WHISPERS DOWN THE LANE ✿
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
Avez-vous entendu parler de la foire d’automne ? Je crois que c’est la Mairie qui a mis ça en place. Je me réjouis de voir tout cela : il y a des animations pour les enfants, des stands d’artistes, je crois qu’ils vont monter une pièces de théâtre aussi. Sans compter que les commerçants et restaurateurs locaux proposent de bonnes choses à manger…Il y a toujours quelque chose à y faire, peut-être que ça vous plairait. Retrouvez le résumé détaillé de l’intrigue ici !
Tenby, novembre 2020
8°C/11°C ♣ Alors que l’hiver s’approche à grands pas, l’automne s’est bien installée et la pluie balaye régulièrement Tenby. Le fameux brouillard anglais se fait de plus en plus fréquent, alors que les pêcheurs espacent leurs sorties en mer. Quelques tempêtes sont à prévoir, ne vous promenez pas trop en front de mer par grand vent !
La foire fait l’objet de toutes sortes de rumeurs…Tout cela va être riche en événements. C'est toujours une telle joie de voir de l'animation à Tenby, en plus Et puis on a besoin de souffler un peu après toute cette histoire d'incendie... Et vous, allez vous y faire un tour ? Donnez votre avis ici !
Le Deal du moment :
TV QLED 4K UHD CONTINENTAL EDISON CEQLED50SA20B7 ...
Voir le deal
309.99 €

Partagez

Touch of the past [Peter]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Touch of the past [Peter] Empty
MessageSujet: Touch of the past [Peter]   Touch of the past [Peter] EmptyLun 3 Oct - 10:22


Cette impression de déjà vu. Ce sentiment qui paralyse le corps pour permettre à l'esprit tout entier de creuser afin de trouver d'où ce visage est familier, où est-ce qu'on a pu le croiser alors que d'un rapide coup d'oeil on arrive simplement pas à le replacer. Est-ce une simple personne croisée sur le coin d'une rue ou dans une boutique? Une personne de notre passé qui refait surface sans que nous soyons à même de bien nous en rappeler parce qu'elle ne nous a pas suffisamment marqué? Un pur inconnu sur lequel notre regard est tombé totalement par hasard à un moment et notre esprit a simplement jugé bon de l'enregistrer pour une raison ou pour une autre? Est-ce plutôt quelqu'un que nous nous sommes forcés à oublier parce que c'était mieux ainsi, parce que c'était préférable à l'image négative qu'elle avait laissé dans notre mémoire pour une raison ou pour une autre? Un souvenir heureux que nous avons mémorisé, mais qui s'est déroulé il y a si longtemps qu'il s'est trouvé entassé sous une pile de nouveaux souvenirs qui ont pris le pas sur la chose?

Je ne saurais simplement pas le dire. Les traits de son visage me sont familiers et pourtant j'ai ce sentiment qu'il manque quelque chose. Comme si ses traits n'étaient pas totalement similaires à ceux que j'essaie si fortement de me remémorer. Comment s'il avait changé. En bien ou en mal je ne saurais le dire. Surtout parce que je ne saurais dire ce qui a changé. Ses traits qui se sont durcis, qui ont vieillis? Son regard bleu profond brillant d'une lueur nouvelle qui n'y était pas par le passé? Le simple poids des années qui vient tous un jour ou l'autre nous rattraper pour nous rappeler que le temps ne cessera jamais de s'écouler peut importe ce qu'on tenterait de faire pour le stopper?

Ça m'ennuie, m'embête. Ça titille mon esprit à un tel point que je n'ai pas même su toucher la bière trônant devant moi depuis une bonne dizaine de minutes déjà. Je me montre trop curieux, insistant, à le fixer et le détailler du regard pour essayer de me rappeler. Je laisse mes yeux glisser sur chaque trait de son visage, dessiner ses yeux, se perdre dans ses cheveux. J'admire son corps et j'ai cette sensation de déjà vu qui me prend aux tripes m'encourageant simplement davantage à fixer et détailler. Ça en devient maladif, me pompe la moindre once d'énergie dans le corps que je dépense à penser plus que de raison parce que ce détail, minime, infime, me tracasse à ce point. C'est dire comme je n'ai rien à faire en cette soirée.

J'ai surtout passé toute ma journée enfermé dans cet endroit auquel je dois désormais référer comme étant chez moi à tenter d'écrire ne serait-ce qu'une once d'histoire pour tenter de me relancer après la chute du divorce. J'ai bien quelques économies, quelques billets de côté amassés de ma dernière vente de livre, mais toutes ses dépenses non prévues comme le divorce et le déménagement en ses lieux en ont fait se volatiliser une bonne partie ce qui n'était pas forcément prévu. Dix ans de mariage malheureux ne permet pas de prévoir le moment de l'inévitable rupture. Une journée de plus de perdu que je suis finalement venu terminer ici afin de laver mon esprit du liquide que je laisse finalement glisser en mon œsophage avant d'inspirer. Il n'y a à mon sens qu'une seule et unique façon d'être définitivement fixé et je me suis donc lever pour me déplacer dans la direction de cet inconnu que j'essaie désespérément d'identifier, l'abordant d'un large sourire malgré l'interrogation sans doute visible sur les traits de mon visage.

« Excusez-moi... Vous me semblez réellement familier. Est-ce que nous nous sommes déjà croisés? »

Aucun détours emprunté et simplement la question directement d'amblé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Touch of the past [Peter] Empty
MessageSujet: Re: Touch of the past [Peter]   Touch of the past [Peter] EmptyLun 3 Oct - 18:53

Journée particulièrement intense, à courir entre plusieurs rendez vous et conférence téléphonique. Heureusement que tu t’es fais emménager un bureau dans l’immense demeure que tu occupes, car au final tu te rends compte que c’est bien utile. Un tour au nouveau studio en rénovation dans la ville voisine et te voilà de retour tard sur Tenby, avec l’envie irrépressible d’un verre. Tu as besoin de t’aérer l’esprit et pourquoi pas, de faire une nouvelle rencontre. Tu sais te montrer particulièrement discret lorsqu’il s’agit du jeu de la séduction, du moins en public. Quelques sous-entendus, quelques regards dont tu as le secret, mais suffisamment de tenu pour ne pas éveiller les soupçons et ternir ton image de voisin à la famille et tenu parfaite. Tu n’aimes pas spécialement mettre à jour tes travers, sauf discrètement, par quelques paroles bien placés et gestes subtils. Après tout dépends du public et bien sur aussi, de ton interlocuteur, mais de manière générale, tu as toujours été discret. Ton épouse est bien sur au courant de cette partie de toi, de cette infidélité chronique et l’accepte. Parce qu’elle sait que quoi qu’il arrive, tu restes en quelque sorte sous ses ordres, totalement dévoué, dans la limite de tes possibilités. Tu as fait des choix, mettant les choses au clair dès que le début et ta vie te conviens ainsi. Bien sur si tu n’avais pas à être discret cela serait encore plus simple, mais la société n’est pas prête à accepter ce genre de liberté dans un couple marié. Alors tu fais avec.

Tu pénètres dans le bar du coin, aux allures de pub américain, qui a un certain charme. Ton arrivée est plus ou moins remarquée, il faut dire que tu dégages un certain charisme, une certaine prestance, qui ne passe pas inaperçu. Et bien entendu, tu te délectes de la chose, en grand charmeur que tu es. Peut être quelques relents de ta célébrité passée, bien que cette dernière soit liée à un domaine très particulier. Vice humain de la reconnaissance, qui vient flatter ton orgueil. Tu as su conserver tout ça, par une apparence très soignée, toujours élégant, allant de pair avec ton physique engageant. Tu t’avances et t’approche du comptoir auquel tu prends place, commandant une bière blonde, histoire de commencer doucement, tout en retirant ton blazer et remontant les manches de ta chemise claire pour te donner un air plus décontracté. Après tout la journée est terminée, même pour toi, bien que tu ne restes jamais très loin de ton téléphone, juste au cas où.

Bière servi, tu en prends une première gorgée avant de te retourner, t’appuyant contre le comptoir pour observer l’assemblée présente et surtout, trouver ta future proie. Oui car tu es de bonne humeur, mais surtout, d’humeur à t’envoyer en l’air et ta femme a été claire, pour le moment, au vu de sa grossesse, c’est elle qui décide lorsque tu as le droit d’aller plus loin que quelques baisers. Alors tu vas chercher ton plaisir ailleurs. Ce même désir irrépressible, cette envie physique. D’accord tu n’as jamais voulu l’admettre, mais tu es probablement un peu trop accro. Une jeune femme, probablement dix à quinze ans de moins que toi d’ailleurs, te lance des regards insistants, se mordant la lèvre inférieure et tu souris en coin, prenant une nouvelle gorgée de bière, prêt à la rejoindre. Mais c’est là qu’un homme s’approche et te fait face, avant de s’adresser à toi d’un large sourire. Ton attention se pose immédiatement sur lui et tes traits qui auraient pu se durcir restent parfaitement détendu. Après tout tu aimes autant les hommes que les femmes et celui qui daigne t’aborder avec cet air séduisant ne fait pas exception à la règle. Tu le détailles furtivement du regard avant de légèrement froncer les sourcils à sa réplique, intrigué. Mais ton humeur joueuse et provoquante prend le dessus. TU en ferais bien ta soirée, de ce type là.

« Il ne me semble pas, je m’en serais souvenu » Lâches-tu avec un sourire en coin et un regard plein de sous entendus. Continuant de le fixer en prenant une nouvelle gorgée de bière.

Tu lui tend une main poli, premier contact parfaitement calculé « Mais permettez moi de me présenter, Peter, Peter King »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Touch of the past [Peter] Empty
MessageSujet: Re: Touch of the past [Peter]   Touch of the past [Peter] EmptyJeu 13 Oct - 23:19


Malaise oppressant, malaise écrasant mon cou tel une entité pourvue de sa volonté propre. Malaise que je ne connais pas d'amblé. Pas moi, pas ressenti ainsi. Je suis source de malaise à l'occasion, instigateur de ce sentiment que je ne sais pas gérer en ses instants. Malaise qu'il a engendré d'un seul regard sur ma personne, un seul regard porteur à lui seul de tant de mots qu'une part de moi ne veut pas entendre que je ne sais pas comment réagir. Déni total, déni m'annihilant jusqu'à m'en faire légèrement racler ma gorge. Part de moi refoulée que je n'ai simplement jamais voulu avouer même si coupable de curiosité je le suis. Les hommes je n'ai simplement approché, pas de cette façon, pas empreint de ses pensées. Du moins j'essaie fortement de m'en convaincre. Une attirance que j'ai toujours dissimulée sous ma trop grande facilité à aborder la gente féminine, ma trop grande propension à blaguer de sous-entendus lorsque la situation s'y prêtait. Une curiosité que je n'ai comblée autrement que par l'écoute de ses vidéos plus qu'explicite qu'on qualifie de pornographique. Deux hommes, deux fois plus de culpabilité à ainsi m'en émoustiller alors que j'essaie si fortement d'enfouir la vérité, de la nier de tous les pores de ma peau parce que ça ne me semble pas possible. Pas parce que j'ai un quelconque préjugé envers la chose, pas parce que ça me dérange, mais sans doute simplement la peur de l'inconnu, du non conventionnel qui essaie si férocement de s'éprendre de moi que je m'en braque et fuis ce qu'il en est.

Et si je me trompais? Si ce sourire qui à ses lèvres s'est étiré, cette lueur au fond de son regard s'étant manifestée et ses paroles porteuses d'un double sens certain n'étaient que le fruit de mon imagination visiblement trop sollicitée depuis que j'essaie désespérément de la faire s'animer. Est-ce le fruit de l'alcool si rapidement englouti se mariant à une fatigue que je tente d'ignorer tout autant que le frisson ayant parcouru mon échine lorsque sa voix si suave est parvenue à mon oreille? Nouveau sourire s'étirant sur mes lèvres. Sourire voulant maîtriser la situation, sourire ne voulant pas laisser percevoir ce malaise me secouant chaque cellule du corps. Comédie jouée et apparences sauvées, je ne peux que l'espérer en prenant cette main qu'il me tend plus par politesse que par réelle envie de le faire alors qu'il énonce un nom n'éclairant en rien mon esprit. Peut-être que là encore je me suis simplement trompé. Peut-être que j'ai imaginé voir un visage connu, mais qu'en fait ce n'était qu'une brève ressemblance que je n'ai pas su distinguer de mon impression de déjà vu.

« David MacGregor... »

Je me présente tout de même à lui. La conversation étant engagée pourquoi ne pas en profiter. Ça m'empêchera de passer une soirée toute aussi solitaire que ma journée et parler me permettra peut-être de faire passer le malaise me semblant simplement accentué par la poignée de main que j'ai partagé avec lui. Un contact ayant engendré un frisson que j'ai bien du mal à ignorer tant il me semble raisonner dans chaque once de ma chaire.

« Et que faites-vous dans la vie Monsieur King. Peut-être que cela me permettra d'avoir une meilleure idée de l'endroit où j'ai pu vous avoir croisé. En espérant que je ne vous confonds pas avec quelqu'un d'autre. Je serais bien navré que ce soit le cas. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Touch of the past [Peter] Empty
MessageSujet: Re: Touch of the past [Peter]   Touch of the past [Peter] Empty

Revenir en haut Aller en bas

Touch of the past [Peter]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ✿ ::  :: RP abandonnés-