WHISPERS DOWN THE LANE ✿
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
Avez-vous entendu parler de la foire d’automne ? Je crois que c’est la Mairie qui a mis ça en place. Je me réjouis de voir tout cela : il y a des animations pour les enfants, des stands d’artistes, je crois qu’ils vont monter une pièces de théâtre aussi. Sans compter que les commerçants et restaurateurs locaux proposent de bonnes choses à manger…Il y a toujours quelque chose à y faire, peut-être que ça vous plairait. Retrouvez le résumé détaillé de l’intrigue ici !
Tenby, novembre 2020
8°C/11°C ♣ Alors que l’hiver s’approche à grands pas, l’automne s’est bien installée et la pluie balaye régulièrement Tenby. Le fameux brouillard anglais se fait de plus en plus fréquent, alors que les pêcheurs espacent leurs sorties en mer. Quelques tempêtes sont à prévoir, ne vous promenez pas trop en front de mer par grand vent !
La foire fait l’objet de toutes sortes de rumeurs…Tout cela va être riche en événements. C'est toujours une telle joie de voir de l'animation à Tenby, en plus Et puis on a besoin de souffler un peu après toute cette histoire d'incendie... Et vous, allez vous y faire un tour ? Donnez votre avis ici !
Le Deal du moment : -43%
Réduction de 43% sur l’appareil photo ...
Voir le deal
539 €

Partagez

"You met me at a very strange time in my life."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
"You met me at a very strange time in my life." - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: "You met me at a very strange time in my life."   "You met me at a very strange time in my life." - Page 2 EmptyMar 13 Sep - 0:46

“ Max & Xander ♦ You met me at a very strange time in my life.„
« Tu es en train de me dire que j'ai Maximilian St John entrain de jouer les pique assiette chez moi ?  »

Max ouvrit de grands yeux éberlués. De la géopolitique au business, il n'y avait qu'un pas. Un tout petit pas qu'un homme qui avait le nez fourré dans son journal de bon matin franchissait justement tous les jours. Alexander connaissait même son prénom. Son prénom à lui, et le vrai. Horreur.

Après une franche incrédulité, il se mit à rire. Max se contracta significativement dans sa chaise. Il avait fallu qu'il tombe sur un journaliste. Une graine de journaliste reconverti en... en quoi d'ailleurs ? Aucune idée. Ce n'était pas la question. La question, c'était Max et sa capacité unique  attirer les mauvais personnes. A moins qu'Alexander n'en soit pas une. Il s'était montré bienveillant, et même s'il reconnaissait, et flairait l'article juteux à scandale, Max doutait qu'il livre l'information à qui que ce soit.

« Pour ce que ca vaut .... Quoi que tu es fais pour provoquer sa désapprobation, je trouve la solution un peu radical et surtout lâche ... » Lâche ? Okay, Max revenait sur tout ce qu'il avait pu penser comme quoi Lewis St John s'entendrait comme larron en foire avec Alexander. Que ce dernier prenne sa défense lui faisait inhabituellement chaud au cœur. Max, d'abord surpris, arborait un petit sourire reconnaissant qui se mua en un ''oh'' lorsque son hôte forcé lui proposa de rester chez lui. De tout contracté, il se dressa tel une marmotte à l'affût. « Vraiment ? » Mais Alexander leva une main impérieuse. Max ferma son clapet écouta les conditions et grimaca en attendant son prénom à la fin.

« Max. » clarifia t-il d'abord. « Maximilian c'est trop affreux. Juste Max St John, c'est parfait. » Ca en disait long sur son désir d'échapper au rôle qui lui avait incomber rien qu'en naissant chez les St John. Héritier d'un empire dont n'importe qui aurait voulu sauf lui. « Vous feriez vraiment ça ? » demanda t-il, excité comme une puce. « Personne a jamais osé dire que mon père était lâche. Et personne me donnerait ce genre de chance. » Max se mit à réfléchir furieusement, au travail et aux études qui ne l'avaient jamais effleurés jusque là. « Je devrais travailler. » supposa t-il finalement, sans avoir la moindre idée du boulot mais certain d'avoir besoin d'argent. Son sauveur ne le sauverait pas sans rétribution pécuniaire, et Max savait qu'il accuserait bientôt le manque des quelques substances illicites auxquelles il s'était rendu accro.

« Et je suppose que je peux faire le ménage. » La seule fois où il avait touché à un aspirateur, c'était quand il était petit pour jouer avec celui de la femme de ménage de la maison familiale. Autant dire qu'aspirer la poussière avait vite été relégué au rang de corvée chiante que font seuls les gens qui sont payés pour le faire. Si bien qu'il grimaçait intérieurement mais que au moins, c'était à sa portée. Tout à ses réflexion, il jeta finalement un regard en coin à Alexander et sa serviette. « Et je vous volerai rien. Vous pourrez me laisser tout seul de temps en temps, ou prendre votre douche au lieu de vous balader en serviette toute la journée. Ça me dérange pas hein, mais si vous faites votre jogging tous les matins, va falloir que je me fasse à la vue ! »

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
"You met me at a very strange time in my life." - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: "You met me at a very strange time in my life."   "You met me at a very strange time in my life." - Page 2 EmptyVen 30 Sep - 15:45

“ Max & Xander ♦ You met me at a very strange time in my life.„
Je ravisais mon jugement à sa première impression. C'était vraiment un enfant, qui nourrit dans son univers doré goûté à la vie et son amertume pour la première fois. Peut être que finalement je lui rendais pas service, en ne lui laissant pas vraiment apprécié la galère dans laquelle il se fourrait mais il n'aurait plus tous les avantages de sa famille et il en paierait suffisamment les frais.

Je le laissais parler tout seul, alors que la situation prenait une forme plus ou moins abstraite dans son cerveau de gosse de riches. Je ne le blâmais pas vraiment pour ses privilèges, on ne pouvait pas dire que j'étais moi même né dans une famille dépourvu de tout moyen et que je le jalouse mais à son âge ma vision des choses étaient un tant soi peu plus réaliste que celle qu'il avait. J'allais le regretter, n'est-ce pas ? Je sentais déjà les regrets pointaient le bout de son nez avec son attitude survolté qui allait mettre à mal mon calme.

- Oui, le ménage, participer aux frais, la cuisine, le jardinage ... Mais on fera une liste en temps voulu. Parce qu'une maison, ca ne se limitait pas à passer un coup d'aspirateur rapidement. Surtout quand on en possédait une avec un jardin. Surtout quand on songeait à adopter un chien. Bon sang, j'allais vraiment adopter un chien alors que j'avais probablement l'équivalent humain en face de moi dans ma cuisine. - Quand au vol, je ne dirais pas que je te fais confiance ... Parce que y avait toujours cette peur bien ancrée de rentrer pour retrouver mon humble demeure dépouillé de son contenu pour s'acheter une dose d’héroïne. Merci Natalia. Mais si je venais à lui offrir le logis, il était certain que je ne pourrais pas rester à le surveiller 24/24, c'était mission impossible. - Disons que je sais comment tu t'appelles.

Un sourcil arquait dans sa direction pour lui expliquer tout ce que cela pouvait impliquer et qu'il continue à avoir cette peur bien pratique de moi. Il ne fallait pas que je laisse entrevoir une faille dans mon autorité ou mon comportement sinon tel un chiot mal éduqué, il en profiterait pour s'y faufiler et mettre la pagaille.

- Pas de fête non plus, pas d'invités imprévus, pas de début d'incendie ou d'inondation ... J'énumérais avec une voix sombre et menaçante. Il y avait aussi une chose vitale mais ce n'était pas tant que je craignais qu'il le soit plutôt que l'habitude de voir le genre de gosses de riches avec qui mon ex femme s'accoquinait pour s'intoxiquer. - Pas de drogue chez moi, même pas un peu d'herbe pour se relaxer, compris ? J'étais plutôt impitoyable sur le sujet mais mieux valait prévenir que guérir, n'est-ce pas ? Et avec ce type, j'avais l'impression qu'il fallait mieux guérir deux fois plutôt qu'une.

- Je vais faire ma douche, je dois préparer pour mon cours pour tantôt ... Un sourire presque sympa au coin des lèvres, je rajoutais avec nonchalance. - Je te laisse le soin de ranger. Je désignais la table qui avait servi pour le petit déjeuner en attendant. Soyons lucide, il fallait bien un petit test. - Je te ferais un double des clés quand on aura établi un accord écrit sur ce que cette colocation d'infortune implique en attendant ... si je sors, tu n'es pas autorisé à rester dans la maison.


©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
"You met me at a very strange time in my life." - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: "You met me at a very strange time in my life."   "You met me at a very strange time in my life." - Page 2 EmptyVen 28 Oct - 11:29

“ Max & Xander ♦ You met me at a very strange time in my life.„
Max se tapotai la bouche d'un index pensif. Tout à coup, il avait la sévère impression de s'embringuer dans un séjour forcé au camping. Faire la cuisine ! Sérieusement, est-ce qu'il avait une gueule de cordon bleu ? Apparemment oui, parce qu'Alexander semblait assez confiant pour remettre ses intestins entre les mains maladroites de son squatteur. L’intéressé grimaça un « Okay. » un poil crispé tandis que l'homme en serviette en remettait une couche. « Quand au vol, je ne dirais pas que je te fais confiance...  Disons que je sais comment tu t'appelles.  »

Max roula des yeux avec tous le sarcasme tacite qu'il avait en magasin. Peu impressionnait, Alexander le darda d'un éloquent sourcil grave paternaliste. « Pas de fête non plus, pas d'invités imprévus, pas de début d'incendie ou d'inondation .. » La survie quoi ! Une vie d'ascète en compagnie de son ascète de compagnie. Ils allaient vivre là tout les deux, et rien que tous les deux ! A faire la popote, le ménage et planter leurs radis comme un vieux couple homo. Bon dieu, il n'allait quand même pas signer pour ça. Si ? Il n'avait pas le choix. C'était ça ou se trouver un autre jardin dans lequel planter sa tente. Max se mâchouilla la lèvre inférieure, se demandant tout à coup dans quel genre de cohabitation il mettait les pieds, puis ramena ses yeux de chiot perdu sur le visage soupçonneux de son hébergeur. « Pas de drogue chez moi, même pas un peu d'herbe pour se relaxer, compris ? »

Un observateur avisé aurait noté la tension dans le cou de Max ainsi que son léger déglutissement, le tout masqué d'une moue innocente travaillée durant une vie de gala où le paraître était roi. Il acquiesça d'un air grave. « Pas de drogue. »

Il ne manquait plus que le croix de bois croix de fer. En plus, Alexander avait l'air sérieux. Aussi sérieux que d'habitude, avec une touche de menace je-te-tuerai-dans-ton-sommeil-si-tu-outrepasses-mes-ordres. Il allait falloir ruser. Max n'avait aucune idée de comment, mais croyez en un esprit créatif dans le besoin : il trouverait.

Comme s'il ne venait pas de le menacer visuellement de mort, Alexander décida d'aller à la douche, et avec le sourire. « Je te laisse le soin de ranger. » Ah... Voilà qui expliquait le sourire. Ç’aurait été trop beau un vrai sourire, d'être humain doté du minimum syndical de sympathie. Quoique... il lui proposait tout de même de l'héberger, et d'accord Max questionnait l'hébergement en question mais c'était énorme pour l'ermite en serviette qu'il avait sous le nez. A son tour, il se fendit d'un sourire, puis d'un regard interrogateur sur la table et tout ce qui était dessus. « Je peux ranger. »

Laissant Alexander partir, Max reluqua les victuailles et couverts. Faire la vaisselle, c'était... faisable. Comme s'il s'agissait de plein de petites bombes artisanales, il déposa la tout dans l'évier et entreprit de les laver à deux à l'heure. Sa tâche accomplie, restait le rangement. Or il n'avait pas la moindre idée de quoi allait où. Le jeune golden boy déchu embrassa la pièce du regard ainsi que l'ensemble des placards. Bon, une fois tout ouvert, il allait forcément trouver son bonheur !

Il en était là, avec tout les placards ouvert, un pot de confiture dans les mains et un air égaré sur le visage quand Alexander revint de la douche. « J'ai presque terminé. » tenta t-il, sachant que oui, il avait rangé à 90% au pif, et que son gracieux hébergeur. Il n'osait pas le regarder de peur de se faire déjà virer. « Ca vous va ? »

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
"You met me at a very strange time in my life." - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: "You met me at a very strange time in my life."   "You met me at a very strange time in my life." - Page 2 EmptyJeu 3 Nov - 17:16

“ Max & Xander ♦ You met me at a very strange time in my life.„
Satisfait temporairement par la réponse de mon invité contraignant, je finissais par disparaître pour prendre la direction de la salle de bain, expirant un long soupir de frustration. Pourquoi avais je eu pitié de lui, il allait sans le moindre doute abusait de mon hospitalité temporaire et mettre un bordel monstre dans mon existence paisible et rangé. Je n’avais cependant qu’une parole, mais une petite voix me soufflait que j’étais probablement en train de faire mon possible pour qu’il change d’avis en lui imposant des règles plus dure les unes que les autres. Un petit sourire presque sadique s’affichait temporairement sur mon visage en me demandant comment il allait résister.


Je ne perdais pas non plus un temps fou sous le jet de la douche, parce que y avait le risque très réel de catastrophes qui pourraient se produire en le laissant sans surveillance aussi longtemps. C’était une responsabilité dont je me serais bien volontiers passé. Je quittais la salle de bain après avoir plaqué mes cheveux à l’aide de gel et rasé de près. Je ne devais certainement pas donné une image négligé de moi même à mes élèves.


Je choisissais également une tenue qui inspirait l’autorité et le respect de ses derniers, même si l’université était plutôt complaisante sur le code vestimentaire, je ne manquais jamais d’enfiler un costume pour dispenser mes cours même si j’avais toujours eu une préférence pour le confort de mes habits de repos. Rien ne fallait un vieux sweat surmontant un jogging tout aussi vieux pour se sentir totalement à l’aise. Une fois, prêt, je me préparais mentalement à ce que je pourrais trouver dans ma cuisine mais j’avais une détermination à toute épreuve et une expérience de vie qui me protégeait bien d’exprimer trop la surprise.


Je finissais donc par descendre et trouver ma cuisine encore sur pied, même si ce n’était pas dans un ordre parfait, il avait fait un effort sans détruire quoi que ce soit sur son passage. Un point pour lui, et un soulagement pour moi pour être honnête. Je savais que ce n’était pas tant un gamin qu’il en laissait l’air mais je ne pouvais m’empêcher de rouler des yeux en voyant que malgré toute sa verve, il semblait bien discret.


Un léger mouvement de tête avant de prendre la parole - Ca me va … Et si on doit envisager cette cohabitation, je suppose que tu peux aussi arrêter avec le vouvoiement. Je relevais les yeux au ciel dans une prière silencieuse à l’encontre d’une divinité quelconque pouvant passer par là et m’écoutant dans ce moment de folie. Je redressais néanmoins le regard sur lui, ne voulant pas perdre toute l’autorité que j’avais assis sur lui. - Une autre règle … Je ne veux pas entendre une mouche volée quand je suis dans mon bureau pour préparer mes cours. Si tu t’ennuies, envisage de prendre un bouquin plutôt que de pourrir le cerveau sur la télé. Et je n’étais pas vraiment snob de la modernité, sinon je n’aurais pas une télé trônant dans mon salon mais je me disais qu’un loisir un peu plus substantiel pourrait lui bénéficier.


- Tu as encore quelques heures avant que je partes mais je t’ai dit, tu n’auras pas accès à la maison aujourd’hui et tant qu’on a rien d’écrit sans que je ne sois présent. Je tâcherais de ne pas m’attarder après mon dernier cours ce soir. Pourquoi ? Je n’en savais rien mais peut être que je me voyais mal me laisser aller à mes habitudes alors qu’il attendrait probablement sur le perron comme le chiot abandonné qu’il était. Je passais une main sur ma nuque, un peu fatigué par ses événements. - Tu pourrais en profiter pour prospecter pour du boulot, comme j’ai dit, ne comptes pas sur moi pour t’entretenir.



©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
"You met me at a very strange time in my life." - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: "You met me at a very strange time in my life."   "You met me at a very strange time in my life." - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

"You met me at a very strange time in my life."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ✿ ::  :: RP abandonnés-