AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
✿ Bienvenue sur Whispers Down The Lane ! L’intrigue du forum se situe à Tenby, village gallois où il fait bon vivre et où les rumeurs font le délice des habitants. Ne vous fiez pas aux apparences : ici, tout le monde est bienvenu ! L’esprit du forum, c’est convivialité, détente, et un peu de drama ! Nous acceptons tous les personnages, et n’exigeons aucun minimum de rp par mois. On attend plus que vous !
Tenby, juin 202010°C/25°C Le Printemps s’est bien installé sur le village. S’il ne fait pas encore assez beau pour se baigner, les averses se font un peu plus rares et la plage est très agréable pour une promenade, alors que les températures montent en flèche et que quelques vacanciers arrivent pour profiter des beaux jours qui s’installent.
✿ Avez-vous entendu ? Il y a beaucoup de nouvelles têtes en ville. C’est bien que le village attire, mais j’ai l’impression que nos nouvelles arrivantes ont toutes des secrets à cacher…Étrange, non ? Il ne faudrait pas que cela perturbe Tenby ! Nous sommes un village respectable, nous. En tout cas, c’est très mystérieux, et j’ai hâte de connaitre votre opinion sur ces charmantes jeunes femmes… Venez donner votre avis ici.

Partagez

highway to hell | Luke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Terri Greenfeld
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Terri Greenfeld

TON PSEUDO : Maria
TON AVATAR : Rachel Weisz
TES CRÉDITS : aslaug (avatar), sial (signature), tumblr (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Emma, Abel, Sam, Luke, Charlie. (5/5)

RAGOTS PARTAGÉS : 43
POINTS : 202
ARRIVÉE À TENBY : 05/04/2020
highway to hell | Luke Tumblr_lukueuqWlj1qe6t3vo2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 44 ans (2 mars 1976)
CÔTÉ COEUR : Célibataire.
PROFESSION : Libraire, ex-chirurgien dans l'armée.
REPUTATION : Elle n'est pas très sociable, et elle n'a pas l'air de trop aimer parler d'elle, c'est dommage, avec son métier...mais surtout, elle est d'une vulgarité sans bornes !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
highway to hell | Luke Empty
MessageSujet: highway to hell | Luke highway to hell | Luke EmptyLun 27 Avr - 22:05

« N’oubliez pas qu’ils ont prévu de l’orage pour aujourd’hui, Ms Greenfeld ! » s’écriait le propriétaire du Bed & Breakfast tandis qu’elle s’éloignait vers le petit parking boisé en direction de son véhicule, lourdement chargée par les deux valises qu’elle traînait à bout de bras. Son bref passage dans la maison d’hôtes avait été très agréable bien que rythmé par son acclimatation européenne et surtout les travaux de sa librairie, lesquels généraient en elle un stress intense qui faisait mauvais ménage avec ce qu’elle avait. Elle ne voulait pas mettre de nom dessus mais uniquement surmonter en homme cette épreuve. Un militaire ne pleurait pas, ne se plaignait pas. À cet égard, Terri demeure profondément reconnaissante envers ce dernier de rester silencieux sur ses terreurs nocturnes qui avaient sûrement dû réveiller un ou deux clients la nuit dernière. Aux alentours de quatre heures du matin, elle s’était réveillée en sueur et s’était mise à hurler le nom d’un de ses anciens coéquipiers sans pouvoir retrouver le sommeil. Comme un lion en cage, impuissante et éprouvée, elle avait fait les cent pas dans sa chambre, grillant cigarette sur cigarette un couteau à la main en attendant que le jour ne se lève et vienne effacer ses tourments et sa honte. Forcément, au moment de partir, elle avait laissé un billet en trop au moment de régler de sa note et maintenant délestée de ses bagages, elle revient lui serrer la main, lui promettant le meilleur accueil dans sa librairie. Terri est chaleureuse dans ses rares sourires malgré ses traits fatigués. Elle est sincère surtout. La réaction de celui qu’elle quittait lui donne un peu de baume au cœur, même si elle sait qu’il était commerçant avant tout.

En reprenant la route vers le garde-meuble de Swansea où était entreposé le plus gros de ses effets personnels, elle retrouve rapidement son sempiternel masque inexpressif qui lui collait à la peau, sans lueur aucune dans ses yeux. La nuit avait été difficile et dans le rétroviseur, au moment de se garer, elle croise son regard un instant de trop. « Bordel… » souffle-t-elle en distinguant des cernes violacés autour de ses yeux. Elle avait l’air de ne pas avoir dormi depuis des jours. Une catastrophe, songe-t-elle en passant une main sur ses paupières. La dernière fois qu’elle avait si peu dormi remontait à la bataille de Marjak, il y a bien dix ans en Afghanistan sauf qu’à cette époque c’était pour une bonne raison. Penser à autre chose. Avancer, toujours. Alors Terri fonce tête baissée dans son box et en sort tous les trésors accumulés au fil des années, même ceux les plus douloureux solidement emballés et cachés dans une grande cantine. Seule consolation, sa collection de K7 de Jazz qu’elle retrouve en bon état dans leur carton bardé de scotch. Rapidement, la majeure partie de son véhicule est désormais rempli d’un empilement de cartons jusque sur les sièges, occultant même la vision de son rétroviseur. Elle avait été efficace et heureusement car le brave homme ne s’était pas trompé : l’éther gronde furieusement au-dessus d’elle. Il est grand temps d’emménager à Oakridge.

Terri reprend la route pour Tenby en empruntant la route A477 qui est dégagée, ce qui est d’autant appréciable qu’un léger brouillard s’installe et la force à allumer ses feux de position. Le soleil si rayonnant s’était éclipsé pour ce qui ressemblait à un véritable orage en un temps record. L’asphalte encore chaud est désormais détrempé sous ses pneus et son pare-brise encaisse dans un lourd fracas le poids des trombes d’eau qui s’abattent sur elle. « Merde… mais qu'est-ce que c'est que ce pays… » grogne la brune surprise de voir le temps s’aggraver si brutalement. Non, décidément, elle n’arrivait toujours pas à se faire aux Pays de Galles mais ne désespérait pas.

Après tout, elle commençait à s’habituer à la conduite à gauche, à la priorité à droite et aux vaches qui parfois lui coupaient la route. Désormais les yeux rivés sur la route, elle suivait les indications de Google Maps quand à l’embranchement au niveau de Kilgety, elle tombe sur une single track road. Croyant être dans une route à sens unique au vu de l’étroitesse de la voie, Terri appuie sereinement sur la pédale d’accélérateur afin de gagner de précieuses minutes sur l’estimation de son GPS. Quand on a appris à conduire à Jérusalem et passé les checkpoints de Cisjordanie armée jusqu’aux dents, ce n’est vraiment pas trois gouttes de pluie dans la campagne galloise qui peuvent vous faire peur. Malheureusement pour elle, ce n’est pas le sens, mais uniquement la voie qui est unique : avec la brume et son volant à gauche, elle manque le panneau passing place planté à … droite. Là où elle aurait dû s’arrêter pour laisser le passage, elle continue sur sa lancée à plus de 80 km/h, sur l’étroite chaussée, un œil rivé sur son plan, l’autre sur la route. 300 mètres… Rien à l’horizon, seul le brouillard pour l’accueillir pour l’instant… jusqu’à ce qu’un frêle rayon de lumière lui fasse froncer les sourcils. 100 mètres…Non, impossible… Prise d’un doute, elle lève légèrement le pied mais n’imagine pas encore qu’elle commet une terrible erreur. La lumière se fait sporadique mais présente, Terri pense à un radar et descend à présent à 70 km/h. Même dans les plus petits recoins, il faut encore que l’État vienne encore s’engraisser sur le dos du contribuable… elle souffle en songeant à l’amende salée qui allait lui parvenir quand…  40 mètres… c’est à cet instant que l’israélienne découvre dans un cri terrible et profond, celui de l'effroi impitoyable, que cet éclair était en réalité une voiture qui arrive face à elle, projetée à toute vitesse. Les yeux écarquillés, elle appuie machinalement et avec fureur sur la pédale de frein en redoutant le choc. Il est trop tard pour ralentir, elle le sait. Le choc ou le bas-côté… le choix est vite fait mais son temps de réaction a été considérablement ralenti, réduit à une poignée de secondes qui ne seront pas suffisantes. La collision est imminente. Elle ne ferme pas les yeux. Son cœur battant à tout rompre dans sa poitrine avec l’inévitable montée d’adrénaline, elle resserre ses mains sur le volant et donne de toutes ses forces un énorme coup de volant. Dans un assourdissant bruit de crissements de pneus et une pluie de débris, elle s’encastre dans les branchages marécageux tandis que son airbag se déclenche comme un énorme coup de poing dans son visage.

_________________

vertigo

Les tristesses de la vie se dissipent aux rayons de l'amour fraternel comme les gelées d'automne fondent le matin quand le soleil se lève. Félicité Robert de Lamennais, Le livre du peuple (1838)
Revenir en haut Aller en bas
Luke Caryll
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Luke Caryll

TON PSEUDO : hjs.
TES DOUBLES : Papa Lloyd & futur papy Magnùs.
TON AVATAR : Ioan Gruffudd.
TES CRÉDITS : hjs & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : Abel (1/1).

RAGOTS PARTAGÉS : 144
POINTS : 556
ARRIVÉE À TENBY : 17/07/2018
highway to hell | Luke DWepQuo
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-trois ans.
CÔTÉ COEUR : Célibataire.
PROFESSION : Titulaire (à l'essai) aux urgences à Tenby.
REPUTATION : On connaît les Caryll, le petit frère ... Mais Luke, ce n'est pas la même chose. Aux premiers abords, on remarque un bel homme avec un métier particulièrement difficile, admiratif même. Mais quand on discute avec lui comme je l'ai fait, on remarque directement ce côté froid et distant, côté qu'il ressort sûrement pour se protéger lui et ses secrets. Il vient de revenir et il va avoir du mal à s'intégrer dans cette ville sans être un petit peu plus ... Joyeux. Ou même sympathique.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
highway to hell | Luke Empty
MessageSujet: Re: highway to hell | Luke highway to hell | Luke EmptyJeu 14 Mai - 20:04

Sortir la voiture, voici l'objectif du jour. Tu dévales les escaliers, un clope roulée au coin des lèvres, un café tiède entre les mains, du pain sur la planche, tu en as avant de faire rouler ce tas de ferraille mais tu es optimiste. La seule et unique chose que tu as accepté de garder venant de ton père, c'est sa voiture, une bonne vieille Jaguar, un XJ6, la plus grosse fierté de son père certainement à l'époque, tu n'étais même pas là quand il en a fait l’acquisition mais tu t'es bien gardé de dire à Rémy que c'était une pièce de collection qui vaut de l'or. Elle est à toi, si ton connard de père peut bien te laisser un truc bien dans ta vie, c'est bien cette voiture, le reste, tu as tout foutu au feu. Oui, quand Rémy est parti, tu as... tout brûlé, papiers, fringues, meubles, tu recommences à zéro dans cette maison et bientôt, tu vas péter des cloisons et refaire l'intérieur, tout seul, comme un grand. Mais aujourd'hui tu n'es pas là pour te la jouer fée du logis mais plutôt mécano avancé. Tu as déjà regardé sur internet, tu as appelé quelques connaisseurs sur ce genre de voiture, envoyé quelques photos pour avoir des avis et selon les férus de l'automobile que tu as pu contacter, la voiture est dans un état plus que parfait mais ça ne veut pas pour autant dire qu'elle va rouler. Si le moteur semble être en excellente condition, il se peut qu'une pièce, bien plus rare soit quant à elle, endommagée et du coup, ruiner tes plans de faire rouler cette merveille sur les routes isolées autour de la ville. Tu as prit les devants, tu as commandé des pièces suivant les conseils des connaisseurs, pièces qui selon eux sont celles qui ont le plus de chance de ne plus être en état et heureusement car quand tu es arrivé dans le garage, que tu as déposé ton café sur un morceau de bois et que tu as démarré la voiture, celle-ci n'a pas bronché une seconde. Comme un con tu es resté immobile, installé sur le cuir du siège conducteur. Un coup de tête dans le volant, tu entreprends un appel en visio avec un des types du forums sur lequel tu as été pour les conseils et il répond, vous discutez un long moment, tu lui montres les changements que tu as opéré, tu lui fais écouter les bruits de la voiture quand tu essaies de démarrer et ce génie arrive à trouver une solution en quelques minutes. Tu lui promets de lui payer un verre quand il passera dans les coins et lui te demande si il ne peut pas faire un tour avec la voiture à la place, les deux vont bien. Vous restez un peu au téléphone et puis tu raccroches, tu sais que le temps ne va pas en ta faveur aujourd'hui, après un check-up de la météo, tu as vu que le temps allait rapidement se gâter alors pour ne pas rester embourber au milieu de nulle part, tu te grouilles de boire ton café, d'abandonner la tasse dans le garage et de prendre quelques affaires au cas-où tu te retrouves bloqué comme un con. Il faut toujours prévoir le pire.
Quelques minutes plus tard, après avoir vérifié que tout était bien fermé dans la maison, tu démarres la voiture et tu te laisses bercer par le doux bruit de la voiture mais pour très peu de temps, tu allumes la vieille radio dans laquelle tu insères une des cassette qui se trouvait aux pieds du siège passager. Tu te retrouves avec Let's Twist Again de Chubby Checker et ça te fait rire comme un idiot. Certes, tu aurais préféré tomber sur des cassettes de vieille techno mais il ne faut pas rêver. Tu récupéreras celles-ci la prochaine fois que tu feras une sortie avec la voiture si tout se passe bien.

Le bras pendant sur le côté, l'autre calée sur le volant, les lunettes de soleil sur le bord du nez, tu roules tranquillement sur les routes vides autour de Tenby, prenant soin d’emprunter des routes où tu sais que personne ne va croiser ton chemin et par la même occasion ne pas rayer ta belle voiture. Tu t'y sens bien, tellement que tu mets un petit coup d'accélérateur, histoire de voir comment elle se débrouille et franchement c'est pas mal, ça fait du bien, le bruit du moteur et de l'album de Chubby vont parfaitement ensembles et tu en oublies le reste. Il n'y a plus de boulot en vue, plus de maison à retaper, plus de départ pour l'armée, plus rien. Tu roules de plus en plus rapidement et puis tu vois que le temps se gâte, tu retires tes lunettes de soleil pour remarquer qu'il fait extrêmement sombre dehors, tu en profites pour faire une pause clope, le temps de prendre quelques photos des nuages avant que l'orage n'éclate et malheureusement pour toi tu es sur une route à sens unique donc pas question de faire demi-tour. Tu râles avant de reprendre le volant regardant les gouttes glisser sur le pare-brise qui se retrouve rapidement dans un sale état, tu aurais du changer les balais essuie-glace avant de sortir mais évidemment, tu n'y a pas pensé. Tu baisses alors la musique, mets les pleins phares et redouble d'attention sur la route devant toi, oubliant de remettre ta ceinture mais honnêtement, tu roules doucement et tu ne risques de croiser personne en face de toi, mais tu préfères rester aux aguets. Malheureusement pas assez. Une lumière vient éblouir ton champ de vision, tu clignes des yeux, deux trois fois avant de percuter une véhicule, pas de plein fouet, mais assez pour que ta cage thoracique vienne percuter le volant. Note à toi-même, cette voiture n'a pas d'air-bag. Ou alors si, mais il n'est pas dans le volant. Tu sais que les passagers n'en avaient pas à l'époque.

Tu prends un moment avant de prendre conscience de ce qu'il vient de se passer, ta voiture est à l’arrêt, un filet de fumée est en train de s'échapper du capot et devant toi, au plus précisément légèrement sur le côté il y a une autre voiture qui a sans doute voulu éviter le choc sans pour autant y arriver. Qui peut être assez con pour rouler sur une route à sens unique ? Tu reprends tes esprits et tu poses tes mains sur ton corps rapidement, évaluer si il y a une blessure et tu sens une gène à la respiration, certainement une côté fêlée, rien de grave. Tu tapes rageusement sur le volant de la voiture avant de sortir de celle-ci et de voir avec effroi la portière du côté conducteur s'écrouler derrière toi. « Sérieusement ? » Murmures-tu avant de prendre ton visage entre tes mains. « Voiture de merde. » Grommelles-tu avant de t'avancer vers le véhicule qui t'a percuté. « Hey... Est-ce que ça va ? » Demandes-tu à voix haute, quasiment un cri pour être sur que la personne au volant t'entende si elle est consciente. Tu tapotes sur ta carrosserie de la voiture et tu t'abaisses en grimaçant pour voir que c'est une femme au volant. Tu te rappelles d'un vieil adage sur les femmes au volant que tu gardes bien pour toi avant de forcer la portière à s'ouvrir. « Est-ce que vous m'entendez ? » tu ne vois guère son visage, enfoncé dans l'air-bag, elle au moins à eu la chance d'en avoir un. « Je suis médecin. » Dis-tu finalement avant de sortir ton téléphone de ta poche et de voir que celui-ci n'a pas tenu le choc, l'écran est explosé, il y a des petits morceaux de verre dans ta poche et tu vois quelques tâches rougeâtres sur tes mains. « Il faut appeler les secours, mon téléphone est mort. » C'est ce que tu dis tout en posant deux doigts de ta main en bon état sur le cou de la femme, tu appuies tes doigts afin de sentir son pouls qui est bien présent et qui est même très rapide, au moins elle est vivante. « Vous avez niqué ma voiture putain. » Elle ira bien, tu n'en doutes pas une seconde, le choc n'a pas été aussi dur que ça, tu roulais assez doucement et elle a tenté une manœuvre pour t'éviter. Ça ira, mais elle va casquer pour ta voiture, elle va pas louper ça.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Terri Greenfeld
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Terri Greenfeld

TON PSEUDO : Maria
TON AVATAR : Rachel Weisz
TES CRÉDITS : aslaug (avatar), sial (signature), tumblr (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Emma, Abel, Sam, Luke, Charlie. (5/5)

RAGOTS PARTAGÉS : 43
POINTS : 202
ARRIVÉE À TENBY : 05/04/2020
highway to hell | Luke Tumblr_lukueuqWlj1qe6t3vo2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 44 ans (2 mars 1976)
CÔTÉ COEUR : Célibataire.
PROFESSION : Libraire, ex-chirurgien dans l'armée.
REPUTATION : Elle n'est pas très sociable, et elle n'a pas l'air de trop aimer parler d'elle, c'est dommage, avec son métier...mais surtout, elle est d'une vulgarité sans bornes !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
highway to hell | Luke Empty
MessageSujet: Re: highway to hell | Luke highway to hell | Luke EmptyLun 25 Mai - 12:58

Terri reste assommée quelques instants, sans réaction, même lorsque cet inconnu pose deux doigts sur sa carotide. Un léger bourdonnement dans ses oreilles l’empêche d’entendre clairement et de réagir aux premières invectives de ce dernier dont les éclats de voix lui parvient comme de lointains échos. L’impact l’a bien secouée. Le 4X4 s’est encastré dans un arbuste qui lui, n’a pas survécu, comme une petite partie de son capot au vu du bip strident qui émane de son tableau de bord électronique qui finit de la réveiller.  

« Merde… » souffle Terri qui émerge en luttant contre l’airbag qui la garde prisonnière contre son siège. Elle plisse les yeux sous les effets de la lumière du jour à travers l’épais brouillard et la fumée qui lui donne la sensation de lui brûler la rétine. Passant une main sur son visage, elle se rend compte qu’un mince filet de sang perle depuis ses narines, sans gravité. Couper le contact. Elle s’exécute immédiatement même si, contrairement à l’autre véhicule, le sien ne semble pas avoir été atteint aussi sévèrement de ce qu’elle constate en tournant la tête. La silhouette à ses côtés semble être sur ses deux pieds, Dieu merci songe-t-elle avant de descendre, essuyant d’un revers de manche son visage. Elle avait assez de choses sur la conscience pour devoir se rajouter un cadavre, aussi séduisant soit-il. Enfin, pour l’heure il avait l’air d’être sacrément irrité avec ses mains pleines de sang, alors même que c’était lui qui avait tenté de l’envoyer six pieds sous terre. Il fallait à tout prix mettre ça au clair, également constater si le civil était blessé, c’était primordial. Heureusement, elle savait que sa trousse médicale était dans son coffre, il suffisait d’aller la chercher. « Gardez votre calme, il faut d’abord vérifier que vous allez bien… je vais chercher ma mallette dans le coffre, je suis chirurgien traumatologue, je vais vous arranger ça. » commence celle qui n’avait pas saisi qu’elle s’adressait à un confrère, dans un ton qui se voulait assuré et même apaisé alors qu’elle s’extirpe de son siège pour regagner la terre ferme. C’est précisément là, en posant son pied gauche sur l’asphalte qu’un cri de douleur difficilement étouffé entre ses dents s’échappe de ses lèvres et la force à s’asseoir : un coup d’œil en bas, vers son jean, à l’endroit exact de son genou, elle découvre un petit accroc mais devine surtout une bonne luxation en remontant le tissu tout en serrant les dents. La douleur était lancinante mais elle prend sur elle pour claudiquer jusqu’à parvenir à l’arrière de sa voiture et trouver de quoi l’ausculter mais quand elle l’entend se plaindre de l’état de sa voiture, le sang de l’israélienne ne fait qu’un tour. « Putain ! Mais je n’en ai strictement rien à foutre de votre caisse de merde, vous manquez de me tuer et vous osez me parler de votre tas de ferraille ?! » aboie l’israélienne, tant sur le coup de l’énervement que de la douleur, les poings fermés pour ne pas lui en décocher une. Quel connard, rage la brune tout bas en claquant furieusement son coffre après avoir remis la main sur la fameuse trousse qu’elle n’a pas ouvert depuis des mois.

Toutefois, en revenant vers lui tant bien que mal pour constater ses blessures et honorer son serment, Terri fronce les sourcils en découvrant l’état de la voiture qui semble être tout droit sortie de chez un collectionneur. « Et à tous les coups, vous n’aviez pas de ceinture de sécurité… Bon… on verra ça plus tard. Vous avez mal quelque part ? » Elle prend sur elle car tout cela ne reste que du matériel mais même si elle n’y connaît pas grand-chose en voitures mais il ne fallait pas non plus sortir du M.I.T pour savoir que sur ce genre de modèle, il y avait de fortes chances qu’à sa commercialisation l’obligation du port de la ceinture n’existait pas encore. Avait-il été assez con pour rouler sans ? À la gueule qu’il semblait tirer, la brune secoua négativement la tête d’un air dépité avant de se souvenir qu’il fallait sûrement appeler une dépanneuse, une ambulance accessoirement mais pas les secours. D’où sortait ce type ? À la moindre blessure, il semblait geindre comme une fillette. « Arrêtez de vous plaindre pour un téléphone bordel, on ne va pas appeler les secours pour trois égratignures. Vous devez être du genre à appeler les pompiers pour un chat coincé dans un arbre dans le coin, pas moi. »  C’était peut-être qu’elle était conditionnée à voir tellement de charniers qu’elle en oubliait parfois que le plus banal des accidents pouvait également être source d’un traumatisme crânien important ou d’une hémorragie interne bien plus sournoise. Heureusement, elle avait laissé son téléphone dans la poche arrière de son pantalon. L’écran s’allume sans difficulté, mais pour autant la brune n’obéit pas aux injonctions de l’inconnu. « Le plus urgent, c’est la dépanneuse. » ajoute-t-elle en prenant le premier numéro qui apparaît dans la recherche Google sans prendre en considération son avis. Effectivement, ils ne pouvaient pas bloquer cette route éternellement, et puis, le temps qu’une équipe médicale soit dépêchée dans ce brouillard, ils pouvaient voir venir. Alors, elle patiente quelques instants le temps qu’elle soit mise en communication puis tend le combiné à cet irascible inconnu le temps d’aller désinfecter ses propres plaies.

_________________

vertigo

Les tristesses de la vie se dissipent aux rayons de l'amour fraternel comme les gelées d'automne fondent le matin quand le soleil se lève. Félicité Robert de Lamennais, Le livre du peuple (1838)
Revenir en haut Aller en bas
Luke Caryll
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Luke Caryll

TON PSEUDO : hjs.
TES DOUBLES : Papa Lloyd & futur papy Magnùs.
TON AVATAR : Ioan Gruffudd.
TES CRÉDITS : hjs & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : Abel (1/1).

RAGOTS PARTAGÉS : 144
POINTS : 556
ARRIVÉE À TENBY : 17/07/2018
highway to hell | Luke DWepQuo
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-trois ans.
CÔTÉ COEUR : Célibataire.
PROFESSION : Titulaire (à l'essai) aux urgences à Tenby.
REPUTATION : On connaît les Caryll, le petit frère ... Mais Luke, ce n'est pas la même chose. Aux premiers abords, on remarque un bel homme avec un métier particulièrement difficile, admiratif même. Mais quand on discute avec lui comme je l'ai fait, on remarque directement ce côté froid et distant, côté qu'il ressort sûrement pour se protéger lui et ses secrets. Il vient de revenir et il va avoir du mal à s'intégrer dans cette ville sans être un petit peu plus ... Joyeux. Ou même sympathique.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
highway to hell | Luke Empty
MessageSujet: Re: highway to hell | Luke highway to hell | Luke EmptyMar 30 Juin - 21:53

C'est quoi ce bordel ? C'est qui cette femme putain ? Tu es abasourdie face à ses paroles, elle te demande de rester calme et tu es certainement le plus calme d'entre vous deux. Tu hausses les sourcils et tu la laisses t'envoyer à la gueule des paroles bien chargées. « Mais vous pouvez vous la garder votre mallette. » Balances-tu aussi sèchement qu'elle. Tu es capable de faire ton propre diagnostic. « Je viens de vous dire que je suis médecin, je suis pas con mais vous, vous êtes sourde et vous avez certainement une luxation du genou alors arrêtez de bouger dans tous les sens. » Tu sens la colère monter et là, tu risques de perdre ton calme très rapidement et il n'y aura pas que son pouls qui sera rapide. Ça commence sérieusement à chauffer mais au moins, tu vois qu'elle va bien, qu'elle réagit bien et que l'adrénaline fait bien son travail. Tu la regardes marcher de manière difficile pour rejoindre le coffre de sa voiture et trouver cette fameuse mallette, tu ne dis rien jusqu'à ce qu'elle réagisse au quart de tour en répondant à ta réplique au sujet de ta voiture et tu te mets à rire. « Vous vous foutez de la gueule du monde ou quoi ? Vous savez lire un panneau ? Parce que j'ai fortement l'impression que non, si on prend votre chemin, on pourra constater que vous étiez sur une voie unique, une voie unique, pas de quoi rouler comme une tarée. » Toi, tu roulais doucement, tu faisais gaffe et elle est sortie de nulle part. C'est de sa faute si vous avez eu un accident et franchement, vu sa réaction, tu vas lui coller un procès au cul, rien à foutre, elle va vraiment casquer pour sa connerie. Mais putain, elle se prend pour qui cette femme là, médecin de trauma ! Pardon, la chirurgienne en trauma, mille excuses.
Tu aurais pas aimé l'avoir en tant que médecin vu comment elle perd son calme en un claquement de doigts. Tu ne devrais pas en faire de même mais honnêtement, elle te casse les couilles à se la jouer victime alors que c'est elle qui a bousillé la voiture de ton père. Une voiture de collection oui et avec une ceinture de sécurité, simplement pas d'airbag. « J'avais ma ceinture, je ne suis pas un inconscient non plus. » Rétorques tu avec énervement, les bras croisés sur ton torse. « Et ne me touchez pas, je préfère encore voir un autre médecin que vous, arrêtez de crier et de vous énerver inutilement. Vous faites honte à la profession. » Tu la cherches sérieusement, mais elle a niqué ta voiture et elle se prend pour je ne sais qui avec ses grands mots, ses belles paroles alors qu'elle est en putain de faute. « Ouais, appelez le dépanneuse au lieu de dire n'importe quoi. » Finis-tu par dire en lui tournant le dos, regardant l'écran de ton téléphone en mille morceaux, cherchant vainement à l'allumer. Ça aussi, elle payera pour que tu puisses en avoir un nouveau. « Je roulais même pas à 30km/h à combien vous arriviez pour avoir à dérober de la route comme ça ? » Cette fois, tu lui poses la question en face à face, cherchant à comprendre comment elle a pu finir dans l'arbuste. Tu n'es pas inquiet mais tu essaies de comprendre le pourquoi du comment cet accident est arrivé, parce que normalement ça n'aurait pas dû être le cas.

Tu passes ta main sur ton visage, mouillé à cause de la flotte qui vous dégringole dessus, tu devrais retourner dans ta voiture mais tu n'as pas envie, toi aussi tu ressens l'adrénaline qui coule dans tes veines, tu en profites pour vérifier l'état de la voiture, voir si oui ou non, elle est définitivement bonne pour la casse ou pas. Tu fais le tour, tu touches la carrosserie, tu lèves le capot et honnêtement, ça pue, y a des pièces que tu ne pourras pas t'offrir et tu te demandes si ça vaut vraiment le coup. Rémy ne sera pas là pour voir si la voiture est encore dans le garage de toute façon, mais ça n'empêche que ça fait vraiment chier. Maintenant tu vas devoir débourser une petite fortune pour une « vraie voiture ». Tu reviens vers sa voiture juste de quoi regarder si de la fumée se dégage, on sait jamais. Et en parlant de fumée, ça serait bien que tu puisses te griller une clope, ça pourrai éventuellement te calmer. « Arrangez-vous pour faire venir deux dépanneuses et de voir quelqu'un pour votre genou, parce qu'il vaut mieux être prudent et ça ne semble pas être une de vos préoccupations principales. » Tu continues à lui lancer des piques mais honnêtement, elle te tape sur les nerfs, elle cause votre accident, elle t'accuse et après, elle se la joue super héros en te disant que tu es le type qui appelle les pompiers pour sauver un chat bloqué dans un arbre... Elle ne te connaît même pas et hop, un bon gros jugement de merde dans la face. Tu es prudent oui, mais pas au point de ne pas aller chercher le chat dans l'arbre toi-même, tu es un soldat putain. Mais ça évidemment, elle ne le sait pas et elle s'en fout certainement madame la chirurgienne en traumatologie. Tu vas l'appeler comme ça tient, ça va lui faire gonfler les chevilles et ça va la faire chier, tu l'espères en tout cas.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

highway to hell | Luke Empty
MessageSujet: Re: highway to hell | Luke highway to hell | Luke Empty

Revenir en haut Aller en bas

highway to hell | Luke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ✿ ::  :: An old country song-