AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
♣ Bienvenue sur Whispers Down The Lane ! L’intrigue du forum se situe à Tenby, petit village gallois où il fait bon vivre et où les rumeurs font le délice des habitants. Mais ne vous fiez pas aux apparences : ici, tout le monde est bienvenu ! L’esprit du forum, c’est convivialité, détente, et un peu de drama aussi ! Nous acceptons tous les personnages, et n’exigeons aucun minimum de rp par mois. On attend plus que vous !
Tenby, février 2020
5°C/11°C ♣ L'hiver est bien installé, et Tenby le subit de plein fouet. Il y a même eu un peu de neige, même si elle n'a pas tenu bien longtemps. Ce qui est sûr, c'est que le vent et la pluie sont partis pour durer, et qu'il va encore faire froid un moment.
♣ Avez-vous entendu ? Dimka Vassilievitch a été libéré de l’hôpital psychiatrique, où il avait été interné à cause de sa schizophrénie. Ce n’est pas rassurant de le savoir en ville, non ? Je me demande ce qu’il faut faire…Venez donner votre avis ici.
Le Deal du moment : -28%
HUAWEI MateBook – PC Portable 13″
Voir le deal
720 €

Partagez

I am aching now to let you in again + Meylirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Trystan Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Trystan Meylir

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : dopamine (avatar) wifey (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (3/3)
Dylana - Fiona
A venir : Lexia
RAGOTS PARTAGÉS : 1096
POINTS : 2697
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017
I am aching now to let you in again + Meylirs  Tumblr_oc8ms8PbMW1tu1gjuo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Il a retrouvé l'amour de sa vie et ne parvient toujours pas à croire en sa chance.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On dirait qu'il se reprend doucement mais sûrement... Il était temps, il commençait vraiment à ressembler à une épave... Je me demande ce qui motive cette reprise en main cela dit...

I am aching now to let you in again + Meylirs  Empty
MessageSujet: I am aching now to let you in again + Meylirs I am aching now to let you in again + Meylirs  EmptyMer 20 Nov - 20:08

Coming like a hurricane, I take it in real slow.
The world is spinning like a weathervane,
fragile and composed
I am breaking down again
I am aching now to let you in

Le froid devient mordant en cette fin d’après-midi de novembre et les rares touristes ayant eu le courage de se risquer à  une balade en mer n’ont pas poussé la témérité jusqu’à la faire sur le pont. Ce qui arrange bien Trystan. Aux commandes du bateau, seul dans la cabine de pilotage, il savoure quelques instants de tranquillité bien méritée sans que personne ne vienne lui casser les oreilles avec des questions sur la faune et la flore… C’est en fait sa sœur, Dylana, qui a récolté la tâche de s’occuper des passagers, massés bien au chaud dans la cabine vitrée du pont supérieur. Protégés des intempéries, ces derniers bénéficient tout de même d’une vue panoramique, ce qui leur permet de voir tous les décors bien au chaud… Ce bateau de tourisme avait coûté un bras au Meylir mais enfin, il commençait à le rentabiliser. En partie grâce à sa sœur, justement. Fidèle à la promesse qu’elle lui avait faite la dernière fois, sa cadette était venue l’aider de plus en plus souvent. Utilisant son expérience dans le tourisme et le voyage, elle avait repris toute la partie communication des sorties touristiques en mer que Trystan proposait pour arrondir ses fins de mois. Le changement avait été percutant. Les commentaires positifs avaient fusé de toute part, leur cote s’était envolée sur Trip Advisor… Il faut dire qu’entre le loup de mer bourru et la jeune femme dynamique et souriante, il n’y avait pas photo. Encore aujourd’hui, un bref coup d’œil permet au Meylir de voir que sa sœur est totalement dans son élément.

Cette impression se confirme quand le marin ramène le bateau au port à la fin de la visite. Il entend quelques commentaires enthousiasmes des touristes qui débarquent et les voient saluer Dylana avec un grand sourire sur les lèvres… Trystan n’allait pas le nier. Il était ravi de la tournure des évènements. Non seulement, grâce à l’aide de Dylana l’argent rentrait un peu plus et il pouvait un peu respirer auprès de ses créanciers mais en plus, les Meylir passaient plus de temps tous les deux. Le processus avait été long mais leurs rapports s’étaient enfin apaisés. Maintenant, ils se réhabituaient doucement l’un à l’autre, gommant doucement les rancœurs du passées. Pour le moment, ils étaient plus professionnels et courtois l’un envers l’autre, que réellement fraternels mais le temps commençait à faire son œuvre et de temps à autre, ils échangeaient une petite plaisanterie ou partageait un souvenir. Trystan était un homme têtu mais petit à petit, Dylana regagnait son respect, prouvant qu’elle n’avait pas menti lorsqu’elle avait parlé d’être là pour la famille. Elle l’impressionnait et enfin, il se sentait l’envie de faire un pas supplémentaire vers elle. Une fois le dernier touriste parti, il va donc la rejoindre sur le pont. " Ca a été ?" Demande t-il. La question rituelle de la fin de la journée. Le quota maximum de mots de Trystan en général. Mais pas aujourd'hui. En fait, il essaye même d'engager la conversation. « Je ne sais pas ce que tu fais à ces touristes mais ils ont l’air tellement enchantés de se geler pour regarder les falaises… Sérieusement, j’ai jamais eu autant de monde pour un mois de Novembre. Je croyais qu’on passerait une journée calme et il est presque 18h déjà ! C’est incroyable ! » Souffle t-il ébahi. Normalement, c’était le moment où ils descendaient tous les deux du bateau pour aller à l’entrepôt et partager les gains de l’après-midi mais Trystan choisit cette journée pour suivre l’impulsion qui le taraudait depuis quelques jours. « Tout ça pour dire qu’on a bien mérité une petite récompense ! J’ai de la bière en bas, tu en veux une ? » Première fois qu’il lui proposait de passer du temps ensemble sans motif professionnel. En espérant que ça ne foire pas.

_________________

What is a soulmate? A soulmate is someone who you carry with you forever. The person who knew you and accepted you, before anyone else did. Or when no one else would. And no matter what happens, you will always love them. And nothing could ever change that.

I am aching now to let you in again + Meylirs  482748114:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dylana Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Dylana Meylir

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Gwen, Eléa, Lexia & Keelin
TON AVATAR : Nina Dobrev
TES CRÉDITS : ava - avengedinchains ; signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Liam (3)

Terminé : Yevgenyia - Ainhoa - Trystan - Noah (1) - (Noah (2)) - Evan - Trystan (2) - Brendan - Ainhoa (2) - Max - Anniversaire Max - Trystan (3) - (Evan (2)) - (Dimka) - Liam - Annif Lula - Liam rdv enchère (2) - Trystan (4)


RAGOTS PARTAGÉS : 674
POINTS : 2332
ARRIVÉE À TENBY : 28/02/2016
I am aching now to let you in again + Meylirs  Tumblr_inline_np0k501Lta1tuh1ni_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : Le coeur s'est brisé une fois de trop, elle ne veut plus en entendre parler actuellement
PROFESSION : Travaille avec son frère depuis peu, gère l'aspect touristique de l'entreprise
REPUTATION : Il semblerait qu'elle se soit décidée à rester après ce retour fracassant. Etonnant pour cet électron libre qui ne tient pas en place.

I am aching now to let you in again + Meylirs  Empty
MessageSujet: Re: I am aching now to let you in again + Meylirs I am aching now to let you in again + Meylirs  EmptyDim 24 Nov - 22:38

I don't ever want to let you down
I don't ever want to leave this town
'Cause after all
I'm just the same as I was

Sur le pont supérieur, Dylana jouait la guide depuis la mer entre falaises asymétriques et vues à couper le souffle. Le froid perçant de novembre englobait le bateau. Assis au chaud sous les vitres, les passagers les plus intéressés écoutaient tantôt les informations ou posaient des questions à la brune. Des plus distraits préféraient focaliser leur attention uniquement sur l’extérieur tandis que d’autres luttaient contre le mal de mer. L’après-midi ressemblait aux précédentes. Depuis plusieurs semaines, les deux Meylir s’étaient arrangés pour travailler ensemble quand Trystan en avait terminé avec sa pêche matinale. En seconde moitié de journée, il prenait les commandes du bateau touristique pendant que la jeune femme gérait les touristes, une association qui fonctionnait bien car il pouvait ainsi accorder toute son attention au navire et fuir le côté social que Dylana maitrisait mieux pour avoir déjà travaillé dans le milieu du voyage. En dehors des explications sur le bateau, elle s’occupait de la communication et la publicité des sorties en mer, ce qui avait attiré un plus grand nombre de touristes que d’ordinaire en cette période de l’année. A l’aise, elle se plaisait de plus en plus dans ce travail. Parfois, elle jetait un regard en direction de son frère pour voir si tout se passait bien mais il gérait parfaitement son rôle.

A la fin de la visite, Trystan ramena le bateau à bon port et Dylana récolta des commentaires positifs lorsque les touristes descendirent du bateau. Les rapports entre le frère et la sœur s’étaient détendus et ils passaient de plus en plus de temps ensemble. La brune avait compris que les finances de l’entreprise n’étaient pas au meilleur point mais elle n’en parlait jamais au pêcheur. Elle évitait soigneusement les sujets sensibles et elle ne prenait généralement que son traditionnel café lorsqu’ils rentraient au port avant de repartir chez elle. Toutefois, la fin de la journée s’annonçait légèrement différente aujourd’hui. Lorsque le dernier touriste s’éloigna, Trystan s’approcha d’elle comme d’habitude et lui demanda comment avait été la journée. « Très bien. Le groupe était content de la sortie en mer. » Quand tout allait bien et que Dylana n’était pas en mode impulsive, son quota de mots ne dépassait pas celui de son frère. Jusqu’à ce que Trystan reprenne la parole pour louer son bagout. Il constatait une nette amélioration en termes de fréquentation touristique à cette époque de l’année. « Je ne sais pas non plus. J’ai peut-être un super pouvoir ou je suis trop charmante. » Un premier sourire étira ses lèvres. « J’aime bien leur parler de ces falaises… Le coin est magnifique, il mérite d’être vanté. Et pour l’affluence, c’est la magie de la pub sur les réseaux sociaux. Tu sais, cette autre planète dénommée Internet. Le bouche à oreille ne suffisait plus. » Dylana esquissa un nouveau sourire taquin, elle prenait plaisir à le charrier sur la façon dont il fuyait éperdument toute forme de technologie, sans virer dans la moquerie. C’était pourtant par ce biais qu’il pouvait attirer un peu plus de monde. Toutefois, la foule ne se bousculait pas non plus au portillon car Tenby restait une petite localité du Pays de Galles, pas une grande ville touristique. « Et toi ? La mer n’était pas trop agitée aujourd’hui. Personne n’a été complètement malade. »

Trystan offrit ensuite de partager une bière après cette journée de travail. Pendant un instant, Dylana considéra sa proposition. Tous ces moments qu’elle avait passé avec lui dernièrement par le biais du travail sur le bateau la projetèrent dans ceux partagés pendant leur enfance. Beaucoup d’entre eux résonnaient comme des souvenirs heureux entre chamailleries fraternelles et une complicité plus solide alors. Elle repensait à toutes les raisons qui la liaient à son frère et celles surtout qui l’avaient poussé à quitter Tenby. Les blessures du passé, leur rude mode de vie, la mort prématurée de leurs parents et tant d’autres événements qui l’avaient marquée. Dylana avait fini par ne plus se reconnaître à force. La petite fille sage et promise à un brillant avenir avait trouvé dans ses voyages et ses fêtes, un moyen extérieur d’échapper à sa souffrance, une souffrance qu’elle ne savait pas exprimer en mots suffisamment forts. Combler l’absence et le manque par l’envie de remplir sa vie autrement. Jusqu’au jour où elle s’était rendu compte qu’elle avait renoncé à l’essentiel pour un monde superficiel. Et aussi indépendante qu’elle était devenue, Dylana avait ressenti le besoin de revenir et de reconstruire ce qu’elle avait détruit, parce qu’elle ne s’était plus sentie à sa place nulle part depuis longtemps. Trystan réussissait progressivement et involontairement à lui faire oublier les blessures profondes. A la vérité, si elle en avait la volonté, elle pouvait désormais trouver la force de rester un moment à ses côtés. De rétablir ce qui existait avant. De retrouver son frère. La seule famille proche qui lui restait. « Oh oui ! Volontiers. Toujours partante pour une bière ! » Debout près de la sortie du bateau, elle revint sur ses pas et rejoignit Trystan.

_________________

Home sweet home
Do not open memories. ▬ I'm not looking for somebody with some superhuman gifts, some superhero, some fairytale bliss, just something I can turn to, somebody I can kiss, I want something just like this.
Revenir en haut Aller en bas
Trystan Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Trystan Meylir

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : dopamine (avatar) wifey (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (3/3)
Dylana - Fiona
A venir : Lexia
RAGOTS PARTAGÉS : 1096
POINTS : 2697
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017
I am aching now to let you in again + Meylirs  Tumblr_oc8ms8PbMW1tu1gjuo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Il a retrouvé l'amour de sa vie et ne parvient toujours pas à croire en sa chance.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On dirait qu'il se reprend doucement mais sûrement... Il était temps, il commençait vraiment à ressembler à une épave... Je me demande ce qui motive cette reprise en main cela dit...

I am aching now to let you in again + Meylirs  Empty
MessageSujet: Re: I am aching now to let you in again + Meylirs I am aching now to let you in again + Meylirs  EmptyDim 1 Déc - 18:46

Coming like a hurricane, I take it in real slow.
The world is spinning like a weathervane,
fragile and composed
I am breaking down again
I am aching now to let you in

Dylana confirme à Trystan que le groupe du jour était très satisfait de sa sortie. Les compliments de son frère font ensuite naître un sourire espiègle sur le visage de la brunette. « Je ne sais pas non plus. J’ai peut-être un super pouvoir ou je suis trop charmante. » Le marin a un fin sourire aussi face à cette réponse. Quand il le fallait, il ne manquait pas d’humour et ces derniers temps, plus que jamais, Fiona avait réveillé ce trait de caractère en lui. « Tu es aussi la personne la plus rapide pour prendre la grosses tête. » Dit-il en la taquinant légèrement. Il y avait peu de chance pour qu’elle en prenne ombrage vu qu’elle était en train de faire exactement pareil. Parce que si dans un premier temps, elle explique son succès en disant qu’il était facile de vanter un coin aussi magnifique que le leur, elle ajoute ensuite que la magie d’Internet et des réseaux sociaux n’était pas étrangère à leur succès grandissant, lui rappelant quel homme des cavernes il était. Il a une mine purement dégoûtée pour toute réponse. « Je préfère rester seul et méconnu que perdre mon âme en m’inscrivant sur une de ces merdes de réseaux sociaux. Ça rend les gens encore plus stupides qu’ils ne le sont déjà. Voilà bien la seule planète que je n’ai pas envie d’explorer. » Dit-il avec autant de véhémence que de conviction. Tenby avait beau être un peu préservée, cette ère virtuelle dans laquelle ils étaient en train de rentrer lui faisait froid le dos et il ne voulait surtout pas y prendre part. Cependant, vu la fragilité de sa relation avec sa sœur et tous les efforts qu’elle était en train de faire, il se reprend vite, s’adoucissant pour qu’elle comprenne bien que ce n’était pas à elle qu’il s’en prenait. « Enfin, je dois reconnaître que tu as fais des miracles en quelques semaines, alors je suppose que tu as raison sur l’intérêt d’Internet. Au moins sur le plan professionnel. C’est une bonne chose pour moi de t’avoir du coup. On a au moins une personne ouverte d’esprit et moderne à bord et on peut évoluer un peu. D’ailleurs, si tu as d’autres idées, tu peux m’en parler… »

Après tout, elle avait largement prouvé qu’il y avait de l’intérêt à écouter les suggestions et à ne pas être totalement braqué sur toute forme de changement. Si elle le souhaitait, elle avait bien mérité de pouvoir s’investir plus… Dylana lui demande ensuite comment lui avait ressenti la virée du jour. « Et toi ? La mer n’était pas trop agitée aujourd’hui. Personne n’a été complètement malade. » Pour un coup, ils étaient sur la même longueur d’onde, essayant tous les deux de prolonger la conversation d’une manière ou d’une autre. « C’est sûr que ça a dû te paraître calme par rapport à la première fois que je t’ai faite remonter sur un bateau. » Dit-il en faisant allusion à la tempête qu’ils avaient traversée ensembles, épreuve qui avait en quelque sorte marquée le début de leur renaissance. « Mais oui, ça a été agréable pour moi aussi. Tant que je ne dois pas parler aux gens, c’est toujours cool pour moi de prendre la mer et de naviguer… » Par la suite, et à la plus grande satisfaction du Meylir, sa sœur accepte de boire une bière avec lui et ils s’empressent de quitter le pont pour retourner dans la cabine, bien au chaud. Trystan pousse le chauffage au maximum et sort deux canettes d’une glacière glissée sous la banquette. Il les décapsule et en tend une à sa cadette. Il tend aussi la sienne en sa direction pour qu’ils puissent trinquer. « A notre succès grandissant… Et à notre association. » Il ajoute le deuxième toast après une brève hésitation, ayant peur d’en faire trop. Parce que pour lui, reconnaître le bienfondé de leur association était quasiment une déclaration d’amour. Très subtile, certes, mais s’en était une quand même… Il avait été si fermé à son retour, si réticent à l’idée de bosser avec elle ou même de passer du temps avec elle… Et maintenant, il était content d’avoir eu tort. Perdu dans ces pensées, il a laissé un petit silence s’installer mais il finit par le briser. « Alors comment va la vie pour toi en ce moment ? » Demande t-il en reportant son attention sur elle.

_________________

What is a soulmate? A soulmate is someone who you carry with you forever. The person who knew you and accepted you, before anyone else did. Or when no one else would. And no matter what happens, you will always love them. And nothing could ever change that.

I am aching now to let you in again + Meylirs  482748114:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dylana Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Dylana Meylir

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Gwen, Eléa, Lexia & Keelin
TON AVATAR : Nina Dobrev
TES CRÉDITS : ava - avengedinchains ; signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Liam (3)

Terminé : Yevgenyia - Ainhoa - Trystan - Noah (1) - (Noah (2)) - Evan - Trystan (2) - Brendan - Ainhoa (2) - Max - Anniversaire Max - Trystan (3) - (Evan (2)) - (Dimka) - Liam - Annif Lula - Liam rdv enchère (2) - Trystan (4)


RAGOTS PARTAGÉS : 674
POINTS : 2332
ARRIVÉE À TENBY : 28/02/2016
I am aching now to let you in again + Meylirs  Tumblr_inline_np0k501Lta1tuh1ni_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : Le coeur s'est brisé une fois de trop, elle ne veut plus en entendre parler actuellement
PROFESSION : Travaille avec son frère depuis peu, gère l'aspect touristique de l'entreprise
REPUTATION : Il semblerait qu'elle se soit décidée à rester après ce retour fracassant. Etonnant pour cet électron libre qui ne tient pas en place.

I am aching now to let you in again + Meylirs  Empty
MessageSujet: Re: I am aching now to let you in again + Meylirs I am aching now to let you in again + Meylirs  EmptyDim 8 Déc - 17:29

I don't ever want to let you down
I don't ever want to leave this town
'Cause after all
I'm just the same as I was

Un rire s’échappa des lèvres de Dylana lorsque son frère afficha une mine de répulsion à la simple évocation d’Internet. Trystan fuyait les technologies comme d’autres avaient la phobie des araignées. Libre à lui de vivre éloigné de la modernité si tel était son choix, cependant les nouvelles technologies représentaient bien des choses en termes de progrès, notamment de nouveaux canaux de publicité et de communication. En revanche, l’utilisation que l’on en faisait était une autre matière de discussion. « Comme dans beaucoup de cas, l’outil n’est pas le problème. Tout dépend ce que l’on en fait surtout. C’est la même chose avec les avancées scientifiques : tu peux trouver un remède pour traiter une maladie incurable ou annihiler toute une tranche de la population par une infection. Chaque découverte a ses bons et ses mauvais côtés. » Aussi entière que son frère quand il s’agissait de défendre ses convictions, Dylana s’enflammait toujours vite dans des débats qui l’intéressaient. Néanmoins, ce n’était ni le lieu ni le moment d’entrer dans tous les aspects de cette thématique. De plus, Trystan reconnut l’utilité de la publicité sur le plan professionnel car la fréquentation touristique avait effectivement augmenté. Il salua l’ouverture d’esprit de sa sœur car l’entreprise évoluait un peu sur le plan de la modernité et l’invita à suggérer d’autres idées si elle en avait. Cette proposition la surprit car son frère aimait en général mener sa barque comme il l’entendait mais elle soulignait surtout qu’il l’intégrait petit à petit dans l’affaire familiale comme une entité. Elle prit bonne note de cette avancée incroyable entre eux qui la toucha mais elle ne voulait pas en faire trop alors elle se concentra sur le sujet qui les occupait. « Merci... Je suis contente si tu as ressenti un changement dans le sens positif. Malheureusement, nous vivons dans une ère où si nous ne suivons pas le mouvement – certaines avancées – nous ne pouvons pas survivre. Tu n’es pas le seul à proposer des tours de la région en bateau et la concurrence peut vite devenir rude. Ce qu’il faudrait, c’est réussir à séduire des personnes qui font partie de critiques ou de livre-guide touristiques pour que tu sois recommandé et que les touristes du coin viennent se bousculer au portillon. Le nombre de gens qui se baladent avec un livre de la région sous la main est impressionnant… » La brune poursuivit sur sa lancée puisque Trystan l’avait incitée à évoquer d’autres idées. Ses sorties en mer étaient déjà bien car les touristes pouvaient se forger une belle idée des paysages du littoral et ressortaient contents du bateau mais il manquait ce petit truc en plus qui rendrait les balades vraiment exceptionnelles. « Nous avons la chance de naviguer dans le parc national côtier du Pembrokeshire. Ce qu’il faudrait c’est un truc spécial aussi pendant le tour. La visite d’un coin magnifique et reculé, trouver un endroit où l’on peut observer des animaux marins comme les baleines, les phoques ou les oiseaux de mers, la vue sur des vestiges uniquement par la mer… Le genre de lieux qui doivent rester préservés… Tu vois, il faudrait un truc uniquement accessible en bateau, peut-être même par une autorisation spéciale des autorités de la région par exemple… Ce qui te rendrait incontournable. Je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire ou si ça te donne une idée susceptible de correspondre à ma description. » Marin aguerri de la région, Trystan connaissait les moindres coins et recoins du parc national. De plus, il avait la confiance des autorités locales alors pourquoi ne pas l’envisager à court terme.

Le duo Meylir évoqua ensuite la visite du jour. Trystan était satisfait des conditions météorologiques bien plus paisibles que le jour de la tempête. « Oui c’est le jour et la nuit entre la première fois et aujourd’hui. » Le pêcheur avait apprécié la virée en mer car il ne devait se préoccuper que du bateau et pas se concentrer à parler aux gens, ce qu’il fuyait plus que tout. Ce trait de caractère de Trystan ne se révélait pas le plus avantageux pour devenir guide touristique… Il préférait la solitude des pêches matinales aux blablas des balades. Chaque Meylir avait donc trouvé dans la dynamique de ces dernières semaines un rôle qui lui collait bien à la peau puisque Dylana était plus à l’aise dans celui de l’accompagnatrice que dans la navigation. Sur cet échange, elle accepta ensuite l’invitation de son frère et le suivit dans la cabine pour s’y poser confortablement au chaud. La brune attrapa la bière tendue par le capitaine du navire et elle trinqua avec lui, surprise par le choix de ses mots. Notre association. Trystan venait de la déstabiliser royalement. Il lui adressait la plus belle déclaration. Travailler ensemble et être plus souvent en contact semblaient déclencher des ouvertures inattendues entre eux. « Wow… Eh bien oui ! A tout ça et à nous. » Répondit-elle alors d’un ton enjoué. La jeune femme n’avait pas envie se poser des questions ou de revenir là-dessus. Dylana n’aurait pas non plus étreint son frère même si l’envie lui en avait parcouru l’esprit car Les Meylir n’avaient jamais été très démonstratifs entre eux et surtout elle restait prudente avec lui. En effet, tout pouvait tellement vite dérailler entre eux qu’elle ne faisait pratiquement jamais de pas vers lui. Ses actes se révélaient plus parlants qu’elle : elle était restée et travaillait auprès de lui avec la volonté de réparer leur lien. « Je trouve qu’on a réussi à trouver un bon équilibre. »

Dylana but une gorgée de sa bière et lança ensuite une autre question professionnelle. « A ce propos, tu n’as toujours pas retrouvé quelqu’un pour t’accompagner à la pêche ? » Evan était tellement accaparé par sa fille qu’il avait arrêté d’aider son frère depuis un bon moment. Il reviendrait peut-être un jour mais ce n’était pas prévu prochainement. Loin dans l’esprit de la jeune femme de se proposer, ce mode de vie n’était absolument pas fait pour elle : trop rude et trop contraignant. Si elle avait exceptionnellement aidé Trystan l’autre fois, elle ne souhaitait pas réitérer l’expérience quotidiennement. Il avait peut-être trouvé un marin depuis lors. Après le thème du travail, un petit silence s’ensuivit que le Meylir brisa en demandant à la brune comment se passait sa vie en ce moment. Depuis qu’ils ne se disputaient plus, le frère et la sœur n’avaient plus évoqué des aspects de leur vie privée et leur conversation se résumait généralement à ce qui se passait sur le bateau. C’est pourquoi elle ne savait même pas ce qu’elle pouvait bien lui raconter tellement il était à mille lieux de connaitre sa vie d’aujourd’hui. « Bien. C’est un peu vide à la maison depuis qu’Ainhoa est partie à la recherche de réponses sur son mari mais elle a dit que je pouvais rester et elle m’a laissé son chien alors c’est cool. La vie de citadine, ça change. Tu as eu de ses nouvelles récemment ? » La jeune femme ne remercierait jamais assez sa cousine de son hospitalité grâce à laquelle elle pouvait se dépanner pour le moment, le temps de se dépatouiller suffisamment. Et puis, Dylana jouait aux dog-sitters donc tout le monde y trouvait son compte. En revanche, la brune restait toujours très vague sur le reste de sa vie. Ainhoa était le plus gros point commun qui lui restait avec Trystan. C’était connu : converser n’était pas la compétence la plus innée des Meylir. « Et toi, en dehors de la pêche ? »

_________________

Home sweet home
Do not open memories. ▬ I'm not looking for somebody with some superhuman gifts, some superhero, some fairytale bliss, just something I can turn to, somebody I can kiss, I want something just like this.
Revenir en haut Aller en bas
Trystan Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Trystan Meylir

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : dopamine (avatar) wifey (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (3/3)
Dylana - Fiona
A venir : Lexia
RAGOTS PARTAGÉS : 1096
POINTS : 2697
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017
I am aching now to let you in again + Meylirs  Tumblr_oc8ms8PbMW1tu1gjuo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Il a retrouvé l'amour de sa vie et ne parvient toujours pas à croire en sa chance.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On dirait qu'il se reprend doucement mais sûrement... Il était temps, il commençait vraiment à ressembler à une épave... Je me demande ce qui motive cette reprise en main cela dit...

I am aching now to let you in again + Meylirs  Empty
MessageSujet: Re: I am aching now to let you in again + Meylirs I am aching now to let you in again + Meylirs  EmptyMer 18 Déc - 17:00

Coming like a hurricane, I take it in real slow.
The world is spinning like a weathervane,
fragile and composed
I am breaking down again
I am aching now to let you in

L’outil n’était pas forcément le problème, mais plutôt l’utilisation qu’on en faisait. C’est l’argument que soulève Dylana pour défendre les vertus d’Internet, faisant un parallèle intéressant avec les grandes découvertes scientifiques. Trystan passe sa main dans sa barbe, partagée dans sa position. « C’est pas faux… Mais c’est comme les tarés de la NRA avec leurs slogans « Guns don’t kill people, people kill people ». C’est tout à fait exact mais peut-être que le point justement, c’est de se dire que certains outils potentiellement destructeurs ne sont pas à mettre à la disposition de tout le monde. » Bon certes, il y allait fort parce que lui faisait limite un parallèle entre les réseaux sociaux et des armes à feu mais il éprouvait une véritable répulsion pour ce que le monde était en train de devenir à cause des premiers. Des gens greffés à leurs téléphones, ne quittant plus leurs écrans des yeux, ne prenant plus le temps de vivre simplement, préférant mettre leur vie en vitrine et tester leur popularité auprès de parfaits inconnus… Non, ça le dépassait vraiment. Mais le débat ne s’envenimera pas car il était d’accord que sur le plan professionnel, Internet les avait beaucoup aidés et pour une fois, il n’économise pas ses mots lorsqu’il s’agit de chanter les louanges de Dylana pour cela. Il l’encourage d’ailleurs à dire franchement ce qu’elle pense et même à lui soumettre ses idées si elle en a.

La brunette ne se prive pas de le faire. Elle lui rappelle qu’ils couleront s’ils ne suivent pas le mouvement car il existe bel et bien de la concurrence. Pour elle, il était important de gagner en visibilité dans les guides touristiques ou sur les sites spécialistes. Trystan médite quelques instants puis… « Je pense que c’est une bonne idée. Même si encore une fois pour ça, je vais avoir de ton aide. Tu me connais, j’ai du mal à séduire qui que ce soit… Comment ça fonctionne ces trucs là ? Il faut inviter les personnes qui rédigent les guides pour un tour ou ils viennent anonymement ? Tu saurais comment organiser ça ? » Comme le prouve cette observation de Dylana qui a remarqué tous les touristes avec leur guide en main et l’idée qui en a découlé, elle est d’une redoutable intelligence. Trystan ne peut pas s’empêcher de ressentir une impression de gâchis en pensant à ce qu’elle serait devenue si elle avait poursuivi ses études au lieu d’aller s’éclater… Cependant, il reste impassible, ne voulant pas faire percevoir cette sensation fugace à sa petite sœur. Après, il y a peu de chance qu’elle ait remarqué cette brève lueur qui était passée dans ses yeux, tant les siens brillent d’excitation alors qu’elle suggère une seconde idée, poursuivant sur sa lancée.

Sauf que celle-ci ne reçoit pas du tout l’approbation du marin cette fois. Et il n’a même pas besoin d’y réfléchir. « C’est une bonne idée aussi et c’est clair que ça pourrait nous faire gagner beaucoup d’argent mais non. Je refuse qu’on fasse quelque chose comme  ça. » Dit-il très clairement. Autant la première suggestion n’appelait pas un compromis trop violent autant celle-ci était une trahison de ce en quoi il croyait. « Comme tu dis, le genre de lieu que tu viens de décrire doit rester préservés. Si la faune ou la flore s’épanouissent là-bas, c’est justement parce qu’il n’y a aucune présence humaine. Je refuse de ruiner ça pour le plaisir de quelques portefeuilles garnis. La nature a ses droits aussi et même si nos semblables l’assassinent un peu plus chaque jour, je n’y prendrai pas part pour faire plus d’argent. Hors de question. Je ne pourrai plus me regarder dans une glace après ça. » Les Meylir étaient pareils, ils exprimaient tous les deux leurs convictions sans concessions. Trystan venait de le faire une fois de plus avec force au risque que sa sœur en prenne ombrage. Mais vraiment, il n’avait pas la force de prendre plus de gants alors que la préservation de la vie sauvage lui importait tant.

Pourtant, il ne voulait vraiment pas gâcher l’ambiance avec Dylana. Il ne voulait pas qu’elle parte.  Pas alors qu’elle venait d’accepter de prendre une bière avec lui et qu’ils venaient de trinquer à leur association florissante. Comme l’avait dit la jeune femme, ils avaient trouvé le « bon équilibre ». Il se radoucit donc un peu. « Je suis d’accord, on a trouvé le bon équilibre. Et je pense qu’au nom de ça, on devrait arrêter de parler boulot pour ce soir. » Dit-il en tentant de lui faire un petit sourire. Mais il était tellement peu rôdé à l’exercice que ça ressemblait plus à un rictus au final. Il arrête donc de se ridiculiser et répond à la question suivante de sa cadette à la place. « Non personne n’est assez fou pour signer pour un job pareil. » Dit-il d’un ton désabusé lorsqu’elle lui demande s’il avait trouvé un remplaçant à Evan. Il secoue la tête. Ce n’était pas un sujet facile à évoquer pour lui. Perdre Evan pour le quotidien avait été un coup dur. Et pas seulement pour l’aspect pêche… « Et honnêtement comment je remplace mon meilleur ami de toujours qui connaît le bateau aussi bien que moi ? Je serai trop exigeant avec son remplaçant je pense… » Il est le premier surpris d’avoir développé sa pensée, de s’être un peu livré. Le temps avait vraiment apaisé sa rancune et maintenant, il voulait à nouveau partager les infos clés de sa vie avec sa petite sœur. Et elle semble le comprendre car elle fait de même, parlant ensuite du départ d’Ainhoa. Elle aussi avait perdu quelqu’un d’important.

Trystan sent la compassion s’éveiller dans son cœur en imaginant sa petite sœur toute seule dans la grande maison de leur cousine. Finalement, cette foutue rancune avait pris le meilleur de lui-même car c’était cruel de lui infliger ça. Il se sent mal tout à coup. « Tu sais si tu te sens trop seule, tu peux passer à la maison de temps en temps quand je ne suis pas à la pêche… » Dit-il d’un ton bourru. « Tu n’as retrouvé personne d’avant ? Tes anciens amis ? Ils ont tous quitté Tenby ?... Et non pas de nouvelles d’Ainhoa de mon côté. Elle te parle plus à toi tu sais… Tu en as eu quand toi, d’ailleurs ? » Reprend t-il rapidement comme pour gommer l’émotion qu’il venait de ressentir lorsque Dylana lui avait avoué qu’elle se sentait seule. Quant à Ainhoa, il savait que leur cousine traversait une grosse crise existentielle mais ils ne sont pas assez proches pour qu’elle se soit confiée à lui ou qu’il se sente légitime à la soutenir… Il n’était vraiment pas bon avec sa famille en ce moment…   « Et toi, en dehors de la pêche ? » Lui demande ensuite la jeune femme, le tirant de ses pensées mélancoliques. Il redresse la tête. Là, il avait du positif à annoncer et après une brève hésitation, il décide ce que ce n’est pas insensible de faire part à Dylana de son bonheur récent. « Fiona et moi, on s’est remis ensemble. Je tenais à te l’annoncer. Enfin peut-être que les rumeurs m’ont devancées et que tu le sais déjà mais là au moins tu as la confirmation officielle. » Il se détend un peu. De toute façon, c’était comme si prononcer le prénom de l’élue de son cœur illuminait toute sa personne.

_________________

What is a soulmate? A soulmate is someone who you carry with you forever. The person who knew you and accepted you, before anyone else did. Or when no one else would. And no matter what happens, you will always love them. And nothing could ever change that.

I am aching now to let you in again + Meylirs  482748114:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dylana Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Dylana Meylir

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Gwen, Eléa, Lexia & Keelin
TON AVATAR : Nina Dobrev
TES CRÉDITS : ava - avengedinchains ; signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Liam (3)

Terminé : Yevgenyia - Ainhoa - Trystan - Noah (1) - (Noah (2)) - Evan - Trystan (2) - Brendan - Ainhoa (2) - Max - Anniversaire Max - Trystan (3) - (Evan (2)) - (Dimka) - Liam - Annif Lula - Liam rdv enchère (2) - Trystan (4)


RAGOTS PARTAGÉS : 674
POINTS : 2332
ARRIVÉE À TENBY : 28/02/2016
I am aching now to let you in again + Meylirs  Tumblr_inline_np0k501Lta1tuh1ni_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : Le coeur s'est brisé une fois de trop, elle ne veut plus en entendre parler actuellement
PROFESSION : Travaille avec son frère depuis peu, gère l'aspect touristique de l'entreprise
REPUTATION : Il semblerait qu'elle se soit décidée à rester après ce retour fracassant. Etonnant pour cet électron libre qui ne tient pas en place.

I am aching now to let you in again + Meylirs  Empty
MessageSujet: Re: I am aching now to let you in again + Meylirs I am aching now to let you in again + Meylirs  EmptyMer 25 Déc - 22:33

I don't ever want to let you down
I don't ever want to leave this town
'Cause after all
I'm just the same as I was

A l’instar de Dylana, Trystan avançait son point de vue bien engagé sur le débat relatif aux nouveaux moyens de communication. Il partageait l’avis de sa sœur sur la mauvaise utilisation de ces outils mais il soulignait aussi que tout n’était pas à mettre à la disposition de tout le monde en prenant en exemple les armes à feu, ce qui éviterait des tentations ou des désastres malheureux. Au final, les deux Meylir se rejoignaient sur le fond mais pas sur la finalité de ces nouvelles technologies. « C’est vrai que tout n’est pas à mettre à la disposition de tout le monde. Mais une personne mal intentionnée trouvera toujours le moyen de causer du tort si c’est ce qu’elle veut. » Admit la jeune femme. « Pour en revenir aux avancées dans les moyens de communication, je suis convaincue de leur utilité. Il est beaucoup plus facile de trouver une information ou de joindre rapidement une personne en cas de besoin, sans attendre une lettre pendant trois semaines comme au temps de la guerre où tu n’avais parfois aucune nouvelle et tu ne savais même pas si ton proche avait disparu. Maintenant, tout est à portée de main. Malheureusement, les relations sociales se sont détériorées parce que beaucoup de gens préfèrent se réfugier derrière leur écran ou y consacrer tout leur temps pour des futilités. Et c’est bien dommage. Je te rejoins complètement là-dessus. » A ce niveau-là, Dylana se rangeait également du côté de son frère. Elle était inscrite sur des réseaux sociaux, utilisait régulièrement son téléphone, mais elle n’était pas vissée à un smartphone vingt-quatre heures sur vingt-quatre ou ne cherchait pas absolument l’attention en exposant une fausse vie idyllique au travers de photos postées. Pour elle, rien ne remplaçait les relations réelles et les moments présents passés avec les proches même s’il lui arrivait de prendre quelques photos en soirée, de répondre de temps en temps à un message. Elle réussissait à s’en passer, surtout quand elle travaillait (et il n’aurait pas fallu que son frère tombe sur elle en train de pianoter sur le clavier de son téléphone pendant un tour guidé). Les gens devaient apprendre à limiter leur usage et à changer leur mentalité. Des études menées récemment démontraient que l’usage abusif de réseaux sociaux déprimaient les gens. Tout le monde essayait de montrer une vie parfaite qu’il n’avait pas et de faire envier les autres qui voudraient avoir la même chose. C’était pathétique.

Les deux Meylir convinrent tout de même de leur utilité sur le plan professionnel et Trystan invita ensuite sa sœur à lancer d’autres idées pour l’entreprise si elle en avait. Dylana lança donc une première idée consistant à sortir du lot de la concurrence grâce à la recommandation de sites spécialisés ou de guides touristiques sur la région. En effet, la jeune femme avait aperçu de nombreux touristes un livre sous le bras. Séduit par la proposition, le marin demanda à sa sœur la façon d’organiser tout ça. « Normalement, il y a des gens qui viennent anonymement pour évaluer l’activité en toute objectivité mais rien n’empêche d’en inviter pour montrer ce que tu fais. Je vais potasser le sujet. Je n'ai pas beaucoup d'expérience en la matière. » Dylana creuserait son idée et prendrait différents contacts car elle avait lancé la proposition sans avoir regardé plus loin. Le but serait de gagner une meilleure visibilité à long terme pour que les touristes viennent se bousculer chez Trystan. Elle suggéra ensuite une autre idée qui reçut un accueil bien moins chaleureux. Le pêcheur avait ses principes et la préservation de la nature était un des plus précieux pour lui. Hors de question d’y déroger pour quelques billets supplémentaires. Soit, Dylana ne faisait qu’émettre des idées dans la discussion. Il n’était pas obligé de toutes les approuver. « Ok, pas de soucis. C’était juste une proposition parmi d’autres. » La jeune femme respecta le choix de son frère qui avait très clairement exprimé son refus.

Alors qu’ils s’étaient installés autour de la table pour partager une bière, le bilan de la bonne journée associé à l’évidence que les deux Meylir mettaient de l’eau dans leur vin pour accepter l’avis de l’un et de l’autre les aidèrent à constater qu’ils avaient trouvé une bonne dynamique entre eux. Sur cette bonne note, Trystan proposa de ne plus parler boulot ce soir, bien que sa cadette lui adressa une ultime question en rapport à la pêche : avait-il retrouvé un compagnon de mer ? Sa réponse vibrante lui donna un indice sur l’émotion pudique du pêcheur. Elle qui avait un jour dit à son frère que tout le monde finissait par le quitter (avant qu’Evan ne soit plus sur le bateau), elle avait l’impression d’entendre cette phrase résonner douloureusement aujourd’hui, comme un cercle vicieux contre lequel Trystan ne pouvait rien. « C’est sûr que personne ne pourra le remplacer sur ses qualités humaines, on ne remplace pas un ami de toujours. C’est juste que je n’aime toujours pas l’idée que tu partes des journées entières tout seul par tempête, même avec ton expérience. » Dylana venait subtilement d’adresser un compliment à son frangin mais ce n’était pas l’objet de la discussion car elle n’avait pas envie de ranimer des discussions houleuses, aussi elle anticipa afin de contrer toute réaction négative par rapport à sa remarque. « Enfin, c’était déjà notre éternel débat quand j’étais petite et quand j’ai travaillé avec toi l'autre jour. Comme quoi, tout n’a pas changé. Comme tu l’as dit, le vrai blocage, c’est que tu serais trop exigeant avec le pauvre nouveau. Et puis remplacer Evan, ça rendrait son départ plus réel non ? » Elle marqua une pause et émit un souhait car elle l’appréciait aussi et n’avait pas eu assez le temps de bien le connaître puisqu’elle s’était absentée plusieurs années de Tenby. « J’espère qu’il reviendra, sa petite est adorable. » Dylana avait gardé le petit bout à maintes reprises lors des sorties en mer du Robbins alors elle avait eu le temps d’apprécier l’enfant. Un retour réjouirait aussi son frère.

En parlant de personne partie, la jeune femme évoqua ensuite Ainhoa qui avait quitté Tenby. La Meylir était restée chez sa cousine. Elle vivait en effet seule dans cette grande maison avec les animaux de la vétérinaire mais elle l’aurait aussi été si elle avait loué un appartement. Trystan lui proposa alors de passer à la maison de temps en temps et lui demanda ensuite si elle n’avait pas retrouvé ses amis d’avant. Dylana ne voyait pas le rapport entre vivre seule et ses fréquentations mais son frère s’inquiétait de la savoir isolée alors elle ne releva pas. A la vérité, revenir dans la maison de ses parents avait été douloureux car Trystan n’avait pas hésité à ranger de nombreux souvenirs et à donner sa chambre à une intruse. Mais comme il lui avait fait comprendre qu’elle n’avait pas son mot à dire puisqu’elle était partie durant des années, elle ne rajouta rien non plus. Ces discussions-là, ils les avaient déjà eues. Trystan lui tendait une perche pour renouer progressivement. N’est-ce pas ce qu’elle avait espéré depuis son retour, cette ouverture ? « Oui bien sûr, je n'y manquerai pas. Et oui, la plupart sont partis. Tu sais comment c’est : il n’y en a pas beaucoup qui restent sur Tenby, surtout pour les études ou la recherche d’emploi. Mais je préférerai ne pas trop parler de tout ça. » Le problème dans son mode de vie actuel, c’est qu’elle était persuadée que le style de gens avec qui elle trainait n’attirerait pas l’approbation de son frère (Max, Liam, …). Trop people ou fêtards, les « amis » de Dylana représentaient généralement ce que Trystan exécrait le plus au monde. Ce n’était pas qu’elle avait besoin de sa permission ou autre, mais elle n’avait juste pas envie d’en parler et de lire de nouvelles déceptions dans son regard. La brune en revint donc à Ainhoa. « Je n’ai plus eu de message depuis la semaine passée… Aux dernières nouvelles, elle allait bien. Elle a eu une année compliquée et elle essaie de se remettre comme elle peut. Je pensais que tu en avais eu de plus récentes mais elle doit être occupée. » Ainhoa avait perdu son mari tout comme Trystan avait perdu Fiona de sa vie, donc il pouvait sûrement comprendre ce que leur cousine traversait et comment elle essayait de remonter la pente, même si dans le cas de la vétérinaire, cette situation était définitive.

En effet, lorsque Dylana s’enquit à son tour de la vie de son frère en dehors du travail, il lui annonça une heureuse nouvelle : il s’était remis avec Fiona. La cadette Meylir n’était qu’à moitié surprise car elle avait en effet entendu parler de leurs retrouvailles – la moindre bonne ou mauvaise nouvelle de cette ampleur se répandait vite à Tenby – mais elle avait attendu que l’information vienne de lui. « Oui j’avais vaguement entendu, tu sais comment c’est, mais maintenant que tu me le confirmes… Wow… C’est génial ! C'est digne d’un conte de fées ! » Leur histoire était quand même assez dingue. Ils s’étaient séparés contre leur volonté et ils se retrouvaient enfin après tout ce temps alors que chacun avait mené sa vie de son côté. Un réalisateur pourrait tourner un film sur leur histoire d’amour tellement elle était hors-du-commun. Puisque Trystan avait abordé le sujet, Dylana se permit alors une question qui lui trottait dans la tête. « Ça a été compliqué pour toi toutes ces années… En tout cas, je suis très contente pour vous ! Mais comment vous vous êtes retrouvés après tout ce temps ? Elle s’est souvenue de toi ? » Si la réponse s’avérait positive, c’était une bonne nouvelle pour eux. Peut-être que la pharmacienne n’était plus amnésique.



_________________

Home sweet home
Do not open memories. ▬ I'm not looking for somebody with some superhuman gifts, some superhero, some fairytale bliss, just something I can turn to, somebody I can kiss, I want something just like this.
Revenir en haut Aller en bas
Trystan Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Trystan Meylir

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : dopamine (avatar) wifey (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (3/3)
Dylana - Fiona
A venir : Lexia
RAGOTS PARTAGÉS : 1096
POINTS : 2697
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017
I am aching now to let you in again + Meylirs  Tumblr_oc8ms8PbMW1tu1gjuo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Il a retrouvé l'amour de sa vie et ne parvient toujours pas à croire en sa chance.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On dirait qu'il se reprend doucement mais sûrement... Il était temps, il commençait vraiment à ressembler à une épave... Je me demande ce qui motive cette reprise en main cela dit...

I am aching now to let you in again + Meylirs  Empty
MessageSujet: Re: I am aching now to let you in again + Meylirs I am aching now to let you in again + Meylirs  EmptyJeu 2 Jan - 20:35

Coming like a hurricane, I take it in real slow.
The world is spinning like a weathervane,
fragile and composed
I am breaking down again
I am aching now to let you in

« C’est vrai aussi que ça peut être utile quand même. Dommage qu’on ait laissé le futile prendre le dessus après. » Trystan reconnaît le bon sens de l’argument de sa sœur, au moins concernant la possibilité de communiquer plus rapidement. Car pour ce qui est de la détérioration des relations sociales, il est plutôt mal placé pour juger… En tout cas, Dylana est là pour lui rappeler l’intérêt de faire preuve d’un peu d’ouverture d’esprit et il écoute attentivement ses idées une fois qu’elle les soumet. Et il parvient même à en approuver une sur deux. Il veut bien essayer de gagner plus en visibilité et encourage sa cadette à mettre en place sa suggestion. Elle lui explique cependant qu’elle ne sait pas très bien comme ça fonctionne alors qu’elle va se renseigner. Il a un hochement de tête approbateur. « D’accord mais pas d’urgence, fais-ça quand tu as un peu de temps devant toi.  Merci. Je te fais confiance de toute façon. » Elle lui avait en effet largement prouvé ses compétences en matière de tourisme et de gestion… En revanche, la brunette n’argumente pas sur l’idée qu’il refuse et il lui est reconnaissant car il a vraiment juste envie de passer un bon moment avec elle… Ils se mettent donc à discuter un peu du départ d’Evan. Dylana comprend très bien qu’on ne peut pas remplacer un ami et se montre compatissante envers son frère mais elle lui avoue qu’elle n’aime pas l’idée de le savoir en mer tout seul une bonne partie de la journée.

« Et maintenant, je ne peux plus te distraire en te promettant de te ramener quelque chose, tu as passé l’âge. » Plaisante le Meylir en se laissant aller un peu à une certaine nostalgie teintée de tendresse. Il était vrai que Dylana avait toujours eu cette peur ancrée en elle et qu’il s’était toujours fait un devoir de la rassurer, la serrant dans ses bras et lui promettant monts et merveilles à son retour mais c’était avant que leur relation ne devienne si compliquée… Encore qu’il était touché qu’elle continue à se soucier de lui comme ça… « Tu sais, si on veut faire un parallèle avec notre débat de tout à l’heure, j’ai ma radio quand je pars. Donc techniquement, j’ai un moyen de joindre rapidement tout le monde si j’ai un problème… Et puis regarde, je navigue depuis presque 15 ans seul et je n’ai jamais eu de problème grave. Tu ne dois pas t’inquiéter pour moi, vraiment. Je fais attention, encore plus les jours de tempête. » Non pas qu’il veuille minimiser son ressenti mais il se sentait plutôt invincible quand il était en mer. Il allait bientôt découvrir à quel point il avait tort… Cependant pour le moment, il essaye juste de gérer ses émotions, un processus difficile pour lui. Parce qu’il y a déjà cette inquiétude touchante de Dylana mais aussi le fait de révoquer le départ d’Evan lui fout le cafard. Surtout que sa sœur met dans le mille avec sa question rhétorique. « Et puis remplacer Evan, ça rendrait son départ plus réel non ? » C’était exactement ça. Il ne dit cependant rien, de peur de se trahir. Il avait bel et bien l’espoir qu’Evan revienne. Et apparemment, il n’est pas le seul. « J’espère qu’il reviendra, sa petite est adorable. » Le pêcheur hoche la tête. « J’espère aussi. » Evan lui manquait, mais ça, il n’était pas prêt à le dire à voix haute, il était bien trop pudique pour ça…

Cependant, il n’est pas le seul à souffrir d’un départ et à la lumière de quelques confidences de Dylana, il réalise qu’elle est plutôt seule depuis le départ d’Ainhoa. Se sentant coupable, il lui propose de passer plus souvent chez lui, ce qu’elle accepte. En revanche, quand il essaye d’en savoir plus sur de vieilles connaissances qu’elle aurait pu retrouver, elle lui énonce brièvement que la plupart sont parties avant de lui expliquer qu’elle n’a pas trop envie d’en parler. Il se sent mal pour elle mais respectant son vœu, il n’en rajoute pas. Il n’allait pas insister alors qu’elle lui avait demandé de ne pas le faire. Il n’aurait pas aimé qu’on lui fasse dans l’autre sens. Il la laisse donc lui donner des nouvelles d’Ainhoa à la place. Quand elle a fini, il hoche la tête, pensif. « Tant mieux si elle avait l’air d’aller bien… Peut-être que se tenir occupée l’aide justement… » Lui c’est ce qu’il avait fait après avoir perdu Fiona, il s’était jeté encore plus intensément dans le travail, tentant désespérément de l’oublier… Encore que ses efforts semblaient aujourd’hui inutiles puisque les deux amoureux s’étaient finalement retrouvés, comme le Meylir l’annonce à sa sœur. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle a l’air ravie pour eux. Elle parle même de contes de fées.

«  Un conte de fées, je ne sais pas… Mais l’avoir retrouvée… C’est tellement… Je ne sais pas, ça me donnerait presque envie de croire en des trucs comme le destin où je ne sais pas quoi… » Dit-il plutôt maladroitement. Mais pour lui qui était si pragmatique, ce n’était pas rien. Fiona lui donnait envie de croire aux miracles, pour en être un elle-même… Dylana pose ensuite des questions sur les circonstances de leurs retrouvailles et l’état de la mémoire de Fiona, non sans avoir précisé à son frère qu’elle était très contente pour eux. « Merci… » Dit-il s’autorisant un de ses rares sourires. « Elle a retrouvé quelques souvenirs oui, mais ce sont des bribes, plus des flash-backs ou des rêves diffus… Il lui manque encore des pans entiers de sa mémoire. Mais le principal, c’est que ce dont elle s’est souvenue l’a ramenée à moi. Elle est venue sur mon bateau un soir… J’ai accepté de passer du temps avec elle pour voir si cela aidait sa mémoire et effectivement, elle s’est rappelée d’un peu plus. On ne peut pas dire qu’on a retrouvé notre ancienne relation car son amnésie est toujours présente, c’est plus quelque chose de nouveau… Même si on a des racines plus solides que les autres jeunes couples. En fait, c’est un peu compliqué à expliquer… Une sorte de mélange entre passé et présent… » Il venait de faire un long discours et d’ordinaire, il se taisait un long moment après un exploit de ce genre mais aujourd’hui, il est frappé d’une idée. « Oh mais il faudrait que tu viennes un jour où elle est là… Pour un dîner par exemple. Peut-être que te voir fera remonter d’autres souvenirs, vous vous entendiez bien si je me rappelle bien… » Encore qu’il ne voulait pas à tout prix que Fiona retrouve des souvenirs, il savait que la brusquer était contreproductif mais au mieux, ils passeraient tous un bon moment ensemble. Il était peut-être temps qu’il essaye de réunir les femmes importantes de sa vie, qu’il essaye de s’entourer et d’être plus sociable après toutes ces années de solitude… Et comme une bonne idée n’arrive jamais seule, il continue sur sa lancée, essayant de jouer les entremetteurs l’air de rien pour que sa sœur se fasse de nouvelles amies, faisant une pointe d’humour. « Et si tu as peur de tenir la chandelle, je peux inviter ma coloc aussi. Même si elle t’a piqué ta chambre, tu pourrais l’apprécier. Elle a presque ton âge et vous aviez déjà discuté non ? » En espérant que le sujet de la chambre ne soit plus si sensible qu’à un moment.

_________________

What is a soulmate? A soulmate is someone who you carry with you forever. The person who knew you and accepted you, before anyone else did. Or when no one else would. And no matter what happens, you will always love them. And nothing could ever change that.

I am aching now to let you in again + Meylirs  482748114:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dylana Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Dylana Meylir

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Gwen, Eléa, Lexia & Keelin
TON AVATAR : Nina Dobrev
TES CRÉDITS : ava - avengedinchains ; signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Liam (3)

Terminé : Yevgenyia - Ainhoa - Trystan - Noah (1) - (Noah (2)) - Evan - Trystan (2) - Brendan - Ainhoa (2) - Max - Anniversaire Max - Trystan (3) - (Evan (2)) - (Dimka) - Liam - Annif Lula - Liam rdv enchère (2) - Trystan (4)


RAGOTS PARTAGÉS : 674
POINTS : 2332
ARRIVÉE À TENBY : 28/02/2016
I am aching now to let you in again + Meylirs  Tumblr_inline_np0k501Lta1tuh1ni_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : Le coeur s'est brisé une fois de trop, elle ne veut plus en entendre parler actuellement
PROFESSION : Travaille avec son frère depuis peu, gère l'aspect touristique de l'entreprise
REPUTATION : Il semblerait qu'elle se soit décidée à rester après ce retour fracassant. Etonnant pour cet électron libre qui ne tient pas en place.

I am aching now to let you in again + Meylirs  Empty
MessageSujet: Re: I am aching now to let you in again + Meylirs I am aching now to let you in again + Meylirs  EmptySam 4 Jan - 15:23

I don't ever want to let you down
I don't ever want to leave this town
'Cause after all
I'm just the same as I was

Après discussion des idées de Dylana, son aîné lui donna son aval pour la première suggestion et préféra ne plus aborder la seconde. La jeune femme se renseignerait donc sur la meilleure façon de permettre à l’entreprise de gagner en visibilité. Les deux Meylir abordèrent ensuite le départ d’Evan, qui avait laissé un vide derrière lui, en particulier pour Trystan. Son frère ne comptait pas le remplacer car il ne se voyait pas travailler avec une autre personne que son ami de toujours. A nouveau, Dylana lui partagea sa crainte qu’il parte toujours tout seul en mer mais le pêcheur se sentait au-dessus des risques quand elle lui parlait des dangers qu’il était susceptible de rencontrer. Il noya tout d’abord le poisson sous forme d’humour car il lui promettait toujours de lui ramener quelque chose quand elle était petite et il ne pouvait plus l’amadouer avec la même technique aujourd’hui. Un sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme. « Tant que tu me promettes de te ramener toi, je pense que ça m’ira. Mais tu pourrais ne pas être en mesure de la tenir même si tu le voulais. » Tout ne dépendait pas de la simple volonté. Un accident pouvait survenir et l’empêcher de tenir parole contre son gré. Trystan revint sur leur discussion à propos des moyens de communication et mentionna la radio qu’il avait quand il partait en mer. Il pouvait donc prévenir rapidement en cas de problème et rappela ne pas avoir eu d’incident majeur en quinze ans de navigation. La confiance aveugle de son frère rassura un peu Dylana. Il n’y avait aucune raison de s’inquiéter visiblement… « Pour autant que tu ne perdes pas ta radio comme l’autre fois. » Répondit-elle en souriant à l’évocation de leur journée ensemble en mer. Elle avait aussi adopté un ton plus léger dans l’idée de ne pas plomber l’ambiance. Elle était pourtant loin de se douter à quel point son inquiétude était justifiée. Dylana espéra ensuite qu’Evan reviendrait un jour, un souhait partagé par son frère, car son retour semblait la meilleure option pour que Trystan soit à nouveau accompagné en mer.

L’aîné Meylir demanda ensuite des nouvelles à sa soeur. En écoutant la brune, Trystan réalisa qu’elle paraissait seule depuis le départ d’Ainhoa. Il avait en partie raison car Dylana n’était pas proche de beaucoup de gens mais elle gardait aussi sous silence tout un pan de sa vie parce qu’elle n’avait pas envie de lire la désapprobation ou la déception dans son regard. Elle fréquentait des amis bien loin du monde de son frère et leur simple évocation lui ferait sans doute croire qu’elle était susceptible de retomber dans ses travers ou de repartir de Tenby dans un avenir proche. Quand il lui parla de ses vieilles connaissances, Dylana préféra aussi éluder le sujet car elle n’avait pas envie de remuer ce qu’elle avait perdu en partant de Tenby. A l’instar de la jeune femme, beaucoup de ses amis d’enfance avaient déménagé dans d’autres villes pour les études ou pour chercher un emploi impossible à exercer dans la petite bourgade galloise. Elle aurait facilement pu garder contact avec certains d’entre eux, mais Dylana n’avait pas seulement exclu son frère de sa vie en partant et en voyageant plusieurs années. Quant à son sport de prédilection, elle avait repris le foot depuis son retour et elle avait retrouvé deux anciennes joueuses de son adolescence, mais les membres des équipes adultes n’étaient pas les mêmes que les plus jeunes qu’elle avait connue. Et elles n’étaient pas assez nombreuses pour dire de partir en matchs de compétition. Son retour avait donc été synonyme de nouveau départ complet, sauf vis-à-vis d’Ainhoa avec qui elle avait gardé contact durant toutes ces années. Son départ était difficile à vivre, car elle lui manquait mais Dylana comprenait les motivations de sa cousine, qui avait eu besoin de s’évader de Tenby pour se reconstruire. « Oui, je l’espère… »

En revanche, l’histoire de Fiona et de Trystan avait connu une issue plus heureuse comme le lui annonça son frère. Dylana était sincèrement contente pour eux. Elle avait toujours apprécié la pharmacienne à l’époque de leur couple et elle avait été attristée d’apprendre leur rupture « forcée » par les circonstances de la vie. « Tu en deviendrais poétique et superstitieux. » Le taquina sa soeur lorsqu’il exprima maladroitement à quel point leurs retrouvailles l’avaient chamboulé. Dylana s’intéressa ensuite à la façon dont ils avaient renoué après toutes ces années. Trystan lui expliqua que Fiona avait retrouvé des bribes de souvenirs mais pas toute sa mémoire. Grâce à ces réminiscences, elle était revenue le voir un jour. Ils avaient alors passé du temps ensemble et la magie avait continué d’opérer puisque la blonde avait récupéré d’autres souvenirs. « Mais ce n’est pas ce que vous aviez déjà essayé avant votre séparation ? L’esprit humain est un mystère quand même. Ça a pris des années pour fonctionner. » Trystan décrivit comment Fiona et lui vivaient leur relation maintenant : un peu plus solide qu’un couple sans passé commun et à la fois dans la découverte de quelque chose de nouveau. « Je vois ce que tu veux dire, vous êtes un peu dans un entre-deux et vous repartez maintenant sur de nouvelles bases. Vous vous connaissez depuis longtemps et à la fois c’est un nouveau départ. » La brune comprenait ce que son frère essayait de lui expliquer, leur histoire était très particulière. « Après ça, tu as tout à fait le droit de croire à des trucs comme le destin. Tout le monde ne vit pas une histoire comme la vôtre. » Dans la foulée, Trystan lui proposa de venir un jour où Fiona serait présente. Même s’il pensait aider sa petite amie pour sa mémoire, Dylana perçut la volonté de son frère que sa sœur fasse à nouveau partie intégrante de sa vie vis-à-vis de ce qui était important pour lui. Elle était touchée par sa démarche et songea que l’ouverture de son aîné était peut-être encouragée par le bonheur d’avoir retrouvé son amour. « Oui bien sûr, ça me ferait plaisir de la revoir. C’est vrai que nous nous entendions bien. » Dylana lui rapporta alors une anecdote qu’elle n’avait pas jugé opportun de raconter avant aujourd’hui. « Tu sais, je l’ai eu au téléphone cette année. Toi et moi avions eu notre grosse dispute et tu étais parti en mer depuis longtemps. Elle est passée par Evan pour me joindre et c’est elle qui m’a appris ta « disparition ». Elle pensait que je savais où tu étais. J’étais étonnée de la voir remuer ciel et terre pour te retrouver alors que vous n’étiez pas ensemble. » A ce moment-là, Trystan et Dylana avaient rompu tout contact et la cadette Meylir n’avait alors aucune idée que son frère était parti depuis trois ou quatre semaines. Au final, Evan l’avait informée plus tard que Fiona et lui l’avaient retrouvé lors de leur expédition en bateau. Depuis, la Meylir n’avait pas eu d’autres contacts avec la jeune femme.

En revanche, lorsque Trystan émit l’idée d’inviter sa colocataire à leur dîner pour ne pas que la brune tienne la chandelle, le regard de Dylana s’assombrit. « Oui, je l’ai rencontrée et nous avions déjà discuté, mais je préfèrerai qu’on ne soit que tous les trois. » Répondit-elle d’un ton moins chaleureux. De prime abord, Ivy avait eu l'air sympa, cependant sa double vie l'était moins. Le visage de la brune s’était soudainement fermé, elle serra les dents et fixa longuement sa bouteille de bière. « Tu ne sais pas tout sur elle. J’espère en tout cas que tu ne le savais pas. » Elle lisait l’incompréhension dans le regard de son frère. Il croyait sûrement qu’elle piquait une nouvelle crise pour des histoires de chambre mais la raison de son trouble était différente. « Ce n’est pas une simple colocataire que tu as accueilli dans la maison de nos parents… C’est une prostituée. » Révéla-t-elle, d’une voix fébrile. « Rien que de savoir qu’elle dort – ou pire – dans mon ancienne chambre me révulse au plus haut point. » Menait-elle son business dans leur maison d’enfance quand Trystan partait en mer ? Un frisson de dégoût parcourut son échine. Ça lui donnait envie de vomir. Et voilà que maintenant son frère voulait l’inviter à un dîner avec Fiona. Au vu de la réaction de sa soeur, il ne pourrait que constater la sincérité de Dylana ; elle ne cherchait pas à l’embobiner. « Je l’ai seulement appris l’autre jour en allant à une soirée où des gens la connaissaient. D’ailleurs, elle y était aussi. » La brune en avait entendu parler au cours de l’anniversaire de l’ex-femme de Max, notamment de la bouche de Lula. Dylana était donc – malheureusement – certaine de ce qu’elle avançait.


_________________

Home sweet home
Do not open memories. ▬ I'm not looking for somebody with some superhuman gifts, some superhero, some fairytale bliss, just something I can turn to, somebody I can kiss, I want something just like this.
Revenir en haut Aller en bas
Trystan Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Trystan Meylir

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : dopamine (avatar) wifey (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (3/3)
Dylana - Fiona
A venir : Lexia
RAGOTS PARTAGÉS : 1096
POINTS : 2697
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017
I am aching now to let you in again + Meylirs  Tumblr_oc8ms8PbMW1tu1gjuo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Il a retrouvé l'amour de sa vie et ne parvient toujours pas à croire en sa chance.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On dirait qu'il se reprend doucement mais sûrement... Il était temps, il commençait vraiment à ressembler à une épave... Je me demande ce qui motive cette reprise en main cela dit...

I am aching now to let you in again + Meylirs  Empty
MessageSujet: Re: I am aching now to let you in again + Meylirs I am aching now to let you in again + Meylirs  EmptyDim 12 Jan - 19:29

Coming like a hurricane, I take it in real slow.
The world is spinning like a weathervane,
fragile and composed
I am breaking down again
I am aching now to let you in

« Tant que tu me promettes de te ramener toi, je pense que ça m’ira. Mais tu pourrais ne pas être en mesure de la tenir même si tu le voulais. » Comme prévu, Dylana ne se laissait pas avoir par les propos enjôleurs de Trystan, peu impressionnée par l’assurance dont il faisait preuve. « Et pourtant, je ne me rappelle pas avoir brisé une seule de toutes les promesses que j’étais déjà faite… » Répond t-il posément. S’il y a bien une chose que les Meylir partageaient, c’était l’entêtement. Au point de ne pas être dérangés du tout par le fait d’avoir toujours le même débat. Encore que pour celui-ci, la cadette des Meylir semblait vouloir l’emporter à tout prix, opposant un argument très concret à son aîné. « Pour autant que tu ne perdes pas ta radio comme l’autre fois. » Il la regarde, en train de sourire, fière de sa répartie et pousse un petit soupir. Mais ce dernier est plus amusé qu’agacé. Il ne pouvait pas la blâmer de s’inquiéter pour lui. Au contraire, ça changeait de ces dernières années.... « Justement, maintenant que je l’ai perdue une fois, je pense à l’attacher avec plus de soin. Et suite à cette discussion, je penserai à toi et j’y penserai deux fois plus. » Dit-il avec un air angélique. Décidément, il était plus détendu qu’au moment du retour de Dylana, et bien évidemment, cette dernière avait remarqué l’adoucissement de son caractère. En fait, quand il se met à parler de ses incroyables retrouvailles avec Fiona, elle le qualifie même de romantique et superstitieux, le taquinant encore et toujours.

« Tous les marins le sont un peu de toute façon. » Dit-il sans s’en offusquer. Quand il s’agissait de parler de Fiona, il était moins gêné de montrer ses sentiments. Et puis, comme Dylana finit par reconnaître elle-même, il est difficile de ne pas parler de destin avec une histoire pareille… « C’est vrai que notre histoire n’est pas banale… Et même si ça a été parfois douloureux, je ne regrette pas un instant de l’avoir vécue… » Dit-il, décidément de plus en plus poète. De toute façon, il n’était pas vraiment capable de cacher l’amour passionné et sincère qu’il lui portait, même s’il l’avait voulu… A vrai dire, il est lui-même surpris par la facilité avec laquelle il parvient à répondre aux questions de Dylana et à lui expliquer ce que Fiona et lui étaient en train de vivre. Elle comprend d’ailleurs ce qu’il veut dire quand il explique qu’ils sont à la fois un ancien et un nouveau couple. En revanche, elle reste perplexe sur la manière dont ils se sont reconnectés. « Mais ce n’est pas ce que vous aviez déjà essayé avant votre séparation ? L’esprit humain est un mystère quand même. Ça a pris des années pour fonctionner. » Demande t-elle, l’air sincèrement intéressé. Il réfléchit à la question et devient un peu penaud quand il en trouve la réponse. « Non avant votre séparation, je lui forçais plutôt la main pour qu’elle essaye de se rappeler de nous. J’avais trop de mal à accepter qu’elle ait pu m’oublier complètement… Ce n’était pas la bonne manière de procéder, je m’en suis juste rendu compte trop tard… Je pense que sans cette pression, son esprit ou son inconscient a plus de facilité à reconstituer des souvenirs des moments heureux. Justement parce que nous le sommes dans le présent, heureux… Je l’aime comme elle est aujourd’hui, sans vouloir revivre le passé. Et si celui s’invité, c’est du bonus, rien de plus… »

Heureux. Il avait prononcé ce grand mot, presque un gros mot dans son jargon, à voix haute. Et cela lui permet de réaliser qu’il l’est vraiment. Les pièces de sa vie se recollaient doucement. Il avait retrouvé Fiona et sa sœur. Et cela lui donnait de l’audace, l’envie de les assembler plus durablement en faisant entrer en collision les différentes femmes de son univers. Confiant, il lance donc l’idée d’un dîner à quatre. Car il incluait Yevgeniya dans son calcul, sa colocataire étant devenue elle-aussi une part importante de sa vie… Toutefois, si Dylana se montre sincèrement enthousiasme à l’idée de revoir Fiona, son attitude change du tout au tout quand elle parle de Yevgeniya. Elle exprime clairement son désir de ne pas dîner avec la russe. Son visage se durcit carrément tandis qu’elle fixe sa bouteille de bière d’un air mauvais. Surpris par la force de cette réaction, Trystan espère de tout cœur que ce n’est pas à cause de cette histoire de chambre, car sinon, il allait du mal à rester zen. Mais bien vite, les mots de Dylana lui font réaliser qu’il doit lui manquer un morceau de l’histoire. « Tu ne sais pas tout sur elle. J’espère en tout cas que tu ne le savais pas. » Le marin se fige, perdant ses airs détendus, inquiet à l’idée de ce qu’elle allait dire. Et quand les mots sortent de la bouche de Dylana, il comprend qu’il avait bel et bien toutes les raisons de s’inquiéter. Enfin, le déni est sa réaction numéro 1 quand il entend le mot « prostituée ». « Non, ce n’est pas possible, tu dois faire erreur… » Il scrute le visage de sa sœur pour voir si elle n’est pas en train de lui faire une mauvaise blague mais il ne voit pas la moindre lueur d’amusement dans son regard. « Tu as simplement dû entendre quelqu’un la traiter de pute… » Dit-il, essayant de se montrer rationnel. Ce qu’il entendait n’avait vraiment aucun sens. « Yevgeniya est une artiste et elle bosse dans un hôtel à Swansea… Elle travaille dur pour financer son art… Ce ne sont que des médisances. Vraiment, je n’y crois pas. C’est dingue ce que les gens sont capables d’inventer par jalousie ou pas pur plaisir. » Il refuse tout simplement de considérer l’idée, surtout qu’elle n’a l’air de se fonder sur rien du tout à part quelques « on dit ». Et il se sent mieux rien qu’en se disant à quel point c’est absurde et faux. « Non vraiment, c’est ridicule. Il suffit de la connaître pour s’en rendre compte… »

_________________

What is a soulmate? A soulmate is someone who you carry with you forever. The person who knew you and accepted you, before anyone else did. Or when no one else would. And no matter what happens, you will always love them. And nothing could ever change that.

I am aching now to let you in again + Meylirs  482748114:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dylana Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Dylana Meylir

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Gwen, Eléa, Lexia & Keelin
TON AVATAR : Nina Dobrev
TES CRÉDITS : ava - avengedinchains ; signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Liam (3)

Terminé : Yevgenyia - Ainhoa - Trystan - Noah (1) - (Noah (2)) - Evan - Trystan (2) - Brendan - Ainhoa (2) - Max - Anniversaire Max - Trystan (3) - (Evan (2)) - (Dimka) - Liam - Annif Lula - Liam rdv enchère (2) - Trystan (4)


RAGOTS PARTAGÉS : 674
POINTS : 2332
ARRIVÉE À TENBY : 28/02/2016
I am aching now to let you in again + Meylirs  Tumblr_inline_np0k501Lta1tuh1ni_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : Le coeur s'est brisé une fois de trop, elle ne veut plus en entendre parler actuellement
PROFESSION : Travaille avec son frère depuis peu, gère l'aspect touristique de l'entreprise
REPUTATION : Il semblerait qu'elle se soit décidée à rester après ce retour fracassant. Etonnant pour cet électron libre qui ne tient pas en place.

I am aching now to let you in again + Meylirs  Empty
MessageSujet: Re: I am aching now to let you in again + Meylirs I am aching now to let you in again + Meylirs  EmptyVen 17 Jan - 19:08

I don't ever want to let you down
I don't ever want to leave this town
'Cause after all
I'm just the same as I was

Pour l’instant, Dylana devait bien donner raison à Trystan : il avait toujours tenu sa promesse de revenir après un départ en mer. Pourtant, lorsqu’il évoqua la radio pour communiquer plus facilement, elle lui rappela l’incident survenu par tempête, le jour où elle était venue travailler sur le bateau avec lui. Le marin rebondit sur cette remarque en affirmant qu’il attachait précautionneusement l’appareil depuis lors et qu’il penserait à sa sœur lorsqu’il réitèrerait l’opération. Suite aux paroles rassurantes de son frère, Dylana abandonna donc ses inquiétudes et se concentra plutôt sur la bonne nouvelle qu’il lui annonça. Lorsque la cadette Meylir lui prêta des adjectifs sur le ton de l’humour, il songea que tous les hommes de la mer avaient des tendances superstitieuses. « Ah oui ? Y-a-t-il des choses que tu interdis sur ton bateau ou des petits rituels que tu pratiques sur le pont uniquement par superstition ? » Demanda-t-elle, intéressée par cet aspect « croyance » chez lui.

Trystan continua ensuite de s’ouvrir sur son histoire avec Fiona qu’il ne regrettait pas. Si Dylana était sincèrement contente pour eux, elle se montra surprise sur la façon dont le couple s’était retrouvé. Apparemment, à l’époque de leur séparation, son frère cherchait à forcer les choses pour que sa fiancée se rappelle de lui. Difficile de se dire que la personne de qui on partage la vie a tout oublié. C’était seulement maintenant, en parlant aussi ouvertement avec Trystan, que Dylana se rendait compte à quel point cette situation avait été terrible à vivre pour eux et surtout pour lui. « Oui, on dit souvent le stress est mauvais. Et toi tu ne pouvais pas savoir l’effet que ça avait sur elle, tu voulais absolument la retrouver. L’important c’est que vous ayez finalement réussi à franchir les barrières qui vous séparaient pour être à nouveau ensemble aujourd’hui. » Au final, c’était quand même les bribes de souvenirs de Fiona qui l’avaient ramenée vers son frère ce jour-là, sur le bateau. La boucle était un peu bouclée.

Encouragé par la bonne dynamique qui se recréait entre eux, le Meylir proposa ensuite à sa sœur de venir dîner avec Fiona et lui un de ces quatre. Il ajouta malheureusement sa colocataire à l’équation. Si la personnalité d’Ivy n’était pas le problème principal, sa double vie dérangeait davantage la brune. C’était aussi probablement la raison pour laquelle elle avait cherché à s’en cacher, à cause du regard et du jugement des gens. Mais pour Dylana, difficile de passer outre l’idée du travail de cette fille et de supporter celle qu’elle puisse le pratiquer dans leur maison d’enfance. C’était au-dessus de ses forces. Sans surprise, Trystan ne la crut pas. Et pour parler franchement, elle ne s’était pas attendue à une autre réaction de sa part. Elle avait parfois l’impression qu’il ne la croyait jamais sur parole, qu’elle devait toujours apporter des preuves ou quelque chose dans ce goût-là. « J'aurai tellement préféré me tromper, sur ça, tu peux me croire. Du coup, tu ne vas même pas la confronter ? » Mais à quoi s’attendait-elle d’autre ? Dylana savait pourtant bien qu’il doutait d’elle (enfin ici pas d’elle mais des on-dits en général) depuis qu’elle avait menti sur ses études et qu’en parallèle il idolâtrait limite sa colocataire – elle se souvenait encore de leur dispute dans la maison où il avait défendu bec et ongle la russe. L’artiste l’avait embobiné lui comme tous ceux à qui elle avait caché son secret ; naïvement, Trystan n’y voyait que du feu. « C’est peut-être une artiste à ses heures perdues mais un travail dans un hôtel ? Elle est aussi employée dans un hôtel que je suis la Reine d’Angleterre. Si ça se trouve, ce travail, c’est l’hôtel où elle emmène des clients. » Finalement, elle ne pratiquait peut-être pas dans l'ancienne maison parentale. La jeune femme se mit à rire, d’un rire nerveux, de ceux impossibles à contrôler. « Il n’y avait pas que des gens qui ne l’appréciait pas à cette soirée, il y avait des gens proches d’elle aussi. J’aurai été dans ton sens si les on-dits ne venaient pas aussi de personnes qui la connaissent bien justement. Je sais très bien ce que j’ai entendu. L’alcool déliait des langues en soirée. Finalement, elle se jeta à l’eau sur ce qui s’était passé ensuite. « Pour tout te dire, ça m’a tellement travaillé que j’en ai aussi parlé à Ainhoa par téléphone. C’est sa meilleure amie, Ivy était souvent fourrée à la maison. Elle a essayé de nier mais j’ai tellement insisté - harcelé -, et je lui ai dit que j’étais au courant, qu’elle a fini par l’admettre, vraiment à contrecoeur. Tu crois que notre propre cousine nous mentirait ? » C’était d’ailleurs la raison pour laquelle sa cousine avait pris ses distances, parce que justement elle avait tenu ce secret par loyauté envers son amie et que ça avait jeté un froid entre les deux cousines. Dylana n’avait pas voulu le raconter mais puisque Trystan refusait de l’écouter, il avait bien fallu. « Si tu préfères ne pas y croire, c’est toi qui vois. Tu finiras bien par le découvrir par toi-même de toute façon. » Fatiguée par les montagnes russes entre eux, la cadette Meylir n’avait plus envie de se battre contre son frère, encore moins à cause de cette histoire. Après tout, libre à lui de faire comme il l’entendait, du moment qu’il n’envisageait plus ce dîner à quatre. La jeune femme termina sa bière, songeant qu’elle n’allait plus s’éterniser longtemps sur le bateau.




_________________

Home sweet home
Do not open memories. ▬ I'm not looking for somebody with some superhuman gifts, some superhero, some fairytale bliss, just something I can turn to, somebody I can kiss, I want something just like this.
Revenir en haut Aller en bas
Trystan Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Trystan Meylir

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : dopamine (avatar) wifey (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (3/3)
Dylana - Fiona
A venir : Lexia
RAGOTS PARTAGÉS : 1096
POINTS : 2697
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017
I am aching now to let you in again + Meylirs  Tumblr_oc8ms8PbMW1tu1gjuo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Il a retrouvé l'amour de sa vie et ne parvient toujours pas à croire en sa chance.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On dirait qu'il se reprend doucement mais sûrement... Il était temps, il commençait vraiment à ressembler à une épave... Je me demande ce qui motive cette reprise en main cela dit...

I am aching now to let you in again + Meylirs  Empty
MessageSujet: Re: I am aching now to let you in again + Meylirs I am aching now to let you in again + Meylirs  EmptyMar 21 Jan - 19:56

Coming like a hurricane, I take it in real slow.
The world is spinning like a weathervane,
fragile and composed
I am breaking down again
I am aching now to let you in

« Non pas vraiment. » Répond Trystan en haussant les épaules lorsque Dylana lui demande s’il a des superstitions en particulier. Mais c’est très vague comme réponse, alors il se force à élaborer. « Je veux dire, ce ne sont pas les miennes, juste de vieilles croyances ancestrales que tous les marins connaissent. J’en respecte quelques unes mais c’est plus par habitude… On a tendance à se raccrocher à des bêtises quand on mène une vie dangereuse ou qu’on reste un peu trop longtemps loin de la terre... » En fait, superstitieux, il l’était un petit peu mais il ressentait un curieux blocage à l’avouer, une soudaine pudeur. Il n’avait pas envie de se couvrir de ridicule ou de paraître encore plus vieux jeu qu’il ne l’était déjà. « Et puis, moi déjà, j’admets des femmes à bord alors j’ai tout faux. » Dit-il en bottant légèrement en touche avec cette pointe d’humour. Il aime cette légèreté dans leur conversation et est content que celle-ci perdure. Il se confie même à Dylana à propos de ses retrouvailles avec Fiona, constatant que sa sœur a l’air de se réjouir sincèrement pour eux. Comme elle le dit très justement, l’important était qu’elle et lui aient réussi à franchir les barrières qui les séparaient pour être à nouveau ensemble. Et au moins, le Meylir avait pu annoncer la bonne nouvelle à sa cadette sans être trop devancé par les ragots.

Malheureusement, il suffit qu’il souhaite que la bonne ambiance tienne pour que ce ne soit plus le cas. Au détour d’une invitation qu’il pensait anodine, Dylana lui fait part d’une information sur Yevgeniya qu’il n’arrive vraiment pas à croire. Et malheureusement, sa sœur en prend vite ombrage, ne réalisant pas que les quelques phrases empreintes de déni qu’il avait balancées pour toute réponse, étaient plus un mécanisme de défense qu’autre chose. « Du coup, tu ne vas même pas la confronter ? » Mais comment pouvait-il seulement penser à ce qu’il allait faire alors qu’il n’avait même pas encore accusé le choc ou eu quelques instants pour seulement réfléchir à ce qu’elle venait de dire ? Il reste muet, figé, stupéfait pendant que Dylana rallie ses faibles arguments en faveur d’Yevgeniya, arguant que si la russe était réceptionniste, elle, était la reine d’Angleterre. Sa cadette embraie aussi en disant que les on-dit venaient aussi de proches d’Yevgeniya et qu’il n’y avait pas de malveillance, juste la vérité. Elle termine avec un argument imparable, avançant qu’Ainhoa était au courant et que c’était l’une des raisons de son éloignement… Là, les fragiles défenses du marin commencent à vaciller. Leur cousine était effectivement une femme droite, qui n’avait absolument aucun intérêt à répandre une rumeur aussi vile sur sa meilleure amie…

Il essaye de dire quelque chose dans ce sens mais Dylana a déjà repris la parole avec une certaine virulence, et il a l’impression qu’elle est froissée qu’il ne l’ait pas cru sur parole. Sauf que pour le coup, ce n’était vraiment pas à propos d’elle, c’était juste lui qui essayait d’encaisser la surprise. Comment on pouvait croire immédiatement, sans poser de questions, quelque chose d’aussi énorme sur une personne qu’on avait appris à apprécier sincèrement ? « Si tu préfères ne pas y croire, c’est toi qui vois. Tu finiras bien par le découvrir par toi-même de toute façon. » Ajoute Dylana d’un ton sans appel. Il serre les dents, sentant des sentiments négatifs monter en lui à une vitesse alarmante. Le tact n’avait jamais été le fort de Dylana mais pour le coup, il aurait apprécié qu’elle le ménage un peu, au lieu de le pousser dans ses retranchements aussi directement. « Je ne t’ai pas dit que je ne te croyais pas… J’ai juste besoin de… Je ne m’y attendais pas ok ? Ce n’est pas rien ce que tu viens de m’apprendre. Tu ne peux pas m’en vouloir d’avoir besoin de preuves. Imagine si je portais la même accusation sur quelqu’un dont tu es proche… » Il essaye de rester calme, vraiment. Cette rage qu’il sentait, ce n’était pas contre sa sœur. Au contraire, il n’avait rien contre elle. Et se fâcher à nouveau avec elle était la dernière chose qu’il voulait… Il boit une longue gorgée de bière, essayant d’ordonner le chaos qui était né dans son esprit suite à la révélation. Hélas, rien n’y faisait, la sensation d’avoir été pris pour un con enfle en lui et ce n’est vraiment pas agréable. Et puis, il y avait un détail qu’il n’arrivait désormais plus à oublier. Plus il y pensait, plus il était dégoûté. « J’ai couché avec elle… Alors, l’idée qu’elle puisse être une… C’est… » Il ne trouve pas le mot, de la même façon qu’il n’arrive pas à dire « pute ». L’idée qu’elle ait pu vendre son corps, ça le révulsait. A tel point qu’il ne se rend même pas compte de l’énormité de la confidence qu’il vient de faire à sa sœur…

Il pousse sa bière d’un coup sec, l’envoyant valser au sol. « Putain, si elle m’a menti à ce point, si elle m’a pris pour un gros con comme ça, je te jure qu’elle va m’entendre. » Rien que la pensée suffisait à le mettre en colère. Il serre les points, malheureux comme les pierres. Il n’accordait pas sa confiance et sa loyauté facilement, alors c’était d’autant plus douloureux quand c’était à tort… Mais ce sont encore des « si » qui sortent de sa bouche. Une part de lui n’arrive pas à ne pas laisser le bénéfice du doute à Yevgeniya. Il ne pouvait pas croire qu’elle lui ait menti comme ça, pendant tous ces mois. Surtout qu’elle avait gagné son respect progressivement et il avait l’impression de l’insulter rien qu’en considérant la possibilité. Sauf que Dylana semblait certaine de ce qu’elle avançait et était parvenue à instiller le doute. Petit à petit, il commence à réfléchir aux potentielles implications et à ces détails auxquels il n’avait pas prêté attention… Il ne pouvait pas rester dans le déni éternellement, c’était un fait. « Bien sûr que non, je ne vais pas faire comme si tu ne m’avais rien dit. Je vais téléphoner à Ainhoa… Je vais me renseigner. Et après, s’il le faut, je la confronterai. Mais je ne vais pas aller la traiter de… comme ça… On  ne sait pas ce que c’est le contexte… Peut-être qu’il y a une bonne explication ? Peut-être qu’elle n’a pas le choix ? Qu’on la force ? »

_________________

What is a soulmate? A soulmate is someone who you carry with you forever. The person who knew you and accepted you, before anyone else did. Or when no one else would. And no matter what happens, you will always love them. And nothing could ever change that.

I am aching now to let you in again + Meylirs  482748114:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dylana Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Dylana Meylir

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Gwen, Eléa, Lexia & Keelin
TON AVATAR : Nina Dobrev
TES CRÉDITS : ava - avengedinchains ; signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Liam (3)

Terminé : Yevgenyia - Ainhoa - Trystan - Noah (1) - (Noah (2)) - Evan - Trystan (2) - Brendan - Ainhoa (2) - Max - Anniversaire Max - Trystan (3) - (Evan (2)) - (Dimka) - Liam - Annif Lula - Liam rdv enchère (2) - Trystan (4)


RAGOTS PARTAGÉS : 674
POINTS : 2332
ARRIVÉE À TENBY : 28/02/2016
I am aching now to let you in again + Meylirs  Tumblr_inline_np0k501Lta1tuh1ni_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : Le coeur s'est brisé une fois de trop, elle ne veut plus en entendre parler actuellement
PROFESSION : Travaille avec son frère depuis peu, gère l'aspect touristique de l'entreprise
REPUTATION : Il semblerait qu'elle se soit décidée à rester après ce retour fracassant. Etonnant pour cet électron libre qui ne tient pas en place.

I am aching now to let you in again + Meylirs  Empty
MessageSujet: Re: I am aching now to let you in again + Meylirs I am aching now to let you in again + Meylirs  EmptyVen 21 Fév - 21:06

I don't ever want to let you down
I don't ever want to leave this town
'Cause after all
I'm just the same as I was

Le temps avait tellement coulé depuis que Dylana s’était absentée de Tenby qu’elle ignorait si son frère était devenu superstitieux comme les marins à l’époque des pirates : toucher un fer à cheval en montant à bord, pas de femme sur le pont et autres croyances populaires. Il admit en suivre certaines par habitude mais il n’était pas le plus fervent des adeptes, puisqu’il autorisait par exemple des présences féminines sur le bateau. « Je ne trouve pas ça bête, ces croyances ont traversé les années. C’est un peu comme un code des marins, une culture intergénérationnelle… Ce qui me fait sourire, c’est plutôt leur origine pas toujours superstitieuse justement. » Répondit-elle en souriant. Il n’y avait pas de honte à ressentir un brin de superstition tant qu’elle ne virait pas à la paranoïa. Tout le monde croyait en quelque chose : à une force supérieure, au destin, à certaines croyances, à la chance ou même la poisse. Lorsque son frère la joua sur le ton de l’humour, elle abonda dans son sens. « Tu as bien raison plutôt. Les anciens se sont privés de notre agréable compagnie. Et pourquoi ? Tu le sais aussi bien que moi… Avec des équipages majoritairement masculins, la présence d’une femme attisait le désir et les tensions. Pour maintenir l’ordre et éviter que les hommes sautent sur la pauvre fille, ils ont inventé que la femme portait malheur et qu’elle n’était pas la bienvenue sur leur rafiot. » Se rappela-t-elle avoir déjà entendu. « Je suis fascinée par ce que les gens peuvent décréter pour servir leurs intérêts. C’est un peu pareil aujourd’hui sauf que ce sont les médias qui ont pris le relai pour nous faire avaler n’importe quoi. » Leur conversation avait pris une tournure agréable et légère. Le frère et la sœur retrouvaient progressivement leurs marques. Dylana se souvenait qu’ils pouvaient parfois débattre et échanger pendant des heures par le passé sur un sujet qui les intéressait en dépit de leur côté taiseux. Encouragé par la bonne atmosphère, Trystan s’ouvrit sur un point important dans sa vie : il avait retrouvé Fiona. La cadette Meylir se réjouit pour son grand-frère, sincèrement contente qu’il vive enfin une histoire positive après les deux dernières années compliquées. En revanche, lorsqu’il lui proposa de venir dîner un jour en compagnie de sa belle et de sa colocataire, la brune tiqua et révéla franchement la raison de ses réticences. Elle avait appris des nouvelles peu reluisantes sur la Russe. Passer une soirée ensemble où la moitié des gens de Tenby était invité était autre chose que de partager un moment de retrouvailles avec sa propre famille.

Alors même si la situation s’était calmée entre eux, Dylana avait pris le risque d’en parler puisqu’elle était au courant de la vérité. Elle n’avait pas envie de la lui cacher et qu’il lui reproche plus tard de l’avoir passée sous silence. Malheureusement, Trystan prit un certain temps à digérer la nouvelle, un temps dont il avait besoin pour comprendre le contexte, ce qui froissa une Dylana impulsive et qui pensait déjà que son frère ne la croyait pas parce que l’information venait d’elle. Pour appuyer ses propos, elle lui présenta ses arguments dont le plus imparable en la personne de leur cousine. Il ne pourrait plus douter de la vérité. Biaisée dans son interprétation de la réaction de son frère, la brune s’envola sur les chapeaux de roue et lui sous-entendit que s’il préférait rester aveugle face à la situation, c’était son choix. La tournure de la discussion démontrait que les ponts établis entre les deux Meylir restaient encore fragiles. Trystan prit sur lui pour préciser qu’il ne mettait pas sa parole en doute, simplement qu’il avait le droit de s’interroger sur une révélation aussi importante. Pourtant, elle le contredit en partie. « Je sais que toi tu ne m’aurais rien dit sans avoir de très bonnes raisons de le penser. Pas juste sur la base de simples on-dit. » Il ne se serait pas limité à de simples rumeurs s’il apprenait une telle aberration sur un des proches de sa sœur, il devait quand même bien l’admettre, alors pourquoi croyait-il qu’il en allait ainsi pour elle ? « Mais oui, j’aurai voulu en savoir plus aussi si tu m’avais balancé un tel truc. » Concéda-t-elle d’une voix radoucie. Dylana retrouvait son calme car Trystan avait d’une part pris la peine de clarifier son ressenti et d’autre part elle se rendait compte de l’impact que cette nouvelle exerçait sur lui. Il se sentait trahi par une personne proche de lui. Et encore, la brune n’avait pas encore tous les éléments entre les mains car dans son désarroi, son frère lâcha une petite bombe. Il avait couché avec la prostituée. Lorsque Dylana lui avait balancé des horreurs le jour de leur dispute en insinuant au marin qu’il se tapait sa colocataire pour l’avoir autant à la bonne, elle l’avait sorti sous le coup de la colère et sans vraiment croire à ce qu’elle disait. Comme quoi, les surprises tombaient de partout. « Tu as quoi ?! » S’exclama-t-elle d’une voie aigue, assommée par l’étonnement. Elle comprenait encore mieux le sentiment d’amertume de Trystan. Il avait été berné du début à la fin. Voir son frère se lever et envoyer sa bière éclater contre le sol l’obligea à se mordre la langue et à ne pas juger. Il n’avait absolument pas besoin de commentaires désobligeants de sa part et surtout à quoi bon ? Il était majeur et vacciné, et surtout pas au courant de la vérité. Pour l’heure, Dylana devait tenter de calmer la colère du pêcheur, de la limiter, pour ne pas qu’il retourne tout le bateau. « Trys’, ça ne vaut pas le coup de casser toutes tes affaires. Tu vas te faire mal. » La jeune femme se leva et ramassa la bouteille de bière qui avait déversé son contenu par terre pour la déposer sur la table. Elle se rapprocha ensuite de son frère et osa poser doucement ses mains sur ses poings pour qu’il arrête de les triturer dans tous les sens. « Le vrai problème, ce n’est pas ce qui s’est passé entre vous, c’est qu’elle t’a menti, à toi et à beaucoup de monde. C’est un fait. Et tu ne pouvais pas le savoir parce que tu accordes ta confiance aux gens que tu apprécies et c’est bien normal. » Il avait aussi accordé sa confiance à sa sœur et elle aussi l’avait déçu mais inutile de remuer le couteau dans la plaie à ce sujet. A la place de Trystan, elle verrait tellement rouge actuellement et si elle perdait facilement le contrôle quand elle était en colère, la jeune femme ne comptait pas alimenter davantage celle de son aîné. Dylana voulait simplement lui faire comprendre qu’il avait le droit d’être en colère contre la situation, contre Ivy s’il le voulait, mais pas contre lui-même.

Retrouvant un peu de sang-froid, le marin voulait d’abord téléphoner à Ainhoa et peut-être confronter ensuite la Russe, il souhaitait savoir ce qui se passait et surtout pourquoi. « Je n’ai pas demandé le contexte, je n’ai pas voulu en savoir plus. Je sais juste que c’est vrai. Mais oui, il y a peut-être une bonne explication à tout ceci… » Admit la Meylir. Des aléas de vie, un parcours difficile… En revanche, la Meylir était totalement opposée à une autre idée, cependant elle la formula avec plus de diplomatie que tout ce qu’elle avait dit jusqu’à présent. « Ecoute, j’aimerai qu’on ne mêle plus Ainhoa à cette histoire… Elle est toujours en deuil et moi-même je n’aurai pas dû insister comme je l’ai fait. Résultat : on ne se parle presque plus pour le moment. La spécialiste des tensions familiales, c’est moi. Je ne voudrai pas que ce soit la même chose pour vous… Mais je suis prête à t’aider à faire la lumière sur tout ça. » Leur cousine ne méritait pas leurs ingérences à cause des mensonges de sa meilleure amie. Il fallait cependant trouver une solution satisfaisante pour Trystan car il ne se contenterait pas de fermer les yeux et d’attendre le bon moment pour confronter sa colocataire. « Tu comprends maintenant pourquoi j’étais réticente face à ta proposition de dîner tous ensemble… J’aurai aimé ne pas avoir à te dire quelque chose comme ça. Vraiment. » Dylana n’avait pas de leçons à donner en matière de confiance mais elle était saoulée qu’une nouvelle personne abuse de celle de son frère. Amical, fraternel ou de cœur, l’amour est un sentiment capable d’être mesuré dans la souffrance. Trystan souffrait aujourd’hui parce qu’il tenait à son amitié avec Ivy. Quant à Dylana, elle n’était même pas revenue sur cette histoire de colocation dans la maison parentale parce qu’elle avait complètement oublié d’être égoïste quand elle avait constaté l’impact de cette nouvelle sur le marin et à quel point il avait été à deux doigts de perdre pied sur le bateau. Il continuait de se rattacher au maigre espoir que sa sœur se trompe, à conserver cette infime lueur face à l’évidence. Mais la vie n’était pas un chemin linéaire, elle ne se déroulait pas dans le sens que l’on désirait.




_________________

Home sweet home
Do not open memories. ▬ I'm not looking for somebody with some superhuman gifts, some superhero, some fairytale bliss, just something I can turn to, somebody I can kiss, I want something just like this.
Revenir en haut Aller en bas
Trystan Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Trystan Meylir

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : dopamine (avatar) wifey (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (3/3)
Dylana - Fiona
A venir : Lexia
RAGOTS PARTAGÉS : 1096
POINTS : 2697
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017
I am aching now to let you in again + Meylirs  Tumblr_oc8ms8PbMW1tu1gjuo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Il a retrouvé l'amour de sa vie et ne parvient toujours pas à croire en sa chance.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On dirait qu'il se reprend doucement mais sûrement... Il était temps, il commençait vraiment à ressembler à une épave... Je me demande ce qui motive cette reprise en main cela dit...

I am aching now to let you in again + Meylirs  Empty
MessageSujet: Re: I am aching now to let you in again + Meylirs I am aching now to let you in again + Meylirs  EmptyMer 18 Mar - 11:52

Coming like a hurricane, I take it in real slow.
The world is spinning like a weathervane,
fragile and composed
I am breaking down again
I am aching now to let you in

« Je sais que toi tu ne m’aurais rien dit sans avoir de très bonnes raisons de le penser. Pas juste sur la base de simples on-dit. » Trystan sent la migraine monter en lui, insidieuse et sournoise. Il aurait donné cher pour revenir au moment où il discutait tranquillement de superstitions avec Dylana. Maintenant, elle avait lâché une petite bombe et les dégâts causés par cette dernière étaient déjà visibles. Le frère et la sœur s’expliquent donc, essayant de désamorcer une tension qui n’a pas lieu d’être… « Mais oui, j’aurai voulu en savoir plus aussi si tu m’avais balancé un tel truc. » Le Meylir hoche la tête, appréciant le fait qu’elle tempère ses propos à la toute fin. Leur relation était encore fragile à ce jour et il n’avait vraiment pas envie de la saper pour une histoire qui ne leur était même pas propre. Et surtout, perdu comme il était, il avait plus besoin du soutien de Dylana que de s’engueuler avec elle. Il lui avoue d’ailleurs qu’il a couché avec Yevgeniya, provoquant un choc bien légitime chez elle. « Tu as quoi ?! » Cependant, cette interjection interloquée est la seule remarque qu’elle s’autorise. Elle n’émet aucun jugement, et pour cela, il lui en est reconnaissant. Car il sentait toujours la colère enfler en lui et ne voulait vraiment pas la retourner contre la mauvaise personne. Surtout que sa cadette se fait à présent douce, essayant vraiment de l’apaiser.

« Trys’, ça ne vaut pas le coup de casser toutes tes affaires. Tu vas te faire mal. » Dit-elle donc d’une voix pleine de douceur lorsqu’il envoie valser sa bière dans le décor. Elle va même ramasser celle-ci avant de venir poser doucement ses mains sur ses poings, toujours aussi crispé. Ce contact ancre un peu le marin dans la réalité et il inspire profondément. « Tu as raison… Je suis désolé. » Il ne voulait pas être ce type violent qui faisait peur à son entourage. Il s’accroche donc à la sensation des mains de Dylana sur les siennes, essayant de se concentrer sur le son de sa voix pour ne pas trop se laisser envahir par toutes les pensées néfastes qui menaçaient de le submerger. Selon sa sœur, le problème n’est pas tant le fait qu’ils aient couché ensemble mais le mensonge. Il réfléchit quelques instants et doit reconnaître qu’elle a une nouvelle fois raison. « C’est vrai… Finalement, le plus dur c’est de savoir qu’elle m’a menti tout ce temps…Elle a été là à une période de ma vie où je n’allais pas très bien… Quand il y a eu toute cette merde avec Lexia et le bébé… Je pensais vraiment que notre lien était solide, qu’il reposait sur la confiance oui… Ce que j’ai pu être con. Elle a dû vraiment bien se foutre de moi. » Il relève les yeux, et c’est bel et bien un sentiment de trahison qu’on peut lire dans ces derniers. Il regarde Dylana. « Tu me connais oui… J’accorde ma confiance à ceux que j’aime… Mais il y en a peu et ça reste difficile pour moi. Je ne sais pas si je pourrai me remettre de ce coup bas. » Ça lui donnait juste envie de repartir en mer, loin de la traîtrise des êtres humains…

Le duo se fait ensuite pragmatique. Dylana avoue qu’elle ignore les détails exacts mais concède à son frère qu’il y a peut-être une bonne explication. En revanche, elle refuse catégoriquement qu’il la cherche auprès d’Ainhoa. Sauf qu’elle ne lui pose pas cette interdiction sans quelques bons arguments auxquels il se range vite. « Oui ce serait égoïste de l’accabler encore plus avec ces histoires… Promis, je ne l’appellerai pas. Je trouverai mes réponses autrement. » Surtout que Dylana venait de lui offrir de l’aide. La brunette lui dit aussi à quel point elle était désolée d’avoir été porteuse d’une aussi mauvaise nouvelle. Il s’adoucit un peu, ouvrant enfin les poings pour attraper l’une des mains de sa sœur et la serrer brièvement. « Ce n’est pas de ta faute. Tu sais que je préfère qu’on me dise la vérité… Aussi désagréable qu’elle puisse être… » Il tapote sa main. « Merci de m’avoir proposé ton aide… Et merci . ... d’être là. » Il la relâche vite, toujours aussi peu démonstratif mais au moins il avait réussi à articuler quelques mots de remerciements. Il ne pouvait que constater que la présence de sa sœur l’aidait à ne pas péter un plomb. Et aussi qu’elle était là pour lui malgré le nombre de fois où ils s’étaient pris la tête. C’était important pour lui. A vrai dire, c’était sa définition même de la famille : se serrer les coudes dans les moments tels que celui-ci. « Je ne vais pas prendre de décision hâtive mais je te dirai quand je saurai quoi faire… Mais en tout cas, j’espère que tu vas te réconcilier avec Ainhoa, j’ai vu combien vous vous étiez rapprochés ces derniers temps et ça serait dommage de vous éloigner à nouveau… Surtout à cause de ça. » Il allait lui falloir du temps pour digérer la nouvelle mais tant que Dylana était là, il ne ressasserait pas trop.

_________________

What is a soulmate? A soulmate is someone who you carry with you forever. The person who knew you and accepted you, before anyone else did. Or when no one else would. And no matter what happens, you will always love them. And nothing could ever change that.

I am aching now to let you in again + Meylirs  482748114:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dylana Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Dylana Meylir

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Gwen, Eléa, Lexia & Keelin
TON AVATAR : Nina Dobrev
TES CRÉDITS : ava - avengedinchains ; signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Liam (3)

Terminé : Yevgenyia - Ainhoa - Trystan - Noah (1) - (Noah (2)) - Evan - Trystan (2) - Brendan - Ainhoa (2) - Max - Anniversaire Max - Trystan (3) - (Evan (2)) - (Dimka) - Liam - Annif Lula - Liam rdv enchère (2) - Trystan (4)


RAGOTS PARTAGÉS : 674
POINTS : 2332
ARRIVÉE À TENBY : 28/02/2016
I am aching now to let you in again + Meylirs  Tumblr_inline_np0k501Lta1tuh1ni_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
CÔTÉ COEUR : Le coeur s'est brisé une fois de trop, elle ne veut plus en entendre parler actuellement
PROFESSION : Travaille avec son frère depuis peu, gère l'aspect touristique de l'entreprise
REPUTATION : Il semblerait qu'elle se soit décidée à rester après ce retour fracassant. Etonnant pour cet électron libre qui ne tient pas en place.

I am aching now to let you in again + Meylirs  Empty
MessageSujet: Re: I am aching now to let you in again + Meylirs I am aching now to let you in again + Meylirs  EmptyDim 22 Mar - 16:48

I don't ever want to let you down
I don't ever want to leave this town
'Cause after all
I'm just the same as I was

Comme une soupape qui menaçait d’exploser, Trystan avait tout le mal du monde de retenir la colère qui le submergeait. Face à son désarroi, Dylana calma le jeu et ne rajouta pas de l’huile sur le feu. Elle ramassa la bière qu’il avait balancée et s’approcha doucement de lui pour qu’il ne s’emporte pas plus. La brûlure douloureuse qui pesait dans son ventre était bien légitime, il se sentait déçu et trahi par une personne proche. Il prit une profonde inspiration et s’excusa auprès de sa sœur. Il n’avait pas à le faire mais il y tenait sans doute pour ne pas l’effrayer alors elle le laissa s’ouvrir son ressenti. Coucher avec sa colocataire était certainement une erreur qu’il regrettait aujourd’hui, cependant il ignorait tout de sa double vie à l’époque et trouver du réconfort dans ses bras, c’est ce dont il avait eu besoin pour oublier Lexia et se remettre sur pied comme il le lui expliqua. « Tu me dis qu’elle a été présente quand tu n’allais pas bien… Elle avait peut-être peur de ta réaction si elle te disait la vérité. Ce n’est pas honnête mais ça peut expliquer pourquoi elle n’a rien dit. » Spécula la brune. Son envie d’accabler la Russe avait disparu car comme elle l’avait admis à son frère, elle ne connaissait pas son background. Et aussi, la réaction de Trystan l’avait calmée dans son ressentiment car celui du marin était bien plus justifié. Peu importe ses raisons, Ivy aurait dû lui parler de son travail de prostituée avant de sauter le pas avec lui. Elle l’avait privé de ce choix. Elle avait abusé de sa confiance et par extension de son intimité. Dylana n’allait pas faussement le rassurer sur la nature humaine, il avait connu des déceptions et elle aussi. Ce ne serait sûrement pas les dernières. « C’est normal, il faudra du temps pour le digérer. Ce n’est pas facile d’accorder sa confiance de base et encore plus quand on vit des situations comme celle-là. Ça nous donne encore moins envie. Je ne suis pas la plus positive sur la nature des gens mais heureusement tout le monde n’est pas comme ça. » La brune avoua ensuite ne pas en savoir plus sur la double vie d’Ivy et elle pria Trystan de ne plus mêler Ainhoa à cette histoire car sa cousine traversait encore des moments difficiles et n’avait pas envie d’en parler. L’entretien téléphonique entre les deux filles s’était d’ailleurs terminé sur une note froide et Dylana ne leur souhaitait pas le même sort. A son grand soulagement, il se rangea à son avis et promit de ne pas la contacter. Elle lui offrit alors son aide et se montra désolée de lui avoir annoncé une telle nouvelle. Son frère desserra les poings et attrapa l’une des mains de sa cadette. Ce contact signifiait tellement de choses entre eux, un rapprochement fraternel, un lien qui se réinstaurait pour de bon entre eux. Pourtant, Dylana n’y prêta pas attention, elle écoutait Trystan lui confirmer qu’il préférait toujours la vérité à un mensonge et la remercier d’être là. Ces mots non plus, la Meylir ne pensait plus jamais les entendre. Oui, elle réintégrait sa vie en douceur et maintenant ils étaient à nouveau là l’un pour l’autre. « C’est normal. Tu peux compter sur moi. » Entre un frère et une sœur oui, entre eux cette évidence revenait seulement mais elle le pensait sincèrement. Trystan se détacha d’elle, il devait réfléchir à toute cette affaire avant de prendre une décision et lui souhaitait de se réconcilier avec Ainhoa. Il déplorait que les deux cousines soient en froid à cause de ce mensonge. « Ne t’en fais pas. Je pense qu’on se reparlera bientôt comme avant, c’est juste le temps que ça se tasse. Et oui prends le temps qu’il te faut pour y penser et voir ce que tu vas faire. » L’impulsivité n’était pas la meilleure des réponses dans ces circonstances. Un conseil que la Meylir ferait aussi bien d’appliquer car foncer dans le tas, comme Dylana, lui avait souvent joué des tours. Et elle s’y tenait auprès de son frère, ce qui avait considérablement adouci leurs liens depuis lors. « Tu as encore beaucoup à faire mais si on allait prendre un peu l’air ? Marcher dix minutes, dérouiller nos jambes. Ça nous fera du bien. » Proposa-t-elle pour terminer leur échange sur une meilleure note et changer un peu les idées de Trystan avant de prendre congé et qu’il rumine toute l’après-midi en traitant son poisson. En mer, ils n’avaient pas vraiment l’occasion de se détendre les muscles ou de parler. La tension était désormais retombée dans le bateau. La brune enfila son parka et s’apprêtait à remonter sur le pont, soulagée que cette tempête soit passée et de constater qu’enfin, leur relation se tournait vers de meilleurs jours.


_________________

Home sweet home
Do not open memories. ▬ I'm not looking for somebody with some superhuman gifts, some superhero, some fairytale bliss, just something I can turn to, somebody I can kiss, I want something just like this.
Revenir en haut Aller en bas
Trystan Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Trystan Meylir

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : dopamine (avatar) wifey (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (3/3)
Dylana - Fiona
A venir : Lexia
RAGOTS PARTAGÉS : 1096
POINTS : 2697
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017
I am aching now to let you in again + Meylirs  Tumblr_oc8ms8PbMW1tu1gjuo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Il a retrouvé l'amour de sa vie et ne parvient toujours pas à croire en sa chance.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On dirait qu'il se reprend doucement mais sûrement... Il était temps, il commençait vraiment à ressembler à une épave... Je me demande ce qui motive cette reprise en main cela dit...

I am aching now to let you in again + Meylirs  Empty
MessageSujet: Re: I am aching now to let you in again + Meylirs I am aching now to let you in again + Meylirs  EmptyJeu 26 Mar - 18:16

Coming like a hurricane, I take it in real slow.
The world is spinning like a weathervane,
fragile and composed
I am breaking down again
I am aching now to let you in

« Tu me dis qu’elle a été présente quand tu n’allais pas bien… Elle avait peut-être peur de ta réaction si elle te disait la vérité. Ce n’est pas honnête mais ça peut expliquer pourquoi elle n’a rien dit. » Dylana avait modifié son discours à propos d’Yevgeniya, essayant désormais d'apaiser son frère. Ce qu’elle disait avait du sens mais la trahison ne passait pas du tout pour Trystan, et plus les secondes défilaient, plus il en sentait intensément la brûlure. « Oui, c’est pas honnête… Et quelque soit ses raisons, je ne lui pardonnerai pas. Elle-même, elle sait combien je place cette qualité au dessus de toutes les autres. C’était grave qu’elle me mente au début mais ça l’était tout autant après… » Il ne décolère pas, même s’il s’applique à ne pas tout casser, conformément au vœu émis par sa cadette. Pourtant, ce n’est pas l’envie qui lui en manquait…  Dylana semble toutefois comprendre qu’il ne se calmera pas tout de suite, et lui dit que c’est normal qu’il ait besoin de temps pour digérer aussi. Elle dit aussi des trucs sur la confiance, mais il est définitivement amer sur ce point-là. « Tout le monde n’est pas comme ça mais n’empêche à la fin dans l’histoire, c’est toujours moi le con à qui on a menti. » Il ne disait pas ça pour raviver les tensions avec Dylana, car malheureusement, elle faisait partie des personnes qui lui avaient déjà menti sur un sujet grave mais le constat s’imposait, il se faisait toujours avoir à la fin…

Cependant, la situation d’Yevgeniya et Dylana était différente. Dès qu’il aurait la confirmation que la première était bien ce qu’elle avait caché être, elle serait morte à ses yeux. Pour Dylana, c’était différent. Dylana, c’était la famille. Dylana, c’était sa petite sœur adorée. Elle, il n’avait pas réussi à la rayer définitivement de sa vie, se laissant amadouer dès qu’elle avait manifesté une volonté concrète et sincère de renouer avec lui. Certes, leur relation ne serait plus jamais la même, mais doucement, elle renaissait de ses cendres. Et ce renouveau donnait des résultats inattendus. La preuve, ce soir, c’était bien Dylana son roc, celle qui arrivait quand même à lui donner un peu de baume au cœur. « Tu peux compter sur moi. » Dit-elle, ses mains dans les siennes. Et pour la première fois depuis qu’elle est revenue, il ne remet pas cette assertion en doute… Il s’inquiète aussi de l’état de la relation entre elle et Ainhoa, ayant relevé l’information de leur dispute malgré sa propre colère mais sa sœur se montre rassurante sur ce point. Elle lui fit comprendre que le temps tasserait les choses, comme ça serait sans doute le cas pour lui… Il espérait vraiment qu’elle avait raison car cette rage qu’il ressentait le consumait tant elle était intense… Comme si elle le pressentait aussi, Dylana fait donc une proposition qui tombe à pic. « Tu as encore beaucoup à faire mais si on allait prendre un peu l’air ? Marcher dix minutes, dérouiller nos jambes. Ça nous fera du bien. » L’instinct du marin lui criait  de rentrer directement chez lui pour confronter Yevgeniya mais il avait encore un peu de sa raison et cette dernière lui disait d’accepter la proposition de sa sœur. Il devait un peu gommer de son impulsivité, à l’instar de Dylana, qui, il l’avait remarqué, avait de considérables efforts pour adoucir la sienne. Et c’était sûrement ce qui avait tant apaisé leur relation… « Ok, je suppose que ça ne me fera pas de mal de m’éclaircir un peu les idées… » Sa cadette lui avait livré une pilule amère mais celle-ci avait eu au moins le mérite de prouver le renforcement de leur lien. Pour le moment, il allait se contenter de savourer cette victoire là. Il s’occuperait d’Yevgeniya plus tard...

_________________

What is a soulmate? A soulmate is someone who you carry with you forever. The person who knew you and accepted you, before anyone else did. Or when no one else would. And no matter what happens, you will always love them. And nothing could ever change that.

I am aching now to let you in again + Meylirs  482748114:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

I am aching now to let you in again + Meylirs  Empty
MessageSujet: Re: I am aching now to let you in again + Meylirs I am aching now to let you in again + Meylirs  Empty

Revenir en haut Aller en bas

I am aching now to let you in again + Meylirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: I fell in love at the seaside :: Tenby harbour-