AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
✿ Bienvenue sur Whispers Down The Lane ! L’intrigue du forum se situe à Tenby, village gallois où il fait bon vivre et où les rumeurs font le délice des habitants. Ne vous fiez pas aux apparences : ici, tout le monde est bienvenu ! L’esprit du forum, c’est convivialité, détente, et un peu de drama ! Nous acceptons tous les personnages, et n’exigeons aucun minimum de rp par mois. On attend plus que vous !
Tenby, juin 202010°C/25°C Le Printemps s’est bien installé sur le village. S’il ne fait pas encore assez beau pour se baigner, les averses se font un peu plus rares et la plage est très agréable pour une promenade, alors que les températures montent en flèche et que quelques vacanciers arrivent pour profiter des beaux jours qui s’installent.
✿ Avez-vous entendu ? Il y a beaucoup de nouvelles têtes en ville. C’est bien que le village attire, mais j’ai l’impression que nos nouvelles arrivantes ont toutes des secrets à cacher…Étrange, non ? Il ne faudrait pas que cela perturbe Tenby ! Nous sommes un village respectable, nous. En tout cas, c’est très mystérieux, et j’ai hâte de connaitre votre opinion sur ces charmantes jeunes femmes… Venez donner votre avis ici.

Partagez

just when I thought I said all I can say. (max)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Sam B. Martins

TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : croco & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, terri)
RAGOTS PARTAGÉS : 5274
POINTS : 8034
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
just when I thought I said all I can say. (max) Tumblr_inline_nz3gfewF9R1qcgwu0_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 31ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date mais enfin normal. fou amoureux de sa rock star.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : je ne sais pas si les rumeurs sont vraies, mais s'il sort réellement avec lula landry, on peut dire adieu à l'homme exemplaire ...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
just when I thought I said all I can say. (max) Empty
MessageSujet: just when I thought I said all I can say. (max) just when I thought I said all I can say. (max) EmptyMar 7 Juil - 0:24


max & sam
if i'm gonna tell it then i gotta tell it all
damn near cried when i got that phone call
i'm so thrown and i don't know what to do
but to give you part two of mine


N’importe qui me dirait que faire tourner autant ma vie autour de Lula est mauvais, mais elle est plutôt ce roc qui me permet de me raccrocher à la réalité. Par exemple, depuis que j’ai commencé une véritable thérapie pour mes troubles, mes cauchemars s’envolent dès que nous partageons le même lit. Ce n’est peut être qu’un hasard, mais je me sens juste bien avec elle, comme ce matin. J’ai les yeux ouverts depuis un moment mais je laisse la belle dormir, elle qui semble si bien et si apaisée. Je suis simplement obligée de la réveiller vers 10 heures car on l’attend pour une interview et un photoshoot. Des baisers, des échanges, des mots doux … Le tout s’enchaîne rapidement, rituel matinal des plus plaisant. On finit par se préparer et au bout d’une bonne demi heure, on se retrouve dans ma voiture. J’aimerais que toutes mes matinées ressemblent à ça, mais je me contenterais du bonheur de ces quelques moments. Nous sommes devenus des pros depuis notre premier je t’aime.
Malgré tout, pendant que je la conduis pour son interview, je ne peux m’empêcher de repenser à notre discussion. Mes idées que je me faisais de la vie future étaient très basiques, ce sont des potentielles envies que je m’étais découverte en écoutant mes supérieurs raconter comment ils ont rencontrés leurs femmes ou ce qu’ont fait leurs enfants à travers la caméra. Je me mettais à rever, certaines nuits, de cette famille qui m’attendait à la maison et ça me faisait tenir les jours les plus difficile. Mais ce que je me faisais comme idée du retour à Tenby, c’était un travail simple et pourtant, me voilà garde du corps d’une rock star. Et ça me convient, donc le changement est moins perturbant pour moi que je le pensais. Je lui ai promis qu’on verrait où le futur nous mènerait, mais je ne peux m’empêcher de penser qu’il y aura un blocage, à un moment … Seulement si les mentalités ne changent pas. Ce ne sont que des et si pour la suite, surtout quand on sait que l’avenir est plein de surprises. On verra, on verra. De toutes façons nous sommes arrivés devant le bâtiment et j’ai de quoi me changer les idées en l’accompagnant. Quelques heures et le tour est joué quand elle m’annonce que Max va venir la chercher. Si la journée avait plutôt bien commencer, ça allait de pire en pire en s’avançant. Mais bon, il y a des choses bien plus grave dans la vie.

Je ravale cette fierté et cette jalousie qui sont revenues au galop pour la laisser vivre, comme je lu ai promis. Dans la loge pour se rhabiller, je sors dehors prendre l’air pour réfléchir, puis pour continuer de faire mon travail. Le pas entre notre vie privée et professionnelle est minuscule, mais c’est un pas qui doit rester en place ; je voudrais rentrer chez moi pour éviter de les voir partir ensemble mais à part faire des histoires et engendrer du conflit, rien ne s’arrangerait des deux cotés. L’air est légèrement frais pour un mois de juillet, mais ça fait du bien d’avoir un peu de vent. Adieu colère, adieu tristesse, adieu angoisse. Un pouls normal, des battements cardiaques rythmés. Et plus d’émotions, comme le Sam Martins du début. Le regard perdu vers la ville, il me faut quelques secondes pour voir que le Julliard est arrivé. Monsieur. dis-je en faisant un léger signe de tête. Voilà où nous en sommes arrivés avec lui, quand notre première rencontre laissait plutôt présager quelque chose d’un peu mieux. C’était sans compter nos caractères si différents et une russe agressive. Non, j’avais été naïf sur ce coup et je ne referais plus la même erreur. Surtout que maintenant que la blonde a mis les voiles, rien ne l’empêche de passer plus de temps avec ma petite amie. Si seulement je pouvais effacer cette insécurité que m’apporte cette pensée, je me sentirais tellement mieux. Droit comme une planche en bois, je transmets le message qui m’a été demandé. Mademoiselle Landry m’a dit de vous dire qu’elle arriverait dans une petite quinzaine de minutes. finis-je par dire, un peu plus sec que prévu. Je n’ai plus qu’à espérer qu’il rentre à l’intérieur se chercher un café ou même saluer les gens qu’il doit sûrement connaître mais connaissant ma chance quand ça a un rapport avec cet homme, il va au moins tenter de me faire la discussion un petit moment. Quelque chose de peu sympa, qui me rabaissera en me rappelant que je vaux moins qu’eux, vu que je suis à leur service. Contrôler la gâchette facile sera le plus dur, le reste je pourrais passer au dessus.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    You may not be her first, her last, or her only. She loved before she may love again. But if she loves you now, what else matters? She's not perfect—you aren't either, and the two of you may never be perfect together but if she can make you laugh, cause you to think twice, and admit to being human and making mistakes, hold onto her and give her the most you can. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Max Julliard

TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding - Abel Griffiths - Charles Miller
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : just when I thought I said all I can say. (max) H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2804
POINTS : 4436
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
just when I thought I said all I can say. (max) Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 47 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Sa dernière copine l'a plaqué. Il est libre comme l'air, et malheureux comme les pierres, aussi.
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il parait qu'il sortait avec Yevgeniya Vassilievitch et qu'elle lui volé trente mille livres...vous y croyez, vous ? En tout cas, il a repris ses fêtes et ça n'a pas arrangé son caractère de chien !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
just when I thought I said all I can say. (max) Empty
MessageSujet: Re: just when I thought I said all I can say. (max) just when I thought I said all I can say. (max) EmptySam 18 Juil - 1:36


I'll do what I can to be a confident wreck
Can't feel this way forever, I mean
There wasn't any way for anyone to settle in
You made a slow disaster out of me

C’est la dernière fois, la dernière ligne, après, c’est fini. Max essaye tant bien que mal de se reprendre, parce qu’il doit aller chercher Lula, qu’il a promis, et qu’il doit y être bientôt. Son reflet dans le miroir lui tire une grimace. Avec sa barbe de trois jours et son teint de papier maché, il fait assez pitié à voir, et il a l’impression que même les cernes qui bordent ses yeux ont des cernes. « Ressaisis toi, Max, allez. » Il peut au moins se raser, histoire de ne pas trop inquiéter Lula – en tout cas pas plus qu’elle ne l’est déjà. S’il dormait, ça irait sans doute mieux. Mais il ne dort pas : des milliers de questions et de pensées toutes plus tristes que les autres s’entrechoquent dans son esprit, et c’est plus dur de les ignorer la nuit. Alors il prend un peu tout ce qui lui passe sous la main pour dormir, et après il se sent mal, alors pour se redonner de l’énergie, il prend d’autres merdes. C’est un cercle vicieux, dont Max n’arrive pas à se sortir, surtout lorsqu’il est plus facile d’oublier tout à travers l’euphorie que lui procurent la met ou l’ectasy. Il a beau être en colère, Ivy lui manque, et sa chambre lui semble étrangement vide sans elle ; Max sent son cœur se serrer, parce qu’il la revoit encore se moquer de lui avec le sourire en volant une de ses chemises. « Pourquoi tu me fais ça… » Maugréé-t-il encore. Comme si Ivy pouvait l’entendre, et lui donner une réponse.

Histoire de tromper la fatigue, il attrape un redbull avant de monter en voiture, faisant crisser les pneus au démarrage. Allez, la vie n’est pas si moche, se dit-il, faisant hurler la radio et allumant une cigarette. Life is good, and I feel great, 'Cause mother says I was a great mistake…. Il n’est plus à ça prêt, essaye-t-il de se convaincre, buvant une gorgée de redbull, sans trop y parvenir cependant. Et il va s’en sortir. Il a toujours des gens sur qui il peut compter. Il va arrêter : il a du boulot. C’est une mauvaise passe. Max essaye d’être une épave confiante – après tout, il ne peut pas rester comme ça toute sa vie. Il le sait, et il sait aussi qu’il finira par y passer s’il continue. Mais pour l’instant, il s’en fout. C’est dur, c’est tout, il a juste besoin de temps. Juste d’un peu de temps. De penser à autre chose, peut-être. N’importe quoi fera l’affaire. Alors, maintenant qu’il est calmé, il a sauté sur l’occasion quand Lula lui a proposé de passer l’après-midi ensemble. Il sauterait sur toute proposition musicale, aussi, s’il en avait, mais la période est calme : Max n’a pas de chance.

Parlant de chance, Max tombe nez à nez avec un Sam Martins ayant manifestement peu envie de le voir. « Ah, c’est toi. » Il hoche la tête quand il lui signale que Lula arrive. Pas découragé, il s’installe. « Bon. Alors, j’attends. » Si Max était dans un meilleur état, peut-être qu’il ferait quelque chose pour calmer le jeu. Après tout, il tient assez à Lula pour essayer de faire un effort. Mais vu le regard hostile du militaire, et son absence de patience actuelle, l’ex-pilote  n’en a pas vraiment envie. « Ne fais donc pas cette gueule là, eh. Je pique pas les copines des autres, moi.» Il ne faut pas y voir une attaque, juste une vérité, et ça l’agace que Sam le regarde avec méfiance, avec ses grands-airs de boy-scout, parce qu’il le juge, c’est certain. Malheureusement, parler de couple fait remonter des souvenirs douloureux à la surface, et d’agressif, Max passe finalement à blasé.  « C’est plutôt moi qui me fait larguer, en général. Parait que je suis insupportable. Je suppose que c’est pas faux.  Ou j'ai un don pour choisir les filles un peu dingue. Finalement, t'as bien fait de la balancer à la flotte. » Il ricane, tout seul, même si ce n'est pas très classe : il peut bien cracher sur Ivy, au fond il la regrette, et avant, il lui a trouvé quelque chose, donc se moquer ne sert à rien.  Il allume une nouvelle cigarette, occasion de vérifier si ses mains tremblent. Pas trop. Pas besoin d’un nouveau rail pour les stabiliser. « Mais t’en fais pas, Lula reviendra pas avec moi, si c’est ça qui te tracasse. » Le ton est presque amer. A vrai dire, Max ne sait pas trop s’il cherche la cogne ou non ; il est sincère, et il se moque de lui-même en même temps, mais s’il pouvait entrainer Sam dans ce petit jeu de vacheries, ça le défoulerait, c’est sûr. « Je sais pas ce qu’elle te trouve, note, hein. Mais elle est plus heureuse avec toi qu’avec moi. » Ça lui fait mal, de dire ça, mais c’est vrai. Mais qu’on ne vienne pas lui dire qu’il n’a aucune bonne raison d’être amer…

_________________

Summertimesadness I was sinking, but now I'm sunk, and I was drinking, and now I'm drunk. Your songs remind me of swimming but somehow I forgot...

just when I thought I said all I can say. (max) 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Sam B. Martins

TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : croco & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, terri)
RAGOTS PARTAGÉS : 5274
POINTS : 8034
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
just when I thought I said all I can say. (max) Tumblr_inline_nz3gfewF9R1qcgwu0_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 31ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date mais enfin normal. fou amoureux de sa rock star.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : je ne sais pas si les rumeurs sont vraies, mais s'il sort réellement avec lula landry, on peut dire adieu à l'homme exemplaire ...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
just when I thought I said all I can say. (max) Empty
MessageSujet: Re: just when I thought I said all I can say. (max) just when I thought I said all I can say. (max) EmptyJeu 23 Juil - 0:40


max & sam
if i'm gonna tell it then i gotta tell it all
damn near cried when i got that phone call
i'm so thrown and i don't know what to do
but to give you part two of mine


Il paraît qu’un regard peut exprimer bien plus que des paroles. Il paraît que ça me trahissait pendant tout un moment, qu’on pouvait lire dans mes yeux l’agacement comme la joie … Je croyais que c’était terminé, que j’avais appris à me maîtriser, mais il semble que je me sois bien trompé, vu l’hostilité du Julliard. Ou alors c’est juste lui qui a décidé de me casser les pieds juste parce qu’il doit être malheureux. Je préfère me dire que la deuxième position est la bonne, l’esprit ailleurs, pendant qu’il bavasse tout seul. Je n’écoute que d’une oreille, mais une partie est assez marquante. J’aurais préféré entendre ça et pas des hurlements qui me demandaient de m’en aller. Je me souviens encore de la scène, de mon léger manque de sang froid avec la jeune femme lorsqu’elle m’a manqué de respect, de la crise que l’homme a faite en me hurlant dessus comme si je n’étais qu’un sous employé. Ce n’est pas mon meilleur souvenir, et il aurait pu l’être avec ces mots simples et légers. Pendant un moment, d’ailleurs, je pense qu’il essaie de se montrer gentil, mais son vraie visage revient au galop. Je lève les yeux au ciel, il est fatiguant. Je me disais bien que cette conversation partait dans le bon sens. Du positif, j’en vois rarement autour du Julliard. Et très franchement, je n’arrive pas a en voir ne serait-ce qu’un peu dans la vie de l’homme. Enfin, ce n’est peut être qu’une impression, et on ne peut pas dire que je sois très objectif quand il s’agit de lui. Ça devenait bizarre. ajoutais-je, rigolant presque. La remarque de trop à mon avis.

Et c’est à ce moment là que j’aurais du m’arrêter. J’aurais du rester planter là, le regard dans le vide et le laisser parler tout seul ; il aime bien s’écouter de toutes façons. J’ai même penser à un moment que Lula arriverait et me sauverait, même si l’idée de les voir s’éloigner ensemble me rend tout autant malade … Et puis, il n’y a pas 5 minutes qui se sont écoulées. J’aimerais, j’aimerais vraiment me contenter de rester là sans rien dire mais il va en rajouter des couches, et c’est peut être mieux que je lui cloue le bec, comme on dit souvent, avant que ça n’aille plus loin. Et que ce soit pire. Écoutez, vous pouvez vous lamenter tant que vous voulez mais si vous chercher quelqu’un pour vous plaindre, vous êtes mal tombés. Je ne dirais pas que je l’avais prévenu parce que ce n’était pas le cas, je ne m’en suis pas mêlé. Mais Lula lui a dit, elle s’est battue avec cette fille, tout le monde avait compris que ce n’était pas quelqu’un de bien. Alors non, je ne vais pas le plaindre alors qu’il avait été prévenu. Quand à Lula et moi, elle vous confie peut être tout mais je n’ai pas à le faire et je ne le ferais pas. Je ne parlerais pas des mes inquiétudes, de mon problème de confiance ou de je ne sais quoi qui a un rapport avec notre histoire. Ce n’est pas parce qu’ils sont amis, ou je ne sais quoi, que je dois l’être avec lui. Je sais ce que vous cherchez mais non, je ne me bagarrerais pas avec vous. Je ne connais pas le comportement humain basique, je m’y connais encore moins en psychologie, mais je sais reconnaître quelqu’un qui cherche la dispute. J’ai passé mon temps à ça, à repérer ce genre d’homme dans mon viseur, histoire de tuer les mauvais et pas les bons. Il devrait peut être voir un psychologue, on pourrait considérer sa tendance à provoquer un ancien soldat atteint de ptst comme suicidaire. Flagellez vous tout seul. finis-je par murmurer, surtout pour moi même. Je ne suis pas un jouet, je ne suis pas celui qui va l’enfoncer pour finir par le prendre à la figure. Je peux faire un effort pour Lula, mais ça se résumera à de la courtoisie.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    You may not be her first, her last, or her only. She loved before she may love again. But if she loves you now, what else matters? She's not perfect—you aren't either, and the two of you may never be perfect together but if she can make you laugh, cause you to think twice, and admit to being human and making mistakes, hold onto her and give her the most you can. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Max Julliard

TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding - Abel Griffiths - Charles Miller
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : just when I thought I said all I can say. (max) H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2804
POINTS : 4436
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
just when I thought I said all I can say. (max) Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 47 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Sa dernière copine l'a plaqué. Il est libre comme l'air, et malheureux comme les pierres, aussi.
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il parait qu'il sortait avec Yevgeniya Vassilievitch et qu'elle lui volé trente mille livres...vous y croyez, vous ? En tout cas, il a repris ses fêtes et ça n'a pas arrangé son caractère de chien !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
just when I thought I said all I can say. (max) Empty
MessageSujet: Re: just when I thought I said all I can say. (max) just when I thought I said all I can say. (max) EmptyMar 18 Aoû - 22:47


I'll do what I can to be a confident wreck
Can't feel this way forever, I mean
There wasn't any way for anyone to settle in
You made a slow disaster out of me

La discussion promet. C’est vrai pourtant, ce n’était pas si mal engagé, entre eux, au début, quand bien même Maximilian n’avait même pas cherché à dissimuler son côté excentrique. Au départ, il n’avait rien contre Sam : il n’est pas le genre à martyriser les employés, il a trop souvent été dans la dèche pour vraiment déconsidérer les gens, mais Martins était un élément du décor. Mais ça ne pouvait pas durer. Ce n’est pas vraiment à cause de Lula, qui fait bien ce qu’elle veut, même si ça arracherait quand même la gueule de Max de le reconnaitre. Même ainsi, en fait, il ne l’aurait intéressé que par rapport à Lula. Non, ce qui agace Max, c’est ce qu’il devine de jugement de la part de l’ancien militaire. Ah, les soldats, poli, casqués, bottés, et beaux-garçons, quelle plaie. Ça se croit tout permis parce que c’est vétéran, parce que ça a une haute idée de la morale et de ce qui est bien et juste et…ah, peu importe, ça l’agace, c’est tout. Ça le renvoie à ses propres travers, même là, maintenant, alors qu’il admet ses torts. Bien sûr qu’il est minable, et Max en a une conscience aigue, il n’a pas besoin du regard de Sam Martins pour le lui rappeler en plus. Il admettrait peut-être plus facilement ses torts, sans ça, et Dieu sait qu’il en a, et qu’ils ressortent, alors même qu’il divague un peu : « C’est vrai, c’est vrai… » Oui, rétrospectivement, Max n’aurait pas du hurler sur Sam Martins. Oui, rétrospectivement, Ivy méritait sans doute de se faire jeter à l’eau. Mais eh, est-ce qu’il faut vraiment qu’il lui explique que l’amour rend aveugle, surtout dans son cas ? Et que pour une fille, il n’a jamais eu aucune espèce de jugeote ? Ah, bah, pourquoi perdre du temps à l’expliquer. Sam ne comprendrait pas, ou alors il jugerait ce côté tombeur et cœur d’artichaut que peut avoir Max. Peut-être même qu’il le pense déjà. Ce garçon passe sa vie à le juger, et ça l’agace. Quand bien il a raison. « Je suppose que ça mérite des excuses. » Admet donc Max. Sa réflexion en appelle effectivement, mais son cerveau fonctionne au ralenti. Il n’en déduit rien, comme si son cheminement de pensée s’arrêtait là. Dans cet état, l’aveu sert lui-même d’excuse, et c’est à vrai dire le mieux que pourra obtenir Sam à ce stade.   « Oh, ça va, je t’ai pas insulté, je suis poli et courtois et…bon, je suis un peu ivre mort, aussi. » Admet-il de nouveau. Du moins, il a une sacrée gueule de bois.

Il est surpris de la réaction de Sam, cependant. Ça fait longtemps que personne ne l’a envoyé boulé comme ça. Un peu interloqué, le producteur reste silencieux un moment, avant de lancer avec lenteur, comme s’il essayait de se rappeler le but de cette conversation : « Je cherche pas la bagarre, je dis juste la vérité. » Bon, ça, ce n’est sans doute pas totalement vrai, mais Max cherche plutôt à se tromper lui-même qu’à mentir à Sam. Il aime croire qu’il maitrise les choses et qu’il est au dessus de tout cela, mais la vérité, c’est que dans l’état où il est, il a juste besoin de hurler sa rage. Ce n’est peut-être pas très juste pour Sam, il faut l’admettre, mais à la décharge de Max, il est tellement mal que ça n’a rien de personnel. Cependant, il ne dit pas que des conneries. Quand bien même ça lui déplait au plus haut point, Lula est effectivement mieux avec Sam. Là-dessus, peut-être qu’il se ment aussi à lui-même et qu’il est un peu jaloux, mais c’est trop tordu pour bien s’en rendre compte.  « Au passage, elle est même pas désagréable pour toi. » A vrai dire, elle est plutôt désagréable pour lui, Max en a conscience. Avec Lula, ils se font du mal, à être ensemble, peu importe combien ils s’aiment, et c’est mieux comme ça, c’est tout. Il est assez lucide pour le savoir et l’avoir assimilé, depuis le temps. Oh, bien sûr, ça le rend triste. Mais ce n’est pas tout à fait comme s’il la perdait, non ? Ah, peut-être que si, en fait. This is how you loose her : ou comment résumer toute son histoire avec Lula. Le moins qu’on puisse dire, c’est que ça fait mal aussi – surtout ajouté à la rupture avec Ivy. Alors autant taper là où ça fait mal chez les autres, et Max a l’impression qu’il a touché, malgré lui, un point sensible chez Sam. « Et toi, on dirait que t’as un problème avec ladite vérité. » Il se demande d'ailleurs sincèrement lequel. « Alors, c’est quoi le bail ? Jalousie ? » Bon, probablement, vu la relation qu’entretient Maximilian avec son ex-femme, il y a peut-être effectivement de quoi être jaloux vu de l’extérieur. « Je suis pas sûr qu’il y ait de quoi. Crois-moi, t’as pas envie d’être moi. » Même lui, il n’en a pas envie, c’est dire. L’étrange mélange de lucidité et de fierté qui compose sa personnalité finira par le perdre.



_________________

Summertimesadness I was sinking, but now I'm sunk, and I was drinking, and now I'm drunk. Your songs remind me of swimming but somehow I forgot...

just when I thought I said all I can say. (max) 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

just when I thought I said all I can say. (max) Empty
MessageSujet: Re: just when I thought I said all I can say. (max) just when I thought I said all I can say. (max) Empty

Revenir en haut Aller en bas

just when I thought I said all I can say. (max)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ✿ ::  :: An old country song-