AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
✿ Bienvenue sur Whispers Down The Lane ! L’intrigue du forum se situe à Tenby, village gallois où il fait bon vivre et où les rumeurs font le délice des habitants. Ne vous fiez pas aux apparences : ici, tout le monde est bienvenu ! L’esprit du forum, c’est convivialité, détente, et un peu de drama ! Nous acceptons tous les personnages, et n’exigeons aucun minimum de rp par mois. On attend plus que vous !
Tenby, juin 202010°C/25°C Le Printemps s’est bien installé sur le village. S’il ne fait pas encore assez beau pour se baigner, les averses se font un peu plus rares et la plage est très agréable pour une promenade, alors que les températures montent en flèche et que quelques vacanciers arrivent pour profiter des beaux jours qui s’installent.
✿ Avez-vous entendu ? Il y a beaucoup de nouvelles têtes en ville. C’est bien que le village attire, mais j’ai l’impression que nos nouvelles arrivantes ont toutes des secrets à cacher…Étrange, non ? Il ne faudrait pas que cela perturbe Tenby ! Nous sommes un village respectable, nous. En tout cas, c’est très mystérieux, et j’ai hâte de connaitre votre opinion sur ces charmantes jeunes femmes… Venez donner votre avis ici.

Partagez

what doesn't kill you makes you stronger. (alex)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Erin L. Blake
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Erin L. Blake

TON PSEUDO : worst.
TES DOUBLES : sam, liam & daniel.
TON AVATAR : sophie wonderful skelton.
TES CRÉDITS : schysophrenic & confusion tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 410
POINTS : 816
ARRIVÉE À TENBY : 08/03/2019
what doesn't kill you makes you stronger. (alex) Tumblr_px60mjpNdt1xw38d0o2_r1_540
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt six belles années. (01/03/94)
CÔTÉ COEUR : me and my broken heart.
PROFESSION : comédienne, la passion du théâtre est dévorante.
REPUTATION : il est difficile de la suivre, la petite erin. elle veut new york, elle n'en veut plus ... pareil pour son petit copain. elle semble malgré tout malheureuse pour l'instant, j'espère qu'elle ira vite mieux.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
what doesn't kill you makes you stronger. (alex) Empty
MessageSujet: what doesn't kill you makes you stronger. (alex) what doesn't kill you makes you stronger. (alex) EmptyJeu 2 Juil - 13:44


alex & erin
i only light up when cameras are flashin'
never enough and no satisfaction
got no shame


Je n’aurais jamais imaginé faire partie de cette moyenne de fille. Après tout, nous avions déjà rompu une fois avec Jesse et je m’en étais mieux sortie ; bon, j’avais New York et tout ce qui va avec pour m’aider à penser à autre chose, mais je m’étais montrée quand même beaucoup plus forte. Les premiers jours ont été les pires, je n’ai pas quitté l’appartement en pleurant toutes les larmes de mon corps et mangeant tout ce qui se trouvait dans mon frigo et dans mon placard. La deuxième étape, je suis passée par des séances intensives de sport, dans l’idée de voir autre chose mais surtout, de compenser tout ce que j’ai avalé. Il a juste fallu que j’apprenne que le Griffiths était parti, s’enfuyant, abandonnant toutes idées de se faire pardonner, pour que je pleure à nouveau. Une fin de marquée, pour de bon. J’avais vécu la pire des épreuves en apprenant qu’il avait couché avec une autre femme alors qu’il me faisait attendre le mariage. J’avais vécu la pire des épreuves en apprenant qu’il avait couché avec une autre femme quand ma seule envie, c’était de lui montrer à quel point je l’aimais en me donnant totalement à lui. Je l’apprends par le pure des hasards, il ne veut pas m’en dire plus et à la fin, c’est lui qui se barre en me laissant là avec ma tristesse et mes questions. Comble de l’ironie mais au moins, sans le voir, peut être que je me remettrais plus vite.

C’est en reprenant les répétitions que je décide de m’inspirer de ma vie de New York et de reprendre les rennes. Un peu de maquillage pour cacher les cernes et quelques séances à la salle de sport m’ont redonné, en quelques jours, l’énergie dont j’avais besoin. Elles se sont enchaînées pour mon plus grand plaisir et j’ai enfin récupérer une vie sociale. J’ai pas mal traîné avec le casting et j’ai oublié, je passe à autre chose petit pas par petit pas. Hier soir était ce qu’il me fallait. On est sorti dans un bar et on a bu. Pas au point de ne me souvenir de rien, mais au point de pouvoir me mettre sur une table et de danser comme une folle. De toutes façons, demain, c’est jour de repos. J’y ai croisé des amis, avec qui j’ai aussi rigolé. Et j’ai croisé un ancien petit ami avec qui on a remis le couvert, juste pour rigoler. Quand je dis que c’est ce qui me fallait, je ne blaguais pas. Parce qu’en plus de tout, quand je me lève ce matin, je suis toute seule dans mon lit. Ce n’est pas le genre de scénario que j’imaginais pour Tenby, mais je ne suis pas du genre à me plaindre. Je me lève un peu sonnée, surtout par l’alcool que j’ai ingéré. Je pars dans la cuisine me faire un café et me rappelle que je devrais avoir reçu du courrier. Je suis en sous vêtements, je devrais m’habiller mais très franchement, ma seule envie est de rester comme ça toute la journée, à dormir et à regarder Netflix.

Tant pis, je descends, je ne vais pas m’habiller simplement pour aller chercher mon courrier et puis bon, tout le monde travaille, je ne devrais croiser personne. J’enfile un long gilet et des pantoufles, passe le pas de la porte et descends avec ma clé. Comme je l’avais prédis, je ne crois personne dans le couloir et pousse un soupir de soulagement. Je n’ai pas été dans ma boite depuis un moment, une petite pile s’y est entassée. Je regarde à toute vitesse avant de remonter à l’étage. Mais quand j’arrive à ma porte, je suis surprise par un bruit alors que le calme règne dans l’immeuble. Alex. criais-je presque, posant une main sur le dessus de ma poitrine. Mon rythme cardiaque revient à la normale et c’est là que je me rappelle que pour descendre, je n’ai pas enfilé grand-chose. Je ne suis pas gênée en soit, mais je connais assez l’homme pour être un minimum mal à l’aise. Ça va, tu t’es bien rincé l’œil ? demandais-je, levant les yeux au ciel. De ma main libre, j’essaie de fermer le gilet mais ça ne donne pas grand-chose … Alors j’abandonne. De toutes façons il a déjà tout vu. J’ouvre la porte de mon appartement  Au fait, t’en a pas marre de déménager tes meubles tous les soirs ? Tu fais un boucan tous les jours, c’est atroce. Des fois je me dis que c’est mon imagination, que ma tête imagine des bruits qui n’existe pas. Puis ce n’est pas tous les jours comme je le dis, il arrive souvent que je sois à l’appart et lui non, ou l’inverse. Non, j’avais juste envie de l’emmerder de la même manière que lui le fait et hier soir, il a franchement abusé. Il a sûrement oublié que les appartements ont des murs de papier et qu’il n’est pas seul. Il est vraiment temps que je jette mon dévolu sur une belle petite maison tranquille. Non ne dis rien, je vais regretter de t’avoir parlé sinon. Bien que ... finis-je par lui dire, retournant à mon courrier. Je le connais à force, il va sûrement me dire que ce n’est pas les meubles dont il s’est occupé hier soir ou un truc dans le genre. Puis une carte de Rhys, c’est bien plus intéressant.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    † The saddest thing about falling in love is that sooner or later something will go wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Alexander Weston

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Eleanor, & Trystan
TON AVATAR : Matthew Daddario
TES CRÉDITS : tearflights (avatar) nxtaliadyers (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 2/3
En cours : Erin - Dylana
A venir : Charles - Lexia
RAGOTS PARTAGÉS : 2162
POINTS : 4188
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015
what doesn't kill you makes you stronger. (alex) D1b0b3bd88defb8f3128f4b81fbbcf56
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (24 Octobre)
CÔTÉ COEUR : Célibataire, il papillonne sans jamais s'engager.
PROFESSION : Lieutenant dans la police, être flic, c'est une affaire de famille.
REPUTATION : Un peu trop cavaleur et bagarreur pour avoir une bonne réputation mais c'est un Weston alors il n'a sûrement pas un mauvais fond.

what doesn't kill you makes you stronger. (alex) Empty
MessageSujet: Re: what doesn't kill you makes you stronger. (alex) what doesn't kill you makes you stronger. (alex) EmptyJeu 2 Juil - 21:42



Oh, she's sweet but a psycho. A little bit psycho. She'll make you curse, but she a blessing. You'll be coming back, back for seconds. You just can't help it. No, no, you'll play along. Oh, she's hot but a psycho. She's poison but tasty.


Alex enfile ses baskets et met ses écouteurs, déterminé à aller faire un petit footing avant de prendre son service tout à l’heure. Un bon morceau rock dans les oreilles, il dévale les escaliers de son appartement quatre à quatre, décidé à aller comme ça jusqu’en bas, pour ainsi commencer son entraînement immédiatement. Cependant, il ne va pas plus loin que le palier inférieur au sien, manquant d’entrer en collision avec sa voisine lorsqu’il arrive devant sa porte. Elle s’apprêtait visiblement à rentrer chez elle. Ils ne se connaissaient pas beaucoup mais elle n’était pas une totale inconnue pour lui, car en tant que petite sœur d’un de ses potes, il l’avait connue dans un lointain passé. Assez pour qu’ils s’appellent par leurs prénoms. « Alex ! » Crie t-elle, portant sa main à sa poitrine dans un geste théâtral, comme l’actrice qu’elle est. Machinalement, les yeux du Weston suivent son geste et il remarque alors qu’elle est en sous-vêtements et que ces derniers sont à peine cachés par le gilet qu’elle semble avoir enfilé à la hâte par-dessus. Le jeune homme ne boude pas son plaisir et laisse un regard appréciateur se balader sur les courbes de la rouquine. Il aime ce qu’il voit, une belle poitrine, un ventre plat, des jambes fuselées… « Ça va, tu t’es bien rincé l’œil ? » La voix de la principale intéressée, sèche et sonore, claque dans les airs, ramenant le flic à la réalité. Il relève les yeux, revenant à son visage, tandis qu’un sourire amusé naît sur ses lèvres. Pas un instant, il n’est pas embarrassé par la réprimande.

« C’est marrant comme tu es persuadée que je suis en train de te mater… Tu ne t’es pas dit que j’examinais juste ta tenue improbable ? » Dit-il, mentant dans le seul but de l’énerver et de la remettre à sa place. Parce que oui, il s’était bien rincé dans l’œil mais il n’allait pas l’admettre alors qu’elle le prenait de haut. Et puis, il n’était pas totalement faux de dire qu’elle était marrante avec ses pantoufles et ce gros gilet. Il fallait du culot pour oser sortir comme ça de chez soi. Il le lui fait d’ailleurs remarquer. « Et même si je m’étais effectivement rincé l’œil… Si tu veux que personne ne regarde, t’as qu’à pas jouer les exhibos dans le couloir… En fait, si je voulais, je pourrai même t’arrêter pour attentat à la pudeur… » Dit-il en haussant les épaules. C’est une nouvelle provocation, et il en ajoute une nouvelle en laissant à nouveau son regard errer alors qu’elle essaye de rabattre les pans de son gilet sur sa poitrine… Il n’arrivait pas à faire autrement que de prendre la situation à la légère. Excédée, elle se retourne pour ouvrir la porte de son appartement mais en fait, elle n’en a pas fini avec les engueulades. Elle se retourne subitement pour lui reprocher le bruit qu’il fait en déménageant. Il pousse un long soupir. « Sympa l’accueil des voisins… » Dit-il avec une pointe d’ironie dans la voix. Tout à l’heure, il l’avait trouvée canon et des idées de ce qu’ils auraient pu faire tous les deux lui avaient traversé l’esprit mais maintenant il se rappelait que c’était une chieuse. Il essaye toutefois d’argumenter avec patience malgré l’ordre qu’elle lui donne de ne pas répondre. Le jour où il obéirait à un commandement féminin n’était définitivement pas venu. « Tu sais Blake… C’est le concept même du déménagement en fait. Il faut bouger des meubles. Alors oui, ça fait un peu de bruit mais c’est un peu obligé. Il faut bien que je m’installe. » Il pourrait en rester là, mais il s’amuse encore plus si c’est possible. « Et puisque tu parles de bruit… T’en as fait pas mal aussi hier soir… Et quelque chose me dit que c’était pas pour un déménagement. » Dit-il en voilant à peine l’allusion, l’accompagnant d’un coup de sourcils levé. Il n’y avait qu’à voir sa tenue du matin et ses cheveux en bataille pour imaginer quelle genre de nuit elle avait bien pu passer…

_________________

I’m the one that’s got to die when it’s time for me to die, so let me live my life the way I want to.
Revenir en haut Aller en bas
Erin L. Blake
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Erin L. Blake

TON PSEUDO : worst.
TES DOUBLES : sam, liam & daniel.
TON AVATAR : sophie wonderful skelton.
TES CRÉDITS : schysophrenic & confusion tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 410
POINTS : 816
ARRIVÉE À TENBY : 08/03/2019
what doesn't kill you makes you stronger. (alex) Tumblr_px60mjpNdt1xw38d0o2_r1_540
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt six belles années. (01/03/94)
CÔTÉ COEUR : me and my broken heart.
PROFESSION : comédienne, la passion du théâtre est dévorante.
REPUTATION : il est difficile de la suivre, la petite erin. elle veut new york, elle n'en veut plus ... pareil pour son petit copain. elle semble malgré tout malheureuse pour l'instant, j'espère qu'elle ira vite mieux.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
what doesn't kill you makes you stronger. (alex) Empty
MessageSujet: Re: what doesn't kill you makes you stronger. (alex) what doesn't kill you makes you stronger. (alex) EmptySam 4 Juil - 1:18


alex & erin
i only light up when cameras are flashin'
never enough and no satisfaction
got no shame


Pourquoi, mais pourquoi est-ce que je ne suis pas simplement passée à coté de lui en l’ignorant. Pourquoi est-ce que je n’ai pas juste ouvert ma porte et continuer ma vie comme si rien n’était. Non, toujours dans le drame et dans la provocation, je l’attaque frontalement et il retourne tout contre moi, évidemment, profitant de l’occasion pour me déstabiliser. C’est ce que font toujours les porcs dans ton genre. Au lieu de tourner le regard et de montrer un minimum de respect à la gente féminine. Je suis sur qu’Alex a fait partie de ces mecs qui rentraient dans le vestiaire des filles sans honte et en se faisant passer pour une victime. J’ai compris comment il fonctionne et très franchement, j’ai presque honte à l’idée d’avoir craqué pour lui lorsque j’étais plus jeune. Enfin soit, c’était une autre époque. Non pas que ça te regarde, mais je me croyais seule. Je note d’ailleurs qu’il faut que j’arrete ce genre de calcul, ils ne marchent jamais. A cause d’eux, je me retrouve face à ce type à répliquer à ces remarques au lieu de boire un café devant la télévision ou sur mon balcon. Un vêtement, un seul vêtement et j’aurais pu etre tranquille. Leçon retenue. Je plains les femmes qui auront à faire à toi avec ton uniforme. Je suis à la limite du choc qu’un policier puisse dire des choses pareilles dans une époque si compliquée. Une partie de moi est révoltée et rêve de l’asséner de coups pour qu’il se rende compte que ses paroles sont des plus misogynes. Je n’ai pas envie d’entrer dans un débat sans fins quand, en plus, il fait genre il va m’arrêter pour une bêtise. Voilà ce que j’en dis de ton arrestation bidon. lui demandais-je, rhétoriquement. Je souris, largement, avant de monter la main et de lui offrir mon plus beau doigt d’honneur. Je me demande encore comment ce mec a pu rester le même petit c** qu’il était plus jeune, juste avant de me rappeler qu’en fin de compte, c’est le cas pour la plupart des mecs. Je ne suis vraiment pas sortie de l’auberge.

J’étais déterminée à rentrer quand une dernière remarque me traverse l’esprit. Je n’étais pas seule hier soir, mais le bruit qu’il avait fait a du s’entendre dans toute la ville. J’ignore ce moment où il tente de se faire passer pour le méchant ; j’ai engendré la bagarre, mais il est bien plus méchant que moi. C’est là que le Weston me rappelle que quand on emménage, il y a forcément des meubles qui doivent être mis en place. Pendant une seconde, je suis assez mal à l’aise. Jusqu’à ce que l’information arrive jusque mon cerveau. Quoi ? criais-je presque, du choc dans la voix. Emménager, comment ça emménager ? Ce mec n’est pas là depuis des semaines, me rendant la vie infernale comme il la toujours fait. Mais t’as emménagé quand ? demandais-je, surtout pour moi même. Ma main vient taper mon front de désespoir. Oh mon Dieu, on dirait que tu es là depuis des mois alors qu’est ce que ça sera … Je vais mourir. Digne d’une vraie dramaturge, une pointe de crise d’angoisse dans la voix. Je me demande comment j’ai pu passer à coté de ce détail ; je me suis trop habituée à lui, il faut que ça change de suite. Je croyais qu’il avait fini mais c’est à son tour de jouer. Quoi, t’es jaloux ? répliquais-je du tac au tac, ne le regardant que du coin de l’œil. Je n’aurais jamais cru lui sortir celle là. Puis t’as aucunes preuves de rien, si ça se trouve je suis somnambule et j’ai déplacé mes meubles toute la nuit. Sauf qu’au fur et à mesure de mon explication, j’y crois sûrement encore moins que lui. Hors de question que je rentre dans son jeu, hors de questions que je finisse par lui dire que j’ai pris mon pied hier soir avec un gars bien plus sympa et gentil que lui. Pour ce qui est du mignon, les deux se valent malheureusement. Je suis bien plus intelligente que lui. Si tu comptes m’emmerder jusqu’au bout, j’aimerais enfiler des vêtements, ton regard me met mal à l’aise. Alors appuie sur pause stp. J’ai envie de rentrer chez moi pour mettre mes mots à exécution, mais j’ai peur qu’il me suive juste pour m’embêter. Un pas vers l’intérieur, les yeux tournées vers lui. Je ne sais pas ce que je fais et en plus, j’ai l’air débile. Comme je le disais, je ne suis vraiment, mais vraiment pas sortie de l’auberge.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    † The saddest thing about falling in love is that sooner or later something will go wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Alexander Weston

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Eleanor, & Trystan
TON AVATAR : Matthew Daddario
TES CRÉDITS : tearflights (avatar) nxtaliadyers (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 2/3
En cours : Erin - Dylana
A venir : Charles - Lexia
RAGOTS PARTAGÉS : 2162
POINTS : 4188
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015
what doesn't kill you makes you stronger. (alex) D1b0b3bd88defb8f3128f4b81fbbcf56
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (24 Octobre)
CÔTÉ COEUR : Célibataire, il papillonne sans jamais s'engager.
PROFESSION : Lieutenant dans la police, être flic, c'est une affaire de famille.
REPUTATION : Un peu trop cavaleur et bagarreur pour avoir une bonne réputation mais c'est un Weston alors il n'a sûrement pas un mauvais fond.

what doesn't kill you makes you stronger. (alex) Empty
MessageSujet: Re: what doesn't kill you makes you stronger. (alex) what doesn't kill you makes you stronger. (alex) EmptyLun 6 Juil - 19:12



Oh, she's sweet but a psycho. A little bit psycho. She'll make you curse, but she a blessing. You'll be coming back, back for seconds. You just can't help it. No, no, you'll play along. Oh, she's hot but a psycho. She's poison but tasty.


« C’est ce que font toujours les porcs dans ton genre. » Alex ne se départit pas de son sourire. Seul un léger tressaillement dans ses mâchoires prouve qu’il a entendu l’insulte. Cependant, il ne la relève pas. Au contraire, il la laisse glisser sur lui. Cette fille peut jouer les féministes offusquées, comme il le lui a déjà précisé, si elle ne veut pas attirer les regards, il lui suffit de ne pas se balader en sous-vêtements dans les parties communes de l’immeuble. D’ailleurs, s’il avait été le porc qu’elle décrit, il aurait déjà tenté quelque chose… Mais ça, elle a trop de mauvaise foi pour le reconnaître. Cela se confirme d’ailleurs quand elle continue d’argumenter. « Non pas que ça te regarde, mais je me croyais seule. » Il a un petit rire amusé qui l’énervera sûrement, mais tant pis. « J’imagine que c’est courant pour les gens qui se prennent pour le centre du monde. » Dit-il, sans chercher à adoucir son ton moqueur. Lui aussi pouvait taper là où ça faisait mal. En fait, tous les deux continuent d’argumenter, ce qui fait que l’échange d’amabilités n’est pas prêt de s’arrêter. « Je plains les femmes qui auront à faire à toi avec ton uniforme. » Renchérit donc Erin. « Ben tu vois le truc, c’est que justement aucune d’elle ne s’est jamais plainte. » Réplique t-il au tac au tac. Il ne mentait pas. Il aimait les femmes et se donnaient des airs séducteurs mais il restait respectueux et surtout, il ne faisait jamais de promesses qu’ils ne pouvaient pas tenir. Ses conquêtes savaient toujours à quoi s’en tenir… Et comme il l’avait dit, elles ne se plaignaient pas. Au contraire. Tout le monde était content à la fin.

Mais ça, il n’allait pas perdre son temps à l’expliquer à sa chère voisine vu qu’elle l’avait jugée au premier regard et pensait tout savoir. Surtout qu’elle semble tout à coup décidée à baisser encore plus le niveau du débat, finissant tout simplement par lui adresser un magnifique doigt d’honneur. Il rigole. Encore. Il aimait bien les femmes avec du caractère au fond. Même si celle là en avait un peu trop à son goût. Il décide d’ailleurs de l’asticoter encore plus pour voir jusqu’à où elle peut aller. « Et bien quelle classe, une vraie Lady. Mais OK, message reçu, je vais me faire foutre. De toute façon, c’était une simple blague mais bon tant pis si tu n’as pas de second degré. » Jamais il aurait utilisé son uniforme pour draguer ou contraindre une femme. Jamais. Et quiconque pensait cela de lui, ne le connaissait pas…. Leur discussion aurait pu se terminer sur cette note déjà très négative mais la Blake semble décidée à l’emmerder pour le bruit qu’il a fait en déménageant. Il lui répond avec ironie mais elle ne relève pas, semblant plus choquée par le fait qu’il emménage pour de bon que par le reste. Elle en fait des tonnes d’ailleurs. Il répond sans se laisser démonter. « J’emménage progressivement depuis deux semaines mais oui, c’est permanent. Pauvre de toi, tu es coincé avec moi. Tu devras t’habiller tout le temps avant de sortir à l’avenir. Ou pas. Moi ça ne me gêne pas personnellement. » Dit-il avec un nouveau sourire suggestif. Jamais il n’avait eu envie d’agacer personne comme il avait envie d’agacer cette nana.

Il retourne d’ailleurs ses attaques sur le bruit contre elle, ce qui donne un nouvel échange contreproductif. « Quoi, t’es jaloux ? » Dit-elle quand il suggère qu’elle aussi a eu une nuit agitée, pas gênée du tout. Soupir amusé du Weston. « Pas si le pauvre gars a eu le droit à ton numéro de sorcière après. » Réplique t-il en cédant lui aussi aux facilités de l’insulte même s’il s’était juré de rester calme et de ne pas se laisser agacer. En vain. Parfois, il aimerait avoir plus du flegme de son oncle… La Blake enchaîne ensuite avec une histoire abracadabrante de somnambulisme et il finit par hausser les épaules. « Ça ne m’intéresse pas assez pour que j’en cherche des preuves en fait… Tu fais bien ce que tu veux. Tant que tu me rends la courtoisie et que tu me laisses faire de même de mon côté sans venir de plaindre du bruit tous les 5 minutes. Vu que notre cohabitation est permanente, il va bien falloir qu’on apprenne à vivre l’un en dessous de l’autre…» Assène t-il. Il avait eu un coup de cœur pour l’appartement qu’il venait d’acheter et espérait se construire une nouvelle vie ici sans emmerdements. Alors autant ne pas se chercher des poux et s’ignorer tranquillement. « Et avant que tu ne me sautes à la gorge en me traitant à nouveau de porc, y avait pas de jeux de mots dans ce que je viens de dire. Tu m’as compris quoi. » Mais elle ne répond pas, pas encore du moins. En fait, elle semble tout à coup prise d’une envie soudaine de mettre des vêtements avant de continuer la conversation. « Si tu comptes m’emmerder jusqu’au bout, j’aimerais enfiler des vêtements, ton regard me met mal à l’aise. Alors appuie sur pause stp. » Dit-elle avant d’effectivement commencer à entrer chez elle. Il la détrompe tout de suite, saisissant la perche qu'elle vient de lui tendre pour mettre fin à l'échange. « Oh non, ça sera peut-être une surprise pour toi mais je n’ai aucune envie de continuer cette conversation. Toutes ces amabilités de si bon matin, merci très peu pour moi. En vrai, je ne vois pas comment tu peux être la sœur d’un mec aussi cool que Rhys, vraiment. » Il profite qu’elle a libéré l’espace pour passer sur le palier et la dépasser recommençant à descendre les escaliers. « Allez à plus. » Dit-il, remettant ses écouteurs sans même attendre la réponse. Comme le montrait ce court échange, il n’avait pas beaucoup de patience avec les chieuses.


_________________

I’m the one that’s got to die when it’s time for me to die, so let me live my life the way I want to.
Revenir en haut Aller en bas
Erin L. Blake
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Erin L. Blake

TON PSEUDO : worst.
TES DOUBLES : sam, liam & daniel.
TON AVATAR : sophie wonderful skelton.
TES CRÉDITS : schysophrenic & confusion tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 410
POINTS : 816
ARRIVÉE À TENBY : 08/03/2019
what doesn't kill you makes you stronger. (alex) Tumblr_px60mjpNdt1xw38d0o2_r1_540
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt six belles années. (01/03/94)
CÔTÉ COEUR : me and my broken heart.
PROFESSION : comédienne, la passion du théâtre est dévorante.
REPUTATION : il est difficile de la suivre, la petite erin. elle veut new york, elle n'en veut plus ... pareil pour son petit copain. elle semble malgré tout malheureuse pour l'instant, j'espère qu'elle ira vite mieux.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
what doesn't kill you makes you stronger. (alex) Empty
MessageSujet: Re: what doesn't kill you makes you stronger. (alex) what doesn't kill you makes you stronger. (alex) EmptyJeu 9 Juil - 0:16


alex & erin
i only light up when cameras are flashin'
never enough and no satisfaction
got no shame


Ce petit rire, son petit rire, me donne des frissons d’horreur dans le dos. Moi me prendre pour le centre du monde ? Ça me fait bien rire de sa part, lui qui se prend pour le plus beau mec de Tenby, lui qui pense que la vie de toutes les femmes de cette ville tourne autour de lui. C’est que tu connais bien ton sujet. rétorquais-je, levant les yeux au ciel. Après, même si ça ne se passait pas comme ça dans ma tête, je dois admettre qu’une petite partie de moi se foutait bien de ce que faisaient les autres ou de ce qu’ils penseraient. Pensant à ce que pouvait apporter un policier comme lui a des femmes qui se font agresser, j’exprime ma peine pour elles à haute voix. Je te parlais du poste, pas de ta chambre ! Une conversation sérieuse, il ne peut même pas tenir une conversation sérieuse ou tenter de se défendre un minimum. Au point qu’au bout d’un moment, quand il ne finit par de jouer les cons, la seule réponse qui arrive à sortir est un beau et grand doigt d’honneur. Il a raison sur le manque de classe, mais il y a un moment où il faut que les gens arrêtent d’attendre d’une fille le vieux discours machiste du soit belle et tais toi. Tu t’es cru où avec ta Lady ? On est en 2020. Ça n’existe plus, comme les gentlemans. lui répondais-je, rigolant presque. Les gens bien élevés, la politesse, la gentillesse, de simples façades. Ces vieux mots qu’on utilise plus depuis longtemps ont tendance à me manquer des fois puis, quand je me rappelle des mentalités, je me dis que ça vaut mieux. Du bon caractère, il n’y a rien de mieux. Tu me fatigues. finis-je par dire, alors que nous parlions de son emménagement. Soit il est débile, soit il le fait exprès. Ou les deux. Après tout, après l’avoir observé pendant autant d’années, je sais qu’il est capable de tout. Je lâche mon gilet ; de toutes façons c’est bon, je n’ai plus rien à cacher, et passe une main dans mes cheveux, les tirant légèrement pour éviter de lui sauter à la gorge. Littéralement.

La suite de la conversation est involontaire, le jaloux sorti de nulle part. Tu serais maudis depuis longtemps si ... murmurais-je, surtout pour moi même. Mais je m’arrête là, parce qu’il est hors de question de lui donner raison en commençant avec des discours de geek. Puis je n’ai pas besoin de pouvoirs magiques pour pouvoir le maudire de tous les cotés. Ensuite je bafouille une drôle d’idée, le premier truc qui me passe par la tête pour éviter d’encore parler de sexe. Sujet qui semble très important pour lui, vu qu’il n’arrête pas de le remettre sur le tapis. Quelle exagération. Je t’ai parlé du bruit une fois, ne fais pas comme si je te harcelais. Pauvre garçon. dis-je en faisant semblant de le plaindre. C’est vrai que c’est mal sorti ce truc de bruit, mais me faire passer pour un monstre alors que je posais une question, c’est juste ridicule. Mais ce mec est ridicule. Eurk. Pour une fois que je n’avais vu aucun sous entendus à ce qu’Alex dit, raté. Pour une fois que je n’y pensais pas, tu me rappelle ta véritable nature. finis-je par dire, traduisant mes pensées.

C’est du genre inutile comme conversation, j’ai juste l’impression de discuter avec un mur qui me renvoie bêtement les balles. Mais malgré tout, dans une espèce de jeu un peu tordu, nous continuons sans nous rendre compte de rien. C’est pour cela que je lui demande de mettre pause, histoire que je puisse enfiler un pull et me sentir ne serait ce qu’un petit peu plus à l’aise ; car si d’habitude, le fait d’être presque nue me donne assez de confiance vu le regard qu’on me porte, celui d’Alex me met mal à l’aise. Et pourtant, Dieu sait combien de fois j’ai espérer qu’il me regarde avec envie. C’était une autre époque. Espèce de ..! Sa petite tirade ne me fait ni chaud ni froid en soi, et elle aurait très bien pu clore une discussion qui ne sert à rien. Sauf qu’il a attaqué sur mon lien familiale et comme à chaque fois, je surréagis. Je m’abaisse pour prendre une de mes pantoufles et vise sa tête. Mais je n’arrive qu’à son épaule. Ne t’avise plus jamais de faire le moindre commentaire sur ma famille. Ou c’est autre chose qu’une pantoufle que je te lancerais. criais-je presque à travers le couloir. C’est le pote de mon frère, j’ignore donc si celui ci a raconté à Alex notre histoire familiale. Je le prends trop à cœur, mais j’ai tellement eu du mal à m’intégrer dans cette famille plus jeune que je sors de mes gonds lorsqu’on insinue le contraire. Je respire un grand coup, ça ne sert à rien de se battre pour ça, encore moins avec le brun. Je suis une Blake, c’est comme ça. Mais ... reprenais-je, sans trop savoir vers quelle direction aller. Je n’aurais jamais cru pouvoir me calmer aussi vite ou je n’aurais jamais cru qu’un jour, je chercherais à mettre à plat nos disputes pour me rendre la vie plus facile. Je dois admettre que tu as raison sur un point : il faut qu’on trouve un moyen de pouvoir être voisins sans commettre un meurtre. Mais comment faire ? Quelle solution est la bonne ? Je ne sais pas, je ne sais vraiment pas quoi faire pour calmer le jeu et le connaissant, il ne doit pas avoir la bonne solution non plus. Cette cohabitation allait être des plus compliqués avec nos caractères de cochon, mais il allait falloir qu’on s’y fasse.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    † The saddest thing about falling in love is that sooner or later something will go wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Alexander Weston

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Eleanor, & Trystan
TON AVATAR : Matthew Daddario
TES CRÉDITS : tearflights (avatar) nxtaliadyers (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 2/3
En cours : Erin - Dylana
A venir : Charles - Lexia
RAGOTS PARTAGÉS : 2162
POINTS : 4188
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015
what doesn't kill you makes you stronger. (alex) D1b0b3bd88defb8f3128f4b81fbbcf56
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (24 Octobre)
CÔTÉ COEUR : Célibataire, il papillonne sans jamais s'engager.
PROFESSION : Lieutenant dans la police, être flic, c'est une affaire de famille.
REPUTATION : Un peu trop cavaleur et bagarreur pour avoir une bonne réputation mais c'est un Weston alors il n'a sûrement pas un mauvais fond.

what doesn't kill you makes you stronger. (alex) Empty
MessageSujet: Re: what doesn't kill you makes you stronger. (alex) what doesn't kill you makes you stronger. (alex) EmptySam 11 Juil - 11:44



Oh, she's sweet but a psycho. A little bit psycho. She'll make you curse, but she a blessing. You'll be coming back, back for seconds. You just can't help it. No, no, you'll play along. Oh, she's hot but a psycho. She's poison but tasty.


« C’est que tu connais bien ton sujet. » « Tu t’es cru où avec ta Lady ? On est en 2020. Ça n’existe plus, comme les gentlemans. » « Tu serais maudis depuis longtemps si ... » Erin enchaîne les réparties pour répondre aux piques d’Alex et pendant un instant, l’agacement de celui-ci disparaît, remplacé par une admiration contrainte et forcée face à sa répartie. Elle avait rendu coup pour coup avec brio et heureusement qu’il était déjà plus ou moins en train de prendre la fuite car il était clairement à court de réponses subtiles. Elle l’avait séchée. C’était à la fois terriblement frustrant et terriblement excitant. Il n’en connaissait pas tant que ça des filles qui lui tenaient tête. Hélas, elle a vite fait de lui retaper sur le système lorsqu’elle continuer à se vautrer dans la mauvaise foi. « Quelle exagération. Je t’ai parlé du bruit une fois, ne fais pas comme si je te harcelais. Pauvre garçon. » Cette fois-ci, il ne se laisse pas faire. « C’est la première fois qu’on se parle en tant que voisins et tu me parles directement du bruit. Bonjour l’accueil. Puis il y a des façons de le dire… » Dit-il sèchement. Non, il n’avait pas apprécié cette entrée en matière. Rien que ça, sans inclure tout le barda féministe parce qu’il avait osé la mater alors qu’à l’origine c’est elle qui déambulait à poil dans les couloirs de l’immeuble…

Il décide donc de mettre fin à cet absurde échange de la manière la plus impolie possible, non sans une dernière attaque envers la rousse. Ce n’est pas la pire qu’il lui a faite et pourtant, c’est celle-ci qui la fait suréagir. Il est en train de finir de descendre les escaliers en riant lorsqu’il voit un projectile arriver à toute vitesse vers sa tête. Heureusement, il a de bons réflexes et se baisse pour éviter le pire. L’objet volant non identifié frappe tout de même son épaule et il se rend compte que c’est une pantoufle. Une pantoufle. Cette psychopathe venait de lui lancer une pantoufle. Il est éberlué. « Mais putain, tu es une grande malade ! » Crie t-il au moment même où elle crie à son tour. « Ne t’avise plus jamais de faire le moindre commentaire sur ma famille. Ou c’est autre chose qu’une pantoufle que je te lancerais. » Il est encore plus éberlué par ce qui semble être la raison de sa colère. « Mais au contraire, c’était un compliment pour ta famille… » Mais le ton n’est plus si assuré, plus si arrogant. Au contraire, le jeune flic devient hésitant. Parce qu’il lui semble se rappeler soudain d’un détail : Erin et Rhys n’étaient-ils pas des enfants adoptés ?  Cela rendrait effectivement sa blague de mauvais goût… Hélas, la légère douleur qu’il ressent dans l’épaule là où la pantoufle l’a touché et cette fameuse pantoufle qu’il tient dans la main ont tendance à faire disparaître toute sa compassion. Il n’en revient vraiment pas qu’elle se soit permis de lui lancer un truc dessus, comme ça, sans plus de sommation… Une vraie folle. Ou une schizophrène parce que juste après, elle accepte son offre de paix. « Je dois admettre que tu as raison sur un point : il faut qu’on trouve un moyen de pouvoir être voisins sans commettre un meurtre. » Cette fois-ci, il ne la rate pas. « Mais t’es encore plus tarée que ce que je pensais si tu crois que c’est toujours possible après ce que tu viens de faire ! Tu sais ce que j’en fais moi de notre cohabitation ? » Les gestes sont plus éloquents que les mots. Il lève bien haut la pantoufle. Si elle avait été un mec, il lui aurait relancé dessus. Mais là, il se contente de la jeter par dessus la rambarde de la cage d’escalier, histoire que cette furie soit obligée d’aller la chercher en bas. Puis il relève les yeux vers elle. « Puis comme tu l’as si bien dit tout à l’heure… » Il lui fait un beau doigt d’honneur à son tour, la regardant bien dans les yeux avec un sourire bien ironique. Puis il descend quelques marches pour qu’elle disparaisse vite de sa vue. Il allait faire son footing avec une énergie inhabituelle : il avait de la tension à évacuer.

***

Plusieurs jours s’écoulent sans qu’Alexander ne revoit sa furie de voisine. Ils ont l’air de vivre en horaires décalés et c’est tant mieux, il n’a pas spécialement envie de la recroiser. Mais il faut toujours se méfier de ses souhaits, car à peine cette pensée l’effleure qu’elle apparaît alors qu’il rentre dans leur immeuble. Elle a l’air lourdement chargée, essayant de traîner/porter plusieurs valises à la fois. Hélas, elle ne semble pas partir en vacances, ce qui le réjouirait pourtant, car elle essaye de les monter plutôt que de les descendre. Elle a l’air vraiment de galérer et il se demande pourquoi elle n’utilise pas l’ascenseur quand il voit la pancarte « en panne » collée sur la porte de ce dernier. « Karma is a bitch » Pense t-il avec un sourire carnassier. Il la dépasse d’un pas léger, délivrant avec un bonheur non feint la réplique bien sentie que cette scène lui a immédiatement inspirée. « Ça a l’air lourd… Dommage qu’en 2020, les gentlemen n’existent plus. » Dit-il sournoisement.

_________________

I’m the one that’s got to die when it’s time for me to die, so let me live my life the way I want to.
Revenir en haut Aller en bas
Erin L. Blake
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Erin L. Blake

TON PSEUDO : worst.
TES DOUBLES : sam, liam & daniel.
TON AVATAR : sophie wonderful skelton.
TES CRÉDITS : schysophrenic & confusion tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 410
POINTS : 816
ARRIVÉE À TENBY : 08/03/2019
what doesn't kill you makes you stronger. (alex) Tumblr_px60mjpNdt1xw38d0o2_r1_540
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt six belles années. (01/03/94)
CÔTÉ COEUR : me and my broken heart.
PROFESSION : comédienne, la passion du théâtre est dévorante.
REPUTATION : il est difficile de la suivre, la petite erin. elle veut new york, elle n'en veut plus ... pareil pour son petit copain. elle semble malgré tout malheureuse pour l'instant, j'espère qu'elle ira vite mieux.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
what doesn't kill you makes you stronger. (alex) Empty
MessageSujet: Re: what doesn't kill you makes you stronger. (alex) what doesn't kill you makes you stronger. (alex) EmptyDim 12 Juil - 2:45


alex & erin
i only light up when cameras are flashin'
never enough and no satisfaction
got no shame


J’ignore ses jérémiades sur mon caractère de cochon et lui lance une pantoufle sur l’épaule, car sa remarque sur ma famille est des plus déplacée. Je le menace et suis amusé par l’air ébahi qu’il affiche en se retournant. Et encore, je suis dans un bon jour là. ajoutais-je en souriant. Je croise les bras et m’appuie contre la porte, attendant la suite. Je tente de faire un pas dans sa direction et vers une bonne cohabitation, mais le brun m’envoie balader. Et je peux le comprendre, dans le fond. D’accord. Je reste calme, fatigué d’enchaîner réplique sur réplique et méchanceté gratuite. Je suis cinglée ? C’est vrai, j’ai des humeurs assez changeantes. J’aurais du organiser mon calcul avant d’aller vers la réconciliation ? Totalement. C’est bon, plus la peine de se battre quand je suis en partie fautive. Et même si le geste était bon. Ce ne sont que des pantoufles. Je souris, parce qu’il a vraiment cru m’embêter avec sa bêtise. J’en ai encore quelques unes des paires, je n’allais pas pleurer pour celle là. Le Weston rajoute un joli doigt d’honneur à la fin de cette discussion, me fixant droit dans les yeux et en me souriant … De manière assez effrayant. Je lui fais un signe de la main pour lui dire au revoir, contente de me débarrasser de lui. Au moins, j’aurais tenté ma chance. murmurais-je surtout pour moi même, regardant l’homme s’éloigner à toute vitesse. C’est sur que mon entrée en matière n’était pas la meilleure, mais j’avais tenté de lancer une discussion constructive pour que nous puissions cohabiter. C’était en oubliant ce mec, incapable de se comporter comme un adulte et fuyant devant toutes difficultés. Un homme, un vrai quoi.

****

Quelques jours de répétitions intenses et nous pouvions enfin nous dire que le grand jour arrivait. Pour feter l’occasion et se détendre avant la grande première, un des comédiens a proposé de louer une maison au bord de la plage. Il précisa qu’il en connaissait une belle sur Brighton et en quelques heures seulement, nous avions arrangés le coup. Chacun avait pris une bonne heure pour préparer sa valise et nous nous étions divisés dans plusieurs voitures. J’ai hérité de mon partenaire, l’autre rôle principale, et ça m’arrangeait. J’ai carrément du l’appeler pour qu’il vienne m’aider car dans un élan pur féminin, je m’étais faite deux bonnes grosses valises pleines de vêtements. Il fallait des maillots, des habits de plage, des habits pour sortir, pour rester à la maison … Et les chaussures qui vont avec. Ça la fait rire et heureusement, il descend les deux sans aucun soucis avec ses bras et l’aide de notre bel ascenseur. Et puis nous entrons sur la route du week-end détente. Et franchement, nous en avions vraiment besoin.
Surtout moi, suite au douloureux échange que j’ai eu avec mon nouveau voisin. Alexander Weston, c’est une histoire qui remonte à loin maintenant. C’est toujours lui que je remarquais en premier dans la bande de mon frère et adolescente, j’ai même eu un énorme béguin pour lui. Et pourtant, lui ne faisait que m’embêter, utilisant ma couleur de cheveux et mes taches de rousseur contre moi. Ça ne dérangeait pas la jeune et folle que j’étais, en tous cas jusqu’à ce que je comprenne que ce n’était pas comme ça que les garçons devaient traiter les filles. Alors j’ai fini par le détester, lui et son adorable sourire en coin, lui et ses muscles généreusement développés par le temps. J’ai fini par totalement détester sa manière de me regarder, comme la manière dont il disait avec fierté avoir ramené une fille différente chaque soir pendant une semaine. Non, j’avais réellement besoin de ne pas voir sa tête pendant un long week-end, même si nous ne nous étions plus croisés depuis un moment avant mon départ.

Le retour n’est malheureusement pas aussi bon que l’air de l’océan sur son visage. Tout s’est passé si vite que j’ai l’impression d’avoir cligné des yeux tout le temps. Des balades, des baignades, des répétitions, tout était cool, relax et en même temps, bon pour notre première. Le même partenaire m’avait ramené à la maison mais il devait partir de suite et je devais donc me débrouiller avec mes deux valises. Ce n’est pas grave, je peux me débrouiller jusque l’ascenseur sans trop de dégâts. Merde. Sauf qu’évidemment, il a fallu qu’il tombe en panne, me laissant désespérée en bas des escaliers. Au bout de trois marches, je commence à perdre espoir d’arriver à mon étage, devant ma porte. Et comme si ce n’était pas suffisant, Weston passe à coté de moi avec son air bien trop satisfait. Comme quoi, je ne raconte pas que des bêtises. dis-je en levant les yeux au ciel. Une marche en plus, miracle ! Mais je manque de les faire tomber alors je ne crie pas victoire trop vite. Je n’ai pas besoin de ton aide de toutes façons. Petite fierté de gosse ou de femme bafouée. C’était inutile et gratuit comme remarque et, étant la seule aide possible dans les alentours, je devrais plutôt essayer de le mettre dans la poche. Je souhaite juste qu’une dizaine de valises te tombe dessus. Et vu que je suis une sorcière, ça finira forcément par arriver. finis-je par dire, un large sourire sur les lèvres. Si c’est comme ça que je compte le mettre dans ma poche, autant arrêter de suite.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    † The saddest thing about falling in love is that sooner or later something will go wrong.


Dernière édition par Erin L. Blake le Mer 15 Juil - 22:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Alexander Weston

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Eleanor, & Trystan
TON AVATAR : Matthew Daddario
TES CRÉDITS : tearflights (avatar) nxtaliadyers (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 2/3
En cours : Erin - Dylana
A venir : Charles - Lexia
RAGOTS PARTAGÉS : 2162
POINTS : 4188
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015
what doesn't kill you makes you stronger. (alex) D1b0b3bd88defb8f3128f4b81fbbcf56
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (24 Octobre)
CÔTÉ COEUR : Célibataire, il papillonne sans jamais s'engager.
PROFESSION : Lieutenant dans la police, être flic, c'est une affaire de famille.
REPUTATION : Un peu trop cavaleur et bagarreur pour avoir une bonne réputation mais c'est un Weston alors il n'a sûrement pas un mauvais fond.

what doesn't kill you makes you stronger. (alex) Empty
MessageSujet: Re: what doesn't kill you makes you stronger. (alex) what doesn't kill you makes you stronger. (alex) EmptyLun 13 Juil - 18:58



Oh, she's sweet but a psycho. A little bit psycho. She'll make you curse, but she a blessing. You'll be coming back, back for seconds. You just can't help it. No, no, you'll play along. Oh, she's hot but a psycho. She's poison but tasty.


On aurait pu penser que l’effort qu’elle était en train de livrer était suffisant pour la réduire au silence mais c’est mal connaître Erin Blake. Sa répartie fuse sans attendre. « Comme quoi, je ne raconte pas que des bêtises. » Elle ne manque pas de rouler des yeux à son attention, provoquant comme précédemment un sourire amusé de la part du Weston. Il sent qu’il devrait continuer à monter les escaliers, en rester là. Il ne saurait pas dire pourquoi mais son instinct lui souffle de passer son chemin, de ne pas s’attarder. Et pourtant, il l’ignore. « Oh Blake… tu as l’air tellement sûre de toi quand tu dis ça, que ça me fait presque mal au cœur de démentir. » Qu’allait-il retirer de joute verbale, si ce n’était de l’agacement ? Pourquoi s’infligeait-il ça à nouveau ? Surtout que le fait de s’arrêter lui fait être le témoin d’un spectacle pénible. Sa voisine, sans doute pour lui prouver qu’elle est une femme forte et indépendante, entreprend en effet de hisser ses valises sur une marche de plus, manquant de toutes les faire basculer dans le processus. Elle en bave vraiment. Il sent sa compassion s’éveiller, ce qui est vraiment fâcheux, car c’est vraiment la dernière chose qu’il veut éprouver pour elle. Heureusement, elle ouvre la bouche, et rompt le charme. Visiblement, elle n’était pas prête à mettre sa fierté de côté. « Je n’ai pas besoin de ton aide de toute façon. » Le sourire narquois d’Alex s’agrandit si c’est possible. « C’est évident. » Quand il est en sa présence, il se découvre des réserves d’ironie insoupçonnées. C’est presque effrayant. « Mais bon, ce n’est pas comme si je te l’avais proposée, de toute façon » Dit-il en imitant son intonation à elle lorsqu’il prononce les derniers mots. Parfois sa puérilité l’effrayait aussi… Mais bon, il n’allait pas se montrer serviable alors qu’elle lui avait carrément jeté une pantoufle dessus la dernière fois…

Il secoue la tête et tourne les talons, ne voulant plus penser à elle. Hélas, sa voix retentit encore dans son dos. « Je souhaite juste qu’une dizaine de valises te tombe dessus. Et vu que je suis une sorcière, ça finira forcément par arriver. » Il relève l’allusion exactement pour ce qu’elle est : elle n’a pas oublié les insultes qu’il a proféré la dernière fois. Et lui en tient rigueur. Il se retourne en rigolant. Pour lui, tout cela était sans conséquences. « Charmant… je suppose que c’est encore ce que tu appelles un bon jour… Mais bon, les valises tomberont sûrement sur les pauvres malheureux qui auront le malheur d’être derrière toi dans l’escalier… A supposer que tu arrives à monter plus de trois marches. Je regarderai bien le spectacle encore plus longtemps mais j’ai des choses à faire. » Puis cette fois, il se retourne pour de bon et termine son ascension. Il avait menti. Il n’avait rien de spécial à faire. La journée avait été longue, il avait hâte de rentrer chez lui et de se reposer. Il avait envie de profiter de son nouveau chez-lui-même s’il lui restait encore des cartons à déballer. Il pousse donc la porte avec soulagement et va donc directement se vautrer dans son canapé, non sans avoir attrapé un soda bien frais au passage. Sauf que sa quiétude n’est pas aussi totale qu’il ne l’aurait voulu. Dans un coin de son esprit, subsiste l’image d’une petite rouquine qui se débat avec des valises plus grosses qu’elles. Et sa conscience le titille. Comme un bourdonnement. Et finalement, poussant un gros juron, il finit par se relever, maudissant ceux qui l’ont si bien élevé. Il ressort et dévale les marches quatre à quatre. Il retrouve sa voisine, pas beaucoup haut qu’au moment où il l’a laissée. C’était une capitulation et il évite soigneusement son regard lorsque sans un mot, il pose ses mains sur les poignées des valises pour l’en délester. A condition qu’elle accepte de lâcher prise….

_________________

I’m the one that’s got to die when it’s time for me to die, so let me live my life the way I want to.
Revenir en haut Aller en bas
Erin L. Blake
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Erin L. Blake

TON PSEUDO : worst.
TES DOUBLES : sam, liam & daniel.
TON AVATAR : sophie wonderful skelton.
TES CRÉDITS : schysophrenic & confusion tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 410
POINTS : 816
ARRIVÉE À TENBY : 08/03/2019
what doesn't kill you makes you stronger. (alex) Tumblr_px60mjpNdt1xw38d0o2_r1_540
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt six belles années. (01/03/94)
CÔTÉ COEUR : me and my broken heart.
PROFESSION : comédienne, la passion du théâtre est dévorante.
REPUTATION : il est difficile de la suivre, la petite erin. elle veut new york, elle n'en veut plus ... pareil pour son petit copain. elle semble malgré tout malheureuse pour l'instant, j'espère qu'elle ira vite mieux.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
what doesn't kill you makes you stronger. (alex) Empty
MessageSujet: Re: what doesn't kill you makes you stronger. (alex) what doesn't kill you makes you stronger. (alex) EmptyJeu 16 Juil - 1:04


alex & erin
i only light up when cameras are flashin'
never enough and no satisfaction
got no shame


C’est énervant.
C’est énervant de voir que je suis tellement sur la défensive que j’en oublie ma tache première, juste pour le regarder dans les yeux en lui balançant des horreurs. C’est énervant de voir ce sourire naître sur son visage, ironique, se foutant de moi, mais qui m’aurait littéralement fait fondre quelques années plus tôt. Cet homme est déstabilisant, j’ai l’impression d’avoir 15 ans de nouveau quand il est là ; la petite adolescente qui se débrouillait toujours pour se trouver dans la même pièce quand il venait à la maison, cette adolescente vite irritée par les moqueries mais qui pardonnait aussi vite. C’est un mélange de passé et de présent difficile à maîtriser. Oh Weston, ça ne se voit pas mais je suis morte de rire. Je ne le regarde même pas, continuant de faire de mon mieux. C’est fatiguant, fatiguant d’essayer de monter, fatiguant d’argumenter. Mais c’est plus fort que moi, une drogue, un besoin. C’est évident. répétais-je en mode idiote, à la base moqueuse. Mais j’ai juste l’air encore plus débile qu’au début, comme si c’était encore possible. Ton imitation est pourrie. finis-je par dire, manquant de lui faire un autre doigt d’honneur. Mais j’avais autre chose de mieux à faire.

Il tourne les talons, mais j’ai besoin d’ajouter une dernière chose avant de le regarder partir. Faisant référence à notre dernière conversation, j’exprime une sorte de malédiction. A ma manière. Place toi derrière, ça m’arrangerait. répondais-je du tac au tac, écoutant à peine le reste de son très long discours. Une légère culpabilité s’enfonce dans ma poitrine, comme à chaque fois que je souhaite du malheur aux autres, mais ça ne s’enfonce pas trop loin. Je sais que ça n’arrivera pas, je veux juste qu’il se sente blessé de la même manière que je le suis à presque chacune de ses phrases. C’est fou ... commençais-je en rigolant. C’est à ce moment là que je réussis à rassembler assez de force pour pouvoir monter une marche de plus. Je crie intérieurement victoire et c’est pour ça que je m’interromps un petit moment. Je disais donc, c’est fou le peu que tu dis en autant de phrase, s’en est presque déprimant. Moi qui me croyais bavarde, je me dis que j’ai trouvé quelqu’un à la hauteur. Je n’ai pas tout écouté dans le fond, préférant la méchanceté gratuite, mais je sais qu’il a fait de longues, longues phrases. Il fait toujours ça.

Je n’ai pas envie de capituler, encore moins de lâcher prise. La féministe en moi crie au secours et me supplie de l’envoyer bouler à coup d’insultes. Pourtant, à regarder ce qu’il me reste à monter, en plus de mes difficultés, je commence à perdre espoir. Et après avoir réfléchi une demi seconde, alors que je le regarde poser les mains sur les poignets et bouge les miennes pour éviter de le gêner. Je déglutis difficilement tandis que je m’en veux déjà d’avoir accepté. Et j’ai ce petit soupir de soulagement quand je le suis, quand je le regarde monter les marches avec facilité, mes valises dans les mains. Il n’y a plus rien à faire pour aujourd’hui, la nature a fait son travail et m’a rendu, pour une fois, bien trop faible à mon goût. On monte les marches assez vite, sans un regard ni un mot. Quand nous arrivons à notre étage, je sors rapidement mes clés pour pouvoir ouvrir la porte, histoire de pouvoir vite rentrer mes affaires. C’est un peu maladroit mais je finis par quand même y arriver. Merci. dis-je en le regardant à peine. Malgré tout ce qui se passe avec le Weston, je suis bien élevé et je me dois de reconnaître que sans lui, je n’en serais encore qu’à la dixième marche. Je déglutis de nouveau difficilement face à la proposition que je m’apprête à faire. Je suis déjà sous le choc et je n’ai encore rien dit. Euh … Je peux … Te proposer quelque chose à boire ? bafouillais-je, passant une main dans mes cheveux. Pour … Te remercier. continuais-je dans ma lancée, m’enfonçant encore plus.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    † The saddest thing about falling in love is that sooner or later something will go wrong.


Dernière édition par Erin L. Blake le Mar 4 Aoû - 23:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Alexander Weston

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Eleanor, & Trystan
TON AVATAR : Matthew Daddario
TES CRÉDITS : tearflights (avatar) nxtaliadyers (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 2/3
En cours : Erin - Dylana
A venir : Charles - Lexia
RAGOTS PARTAGÉS : 2162
POINTS : 4188
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015
what doesn't kill you makes you stronger. (alex) D1b0b3bd88defb8f3128f4b81fbbcf56
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (24 Octobre)
CÔTÉ COEUR : Célibataire, il papillonne sans jamais s'engager.
PROFESSION : Lieutenant dans la police, être flic, c'est une affaire de famille.
REPUTATION : Un peu trop cavaleur et bagarreur pour avoir une bonne réputation mais c'est un Weston alors il n'a sûrement pas un mauvais fond.

what doesn't kill you makes you stronger. (alex) Empty
MessageSujet: Re: what doesn't kill you makes you stronger. (alex) what doesn't kill you makes you stronger. (alex) EmptyMer 22 Juil - 22:22



Oh, she's sweet but a psycho. A little bit psycho. She'll make you curse, but she a blessing. You'll be coming back, back for seconds. You just can't help it. No, no, you'll play along. Oh, she's hot but a psycho. She's poison but tasty.


Comme au cours de leur précédente discussion, cette Erin de malheur n’avait pas épargné Alexander. Elle avait rendu coup sur coup, l’imitant à son tour, le défiant de se placer derrière elle sur les escaliers s’il l’osait. Elle avait même osé dire qu’il parlait pour ne rien dire, rabaissant ainsi les réparties qu’il était pourtant fier d’avoir trouvées. Cette fille était une vraie peste. Elle lui tapait sur le système… Lorsqu’il lui avait tourné le dos dans les escaliers, il s’était convaincu que cela lui glissait dessus, qu’il s’en fichait. Et qu’il s’en fichait d’elle tout court. Et pourtant, il avait fini par rebrousser chemin pour l’aider. Il se désespérait lui-même… Mais il se sentait littéralement incapable de la laisser trimer comme elle était en train de le faire (même si elle le méritait sûrement un peu). Quelque part, il avait un peu hérité des manières old fashion de son oncle et faisait parti de ces hommes qui croyaient encore un peu à la galanterie. C’est ce qui expliquait qu’à présent, il se trouvait là, au milieu des escaliers, ses mains sur les poignées de valise, prêt à disparaître à nouveau au moindre signe de résistance ou de sarcasme de la part de rousse... Sauf qu’elle reste étrangement silencieuse, retirant même ses mains pour ne pas le gêner. Leurs regards se croisent brièvement tandis que leurs doigts se frôlent. Pour la première fois, ils ne se regardent pas en chiens de faïence. Et c’est bizarre. Tellement bizarre que le Weston détourne vite la tête, soulevant vite son fardeau pour éviter de trop réfléchir.

Les valises ne sont pas si lourdes que ça dans ses mains. Il peut remercier toute la musculation qu’il fait. Ça aurait été un comble qu’il se ridiculise devant la Blake en peinant… L’ascension se fait en silence, lui devant, elle derrière. Ils n’échangent pas un mot. Alex réprime même une remarque sur le contenu des valises. Même lui sentait que ça serait puéril de relancer les hostilités… Ils arrivent sur le palier de la rouquine, et elle ouvre précipitamment la porte, comme si elle craignait qu’il s’incruste. Pourtant, ce n’est clairement pas dans l’intention du Weston, qui se contente de déposer les valises juste derrière la porte. C’est à peine s’il accorde un coup d’œil curieux à l’intérieur de l’appartement, qui a l’air d’avoir autant de caractère que son occupante… « Merci. » Dit pourtant cette dernière très poliment. « De rien. » Réplique alors Alex d’un ton que l’on pourrait qualifier de bourru. Ils ne se regardent pas, aussi gênés l’un que l’autre par cette trêve inattendue. Et pourtant, le plus improbable survient juste après. « Euh … Je peux … Te proposer quelque chose à boire ? Pour … Te remercier. » Propose t-elle. Elle bégaye, touche ses cheveux, l’air gênée. D’habitude, les filles font ça parce qu’il leur plaît, mais avec celle-ci, il sait que ce n’est pas le cas. Elle doit se sentir obligée. Il est pris au dépourvu par la proposition mais répond tout de même d’une voix égale. « Tu viens de le faire en fait… Me remercier, je veux dire. » Dit-il en haussant les épaules. Il ne compte pas accepter. Inutile de rendre les choses plus gênantes qu’elles ne le sont déjà. Il doute qu’ils puissent s’entendre très longtemps de toute façon. « Ce n’était pas grand-chose. Et puis, comme je l’ai dit, j’ai des trucs à faire de toute façon. » Dit-il, n’hésitant pas à mentir. Il se sentait presque honteux de l’avoir aidé, comme s’il avait craqué en premier dans leur petite gueguerre. D’ailleurs, il rebalance une vacherie comme pour égaliser les scores. « Surtout que je m’en voudrais de  t’importuner d’avantage avec mes imitations pourries et mes phrases trop longues. » Mais il a un sourire en coin en disant cela. Peut-être parce qu’au fond, une part de lui apprécie peut-être ces chamailleries teintées de fines répliques. Même s’il n’est pas prêt encore à se l’avouer. « Allez à plus Blake. » Dit-il en prenant congé sans plus de cérémonie.

_________________

I’m the one that’s got to die when it’s time for me to die, so let me live my life the way I want to.
Revenir en haut Aller en bas
Erin L. Blake
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Erin L. Blake

TON PSEUDO : worst.
TES DOUBLES : sam, liam & daniel.
TON AVATAR : sophie wonderful skelton.
TES CRÉDITS : schysophrenic & confusion tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 410
POINTS : 816
ARRIVÉE À TENBY : 08/03/2019
what doesn't kill you makes you stronger. (alex) Tumblr_px60mjpNdt1xw38d0o2_r1_540
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt six belles années. (01/03/94)
CÔTÉ COEUR : me and my broken heart.
PROFESSION : comédienne, la passion du théâtre est dévorante.
REPUTATION : il est difficile de la suivre, la petite erin. elle veut new york, elle n'en veut plus ... pareil pour son petit copain. elle semble malgré tout malheureuse pour l'instant, j'espère qu'elle ira vite mieux.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
what doesn't kill you makes you stronger. (alex) Empty
MessageSujet: Re: what doesn't kill you makes you stronger. (alex) what doesn't kill you makes you stronger. (alex) EmptyJeu 6 Aoû - 0:53


alex & erin
i only light up when cameras are flashin'
never enough and no satisfaction
got no shame


Pur plaisir.
J’oublie les doux mots échangés en début de conversation et je rêve d’un scénario idéal, inspiré par le geste gentleman et la musculature qui me ferait presque baver. Je nous imagine échangé un sourire gêné au lieux d’insultes, je m’imagine bafouiller quelques mots de remerciement pendant que nous montons, dérivant en même temps sur des sujets de conversation banales. C’est beau, tranquille, mais des plus clichés. Puis quand on arrive devant ma porte je l’invite à boire un café. On s’installe sur ma petite terrasse et on admirerait Tenby en buvant nos gorgées et en discutant. Je finirais par l’embrasser avant qu’il ne parte, mettant ça sur le dos d’une envie que je garde depuis dix ans. Enfin, ce n’est qu’un rêve éveillé, une pièce de théâtre pour débutant, le genre de truc qui se fait juste dans les écoles. Il me fait cet effet là ce garçon, me donnant autant envie de m’arracher les cheveux que de lui sauter dessus. Je maudis ces escaliers et ces étages qui laissent mon esprit vaguer dans des univers bien différents. Quand nous arrivons en haut, je me dépêche et passe devant lui pour ouvrir la porte, histoire qu’on ne chipote pas trop. Petite fille bien élevée par les Blake, je le remercie avec sincérité et l’invite à prendre un verre à la maison en guise de reconnaissance. Oui fin … Ok. Oui fin, ce n’est pas assez. C’est ça que j’essayais de dire sans succès. On dit merci avec trop de facilité de nos jours, puis je fais partie de ceux qui pense que les gestes sont bien plus significatifs que les paroles. Euh ok. C’est un peu brut, mais ça ne m’étonne pas. Je suppose qu’Alex me dit ça pour pouvoir s’échapper et je ne suis pas contre. Je … Mais ... Je dois dire quoi dans ce genre de cas ? On ne m’a pas appris ça avant. Je le regarde s’éloigner et quand je me rends enfin compte de ce qui se passe, je ris. Mais oui, évidemment. Évidemment que ce n’est pas un joli film à l’eau de rose et que tout se fout en l’air, comme à chaque fois.

Je passe une main dans mes cheveux, rigolant jaune. C’est ça, casse toi. crachais-je presque, dégoûtée. J’ai l’impression de me faire rejeter une nouvelle fois, comme quand j’étais ado et que j’étais folle de lui. J’ai même l’impression que ma tête pense qu’il m’a carrément insulter, d’où cet élan de méchanceté. C’en est ridicule, mais je ne peux m’empêcher de continuer. T’es pire qu’une fille en fait, jamais content. Tu m’accuses de te provoquer mais quand je fais un pas dans l’autre sens tu m’envoies bouler. Bon, j’abuse un peu. Car même si je l’ai invité à prendre un verre pour le remercier, je l’ai plus fait par politesse que par envie. Mais je m’énerve, je m’énerve parce que pour une fois, j’ai réussi a être une fille simple et gentille, et on me la renvoyé à la figure. C’est bien pour ce genre de situation que je me suis forgée ce caractère, histoire de ne plus me laisser marcher sur les pieds de la sorte. Comme d’habitude j’aurais pu m’arrêter là mais un flot de paroles sort de ma bouche. Mais oui, va-t-en, c’est risqué une conversation intéressante. Ou des regards gênants mais presque sympas. Je ne sais pas pourquoi j’ai cru, pendant un court moment, que tu pouvais être un gars cool. Ce n’est pas comme si je n’avais jamais fait l’erreur. N’importe quoi, ce flot de paroles est inutile et totalement faux. Fin, je n’en sais rien vu que ce petit moment n’aura jamais lieu. Je réussis à rentrer les valises grâce aux roulettes tandis que je commence à me demander si le Weston est encore là, si je ne suis pas en train de parler toute seule et de passer pour une folle auprès de nos voisins. Je n’ai pas pensé à regarder, à faire attention, simplement prise dans le mouvement. Je mets tout sur le coté. Puis c’est vrai que … Enh et puis non, zut. Je ne sais pas trop ce que j’allais dire, partant de mettre du poison dans sa boisson que j’aurais ensorcelée ou un truc dans le genre. Ce n’est pas la peine de revenir sur des vieux commentaires en remettant tout sur le tapis, on a déjà bien envenimer le truc, ne tombons pas dans le ridicule. Allez, ciao. hurlais-je presque, histoire d’être sure qu’il entende. Et je claque la porte, finissant mon mélodrame de la même manière que je l’ai commencé, avec classe et détermination.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    † The saddest thing about falling in love is that sooner or later something will go wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

what doesn't kill you makes you stronger. (alex) Empty
MessageSujet: Re: what doesn't kill you makes you stronger. (alex) what doesn't kill you makes you stronger. (alex) Empty

Revenir en haut Aller en bas

what doesn't kill you makes you stronger. (alex)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ✿ ::  :: The Outskirts :: Residences :: Oakridge Acres-