AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
✿ Bienvenue sur Whispers Down The Lane ! L’intrigue du forum se situe à Tenby, village gallois où il fait bon vivre et où les rumeurs font le délice des habitants. Ne vous fiez pas aux apparences : ici, tout le monde est bienvenu ! L’esprit du forum, c’est convivialité, détente, et un peu de drama ! Nous acceptons tous les personnages, et n’exigeons aucun minimum de rp par mois. On attend plus que vous !
Tenby, juin 202010°C/25°C Le Printemps s’est bien installé sur le village. S’il ne fait pas encore assez beau pour se baigner, les averses se font un peu plus rares et la plage est très agréable pour une promenade, alors que les températures montent en flèche et que quelques vacanciers arrivent pour profiter des beaux jours qui s’installent.
✿ Avez-vous entendu ? Il y a beaucoup de nouvelles têtes en ville. C’est bien que le village attire, mais j’ai l’impression que nos nouvelles arrivantes ont toutes des secrets à cacher…Étrange, non ? Il ne faudrait pas que cela perturbe Tenby ! Nous sommes un village respectable, nous. En tout cas, c’est très mystérieux, et j’ai hâte de connaitre votre opinion sur ces charmantes jeunes femmes… Venez donner votre avis ici.
Le Deal du moment : -30%
Remise de 30% sur les chaussures Nike Air VaporMax 2019
Voir le deal
133 €

Partagez

war of hearts + sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Lula Landry

TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : © stellaire (avatar) & anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres (2/3)
En cours : Sam
RAGOTS PARTAGÉS : 1009
POINTS : 2505
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
war of hearts + sam 66b2d3c42b8bdac02f75dac4c177a3e159f27132
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
war of hearts + sam Empty
MessageSujet: war of hearts + sam war of hearts + sam EmptyMer 13 Mai - 21:54



They didn’t agree on much. In fact, they didn’t agree on anything. They fought all the time and challenged each other ever day. But despite their differences, they had one important thing in common. They were crazy about each other.


La joue collée contre la vitre de la voiture, Lula regarde défiler le paysage en silence, épuisée par sa journée de promo et de répétition. La journée avait vraiment été bien remplie… Tout ce qu’elle voulait, c’était prendre un bon bain chaud et éteindre son cerveau. Malheureusement, ce fantasme tout simple n’était même pas réalisable. Pas avec le flot de préoccupations qu’elle avait depuis quelques jours. Il fallait de toute urgence qu’elle parle à Sam. Sauf qu’il n’avait clairement pas envie de lui parler. Depuis qu’elle lui avait annoncé qu’ils rentraient directement à la maison, il n’avait pas décroché un mot, se contentant de conduire en silence… Sam… La préoccupation numéro 1 de son palmarès, incontestablement. Jusqu’il y a quelques jours, tout allait merveilleusement bien entre eux, ils s’étaient même encore plus rapprochés, se confiant comme jamais l’un à l’autre… Et puis, il y avait eu cette rumeur stupide sur leur liaison et depuis tout était… bizarre. C’était comme s’ils étaient redevenus à la case départ, ou pire, au moment où Sam avait pris ses distances avec elle à cause des avances trop poussées qu’elle lui faisait. Il s’était replié dans sa coquille, jouant à nouveau la carte du professionnalisme avec elle… Agacée, Lula s’était promis de ne pas lui poser la moindre question, même si au fond, elle mourrait de savoir ce qui le chiffonnait. Et puis maintenant, elle ne savait pas si elle devait renoncer à sa fierté ou pas… Parce qu’il y avait ce truc dont elle ne savait pas si elle devait lui parler et du coup, ça l’agaçait encore plus…

Toutefois, quand ils arrivent devant le portail de la villa qu’elle occupe avec Liam, elle n’a toujours pas ouvert la bouche. Elle se contente de mettre une main devant son visage et de baisser la tête, car comme tous les jours, ils sont accueillis par un flot de paparazzis et de flashs. Apparemment, les tabloïds avaient promis une belle somme à quiconque ramènerait un cliché parlant de Lula Landry et de son garde du corps, et la chasse attirait du monde… Cela faisait des jours que ça durait… Ils passent néanmoins rapidement les grilles, Sam étant devenu un expert dans l’art de contourner les importuns… Une fois qu’il est garé et qu’ils sont bien à l’abri des regards loin du portail, Lula se dépêche de sauter de la voiture. C’est clairement un geste bien puéril pour embêter le Martins. Car il prenait toujours le soin de lui ouvrir la porte et là, en lui coupant l’herbe sous le pied, elle espérait l’énerver… Lui signifier qu’elle n’a pas besoin de lui…. Sauf que ça ne marche pas comme prévu. Car lui aussi était sorti rapidement de la voiture, sans doute pour ouvrir cette foutue portière et ils se retrouvent bientôt face à face du côté passager. « Je peux descendre toute seule. » Dit-elle toujours dans le but de l’énerver. Mais elle n’arrive pas à tenir son rôle de bêcheuse aussi bien que prévu. Parce que se retrouver si proche de lui la perturbe. Et elle soudain frappée par une révélation : il lui manque. Terriblement. Elle veut sentir à nouveau ses bras l’entourer, voir ses sourires en coin, l’embrasser sauvagement, entendre ses blagues débiles… Et rien que de penser à ce manque, l’amplifie. Et c’est ce détail, plus que l’autre qui fait qu’elle choisit enfin de renoncer à sa fierté. « Est-ce que tu reviens tout à l’heure ? » Demande t-elle, espérant que cette question sonnerait comme une offre de paix. Elle n’avait plus osé la poser, ayant peur de se prendre un refus…. « Ça fait longtemps que tu n’as pas passé la nuit ici… » Plaide t-elle, cherchant à accrocher son regard et se rapprochant finalement de lui. « Tu pourrais repasser cette grille dans l’autre sens, histoire de donner le change et puis revenir discrètement un peu plus tard… C’est excitant, finalement, on est encore plus clandestins qu’avant… » Elle contourne clairement le problème et ne renonce pas à sa fierté au point de lui avouer qu’il lui manque mais c’est un effort de sa part et elle espère qu’il y sera sensible.

_________________

concept: me and you, you and i, us. draped lazily atop the bed, limbs crisscrossed, intertwined with comfort. oh wonder spirals through the air, fairy lights brighten a corner of the room, the soft light rays stretching to touch all surfaces. heart shaped bulbs are mirrored in your eyes, indigo pools i have no wish to leave. this is my happy place •• ALASKA


war of hearts + sam 304124468 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Sam B. Martins

TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : cranberry & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (terri)
RAGOTS PARTAGÉS : 5261
POINTS : 7884
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
war of hearts + sam Tumblr_inline_p3fc5idv1a1uyanoc_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date mais enfin normal.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
war of hearts + sam Empty
MessageSujet: Re: war of hearts + sam war of hearts + sam EmptySam 16 Mai - 1:42


lulam
me and my broken heart


Indifférence : état, sentiment de quelqu'un qui ne se sent pas concerné, touché par quelque chose, ou qui n'accorde aucune attention, aucun intérêt à quelqu'un, à quelque chose. J’avais adopté cette constance depuis le dernier sms que Lula m’avait envoyé il y a quelques jours. J’étais bien obligé, pour mon bien être comme le mien. Je m’étais pris plusieurs claques dans la figure, mais deux choses me sautaient au nez. Un, mes sentiments bien plus profonds que je ne l’avais imaginé. Deux, si je suis toujours parti du principe qu’on ne mélange par les affaires et la vie privée, je me souviens aujourd’hui que je n’aurais jamais du faire d’exception. Alors me voilà à nouveau simple garde du corps, émotions enfouies au plus profond de mon être pour pouvoir faire mon travail correctement. Les jours se sont suivis, se ressemblant de plus en plus. J’essayais de sortir boire un café avec de rares copains ou je ne sais, mais je tentais de m’occuper un peu pour éviter le boulot dodo. J’ouvrais à peine la bouche, comme aujourd’hui. Elle m’avait annoncée après la fin de son interview que nous rentrions directement chez elle et un acquiescement avait suffit avant de me mettre derrière le volant. Et si je pensais que ça allait être difficile à cause de la jeune femme, il se trouve qu’elle m’a facilité la tache et qu’elle aussi, ne dit plus grand-chose. Foutue rumeur de relation qui m’a gâché la vie. Mais au moins, on peut se dire que cette histoire m’a permis de comprendre les véritables intentions de la jeune femme envers moi ; du sexe, un simple objet de bon temps. Une première fois ? La meilleure première fois de ta vie. Pour le reste ? Du pure plaisir. Elle m’avait prévenue, je ne l’ai pas écoutée. Oui, j’avais tout compris. Puis j’en ai presque oublié mes légers problèmes de PTSD malgré la thérapie que j’avais entrepris. Comme quoi, il y avait vraiment des points positifs à avoir le cœur brisé.

Une horde de journalistes est posée devant le portail, comme à chaque fois. Je souffle, désespéré, et utilise les même techniques de tous les jours pour les contourner, les empêcher de rentrer et déposer ma cliente chez elle. Je me gare près de la porte du garage et sors de la voiture sans précipitations. Je ne sais pas ce qu’elle cherche encore avec sa combine, mais je la vois sortir en trombe quand je m’approche de la porte passager. Je grince des dents, agacé. Je sais. Elle peut vivre toute seule, se débrouiller toute seule, s’amuser toute seule … J’ai compris son message, elle n’a besoin de rien ni personne, pas même de moi. La question qui suit est des plus étonnantes, je ne m’y attendais pas. C’est toi qui ne voulait plus qu’on se voit aussi souvent à cause des paparazzis. Je meurs d’envie de lui dire oui. Je meurs d’envie de la prendre dans mes bras et de l’embrasser. Mais je dois tenir, je dois tenir sur mes positions, ce qu’elle m’a dit et mon indifférence. Je ne sais pas si c’est une bonne idée de toutes façons. finis-je par dire, sans trop savoir ce que je cherchais à dire dans le fond. La Landry tente un pas vers l’avant, histoire de se rapprocher … Et j’en fais deux vers l’arrière.

Son regard s’empare du mien malgré moi. On arrive au moment où tu me dis de sauter par dessus la haie et de monter par ton balcon ? dis-je, ironique, faisant référence à une scène de Romeo et Juliette. Version moderne, bien sur. A quoi tu joues Lula ? J’ai compris le message, ne te tracasse pas. Mais arrête de jouer avec mes sentiments en revenant vers moi de nouveau. Mon ton est si froid, si sec, que même moi je suis étonné que ça ait pu sortir de ma bouche. Mais c’est ce que je ressens, dans le fond. On couche ensemble, je m’attache, une rumeur naît sur nous et elle m’envoie boulé. Gentiment, mais elle m’envoie voir ailleurs si elle y est. Pour ensuite revenir vers moi comme si rien était ? Rigolant sur le fait de se cacher encore plus ? Je n’arrive plus à suivre, je ne comprenais déjà pas grand-chose à mes propres sentiments mais là, je me sens perdu. J’essaie juste de faire ce qu’il y a de mieux pour moi et le mieux, c’est d’être froid, distant et de mettre les choses au clair. Tu devrais rester avec Liam ou aller voir ton super ex mari. Tu n’as pas honte d’être vue avec eux au moins. finis-je par dire, m’en allant vers mon siège conducteur. Inutile de rallonger la conversation avec des détails comme ceux là, ou une colère potentielle qui pourrait sortir malgré nous. Satanée Lula Landry.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    You may not be her first, her last, or her only. She loved before she may love again. But if she loves you now, what else matters? She's not perfect—you aren't either, and the two of you may never be perfect together but if she can make you laugh, cause you to think twice, and admit to being human and making mistakes, hold onto her and give her the most you can. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Lula Landry

TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : © stellaire (avatar) & anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres (2/3)
En cours : Sam
RAGOTS PARTAGÉS : 1009
POINTS : 2505
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
war of hearts + sam 66b2d3c42b8bdac02f75dac4c177a3e159f27132
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
war of hearts + sam Empty
MessageSujet: Re: war of hearts + sam war of hearts + sam EmptyLun 18 Mai - 17:56



tumblr_pose6gcCqY1vg2yxdo5_r1_250.gif
They didn’t agree on much. In fact, they didn’t agree on anything. They fought all the time and challenged each other ever day. But despite their differences, they had one important thing in common. They were crazy about each other.


« Je sais. » Sam grince presque des dents tellement il essaye de contenir son exaspération. Lula était parvenu à l’agacer aussi facilement qu’elle l’avait imaginé. Malheureusement, elle regrettait désormais d’avoir cédé à cette pulsion enfantine puisque juste après celle-ci, elle avait fait volte-face et lancé une tentative de rapprochement. Mais bon du coup, elle ne pouvait guère en vouloir à Sam d’être aussi peu réceptif à cette dernière. Car il garde le visage fermé lorsqu’elle sous-entend que ça faisait longtemps qu’ils n’avaient pas passé une nuit ensemble. « C’est toi qui ne voulait plus qu’on se voit aussi souvent à cause des paparazzis. » Dit-il, ne cherchant même pas à enrober le reproche. Bon au moins, Lula avait un élément de réponse sur ce qui avait pu à ce point modifier son comportement ces derniers jours. Il n’avait visiblement pas apprécié la décision unilatérale qu’elle avait prise suite à l’éclatement de cette rumeur sur eux… « Je n’ai pas dit qu’on ne devait plus se voir du tout, non plus ! Juste faire profil bas quelques temps… Et je pense qu’on a suffisamment bien donné le change ces derniers jours. On a bien mérité une soirée tous les deux. » Plaide t-elle, moins confuse maintenant qu’elle comprenait de quoi il s’agissait. Pour elle, harcelée par les paparazzis depuis sa plus tendre enfance, ce qui était en train de se passer était banal, habituel. Mais pour Sam, elle le réalisa enfin à ce moment précis, c’était une première et il avait peut-être pris un peu trop à la lettre ce qu’elle lui avait dit par texto. Pensait-il qu’elle ne voulait plus le voir du tout en privé ? Elle en aurait sauté de soulagement. Car si c’était un simple problème de communication, il serait très simple à régler… « Sam, ça ne m’a pas fait plaisir du tout de faire ça… De t’éloigner de moi. Au contraire. Mais c’était un mal nécessaire. »

Elle ne comprenait toujours pas qu’elle se fourvoyait et que le Martins n’était pas simplement vexé d’être privé de sexe. Confiante, elle se rapproche donc un peu de lui. Et c’est là qu’elle se prend une douche froide. Car il recule littéralement de deux pas. Aïe, elle venait de se prendre un magnifique vent. « Je ne sais pas si c’est une bonne idée de toute façon. » La confusion revient aussi vite qu’elle avait disparu. Lula cligne des yeux, perdue. « Et pourquoi ? » Demande t-elle, cash, habituée de la confrontation. Même si elle avait vraiment peur de ce qu’il voulait dire par là. Parlait-il du fait de rester pour la nuit ou de manière plus générale ? Elle avait peur de comprendre. Ses yeux, interrogateurs, essayent de sonder ceux de Sam tandis qu’il se lance dans le sarcasme, lançant une pique sur un balcon à escalader. L’ironie, ça ne lui ressemble vraiment pas. Pas plus que l’éclat qui suit. « A quoi tu joues Lula ? J’ai compris le message, ne te tracasse pas. Mais arrête de jouer avec mes sentiments en revenant vers moi de nouveau. » La principale intéressée essaye tant bien que mal d’accuser le choc, réalisant un peu tard que le malentendu était plus important qu’elle ne l’avait imaginé. « Et quel message tu as compris au juste ? Non vas-y, dis-moi, parce que je n’étais même pas consciente de t’en avoir fait passer un » Dit-elle, éberluée par ce qu’il venait de dire. Que croyait-il avoir compris ? Parce qu’il avait l’air vraiment en colère alors qu’il n’y avait vraiment pas lieu. « Je ne joue pas, Sam. Et certainement pas avec tes sentiments… Je dois juste penser à ma carrière… Tu as vu depuis le début comme elle influe sur ma vie privée, ça n’a jamais été un secret. Je ne comprends pas pourquoi tu fais mine de le découvrir maintenant… Ni pourquoi, tu agis comme si… Comme si je t’avais largué. »

La discussion s’anime mais elle permet au moins de mettre certains sujets à plat. Et visiblement, c’était plus que nécessaire. Comme souvent dans leurs conflits, le manque de communication avait augmenté le problème. Mais enfin, Sam lui dit ce qu’il a sur le cœur. Et il y a beaucoup, comme le prouve sa réplique suivante. « Tu devrais rester avec Liam ou aller voir ton super ex mari. Tu n’as pas honte d’être vue avec eux au moins. » Puis après avoir lâché cette petite bombe, il tourne les talons, contournant la voiture pour regagner le siège conducteur. Lula réagit au quart de tour, se lançant à sa poursuite. « Attends un peu… Tu crois que j’ai honte de toi ? Ou tu es simplement jaloux de Liam ET de Max ? » Demande t-elle encore plus abasourdie que précédemment. Elle pose sa main sur son épaule, essayant de le retenir, et surtout de le faire se retourner pour qu’ils continuent cette conversation face à face, comme les deux adultes qu’ils étaient. « Ne t’avise pas de partir après avoir lâché un truc comme ça. Reste et dis-moi tout ce que tu as à me dire. » Ordonne t-elle, peinée de voir que tout cela se terminait finalement en dispute.

_________________

concept: me and you, you and i, us. draped lazily atop the bed, limbs crisscrossed, intertwined with comfort. oh wonder spirals through the air, fairy lights brighten a corner of the room, the soft light rays stretching to touch all surfaces. heart shaped bulbs are mirrored in your eyes, indigo pools i have no wish to leave. this is my happy place •• ALASKA


war of hearts + sam 304124468 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Sam B. Martins

TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : cranberry & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (terri)
RAGOTS PARTAGÉS : 5261
POINTS : 7884
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
war of hearts + sam Tumblr_inline_p3fc5idv1a1uyanoc_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date mais enfin normal.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
war of hearts + sam Empty
MessageSujet: Re: war of hearts + sam war of hearts + sam EmptyMar 19 Mai - 0:20


lulam
me and my broken heart


Le comportement de l’être humain est une constance inconnue chez moi. J’ai commencé à me poser des vrais questions pendant mes missions, en me demandant ce qui pouvait pousser des hommes à commettre des actes si horribles et je continue aujourd’hui à me poser ces questions, demandant le pourquoi du comment, mais dans des comportements un peu plus humains. Si j’étais persuadé jusqu’ici d’avoir compris ce qui dérangeait la Landry dans notre relation, je commence à avoir des doutes en l’écoutant plaider sa cause, en la regardant exprimer des émotions que je ne pensais pas voir chez elle. Je lui manque, elle ne veut pas m’éloigner mais le fait quand même … C’est trop contradictoire pour que j’arrive à saisir le fond. Je reste de marbre face à ses déclarations, ne sachant que répondre. Puis je serais capable de lui faire un énorme câlin tout en lui pardonnant. Parce que. dis-je en répondant à la question qui suit, assez sèchement. Non seulement je n’ai pas de raisons valables à lui donner mais en plus, je ne suis pas obligé de lui donner tous les détails. Je n’ai pas envie de continuer, je n’ai plus envie de faire durer son jeu du chat et de la souris. Son énervement est contagieux. C’est un peu ça non ? On commençait à construire un semblant de relation quand les journalistes t’ont donnés l’occasion de faire un énorme pas vers l’arrière, histoire que tu n’aies pas à t’attacher, comme tu me l’avais dis précédemment. Le voilà son message. Je ne suis pas à toi et je ne le serais jamais. Je ne t’accuses pas, c’est de ma faute. Tu m’avais prévenu et je ne t’ai pas écouté. Mais je le fais maintenant et me contente de nouveau de cette relation garde du corps client. finis-je par dire, un demi sourire sur les lèvres. Parce que oui, tout ça, c’est entièrement ma faute. Ou presque

Inspire, expire. Toute cette colère, cette tristesse, ponctuée par ce contact dont je ne voulais pas, ça ne va m’apporter rien de bon. Je lui enlèverais bien sa main, je ferais bien un petit mouvement pour qu’elle la bouge, mais j’en suis incapable. Je voudrais m’enfuir à toute vitesse, laisser cette discussion derrière moi et ne revenir que demain pour une autre journée de travail. Mais ça aussi, j’en suis incapable. Puis les ordres sont les ordres. Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? finis-je par dire, me retournant pour lui faire face. Si je tenais à rester calme, c’est raté. J’inspire et j’expire de nouveau, cette froideur revenant sur mon visage, sans pour autant m’énerver. Les deux. Oui, ce sont les deux choses qui me gênent aujourd’hui. Que la brune ait honte de moi, je ne peux rien y faire et même avec des sentiments aussi fort, je ne vais pas me plier en quatre pour devenir quelqu’un que je ne suis pas. Pour la jalousie, j’ignore ce que je dois faire parce que j’ai découvert ce que je ressentais aujourd’hui. Je me contentais de poser des questions jusqu’ici mais ma tête, sachant très bien ce qui se passe, m’a fait dire à voix haute ce que je pensais vraiment. Et oui, je suis jaloux. Je ne connaissais même pas la sensation avant aujourd’hui … Je me sens tellement idiot de ressentir une émotion si primaire. dis-je en traduisant mes pensées. La jalousie est une vilaine sensation, un truc réservé aux hommes ou aux femmes primaires qui manquent de confiance en eux. Je ne manquais pas de confiance en moi avant aujourd’hui. J’aurais voulu garder le reste pour moi, mais j’ai l’impression de lui devoir une explication. Je passe mes mains sur mon visage, exaspéré par mon comportement, par cette dispute. Liam a la chance de vivre avec toi, de te voir au réveil, dans les pires comme les bons moments. Et Max … Ah Max. Je ne compte même plus les fois où tu te rends chez lui, répondant au moindre de ses appels comme si … Comme si ... Comme si tu l’aimais toujours, comme si tu cherchais continuellement à retourner vers ton mariage. Je n’aurais sûrement pas été aussi méfiant s’ils n’avaient pas été mariés ou si j’appréciais le Julliard, mais il n’en est rien. Je me maudis tellement pour ressentir ces émotions, mais aussi pour me laisser paraître si faible pour si peu. Et tout ce que tu me laisse, c’est une entrée discrète par l’arrière pour quoi ? Une petite partie au lit avant de me renvoyer chez moi parce que sinon, on risque de te voir avec moi. Je suis dur, très dur, mais il faut qu’elle comprenne que la manière dont elle me traite depuis des jours est horrible. Et au Diable les c’est pour te protéger ou je ne sais quoi … Ce n’est pas quelques journalistes et leurs appareils photos qui vont m’effrayer. Je suis perdu Lula, je ne comprends plus rien. Je ne sais pas ce que nous sommes, je ne comprends pas toutes les émotions alors excuse moi si je n’ai pas envie de prolonger la fête aujourd’hui. finis-je par dire, m’appuyant contre la voiture, les bras croisés. Je serais bien remonté dedans, mais j’ai peur de littéralement déclenché la troisième guerre mondiale si je le fais.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    You may not be her first, her last, or her only. She loved before she may love again. But if she loves you now, what else matters? She's not perfect—you aren't either, and the two of you may never be perfect together but if she can make you laugh, cause you to think twice, and admit to being human and making mistakes, hold onto her and give her the most you can. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Lula Landry

TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : © stellaire (avatar) & anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres (2/3)
En cours : Sam
RAGOTS PARTAGÉS : 1009
POINTS : 2505
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
war of hearts + sam 66b2d3c42b8bdac02f75dac4c177a3e159f27132
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
war of hearts + sam Empty
MessageSujet: Re: war of hearts + sam war of hearts + sam EmptyMar 19 Mai - 18:25



tumblr_pose6gcCqY1vg2yxdo5_r1_250.gif
They didn’t agree on much. In fact, they didn’t agree on anything. They fought all the time and challenged each other ever day. But despite their differences, they had one important thing in common. They were crazy about each other.


« Parce que. » Sam est très doué aussi pour agacer Lula à coup de réponses puériles. Heureusement, il ne s’arrête pas là et consent ensuite à dévoiler pourquoi il qualifié un rapprochement entre eux ce soir de « mauvaise idée ». Encore une fois, la Landry est choquée par ce qu’elle entend. Car il semble penser qu’elle utilise cette rumeur stupide pour prendre ses distances vis-à-vis de leur relation ! C’était totalement faux comme elle ne se prive pas de lui dire. « Mais non, ce n’est pas ça du tout ! Tu te trompes complètement. Putain, tu me connais… Si je voulais prendre mes distances avec toi, je n’aurai pas besoin de me cacher derrière des excuses. Je te le dirais tout simplement. » C’était bien la première fois qu’on l’accusait de faire preuve de lâcheté. Certes, elle avait des problèmes pour s’engager mais elle justement, elle n’avait jamais menti sur ce point. « Et franchement, je croyais qu’on avait dépassé ces histoires d’attachement… Je suis attachée Sam. A toi. Je croyais que c’était clair. » Dit-elle un brin dépitée. Jamais elle ne s’était autant investie dans une relation depuis son mariage et elle pensait que c’était suffisant mais apparemment non. « Je n’ai pas fait de pas en arrière. Au contraire. J’ai arrêté de m’enfuir, j’ai arrêté de te mentir, et quand les choses sont devenues compliquées, je suis restée. » Dit-elle faisant allusion aux tourmentes récentes qu’ils avaient connus. Ils n’avaient jamais été aussi soudés, jamais aussi proches à ses yeux. C’est pourquoi cette dispute n’avait pas le moindre sens aux yeux de la métisse.

Enfin, si une part d’elle-même savait ce qu’il voulait au fond. Il voulait du concret, une vraie relation qualifiée comme telle, une officialisation peut-être. Il voulait peut-être qu’elle l’appelle « mon petit ami » au lieu de son garde du corps. Et sans doute quelque chose de plus profond que « je suis attachée à toi » mais pour le moment, elle n’était pas prête à faire plus. Elle avait déjà fait beaucoup d’efforts pour lui et était anéantie de voir que ça ne suffisait pas. « Je suis tellement en colère quand je t’entends dire « semblant de relation » comme si ce qu’on a n’était pas réel. Et je suis en colère quand je t’entends dire que tu as décidé tout seul comme un grand de revenir sur un plan professionnel sans même m’en parler. Finalement, c’est peut-être toi qui a besoin de faire un pas en arrière. » Dit-elle, retournant ses propres accusations contre lui. Surtout qu’apparemment, cette rumeur n’était pas leur simple problème. Elle le pousse à le faire mais il finit par lui avouer qu’il est jaloux de Max (ça elle s’en serait doutée) mais aussi de Liam, ce qui est beaucoup plus surprenant. « Oui clairement tu es un idiot. » Commence t-elle par répondre. S’il avait espéré qu’elle le réconforterait avec la manière douce, il avait frappé à la mauvaise porte. La douceur, c’était pas son truc. Mais le fait qu’elle prenne le temps de s’expliquer compensait cette brusquerie en plus de lui montrer qu’elle se souciait vraiment de leur « semblant de relation ». « Liam est mon meilleur ami… Il ne se passera jamais rien avec lui. Quant à Max… Je sais que c’est bizarre parce que c’est mon ex-mari mais il est important pour moi aussi. Ils feront toujours partis de ma vie et ça, c’est quelque chose pour lequel je ne serai jamais désolée. » Et il ne faudrait mieux pas qu’un jour, quelqu’un s’amuse à lui poser un ultimatum à leur sujet… Sauf que pour le moment, ce n’étaient pas à eux qu’elle pensait. Ce qu’elle voulait, c’était convaincre Sam de sa sincérité. Alors même qu’elle détestait supplier.

« Mais tu sais qui d’autre est important pour moi ? Toi. » Lâche t-elle, tandis qu’ils se font face à face tels deux lutteurs sur un ring. «  Nous deux, ça fait bien longtemps que ce n’est plus que du sexe. On parle, on se confie nos secrets, nos peurs, on rigole ensemble, on se donne la main… On se raconte nos souvenirs. On a même repeint ton salon, merde ! Tous ces trucs que je m’étais juré de plus faire, je le fais avec toi. Justement parce que tu es important pour moi. Alors je ne sais pas ce que tu veux de plus. » Elle finit par le dire à voix haute, même si elle a peur de ce qu’il pourrait répondre. Elle enchaîne donc sur ce qu’il a dit par rapport à cette petite porte arrière, désireuse de lui montrer qu’elle prenait tout de même son ressenti au sérieux. « Je tiens à ce que nous deux, ça reste un secret. Pas parce que j’ai honte de toi ou parce que je veux te laisser la plus petite place possible mais parce que je veux préserver ce qu’on a. Je ne veux pas voir notre relation à la une des tabloïds, traînée dans la boue pour un oui ou pour un non. Je ne veux pas voir des paparazzis camper dans nos jardins en permanence. Je ne veux pas qu’on te harcèle, qu’on me pose des questions en permanence là-dessus… Je voulais juste que nous deux, ça reste aussi bien que ce que c’était jusqu’à maintenant. Parce que moi, ça me plaisait. Sans qu’on ait besoin de mettre d’étiquette dessus. » Et elle le réalise d’autant plus maintenant qu’elle se rend compte que c’est peut-être fini. Sam avait été patient mais elle comprenait qu’il puisse se sentir blessé par la façon dont Lula gérait les choses, parfois de manière plus pragmatique que romantique. Il avait le droit de revendiquer une place plus importante. Et peut-être même ce statut de « couple » qui la terrifiait tant. Il lui avait dit, il voulait se construire une vie, pas rester entre deux eaux éternellement. Etait-elle prête à lui donner ce qu’il voulait pour le garder ?

Elle ne savait pas, elle ne savait plus. Elle était confuse, perdue, à l’image de ce que Sam dit en s’appuyant sur la voiture, les bras croisés. « Je suis perdu Lula, je ne comprends plus rien. Je ne sais pas ce que nous sommes, je ne comprends pas toutes les émotions alors excuse moi si je n’ai pas envie de prolonger la fête aujourd’hui. » Encore une fois, il y avait un malentendu. Certes, elle avait essayé de le retenir sur un ton léger mais en vérité, si elle voulait qu’il revienne tout à l’heure, c’était essentiellement pour qu’ils puissent discuter pendant un long moment… Pas pour le sexe ou la fête. Elle hésite quand même à le corriger et à lâcher cette petite bombe au milieu d’une discussion déjà si complexe mais il est si prêt de remonter de remonter dans sa voiture et de fuir qu’elle cède à son impulsion. « J’ai besoin que tu reviennes tout à l'heure. Pas pour faire la fête mais à cause de ça. » Elle le sort de son sac à main pour lui mettre sous le nez. Le test de grossesse. Peut-être qu’elle aurait dû commencer par là en fait.

_________________

concept: me and you, you and i, us. draped lazily atop the bed, limbs crisscrossed, intertwined with comfort. oh wonder spirals through the air, fairy lights brighten a corner of the room, the soft light rays stretching to touch all surfaces. heart shaped bulbs are mirrored in your eyes, indigo pools i have no wish to leave. this is my happy place •• ALASKA


war of hearts + sam 304124468 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Sam B. Martins

TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : cranberry & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (terri)
RAGOTS PARTAGÉS : 5261
POINTS : 7884
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
war of hearts + sam Tumblr_inline_p3fc5idv1a1uyanoc_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date mais enfin normal.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
war of hearts + sam Empty
MessageSujet: Re: war of hearts + sam war of hearts + sam EmptyJeu 21 Mai - 1:09


lulam
me and my broken heart


Je devrais apprendre plus souvent à parler, à ne pas utiliser ce que je crois et à demander un avis, de l’aide ou à simplement discuter de ce qui se passe. Ça m’éviterais de devoir me disputer dans l’entrée de ma copine avec une tonne de journalistes pas loin. Surtout que nous sommes aussi entêtes l’un que l’autre, ne permettant pas spécialement une discussion très constructive. Tu dis ça comme si on en avait discuté. dis-je en levant les yeux au ciel, mais en regardant ailleurs. Parce que je sais qu’au fond, elle a raison. Si la brune a un problème, si elle voulait quelque chose en particulier, si elle ne voulait plus de moi … Elle me l’aurait dit directement, sans tourner autour du pot. Je me sens vraiment idiot sur le coup. Je t’en suis extrêmement reconnaissant, mais ne me le ressors pas à chaque fois. C’est vrai, Lula est restée et je l’aime encore plus pour ça. Mais si c’est pour me le remettre à chaque prise de tête, je préfère oublier et passer à autre chose. Arrête de me faire passer pour le méchant de l’histoire. Je croyais que tu avais fais pareil alors je n’ai pas chipoter. Je n’avais pas envie de te courir après pour me ramasser un vent. finis-je par dire, continuant d’exprimer mes émotions. Je sais qu’il y a une différence entre la vérité et ce que je croyais, mais il faut arreter d’en faire un cirque. Je n’ai pas compris, maintenant c’est fait, passons à autre chose. C’est ce que je pensais. ajoutais-je, traduisant mes pensées.

Admettre ma jalousie a été un pas difficile à faire, parce que je n’aime pas ressentir ça. Je ne fais pas partie de ces hommes qui se méfient de tout pour finir par enfermer les femmes qu’ils aiment dans des cercles vicieux. N’en rajoute pas. lâchais-je assez froidement. Elle se moque presque de moi alors je lui ouvre mon cœur. Je lui ai parlé de ce qui me dérangeait mais sans me montrer agressif, lui faisant comprendre que je voudrais tellement passer au dessus. Peut être que maintenant que je le sais, je serais capable de faire avec. Ce n’est pas votre relation avec Liam qui me rend jaloux. Il ne faut pas être devin pour comprendre que les deux ne dépasseront jamais le stade de l’amitié ou même de l’amitié fraternelle. C’est juste qu’elle est toujours flanquée avec lui, qu’elle vit avec lui. Je suis jaloux du fait qu’il puisse la voir aussi souvent, j’aimerais être à sa place. Je ne te demande pas de t’excuser pour ça, comme tu ne me demanderas pas de m’excuser parce que je déteste le fait que tu sois toujours aussi proche de lui. C’est tordu et en plus je déteste cet homme, mais je m’y ferais. J’ai cru que j’allais y arriver, avec lui. La première fois que nous nous sommes rencontrés il était plutôt sympa. Mais les fois qui ont suivi, j’ai compris que ce n’était qu’un homme prétentieux qui se croit tout permis. Puis sa copine là, et la manière dont ils nous a traité à cause d’elle, c’était trop pour moi. Lula le veut dans sa vie ? Ok. Mais ce n’est pas pour ça qu’il doit être dans la mienne. Et s’ils arrivent quelque chose entre eux un jour … Je préfère ne pas y penser.

La déclaration qui suit est étonnante, mais elle est surtout très touchante. Souligner que je suis important pour elle me va droit au cœur et je comprends que je n’ai rien compris à notre relation. Je n’ai rien compris tout court en fait. Et à me bloquer, à garder mes émotions pour moi, j’ai fini par causer encore plus de mal que ce qu’il y avait déjà à la base. Il semble qu’on soit aussi idiots l’un que l’autre. Je ne sais pas non plus. répondais-je, assez franchement. C’est vrai que d’une certaine manière, je lui ai fais comprendre que je voudrais aller plus loin. Mais le pas entre ce qu’on était et ce que nous sommes est tellement énorme, j’aurais du me rendre compte de ses efforts. Moi ? Je crois que j’ai juste envie d’un petit plus. Une sortie, un rencard, des trucs basiques. Des trucs que je ne pense pas pouvoir avoir un jour avec la Landry. Ce n’est pas grave, je m’y ferais. Ok, j’ai compris. Je vois ce que tu veux dire. Si seulement j’avais exprimé ce que je ressentais plus tôt, je l’aurais su plus vite. Je crois que j’ai compris, parce que je ne serais jamais à sa place, mais son point de vue est bon. Mais ne cherche pas à me protéger. Ces journalistes, ils ne me fichent pas du tout la trouille. Pour te dire, ils me font même assez rire, t’aurais du voir l’état de certains après avoir passé une nuit sur ma pelouse. ajoutais-je, tentant de détendre l’atmosphère. Elle n’a pas besoin de moi, mais je n’ai pas besoin d’elle non plus. Je suis largement capable de me défendre face à quelques personnes et leur dizaine de flash. Quant à leurs histoires, qu’ils inventent la plupart du temps, je m’en fou complètement. Mais je respecte ce que tu veux. finis-je par dire, un demi sourire sur les lèvres.

Si j’ai compris le pourquoi du comment, si j’ai enfin compris les émotions qui m’ont envahi en plus de ses véritables intentions, je me sens irrité par son insistance à vouloir me faire venir tout à l’heure. Jusqu’à ce que la véritable raison finisse par sortir. Quoi, qu’est-ce que tu vas encore … Oh. Je m’interromps, remarquant directement le petit objet qui est dans ses mains. Si j’avais eu quelque chose en bouche, je l’aurais recraché ou ravalé de travers. Un test de grossesse, un test de grossesse ! Je ne suis pas un spécialiste, mais je pensais avoir fait attention à tout. Moi, père. Nous, parents. C’est insensé. Est-ce qu’il est … Ah oui, il est positif. Je me rapproche pour voir de plus près mais de toutes façons, elle ne me l’aurais jamais sorti s’il avait été négatif. Oublié la position bras croisés contre la voiture, oublié cette envie de partir pour passer à autre chose. A la place je fais les cents pas pas loin, espérant trouver une solution à ce qui se passe. D’accord. Inspire, expire. L’image de la famille est une des raisons qui m’a poussé à prendre une retraite anticipée, mais je n’imaginais pas que ça pourrait arriver si vite. Je n’arrive pas à savoir si j’ai la trouille ou si je me sens heureux. D’accord. Inspire, expire. Mais il n’y a pas que moi, dans l’histoire. Elle finissait de me dire un peu plus tôt que rien que les quelques trucs que nous avions fait ensemble étaient bien plus que prévu, j’imagine qu’avoir un enfant n’était pas du tout dans ses plans. Je ne connais même pas son avis sur eux d’ailleurs, je serais incapable de dire si elle les aime bien ou pas. C’est trop tôt, beaucoup trop tôt. Puis c’en est trop pour moi. Je ne reviendrais pas tout à l’heure, on va en parler de suite. Les vautours sont toujours devant et nous ne pouvions leur en servir plus en nous tournant autour près de la voiture. Sans attendre son autorisation, je tourne autour de la voiture et finis par rentrer chez elle. Je connais les lieux, il ne m’est pas difficile de me rendre dans son salon et de m’installer dans son fauteuil ; mes jambes s’apprêtaient à m’abandonner. Qu’est-ce que tu veux faire ? finis-je par demander, regardant dans sa direction. Parce qu’après tout, la décision finale lui reviendra.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    You may not be her first, her last, or her only. She loved before she may love again. But if she loves you now, what else matters? She's not perfect—you aren't either, and the two of you may never be perfect together but if she can make you laugh, cause you to think twice, and admit to being human and making mistakes, hold onto her and give her the most you can. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Lula Landry

TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : © stellaire (avatar) & anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres (2/3)
En cours : Sam
RAGOTS PARTAGÉS : 1009
POINTS : 2505
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
war of hearts + sam 66b2d3c42b8bdac02f75dac4c177a3e159f27132
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
war of hearts + sam Empty
MessageSujet: Re: war of hearts + sam war of hearts + sam EmptySam 23 Mai - 11:13



tumblr_pose6gcCqY1vg2yxdo5_r1_250.gif
They didn’t agree on much. In fact, they didn’t agree on anything. They fought all the time and challenged each other ever day. But despite their differences, they had one important thing in common. They were crazy about each other.


« Tu dis ça comme si on en avait discuté. » Ok, il marquait un point. Encore une fois, ce qui avait manqué à Sam et à Lula, c’est la communication. Il avait cru qu’elle voulait vraiment prendre ses distances alors qu’elle ne parlait que vis-à-vis des paparazzis. Elle, elle aurait dû préciser ce qu’elle entendait par là, et lui demander des précisions pour être sûr d’avoir compris… Mais enfin, il l’avait maintenant cette discussion et c’était mieux que de ne pas l’avoir du tout. « Je n’aurai pas besoin de le ressortir à chaque fois si tu arrêtes de douter de moi à la première occasion. » Dit ensuite Lula , très calmement lorsque Sam lui demande de ne lui rappeler à chaque fois qu’elle avait été là pour lui. Certes, ce n’était pas très élégant de rappeler cela mais comme elle l’avait dit, elle en avait marre de devoir justifier de son attachement pour lui encore et toujours et elle ne voyait pas faire comment faire autrement qu’en rappelant ce moment charnière pour eux… Hélas, les reproches n’ont pas encore fini de fuser. « Je n’ai jamais pensé que tu étais le méchant de l’histoire…. » A vrai dire, elle avait plutôt la sensation que c’était le contraire. Que c’était elle la bitch au cœur de glace qui refusait de s’engager et qui faisait preuve de prudence là où elle aurait dû faire preuve de foi et d’amour… « Il n’y a pas de méchant, pas d’histoire. Juste nous deux. On doit juste trouver comment fonctionner… Enfin, si ce que tu veux toujours. »

Malheureusement, elle est maladroite aussi et peut-être un peu cruelle car elle lui fait visiblement de la peine en prenant son aveu de jalousie à la légère. Elle le voit dans ses yeux, elle le voit dans la façon dont il répond… Il ne lui reste plus qu’à essayer de rectifier le tir. « Je suis désolée… Je ne voulais pas avoir l’air de me moquer…  Quand je disais idiot, c’était plus affectueux qu’autre chose… Parce que c’est avec toi que je passe tout mon temps et on dirait que tu l’oublies. » Peut-être que si elle l’avait pris autant à la légère, c’est parce qu’à ses yeux, il n’y avait absolument aucune raison mais alors aucune raison de s’inquiéter vis-à-vis de Liam ou de Max, comme elle essaye ensuite de l’expliquer un peu mieux. Surtout qu’elle a bien entendu ce que le Martins a dit lui aussi. « Oui… Je ne peux pas contrôler ce que tu ressens et au final je préfère que tu me dises la vérité  à ce propos… Je ne te demanderai pas de t’excuser à ce propos, non plus. Mon but n’est pas de te faire souffrir, tu sais... C’est juste que je ne m’éloignerai pas de Max. Je ne te donnerai pas de raisons d’être inquiet non plus… Si toi en retour tu ne deviens pas le cliché du petit ami possessif et jaloux. Il n’y a rien que j’aime plus que ma liberté. » Dit-elle fermement. A vrai dire, cette idée qu’ils franchissent le peu d’étapes qui les mèneraient à une vraie relation, telles que les personnes normales pouvaient l’entendre, avait déjà effleuré l’esprit de la Landry plusieurs fois. Elle était attachée à ce point, à Sam, au point de considérer la chose pour la première fois depuis longtemps. Mais il lui manquait encore quelque chose, un tout petit quelque chose pour franchir le pas. Elle avait encore peur de perdre sa liberté, et surtout qu’une relation officielle gâche tout. La preuve, ils se disputaient déjà comme un vrai couple et elle était obligée de se justifier sur ses relations et même sur la leur. Tout ce qu’elle détestait dans les couples, justement…

Mais puisqu’ils jouaient cartes sur table, autant y aller à fond. Lula ne cache pas l’agacement qu’elle ressent quand elle demande directement à Sam ce qu’il veut en plus et qu’il répond littéralement qu’il ne sait pas. « Tu ferais mieux de réfléchir mieux à ta réponse. Parce que je ne te pose pas la question pour rien. Si tu ne me dis pas clairement ce que tu veux, je ne vais pas le deviner à ta place… On est des adultes, on peut se dire les choses. Si tu le gardes pour toi, tu vas continuer à être frustré et ça conduira toujours à ce genre de disputes… » Les faux-semblants, elle déteste ça. De son côté, elle explique d’ailleurs très sincèrement pourquoi elle tient absolument à ce qu’aucun journaliste n’ait vent de leur histoire. Sam semble alors mieux comprendre, même si, et c’est sans doute là une réaction typiquement masculine, il joue les gros bras que rien ne peut atteindre. « Oh si j’ai besoin de te protéger. De nous protéger tous les deux. Quelques jours de harcèlement, ça peut paraître amusant mais je t’assure que sur la durée, ça l’est beaucoup moins. Ne prends pas ça à la légère, je t’en supplie… Et il y a ma carrière qui est en jeu aussi et ça, c’est quelque chose sur lequel je serai intransigeante. La personne qui veut être avec moi doit bien comprendre ça. » Elle se faisait mélodramatique alors qu’il essayait juste de plaisanter mais ce soir, elle, elle parlait sérieusement. Il fallait qu’il soit bien conscient de tout ça, pas qu’ensuite, il dise qu’il ne savait pas. Parce qu’elle était un ensemble et qu’elle ne renoncerait à rien du tout pour une histoire d’amour… Aussi prometteuse soit-elle… Heureusement, il semble le comprendre. « Mais je respecte ce que tu veux. » Les mots magiques. Elle aussi, esquisse enfin un sourire. « Merci. »

Cependant, cet élan de franchise la contraint à abattre toutes ses cartes et la dernière n'est pas des moindres. Elle lui montre le test de grossesse. Et sans surprise, il panique. En même temps, elle n’aurait pas plus mal amener le sujet… « Est-ce qu’il est … Ah oui, il est positif. » Dit Sam après avoir mis quelques secondes à réaliser ce qu’elle lui montrait. Par contre, il ne doit pas être familier avec le dispositif parce que rien ne permet de supposer que le test est positif. Et pour cause… Lula ne l’a pas encore fait. Il est encore soigneusement emballé… La panique l’avait induit en erreur sans doute. Ou alors il supposait que si elle prenait la peine de lui montrer, c’est qu’il était positif… La métisse ouvre des grands yeux, éberluée. Elle n’a pas le temps de démentir, qu’il se met déjà faire les cent pas, faisant visiblement une crise de panique. Il se parle même à lui-même… « Non, Sam… Attends, tu… » Il ne l’entend même pas, se retournant faisant volte-face, le regard enfiévré. « Je ne reviendrais pas tout à l’heure, on va en parler de suite. » Hein quoi ? Mais il déconnait là ? « Non putain, attends… » Lula lui emboîte le pas, furieuse tandis qu’il entre dans la maison au pas de charge sans l’écouter. Il se laisse tomber dans un fauteuil du salon, commençant effectivement à « en » parler. « Qu’est-ce que tu veux faire ? Directement LA grande question. Il est temps de remettre les pendules à l’heure. « Il y a 5 minutes, tu m’as dis que tu respectais ce que je t’avais dit par rapport aux journalistes et là tu rentres tranquillement dans la maison ! Mais putain, tu te fous de moi ? Tu devrais aller courir dans le jardin avec une pancarte qui dit « JE COUCHE AVEC LULA OUI », ça irait plus vite !! » Elle perd à nouveau son sang froid. Le stress des derniers jours probablement. « Ça fait déjà 20 minutes qu’on a passé ce portail ! J’ai besoin que tu le passes dans l’autre sens, seul, MAINTENANT. C’est important putain.» Elle va vers le fauteuil, s’agenouillant vers lui. En fait, il semble toujours aussi paniqué. Elle savait qu’elle était un peu injuste, qu’il n’était pas habitué à jouer avec les journalistes comme elle, et que le choc avait dû lui faire oublier toute prudence, mais comme elle lui avait dit, elle ne jouait pas avec son image et sa carrière. Elle essaye de capter son regard, de lui faire comprendre à quel point elle a besoin de lui. « Ecoute, le test n’est pas positif. Enfin, du moins, je ne l’ai pas encore fait. Je voulais que tu sois là, qu’on le fasse tous les deux… Je n’aurai pas dû te le sortir comme ça, c’était pas correct de ma part… Je sens que tu flippes mais tu sais quoi ? Moi aussi… Alors s’il te plaît, ne me laisse pas tomber maintenant... S'il te plaît... Fais un petit tour et reviens tout à l’heure, qu’on s’occupe de cette histoire tous les deux, au calme, qu'on ait vraiment le temps d'en discuter. »

_________________

concept: me and you, you and i, us. draped lazily atop the bed, limbs crisscrossed, intertwined with comfort. oh wonder spirals through the air, fairy lights brighten a corner of the room, the soft light rays stretching to touch all surfaces. heart shaped bulbs are mirrored in your eyes, indigo pools i have no wish to leave. this is my happy place •• ALASKA


war of hearts + sam 304124468 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Sam B. Martins

TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : cranberry & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (terri)
RAGOTS PARTAGÉS : 5261
POINTS : 7884
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
war of hearts + sam Tumblr_inline_p3fc5idv1a1uyanoc_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date mais enfin normal.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
war of hearts + sam Empty
MessageSujet: Re: war of hearts + sam war of hearts + sam EmptyMar 26 Mai - 2:36


lulam
me and my broken heart


Je sais que je suis en partie responsable de ce manque de communication et c’est pour ça que j’accepte d’aller au plus profond, sans spécialement savoir où je vais. Ce n’est pas toujours très clair, je bafouille assez souvent et je comprends de travers la plupart des remarques de Lula. Sauf la dernière qui ne manque pas de me faire sursauter. Mais bien sur que je veux toujours. Je veux trouver avec elle comment on fonctionne, comment on pourrait fonctionner. Je n’en veux aucune autre pour vivre cette expérience. On en arrive à ma légère jalousie que je découvre également aujourd’hui. Je me sens idiot face à une émotion si primaire et elle n’arrange rien, même si elle essaie. Je sais, mais c’est souvent pour le travail. Puis tu es une fille si belle, si extraordinaire, que je serais fou de ne pas me méfier. dis-je très franchement, glissant quelques compliments en même temps. On la regarde, on l’admire, on la dévisage … En la fréquentant je savais dans quoi je m’embarquais, mais ce n’est pas pour ça que je dois rester là en faisant comme si tout allait bien. Vous avez été mariés, j’aurais toujours de quoi m’inquiéter. Peut être qu’eux plaisantaient en se mariant, mais je prends ce genre de lien très au sérieux. Il n’y a eu que de beaux mariages autour de moi, ils sont heureux, amoureux et ils ont tout pour eux. C’est aussi pour ça que je n’arrive pas à me faire à leur proximité, c’est comme s’ils avaient encore une bague au doigt. Non, je ne serais pas ce … Cliché. Je ne suis pas jaloux, juste méfiant. Je hais les mauvaises surprises alors jure moi juste de ne pas me briser le cœur et ma confiance est tienne. Je suis presque sur qu’elle ne me la fera pas, cette promesse. C’est trop pour elle. Mais si elle est capable de faire semblant et qu’elle me rassure avec ces mots, je pourrais encore plus facilement oublier ce petit point dérangeant.

Je grince des dents, épuisé. Agacée, elle joue carte sur table et me met la pression, une grosse pression. Je viens à peine de comprendre que j’en voulais plus, je ne peux pas deviner ce que je cherche exactement. Je passe mes mains sur mon visage, cherchant la bonne réponse. Je lui ai pourtant dis que j’étais novice, mais on dirait qu’elle cherche à apprendre avec moi, quand je comptais sur elle pour me montrer la bonne voie vers … La communication ? Les relations saines ? Qu’est ce qui m’a pris de vouloir compter sur elle, Lula est presque aussi débutante que moi en matière de relation. MAIS JE N’EN SAIS RIEN, D’ACCORD ! criais-je un peu trop fort à mon goût. Et ce n’est pas en me mettant la pression comme ça que je vais arriver à comprendre ce qui se passe. J’ai des attentes, je le sais au plus profond de moi mais je ne sais pas ce que c’est, ou je ne veux pas les voir ou je n’en sais rien, mais c’est un foutu désordre là haut. ajoutais-je, montrant ma tête du doigt. Je comprends que c’est compliqué pour elle et qu’elle ne peut pas deviner, mais j’ai besoin de temps. Les relations, je n’y comprends rien. Et ça ne pourra pas arriver en 30 secondes. finis-je par dire, traduisant mes pensées. Elle m’explique ensuite toute cette histoire de journaliste et je lui réponds, très sérieusement, que je n’ai pas peur d’eux. C’est sans prétention, j’arrive simplement à faire la différence entre ce qui m’importe ou non. Eux, je m’en fou. Mais elle pense que je fais simplement le malin et me le fait comprendre. Ok. Elle ne me connaît pas si bien, en fait. Je n’ai pas envie de rajouter de la dispute alors j’acquiesce, sans rien dire. Si elle veut se rendre malade toute seule à cause de foutus paparazzis ? Bien. Mais je ne ramasserais pas les morceaux. C’est une grande fille, de toutes façons.

Triple idiot. Je n’ai regardé qu’à moitié, faisant comme si je m’y connaissais alors que c’est la première fois que je vois ce genre de truc de près. Je suis rentré sans réfléchir, incapable d’attendre de pouvoir régler ça plus tard. Et pour en rajouter une couche, la voilà en train de me hurler dessus. Ce n’est pas bon, ce n’est pas bon pour mes humeurs. C’est malin de me faire un coup pareil puis de réagir de la sorte. S’ils l’écrivent, ce sera peut être aussi PARCE QUE TU ES EN TRAIN DE LE HURLER. criais-je à mon tour, en me levant, très sec. Si c’est à ça qu’elle veut qu’on joue je le ferais, mais je le ferais de la même manière qu’à l’armée, parce que j’en ai marre de me faire traiter comme un moins que rien parce que je fais ce que je pense être bon pour moi. Il y 5 minutes, tu n’avais pas un test de grossesse dans les mains. Tu croyais quoi franchement ? Que j’allais rester là et te dire ok, à tantôt. C’est une nouvelle complètement folle, merde. Les insultes sortent tellement peu de ma bouche que je m’étonne à chaque fois que ça arrive. J’ai baissé le ton, mais je parle toujours trop fort. En plus, tu m’aurais fais une tête comme ça si j’étais parti sans rien dire. T’es jamais contente de toutes façons. ajoutais-je, mêlant les gestes à la parole. Je me rassois, désespéré, tandis que la Landry finit par s’agenouiller près de moi. Je n’ai pas envie, je n’ai pas envie de l’avoir près de moi pour le moment, j’ai besoin de digérer. Elle arrive pourtant à capter mon regard et s’en suit un flot d’explications. Je l’ai bien compris. Je voulais faire comme si je savais comment ça marchait pour ne pas être ridicule … Peu importe. J’aurais pu aller jusqu’au bout, elle a déjà entendu mon discours sur le fait d’être puceau, elle aurait pu écouter la manière dont je viens de me ridiculiser. Mais elle le sait. Et elle me met dehors, pour de bon. Je ne te laisserais pas. Mais tu m’énerve. finis-je par dire. Je sors par l’endroit où je suis rentré, regardant à peine derrière moi. Trop de nervosité pour aujourd’hui.

Je n’ai pas envie de faire un tour, je n’ai pas envie de me balader ou de faire je ne sais quoi en attendant que l’heure soit la bonne pour mademoiselle Landry. Mais je lui ai promis de faire ce qu’il faut, comme un idiot, alors je prends le volant de la voiture et m’en vais, comme la brune me l’a demandé. Incapable de parler avec quelqu’un et peu envieux à l’idée de sortir, je rentre à la maison. Tout ce que je trouve à faire, c’est le cent pas. Je traverse la pièce d’un bout à l’autre en réfléchissant à tout, à notre relation, à ce que j’ai compris ou non, à une potentielle paternité que je n’avais pas du tout vu venir. C’est trop d’un coup, je n’arrive pas à encaisser. Quand j’espérais voir toutes ces choses se réaliser, je pensais que ça serait plus simple et que tout viendrait tout seul. Raté. Il faut que j’arrête de penser, je vais rajouter encore et encore des questions auxquelles je ne pourrais pas répondre. Il semble de toutes façons qu’il se soit passé assez de temps pour que je puisse y retourner. Je monte dans ma chambre pour laisser tomber le costume et enfiler un jogging. Et je cours jusque chez elle, escaladant la haie dès que j’arrive devant la bonne villa. Je rentre par la porte arrière. Lula ? criais-je à travers les pièces. Il fait très calme, c’est curieux. Je finis par la trouver. Je suis rentré chez moi, j’ai tourné en rond, j’ai mis un jogging, j’ai couru jusqu’ici, je suis passé par dessus la haie et je suis rentré par derrière. lui expliquais-je, avant qu’elle ne puisse me demander quoi que ce soit. Assez des interrogatoires ou des explications a obligatoirement donner. Je m’installe au même endroit que tout à l’heure. Ça te va ou je dois encore revoir ma technique ? finis-je par demander, ironique. Bravo la promesse de respect ou de rester calme … Je dois trop la fréquenter, garder ce petit coté revanchard, ça ne me ressemble pas. Peu importe, on a plus important à discuter de toutes façons.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    You may not be her first, her last, or her only. She loved before she may love again. But if she loves you now, what else matters? She's not perfect—you aren't either, and the two of you may never be perfect together but if she can make you laugh, cause you to think twice, and admit to being human and making mistakes, hold onto her and give her the most you can. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Lula Landry

TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : © stellaire (avatar) & anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres (2/3)
En cours : Sam
RAGOTS PARTAGÉS : 1009
POINTS : 2505
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
war of hearts + sam 66b2d3c42b8bdac02f75dac4c177a3e159f27132
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
war of hearts + sam Empty
MessageSujet: Re: war of hearts + sam war of hearts + sam EmptyDim 31 Mai - 11:02



tumblr_pose6gcCqY1vg2yxdo5_r1_250.gif
They didn’t agree on much. In fact, they didn’t agree on anything. They fought all the time and challenged each other ever day. But despite their differences, they had one important thing in common. They were crazy about each other.


« Mais bien sur que je veux toujours. » Cette clarification de Sam fait du bien à entendre. Maintenant, Lula a l’impression de savoir un peu plus où ils mettent les pieds. Et pas insensible aux reproches qu’il lui a adressés précédemment, elle se fait plus à l’écoute lorsqu’il essaye de s’expliquer à propos de la jalousie qu’il éprouve. Et au lieu de les moquer, elle essaye désormais de désamorcer ses inquiétudes. « Non, ce n’est pas que pour le travail. Peut-être que tu es mon garde du corps mais ça va bien au-delà de ça. J’aime passer tout ce temps avec toi. Je ne voudrais personne d’autre avec moi. » A vrai dire, elle ne rencontrait pas vraiment de menace à Tenby. Donc si elle passait autant de temps avec le Martins, c’est qu’elle le voulait bien… Quant à cette histoire de mariage… « Et avec Max, on a justement mis fin à notre mariage parce qu’on a compris qu’on était mieux amis et séparés qu’en couple ou ensemble. Je sais faire la part des choses. » Cependant, ça ne semble pas suffisant pour lui. Car il essaye de lui extirper une promesse en plus. « Je hais les mauvaises surprises alors jure moi juste de ne pas me briser le cœur et ma confiance est tienne. » Un caractère moins indomptable que celui de la métisse pourrait se conformer à cette demande pour finir d’arrondir les angles mais comme elle l’avait dit, elle ne laisserait jamais personne lui dicter sa conduite. « Non, je ne te ferai pas cette promesse. Déjà parce que la confiance, ça ne marche pas comme ça ; c’est pas quelque chose qu’on peut simplement promettre… Et surtout parce que pour moi, ça serait une promesse vide de sens. Les relations, c’est compliquées, on ne peut jamais savoir comment elles vont tourner. Alors c’est sûr qu’actuellement mon intention n’est pas de te faire du mal mais qui sait ce qu’il peut se passer ? Peut-être que je te briserai le cœur, volontairement ou involontairement, on ne peut pas le prédire, ni même le contrôler.… »

Il n’allait pas aimer cette réponse mais tant pis. Il l’avait dit lui-même, il débutait dans les relations et il en avait certainement une vision un peu naïve. Une promesse ne changerait rien. Et en plus, elle ne cèderait pas sur le point de la confiance. Même s’il l’avait ignorée quand elle le lui avait dit, elle en avait assez qu’il doute sans cesse d’elle. Elle n’allait pas lui jurer allégeance ou autres connerie du genre. C’est par les actes qu’elle se montrait fiable et s’il ne voyait pas cela, elle ne pouvait pas rien pour lui… Surtout qu’il lui confirme quelques instants plus tard de lui-même qu’il ne comprenait rien aux relations, que c’est le bordel dans sa tête, qu’il a effectivement des attentes mais qu’il ne sait pas lesquelles. Il hausse le ton, ne supportant pas qu’elle le mette au pied du mur. Elle sent sa patience et sa bonne volonté s’envoler. « ALORS POURQUOI PROVOQUER CETTE DISPUTE DE MERDE SI TU NE SAIS MÊME PAS CE QU TU VEUX ? » A-t-elle envie de crier en retour. Mais elle n’en fait finalement rien. Elle hausse les réponses. « OK, ne réponds pas à la question. Mais laisse-moi te dire ce que je veux moi. Ça t’éclairera peut-être... Moi je ne rêve que d’une relation sympa entre deux adultes consentants qui ne se prennent pas la tête. Et c’est ce qu’on a. Je suis avec toi, exclusivement toi. On est en train d’apprendre à se connaître, on s’amuse ensemble, on est juste… bien. Je ne veux pas qu’on gâche ça avec des attentes, des promesses, des exigences, des engagements, où je ne sais quoi. Je veux juste qu’on profite de ce qu’on a la chance d’avoir… Parce que dès que ça commence à me prendre la tête, ça a tendance à ne plus m’intéresser. » C’était une position sur laquelle elle ne dérogerait pas. Surtout que celle-ci n’avait pas changé ou n’était pas une surprise, elle l’avait adoptée dès le début.

Un autre point sur lequel elle était intransigeante, c’était vis-à-vis des journaliste et même si Sam a beaucoup de mal à encaisser le fait de devoir partir, il finit par y consentir. Non sans lui avoir fait deux trois remarques bien senties au passage, du style « de toute façon tu n’es jamais contente ». Il dit aussi qu’elle a qu’à crier plus fort, que s’il était parti sans rien dire, elle lui en aurait voulu aussi. De la pure mauvaise foi. Car elle lui avait justement demandé de partir. Mais aussi de revenir, ce qui était une nuance importante…  Elle laisse cependant glisser, essentiellement pour ne pas envenimer la situation. Même si elle crevait d’envie de lui dire sa façon de penser. Au lieu de ça, elle persiste sur la voie de l’apaisement. « Oui OK, je sais, c’est une nouvelle complètement folle… Et je le redis, désolée de l’avoir balancée aussi abruptement… Mais je crois que je l’ai fait parce que… Parce que le résultat de ce test peut tout changer. Y compris la teneur de cette dispute. Donc maintenant, j’aimerai qu’on se concentre sur ça. » Elle réitère ses excuses même s’il semble ne retenir que le négatif. Elle l’avait blessé, elle le voyait bien. Et c’était sans doute pour ça qu’il agissait comme un gamin. Même si le pire c'est que cette histoire de journalistes les dépassait. Elle aurait infligé le même traitement à n'importe qui... Elle lui avait déjà expliqué qu'elle n'avait pas le choix et que c'était important mais il semblait le prendre personnellement... Heureusement, malgré ce caractère agaçant qui pouvait être le sien, il restait un homme bien. Et au final, c’est cette droiture qui l’emporte. C’est cette même droiture qui faisait qu’elle était tombée amoureuse de lui. « Je ne te laisserais pas. Mais tu m’énerve. » Puis il s’en va, sans un regard en arrière.

Il avait le droit d’être énervé. Mais c’était tout ce qu’elle avait besoin d’entendre. Qu’il reviendrait, qu’il serait là avec elle. Car elle avait besoin de lui…Une trêve le temps qu'ils tirent cette histoire au clair. Au début, elle ne bouge pas. Elle attend qu’il revienne exactement à l’endroit où il l’a laissée. Assise près de ce fauteuil qu’il avait quitté, elle est presque prostrée tandis qu’elle réfléchit aux mots qu’ils viennent d’échanger. Elle réfléchit aussi à ce test de grossesse. Jusqu’à maintenant, elle avait refusé de le voir comme quelque chose de concret mais là, il prenait de plus en plus de réalité… Elle, mère ? Non comme elle l’avait dit à Megan, rien que l’idée était risible… Et pourtant, elle craignait vraiment que ce test soit positif. Les signaux que son corps lui envoyait étaient plutôt évocateurs et même si elle était une personne qui adorait le déni, elle ne pouvait justement plus les ignorer… Elle finit par se lever et aller dans sa chambre, avec l’idée de faire le test dans la salle de bain attenante. Comme ça, quand Sam reviendrait, il y aurait le résultat… Sauf qu’elle n’y arrive pas. Et quand il revient, appelant son nom partout avant de tomber sur elle, elle est assise sur le bord du lit, le carton du test encore fermé entre les mains. Elle avait eu peur, elle avait manqué de courage... Elle s’était dit qu’avec Sam à ses côtés, ça serait plus facile mais les paroles qui sortent de bouche du principal intéressés ne sont pas aussi réconfortantes que ce qu’elle avait espéré. Au contraire, elles sont fielleuses, passive-agressives. Il explique qu’il est revenu par derrière, escaladant la haie. « Ça te va ou je dois encore revoir ma technique ? » Demande t-il d’un ton ironique et insupportable. Lula est dans un état de nerfs déplorable. Leur univers est peut-être sur le point de s’effondrer et cet idiot essaye encore d’égaliser un score imaginaire avec ses répliques à la con. Elle voit rouge, très rouge et cette fois-ci, elle n’arrondit pas les angles. Elle regrette d’ailleurs de l’avoir fait précédemment alors que visiblement, il n’avait pas fini de multiplier les provocations. Elle se lève, le fusillant du regard. « PUTAIN MAIS  C’EST QUOI TON PROBLEME ? » Elle ne supportait plus cette attitude de gamin boudeur. Et elle y réagit malheureusement avec autant de puérilité. Elle prend le test de grossesse et le jette en sa direction, l’atteignant à l’épaule. « Tu sais quoi ? Je vais pas le faire ce putain de test. Pas dans ces conditions. J’en ai ma claque. » Puis sans plus de cérémonie, elle tourne les talons, allant s’enfermer dans sa salle de bain, non sans claquer bruyamment la porte derrière elle.

_________________

concept: me and you, you and i, us. draped lazily atop the bed, limbs crisscrossed, intertwined with comfort. oh wonder spirals through the air, fairy lights brighten a corner of the room, the soft light rays stretching to touch all surfaces. heart shaped bulbs are mirrored in your eyes, indigo pools i have no wish to leave. this is my happy place •• ALASKA


war of hearts + sam 304124468 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Sam B. Martins

TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : cranberry & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (terri)
RAGOTS PARTAGÉS : 5261
POINTS : 7884
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
war of hearts + sam Tumblr_inline_p3fc5idv1a1uyanoc_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date mais enfin normal.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
war of hearts + sam Empty
MessageSujet: Re: war of hearts + sam war of hearts + sam EmptyMar 2 Juin - 2:14


lulam
me and my broken heart


Je me frappe mentalement depuis le début de cette discussion, incapable de supporter une quelconque sorte de jalousie de ma part, ne voulant guère m’abaisser à ça. Et plus j’essaie de m’expliquer rapidement de sorte à couper court à la discussion, plus elle en rajoute. Je … Je n’ai pas envie de passer du temps avec quelqu’un d’autre. Cette remarque est des plus agréables, j’y réponds d’ailleurs facilement, mais celle qui suit un peu moins. Elle insiste avec Max, encore et encore. Elle n’arrive pas à comprendre que le passif est lourd même si les choses sont claires pour les deux. Je décide alors de ne rien ajouter, parce que j’ai finir par me faire engueuler parce que je touche trop au Julliard. Je lance une bêtise, un truc qui aurait pu etre mignon si la Landry ne l’avait pas pris aussi sérieusement. Woaw. Je ne disais pas ça sérieusement, mais content de savoir que je vais devoir me méfier. Et je pensais que tu savais déjà que tu avais ma confiance. Enfin bref. Cette réponse est en fait des plus normales, elle a totalement raison. Le truc, c’est que je savais qu’elle ne me dirait pas oui, c’est une bêtise. Mais je ne m’attendais pas à quelque chose d’aussi sérieux, d’aussi menaçant. Parce que c’est l’impression que j’ai dans le fond, une épée de Damoclès en continu au dessus de ma tête prête à tomber … Je dois me calmer pour comprendre que je ne dois pas aller aussi loin, mais la brune devrait vraiment apprendre que le poids de ses mots peut avoir de laides conséquences.

En fait, quand j’y repense, je ne sais plus comment nous en sommes arrivés à discuter de ce que j’attendais. Un flot de paroles sortent de nos bouches depuis tout à l’heure, à tel point que j’en oublie les premières. Pourtant je me concentre et me sens des plus triste en entendant les paroles qui suivent. C’est aussi assez énervant. Sous prétexte que je n’ai pas compris, je ne veux pas profiter de notre relation ? Alors sous prétexte que je n’ai pas parlé et que j’ai mal compris le message derrière ses demandes, je veux qu’on en finisse ? J’ai le cœur en miette depuis des jours, persuadé de n’avoir été qu’un jouet de plus dans sa liste et elle me parle d’arrêt comme on parlerait du beau temps. J’aime ce qu’on a et je ne veux pas que t’en doute. Le reste, je ne cherche pas de pressions non plus, j’en ai et j’en subis assez. La pression d’un ex militaire avec un PTSD, la pression de protection d’une jeune femme contre un harceleur, la pression d’une relation que je découvre au fil des jours. Si je n’avais pas ces beaux moments à ses cotés, je serais déjà parti depuis longtemps ; j’aurais été m’installer ailleurs et j’aurais pris ma retraite comme n’importe quel militaire. Je crois que ma tête rêve de rencards, de sorties, de te présenter à ma famille. Des trucs qui semblent si simples et si compliqués à la fois. Le naïf que je suis vient de comprendre que toutes les relations ne ressemblent pas à ça et que c’est tout aussi bien. Un demi sourire, surtout de fierté. Comme quoi dans les pires moments, on peut tirer de belles leçons. Ces envies finiront par se dissiper, comprenant que ce qu’on a est assez bien pour moi. On discutera ensemble de ce genre de suite, si nous sommes prêt un jour. La suite se passe tellement vite que là encore, je n’ai pas encore tout suivi. Entre un test de grossesse pas encore fait et une Lula qui me supplie de partir, tout s’est encore compliqué. D’accord. finis-je par dire, avant de tourner les talons, épuisé. J’ajoute quand même qu’elle m’énerve et retourne dans ma voiture pour rentrer chez moi. Je refais le même chemin à la course quelques heures plus tard.

C’est reparti. A un moment, je me demande même pourquoi je suis venu, pourquoi je me suis embêté à venir jusqu’ici en courant et en escaladant une haie pour qu’elle râle, encore. J’avais entendu ces clichés comme quoi ça arrivait souvent, ce soir j’étais tombé sur la reine. Si je voulais respecter des ordres sans avoir à me plaindre, je retournerais sur le terrain. J’entends à peine ce qu’elle dit, plus concentré sur le claquement de la porte de sa salle de bain. Je me lève et je vois rouge à mon tour. J’étais juste loin de savoir que LES mots allaient sortir au pire moment de la journée. TU SAIS C’EST QUOI MON PROBLÈME ? ET BIEN C’EST QUE JE T’AIME ESPÈCE D’IDIOTE. hurlais-je pour toute la maison, frappant du poing contre la porte. Je me ressaisis quand même et pose mes mains sur ma bouche, incapable de comprendre pourquoi ça sort maintenant. En fait si, je sais pourquoi : je suis amoureux d’elle. Je le sais depuis un moment maintenant, et il semble que ma tête se soit dit que c’était le meilleur moyen pour apaiser les tensions. J’aurais par contre aimer voir sa réaction, connaître son ressenti mais face à face. ET TU SAIS CE QUE J’AURAIS BIEN VOULU ? TE LE DIRE SANS QU’ON SE HURLE DESSUS. Lula me parlait de mes envies tout à l’heure, de ce que j’attendais de notre relation. Premier point, se dire des mots doux sans qu’on se dispute, histoire que ça n’ait pas l’air dit juste comme ça. J’aurais voulu avoir mes mains sur ses hanches et mon regard perdu dans le sien pour cette première fois … Mais nous ne sommes pas assez communs pour espérer ça. Je sais que ta vie est compliquée mais ce n’est pas pour ça que tu dois me traiter de la sorte. J’ai le droit d’avoir des émotions, de ressentir quelque chose et de le dire à voix haute sans me faire engueuler. Woaw, il faut croire qu’en commençant, ça finissait par venir tout seul. Alors t’en as peut être marre, mais moi aussi j’ai ma dose. J’ai ma dose de pressions, d’incompréhensions, de remarques et de cris. C’est trop pour moi, j’ai l’impression que ma poitrine se contracte tellement qu’elle va finir en petits morceaux. Ma tete me fait défaut, mon cœur est en train de suivre. L’air frais de la soirée allait m’aider. Fais ce que tu veux, j’ai besoin d’air de toutes façons. finis-je par dire, tournant les talons. Je finis dans le salon et si à la base je voulais m’en aller, je finis par rester et m’installer, attendant impatiemment que la belle se calme. Je lui ai promis que je ne la lâcherais pas, que je serais là pour cette situation difficile, et je tiendrais ma promesse jusqu’au bout. Parce que je l’aime, comme je lui ai dit.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    You may not be her first, her last, or her only. She loved before she may love again. But if she loves you now, what else matters? She's not perfect—you aren't either, and the two of you may never be perfect together but if she can make you laugh, cause you to think twice, and admit to being human and making mistakes, hold onto her and give her the most you can. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

war of hearts + sam Empty
MessageSujet: Re: war of hearts + sam war of hearts + sam Empty

Revenir en haut Aller en bas

war of hearts + sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ✿ ::  :: Historical Center :: Residences :: Esplanade-