WHISPERS DOWN THE LANE ✿
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
Avez-vous entendu parler de la foire d’automne ? Je crois que c’est la Mairie qui a mis ça en place. Je me réjouis de voir tout cela : il y a des animations pour les enfants, des stands d’artistes, je crois qu’ils vont monter une pièces de théâtre aussi. Sans compter que les commerçants et restaurateurs locaux proposent de bonnes choses à manger…Il y a toujours quelque chose à y faire, peut-être que ça vous plairait. Retrouvez le résumé détaillé de l’intrigue ici !
Tenby, novembre 2020
8°C/11°C ♣ Alors que l’hiver s’approche à grands pas, l’automne s’est bien installée et la pluie balaye régulièrement Tenby. Le fameux brouillard anglais se fait de plus en plus fréquent, alors que les pêcheurs espacent leurs sorties en mer. Quelques tempêtes sont à prévoir, ne vous promenez pas trop en front de mer par grand vent !
La foire fait l’objet de toutes sortes de rumeurs…Tout cela va être riche en événements. C'est toujours une telle joie de voir de l'animation à Tenby, en plus Et puis on a besoin de souffler un peu après toute cette histoire d'incendie... Et vous, allez vous y faire un tour ? Donnez votre avis ici !
Le Deal du moment : -34%
FAGOR – Appareil combiné 3 en 1 Raclette ...
Voir le deal
39.99 €

Partagez

[Monrian#2] Comme on se retrouve...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
[Monrian#2] Comme on se retrouve... Empty
MessageSujet: [Monrian#2] Comme on se retrouve...   [Monrian#2] Comme on se retrouve... EmptyMar 8 Nov - 13:53

Comme on se retrouve
Je fais le con à longueur de temps en ce moment je m'en rends bien compte que je chute de nouveau et que si je continue sur cette voie là je vais finir par ne plus jamais réussir à m'en sortir. D'un sens, je le cache pas ça me fait flipper, j'ai une boule au ventre face à cette idée désastreuse de redevenir la personne que j'étais auparavant. Ce mec qui allait voir les prostituées, qui se droguait et qui vendait de la drogue. Je suis paniqué, je suis désespéré, en fait c'est encore pire que ça, bien pire, je me fais peur tout simplement, j'ai peur de ce que je fais en cet instant précis et de ce que je risque de devenir par la suite. Bien sûr, je pourrais me faire violence pour ne pas aller plus loin, pour ne pas y retoucher mais le mal a déjà été fait, j'ai fumé plusieurs joins depuis déjà un moment. Depuis Septembre pour être précis j'en ai fumé quelques uns déjà et je reconnais que c'est quelque chose qui me perturbe au plus haut point. Honnêtement j'adorerais avoir la volonté de me dire intérieurement que c'est mal et que je ne dois plus retoucher à cette merde. Que ça va aller tout simplement, que je vais remonter la pente, que je vais aller de l'avant, mais, pour le cas présent je n'y arrive pas, c'est comme si dans ma tête tout était déjà tout vu. Comme si je savais dès le début que j'allais sombrer à nouveau et devenir un être pathétique à nouveau, j'en flippe, j'en dors mal et évidemment ça me donne envie de fumer donc ben je fume. Au début c'était juste une clope par ici, une clope par là désormais ce sont non seulement mes clopes mentholées mais en plus de ça ce sont des joins. Tout ceci est malsain, tout ceci est pitoyable, je suis pitoyable, je le sais et c'est d'ailleurs pour cette raison que je me force intérieurement à sortir ce soir. Peut-être le reverrais-je, ce type de la dernière fois, Monroe, bizarrement quand j'étais avec lui la dernière et seule fois que je l'ai vu je me suis senti différent, comme si en essayant d'aider ce gars qui sombre lui aussi j'étais pris dans une mission, j'en sais rien, c'est bizarre, ce n'est pas quelque chose que j'explique en fait. Faut que je le vois, coûte que coûte faut que je le revois, que j'essaie de l'aider, peut-être qu'en essayant de l'aider comme j'en ai envie je m'aiderais moi-même... On verra. Au bout du compte, après quelques secondes à contempler mon reflet je finis par soupirer comme si cette simple vision de moi-même me dégoûtait au plus haut point. C'est le cas mais je n'y apporte plus d'importance puis je finis par quitter ma maison et me rends jusqu'au premier bar que je vois. Arrivé à l'intérieur je fixe les alentours essayant de voir si Monroe est là ou non, pour le moment non, je ne crois pas. Je m'installe alors à une table et commande un whisky à un serveur qui me mène ma boisson. Il est encore tôt, il est seulement vingt-et-une heures s'il doit venir ici il aura tout le temps de le faire, j'espère, ouais... J'espère...
Brian & Monroe
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
[Monrian#2] Comme on se retrouve... Empty
MessageSujet: Re: [Monrian#2] Comme on se retrouve...   [Monrian#2] Comme on se retrouve... EmptyMer 30 Nov - 19:54

Am I losing touch?
Brian & Monroe
Tu n’es plus. Tu n’es plus rien qu’une boule de panique. Ça ne devrait pas être compliqué, pourtant. Pourtant si. C’est comme si, avec l’hiver qui débarque, tu ressentais le besoin de te remettre en question. Et puis c’est bientôt Noël, et puis c’est bientôt le Jour de l’An et les bonnes résolutions. C’est le moment idéal pour te souvenir que tu n’as rien, que tu n’es rien, et que pour une année de plus, c’est Cassandre qui te fait vivre et te soutient. Tu souffles, alors que tu fous un coup de pied à côté de ta planche à roulettes. Tu tentes de te propulser. Tu tentes d’avancer.
Finalement, c’est devant ton bar habituel – l’un des rares où tu n’as pas encore réussi à te faire virer – que tu sautes de ton skate. Ta main est venue retirer le bonnet qui te couvrait la tête, alors que tu poussais la porte du bout du pied. Tu as demandé un mélange de rhum et de boisson énergisante. Comme si tu avais besoin de te sentir mieux. Comme si tu avais besoin de te sentir un peu plus chaleureux. Ton regard a parcouru la salle, avant de se poser sur un brun à l’allure presque familière. Tu t’es avancé, curieux. Tu t’es avancé, ton verre à la main, avant de te poser en face de lui. « Salut, vieux. » as-tu balancé au mec accoudé devant son whisky. « J’t’avais pas vu depuis longtemps, ici. » avoues-tu, avant de commencer à descendre ton verre. « J’ai cru que t’avais disparu. » continues-tu, en l’observant, l’espace d’un court instant.
A croire que tu étais sociable. A croire que tu n’étais pas encore trop grognon pour réussir à correctement entamer une conversation. Tu souffles, doucement. « C’est quoi l’objectif de ta soirée, à toi ? Finir mal, ou juste passer ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
[Monrian#2] Comme on se retrouve... Empty
MessageSujet: Re: [Monrian#2] Comme on se retrouve...   [Monrian#2] Comme on se retrouve... EmptyVen 2 Déc - 14:55

Comme on se retrouve
Sombrer, oui depuis maintenant un petit temps j'ai sombré à nouveau ou tout du moins je recommence petit à petit à sombrer et pour dire les choses comme elles sont je commence à paniquer, à m'inquiéter de mon avenir, de ce que je vais devenir tout simplement. Pour sûr, ce qu'il m'arrive ne me convient pas du tout et si je pouvais revenir en arrière je le ferais volontiers cependant voilà c'est plus facile à dire qu'à faire. Il est certain que je sombre de plus en plus, pour le moment je ne fume que des petits joins de temps en temps, j'en prends vraiment quand ça devient une nécessité que je sens que je vais craquer quoi. Le problème dans tout ça c'est que ce qui était censé être du de temps en temps c'est désormais du toutes les semaines pour ensuite devenir du quotidiennement donc c'est un problème pour moi parce qu'en fin de compte je recommence à me shooter et ça c'est un sérieux soucis. Autant je sais que je n'aurais pas des soucis du fric tout de suite, de l'argent j'en ai, mon boulot de palefrenier à l'écurie est plus que suffisant pour que je ne me retrouve pas dans la merde financièrement mais.. Disons simplement que ce qui me fait peur en ce moment c'est surtout moi en fait, j'ai peur de ce que je vais devenir et pour tout dire plus le temps passe plus je panique, je panique vraiment parce que je me rappelle plus que bien ce que j'étais auparavant et je ne veux pas redevenir comme ça. Il faut que je vois Monroe, faut que je le trouve, quand j'essaie de l'aider je me sens utile, je me sens bon et j'ai le sentiment que lui seul et son besoin, d'une certaine manière, de quelqu'un ça m'aide à me sentir utile et donc me sentir vivant par la même occasion. En arrivant au bar je picole, j'attrape mon verre whisky et commence à le boire sans trop chercher à comprendre. Soudainement je le vois et le voilà qui s'approche de moi et s'installe en face de moi et me salue. « Salut Monroe ! » Lançais-je d'un ton enjoué plus que ravi de le revoir, même si on est pas vraiment des amis ou encore proches ça me fait du bien de le voir. Quand j'entends ses mots j'acquiesce et le fixe intensément tout en reposant mon verre devant moi. « J'ai eu beaucoup de travail et pas forcément beaucoup de temps mais je suis toujours là. Toujours fidèle au poste, c'est la première fois depuis qu'on s'est vu que je vais dans un bar. » Expliquais-je au jeune homme tout en le fixant intensément de mes yeux foncés, je suis d'ailleurs surpris qu'il soit aussi sociable. La dernière fois il ne l'était pas autant, voir même en fait pas du tout mais c'était sans doute les effets de l'alcool qui faisaient qu'il était autant en replis face à lui-même. Finalement quand je vins à entendre sa petite question je ne peux m'empêcher de sourire puis d'acquiescer. « L'un ou l'autre me convient parfaitement. On reste ensemble ? On s'pose comme la dernière fois ? » Proposais-je au jeune homme d'une voix douce tout en le scrutant intensément, j'espère qu'il acceptera parce que d'une certaine façon je pense que c'est le seul qui peut vraiment me sortir de cette merde dans lequel je suis et ça il ne le sait pas et ça me convient d'autant plus..
Brian & Monroe
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
[Monrian#2] Comme on se retrouve... Empty
MessageSujet: Re: [Monrian#2] Comme on se retrouve...   [Monrian#2] Comme on se retrouve... EmptyVen 16 Déc - 22:18

Am I losing touch?
Brian & Monroe
« Salut Monroe ! » C’est comme si tu retrouvais ton meilleur pote au bar. C’est comme si tu retrouvais ton ami de toujours. Tu souris, doucement. Tu souris, parce que tu pourrais presque te sentir bien, l’espace d’un instant. Tu pourrais presque te sentir à l’aise. « J'ai eu beaucoup de travail et pas forcément beaucoup de temps mais je suis toujours là. Toujours fidèle au poste, c'est la première fois depuis qu'on s'est vu que je vais dans un bar. » Fidèle au poste, hein ? Fidèle pour te rattraper avant que tu ne tombes trop loin. Fidèle pour t’empêcher de sombrer trop bas. « Je vois, je vois. Tu fais quoi, déjà ? » demandes-tu. Puisque tu ne t’en souviens pas. Puisque dans tes plus sombres souvenirs, tu n’as jamais vraiment parlé de lui.
« L'un ou l'autre me convient parfaitement. On reste ensemble ? On s'pose comme la dernière fois ? » Tu as haussé les épaules. Tu as haussé les épaules, parce qu’au fond, tu t’en fiches. Tu te fiches de savoir où est-ce qu’il voulait aller. « Ouais, va, on peut rester ensemble. C’est pas comme si un autre mec était venu me faire chier depuis la dernière fois où je t’ai trouvé. » lances-tu, pour le taquiner. Gamin idiot. Tu fais en sorte de le faire sourire. Avant de sombrer. Avant de te noyer dans les méandres de l’alcool et simplement te perdre dans les plus profondes de tes pensées. « Eh puis faut bien quelqu’un pour me ramener quand je serais trop bourré. Une âme charitable comme la tienne qui m’aidera à m’échouer avec tendresse sur le canapé. » Tu continues, gamin. Tu continues, enfant. « Tu peux même venir picoler chez moi, s’tu veux. » Si ça l’aide. Si ça vous aide à foutre quelques sous de côté, à délier les langues et continuer de bavasser.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
[Monrian#2] Comme on se retrouve... Empty
MessageSujet: Re: [Monrian#2] Comme on se retrouve...   [Monrian#2] Comme on se retrouve... EmptyDim 18 Déc - 13:47

Comme on se retrouve
Revoir ce type me fait un bien fou, j'ignore s'il se rend compte combien sa présence m'apaise, me dire que ce soir je vais l'aider, que je vais lui apporter mon aide au moment où il a le plus besoin de soutient, d'une personne sur qui compter quand il sera trop bourré pour s'aider lui-même et bien ça m'aide en retour. Au fond je ne crois pas qu'il se rende compte de l'effet qu'il produit sur moi, du bien-être intérieur qu'il a sur moi, je l'apprécie comme je pourrais apprécier un ami si j'en avais un, il n'y a rien de plus entre nous et il n'y aura sans doute jamais rien de plus tout simplement parce que je n'en ai pas envie et que de ce que j'en ai compris il est en couple lui aussi de ce fait je ne cherche pas plus loin. Je sais juste que cette relation que j'entretiens avec lui est intense, agréable et bénéfique autant pour lui que pour moi, on s'aide mutuellement mais ça je pense qu'il l'ignore, ça me paraît évident, je n'ai pas causé sur mon passé ou encore sur ce que je vis actuellement de ce fait le jeune homme ne peut pas se douter un seul instant que je sombre, ou précisément que je recommence à sombrer, pas grave, ça ne regarde que moi. Quand il en vint à me demander ce que je fais dans la vie je souris et le scrute longuement. « Je suis palefrenier. J'ai toujours aimé les animaux de ce fait... » Répondis-je au jeune homme tout en affichant un fier et large sourire sur mes lèvres tandis que je le scrute intensément.

Au bout du compte le jeune homme me fait une petite remarque quand je lui ai demandé si on reste ensemble ce soir, après tout il aurait très bien pu avoir envie de rester seul dans son coin mais visiblement ce n'est pas le cas. Il veut rester avec moi il me fait comprendre à travers sa phrase qu'il apprécie ma compagnie et j'apprécie également la sienne, un peu trop sans doute, de ce fait ça tombe très bien. « Et j'aime faire chier les gens donc ça tombe encore mieux, n'est-ce pas ? » Lançais-je d'un ton amusé au jeune homme tout en affichant un fier et large sourire sur mes lèvres tout en le fixant longuement de mes yeux marrons. Bien évidemment c'est plus de l'humour qu'autre chose et je suppose qu'il l'a bien comprit, de toute façon ça se voit dans sa manière de me fixer qu'il est reconnaissant, d'une certaine façon, pour ce que j'ai fais pour lui précédemment. C'est justement en entendant ses mots que j'ai la confirmation que je visais juste ce qui me fait sourire. « Et je serais encore là ce soir pour ça si besoin est naturellement ! » Affirmais-je plus enjoué qu'autre chose par la situation tout en le détaillant longuement de mes yeux foncés. Soudainement je l'entends me faire une proposition qui m'étonne d'abord en premier temps. « Vraiment ? » Demandais-je un peu surpris tout en le détaillant longuement avec un petit sourire. « La dernière fois tu étais plutôt catégorique, tu m'avais clairement fais comprendre que tu refusais d'avoir quiconque chez toi. T'ai-je inconsciemment fais changer d'avis ? » Précisais-je au jeune homme tout en le détaillant longuement avec un grand sourire peint sur mes lèvres. « Mais pourquoi pas après tout te voir est plaisant alors si ça ne te dérange pas et que ton type ne risque pas de me couper en rondelles je dis pas non. » Commentais-je avec un sourire parce qu'en fin de compte je n'ai aucune envie que son petit-ami, si jamais il est jaloux, pète un câble en me voyant ce que je pourrais comprendre bien que je n'ai aucune intention quelconque envers Monroe...
Brian & Monroe
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
[Monrian#2] Comme on se retrouve... Empty
MessageSujet: Re: [Monrian#2] Comme on se retrouve...   [Monrian#2] Comme on se retrouve... EmptyVen 23 Déc - 15:09

Am I losing touch?
Brian & Monroe
« Je suis palefrenier. J'ai toujours aimé les animaux de ce fait... » Palefrenier. C’était une idée. C’était quelque chose. « Y’a des chevaux à Tenby ? » demandes-tu alors, innocent. C’était stupide mais ça ne te disait rien. Peut-être parce que tu ne traînais jamais dans la campagne. Peut-être parce que tu n’avais pas sincèrement eux l’occasion d’en croiser beaucoup.
« Et j'aime faire chier les gens donc ça tombe encore mieux, n'est-ce pas ? » Tu hausses les épaules avec un léger sourire. Oui, tu imagines. Tu imagines que c’était encore mieux comme ça. Tant que ça allait bien au fond de ton crâne. Tant que tu n’étais pas à deux doigts de céder à tes impulsions. C’était probablement ça. « Et je serais encore là ce soir pour ça si besoin est naturellement ! » Tu souris encore un peu, alors que tu portes ton verre à tes lèvres. « J’crois avoir pigé ça. » lances-tu doucement. « Que t’es le genre de personne à toujours être là. » ajoutes-tu. Peut-être que c’est la perspective de la cuite qui l’intéresse. Peut-être que c’est l’idée d’être avec quelqu’un qui le fait se sentir bien.
« Vraiment ? » Tu sens l’interrogation dans son regard. « La dernière fois tu étais plutôt catégorique, tu m'avais clairement fait comprendre que tu refusais d'avoir quiconque chez toi. T'ai-je inconsciemment fais changer d'avis ? » La dernière fois. La dernière fois, tu étais encore un peu plus con. Un vrai con. « Disons plutôt que je n’ai pas encore assez bu pour voir le mal partout, quoi. » L’explication te convenait mieux ainsi. C’était plus facile. « J’suis assez con avec ça, des fois, surtout quand j’suis bourré. J’pense pas c’que j’dis. » dis-tu, en balayant l’air du revers de la main. « Mais pourquoi pas après tout te voir est plaisant alors si ça ne te dérange pas et que ton type ne risque pas de me couper en rondelles je dis pas non. » Tu as laissé échapper un éclat de rire. « Cassandre ? Oh non non, t’inquiète pas avec ça. » Cassandre, tu crois qu’il ne ferait pas de mal à une mouche. Enfin, en tout cas, pas à Brian. Dans le pire des cas, il s’en prendrait à toi. S’il était à bout. Si vous étiez à bout, sur le fil, à deux doigts de tout envoyer valser. A deux doigts de tout briser. « Puis il doit être au boulot, il y passe sa vie, alors t’inquiète pas. » Il y passe toujours sa vie. Comme si c’était tout pour lui. Comme si tu ne pouvais qu’attendre qu’il s’intéresse à toi. Tu souffles. Tu souffles doucement, avant de continuer à boire ton verre. « Alors tu vois, j’pense que ça pose vraiment pas de problème qu’on décale chez moi après nos verres. Doit me rester du rhum et du soft à mettre avec, si tu veux. » S’il n’aime pas lorsque c’est trop pur. S’il tient encore un peu à son estomac.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
[Monrian#2] Comme on se retrouve... Empty
MessageSujet: Re: [Monrian#2] Comme on se retrouve...   [Monrian#2] Comme on se retrouve... EmptyMer 28 Déc - 13:24

Comme on se retrouve
Avec lui tout est différent, tout est différent de quand je suis avec quelqu'un d'autre, je ressens ce besoin de l'aider à aller mieux. Tout ceci c'est quelque chose que je n'explique définitivement pas, Monroe a besoin d'aide c'est un fait indéniable et je pense que je l'aide sinon il n'agirait pas comme il le fait en ce moment avec moi. Bien évidemment j'ai mes petits secrets à propos de mon passé et je pense que c'est très bien comme ça, comme tout le monde j'ai mes secrets, des secrets que je tiens à garder pour moi. Des secrets beaucoup trop lourds pour qu'ils soient un jour révélés, c'est très bien comme ça, c'est très bien que mes secrets soient sous silence, d'une certaine façon ça me protège. Alors, tandis que j'acquiesce à cette pensée je pose mon regard sur lui et affiche un petit sourire sur mes lèvres quand je vins à entendre ses mots à propos de mon métier. « Il y en a oui au ranch. C'est un chouette endroit, si t'aimes les chevaux viens y faire un tour tu m'y verras aussi. » Répondis-je toujours avec un immense sourire planté sur mes lèvres, il est tout paumé, il a pas l'air de se rendre compte qu'il y a d'autres lieux fascinants autre que les bars ou les boîtes de nuit là où il peut picoler, se mettre mal et galérer à rentrer chez lui, enfin sauf quand je suis là pour l'aider évidemment. Il est mal ça se voit dans ses yeux, il a des problèmes, on en a tous, faut que je l'aide, faut que je fasse plus que ce que je fais déjà, il a ce besoin d'avoir quelqu'un pour l'aider, je pense, je serais cette personne, je l'aiderais quand il sera trop mal, un jour peut-être qu'il se rendra compte que l'alcool ne résoudra pas ses problèmes. Inutile de lui dire ça ne fera que déclencher une dispute stupide qui ne lui servira à rien, l'important c'est qu'il capte, tout seul. Comme un grand. Quand il vint à faire une déduction évidente sur ma personne je ne peux m'empêcher de ricaner puis d'acquiescer signe étant qu'il a raison. « Tu commences à me connaître maintenant. » Affirmais-je d'une voix douce tandis que je le dévisage longuement, oui il a bien comprit, je suis de ceux qui aident mais qui n'attendent rien en retour. Enfin rien, si on veux, lui il m'aide mais il en est pas conscient et je préfère ça comme ça, c'est mieux ainsi.

Au bout du compte lui et moi discutons toujours en sirotant nos verres alors qu'il me propose de venir chez lui. Sur le coup je suis un peu surpris et ça doit se voir sur ma gueule que ça m'étonne qu'il me fasse une telle proposition, je lui demande alors des explications parce que la dernière fois il semblait pas spécialement motivé à l'idée de me faire venir chez lui. Quand j'entends ce qu'il me dit j'acquiesce et baisse ma tête légèrement sur mon épaule. « Sous l'effet de l'alcool on dit souvent des choses un peu stupides, on s'en rend compte seulement après coup. » Dis-je avec un petit sourire planté sur mes lèvres tandis que je le scrute longuement assez enjoué par ses mots. Comme quoi, sous l'effet de l'alcool il est déjà largement plus sociable, j'arrive à découvrir un type totalement différent. Et ce type que j'ai en ce moment en face de moi il me plaît plutôt bien dans le sens où je découvre un type bien différent du petit gars bourré de la dernière fois. Ce sont deux personnes différentes, j'ignore laquelle des deux personnes est la plus inquiétante, d'un côté on a ce Monroe clean qui semble offrir sa porte au premier qui passe, parce qu'en définitive c'est ce que je suis, et d'un autre côté on a Monroe défoncé qui se méfie de tout et de toute le monde, qui est froid, distant, agressif, peu sûr de lui visiblement. Lequel des deux est le plus inquiétant en fait ? Je n'en sais rien et dans le fond ça me plaît bien d'avoir envie de découvrir tout ceci, ce type me plaît bien, je vais veiller sur lui. Alors, une fois que je fus certain que son mec ne va pas me couper en morceau je souris et acquiesce mais n'ajoute rien quand il m'explique que de toute façon son type sera sans doute absent ce soir, qu'il passe sa vie au taf, j'acquiesce, visiblement c'est un sujet compliqué pour lui je décide de ne pas en parler pour l'instant, de toute façon ça ne me regarde pas. Ce n'est que quelques secondes plus tard lorsqu'il me propose d'aller boire un verre chez lui ce soir que hoche positivement de la tête faisant alors comprendre que ça me convient. « C'est parfait. Buvons nos verres ensuite on ira chez toi. » Lâchais-je d'une voix douce tandis que j'attrape mon verre et bois une petite gorgée, de toute façon on ne s'est pas dit qu'on devrait avaler nos verres d'une traite donc on peut prendre notre temps je pense. « Je bois de tout de toute façon, de l'alcool pur comme des cocktails donc ça ne me dérange pas. Depuis bien longtemps je sais contrôler l'alcool. » Avouais-je au jeune homme avec un grand sourire peint sur mes lèvres, c'est vrai, il en faut beaucoup pour que je sois défoncé à l'alcool, avec la drogue c'est une autre histoire. Pour la drogue c'est elles qui me dominent et non le contraire, je m'y suis fais depuis le temps, c'est une question d'habitude..
Brian & Monroe
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
[Monrian#2] Comme on se retrouve... Empty
MessageSujet: Re: [Monrian#2] Comme on se retrouve...   [Monrian#2] Comme on se retrouve... EmptyDim 1 Jan - 22:42

Am I losing touch?
Brian & Monroe
« Il y en a oui au ranch. C'est un chouette endroit, si t'aimes les chevaux viens y faire un tour tu m'y verras aussi. » Tu hausses les épaules. « J’ai jamais eu vraiment d’affinité avec ces bêtes-là. » avoues-tu, doucement. « ‘fin, j’en ai jamais vraiment côtoyé non plus, en fait. C’est surtout ça. Mais j’imagine que je trouverais le temps de passer, si ça te fait plaisir. J’pourrais les voir d’un peu plus près. » Parce que tu n’en avais jamais eu les moyens, parce que tu n’en avais jamais vraiment eu l’envie non plus. Ce n’est pas que tu n’avais jamais vu un cheval de ta vie, c’était surtout que tu n’avais jamais vraiment osé t’en approcher. Trop gros, trop grands, peut-être. Imprévisibles, aussi. Imprévisibles à tes yeux.
« Tu commences à me connaître maintenant. » Tu souris, toi aussi. Tu souris, comme un con. Faut croire, oui. Faut croire que tu commences à le connaître, malgré tout. Même en si peu de rencontres. Alors, alors peut-être que tu peux pousser les choses. Peut-être que tu peux l’inviter chez toi, au moins un peu. Au moins quelques heures. T’en faire un pote. Quitter la solitude, quitter l’ennui. Laisser derrière les pensées que t’enlisent. Celles qui te retiennent au sol, t’empêchant ainsi d’avancer. De progresser. « Sous l'effet de l'alcool on dit souvent des choses un peu stupides, on s'en rend compte seulement après coup. » Tu hoches la tête, un instant. « Puis ce qu’on fait aussi. Parfois, j’me dis que je devrais pas dire ça. Que je devrais pas l’faire, tu vois. C’est comme une petite voix, la voix de la raison, au fond du crâne. Un souffle léger, mais je le fais quand même. Je dis, j’agis, et je ne repense mes actes que quand c’est trop tard. » Que lorsque tu ne peux pas réparer les choses. Que lorsque tu ne peux plus rien faire pour t’en tirer.
« C'est parfait. Buvons nos verres ensuite on ira chez toi. » Tu hoches la tête. « Ouais, ok. Y’a l’temps, t’inquiète. » ajoutes-tu, en avalant, toi aussi, une gorgée de ton verre. « Je bois de tout de toute façon, de l'alcool pur comme des cocktails donc ça ne me dérange pas. Depuis bien longtemps je sais contrôler l'alcool. » Tu souris en réponse à son sourire. « Je t’avoue que c’est pas trop mon cas. » Confession. « Mais tu avais dû le remarquer, j’pense. » Que tu ne tenais pas vraiment l’alcool, avec ton petit corps maigrichon. Que tu ne savais pas non plus t’arrêter. Qu’il fallait que tu repousses les limites, sans arrêt, jusqu’à te faire dégueuler. Jusqu’à te mettre à mal, sans arrêt. « T’sais avant j’rentrais chez un pote. Il habitait pas loin, et tout, c’était pratique. Puis il m’gueulait pas dessus, il était cool. » Et puis il te consolait, Caelan. Il te réconfortait, avec ton âme en vrac. Il prenait soin de toi. Soin de ta tête et de ton cœur. Soin de ta tête et de ton âme. « Puis il est parti. Comme ça. Il est parti, parce qu’il n’en pouvait plus vraiment, d’ici. J’peux comprendre. J’comprends. » Tu racontes. Tu racontes, sans vraiment savoir pourquoi. Peut-être parce que c’est le moment. Peut-être parce que tu veux partager ces choses-là avec lui. « Il aime bien bouger, tu vois. J’voulais pas qu’il se force à rester juste pour moi. » Juste pour que tu puisses venir, à quatre heures du matin, pleurer dans ses bras.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
[Monrian#2] Comme on se retrouve... Empty
MessageSujet: Re: [Monrian#2] Comme on se retrouve...   [Monrian#2] Comme on se retrouve... EmptyJeu 5 Jan - 13:52

Comme on se retrouve
Il y a ce petit truc entre lui et moi que je n'explique absolument pas, aucune ambigüité dans notre relation, aucune, absolument pas. Sans nul doute que je ne toucherais pas ce type, il a une bonne tête, il me plaît bien mais ce n'est clairement pas ce que je veux, déjà il est en couple donc non et puis franchement en passant du temps avec lui comme je le fais en ce moment je n'attends rien de lui de ce point de vue-là. Clairement Mon ne m'intéresse pas comme ça, je l'apprécie, j'ai même de la tendresse à son égard mais c'est purement amical, c'est une relation que je n'explique pas voilà tout, j'apprécie ce jeune homme, il est plein de tendresse, de gentillesse, sauf quand il est bourré là il est plus cru si on peut dire, mais franchement je l'aime bien. Je ne parlerais pas de confiance mais il y a une communication agréable, la confiance viendra ensuite, il réalisera en temps ainsi qu'en heure que je ne le juge pas, que je ne le prends pas de haut, que je l'accepte tel qu'il est malgré son addiction évidente pour l'alcool. Pour l'heure j'ai simplement envie de l'aider, de lui venir en aide dans ses problèmes, dans ses soucis liés à l'alcool, ce type est gentil, je le vois ce soir, je le vois qu'il a besoin de quelqu'un et je serais cette personne. Quand nous parlons de mon lieu de travail je souris et acquiesce à ses mots tout en le dévisageant longuement comme j'ai l'habitude de le faire. « Les chevaux sont des créatures tout à fait fascinantes, très intelligents et fidèles, c'est ça le truc avec les chevaux. Si tu te lies à un cheval il sera toujours là pour toi. J'adore les chevaux pour mon cas, peut-être que tu changeras d'avis quand tu viendras me voir au boulot. » Dis-je au jeune homme d'une voix douce tandis que je souris largement, j'aime les animaux, ce sont les créatures qui me permettent de me rendre compte que je suis un humain... Qu'il y a encore de l'espoir pour moi, que je suis loin d'être encore perdu, que c'est possible encore, qu'avec un peu de chance encore je pourrais me relever, j'adorerais, ce serait bien... Au bout du compte le jeune homme et moi conversons à propos de l'alcool et des conneries que l'on peut balancer sous l'effet absurde de l'alcool, je le dévisage longuement en entendant ses paroles accusant réception de tout ce qu'il me dit par un simple hochement de la tête lui faisant donc comprendre que j'écoute ce qu'il me dit. « Je vois parfaitement ce que tu veux dire. Je connais ça les effets d'une drogue, parce qu'en définitive l'alcool reste une drogue plus ou moins dangereuse mais les effets de l'alcool parfois c'est vrai c'est pathétique. Je suis bien content que cette boisson n'aie aucun effet sur ma personne. » Répondis-je au jeune homme tout en affichant un petit sourire sur mes lèvres. Oh ça oui les dépendances c'est de la grosse merde, je connais ça, je connais pour avoir été un camé pendant tout ce temps quand j'étais sur Vegas, pour avoir cette souillure de merde qui faisait n'importe quoi. Malheureusement mes démons du passé me rattraperont toujours d'une façon ou d'une autre...

Au bout du compte nous sommes posés à table avec nos verre en face de nous, pour le moment il est sobre, pour le moment, est-ce qu'il va se mettre mal ce soir ? Pour le coup je n'en sais rien, peut-être qu'une toute petite voix à l'intérieur de son crâne lui ordonnera de ne surtout pas faire de conneries, de ne pas faire la moindre folie ce soir et qu'il acceptera de l'écouter cette voix. Ou alors il se laissera aller, laissant ses problèmes dans sa vie de tous les jours de côté le temps d'une nouvelle soirée tout en sirotant son verre qu'il aura remplit plusieurs fois durant la soirée. D'un sens je m'ose à espérer que ce soir il se montrera raisonnable, qu'il ne boira pas trop, mais croire à ça c'est comme croire qu'un jour il y aura la paix dans le monde, c'est impossible. Pas pour le moment en tout cas, Mon ressent sans doute trop le besoin de boire en tout temps, de se poser pour oublier ce qu'il pense et ressent. Au même titre que moi je ressens le besoin de fumer des joins, pas tout le temps, heureusement, pas même tous les jours, je n'en suis pas encore réduis à ça, j'ai peut-être encore de l'espoir. Mais que ce soit lui comme moi nous sommes tous les deux avec nos dépendances et ça fait flipper. Deux drogués à deux choses différentes qui se retrouvent et deviennent amis au fil du temps voilà ce qui se passe entre nous, une dépendance différente et une amitié naissante. Quand il commence à se confier à moi sur les effets que l'alcool ont sur son corps j'acquiesce lui montrant donc que j'ai bien écouté ses mots. « Oui en effet j'avais remarqué mais bon ce n'est pas une honte. Moi dis toi pour que je sois ne serait-ce qu'un peu bourré il faut que je picole comme un malade, genre plus de la moitié d'une bouteille et ce à moi tout seul donc ça te donne une idée. Je ressens pas les effets. » Avouais-je au jeune homme tout en souriant parce que oui le fait est de ne ressentir aucun effet de l'alcool ça ne me dérange pas tant que ça, au contraire ce n'est pas plus mal. Je préfère ça plutôt qu'être comme lui et être pété rien qu'avec peu d'alcool, je préfère la chance que j'ai, c'est mieux ainsi mais ça je ne lui dirais pas pour ne pas le vexer. Le voilà qui se confie à moi sur un ancien ami à lui qui est partit visiblement, je l'écoute me parler, se confier à moi sur cet ami disparu bien loin, l'écoutant avec attention tout en voyant très bien que cet ami lui manque énormément, ça me fait de la peine pour lui qu'il ai perdu cet ami, avoir une personne de confiance dans sa vie c'est important et lui il avait ce type auparavant désormais il a moi mais ça il s'en rendra compte en temps et en heure. « Il reviendra peut-être bien un jour ou l'autre cet ami ? » Tentais-je tout en fixant intensément Mon avec un léger sourire planté sur mes lèvres. « On finit toujours par revenir à la maison quoi qu'il arrive donc s'il se sentait chez lui ici à Tenby il reviendra forcément, non ? » Demandais-je au jeune homme tout en le détaillant de mes yeux foncés. Il réalisera, oui il réalisera en temps et en heure qu'il n'est pas si seul qu'il le pense...
Brian & Monroe
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
[Monrian#2] Comme on se retrouve... Empty
MessageSujet: Re: [Monrian#2] Comme on se retrouve...   [Monrian#2] Comme on se retrouve... EmptyLun 16 Jan - 22:45

Am I losing touch?
Brian & Monroe
« Les chevaux sont des créatures tout à fait fascinantes, très intelligents et fidèles, c'est ça le truc avec les chevaux. Si tu te lies à un cheval il sera toujours là pour toi. J'adore les chevaux pour mon cas, peut-être que tu changeras d'avis quand tu viendras me voir au boulot. » Tu souris, doucement. Tu n’en as aucune idée. Est-ce que tu allais te mettre à adorer les équidés ? « Je te promets rien. » ajoutes-tu tout de même faiblement. Tu avais peur de te laisser trop impressionner par les grands équidés. Tu avais peur de te laisser intimider.
« Je vois parfaitement ce que tu veux dire. Je connais ça les effets d'une drogue, parce qu'en définitive l'alcool reste une drogue plus ou moins dangereuse mais les effets de l'alcool parfois c'est vrai c'est pathétique. Je suis bien content que cette boisson n'ait aucun effet sur ma personne. » Peut-être que l’idée que ce soit une drogue te fait tiquer. Peut-être que tu n’aimes pas vraiment la définition, au fond. Mais c’était la vérité. C’était la réalité. Tu n’étais qu’un accro, un addict à cette saloperie. Et tu ne semblais pas pouvoir t’en détacher. « La drogue a aussi des effets pathétiques … » murmures-tu doucement. L’image de Cassandre traverse ton esprit. Qu’est-ce que tu pouvais ajouter de plus ? Au fond, tu avais besoin d’arrêter. Tu devais arrêter. Parce que tu l’as promis à Cassandre. Parce que malgré tout, votre mariage approche doucement, et tu n’as pas vraiment fait d’efforts pour t’améliorer. Tu souffles. Tu soupires, doucement. Tu penses à Cassandre. Tu penses à la fois où tu l’avais trouvé, trop déchiré, lorsque tu avais décidé de revenir. Lorsque tu avais décidé que, malgré tout, tu l’aimais. Lorsqu’il t’avait demandé de t’épouser. Défoncé. Peut-être que ce n’était pas la vie dont tu avais rêvé. C’est vrai. Mais au fond, est-ce que tu aurais voulu quelque chose d’autre ? Est-ce que tu aurais préféré quelque chose d’autre ? Quelque chose avec des sentiments plus plats, moins destructifs que ceux que tu éprouvais pour lui ?

« Oui en effet j'avais remarqué mais bon ce n'est pas une honte. Moi dis-toi pour que je sois ne serait-ce qu'un peu bourré il faut que je picole comme un malade, genre plus de la moitié d'une bouteille et ce à moi tout seul donc ça te donne une idée. Je ressens pas les effets. » Tu hausses les épaules, tu hausses les épaules, en avalant une nouvelle gorgée. « Tant mieux pour toi, en vrai. Enfin, non … Je reviens moins cher pour les cuites. » Parce que c’était la vérité. Parce que c’était la réalité. Tu étais faible, et l’alcool était ta maîtresse.
Et tu parles. Tu parles, tu parles. Tu parles pour Caelan. Tu parles pour ton ami blond, pour ton ami parti. « Il reviendra peut-être bien un jour ou l'autre cet ami ? » Tu souris, amusé. Tu souris, amusé, en hochant négativement la tête. « On finit toujours par revenir à la maison quoi qu'il arrive donc s'il se sentait chez lui ici à Tenby il reviendra forcément, non ? » Tu as laissé échapper un léger éclat de rire. Nullement moqueur. Simplement amusé. « Je ne pense pas qu’il reviendra. » dis-tu, simplement. « Son cœur n’a jamais vraiment été ici. Je pense qu’il l’a laissé sur les routes, tu comprends ? Qu’il l’a laissé avec sa douce … » Avec sa belle qui était disparue. Cette demoiselle qui s’en était allée, qui s’était trouvée une place dans le ciel étoilé. « Il est mieux à voyager, je pense. Il est mieux sur les routes, parce qu’il peut se remémorer les bons moments. Parce qu’il n’a personne pour le regarder et lui reprocher d’avoir voulu rêver. » Pas comme il l’avait subi ici. Pas comme ça, pas avec cette tristesse-là. « Tu n’as jamais perdu quelqu’un à qui tu tenais ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
[Monrian#2] Comme on se retrouve... Empty
MessageSujet: Re: [Monrian#2] Comme on se retrouve...   [Monrian#2] Comme on se retrouve... EmptyJeu 19 Jan - 12:13

Comme on se retrouve
Quand on sombre dans un drogue, n'importe laquelle, c'est délicat, vraiment délicat de réagir, de rester fort, de survivre en fait, je sais trop bien de quoi je parle, les drogues en général ça me connaît, ça le jeune homme installé en face de moi il l'ignore et je considère que c'est beaucoup mieux ainsi. S'il y a une confiance entre nous, je pense que c'est mieux qu'il ignore ce que je fais pendant qu'il n'est pas là, je pense que c'est mieux qu'il ignore mon passé, qu'il ne découvre pas l'homme que je suis ou encore les nombreuses saloperies que j'ai pu faire par le passé. C'est mieux ainsi, c'est mieux pour lui, nullement envie d'en parler de toute façon ni même envie qu'il le sache, si moi je connais sa dépendance à l'alcool lui il ne connaitra pas mes anciennes dépendances qui reviennent petit à petit dans ma vie. Peut-être qu'un jour il saura mais pas maintenant, tout simplement parce que je ne suis pas prêt pour en parler, je ne veux pas parler de toute cette histoire, je ne veux pas parler de ce que j'ai fais et de ce que je fais encore aujourd'hui. Il y a de nombreux sujets dont nous pourrions parler celui-ci il n'en fait pas partie et je considère que c'est mieux comme ça. Nous parlons justement de drogue en général, pas spécialement à l'aise avec ce sujet autant pour lui que pour moi j'acquiesce quand j'entends ses mots hésitant à dire quoi que ce soit à ce sujet tout simplement parce que je ne veux pas le mettre sur la voie. Je décide cependant de me taire, je me contente de ce simple hochement de la tête tout en m'osant à croire que ça lui suffira.

Au bout du compte nous parlons tout simplement d'alcool je le fixe longuement en entendant ses mots tout en affichant un léger sourire sur mes lèvres. « C'est sûr que c'est un avantage d'un certain point de vue. » Répondis-je finalement tout en fixant intensément Monroe de mes yeux sombres alors que je garde mon sourire planté sur mes lèvres. Heureux de le voir, de lui parler, de passer ce moment avec lui, de sourire avec lui, de rire avec lui, de profiter d'un instant en sa compagnie. Pas la moindre ambigüité entre nous, aucune, juste le simple plaisir de partager un moment entre nous et ça justement c'est plaisant. Rapidement nous en venons à parler de son ami, je le dévisage un bref instant en entendant ses mots, m'expliquant qu'il ne reviendra pas parce qu'il a perdu sa chère et tendre, je grimace, comprenant les raisons de son ami d'être partit. Perdre un être cher ça n'a rien d'amusant ou d'excitant je comprends donc ce qu'il ressent, son mal intérieur, sa déchirure d'avoir perdu cette personne qu'il affectionnait. Jamais je ne suis tombé amoureux mais j'ai perdu des êtres chers et ça, rien que ça, c'est plus que douloureux. « J'ai perdu mes parents il y a cinq ans, je sais donc ce que ça fait de perdre des êtres chers. » Répondis-je simplement lorsqu'il me demande si j'ai perdu quelqu'un dans ma vie mais je décide de ne pas me laisser aller. « La vie continue. Même si ces personnes qu'on a perdu nous manquent il faut continuer à vivre. Moi c'est ce que j'ai fais. Ton mari fort probablement qu'il comprendra ça lui aussi et peut-être bien qu'il reviendra un jour. Peut-être. On ne peut jamais être sûr. » Lâchais-je au jeune homme tout en le fixant intensément de mes yeux foncés. « Puis en attendant moi je suis là, on se connait pas depuis des lustres mais si t'as besoin de compagnie je suis présent. » Ajoutais-je tout en le fixant longuement avec un sourire. Oui ce serait bien qu'il réalise qu'il peut avoir confiance en moi, je lui ferais comprendre..
Brian & Monroe
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
[Monrian#2] Comme on se retrouve... Empty
MessageSujet: Re: [Monrian#2] Comme on se retrouve...   [Monrian#2] Comme on se retrouve... EmptyLun 13 Fév - 19:34

Am I losing touch?
Brian & Monroe
« C'est sûr que c'est un avantage d'un certain point de vue. » Tu souris faiblement. Est-ce qu’il avait raison ? Est-ce qu’au fond, c’était un réel avantage ? Est-ce que ça ne t’invitait pas un peu plus à te plonger dans tes addictions ?
Et puis tu parles. Tu parles, encore et encore. De Caelan. De ton ami perdu. « J'ai perdu mes parents il y a cinq ans, je sais donc ce que ça fait de perdre des êtres chers. » Tu hoches la tête, doucement. Tu comprends, toi aussi. Tu comprends, ce que ça fait, au fond. Même s’ils ne sont pas morts, même s’ils ont simplement cherché à disparaître de ta vie, de ton entière existence. « La vie continue. Même si ces personnes qu'on a perdues nous manquent il faut continuer à vivre. Moi c'est ce que j'ai fait. Ton mari fort probablement qu'il comprendra ça lui aussi et peut-être bien qu'il reviendra un jour. Peut-être. On ne peut jamais être sûr. » Tu as tressailli, un instant. Ton mari ? « C’est un ami. Pas mon mari. » que tu souffles, doucement. « Puis je ne suis marié ni à Caelan, ni à Cassandre. » ajoutes-tu, sur un ton plus léger. Comme si tu voulais en rire. Comme si tu préférais en rire. « Mais oui … La vie continue. » acceptes-tu, dans un souffle. Tout continuait. Le monde ne s’arrêtait jamais. Jamais assez pour vous permettre de remonter en selle sans même trébucher. Tu souffles. Est-ce que tu souffres ? Est-ce que c’est douloureux, de réaliser toutes ces choses ? Est-ce que c’est douloureux, de se rendre compte de telles choses ?
« Puis en attendant moi je suis là, on se connait pas depuis des lustres mais si t'as besoin de compagnie je suis présent. » Tu souris, toi aussi. Tu souris, pour répondre à sa bouche qui s’étire. « J’avais cru comprendre ça, oui ! » dis-tu, alors que tu finis de vider ton verre d’alcool. Comme si c’était la centième fois qu’il te le répétait. Comme si c’était la millième fois que tu entendais la même histoire. « Allez viens, finis ton verre. J’t’emmène ailleurs qu’ici. » lances-tu soudainement, sur un coup de tête. « On va fouler un peu l’sol, ça nous fera du bien. » Et peut-être que ça t’éloignerait de l’alcool, juste cinq minutes. Et peut-être que ça t’éloignerait de tes addictions, pour un couple de secondes. « J’te traine, ou tu m’traines, ou on s’traine l’un et l’autre, mais viens, on bouge. » insistes-tu, alors que ton corps est déjà presque sur le pas de la porte du bar.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
[Monrian#2] Comme on se retrouve... Empty
MessageSujet: Re: [Monrian#2] Comme on se retrouve...   [Monrian#2] Comme on se retrouve... EmptyMer 15 Fév - 11:19

Comme on se retrouve
Je ressens le besoin de l'aider dans ses problèmes avec l'alcool, j'en ai besoin, j'en ai envie, c'est important pour moi d'être présent pour lui, de l'aider, de le soutenir, d'être là et de ne pas le laisser. Important, j'ai l'impression d'être important en faisant ça, j'ai le vague sentiment que l'idée même de l'aider à aller de l'avant ça le soulage beaucoup ce mec et pour moi c'est agréable de sentir que je deviens petit à petit important pour quelqu'un. C'est agréable, ça fait du bien. Lorsque je vins alors à entendre ses mots me rectifiant que c'est son ami et non pas son mari je hausse la tête légèrement en me mettant à rire. « Les effets de l'alcool, autant ça ne me soûle pas mais ça me fait dire des conneries. » Dis-je avec un petit rire au jeune homme tandis que je continue de boire mon verre tout en le fixant longuement alors qu'il m'avoue n'être marié à personne ni à ce type ni à Cassandre, j'acquiesce une fois encore sans mot dire. Quand il me confirme que la vie continue quoi qu'il arrive je souris et le scrute longuement de mes yeux sombres. « C'est important de rester fort même si c'est dur, très important. On peut se laisser pleinement aller ou alors on peut prendre la décision de continuer à vivre. Moi c'est ce que j'ai fais. » Lançais-je d'une voix douce au mec tandis que je le scrute longuement de mes yeux foncés. Oui c'est important de continuer à vivre même si ce n'est pas évident, même si on a une certaine boule au ventre, faut continuer à vivre malgré les douleurs du passé, malgré que la vie peut être une connasse avec nous. Il faut avancer et ne pas se laisser aller, c'est ce que je me dis maintenant en tout cas, auparavant je faisais le con, un peu comme lui, mais avec la drogue et tout un tas d'autres conneries. Désormais ça va mieux même si l'envie de fumer des joins est toujours présente et peu à peu je me laisse aller progressivement vers cette pente glissante. Peut-être qu'un jour j'irais définitivement mieux et que tout ceci ne sera que de l'histoire ancienne, j'adorerais, ce serait bien...

Au bout du compte il finit par me proposer de terminer mon verre pour que finalement nous finissions par nous en aller j'acquiesce et termine mon verre cul sec et me lève aussitôt tout en laissant un billet à la serveuse sur la table, elle le prendra plus tard, quand elle reviendra. Je suis Monroe jusqu'à l'extérieur du bar et le scrute longuement, il semble détendu, tout du moins beaucoup plus détendu que la dernière fois que je l'ai vu. La dernière fois il semblait tellement mal, tellement agressif, tellement à fond dans sa dépendance, là ça va, il est encore sobre alors je suppose qu'il a sans nul doute besoin d'encore un peu d'alcool pour être définitivement bourré mais ce n'est pas le cas pour le moment et j'en suis satisfait. Il est beaucoup plus agréable quand il n'est pas bourré, là, sans l'alcool il est très sympa et ça vaut le coup de l'entendre. Alors tandis que je marche avec lui je le scrute longuement sourire aux lèvres. « Comment ça va avec ton chéri ? » Demandais-je soudainement un peu curieux d'en savoir plus à propos de son homme et lui, il ne m'en a que peu parlé la dernière fois, il était sans doute trop bourré pour le faire mais je me demande si lui aussi c'est un alcoolique ou s'il a une toute autre dépendance ou au contraire si c'est un mec sans dépendance, un mec normal...
Brian & Monroe

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
[Monrian#2] Comme on se retrouve... Empty
MessageSujet: Re: [Monrian#2] Comme on se retrouve...   [Monrian#2] Comme on se retrouve... EmptyMer 22 Fév - 22:06

Am I losing touch?
Brian & Monroe
« Les effets de l'alcool, autant ça ne me soûle pas mais ça me fait dire des conneries. » Tu souris, doucement. Tu souris, en hochant la tête. « C’est presque la même chose, au fond. » dis-tu, sans vraiment t’offusquer pour autant.
« C'est important de rester fort même si c'est dur, très important. On peut se laisser pleinement aller ou alors on peut prendre la décision de continuer à vivre. Moi c'est ce que j'ai fait. » Tu veux bien le croire, toi. Tu veux bien le croire, le garçon – peut-être parce que tu t’es déjà fait à l’idée. Caelan ne reviendra probablement pas, mais tu ne lui en veux pas. Tu ne lui en voudras pas. Parce que tu as autre chose à faire que d’être égoïste et possessif. Parce que tu as autre chose à faire que de pleurer sur son sort, sur ton sort, et sur votre amitié laissée telle quelle. Peut-être que c’est quelque chose de bien, justement. Peut-être qu’il a fait ce qu’il fallait faire. S’en aller, avancer, pour te montrer la marche à suivre. Pour te montrer, que, peu importe où tu te trouvais, tu n’étais pas obligé de te laisser sombrer. Tu n’étais pas obligé d’abandonner.

Tu as proposé à Brian de sortir. Tu lui as proposé, presque sur un coup de tête, de s’en aller. De vous en aller. Tu n’étais peut-être pas censé. Tes propos n’étaient peut-être pas censés. Mais au fond, tu avais besoin de quelques libertés. Au fond, tu avais besoin d’espérer.
« Comment ça va avec ton chéri ? » demande-t-il, alors que tu sursauterais presque. Tu l’as observé, un instant. Tu l’as observé, sans vraiment savoir comment commencer. « C’est compliqué, un peu. Enfin, ça dépend des moments. Ça a l’air de se calmer, là. Enfin pour lui, tu vois ? » Ton discours ne devait ressembler à rien. Tes mots ne devaient avoir aucun sens, pour lui qui n’y connaissait quasiment rien. « Il essaie de stopper la drogue, j’sais plus si j’te l’ai dit, la dernière fois. » avoues-tu, doucement. « Ça fait plus ou moins parti du .. contrat. J’arrête l’alcool, il arrête la drogue. » Tu essaies d’expliquer, de ton mieux. Tu essaies d’expliquer, comme tu peux.
Tu t’es interrompu, un instant, pour rouler une clope. Tu t’es interrompu, pour glisser la cancéreuse entre tes lèvres. Puis, tu as traîné le garçon vers la mer. Vers l’océan qui n’en était pas un, gris-bleu. « J’crois que c’est mon coin préféré dans Tenby. » avoues-tu, doucement. Peut-être parce que tu t’y retrouvais. Peut-être parce que tu te sentais à ta place. Compris. Tu souris, doucement. Tu souris au brun, alors que tes fesses s’enfoncent dans le sable. Tu as retiré tes chaussures. Tu t’es débarrassé de tes vieilles vans, pour mieux inspirer. Pour essayer de t’en tirer.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
[Monrian#2] Comme on se retrouve... Empty
MessageSujet: Re: [Monrian#2] Comme on se retrouve...   [Monrian#2] Comme on se retrouve... EmptySam 25 Fév - 11:10

Comme on se retrouve
On passe toute notre vie a essayer de nous sortir de nos merdiers qu'il peut éventuellement y avoir dans nos petites vies. Moi ça va être la drogue et tout ce qui va se rapprocher de loin comme de près de Las Vegas ville de merde où je suis né, ville de merde où j'ai commis mes plus grosses erreurs au cours de ma vie. Pour lui ce sera sûrement l'alcool mais je n'ai pas l'impression qu'il semble vouloir s'en sortir, qu'il semble vouloir arrêter avec sa drogue, il a sans doute besoin que quelqu'un le porte vers le haut, le soulève littéralement plutôt que de rester indéfiniment comme ça, rester indéfiniment ce type qui picole à longueur de temps. J'ignore si c'est dans ses projets d'arrêter mais un jour ou l'autre il faudra bien qu'il songe sérieusement à cette possibilité, boire ne lui apportera rien. Tout comme moi fumer ou prendre autre chose, si jamais je sombre plus bas encore, ça ne m'apportera jamais rien d'autre que des ennuis tous plus gros les uns des autres. Alors, lorsque j'avance avec lui dans la rue marchant l'un à côté de l'autre je lui demande comment ça se passe avec son mec, quand j'entends ses mots je comprends que c'est tendu entre eux. Il m'apprend alors que son type se dope, je hoche négativement de la tête quand il me dit qu'il était pas sûr de m'en avoir parlé auparavant du fait que son mec est un camé. Quand il me dit que ça fait partie de leur deal d'arrêter tous les deux j'acquiesce et le dévisage longuement de mes yeux foncés. « Et alors ? Vous y arrivez tous les deux ? A passer à autre chose avec vos soucis de drogue et d'alcool ? » Interrogeais-je curieux tandis que j'avance avec lui jusqu'à la mer où on se pose un moment, nous installant l'un à côté de l'autre sur le sable. Quand il m'avoue que c'est le coin que je préfère je souris et scrute la mer qui scintille grâce au reflet de la Lune reposant sur l'eau. « C'est un magnifique coin, encore plus de nuit, j'adore aller me balader sur la plage la nuit c'est agréable et au moins il n'a jamais personne. » Dis-je avec un sourire à l'attention du mec tandis que je scrute longuement la mer, c'est beau, c'est même un magnifique spectacle qui s'offre à nous. D'un geste je sors mon paquet de clopes mentholées et m'en met une entre les lèvres puis je m'allume ma clope tout en reportant mon attention sur lui. « On a tous nos petites dépendances secrètes dans la vie tu sais, ce n'est pas un mal, il faut juste la volonté de s'en sortir. On le dit souvent mais quand on veut et bien on le peut. » Assurais-je au mec sans chercher plus loin, mes paroles n'ont aucun but précis, juste j'avais envie de le dire afin qu'il comprenne une chose : je le comprends et je ne le juge absolument pas.
Brian & Monroe
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[Monrian#2] Comme on se retrouve... Empty
MessageSujet: Re: [Monrian#2] Comme on se retrouve...   [Monrian#2] Comme on se retrouve... Empty

Revenir en haut Aller en bas

[Monrian#2] Comme on se retrouve...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ✿ ::  :: RP abandonnés-