AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Don't tell me it's not worth fighting for | Lula

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Megan Julliard
Megan Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Keelin
TON AVATAR : Maria Pedraza
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - astra, gifs signa & profil - chittockwrites, icon - kawaiinekoj
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Luke - Judith - Lula - Fredrik (2) - Max (2).


Fini : Max & Judith - Fredrik - Ivy - Danny - Annif Lula - Max.
RAGOTS PARTAGÉS : 596
POINTS : 1030
ARRIVÉE À TENBY : 19/03/2019
Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Tumblr_inline_pgapwiWngb1vdiecd_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 ans (18 juin)
CÔTÉ COEUR : Côté quoi ?
PROFESSION : Etudiante en droit, elle hésite à continuer dans cette voie mais elle n'ose pas en parler à sa famille.

Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Empty
MessageSujet: Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Don't tell me it's not worth fighting for | Lula EmptyMar 24 Sep - 11:00

Maybe you could educate my mind
Explain all these controls
I can't sing but I've got soul
The goal is elevation

Triturant nerveusement le bas de sa veste, Megan releva les yeux perdus dans le long couloir aseptisé de l’hôpital. Après avoir passé des tests médicaux plusieurs jours auparavant, elle attendait désormais de recevoir les résultats en mains propres. Les angoisses de la brune étaient justifiées : la jeune fille avait couché avec différents mecs sans prendre de précautions, soit sous influence de l’alcool soit simplement par inconscience. Après tout, cela ne procurait pas les mêmes sensations... Par la suite, Megan avait vu des cas pratiques en cours de droit sur les personnes atteintes de maladie sexuellement transmissibles, qui parfois ignoraient tout de leur état, parfois étaient parfaitement au courant. L’université avait alors rappelé à l’amphi rempli d’étudiants les consignes de prudence et souligné l’importance des protections existentes et des moyens de contraception – rapide retour éducatif / pédagogique / de sensibilisation. Les risques étaient revenus en pleine face de Megan. Et si au cours de ses « simples » écarts sans importance, des aventures d’une nuit, elle avait attrapé une de ses saloperies ? Mieux valait-il en avoir le cœur net ou continuer de mettre la tête dans le sable ? La jeune femme avait longuement hésité à sauter le pas des examens par peur de la réponse. Elle avait alors parlé de ses craintes à une personne susceptible de la comprendre : Lula (pas parce qu’elle menait une vie d’excès mais parce qu’elle était une de ses plus proches confidentes sans être un de ses deux parents). Elle la connaissait assez et elle n’avait pas éclaté en crise hystérique devant les doutes de la jeune fille. Le mode « tu aurais dû te protéger « mais où avais-tu la tête » et « tu as oublié les règles de prudence » n’étaient pas sorti de sa bouche dans une morale peu dithyrambique dont Megan n’avait présentement nullement besoin. Non ce dont elle avait besoin, c’était d’être rassurée, et la seule façon de l’être définitivement, c’était de passer les tests et de connaître les résultats. Elle était donc finalement venue faire les examens auparavant et attendait désormais en compagnie de son ex belle-mère, qui l’avait accompagnée dans cet angoissant moment. Megan priait bien sûr pour elle-même mais aussi pour ses parents. Elle savait que ni Judith, ni Max, ne supporteraient d’entendre une mauvaise nouvelle par rapport à leur plus jeune fille. Pas après ce qui était arrivé à Melody des années plus tôt. Ni l’un, ni l’autre ne s’en étaient jamais complètement remis. Fébrile, elle reporta alors son regard vers Lula. « Merci d’être venue. J’espère qu’on n’attendra plus longtemps. » A l’accueil, Megan avait été informée que le médecin terminait un rendez-vous urgent et viendrait ensuite lui remettre l’enveloppe en mains propres. Pourquoi l’avait-on conviée à l’hôpital directement ? Était-ce signe de mauvaise nouvelle ou tenait-on à lui remettre directement par souci de discrétion ? Aucune idée mais cette attente ne faisait qu’augmenter la tension ressentie par la jeune fille. Elle avait du mal à cacher ses émotions. « J’ai vraiment été stupide… » Répéta-t-elle pour la dixième fois, en se frottant légèrement les tempes. Oui, elle l’avait été, car elle n’avait pas commis qu’une seule fois la même erreur et n’avait pas non plus été mal influencée par ces garçons.


_________________

 
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©gajah (avatar) & ju & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (0/3)
En cours : Max - Sam - Stan - Megan
RAGOTS PARTAGÉS : 905
POINTS : 2068
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Tumblr_pkruqiFBTV1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Empty
MessageSujet: Re: Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Don't tell me it's not worth fighting for | Lula EmptyDim 29 Sep - 12:02

Tell me what's been happening, what's been on your mind
Lately you've been searching for a darker place
To hide, that's alright
Safe to feel at grace 'cause we've all made mistakes



Ayant l’impression d’être plongée dans un mauvais rêve, Lula se masse les tempes, essayant de dissiper la migraine que lui provoquait la lueur criarde des néons de l’hôpital. Sur la chaise juste à côté d’elle, elle voit Megan s’agiter, du coin de l’œil. La petite Julliard était une boule de stress à l’état pur. Et c’était bien normal… La Landry la laisse tranquille cependant, souhaitant donner à la jeune fille, le temps dont elle a besoin pour réussir à exprimer ce qu’elle a sur le cœur. Et ce petit stratagème s’avère rapidement payant. « Merci d’être venue. J’espère qu’on n’attendra plus longtemps. » Dit-elle tout à coup. Les premiers mots qu’elle prononçait depuis qu’elles étaient arrivées, il y a un petit moment déjà. Lula tourne la tête, n’aimant pas voir sa protégée dans cet état. « De rien. Tu sais que tu peux compter sur moi. Pour n’importe quoi. » Megan le savait depuis le temps. Mais la Landry préférait le rappeler plutôt que de laisser planer un doute. « On attendra le temps qu’il faudra, ne t’en fais pas. » Ajoute ensuite la métisse, des intonations rassurantes dans la voix. Elle se forçait à avoir l’air sereine pour ne pas ajouter au fardeau de Megan mais ce n’était pas facile alors qu’intérieurement, elle bouillonnait d’inquiétude. Et aussi alors que cet hôpital de merde foutait le peu de patience qu’elle possédait en l’air. En fait, si ce n’était pour Megan, elle aurait déjà fait un esclandre. Mais Lula restant Lula, elle fait quand même une remarque bien en direction de l’infirmière du secrétariat. « Cela dit, ça ne se fait pas de faire attendre les gens comme ça ! Est-ce qu’ils imaginent 5 minutes ce qui nous passent par la tête ? »

Oui, on leur avait bien expliqué que le médecin avait un rendez-vous urgent mais quand même. Cette attente, c’était vraiment inhumain…   « J’ai vraiment été stupide… » Dit Megan en reprenant la parole. Ça par contre, elle l’avait déjà dit à plusieurs reprises depuis qu’elle avait avoué le secret qui la taraudait à Lula. « Je ne vais pas te dire le contraire. » Réplique alors la guitariste, qui ne semblait jamais pouvoir se départir de son franc-parler. Cependant, le ton était celui du constat, il n’y avait pas un brin moralisateur dans ce dernier. Bien sûr, Lula déplorait le manque de réflexion et de prudence de Megan mais à quoi cela pourrait-il bien servir d’en faire état alors que la jeune femme s’était déjà rendu compte d’elle-même de la terrible erreur qu’elle avait commise ? « Mais ne sois pas trop dure ave toi-même… Tu es jeune. Tu as le droit de commettre des erreurs. » Il était évident que la Landry allait ensuite nuancer son propos et qu’elle  n’allait pas se contenter de dire à Megan qu’elle avait été stupide. Et puis, elle pensait ce qu’elle venait de dire. La petite Julliard était toujours si mature, si digne, si peu insouciante pour une fille de son âge que s’en était presque anormal. Il fallait qu’elle fasse des bêtises, des erreurs. Encore que pas de cet acabit, parce que là, par contre, elle avait mis son intégrité et sa santé en danger. « Et en plus, tu t’es non seulement rendue compte que tu avais merdé mais en plus, tu as le courage de le reconnaître et d’agir en conséquence. Tu fais face et ça, ce n’est pas rien. C’est bien plus que ce que la plupart des gens sont capables de faire. Tu n’es pas fière de ce que tu as fais, mais sois au moins fière de ça. » Ajoute la guitariste en regardant la Julliard dans les yeux, souhaitant la réconforter tout de même. Ce n’était pas le moment de l’enfoncer.

_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
Megan Julliard
Megan Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Keelin
TON AVATAR : Maria Pedraza
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - astra, gifs signa & profil - chittockwrites, icon - kawaiinekoj
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Luke - Judith - Lula - Fredrik (2) - Max (2).


Fini : Max & Judith - Fredrik - Ivy - Danny - Annif Lula - Max.
RAGOTS PARTAGÉS : 596
POINTS : 1030
ARRIVÉE À TENBY : 19/03/2019
Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Tumblr_inline_pgapwiWngb1vdiecd_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 ans (18 juin)
CÔTÉ COEUR : Côté quoi ?
PROFESSION : Etudiante en droit, elle hésite à continuer dans cette voie mais elle n'ose pas en parler à sa famille.

Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Empty
MessageSujet: Re: Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Don't tell me it's not worth fighting for | Lula EmptySam 5 Oct - 16:17

Maybe you could educate my mind
Explain all these controls
I can't sing but I've got soul
The goal is elevation

Lorsque Megan remercia Lula de l’avoir accompagnée, la guitariste lui réitéra son soutien. Malgré que la séparation entre la métisse et son père remontait à plusieurs années, le lien entre les deux jeunes femmes ne s’était jamais étiolé. Ce n’était pas la première fois que l’étudiante pouvait compter sur la présence de l’artiste. L’attente se prolongeait et l’angoisse montait de plus en plus dans le ventre de Megan. Il n’était pas courant de recevoir ses résultats directement à l’hôpital si les tests s’avéraient négatifs. A moins que ce soit parce que le médecin lui avait assuré la discrétion, même par rapport à ses parents ? La petite Julliard avait en effet exprimé le souhait pour que cette affaire ne s’ébruite pas et ne leur parvienne surtout pas aux oreilles. De plus, elle était majeure et vaccinée. Elle avait le droit à ses propres secrets.

Lula la sortit de sa rêverie stressante et tenta de la rassurer de plus belle. La métisse pesta ensuite contre le service hospitalier faute de pouvoir contrôler la situation. « Je ne sais pas. J’ai l’impression que ça fait une heure que nous sommes là. » En réalité, elles patientaient depuis moins de quinze minutes dans la salle. C’était l’attente depuis la prise de sang effectuée des jours auparavant qui avait duré le plus. L’attente à l’hôpital n’était plus qu’une formalité en comparaison. Et celle qui paraissait la plus longue aussi. Stressée et dépitée, Megan se répéta pour la dixième fois et secoua la tête. Lula abonda d’abord dans son sens en nuançant tout de même que la jeune fille prenait beaucoup sur elle et qu’elle avait aussi le droit à l’erreur. De par les événements dans sa vie et sous le feu de projecteurs des médias, Megan avait appris à vivre dans le contrôle et la retenue. Très tôt, elle s’était responsabilisée et avait même essayé de canaliser les frasques de son père. Quand elle avait l’occasion de décompresser et de se libérer, elle avait donc tendance à se lâcher et à agir sans réfléchir comme cela avait été le cas en plusieurs occasions. « Tu as toujours réussi à faire attention toi ? » Demanda-t-elle alors à Lula, intéressée par ses expériences de vie. En dehors des années de vie que la guitariste avait partagé avec son père, la vie privée de son ex belle-mère n’était pas le sujet que Megan abordait le plus souvent auprès d’elle.

La métisse maniait les mots avec habilité car elle rappela que la jeune fille avait réalisé son erreur et avait surtout trouvé le courage d’être fixée sur celle-ci. Elle ne fuyait pas et pouvait en être fière selon Lula. « Pourtant, ce n’est pas l’envie qui m’en manque… Partir. » Souffla-t-elle, ne se trouvant pas si vaillante. La jeune femme restait pour être fixée et aussi parce qu’elle ne voulait pas rendre d’autres personnes malades si elle souffrait d’un mal quelconque. C’était une sacrée responsabilité. « Tu imagines si j’ai quelque chose… Je vais devoir rappeler tous ces types et les prévenir pour qu’eux aussi se fassent tester. » L’horreur. Un résultat positif signifierait qu’elle aussi avait été victime d’un mal et qu’une autre personne au moins - celui qui le lui aurait transmis - était atteinte sans forcément le savoir. Triturant toujours nerveusement les mains, Megan envisageait vraiment le pire.


_________________

 
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©gajah (avatar) & ju & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (0/3)
En cours : Max - Sam - Stan - Megan
RAGOTS PARTAGÉS : 905
POINTS : 2068
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Tumblr_pkruqiFBTV1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Empty
MessageSujet: Re: Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Don't tell me it's not worth fighting for | Lula EmptyVen 11 Oct - 23:12

Tell me what's been happening, what's been on your mind
Lately you've been searching for a darker place
To hide, that's alright
Safe to feel at grace 'cause we've all made mistakes


« Je ne sais pas. J’ai l’impression que ça fait une heure que nous sommes là. » Finalement, l’attente semble autant user les nerfs de Megan que ceux de Lula. Quoi de plus normal ? Quand on redoutait une condamnation, il était logique de vouloir que le verdict tombe le plus vite possible. Etre fixées valait mieux que de spéculer pendant de longues minutes comme elles étaient en train de le faire… Surtout que l’impuissance et la passivité n’étaient pas deux notions que Lula maîtrisait très bien. Du coup, elle est soulagée quand sa voisine prend la parole. Parler les distrairait, détournerait un peu leur attention de la frustration provoquée par l’attente. Même si ça voulait dire avoir la conversation compliquée qu’elles étaient destinées à avoir, ici et maintenant dans cette salle d’attente glauque… Lula ne fit pas de faux semblants, confirmant à la petite Julliard qu’elle avait bel et bien fait une erreur mais qu’elle était courageuse d’y faire face. Et aussi qu’elle avait le droit d’en commettre. Cela semble donner réflexion à la principale intéressée, qui pose tout de suite une question très directe à la guitariste. « Tu as toujours réussi à faire attention toi ? » Là encore, Lula se refusait de mentir à la jeune fille honnête qui lui faisait face. Bien qu’elle aurait voulu pouvoir se poser en modèle pour elle. « J’aimerai pouvoir te dire que oui… » Soupire t-elle en scrutant la petite brune. « Mais tu sais que je vis dans un milieu très particulier et que je suis moi aussi pas mal fêtarde… J’ai commis quelques erreurs avec des inconnus aussi. Et contrairement à toi, je n’ai pas assumé. Je ne me suis pas faite tester, j’ai juste prié pour qu’il ne se passe rien Je n’ai pas pensé non plus à mes partenaires comme tu le fais toi... » Lula ne voit pas d’inconvénients à se confier à Megan. Elle se méfiait de certains de ses amis « people » à qui elle ne livrait pas de secrets qu’elle ne voulait pas voir dans la presse à scandale mais là, elle avait en face d’elle une jeune fille en détresse qui avait besoin d’être guidée, épaulée. Une jeune fille qu’elle aimait et en qui elle avait confiance. Elle pousse donc la confidence dans l’unique but de lui montrer qu’elle ne mentait pas et que tout le monde effectivement, commettait des erreurs.

« J’ai pris la pilule du lendemain aussi, quelque fois… Et d’une manière générale, j’ai été pas mal inconsciente. Et pas que sur les rapports non protégés. Encore récemment d’ailleurs, j’ai fais confiance à un type et j’aurai pas dû… Je me suis aussi souvent mise en danger sans raison aussi. Mais voilà, je ne suis vraiment pas un exemple. » La Landry ne veut pas s’attarder sur ses déboires récents mais ces confidences ne sont pas faciles car en voulant rassurer Megan, elle se poussait elle-même à une introspection peu plaisante. Toutefois, Lula n’allait pas laisser la conversation se détourner à son sujet uniquement. « Ce qu’il faut que tu te demandes, c’est pourquoi tu as fais ça… Il y a les accidents mais il y a aussi les comportements autodestructeurs. Je me suis un peu calmée quand j’ai compris ça… Tu as commis la même erreur plusieurs fois sur une période réduite. Est-ce que ça ne cache pas quelque chose de pire que de l’inconscience ? » Elle se tait quelques instants, le temps de laisser méditer ses dires à sa petite protégée. Mais elle insiste ensuite, même s’il n’y a toujours aucune intention moralisatrice dans sa voix. « C’est une vraie question… Je ne suis pas ta mère ou quoi mais j’aimerai que tu m’expliques ce qu’il t’es passé par la tête… Tu savais que c’était dangereux, non ? Et comme on vient de le dire, tu as la tête sur les épaules, normalement. » Lula ne pourrait pas croire une seconde que Judith Sullivan n’avait pas briefé sa fille sur les dangers des rapports non protégés.

Megan a cependant du mal à se laisser consoler et quand Lula lui dit qu’elle peut être fière pour faire face, elle avoue qu’elle préférerait s’enfuir. C’est sans compter l’entêtement de la métisse. « Oui mais tu es là, et c’est ce qui compte. » Les mains de la jeune femme continuent nerveusement leur ballet saccadé. Elle les tord nerveusement, agrippe le bord de son blouson puis recommence sans s’arrêter. Au bout d’un moment, n’y tenant plus, Lula agrippe celle qui est la plus proche de la sienne. Elle la serre sans un mot, jusqu’à ce que Megan lance une hypothèse peu séduisante. « Tu imagines si j’ai quelque chose… Je vais devoir rappeler tous ces types et les prévenir pour qu’eux aussi se fassent tester. » Nouveau soupir de Lula. « C’est clair que ça ne sera définitivement pas une partie de plaisir si on en arrive là… Mais ça ne sert à rien d’imaginer le pire en attendant. » Pragmatique la Lula, toujours. Pour le moment, elle était plus intéressée par les causes que par les conséquences.


_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
Megan Julliard
Megan Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Keelin
TON AVATAR : Maria Pedraza
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - astra, gifs signa & profil - chittockwrites, icon - kawaiinekoj
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Luke - Judith - Lula - Fredrik (2) - Max (2).


Fini : Max & Judith - Fredrik - Ivy - Danny - Annif Lula - Max.
RAGOTS PARTAGÉS : 596
POINTS : 1030
ARRIVÉE À TENBY : 19/03/2019
Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Tumblr_inline_pgapwiWngb1vdiecd_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 ans (18 juin)
CÔTÉ COEUR : Côté quoi ?
PROFESSION : Etudiante en droit, elle hésite à continuer dans cette voie mais elle n'ose pas en parler à sa famille.

Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Empty
MessageSujet: Re: Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Don't tell me it's not worth fighting for | Lula EmptyDim 27 Oct - 17:22

Maybe you could educate my mind
Explain all these controls
I can't sing but I've got soul
The goal is elevation

Rongée par l’attente, Megan interrogea finalement Lula sur ses propres expériences. Avait-elle toujours été prudente par rapport à ses relations ? La conversation servait à la fois de diversion pour oublier son inquiétude et permettait à la jeune fille de découvrir un aspect de la vie sa belle-mère qu’elle ne connaissait pas. Malgré que la guitariste soit une des confidentes de Megan, les deux femmes n’avaient que rarement partagé sur un sujet aussi intime, pas uniquement par pudeur mais parce que l’occasion ne s’était jamais présentée avant aujourd’hui. Lula lui répondit sans détour et avoua ne pas toujours avoir été avisée vis-à-vis d’elle ou même de ses partenaires. Le milieu dans lequel elle vivait et son mode de vie n’avaient pas contribué à la plus grande circonspection en la matière. Megan ne la jugeait pas, pas seulement parce qu’elle aussi avait été imprudente, mais parce qu’elle aussi pensait qu’il était impossible d’être toujours sur ses gardes sur tout et qu’on était libre de s’amuser sans devenir des paranos. Lula n’avait d’ailleurs jamais souhaité passer les tests, elle avait juste prié de ne rien avoir attrapé. « Mais du coup tu sais quand même si tu es… en bonne santé ? » Demanda la jeune fille, préoccupée par les révélations de Lula. Les symptômes de certaines maladies ne se déclenchaient qu’après plusieurs années alors elle s’interrogeait. A croire que Megan reportait soudainement son stress sur d’autres personnes aussi. La jeune fille apprécia en tout cas la franchise de Lula qui ne cherchait pas à se poser en modèle et lui avait honnêtement avoué ses propres erreurs. D’ailleurs, la métisse continua sur la lancée de ses confidences : la pilule du lendemain, la confiance qu’elle avait accordé à un mauvais type et le fait qu’elle s’était mise en danger récemment… La pilule du lendemain, la jeune fille connaissait pour y avoir eu recours également. En revanche, certaines révélations interpellèrent Megan. « Un type que tu n’aurais pas dû ? En danger ? Tu as des ennuis, Lula ? » Avec le recul, la jeune fille se rappela que sa belle-mère bénéficiait d’une protection rapprochée mais la présence d’un garde du corps ne lui avait pas paru si étrange pour une star de sa trempe. Peut-être que cette protection cachait d’autres choses mais Megan n’était pas trop en état de raisonner. « Pas un exemple ? Tu réussis ta vie dans ce que tu aimes, tu es une femme libre et indépendante. Alors oui, toi aussi tu n’es peut-être pas infaillible ou la femme parfaite mais je ne te voudrai pas autrement. Tu es comme tu es et tu ne te caches pas. » La Julliard n’aimait pas quand la Landry prenait ce chemin de « je ne suis pas un modèle à suivre » car il en avait souvent été question quand elle était sa belle-mère et que Megan avait voulu prendre exemple sur elle pour se lâcher et voir la vie d’une façon moins rigide. Lula lui suggéra alors d’essayer de comprendre les raisons qui l’avaient poussée à ce type de comportement : pourquoi avait-elle commis la même erreur plusieurs fois sur une courte période alors qu’elle avait conscience des risques ? « Oui je sais que c’est dangereux mais je ne sais pas pourquoi j’ai réagi comme ça. Je n’y pensais juste pas sur le moment. Je ne crois pas que je cherchais à m’autodétruire ou à me faire remarquer. Dans le feu de l’action, tu ne t’arrêtes pas toujours pour prendre le temps de te protéger quand t’as d’autres envies qui te submergent… » Elle considéra néanmoins la question de la métisse sérieusement. « J’ai eu une période avec beaucoup de stress après l’accident de papa et j’avais parfois besoin de souffler. Quand c’est un peu retombé, j’ai juste eu envie de m’amuser, de vivre sans règles à suivre ou sans penser aux conséquences… De vivre tout simplement. De déconnecter après tout ça. Je suppose que c’est une forme d’inconscience oui. » Les explications de Megan pouvaient paraître confuses car elle-même ne comprenait pas totalement les raisons de son comportement. Elle avait principalement eu besoin de vivre sans contrainte, sans devoir faire attention ou être dans la retenue. Elle s’était lâchée et avait profité tout simplement. Malheureusement, un seul rapport non protégé – et il n’y en avait pas eu qu’un – pouvait suffire à bouleverser sa vie. Partagée entre l’envie de découvrir le résultat et de prendre les jambes à son cou, Megan restait grâce à la présence réconfortante de Lula. Nerveuse et angoissée, elle ne se rendit compte du contact de la main de la métisse sur la sienne qu’après avoir formulé de vive voix une hypothèse déplaisante. L’artiste tenta une nouvelle fois de la raisonner : rien ne servait de tirer des plans sur la comète avant de connaître le résultat. « Je ne pourrai m’en prendre qu’à moi de toute façon. » Toujours dans le pessimisme induit par l’angoisse, Megan continuait de se morfondre sur son sort et était bonne à secouer. Patiente, Lula l’écoutait avec bienveillance. En vérité, la jeune fille était perdue à plusieurs niveaux dans sa vie : par rapport à ses envies, à ses études, à ses objectifs. Les certitudes qu’elle avait en débutant l’année précédente avaient toutes disparues dans le courant de l’année et s’étaient définitivement effondrées cet été. Elle était dans un moment charnière entre doutes et remise en question complète. Peut-être les joies et les déconvenues de l’adolescence tardive, du passage à la vie d’étudiante aux réalités d’adulte... Une infirmière s’approcha finalement des deux jeunes femmes et leur annonça que le médecin était prêt à les recevoir, les invitant à entrer dans le cabinet.


_________________

 
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©gajah (avatar) & ju & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (0/3)
En cours : Max - Sam - Stan - Megan
RAGOTS PARTAGÉS : 905
POINTS : 2068
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Tumblr_pkruqiFBTV1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Empty
MessageSujet: Re: Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Don't tell me it's not worth fighting for | Lula EmptyMar 5 Nov - 18:29

Tell me what's been happening, what's been on your mind
Lately you've been searching for a darker place
To hide, that's alright
Safe to feel at grace 'cause we've all made mistakes


« Mais du coup tu sais quand même si tu es… en bonne santé ? » Loin de rassurer ou de réconforter Megan, les confidences de Lula l’avait alarmée. La métisse lui adresse toutefois un petit sourire amusé. « Ne t’en fais pas pour moi, ma belle. J’ai fini par chopper un peu de plomb dans la tête et me faire tester. » Notamment quand elle s’était mariée avec Max. La Landry n’avait pas voulu refiler quelque chose au père de la petite rousse. Mais bon, ça, elle n’allait pas le dire à voix haute à cette dernière. Meg avait beau être détendue quant à leur relation, elle n’avait sûrement pas envie d’entendre ce détail… « Enfin, sur ce point là, du moins. » Oui, au bout d’un moment, Lula avait cessé de mettre sa santé en danger inutilement et de faire l’autruche. Ça ne voulait pas dire qu’elle ne faisait plus du tout dans le plan foireux. Elle l’avoue d’ailleurs plus ou moins de manière allusive, mais cela n’échappe pas à la sagacité de sa voisine. « Un type que tu n’aurais pas dû ? En danger ? Tu as des ennuis, Lula ? » Aïe, encore une fois, elle avait plus alarmée Meg qu’autre chose, provoquant la réaction contraire à celle escomptée. Elle  ne voulait pas mentir à la jeune femme mais elle considérait que ce n’était pas le moment de partager ses ennuis avec elle, de mettre plus de problèmes que nécessaires sur ses frêles épaules. Elle botte donc légèrement en touche sur celle-ci. « J’en ai eu… Mais j’ai pu compter sur ton père pour m’aider, comme toujours. Et pour le reste… J’ai Sam qui me protège… »

Cette discussion déstabilise Lula, car elle aimerait pouvoir apporter à Megan, les réponses dont elle a besoin. Le problème, c’est qu’elle n’est certainement pas un modèle, comme elle finit par le lui avouer. Meg proteste d’ailleurs vigoureusement. « Pas un exemple ? Tu réussis ta vie dans ce que tu aimes, tu es une femme libre et indépendante. Alors oui, toi aussi tu n’es peut-être pas infaillible ou la femme parfaite mais je ne te voudrai pas autrement. Tu es comme tu es et tu ne te caches pas. » Elle dit tout cela avec une conviction sincère, teintée d’une indulgence presque candide, propre à son âge, même si elle a déjà tout l’air d’une petite femme. Lula lui adresse un regard empli d’émotion. Tel père, telle fille. Les Julliard avaient parfois le don de la toucher avec leurs déclarations sorties de nulle part. « Merci ma chérie… J’apprécie beaucoup ce que tu viens de dire. Ça me touche beaucoup… » Lula n’était pas une personne qui manquait de confiance en elle mais il était vrai qu’elle s’était toujours refusée à se poser comme modèle pour Meg, même quand elle était officiellement sa belle-mère. Elle n’avait pas voulu qu’on l’accuse d’avoir une mauvaise influence sur l’adolescente qu’elle était à l’époque, ni même compliquer encore plus les choses avec Judith. Et puis, il y avait une part d’elle qui n’avait pas voulu endosser le rôle par respect pour la Sullivan. Elle n’était pas et ne serait jamais la mère de Megan. Et pourtant… Elle n’était pas loin de ressentir un sentiment similaire à celui d’une mère vis-à-vis de la petite rousse aujourd’hui.  Elle n’avait pas d’autre volonté que de la consoler, de la protéger et de lui faire jurer qu’elle ne se mettrait plus en danger…

La métisse se permet donc quelques gestes plus intimes, attrapant sa main et cherchant à savoir ce qui n’allait pas avec elle, la raison qui lui avait donné envie de déconner. Megan met d’abord en avant que ce qu’elle a fait n’était absolument pas prémédité ou volontaire. Lula la coupe presque. « Tu sais, ce n’est pas toujours conscient… Mais il y a forcément une raison. Le premier instinct de l’humain, c’est l’autopréservation, lorsque tu agis dans un sens contraire, volontairement ou pas, c’est qu’au fond, quelque chose ne va pas. » Lula parle d’expérience. En fait, elle pourrait en parler pendant des heures de ce mal-être vicieux qu’elle avait trimballé pendant des années et qu’elle avait mis bien trop de temps à détecter. Aujourd’hui encore, il la rendait vulnérable, malgré l’image de femme forte qu’elle renvoyait la plupart du temps… Megan continue cependant d’y réfléchir et émet une autre hypothèse : l’accident de son père avait crée une période de tensions pour elle et lorsque les choses s’étaient un peu arrangées, elle avait évacué cette dernière à sa façon. Une forme d’inconscience oui, mais que ça. La Landry y réfléchit quelques instants. Elle ne voulait pas invalider le ressenti de celle qui se confiait à elle à cœur ouvert à elle. Megan devenait grande, elle se devait de lui faire confiance si elle ne lui disait que c’était que ça. « Mais si tu es convaincue qu’il s’agissait uniquement d’un moyen de relâcher la pression et que tu n’as pas besoin d’aide sur un autre problème, je ne te contredirai pas. Tu sais mieux que moi, ce que tu ressens et c’est vrai que c’est une hypothèse plausible. Tu as dû avoir tellement peur de perdre ton papa… Cependant, je te jure qu’il y a des moyens moins destructeurs de relâcher la pression… Je pourrai même te les enseigner si tu veux. Du moment que tu ne recommences plus ce genre de bêtises, hein…  » Lula lui lance un regard indulgent, teinté d’amusement. Elle essayait de rendre cette conversation et cette situation un peu moins dramatiques. Ça ne servit à rien de déprimer avant les mauvaises nouvelles, comme elle le rappelle à sa voisine.

Hélas, celle-ci semble avoir du mal à s’apaiser, à l’image des petits gestes de stress qu’elle laisse transpirer ou de certaines de ses répliques.   « Je ne pourrai m’en prendre qu’à moi de toute façon. » Cette remarque donne lieu à une nouvelle tentative de la part de Lula pour essayer de détendre l’atmosphère. « Et tu m’auras alors sur le dos pour te rappeler à chaque instant de ne pas être trop dure avec toi-même et pour t’empêcher de t’autoflageller. » Réponds Lula, prête à parer chaque remarque pessimiste autant de fois qu’il le faudra… Mais en vérité, elle n’a pas besoin de tester sa résistance plus longtemps. Une infirmière vient enfin les chercher pour les conduire auprès du docteur. Enfin, ce n’est pas trop tôt ! Lula et Megan se lèvent, Lula lâchant la main de Megan mais seulement pour lui passer un bras protecteur autour des épaules. « Courage ma belle ! Tu sais que je suis avec toi, peu importe ce qu’il dira. » Elle lui dépose un baiser furtif sur la joue, entrant dans le cabinet du docteur avec elle. Elles prennent place sur les chaises du bureau du médecin en face du médecin. Lula rentre les ongles dans ses paumes de main, espérant que le verdict qui allait tomber d’une minute à l’autre serait en leur faveur. Finalement, elle laissait son stress éclater à son tour, face à l’échéance.

_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
Megan Julliard
Megan Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Keelin
TON AVATAR : Maria Pedraza
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - astra, gifs signa & profil - chittockwrites, icon - kawaiinekoj
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Luke - Judith - Lula - Fredrik (2) - Max (2).


Fini : Max & Judith - Fredrik - Ivy - Danny - Annif Lula - Max.
RAGOTS PARTAGÉS : 596
POINTS : 1030
ARRIVÉE À TENBY : 19/03/2019
Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Tumblr_inline_pgapwiWngb1vdiecd_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 ans (18 juin)
CÔTÉ COEUR : Côté quoi ?
PROFESSION : Etudiante en droit, elle hésite à continuer dans cette voie mais elle n'ose pas en parler à sa famille.

Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Empty
MessageSujet: Re: Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Don't tell me it's not worth fighting for | Lula EmptyDim 24 Nov - 20:13

Maybe you could educate my mind
Explain all these controls
I can't sing but I've got soul
The goal is elevation

Lula rassura Megan par rapport à sa santé. Par souci de conscience, la métisse avait finalement réalisé les tests aussi et elle n’avait apparemment rien attrapé. En revanche, lorsque la musicienne évoqua des dangers récents, la jeune fille s’alarma de plus belle. Son ex belle-mère avait-elle des ennuis ? La guitariste répondit par l’affirmative mais ne se perdit pas en détails, précisant simplement que Max l’avait aidée et que Sam la protégeait. « J’ignorais que tu avais de tels problèmes… » Répondit-elle, les sourcils froncés. Lula n’avait sûrement pas voulu l’inquiéter et puis cette histoire ne la concernait pas mais ce détail n’empêchait pas Megan de s’inquiéter pour elle. « J’espère vraiment que c’est derrière toi. Je n’aime pas l’idée de te savoir en danger ou exposée à un dingue. Heureusement que tu as pris un garde du corps. » En réalité, le père de Lula le lui avait imposé mais Megan ne connaissait pas tous les dessous de l’histoire alors elle pensait simplement que la métisse s’en était choisi un. Alors que Lula remettait ensuite en question son mode de vie en tant qu’exemple, la jeune brune protesta et la défendit avec son coeur. Certes, la métisse n’était pas la femme parfaite mais l’étudiante admirait aussi des qualités en elle, comme son esprit libre et indépendant. Lula faisait ce qu’elle voulait et ce qu’elle aimait. De plus, il n’y avait pas de faux-semblants avec elle. Touchée, l’artiste la gratifia de quelques mots emplis d’émotions. Le lien entre Lula et Megan restait difficile à définir. La guitariste n’avait jamais cherché à remplacer sa mère et pourtant la jeune fille se tournait vers elle comme une confidente. Elle lui racontait parfois des choses qu’elle avouait plus difficilement à ses parents surtout quand il s’agissait de garçons ou de relations au sens large. Elle avait toujours trouvé en Lula une oreille attentive et surtout une femme qui ne cherchait pas à agir envers elle comme une autorité parentale. Leur lien s’était construit, affranchi de toute contrainte, et ne se rangeait pas dans les cases habituelles. Entre une confidente, une amie, une grande sœur et une ex-relation à son père. Difficile d’apposer une étiquette sur ce qui ne pouvait se définir.

La déclaration de Megan encouragea Lula à lui attraper la main pour la soutenir. Les angoisses de l’étudiante se ravivèrent car l’attente se prolongeait. Lula lui demanda alors pourquoi elle s’était comportée de manière inconsciente ces dernières semaines. La jeune femme n’avait pas cherché à s’autodétruire, plutôt à se déconnecter, à s’amuser et à vivre sans penser aux conséquences. Entre soirées trop arrosées, envie soudaine d’aventures sans lendemain, décompression, expériences… Megan n’avait pas d’explication toute faite à donner à Lula, elle n’avait juste pas réfléchi à ses actes. Quand elle avait été moins stressée par les événements liés à l’accident de son père, elle avait réalisé qu’elle avait déconné et qu’il était temps qu’elle se reprenne. Lula se tranquillisa à l’idée de savoir que l’étudiante avait simplement cherché à relâcher la pression et elle lui indiqua qu’il existait des moyens moins ravageurs pour se changer les idées. « Volontiers. Je suis curieuse de découvrir ces autres moyens. » Répondit-elle d’un ton plus léger. Encouragée par les mots de Lula, Megan poussa plus loin la confidence, jusqu’à lui avouer un poids qu’elle avait précieusement gardé pour elle jusqu’à présent, une vérité dont elle n’avait même pas osé parler à sa mère. « C’est vrai que j’ai dû gérer beaucoup de choses. Entre la peur de le perdre, les papiers à remplir avec maman. Les journalistes. Surveiller papa pour qu’il fasse attention. En réalité, ce qui m’a le plus perturbé, c’est que j’ai pensé à un moment qu’il avait pu provoquer son accident. Tu imagines ? » La jeune brune marqua une pause, puis développa ce qui s’était passé ces dernières semaines en plus de son comportement irrationnel. « C’est peut-être dingue mais à mes yeux c’est un des meilleurs pilotes au monde et l’expertise de l’assurance était troublante. Je n’en ai parlé à personne pendant longtemps parce que je pouvais me tromper et j’avais surtout peur de la réponse. Finalement, j’ai confronté mon père une nuit et il a réussi à me faire comprendre que je me montais la tête. Donc oui ça n’a vraiment pas été facile de redescendre et j’avais besoin de déconnecter de tout ça. » Sa voix s’était faite plus grave. Ambiance. Megan était loin de se douter de la triste réalité.

La brune se reconcentra sur le problème du jour et se blâma à nouveau de son inconscience. Elle tournait en boucle. Patiente, Lula lui demanda d’arrêter de se fustiger. Heureusement, l’infirmière arriva enfin pour les inviter à entrer dans le cabinet du médecin. Les deux jeunes femmes se levèrent et lui emboitèrent le pas, la métisse gratifiant l’étudiante de dernières paroles encourageantes. « Merci. Je ne crois pas que j’aurai pu le faire sans toi… » Megan entra la première dans la pièce et salua le médecin en prenant place en face de lui, imitée par Lula. Le médecin s’excusa du retard – une urgence médicale sur un autre patient – et expliqua à la jeune fille qu’il avait préféré lui remettre les résultats en mains propres au vu des fuites qui avaient déjà entouré l’accident de son père à l’hôpital. Cette fois, il n’avait voulu prendre aucun risque. Il lui tendit l’enveloppe envoyée par le labo et se montra bienveillant, habitué aux angoisses des patients venus découvrir les résultats. « Vous pouvez l’ouvrir maintenant ou plus tard, bien que le plus tôt sera évidemment le mieux pour être sûre. Je n’ai pas reçu de nouvelles alarmantes du labo vous concernant mais nous pouvons vérifier ensemble. Je suis bien entendu là pour répondre à la moindre de vos questions. » Malgré les paroles rassurantes du médecin, Megan jeta un regard incertain vers Lula. Elle ne voulait pas de faux-espoirs. A la base, elle avait imaginé prendre les résultats et retourner chez son ancienne belle-mère pour les découvrir plus tard mais il fallait bien admettre que la présence du médecin pouvait s’avérer apaisante en cas de mauvaise nouvelle… « Si je ne le fais pas maintenant, je continuerai de repousser l’échéance. » Après tout, elle était venue pour lever le voile du mystère. Les mains tremblantes, elle déchira fébrilement le papier et en sortit les tests. Après avoir rapidement parcouru les catégories – types de maladie contrôlées, elle tourna la deuxième page pour directement obtenir la réponse finale. Elle retrouva le regard de Lula et lui tendit avec un soulagement non dissimulé le document pour qu’elle se rende compte par elle-même. Néant. Megan était en bonne santé ! « Tout va bien… » Souffla-t-elle du bout des lèvres, le cœur incroyablement plus léger.


_________________

 
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©gajah (avatar) & ju & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (0/3)
En cours : Max - Sam - Stan - Megan
RAGOTS PARTAGÉS : 905
POINTS : 2068
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Tumblr_pkruqiFBTV1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Empty
MessageSujet: Re: Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Don't tell me it's not worth fighting for | Lula EmptyLun 9 Déc - 21:07

Tell me what's been happening, what's been on your mind
Lately you've been searching for a darker place
To hide, that's alright
Safe to feel at grace 'cause we've all made mistakes

« Promis, il n’y a pas de quoi s’inquiéter dans l’immédiat. Aujourd’hui, on se focalise sur toi de toute façon. » Lula essaye de rassurer Megan de plus belle, maintenant qu’elle a fait l’erreur de lui mettre plus de soucis au dessus de la tête. Mais ce n’était pas que pour la diversion qu’elle souhaitait se focaliser sur la petite rousse. Elle avait réellement à cœur ses intérêts et voulait aller au cœur de son problème pour tenter de l’aider. Elle avait besoin de trouver une cause pour expliquer ce comportement qui ne ressemblait pas à la jeune femme sensée qu’était Megan. Certes, ce n’était pas un sujet agréable à aborder mais puisqu’elle était dans une salle d’attente d’hôpital à attendre un verdict qui pourrait potentiellement gâcher le futur de cette dernière, autant aller jusqu’au bout. La Landry se permet donc d’insister en douceur. Et cela fonctionne. Megan met des mots sur tous les facteurs de stress liés à l’accident. Et en fait, elle évoque carrément une question particulièrement dérangeante. « En réalité, ce qui m’a le plus perturbé, c’est que j’ai pensé à un moment qu’il avait pu provoquer son accident. Tu imagines ? » Aïe. Aïe. Lula se raidit, gardant le silence. Oui, elle imaginait très bien. Max lui avait fait des confidences sur l’accident et bien évidemment, elle s’était juré de garder le secret. Sauf qu’elle n’avait jamais imaginé que la propre fille du producteur avait des soupçons et lui en ferait directement part.

Elle ne s’arrête d’ailleurs pas en si bon chemin, rappelant à quel point son père était bon pilote et arguant que le rapport de l’assurance était troublant. « Tu as lu le rapport d’accident de l’assurance ? » Demande Lula, éberluée. Non mais quelle gamine faisait ça ?! Cependant, elle n’est pas au bout de ses surprises. Elle apprend ensuite que Megan a directement confronté son père à propos de ses soupçons. Et qu’apparemment, ce dernier avait répondu qu’il  n’y avait pas de quoi s’inquiéter. La métisse se mord la lèvre. Putain, elle avait très chaud d’un coup. Elle n’avait pas envie de mentir aussi à Megan mais en même temps, ce n’était pas à elle de révéler les vérités de Max. Et elle n’avait certainement pas envie de briser le cœur de la jeune femme non plus… Encore une fois, elle était coincée entre deux Julliards… Et si elle ne disait pas quelque chose très vite,  Megan allait trouver cette absence de réaction face à un sujet aussi important carrément suspecte…. Mais parler serait mentir et Lula n’avait pas envie de faire ça non plus. C’était un dilemme insoluble… Merde, merde et remerde. « Tu sais, je pense que… » Commence t-elle avec aucune idée de ce qu’elle allait réellement dire. Et bien heureusement pour elle, elle a soudainement un énorme coup de chance. Une infirmière s’approche en effet d’elles pour les appeler dans le bureau du médecin. Sauvée sur le fil, Lula pousse un énorme soupir. De mémoire, jamais elle n’avait été aussi heureuse de voir une femme en blanc…

Elles se mettent en route et juste avant d’entrer, Megan glisse un petit mot à Lula. « Merci. Je ne crois pas que j’aurai pu le faire sans toi… » Ça met un petit peu de baume au cœur à la guitariste qui était encore perturbée par ce qu’elle venait d’apprendre sur les soupçons de la jeune femme à propos de l’accident. Car tout ce qu’elle voulait, c’était contribuer à son bonheur. Alors même si elle venait de lui mentir par omission, tant mieux si elle avait été le soutien dont celle-ci avait besoin aujourd’hui. Elle avait beau avoir affirmé ne pas être un modèle ou même se poser comme tel, il n’en demeurait pas moins que Megan était importante pour elle. Très importante…  C’est sans doute pour ça que même si le médecin est très affable, Lula a envie de l’étrangler pour qu’il aille plus vite et ne crée pas un suspense inutile. Elle prend néanmoins sur elle, et ce jusqu’au temps qu’il tende l’enveloppe contenant les résultats à Megan. Celle-ci lui jette un regard incertain et elle hoche la tête en signe d’assentiment. Mieux valait savoir maintenant, en présence d’un docteur. Et puis Lula n’était pas certaine de survivre au trajet de retour si elles devaient attendre d’être chez elle pour que le verdict tombe… Les mains tremblantes, la petite Julliard ouvre donc la fichue enveloppe et lit sans doute aussi vite qu’elle peut. Et enfin, elle relève la tête… « Tout va bien… » Souffle t-elle, le soulagement irradiant son visage tout entier. Elle tend la feuille à Lula mais la métisse se fiche bien des détails maintenant qu’elle connait l’essentiel. « Oh putain ! Merci mon Dieu. Merci. Merci. » Dit-elle, alors qu’elle  n’est même pas croyante, attirant la jeune fille dans ses bras. Elle aussi se laisse gagner par le soulagement, étreignant Megan avec force. « Tu vas bien… Tu vas bien. » Répète t-elle ensuite à plusieurs reprises comme si elle avait besoin de s’en convaincre. Elle regarde d’ailleurs brièvement le médecin par-dessus l’épaule de Megan. « Elle va bien, n’est-ce pas ? Vraiment tout est ok ? » Non pas qu’elle ne faisait pas confiance à Megan mais les résultats médicaux étaient parfois d’un difficile à lire…

Bien heureusement, le médecin confirme d’un hochement de tête bienveillant et l’atmosphère s’allège complètement d’un coup. La fin de l’entretien est d’ailleurs brève, le docteur ayant le bon goût de ne pas en rajouter avec une morale. Une dizaine de minutes plus tard, elles quittent donc le bureau. Lula est vannée par cet ascenseur émotionnel mais comme l’issue est heureuse, elle ne tarde pas à retrouver son exubérance habituelle. « Tu te sens mieux ma chérie ? » Demande t-elle, passant un bras protecteur autour des épaules de la jeune fille tandis qu’elles vont jusqu’à la voiture. Elle dépose un petit baiser sur sa joue. « Putain, je t’aime mais par pitié, ne me fais plus jamais revivre ça ! » Elle laisse cet avertissement solennel planer quelques instants dans les airs mais elle ne veut pas être trop lourde alors elle passe vite à autre chose. Elle se disait que Megan en avait besoin aussi. Dès qu’elles sont dans la voiture, elle émet la proposition qui lui était passée par la tête. « Bon qu’est-ce que tu dirais d’aller fêter cette bonne nouvelle? Je crois qu’on a eu notre dose d’angoisse et de déprime pour aujourd’hui. Demain est autre jour. Je veux de la musique et de la danse ! Et peut-être un peu d’alcool aussi mais pas trop pour toi parce que je tiens à la vie. » Emportée dans son élan, elle parle, elle parle, sortant de la place de stationnement. « Ce genre de truc ça remet bien les choses en perspective… Mais maintenant, ça te rappelle aussi que tu as la vie devant toi ! Et un avenir brillant ! J’ai hâte que tu deviennes une grande avocate et que tu viennes me sortir de taule un de ces jours ! » Dit-elle plaisant et espérant orienter l’esprit de sa passagère sur du positif, sans savoir qu’elle venait de toucher un autre point sensible.

_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
Megan Julliard
Megan Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Keelin
TON AVATAR : Maria Pedraza
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - astra, gifs signa & profil - chittockwrites, icon - kawaiinekoj
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Luke - Judith - Lula - Fredrik (2) - Max (2).


Fini : Max & Judith - Fredrik - Ivy - Danny - Annif Lula - Max.
RAGOTS PARTAGÉS : 596
POINTS : 1030
ARRIVÉE À TENBY : 19/03/2019
Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Tumblr_inline_pgapwiWngb1vdiecd_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 ans (18 juin)
CÔTÉ COEUR : Côté quoi ?
PROFESSION : Etudiante en droit, elle hésite à continuer dans cette voie mais elle n'ose pas en parler à sa famille.

Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Empty
MessageSujet: Re: Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Don't tell me it's not worth fighting for | Lula EmptyMer 25 Déc - 22:12

Maybe you could educate my mind
Explain all these controls
I can't sing but I've got soul
The goal is elevation

Lula promit à Megan de ne pas s’inquiéter pour elle dans l’immédiat. La jeune fille n’insista donc pas sur les ennuis de la guitariste, dévorée par son angoisse. Elle développa les éléments qui avaient alimenté son stress ces dernières semaines, notamment par rapport à l’accident de son père. Heureusement, concentrée par son histoire, la petite Julliard ne prêta pas attention aux réactions bizarres de la métisse. « Oui. Je voulais vérifier que tout était en ordre pour l’indemnisation. L’expertise rapporte qu’il n’a pas freiné dans l’accident mais il m’a expliqué ce qui s’est passé. C’était difficile de le pousser à revivre tout ça. » Grâce à ses études en droit, Megan était plus éveillée que la plupart des jeunes de son âge par rapport aux différents documents à remplir et à fournir pour mettre des dossiers en ordre. Sa mère et elle avaient pris les devants vis-à-vis de l’assurance et de l’hôpital pendant que Max était toujours en convalescence. Le jour où la jeune fille avait confronté son père avait été particulièrement difficile à vivre pour eux. Ils s’étaient parlés à cœur ouvert comme ils ne l’avaient plus fait depuis longtemps. Heureusement que Max avait maintenu le mensonge devant sa fille car la vérité l’aurait probablement anéantie. Au moment où Lula s’apprêtait à lui répondre, une infirmière les interrompit et les invita à entrer dans le cabinet du médecin.

Comme elle l’indiqua à la musicienne, Megan n’aurait pas trouvé le courage d’aller jusqu’au bout ce jour-là sans sa présence rassurante. Après les dernières préconisations du médecin, la jeune femme déchira l’enveloppe et découvrit que tout allait bien. Tout son stress s’évanouit dans la nature et une vague de soulagement l’envahit. Elle était en bonne santé ! Heureuse, Megan serra Lula très fort contre elle. C’était comme si on venait de lui annoncer un petit miracle. En réalité, l’enjeu était important car les résultats auraient très bien pu influencer le reste de sa vie. « Oui, je vais bien. Je suis tellement soulagée ! » L’atmosphère lourde s’était franchement détendue même si Lula insista auprès du médecin pour être tout à fait sûre. Il hocha la tête et la consultation s’acheva ensuite rapidement. Bras dessus, bras dessous, elles quittèrent le bureau et sortirent de l’hôpital. Megan avait tellement angoissé qu’elle avait eu des larmes de joie et de soulagement lorsqu’elle avait lu les résultats. Elle était en train de reprendre ses esprits au moment où Lula l’étreignit et lui demandait si elle se sentait mieux « Et comment ! Quelle angoisse… » La petite Julliard avait retrouvé son sourire et répondit sur un ton plus léger à la guitariste. « Crois-moi, je ne me ferais plus revivre ça non plus ! »

Elles montèrent dans la voiture et Lula proposa ensuite de fêter la bonne nouvelle pour évacuer le stress des derniers jours via un programme des plus alléchants. « Musique et danse, je valide ! J’ai envie de bouger et de m’amuser. » Par contre, la remarque sur l’alcool arracha un sourire à la jeune femme, qui leva les yeux au ciel. Elle était assez grande pour se gérer. « Je ne vais même pas relever. » Alors que la métisse redémarrait, Lula lui parla de la vie qui s’ouvrait devant elle maintenant qu’elle était fixée et de son avenir prometteur en tant qu’avocate… C’était dit sur le ton de l’humour mais la réplique de la métisse mit Megan un peu mal à l’aise. Ses études, encore un sujet sensible dont elle n’avait pas parlé. « La fille Julliard qui sort l’ex-femme de son père de taule. Ça ferait encore une belle une dans les torchons. » Répondit-elle sur le même ton d’humour. « Si je deviens avocate un jour… Ce qui n’est pas gagné, j’ai un peu décroché cette année. » Elle ne voulait pas mentir à Lula alors elle l’avouait à demi-mot. Bien sûr, l’accident de son père avait bousculé son quotidien mais elle avait réussi la fin de son année précédente. Megan ne cherchait pas cette excuse pour expliquer sa démotivation, elle avait réellement mis ses études entre parenthèses cette année, car elle avait raté plusieurs cours délibérément alors qu’elle était normalement une brillante étudiante. La brune traversait une période de doutes et ignorait si elle poursuivrait dans cette voie.  



_________________

 
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©gajah (avatar) & ju & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (0/3)
En cours : Max - Sam - Stan - Megan
RAGOTS PARTAGÉS : 905
POINTS : 2068
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Tumblr_pkruqiFBTV1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Empty
MessageSujet: Re: Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Don't tell me it's not worth fighting for | Lula EmptyDim 5 Jan - 17:13

Tell me what's been happening, what's been on your mind
Lately you've been searching for a darker place
To hide, that's alright
Safe to feel at grace 'cause we've all made mistakes

« Oui, je vais bien. Je suis tellement soulagée ! » Megan essaye de rassurer Lula qui n’arrête pas de lui demander comment elle va. Un grand sourire court sur les lèvres de la métisse à l’entente de cette réponse. Soulagée. Oui, c’était exactement ce qu’elle ressentait aussi. Jamais le mot ne lui avait paru aussi beau qu’à ce moment précis. A vrai dire, on ne l’appréciait pas assez le sens de ce mot tant qu’on ne le ressentait pas pleinement… Maintenant, elle n’avait qu’une envie : emmener sa petite protégée loin de cet hôpital sinistre et oublier ce sombre épisode… Mais avant, elle lui fait tout de même promettre de ne plus jamais lui faire revivre ça. « Et comment ! Quelle angoisse… Crois-moi, je ne me ferais plus revivre ça non plus ! » Réponds alors la principale intéressée, retrouvant elle aussi le sourire tout doucement. En l’observant, Lula réalise qu’elle en a pleuré et essuie doucement du bout des doigts les dernières traces de larmes sur les joues de la petite rouquine. « Tu n’as pas promis, petite maligne. Répète après moi : Je te le promets Lula. » Dit-elle pour la dérider un petit peu mais aussi parce qu’elle voulait bel et bien une promesse ferme… La pression retombait et ça faisait vraiment du bien. La Landry dépose un baiser sur le haut du crâne de Megan et passe un bras autour de son coup pour la conduire jusqu’à sa voiture.

Pendant qu’elles quittent le parking de l’hôpital, elles se mettent d’accord sur la suite du programme. Lula ne connaissait qu’une seule façon de chasser l’angoisse et bien heureusement, Megan l’approuve. C’est parti pour la musique et la danse… Et peut-être un peu d’alcool même si la petite Julliard se moque de la remarque de la guitariste à ce propos. « Je ne vais même pas relever. » dit-elle en levant les yeux au ciel. « Oh si, tu vas relever petite insolente ! Déjà parce que tu pourrais avoir la courtoisie de faire semblant de me laisser être l’adulte responsable mais aussi parce qu’il est hors de question que je me fasse engueuler une fois de plus par ton père ou ta mère à cause de toi. C’est déjà arrivé un peu trop souvent à mon goût… » C’était bien évidemment dit sur le ton de la plaisanterie même s’il y avait une minuscule part de vérité là dedans. En général, quand Megan s’émancipait un peu de ses parents et jetait son dévolu sur Lula pour le faire, c’était la métisse qui payait les pots cassés. Sans doute parce qu’elle ne faisait pas assez l’adulte responsable en fait… « Crois-moi, si j’avais dix ans de moins, je serai juste ta meilleure amie barrée qui t’entraîne dans tout et n’importe quoi. Mais je suis vieille et décatie maintenant, sans compter que je suis une ex belle-mère et apparemment, ça m’oblige à être un minimum responsable. »

Et elle n’imagine pas à quel point car ses plaisanteries entraînent malencontreusement une révélation plutôt importante de la part de Megan. « Si je deviens avocate un jour… Ce qui n’est pas gagné, j’ai un peu décroché cette année. » Lula se fait violence pour ne pas être trop dramatique et ne pas écraser la pédale de frein. Mais le ton de la rouquine ne présageait rien de bon… « Comment ça, tu as un peu décroché ? Tu n’as pas eu tes partiels ? Tu ne vas plus en cours ? » C’était peut-être de la suréaction mais la guitariste avait besoin de savoir exactement de quoi elles parlaient. Megan connaissait-elle une baisse de motivation ? Doutait-elle de sa réussite à cause de quelques mauvaises notes ? Avait-elle envie d’arrêter ? Les options et hypothèses étaient multiples et la métisse les formule au fur et à mesure qu’elles défilent dans son esprit. « C’est à cause d’aujourd’hui ? Tu stressais à cause des résultats ? » Et bien sûr, il y avait LA question, celle qui faisait écho à tout ce qui avait été dit auparavant. « Tes parents sont au courant ? »


_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
Megan Julliard
Megan Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Keelin
TON AVATAR : Maria Pedraza
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - astra, gifs signa & profil - chittockwrites, icon - kawaiinekoj
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Luke - Judith - Lula - Fredrik (2) - Max (2).


Fini : Max & Judith - Fredrik - Ivy - Danny - Annif Lula - Max.
RAGOTS PARTAGÉS : 596
POINTS : 1030
ARRIVÉE À TENBY : 19/03/2019
Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Tumblr_inline_pgapwiWngb1vdiecd_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 ans (18 juin)
CÔTÉ COEUR : Côté quoi ?
PROFESSION : Etudiante en droit, elle hésite à continuer dans cette voie mais elle n'ose pas en parler à sa famille.

Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Empty
MessageSujet: Re: Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Don't tell me it's not worth fighting for | Lula EmptyMar 7 Jan - 19:21

Maybe you could educate my mind
Explain all these controls
I can't sing but I've got soul
The goal is elevation

« Je te le promets, Lula. » Lâcha Megan, en écho à la demande de la métisse. Elle lui devait bien cette promesse car elle l’avait impliqué dans ses histoires et Lula s’était sincèrement inquiétée pour elle, même si elle avait essayé de garder la tête froide pour la jeune fille. L’étudiante lui devait énormément parce qu’elle n’aurait peut-être pas trouvé le courage d’aller jusqu’au bout de sa démarche sans la présence rassurante de la musicienne. Cet incident lui confirmait à nouveau combien elle pouvait faire confiance à Lula, qui avait gardé le secret comme Megan le lui avait demandé. Bien sûr, dans le cas où elle avait attrapé une maladie, la petite Julliard leur en aurait parlé mais elle n’avait pas voulu les alarmer sans être fixée. Maintenant, elle pouvait mettre cette inconscience derrière elle.

Dans la voiture, les deux complices établirent le programme du reste de la journée : sortie entre filles, danse, musique et autres amusements. Face à une Megan un poil effrontée, Lula essaya de jouer les adultes responsables sur le ton de l’humour qui la caractérisait bien. Elle non plus n’arrivait pas à garder son sérieux, même si elle réussissait dans l’art de passer des messages subtils : attention aux parents. « Peut-être du côté de ma mère mais c’est moi qui suis l’adulte responsable avec mon père. Je doute qu’il t’engueule pour une sortie arrosée, et si l’envie lui en prenait, il serait très mal placé. Tu n’as donc plus que 50% de chance de recevoir les foudres. » Megan avait aussi employé un ton léger, cependant sa remarque était entièrement empreinte de vérité. « Vieille et décatie ? Tu n’as que 9 ans de plus que moi ! » Pouffa la jeune brune. « Crois-moi, pour ce qui est d’être responsable, je peux me gérer. Je te préfère dans le rôle de l’amie barrée que celui d’une ex belle-mère moralisatrice. » Difficile à croire après ses dernières inconsciences mais la jeune femme lui avait fait une promesse qu’elle comptait tenir et elle n’avait pas dérapé à d’autres niveaux lors de ses soirées. En parlant de belle-mère, la nouvelle comptait tout de même une qualité en dehors de son métier atypique : Ivy n’allait pas se mêler de sa vie et tant mieux ! Après les libertés vécues sous le règne Lula, Megan n’aurait pas accepté une femme mêle-tout dans la vie de son paternel. « Même si je te suis reconnaissante de remettre ta cape magique quand j’en ai besoin comme aujourd’hui. »

Le duo plaisanta ensuite sur l’avenir incertain et imagina Lula se retrouver en prison. La brune se ferait alors un plaisir de se glisser dans la peau de son avocate et de la défendre… Pour autant qu’elle le devienne un jour. C’était la première fois que Megan lâchait un indice sur ses doutes. Elle aurait simplement pu continuer de le cacher et faire comme si tout allait bien devant Lula, cependant elle ne voulait pas lui mentir et elle avait aussi besoin de se confier sur cet aspect-là de sa vie. Puisque le sujet avait été amené, elle avait profité de l’occasion. « C’est ça. Je ne sais plus trop où j’en suis… Comme dit, l’année a été compliquée et je n’avais plus trop la tête à étudier. » Expliqua-t-elle. D’autres personnes vivaient évidemment bien pire, l’étudiante ne voulait pas non plus passer pour une pleurnicheuse. « J’ai raté beaucoup de cours et je n’ai pas assez révisé… Je ne sais pas si je réussirai ma session de janvier, les résultats ne seront délivrés que bien après. » Surprise, Lula la questionna sur les raisons de cette « démotivation ». Était-ce en rapport à ses angoisses ? « Il y avait un peu de ça… Mais j’avais déjà décroché avant. Je ne suis plus aussi sûre de ce que je veux, d’avoir choisi la bonne option. A nous les jeunes, on nous demande toujours d’avoir des objectifs dans la vie, on s’enferme dans des études parce que c’est bien d’avoir un diplôme mais au final est-ce que je suis vraiment sûre de vouloir travailler dans le droit toute ma vie ? Est-ce un ras-le-bol temporaire ? Je ne sais même pas ce que je voudrai en ce moment. C’est juste le grand bordel dans ma tête. Le problème, c’est qu’à l’université, il n’y a pas de place pour le questionnement. Si tu descends du navire, tu as peu de chance de le rattraper en cours de trajet. » La métisse lui demanda ensuite si ses parents étaient au courant. « Bien sûr que non ! Je ne veux pas provoquer un infarctus chez elle ni que lui revienne à la charge pour que je travaille avec lui. Tu es la première personne à qui j’ose en parler, en fait. »  


_________________

 
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©gajah (avatar) & ju & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (0/3)
En cours : Max - Sam - Stan - Megan
RAGOTS PARTAGÉS : 905
POINTS : 2068
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Tumblr_pkruqiFBTV1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Empty
MessageSujet: Re: Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Don't tell me it's not worth fighting for | Lula EmptyMar 14 Jan - 21:59

Tell me what's been happening, what's been on your mind
Lately you've been searching for a darker place
To hide, that's alright
Safe to feel at grace 'cause we've all made mistakes

« Oh crois-moi ton père n’a aucun scrupule à m’engueuler pour ce genre de trucs, qu’il soit mal placé ou pas. Il n’avait pas hésité à le faire pour la dernière fois…  Tu sais, quand je t’ai emmenée en backstage la veille d’un de tes partiels et que tu as bu un verre de trop… Donc je tiens à faire attention, maintenant. » Une fois qu’elle a arraché la promesse souhaitée à Megan, Lula nuance les assertions de cette dernière à propos des potentielles réactions des parents Julliard à une soirée trop arrosée. Elle n’insistait pas pour être lourde, elle voulait simplement que sa passagère comprenne qu’elle n’était pas toujours dans une position facile vis-à-vis du père et de la fille. Cependant, elle aussi tempère son propos, ne voulant pas avoir l’air de se plaindre ou de dire du mal de son ex-mari pour se rallier sa fille. « Mais je le comprends, tu sais. Ce n’est pas parce que lui et moi, on est champions pour faire des conneries qu’on veut la même chose pour toi… Et puis, nous deux, on ne sait pas ce que c’est d’avoir des enfants contrairement à lui… » Les deux complices pouffent ensuite de rire à propos du supposé grand âge de Lula. La preuve qu’elles pouvaient se dire les choses sans se vexer puis redevenir légères. Tout était question d’équilibre. En fait, c’est qu’était leur relation actuelle, un subtil équilibrage entre leurs statuts respectifs, l’ex belle-fille et l’ex belle-mère avec une faible différence d’âge, et qui étaient restées proches malgré tout. Les déclarations suivantes de Megan reflètent d’ailleurs parfaitement cela.

« Je te préfère dans le rôle de l’amie barrée que celui d’une ex belle-mère moralisatrice. Même si je te suis reconnaissante de remettre ta cape magique quand j’en ai besoin comme aujourd’hui. » Lula se tourne brièvement vers sa passagère pour lui faire un petit sourire. Puis, regardant à nouveau la route, elle tapote sa cuisse affectueusement. « De rien, ma belle. Tu sais que tu peux compter sur moi. Toujours. Ça, ça ne changera pas. » Puis, elle arrête vite d’être sérieuse, car elle était incapable de l’être trop longtemps. « Comme je dois pouvoir compter sur toi pour m’euthanasier si je deviens effectivement une belle-mère moralisatrice. Plutôt crever. » En tout cas, Lula a très rapidement l’occasion de mettre en pratique la promesse qu’elle vient de renouveler. Megan lui confie en effet un autre des problèmes qu’elle a en tête, lui révélant qu’elle n’a pas été aussi assidue qu’elle n’aurait dû l’être en cours. Elle est visiblement à la recherche de conseils. Lula fronce les sourcils, comprenant que c’était sérieux. « Mais peut-être qu’il n’est pas trop tard, que tu peux encore réviser comme une folle pour ta session de janvier ? Si tu te fais un super programme pour les vacances, tu ne peux pas rattraper ton retard ? Ou alors rattraper ce que tu pourrais manquer en janvier, cet été ? » Demande la Landry quand Megan lui annonce avoir raté trop de cours pour avoir une vraie chance d’avoir ses partiels en janvier. De son temps, il y avait toujours une session de rattrapage l’été, mais c’est vrai qu’elle n’avait pas poussé ses études trop loin non plus…

Sauf que la suggestion de Lula ne trouvait à s’appliquer que si réussir était ce que voulait la petite Julliard. Or, au détour de ses réponses aux questions de la métisse, elle avoue qu’elle a peur de s’être trompée de vocation, expliquant avec la maturité qui la caractérisait à quel point l’orientation dans leur système était formatée et parfois contreproductive. « Je vois… » Lula hoche la tête, ayant l’impression de comprendre ce que la petite rousse en disant que c’était le bordel dans sa tête. « Je crois que pour la première fois, tu es réellement confrontée au fait que tu es une adulte pour de bon. Comme tu dis, jusqu’à maintenant, on t’a demandé ce que tu voulais faire, et tu as fais des choix qui ont dû sûrement te paraître abstraits en termes de conséquences… Tu te disais peut-être que tu aurais le loisir de changer d’avis… Mais aujourd’hui, c’est fini, tu as conscience que les choix que tu fais sont déterminants et tu as peur de te tromper. Tu sais que ça peut changer le cours de ta vie et ça, c’est une pression qui foutrait la tête de n’importe qui en vrac... En plus, je te connais… Sensée et réfléchie comme tu es, tu as peur de te tromper et tu veux faire le bon choix… » La guitariste marque une courte pause dans l’hypothèse où elle serait en train de se tromper et que Megan voudrait démentir mais son instinct lui soufflait qu’elle n’était pas trop loin de la vérité. « Mais à mon avis, ce n’est pas une histoire où il faut peser le pour et le contre trop longtemps. Je pense que le plus sensé, c’est en fait d’écouter tes instincts et tes désirs… Est-ce tu t’imagines pas du tout dans une profession du droit ? Est-ce que c’est juste un blocage sur l’université ou la théorie ? Ou est-ce que c’est plus profond que ça ? Est-ce que tu t’es vraiment trompé de voie ? Si oui, est-ce qu’il y a quelque chose qui te fait vibrer ? Quelque chose que tu aimes particulièrement faire et que tu voudrais faire à la place ? Je pense que tu dois répondre à toutes ses questions en fonction de ton ressenti et là, le choix s’imposera de lui-même. Il n’y a même pas de bon choix, il faut juste quelque chose qui te rende heureuse. Quelque chose qui ne te fait pas douter… »  

Lula n’était pas certaine d’être parfaitement claire, elle sentait de la confusion dans ce long discours mais elle avait plus ou moins livré sa méthode à elle pour décider. Jusqu’à maintenant, ça ne lui avait pas trop mal réussi… Mais elle marchait sur des œufs, surtout maintenant que Megan lui avait avoué qu’elle était la première personne à qui elle parlait de son état d’esprit. Les parents n’avaient donc pas dit leur mot à ce propos. Ça ne faisait donc qu’un conseil à recevoir, et il ne fallait pas que ce soit trop mauvais…   « Après si tu veux effectivement du temps pour réfléchir, tu as le droit aussi. Ne serait-ce pour vérifier si ce ras-le-bol est vraiment temporaire… Un semestre de réflexion, ce n’est rien du tout dans une vie. » Ajoute t-elle ne voulant pas précipiter les choses. Tout le monde n’avait pas à une fonceuse comme elle. Tout quitter parce qu’on éprouvait une lassitude, c’était un peu extrême… « Je ne savais pas que ton père avait envie de bosser avec toi… C’est une idée qui ne t’emballe pas ? » Demande t-elle ensuite avec curiosité, cette information n’étant pas tombée dans l’oreille d’une sourde.

_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
Megan Julliard
Megan Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Keelin
TON AVATAR : Maria Pedraza
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, signa - astra, gifs signa & profil - chittockwrites, icon - kawaiinekoj
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Luke - Judith - Lula - Fredrik (2) - Max (2).


Fini : Max & Judith - Fredrik - Ivy - Danny - Annif Lula - Max.
RAGOTS PARTAGÉS : 596
POINTS : 1030
ARRIVÉE À TENBY : 19/03/2019
Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Tumblr_inline_pgapwiWngb1vdiecd_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 ans (18 juin)
CÔTÉ COEUR : Côté quoi ?
PROFESSION : Etudiante en droit, elle hésite à continuer dans cette voie mais elle n'ose pas en parler à sa famille.

Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Empty
MessageSujet: Re: Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Don't tell me it's not worth fighting for | Lula EmptySam 18 Jan - 14:04

Maybe you could educate my mind
Explain all these controls
I can't sing but I've got soul
The goal is elevation

Visiblement Max ne se gênait pas pour adresser des remontrances à son entourage quand Megan était impliquée. Lorsqu’il s’agissait de sa fille, il se montrait moins tolérant sur les déboires habituels comme le lui expliqua Lula en lui remémorant les conséquences d’une de leur soirée. « Il n’est pas obligé de savoir tout ce que je fais. » Répondit-elle, une moue sur les lèvres, se sentant indirectement surveillée, même si Lula n’était pas celle qui l’empêchait de s’amuser et qu’elle cherchait juste à éviter de se mettre le père ou la fille à dos. La brune espérait d’ailleurs que ce qui s’était passé à l’hôpital resterait entre la métisse et elle puisqu’il n’y avait finalement aucune raison de s’alarmer. Mais si elle pensait qu’elle avait des raisons de s’inquiéter sur sa discrétion, elle ne se serait pas confiée à Lula. Par rapport à Max, la musicienne se rangeait à son avis de ne pas pousser la petite Julliard à faire les mêmes bêtises qu’eux d’autant qu’elle ne savait pas ce qu’était être parent. « Mais je ne vois pas pourquoi je ne pourrai pas m’amuser de temps en temps. Je ne fais rien de fou non plus, ce n’est pas comme si je me droguais tous les soirs ou que j’atterrissais en cellule de dégrisement à chaque sortie. » Megan se rebellait car elle ne donnait aucune raison à ses parents de trouver à redire sur elle. Elle sortait pour se distraire comme tous les jeunes de son âge et tombait rarement dans les excès. « Tu en as quand même eu un aperçu quand vous étiez mariés non ? Tu voudrais te remarier et avoir des enfants un jour ? » Question bien sérieuse tout d’un coup.

Elles rigolèrent ensuite de la prétendue vieillesse de Lula et Megan lui parla ensuite avec le cœur. L’étudiante était bien contente de pouvoir compter sur elle comme aujourd’hui. La métisse lui assura d’ailleurs que ce serait toujours le cas. « Oui je le sais et j’espère que tu sais que c’est pareil pour moi. » En tout cas, on pouvait compter sur Lula pour redonner une touche d’humour à cette discussion. La petite brune partit d’un franc éclat de rire. « Direct dans l’abus ! » Malheureusement, la guitariste mit le doigt sur un autre sujet sensible pour Megan en ce moment. Comme elle le lui expliqua, elle était complètement perdue par rapport à ses études. Période de doutes ou vraie remise en question, il faudrait voir. On formatait tellement les étudiants sur l’importance d’obtenir un diplôme que la jeune fille ne savait plus si c’était venu d’une envie spontanée. Lula pensa d’abord à une baisse de régime passagère et lui demanda si elle ne pouvait pas encore sauver son année en janvier ou même lors d’une seconde session. « Comme tu dis, je pourrai toujours voir cet été… » A vrai dire, cette perspective rassurait Megan car elle lui donnait un peu plus de temps pour décider de l’avenir de son année, même si elle devrait vraiment participer plus assidument au cours du deuxième semestre, sans quoi elle n’aurait même plus l’indulgence de ses professeurs envers leur brillante étudiante pour la rattraper en délibérations. L’université, ce n’était pas seulement réussir ses examens. Sans acte de présence à un certain pourcentage de cours durant l’année, la faculté appliquait un doublage d’office.

Au fur et à mesures de ses explications, Megan avouait à Lula qu’elle n’était plus aussi sûre de l’avenir qui se traçait devant elle. La réponse de sa belle-mère lui donna d’ailleurs matière à réfléchir : pour la première fois, la jeune fille était confrontée à un choix déterminant sur sa vie et elle avait peur de se tromper. C’était tout à fait le nœud du problème. « Oui, c’est tout à fait ça en fait. Tu me connais tellement bien. J’ai peur de faire le mauvais choix, de passer à côté de quelque chose ou de le regretter plus tard. Tu me diras peut-être qu’obtenir mon diplôme ne m’empêche pas de faire ce que je veux après... » En fait, Lula encourageait plutôt Megan à se poser les bonnes questions et à écouter son instinct pour faire quelque chose qui la rendra heureuse. « Tu me donnes vraiment de quoi réfléchir. Je pense que les vacances de Noël me permettront de prendre du recul et de voir vraiment ce que je veux. C’est vrai que j’ai du mal avec le système strict de l’université mais je sais qu’après, quand on en sort, on est plus libre. Je m’en rends déjà compte pendant les stages, c’est différent. Il y a aussi des choses qui me font vibrer mais aucune où j’arrive à me projeter pour en faire un métier. Il faudra que je prenne le temps de penser à tout ça. » Par exemple, Megan adorait chanter ou jouer de la musique à ses heures mais elle ne se voyait pas évoluer dans ce milieu où en tant que « fille de », elle connaissait déjà les avantages et les inconvénients. Avant de prendre des décisions, elle devait déjà voir ce dont elle avait envie et ce qui la rendrait heureuse comme le lui avait recommandé Lula. D’ailleurs, la métisse allait dans son sens : mieux valait rater un semestre pour bien réfléchir que de louper une occasion de se réorienter.

Par contre, la Landry s’étonna d’apprendre le souhait de Max de travailler avec sa fille et de constater les réticences évidentes de Megan. Pourtant, son père n’en avait jamais fait un secret. « Oui, il m’a déjà dit qu’il aimerait que je lui succède dans son entreprise un jour… Mais je n’y connais presque rien si ce n’est ce qu’il m’a appris… Il faut être préparé. C’est un homme d’affaire avant tout. Avant que je commence le droit, il espérait que je vienne travailler avec lui pour apprendre. Il s’est fait à l’idée que j’ai choisi autre chose, et si je lui parle de tout ça, il va en reparler « ma chérie, et si tu venais avec moi ? » Ce n’est pas que ça ne m’emballe pas, c’est juste que cette idée m’effraie quand je vois comment il mène sa vie. Et je dis ça alors que je l’aime comme une fille doit aimer son père. » Sans parler de tous les « fille de » qu’elle se prend déjà dans la figure alors qu’elle ne travaille même pas avec lui, ce serait encore pire. Megan aimait profondément son père et elle ne s’en cachait pas ni ne se plaignait de sa vie, mais parce qu’elle était « fille de », c’est comme si elle devait prouver deux fois plus sa valeur aux yeux du monde sans qu’on lui dise constamment que tout lui tombait dans la bouche grâce à ses parents ou qu’elle avait des passe-droits. Megan s’ouvrit alors aussi sur un autre aspect dont elle parlait peu. Ce n’était pas un secret car elle avait déjà affiché des photos d’elle en musicienne sur Insta mais ces images-là aussi n’avaient pas échappé à son père. « Depuis qu’il sait que je joue de la musique, il veut absolument m’entendre. J’ai toujours trouvé des prétextes pour ne jamais le faire devant lui. Il doit commencer à désespérer à force. C’est bizarre de ne pas vouloir, je sais, mais je n’ai pas envie de voir sa réaction. C'est compliqué. J'aurai l'impression de passer un examen. »



_________________

 
❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Empty
MessageSujet: Re: Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Don't tell me it's not worth fighting for | Lula Empty

Revenir en haut Aller en bas

Don't tell me it's not worth fighting for | Lula

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: The Outskirts :: Tenby Cottage Hospital-