AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
✿ Bienvenue sur Whispers Down The Lane ! L’intrigue du forum se situe à Tenby, village gallois où il fait bon vivre et où les rumeurs font le délice des habitants. Ne vous fiez pas aux apparences : ici, tout le monde est bienvenu ! L’esprit du forum, c’est convivialité, détente, et un peu de drama ! Nous acceptons tous les personnages, et n’exigeons aucun minimum de rp par mois. On attend plus que vous !
Tenby, juin 202010°C/25°C Le Printemps s’est bien installé sur le village. S’il ne fait pas encore assez beau pour se baigner, les averses se font un peu plus rares et la plage est très agréable pour une promenade, alors que les températures montent en flèche et que quelques vacanciers arrivent pour profiter des beaux jours qui s’installent.
✿ Avez-vous entendu ? Il y a beaucoup de nouvelles têtes en ville. C’est bien que le village attire, mais j’ai l’impression que nos nouvelles arrivantes ont toutes des secrets à cacher…Étrange, non ? Il ne faudrait pas que cela perturbe Tenby ! Nous sommes un village respectable, nous. En tout cas, c’est très mystérieux, et j’ai hâte de connaitre votre opinion sur ces charmantes jeunes femmes… Venez donner votre avis ici.

Partagez

who's gonna run this town tonight ? + danny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Eleanor Griffiths

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Trystan & Alex
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : faith (vava l) myself (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Abel - Leia - Lily- Charles
RAGOTS PARTAGÉS : 2802
POINTS : 4148
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
who's gonna run this town tonight ? + danny 4bEUCc0
ÂGE DU PERSONNAGE : 20 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Enchaîne les petits boulots pour survivre. Bosse actuellement à Baker Street la journée et au cinéma le soir. Elle fait aussi du dépannage au Three Mariners parfois.
REPUTATION : Non mais quel scandale... Il paraît qu'elle fait des TIG maintenant. On est bien loin de l'étudiante prometteuse qu'elle était... Je me demande ce qu'elle a fait quand même...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
who's gonna run this town tonight ? + danny Empty
MessageSujet: who's gonna run this town tonight ? + danny who's gonna run this town tonight ? + danny EmptyJeu 30 Avr - 14:35



I'm addicted to the thrill. It's a dangerous love affair. Life's a game but it's not fair. I break the rules so I don't care. So I keep doin' my own thing. Walkin' tall against the rain. Only thing that's on my mind, Is who gon' run this town tonight ?


Je pousse un soupir ennuyé, tandis que je passe un énième coup de chiffon sur le comptoir du bar. La soirée touchait à sa fin et c’était une bonne nouvelle car elle n’avait pas été folle. Peu de clients et une ambiance merdique… J’avais toujours idéalisé le métier de barman mais depuis que j’ai été engagée pour faire des extras au Three Mariners, je me rends compte que je me suis trompée. C’était aussi chiant que le reste, et maintenant, je suis condamnée à attendre que les derniers poivrots de Tenby veuillent bien rentrer chez eux en méditant sur la morosité de mon quotidien... Rien de glamour en somme. Le problème, c’est que l’ennui et la frustration me conduisent toujours à faire n’importe quoi et ce soir ne fait pas exception. J’ai soudain une idée. Une idée tellement énorme et dangereuse mais tellement géniale qu’une fois qu’elle a traversé mon esprit, je ne peux plus m’en défaire. Et je n’essaye pas beaucoup en fait, car j’ai tout de suite envie de la mettre à exécution. Ce soir, j’avais besoin d’une petite revanche sur la vie… Je dégaine mon téléphone pour envoyer un texto à Daniel, tapant avec dextérité sur les touches. « Si tu peux, viens au Three Mariners, tu ne le regretteras pas… » Je clique sur envoi, amorçant ainsi la première partie du plan. Je n’ai plus qu’à attendre maintenant…

Et pour mon plus grand bonheur, le Granger ne me fait pas faux bond. Au bout d’un quart d’heure (dont je vois passer chaque minute), il pousse la porte du bar, son éternel sourire nonchalant sur les lèvres. Ça me donne tout de suite envie de sourire à nouveau moi aussi. Hélas, je ne peux pas encore m’envoler vers de nouveaux horizons avec lui, car il reste toujours deux clients qui continuent à refaire le monde. Je les lui montre d’un signe de tête discret en articulant le mot « lourd » du bout des lèvres. Il vient vers le comptoir et je m’accoude pour lui faire face de l’autre côté. « Salut beau brun. » Que je dis en exagérant à peine. « Il me reste un quart d’heure à tirer… Je te sers une bière pour tuer l’attente ? C’est la maison qui offre. » Je n’avais pas trop le droit de faire ça, de la même façon que je n’avais pas le droit de me servir un verre non plus et pourtant 5 minutes plus tard, Danny et moi, nous avons chacun un verre en face de nous... Je regarde mes deux derniers clients du coin de l’œil pour m’assurer qu’ils n’ont besoin de rien mais ils ne me prêtent pas attention. « Ça va toi ? » Que je lui demande gentiment. Il n’était pas en grande forme la dernière fois qu’il était venu chez moi et même si on avait fini bourrés comme des coings, je m’en rappelais. J’espérais qu’il se sentait un peu mieux. Et dans la négative, j’avais peut-être de quoi l’aider à se sentir mieux.  Je me penche donc vers lui avec une mine de conspiratrice. « Tu as quelque chose de prévu pour plus tard ? Parce que je me disais qu’on pourrait se faire une petite expédition nocturne tous les deux… » Ok, je fais un peu de suspense inutile mais c’est surtout parce que moi-même je ne sais pas si j’aurai le cran d’aller jusqu’au bout de mon idée. Mais bon, je me rends vite compte que ça serait stupide de se dégonfler maintenant alors que je l’ai déjà fait venir ici… Je prends une inspiration. « Je repensais à ce que tu me disais sur tes sponsors… La manière dont ils t’ont lâché… Je pense qu’on devrait aller leur rendre une petite visite. Aller à une de leurs boutiques et le montrer notre mécontentement. »  OK, j’étais complètement folle mais je ressentais l’envie irrépressible de faire quelque chose de dangereux ou d’interdit.  

_________________

 

+ “DO YOU THINK THERE’S A RIGHT TIME FOR TWO SOULS WHO GOT IT WRONG THE FIRST TIME?  CAN WE START AGAIN ? MAKE IT BETTER ?  ”
who's gonna run this town tonight ? + danny 9UsDlGS
Revenir en haut Aller en bas
Daniel M. Granger
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Daniel M. Granger

TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : sam & liam & erin.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : forevertry & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Lily, Leia, Lenny, Megan, Emma)
RAGOTS PARTAGÉS : 1884
POINTS : 5549
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016
who's gonna run this town tonight ? + danny Tumblr_nxnvrj7Zya1rz8fk6o2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt trois ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : cold heart.
PROFESSION : plus d'escrime, plus d'université ... il est privé du premier tandis qu'il a complètement oublié le deuxième. mais qu'est-ce que ce gamin va faire de sa vie?
REPUTATION : discret vous avez dit ? j'ai l'impression qu'il revient sur le devant de la scène, comme avant. on la vu sortir de chez les flics récemment, sûrement le début de la fin. au fait, quelqu'un a vu Riley ? c'est peut-être ça qui la fait dériver.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
who's gonna run this town tonight ? + danny Empty
MessageSujet: Re: who's gonna run this town tonight ? + danny who's gonna run this town tonight ? + danny EmptySam 2 Mai - 21:20


lenny & danny
it’s ironic how you feel most alive
when your heart skips a few beats


La vie ça va et ça vient. Pour l’instant je fais avec, parce que je ne sais pas où elle va me mener. Depuis que j’ai arrêté l’escrime et que l’université est devenue une réelle option, plus une obligation, les jours commencent à beaucoup trop se ressembler. Mais les pires moments, c’est quand je suis au calme et que j’ai l’occasion de réfléchir, comme maintenant. Ces petits moments atroces où je finis par me poser enfin la question que j’ai toujours fui jusqu’ici. Quel avenir pour moi. Parce qu’en plus de ne pas savoir quoi faire, c’est hors de question pour moi de me retrouver à travailler dans un supermarché ou je ne sais quoi. C’est la merde, et je n’ai même plus l’envie de boire ou faire la fête pour oublier tout ça. D’habitude, les changements d’envies et de direction se font à la crise d’adolescence. Il faut croire qu’apparemment, ma crise d’adolescence arrive à mes 23 ans. Le bonheur. Pardon. Tu disais ? dis-je en sortant ma tête des étoiles. J’étais assis seul, dans le salon, et je n’avais pas entendu mon frère qui venait de me rejoindre. Un bon moyen de se sentir un peu mieux, de passer un bon moment entre hommes, ou presque. Il est venu me sortir comme j’aime lui dire, et nous partons manger un bout une bonne demi heure plus tard. Moi qui ne comptait plus tellement sur ma famille depuis un moment, j’ai bien l’impression qu’elle est devenue mon pilier depuis mon léger incident.

Le sms de Lenny arrive au bon moment, vu que c’est celui où mon frère m’abandonne pour rentrer chez lui ; je suis presque sur qu’il va rejoindre une fille et qu’il ne veut pas me le dire. Ce n’est pas grave au fond, puisque moi aussi. Je mets un petit quart d’heure à la rejoindre au Three Mariners, son nouveau lieu de travail. Elle me fait un signe de tête dès que je rentre, me montrant deux gros lourds qui n’ont pas l’air de vouloir quitter l’endroit. Je comprends de suite que j’allais devoir l’attendre et m’approche du comptoir, tandis que l’accueil que je reçois est des plus plaisants. Salut toi. C’est devenu difficile de trouver des adjectifs neutres, alors je me contente d’un toi bien significatif, accompagné d’un regard et d’un sourire sincère. Et un peu racoleur, je dois l’admettre. Une surprise, des compliments et une bière gratuite … Fais gaffe, je vais m’habituer à tout ça. dis-je sans une once d’humour. La Griffiths a toujours su comment me parler ou même comment me traiter comme j’aime et rien n’a changé. Je ne sais pas si elle a le droit de faire ça, mais au pire, je laisserais discrètement un petit billet pour ne pas qu’elle ait d’ennuis. Merci. Elle pose mon verre et je me jette presque dessus après avoir trinqué avec la jeune femme. Ça va, ça va. Même à cette question, j’ignore ce que je dois répondre. En soit je me sens bien, je n’ai juste plus aucun but dans la vie. Toi je ne te demande pas, t’as l’air de te faire chier à un point. finis-je par dire, mort de rire, buvant ma bière bien tranquillement.

Un mystère s’installe quand elle me parle de mes sponsors et d’une expédition nocturne. Une expédition nocturne ? La conspiration qui se lit sur son visage m’intrigue autant qu’elle m’excite. La blonde met du temps à continuer, sûrement parce qu’elle sait que ça va m’embêter de ne pas savoir tout de suite. Je m’attendais à tout par contre, mais pas à sa proposition. Je ressens une certaine fierté en me disant que j’ai du l’influencer pour qu’elle ait une idée pareille. Puis je me trouve ridicule de ne pas y avoir pensé moi même. Oh je … Waouw, je ne m’y attendais pas. J’ai l’air un peu con, bière à la main, à ne pas trouver les mots idéals à répondre. Je sors une excuse pour digérer le truc tranquillement. Je … Tu … Soit, je finis ma bière et je t’attends dehors. Je la finis assez vite et je finis dehors. Je sors mon paquet de clope en prends une que je porte directement à mes lèvres. J’ai envie de me gifler face au ridicule de ma réaction. Mais c’est que je ne me souviens plus de la dernière fois qu’on a fait quelque chose d’aussi gentil pour moi. Elle a pensé à moi, elle a pensé à ce que j’ai dit et elle est prete à m’aider à me venger … Des sensations nouvelles qui font du bien, mais qui sont perturbantes. Je n’ai pas vu le temps passé quand la Griffiths sort du bar. Si mademoiselle veut bien me suivre. dis-je en lui ouvrant la portière de ma voiture, un large sourire sur les lèvres. Je fais le tour et m’installe sur le siège conducteur. Je m’étais trouvé quelques sponsors dans plusieurs villes. Tu crois qu’on doit rester à Tenby ou il vaut mieux qu’on aille ailleurs ? Je te laisse décider, vu que c’est toi qui a eu cette merveilleuse idée. finis-je par dire, tout excité à l’idée de leur faire payer leur abandon.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    Go on and light me like a cigarette, even if it might be somethin' you regret. You got me now, now, now. Swallow me down, down, down, down. I only light up when cameras are flashin', never enough and no satisfaction. Got no shame, i love the way you're screaming my name. Diggin' my grave to get a reaction, changin' my face and callin' it fashion. Got no shame, i love the way you're screaming my name.


who's gonna run this town tonight ? + danny 482748114:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Eleanor Griffiths

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Trystan & Alex
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : faith (vava l) myself (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Abel - Leia - Lily- Charles
RAGOTS PARTAGÉS : 2802
POINTS : 4148
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
who's gonna run this town tonight ? + danny 4bEUCc0
ÂGE DU PERSONNAGE : 20 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Enchaîne les petits boulots pour survivre. Bosse actuellement à Baker Street la journée et au cinéma le soir. Elle fait aussi du dépannage au Three Mariners parfois.
REPUTATION : Non mais quel scandale... Il paraît qu'elle fait des TIG maintenant. On est bien loin de l'étudiante prometteuse qu'elle était... Je me demande ce qu'elle a fait quand même...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
who's gonna run this town tonight ? + danny Empty
MessageSujet: Re: who's gonna run this town tonight ? + danny who's gonna run this town tonight ? + danny EmptyLun 4 Mai - 19:04



I'm addicted to the thrill. It's a dangerous love affair. Life's a game but it's not fair. I break the rules so I don't care. So I keep doin' my own thing. Walkin' tall against the rain. Only thing that's on my mind, Is who gon' run this town tonight ?


« Salut toi. » Le charme et le sourire de Daniel sont toujours aussi ravageurs. Fut un temps, je me serai pâmée rien qu’en recevant une telle salutation mais heureusement, j’étais désormais à peu près immunisée…   « Une surprise, des compliments et une bière gratuite … Fais gaffe, je vais m’habituer à tout ça. » Sa réplique suivante agrandit mon sourire de quelques centimètres supplémentaires. Son humour aussi était irrésistible. « Rien n’est trop beau pour toi, Clyde. » Que je dis sur le même ton. Mais finalement, ce n’était pas si exceptionnel que ça, ce qu’il est en train de se passer. Le Granger et moi, nous étions redevenus amis, ce qui signifiait que je le traitais comme tous mes amis proches : avec soin. Je comprenais plus que jamais l’importance de l’amitié et de la loyauté inhérente maintenant que ma famille me tournait le dos… Je garde bien évidemment cette pensée pour moi, continuant à me détendre avec Danny. « Mais tu as raison, il ne faut pas que je te dorlote trop, tu vas devenir capricieux sinon. » Petites piques d’humour préliminaires avant que je lui expose ma grande idée. Je lui demande d’ailleurs comment il va et il me sort un « ça va » plutôt évasif qui me fait comprendre que je ne dois pas trop insister. Surtout qu’il détourne vite le sujet sur ma pauvre condition à moi. « Merde, je pensais pas que ça  se voyait autant que ça. » Que je dis, désabusée. Normalement, j’arrivais à peu près à garder un visage professionnel…

Nos bières commencent à descendre et je décide enfin d’arrêter le suspense inutile. Je vois une lueur d’intérêt s’allumer dans le regard de Danny quand je parle d’expédition nocturne, afin que ce ne soit le choc total quand j’arrive à la meilleure partie du plan. « … Waouw, je ne m’y attendais pas. » Il est à court de mots, visiblement. Car j’attends qu’il dise quelque chose après ça mais rien ne lui vient. Au bout d’un long moment au cours duquel il a l’air de tenter de reprendre ses esprits,  puis il me dit qu’il va m’attendre dehors après avoir fini sa bière. Au final, je ne sais même pas s’il est partant ou pas, sa réponse reste en demi-teinte… Du coup, je cogite grave une fois qu’il est parti… Mais enfin la délivrance arrive et l’heure de fermeture officielle du bar sonne. Je m’approche de ses deux plus fidèles piliers. « Les gars, je suis désolée, mais je vais devoir fermer… » Ils ont l’air bien évidemment déçus mais je leur rappelle dans un sourire qu’il y a une happy hour demain et qu’on sera ravis de les voir. Ils finissent leurs boissons, laissent de gentils pourboires et s’en vont en me souriant. Ouf, des gentils poivrots… Mes préférés. J’éteins consciencieusement toutes les lumières, fermant bien les portes, laissant un bar impeccable. Puis je cours rejoindre Danny, qui m’attend sagement, une clope au bec. Au moins, il ne s’est pas enfui.

Je lui piquerai bien une clope mais il m’emmène à sa voiture, exagérant la galanterie. Je m’installe côté passager, lui au volant et soudain, il se tourne vers moi avec enthousiasme, me parlant de certains détails spécifiques concernant ses sponsors. Je le regarde incrédule. « Ça veut dire que tu es partant ? » Je suis sous le choc. Car je m’étais attendue à devoir le convaincre un peu, à argumenter, voir à renoncer à mon idée vu sa réaction initiale. Il faut d’ailleurs que je prenne cette dernière en compte, que je le veuille ou non. Je ne pouvais pas faire mine de ne pas avoir vu son hésitation. « Parce que si tu n’es pas chaud, je peux comprendre… Je me rends compte que c’est un peu… barge ce que je te propose. » Moi-même, j’avais du mal à mettre des mots sur ses pulsions qui m’envahissaient, ce besoin d’à nouveau défier la loi, de détruire. J’essaye cependant, car je sais que c’est important de le faire. « Je crois que je suis en colère Danny… J’en ai marre de cette vie d’outsider où tu trimes comme un con mais où personne ne te laisse le droit à l’erreur. J’en ai marre de jouer le jeu… Et tu avais raison tout à l’heure… Je m’ennuie. J’ai besoin de ressentir quelque chose… d’excitant. J’ai envie de faire des trucs dangereux. » Il était au courant pour ma kleptomanie, je n’avais pas besoin de lui faire l’analogie… « Mais ce n’est pas juste de ma part de t’entraîner avec moi comme ça… Alors si tu veux pas, tu peux me le dire… » Une fois que j’ai dit tout cela, que je lui ai laissé une porte de sortie, je réfléchis sérieusement à la question qu’il m’a posé. « Si on le fait, je crois qu’on devrait s’en tenir à Tenby. On sera moins repérables que si on va en bagnole à Swansea… On devrait d’ailleurs laisser la voiture chez toi ou chez moi. N’oublie pas que mon cher père a installé des caméras dans toute la ville… On prend des vêtements sombres, à capuche et on se cache le visage… Et peut-être cette batte dont tu me parlais l’autre jour, elle pourrait faire des merveilles sur une vitrine… Quant à l’heureux élu… A toi de voir lequel t’as le plus emmerdé… Cela dit, je crois que celui qui a le moins de sécurité est le magasin qui vend des articles de sports. » Surtout que l’autre sponsor de Danny à Tenby était une banque, si mes souvenirs étaient bon, ce qui était même un peu plus risqué à attaquer…

_________________

 

+ “DO YOU THINK THERE’S A RIGHT TIME FOR TWO SOULS WHO GOT IT WRONG THE FIRST TIME?  CAN WE START AGAIN ? MAKE IT BETTER ?  ”
who's gonna run this town tonight ? + danny 9UsDlGS
Revenir en haut Aller en bas
Daniel M. Granger
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Daniel M. Granger

TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : sam & liam & erin.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : forevertry & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Lily, Leia, Lenny, Megan, Emma)
RAGOTS PARTAGÉS : 1884
POINTS : 5549
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016
who's gonna run this town tonight ? + danny Tumblr_nxnvrj7Zya1rz8fk6o2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt trois ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : cold heart.
PROFESSION : plus d'escrime, plus d'université ... il est privé du premier tandis qu'il a complètement oublié le deuxième. mais qu'est-ce que ce gamin va faire de sa vie?
REPUTATION : discret vous avez dit ? j'ai l'impression qu'il revient sur le devant de la scène, comme avant. on la vu sortir de chez les flics récemment, sûrement le début de la fin. au fait, quelqu'un a vu Riley ? c'est peut-être ça qui la fait dériver.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
who's gonna run this town tonight ? + danny Empty
MessageSujet: Re: who's gonna run this town tonight ? + danny who's gonna run this town tonight ? + danny EmptyMer 6 Mai - 22:57


lenny & danny
it’s ironic how you feel most alive
when your heart skips a few beats


J’ai parfois tendance à oublier que c’est moi qui ai lancé ce délire sur Bonnie and Clyde. Dommage qu’ils aient écrit Sweet Caroline et pas Sweet Bonnie. dis-je en souriant toujours. Je réfléchis et je chante la version dans ma tête, comme un idiot. Sauf qu’en fin de compte, ça ne donne pas grand-chose. Soit c’est moi qui suis nul, soit c’est le prénom qui ne correspond pas. Inutile d’en débattre pendant des heures, j’ai une bonne bière devant moi et je suis en très bonne compagnie. Bien que, ça ne donnerait pas aussi bien. ajoutais-je, buvant une gorgée de bière. Nous sommes redevenu amis mais je n’ai pas encore l’habitude d’être aussi bien traité. Ça vient peut être du fait qu’à part mes deux meilleures copines, je n’ai jamais partagé un truc aussi simple avec une fille. Non ça doit être ça, je suis pas le mec le plus gentil du monde mais on a déjà été sympa avec moi. La blonde me sort de mes pensées. T’as gagné, je retire ma nouvelle chanson. Je rigole, joyeusement, profitant de cet échange tranquille. La suite est tout aussi calme, même quand elle me demande si ça va. En soit j’ai déjà vécu pire, mais je n’ai pas non plus envie de lui dire que je pète la forme. De toutes façons, elle ne me croirait pas. Et puis de toutes façons je lui retourne la question, rigolant presque aux éclats en voyant sa tête choquée. C’est que je te connais assez bien. Ne te tracasse pas, tu fais très bonne figure. finis-je par dire, tout aussi amusé.

Le plan qui suit est plus particulier. Si j’avais été dans un de ces films pour ado pourri, j’aurais fais le tour du bar pour l’embrasser, me rendant compte des sentiments enfouis au fond de moi. Car ce n’est pas n’importe qui qui proposerait de commettre un délit avec toi juste par vengeance. C’est pour ça que je ne réagis pas de suite, d’abord choqué que mes plaintes aient été aussi bien écoutées, choqué que malgré tout ce que j’ai pu lui faire avant, la Griffiths soit prête à faire ça. Pour moi. Perturbé, je finis ma bière et je lui dis que je l’attends dehors. J’ai besoin d’une clope pour décompresser et elle débarque dès que je l’ai terminé. Je joue les petits gentlemans pour rigoler. Évidemment. Qu’est ce que je suis débile. Apparemment, seul les points perturbés sont passés et j’ai oublié de lui montrer à quel point j’étais excité à l’idée de faire ça. Oh non, j’adore ce genre de plan. C’est juste que … Je … Personne n’a jamais fait un truc aussi cool pour moi. Je n’ai pas l’habitude de parler et qu’on m’écoute. Je ne la regarde pas, honteux d’avoir avoué le pourquoi du comment. Je suis touché, limite ému, des sensations que je ne connais pas du tout. Ou très peu. Ou alors c’est arrivé quand j’étais trop mort pour me rendre compte de quoi que ce soit. Et apparemment, elle ne semble pas encore assez convaincue par mes paroles et se lance dans un speech super inspirant. Fell you Bonnie. Je n’ai pas envie de l’approuver ou quoi que ce soit parce que je ne suis pas une outsider comme elle … Je n’ai pas besoin de trimer comme un fou, j’ai tout servi sur un plateau. Mais c’est quand la blonde parle du droit à l’erreur que je me sens remonté. J’ai fais des petites bêtises et une grosse erreur, voilà où ça mène. Ils font les malins avec leurs conneries mais je suis presque sur que si je faisais mes recherches, leur passé ne serait pas tout blanc non plus. Cette injustice dont j’ai fait preuve et qui m’a fait oublié tous mes espoirs de carrière. Qu’ils aillent à la merde. Tais toi et continue, ton discours est inspirant. finis-je par dire, rigolant, ajoutant de l’humour à sa dernière remarque.

Je finis par lui demander si on reste ici ou si on tente le coup à Swansea. Sa réponse ne se fait pas attendre. Bien chef. Je démarre et nous amène chez moi, tout aussi amusé qu’excité. Elle a raison, entre les caméras installées et le fait que ça paraîtra suspect si on revient de loin. C’est compliqué comme truc en fait, mais elle m’a inspirée en disant qu’elle avait besoin de faire quelque chose de dangereux. Je me rappelle que je suis bien trop calme depuis trop longtemps à mon goût, il faut que je fasse un bon coup aussi. Viens. lui dis-je alors que nous arrivions chez moi. Tout est naturel et j’en oublie presque que les dernières fois où elle est venue ici, c’était une autre histoire. Du Danny tout craché, mais je pense à trop de choses en meme temps. Je fonce dans ma chambre et cherche des trucs dans mon dressing. Tiens, prends ça, ça devrait faire l’affaire. Je retrouve un gilet noir à capuche dans le fin fond du tirroir et lui balance pour qu’elle le mette. Pour moi, je tombe sur un pull du meme genre que j’enfile rapidement. Je redescends avec la blonde. On peut aller voir dans ma cave après quelques trucs. Je crois qu’il reste de la peinture et pour le reste, on se contentera du classique papier toilette. Enfin, je crois qu’on a une cave ou un garage. Je vais dans la direction que je crois et trouve la fameuse pièce. Nous prenons tout ce qui nous inspire et allons le mettre dans la voiture. On finit par reprendre la route au bout d’une demi heure. Ce magasin de sport va regrette sa décision. Prête ? finis-je par demander, curieux de savoir si la Griffiths va aller jusqu’au bout.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    Go on and light me like a cigarette, even if it might be somethin' you regret. You got me now, now, now. Swallow me down, down, down, down. I only light up when cameras are flashin', never enough and no satisfaction. Got no shame, i love the way you're screaming my name. Diggin' my grave to get a reaction, changin' my face and callin' it fashion. Got no shame, i love the way you're screaming my name.


who's gonna run this town tonight ? + danny 482748114:
 


Dernière édition par Daniel M. Granger le Jeu 14 Mai - 0:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Eleanor Griffiths

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Trystan & Alex
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : faith (vava l) myself (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Abel - Leia - Lily- Charles
RAGOTS PARTAGÉS : 2802
POINTS : 4148
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
who's gonna run this town tonight ? + danny 4bEUCc0
ÂGE DU PERSONNAGE : 20 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Enchaîne les petits boulots pour survivre. Bosse actuellement à Baker Street la journée et au cinéma le soir. Elle fait aussi du dépannage au Three Mariners parfois.
REPUTATION : Non mais quel scandale... Il paraît qu'elle fait des TIG maintenant. On est bien loin de l'étudiante prometteuse qu'elle était... Je me demande ce qu'elle a fait quand même...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
who's gonna run this town tonight ? + danny Empty
MessageSujet: Re: who's gonna run this town tonight ? + danny who's gonna run this town tonight ? + danny EmptyLun 11 Mai - 10:46



I'm addicted to the thrill. It's a dangerous love affair. Life's a game but it's not fair. I break the rules so I don't care. So I keep doin' my own thing. Walkin' tall against the rain. Only thing that's on my mind, Is who gon' run this town tonight ?


« Évidemment. » S’exclame Danny quand je lui demande anxieuse s’il est vraiment partant. A vrai dire, il semble même choqué que j’ai pu en douter… Mais alors comment expliquer la manière précipitée dont il avait quitté le bar ? Je n’ai pas besoin de m’interroger longtemps et de me faire des nœuds au cerveau car il finit par m’expliquer de lui-même ce qui l’avait perturbé. « C’est juste que … Je … Personne n’a jamais fait un truc aussi cool pour moi. Je n’ai pas l’habitude de parler et qu’on m’écoute. » Je le dévisage surprise. Avant, il m’avait déjà laissé entrevoir qu’il était loin de mener la vie parfaite qu’on lui prêtait souvent, que sa grande baraque ne compensait pas l’indifférence de ses parents mais là, c’était d’un autre niveau. Je commençais à me dire que le départ de Riley avait eu un gros impact sur lui, plus qu’il ne voulait bien l’avouer. « Tu serai surpris du nombre de trucs que je pourrai faire pour toi. » Que je dis très sérieusement. Je le pense. N’avais-je déjà pas tout quitté pour lui une fois ? Comme je l’avais dit à Fred, je l’aimais. Je faisais juste attention de le faire de façon à ne pas l’effrayer, laissant tomber toute consonance romantique mais ça ne m’empêchait pas de l’aimer. Peut-être même plus qu’avant. « Tu es important pour moi, tu sais… » Je lui dis parce qu’il n’y a rien de pire que de se dire qu’on compte pour personne. Par contre, je réalise qu’on a presque l’air d’être dans une comédie romantique comme ça, à l’avant de cette voiture, penchés l’un vers l’autre à se faire ce genre de déclaration. Je choisis donc vite de casser l’ambiance. « Et puis, c’est vrai que je suis cool aussi… Et maintenant, en plus, tu vas devoir me chanter Sweet Bonnie. » Que je dis malicieusement pour ne pas donner trop d’intensité à ce moment.

On le pousse au maximum ce délire de Bonnie and Clyde, même lui, il me lance un « feel you Bonnie » quelques instants plus tard. Mais ce qui était un délire au début commence à l’être de moins en moins. Parce que finalement, ça commence à très bien nous définir alors qu’on s’apprête à franchir les limites de la légalité. Cet acte nous liera encore plus… Et aussi, comme je viens de l’avouer, à l’instar de Bonnie, je suis prête à tout faire pour mon Clyde… « Tais toi et continue, ton discours est inspirant. » Me dit-il ensuite avec cet humour que j’adorais. Je recommence à rire face à cette injonction. Bon voilà, il avait trouvé mon discours inspirant, je me sentais moins bête. « Pas besoin maintenant que tu es on board. » Oui, ce détail réglé, on peut commencer à penser au reste. On se met donc d’accord sur les grandes lignes du plan et on va chez Danny. Je ne vais pas le nier, ça me fait bizarre de revoir sa chambre, cet endroit où nous avions tant de souvenirs mais je décide de me concentrer sur l’excitation que je ressens à l’idée de ce que nous allions faire ensemble plutôt que sur la nostalgie… Je vois que je l’ai effectivement inspiré car il se montre extrêmement efficace pour mettre en place le plan. En moins de temps qu’il ne faut, il trouve les habits, la peinture, la batte et un pied de biche. « Je crois que le papier toilette, c’est trop gentil pour eux. » Que je dis vraiment décidé à égaliser les compteurs…

On met tout dans le coffre et on part, réellement impatients. On se gare à quelques rues de notre cible. Notre matos est bien caché dans des sacs à dos, quand on sort de la voiture avec des derniers, on a juste l’air de deux jeunes qui font une promenade. « Je pense qu’on devrait commencer par redécorer et on casse à la fin. Comme ça, s’il y a une alarme, on aura déjà fait le principal et on pourra se barrer. » Que je glisse à Danny pendant qu’on marche paisiblement. Puis on arrive à un endroit où il n’y a pas l’air d’avoir de caméras. On s’arrête. « Prête ? » Me demande Danny. Ça y est, c’était le grand moment. Je hoche la tête, ce n’était pas mon genre de se dégonfler. « Plus que prête. Et toi ? » Mais c’est presque une question de rhétorique car il a l’air aussi motivé que moi. Il est temps. Je mets la capuche du sweat qu’il m’a prêté. Bon il est un peu grand, mais ça fera l’affaire. Je noue un foulard devant ma bouche et mon nez, mon visage étant ainsi entièrement dissimulé. Danny fait de même et je finis par lui tendre mon poing fermé pour un check. « Bonnie and Clyde. » Je rigole sous mon accoutrement de nous voir comme ça tous les deux malgré mon cœur qui bat à la chamade. C’est sûr qu’il y a toujours une petite différence entre les paroles et les gestes mais je m’élance quand même vers la façade. Ce truc, j’ai vraiment envie de le faire. La chance est avec nous car les rues sont désertes à cette heure-ci. Il n’y a absolument personne. Face à la devanture, je sélectionne de la peinture rouge et je commence à tracer en grandes lettres, le mot « ASSHOLES ». Je regarde Danny en souriant. « Concours d’insultes ? » Que je propose, m’éclatant comme une petite folle. La notion de danger me paraît bien lointaine.


_________________

 

+ “DO YOU THINK THERE’S A RIGHT TIME FOR TWO SOULS WHO GOT IT WRONG THE FIRST TIME?  CAN WE START AGAIN ? MAKE IT BETTER ?  ”
who's gonna run this town tonight ? + danny 9UsDlGS
Revenir en haut Aller en bas
Daniel M. Granger
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Daniel M. Granger

TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : sam & liam & erin.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : forevertry & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Lily, Leia, Lenny, Megan, Emma)
RAGOTS PARTAGÉS : 1884
POINTS : 5549
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016
who's gonna run this town tonight ? + danny Tumblr_nxnvrj7Zya1rz8fk6o2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt trois ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : cold heart.
PROFESSION : plus d'escrime, plus d'université ... il est privé du premier tandis qu'il a complètement oublié le deuxième. mais qu'est-ce que ce gamin va faire de sa vie?
REPUTATION : discret vous avez dit ? j'ai l'impression qu'il revient sur le devant de la scène, comme avant. on la vu sortir de chez les flics récemment, sûrement le début de la fin. au fait, quelqu'un a vu Riley ? c'est peut-être ça qui la fait dériver.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
who's gonna run this town tonight ? + danny Empty
MessageSujet: Re: who's gonna run this town tonight ? + danny who's gonna run this town tonight ? + danny EmptyJeu 14 Mai - 2:43


lenny & danny
it’s ironic how you feel most alive
when your heart skips a few beats


J’ai vraiment tout gâché.
Il y a des fois dans la vie où tu sais que tu as fait une connerie mais tu passes à autre chose, parce que c’est inutile de rester coincé dans le passé. Puis il y a ces fois où tes conneries te reviennent en pleine figure et que tu te rends compte de la bêtise dont tu as fait preuve. Comme avec mes impayés et mes tig qui m’ont mené dans un hôpital. Comme la peur qui m’a amené à tout gâcher avec des filles extraordinaire, avec une fille extraordinaire. Je partais simplement du principe que je lui devais une explication pour être sorti du bar précipitamment, j’étais loin de me douter qu’elle en arriverait presque à me faire une déclaration. Je n’y connais rien, je n’y connais tellement rien que j’essaie de comprendre ce qui se passe dans cette voiture. De l’amour ? Lenny est passé à autre chose, je crois, puis ce serait bizarre de jouer les supers copines si dans le fond, elle est toujours à fond sur moi. De l’amitié ? Non, il faut que j’arrête de me poser toutes ces questions comme si j’étais capable d’y répondre. Je n’ai aucune idée du fonctionnement de l’un ou de l’autre, mais ce que je sais c’est que je suis touché parce qu’elle est prête à faire pour moi. Et étonnement, je n’ai jamais eu aussi peu la trouille d’entendre que je compte vraiment pour elle. C’est peut être à ça que ressemble le Danny 2.0. S’il se met à pleuvoir, ce sera de ta faute. finis-je par dire, un demi sourire sur les lèvres. Je tente les premières phrases du refrain mais je rigole tellement de ma nullité, que je suis incapable d’aller plus loin.

Nous passons par chez moi pour aller chercher tout ce qu’il nous faut. Je commence par aller dans ma chambre et nous sort un pull, ainsi qu’un gilet noir, tous deux avec des capuches et qui feront l’affaire. Nous allons ensuite vers le garage, dont j’ignorais l’existence au passage, pour prendre tout ce qui pourrait nous servir. Totalement. Disons que ce n’est qu’un dixième de ce à quoi je pensais. Peinture, papier toilette, outils … On empile les objets dans le coffre de ma voiture en réfléchissant à l’utilité de tout. Et dans le pire, nous pourrons toujours trouver un truc à faire avec les objets qui sont mis de coté. Quand tout est prêt, nous prenons la voiture que je gare à quelques rues de notre victime. Nous mettons tous dans des sacs à dos et prenons la bonne direction. J’approuve. La blonde me fait part d’un plan, elle semble avoir réfléchi à tout. Si mes souvenirs sont bons, la porte est légèrement cassée. Ça devrait nous faciliter l’accès à l’intérieur. Et moi aussi, je peux apporter ma contribution à l’exploit. La porte est craquée ou la poignée ne tiendra pas le coup si on la force un peu. Ça nous évitera de casser la vitrine que nous aurons décorés. Je suis prêt. Toujours prêt. Discours d’encouragement et le reste vient tout seul, direction la vitrine de ce foutu magasin.

Un check et le tour est joué. Bonnie & Clyde. A la vie à la mort, pour le pire et le meilleur. Je mets ma capuche et c’est parti. Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas fait un truc du genre ; je crois que la dernière fois, c’était avec des copains. Ils avaient refusés de nous servir alors nous nous étions vengés sur la façade. Mais aujourd’hui, je n’ai plus 15 ans et même si je suis heureux de pouvoir leur faire payer ces conneries, mon cœur bat à la chamade et je redoute un potentiel passage de flic. J’ai déjà eu des problèmes une fois, ça serait bien que ça n’arrive pas une deuxième. Tandis que je saisis la bombe bleue, elle me propose un concours d’insultes. DICKFACE. criais-je, tout excité. Je mets une main directement sur ma bouche, me maudissant de ne pas savoir me contrôler un minimum. Si nous avons enfilé des sweats à capuche, ce n’est pas pour se faire repérer à cause d’un idiot comme moi. J’écris mon super mot, refoulant une crise de fou rire. Merde, si ce n’est pas l’alarme qui nous grille ce sera moi et mes conneries. ajoutais-je, traduisant mes pensées. J’aurais du me renseigner avant, savoir s’il y avait une alarme ou pas, ça nous éviterait de stresser au moindre bruit. Je tente de continuer la course à la victoire mais je me rends compte que mon répertoire d’insultes manque totalement d’originalité. J’ai rien d’original en fait, tu as gagné. C****rd, s***p, fils de p*** … Bref, les trucs d’un petit vieux de ma génération. Je mets dans un coin de ma tête qu’il faut que j’apprenne, même pour le plaisir. Alors je me contente d’écrire ce que je connais, changeant de couleurs et de tailles. C’est effrayant mais super excitant … Jusqu’à ce qu’un bruit me fasse sauter, sortir de notre petite bulle. Viens, je crois qu’il y a quelqu’un. Je la prends pas le bras et saute vers la minuscule ruelle que j’avais aperçue juste à coté du magasin. Une chance qu’elle se soit trouvée là où je ne sais pas quel genre de plan nous aurions pu inventer. Je croyais avoir imaginé ce bruit mais quand je vois ce mec passer avec son chien, je suis content d’avoir un aussi bon instinct de survie. Je tourne la tête et me rends compte que nous sommes assez proches l’un de l’autre. Je ne sais pas c’est quoi le pire, un type qui promène son chien à cette heure ci ou le fait qu’il ait rien remarqué du tout. finis-je par dire, sortant du trou quand je considère que la voie est libre. Comme quoi, même quand nos actions sont des plus mauvaises, on peut avoir de la chance de temps en temps.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    Go on and light me like a cigarette, even if it might be somethin' you regret. You got me now, now, now. Swallow me down, down, down, down. I only light up when cameras are flashin', never enough and no satisfaction. Got no shame, i love the way you're screaming my name. Diggin' my grave to get a reaction, changin' my face and callin' it fashion. Got no shame, i love the way you're screaming my name.


who's gonna run this town tonight ? + danny 482748114:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Eleanor Griffiths

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Trystan & Alex
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : faith (vava l) myself (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Abel - Leia - Lily- Charles
RAGOTS PARTAGÉS : 2802
POINTS : 4148
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
who's gonna run this town tonight ? + danny 4bEUCc0
ÂGE DU PERSONNAGE : 20 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Enchaîne les petits boulots pour survivre. Bosse actuellement à Baker Street la journée et au cinéma le soir. Elle fait aussi du dépannage au Three Mariners parfois.
REPUTATION : Non mais quel scandale... Il paraît qu'elle fait des TIG maintenant. On est bien loin de l'étudiante prometteuse qu'elle était... Je me demande ce qu'elle a fait quand même...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
who's gonna run this town tonight ? + danny Empty
MessageSujet: Re: who's gonna run this town tonight ? + danny who's gonna run this town tonight ? + danny EmptyJeu 21 Mai - 11:01



6e71c1f4f44a6bb38fb387f1bac563be8bb21f67.gif
I'm addicted to the thrill. It's a dangerous love affair. Life's a game but it's not fair. I break the rules so I don't care. So I keep doin' my own thing. Walkin' tall against the rain. Only thing that's on my mind, Is who gon' run this town tonight ?


Après un rapide passage chez Danny, nous sommes équipées, en train de comploter dans la ruelle attenante de la boutique. « Si mes souvenirs sont bons, la porte est légèrement cassée. Ça devrait nous faciliter l’accès à l’intérieur. » Je ne suis pas la seule à faire des plans visiblement. Comme l’avait dit Danny, il avait plein d’idées aussi. Et bien sûr, dans l’état d’excitation où je suis, je suis ouverte à toute proposition… Surtout que la sienne est excellente. « Attends, ça veut dire qu’on peut carrément aller à l’intérieur ? » Je suis encore plus enthousiasme, si c’est possible. « Oh alors on peut éviter de casser la vitrine et faire les dégâts dedans… ça attirera moins l’attention. » Bon par contre, c’est sûr que ça augmente un peu le danger de rentrer à l’intérieur, car ça nous rend plus facile à piéger. Et on aura une moins bonne visibilité sur la rue. Est-ce que ça me décourage ? Non pas un seul instant, j’ai juste encore plus envie de le faire. Je suis juste un peu plus pragmatique. « Est-ce que tu te rappelles de s’il y a une alarme par contre ? Parce que j’avais déjà peur qu’il y en ai une qui se déclenche si on cassait la vitrine mais si on rentre, c’est encore plus probable qu’on déclenche quelque chose. » Il était plus que temps de se soucier de ce détail… Après, on était à Tenby, tout le monde avait tendance à se sentir un peu trop en sécurité…

De toute façon, Danny et moi, on est trop impatients de se lancer. Et on ne se retient pas même si c’est le meilleur moyen de se faire chopper. Un dernier check, ce qui ressemble à notre nouvelle phrase de ralliement et nous commençons à bomber la façade. Est-ce qu’on le fait de manière calme et organisée ? Non on le fait de manière puérile, et je lance même un concours d’insultes, comme si tout cela n’était qu’un jeu. « DICKFACE. » Clame Danny pour contrer mon « ASSHOLES ». J’arrive à peine à finir mon « H » tellement je rigole. On est cons. Tellement qu’on finit par s’en rendre compte tous seuls. « Merde, si ce n’est pas l’alarme qui nous grille ce sera moi et mes conneries. » Je lui lance un regard navré, évitant d’en rajouter une couche. C’est vrai qu’on venait d’oublier d’être discrets… A partir de ce moment-là, on fait donc de plus de prudence, même si on continue à s’informer mutuellement des mots vulgaires qu’on peinturlure sur la façade. On le fait juste à voix basse. Wankers, mingebags, arse-lickers, knob heads… Je déploie un arsenal qui m’impressionne moi-même. Et peut être encore plus Danny car il me concède la victoire sans protester. Pour lui qui aime tant gagner et qui est carrément mauvais joueur parfois, ce n’est pas rien. « Je suis tellement fière de ce prix… Je voudrais le dédier à ma chère Mère qui s’étouffait dans son thé simplement parce que Jesse et moi nous disons « Andouille » . Je suis sûre qu’elle serait fière d’entendre à quel point mon répertoire s’est diversifié depuis…. » Que je dis très sérieusement, avant de rigoler à nouveau. Des amateurs, on était des amateurs, c’était de plus en plus  visible. Mais on s’amusait follement.  

Hélas, je savoure ma victoire trop brièvement à mon goût. Danny m’attrape soudainement par le bras, me tirant dans la ruelle dans laquelle nous nous étions précédemment cachés. Je le suis sans discuter, sentant mon cœur battre à 100 à l’heure. La peur provoque un nouveau shoot d’adrénaline dans mes veines, m’empêchant de réfléchir correctement. Heureusement que mon acolyte a plus de sang-froid. Je suppose qu’on pouvait remercier les années de compétition à haut niveau pour cette belle maîtrise et ce réflexe… Une fois que nous sommes à l’abri des regards et qu’il lâche mon bras, je me laisse tomber, à moitié sur lui, à moitié adossée au mur pour me fondre dans l’obscurité. J’essaye toujours de retrouver un rythme cardiaque normal. Hélas, quand je relève les yeux et que je rencontre ceux de Danny tout proches, ça ne m’aide pas. Au contraire, cette proximité ne fait qu’affoler d’avantage ma pression sanguine. J’entends son souffle, je sens son odeur, je sens la texture de son sweat sous mes doigts. C’était ça aussi le problème de l’adrénaline. Telle une drogue puissante, elle décuplait chaque sensation, chaque petit détail. Je reste figée, repensant sans savoir pourquoi à ce moment dans la voiture. Ce que j’avais dit à Danny à ce moment là était fort et contre toute attente, il n’avait pas pris peur. Bon il m’avait chanté cette chanson stupide pour éviter de répondre mais je sais que l’ancien Danny m’aurait carrément fait descendre de sa voiture… Se pouvait-il qu’il ait dit la vérité quand il m’avait assuré avoir changé ? Alors pourquoi tout cela semblait si… familier ?

« Je ne sais pas c’est quoi le pire, un type qui promène son chien à cette heure ci ou le fait qu’il ait rien remarqué du tout. » Il se tord le cou pour épier discrètement le type en question et je secoue la tête, reprenant mes esprits, m’éloignant un peu de lui. Voilà, le moment était passé. Je ne sais pas que c’était mais je ne dois pas y prêter attention. C’était de l’égarement, de la nostalgie mal placée, je ne devais surtout pas repartir dans mes vieux schémas… Surtout que Danny agit parfaitement normalement ce qui prouve que je n’ai pas de films à me faire. Je réplique d'une voix tout à fait normale moi aussi. « Mais trop, rappelle-moi de ne jamais prendre de chien… C’est juste pas possible… Enfin, bravo quand même tu as de supers réflexes. » Une fois que le type est passé (à une lenteur exaspérante), on retourne dans la rue. Forcément un peu plus échaudés et encore plus prudents. La façade est méconnaissable, tagguée d’insultes multicolores. Ils vont avoir du mal à effacer tout ça et je pense que ce n’est pas la peine d’en rajouter de ce côté-là. Je vais donc vers la porte du magasin, allant voir si elle est toujours cassée. J’ose à peine poser la main sur la poignée et encore moins jouer de la serrure. Je consulte mon partenaire du regard. « Tu crois que tu peux l’ouvrir ? »

_________________

 

+ “DO YOU THINK THERE’S A RIGHT TIME FOR TWO SOULS WHO GOT IT WRONG THE FIRST TIME?  CAN WE START AGAIN ? MAKE IT BETTER ?  ”
who's gonna run this town tonight ? + danny 9UsDlGS
Revenir en haut Aller en bas
Daniel M. Granger
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Daniel M. Granger

TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : sam & liam & erin.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : forevertry & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Lily, Leia, Lenny, Megan, Emma)
RAGOTS PARTAGÉS : 1884
POINTS : 5549
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016
who's gonna run this town tonight ? + danny Tumblr_nxnvrj7Zya1rz8fk6o2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt trois ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : cold heart.
PROFESSION : plus d'escrime, plus d'université ... il est privé du premier tandis qu'il a complètement oublié le deuxième. mais qu'est-ce que ce gamin va faire de sa vie?
REPUTATION : discret vous avez dit ? j'ai l'impression qu'il revient sur le devant de la scène, comme avant. on la vu sortir de chez les flics récemment, sûrement le début de la fin. au fait, quelqu'un a vu Riley ? c'est peut-être ça qui la fait dériver.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
who's gonna run this town tonight ? + danny Empty
MessageSujet: Re: who's gonna run this town tonight ? + danny who's gonna run this town tonight ? + danny EmptyLun 25 Mai - 2:30


lenny & danny
it’s ironic how you feel most alive
when your heart skips a few beats


La sortie est improvisée. Nous n’avions pas de plans précis et ne comptions pas franchement en avoir un. On arrive, on saccage, on repart. Mais tant que nous sommes là, j’ai l’impression que nous pouvons faire les choses jusqu’au bout. Je me souviens vaguement d’une porte légèrement cassée, qui devrait facilement se forcer. Je n’ai jamais fais ça mais je devrais y arriver. Puis maintenant que je l’ai dis à voix haute, plus moyen de revenir en arrière. Sauf si t’as la trouille. dis-je en tournant la tête, lui tirant la langue. Sauf qu’en vérité, je suis loin du compte et elle établi toute une stratégie censée diviser les dégâts sans trop attirer l’attention. Exactement ma belle. Vieux et mauvais réflexe que j’aurais du effacer dès le moment où nous sommes redevenu amis. Et encore, j’aurais pu lâcher un red ou un pretty red, comme avant … Soit. Je continue de rassembler tout dans un sac quand Lenny pensa à un truc qui ne m’était même pas venu à l’idée. Euh ... J’ai beau fouiller dans ma mémoire, je n’arrive pas à me souvenir. Très franchement, j’étais persuadé que personne n’avait besoin d’alarmes dans une petite ville comme la notre. Mais je suppose que l’on doit vivre avec notre époque. Je commence à avoir un léger doute quant au fait de rentrer à l’intérieur. C’est une bonne question tiens. Je suppose qu’on a qu’à prier pour que non. Mais évidemment, je le garde pour moi. Car si la Griffiths s’est donné la peine de nous lancer dans un superbe plan, juste pour moi, ce n’est pas pour reculer simplement par crainte de me faire arrêter. Il faut que je retrouve le vieux Danny, revanchard, pour mon propre bien.

Puis l’impatience prend le dessus et après avoir rassembler matériel et plan, nous nous retrouvons rapidement devant la vitrine du magasin. A l’aide de bombe de couleurs, on se déchaîne. La blonde nous lance même dans un concours d’insultes et je crie la mienne quand la première m’arrive en tête. Un trop plein d’adrénaline et de joie qui me remplissent, me rendant incapable de faire les choses bien et calmement. Hilares, comme si j’avais pris de quelconques substances. Il faut que je me calme ou sinon, je vais vraiment finir par nous causer des problèmes, comme je lui ai dit. Et après quelques échanges fructueux, je finis par lui accorder la victoire avec une large avance, elle le mérite. Je retiens par contre ce changement des plus étonnants, mais que j’apprécie chez elle. Elle est plus marrante au moins. Andouille. C’est pas mal ça. lui répondais-je, juste après avoir entendu son histoire. J’imagine totalement la tête de sa mère en l’entendant dire ça, tandis que j’ai du mal à imaginer son frère, monsieur parfait, le faire aussi. On devrait lui rendre un hommage, écrire bande d’andouilles ou petits chenapans. finis-je par lui dire, des plus sérieusement. Mais c’est peut être trop risqué … Ils seraient capables de dénoncer leurs filles s’ils la soupçonnaient, dans cette famille. Soit, pas le temps de l’écrire de toutes façons.

Car intrigué par du bruit, je lève brièvement la tête pour apercevoir quelqu’un au loin. Il est tard et il fait tellement calme que je n’aurais pas pu passer à coté. Et heureusement. Pris de panique, j’interromps Lenny en la prenant par le bras et en l’emmenant dans une minuscule ruelle voisine. Dans l’idée qu’on aurait pu se faire surprendre, je l’avais repérée en arrivant ; s’il y a bien une chose que j’ai apprise avec les années, c’est de toujours avoir un plan de secours. Je lui lâche le bras quand nous sommes bien cachés, mais surtout quand je me rends compte de la proximité. Inutile d’en rajouter avec des contacts. Sauf que je ne peux pas l’oublier, cette proximité, surtout en croisant son regard si proche. Ses doigts qui effleurent mon sweat n’arrange rien … Pendant quelques secondes, je fais un bond arrière dans le temps. Je m’imagine profiter de cette proximité en me penchant et en volant ce baiser dont j’ai souvent eu envie. Mais je me rends compte que je retenterais bien l’expérience à l’heure d’aujourd’hui, malgré le changement. Je me surprends même à légèrement pencher mon visage, comme proche de commettre l’irréparable. Heureusement pour moi, mes nerfs et mon rythme cardiaque, mon cerveau décide de sauver la mise. A force d’enchaîner les bêtises ... On commence à avoir des solutions à tout. Pas besoin de lui dire, elle sait déjà tout ça. Nous sortons dès que le mec et son chien semblent loin. Je regarde quand meme à gauche et à droite, histoire d’etre sur de ne pas avoir la meme surprise. Sinon je ne te promets rien pour le chien. finis-je par dire, rigolant tout autant.

La façade est pleine et ma coéquipière de la soirée se repose sur moi pour nous faire rentrer à l’intérieur. Je continue vraiment d’espérer qu’il n’y a aucune alarme tout en sortant un canif de ma poche. J’ai pris une pince à épiler dans mon sac ; toujours prêt, comme la devise des scouts. Je vais essayer. Je pose un genou à terre et, les deux outils en main, tente de répéter les geste que j’ai vu dans des série tv. Je n’enfonce pas les trucs trop loin, les tournent dans tous les sens pour espérer arriver au bout de cette serrure. Je t’avoue que … Je n’ai jamais essayé la technique, je l’ai juste vu dans des films. dis-je en jetant un coup d’œil rapide juste derrière, souriant largement. Je ne sais pas depuis combien de temps je suis en train de faire mon truc mais à force, je commence à croire que je ne suis qu’un nul. Jusqu’à ce que j’arrive enfin au résultat. Je me lève et pousse la porte. Et merde. Une énorme alarme se met à résonner à travers le magasin, voir à travers une partie de la ville. Il faut croire qu’en haut, on a pas entendu nos prières. Il me faut un certains temps pour réaliser mais quand je le fais, je vais directement chercher des trucs dans mon sac ; je lui lance un marteau. Je te propose de casser un truc ou l’autre, juste pour dire, et puis on se casse très vite. finis-je par crier, la fixant quelques secondes histoire de voir si la blonde était toujours partante. Je remets bien ma capuche sur la tête et pars vers un rayon au hasard en détruisant tout sur mon passage. Entre ça et les insultes sur la vitrine, je pense pouvoir dire que je ne me suis jamais senti autant satisfait de toute ma vie … Même si j’ai l’impression que je vais bientôt céder à une crise cardiaque à l’idée de me faire attraper.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    Go on and light me like a cigarette, even if it might be somethin' you regret. You got me now, now, now. Swallow me down, down, down, down. I only light up when cameras are flashin', never enough and no satisfaction. Got no shame, i love the way you're screaming my name. Diggin' my grave to get a reaction, changin' my face and callin' it fashion. Got no shame, i love the way you're screaming my name.


who's gonna run this town tonight ? + danny 482748114:
 


Dernière édition par Daniel M. Granger le Dim 7 Juin - 22:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Eleanor Griffiths

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Trystan & Alex
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : faith (vava l) myself (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Abel - Leia - Lily- Charles
RAGOTS PARTAGÉS : 2802
POINTS : 4148
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
who's gonna run this town tonight ? + danny 4bEUCc0
ÂGE DU PERSONNAGE : 20 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Enchaîne les petits boulots pour survivre. Bosse actuellement à Baker Street la journée et au cinéma le soir. Elle fait aussi du dépannage au Three Mariners parfois.
REPUTATION : Non mais quel scandale... Il paraît qu'elle fait des TIG maintenant. On est bien loin de l'étudiante prometteuse qu'elle était... Je me demande ce qu'elle a fait quand même...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
who's gonna run this town tonight ? + danny Empty
MessageSujet: Re: who's gonna run this town tonight ? + danny who's gonna run this town tonight ? + danny EmptyMer 3 Juin - 18:07



6e71c1f4f44a6bb38fb387f1bac563be8bb21f67.gif
I'm addicted to the thrill. It's a dangerous love affair. Life's a game but it's not fair. I break the rules so I don't care. So I keep doin' my own thing. Walkin' tall against the rain. Only thing that's on my mind, Is who gon' run this town tonight ?


Notre plan n’est pas si élaboré que cela et on s’en rend compte au fur et à mesure de la soirée. Finalement, il ne repose que sur une porte cassée et l’espoir qu’elle n’a pas été réparée. Et aussi celui d’une absence d’alarme. Mais je n’arrive pas à m’inquiéter à ce propos. Pourquoi ? Parce que je m’amuse comme une petite folle. Et aussi parce que j’ai envie de me prouver quelque chose. Je repense à Danny qui m’avait demandé si j’avais la trouille. Rien que pour ça, j’avais envie de lui montrer que non… Je la joue donc décontractée, m’absorbant dans notre concours d’insultes tandis que nous vandalisons allègrement la façade. Je finis même par lui raconter un de mes souvenirs d’enfance et le petit côté psychorigide de ma mère a l’air de bien l’amuser. « On devrait lui rendre un hommage, écrire bande d’andouilles ou petits chenapans. » Sauf que je n’aurai jamais le temps de considérer cette idée ou de la mettre à exécution. Parce qu’une fraction de secondes plus tard, on se retrouve planquée dans une allée, nos cœurs battant à 100%, persuadés qu’on vient de se faire attraper. Heureusement, ce n’est qu’une fausse alerte mais ça nous remet un peu les idées en place. « A force d’enchaîner les bêtises ... » Souffle d’ailleurs Danny tandis qu’on s’éloigne l’un de l’autre. Et peut-être qu’il parle de ses reflexes mais il pourrait tout aussi bien parler de notre grande insouciance ce soir ou même de ce moment flottement bizarre que nous venions de vivre lorsque l’on s’était retrouvés tout proches l’un de l’autre…. Non mais qu’est-ce que j’avais en tête ? J’avais pourtant juré qu’on m’y reprendrait plus… Il fallait qu’on arrête de jouer avec le feu, de se donner du « ma belle » et du « beau gosse » et surtout ne pas céder à la nostalgie.

Le plan. Il fallait se recentrer sur le plan. Après une dernière plaisanterie sur le chien, Danny s’attaque enfin à la fameuse porte. Il s’agenouille devant cette dernière, sortant un canif, le faisant jouer dans la serrure. « Je suppose que c’est le moment de prier. » Que je dis en faisant référence à notre échange de tout à l’heure. Sauf qu’en fait, il a l’air de très bien s’en sortir, son geste est très assuré. Je le regarde avec admiration, surprise par ce talent que je ne lui connaissais pas. « Je n’ose même pas demander où tu as appris ça… » Que je commence à dire, juste au moment où il me coupe pour me faire un nouvel aveu, légèrement penaud. « Je t’avoue que … Je n’ai jamais essayé la technique, je l’ai juste vu dans des films. » Puis il se met à sourire, un de ces sourires dont il a le secret et tout le reste paraît secondaire. Je me mets à sourire aussi, peut-être même sans m’en rendre compte. « On est tellement des amateurs ! » Je le dis à la fois avec une pointe d’amusement et de dépit dans la voix. Sauf qu’au même moment, un déclic parfaitement audible retentit dans le calme de la nuit. Il a réussi ! Je suis encore plus scotchée. « Non mais tu as réussi ! J’en reviens pas ! Apparemment, la chance du débutant existe pour de bon ! » Je chuchote pour ne pas attirer l’attention alors qu’en réalité, j’ai envie de crier de joie pour célébrer notre victoire… Lui se relève tranquillement, avec l’expression de celui qui pense que désormais rien ne pourra plus lui résister. Il pousse la porte et BAM. Pour la deuxième en dix minutes, c’est la panique à bord.

Parce que nous avons à la réponse à la question fatidique de l’alarme. Celle-ci, stridente, assourdissante se met à retentir, me faisant sursauter, écorchant mes tympans et mes nerfs. « Putain ! » Je crie en écho au juron de Danny, laissant tomber la discrétion. Plus besoin. Car il y a fort à parier qu’une bonne partie du quartier va entendre l’alarme aussi. Ça m’apprendra à être en si mauvais termes avec Dieu et à prier quand même… Pendant un instant, on se regarde, pétrifiés, avec Danny puis on prend subitement une décision. « Je te propose de casser un truc ou l’autre, juste pour dire, et puis on se casse très vite. » Je ne réfléchis même pas. « Oui, on fait un max de bordel et après on se tire ! » C’est à moment là que je me rends compte que mes envies de rébellion sont plus fortes que ma peur. Non, je n’avais pas la trouille. En fait, j’éclate d’un petit rire euphorique parce qu’encore et toujours, je prenais mon pied. Je réajuste ma capuche et mon foulard, et je m’élance à la suite de Danny. On a pas beaucoup de temps alors on ne fait pas dans la dentelle mais ces quelques secondes que je passe à tout casser sont peut-être les plus grisantes de ma vie. Je ne saurai pas l’expliquer exactement, mais le bruit des vitrines qui se brisent, les articles de sport qui tombent en vrac sur le solde, les rayons qui s’effondrent, la sensation d’enfin prendre ma revanche… Je me sens… Entière. Satisfaite. Peut-être encore mieux que lorsque je vole quelque chose. Alors je ne ménage pas ma peine, faisant comme je l’ai dit « un max de bordel ». Mais j’arrive à garder la tête froide. Et je croise à nouveau le regard de Daniel. « Allez Clyde, faut pas trop qu’on s’attarde. » On quitte la boutique en courant comme si nos vies en dépendaient. J’ai l’impression d’entendre le lointain bruit d’une sirène de police mais je ne sais pas si c’est vrai, si c’est ma paranoïa qui parle ou si c’est juste les échos de cette satanée alarme qui résonnent sans fin dans mon crâne… En tout cas, on arrive près de la voiture garée à l’écart sans encombre, même on est hors d’haleine et peut-être que ça me donne un peu trop l’impression d’être en sécurité car j’ai soudain l’idée d’une très stupide blague à faire. Je fais glisser le sac à dos à moitié ouvert de mon dos, prenant une expression horrifiée. « Danny… Je crois que les clés de la voiture ont glissé du sac à dos… Là-bas. » Je voulais qu’il panique, histoire de voir qui avait la trouille. Et puis, je lui devais une revanche. Depuis que j’avais commencé avec le faux dîner romantique, on enchaînait les blagues débiles, se rendant la monnaie de la pièce à chaque fois. Sauf qu’on allait crescendo et que c’était de pire en pire. Là, je venais de franchir un nouveau cap car ce n’était clairement pas le moment mais je me promets de lui dire la vérité, pas qu’il me fasse une crise de panique ou pire une crise cardiaque alors qu’on avait peut-être la police aux trousses. Mais bon, il me semblait que la voiture était suffisamment loin de la boutique, on avait fait exprès de la garer loin.


_________________

 

+ “DO YOU THINK THERE’S A RIGHT TIME FOR TWO SOULS WHO GOT IT WRONG THE FIRST TIME?  CAN WE START AGAIN ? MAKE IT BETTER ?  ”
who's gonna run this town tonight ? + danny 9UsDlGS
Revenir en haut Aller en bas
Daniel M. Granger
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Daniel M. Granger

TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : sam & liam & erin.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : forevertry & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Lily, Leia, Lenny, Megan, Emma)
RAGOTS PARTAGÉS : 1884
POINTS : 5549
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016
who's gonna run this town tonight ? + danny Tumblr_nxnvrj7Zya1rz8fk6o2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt trois ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : cold heart.
PROFESSION : plus d'escrime, plus d'université ... il est privé du premier tandis qu'il a complètement oublié le deuxième. mais qu'est-ce que ce gamin va faire de sa vie?
REPUTATION : discret vous avez dit ? j'ai l'impression qu'il revient sur le devant de la scène, comme avant. on la vu sortir de chez les flics récemment, sûrement le début de la fin. au fait, quelqu'un a vu Riley ? c'est peut-être ça qui la fait dériver.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
who's gonna run this town tonight ? + danny Empty
MessageSujet: Re: who's gonna run this town tonight ? + danny who's gonna run this town tonight ? + danny EmptyLun 8 Juin - 19:26


lenny & danny
it’s ironic how you feel most alive
when your heart skips a few beats


Je crois qu’on peut dire que c’est bon pour la première étape. On s’est occupé de la vitrine, même si nous avons été interrompu quelques minutes. C’est beau, un flot de nos meilleures insultes affichées en grand sur le verre. Étape numéro 2 consiste à rentrer dans le magasin, je lui ai dit plus tôt que la porte devrait pouvoir se forcer facilement. Je me mets à genoux et commence à jouer les spécialistes, loin d’en être réellement un. Prier ? répétais-je en rigolant. J’aurais bien fait une remarque ou l’autre, du style t’as replongée dedans plus vite que prévu, mais ce n’était pas le moment. On vient de se réconcilier, puis la blonde fait tellement pour moi ce soir que j’ai l’impression que je lui serais redevable jusqu’à la fin de ma vie. Je chipote comme je peux, me confiant sur mes réelles compétences. Arrête de te moquer de moi. De nous. C’est vrai que nous sommes des amateurs mais au moins on essaie. On ne reste pas là sans rien dire à se laisser traiter comme des moins que rien. Bon, je dois avouer que cette casse n’était pas utile, mais je n’aime pas faire les choses à moitié, ou pacifiquement. Et apparemment, Lenny non plus. En plus avec ta question là, j’ai l’impression de faire partie d’un gang ou je ne sais quoi. ajoutais-je, repensant à ses paroles un peu plus tôt. Comme quoi, c’est une manière de voir comment j’étais perçu, comment je suis perçu. Ce n’est pas grave dans le fond, pas important. Puis je pourrais profiter de ma réputation pour m’amuser … Avec mon casier, ça devrait être encore plus facile. Au bout de quelques minutes, j’y arrive enfin. Eh eh … Non j’arrête, c’est complètement la chance du débutant. finis-je par dire, mort de rire.

Sauf que la joie est de très courte durée. Dès que la porte s’ouvre, une alarme se déclenche, malgré nos prières. Je réfléchis assez vite et me vient une idée parmi tant d’autre. Si tout va bien, les flics ne devraient arriver que dans 5 minutes, nous laissant le temps de faire un minimum de dégâts. Je traduis mes pensées et la Griffiths me suit, tout excitée elle aussi. Une batte de baseball dans les mains, je pars d’un coté en la laissant traîner et en faisant tout tombé sur mon passage. Loin de la douceur, loin de la dentelle, ce magasin aurait pu finir en mille morceaux si nous n’étions pas obligé de partir pour ne pas se faire arrêter. C’est Lenny qui me le rappelle d’ailleurs. Je te suis, Bonnie. criais-je, souriant largement. On sort du magasin. Sur le coup, c’est toi qui a eu les bons réflexes. ajoutais-je, la remerciant de la même façon qu’elle la fait tout à l’heure. Je me rends compte qu’on forme une bonne équipe, une super équipe même. Je me mets à rêver à d’autres casses, à d’autres mauvais coups qu’on pourrait faire ensemble … Mais me ravise et me rappelle que je l’ai déjà assez entraînée vers le bas. On court, on court comme si nos vies en dépendaient, fuyant l’alarme et le bruit des sirènes se rapprochant. On finit assez vite à la voiture, hors d’haleine. Je tente de récupérer ma respiration au mieux mais c’est difficile, mon corps partagé entre un mélange d’effort et d’adrénaline ; l’excitation semble ne pas vouloir descendre. Je m’assois sur le capot, bien plus que satisfait.

Je croyais que nous étions enfin bon, que tout s’était déroulé jusqu’à ce qu’elle me confie un truc, son sac devant elle. Je manque de ravaler de travers, mes poings se serrent sans savoir vraiment pourquoi. C’est de mauvais goût, de très mauvais goût. Lenny ... Pendant un moment, j’ai un doute. Depuis qu’elle m’a piégée avec ce rencard qui n’en était pas un, nous nous amusions à faire des blagues, de pires en pires. La dernière en date, c’est moi qui étale mes sentiments sur instagram, lui offrant une belle déclaration après de belles insultes. Mais je me dis que sachant mon passif, nos passifs, elle ne blaguerait pas avec ça. Ok. Ok. Que dire d’autres ? Je ne vais pas me mettre à l’engueuler, ça nous rendra pas nos clés. Puis l’insulter, lui promettre l’enfer, ça sert à rien non plus. Je reste d’un grand calme et commence à réfléchir à comment nous en sortir. On est dans la merde. Je suis dans la merde. Et je suis a deux doigts de te tuer. dis-je en rigolant à moitié. Vaut mieux en rire qu’en pleurer, vaut mieux en rire qu’en pleurer. Je ne sais pas trop où me mène mon dossier, mais j’ai l’impression que Weston m’avait confié que la prochaine connerie aurait des conséquences bien plus graves. Donc, soit j’essaie d’y aller et de récupérer le trousseau avant que quelqu’un n’arrive, soit je laisse les clés là en espérant que personne ne fasse le lien … Dans les deux cas, je pourrais me faire attraper.  Je vais y aller. Si je ne reviens pas d’ici 5 minutes … Bah tant pis, tu t’en vas. finis-je par dire en me levant, prêt pour une nouvelle course.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    Go on and light me like a cigarette, even if it might be somethin' you regret. You got me now, now, now. Swallow me down, down, down, down. I only light up when cameras are flashin', never enough and no satisfaction. Got no shame, i love the way you're screaming my name. Diggin' my grave to get a reaction, changin' my face and callin' it fashion. Got no shame, i love the way you're screaming my name.


who's gonna run this town tonight ? + danny 482748114:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Eleanor Griffiths

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Trystan & Alex
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : faith (vava l) myself (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Abel - Leia - Lily- Charles
RAGOTS PARTAGÉS : 2802
POINTS : 4148
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
who's gonna run this town tonight ? + danny 4bEUCc0
ÂGE DU PERSONNAGE : 20 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Enchaîne les petits boulots pour survivre. Bosse actuellement à Baker Street la journée et au cinéma le soir. Elle fait aussi du dépannage au Three Mariners parfois.
REPUTATION : Non mais quel scandale... Il paraît qu'elle fait des TIG maintenant. On est bien loin de l'étudiante prometteuse qu'elle était... Je me demande ce qu'elle a fait quand même...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
who's gonna run this town tonight ? + danny Empty
MessageSujet: Re: who's gonna run this town tonight ? + danny who's gonna run this town tonight ? + danny EmptyVen 19 Juin - 18:13



6e71c1f4f44a6bb38fb387f1bac563be8bb21f67.gif
I'm addicted to the thrill. It's a dangerous love affair. Life's a game but it's not fair. I break the rules so I don't care. So I keep doin' my own thing. Walkin' tall against the rain. Only thing that's on my mind, Is who gon' run this town tonight ?


« Je te suis, Bonnie. » Si ces surnoms que nous nous donnions en permanence étaient partis d’un délire, ils représentaient désormais quelque chose de bien plus fort. Nous avions pris possession du symbole, pour le dépasser, lui donner vie. Nous formions une véritable équipe, unis, efficaces et surtout sur la même longueur d’ondes. Si notre casse et notre fuite tout de suite après se passent bien malgré les aléas, c'est justement à cause de ça. C’est donc en riant que nous nous enfuyons dans les rues désertes de Tenby. L’euphorie était à son comble. « Sur le coup, c’est toi qui a eu les bons réflexes. » Je souris face au compliment. Je suis heureuse, terriblement heureuse. Je ne sais pas si c’est parce que je suis plus complice que jamais avec Danny, si c’est parce que je viens de me rebeller de façon libératrice ou si c’est juste parce que j’avais besoin de casser des trucs mais je ne me fais pas des nœuds au cerveau à chercher le pourquoi du comment. J’en profite, c’est tout… Peut-être que je suis de trop bonne humeur d’ailleurs, parce qu’une fois qu’on est à la voiture, je me mets à lui faire une blague idiote, prétendant que j’ai laissé tomber les clés de sa voiture sur les lieux du crime. En vrai, je veux juste le faire flipper puis lui dire la vérité mais cette fois-ci, il ne réagit pas tout à fait comme je l’avais prévu. « Lenny… » Souffle t-il simplement. Pas d’explosion de colère, pas de cris. Juste ce désespoir teinté d’incrédulité. Je suis vraiment épatée par la façon dont il garde le contrôle de ses nerfs alors que l’adrénaline coule à flot dans nos veines.

« Ok. Ok. » Dit-il, toujours posément quand il semble avoir encaissé le choc. « On est dans la merde. Je suis dans la merde. Et je suis à deux doigts de te tuer. » Toujours pas de panique, même si ça, ça commence à plus ressembler à ce que je l’avais imaginé dire. Sauf qu’il se focalise visiblement pas sur la rancune qu’il pourrait légitimement éprouver pour moi mais plutôt sur comment s’en sortir. Je le vois réfléchir activement à une solution, pesant sans doute le pour et le contre, avant de m’annoncer la couleur. « Je vais y aller. Si je ne reviens pas d’ici 5 minutes … Bah tant pis, tu t’en vas. » J’en reste bouche bée. Non seulement, il me faisait toujours aucun reproche mais en plus, il était prêt à se sacrifier pour l’équipe. Et cette consigne… « Si je reviens pas, tu t’en vas »… Je suis touchée par ce que ça veut dire, qu’il n’aurait quand même pas l’intention de m’entraîner dans sa chute, même en sachant que c’était moi qui l’avait provoquée… Encore une fois, ce truc de Bonnie & Clyde prenait tout son sens, car ça, si ce n’était pas de la loyauté, je ne voyais pas ce que ça pouvait être… A partir de ce moment là, je n’ai absolument plus aucune raison de jouer. Je secoue la tête. « Non n’y va pas… » Honteuse, je fais glisser les clés de la voiture dans la paume de ma main pour lui montrer, pour lui tendre comme une offrande. « Elles ne sont jamais tombées… Je voulais juste te faire une blague… » A un moment particulièrement mal choisi. Oui. « Mais tu as fait preuve d’un tel sang-froid que c’est moi qui ait l’air bête là… Tu ne m’as même pas engueulée… Tu voulais même te sacrifier… J’ai l’air fine maintenant… Enfin, désolée, c’était nul. » C’était le problème avec l’humour, il fallait toujours trouver le timing et le dosage parfait, car sinon, ça donnait ce genre de trucs… « Bon si on se tirait d’ici ? Je prendrai bien un verre pour me remettre de tout ça. » Que je propose, désireuse de finir sur une notre positive. Puis c’était quand même une bonne idée qu’on se tire vite d’ici et qu’on se fasse tout petit le temps que la police enquête sur le saccage de la boutique. On remonte donc en voiture, se débarrassant de nos foulards et de nos sweats qui faisaient désormais suspects. Je regarde Danny, ma bonne humeur retrouvée. C’était comme si je ne pouvais plus m’arrêter de rire. « Te voilà vengé ! C’est moi ou c’était juste trop bon ? »

_________________

 

+ “DO YOU THINK THERE’S A RIGHT TIME FOR TWO SOULS WHO GOT IT WRONG THE FIRST TIME?  CAN WE START AGAIN ? MAKE IT BETTER ?  ”
who's gonna run this town tonight ? + danny 9UsDlGS
Revenir en haut Aller en bas
Daniel M. Granger
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Daniel M. Granger

TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : sam & liam & erin.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : forevertry & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Lily, Leia, Lenny, Megan, Emma)
RAGOTS PARTAGÉS : 1884
POINTS : 5549
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016
who's gonna run this town tonight ? + danny Tumblr_nxnvrj7Zya1rz8fk6o2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt trois ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : cold heart.
PROFESSION : plus d'escrime, plus d'université ... il est privé du premier tandis qu'il a complètement oublié le deuxième. mais qu'est-ce que ce gamin va faire de sa vie?
REPUTATION : discret vous avez dit ? j'ai l'impression qu'il revient sur le devant de la scène, comme avant. on la vu sortir de chez les flics récemment, sûrement le début de la fin. au fait, quelqu'un a vu Riley ? c'est peut-être ça qui la fait dériver.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
who's gonna run this town tonight ? + danny Empty
MessageSujet: Re: who's gonna run this town tonight ? + danny who's gonna run this town tonight ? + danny EmptyDim 21 Juin - 11:28


lenny & danny
it’s ironic how you feel most alive
when your heart skips a few beats


A deux doigts, je suis à deux doigts de démarrer. Inspiration, expiration. Il faut croire que je suis plus tracassé par mon sort, notre sort, que par le fait de la tuer pour avoir fait une connerie dans le genre. Enfin, peut être que le meurtre arrivera plus tôt que ce que je pensais. Pourquoi ? demandais-je assez vite, levant la tête. Sa réponse ne tarde pas et je me redresse tel un timon. Il me faut quelques secondes pour assimiler l’information. Ce n’est pas possible, elle n’est pas sérieuse. Quoi ? Sauf que si, en fait. C’est de ma faute, de notre faute, nous nous sommes entraîné dans un jeu stupide de qui fera la pire blague à l’autre. Elle est douée, très douée, j’étais au bord d’une crise, à me demander si j’allais finir en prison pour de bon. A la place, ma réaction a gêné la blonde, ce qui ne manque pas de me faire sourire. J’avoue que t’as l’air fine. Je t’ai pas engueuler parce que ça ne nous aurait pas aider mais maintenant, je peux te tuer sans une once de culpabilité. ajoutais-je, rigolant cette fois. Je fais même semblant de l’étrangler une seconde, mais je suis tellement secoué que je ne suis même pas sur d’arriver à faire quoi que ce soit. Je fais les cents pas, tentant de récupérer un véritable rythme cardiaque ; c’était le truc de trop, j’ai l’impression que je vais tomber là. Tu crois qu’on peut faire des crises cardiaques à nos ages ? J’essaie de faire du vent avec mes mains, ça ne vaut rien du tout. Te sous estime pas, je te rendrais la pareille. En trois fois pire. finis-je par dire, un large sourire sur les lèvres. Je me sens un peu mieux, c’est bon. Et ce n’est pas plus mal, vu que je dois me placer sur mon siège conducteur.

Je me débarrasse de tous ces trucs qui me servait à me cacher, ils tiennent un peu trop chaud de toutes façons. Elle en fait de même. Je crois que je ne t’ai jamais vu d’aussi bonne humeur. ajoutais-je en rigolant. C’est plaisant une Lenny de bonne humeur, elle me fait presque éclaté de rire. C’était plus que jouissif. A refaire évidemment, mais pas de suite. Je m’affale sur mon siège, repensant à chaque minutes et chaque secondes de ce qui s’est passé ce soir. Ça ne me rendra pas mon club, ma réputation ou ma potentielle carrière, mais je leur ai rendu la monnaie de leur pièce en saccageant tout. Ils parlaient de mauvaise pub en me sponsorisant, là ils ont de la mauvaise pub tout court. J’ai une bonne bouteille de rhum à la maison, je t’offre un verre pour tout ça. lui demandais-je, mettant le contact. Ce n’est pas que je tenais absolument à ce qu’elle s’en aille, mais la soirée a été assez animée et il vaudrait peut être mieux qu’on ne nous voit pas trop ensemble, histoire de ne pas se faire attraper. Le trajet est assez court et on parle de tout et de rien, toujours pris dans cette douce excitation. Je me gare devant chez elle et sort de la voiture pour la rejoindre sur le trottoir. Merci … Pour tout. Je reste là debout, sans bouger, sans trop savoir ce que je peux faire pour lui dire à quel point je suis reconnaissant. J’avais pourtant mis l’idée du verre en place mais ma tête et mon corps, incapable de réagir ensemble et en même temps, se dispute alors que je fais un pas en avant, vers la Griffiths. Une envie soudaine, une folie certaine. Je crois d’ailleurs que j’en ai envie depuis un moment mais que je me contentais de le mettre dans un coin de ma tête pour éviter de tout gâcher. C’est tout ce que je connais quand on fait quelque chose pour moi, la manière physique de dire merci, un très grand merci. De l’alcool et du sexe. Je lève la main et je la pose sur son joli visage, me préparant mentalement pour ce qui va suivre. J’abaisse la tête et je me penche, dangereusement près de ses lèvres qui m’appellent. On pourrait tout recommencer depuis le début, oubliant ce douloureux passé qui nous liait. Je pourrais lui confier quelques pensées qui m’ont traversé l’esprit, des choses que j’avais fini par comprendre. Les quelques demi secondes qu’ils restent avant le moment fatidique sont ce qui me fallait pour me remettre les idées en place. Je finis par comprendre que notre relation est bien trop fragile et que je ne suis pas encore assez stable pour comprendre ce qui se passe ou pour l’emporter dans mon tourbillon. Je vais avoir l’air con si je recule simplement, gêné par le geste. Alors j’improvise et dévie vers sa joue, déposant un long baiser de remerciement. On a évité la catastrophe. On va le boire ce verre pretty blond ? finis-je par dire, comme si rien n’était. Je lui dois tellement et mon geste a failli être de trop, c’est un trop plein de sentiments contradictoires qui me guident depuis tout à l’heure et ça ne m’apporte rien de bon. Je ne la regarde pas, je n’ose pas, et rentre simplement chez moi. Ce verre, j’en ai bien besoin. C’est définitivement une soirée dont on se souviendra.


AVENGEDINCHAINS


FIN DU RP.

_________________


    Go on and light me like a cigarette, even if it might be somethin' you regret. You got me now, now, now. Swallow me down, down, down, down. I only light up when cameras are flashin', never enough and no satisfaction. Got no shame, i love the way you're screaming my name. Diggin' my grave to get a reaction, changin' my face and callin' it fashion. Got no shame, i love the way you're screaming my name.


who's gonna run this town tonight ? + danny 482748114:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

who's gonna run this town tonight ? + danny Empty
MessageSujet: Re: who's gonna run this town tonight ? + danny who's gonna run this town tonight ? + danny Empty

Revenir en haut Aller en bas

who's gonna run this town tonight ? + danny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ✿ ::  :: RP terminés-