AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
✿ Bienvenue sur Whispers Down The Lane ! L’intrigue du forum se situe à Tenby, village gallois où il fait bon vivre et où les rumeurs font le délice des habitants. Ne vous fiez pas aux apparences : ici, tout le monde est bienvenu ! L’esprit du forum, c’est convivialité, détente, et un peu de drama ! Nous acceptons tous les personnages, et n’exigeons aucun minimum de rp par mois. On attend plus que vous !
Tenby, juin 202010°C/25°C Le Printemps s’est bien installé sur le village. S’il ne fait pas encore assez beau pour se baigner, les averses se font un peu plus rares et la plage est très agréable pour une promenade, alors que les températures montent en flèche et que quelques vacanciers arrivent pour profiter des beaux jours qui s’installent.
✿ Avez-vous entendu ? Il y a beaucoup de nouvelles têtes en ville. C’est bien que le village attire, mais j’ai l’impression que nos nouvelles arrivantes ont toutes des secrets à cacher…Étrange, non ? Il ne faudrait pas que cela perturbe Tenby ! Nous sommes un village respectable, nous. En tout cas, c’est très mystérieux, et j’ai hâte de connaitre votre opinion sur ces charmantes jeunes femmes… Venez donner votre avis ici.

Partagez

Blank pages | Emma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Terri Greenfeld
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Terri Greenfeld

TON PSEUDO : Maria
TON AVATAR : Rachel Weisz
TES CRÉDITS : aslaug (avatar), sial (signature), tumblr (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Emma, Abel, Sam, Luke, Charlie. (5/5)

RAGOTS PARTAGÉS : 43
POINTS : 202
ARRIVÉE À TENBY : 05/04/2020
Blank pages | Emma Tumblr_lukueuqWlj1qe6t3vo2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 44 ans (2 mars 1976)
CÔTÉ COEUR : Célibataire.
PROFESSION : Libraire, ex-chirurgien dans l'armée.
REPUTATION : Elle n'est pas très sociable, et elle n'a pas l'air de trop aimer parler d'elle, c'est dommage, avec son métier...mais surtout, elle est d'une vulgarité sans bornes !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
Blank pages | Emma Empty
MessageSujet: Blank pages | Emma Blank pages | Emma EmptySam 25 Avr - 14:48

The silence is golden
To books I am beholden

Quelques discrets rayons de soleil embaumaient au petit matin l’atmosphère de Tenby qui se calfeutrait encore dans le silence le plus absolu. Un claquement de portière résonna pourtant sur le parking du B&B. Il était aux alentours de six heures et Terri s’engouffrait dans son véhicule pour débuter sa véritable première journée à la librairie. Il était loin le temps des urgences et des bombardements, celui des cris et du sang, des terres arides et des mélopées moyen-orientales. Pourtant, elle continuait encore de se lever aux aurores, fidèle à sa discipline militaire. La tranquillité doucereuse de ce petit village de campagne n’adoucissait malheureusement pas encore le caractère de la quadragénaire qui s’apprêtait à préparer sa boutique. En effet, elle qui aimait l’ordre et la discipline avait encore du pain sur la planche. Il suffisait de jeter un œil par l’un des carreaux tout juste rafraîchis de sa boutique pour apercevoir ici et là quelques monticules de cartons encore scellés, un aspirateur débranché ou un vieux gobelet de café abandonné près de la caisse enregistreuse tranchant avec le décor pourtant très soigné de l’établissement.  

Et quel établissement. Terri avait mis la main sur un véritable petit joyau auquel elle avait voulu redonner un nouveau souffle. Il avait nécessité plus que quelques coups de pinceaux et  la suppression de quelques ornements trop modernes à son goût pour rendre aux lieux leur authentique cachet. Elle n’avait cependant pas voulu rebaptiser cette institution de peur de décontenancer les habitués – sûrement très âgés. En revanche, elle avait apposé une plaque de laiton doré au-dessus de l’entrée, laquelle dévoilait d’emblée ses penchants pour les locutions latines bien atypiques :  AD AUGUSTA PER ANGUSTA, le mot de passe des conjurés dans Hernani. Sûrement était-ce un peu trop obscur pour des non-initiés à la littérature française mais elle s’en moquait éperdument à vrai dire. Une librairie se devait être un univers à part entière, non un commerce. À cet égard, Terri avait mis tous ses efforts à la transformer comme elle l’entendait :  si elle conservait son éternelle devanture sobre, elle avait pour l’intérieur décidé de bouleverser la grande majeure partie des rayonnages et de scinder la boutique en deux univers.

Ainsi, alors que l’entrée demeurait baignée de soleil et gardait son aspect minimaliste avec le coin presse et la papeterie, la lumière se faisait cependant plus tamisée et chaleureuse au fil de la traversée des nouveaux rayons, comme s’il s’agissait d’un véritable voyage à travers le temps. Les murs autrefois neutres étaient désormais habillés par des rayonnages en chêne qui recueillaient les livres dans un écrin de moulures et de crédences néogothiques, le sol s’était vêtu d’une moquette écarlate tandis que le plafonnier éclairé aux néons avait disparu au profit de petites lanternes d’inspiration XVIIIème. Chaque précieux détail était pensé pour emporter les lecteurs deux siècles en arrière, jusqu’à l’usage même d’échelles en bois de châtaigner. Terri avait soigné l’ambiance feutrée de cet antre où Lord Byron, Tirso de Molina, Musset et Shakespeare côtoyaient Ian Flemming, J.K Rowling et de la littérature féministe dans un même écrin. C’était un patchwork étonnant d’ouvrages et d’auteurs, un savant mélange de livres post-modernes et de littérature classique rangés sans condescendance aucune, puisque même les bandes dessinées avaient gardé toute leur place.

Toutefois, pour l’heure, la patronne s’emparait des liasses de journaux qui venaient tout juste d’être jetés sur le perron de son établissement avant de s’assurer que la porte de son établissement demeurait bien ouverte. L’odeur de poussière et du parquet ciré étaient encore très prononcés mais ne la découragèrent pas pour autant. Pourtant, bien qu’elle s’était affairée toute la matinée pour être fin prête à recevoir ses premiers clients dès onze heures, elle devait bien admettre à plus de trois heures de l’après-midi qu’elle avait peut-être été un peu trop optimiste en se refusant à faire de la publicité pour sa boutique. Seule une petite poignée d’âmes s’étaient aventurées à passer le nez à l’intérieur et elle n’avait conclu qu’une seule vente. Avait-elle besoin d’aide ? Assurément. Allait-elle en demander ? Sûrement pas.  Les mains posées de part et d’autre de ses reins, debout derrière sa caisse, elle souffla lourdement en regardant l’entrée désespérément vide avant de se remettre au travail afin d’éviter de se tirer une balle dès le premier jour.

Ainsi, consciencieusement affairée avec une pile d’ouvrage qu’elle emballait dans du papier kraft pour réaliser un «blind date» livresque à destination des plus curieux, elle ne se rendit pas immédiatement compte qu’une silhouette blonde s’était aventurée dans son antre.

_________________

vertigo

Les tristesses de la vie se dissipent aux rayons de l'amour fraternel comme les gelées d'automne fondent le matin quand le soleil se lève. Félicité Robert de Lamennais, Le livre du peuple (1838)
Revenir en haut Aller en bas
Emma Collins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Emma Collins

TON PSEUDO : loupiote
TON AVATAR : elle fanning
TES CRÉDITS : stellaire (av)
TA DISPONIBILITE RP : Présente, totalement dispo
RAGOTS PARTAGÉS : 92
POINTS : 569
ARRIVÉE À TENBY : 20/12/2019
Blank pages | Emma IbhyXOY
ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans (18 août)
CÔTÉ COEUR : célibataire, le coeur en vrac
PROFESSION : étudiante en littérature à l'université de Swansea
Blank pages | Emma Empty
MessageSujet: Re: Blank pages | Emma Blank pages | Emma EmptyJeu 30 Avr - 16:53


Blank pages
Terri & Emma
Silencieusement, aussi discrète qu’une souris, Emma poussa timidement la porte de la librairie, le cœur battant. Elle n’avait pas encore eu l’occasion d’y mettre les pieds et ce, malgré son arrivée quelques semaines plus tôt à Tenby, sans doute par crainte, alors que pourtant, il s’agissait de l’un de ses lieux préférés, quand elle vivait à Swansea. Mais peut-être que justement, elle préférait mettre de côté tout ce qui avait fait sa vie là-bas, tout ce qui pouvait lui rappeler cette ville, cette ancienne vie. Pourtant, Swansea n’était pas Tenby, et inversement. Elle ne savait pas pourquoi elle avait tant traîné avant de venir, mais maintenant, elle avait rattrapé son erreur. Elle allait régulièrement à la bibliothèque, elle y empruntait déjà des livres qu’elle engloutissait en quelques jours, plongée sous ses couvertures comme elle faisait quand elle était enfant, pour que sa mère ne voit pas la lumière allumée si tard, pour qu’elle ne lui reproche pas encore quelque chose. Aussitôt, elle sourit, déjà conquise. Cet océan de livres, cette odeur si particulière qui flottait dans l’air, aussitôt elle se sentit dans son élément, comme un poisson dans l’eau. C’était là qu’elle devait être, là qu’était sa destinée, pensa-t-elle de manière grandiloquente, comme toujours puisqu’Emma rêvait toute éveillée, aimait exagérer et vivre dans son monde. Cet endroit était exactement comme elle l’avait imaginé, pittoresque et authentique, tout en bois. Elle en avait eu un petit avant-goût avant même de pousser la porte, avec l’inscription gravée sur une plaque au-dessus de l’entrée.

Lentement, comme si elle entrait dans un véritable palais ou dans un lieu très ancien, elle s’avança avec respect, les yeux brillants tels des joyaux. Son regard balayait les murs et le plafond tandis que ses chaussures foulaient le sol recouvert de moquette. Elle n’était plus dans le présent, elle avait l’impression d’être projetée dans l’un de ses romans historiques préférés. Elle regrettait presque de ne pas avoir de robe de circonstance, elle ne collait pas au cadre, elle était de trop. Comme toujours, tu es de trop, Emma lui chuchota une petite voix dans son esprit, petite voix qu’elle chassa sèchement. « Bon… Bonjour ? Il y a quelqu’un ? » elle se demanda qui tenait une boutique pareille. Elle s’imagina une vieille dame aux cheveux grisonnants et aux lunettes en demi-lune, aux vêtements qui sentaient la même odeur que ses livres, si bien que quand une silhouette féminine apparut dans son champ de vision, elle s’arrêta, fascinée. Ce n’était pas une vieille dame, bien au contraire. La femme était occupée à emballer des livres de papier kraft, elle ne s’aperçut pas immédiatement de la présence d’Emma, ce qui n’avait rien d’étonnant tant celle-ci passait inaperçue. Elle dévisagea brièvement la femme, une quarantaine d’années, le port altier d’une reine et une beauté qui allait de pair, des cheveux de jais. L’opposé, clairement, d’Emma. Celle-ci finit par s’avancer courageusement. « Cet endroit… il est magnifique » souffla-t-elle, émerveillée à la manière d’une enfant. C’était tout ce qu’elle trouvait à dire en cet instant, elle avait même oublié la raison de sa visite – trouver un petit boulot, si seulement c’était possible, car elle avait affreusement besoin d’argent, de faire quelque chose de sa vie pour ne pas sombrer. Mais pour la première fois depuis longtemps, elle souriait de façon sincère. Tous ses doutes, toutes ses peurs s’étaient envolés.  
avril 2020
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________

Sur les rayons des bibliothèques
je vis un monde surgir de l'horizon.
Revenir en haut Aller en bas
Terri Greenfeld
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Terri Greenfeld

TON PSEUDO : Maria
TON AVATAR : Rachel Weisz
TES CRÉDITS : aslaug (avatar), sial (signature), tumblr (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Emma, Abel, Sam, Luke, Charlie. (5/5)

RAGOTS PARTAGÉS : 43
POINTS : 202
ARRIVÉE À TENBY : 05/04/2020
Blank pages | Emma Tumblr_lukueuqWlj1qe6t3vo2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 44 ans (2 mars 1976)
CÔTÉ COEUR : Célibataire.
PROFESSION : Libraire, ex-chirurgien dans l'armée.
REPUTATION : Elle n'est pas très sociable, et elle n'a pas l'air de trop aimer parler d'elle, c'est dommage, avec son métier...mais surtout, elle est d'une vulgarité sans bornes !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
Blank pages | Emma Empty
MessageSujet: Re: Blank pages | Emma Blank pages | Emma EmptyLun 4 Mai - 20:19

Aussitôt qu’elle entend une voix cristalline l’interpeller, Terri délaisse sous ses doigts le papier froissé et les chutes de ficelle. Elle s’arrête immédiatement pour redresser la tête et accueillir l’ange blond qui vient de pénétrer dans son antre. En effet, la première chose qui frappe la libraire, c’est bien cette chevelure d’or et ce teint de porcelaine duquel deux prunelles émerveillées se détachent, si différents des visages qu’elle avait pu rencontrer jusque-là. Alors, naturellement, elle la décrit du regard un petit instant, suspendue aux lèvres de cette dernière qui semble bel et bien transportée. D'ailleurs, pour l'œil aguerri de la militaire qui perçoit habituellement rapidement les faiblesses de ces interlocuteurs, la première chose qui l'interpelle n'a rien de stratégique. Bien au contraire. La première image que lui évoque cette étudiante sont les romans romantiques du XVIIIème et principalement les héroïnes de Jane Austen. Toutefois, ses vieux réflexes s'éteignent sous les réactions franches, à peine voilées de cette dernière qui sont autant de trésors pour Terri qui n’a pas encore eu la chance d’avoir le moindre retour sur sa petite réalisation.

Surtout, voir une jeune femme préférer s’attarder si lentement sur chacun des détails de sa librairie plutôt que s’adonner aux joies de l’ère numérique lui redonne sitôt le sourire qu’elle avait lentement perdu. Il est évident que tourner en rond dans sa boutique l’a quelque peu rendue amère et l’a irritée, mais à présent ses traits chagrinés semblent s’être profondément détendus. Inspiration plus lente, moins nerveuse, la libraire devient plus aimable. Il faut bien avouer qu’il n’y a guère près de l’odeur de cellulose des pages de vieux ouvrages et de l’odeur d’amande dégagée par la décomposition de l’encre que l’israélienne s’adoucissait. Tranchant avec son caractère habituel, Terri devient tout autre dans cet univers : elle laisse les livres attendrir la terre sauvage qu’est son cœur et surtout, son terrible caractère.

Alors, délaissant rapidement son comptoir, Terri se détourne de ses préparations pour s’avancer vers la jeune blonde, un sourire bienveillant aux lèvres face au compliment qu’il lui est donné à entendre. « Merci beaucoup… Je suis ravie de voir que cet endroit puisse plaire à quelqu’un d’autre que moi. J’ai pris le risque de changer la décoration et je dois dire que jusqu’à présent, elle a eu l’effet escompté : faire jaser. » En effet, pour la libraire, toute publicité est bonne à prendre, qu’elle soit bonne ou mauvaise, l’important était qu’on parle de son commerce. Ainsi, sur le ton de la confidence, la brune se rapproche de quelques pas et vient se placer près de sa cliente, les yeux tournés vers les nouveaux rayonnages et cette décoration si singulière, laquelle a déjà été préalablement décriée par le voisinage en déambulateur. Et il semblerait de toute évidence que ce soit très bien ainsi, à en voir la stupéfaction heureuse de cette petite blonde sur laquelle toute l’attention de Terri s'est focalisée.

Étrangement, elle a envie de connaître l’avis de cette jeune inconnue, ce qui dénote particulièrement avec ses habitudes : est-ce parce que la décoration lui plaît ?  Sa franchise ?  Ou encore la manière dont elle semble être revenue dans son élément à l’image d’un poisson qui respirerait enfin après être resté hors de l’eau trop longtemps ? L’israélienne reste muette. Les clients de ce genre sont une denrée rare. Un œil intrigué, l’autre amusé, elle reste attentive à chacune des expressions de la blonde tentant de discerner sous cette timidité féroce qui transparaît d’elle, l’objet de sa visite. « Pardonnez-moi, je ne vous ai pas posé la question la plus importante… Comment puis-je vous aider ? » Sur le même ton doux, les bras décroisés, la propriétaire pose sa question, prête à aller dénicher l’objet de ses convoitises jusque dans les tous derniers cartons.

_________________

vertigo

Les tristesses de la vie se dissipent aux rayons de l'amour fraternel comme les gelées d'automne fondent le matin quand le soleil se lève. Félicité Robert de Lamennais, Le livre du peuple (1838)
Revenir en haut Aller en bas
Emma Collins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Emma Collins

TON PSEUDO : loupiote
TON AVATAR : elle fanning
TES CRÉDITS : stellaire (av)
TA DISPONIBILITE RP : Présente, totalement dispo
RAGOTS PARTAGÉS : 92
POINTS : 569
ARRIVÉE À TENBY : 20/12/2019
Blank pages | Emma IbhyXOY
ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans (18 août)
CÔTÉ COEUR : célibataire, le coeur en vrac
PROFESSION : étudiante en littérature à l'université de Swansea
Blank pages | Emma Empty
MessageSujet: Re: Blank pages | Emma Blank pages | Emma EmptyMar 12 Mai - 9:01


Blank pages
Terri & Emma
La femme, qu’Emma pensa bien être la propriétaire des lieux puisqu’il n’y avait personne d’autre dans cette extraordinaire librairie, s’approcha de la jeune fille. Emma la dévisageait avec un mélange d’admiration et d’appréhension, comme si elle s’attendait à tout moment que la brune la maudisse d’un mauvais sort ou ne l’envoie dans un monde parallèle par ses pouvoirs magiques – elle lisait assurément beaucoup trop de romans fantastiques. Comme elle semblait ravie de voir que la décoration lui plaisait, Emma fronça les sourcils. « Mais qui donc pourrait ne pas aimer un tel endroit ? On a l’impression d’avoir basculé dans un autre monde, c’est tellement fascinant ! Et tous ces détails. Vous avez pensé à tout » s’enthousiasma-t-elle en se perdant de nouveau dans la contemplation des rayonnages. « Ceux qui aiment lire doivent aimer cet endroit. Ceux qui n’aiment pas lire n’y entreraient même pas » fit-elle remarquer, songeuse. Du moins, c’était son opinion. A moins que ces gens aient vraiment besoin d’un livre en particulier, pour leurs études, pour réaliser un cake trop élaboré – mais il y avait internet pour cela, il y avait internet pour tout. Emma aimait internet et les nouvelles technologies, mais il n’y avait rien à ses yeux de plus réjouissant qu’un bon livre, surtout ancien, car il dégageait toujours une odeur particulière. Et cette odeur-là, Emma ne s’en lassait pas. Elle aimait écumer les brocantes seulement pour trouver des livres et avant de les acheter, elle les sentait toujours, fermait les yeux et semblait s’enivrer, tant un sourire réjoui éclairait ensuite son visage. Une petite excentricité qui arrachait un froncement de sourcils perplexe de la part du commerçant, généralement. Mais Emma, cela la faisait rire, parce que ce n’était pas méchant.

Enfin, elle sortit de ses pensées quand son interlocutrice lui demanda ce qu’elle pouvait faire pour l’aider. Emma posa les yeux sur elle et tenta de prendre son courage à deux mains, alors que la femme esquissait un geste comme pour aller chercher le ou les livres qu’elle souhaitait. « En fait, c’est plutôt moi qui voudrais savoir si vous n’auriez pas besoin de mon aide, par hasard… » voilà qui n’était pas très clair. « Je suis arrivée en ville il n’y a pas très longtemps et je cherche… enfin, j’aimerais bien travailler un peu. Gagner un peu d’argent. A mi-temps, peut-être, parce que je suis encore étudiante. Et je me demandais si, enfin… » comme à son habitude quand elle était un peu stressée, elle fit rouler sa lèvre inférieure entre ses dents. Emma se sentait un peu stupide, tout à coup, intimidée. Elle avait eu l’habitude, ce n’était pas la première personne à qui elle demandait, mais jusque-là, elle ne se prenait que des refus catégoriques. Pas le temps de former une nouvelle employée, pas les moyens, pas l’envie. Une fois encore, Emma était indésirable. « Si vous ne recherchiez pas une employée, par hasard. J’ai une lettre de motivation avec moi, un CV aussi ! Et cet endroit… ça me plairait beaucoup » elle ne voulait pas donner l’impression d’implorer ou d’être trop enthousiaste. Elle voulait être professionnelle avant tout. Mais elle avait tellement besoin d’un boulot, tellement besoin d’argent.    

avril 2020
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________

Sur les rayons des bibliothèques
je vis un monde surgir de l'horizon.
Revenir en haut Aller en bas
Terri Greenfeld
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Terri Greenfeld

TON PSEUDO : Maria
TON AVATAR : Rachel Weisz
TES CRÉDITS : aslaug (avatar), sial (signature), tumblr (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Emma, Abel, Sam, Luke, Charlie. (5/5)

RAGOTS PARTAGÉS : 43
POINTS : 202
ARRIVÉE À TENBY : 05/04/2020
Blank pages | Emma Tumblr_lukueuqWlj1qe6t3vo2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 44 ans (2 mars 1976)
CÔTÉ COEUR : Célibataire.
PROFESSION : Libraire, ex-chirurgien dans l'armée.
REPUTATION : Elle n'est pas très sociable, et elle n'a pas l'air de trop aimer parler d'elle, c'est dommage, avec son métier...mais surtout, elle est d'une vulgarité sans bornes !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
Blank pages | Emma Empty
MessageSujet: Re: Blank pages | Emma Blank pages | Emma EmptyVen 22 Mai - 18:40

Songeuse, ça Terri l’était en voyant le répondant dont cette jeune femme semblait être pourvue. Il fallait dire que sa réponse lui avait plu, elle était franche et dénotait d’un avis bien tranché, voir piquant. Il fallait avouer qu’il était bien rare qu’une silhouette si frêle et d’une beauté si lisse, si pure vienne à la surprendre de la sorte, elle qui mettait si souvent les individus qu’elle croisait dans des cases – non pas qu’elle avait des préjugés bien ancrés, mais le poids des années lui avait appris à se protéger, de n’importe qui.  Alors, quand elle entendît la demande particulière de sa charmante visiteuse, elle fût doublement surprise. En effet, la brune commença premièrement par froncer les sourcils devant la singularité de la demande mais resta silencieuse : elle savait qu’elle avait besoin d’un sacré coup de main, que ce soit pour la vente comme pour la gestion des stocks, ainsi que pour ses absences, qu’elle s’évertuait à masquer mais qui s’imposaient sans crier gare. Toutefois, elle restait curieuse et avait bien envie de découvrir ce que cette jeune étudiante pouvait avoir dans le ventre, ses vieux travers militaires réapparaissant même ici.

« Je n’ai pas besoin de lire votre C.V, je peux déjà le deviner : maîtrise de la bureautique, cours de babysitting ou de soutien scolaire, quelques qualités qui font de vous la meilleure stagiaire au monde et puis le nom du club de lecture ou de théâtre de votre université ? » commença Terri en soulevant un sourcil tandis qu’elle scrutait la réaction de la blonde, à la manière d’un DRH. Néanmoins, elle ne pouvait ignorer qu’elle ressentait la timidité de cette dernière, qu’elle avait remarqué tous ses gestes nerveux et sa manière de prendre sur elle pour plaire. C’était peut-être le lot de tous les candidats mais Terri resta suspendue un petit instant avant de reprendre d’un ton moins formel, plus doux, comme pour gommer ses airs bien trop stricts qu’elle se donnait : « J’ai toujours trouvé ça idiot de demander à des jeunes d’avoir de l’expérience avant même de leur donner leur chance. Ici, j’ai simplement besoin de quelqu’un qui a envie de transmettre la passion de la lecture aux autres, qui aime prendre soin des ouvrages et qui sait vendre aussi, c’est important. » Tournant la tête vers l’ordinateur qui traînait sur le bureau de l’entrée, Terri commença à se diriger vers ce dernier afin d’aller consulter la comptabilité de son établissement et surtout, donner un peu de répit à cette candidate. Tout en pianotant dans ses dossiers, la libraire ajouta à la volée, sans lever les yeux de l’écran, presque sur le ton de la confidence : « Je pense que le manque d’argent est une motivation assez sérieuse qui vaut toutes les lettres possibles et inimaginables. »  Terri se souvenait de ses premières années d’études à Manhattan où elle trimait à faire la serveuse et la plonge dans un vieux restaurant touristique italien pour payer son loyer en plus des cours qui l’épuisaient. Alors, même si sa librairie était bien loin de faire assez de recettes pour pouvoir se payer une employée, elle n’avait pas envie de laisser une gamine pleine d’entrain sur le carreau. Pour l’heure, toutefois, elle se risqua à proposer un marché : « Si plutôt que de vous demander des recommandations ou de vous proposer une période d’essai, je vous demandais de réaliser un petit exercice ? Je vous laisse réaliser la deuxième vitrine comme vous le voulez et si cela me plaît, je vous embauche sur-le-champ. Est-ce que cela vous convient ? »  proposa la brune en se redressant de sa chaise pour découvrir la réaction de la candidate.

_________________

vertigo

Les tristesses de la vie se dissipent aux rayons de l'amour fraternel comme les gelées d'automne fondent le matin quand le soleil se lève. Félicité Robert de Lamennais, Le livre du peuple (1838)
Revenir en haut Aller en bas
Emma Collins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Emma Collins

TON PSEUDO : loupiote
TON AVATAR : elle fanning
TES CRÉDITS : stellaire (av)
TA DISPONIBILITE RP : Présente, totalement dispo
RAGOTS PARTAGÉS : 92
POINTS : 569
ARRIVÉE À TENBY : 20/12/2019
Blank pages | Emma IbhyXOY
ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans (18 août)
CÔTÉ COEUR : célibataire, le coeur en vrac
PROFESSION : étudiante en littérature à l'université de Swansea
Blank pages | Emma Empty
MessageSujet: Re: Blank pages | Emma Blank pages | Emma EmptyDim 31 Mai - 19:59


Blank pages
Terri & Emma
Emma esquissa un mince sourire quand la femme assura pouvoir déjà deviner ce qu’il y avait écrit sur son CV, listant tous les grands classiques que l’on retrouvait partout et la blondinette ne pouvait lui donner tort là-dessus, il était vrai que son CV devait ressembler à ça, en moins bien peut-être même, parce qu’elle n’excellait pas forcément en informatique – même si elle se débrouillait, comme bien des jeunes – et elle n’avait jamais donné de cours de soutien à quiconque. Quelques baby-sittings ici et là, quand elle était un peu plus jeune, avant qu’elle n’arrête parce que sa mère ne semblait pas vraiment approuver ces petits extras. Elle finit par lâcher sans trop réfléchir « Je ne suis pas comme tout le monde » ou plutôt si, elle était forgée dans le même moule que tous les autres, elle était un peu trop ordinaire, un peu trop fragile, un peu trop naïve. Elle était comme tout le monde sans l’être parce qu’elle avait l’impression d’être différente, d’évoluer dans un monde qui n’était pas le sein, où tout le monde semblait avoir trouvé facilement sa place mais pas elle. « Je veux dire… Vous auriez tort de vous arrêter juste au CV. Il ne fait pas tout, il ne fait même… presque rien » quand on débutait, en tout cas. Quand on n’avait rien ou presque à montrer, rien qui ne puisse être montré. Elle ne savait guère trop comment convaincre la propriétaire des lieux, elle n’avait assurément rien de plus qu’une autre en dehors d’une passion pour les livres et d’une motivation sans faille. « Je m’appelle Emma » reprit-elle finalement, en se disant qu’elle n’avait peut-être pas dû donner son nom. Ou peut-être que si, elle ne savait déjà plus, comme si elle était plongée dans un incroyable brouillard.

Et puis la femme parut se radoucir, lui expliquant qu’elle voulait seulement quelqu’un capable de transmettre sa passion de la lecture, de prendre soin des livres, de vendre. Alors Emma hocha la tête. « Je sais faire tout ça ! Enfin, vendre… Je ne sais pas, je ne l’ai jamais fait. Mais si pour vendre il faut mettre en avant un livre, en vanter ses qualités, alors oui. Je saurai faire » assura-t-elle. Elle essayait de se montrer assurée, même si elle ne l’était pas forcément. C’était sa chance, elle ne voulait pas la rater, surtout que la femme ne semblait pas réfractaire et cette ouverture, Emma comptait bien s’y faufiler. Elle ne put s’empêcher de sourire devant sa remarque. « C’est vrai. L’argent est une motivation, mais… autant que ce soit dans un endroit qui nous plaise. Autant le gagner en faisant quelque chose qu’on aime » Emma ne voulait pas d’un boulot où elle s’ennuierait, où elle aurait la sensation de tourner en rond. Elle avait besoin de plus, de beaucoup plus. Et devant la proposition de son interlocutrice, Emma fronça les sourcils. Réaliser la deuxième vitrine, quel exercice compliqué quand on ne savait pas à quoi s’attendre. Néanmoins, après un moment de flottement, Emma hocha la tête. « D’accord, je peux essayer » elle ne perdait rien à essayer, et puis la librairie lui donnait l’impression de vouloir rester classique, authentique. Elle donnerait donc à cette vitrine cet aspect authentique, pour pousser le futur client à pousser la porte de cette librairie par curiosité, par volonté d’en voir plus. Inutile, donc, de trop en dévoiler. Délaissant complètement la propriétaire des lieux, elle fit le tour des rayonnages pour sélectionner les ouvrages qui lui plaisaient, ceux qui iraient bien dans la vitrine, et puis elle les disposa avec soin, avec de froncer les sourcils et peu convaincue, de modifier l’agencement. Elle travaillait avec ardeur, elle voulait que ce soit beau, attrayant. Parce que ces livres le méritaient. Enfin, après un instant qui lui sembla être une éternité, elle releva les yeux vers la femme ; elle avait complètement oublié sa présence et eut l’impression de toucher terre, revenir à la réalité. « Voilà… Je crois que j’ai fini » elle se mordilla la lèvre avant de reprendre « Vous pourriez faire des vitrines à thème, parfois. Avec des décorations, ce genre de choses. Là, je n’en avais pas sous la main, alors j’ai fait avec les moyens du bord, mais je suis sûre qu’on pourrait faire de jolies choses » il y avait de quoi, en tout cas.
 
avril 2020
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________

Sur les rayons des bibliothèques
je vis un monde surgir de l'horizon.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Blank pages | Emma Empty
MessageSujet: Re: Blank pages | Emma Blank pages | Emma Empty

Revenir en haut Aller en bas

Blank pages | Emma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ✿ ::  :: Historical Center :: Shops :: Blackwells Bookshop-