WHISPERS DOWN THE LANE ✿
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
Avez-vous entendu parler de la foire d’automne ? Je crois que c’est la Mairie qui a mis ça en place. Je me réjouis de voir tout cela : il y a des animations pour les enfants, des stands d’artistes, je crois qu’ils vont monter une pièces de théâtre aussi. Sans compter que les commerçants et restaurateurs locaux proposent de bonnes choses à manger…Il y a toujours quelque chose à y faire, peut-être que ça vous plairait. Retrouvez le résumé détaillé de l’intrigue ici !
Tenby, novembre 2020
8°C/11°C ♣ Alors que l’hiver s’approche à grands pas, l’automne s’est bien installée et la pluie balaye régulièrement Tenby. Le fameux brouillard anglais se fait de plus en plus fréquent, alors que les pêcheurs espacent leurs sorties en mer. Quelques tempêtes sont à prévoir, ne vous promenez pas trop en front de mer par grand vent !
La foire fait l’objet de toutes sortes de rumeurs…Tout cela va être riche en événements. C'est toujours une telle joie de voir de l'animation à Tenby, en plus Et puis on a besoin de souffler un peu après toute cette histoire d'incendie... Et vous, allez vous y faire un tour ? Donnez votre avis ici !

Partagez

(Catasa) I want you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
(Catasa) I want you. Empty
MessageSujet: (Catasa) I want you.   (Catasa) I want you. EmptyJeu 29 Sep - 20:10

I want you
Natasa & Cassius
I miss you when I can't sleep or right after coffee. Or right when I can't eat. I miss you in my front seat. Still got sand in my sweaters. From nights we don't remember. Do you miss me like I miss you?

Deux semaines. Ça faisait deux semaines que j’avais demandé un congé à Cassius. Bien entendu, j’avais choisi moi-même ma remplaçante. L’intérim comme ils disaient. Une femme assez acariâtre qui je pense ne serait pas aussi sympa que moi. J’ignorai pourquoi je ne voulais pas choisir une jeune femme très belle, très souriante, compréhensive. Pendant un long moment, j’ai voulu le caser avec des femmes en m’entretenant avec sa mère, une femme délicieuse. Mais là, une partie de moi ne voulait pas et ne cessait de penser à ce baiser que nous avions partagé. Je m’étais ouverte à lui et je pense que s’il avait voulu, j’aurai sans doute fini par coucher avec lui. Mais non. Comme disait ma belle-sœur, tout dans la finesse, séduis-le, fais-le languir. J’étais retournée en Russie pendant une semaine et demi en compagnie de l’un de mes frères. J’avais donc revu toute ma famille pour la première fois depuis mon départ et comment dire que je fus émue. J’ai pleuré dans les bras de tous mes frères pendant longtemps pour aller me recueillir sur la tombe de ma sœur et de mes parents de longues heures en leur racontant ce que j’avais fait, pour qui je travaillai et que même si je ne dansais plus pour eux, je vivais pour leur faire honneur. La veille de mon départ, tout le monde s’était rassemblé autour d’une grande tablée. Il s’agissait de mon anniversaire. J’avais les yeux qui pétillaient et je souriais. Pour une fois, j’étais détendue. Alors je m’étais isolée avec Alyona, la femme de mon frère le plus âgé, enceinte jusqu’aux dents. J’avais un verre de vin blanc à la main et j’étais assise sur le plan de travail. « Il te plait ? » Je soupirai pour passer une main dans mes cheveux que je portais souvent détachés en ce moment. « Je ne sais pas. » Elle opina alors. « Si tu ne sais pas, c’est qu’il te plait. Arrête de la jouer frigidaire comme tu le fais avec tout le monde. Tiens, ton cadeau. » Elle me tendit une boite énorme et je défie le ruban pour regarder ce qu’il y avait à l’intérieur. « Jamais, je ne pourrais porter ça ! »

Et pourtant me voilà, dans ma chambre. La maison était déserte. Il n’y avait que Duchesse et moi car Cassius était parti s’entretenir avec ses parents. Je place donc la prothèse qui me servira de soutient pour ma poitrine car la robe est très échancrée. J’ai deux choix qui s’offrent à moi. Une robe dite de princesse. Et la robe que m’a offerte Alyona. L’aguicher, le séduire. Mais est-ce que Cassius me plaisait vraiment ? Je soupire avant de me masser les tempes. Il s’agit de mon patron. MON PATRON. Nous ne pouvions pas. C’était interdit. Et pourtant, je me repassais ce baiser en boucle depuis… deux semaines. J’attrape donc la robe qu’on m’a offerte pour la passer. Le tissu moule aisément ma peau et je place correctement ma poitrine avant de fouiller dans mes affaires. J’en sors un petit écrin en velours que je n’avais pas vu auparavant. Je l’ouvre pour hoqueter de stupeur. Des boucles d’oreilles et elles sont magnifiques. Il est fou. Il est fou. Je les mets alors pour détacher mes cheveux que j’avais noués en chignon de sorte à ce qu’ils soient ondulés. Puis, maquillage charbonneux posé, j’entends les coups de klaxon du chauffeur. J’attrape donc ma pochette pour aller mettre mes escarpins –haut de gamme, j’ai un faible pour les chaussures- et partir vers le gala.

Lorsque j’arrive, il n’y a pas grand monde. Sauf la mère de Cassius puisqu’il s’agit de l’hôtesse. Bien entendu, je ne suis pas passée sur le tapis rouge. J’ai pris la porte de derrière. « Natasa, il fallait donc passer par devant. » Elle me fixe de haut en bas. « Vous êtes magnifique. Cassius ne devrait plus tarder. Allez donc vous servir un verre. » Je lui souris doucement avant de me diriger vers le bar. Le barman regarde un peu trop mes seins ce qui fait que je dois m’y reprendre à deux fois avant d’avoir mon cosmopolitain. Verre à la main, je me tourne pour le voir. « Prokl yatyy. » Je secoue alors la tête doucement avant de lui sourire. « Un whisky s’il vous plait. » Le serveur me donne mon verre et je m’approche vers Cassius pour lui glisser le verre dans la main. « Bonsoir Monsieur Lochlainn. Je vous ai manqué ou alors ma remplaçante fut tellement exceptionnelle que j’ai perdu mon job pendant mes vacances ? » Je me serre un peu plus vers lui pour me pencher à son oreille. « Merci pour les boucles d’oreilles. Elles sont magnifiques, susurrai-je avec mon lourd accent russe. » Puis, je me redresse pour lui sourire. Chose nouvelle car dans mon métier, je souriais rarement. Stricte, ferme. A croire que la Russie m’avait changée. Un bon bol d’air frais du bercail, ça remet les idées en place.


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
(Catasa) I want you. Empty
MessageSujet: Re: (Catasa) I want you.   (Catasa) I want you. EmptyDim 16 Oct - 14:50

I want you
Natasa & Cassius
I'm losing to you, baby, I'm no match. I'm going numb, I've been hijacked. it's a fucking drag. I taste you on my lips and I can't get rid of you

Voilà deux semaines que tu as laissé Natasa s'envoler pour la Russie, te retenant difficilement de lui demander si elle comptait revenir. Après tout, on ne sait jamais... En quoi, un an, tu lui en as fait voir de toutes les couleurs et ne pas la voir revenir n'aurait pour toi rien de très étonnant. Ce serait blessant, en particulier après ce qui s'est passé entre vous -bien que vous ayez pris soin d'éviter le sujet depuis lors- mais pas étonnant. Elle ne t'a jamais connu autrement que difficile à vivre et alcolo-dépressif, pas de quoi lui donner envie de revenir pour toi. Cependant, elle a tenu à choisir sa remplaçante et il faut avouer qu'elle a fait un choix suspect. Peut-être vois-tu ce que tu veux voir, ou peut-être l'absence totale d'affinité entre l'intérimaire et toi était-elle bel et bien délibérée. Quoi qu'il en soit, et même si tu refuses de l'avouer, la jeune russe te manque. Elle avait besoin de ce congé, et elle le méritait, mais d'un coté tu aurais préféré qu'elle reste sans pour autant travailler. Qu'elle profite de ta piscine, par exemple. A la place, tu avais le chat. Duchesse s'est avérée être de bonne compagnie, et tu t'es plus occupé d'elle que de toi-même, désireux de la rendre en parfait état à sa propriétaire. Début de la guérison, merci le chat.

Toujours aussi incapable de nouer un nœud papillon par toi-même, c'est la dernière chose que tu demandes à ton assistante temporaire avant de la laisser partir. Après avoir confirmé au chauffeur l'heure à laquelle il doit passer chercher Natasa, tu laisses la villa à une Duchesse endormie et te rends à l’hôtel de tes parents -qui auraient tout à fait pu s'installer chez toi, mais sans doute est-ce un coin trop perdu, et puis on ne change pas les bonnes habitudes. « Tu es très beau, Cassius. » Entrée en matière de ton père, suivie d'une longue discussion au sujet de la soirée et d'une liste de choses que tu n'a pas intérêt à faire. A commencer par finir bourré, tête de liste. Puisque la fondation porte également ton nom, tu as la responsabilité de faire une discours, comme chaque année. Ce qui s'est mal passé les deux dernières fois, d'où le meeting familial de dernière minute. « Et Natasa ? » interroges ta mère alors qu'elle s'apprête à partir, décidée à être la première en tant qu'hôtesse. « Mh ? » Feindre l'indifférence est encore ta meilleure option, trop de questions sinon. « Elle vient, j'espère ? » Tu hoches la tête. « Supposément. » Techniquement, oui, à moins qu'elle ne te pose un lapin. « Qu'est-ce que tu as fait ? » Tu ris doucement, évidemment ce doit être de ta faute. « Elle viendra, ne serais-ce que pour te faire plaisir maman. » Les deux femmes ont étrangement une relation assez amicale. Tu n'en as jamais cherché les raisons. Ton père et toi demeurez à l’hôtel jusqu'à ce qu'il soit temps pour vous de faire votre apparition sur le tapis rouge. Passage obligatoire, forcé par ta mère en grande organisatrice événementielle et cheffe de famille qu'elle est.

Vous n'êtes pas les premiers, sans doute dira-t-on que vous vous faites désirer. En toute honnêteté, vous n'étiez simplement pas pressés d'être éblouis par les flashs des appareils photos. Tu souris, principalement pour leur faire plaisir, et vous vous retrouvez à l'intérieur au bout d'un tapis rouge interminable. Si ton père va retrouver son épouse, tu t'attelles à retrouver ton assistante. Tu l'aperçois bientôt, de dos mais immanquable et reconnaissable entre toutes. Elle pivote brièvement, le temps de t'apercevoir à son tour, et tu franchis donc la moitié du chemin vous séparant avant qu'elle ne te rejoigne. Ce faisant, tu ne peux que remarquer une beauté que jamais auparavant tu n'avais aperçue de la sorte. Et, même si tu le voulais, tu ne pourrais certainement pas manquer le décolleté plongeant qu’elle arbore. Ce qui, vis à vis des invités de la gente masculine, te dérange fortement. Lorsqu'elle parvint à ta hauteur, tu souris, prenant le verre qu'elle te tend en la remerciant. « Bonsoir, Mademoiselle Menchikov. » Tu lui adresses un sourire, levant ton verre vers elle. « Le métier ne veut visiblement plus vous lâcher, je ne vais pas vous en priver. » Pour ne pas dire que, évidemment, tu veux et as besoin qu'elle reste. « Ne me remerciez pas, vous les offrir m'a fait plaisir. Et elles vous vont très bien. Tout comme votre robe, d'ailleurs. Vous êtes magnifique. » Elle s'écarte et te sourit, ce qui n'est pas souvent arrivé depuis que vous vous connaissez. Tu es plus habitué aux disputes de vieux couple qu'aux sourires. « Comment se sont passées vos vacances ? Je suppose que devoir revenir et quitter votre famille a dû être difficile... » A ces mots, tu cherches tes parents du regard avant de porter ton verre à tes lèvres une fois que tu les as repérés.


Made by Neon Demon


Dernière édition par Cassius F. Lochlainn le Jeu 3 Nov - 13:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
(Catasa) I want you. Empty
MessageSujet: Re: (Catasa) I want you.   (Catasa) I want you. EmptyDim 16 Oct - 21:51

I want you
Natasa & Cassius
I miss you when I can't sleep or right after coffee. Or right when I can't eat. I miss you in my front seat. Still got sand in my sweaters. From nights we don't remember. Do you miss me like I miss you?

Accoudée au comptoir de cette soirée de charité, je vois mon hôte venir vers moi. Cette femme est magnifique pour son âge et j’envie son couple avec son mari. Certes, je ne connais pas les dessous de ce dernier mais en apparence, ils sont très glamours. Je soupire alors tandis que je commande un verre de vodka au barman. « Natasa, cette robe, vous allez faire tourner des têtes. » Je ne peux que lui sourire. Je n’ai pas l’habitude des compliments, ni de porter ce genre de tenue. Au travail, je suis plus chignon et tailleur. « Un cadeau pour mon anniversaire. » Mme Lochlainn parait choquée que ce soit mon anniversaire et que je ne lui ai rien dit. « A vrai dire, c’était hier. » Elle me sourit, me souhaite un joyeux anniversaire et s’éloigne de sa démarche gracieuse. On pourrait presque la prendre une ancienne danseuse. La démarche d’une personne en dit long sur cette dernière. Celle de Cassius par exemple est brutale, comme s’il voulait défoncer le sol à chaque foulée démontrant sa colère envers le monde due à sa blessure. La mienne est plus discrète, adaptable. Dernièrement, elle est devenue féline. Comme si je cherchai ma proie. Je regarde donc par-dessus mon épaule en soupirant, faisant tourner le liquide transparent dans mon verre quasiment vide.

« Je peux vous offrir un verre ? » Je me tourne vers un homme qui me fixe avec un regard lubrique. Oh mon dieu. Le genre dégarni. Il a une corpulence plus élevée que sa taille ce qui lui donne une bedaine immonde à regarder. Je ne réponds pas et porte mon verre à mes lèvres. « Oh allez ma jolie, si tu es venue seule et dans cette tenue, c’est pour séduire. » Je grimace avant de me tourner vers lui en fronçant le nez. « Barrez-vous, dis-je en me baissant vers lui, sinon je vous casse en deux. » Mon lourd accent russe ressortait mais ce n’était pas l’intéressait. Il plongea son regard dans ma poitrine et je grognai avant de lui saisir le poignet. Sans le quitter du regard, je le fis légèrement tourner vers la gauche et un craquement sonore se fit entendre. L’homme se mit à geindre avant de me supplier de le lâcher. Puis il s’éloigna le poignet blessé sans demander son reste. Tous des salauds de toute manière.

Lorsque j’aperçus mon patron quelques minutes plus tard, je pris une profonde inspiration avant de commander un whisky. Je demandai au barman de me remettre la même chose pour me diriger vers lui. Démarche féline. Balance des hanches, m’a-t-on dit, j’applique les conseils. Il prend le verre et nos doigts s’effleurent doucement tandis qu’il me salue. « Natasa, le repris-je. » Allait-il donc faire le formel maintenant après avoir hurlé mon prénom de bien des façons possibles durant mon service. J’émis un petit rire tandis que je demandai si je n’allais pas perdre ma place. « Le métier ou serait-ce vous qui n’êtes pas prêt à me lâcher, Cassius. » Je fis rouler son prénom sous ma langue, accentuant l’aspect russe de ma parole pour sourire en coin et balancer mes cheveux par-dessus mon épaule. Un compliment en suit un autre. Je positionne dans mon verre dans sa main pour remettre son nœud papillon en place. Je reprends ma boisson pour lui sourire. « Spasibo, dis-je pour le remercier. » Mauvaise habitude après avoir parlé russe pendant deux semaines. Il me pose alors la question de mes vacances et je me détends un peu. « Très bien. J’ai revu toute la famille dont l’une de mes nièces qui est venue au monde l’année dernière. » Je pose doucement ma main sur son poignet pour lui faire cette fois-ci un sourire timide. « ça va. Je les reverrai bien assez tôt. Et vous viendrez avec moi. Disons que mes frères sont curieux de connaitre la personne qui m’emploie et partage ma vie désormais. » Je fais exprès d’employer un tel sous-entendu. Je ponctue alors ma phrase d’un clin d’œil pour rire franchement. Je savais qu’il serait mal à l’aise mais bon, niveau drague, je préfère y aller franchement.



Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
(Catasa) I want you. Empty
MessageSujet: Re: (Catasa) I want you.   (Catasa) I want you. EmptyJeu 3 Nov - 18:34

I want you
Natasa & Cassius
I'm losing to you, baby, I'm no match. I'm going numb, I've been hijacked. it's a fucking drag. I taste you on my lips and I can't get rid of you

En voyant Natasa approcher, tu te demandes si elle a toujours eu cette démarche féline et que tu n'y prêtais pas attention -bien que ce soit particulièrement difficile à ignorer- ou si elle le fait exprès. Tu penches pour la seconde option, et ceci ajouté au fait qu'elle se soit choisie une remplaçante ne lui arrivant pas à la cheville la trahit. Tu ne saurais dire si elle a elle-même pleinement conscience de tout ceci, mais c'est évident, elle tient à toi plus qu'elle ne l'a montré jusqu'ici. Sans oublier votre baiser, aussi alcoolisé fut-il. Difficile de ne pas y repenser, tu as été bien incapable de l'oublier malgré les deux semaines d'absence de la jeune femme. Peut-être vous éloigner était-il même pire. La distance renforce l'amour, ou quoi que ce fut. Tu l'as attendue, sans doute plus que tu n'oses te l'avouer. Et elle t'a indubitablement manqué, même avec toute la mauvaise foi du monde tu ne pourrais le nier. Tu peux cependant décider de ne pas le lui dire, ce qui représenterait une étape trop importante. Un pas de trop, sans doute. Un pas de travers. Elle reste ton employée, du moins aux dernières nouvelles, et même si ta mère tente de toute évidence de vous jeter dans les bras l'un de l'autre tu ne te vois pas céder si aisément.

« Alors appelez-moi Cassius. » Tu lui souris et la remercies pour le verre. Elle a toujours refusé de t'appeler par ton prénom, tandis que tu as rapidement pris l'habitude d'employer le sien. Disons qu'en plus de rendre le cadre moins strict, c'était plus facile à prononcer. Ainsi qu'à crier, ce qui t'est arrivé très fréquemment. Tu portes ton verre à tes lèvres, la regardant par dessus, avant de lui sourire en haussant ton épaule valide. « Il se pourrait que vous soyez irremplaçable, Natasa. En tout cas, vous avez pris soin de choisir une intérimaire qui a renforcé cette impression. » Tu plantes ton regard dans le sien, attendant peut-être qu'elle l'avoue. Tu tiens son verre tandis qu'elle redresse ton nœud papillon, et à en croire les regards lancés dans votre direction cette attitude a tout de suspect. Cela vous trahit, bien que vous ne sachiez pas exactement ce qu'il y a à trahir. « Navré, je vous aurais bien répondu de la même manière mais mon russe est à peu près nul. » Tu peux lui parler français, espagnol ou allemand, mais le russe... Evidemment, tu comprends un petit spasibo, mais impossible de remettre la main sur le de rien ou avec plaisir.

Le sujet dérive sur les petites vacances de Natasa, dont tu prends des nouvelles avec on ne peut plus de sincérité. Ce que tu n'avais jamais fait en de longs mois de cohabitation. Lorsqu'elle emploie l'expression "partage ma vie" tu manques de t'étouffer avec ton whisky. Tu fais mine de rien, mais tes joues rosissent, heureusement en partie cachées par ta barbe, et tu toussotes après avoir avalé de travers. « Ce serait avec plaisir, je serais ravi de revoir la Russie. » Tu hoches doucement la tête, reprenant contenance. Il fait chaud, d'un coup. Et ce costume n'aide en rien. Tu termines ton verre d'une traite, comme pour te donner du courage, et reportes ton attention sur Natasa. « Je ne vous l'ai pas vraiment dit, avec tout cela, mais joyeux anniversaire. En plus des boucles d'oreilles, je pense pouvoir vous promettre de vous offrir un comportement plus agréable de ma part. » Tu souris à nouveau, avant d'entendre de la musique résonner. Tant mieux, cela retardera ton discours annuel. « Vous dansez ? », demandes-tu avec un sourire, te saisissant de vos deux verres vides pour les déposer sur le plateau d'un serveur qui passe par là avant de lui tendre ton bras.


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
(Catasa) I want you. Empty
MessageSujet: Re: (Catasa) I want you.   (Catasa) I want you. EmptyMar 8 Nov - 3:35

I want you
Natasa & Cassius
I miss you when I can't sleep or right after coffee. Or right when I can't eat. I miss you in my front seat. Still got sand in my sweaters. From nights we don't remember. Do you miss me like I miss you?

Près de Cassius, je sentis mon charme s’effilocher petit à petit. Ce mec avait tellement de charisme et je ne cessai de penser à notre baiser. A celui que nous avions partagé sous l’effet de l’alcool. J’en avais longuement discuté avec mes belles-sœurs qui s’étaient toutes mises d’accord : je le connaissais par cœur, donc il était temps de tenter le tout pour le tout. Au pire, je rentrerai au pays. On m’a fait savoir que je serai toujours accueillie et je n’avais rien perdu de mes talents de danseuse. Une jolie fille comme moi n’aurait aucun mal à me trouver un beau parti et à vivre avec. Seulement, cet homme avait su faire fondre la glace qu’il y avait autour de mon cœur et la chanson était claire. « Because you’re mine. » Maladroite, je ne savais pas trop comment rompre cette barrière que j’avais mise du temps à ériger entre nous. Un sourire, je secouai mes cheveux par-dessus mon épaule en espérant ainsi lui faire de l’effet. Toutes les tentatives sont bonnes pour séduire cet homme. Pourquoi ? Parce que lorsque je me suis confiée auprès de lui, j’ai vu une facette de sa personnalité inconnue et c’est celle qui me faisait craquer de nos jours.

Je le repris sur mon prénom. Il l’avait utilisé de toutes les manières. Presque de toutes les manières. « Séduis-le, fais-le tomber à genoux. » Je le regardai donc dans les yeux avant de lui sortir mon sourire énigmatique. Made 100% in Russia celui-là. Je passe alors ma main derrière sa nuque pour l’attirer vers moi. « Parfait, Cassius, susurrai-je en faisant ressortir mon lourd accent russe. » Il me remercie et je vais entrechoquer nos verres l’un contre l’autre avant quasiment vider le mien d’une traite. Je rejette de nouveau mes cheveux par-dessus mon épaule. « Pas aussi charmante que moi ? » Un détail finit par me chiffonner. La chose qu’il avait autour du cou. Je glisse alors le récipient quasiment vide dans sa main vacante non sans effleurer ses doigts. Je sais que tous les regards seront tournés vers l’héritier ce soir mais je ne suis pas du genre pudique. Je suis glaciale. Je remets donc tout ceci en place avec une œillade satisfaite. « Je pourrais vous donner des cours. Je vois que vous vous êtes bien occupé de Duchess, la cohabitation s’est bien passée ? » Je me mordille la lèvre inférieure tandis que je sens cette tension qui monte entre nous. Le souvenir de nos lèvres collées l’une contre l’autre revient dans ma mémoire.

On en vient à parler de mes vacances et je remarque que mes dires font mouches puisqu’il manque de s’étouffer de nouveau. Un nouveau rictus malin étire mes lèvres. Il se met à rougir tel un enfant et je trouve ça adorable. Je me redresse alors sans quitter son regard. Je dois m’imposer pour une fois, montrer que j’existe. « Vous avez déjà visité la Russie ? » ça ne m’étonnait pas mais généralement ce n’est pas un pays qui attire. A cause du communisme, de la pauvreté, de la guerre froide. Je ne me serai jamais attendue à ce que Cassius Lochlainn s’y rende. « Je veillerai à ce que cette promesse soit tenue. » Je le laisse prendre mon verre et le poser sur un plateau. Monde doré. Je ne sais pas si je pourrais m’y habituer. Une chanson retentit et sa question me surprend quelque peu si bien que je ne peux m’empêcher de sourire. « Bien entendu. » J’attrape sa main pour la poser sur ma taille tandis que celle vacante se retrouve mêlée à la mienne. « Qui conduis ? Vous ou moi ? » Je me colle un peu plus à lui, me fichant éperdument du regard des autres. Après tout, je suis en mission séduction mais ce soir, ce ne sont que les préliminaires.




Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(Catasa) I want you. Empty
MessageSujet: Re: (Catasa) I want you.   (Catasa) I want you. Empty

Revenir en haut Aller en bas

(Catasa) I want you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ✿ ::  :: RP abandonnés-