien, tu sais. » Bon, qu’il l’aimait bien elle. Il était un peu plus réservé sur ses frères.

_________________

Summertimesadness I was sinking, but now I'm sunk, and I was drinking, and now I'm drunk. Your songs remind me of swimming but somehow I forgot...

The jetset life is gonna kill you (max) 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
The jetset life is gonna kill you (max) Empty
MessageSujet: Re: The jetset life is gonna kill you (max)   The jetset life is gonna kill you (max) EmptyDim 30 Sep - 12:59

You're getting mighty upset,
you're gonna regret,
the deeper you get,
the stronger I'll be

« Je ne sais pas, je vais avoir une semaine assez chargée. Je te tiendrai au courant. » Elle ne ment pas, elle va réellement avoir une semaine chargée et pour cause, après des années d'indépendance, la demoiselle a décidé de retourner à l'école et plus précisément dans la filière artistique qu'elle a toujours rêvée d'intégrer. Toutefois, Yevgeniya a beau ne pas mentir, elle pense aussi qu'il est peut-être préférable de s'en tenir à leurs rencontres programmées et payées - pas que le doute s'immisce encore chez d'autres personnes. Car si Alexeï a pu penser que sa soeur était en couple avec Max, peut-être qu'il n'est pas le seul. Ca, elle n'en parle pas à son client, mais peut-être qu'il comprendra de lui même.
Les yeux de la jeune femme s'arrondissent à la question de Max. Peur ? A-t-elle eu peur ? A-t-elle peur de conduire ce genre de bolide ? La réponse est oui : carrément ! Mais elle cherche à garder un peu de contenance pour ne pas perdre toute la crédibilité qu'elle a mis si longtemps à se construire. « Un peu, peut-être, oui. C'est surtout que je n'aurais pas de quoi te la rembourser si jamais je venais à te l'esquinter. » Alex en a déjà détruit une alors elle préfère limiter la casse, surtout qu'elle voudrait vraiment garder Max comme client. Il n'est pas celui qui paye le plus, mais elle aime bien passer du temps avec lui, alors elle ne voudrait pas gâcher cette relation monnayée. « Et puis, je ne peux pas me permettre que tu m'en veuilles, après tu pourrais ne plus vouloir me voir. » Elle lui donne une petite tape dans le bras, taquine et elle sourit. Ca y est, l'incident semble réellement terminé et les sourires qu'elle s'autorise sont sincères.

Ils conviennent du fait que le pilote sera le conducteur pour le trajet retour et Ivy apprécie les efforts qu'il fait pour qu'elle se sente mieux car ça fonctionne à la perfection. Certes, elle aura toujours un chouïa de fierté en moins en compagnie de Max, mais heureusement pour eux, elle a toujours été une femme très fière. Elle saura vivre avec cet incident, même si elle ne risque pas de l'évoquer d'elle même à quiconque.
Ils profitent de la vue sublime qui leur est donnée d'admirer et même si la situation en elle même est surprenante voire atypique, Ivy est contente de se trouver avec Max. Fermement tenue à son bras, elle lève quand même les yeux vers lui lorsqu'elle lui fait un aveu. « C'est la journée des découvertes, il faut croire. Tu as découvert comment je m'appelle, que j'ai trois frères... Tu peux rajouter à la liste que je suis artiste. Je peints, principalement, mais ce que je préfère, ce sont les sculptures de glace. » C'est une adepte de l'acrylique, mais elle aime aussi se donner des défis et faire des œuvres avec des matériaux nouveaux. Elle aime sortir de sa zone de confort, même si le résultat n'est pas toujours aussi satisfaisant. « D'ailleurs... Si j'ai un emploi du temps chargé la semaine prochaine c'est parce que je tente ma chance  à l'école d'art de Swansea. » "Tenter" n'est certainement pas le verbe approprié sachant que cela fait des années qu'elle essaye d'y entrer, mais qu'elle n'avait pas les fonds suffisants pour se payer l'école.

Yevgeniya s'esclaffe quand Max s'épanche sur sa rencontre avec Alexeï et il faut croire que c'est maladif, mais la jeune femme est incapable de faire le moindre reproche à son frère - elle l'aime trop pour ça et elle est surtout trop heureuse qu'il soit de retour parmi eux après cinq ans d'emprisonnement pour lui faire la moindre remarque. « Moi je trouve ça plutôt mignon... Il a juste voulu me protéger. Et quelque chose me dit que tu réagirais un peu de la même façon si tu pensais ta fille en danger, pas vrai ? » Les hommes deviennent vite des animaux quand on touche à leurs proches. « Je te dirais bien que tu as toujours été supportable, mais j'aurais peur que tu chopes le melon, alors je vais me contenter de te regarder avec ce sourire mystérieux. » Elle ne tient ce sourire mystérieux que quelques secondes avant d'exploser de rire. « Alex était encore en prison au moment de ma rupture. Il a peut-être été frustré et a décidé de tout relâcher sur le premier homme avec lequel il me voyait. Tu as juste été malchanceux. » Oui, il a vraiment manqué de chance, car la jeune femme se doute que le crochet d'Alex doit être maîtrisé. Après tout, il a eu le temps de s'entraîner pendant ces années à l'ombre. Le sourire d'Ivy se fait encore plus mutin à la dernière remarque de Max. Décidément, il n'est vraiment pas comme ses autres clients.  « Si tu nous aimes bien, tu ne m'en voudras pas alors si j'empiète encore un peu plus sur ton espace vital ? C'est juste que t'as raison en fait, qu'il fait un tantinet frisquet. » Et avec toute l'innocence du monde (ou pas, justement) Yevgeniya ouvre la veste du brun, passe ses bras autour de son buste et niche son visage dans le creux de son cou, à la recherche d'un peu de chaleur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
The jetset life is gonna kill you (max) Empty
MessageSujet: Re: The jetset life is gonna kill you (max)   The jetset life is gonna kill you (max) Empty

Revenir en haut Aller en bas

The jetset life is gonna kill you (max)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ✿ ::  :: RP terminés-