AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

[Flashback] Don’t be afraid for a moment || Jaya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Dimka Vassilievitch
Dimka Vassilievitch
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Luche
TON AVATAR : Jensen Ackles
TES CRÉDITS : Tag
TA DISPONIBILITE RP : Présence Limité
RAGOTS PARTAGÉS : 59
POINTS : 84
ARRIVÉE À TENBY : 17/11/2019
[Flashback] Don’t be afraid for a moment  || Jaya 14ybckw
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
CÔTÉ COEUR : Célibataire
PROFESSION : ex-mécano, dans le flou
REPUTATION : Dim ... Oh mon Dieu, Dimka Vassi machin que je n'arrive jamais à prononcer. Je me demande comment j'ai pu l'oublier aussi facilement, lui qui laisse une fameuse trace dans une ville comme Tenby. En tous cas, rien ne semble avoir changé. Je dirais même que son sale caractère a doublé depuis sa dernière visite. Pas besoin de s'étaler pendant des heures.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

[Flashback] Don’t be afraid for a moment  || Jaya Empty
MessageSujet: [Flashback] Don’t be afraid for a moment || Jaya [Flashback] Don’t be afraid for a moment  || Jaya EmptyDim 22 Déc - 12:05

Your cynicism buys me no more time here
Imagine my relief to hit the walls
Running from the weight of ancient labels


Ça faisait peu de temps que Dimka avait été interné de force, il n'avait aucune envie de quitter Lyov, son frère. Le russe savait qu'il n'aurait pas d'autre choix en restant là que de lui dire adieu, mais Dimka n'était pas doué pour ça et faisait vraiment tout pour que personne ne prenne le dessus sur lui. Dès qu'il le pouvait, il allait vomir les médicaments, histoire de pouvoir continuer à voir Lyov le plus possible. Le Vassilievitch donnait pas mal de fil à retordre au personnel soignant, et pour la peine, ils le tassaient souvent. Dans peu de temps, il ne deviendrait que l'ombre de lui même. Mais aujourd'hui, ils n'avaient pas pu le tranquilliser à temps, et Dimka s'était débattu comme un enragé et s'était brisé le poignet entre autres coupures et hématomes. Après une injection, Dimka s'était enfin calmé et avait été transporté à l'hôpital de Tenby, il lui fallait une radio et un plâtre que le service de psychiatrie ne pouvait pas offrir au russe. Ils décidèrent donc de le faire transférer à l'hôpital de Tenby pour plus de soin. Il était attaché pendant la radio, mais Dimka n'avait pas eu le coeur à se débattre, la douleur, l'effet des médicaments y étaient pour beaucoup aussi. On l'installa ensuite en salle d’auscultation pour des points et le plâtre. Assis sagement, Dimka attendait, l'esprit complètement ailleurs, triste aussi de ne pas pouvoir partir tout simplement, de ne pas voir sa soeur et de devoir quitter Lyov. Il l'entendait et le voyait de moins en moins. La main enflée et bleu, Dimka n'avait pas vraiment envie de faire le pitre, une infirmière devait venir le voir. Une demoiselle qui aurait le topo : " Un schizophrène complètement instable de 35 ans, qui se bat quotidiennement, il a une fracture du poignet non déplacée en se débattant avec le personnel soignant, a besoin de points et d'un plâtre. A été tranquillisé par injection, mais reste dangereux."

Dimka avait l'épaule contre la table de soin qui avait le dossier relevé, il était à demi-coucher, les jambes ramenées vers lui, en semi position foetale. Il faisait peine à voir, et avait surtout l'impression qu'il devenait le spectacle de tout le personnel soignant qui refusait de l'approcher. Personne n'avait envie de voir le lion enragé. Pourtant, à l'heure actuelle, le russe se sentait comme la bête de foire, seul, isolé, devant le regard - négatif- des autres. Il n'y avait plus aucune bienveillance depuis qu'il avait été hospitalisé de force et Dimka se sentait encore plus mal, même s'il essayait de le cacher aux yeux de tous. Le brun avait vu défiler une flopée d'infirmiers et d'infirmières en moins de vingt minutes, mais personne n'avait osé l’approcher... Comme s'il était contagieux. Le russe n'avait pourtant pas bougé d'un cil. Il serrait les dents pour ignorer la douleur et le sang qui coulait. Il lui fallait des points et le liquide rouge imbibait l'alaise qui se trouvait sur la table ou Dimka se trouvait. Pour la énième fois, la porte s'ouvrit, le russe n'y prêta même pas attention, il se doutait que c'était encore un spectateur, mais cette fois il se trompait. On s'approchait de lui mais lui ne bougea pas d'un pouce, il leva un peu les yeux et vit une demoiselle qui semblait ne pas avoir peur de lui. Il esquissa un léger sourire - triste - comme pour lui faire comprendre qu'il approuvait son approche, de toute façon, il n'avait pas vraiment le choix. Il gardait le silence, au cas où on lui dise de la fermer avec une extrême froideur. Le russe était comme une bête sauvage blessée à apprivoiser.

_________________

☽☽ You can take your time I'll be on the front porch Keepin' on the light You can see it if you look for it.
Revenir en haut Aller en bas
Jaya Patel
Jaya Patel
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee (Justine)
TES DOUBLES : Penny, Lula, Eleanor, Trystan, Rhys et Thomas
TON AVATAR : Naomi Scott
TES CRÉDITS : avatar : ruby rider - signature - blasphemy & ju
TA DISPONIBILITE RP : Libre (3/3)
En cours : Mohana - Brendan - Dimka
RAGOTS PARTAGÉS : 729
POINTS : 1411
ARRIVÉE À TENBY : 27/01/2018
[Flashback] Don’t be afraid for a moment  || Jaya Tumblr_pu7kq1xQVM1xc1zo2o1_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (26.12.90)
CÔTÉ COEUR : En Inde, elle est promise depuis des années au fils de ses voisins sauf qu'elle est secrètement en couple avec son voisin de Tenby. Straight out of a telenovela, right?!
PROFESSION : Infirmière au Tenby Cottage Hospital.
REPUTATION : Quel adorable bout de jeune femme ! Belle, intelligente et avec une culture bien différente que celle que l'on a ici. Ce sera intéressant de voir comment Jaya va s'intégrer à la ville et de voir comme elle résistera à tout ce beau monde qui ne rêve que d'une chose, connaître tous ces petits secrets...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

[Flashback] Don’t be afraid for a moment  || Jaya Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Don’t be afraid for a moment || Jaya [Flashback] Don’t be afraid for a moment  || Jaya EmptyLun 30 Déc - 20:07

Please don't make
any sudden moves
You don't know
the half of the abuse


Assise près du distributeur, tu savoures les dernières gorgées de ta bouteille de Coca, appréciant la pause que tu as réussi à t’octroyer avant de retourner au bloc. Hélas, les bonnes choses ne durent jamais très longtemps et Maggie, une jeune infirmière vient t’interrompre d’un air gêné. Elle t’explique qu’un patient venant de l’hôpital psychiatrique pose problème aux urgences et que personne ne sait comment le gérer. Tu pousses un petit soupir. Pas besoin d’être devin pour deviner pourquoi elle venait te solliciter toi alors que tu avais quitté les urgences pour le bloc. Tu avais de l’expérience et tu étais la moins à même de refuser. Tu ne disais jamais non par rapport à tes collègues... Et tu étais bien consciente qu’avec les fêtes, il n’y avait pas beaucoup de titulaires pour aider les plus jeunes recrues. Ça serait vraiment mesquin de les laisser se débrouiller. « Ok, pas de soucis, je vais venir vous aider. Dis-moi tout ce que tu sais sur ce patient. » Avec un soulagement très visible, Maggie te brieffe donc. « Un schizophrène complètement instable de 35 ans, qui se bat quotidiennement, il a une fracture du poignet non déplacée en se débattant avec le personnel soignant, a besoin de points et d'un plâtre. A été tranquillisé par injection, mais reste dangereux. » « Vous avez peur de vous approcher de lui ? » Demandes-tu avec clairvoyance. Pas étonnant mais pas normal. Toute infirmière des urgences devait apprendre à gérer les cas difficiles : patients agressifs, alcooliques, parfois atteints de maladies mentales ou de phobies, patients ne voulant pas se faire soigner… S’adapter à leurs angoisses ou à leur état était aussi important que le reste, car c’était le seul moyen de les soigner… C’est ce que tu expliques à la jeune Maggie avant de pousser la porte de la salle de soins où se trouve ton nouveau patient…

Celui-ci est couché sur la table d’examen, ou plutôt recroquevillé tandis que deux infirmiers et une infirmière l’observent à une distance respectueuse. Ou plutôt à une distance de sécurité. Il a l’air vraiment mal en point et aux abois et tu sens ton cœur se serrer en le voyant ainsi. Surtout quand  ton regard se pose sur le sang qui s’écoule toujours de sa plaie. « Personne n’a pensé à au moins s’occuper de la plaie pour que le sang arrête de couler ? » Souffles-tu, incrédule. Ce n’était pas ton genre d’être cassante mais la façon dont on traitait les patients avec des problèmes psychiatriques t’avait toujours révoltée. « Ce patient n’est pas un animal de foire. Si vous n’avez pas prévu de lui donner des soins, vous n’avez plus rien à faire ici. Ce n’est pas un spectacle. » Dis-tu, assez sèchement. L’infirmière s’en va, baissant la tête mais les deux infirmiers de l’hôpital psychiatrique n’esquissent pas un geste. « Je pense qu’il ne me fera rien si vous lui avez donné un sédatif… Il a le droit à un peu d’intimité, comme tout le monde. » Ils finissent par partir, d’assez mauvaise grâce, arguant qu’ils resteront derrière la porte en cas de besoin. Mais tes pensées à toi vont déjà en direction du patient.

Tu te rapproches très doucement de lui pour ne pas l’effrayer. Il réagit à ton approche, levant les yeux vers toi. Tu y lis la peur, la douleur, la lassitude, le défi et tu te demandes quand pour la dernière fois, on lui a témoigné de l’humanité… Tu lis son nom sur le classeur que Maggie t’as remis. « Monsieur Vassilievitch ? Bonjour. Je suis l’infirmière Patel. Est-ce que vous êtes d’accord pour que j’examine vos blessures ? Vos radios font état d’une fracture du poignet. Il faudrait que je puisse vous recoudre afin qu’on puisse mettre rapidement un plâtre. Plus vite, nous agissons, mieux les os se ressouderont. » Tu te rapproches encore de lui, à petits pas, attendant son consentement. Si tu voulais gagner sa confiance et lui montrer que tu le traitais en humain, tu ne pouvais rien faire sans ce dernier… Tu as l’impression qu’il esquisse un sourire mais ça pourrait tout aussi bien être un rictus de douleur… D’ailleurs en parlant de douleur… « Je lis dans votre dossier qu’on vous a donné un sédatif mais est-ce que vous voulez quelque chose pour la douleur ? Je pense que cette fracture doit bien vous faire souffrir... »

_________________


skinny love
can you hear when I say I have never felt this way ?
Revenir en haut Aller en bas
Dimka Vassilievitch
Dimka Vassilievitch
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Luche
TON AVATAR : Jensen Ackles
TES CRÉDITS : Tag
TA DISPONIBILITE RP : Présence Limité
RAGOTS PARTAGÉS : 59
POINTS : 84
ARRIVÉE À TENBY : 17/11/2019
[Flashback] Don’t be afraid for a moment  || Jaya 14ybckw
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
CÔTÉ COEUR : Célibataire
PROFESSION : ex-mécano, dans le flou
REPUTATION : Dim ... Oh mon Dieu, Dimka Vassi machin que je n'arrive jamais à prononcer. Je me demande comment j'ai pu l'oublier aussi facilement, lui qui laisse une fameuse trace dans une ville comme Tenby. En tous cas, rien ne semble avoir changé. Je dirais même que son sale caractère a doublé depuis sa dernière visite. Pas besoin de s'étaler pendant des heures.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

[Flashback] Don’t be afraid for a moment  || Jaya Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Don’t be afraid for a moment || Jaya [Flashback] Don’t be afraid for a moment  || Jaya EmptySam 11 Jan - 13:47

Your cynicism buys me no more time here
Imagine my relief to hit the walls
Running from the weight of ancient labels


Dimka n'avait pas super envie de bouger, il fronça un peu le nez, mais les paroles de Jaya n'étaient pas forcément tendre envers les autres infirmiers qui le regardaient tel un monstre de foire. De ce fait, le russe se sentait légèrement plus en confiance, être seul avec Jaya était peut être le mieux et le Vassilievitch savait qu'il ne lui ferait aucun mal. C'était peut être la seule qui ne lui parlait pas mal, c'était peut être le début d'un peu de bientraitance ? Dimka se redressa un peu, il ne voulait pas non plus qu'elle prenne peur.

- Oui... Si vous voulez...Appelez moi Dimka, pas... Monsieur Vassilievitch...


Il en avait marre qu'on l'appelle simplement par son nom de famille. Il avait envie qu'on l'appelle enfin par son prénom. Il se pince doucement les lèvres et repose sa tête contre son le coussin du fauteuil. Dimka fronça un peu le nez en ajoutant doucement.

- j'vais pas vous faire de mal...


Il préférait mettre tout de même les choses au clair. Dimka l'observait, il ne savait pas vraiment s'il pouvait lui faire confiance, mais elle était la seule qui se préoccupait un tant soit peu de lui. Il leva les yeux sur elle pour la première fois et hocha la tête par la positive.

- Faites ce que vous voulez... Ouais ça fait mal, mais c'est peut être la seule chose qui au moins est sincère dans ce monde... Ca va, j'peux la supporter... Je suis solide vous savez...


Il la laissa approcher, il n'y avait pas grand monde qui arrivait à gagner la confiance du Vassilievitch qui gardait son bras toujours contre lui. Un geste qui n'empêchait pas la douleur, mais c'était une sorte de replis sur soi. Dimka ne quittait pas la brune des yeux, un léger mouvement de recul lorsqu'elle s'approche de lui, mais fini par se laisser faire. Il grimaça légèrement au contact du désinfectant sur la plaie.

- J'fais si peur que ça ? Je... J'suis pas méchant... J'suis pas dingue... J'suis pas un fou... J'ai rien fait pour mériter ça, être enfermé là bas...J'ai... plus personne...


Il ne voyait plus son frère jumeau et maintenant Dimka était vulnérable, il se sentait affreusement seul malgré les visites de sa soeur, ce n'était plus pareil. Bon il avait blessé quelques soignants... Le brun savait qu'il avait peut être dit des choses qu'il ne fallait pas.

- Et Vous... n'avez pas peur de moi, comme tous les autres ?


Il voulait connaître ses raisons à elle, il voulait savoir pourquoi elle voulait bien s'occuper de lui alors que tous les autres le voyaient comme un monstre. Il gardait son bras bien contre lui, il se sentait fatigué - a cause du sédatif - mais luttait malgré tout.

- Je... ça fait longtemps que vous êtes infirmière ? Vous n'êtes pas native d'ici, si ?


Il voulait faire la conversation, pour paraître moins froid, moins agressif, plus humain aussi, comme elle l'était avec lui. Il retient un gémissement de douleur, elle allait devoir recoudre et anesthésier la zone à recoudre. Il fronça de nouveau le nez. Il vit la seringue et se mordit la lèvre inférieure.

- Allez y... j'ai pas peur d'une piqûre... j'ai besoin de points faut bien que je sois anesthésier...


Il ne bougeait pas d'un pouce, il allait se laisser faire en restant aussi inoffensif que possible.

_________________

☽☽ You can take your time I'll be on the front porch Keepin' on the light You can see it if you look for it.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


[Flashback] Don’t be afraid for a moment  || Jaya Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Don’t be afraid for a moment || Jaya [Flashback] Don’t be afraid for a moment  || Jaya Empty

Revenir en haut Aller en bas

[Flashback] Don’t be afraid for a moment || Jaya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: The Outskirts :: Tenby Cottage Hospital-