AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
♣ Bienvenue sur Whispers Down The Lane ! L’intrigue du forum se situe à Tenby, petit village gallois où il fait bon vivre et où les rumeurs font le délice des habitants. Mais ne vous fiez pas aux apparences : ici, tout le monde est bienvenu ! L’esprit du forum, c’est convivialité, détente, et un peu de drama aussi ! Nous acceptons tous les personnages, et n’exigeons aucun minimum de rp par mois. On attend plus que vous !
Tenby, février 2020
5°C/11°C ♣ L'hiver est bien installé, et Tenby le subit de plein fouet. Il y a même eu un peu de neige, même si elle n'a pas tenu bien longtemps. Ce qui est sûr, c'est que le vent et la pluie sont partis pour durer, et qu'il va encore faire froid un moment.
♣ Avez-vous entendu ? Dimka Vassilievitch a été libéré de l’hôpital psychiatrique, où il avait été interné à cause de sa schizophrénie. Ce n’est pas rassurant de le savoir en ville, non ? Je me demande ce qu’il faut faire…Venez donner votre avis ici.
-53%
Le deal à ne pas rater :
GACHI Batterie Externe 26800mAh
24.94 € 52.99 €
Voir le deal

Partagez

i suppose it will all make sense someday. (lula)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Sam B. Martins

TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : all souls & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, thomas)
RAGOTS PARTAGÉS : 5209
POINTS : 7620
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
i suppose it will all make sense someday. (lula) Tumblr_inline_o5rzwpxqu01rifr4k_500
ÂGE DU PERSONNAGE : 31ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date, puceau en secret.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
i suppose it will all make sense someday. (lula) Empty
MessageSujet: i suppose it will all make sense someday. (lula) i suppose it will all make sense someday. (lula) EmptySam 11 Jan - 23:39


lula & sam
i think a part of me will
always be waiting for you.


Love, like everything else in life, should be a discovery, an adventure, and like most adventures, you don’t know you’re having one until you’re right in the middle of it. Je n’aurais jamais cru que l’avenir me réserverait un pareil destin. J’ai vécu tellement de choses avec le temps, tellement d’aventure, mais j’ignorais que la plus grande serait celle que je vis maintenant. J’avais imaginé perdre ma virginité de la même manière que tous les ados ; pendant une belle soirée, avec des bougies partout et la femme avec qui je pourrais imaginer avoir un futur. Mais ce qu’on imagine, ce n’est pas toujours la réalité. En travaillant pour Lula Landry je me suis imaginé que je vivrais ma petite vie tranquille de garde du corps en supportant les caprices de Cruella de temps à autre … Puis je me suis retrouvé piégé par mes propres sentiments et j’ai fini par sauté le pas avec elle. Encore une autre preuve qu’il existe un énorme pas entre la réalité et l’imagination.
Ça ne devait être que l’histoire d’une fois. Lula avait mis les choses au clair en me disant que nous en resterions là sinon. J’avais mis mes potentiels sentiments de coté pour profiter, pour vivre la nouvelle aventure que la vie me réservait. Je crois que c’était la plus belle nuit de toute ma vie, bien meilleure que celle où j’avais sauvé toute mon équipe en abattant un groupe terroriste qui s’apprêtait à les tuer. Il se trouve que la Landry, après avoir digéré le fait que je sois puceau, a été une excellente professeur … Enfin, je crois. Cette nuit se répète de plus en plus souvent et à chaque fois, on se dit c’est la dernière fois. Ça se passe chez elle la plupart du temps, parfois ailleurs. Moi j’apprends et je continuerais d’apprendre jusqu’à ce qu’elle finisse par se refuser à moi pour de bon. Peut être le jour où je lui dirais que j’hésite, que je n’arrive pas à savoir si je suis vraiment en train de tomber amoureux d’elle, ou simplement en admiration parce qu’elle a été ma première. Je suppose que je verrais

La vie a malgré tout repris son court habituel. J’arrivais facilement à faire la part des choses et du coté de la guitariste, je trouvais ça mitigé; mais elle m’a toujours défendue et respectée, ce que j’apprécie fortement. Avec les fêtes, le travail s’est allégé et on se voyait moins. J’avais fais quelques courses de Noël et pendant celles ci, j’avais trouvé un petit cadeau pour la jeune femme. Je l’avais appelé Cruella un jour et ça m’était resté parce que ce jour là, j’avais créer dans ma tête un mélange entre Cruella et Maléfique qui lui allait à merveille. C’était bien avant de la connaître mais je ne sais pas, en voyant ce collier dans la vitrine, je me suis dis que ce serait marrant de lui offrir. Elle dirait peut être enfin que je peux être drôle et de mon coté, j’aurais fais un cadeau sympa à quelqu’un qui a déjà tout ce qu’il veut. Je lui avais envoyé un sms pour qu’elle vienne et après un échange particulier, on s’était mis d’accord pour ce soir. Je lui ai donné mon adresse ce matin et maintenant la voilà. Tu veux boire quelque chose ? lui demandais-je en l’amenant vers mon salon. On s’est vu il n’y a pas longtemps mais elle m’a manqué, beaucoup manqué. Après les chipoteries habituelles, je vais chercher la petite boite dont je lui ai parlé par sms. Tiens, c’est une petite bêtise, mais elle m’a faite pensé à toi. Je lui tends une petite boite emballée et je m’installe dans le fauteuil, juste à coté d’elle. Ce n’est pas la meilleure façon d’offrir un cadeau mais ce n’est pas nouveau, les interactions sociales, ce n’est pas spécialement mon truc. Je ne suis pas très doué pour faire des cadeaux et je ne savais pas ce que je pouvais offrir … A quelqu’un qui a tout. Je la regarde déballer la petite boite. Je parle beaucoup trop, pendant qu’elle déballe la petite boite. J’aimerais savoir pourquoi je stresse autant, mais je pense que j’ai ma petite idée. Le collier apparaît devant nos yeux. Ça te plaît ? finis-je par lui demander, le cœur battant à la chamade. Vu que ça tarde, je me gifle mentalement ; je me dis que je ne suis qu’un débile, que c’est désespérant de me voir offrir un cadeau et que surtout, il faut que je reste à mes standards de distance. Bien joué Sam, bien joué.



AVENGEDINCHAINS

_________________


    thinkin' about you ♒︎ can't help but wondering if this is the last time that I'll see your face. is it tears or just the fucking rain? wish I could say something ... something that doesn't sound insane, but lately I don't trust my brain. you tell me I won't ever change, so I just say nothing. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Lula Landry

TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : © blood eagle (avatar) & anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres (2/3)
En cours : Sam -
RAGOTS PARTAGÉS : 943
POINTS : 2312
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
i suppose it will all make sense someday. (lula) Tumblr_on8kydHU1Q1rv6gg3o8_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
i suppose it will all make sense someday. (lula) Empty
MessageSujet: Re: i suppose it will all make sense someday. (lula) i suppose it will all make sense someday. (lula) EmptyDim 12 Jan - 19:20

Heartbeats fast
Colors and promises
How to be brave
How can I love
when I’m afraid to fall

Suite aux SMS de Sam, Lula repose son téléphone, pensive. Les fêtes avaient été un tourbillon. Même si elle avait tenu à passer le réveillon avec Liam, en l’honneur de leur nouvelle tradition, elle avait quand même dû aller à Londres chez ses parents puis revenir à Tenby pour fêter la nouvelle année et l’anniversaire de Max dans la foulée. Tout cela, ajouté à quelques menues obligations professionnelles, avait fait qu’elle avait souvent été entre deux avions ou taxis et pas longtemps au même endroit. Du coup, elle n’avait pas beaucoup sollicité son garde du corps durant cette période et maintenant, il se rappelait à son bon souvenir… Elle n’allait pas le nier, les SMS de Sam venaient de sérieusement l’angoisser. Une invitation plus un cadeau, ce n’était pas anodin. Ça ressemblait un peu trop à un truc normal que ferait un couple. Or Sam et Lula n’étaient pas un couple et elle avait clairement insisté sur le fait qu’ils ne devaient pas le devenir. La métisse ne voulait pas se poser, ni trop compliquer les choses dans cette période où elle se sentait si fragile… Malheureusement, elle n’envoyait pas les bons signaux dans ce sens. Si seulement, elle était capable d’arrêter de sauter sur Sam ! Mais non, il agissait comme une drogue sur elle. Il y avait déjà eu la longue période où elle avait tenté de le mettre dans son lit et où il avait résisté, se rendant plus attrayant à ses yeux. Puis il y avait eu la nuit de son anniversaire au mois de juillet. Elle avait pensé que cette nuit là suffirait à la guérir de son désir mais au contraire, elle l’avait exacerbé. Elle lui avait resauté dessus, quelques jours plus tard, après un nouvel après-midi caniculaire au bord de la piscine. Puis un soir, alors qu’il était venu la chercher à une soirée. Puis un autre soir, renonçant même à sortir pour rester avec lui. Et puis progressivement, les après-midis et les soirées, voir même les matinées s’étaient enchaînées, jusqu’à ce qu’il ne soit possible de les compter… Six mois que cela durait mais Lula n’était toujours pas rassasiée de Sam. Le manque d’expérience du brun avait vite été balayé par sa soif d’apprendre. Au contraire des mecs trop sûrs d’eux, il prenait le temps de penser à ce que Lula voulait et ça faisait de lui un amant merveilleux. Elle s’éclatait réellement avec lui. « C’est la dernière fois. » Disait-elle immanquablement en l’attirant à elle.  Mais à chaque fois, elle replongeait ensuite. Elle ne pouvait tout bonnement pas résister.

Aujourd’hui ne fut pas une exception. Elle s’était effectivement rendue chez lui comme il le lui avait demandé même si elle savait au fond d’elle que ce n’était pas une bonne idée. Surtout avec cette histoire de cadeau… Quoique… Peut-être que c’était l’occasion de mettre un peu de barrières ? Parce que oui, Lula gardait l’illusion qu’elle était toujours capable d’en mettre… « Tu veux boire quelque chose ? » Sam l’avait accueillie sans effusions, comme une visiteuse normale, faisant sans doute semblant de trouver les règles bizarres de la métisse parfaitement sensées.   « Je veux bien un whisky si tu as. » Dit-elle en citant le nom de son poison préféré. Une mauvaise entrée en matière car moins elle serait sobre, moins elle serait à même d’être raisonnable mais Lula n’était pas la personne la plus réfléchie du monde… Sam la conduit au salon, et elle rassemble quelques légers souvenirs dans son esprit, de la fois où elle était venue ici complètement déchirée. Elle reconnaissait vaguement les lieux. Elle fait exprès de poser ses yeux partout sauf sur Sam. Les traits de son visage, son sourire, ses beaux yeux, son corps de rêve… Elle ne voulait rien voir qui la tenterait plus que nécessaire... Elle s’installe sur le canapé et il revient quelques instants plus tard, se mettant sur le fauteuil qui fait l’angle pour lui tendre un minuscule paquet. Il semble complètement stressé, et le flot de mots qui sort de sa bouche le reflète bien. « Tiens, c’est une petite bêtise, mais elle m’a faite pensé à toi. Je ne suis pas très doué pour faire des cadeaux et je ne savais pas ce que je pouvais offrir … A quelqu’un qui a tout. » C’est vraiment mignon. Vraiment trop mignon, il avait genre pensé à elle pendant son absence mais Lula repousse cette pensée le plus loin possible.

« Tu n’étais pas obligé de me faire un cadeau tu sais… En plus, maintenant je me sens bête car moi je n’ai rien pour toi. Depuis quand on se fait des cadeaux d’ailleurs ? » Dit-elle, commençant à légèrement casser l'ambiance. Bien sûr, elle aurait pu foncer lui en acheter un après son SMS mais non, elle n’avait pas voulu. Cette idée qu’ils se fassent des cadeaux de Noël l’ennuyait vraiment. Un cadeau spontané, comme ça, ça trahissait une forme d’attachement, qu’on le veuille ou non. Et l’attachement était précisément ce qu’on contre quoi ils devaient lutter… Sauf que le regard de Sam pèse sur elle et qu’elle se sent obligée de déballer le paquet. Elle déchire donc le papier, pour découvrir un écrin et un pendentif à l’intérieur. Bordel, un bijou. Il lui avait acheté un bijou. Elle ferme les yeux. C’était mauvais vraiment mauvais. « Ça te plaît ? » Elle se risque à un bref coup d’œil dans sa direction et ce qu’elle voit l’achève. Il a l’air d’attendre une réaction. Pire, il a l’air d’espérer une certaine réaction. « Un bijou, tu m’as acheté un bijou ? Mais Sam… Tu ne peux pas faire ça. » Dit-elle, disant ce qu’il lui trotte dans la tête. « Comment je suis sensée réagir moi ? Comment je suis sensée l’interpréter ? » Elle ne s’embarrasse plus de faux semblant car l’heure est grave et il n’est plus temps pour l'ambiguïté. « Je suis désolée, je crois que je ne peux pas accepter. » Dit-elle d’un ton ferme, posant le paquet sur la table basse comme s'il contenait un serpent venimeux plutôt qu'un délicat pendentif.

_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA


i suppose it will all make sense someday. (lula) 304124468 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Sam B. Martins

TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : all souls & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, thomas)
RAGOTS PARTAGÉS : 5209
POINTS : 7620
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
i suppose it will all make sense someday. (lula) Tumblr_inline_o5rzwpxqu01rifr4k_500
ÂGE DU PERSONNAGE : 31ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date, puceau en secret.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
i suppose it will all make sense someday. (lula) Empty
MessageSujet: Re: i suppose it will all make sense someday. (lula) i suppose it will all make sense someday. (lula) EmptyMer 15 Jan - 23:48


lula & sam
i think a part of me will
always be waiting for you.


J’ai résister pendant des mois, sans même savoir compter combien exactement. Des mois à faire en sorte de ne pas briser la ligne entre employé et employeur pour que tout se passe bien au boulot. 6 mois que j’ai fini par craquer, par me laisser aller le jour de son anniversaire ; notre comportement n’a pas tellement changé quand j’y pense, mais je ne peux m’empêcher de penser qu’il y a un truc en plus, un truc qui rend le travail plus facile. Capable de gérer mes émotions, j’ai réussi à mettre de coté mes questions, pour elle. Je crois que je dois en avoir une quelque part. Je repense à tout ça pendant que je la laisse rentrer chez moi, je vais dans la cuisine faire des fouilles quand elle me parle de ce qu’elle veut boire. Je ne sais plus qui m’a offert une bouteille pour fêter mon retour mais comme je ne bois pas vraiment, elle était en train de prendre la poussière. Je lui sers son verre et je vais m’installer près d’elle. Je lui donne son cadeau assez vite. Je suis pas très fan de cadeaux, ne te tracasse pas. J’hésite déjà pendant des heures quand je dois m’acheter quelque chose, je n’imagine pas la prise de tête que ça pourrait être pour quelqu’un qui voudrait me faire plaisir. Je n’en sais rien. Je ne me suis pas senti obligé, je me suis dis que ça serait sympa. finis-je par dire, sans trop savoir ce qui est bon ou pas dans ce moments là.

Pourquoi est-ce que j’ai osé penser pendant une seconde que tout pourrait être simple, pour une fois. Rien ne l’a jamais été et ce n’est pas une retraite anticipée qui allait changer ce fait. En soit ce n’est pas grave, rien ne vaut un bon petit obstacle de temps en temps. Le problème, c’est que je suis dans des montagnes russes avec la Landry et ça commence à me fatiguer. Comment ..? Je ne sais pas si je n’arrive pas à parler parce que je ne sais pas quoi dire ou parce que je n’arrive pas à en placer une. Elle continue sa tirade et c’est ridicule. Mais ... Là, c’est juste que je ne sais plus quoi dire. Pourquoi ce besoin de toujours tout interpréter ? Je sais qu’elle avait peur d’une quelconque ambiguïté mais impossible, je suis trop franc pour laisser flotter ça au dessus de nos têtes. Tu ... Non Sam, ce n’est même pas la peine d’essayer de rattraper quelque chose … Elle a plongé dans sa paranoïa, je n’arriverais jamais à la rattraper. Ah. Je croyais être le plus socialement anormal de nous deux, mais il faut croire que nous sommes au même niveau.

Je ris jaune. Je ne sais pas pourquoi j’ai cru que ça te ferait plaisir. En fait, tu aimes les drames, t’aime juste te prendre la tête avec les gens, ce n’est pas possible autrement. C’est que la brune est une femme tellement compliquée que ça devient une épreuve de la comprendre et moi qui ai besoin d’un coup de main avec les femmes de base, il me faudrait carrément un traducteur pour le coup. J’ai eu de l’espoir, je n’aurais jamais du. Tu sais, je ne te demande pas en mariage, c’est juste un collier. C’est ce que je me dis, qu’elle interprète juste mal. Je ne dis pas que je n’ai pas d’idées derrière la tête, juste que je n’y avais pas du tout pensé en l’achetant. Jamais personne ne m’a autant … T’as le don de m’énerver c’est impressionnant. Je grince des dents, serre des points. Si je pouvais, j’irais chercher une de mes armes et j’irais dans un endroit calme pour tirer sur toutes sortes d’objets. C’était la seule chose qui me calmait avant, je devrais peut être m’y remettre. Je ne suis pas une de ces foutus personnes qui cherchent à avoir quelque chose de toi ou je ne sais quoi. Tout ce que je voulais c’est faire plaisir et grâce à toi, je viens de me souvenir de pourquoi je ne cherchais plus à le faire. J’arrive même pas à la regarder en face, partagé entre un sentiment de gène et un sentiment de honte. C’est tout ce que je voulais, faire plaisir ; j’ai compris ces dernières années que j’avais beaucoup pensé à moi sans réfléchir à la difficulté pour mes proches … Alors d’une certaine manière je cherche à me rattraper. Pour Lula ce n’est pas pareil mais bon, j’étais dans l’esprit alors je me suis dis pourquoi pas. Je ne te retiens pas. Tu sais où est la porte. A demain. finis-je par lui dire, sans même prendre la peine de la regarder. Je sors de la pièce et monte à l’étage ; sous les conseils de ma psychologue, j’avais installé dans une des pièces du haut un sac de boxe que je pourrais aller frapper à chaque fois que je pourrais faire une crise. Je n’en fais plus depuis un moment donc j’avais presque oublié son existence … Enfin, jusqu’à aujourd’hui. Je fonce et ne prends pas le temps de mettre les gants, j’ai juste besoin de me défouler un peu, histoire de complètement oublié ce qui vient de se passer.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    thinkin' about you ♒︎ can't help but wondering if this is the last time that I'll see your face. is it tears or just the fucking rain? wish I could say something ... something that doesn't sound insane, but lately I don't trust my brain. you tell me I won't ever change, so I just say nothing. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Lula Landry

TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : © blood eagle (avatar) & anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres (2/3)
En cours : Sam -
RAGOTS PARTAGÉS : 943
POINTS : 2312
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
i suppose it will all make sense someday. (lula) Tumblr_on8kydHU1Q1rv6gg3o8_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
i suppose it will all make sense someday. (lula) Empty
MessageSujet: Re: i suppose it will all make sense someday. (lula) i suppose it will all make sense someday. (lula) EmptyDim 19 Jan - 19:41

Heartbeats fast
Colors and promises
How to be brave
How can I love
when I’m afraid to fall

« Je suis pas très fan de cadeaux, ne te tracasse pas. » Si Lula se tracassait. Et pas qu’un peu. Elle ne sait pas comment bien recevoir ce présent et Sam n’est pas dupe. L’ambiance vire rapidement. Le Martins a l’air désappointé et bientôt, il se met même sur la défensive. « Je n’en sais rien. Je ne me suis pas senti obligé, je me suis dis que ça serait sympa. » Dit-il alors, tentant de minimiser son geste. Comme s’il avait besoin de justifier ce dernier, comme s’il était obligé de plaider sa cause alors qu’à la base, il avait juste voulu faire quelque chose de sympa. C’était là qu’on comprenait à quel point Lula pouvait être chiante… « Franchement, ça me gêne… » Réplique alors la métisse, peu habituée à ne pas exprimer clairement ce qu’elle ressentait. Elle-même n’arrivait pas à bien expliquer pourquoi mais ce cadeau la perturbait. Du coup, ça devient effectivement gênant et après quelques bégaiements, Sam s’anime. « Ah. Je croyais être le plus socialement anormal de nous deux, mais il faut croire que nous sommes au même niveau. » Dit-il sèchement, ne laissant plus aucun doute sur le fait qu’elle avait blessé ses sentiments. Il a d’ailleurs un petit rire désabusé. » Je ne sais pas pourquoi j’ai cru que ça te ferait plaisir. En fait, tu aimes les drames, t’aime juste te prendre la tête avec les gens, ce n’est pas possible autrement. » Ajoute t-il, une légère rougeur montant sur ses joues. Le signe qu’il était en train de s’énerver ? En tout cas, il réussissait bien à entraîner Lula dans son sillage. « Non mais pour qui tu te prends ? A me dire que je suis socialement anormale et que j’aime le drama ? T’es qui pour me juger ? C’est pas parce qu’on couche ensemble que tu as le droit de me dire des trucs comme ça… Ton opinion à la con, je m’en tape, alors tu te la gardes. » Dit-elle, s’échauffant aussi, au risque de malheureusement lui donner raison sur le fait qu’elle était prompte à se prendre la tête avec les gens… Surtout qu’elle mentait, car ce qu’il pensait d’elle comptait mais ça, elle n’allait pas lui avouer alors qu’il venait de se montrer aussi insultant. Il l’avait blessée avec ses remarques, elle n’allait pas le nier. Mais elle aussi, elle allait passer en mode défensive.

« Tu sais, je ne te demande pas en mariage, c’est juste un collier. » Dit-il ensuite. Même s’il exagérait clairement avec cette histoire de demande en mariage, il avait quand même tapé tout près de ce qui dérangeait vraiment. Cependant, elle allait faire preuve de la plus parfaite des mauvaises foi et ne pas le reconnaître. « Encore heureux que tu ne demandes pas en mariage avec ce truc et tes insultes à la noix ! J’ai très bien compris ce que tu pensais de moi, ce n’est pas la peine de m’offrir un collier qui crie « Maléfique » en plus. Tu te rends compte de combien c’est vexant ? » Elle qualifie volontairement son cadeau de « truc » espérant le piquer au vif comme il était en train de le faire avec elle. Car il lui fait tout de suite après une autre belle déclaration. « Jamais personne ne m’a autant … T’as le don de m’énerver c’est impressionnant. » Les lèvres de la métisse se pincent tandis qu’elle fusille le brun du regard. Il n’avait pas osé dire ça quand même ?! « Ben alors je ne vois pas pourquoi tu continues à t’emmerder avec moi alors ! Je ne t’ai rien demandé moi ! Et tu sais quoi ? Toi aussi, tu m’emmerdes !! » Dit-elle de plus en plus vexée et frustrée. La dispute prenait une sale tournure et Lula ne ferait rien pour apaiser les choses. Au contraire, ses pires instincts étaient en train de s’éveiller. Surtout que Sam continue à lui rentrer dedans. « Je ne suis pas une de ces foutus personnes qui cherchent à avoir quelque chose de toi ou je ne sais quoi. Tout ce que je voulais c’est faire plaisir et grâce à toi, je viens de me souvenir de pourquoi je ne cherchais plus à le faire. » Dit-il faisant référence à une des confidences qu’elle lui avait faite à propos des fois où on avait abusé de sa confiance. Elle se serait abstenue si elle avait su qu’il le réutiliserait dans une dispute, pour la mettre face à ses propres contradictions. « Justement, je pensais que tu étais différent, que tu ne compliquerais pas tout. Mais apparemment, c’est trop demandé. Dit-elle bien décidée à ne pas lâcher de terrain. Malheureusement, elle n’est pas la seule.

« Je ne te retiens pas. Tu sais où est la porte. A demain. » Dit-il, décidant tout à coup de mettre fin à la discussion et de la congédier de la plus rude des façons. Grave erreur. Très grave erreur. On ne virait pas Lula Landry de chez soi, au risque de ne jamais pouvoir se remettre des conséquences. Le seul à qui elle avait pardonné cet affront, c’était Max et seulement en raison de leur amitié longue de plusieurs années… Sam venait de franchir un cap très périlleux. « Quoi mais en plus tu oses me mettre dehors ? Mais tu crois que c’est comme ça qu’on traite les gens ? Putain, oui, je vais me casser mais alors là, t’es pas prêt de me revoir. Et non pas à demain, ne t’embête pas surtout pas à venir. » Elle ne sait même pas s’il l’entend, tout occupé à s’enfuir à l’étage, n’attendant même pas de voir si elle va effectivement partir. « T’es qu’un putain de lâche ! » Hurle t-elle donc, espérant se faire entendre. Elle attrape le verre de whisky qu’il avait posé devant elle et le lance de toutes ses forces contre un des quatre murs, laissant libre cours à la rage qui l’animait désormais. Puis elle reprend son manteau et ressort de la maison, non sans avoir claqué bruyamment la porte derrière elle. Elle fait quelques mètres dans le jardin mal éclairé puis dans la rue, essayant de voir si elle pouvait s’orienter dans ce quartier qu’elle ne connaissait pas.


_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA


i suppose it will all make sense someday. (lula) 304124468 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Sam B. Martins

TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : all souls & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, thomas)
RAGOTS PARTAGÉS : 5209
POINTS : 7620
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
i suppose it will all make sense someday. (lula) Tumblr_inline_o5rzwpxqu01rifr4k_500
ÂGE DU PERSONNAGE : 31ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date, puceau en secret.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
i suppose it will all make sense someday. (lula) Empty
MessageSujet: Re: i suppose it will all make sense someday. (lula) i suppose it will all make sense someday. (lula) EmptyLun 20 Jan - 18:42


lula & sam
i think a part of me will
always be waiting for you.


Le seul danger de l'amitié est qu'elle prenne fin. Bien que sauvage, c'est une plante fragile. La moindre déloyauté, même inconsciente, suffit à la vicier. L'ami doit savoir que les défauts qu'il remarque chez son ami attirent les siens. Est-ce moi l’ami déloyal et inconscient ? Est-ce moi l’ami qui suis incapable d’être correct par rapport à nos défauts ? Non, ce n’est rien de tout ça … Parce qu’il faudrait dire, alors, que nous étions amis, avec Lula. Et aujourd’hui, j’ai la preuve que nous ne l’avons jamais été. Je l’avais pris pour quelqu’un de sympa, une espèce de prof, mais pour elle je n’ai toujours été que son employé. L’employé avec qui elle couche maintenant. Qu’elle soit gênée de recevoir un cadeau passe encore, qu’elle me le renvoie à la figure me met hors de moi. Et la jeune femme n’arrange rien avec ses réponses. Je ne te juge pas, je constate. J’ai toujours été loin des jugements, je ne pourrais jamais me le permettre avec mon histoire si particulière. On ne couche pas ensemble, on baise quand l’envie prend à Madame. C’est comme ça que ça va marcher maintenant, tu vas me taper ces conneries à la figure dès que je vais dire quelque chose qui ne te plaît pas ? J’aurais voulu me mettre une main sur la bouche histoire que j’arrête de parler aussi mal. C’est affligeant de voir la manière dont mon vocabulaire a évolué. Je ne suis pas ton jouet, j’ai le droit de parler quand j’en ai envie, surtout chez moi. ajoutais-je sur un ton plus ferme. Je n’ai pas spécialement été gentil, c’est vrai, mais ce n’est pas pour ça que je dois me laisser insulter dans ma propre maison. Je repense à tout ce que je viens de lui dire et je m’énerve tout seul. Pu … Je suis malpoli en plus, je parle comme je ne sais pas quoi à cause de toi. finis-je par lui crier, passant désespérément les mains sur mon visage.

Je ne te demande pas en mariage ... Mais ce n’est pas possible de lâcher autant de bêtises en si peu de minutes. Ce n’est pas ça qui lui fait peur, même si je serais curieux de voir sa tête si je le faisais pour de vrai. Non, elle croit que c’est une demande d’engagement, que je ne respecte pas ce qu’elle a dit, que j’en veuille plus. J’ai bien compris, mais ça vole tellement dans tous les sens que je ne suis plus capable de calmer la situation. Pourtant, il suffit que tu te fasses pousser des cornes et tu n’aurais même pas besoin d’un costume. Une nouvelle gifle mentale, je vais sûrement le payer cher ça. Piquer au vif, chacun à son tour. Les mots continuent de sortir, les insultes aussi. Je finis par lui dire que personne ne m’a jamais autant énervé. Moi non plus je ne sais pas, surtout quand tu joue la gamine qui veut toujours le dernier mot. Tu m’emmerdes, non toi tu m’emmerdes … Elle retourne au niveau primaire quand elle cherche à avoir ce qu’elle veut. Je n’en reviens pas de craquer pour une fille pareille, ma tête se demande ce que je peux bien lui trouver … Même si mon cœur sait exactement pourquoi je me bats avec elle. Tout ce cirque pour un malheureux petit cadeau, je n’en reviens pas. Tourner sept fois sa langue dans sa bouche, réfléchir aux conséquences de nos actes et toute une liste de trucs à faire avant d’agir. Une fois, une fois dans ma vie j’oublie de penser et je suis en train de le payer. Et très dur. Ne voulant pas continuer cette discussion à sens unique, je lui indique la porte et monte à l’étage pour enfin être tranquille. Parfait, à jamais alors ! finis-je par lui dire, criant à mon tour.

Un lâche ? Je n’ai jamais été lâche et je ne le serais jamais. Comme quoi elle ne me connaît pas si bien non plus. J’abandonne juste parce que j’ai compris que c’était une cause perdue ; je continue de penser qu’un petit cadeau ne fait pas de mal, elle continue de penser que c’est la pire chose qui pouvait lui arriver. Et si ce collier n’était pas si innocent ..? Non Sam, ce n’est pas le moment. Et toi tu n’es qu’une folle ! hurlais-je à mon tour, montant dans les escaliers. Je vais me défouler un peu, taper dans un sac que j’avais installé pour pouvoir me déstresser et ça marche … Une demi seconde. J’entends du verre se briser et le rouge me monte aux joues, de colère. Je descends, déterminé à lui expliquer que la politesse veut qu’on laisse les affaires des gens en place, même quand nous sommes en colère. Je la suis dans mon jardin, difficile de manquer sa sortie quand elle claque aussi fort la porte. Je ne sais pas si elle se rend compte qu’en colère comme je suis, je pourrais carrément la tuer. On n’attaque pas un ancien militaire de la sorte, on ne sait jamais ce que ça peut donner. Non, non. Tu viens avec moi. Je l’attrape par le bras, sûrement trop fort, et je l’oblige à me suivre pour que nous rentrions. Arrête de te débattre, on sait tout les deux que tu finiras à l’intérieur de toutes façons. ajoutais-je, tandis que je la sentais se tortiller pour s’échapper. Je ne la regarde même pas, je n’en ai pas envie ; autant parce que j’ai peur de ce que mon visage pourrait exprimer, autant parce que j’ai peur de craquer et de la laisser partir simplement parce que l’idée de lui faire peur me rend malade. Nous rentrons et je claque la porte derrière nous, à mon tour. Je vais dans la cuisine me chercher un verre d’eau. Je ne suis pas un de tes exs maris, t’as pas à tout casser chez moi simplement parce que t’es énervée. Eux peuvent l’accepter parce que pendant un moment, ils ont jurés sur pour le meilleur et pour le pire. Je n’ai pas signé pour ça moi alors non, je ne suis pas d’accord. Puis je n’ai pas beaucoup d’affaires alors bon, j’y tiens un minimum. Bon. Je réfléchis, le regard un peu perdu. Je me demande, pendant un moment, pourquoi je suis allé la rechercher. J’aurais du la laisser partir et ne jamais la revoir, ma vie n’aurait été que plus facile. Mais je ne pouvais pas m’y résoudre. Il faut calmer le jeu, en fait et je suis le seul capable de faire le premier pas. Je n’aurais pas du te traiter de socialement anormale ou fan de drames. Ni te saisir de la sorte. finis-je par dire, osant enfin regarder la brune.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    thinkin' about you ♒︎ can't help but wondering if this is the last time that I'll see your face. is it tears or just the fucking rain? wish I could say something ... something that doesn't sound insane, but lately I don't trust my brain. you tell me I won't ever change, so I just say nothing. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Lula Landry

TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : © blood eagle (avatar) & anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres (2/3)
En cours : Sam -
RAGOTS PARTAGÉS : 943
POINTS : 2312
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
i suppose it will all make sense someday. (lula) Tumblr_on8kydHU1Q1rv6gg3o8_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
i suppose it will all make sense someday. (lula) Empty
MessageSujet: Re: i suppose it will all make sense someday. (lula) i suppose it will all make sense someday. (lula) EmptyVen 24 Jan - 17:42

Heartbeats fast
Colors and promises
How to be brave
How can I love
when I’m afraid to fall

« On ne couche pas ensemble, on baise quand l’envie prend à Madame. »
« Je ne suis pas ton jouet, j’ai le droit de parler quand j’en ai envie. »
« Tu joue la gamine qui veut toujours le dernier mot. »
« Pourtant, il suffit que tu te fasses pousser des cornes et tu n’aurais même pas besoin d’un costume. »
« Et toi tu n’es qu’une folle ! »


Les reproches les plus virulents de Sam tournent en boucle dans la tête de Lula, s’y imprimant au fer rouge. Gamine, folle… Des mots destinés à la rabaisser, qui s’ajoutent aux précédents, déjà bien salés et qui la mettent dans une rage folle. Chaque pas qu’elle fait loin de leur auteur est un soulagement, une véritable fuite organisée destinée à apaiser la morsure qu’ils avaient causée… Sauf que des pas font bientôt écho aux siens et elle comprend qu’il la suivie. Mieux entraîné qu’elle, il la rattrape d’ailleurs sans peine, se saisissant de son bras, sans douceur.   « Non, non. Tu viens avec moi. » Dit-il, la colère perçant toujours sa voix. « Putain lâche-moi où je hurle ! » Dit-elle sur un ton identique, essayant de dégager de son étreinte. Hélas, il avait déjà anticipé une telle réaction de sa part. A croire qu’il connaissait chaque réaction de la gamine puérile qu’elle était visiblement à ses yeux… « Arrête de te débattre, on sait tout les deux que tu finiras à l’intérieur de toute façon. » Dit-il donc, d’une voix qui n’appelait aucune négociation. Il démontre d’ailleurs sa résolution, se mettant à la tirer en arrière, en direction de la maison. « Lâche-moi, mais lâche-moi, je te dis. » Elle se tortille, essaye de lui échapper mais c’est une lutte perdue d’avance. Il est bien plus grand et musclé qu’elle, le combat est inégal. Chaque mouvement contraire accentue la torsion qu’elle ressent dans son bras et en accentue la douleur. A contrecœur, elle finit donc par abandonner, ayant l’impression de renier une part d’elle-même en faisant cela. Elle détestait perdre le contrôle ; être soumise à la volonté d’un autre. Or, c’est exactement ce qu’il venait de lui arriver. Et le coupable, c’était Sam et personne d’autre…

Il la traîne à l’intérieur de la maison, claquant la porte de la maison derrière eux. Il s’éloigne en direction de la cuisine et pendant un moment, elle pense à se barrer une seconde fois mais elle est trop sous le choc de ce qu’il vient de se passer, son bras l’élançant et son cœur battant à la chamade. Surtout qu’il se remet à crier des insanités. « Je ne suis pas un de tes ex-maris, t’as pas à tout casser chez moi simplement parce que t’es énervée. » « Je n’ai été mariée qu’une seule fois. Donc je n’ai pas des « ex-maris » Mais peut-être que tu veux ajouter « salope » à tout l’artisanal des charmants mots que tu utilises pour me qualifier ? Enfin pardon, je sais que mon vocabulaire est trop vulgaire pour toi… » Elle n’était pas désolée d’avoir cassé ce verre. Bien au contraire. Elle, elle ne l’avait pas insulté alors que lui avait ouvert les vannes et ne semblait plus capable de les refermer. Pour le coup, ce n’était même pas elle qui était partie comme une furie dans ses escalier mettant fin à la discussion.   « Je te le rembourserai ton putain de verre s’il n’y a que ça pour te faire plaisir. » Dit-elle, voulant continuer à siffler sa rage. Mais quelque chose sonne faux dans sa voix. Un chevrotement, une fêlure. La manière dont il l’avait ramenée de force à l’intérieur l’avait ébranlée, tout autant que tout le bien qu’il semblait penser d’elle. Elle s’adosse à la porte, le regardant revenir vers elle, l’air un peu plus calme.

Elle, elle ne parvient pas à se calmer, la brûlure des larmes sous les paupières. Elle se masse le bras, le regardant toujours avec colère. Mais ce n’est pas la colère de tout à l’heure, celle qui était aussi flamboyante que violente. Non, c’était quelque chose de plus triste, de plus résigné. « Je n’aurais pas du te traiter de socialement anormale ou fan de drames. Ni te saisir de la sorte. » Dit-il alors, l’air un peu perdu tout à coup. Elle secoue la tête, n’acceptant pas ses mots. Elle aurait préféré qu’il dise vraiment qu’il regrettait. Pas qu’il ait l’air vaguement penaud parce qu’il avait enfreint les règles auxquelles il croyait tant. La politesse et le respect des femmes. Mais il était loin ce Sam là… « Non, je ne veux même pas te parler. Ni même avoir le dernier mot. » Cette fois, il ne fuit plus son regard et elle en profite pour planter ses yeux dans le sien. « Je te déteste… » Elle aussi, pouvait utiliser les mots pour le blesser. « Je hais ta façon de me parler. Je hais que tu te comportes comme si on était toujours à l’armée. Je hais tes stupides costumes et la façon dont tu fronces les sourcils dans ton sommeil. Je déteste ta façon de me regarder dans les yeux. Je déteste ce que tu devines de moi sans que j’aie à le dire. Pire que ça, je déteste ta façon d’avoir raison. Je déteste que tu me juges même si tu appelles ça, « constater » parce je déteste le fait que tu ais le pouvoir de me blesser et je déteste ton stupide cadeau. » Dit-elle, de plus en plus agitée. Malheureusement sa diatribe n’était pas aussi blessante qu’elle ne l’aurait voulu. Elle insiste, essayant de se convaincre elle-même. « Oui, je te déteste. » Assène t-elle une nouvelle fois.

_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA


i suppose it will all make sense someday. (lula) 304124468 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Sam B. Martins

TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : all souls & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, thomas)
RAGOTS PARTAGÉS : 5209
POINTS : 7620
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
i suppose it will all make sense someday. (lula) Tumblr_inline_o5rzwpxqu01rifr4k_500
ÂGE DU PERSONNAGE : 31ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date, puceau en secret.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
i suppose it will all make sense someday. (lula) Empty
MessageSujet: Re: i suppose it will all make sense someday. (lula) i suppose it will all make sense someday. (lula) EmptyLun 27 Jan - 0:00


lula & sam
i think a part of me will
always be waiting for you.


Je ne sais pas si je peux comparer cette furiosité à une que j’ai déjà ressentie pendant une de mes missions. Et je ne sais pas si elle se rend compte que c’est dangereux de me mettre en colère de la sorte. En soit, c’est pour rien … On s’est énervé, on s’est envoyé des vacheries, on a hurlé, elle a cassé un verre et voilà, on aurait du s’arrêter là et se retrouver demain comme si rien n’était. Moi et mes principes, moi et mes sentiments, le mélange finira par me perdre totalement. Lula tente de se défendre quand je l’attrape mais c’est peine perdue. Je l’entends me parler d’une oreille, ne fait pas attention à ce qu’elle raconte. Le retour chez moi ne se fait pas en douceur. Excuse moi, mais tu viens encore d’utiliser salope alors que je n’ai rien dit. Je m’étonne même d’être capable de prononcer un mot pareil. Mais c’est vrai, je n’ai rien dit de telle et la voilà en train de me faire passer pour le mauvais, à nouveau. Je l’ai mérité, je veux juste que ça soit pour les bonnes choses. Je m’en fou de mon verre, je te parle de principes là. Oui j’attache une petite importance aux biens matériels parce que je n’en ai pas beaucoup, mais ça se rachète assez facilement. Je me dis même que je pourrais en profiter pour … Je ne sais pas, animer un peu cette maison.  C’est le principe qui me gène, le fait de me prendre pour je ne sais qui et de se permettre des choses que de mon coté, je n’aurais jamais osé faire. J’espère que la brune va le comprendre et ne pas saisir l’occasion pour trouver quelque chose qui cloche encore avec moi. Par contre, la voilà en train de pleurer … Elle tente au mieux de cacher les larmes qui coulent le long de ses joues mais trop tard. C’est là que mon cœur décide de se briser en plusieurs morceaux, honteux d’avoir fait pleurer cette fille pour qui il bat de plus en plus fort depuis un petit moment.

C’est à ce moment là que je me dis qu’il faut calmer le jeu et faire le premier pas. J’ai passé assez de temps à tuer les gens pour pouvoir comprendre l’importance des proches autour de soi. D’un pas léger et tranquille, je me rapproche et tente de faire des excuses. Ce n’est pas terrible, j’ai déjà fait mieux, mais c’est déjà ça. Ce serait bien la première fois. Je tente de détendre l’atmosphère, me dit que nous pourrions continuer sur cette voie. Vu la tête qu’elle fait, ce n’était pas le bon moment. La Landry secoue la tête, comme si elle s’attendait a tout sauf à ça. Je me résigne, reste muet, écoute les mots les plus difficile que j’ai entendu sortir de sa bouche. Non ... Me détester ? Ce n’est pas possible. Si mon cœur commençait à se remettre des larmes que j’ai fait couler, il se brise de nouveau en entendant ces mots. Pourquoi, mais pourquoi est-ce que je suis autant touché ? Je savais que la brune comptait bien plus que ce que je le voudrais, mais j’ignorais que c’était au point de se sentir au plus mal en entendant ça. Non, ce n’est pas vrai. répétais-je, tentant surtout de me convaincre moi même. J’essaie de me dire que ce n’est pas possible, j’essaie de me dire que si elle me détestait vraiment, elle aurait déjà tout cassé, elle aurait hurlé, elle aurait claqué la porte et je n’entendrais plus jamais parler d’elle. Ça me redonne un peu d’espoirs, ça me donne même envie de sourire.

Pendant une demi seconde, j’oublie ces trois horribles mots et je me concentre sur des plus petits détails. Elle me connaît si bien, elle a observé des trucs que je n’aurais pas imaginé … J’ai souvent fait rire avec ce froncement de sourcils pendant que je dormais. Raison, les yeux dans les yeux … Je suis presque choqué parce que j’ai l’impression qu’en fin de compte, c’est une espèce de déclaration qui vient de sortir de sa bouche. Si seulement j’étais mieux capable de comprendre les signes, histoire de ne pas me retrouver comme un idiot devant elle à juste lui affirmer qu’elle ne me déteste pas. Je vais me faire mon interprétation, je vais laisser le langage du corps faire son travail et parler pour moi. Pour nous. Tu ne me déteste pas. J’en suis presque sur, j’ai envie d’en etre sur. Je me rapproche encore, au point de devoir baisser la tete pour continuer de la regarder. Je sèche une larme qui coule sur sa joue du bout du doigt. Et moi non plus. Pas du tout même. Cette fille me rend fou dans tous les sens du terme. Son foutu caractère, ses foutues envies, son foutu besoin de juste faire l’amour sans une quelconque once d’attachement … Lula et son incroyable talent, son incroyable compréhension, ses yeux dans lesquels je me perdrais pendant des heures, ses lèvres que je n’ai plus jamais envie de lâcher. Le meilleur comme le pire. Tu veux rester ce soir ? finis-je par demander, prenant un énorme risque. Je l’aurais bien embrasser mais j’ignore si c’est le moment. Puis vu comment elle a interpréter mon geste de tout à l’heure, je n’ai pas envie d’une nouvelle scène simplement parce que j’ai laissé mes hormones prendre le dessus. Je monte me coucher. ajoutais-je, plantant un baiser sur sa joue. Au moins, si je me prends un vent, ce ne sera pas en direct.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    thinkin' about you ♒︎ can't help but wondering if this is the last time that I'll see your face. is it tears or just the fucking rain? wish I could say something ... something that doesn't sound insane, but lately I don't trust my brain. you tell me I won't ever change, so I just say nothing. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Lula Landry

TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : © blood eagle (avatar) & anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres (2/3)
En cours : Sam -
RAGOTS PARTAGÉS : 943
POINTS : 2312
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
i suppose it will all make sense someday. (lula) Tumblr_on8kydHU1Q1rv6gg3o8_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
i suppose it will all make sense someday. (lula) Empty
MessageSujet: Re: i suppose it will all make sense someday. (lula) i suppose it will all make sense someday. (lula) EmptyJeu 30 Jan - 19:49

Heartbeats fast
Colors and promises
How to be brave
How can I love
when I’m afraid to fall

« Ce serait bien la première fois. » Dit Sam lorsque Lula précise que non, elle ne veut pas le dernier mot. L’humour pouvait parfois désamorcer une situation de crise mais ça ne serait pas le cas aujourd’hui… En fait, ce trait d’esprit n’amuse pas du tout Lula, qui se lance alors dans une diatribe passionnée à l’encontre de son auteur. Malheureusement, celle-ci n’a ni queue ni tête. Elle ne fait que refléter l’immense bordel qui règne dans la tête de la guitariste. Comment pouvait-elle exprimer ce qu’elle ressentait à l’égard du Martins alors qu’elle-même ne le savait pas ? Amour ? Haine ? La limite était parfois fine entre les deux. Trop fine. Et Lula envoyait clairement des signaux contradictoires…  Et cela se ressent dans la réaction de Sam. La première fois qu’elle lui dit qu’elle le déteste, il baisse la tête, accablé, la secouant doucement de droite à gauche, son beau visage se décomposant. « Non. » Dit-il, comme s’il n’en croyait pas un mot. Elle le redit donc une nouvelle, avec plus de force, plus de conviction. Mais une nouvelle fois, elle se heurte à la même réponse. « Non, ce n’est pas vrai. » Dit-il, plus fermement même s’il avait l’air de plus en plus ébranlé. Il se rapproche d’elle, à pas lents, très lents. Presque comme si elle était un animal sauvage qu’il ne fallait pas braquer. Mais n’était-ce pas un peu le cas ? « Tu ne me déteste pas. » Elle le suit du regard, comme hypnotisé, tandis qu’il se rapproche toujours plus. Devait-elle le crier une troisième fois pour conjurer le sort ? La vérité, c’est qu’elle ne réussirait pas même si elle le voulait.

Et s’il avait raison finalement ? Elle était ébranlée par la fermeté de Sam, la conviction qu’il mettait dans le peu de mots qu’il prononçait. Mais cela suffisait. Il ne la croyait pas. Et cela la mettait face au déni dans lequel elle essayait désespérément de se plonger. C’était comme se tenir au bord d’un précipice. Car si elle ne le détestait pas, que lui restait-il ? Elle refusait de penser à l’autre raison logique qui faisait qu’il était capable de la mettre dans des états pareils… « Et moi non plus. » Leurs regards s’accrochent, se défient. Lui non plus ne la détestait pas. C’est ce qu’il venait de dire. Se pourrait-il qu’il n’ait pas non plus pensé les mots durs qu’il avait prononcés auparavant ? Leurs esprits s’étaient-ils échauffés trop vite ? L’hypothèse devenait plus probable car en disant cela, il avait presque l’air de faire une déclaration lui aussi. Sa main vient d’ailleurs se poser sur le visage de la métisse, tandis que son pouce vient écraser la larme solitaire qui roulait sur sa joue. Un geste d’une infinie tendresse. Un geste qui ne pouvait pas effectivement pas venir de quelqu’un qui la détestait… Elle ferme les yeux, tandis qu’elle sent les murailles de sa résolution s’écrouler. « Je monte me coucher. Tu veux rester ce soir ? » Il dépose un baiser sur sa joue, celle là-même qu’il venait d’essuyer avec douceur et quand elle rouvre les yeux, il est en train de monter les escaliers. Une scène qui a un air de déjà vu…

Non. Cette fois, les choses sont différentes. Quelque chose venait de changer entre eux. Sam avait changé les règles du jeu. Il lui avait tenu tête. Il l’avait empêchée de s’enfuir et maintenant, il lui avait prouvé qu’il ne croyait pas aux mensonges qu’elle se racontait. C’était une toute nouvelle dynamique qu’il venait d’instaurer et maintenant, la balle était dans camp à elle. C’était elle qui devait faire un choix. Soit elle prenait la porte derrière elle, soit elle gravissait l’escalier à son tour. Elle le savait, si elle choisissait la première option, cela marquerait probablement la fin de toute relation entre eux. Elle retrouverait sa liberté chérie, son indépendance. Elle n’aurait plus peur de s’attacher et de se faire briser le cœur. Elle n’aurait plus à  le revoir. Mais c’était là que le bât blessait. Car elle n’avait pas envie de ne plus jamais le revoir… C’est à ce moment-là, au pied de cet escalier, qu’elle réalise que le mal est déjà fait. Il était trop tard. Elle était foutue. Monter à l’étage avec toute la symbolique que cela comportait lui foutait une peur bleue mais celle-ci était moindre à l’idée de perdre Sam définitivement. Le déni était terminé. Maintenant, elle savait. Restait à voir ce qu’elle faisait de cette information…

Elle reste de longs moments au pied de cet escalier, indécise. Tout se jouait maintenant. Elle se demande vaguement si Sam s’est déjà endormi, résigné ou s’il l’attend. Guette t-il le claquement de la porte ? Le craquement d’une marche ? Tout à l’heure, elle l’avait traité de lâche. Mais finalement, c’était elle la trouillarde. Ça aussi, elle avait fini de le nier. Elle avait peur. Peur de ce qu’il était devenu pour elle, peur de la place qu’il avait su prendre si discrètement que maintenant, il semblait occuper tout l’espace sans qu’elle ne s’en soit rendue compte. Non, elle ne le détestait pas. Définitivement pas. Et soudain, le pied de la guitariste se pose sur la première marche. Puis sur la seconde. Chaque marche gravie est une victoire sur ses appréhensions, chaque pas la rapproche de Sam. Il avait fait les premiers mais maintenant, c’était elle qui finissait le travail. Bientôt, elle est dans la chambre du brun. La lumière de la lune lui permet de le distinguer, allongé dans le lit, mais elle n’arrive pas à voir s’il dort. Elle enlève ses chaussures, mais rien d’autre, car elle voulait bien qu’il comprenne que cette fois, ce n’était pas à propos du sexe, et va s’allonger à ses côtés, se glissant sous la couette. Il est couché sur le côté, lui tournant le dos. Elle se colle à lui, enfouissant son visage contre sa nuque, se collant à son dos, enroulant son bras autour de lui. Elle a l’impression que sa respiration est trop irrégulière pour qu’il soit en train de dormir, alors elle se met à parler. « Tu es de la foutue kryptonite. Tu le sais ça ? » C’était comme si elle recommençait à l’engueuler sauf que cette fois, il n’y a aucune animosité dans sa voix. Une nouvelle fois, c’est une déclaration à la Lula. Elle ne savait pas en faire d’autres. « Tu es MA kryptonite. Oui, tu l'es. Vraiment. On m'a toujours appris à être forte, ne jamais céder à rien, ni à personne. Mais toi... Toi ce n'est pas pareil… A cause de toi, je suis vulnérable. Quand je suis près de toi, je perds le contrôle. Je me sens faible, démunie. Et je déteste cette sensation. Et pourtant, je n’ai pas envie de m’éloigner… de toi. Tu avais raison. Je ne te déteste pas. » Oui, il avait toujours raison. Elle détestait ça aussi mais ça, elle le lui avait déjà dit… Elle dépose un baiser sur son épaule. « Je ne sais pas ce qu’on fait nous deux, mais je n’ai pas envie que ça s’arrête… Je suis désolée, j’aurai dû plus prêter attention à ce que tu ressentais, j’ai été égoïste… » Lula Landry qui présentait des excuses, c’était assez rare pour être signalé. Mais enfin, elle comprenait qu’elle n’était pas la seule à avoir des émotions. Elle se redresse légèrement pour trouver le chemin de son oreille pour y glisser une nouvelle confidence. «  Tu n’es pas qu’un jouet pour moi. Je suis désolée de t’avoir fait te sentir comme ça.  » Comme lui tout à l’heure, elle dépose un baiser sur sa joue, ultime gage de paix, ultime pas de la trêve qu’ils tentaient d’amorcer.

_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA


i suppose it will all make sense someday. (lula) 304124468 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Sam B. Martins

TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : all souls & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, thomas)
RAGOTS PARTAGÉS : 5209
POINTS : 7620
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
i suppose it will all make sense someday. (lula) Tumblr_inline_o5rzwpxqu01rifr4k_500
ÂGE DU PERSONNAGE : 31ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date, puceau en secret.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
i suppose it will all make sense someday. (lula) Empty
MessageSujet: Re: i suppose it will all make sense someday. (lula) i suppose it will all make sense someday. (lula) EmptyLun 3 Fév - 21:31


lula & sam
i think a part of me will
always be waiting for you.


Ce n’était pas une soirée comme les autres. Non, ce n’était pas ces simples soirées où je reste à la maison à regarder la télévision ou une de ces soirées où on finissait dans une chambre avec Lula. On s’est disputé, je lui ai tenu tête, je l’ai empêché de partir et maintenant, j’ai déposé un baiser sur sa joue en croisant les doigts pour qu’elle finisse par me rejoindre. Couché dans mon lit, je me demande pourquoi je trouve ça si différent. Couché dans mon lit, j’essaie de comprendre ce qu’il s’est passé ce soir. Mon manque d’expérience dans les relations commence à m’embêter, j’ai l’impression d’être un gros débile qui ne comprends rien à la vie. J’attends, encore et encore, impatient de la voir rentrer dans ma chambre pour soulager ma respiration haletante. J’étais monté dans ma chambre en étant persuadé qu’elle allait m’y rejoindre, je n’avais pas pensé à la possibilité qu’elle ne le fasse pas. Retourner au boulot comme si rien n’était ? Oui, j’en suis capable. Je suis capable de contrôler mes émotions et faire comme si rien n’était … Mais je n’en avais pas envie. Ne pas me pointer et démissionner ? Ce serait aussi une bonne solution. Je n’aurais pas à me rappeler constamment que je me suis fait jeter mais je ne peux pas non plus ; rien que l’idée de ne pas la voir me rend malade. En fait, peu importe ce que la Landry fera ce soir, rien de réellement bon n’en sortira. On ne devrait pas faire ça et pourtant, on ne peut s’en empêcher. On est comme deux aimants, incapable de rester séparé bien longtemps, si ce n’est avec la plus forte des volontés. On se fout dans la merde tous les deux, c’est sûrement pour ça qu’on passe autant de temps à se hurler dessus, c’est comme une vengeance.

D’un coup, ma respiration s’accélère et je me lève en sursaut. Le regard perdu, je finis par comprendre ce qu’il se passe dans ma tête depuis un moment. Je n’ai pas de points de comparaison, j’ignore même comment ça marche … Et pour dire, j’ignore même si je peux considérer ce sentiment comme tel, sans réellement le comprendre. Je passe une main sur mon front, prends de grandes inspirations pour calmer les battements de mon cœur. Ce n’est pas bien, ce n’est pas ce qu’on avait dit. J’avais déjà brisé ma règle de ne pas mélanger travail et vie personnel, j’étais en train d’aggraver ma situation. Inspiration, expiration. C’est à sens unique en plus, c’est encore pire. Inspiration, expiration. Ou peut être pas. Je ne suis pas dans la tête de la guitariste, je serais incapable de savoir ce qui se passe dedans. Inspiration, expiration. C’est bon Sam, ce n’est pas si grave. Mais la première chose à faire, c’est de le reconnaître. Et quand je l’aurais fais, je serais peut être capable d’affronter cette vérité.

Je suis complètement fou amoureux de cette fille.

Et en fin de compte, je ne sais pas du tout comment gérer ça. Je me recouche, enfonce ma tête dans le coussin dans un élan de désespoir. Ce sourire à en faire tomber plus d’un, ces yeux qui en disent tellement avec un simple regard. J’aime la confiance qu’elle dégage, je l’admire même d’en avoir autant et de pouvoir vivre ses rêves. J’aime son talent et le cœur qu’elle met dans chacun de ses morceaux. J’aime la manière qu’elle a de me crier dessus, encore plus la manière qu’elle a d’essayer de se faire croire que je ne suis rien de plus qu’un gars avec qui elle fait l’amour. Je pourrais faire une longue liste de ce que j’aime, même si ce que je préfère, c’est le moment où ses lèvres se posent sur les miennes. Conscient qu’elle n’est toujours pas montée, je finis par fermer les yeux en espérant que la nuit me portera conseil et qu’elle me dira quoi faire demain. C’est à ce moment là que j’entends des pas derrière moi, que je sens des petits bras et que je sens son souffle dans ma nuque. C’est sûrement la sensation la plus agréable du monde. Pardon ? demandais-je, sans réellement comprendre. La kryptonite … Serais-je un énorme point faible ? J’ai du mal à me faire à l’idée que je puisse faire autant de mal à quelqu’un comme cette matière pouvait faire du mal à Superman. Mais au lieu de poser toutes ces questions qui me passent par la tête, j’écoute chacun des mots qui sortent de sa bouche.

Sa déclaration est belle, elle me rassure complètement. Certes elle n’utilise pas les mots les plus sympathiques, mais je commence à la connaître assez pour savoir que c’est sa manière à elle de s’exprimer. Un jouet consentant, ce n’est pas vraiment un jouet. Je calme le jeu, parce que je sens bien la sincérité de la brune. Mes mots étaient dur tout à l’heure, mais ils sont sorti simplement parce que j’étais énervé, pas parce que je le pensais. Je m’en veux même de l’avoir dit. Ne t’excuse pas, vraiment. Moi par contre, je suis désolé d’avoir été aussi dur. Et ça me rend malade de t’avoir attrapé de cette manière, j’aurais pu te faire mal. Et si l’idée de la blesser me paraissait atroce, celle de la blesser physiquement l’est encore plus. J’ai conscience de ma force, mais qui sait ce qui aurait pu arriver. Je prends une de ses mains et pose un baiser dessus, comme pour me faire pardonner. Tu n’es rien de tout ça, et tu ne le seras jamais. Tu es juste la femme la plus extraordinaire que je connais. Tu es belle, intelligente, douée et j’admire le fait que tu as toujours voulu te démarquer, simplement ne pas être la fille de. C’est peut être de sortir des sentiers battus qui l’effraie, de découvrir quelque chose qu’on lui a toujours interdit. Je comprends la sensation de faiblesse, de peur, parce qu’elle s’empare de moi dès que Lula est dans la pièce. Cette fille est beaucoup trop bien pour imaginer une seule seconde que je sois capable de la rendre faible. Il ne faut pas qu’on pense comme ça … Il faut qu’on se dise qu’ensemble, on est plus fort. Elle a peut être raison, peut être que ce qu’on ressent l’un pour l’autre nous rend faible, incapable de se battre face à ce monde de fou. Mais j’ai pas envie de me dire que mes sentiments vont me pousser à mal faire, j’ai envie de me dire que justement, avec elle à mes cotés, je serais encore plus fort. Je ne veux pas m’éloigner de toi, jamais. C’est effrayant. Ça me fout la trouille d’être aussi dépendant d’une personne. Ne supportant plus vraiment lui parler alors que je suis de dos, je me retourne pour pouvoir lui faire face. Il fait noir dans la pièce, mais je peux apercevoir quelques détails de son joli visage grâce aux reflets de la lune qui traversent mon rideau. Je me rapproche au point d'éliminer toute histoire de limites personnelles et prends les mains de la Landry dans les miennes. Tu m'as appris ... Euh, fin tu vois quoi. Je m'attendais à faire un joli discours sur le fait d'apprendre ensemble ce que c'est d’être un couple ou je ne sais quoi et à la place, je finis rouge tomate parce que je ne suis pas capable de dire relation sexuelle à voix haute. Pardon, il faut croire que je n'ai pas totalement évolué. enchainais-je, un peu plus à l'aise. Encore un truc que j'ai appris à ses cotes, savoir me moquer de moi même et rire de mon manque de connaissance plutôt que de m'énerver. Enfin, ce que je voulais te dire de base, c'est que depuis que je te connais, je ne fais que plonger dans l'inconnu. Mais je suis plus qu'heureux de plonger dans cet inconnu avec toi. finis-je par lui dire de la manière la plus sincère que je connaisse.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    thinkin' about you ♒︎ can't help but wondering if this is the last time that I'll see your face. is it tears or just the fucking rain? wish I could say something ... something that doesn't sound insane, but lately I don't trust my brain. you tell me I won't ever change, so I just say nothing. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Lula Landry

TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : © blood eagle (avatar) & anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres (2/3)
En cours : Sam -
RAGOTS PARTAGÉS : 943
POINTS : 2312
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
i suppose it will all make sense someday. (lula) Tumblr_on8kydHU1Q1rv6gg3o8_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
i suppose it will all make sense someday. (lula) Empty
MessageSujet: Re: i suppose it will all make sense someday. (lula) i suppose it will all make sense someday. (lula) EmptyDim 9 Fév - 21:46

Heartbeats fast
Colors and promises
How to be brave
How can I love
when I’m afraid to fall


« Un jouet consentant, ce n’est pas vraiment un jouet. » Les premiers mots que Sam prononce juste après les excuses de Lula vont aussi dans le sens de l’apaisement. Par cette phrase, il ne la pointe plus du doigt, reconnaissant qu’ils sont tous les deux engagés dans cette drôle d’aventure et qu’elle ne l’a forcé à rien… En fait, dès qu’ils se mettent tous les deux à  reconnaître leurs torts et à réfléchir au ressenti de l’autre, tout s’arrange très vite. « Ne t’excuse pas, vraiment. Moi par contre, je suis désolé d’avoir été aussi dur. Et ça me rend malade de t’avoir attrapé de cette manière, j’aurais pu te faire mal. » Dit-il ensuite, présentant ses excuses à son tour. Elle secoue la tête dans l’obscurité. « Si je te devais tes excuses. Laisse-moi les présenter et accepter les tiennes en retour. » La colère passée, il était plus facile de voir en quoi chacun avait dépassé les bornes. Elle n’aurait pas dû refuser son cadeau si froidement, elle n’aurait pas dû le faire se sentir comme un vulgaire sex toy. Lui n’aurait pas dû lui crier les horreurs qui lui passaient par la tête, ni faire l’usage de la force pour la ramener chez lui. La colère était mauvaise conseillère, ils s’en rendaient maintenant compte tous les deux. « Tu ne m’as pas fait mal, ne t’en fais pas. » Une autre que Lula aurait peut-être tiqué sur l’usage de la force, justement mais malheureusement, la métisse était une habituée des relations musclées. Sans doute parce qu’elle était elle-même prompte à se mettre à hurler, frapper, tempêter ou à casser des trucs…

La main de Sam vient attraper la sienne, toujours posée sur sa poitrine. Il baisse la tête pour y déposer un petit baiser, s’employant ensuite à lui faire comprendre qu’il ne pensait pas tout ce qu’il avait dit. Il lui fait quelques beaux compliments au passage, lui signalant qu’au contraire, elle est la fille la plus extraordinaire qu’il a jamais rencontrée. « Sauf que de ce que j’ai vu, tu n’en as pas rencontrées beaucoup des filles. » Dit-elle, taquine. Le signe que l’orage était bel et bien en train de passer. Sauf que même si tout ce qu’il venait de dire était très agréable à entendre, elle se devait de nuancer. Elle avait l’impression qu’à l’aune de cette réconciliation, il se montrait un peu trop naïf. « Non sérieusement, j’apprécie ce que tu viens de dire mais je ne suis pas assez encore folle pour ignorer qu’il y avait aussi une part de vrai dans ce que tu as dis aussi avant. Certes j’aurai préféré que tu ne me le balance pas à la figure juste parce que je t’avais blessé mais je sais que ce n’était pas sans fondements.» Cette absence de mauvaise foi, cette introspection ne lui ressemblait pas mais c’était comme si le calme de la nuit et l’intimité de leur étreinte l’aidaient à être plus réfléchie, plus sereine, plus réaliste. « Et je préfère le dire, je ne changerai pas. Jamais. Je parlerai toujours trop fort, trop vite, je parlerai toujours mal. J’en ferai toujours trop quand quelque chose me touche ou m’énerve. Je serai toujours de mauvaise foi, j’aimerai avoir le dernier mot et parfois, oui je serai immature. Le drame fera toujours parti de moi, car je suis incapable d’avoir une réaction modérée. Je fais tout trop entièrement. Je suis qui je suis. Et j’ai passé l’âge de m’excuser pour ça. Alors, c’est à prendre ou à laisser. » Elle ne changerait pour personne et elle ne pouvait pas être plus résolue sur ce point.  

En tout cas, le temps était définitivement aux confessions car elle parvient enfin à expliquer à Sam, ce qui lui fait peur dans le fait d’avoir une relation qui n’est pas basée uniquement sur le sexe et il semble le comprendre. Enfin jusqu’à un certain point. « Il ne faut pas qu’on pense comme ça … Il faut qu’on se dise qu’ensemble, on est plus fort. » Elle pousse un petit soupir. Encore une fois, c’était plein de bonnes intentions mais un peu trop naïf pour elle. « Je suis obligée de penser comme ça. Chaque fois que j’ai fais confiance à quelqu’un, chaque fois que j’ai un peu baissé la garde, ça m’est revenu en pleine gueule. Même encore récemment, j’ai eu la preuve qu’une simple histoire de cul pouvait me détruire alors qu’aucun sentiment n’était impliqué. Je ne dis pas ça pour être pessimiste ou pour te décourager mais tu dois comprendre que ce n’est vraiment pas facile pour moi. J’essaye de faire au mieux, de laisser une chance aux gens mais à la fin, c’est souvent moi qui paye les pots cassés… Je ne veux plus que ça arrive, je le supporte de moins en moins bien. » Ces mots étaient-ils suffisants pour effrayer le Martins ? Pas sûr, quand on voyait la force des siens.

« Je ne veux pas m’éloigner de toi, jamais. C’est effrayant. » Chuchote t-il, comme s’il  proférait un blasphème. Mais au final, s’en était presque un quand on se rappelait qu’ils s’étaient formellement interdits ce genre de répliques. Pourtant en entendant cela, Lula ne ressent pas la peur ou la gêne qu’elle attendait. Non, c’est un sentiment tout à fait différent qui l’étreint, comme une douce chaleur qui se répand dans son organisme tout entier. Et cette sensation ne fait que s’accentuer quand Sam se retourne doucement pour qu’ils soient face à face. Il prend les mains de Lula dans les siennes et elle se rend compte qu’elle n’a pas envie de s’enfuir. C’est même tout le contraire. A ce moment précis, elle est tout simplement avec lui. « Tu m'as appris ... » Elle s’attend à une nouvelle déclaration mais lorsqu’il finit sa phase, elle laisse juste échapper un petit rire. « Pardon, il faut croire que je n'ai pas totalement évolué. » Pour elle, il n’y a rien à pardonner. Au contraire, pour elle qui était parfois si cynique, il y avait quelque chose d’émouvant dans cette innocence, dans cette candeur. Elle veut lui dire mais il a déjà repris la parole. « Enfin, ce que je voulais te dire de base, c'est que depuis que je te connais, je ne fais que plonger dans l'inconnu. Mais je suis plus qu'heureux de plonger dans cet inconnu avec toi. » Finalement, c’était celle-ci, la déclaration la plus frappante, la plus bouleversante. Et finalement, c’était Sam, le plus courageux. Parce que lui aussi, il avait un tas de bonnes raisons d’avoir peur mais au lieu de repousser Lula à ce titre, il plongeait dans l’inconnu avec elle. Pour elle. Ce constat trouble énormément la rock-star qui met quelques secondes à retrouver l’usage de sa voix. « Il n’y à rien à pardonner… Moi je pense que tu as beaucoup évolué au contraire. Et finalement, tu es tout sauf lâche. Je devrais plus m’inspirer de toi. » Est-ce que cela signifiait qu’elle était prête à faire ce grand saut elle aussi ? Cet acte de foi ? Elle-même ne pouvait pas formuler une réponse claire à cette interrogation. Surtout pas quand elle sentait le souffle de Sam sur son visage, qu’elle voyait ses yeux si près des siens, qu’elle sentait  la chaleur de ses mains autour des siennes. Mais il y a bien une première réponse qu’elle peut donner et elle ne s’en prive pas de le faire. Elle franchit les derniers millimètres qui les séparent pour poser ses lèvres sur les siennes. C’est un baiser tendre, qui n’a rien de sensuel. Leurs corps ne se touchent même pas, seules leurs mains et leurs bouches se touchent. Ce moment là entre eux est totalement inédit, totalement différent de leurs interactions habituelles. C’était juste eux deux, dans ce lit, face à face, les barrières tombant enfin, tandis qu’ils partageaient une intimité qui n’était pas que physique.  

_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA


i suppose it will all make sense someday. (lula) 304124468 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
Sam B. Martins

TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : all souls & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, thomas)
RAGOTS PARTAGÉS : 5209
POINTS : 7620
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
i suppose it will all make sense someday. (lula) Tumblr_inline_o5rzwpxqu01rifr4k_500
ÂGE DU PERSONNAGE : 31ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date, puceau en secret.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
i suppose it will all make sense someday. (lula) Empty
MessageSujet: Re: i suppose it will all make sense someday. (lula) i suppose it will all make sense someday. (lula) EmptyVen 14 Fév - 1:02


lula & sam
i think a part of me will
always be waiting for you.


Tout s’arrange, enfin. Il suffit de quelques mots échangés, des excuses, assumer nos bêtises et le tour semble être joué. Je n’ai jamais été un jouet et je ne le serais jamais. Et surtout, j’ai été tellement dur avec la jeune femme simplement parce qu’elle a refusé un bête cadeau, je n’ai donc pas besoin d’excuses. Mais elle semble insisté et au lieu de la contredire, je vais dans son sens. D’accord. Et sans hésitations, j’accepte tes excuses. Je n’ai pas envie de chipoter pendant des heures et je veux qu’on passe à autre chose. Comme quand on parle de la manière avec laquelle je l’ai ramenée à la maison … Qu’on passe par dessus et vite. Heureusement. Lula essaie de me rassurer mais ça ne marche pas très bien. Et moi qui veut vite passer à autre chose, je me retrouve à de nouveau mettre le sujet sur la table. Heureusement qu’elle ne me voit pas, elle se moquerait de ce visage complètement crispé. Mais j’aurais pu et c’est ça qui me rend malade. J’ai encore un peu de mal avec la colère ... Est-ce que ça vaut la peine de remettre sur le tapis les conneries de soldat ? Non. Elle ne voit pas ma tête alors je peux y réfléchir tranquillement et tout seul. Mais je ne contrôle pas toujours et ça me fiche la trouille. Je tenais vraiment à ce qu’elle le sache.

Sa tête dans mon nuque, son corps collé au mien, sa main dans la mienne, sensation nouvelle qui est loin de me déplaire. Très marrant. dis-je en rigolant, ironique. Mais en quelques secondes, et même si ça me met hors de moi parce que ce n’est pas justifié, elle a détruit mon seul argument sous prétexte que je n’ai fréquenté qu’elle. Je déteste avoir tord. Je ... Je voulais l’interrompre pour éviter d’entendre la suite, mais je suis obligé d’être une oreille attentive. De toutes façons, je n’ai rien d’intelligent à dire pour le moment. Je t’ai reproché tout ça mais en fin de compte, et bizarrement, ce sont des trucs qui ne me déplaisent pas tant que ça. Il fallait que je me rende à l’évidence, toutes ces bêtises n’étaient qu’un moyen pour moi d’essayer de me convaincre que je ne ressentais rien. Je voulais l’éloigner aussi, me disant que c’était mieux qu’elle me déteste plutôt que d’être rejeté. Je veux dire … A finir par utiliser certains de tes mots de vocabulaire, je me sentais plus normal, plus comme tout le monde. C’est ignoble de ma part de te reprocher de vouloir le dernier mot alors qu’en fin de compte, je suis pareil. Et pour ce qui est du drame … Bon, ce n’est pas ce que je préfère, mais ça anime une journée. Elle ne le voit pas mais je souris, je souris largement. Je n’ai jamais été aussi heureux. Jamais je ne te demanderais de changer. Jamais. Je la veux elle tout entière, pas autrement.

Ensemble on est plus fort … Dans le genre cliché romantique, je n’ai pas fait pire. Je vois. Elle ne voulait pas être pessimiste, mais elle m’avait foutu un coup au moral. Je comprends. Je n’avais pas vu les choses sous cet angle, sûrement parce que je n’ai pas vécu le même genre d’épreuves. Il n’y a jamais eu de problèmes de confiance dans mon unité, on dépendait tellement les uns des autres que nous étions obligé de croire tout le monde ; mais on le faisait sans difficulté. Enfin, je crois. Je ne vais pas te faire croire que je pourrais trouver les mots parfaits pour te réconforter, je ne suis pas à ta place et surtout, j’ai encore beaucoup de choses à comprendre quant à ces histoires de confiance. Ça apporterait quoi ? Une personne de plus qui essaie de lui dire quoi faire ou comment penser. Je n’ai pas envie de faire semblant, je n’ai plus envie de faire semblant. Mais je vais juste te promettre une chose ; pas de pression. Je vais faire ce qu’il faut pour gagner ta confiance et à la fin, je ne te décevrais pas. La patience est la première de mes qualités et je vais lui en faire profiter. Je suis prêt à attendre le temps qu’il faut mais elle finira par voir que je ne ressemble pas aux autres et que je suis digne d’elle, digne de sa confiance. Et je veux te dire que tu as la mienne. Tu as pris soin de moi quand je me suis drogué et tu ne t’es jamais moqué quand je t’ai dis que j’étais puceau. Je te confierais pas ma vie, mais j’ai confiance en toi. ajoutais-je sincèrement, la taquinant un peu.

L’inconnu, un grand tunnel effrayant dans lequel il faut rentrer un peu près tous les jours. Revenir à Tenby était déjà un grand pas, avancer dans une relation avec une femme c’est un pas énorme. Lula est la personne avec qui je veux traverser ce tunnel. J’aime cette fille, je ne veux rien découvrir avec une autre. Je suis un peu comme ces ados après leur première fois, obsédé à jamais par celle qui les a rendu homme. Il n’y à rien à pardonner… Moi je pense que tu as beaucoup évolué au contraire. Et finalement, tu es tout sauf lâche. Je devrais plus m’inspirer de toi. Ce véritable compliment qui sort de sa bouche fait un bien fou. Non pas que j’espérais qu’on m’applaudisse pour tous mes efforts, mais je suis content de voir que la brune remarque mon changement. J’avais peur de changer mais maintenant, c’est presque une tache facile. Avec la Landry, tout est presque facile. L’embrasser est facile. Elle pose ses lèvres sur les miennes en guise de réponse à ma déclaration, me montrant qu’elle aussi veut plonger dans l’inconnu à mes cotés. Enfin, je crois. Je m’en fou de toutes façons, j’oublie tout comme à chaque fois qu’elle m’embrasse. Nos corps ne se touchent pas, il y a juste ses mains dans les miennes, sa bouche contre la mienne. Une autre porte s’est ouverte, une intimité que je ne connaissais pas encore. Simple moment de partage et de tendresse, pur moment de bonheur et de plaisir. Viens là. dis-je alors que nous rompons enfin le contact. Les secondes, les minutes, le temps n’existe plus dans ce lit. Je passe mon bras en dessous et elle installe sa tete sur mon torse. Je la sers dans mes bras, posant un baiser sur son front. Je soupire de bohneur. Je resterais bien ici pour le reste de ma vie. Après tout, pourquoi je voudrais en sortir ? J’ai l’impression de vivre dans un reve et la réalité est loin d’etre belle. Je ne sais surtout pas comment la gérer. Je fais certes la différence entre travail et vie privée, mais je n’imaginais pas que je travaillerais pour la femme … Et si je dépasse les bornes ? Et si je fais un truc de travers ? Je suis content que nous nous soyons parler aussi franchement. Ce n’est pas du tout le moment de penser à ça, on vient de se parler à coeur ouvert et c’est ce qui compte le plus pour l’instant. Le reste, on verra demain. Je pense qu’on devrait toujours le faire … Sans pour autant qu’on se soit disputé avant. Parce que meme si j’ai dit que je ne voulais pas qu’elle change toute cette histoire m’a fatigué. Même si j’avoue que t’es mignonne quand tu t’énerve. finis-je par dire, rigolant légèrement.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    thinkin' about you ♒︎ can't help but wondering if this is the last time that I'll see your face. is it tears or just the fucking rain? wish I could say something ... something that doesn't sound insane, but lately I don't trust my brain. you tell me I won't ever change, so I just say nothing. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Lula Landry

TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : © blood eagle (avatar) & anaelle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres (2/3)
En cours : Sam -
RAGOTS PARTAGÉS : 943
POINTS : 2312
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
i suppose it will all make sense someday. (lula) Tumblr_on8kydHU1Q1rv6gg3o8_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:
i suppose it will all make sense someday. (lula) Empty
MessageSujet: Re: i suppose it will all make sense someday. (lula) i suppose it will all make sense someday. (lula) EmptySam 22 Fév - 11:43

Heartbeats fast
Colors and promises
How to be brave
How can I love
when I’m afraid to fall

Sam aussi a accepté les excuses de Lula mais il a plus de mal à se pardonner lui-même. Même si la métisse lui assure qu’il ne lui a pas fait mal en la ramenant à la maison, il bloque sur la violence du geste. « Mais j’aurais pu et c’est ça qui me rend malade. J’ai encore un peu de mal avec la colère ... » Avoue t-il très simplement. Cette information n’était pas à prendre à la légère et Lula voudrait en parler plus, un peu perplexe. Elle est loin d’imaginer qu’il a un vrai problème de stress post traumatique suite à son passage dans l’armée mais elle n’a pas le temps de rebondir là-dessus que le brun réagit déjà à ce qu’elle vient de dire sur sa personnalité à elle et sa volonté de ne pas changer. « Je t’ai reproché tout ça mais en fin de compte, et bizarrement, ce sont des trucs qui ne me déplaisent pas tant que ça. » Il a l’air sincère, quand il développe, réfutant un par un les reproches qu’il lui avait faits précédemment. Elle choisit de le croire pour le moment. Sans doute parce qu’actuellement, plus que jamais, elle a besoin de quelqu’un dans sa vie qui l’accepte comme elle est. « Jamais je ne te demanderais de changer. Jamais. » Jure t-il d’ailleurs, comme s’il lisait dans ses pensées. Elle hoche la tête, rassurée. « Tu deviens enfin fort pour parler aux femmes. » Elle se cache à nouveau derrière une blague pour ne pas trop se dévoiler, mais en réalité, elle est très touchée par le fait qu’il ait réussi à lui faire exactement la promesse qu’elle avait besoin d’entendre.

Et elle n’avait pas finie d’être ravie ou émue. Car, quand encouragée par les confidences qu’ils sont en train de se faire, elle lui parle de ses problèmes de confiance, il trouve encore les mots parfaits dans son discours au lieu de se braquer et de tout ramener à lui ou de se sentir vexé parce qu’elle ne lui faisait pas encore 100% confiance. « Je comprends. Enfin, je crois. Je ne vais pas te faire croire que je pourrais trouver les mots parfaits pour te réconforter, je ne suis pas à ta place et surtout, j’ai encore beaucoup de choses à comprendre quant à ces histoires de confiance. » « Merci d’être si compréhensif. » Souffle t-elle, encore une fois, agréablement surprise. Mais il n’a pas terminé, et va plus loin dans ses déclarations. Il lui explique que lui, lui faisait déjà confiance mais que ce n’était pas grave si elle n’en était pas arrivée au même point. « Mais je vais juste te promettre une chose ; pas de pression. Je vais faire ce qu’il faut pour gagner ta confiance et à la fin, je ne te décevrais pas. » Encore les bons mots, encore la bonne attitude. Contraindre Lula était le meilleur moyen de la braquer, alors que là, il avait compris qu’il fallait lui laisser le temps, la laisser changer d’état d’esprit d’elle-même tout doucement. « Oui… J’ai la sensation que je ne serai pas déçue. » Souffle t-elle, se rendant compte qu’elle le pensait. « T’es vraiment quelqu’un, Sam Martins. Merci. » Ce n’était pas la première fois qu’elle le lui disait qu’il était différent à ses yeux mais à chaque fois, elle le disait avec un peu plus de conviction et d’admiration…  Elle lui était reconnaissante de comprendre ses peurs et de ne pas les minimiser. Au contraire, il avait tout fait pour la rassurer.

L’orage était désormais loin derrière eux et cela se vérifie, quand ils s’abandonnent à un tendre baiser. Ce soir, ils franchissaient des caps que Lula s’était juré de ne pas franchir, se dirigeant vers une vraie relation. Mais la Landry n’arrivait pas à avoir des remords ou à en être effrayée. Elle savourait juste le moment. D’ailleurs, lorsque leurs lèvres se séparent et que Sam l’attire tendrement à lui, elle ne se dérobe pas, posant sa tête sur sa poitrine, tandis qu’il l’enlace de ses bras. Tous des gestes qu’ils s’étaient interdits jusqu’à maintenant. « Je resterais bien ici pour le reste de ma vie. » Dit-il en déposant un petit baiser sur le front de Lula. Elle ferme les yeux, enfouissant son visage dans sa poitrine, respirant son odeur. Elle ne répond rien, pas habituée comme lui à faire ce genre de déclaration, à voix haute mais son geste démontre qu’elle se trouve bien aussi. « Je suis content que nous nous soyons parlés aussi franchement. Je pense qu’on devrait toujours le faire … Sans pour autant qu’on se soit disputé avant. » « Je suis d’accord… C’est bien de dire les choses avant de crier. On essayera la prochaine fois. » Malheureusement, elle avait plutôt tendance à fonctionner dans l’autre sens. Enfin,  même si elle avait juré qu’elle ne changerait pas, elle pouvait quand même essayer de s’améliorer sur des petits aspects de ce genre…  « Même si j’avoue que t’es mignonne quand tu t’énerve. » Glisse t-il tout à coup. Elle lui donne une petite tape joueuse avant de l’effacer par le baiser qu’elle donne sur son torse. « Je suis toujours mignonne de toute façon. » Mais elle rit de bon cœur. Apaisée, le cœur réchauffé. Il avait raison Sam, parler faisait du bien et se réconcilier encore plus. Elle aussi, elle pourrait rester là, dans ses bras pendant des heures, maintenant qu’ils avaient finis de se déchirer. C’est bien ce qu’elle comptait faire d’ailleurs. Petit à petit, Sam trouvait le chemin de son cœur, éveillant des sentiments qu'elle ne pensait plus ressentir de sitôt.

_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA


i suppose it will all make sense someday. (lula) 304124468 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

i suppose it will all make sense someday. (lula) Empty
MessageSujet: Re: i suppose it will all make sense someday. (lula) i suppose it will all make sense someday. (lula) Empty

Revenir en haut Aller en bas

i suppose it will all make sense someday. (lula)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-