WHISPERS DOWN THE LANE ✿
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
Avez-vous entendu parler de la foire d’automne ? Je crois que c’est la Mairie qui a mis ça en place. Je me réjouis de voir tout cela : il y a des animations pour les enfants, des stands d’artistes, je crois qu’ils vont monter une pièces de théâtre aussi. Sans compter que les commerçants et restaurateurs locaux proposent de bonnes choses à manger…Il y a toujours quelque chose à y faire, peut-être que ça vous plairait. Retrouvez le résumé détaillé de l’intrigue ici !
Tenby, novembre 2020
8°C/11°C ♣ Alors que l’hiver s’approche à grands pas, l’automne s’est bien installée et la pluie balaye régulièrement Tenby. Le fameux brouillard anglais se fait de plus en plus fréquent, alors que les pêcheurs espacent leurs sorties en mer. Quelques tempêtes sont à prévoir, ne vous promenez pas trop en front de mer par grand vent !
La foire fait l’objet de toutes sortes de rumeurs…Tout cela va être riche en événements. C'est toujours une telle joie de voir de l'animation à Tenby, en plus Et puis on a besoin de souffler un peu après toute cette histoire d'incendie... Et vous, allez vous y faire un tour ? Donnez votre avis ici !
Le Deal du moment : -39%
Prix cassé sur le Smartphone Samsung Galaxy ...
Voir le deal
479 €
-50%
Le deal à ne pas rater :
Nouvel Echo Dot (4e génération), Enceinte connectée avec Alexa
29.99 € 59.99 €
Voir le deal

Partagez

En serrant dans ma main tes ptits doigts - Aiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
En serrant dans ma main tes ptits doigts - Aiden Empty
MessageSujet: En serrant dans ma main tes ptits doigts - Aiden   En serrant dans ma main tes ptits doigts - Aiden EmptySam 4 Mar - 11:03

Seize heure, l’heure d’un petite pause entre deux rendez-vous pour Declan, ça tombait bien, il avait besoin de sa dose de caféine. Il avait décidé de passer par la cafétéria pour prendre son café et un goûter, comme les gamins. Il pouvait très bien rester dans son bureau et se faire tout servir par sa secrétaire, mais il ne le faisait jamais, sinon ce serait pour lui comme se couper du monde, comme s’il restait dans sa tour d’ivoire alors que la vie était là, au milieu de ses collègues et confrères, directeur ou non il s’en moquait bien, il assumait la différence avec son prédécesseur, il se voulait moderne, proche des autres, égale en quelque sorte. Il sortit donc de son bureau en laissant sa veste blanche sur son fauteuil, salua quelques têtes connues au passage, avant de s’arrêter devant un espace de repos pour les familles des patients. Il y reconnu Mr Holmes, le père de la petite Laura qu’il venait de recevoir en consultation pour... un rhume. Certes il ne fallait pas prendre cette petite maladie de l’hivers à la légère, si on laissait traîner un rhume trop longtemps, surtout chez un enfant jeune, ça pouvait dégénérer, malgré tout ce n’était pas la première fois que le jeune père venait en consultation pour quelque chose de totalement bénin, on pouvait même dire qu’il avait pris un abonnement quasi hebdomadaire dans le cabinet de Declan. Alors que la petite Laura était en parfaite santé, c’était une petite fille adorable qui ne rechignait jamais, qui se laissait faire volontiers, elle était de ces enfants faciles que le pédiatre appréciait de recevoir sur sa table, ça lui changeait de ceux qui étaient plus… compliqués à gérer ! Non, là, le vrai problème n’était pas la petite fille, mais bien le père, il semblait totalement dépassé par la situation, il semblait ne pas savoir comment se comporter et s’angoisser de façon perpétuelle pour sa gamine, alors qu’il n’avait aucun lien de le faire. Hepburn se souvenait d’avoir lu dans son dossier qu’il était veuf, en vérité il n’avait jamais cherché à en savoir plus sur la situation de cette petite famille. Il soupira un instant avant de s’avancer dans la salle, se décidant à ne pas passer par la cafétéria du personnel mais à prendre son café avec monsieur Holmes. Il inséra quelques pièces dans la machine et attendit que sa tasse se remplisse d’un liquide indéterminé qu’on semblait prendre pour de la caféine, grimaçant devant le gobelet, il se dit qu’on devrait peut-être se pencher sur l’idée d’investir dans de nouvelles machines pour les visiteurs… Et puis il vint vers le jeune père qui était installé à une table alors que sa fille jouait un peu plus loin avec d’autres enfants. Mr Holmes. Je peux me joindre à vous ? Il ne voulait pas s’imposer si l’autre souhaitait rester seul. Vous attendez pour une autre consultation à l’hôpital ? Tout va bien ? Declan se doutait que tout allait parfaitement bien, même s’il ne le connaissait pas en vérité, pourtant il semblait déceler chez cet homme un côté angoissé, limite hypocondriaque qui l’inquiétait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
En serrant dans ma main tes ptits doigts - Aiden Empty
MessageSujet: Re: En serrant dans ma main tes ptits doigts - Aiden   En serrant dans ma main tes ptits doigts - Aiden EmptySam 11 Mar - 1:13

Le propre de l’anxiété que je vis, c’est que j’avais normalement réussi à la contrôler. Il y avait encore par contre ses moments où je sentais que ma prise de contrôle sur ma propre personne était vachement plus tenu. Des vagues. Des aléas de la vie qui me heurtaient comme des toutes petites vagues que je ressentais malgré moi. Les grands pics de stress étaient au nombre de deux dans toute l’année : ce qui aurait été mon anniversaire de mariage mais qui aujourd’hui n’était plus une fête digne d’être signifié – et cette fameuse date qui serait à nos portes dans très exactement sept jours. Le jour où ma vie, nos vies avaient chavirés, où la petite famille parfaite avait pris ses lettres de noblesses pour s’étouffer avec elles.

Je savais donc les périodes qui étaient plus sensible mais ce n’était pas nécessairement tout le monde qui le comprenait. Si le directeur de l’école comprenait au minimum, ce n’était pas tous mes collègues qui comprenaient que mon cœur se débattait dans ma poitrine les trois quarts du temps en me laissant seul face à un paquet d’élément qui avant, dans cette vie antérieure ne m’aurait jamais vraiment fait sourciller. C’était le manque de sommeil probablement qui empirait mon sentiment de totale incompréhension. Le nombre de cauchemar se multipliait à chaque fois que l’on se rapprochait de la date en question.

Cette année, cette anxiété se traduisait aussi par une peur pour ma fille que je n’arrivais pas vraiment à m’expliquer. Mais en même temps, je n’étais plus logique niveau anxiété et j’en avais conscience depuis que j’avais commencé à acheter uniquement de la viande en morceau si petit que l’utilisation des couteaux n’était pas essentielle. Et puis, je n’avais pas vraiment été gâté depuis le début de cette année. Ma fille avait enchainé quelques petites maladies bénignes mais qui avait suffi à augmenter mon niveau d’anxiété d’un cran dont je n’avais pas besoin. Tout cela pour nous mener à ce vendredi, quinze heures. J’étais allé récupérer ma fille à la garderie pour me faire apprendre qu’elle faisait encore un peu de température, qu’elle était d’humeur bougonne et qu’elle s’était plainte d’une douleur à l’oreille une bonne partie de la journée. J’aurais pu attendre de savoir si son état empirait, mais la fièvre trainait déjà depuis quelques jours. J’avais donc pris le chemin de l’hôpital en me sentant piteux parce que j’avais l’étrange impression d’y atterrir un peu trop souvent pour ma fille alors que j’aurais peut-être moi-même eu besoin d’une consultation pour m’aider à faire diminuer au minimum le sentiment d’incompétence chronique qui venait de pair avec cette anxiété.

Assis dans la salle d’attente, bénissant le magnifique système de la NHS qui ne me jugeait pas également qu’il me jugeait moi-même, je fixais attentivement ma fille marabout qui jouait avec un autre enfant (plus précisément à côté d’un autre enfant en l’ignorant normalement ce qui n’était pas dans ses habitudes). J’aurais pu sortir des copies et corriger mais je n’étais pas nécessairement d’humeur à le faire. Je sursautais légèrement lorsque le docteur Hepburn s’approcha de moi. « Avec plaisir, docteur. » déclarais-je en tassant mon sac de la chaise sur laquelle il était posé. J’hochais lentement la tête en acquiesçant à sa demande pour ma présence ici. « Je vais bien… » dis-je doucement. Je savais que je mentais mais je n’avais pas vraiment envie d’étaler mes états d’âme sur cette douleur que je ressentais encore dans mes rêves. « Je sais que ce n’est pas raisonnable. Mais… elle fait de la température encore, et elle est bougonne et… elle ne cesse de se plaindre qu’elle a mal. C’est ridicule peut-être… Mais ça m’inquiète. » avouais-je en passant lentement ma main sur ma joue. Je ne voulais peut-être pas avoir l’air cinglé. Après mars, j’irais mieux. Je le savais. Il fallait juste que Mars se passe.
Revenir en haut Aller en bas

En serrant dans ma main tes ptits doigts - Aiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ✿ ::  :: RP abandonnés-