AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
✿ Bienvenue sur Whispers Down The Lane ! L’intrigue du forum se situe à Tenby, village gallois où il fait bon vivre et où les rumeurs font le délice des habitants. Ne vous fiez pas aux apparences : ici, tout le monde est bienvenu ! L’esprit du forum, c’est convivialité, détente, et un peu de drama ! Nous acceptons tous les personnages, et n’exigeons aucun minimum de rp par mois. On attend plus que vous !
Tenby, juin 202010°C/25°C Le Printemps s’est bien installé sur le village. S’il ne fait pas encore assez beau pour se baigner, les averses se font un peu plus rares et la plage est très agréable pour une promenade, alors que les températures montent en flèche et que quelques vacanciers arrivent pour profiter des beaux jours qui s’installent.
✿ Avez-vous entendu ? Il y a beaucoup de nouvelles têtes en ville. C’est bien que le village attire, mais j’ai l’impression que nos nouvelles arrivantes ont toutes des secrets à cacher…Étrange, non ? Il ne faudrait pas que cela perturbe Tenby ! Nous sommes un village respectable, nous. En tout cas, c’est très mystérieux, et j’ai hâte de connaitre votre opinion sur ces charmantes jeunes femmes… Venez donner votre avis ici.

Partagez

cry me a river + yevgeniya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Trystan Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Trystan Meylir

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Alex & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : dopamine (avatar) wifey (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (2/3)
Lexia/Fiona/Dylana
A venir : Fiona - Charles

RAGOTS PARTAGÉS : 1182
POINTS : 3092
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017
cry me a river + yevgeniya 59aba4406896e5beabaea49f8cfc236e
ÂGE DU PERSONNAGE : 34 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Il a retrouvé l'amour de sa vie et ne parvient toujours pas à croire en sa chance.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : Je viens d'entendre qu'il avait eu un terrible accident en mer ! Vous savez ce qu'il s'est passé ?

cry me a river + yevgeniya Empty
MessageSujet: cry me a river + yevgeniya cry me a river + yevgeniya EmptySam 4 Avr - 12:33

You don't have to say, what you did
I already know, I found out
All of these things people told me
Keep messing with my head
Should've picked honesty
Then you may not have blown it

Trystan avait dit à Dylana qu’il enquêterait pour savoir si les rumeurs à propos d’Yevgeniya étaient fondées. Qu’il ne prendrait pas de décisions impulsives et qu’il serait sûr de ses informations lorsqu’il irait confronter la Russe. Et à ce moment là, il le pensait sincèrement. Sauf que sa sœur avait finit par rentrer chez elle, le laissant seul. Il avait alors été incapable de faire autre chose que de ressasser ce qu’il venait d’apprendre. Il avait passé plus de la moitié de la nuit au pub, essayant de remplacer la brûlure de la trahison par celle de l’alcool. Ça n’avait pas marché. Au contraire, l’ébriété avait attisé sa fureur, faisant disparaître de son esprit toute circonstance atténuante à propos de sa colocataire. Et à la fin, ne demeurait plus qu’une pensée qui tournait impitoyablement dans sa tête : elle s’était bien foutue de sa gueule… A l’aube, n’y tenant plus, aiguillonné par le manque de sommeil, il se rend chez eux. Cette foutue mascarade prenait fin aujourd’hui. Il va droit dans la chambre d’Yevgeniya. Elle dort d’un sommeil profond, pas dérangée par le bruit qu’il fait ou par la lumière du jour. Elle a des airs angéliques, d’ailleurs, nimbée de la lumière du matin, son visage détendu par le sommeil mais plus jamais, il ne s’y laissera prendre. Elle lui avait menti, elle s’était jouée de lui, exerçant en secret, un métier pour lequel il avait le plus grand mépris. Ce n’était pas un ange mais bel et bien une diablesse.

Il ouvre d’un grand geste la fenêtre de la chambre, faisant claquer la vitre contre le mur tellement il y a de colère dans son geste. Les portes de l’armoire de la blonde subissent le même sort, dévoilant des tas de vêtements et de chaussures. Il s’en empare par grande brassée, commençant à les lancer par la fenêtre. Tout ça va atterrir dans la rue, le long du port et tout Tenby risque d’en être témoin mais le Meylir n’en a rien à foutre. Tout ce qui compte pour lui, à ce moment, c’est d’étancher la colère brûlante qui le transperce… Forcément, son manège réveille rapidement l’occupante de la chambre et quand il voit qu’elle ouvre les yeux, il peut se lancer dans une diatribe violente alors qu’il continue de balancer ses affaires par la fenêtre. « TU DEGAGES DE CHEZ MOI !!! AUJOURD’HUI. MAINTENANT. TOUT DE SUITE. TU NE PASSERAS PAS UNE SECONDE DE PLUS DANS CETTE MAISON ! » L’armoire se vide à un bon rythme et il ne s’arrête pas. Il ne s’arrêtera que lorsqu’il n’y aura plus aucune trace de la souillure qu’elle a apportée dans la maison. « IL EST HORS DE QUESTION QUE J’HEBERGE UNE MINUTE DE PLUS UNE PUTAIN ET UNE MENTEUSE DANS LA MAISON DE MES ANCETRES. » Dylana avait glissé quelque chose comme ça quand ils s’étaient disputés mais maintenant le Meylir voyait ce qu’elle avait voulu dire… Des générations de Meylir devaient se retourner dans leurs tombes en voyant qui habitait chez eux… Mortifié par cette pensée, Trystan arrête d’ailleurs quelques instants son manège pour se retourner vers Yevgeniya. Il n’arrive même pas à la regarder dans les yeux, alors il fixe un point au dessus de sa tête, le cadre du lit. « TU T’ES BIEN FOUTUE DE MA GUEULE, HEIN ?! PUTAIN JE SUIS VRAIMENT TROP CON… » Au fond, il a envie qu’elle s’explique, qu’elle se défende. Il a toujours l’espoir secret qu’il y ait une bonne explication à tout cela. Parce qu’au fond, il s’était attaché à elle malgré lui, et c’était bien pour ça que ce qui était en train de se passer était si douloureux.

_________________

What is a soulmate? A soulmate is someone who you carry with you forever. The person who knew you and accepted you, before anyone else did. Or when no one else would. And no matter what happens, you will always love them. And nothing could ever change that.

cry me a river + yevgeniya 482748114:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

cry me a river + yevgeniya Empty
MessageSujet: Re: cry me a river + yevgeniya cry me a river + yevgeniya EmptyMar 7 Avr - 14:30

I won't beg for your love
Won't say please
I won't fall to the ground on my knees
You know I've given this everything

Les paupières lourdes après une rude soirée à s'occuper des filles de Dimka, Ivy a l'impression de devoir ramper jusque son lit pour enfin pouvoir grappiller quelques minutes de repos. Sa tête n'a pas encore touché l'oreiller que la blonde est déjà dans les bras de Morphée, sereine et lessivée par sa nuit de gestion. Hélas, la russe n'est pas prête d'obtenir le répit attendu avec tant d'impatience. C'est d'abord des bruits qui viennent la déranger, mais sans pour autant la faire ouvrir les yeux. Yevgeniya a l'habitude d'être alerte quand elle dort, mais pas quand elle est chez elle. Lorsqu'elle est à la maison, c'est le seul endroit où elle éteint complètement son cerveau pour pouvoir se reposer de facile optimale. Que peut-il se passer chez elle, de toute façon ? Beaucoup de choses, apparemment… Sa respiration s'accélère quand elle comprend qu'il ne s'agit pas d'une broutille sans importance et que les nuisances sonores s'amplifient. Les yeux grands ouverts - éveillée comme si elle avait eu sept heures de sommeil, elle dévisage son colocataire en train de jeter tout le contenu de son armoire par la fenêtre. « Qu'est-ce que… » Elle s'arrête. Il sait. Il n'a pas besoin de le dire à voix haute, elle le devine à sa colère et à ses moues dégoutées lorsqu'il touche ses affaires. Trystan est au courant de ce qu'elle fait pour gagner sa vie et même si elle avait appréhendé cet instant de longs mois, elle ne pensait pas qu'il réagirait avec autant de véhémence, comme s'il la détestait du plus profond de son être. Et à ce moment précis, la haine est partagée. Yevgeniya voit son bustier Dior - cadeau d'un client dont elle ne se rappelle même plus le nom - s'envoler et ses dents serrées l'empêchent de dire quoi que ce soit. Trystan, lui, ne semble pas à court de mots, mais ce qu'il dit ne fait qu'irriter davantage la blonde.

Elle l'observe longuement, comme un félin observe sa proie avant de l'attaquer. Son cerveau n'est plus du tout embrumé par la fatigue et ce qu'elle doit faire en premier, c'est prioriser la situation. Ici, il faut arrêter le Meylir. Tant pis pour les affaires déjà dehors, elle les récupèrera tout à l'heure et si quelqu'un a eu la mauvaise idée de lui voler quelque chose, elle le traquera jusqu'à retrouver le vêtement en question. Ainsi, elle profite d'un instant d'accalmie pour saisir sa proie. Elle se met debout sur son lit et saute sur Trystan avec rapidité, mais sans la moindre douceur. Tant pis si elle lui fait mal, au contraire, peut-être que ça l'adoucira. Ils s'effondrent tous les deux au sol, mais le marin est loin d'être maitrisé. Qu'importe, elle explose. « MAIS ÇA NE VA PAS, BORDEL ?! T'ES MALADE ?! JE SUIS UNE PUTAIN ? OUI ET ALORS ?! QU'EST-CE QUE PEUT BIEN FAIRE ? QU'EST-CE QUE ÇA CHANGE, HEIN ?! DIS-MOI TRYSTAN, QU'EST-CE QUE ÇA CHANGE ? » Elle s'égosille et sa gorge est déjà endolorie. Son corps n'était pas prêt à un tel affrontement. Elle pourrait lui demander qui est sa source ? Comment est-il au courant de ses activités ? Mais là n'est pas la question. Il sait, c'est tout. Savoir comment il a été mis au courant n'est pas important. À bout de souffle, elle se relève et elle est obligée de diminuer son volume sonore. « Tu vas te calmer tout de suite, Trystan. T'es en colère, ok… Je peux comprendre que tu m'en veuilles, mais là, tu vas trop loin. » Souffle-t-elle en secouant la tête. Elle s'approche de la fenêtre, regarde les dégâts faits par son colocataire. « Tu devrais plutôt aller décuver. Tu pues l'alcool. » Assène-t-elle, cherchant surtout une façon de distraire Trystan pour qu'elle puisse enfin récupérer ses affaires à l'extérieur, même si les sous-vêtements coincés dans l'arbre voisin risquent de lui donner du fil à retorde.     
Revenir en haut Aller en bas
Trystan Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Trystan Meylir

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Alex & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : dopamine (avatar) wifey (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (2/3)
Lexia/Fiona/Dylana
A venir : Fiona - Charles

RAGOTS PARTAGÉS : 1182
POINTS : 3092
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017
cry me a river + yevgeniya 59aba4406896e5beabaea49f8cfc236e
ÂGE DU PERSONNAGE : 34 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Il a retrouvé l'amour de sa vie et ne parvient toujours pas à croire en sa chance.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : Je viens d'entendre qu'il avait eu un terrible accident en mer ! Vous savez ce qu'il s'est passé ?

cry me a river + yevgeniya Empty
MessageSujet: Re: cry me a river + yevgeniya cry me a river + yevgeniya EmptySam 11 Avr - 10:54

You don't have to say, what you did
I already know, I found out
All of these things people told me
Keep messing with my head
Should've picked honesty
Then you may not have blown it

Pendant un long moment, Yevgeniya ne réagit pas aux invectives de Trystan, restant figée, assise sur le lit. Mais honnêtement, la réaction de la russe est le cadet de ses soucis. Tout ce qui lui importe pour le moment, c’est d’enlever toutes les affaires de cette dernière de la chambre, comme si supprimer toute trace de ces effets personnels pouvait la faire disparaître elle. Mais au bout d’un moment, forcément, elle réagit face au saccage qu’il est en train d’effectuer. Sans qu’il ne le remarque, elle se met debout sur son lit, pour lui sauter dessus de toute sa hauteur. L’impact est violent. Il comprend ce qu’il se passe seulement à ce moment là. Quand il la reçoit sur son dos et ses épaules, perdant au passage l’équilibre tant il ne s’y attendait pas. Yevgeniya avait beau être menue, l’élan qu’elle a pris lui permet de réaliser un placage très correct. Pour ne pas dire douloureux. Ils roulent au sol, luttant âprement. Le premier réflexe du Meylir consiste en effet à se dégager. La résistance du marin ne semble toutefois pas émouvoir son assaillante qui se met à hurler à son tour. Oui, elle est une putain, dit-elle, mais elle ne voyait pas bien où était le problème. Qu’est-ce que ça changeait entre eux ? Trystan est effaré. Il avait espéré qu’elle nierait, qu’elle se justifierait… Là, elle a presque l’air d’être fière d’elle… Il la regarde comme s’il ne l’avait jamais vu, les yeux dans les yeux, maintenant qu’ils sont en train de lutter corps à corps. Malheureusement pour elle, il n’avait pas épuisé sa réserve de hurlements. « MOI JE SUIS MALADE ? ET QU’EST-CE QU’ON DEVRAIT DIRE DE TOI ALORS ? TU NE VOIS PAS LE PROBLEME ? SERIEUSEMENT ? MAIS TU ES TOTALEMENT A COTE DE LA PLAQUE MA PAUVRE FILLE. »

Franchement… Elle ne voyait pas le problème… Elle se foutait de sa gueule ou bien ? « CE QUI CHANGE, C’EST QUE TU M’AS MENTI. TU M’AS DIS QUE TU TRAVAILLAIS COMME RECEPTIONNISTE ET ARTISTE EN FREELANCE. A AUCUN MOMENT TU M’AS DIS QUE TU FAISAIS LE TAPIN POUR VIVRE… SERIEUSEMENT… TU AS RAMENE DES HOMMES ICI ? TON SOUTENEUR ? ET QUOI ENCORE COMME RACAILLE ? » Il est essoufflé comme elle mais sa colère lui donne le souffle nécessaire pour continuer. « NON MAIS QUI MENE CE GENRE DE VIE ET S’EN FELICITE ? C’EST QUOI LE PROBLEME AVEC TOI ? » Il la regarde fixement, comme si ses yeux étaient des poignards et pouvaient transpercer les siens. Il ne comprend pas qui est cette inconnue. En tout cas, c’est pas la fille avec qui il mangeait des raviolis ukrainiens devant le Bachelor. Ce n’est pas l’artiste délicate et sensible qu’il avait imaginé qu’elle était. C’était une putain appâtée par l’argent. « Le pire… Le pire, c’est que tu as couché avec moi. Sans rien me dire. Alors que tout Tenby t’es probablement passé dessus… Tu me devais au moins la vérité à ce moment là. Sans compter tous les loyers que tu m’as payés avec ton argent sale. T’y as pensé à ça ? Ça fait de moi un putain de receleur. » A bout de force, il a enfin cessé de crier. Yevgeniya aussi, visiblement, elle en a marre aussi. Elle finit par se relever, allant regarder par la fenêtre ouverte. Sans doute essaye t-elle de voir où sont ses affaires. Mais elle ne manque pas de se retourner et d’asséner quelques consignes particulièrement condescendantes à son futur ex colocataire. « Tu vas te calmer tout de suite, Trystan. » ou encore « Tu devrais plutôt aller décuver. Tu pues l'alcool. » Il n’en faut pas plus pour raviver la colère du marin, même s’il ne crie plus les mots chargés de mépris qu’il lui dispense en retour. « Putain, ne t’avise pas de me dire ce que je dois faire. Tu n’es pas allée trop loin toi, peut-être ? Je ne vais pas me calmer. Pas tant que tu n’auras pas disparue de ma vue. » Il se redresse, massant son épaule endolorie. « J’ai peut-être picolé mais je n’ai jamais été aussi lucide pourtant. Maintenant, je vois à quel point tu t’es foutu de ma gueule… » Il se relève, délivrant une fois de plus sa sentence. « J’arrête de jeter tes putains d’affaires à condition que tu les emballes immédiatement et que tu dégages. »

_________________

What is a soulmate? A soulmate is someone who you carry with you forever. The person who knew you and accepted you, before anyone else did. Or when no one else would. And no matter what happens, you will always love them. And nothing could ever change that.

cry me a river + yevgeniya 482748114:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

cry me a river + yevgeniya Empty
MessageSujet: Re: cry me a river + yevgeniya cry me a river + yevgeniya EmptyVen 17 Avr - 20:39

I won't beg for your love
Won't say please
I won't fall to the ground on my knees
You know I've given this everything

L'instinct de survie est quelque chose qu'on se lègue dans la famille Vassilievitch. Mieux, on le partage dans les générations à venir car tous les Vassilievitch en ont terriblement besoin. Il n'est pas facile d'être un descendant de cette famille russe et Yevgeniya l'a toujours su. Elle l'a toujours vécu. En plus d'être une Vassilievitch, c'est une femme : ce qui n'arrange pas son cas. Ainsi, la jeune femme a toujours appris à se débrouiller avec des atouts qui ne sont pas similaires à ceux de ses frères. La force ? Non, elle n'en a pas et elle préfère se prélasser au soleil sans rien faire plutôt que de soulever de la fonte dans une salle de sport. Son atout principal a toujours été la séduction - Or, il ne risque pas de fonctionner aujourd'hui avec son colocataire. Il risque d'ailleurs de ne plus jamais fonctionner avec lui. Elle regrette le fait que ses frères ne soient pas là… Peut-être qu'eux, ils parviendraient à raisonner Trystan, car pour l'instant, le marin est hors de contrôle. Et en un sens, elle aussi est hors de contrôle, car elle ne peut s'empêcher d'éclater de rire quand Trystan lui reproche d'avoir menti sur son activité professionnelle. Tous les mêmes, ces mecs. Elle se revoit, un peu plus d'un an plus tôt, avec Fred, le premier homme auquel elle avait osé s'attacher pour voir où cette histoire pouvait la mener. La réponse avait été simple : le mur. Elle s'était attachée à Fred pour ensuite entendre toutes les reproches du monde concernant le manque d'honnêteté. Le fait est qu'ils n'auraient jamais engagés la moindre relation si le suédois avait su qu'Ivy devenait Roxanne la nuit tombée. Il en va de même pour Trystan : jamais il n'aurait accepté louer la chambre libre qu'il avait dans sa grande maison à une prostituée. Alors oui, elle rit. Elle rit et elle se retient de le gifler sous le coup de la détresse émotionnelle.

Finalement, Ivy ne se donne même pas la peine de répondre à son colocataire. Il ne voudrait pas l'entendre. Tout ce qu'il souhaite, c'est qu'elle disparaisse de la maison. Bien entendu, la russe ne compte pas lui faciliter autant la tâche. Non, elle ne partira pas. Pas comme il l'entend, en tout cas. La jeune femme prend sur elle pour ne rien rétorquer au garçon, devinant que son manque de justification le mettra encore plus hors de lui - et là, c'est tout ce qu'elle veut. Adieu l'envie de l'apaiser. Bonjour le désir d'attiser sa rancoeur pour pouvoir mieux en jouer. Et le voilà qui en vient à aborder un point très crucial de leur relation. Yevgeniya le sentait glisser sur cette pente, mais le dégoût avec lequel il évoque leurs ébats n'en est pas moins douloureux. Elle qui comptait ne rien répondre pour le mettre hors de ses gonds, se retrouve en fait à reprendre la parole. « Ah oui ? C'est ça le pire ? Vraiment ? Pourtant sur le coup, tu ne t'en plaignais pas. Tu n'avais vraiment pas l'impression de vivre un moment désagréable quand t'étais entre mes cuisses. Au contraire, même. » Elle se rapproche dangereusement de lui. Finalement, la colère l'aveugle elle aussi au point que son instinct de survie se fasse la malle. « Tu t'en veux d'avoir autant aimé me prendre, peut-être ? » Souffle-t-elle, rêvant d'éveiller un malaise profond en lui. « Et oui, mon grand. Tu t'es tapé une pute. » Siffle-t-elle entre ses dents, mauvaise à souhait, cherchant à faire du mal à son colocataire qui était clairement en train de le mettre à la porte. Si l'envie te dis de me payer, be my guest, se retient-elle d'ajouter. Cette conversation ne lui plait guère et elle devine que la seule issue possible est son départ de la maison. « T'es vraiment qu'un hypocrite, Trystan. Et je pèse mes mots. Hypocrite, ingrat et tellement vieux-jeu. Putain, réveille toi, on est au vingt-et-unième siècle ! Mes choix de vie peuvent te déplaire, mais tu n'as pas à me juger comme tu le fais. » Yevgeniya réalise quelque chose qu'elle n'avait pas encore compris jusque là : elle ne veut pas partir. Elle ne veut pas quitter cette maison qu'elle adore et dans laquelle elle peut profiter de nombreux avantages. Et puis… il y a la chambre froide… Non, Yevgeniya ne veut pas quitter cette maison, et l'idée que Trystan veuille la voir emballer ses affaires pour ne plus revenir la blesse énormément. Où irait-elle ? Ça ne l'importe guère. Elle a toujours su retomber sur ses pattes, tel un chat, mais le fait est qu'elle ne veut pas avoir à chercher un nouveau logement. Elle ne veut pas dieu adieu à cette bâtisse. « TU FAIS AUTANT LE TAPIN QUE MOI, PUTAIN ! » Hurle-t-elle, guidée par une colère noire et désespérée tellement elle ne veut pas s'en aller.  « Tu ne peux pas me virer comme ça, Trystan. Légalement, tu ne peux pas. Et j’ai une question, est-ce que tu as un cactus à la place du coeur ? Tu m'en veux autant simplement parce que je t'ai menti, c'est ça ? Allons, c'est complètement disproportionné. Je t'assure, Trystan, je suis toujours la même Ivy. »
Revenir en haut Aller en bas
Trystan Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Trystan Meylir

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Alex & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : dopamine (avatar) wifey (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (2/3)
Lexia/Fiona/Dylana
A venir : Fiona - Charles

RAGOTS PARTAGÉS : 1182
POINTS : 3092
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017
cry me a river + yevgeniya 59aba4406896e5beabaea49f8cfc236e
ÂGE DU PERSONNAGE : 34 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Il a retrouvé l'amour de sa vie et ne parvient toujours pas à croire en sa chance.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : Je viens d'entendre qu'il avait eu un terrible accident en mer ! Vous savez ce qu'il s'est passé ?

cry me a river + yevgeniya Empty
MessageSujet: Re: cry me a river + yevgeniya cry me a river + yevgeniya EmptyMar 21 Avr - 10:42

You don't have to say, what you did
I already know, I found out
All of these things people told me
Keep messing with my head
Should've picked honesty
Then you may not have blown it

Yevgeniya ne répond pas à la moitié des invectives comme si elle n’avait aucun compte à lui rendre. C’est ce qu’elle doit penser au fond… Pire visiblement, elle considère qu’elle n’a pas à se justifier auprès de lui. Apparemment, elle s’en fichait d’avoir perdu son respect. C’est froid et insensible. Ça le blesse, bien plus qu’il voudrait l’admettre mais ça ne fait aussi que confirmer ce qu’il avait soupçonné à partir du moment où il avait découvert la vérité sur la russe : leur amitié n’était que de la poudre aux yeux, une façade. Un lien superficiel construit sur des mensonges… Et après on s’étonnait qu’il ait envie de vivre une vie d’ermite… Pour ce que ça lui rapportait de s’ouvrir… Finalement, lorsque sa future ex-colocataire ouvre enfin la bouche, c’est pour le provoquer de plus belle. Elle se rapproche de lui, rappelant qu’il ne se plaignait pas trop pendant leurs ébats, sortant quelques vulgarités avant de taper là où ça faisait mal. « Et oui, mon grand. Tu t'es tapé une pute. » Il recule comme si elle l’avait giflé, ne voulant même pas croiser son regard. « Reste loin de moi. » Dit-il, en reculant d’un pas. Elle salissait tout avec ces mots, ses attitudes… Encore qu’il n’y avait plus grand-chose à sauver… « Putain bien sûr que je regrette ! Parce que justement, je ne suis pas un gars qui se tape des putes… Mais je regrette surtout parce que j’y serai jamais allé entre tes putains de cuisses si j’avais su que tu les ouvrais aussi souvent. » A ses yeux, elle était souillée ; Et probablement pleine de MST aussi. Putain, il allait devoir se faire dépister… Et sans doute en parler à Fiona si les résultats étaient mauvais…. Non mais quelle merde !

Et la responsable de ce merdier ne ressentait pas une once de culpabilité. Au contraire, elle continue à le faire chier, lui assénant qu’il est ingrat, hypocrite et vieux jeu. Que c’était le 21ème siècle et qu’elle n’avait pas à le juger. Il la regarde avec la même incrédulité que précédemment. Qu’elle ne voit absolument pas le problème et qu’elle défende ainsi son choix de « carrière » le dépassait plus que tout. « Putain mais ce n’est pas être vieux jeu ou hypocrite que d’avoir des valeurs. Qu’est-ce que tu te racontes avec tes histoires de 21ème siècle ? Tu crois peut-être que tu libères la femme en faisant ce que tu fais ? Ce n’est pas un choix de vie, c’est une putain de renonciation à la vie, justement ! Parce que certaines choses ne sont pas à vendre et ne devraient jamais l’être. Vendre son corps, vendre du sexe… C’est sale, c’est sordide. L’humain n’est pas à vendre. Et appelle-moi comme tu veux pour le penser, mais je ne changerai pas d’avis. » Oui, il est décidé à camper sur positions. Et il ne va même pas sur l’ingratitude tant ce choix de mot le chagrine. Comme s’il devait lui être reconnaissant de quoi que ce soit. Mais il commençait à comprendre qu’avec elle, tout se monnayait… « TU FAIS AUTANT LE TAPIN QUE MOI, PUTAIN ! » Crie t-elle soudain. Il encaisse. Que voulait-elle dire par là ? Qu’il trimait comme un con tous les jours ? Vendant sa santé et les meilleures années de sa vie pour survivre ? Peut-être. Mais en aucun cas, il ne voulait lui demander ce qu’elle voulait dire par là et entrer dans son raisonnement tordu.

Et puis ce n’était pas le moment alors qu’un nouveau round commençait. Yevgeniya lui assène en fait qu’il ne peut légalement pas la virer. Qu’il a un cactus à la place du cœur.  Que sa réaction est disproportionnée, qu’il ne peut pas lui en vouloir autant pour un simple mensonge, qu’elle est toujours la même. Il secoue la tête, peut-être bien trop émotivement alors qu’elle ne jouait que la carte de la froideur. « Non, ce n’est pas vrai. La Ivy que je connaissais n’était pas la vraie… Ce n’était pas une menteuse qui ne pensait qu’au fric. Une fille sans valeur qui pense que c’est normal de vendre son corps à quelques pervers et de refourguer son argent sale à son entourage. La Ivy que je connaissais était mon amie et ne m’aurait pas balancé toutes ces saloperies juste parce qu’elle pouvait. Mais cette fille là, elle n’a jamais existé. Tu as été celle que tu pensais que je voulais que tu sois pour profiter de la maison. Encore là, ça a l’air d’être tout ce qui t’importe. Et rien d’autre. Alors oui, ça change tout. » Il n’avait pas un cactus à la place du cœur. Sinon il ne se serait jamais attaché à elle comme ça. Mais ça, c’était hors question qu’il lui dise. Pas alors que de son côté, elle jouait la méchanceté, les cartes légales et qu’elle retournait ses mots contre lui. Il pouvait être aussi con qu’elle, en fait. « Si je peux te virer et je vais le faire. C’est pas négociable. Estime toi heureuse, on est même pas en hiver. Tu dégages, c’est tout. Et si tu penses que mon attitude n’est pas en règle avec la légalité, tu n’auras qu’à engager des poursuites, j’ai vraiment hâte de voir ça. » Il sait comment faire pour faire basculer définitivement la situation et ne s’en prive pas. Il se rapproche des toiles d’Yevgeniya, stockée dans un coin de la chambre. « Tu te dépêches d’emballer tes affaires où je sors ces toiles par le même chemin que tes fringues. » Dit-il implacable.

_________________

What is a soulmate? A soulmate is someone who you carry with you forever. The person who knew you and accepted you, before anyone else did. Or when no one else would. And no matter what happens, you will always love them. And nothing could ever change that.

cry me a river + yevgeniya 482748114:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

cry me a river + yevgeniya Empty
MessageSujet: Re: cry me a river + yevgeniya cry me a river + yevgeniya EmptyDim 26 Avr - 16:31

I won't beg for your love
Won't say please
I won't fall to the ground on my knees
You know I've given this everything

Sans surprise, Trystan recule quand Yevgeniya s'approche malicieusement de lui. Elle le toise et elle lit dans son regard tout le dégoût qu'elle lui inspire. Comment en sont-ils arrivés à ce stade ? Elle a l'habitude de lire du mépris, de la haine, du dégoût, de la confusion ou tout autre sentiment ravageur dans les yeux de ses clients, mais elle s'est forgée une armure afin d'y être insensible, mais le fait que ce soit Trystan qui la regarde de cette façon lui fait mal au coeur. Elle n'a pas l'impression de lui avoir menti, pourtant. À ses yeux, leur relation, leur amitié, était tout ce qu'il y a de plus honnête. Mais plus Trystan prend la parole et plus Yevgeniya n'est pas certaine de savoir endurer la discussion jusqu'au bout. « Bordel, tu mélanges tout, Trys. » Dit-elle en secouant la tête, sincère. Il fait un amalgame et n'est pas capable de dissocier l'artiste de la pute. Elle a beau être la combinaison des deux, elle voit bien que le marin ne voit plus que la pute assoiffée d'argent. L'artiste a disparu. La fille avec laquelle il regardait The Bachelor a disparu. Sa colocataire a disparu. Il ne reste plus que la pute. La pute menteuse, cupide et vile. « Tu ne comprends rien. Tu es tellement borné. Et regarde ta réaction… Si j'avais répondu à ton annonce en avouant que je me prostituais, tu m'aurais laissé la chambre ? Non. Hors de question. Tu m'aurais jetée dehors comme tu es en train de le faire présentement et tu te serais empressé de désinfecter la chaise sur laquelle je me serais assise, pas vrai ? » Sans trop savoir pourquoi, Yevgeniya a envie que Trystan comprenne son point de vue : parfois, il est essentiel d'user du mensonge, même avec de bonnes intentions. « Et je suis désolée de te l'annoncer, mais si, tout est à vendre. Absolument tout. Tu trouves peut-être ça sordide, mais un monde sans pute est impossible à imaginer. Et je fais partie des quelques chanceuses, parce que j'ai choisi de faire ce que je fais. Je n'ai pas été forcée. Oui, tu m'as bien entendu, je l'ai choisi et même si tu ne comprendras jamais mes choix, je ne les regrette absolument pas. » Néanmoins, même si elle ne regrette pas ses choix, elle regrette que cette conversation sonne la fin de cette colocation qu'elle aimait tant. Elle ricane, amère, en pensant à tous les moments passés avec Trystan et auxquels elle doit dire adieu. « Soit. Juge-moi comme tu le fais si ça peut te faire plaisir, mais garde en tête que tu ne vaux pas mieux. Tu ne vends peut-être pas ton corps, mais tes petites balades avec les touristes sont pareilles au racolage que j'ai pu faire. Alors non, tu ne vaux pas mieux. » Souffle-t-elle en soupirant et en faisant à son tour un pas en arrière.

Elle a beau essayer de rester impassible et froide, elle se sent sur le point de craquer en entendant le discours du Meylir. Maintenant qu'il sait la vérité sur elle, il ne la considère presque plus comme un être humain. C'est fort. Et elle prend ses reproches de plein fouet tout en étant en désaccord total avec lui. « Il n'y a pas de vraie ou de fausse Ivy. Il n'y a toujours eu que moi… Et c'est dommage que tu ne sois pas capable de t'en rendre compte. Hormis la façon dont je gagne mon argent, que j'ai dissimulé pour des raisons évidentes, j'ai toujours été honnête avec toi. » Et ça la désole qu'il ne soit pas capable de s'en rendre compte. Tous les souvenirs construits avec Trystan lui reviennent encore à l'esprit et elle serait prête à faire fondre cette froideur apparente pour le supplier de la laisser vivre avec lui. Elle envisage ce dénouement, quelques secondes, mais celui-ci disparait aussitôt que Trystan s'approche un peu trop près de ses toiles, allant jusqu'à les menacer. La mâchoire serrée, Ivy sent une nouvelle raideur dans tout son corps et la voilà encore plus réveillée que lorsque Trystan était entré dans sa chambre en claquant la porte. On ne touche pas à ses tableaux. On ne touche pas à ses oeuvres. Le comportement de l'artiste n'a jamais changé de manière aussi considérable - et pourtant, elle est une vraie caméléon. Aussi, Trystan ne pourra plus dire qu'elle est malhonnête car à l'instant présent, elle n'a jamais été aussi honnête. On ne touche pas à ses bébés. Elle se rapproche, menaçante elle aussi et pointe un index rageur en direction du brun. « Tu n'oserais pas. Tu n'es pas assez stupide pour faire une connerie comme ça. » Elle détache ses mots et articule comme rarement elle le fait. Toutefois, il faut que Trystan note le sérieux de la situation. S'il touche à ses tableaux, il ira beaucoup trop loin. Le point de non-retour sera atteint et elle n'aura qu'une envie : le vengeance.  « J'ai compris ton message. Inutile d'aller plus loin. Si tu touches à un de mes tableaux, je ferai de ta vie un enfer. » Conclut-elle, les dents serrées, avançant tout doucement, comme s'ils étaient en train de jouer une scène stressante d'un western où les deux protagonistes étaient sur le point de dégainer leurs armes.  
Revenir en haut Aller en bas
Trystan Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Trystan Meylir

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Alex & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : dopamine (avatar) wifey (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (2/3)
Lexia/Fiona/Dylana
A venir : Fiona - Charles

RAGOTS PARTAGÉS : 1182
POINTS : 3092
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017
cry me a river + yevgeniya 59aba4406896e5beabaea49f8cfc236e
ÂGE DU PERSONNAGE : 34 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Il a retrouvé l'amour de sa vie et ne parvient toujours pas à croire en sa chance.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : Je viens d'entendre qu'il avait eu un terrible accident en mer ! Vous savez ce qu'il s'est passé ?

cry me a river + yevgeniya Empty
MessageSujet: Re: cry me a river + yevgeniya cry me a river + yevgeniya EmptyJeu 30 Avr - 11:22

You don't have to say, what you did
I already know, I found out
All of these things people told me
Keep messing with my head
Should've picked honesty
Then you may not have blown it

« C’est sûr que tout le monde n’a pas ton incroyable faculté à tordre les faits pour les ajuster à sa vision tordue de la réalité. » Dit sèchement Trystan lorsque Yevgeniya lui reproche de tout mélanger. Les deux colocataires continuaient de se disputer, confrontant des points de vue décidément bien divergents. Tout n’était que froideur et colère. Ou presque. Car en fin de compte, s’ils mettaient autant d’application à se confronter et à s’expliquer, c’est qu’ils se souciaient de l'avis de l'autre. Sinon, ils se seraient séparés avec encore moins de cérémonie et plus d'indifférence. « Je mélange tout parce que ce n’est pas possible de faire autrement. Tu es ce que tu es… une femme qui vend son corps, qui monnaye du sexe. Je ne peux pas vivre avec quelqu’un qui pense que c’est une façon de vivre comme une autre. Ça fait parti de ta personnalité. C’est tout. Appelle-moi borné, j’en ai rien foutre. Je préfère être borné que voir la vie comme toi. » Il avait toujours été incroyablement obstiné, ça n’allait pas changer aujourd’hui. Pas alors qu’il était si déçu, si en colère. Il y avait toutefois un point qu’il pouvait lui céder. « C’est clair que si j’avais su depuis le début, il n’y aurait jamais rien eu entre nous. » Il assène cette vérité, se demandant lui-même ce qu’il aurait préféré : ne jamais la connaître et s’épargner la brûlure qu’il ressentait actuellement ou vivre quand même cette amitié atypique qui l’avait bouleversée ? Il n’avait pas la réponse à sa question.

Par contre, il avait une réponse aux élucubrations de la Russe. Car quand elle lui fait un vieux discours cynique sur le fait que tout était à vendre, et qu’elle avait de la chance car elle faisait partie de celles qui avaient choisi de se prostituer et qu’elle ne le regrettait absolument pas, il est incapable de se contenir  bien longtemps. « Ah parce qu’en plus, tu te considères comme chanceuse ? Putain, ce qu’il ne faut pas entendre… T’es encore plus grave que ce que je pensais. Et sur ce point, sur ce point uniquement, tu ne te trompes pas. Je ne comprendrai jamais tes choix et oh oui, je continuerai à les juger. Qu’est-ce qui a bien pu t’arriver dans la vie pour que tu croies fermement être dans le vrai en disant des trucs pareils ? » Encore une fois, il lui jette son mépris à la figure mais intérieurement, il s’effondre. Car elle venait littéralement de lui confirmer  qu’elle faisait ça par choix. Il l’avait déjà soupçonné lorsqu’elle s’était mise à défendre sa « profession » avec passion mais là, c’était le coup de grâce… Elle avait raison, il ne comprenait pas. Et ça le rendait malade qu’une jeune femme aussi jolie et intelligente qu’elle puisse se vendre ainsi, penser que c’était là tout ce que la vie pouvait lui offrir. Des images affreuses l’assaillent, tandis qu’il imagine avec horreur des hommes disposer d’elle, cette femme pour laquelle il en était venu à éprouver une sincère affection. Bien mal lui en avait pris. Surtout qu’elle profite de ce moment pour lui dire qu’il avait beau la juger, en réalité, il ne valait pas mieux qu’elle. Il réagit avec violence, encore une fois. « EPARGNE MOI TES PUTAINS DE RAISONNEMENTS TORDUS. MERDE. Moi je ne vaux pas mieux que toi ? Putain mais je me lève tous les jours aux aurores pour bosser comme un chien, pour avoir de quoi vivre ! C’est ce qu’on appelle une vie d’honnête labeur. Je m’allonge pas pour une poignée de billets. C’est absolument pas comparable !! Je ne fais rien d’illégal ou immoral moi. La vie, elle est dure oui, mais je ne cède pas à la facilité. Mais encore une fois, il faut des principes pour comprendre la différence. »

Elle l’emmerde à les comparer alors qu’ils n’ont rien à voir l’un avec l’autre. Et elle ne l’aura pas en jouant sur la corde sensible, lui rappelant qu’il n’y a qu’une seule Ivy et que malgré son métier, elle avait toujours été honnête avec lui. Il s’étouffe presque en entendant ça. « Tu devrais chercher la définition d’honnête dans un putain de dico. Et après, celle de femme honnête. » Dit-il méchamment, abusant d’une certaine mauvaise foi. Car au fond, il avait compris ce qu’elle avait essayé de dire. Car oui, les moments de complicité qu’ils avaient partagés ensemble étaient trop intenses pour avoir été feints. Leur connexion avait été complète, profonde, leurs personnalités s’étaient trouvées. Leur lien avait été réel et le métier de Yevgeniya n'avait pas grand chose à voir là dedans.. Mais le Meylir est bien trop furieux et effectivement bien trop borné pour l’admettre. Et de toute façon, tout ça lui paraît irrémédiablement sali, souillé par l’abjecte vérité qu’il connait désormais. Plus rien ne sera jamais comme avant entre eux. Et bizarrement, c’est ce constat qui le désespère plus que tous les autres. Il avait perdu Ivy et l’ampleur de la perte lui fait comprendre à quel point il l’aimait. Sauf que maintenant, leurs souvenirs seraient teintés d’amertume et cet amour souillé d’une tâche que rien ne pourrait effacer. Cette idée lui fait perdre la tête. Il ne veut plus faire face à la Vassilievitch, plus se confronter à la vérité et à la souffrance… Il se jette donc sur ses tableaux, menaçant de les passer par la fenêtre si elle ne quitte pas la maison.

Et il comprend qu’il a visé juste quand il voit la réaction d’Ivy. Tout son corps se raidit, et elle lui lance un regard menaçant en lui disant qu’il n’est pas assez stupide pour faire cette connerie. Le bleu limpide de ses yeux se change en glace et pourtant, il voit le feu qui brûle au fond. Il n’est pas peureux, alors il ne recule pas mais pour la première fois depuis le début de cette dispute, il sent qu’elle peut être dangereuse. Vraiment dangereuse. Ils se toisent longuement. Le marin refuse de céder, de plier même si ce regard est assez dur pour faire vaciller un roc. « J'ai compris ton message. Inutile d'aller plus loin. Si tu touches à un de mes tableaux, je ferai de ta vie un enfer. » Dit ensuite Ivy, après ce qui paraît une éternité. C’est une sorte de réédition et il veut bien se contenter de ça. Il n’a pas non plus envie de la combattre. Il veut juste ne plus penser  à elle. « Je veux juste que tu la quittes, ma vie. » Dit-il posément. Et finalement, c’est lui qui rompt cette étrange joute oculaire en se détournant et en s’éloignant des tableaux. « Je vais attendre dans la cuisine pendant que tu finis d’emballer tes affaires. De toute façon, je crois qu’on a plus grand-chose à se dire. » Et il tourne les talons, se détournant d’elle dans un geste hautement symbolique.

_________________

What is a soulmate? A soulmate is someone who you carry with you forever. The person who knew you and accepted you, before anyone else did. Or when no one else would. And no matter what happens, you will always love them. And nothing could ever change that.

cry me a river + yevgeniya 482748114:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

cry me a river + yevgeniya Empty
MessageSujet: Re: cry me a river + yevgeniya cry me a river + yevgeniya Empty

Revenir en haut Aller en bas

cry me a river + yevgeniya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ✿ ::  :: RP abandonnés-