AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
✿ Bienvenue sur Whispers Down The Lane ! L’intrigue du forum se situe à Tenby, village gallois où il fait bon vivre et où les rumeurs font le délice des habitants. Ne vous fiez pas aux apparences : ici, tout le monde est bienvenu ! L’esprit du forum, c’est convivialité, détente, et un peu de drama ! Nous acceptons tous les personnages, et n’exigeons aucun minimum de rp par mois. On attend plus que vous !
Tenby, juin 202010°C/25°C Le Printemps s’est bien installé sur le village. S’il ne fait pas encore assez beau pour se baigner, les averses se font un peu plus rares et la plage est très agréable pour une promenade, alors que les températures montent en flèche et que quelques vacanciers arrivent pour profiter des beaux jours qui s’installent.
✿ Avez-vous entendu ? Il y a beaucoup de nouvelles têtes en ville. C’est bien que le village attire, mais j’ai l’impression que nos nouvelles arrivantes ont toutes des secrets à cacher…Étrange, non ? Il ne faudrait pas que cela perturbe Tenby ! Nous sommes un village respectable, nous. En tout cas, c’est très mystérieux, et j’ai hâte de connaitre votre opinion sur ces charmantes jeunes femmes… Venez donner votre avis ici.

Partagez

when you're with me, my future's there (Erin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous

when you're with me, my future's there (Erin) Empty
MessageSujet: when you're with me, my future's there (Erin) when you're with me, my future's there (Erin) EmptySam 28 Mar - 18:00

We get carried away in emotions
We get lost in each other's eyes
And we forget what we regret
As we cast our fears aside


Depuis ce voyage en Amérique du Sud avec Erin, les choses sont différentes. En effet, le baiser que nous avons failli échanger, les regards que nous nous lancions… Tout en elle me donnait envie d’aller plus loin, de tenter ma chance et qui sait, de reconstruire quelque chose de réel avec elle. Pourtant, tous les rappels à l’ordre ne se sont pas fait attendre. A chaque fois que je l’observais, me demandant si le moment était opportun pour l’embrasser, je me retrouvais confronté aux raisons qui m’ont poussées à la quitter dans un premier lieu. Nous sommes restés en couple longtemps, mais nos différences et nos modes de vie compliqués nous ont empêché de vivre notre amour pleinement. Erin… Je voulais la demander en mariage. Je vous qu’elle soit ma femme et je voulais lui être fidèle jusqu’aux restants de mes jours. Pourtant, nous nous sommes séparés. Je l’ai quittée, parce que je ne pouvais plus supporter son métier d’actrice et le fait qu’il était quasiment impossible pour nous de nous voir. La séparation par un océan n’est pas facile à vivre… Toutefois, aujourd’hui, elle est revenue en Europe… Dans le pays qui nous a vus grandir. Chez nous. Alors pourquoi pas ?

Le road-trip remonte à plusieurs mois… Notre amitié est plus forte que jamais. Alors oui… Pourquoi pas ? La jeune femme vient de vivre des moments peu agréables à Londres, enfermée et confinée, mais aujourd’hui signe son retour dans sa ville natale et j’espère bien lui faire oublier ces dernières semaines. Fiona n’est pas à la maison ce soir, certainement chez Trystan, ce qui me laisse l’occasion de préparer une soirée romantique à souhait.

La sonnette retentit. « Erin, entre. » Sans avoir peur du virus qui traîne dans les parages, j’enlace tendrement la jeune femme et je l’invite à entrer à l’intérieur. Pour elle, j’ai cuisiné des plats sud-américains pour nous rappeler les bons moments que nous avons passés en Argentine, au Pérou ou au Chili et j’ai hâte que nous puissions nous mettre à table. Les nouvelles technologies aidant, nous avons pu rester en contact tout au long du confinement de la rousse, mais je suis vraiment heureux de la revoir en chair et en os, mais surtout, de pouvoir la tenir dans mes bras. « Tu m’as manquée. Alors, c’était comment à Londres ? Pas trop difficile ? » Qu’elle est belle… Qu’est-ce que ça fait du bien de la revoir. Je pense  à la relâcher après un certain temps et je l’invite à s’installer dans le salon où deux verres nous attendent déjà. Ce soir, c’est la bonne. Je vais lui dire ce que je ressens pour elle et tant pis si ses sentiments ne sont pas réciproques. Je ne peux plus me taire. « Ce soir, c'est soirée flashback. Je t'ai préparé tous les plats - et les cocktails - que tu as adoré quand on était en Amérique du Sud. Ça ne sera probablement pas au niveau de ceux qu'on goûté sur place, mais je compte sur ton indulgence. » Rigole-je. Rien n'est trop beau pour Erin. Et si je ne suis pas un grand cuisinier, j'ai pris beaucoup de plaisir à savoir que je faisais quelque chose susceptible de plaire à la jeune femme.  
Revenir en haut Aller en bas
Erin L. Blake
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Erin L. Blake

TON PSEUDO : worst.
TES DOUBLES : sam, liam & daniel.
TON AVATAR : sophie wonderful skelton.
TES CRÉDITS : schysophrenic & confusion tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 410
POINTS : 816
ARRIVÉE À TENBY : 08/03/2019
when you're with me, my future's there (Erin) Tumblr_px60mjpNdt1xw38d0o2_r1_540
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt six belles années. (01/03/94)
CÔTÉ COEUR : me and my broken heart.
PROFESSION : comédienne, la passion du théâtre est dévorante.
REPUTATION : il est difficile de la suivre, la petite erin. elle veut new york, elle n'en veut plus ... pareil pour son petit copain. elle semble malgré tout malheureuse pour l'instant, j'espère qu'elle ira vite mieux.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
when you're with me, my future's there (Erin) Empty
MessageSujet: Re: when you're with me, my future's there (Erin) when you're with me, my future's there (Erin) EmptyLun 30 Mar - 22:45


jesse & erin
the best and most beautiful things
in the world cannot be seen or
even touched. they must be felt with the heart


Je croyais avoir tout vécu, ou presque. Je croyais que le calme était enfin arrivé après une tempête des plus énorme. Tout s’est arrangé avec Rhys, Jesse et moi n’avons jamais été aussi proches depuis notre escapade en Amérique du Sud … J’enchaînais certes les répétitions et les soirées mais c’était calme, tout ce que j’espérais en revenant en Europe. Jusqu’à ce que j’aille à Londres et que je finisse coincé dans mon hôtel. Foutu virus. Je me croyais forte et épargnée comme la plupart des gens, tout ça avant de finir enfermé. Mais l’épreuve est terminée, j’ai survécu et je suis négative. Après des tonnes d’appels et une autorisation, j’ai sauté dans le premier train pour me ramener à Tenby. Rhys a tenu à venir me chercher, il avait eu une peur bleu et m’avait fait promettre de voir les enfants qui m’avaient atrocement manqué. J’étais contente de les retrouver à mon retour, mais j’avais un petit pincement au cœur en pensant que Jesse, je ne le reverrais que le lendemain.
J’ai dormi jusque midi. Ce n’est que parce que quelques rayons de soleil sont arrivés jusqu’à mon visage que j’ai ouvert les yeux, assez gênée par cette lumière soudaine. Je sais que j’ai eu du temps pour dormir, mais j’étais tellement contente de retrouver mon lit que j’en ai profité. Puis un flot d’émotions m’a traversé pendant des jours, je crois que mon corps avait besoin de respirer un bon coup. Je suis sortie prendre l’air dès que j’ai eu fini de manger, juste pour sortir. Je suis allée courir, de la musique dans les oreilles. J’ai fais mes étirements dans le parc, profitant de chaque bouffée d’air d’oxygène. C’est tellement bon l’extérieur. Au bout de quelques heures je suis obligée de rentrer, histoire de me préparer pour aller voir Jesse. Une bonne douche, une jolie robe, des boots et le tour était joué.

J’ai le cœur qui bat à cent à l’heure, comme à chaque  fois. Jesse. Il ouvre la porte, je viens à peine de sonner. Il me prend directement dans ses bras pour mon plus grand plaisir, je le serre aussi fort que je peux. Il a toujours cette même odeur, même s’il y a un petit quelque chose en plus que je ne reconnais pas. J’ai ma réponse quand il m’invite à rentrer, cette odeur se trouve partout dans la pièce. Il a cuisiné pour moi ? Je suis tellement contente de te voir. Toi aussi tu m’as manqué. ajoutais-je, toute aussi heureuse que lui. Je lui en dois une d’ailleurs, je pense que j’aurais fini par péter un plomb si nous n’avions pas autant discuter. Merci ces nouvelles technologies qui nous permettent de nous voir sans être les uns avec les autres. J’ai connu mieux … J’ai eu très peur d’avoir attrapé ce truc, c’était horrible comme situation. Tu devrais voir Londres, ça me fait de la peine. Les rues sont presque vides, on entend pas tellement de bruits. Pour une ville si belle et si active, ça me fait vraiment de la peine. Et le pire, c’était vraiment de devoir gérer mes émotions moi meme et de recevoir mes repas comme si j’étais dans une prison. Je garde ça pour moi, pas besoin de saper notre moral avec mes horribles histoires. J’ai tenu grâce à tes messages, ceux de ma famille mais surtout Netflix. finis-je par dire, un large sourire se dessinant sur mes lèvres.

Il est gentil, adorable, aux petits soins. Il m’installe dans le fauteuil et deux verres nous attendent déjà sur la table. Je crois reconnaître le cocktail, mais je ne veux pas m’avancer trop vite. J’ai les yeux qui pétillent en l’entendant parler. Woaw, je devrais m’absenter plus souvent. Je suis obligé de poser ma main sur ma bouche, histoire d’éviter d’enchaîner les bêtises. On s’est séparé parce que j’étais tout le temps absente et cette fois, ça aurait pu mal finir avec ce virus. Cette blague était définitivement mal placée. Pardon, c’est un truc que j’aurais pu éviter. Mais elle me ressemble, moi qui ne réfléchit que rarement avant de parler, avant d’agir. Il me connaît le Griffiths et il ne devrait pas m’en tenir rigueur … Ou en fait, je n’en sais rien, c’est spécial pour l’instant entre nous. Je dois me récupérer, passer à la suite et éviter qu’on se prenne le choux pour rien. C’est adorable, merci beaucoup. J’aimerais l’embrasser, je rêve de l’embrasser. Surtout que ce serait une bonne occasion, comme s’il me tendait une perche avec la plus belle soirée que je pouvais espérer. On la fait en Amérique du sud, je l’ai embrassé et tout s’est bien passé … Mais j’ai peur, peur que nous nous soyons juste laisser aller parce que nous étions loin de chez nous. Je me contente donc d’un baiser sur sa joue en guise de merci. Si ça doit aller plus loin, c’est lui qui fera le premier pas. Et ça sera forcément bon, vu que tu l’as fais pour moi. ajoutais-je en me remettant en place. La soirée promet d’être parfaite, il a tout organisé dans les moindres détails et je redécouvre le Jesse que j’ai toujours aimé, celui qui a toujours de belles intentions. Alors tout ça, ça veut dire que je vais enfin pouvoir voir tes photos ? demandais-je tout d’un coup, très excitée. Quand nous sommes rentrés, j’ai à peine pu prendre deux jours de repos avant de me replonger dans une pièce. Je travaillais non stop, perfectionniste, comme d’habitude … Mais je n’ai jamais pu voir les photos qu’il avait fait et connaissant son talent, je sais que l’attente en vaudra la peine. A tout ce qu’il reste de positif dans ce monde de malade. finis-je par dire, trinquant au futur qui nous est réservé.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    † The saddest thing about falling in love is that sooner or later something will go wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

when you're with me, my future's there (Erin) Empty
MessageSujet: Re: when you're with me, my future's there (Erin) when you're with me, my future's there (Erin) EmptySam 4 Avr - 8:55

We get carried away in emotions
We get lost in each other's eyes
And we forget what we regret
As we cast our fears aside


C'est si bon de retrouver Erin, qui plus est, de l'avoir rien que pour moi et à l'abri des regards indiscrets. En principe, nous nous retrouvions dans un café ou dans un restaurant pour prendre des nouvelles l'un de l'autre, tout simplement parce que ni elle ni moi n'avait le temps de s'apprêter d'un tablier afin de préparer un bon repas. Ce soir, toutefois, je voulais quelque chose de différent et disons que j'ai gagné beaucoup de temps libre avec les récents événements. En effet, il n'est pas facile d'être un journaliste spécialisé dans l'événementiel alors que le pays est à l'arrêt et que tous les événements sont reportés ou annulés. Pour sûr, je ne suis pas excédé de travail ces derniers jours, pour mon plus grand malheur. L'hyperactif ne vit pas très bien la situation et c'est certainement pour cette raison que j'ai cuisiné de quoi nourrir six familles pour les deux prochaines semaines (au moins). « Oui, quelques collègues basés à Londres m'ont envoyés des photos. On dirait une ville fantôme. » Je sens mon coeur se réchauffer quand j'entends la demoiselle m'avouer que nos conversations l'ont aidé à tenir bon quand elle était enfermée et je crois que si Erin me regardait, elle pourrait voir mes joues prendre une teinte rosée.

Teinte qui s'en va aussitôt que je l'entends dire qu'elle devrait s'absenter plus souvent. Cette fois, je n'ose même pas croiser son regard et je me contente de serrer les dents. La distance entre nous… Voilà la raison pour laquelle j'avais pris la décision de mettre fin à notre couple. Je sais qu'Erin ne pense pas à mal en prenant la parole, mais il n'en faut pas plus pour me sonner. Elle se reprend et je balais ses excuses d'un geste de la main. « Ce n'est rien. » La rousse a vécu une semaine horrible et très solitaire, je ne vais pas l'accabler davantage parce qu'elle vient de me blesser. « De rien. Ça me fait plaisir. » Oui, pour une fois, cuisiner n'a pas été la pire corvée de la journée : j'étais enjoué, bien qu'un peu apeuré de me mettre aux fourneaux pour Erin.

Nous sommes confortablement installés sur le canapé, nos verres à la main.  « Evidemment ! Il ne s'agirait pas d'une soirée flash-back s'il n'y avait pas des photos de ce que nous avons vécu. » La jeune femme a dû lire dans mes pensées parce que mon appareil photo est déjà relié à la télévision, prêt à diffuser les quelques centaines de clichés que j'ai pris sur place. Il y a certaines photos qui me poussent à appréhender les réactions de la galloise, notamment parce qu'elle m'a beaucoup inspiré et parce qu'elle est loin de se douter du nombre de clichés sur lesquels elle apparaît. Fidèle à elle-même, Erin se jetait souvent dans la gueule du loup sans retenue, ainsi, alors qu'elle courrait vers un monument pour en admirer chaque trait, je restais en recul et je la photographiais en train de contempler le bâtiment ou la vue offerte. Et puis, il y avait aussi les photos de nous deux que nous avions demandés aux locaux de prendre pour nous : photos sur lesquelles nous rigolions comme deux gamins. Nous trinquons, et je lance le diaporama. « C'est le moment où je dois t'annoncer que j'ai un peu fait le paparazzi quand on était là-bas. J'espère que ça ne te gênera pas. » Je goûte au cocktail et je suis agréablement surpris par la ressemblance avec celui que nous avions goûté sur place. Bien évidemment, la modestie m'empêche de faire le moindre commentaire. Erin regarde tranquillement les photos et je n'hésite pas à en commenter quelques unes, puis je m'éclipse quelques secondes dans la cuisine afin d'apporter un plateau d'amuses-bouches faits maison. Des feuilletés végétariens, tous concoctés avec les épices sud-américaines. « Bonne dégustation. » Annonce-je en souriant et en prenant à mon tour quelques feuilletés pour les dévorer.      
Revenir en haut Aller en bas
Erin L. Blake
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Erin L. Blake

TON PSEUDO : worst.
TES DOUBLES : sam, liam & daniel.
TON AVATAR : sophie wonderful skelton.
TES CRÉDITS : schysophrenic & confusion tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 410
POINTS : 816
ARRIVÉE À TENBY : 08/03/2019
when you're with me, my future's there (Erin) Tumblr_px60mjpNdt1xw38d0o2_r1_540
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt six belles années. (01/03/94)
CÔTÉ COEUR : me and my broken heart.
PROFESSION : comédienne, la passion du théâtre est dévorante.
REPUTATION : il est difficile de la suivre, la petite erin. elle veut new york, elle n'en veut plus ... pareil pour son petit copain. elle semble malgré tout malheureuse pour l'instant, j'espère qu'elle ira vite mieux.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
when you're with me, my future's there (Erin) Empty
MessageSujet: Re: when you're with me, my future's there (Erin) when you're with me, my future's there (Erin) EmptyLun 6 Avr - 16:37


jesse & erin
the best and most beautiful things
in the world cannot be seen or
even touched. they must be felt with the heart


Je sais qu’il prend des nouvelles, que je raconte simplement ce qui s’est passé … Mais je ne peux m’empêcher de penser que je ne fais qu’assombrir cette soirée avec mes commentaires un peu pourris. J’aurais du me contenter d’un c’était de la merde et passer à autre chose. Lui dire qu’il était adorable, que je n’aurais jamais survécu sans lui, qu’il était incroyablement beau ; en fait non, je suis contente d’avoir dit mes bêtises. C’est déprimant. ajoutais-je à son commentaire. Je ne veux plus y repenser. J’aime voyager, j’aime des belles villes comme Londres et les voir en mode fantôme, ça me déprime. Qui plus est, je rajoute une couche de malaise en faisant une blague sur le fait que j’aurais du partir plus souvent. Je me frapperais si j’étais toute seule. Fin voilà, je m’arrête là pour aujourd’hui, je ne veux pas casser l’ambiance. Je suis bien trop contente de passer la soirée avec toi. finis-je par dire, récupérant mes esprits. Fin de la discussion, je ne veux plus qu’on en parle. De toutes façons, il m’amène un des cocktails qu’il a essayé de reproduire. Je le goûte directement et je suis au paradis. Ton cocktail est à tomber. dis-je en buvant plusieurs gorgées.

Nos emplois du temps ont été si chargés dès notre retour que je n’ai jamais eu l’occasion de voir toutes les photos qu’il a fait. De mon coté, je n’avais pas joué les paparazzis comme lui, ne sortant mon téléphone que dans de rare occasions. Évidemment qu’il accepte de partager tout ce qu’il a pris. Ouiiiiii. criais-je presque, toute excitée. Oubliant les bonnes manières d’une bonne fille, j’enlève mes chaussures et m’installe en position indienne sur le fauteuil, impatiente. Alors que je l’observe tout installer, je vois à sa tête que quelque chose le gène. Et il l’exprime à haute voix. Pourquoi est-ce que je serais ... commençai-je, sans comprendre. Mais c’était avant que les photos ne défilent sur sa télévision. Je m’attendais à tous ces magnifiques paysages, à la population locale. Un détail de plus apparaît sur toutes ces photos. Oh, je vois. ajoutais-je, riant légèrement. Je n’ai jamais été du genre à être gênée parce qu’on aime me prendre en photo, je dois avouer que j’aime assez ça et puis bon, je suis assez photogénique. Mais il n’en faut pas plus à mon esprit pour s’emballer. Est-ce que ce sont de simple souvenirs ou je dois aller plus loin ? Même quand on voyage avec des amis, on ne les prend pas autant en photo … Pas comme il la fait en tous cas. Puis ces photos de nous, on dirait un petit couple tout heureux. Les yeux pendus sur l’écran, je commence à me demander si je ne me fais pas trop d’idées. J’avais oublié que ce point de vue était magnifique. Je me détourne légèrement de mes pensées devant une photo de la Colombie, mais je ne sais plu quelle ville. Ça ne marche pas, évidemment. J’aime cet homme, je veux cet homme. Et j’ai beau vouloir garder les pieds sur terre, je n’y arrive plus. Tes photos sont magnifiques. Je suis contente d’avoir été ta muse. D’une beauté surnaturelle. J’avais oublié son talent et je suis contente d’avoir tout ça en plus à chérir en me remémorant ce fabuleux voyage. Ce mec ... Waouw, merci. Surprenant jusqu’au bout, même si je savais qu’il avait cuisiné. Tout ce temps, rien que pour moi. Calme toi Erin, calme toi. J’ai lu quelque part que la nourriture est meilleure quand tu fermes les yeux. Tu fais plus attention au goût qu’à l’aspect physique. Ce n’est pas se calmer ça, pas du tout. Allez vas y, ferme les yeux. Je préfère que ce soit toi qui teste le premier. dis-je en me mettant face à lui, histoire de ne pas lui laisser le choix plus longtemps. Je prends un petit sablé et j’attends. J’attends et je me demande ce qui me prend, ce que je cherche en faisant ça. Dans mon habitude, avec toutes ces photos qui prouvent notre rapprochement, j’y aurais été franchement et je lui aurais posé la question. Mais j’ai la trouille, le cœur qui bat à cent à l’heure. Je crois que j’ai simplement peur du rejet, de son rejet. Je me suis déjà pris des vents, mais je ne veux plus m’en prendre de sa part à lui. Je le veux lui. Alors j’utilise ce que j’ai de plus précieux, ma féminité. En espérant qu’il fasse le premier pas, comme le prince charmant qu’il a toujours été.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    † The saddest thing about falling in love is that sooner or later something will go wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

when you're with me, my future's there (Erin) Empty
MessageSujet: Re: when you're with me, my future's there (Erin) when you're with me, my future's there (Erin) EmptyDim 12 Avr - 10:12

We get carried away in emotions
We get lost in each other's eyes
And we forget what we regret
As we cast our fears aside


La soirée a l'air de plaire à Erin, et c'est tout ce qui compte. Je la regarde déguster le cocktail et ses commentaires me feraient presque rougir. Décidément, tous mes efforts sont récompensés, ce soir, et nous passons une excellente soirée en compagnie l'un de l'autre. J'espère que mon sentiment est partagé, que je ne suis pas le seul à apprécier autant nos retrouvailles, tout comme j'espère également ne pas me fourvoyer sur ce qui est en train de se passer entre nous.

Il y a quelque chose de différent, ce soir… Comme si la distance que nous avions instauré il y a quelques mois était en train de se dissiper pour laisser place à la relation que nous entretenions auparavant. Cette amitié, sans retenue… Voire plus que ça. Serait-ce possible ? Nous regardons les photos que j'ai prises lors de notre voyage en Amérique du Sud, ce qui prend un certain temps et j'observe de temps en temps du coin de l'oeil les réactions d'Erin. Toutes ces photos donnent l'impression de lui remémorer de bons souvenirs, ce qui est une excellente nouvelle.
Je dois me freiner dans mon élan quand je reviens avec le plateau de feuilletés avec l'intention de les dévorer sans la moindre classe. Erin prend la parole, faisant une suggestion qui me ferait presque recracher mon cocktail. Goûter, les yeux fermés, en face d'elle. Cela suppose que ce soit elle qui me donne les feuilletés ? Pire qu'un gamin, je me mets à angoisser sans pour autant le montrer. J'ai une confiance aveugle en Erin et je sais qu'elle ne profitera pas du moment où j'ai les yeux fermés pour faire quelque chose d'insensé ou de déplacé. Au contraire, je crois que je serais un tantinet déçu si la jeune femme ne tentait rien alors qu'elle avait toutes les cartes en main. « Oui, c'est exact. Quand tu es dépourvu d'un sens, les autres sont généralement décuplés. » Annonce-je en réponse à sa proposition, comme s'il n'était question que de ça. Pourtant… C'est tellement plus important qu'une question de goût, ce qui est en train de se passer. Pour l'heure, j'essaye de calmer mon ventre qui serait prêt à vendre mon angoisse à n'importe quel moment et j'offre un sourire sincère à Erin. « D'accord, je commence. Tu as de la chance, je suis un aventurier dans l'âme. » Dis-je en plaisantant, essayant de détendre l'atmosphère du mieux possible. Je me pince les lèvres, sans trop savoir ce qui est en train de se passer, sans pouvoir prévoir ce qui va se passer et je ferme les yeux.

Une seconde… Deux secondes… La troisième seconde n'aura pas le temps de voir son jour arriver que je suis déjà là, les yeux ouverts à me précipiter dans la gueule du loup. Erin capte mon regard hébété le temps d'une fraction de seconde et je me penche en avant, vers elle, sur elle, et je l'embrasse comme un soldat embrasse son épouse le jour de son retour du front. Je plaque mes lèvres sur les siennes et suite à ce baiser, je ne sais pas si je dois m'excuser… Alors, je reste là, à la recherche d'oxygène, à la recherche d'une idée sur la démarche à suivre. Je suis paumé, mais je sais que je l'aime et à cet instant, c'est tout ce qui compte.     
Revenir en haut Aller en bas
Erin L. Blake
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Erin L. Blake

TON PSEUDO : worst.
TES DOUBLES : sam, liam & daniel.
TON AVATAR : sophie wonderful skelton.
TES CRÉDITS : schysophrenic & confusion tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 410
POINTS : 816
ARRIVÉE À TENBY : 08/03/2019
when you're with me, my future's there (Erin) Tumblr_px60mjpNdt1xw38d0o2_r1_540
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt six belles années. (01/03/94)
CÔTÉ COEUR : me and my broken heart.
PROFESSION : comédienne, la passion du théâtre est dévorante.
REPUTATION : il est difficile de la suivre, la petite erin. elle veut new york, elle n'en veut plus ... pareil pour son petit copain. elle semble malgré tout malheureuse pour l'instant, j'espère qu'elle ira vite mieux.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
when you're with me, my future's there (Erin) Empty
MessageSujet: Re: when you're with me, my future's there (Erin) when you're with me, my future's there (Erin) EmptyMar 14 Avr - 16:21


jesse & erin
the best and most beautiful things
in the world cannot be seen or
even touched. they must be felt with the heart


M'avoir emmené avec lui profiter de son cadeau d'anniversaire avait été la meilleure idée du siècle, même si ce n'est pas ce que je pensais au début. On s'était amusé, on s'était pardonné. Quand nous sommes revenus, malgré nos emplois du temps plutôt chargés, nous nous étions revus quelques fois pour mon plus grand plaisir ; ce voyage m'avait suffit à me faire comprendre que je n'avais jamais pu oublier Jesse. Mais le truc, c'est que pour ne pas refoncer tête baissée dans quelque chose qui nous avait blessé tous les deux, nous nous étions mis des limites à ne pas franchir. Et si au début ça me semblait très dur, c'est devenu un peu plus facile au fil du temps. On ne se lachait presque plus et si je venais de le rencontrer, je l'aurais qualifié de meilleur ami auprès de tout le monde. Si ce n'était que ça. Quand il m'a dit qu'il m'organisait une petite soirée sympa pour fêter le fait que je ne sois pas malade, je sentais que quelque chose avait changé, mais j'étais loin de m'imaginer que c'était à ce point là.

Marchant dans ce vieux truc qui dit que ce sont les garçons qui doivent faire le premier pas, je me lance dans une de mes idées farfelues qui servira à le tester. Et, pourquoi pas, à lui faire faire ce fameux premier pas que j'attends depuis des mois maintenant. Depuis l'Amérique du sud, depuis ces journées de rapprochements. Je commence à être impatiente, ce qui pourrait expliquer mon impulsivité. Ah oui voilà, c'est ce qu'ils racontaient. J'oubliais son intelligence, j'oubliais qu'il allait forcément connaitre ce vieux truc. C'est juste que lui le prend de manière scientifique, moi je vois un bon jeu de couple plutôt sexy. Je m'installe dans son fauteuil pour lui faire face quand le Griffiths manque de me faire exploser de rire. Pardon ? Ce n'est pas méchant, mais pour un journaliste qui voyage dans le monde, je trouve qu'il est le moins aventurier. Il n'a jamais été trop fan des surprises. Admets juste que je suis trop mignonne pour qu'on me dise non. finis-je par dire, lui mettant un de ses feuilletés dans la bouche. Mais cet épisode ne dure pas longtemps.

C'est là que tout va changer. Je le vois dans ses yeux, je peux le lire, mais ça ne dure qu'une demi seconde. Je ne pensais pas qu'il ferait le pas vers, je pensais qu'après que nos regards se soient brièvement captés, je lui sauterais dessus sous le coup de l'impulsivité, comme en Amérique du sud. Mais c'est lui, c'est lui qui se penche et qui posent ses lèvres sur les miennes. Je ferme les yeux mais je ne bouge pas, comme si j'avais peur que ça ne soit qu'un rêve. Il est tout perdu et je trouve ça adorable. Ne t'excuse surtout pas. La dernière fois j'ai fais la même chose et je l'ai regretté. Nous deux, notre histoire, elle vaut plus que de simples excuses à cause de malheureux baisers. On a eu une mauvaise période qui a engendrée notre rupture, nous avons vécus nos vies de notre côté mais maintenant, c'est bon. Parce que moi cette fois, je ne m'excuserais pas. Je m'avance, pose mes mains sur ses joues et plaque mes lèvres contre les siennes, à mon tour. La légèreté du moment laisse sa place à l'intensité. On se retrouve, enfin. Nos sentiments sont partagés et ces baisers scellent le nouvel engagement que nous allons prendre l'un envers l'autre. Etre plus à l'écoute, plus présents, plus tout tant que ça me permettait d'être avec lui. J'ai été stupide de l'avoir laissé partir, encore plus d'avoir cru que j'aurais pu l'oublier dans les bras d'autres hommes. Mes mains se baladent, l'une dans ses cheveux, l'autre descend vers son torse. Je me retiens tellement, par respect pour ses convictions, mais je fais comprendre mes envies. Au bout de quelques minutes, je me recule pour reprendre un peu d'oxygène. Mon regard se perd dans le sien, je souris bêtement. Mes mains sont toujours sur lui. Je t'aime Jesse Griffiths. C'est sûr que je m'avance, c'est sûr que je vais plus vite, mais j'ai plus envie de chipoter. Notre pause ? Un erreur nécessaire. C'est comme si je ne l'avais jamais quitté. Tout ce qui compte, c'est que je suis totalement folle de lui.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    † The saddest thing about falling in love is that sooner or later something will go wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

when you're with me, my future's there (Erin) Empty
MessageSujet: Re: when you're with me, my future's there (Erin) when you're with me, my future's there (Erin) EmptySam 18 Avr - 23:05

We get carried away in emotions
We get lost in each other's eyes
And we forget what we regret
As we cast our fears aside


J'ai franchi le cap. Je l'ai embrassée et je ne regrette absolument pas une seconde mon geste. Ses lèvres, j'y suis pendu. J'aime cette fille et elle m'avait tellement manqué. J'avais la chance d'avoir retrouvé son amitié ces derniers mois, mais il y avait toujours ce trou béant dans ma poitrine qu'elle seule peut combler. Toutefois, ce n'est pas parce que je ne regrette pas ce que j'ai fait, ce tendre baiser, que je sais quoi faire. Je regarde Erin, ses yeux me transpercent et ses paroles me donnent envie de sauter de joie. Ne t'excuse surtout pas. Je ne peux réprimer un sourire fier, satisfait de la tournure de la situation. Situation qui ne fait que de s'intensifier tout en devenant de plus en plus magique. Erin me rend mon baiser avec passion et mes bras viennent étreindre son corps amoureusement. Ses paroles, aussi douces que ses caresses, provoquent une explosion dans ma poitrine. Je me mords la langue, soutenant son regard encore une fois, les yeux traduisant le fond de ma pensée, mais souhaitant tout de même l'exprimer avec des mots. « Et je t'aime, Erin Lylou Blake. Vraiment. » Je me penche pour mieux l'embrasser, profite de nos retrouvailles jusqu'à perdre haleine. « Je veux qu'on soit ensemble, Erin. Je ne veux plus qu'on se sépare. J'aime ta présence, j'aime ton amitié, j'aime tout ce que tu m'offres… » Mes mains se baladent sur le corps de la rousse et je sais qu'il faut que je m'arrête, que je me ressaisisse, peu importe à quel point c'est difficile. Je ne veux pas gâcher ce moment en allant trop loin, mais je ne peux pas rester insensible aux charmes de la jeune femme. Clairement, je ne suis qu'un homme. « Tu m'as tellement manqué. Tes lèvres, ton nez, ton sourire, ton regard… » mon index se balade sur son visage, passe sur chaque partie de son corps que je cite. Comme possédé, je l'embrasse encore une fois. « Je ne ferai plus la même erreur, Erin. Je te le promets. » Traduction : je ne te quitterai plus. La vie sans toi est trop difficile. Elle est invivable, même. Je t'aime, Erin.

Le dire à voix haute change tout. J'ai la sensation d'être plus léger, comme si tout ce que je ressens pour la jeune femme ne pèse plus sur ma poitrine. J'ai dit ce que j'avais à dire. J'aurais pu poursuivre, bien sûr. Je peux encore poursuivre, mais j'attends une réaction de la part de la demoiselle. J'attends de voir si elle est prête, elle aussi, à retenter l'expérience. Je prends ses mains dans les miennes et je me pince les lèvres.
Je ne pense pas que Fiona risque de rentrer ce soir, mais dans le doute, je préfère ne pas être interrompu pendant cette conversation aussi importante. Je m'éclaircis la gorge et j'offre un sourire à la comédienne.  « Ça ne te dérange pas, si on monte ? » Je sais que les deux jeunes femmes s'entendent très bien - elles se sont rencontrées à plusieurs reprises quand nous étions encore ensemble et qu'Erin passait la nuit à la maison. Aussi, elle comprendra que je n'ai pas envie que Fiona assiste à nos retrouvailles si l'envie lui prenait de rentrer à la maison. Qui pourrait la blâmer ? C'est encore chez elle. Je ne peux décemment rien dire. Autant s'éclipser à l'étage si nous voulons avoir une conversation plus sérieuse sur notre avenir, si nous voulons nous retrouver dignement.  
Revenir en haut Aller en bas
Erin L. Blake
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Erin L. Blake

TON PSEUDO : worst.
TES DOUBLES : sam, liam & daniel.
TON AVATAR : sophie wonderful skelton.
TES CRÉDITS : schysophrenic & confusion tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 410
POINTS : 816
ARRIVÉE À TENBY : 08/03/2019
when you're with me, my future's there (Erin) Tumblr_px60mjpNdt1xw38d0o2_r1_540
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt six belles années. (01/03/94)
CÔTÉ COEUR : me and my broken heart.
PROFESSION : comédienne, la passion du théâtre est dévorante.
REPUTATION : il est difficile de la suivre, la petite erin. elle veut new york, elle n'en veut plus ... pareil pour son petit copain. elle semble malgré tout malheureuse pour l'instant, j'espère qu'elle ira vite mieux.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
when you're with me, my future's there (Erin) Empty
MessageSujet: Re: when you're with me, my future's there (Erin) when you're with me, my future's there (Erin) EmptyMer 22 Avr - 0:59


jesse & erin
the best and most beautiful things
in the world cannot be seen or
even touched. they must be felt with the heart


Je ne m’étais pas fait d’idées. J’étais persuadée, dès que j’ai passé le pas de cette porte, que tous les signes que je voyais, que je comprenais, n’était que le fruit de mon imagination. J’en suis même venu à trouver un stratagème pour essayer de comprendre ce qui se passait. J’étais loin de m’imaginer le résultat. J’ai toujours été l’impulsive des deux, je ne pensais pas qu’il ferait le premier pas et m’embrasserais. Il ne m’en fallait pas plus pour me jeter dans ses bras à mon tour, lui disant avec tout mon cœur et tout mon courage les mots que j’aurais du lui dire dès que je l’ai revu. Je t’aime. Fais attention, je pourrais m’habituer à ce genre de déclaration. Je souris, je souris sincèrement. Je crois que ça ne m’était plus arrivé depuis bien longtemps, bien avant notre rupture. Mais au Diable toutes ces horreurs, j’envoie bouler les merdes de notre passé pour me concentrer entièrement sur mon futur. Notre futur. Jesse Griffiths, tu es un rêve éveillé. Ses mots se baladent sur mon corps de la même manière que ses mains.  J’ai l’impression que je peux mourir à chaque geste, parce que je mourais heureuse et sur un petit nuage. Tout est bon, tellement bon, mais ses lèvres, c’est encore un autre niveau. Douceur et tendresse, avec un soupçon de passion. Je n’ai juste pas envie de l’avoir près de moi pour toujours, j’ai besoin de lui. Je crois que je vais éviter de lister tout ce qui m’a manqué chez toi, on en aurait pour des heures. Je recule légèrement pour pouvoir dire ça, caressant son torse avec douceur. Mais je manque totalement de self control et me penche à nouveau pour l’embrasser. Je t'aime … Je t’aime … Je t’aime. finis-je par dire, d’abord au creux de son oreille, ensuite sur les parcelles de sa douce peau. Je suis surprise quand il finit par nous interrompre pour me proposer de monter, des idées folles fusent de nouveau tandis que je fais au mieux pour me remettre la tête en place. J’hésite mais je finis par acquiescer. Je prends même les devants, sa main, et l’emmène avec moi.

J’ai du mal à contrôler mes hormones dans les escaliers ou mon excitation. J’ai aujourd’hui tout ce que je voulais, une belle carrière, un retour dans ma ville, un frère extraordinaire et l’amour de ma vie. Parce que je suis aussi sérieuse que lui, je ne le quitterais jamais. Tu sais que je respecte tes convictions ... dis-je entre deux baisers, rentrant dans sa chambre. Je connais toujours le chemin par cœur, où tout se trouve. Je l’emmène jusque son lit et le pousse à s’asseoir. Mais je tiens quand même à te montrer tout l’amour que j’ai pour toi. Je recule et j’improvise. Je commence à baisser les brides de ma robe quand je remarque un tas de papier éparpillé sur une partie de son lit. Et peu importe l’exactitude du plan que j’ai, je vais avoir besoin des deux places. Tu devrais t’acheter un bureau. dis-je en rigolant. On risque d’avoir besoin de place, je veux tous ces papiers loin de nous. Sauf qu’en m’approchant du tas, il y en a un en particulier qui m’attire. Un papier de laboratoire. Au début je panique, parce que je me dis qui lui est arrivé quelque chose et je ne veux pas le perdre alors que je viens de le retrouver. Mais la vérité est encore pire que ce que je pensais. Ce petit papier m’a attiré dans ce tas, ça devait forcément être un signe. Quand je lis les résultats d’un test de maladies sexuellement transmissibles, je me réjouis. Je me réjouis parce que je me dis qu’il a voulu me faire une surprise et qu’il s’est assuré de tout. La réalité revient comme une gifle quand je me rappelle de ce qu’il en est vraiment, de son vœu. Car Dieu sait combien de fois j’ai voulu de lui, j’ai arrêté de compter, et Dieu seulement sait la volonté que j’ai utilisé pour ne pas craquer, ou même fuir. Mais qu’est-ce que ? demandais-je, bêtement. Bêtement parce que je sais ce qui se passe au fin fond de moi mais je n’ai pas envie de le voir. Je ne veux pas voir cette douloureuse vérité qui est en train de me briser le cœur en milliers de morceaux. Jesse. Dis moi que ce n’est pas ce que je crois. Je lève enfin les yeux vers lui, mais je ne suis pas capable de le regarder. La vérité arrive enfin à mon cerveau tandis que mon cœur est déjà brisé. Je suis loin du fait d’être triste parce qu’il a couché avec une autre quand de mon coté, j’ai profité aussi. Je me sens trahie parce que je l’ai respecté, j’ai respecté ses convictions et j’étais prête à attendre un potentiel mariage … Toutes ces fois où je le prenais pour l’homme parfait et que j’avais envie de lui prouver mon amour de façon intime … Et lui est aller le faire avec une autre. Oh mon Dieu ... Je lâche le papier et recule, mes mains sur ma bouche, le regard vide. Je me répète que ce n’est pas le point de vue pratique qui me gène, nous étions séparés, mais c’est tout le reste. Je n’étais pas assez bien pour lui, je n’étais pas cette fille extraordinaire, belle, intelligente ou je ne sais quoi, qui lui a fais envoyé son serment en l’air. Après tout ce qu’on a vécu, avec ces véritables retrouvailles, je n’aurais jamais cru pouvoir finir aussi bas. J’aime ce type autant que je le déteste et ce soir, ça va finir par me tuer.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    † The saddest thing about falling in love is that sooner or later something will go wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

when you're with me, my future's there (Erin) Empty
MessageSujet: Re: when you're with me, my future's there (Erin) when you're with me, my future's there (Erin) EmptyDim 26 Avr - 15:24

We get carried away in emotions
We get lost in each other's eyes
And we forget what we regret
As we cast our fears aside


Tout se passe pour le mieux, rien ne pourrait entacher cette soirée parfaite que je passe avec la fille que j'aime et que je peux arrêter de qualifier comme étant mon "ex petite-amie". Il n'y a plus d'ex, dans l'histoire. Elle est ma petite-amie et je l'aime profondément. Ces retrouvailles sont naturelles. Embrasser les lèvres d'Erin Blake est pareil au plus délicieux retour au bercail. Entendre sa voix mélodieuse susurrer ces mots d'amour qui me sont destinés réchauffent mon coeur comme rien d'autre ne peut le faire. Le bonheur… Pour la première fois depuis bien longtemps, j'ai l'impression d'avoir le bonheur au coeur des mains et je compte bien en savourer chaque seconde. Nous montons à l'étage avec quelques difficultés pour se lâcher l'un l'autre et nous arrivons dans ma chambre où nous sommes entièrement libres. Même si Fiona ne comptait pas rentrer à la maison ce soir, je me sens quand même mieux à l'idée de fricoter avec ma petite-amie dans ma chambre, plutôt que de prendre le risque de nous faire surprendre par ma colocataire si ses plans changeaient. Sans compter que les deux jeunes femmes voudraient probablement parler entre elles, se retrouver elles aussi… Or, je veux garder Erin pour moi, ce soir. Je veux l'embrasser encore et encore, lui parler, lui faire comprendre à quel point elle m'a manquée.  

Hélas, le bonheur ne dure jamais très longtemps et dans la précipitation, j'ai oublié un détail très important. En entrant dans ma chambre, Erin remarque mon bordel organisé, caractéristique de ma petite personne, mais le pire était à venir. Heureusement, j'ai profité de ces quelques minutes d'euphorie comme un prisonnier profite de ses premières bouffées d'air frais lors de sa libération. Je me retourne pour voir où le regard de la jeune femme se dirige et je deviens livide. J'oublie de respirer. Non… Pourquoi ai-je fait ça ? Je reste bouche bée, le temps qu'elle attrape le papier et même si j'aimerais le lui retirer des mains, je sais que ça ne sert à rien. Je veux être honnête avec Erin. Elle a le droit de savoir ce que j'ai fait et je ne comptais en aucun cas lui cacher quelque chose d'aussi important. Toutefois, je ne comptais pas non plus aborder le sujet le jour de nos retrouvailles. Je déglutis, me souviens qu'il faut inspirer par le nez puis exprimer. Respirer. « Erin… Je… » Mais la tristesse sur son visage me rappelle à quel point j'ai merdé. C'était une erreur de coucher avec Keelin, je l'ai su à l'instant où nous avions terminé. C'était la douleur de la rupture, mes échecs professionnels et une euphorie liée à l'alcool que j'avais ingurgité ce soir-là qui m'a poussé à l'embrasser et à lui proposer de me raccompagner chez moi. « J'ai… J'ai merdé. Je le sais. Tu n'imagines pas comment je regrette ce qu'il s'est passé. C'était… » Et là, je ne sais plus quoi dire. Est-ce que je dois évoquer les détails ? Sachant que ça risque de la blesser ? Ou dois-je attendre qu'elle me pose des questions ? Le doute s'insuffle en moi et j'ai trop peur qu'elle s'en aille sans demander son reste alors j'ouvre la bouche et je ne suis plus capable de m'arrêter... Pitié, faites qu'elle ne me demande pas l'identité de la femme en question. « C'était l'histoire d'un soir, seulement. J'avais beaucoup trop bu, je ne savais plus ce que je faisais. Je… Je… Tu étais à l'autre bout du monde, tu me manquais, je venais de me faire virer d'un projet qui me tenait à coeur au boulot… Je… Je déprimais et… Et je ne sais pas. Je me suis retrouvé au pub et j'ai trop bu et… Elle était là, et… Je suis désolé. » Je me pince les lèvres, presque au bord des larmes. Je ne veux pas perdre ma petite-amie alors que je viens tout juste de la retrouver. Je l'aime et elle est la seule qui compte. « C'était une erreur, Erin. Une erreur que je n'arrive pas à me pardonner. Je n'ai jamais voulu te faire de mal… » Et dire que pendant toute la période où nous formions un couple, nous prenions sur nous pour ne pas craquer, pour respecter mes convictions et ma religion. J'avais déjà couché avec des filles : trois, au total, quand j'étais en études et à chaque fois, c'était après des mois de relation, alors que je pensais qu'il s'agissait de la bonne… Il s'était avéré que ce n'était jamais le cas et nous finissions par rompre. C'est pour cette raison que je n'avais pas voulu franchir le cap avec Erin, parce que la prochaine femme avec laquelle je coucherais serais ma femme… Là aussi, je m'étais fourvoyé. « S'il te plait… Excuse-moi, Erin. Je suis vraiment, vraiment désolé. Je t'aime. Je t'aime tellement… »
Revenir en haut Aller en bas
Erin L. Blake
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Erin L. Blake

TON PSEUDO : worst.
TES DOUBLES : sam, liam & daniel.
TON AVATAR : sophie wonderful skelton.
TES CRÉDITS : schysophrenic & confusion tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 410
POINTS : 816
ARRIVÉE À TENBY : 08/03/2019
when you're with me, my future's there (Erin) Tumblr_px60mjpNdt1xw38d0o2_r1_540
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt six belles années. (01/03/94)
CÔTÉ COEUR : me and my broken heart.
PROFESSION : comédienne, la passion du théâtre est dévorante.
REPUTATION : il est difficile de la suivre, la petite erin. elle veut new york, elle n'en veut plus ... pareil pour son petit copain. elle semble malgré tout malheureuse pour l'instant, j'espère qu'elle ira vite mieux.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
when you're with me, my future's there (Erin) Empty
MessageSujet: Re: when you're with me, my future's there (Erin) when you're with me, my future's there (Erin) EmptySam 2 Mai - 1:41


jesse & erin
the best and most beautiful things
in the world cannot be seen or
even touched. they must be felt with the heart


Quand j’ai lâché ce papier, j’étais persuadé que j’allais me réveillé. Ou dans un autre cas, j’espérais qu’il se lève, me prenne dans ses bras et me dise que c’était une surprise, une précaution pour notre avenir. Mais on est loin de ces putains de comédies à l’eau de rose où tout est parfait. Si je me doutais de ce qu’il s’était passé en mon absence, la confirmation est déchirante. MAIS T’AS VRAIMENT COUCHE AVEC UNE FILLE EN FAIT. Je hurle, lâche mes tripes alors que mon cœur est en train de se briser en milles morceaux. Un pas vers l’arrière, une nouvelle distance mise entre nous. J’aurais bien voulu avoir quelque chose à balancer ou à taper. Putain. Frustration, colère face à ce qui m’arrive. Tout allait mieux, il fallait bien qu’une merde se mêle à l’équation. Puis j’aurais vraiment voulu me défouler sur quelque chose. Il enchaîne les excuses, les explications, me répète que c’est une erreur, qu’il ne voulait pas me faire du mal. Trop tard. J’en ai rien à faire de tes excuses ou de tes remords. Ça ne va rien changer, c’est trop tard. On s’excuse quand des paroles ont dépassées notre pensée, pas quand on a fait une connerie et que c’est impossible de revenir en arrière. Je n’aime pas la fragilité, j’aime encore moins me sentir fragile devant lui en ce moment ; une partie de moi veut le prendre dans mes bras pour dire que tout va bien, devenant la pauvre idiote qui va encore attendre pour rien. J’ai patiemment attendu de pouvoir te montrer tout l’amour que je te portais. J’ai supporté les regards et les remarques de tes parents. Ton père, n’en parlons même pas. J’ai été triste, frustrée, énervée, mais j’arrivais à passer au dessus de tout parce que je t’aimais et parce que je me disais que le résultat, après toutes ces attentes et émotions, serait le plus extraordinaire au monde. C’est typique. Il fallait que tout sorte, que je lui retape à la figure tout ce que j’ai fait pour lui. Au fond c’est comme les excuses, ça ne fait pas avancer la conversation et ça fait plus de mal qu’autre chose. Ma vie tournait autour de toi. finis-je par dire. Surtout une conclusion pour moi même, une explication qui m’aiderait à comprendre mon état. Travail fait à un dixième.

Je lève les mains vers mon visage et me rends compte que les larmes ont coulées, largement coulées. Mon cauchemar éveillé, j’aurais au moins voulu me montrer assez forte histoire de sortir la tête haute de tout ça. J’ai envie de lui pardonner mais je n’y arrive pas. J’ai besoin de temps, j’ai besoin de temps parce qu’à mes cotés, j’ai besoin de quelqu’un qui me fait sentir extraordinaire et à part, mais là j’en suis loin. Moi aussi, moi aussi je t’aime tellement et c’est pour ça que ça fait si mal. C’est lui qui m’a fait grandir, qui m’a fait voir une vie que je n’imaginais jamais avoir. Je ne compte plus les jours, les mois, les années où j’ai craqué pour cet homme que je pensais merveilleux, malgré tous ces petits détails qui me gène. Je l’aime tellement, mais je ne suis pas encore capable de laisser couler comme si rien n’était. Je n’espérais pas que tu restes sans rien faire ou sans rencontrer personne, mais ça ... Je me suis faite des films pendant un an, des films où il rencontre cette femme parfaite et qu’il fonde cette famille dont il a toujours voulu. C’était d’ailleurs ma grande angoisse quand j’ai décidé de revenir à Tenby, je me suis mentalement préparé à affronter le fait de le voir vivre sa petite vie parfaite. Heureusement, de ce point de vue là, je m’étais trompé. Ou presque. Je ne sais même plus quoi dire. Mes mains quittent enfin mon visage pour descendre plus bas. J’aurais aimé avoir des poches pour cacher ces tremblements mais je n’ai rien. Je recule jusqu’à la porte, me prends même la poignée dans le bas du dos. Merde. Je finis par m’accroupir, laissant mon regard dans le vide. C’est qui, c’est qui cette fille ? Cette miss parfaite, sûrement en tous points. Celle qui t’as fait chavirer, grimper au ciel. Celle pour qui tu as rompu ton serment, celle qui me fait sentir comme une moins que rien. Comparaison ? Sûrement, mais c’est la pire de toutes les idées. La féministe en moi se rappelle que j’aime penser qu’on est toutes différentes et belles à notre façon et qu’il n’y a pas de comparaison à faire. Sauf que là, c’est presque impossible pour moi de ne pas me poser la question. Je ne veux pas devenir cette fille, je ne le voudrais jamais. Il faut juste que je comprenne ce qui va chez elle et qui cloche chez moi. En fin de compte, si j’ai besoin de tout ça, c’est juste pour me faire un peu plus de mal. Je ne suis plus sur ça. J’ai besoin d’air. finis-je par dire, me dirigeant vers la fenêtre. Inspire, expire. Inspire, expire. Sinon, c’est la crise d’angoisse.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    † The saddest thing about falling in love is that sooner or later something will go wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

when you're with me, my future's there (Erin) Empty
MessageSujet: Re: when you're with me, my future's there (Erin) when you're with me, my future's there (Erin) Empty

Revenir en haut Aller en bas

when you're with me, my future's there (Erin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ✿ ::  :: RP abandonnés-