AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

control is for the weak. (lula)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : croco & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, lula/ivy/max, lula's birthday)

RAGOTS PARTAGÉS : 5153
POINTS : 7300
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
control is for the weak. (lula) Giphy
ÂGE DU PERSONNAGE : 30ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date, puceau en secret.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

control is for the weak. (lula) Empty
MessageSujet: control is for the weak. (lula) control is for the weak. (lula) EmptyLun 5 Aoû - 0:26


lula & sam
I pray for this heart to be unbroken
But without you all I'm going to be is incomplete


Je me souviens m'être répété plusieurs fois dommage collatéral, en repensant à ce qui c'était passé la dernière fois avec Lula. Je me souviens aussi m'être traité de débile profond plusieurs fois pour avoir fait face à des sentiments que j'enfouissais depuis un moment. J'ignore réellement ce qu'est l'amour vu que je ne pense pas l'avoir ressenti un jour, mais je sais que la Landry occupe mes pensées et que je suis malade de l'avoir blessé la dernière fois. L'amour, ce n'est pas compliqué. Ce sont les gens qui le sont. Je ne sais pas qui a écrit ça, mais il a dû prédire mon arrivée sur cette terre. Je suis compliqué. D'abord parce que je passe mon temps à découvrir ce que le mot sentiments signifie, avec ses forces et ses faiblesses. Puis parce que je suis incapable de me contrôler et de faire les choses comme à mon habitude ; on sépare le travail et la vie privé. Un point d'honneur qui aurait permis à notre relation de pouvoir rester en place aujourd'hui. Elle aurait garder son attirance pour moi en se jetant dans les bras d'autres garçons et de mon côté, j'aurais fini par refouler tout ce que je ressens pour elle. Parce qu'à la base, je suis très doué pour ça.

C'est une journée comme les autres. Enfin, une journée qui ressemble à celle d'hier et celle d'avant, moins à celle d'il y a une semaine. Je conduis Lula là où elle a besoin, je réponds à ses appels, je fais ce qu'il faut et je parle quand on me pose une question. Fini les petites blagues, fini la bonne humeur, fini les sourires qui pourraient illuminer une journée entière de travail, à se faire traîner dans tout Tenby ou encore dans tout Londres. Oui Mademoiselle. ou encore Evidemment Mademoiselle. J'ai refais six pas en arrière, revenant dans les jours où ma présence lui était insupportable. Ca m'attriste parce que franchement, on avait fait des efforts tous les deux et c'était ... Bon. Je n'ai pas souvent l'air de m'amuser mais c'était le cas. Plus maintenant. Mademoiselle Landry, je me permets de vous rappeler que vous avez un rdv dans dix minutes au dernier étage du bâtiment. dis-je en m'approchant, l'interrompant avec gêne. Mais si je ne le fais pas, elle va être en retard. Quand elle est en retard, elle est capable de s'énerver et très franchement, j'ai peur qu'elle s'emprenne à moi.

Je la laisse terminer puis nous partons en direction des ascenseurs. Je l'appelle et il arrive en quelques secondes. Puis tout se passe très vite ; j'appuie sur le bouton et alors que nous commencons à monter, la machine se met à faire un bruit bizarre. Elle se met ensuite à bouger dans tous les sens, comme si elle était perturbée à cause d'un tremblement de terre. Et là, tout s'arrête. On ne bouge plus et les lumières se tamisent. Merde. Je n'ai pas besoin de longtemps pour comprendre ce qu'il se passe. Il doit être tombé en panne ou un truc dans le mécanisme a dû lâcher. J'ignore ce que c'est mais je n'aime pas ça ; la pièce est minuscule, ce qui fait que la proximité avec la jeune femme est presque la même que ... L'autre fois. J'appuie sur le bouton de secours une bonne vingtaine de fois. Allez, répondez ! murmurais-je presque, aussi énervé que désespéré. Mais c'est peine perdue. Et quand je me décide enfin à abandonner, je pars vers un coin de la pièce et m'appuie contre le mur, espérant qu'une idée miracle finisse par me traverser l'esprit.


AVENGEDINCHAINS

_________________

    thinkin' about you ♒︎ can't help but wondering if this is the last time that I'll see your face. is it tears or just the fucking rain? wish I could say something ... something that doesn't sound insane, but lately I don't trust my brain. you tell me I won't ever change, so I just say nothing. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©myself (avatar) & tumblr & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (0/3)
En cours : Max - Sam - 30's birthday party
RAGOTS PARTAGÉS : 755
POINTS : 1565
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
control is for the weak. (lula) Tumblr_inline_o5p1dxL6d81szaa83_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

control is for the weak. (lula) Empty
MessageSujet: Re: control is for the weak. (lula) control is for the weak. (lula) EmptyMar 6 Aoû - 21:25

You make me glow,
But I cover up, won't let it show,
So I'm puttin' my defenses up
'Cause I don't wanna fall in love
If I ever did that, I think I'd have a heart attack

« Mais enfin, puisque je te dis que j’ai raté mon avion ! Tu peux me croire quand même ?! » Faisant les cent pas dans le grand hall d’entrée, Lula s’énerve dans son téléphone, se fichant bien d’attirer les regards.  « AH mais ça, il fallait y réfléchir avant de m’exiler de Londres ! » Le ton de sa voix monte encore. Elle était incapable de rester calme quand son père agissait comme si elle était une gamine de dix ans… D’ailleurs, la dispute aurait pu encore durer encore longtemps si elle n’avait pas senti une présence derrière elle. « QUOI ? » Dit-elle en se retournant brusquement, prête à également à incendier le premier abruti qui lui demanderait de baisser d’un ton. Mais ce n’est que Sam, une expression parfaitement impassible sur le visage. En fait, il affichait cette foutue expression indéchiffrable depuis cette fameuse nuit où elle lui avait fait des avances. Auparavant, c’était déjà difficile de savoir ce qu’il pensait mais maintenant, c’était comme si elle se trimbalait avec un fichu robot aux basques. « Mademoiselle Landry, je me permets de vous rappeler que vous avez un rdv dans dix minutes au dernier étage du bâtiment. » Dit-il avec son professionnalisme habituel. « Oh d’accord… » Souffle la Landry se sentant tout à coup très bête. Puis, se remettant à crier dans son portable. « Ben oui, je suis encore en retard ! Et si je rate ce rendez-vous, je vais avoir de sérieux ennuis alors c’est pour ça que je vais raccrocher tout de suite. Salut. » C’est du raccrochage au nez déguisé mais ça lui fait un bien fou.  

Enfin débarrassé de son paternel, elle emboîte le pas à Sam pour aller à l’ascenseur. Elle en profite pour faire amende honorable auprès de lui. Le pauvre ne subissait que trop souvent ses sautes d’humeur. « Merci de m’avoir rappelé l’heure, Sam. Ce rendez-vous est vraiment important, je ne peux vraiment pas le manquer. Mais ce n'est pas à propos de vous que j'en ai. » A vrai dire, il aurait pu avoir des remerciements encore plus chaleureux. Il outrepassait ses fonctions, en l’aidant à se rappeler de son emploi du temps ou en lui sauvant la mise comme il venait de le faire, ne se contentant pas de faire le strict minimum. En fait, il était devenu indispensable à Lula. Ce qui faisait qu’elle se sentait encore plus coupable de lui avoir bêtement sauté dessus car elle avait la sensation d’avoir gâché leur relation alors que tout marchait très bien entre eux. Finalement, ce foutu Sam avait raison. Il fallait rester professionnel sinon, on arrivait à ce genre de situation awkward. Parce que même si le Martins remplissait ses attributions plus que bien, il subsistait une certaine tension dans ses gestes, son attitude, ses paroles. Il s’était renfermé, en même temps qu’elle. Du coup, l’atmosphère entre eux était étrange et difficilement supportable si on prenait en compte le fait qu’ils passaient beaucoup de temps ensembles malgré tout…

Elle est tirée de ses pensées par le signal sonore indiquant l’ouverture des portes de l’ascenseur. Ah oui, ne pas arriver en retard, c’était son objectif immédiat. Elle monte donc rapidement dans la cabine, toujours accompagnée de son garde du corps. Hélas, le destin a décidé de s’acharner sur elle aujourd’hui. Ils ont à peine commencé à monter qu’ils ralentissent déjà dans une série de soubresauts particulièrement désagréables. « What the F… » Déséquilibrée, la métisse ne finit pas sa phrase, obligée de se raccrocher à la paroi. La lumière bourdonne avant de s’éteindre, les laissant dans une semi-obscurité. Puis la cabine s’immobilise complètement, ce qui permet à Lula de se rendre compte que son cœur à elle aussi fait des bonds. « Merde ! » Jure Sam pour eux deux. Une panne d’ascenseur, manquait plus que ça… C’est Lula qui devrait stresser à cause de son futur retard mais c’est pourtant Sam qui se met à appuyer comme un forcené sur tous les boutons de l’ascenseur dans l’espoir de le faire redémarrer. Elle s’adosse contre la paroi, le regardant faire. « Je crois que nous sommes coincés. » Dit-elle avec une ironie qu’elle déteste elle-même. Elle jette un coup d’œil à son portable, resté dans sa main. « Et on a pas de réseau, on ne peut appeler personne. » Puis elle voit l’heure sur son portable et percute à propos des deux dernières phrases qu’elle vient de prononcer, réalisant avec horreur leur sens. « Putain mais on est coincés ici ! On ne peut pas être coincés ici !!! Je ne peux pas être coincée ici. Je vais être en retard. Oh bordel de merde !! Combien de temps ils vont mettre avant de se rendre compte qu’on est là ?! » Les rôles s’échangent, c’est Sam qui va s’adosser à une paroi et Lula qui appuie sur tous les boutons. Elle tape même contre les portes pour essayer d’attirer l’attention de quelqu’un. « Mais putain, ça va être un désastre si j’arrive pas à temps. Sam faut qu’on sorte d’ici ! » Lui dit-elle en lui lançant un regard suppliant comme s'il pouvait trouver une solution miracle.

_________________

we could stand in the sun together.
Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : croco & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, lula/ivy/max, lula's birthday)

RAGOTS PARTAGÉS : 5153
POINTS : 7300
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
control is for the weak. (lula) Giphy
ÂGE DU PERSONNAGE : 30ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date, puceau en secret.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

control is for the weak. (lula) Empty
MessageSujet: Re: control is for the weak. (lula) control is for the weak. (lula) EmptyVen 9 Aoû - 0:51


lula & sam
I pray for this heart to be unbroken
But without you all I'm going to be is incomplete


Elle a enfin fini sa conversation, ou ses cris, et nous pouvons aller chercher l'ascenseur pour se retrouver à l'étage. Je le sais Mademoiselle Landry, ne vous tracassez pas. C'est trop formel, ça ne lui ressemble pas. Mais je prends, parce que ça fait toujours du bien de savoir quand les gens ne sont pas fâchés sur vous. Et de rien. Je suis là pour ça. Enfin, je ne suis pas sa secrétaire, mais je pense pouvoir lui rappeler de temps à autre quand il faut partir. C'est surtout pour la brune que je fais ça, mais je dois avouer que j'ai également peur qu'elle me tombe dessus juste pour ça. J'aurais dû écouter ma mère quand elle me disait d'éviter les ascenseurs. tentais-je pour détendre l'athmosphère, mais je suppose que c'est le genre de blagues qui sort trop tôt dans ces cas ci. Je respire quelques grands coups, histoire d'oublier cette pièce, cette proximité et ce manque d'air ; même si une est moins dérangeante. Evidemment, ça n'aurait pas été drôle sinon. Je ne sais pas pourquoi je sors mon téléphone de ma poche, mais je vois aussi que de mon côté, je n'ai plus de réseau. Je sais qu'il existe un moyen de contacter les numéros d'urgence dans ce genre de cas, mais je ne suis pas assez calé en téléphone portable pour le savoir. En bref, oui, nous sommes coincés ici.

La Landry crie, jure, se répète ... C'est un schéma qu'elle s'amuse à suivre depuis un moment. Il faut qu'elle arrête de s'énerver autant, j'ignore si dans une heure, s'ils ne sont pas venu nous chercher avant, nous aurons encore assez d'air pour respirer. Je bénis ma psy pour m'avoir aidé à ne plus péter un plomb dans des endroits aussi petit. Calmez vous, calmez vous. dis-je en m'approchant. Je mets mes mains sur ses épaules mais ça dure deux secondes et demi. Tout ça, je le sais. Et ce n'est pas parce que vous vous énervez que la machine va se débloquer. Respirez au mieux, nous sommes dans une petite pièce et nous aurons besoin de tout l'air qui reste. Je m'appuie sur le mur juste à côté, maintenant toujours mon regard dans le sien. Elle a l'air de moins trembler ; soit elle passe à un niveau de nerfs supérieur, soit elle s'est enfin décidée à respirer. On a tout le temps qu'il faut pour réfléchir à une solution. On ne peut pas vous tomber dessus parce que vous étiez coincée dans un ascenceur. Enfin, j'espère. Le truc, c'est que la brune ne m'a pas dit grand chose de ce qui l'attendait là haut alors je ne saurais pas dire si les gens seront cléments ou non. Le plus important c'est que j'ai réussi à me rapprocher pour la calmer, même si je n'étais encore visiblement pas prêt à un contact physique. Je finis par retourner à ma place pour croiser de nouveau les bras, et réfléchir à comment nous sortir de cette situation.

Maintenant qu'elle est plus ou moins calmée, nous pouvons tranquillement réfléchir à un plan pour plus tard, histoire que son rdv raté ne lui retombe pas dessus. Les secondes me paraissent des heures tandis que le silence est des plus pesants. Je ne sais pas combien de temps on va être coincé ici mais évitez son regard, ça devient fatiguant. Je lâche les bras, je les secoue et puis je les remets en place. Il est temps pour Martins de prendre les choses en main de calmer le jeu entre nous. Car y en a marre à la fin. Mademoiselle ... dis-je en murmurant presque. Quand j'ai commencé j'avais une idée derrière la tête, mais les mots peinent ensuite à sortir de ma bouche. Je voudrais profiter de la situation, si ça ne vous embête pas, pour vous parler. Je déglutis difficilement, rassemblant tout le courage qu'il me reste pour discuter d'un point sensible. Mes joues commencent à rougir tandis que je me racle la gorge, histoire de me préparer mentalement et physiquement à ce qui arrive. Ce qui s'est passé la dernière fois, ça ne devrait pas autant nous ... On ne devrait pas se sentir aussi mal à l'aise. Je m'excuse pour ça d'ailleurs, c'est un peu de ma faute. Je crois que je dois être rouge tomate, voir pire. Au revoir le Sam confiant, bonjour le Sam confiant mais gêné parce que sa boss a voulu lui sauter dessus. Si elle savait, si elle savait pourquoi je me suis refusé à céder, je pense qu'elle pourrait me comprendre. Parce que là, pour l'instant, je suis juste ce mec qui a refusé ses avances parce qu'il travaille pour elle. Autant profiter de ce moment pour briser la glace pour de bon.


AVENGEDINCHAINS

_________________

    thinkin' about you ♒︎ can't help but wondering if this is the last time that I'll see your face. is it tears or just the fucking rain? wish I could say something ... something that doesn't sound insane, but lately I don't trust my brain. you tell me I won't ever change, so I just say nothing. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©myself (avatar) & tumblr & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (0/3)
En cours : Max - Sam - 30's birthday party
RAGOTS PARTAGÉS : 755
POINTS : 1565
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
control is for the weak. (lula) Tumblr_inline_o5p1dxL6d81szaa83_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

control is for the weak. (lula) Empty
MessageSujet: Re: control is for the weak. (lula) control is for the weak. (lula) EmptySam 10 Aoû - 0:57

You make me glow,
But I cover up, won't let it show,
So I'm puttin' my defenses up
'Cause I don't wanna fall in love
If I ever did that, I think I'd have a heart attack

« Ah bon votre mère vous a vraiment donné un conseil de ce type ? » Demande Lula sincèrement intriguée, quand Sam se lamente à propos du fait que sa mère l’avait averti à propos des ascenseurs… Elle n’imagine pas une seconde que ça puisse être une blague de sa part. Déjà parce qu’il ne faisait plus de blagues désormais mais aussi parce que son stress à elle est en train de monter crescendo et qu’elle ne sait plus comment le canaliser, ni même faire la part des choses. Et finalement, ça commence à se voir. Lorsqu’elle découvre qu’ils n’ont pas de réseau et que leurs téléphones ne peuvent pas les tirer de ce mauvais pas, elle pète un peu un plomb. Un peu beaucoup même. C’était trop pour elle. Ce rendez-vous qui la stressait. Cette dispute avec son père. Cette tension avec Sam. Et maintenant, ce piège pour claustrophobes. C’était beaucoup en quelques minutes. Elle s’énerve, ne se rendant pas qu’elle gâche un oxygène précieux... Mais elle reçoit un secours inattendu très rapidement. « Calmez vous, calmez vous. » Les mains de Sam viennent se poser avec douceur sur ses épaules tandis que sa voix apaisante fait taire le bourdonnement de panique dans les oreilles de la métisse. Elle lève les yeux vers lui, essayant de puiser de son calme tandis qu’il égrène des paroles pleines de sagesse. Elle inspire et expire profondément. Et l’ensemble fonctionne, elle redescend d’un cran. « Vous avez raison. S’énerver ne changera rien… Mais Sam, c’est tellement frustrant de ne rien pouvoir faire. Ok… Je prends de grandes inspirations. Ils vont peut-être voir rapidement qu’un des ascenseurs ne descend plus. Je sais qu’ils en ont plein mais quand même… Oui, ça va aller » Souffle t-elle ensuite un peu plus calme, essayant de se convaincre. N’empêche qu’elle pensait ce qu’elle disait. L’inaction, elle n’avait jamais aimé ça.

Il avait aussi raison pour l’oxygène alors elle essaye de garder ce paramètre dans un coin de sa tête... Ses efforts doivent satisfaire le brun car il s’écarte d’elle, allant s’adosser à ce qui devait être sa paroi favorite de l’ascenseur. Ou alors, il venait simplement de se rappeler qu’il devait l’éviter. Quelque chose pour lequel elle ne pouvait pas le blâmer. Encore une fois, il faisait largement plus que ses attributions. Même si elle n’avait pas voulu le contredire tout à l’heure quand il avait accepté ses excuses, elle en était de plus en plus convaincue. Il assurait ses arrières dans tous les sens du terme, pas qu’au nom de la sécurité. Il supportait ses sautes d’humeur, lui pardonnait à chaque fois et se transformait en secrétaire de plus en plus souvent. Et là, il venait d’endosser le rôle de coach personnel... Il fallait vraiment qu’elle se reprenne car elle bousillait leur relation de travail même sans lui sauter dessus… Hélas, en voulant se montrer rassurant, Sam remet un sujet sensible sur le tapis, ce qui n’aide pas la Landry à reprendre ses esprits. « On a tout le temps qu'il faut pour réfléchir à une solution. On ne peut pas vous tomber dessus parce que vous étiez coincée dans un ascenseur. » Elle pousse un gros soupir, se rappelant de son échéance qu’elle était en train de rater.... « La personne que je devais rencontrer n’est pas très patiente. Je pense qu’elle est partie dès qu’elle a vu que j’étais en retard. » « Et elle m’en fera payer les conséquences. » Mais ça, elle ne le dit pas à voix haute, ayant peur de paraître trop mélodramatique. Et aussi parce qu’elle craignait des questions complémentaires…

Après ça, le silence. Sam reste immobile contre sa paroi tandis que Lula fait les cent pas. Le garde du corps semble s’entraîner à développer un nouveau talent : éviter son regard. C’était aussi pesant que prévu, et la guitariste a l’impression de sentir l’éléphant dans la pièce avec eux.  En fait, elle est sur le point de recommencer à taper sur la porte pour sortir, quand Sam se racle soudainement la gorge. « Je voudrais profiter de la situation, si ça ne vous embête pas, pour vous parler. » Il a l’air de vraiment lutter avec ses mots, alors elle ne l’interrompt pas. Surtout qu’il y met vraiment les formes, comme s’il craignant vraiment sa réaction face à ce qu’il allait dire. Ne démissionne pas, ne démissionne pas. Se met-elle à supplier intérieurement. Ce n’était pas comme s’il lui avait déjà fait le coup… Et bizarrement, elle s’était rendue compte qu’elle se débrouillait assez mal sans lui… « Ce qui s'est passé la dernière fois, ça ne devrait pas autant nous ... On ne devrait pas se sentir aussi mal à l'aise. Je m'excuse pour ça d'ailleurs, c'est un peu de ma faute. » Ouf, c’était juste une mise au point. Elle pousse un discret soupir de soulagement. « Non, ça ne m’embête pas de parler. » Au contraire, elle était contente qu’il semble décidé à crever cet abcès entre eux.

Et puisqu’il a fait le premier pas pour briser la glace, elle fait le second, allant s’adosser tout près de lui contre la paroi. Elle voit bien la rougeur sur ses joues mais elle fait mine de pas la remarquer. « Non, ce n’est pas de votre faute Sam. Vous refusez toujours que je m’excuse et bien aujourd’hui, il est temps d’inverser les rôles. Vous n’avez rien fait de mal mais je comprends que vous ne sachiez plus comment agir avec moi. Moi-même je ne sais plus quoi vous dire. J’ai perturbé notre relation de travail en faisant ce que j’ai fais. Vous aviez essayé de m’avertir pourtant mais je ne vous ai pas écouté. » La Landry pouvait parfois être d’une mauvaise foi absolue mais parfois, elle se rendait aussi compte quand elle était allée trop loin et reconnaître ses torts. C’était le cas avec Sam. « La seule chose que je sais, c’est que je n’aurai pas dû vous faire des avances si appuyées. Je suis la seule à blâmer. C’était déplacé de ma part et je vous présente mes excuses. » Ce qu’elle n’avait pas fait la dernière fois... « J’oublie parfois à quel point nous sommes différents. Je n’essaye pas de me dédouaner mais comme vous avez pu le constater, je vis dans un monde qui n’a pas vraiment de règles alors parfois, j’oublie comment se comportent les gens normaux. Ce qui ne veut pas dire que je ne vous respecte pas. » Finalement, elle se lançait dans un discours bien plus long que celui initialement prévu. Parce qu’au fur et à mesure de ce dernier, elle s’était rendue compte que son garde du corps ne méritait pas moins. C’était vraiment un gars bien, elle découvrait à quel point un peu plus chaque jour et elle s’en voulait parce qu’il avait vraiment l’air mal à cause d’elle. « Les dernières semaines ont été agitées mais vous êtes resté à mes côtés malgré tout. Et ça , je l’apprécie vraiment. Je sais que j’ai parfois une manière étrange de le montrer mais je vous promets que c’est vrai. Alors moi non plus, je n’aime pas l’idée que nous soyons en mauvais termes. »

_________________

we could stand in the sun together.
Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : croco & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, lula/ivy/max, lula's birthday)

RAGOTS PARTAGÉS : 5153
POINTS : 7300
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
control is for the weak. (lula) Giphy
ÂGE DU PERSONNAGE : 30ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date, puceau en secret.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

control is for the weak. (lula) Empty
MessageSujet: Re: control is for the weak. (lula) control is for the weak. (lula) EmptyDim 11 Aoû - 1:04


lula & sam
I pray for this heart to be unbroken
But without you all I'm going to be is incomplete


Je ne crois pas que maman m'ai dit ça un jour. Non ... dis-je dans un demi sourire. C'est comme une expression, un moyen de dire que le destin aurait dû nous envoyer un signe. Tiens, me voilà à blaguer comme avant, légèrement et sans trop exagérer. Lula se met ensuite à paniquer et je ne tarde pas à la rassurer. Je comprends tout à fait, je crois que le fait de me voir appuyer vingt fois sur le bouton a pu vous faire voir que je détestais aussi ne pas être utile. On est pareil sur ce point là et ça me fait rire. J'aurais bien appuyé une dizaine de fois de plus mais ça n'en valais plus la peine. Mes mains toujours sur ses épaules, elle semble avoir compris qu'il fallait garder l'oxygène et elle se calme. Je profite de l'occasion pour m'écarter, perturbé par un contact que je n'avais plus eu depuis la dernière fois. Mais oui, ils vont s'en rendre compte. On ne peut pas rester enfermer ici pour toujours, c'est sûr. Je suppose que le service de sécurité fait des rondes, que le service technique vérifie l'état des ascenceurs tous les jours. On est en plein milieu de journée, il faudra peut-être attendre le soir mais je le sais, au fond de moi, que nous allons sortir d'ici dans pas longtemps. Oh, d'accord. J'avoue que je ne sais plus quoi vous dire là. Parce qu'il est inutile de s'embêter à essayer de la rassurer si, de toutes façons, la personne qu'elle devait voir lui en voudrait et serait partie. Je suis assez intrigué par ce rdv, je le suis depuis qu'elle m'en a parlé et je rêve qu'elle me donne des précisions ... Mais c'est juste un rêve.

J'ai fait le premier pas vers la paix, la Landry fait le second. Elle commence tout un speech en s'approchant de moi pour s'appuyer sur la paroi juste en face. Mes joues sont rougies par la gène et ça ne s'améliore pas au fur et à mesure que les mots sortent de sa bouche. Ce n'était pas déplacé. Ca l'aurait été si j'avais répondu négativement. Autant dire les choses comme elles sont. Un comportement déplacé, pour moi, aurait été d'insister encore et encore alors que je lui avais dit non. Mais je ne l'ai pas fait, la touchant avec tendresse et ayant profiter de sa bouche contre la mienne pendant de longues secondes. Mademoiselle ... Je viens d'un monde militarisé, pleins de règles et où il y avait deux femmes. Je suis loin d'être l'exemple parfait quand il s'agit de comportement normaux. Lula me rappelle notre différence de monde et j'ai l'impression qu'elle est en train de construire un mur entre nous. C'est douloureux. Par contre, autant je tiens à mes principes, autant je pense que tout le monde n'a pas les mêmes. Je suis carré, j'ai grandi à l'armée, un lieu particulier. Je ne peux pas être considéré comme un individu normal, quand bien même on peut réellement qualifier les habitants de cette ville de normaux. Ce n'est pas grave, les grands gestes d'affection, ce n'est pas non plus mon truc. Je tente de détendre l'athmosphère, de faire une petite blague légère comme je le faisais avant. Une sorte de pas vers elle, de pas vers la paix.Je suis content de le savoir. finis-je par dire, souriant très sincèrement.

C'est bien, les choses sont à plat maintenant. Mais il y a quelque chose qui me trotte dans la tête et j'ai l'impression que si je ne le dis pas, je vais finir par exploser. Je voudrais vous dire que tout est oublié, par contre, et que nous pourrions tout recommencer ... commençais-je, dans un élan auquel je n'étais pas préparé. Je prends une grande inspiration et déglutis difficilement. Ma non posso. Tiens, je ne m'étais pas entendu parler en italien depuis bien longtemps. Cette langue est magnifique et je pense que c'est la bonne pour pouvoir enfin dire à voix haute ce que je pense tout bas. Je le dis et elle, elle me regarde sans comprendre. Un plan parfait pour moi et mon bien être. Sto ancora pensado al nostro bacio. lo penso sempre a tu, non posso smettere di farlo Il m'obsède, jour et nuit, dès que je suis près d'elle. Je devais me l'avouer et regarder la vérité en face, je suis amoureux d'elle. Enfin, amoureux comme un puceau aussi sentimental que physique peut l'être ... Sans trop s'y connaître, sans être sûr de rien. Ti voglio tra le mie braccia e che rimani lì per sempre. finis-je par dire, l'esprit ailleurs. J'ai toujours pensé qu'il fallait pouvoir s'ouvrir mais je n'en avais jamais été capable jusqu'ici ... Et il a fallu que je le fasse en italien pour qu'elle ne me comprenne pas, langue que j'ai apprise avec un soldat avec qui j'ai sympathisé, pour faire passer le temps. Nous allons être enfermer un moment ici et me voilà en train de remettre de la distance de cette manière. Espérons juste que la brune prenne ça pour un poème, histoire que tout aille réellement bien, pour une fois.


AVENGEDINCHAINS

_________________

    thinkin' about you ♒︎ can't help but wondering if this is the last time that I'll see your face. is it tears or just the fucking rain? wish I could say something ... something that doesn't sound insane, but lately I don't trust my brain. you tell me I won't ever change, so I just say nothing. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©myself (avatar) & tumblr & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (0/3)
En cours : Max - Sam - 30's birthday party
RAGOTS PARTAGÉS : 755
POINTS : 1565
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
control is for the weak. (lula) Tumblr_inline_o5p1dxL6d81szaa83_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

control is for the weak. (lula) Empty
MessageSujet: Re: control is for the weak. (lula) control is for the weak. (lula) EmptyLun 12 Aoû - 21:46

You make me glow,
But I cover up, won't let it show,
So I'm puttin' my defenses up
'Cause I don't wanna fall in love
If I ever did that, I think I'd have a heart attack

« Je comprends tout à fait, je crois que le fait de me voir appuyer vingt fois sur le bouton a pu vous faire voir que je détestais aussi ne pas être utile. » Au lieu de juger les sautes d’humeur de Lula ou de la faire passer pour une folle, Sam se montre compréhensif  et patient. Et ça marche, la guitariste se calme, parvenant à relativiser. Il était vrai que l’homme d’action qu’il était, devait être encore plus frustré qu’elle… Et puis, il y a ces petites touches d’humour pince sans rire qui font leur grand retour et la Landry se rend compte pour la première fois que ces dernières lui avaient terriblement manquées. Un pâle sourire retrouve alors les lèvres de la métisse. Surtout que Sam continue ensuite d’essayer de l’apaiser en lui disant que oui, quelqu’un va forcément se rendre compte qu’ils sont ici. En revanche, il se retrouve à court de mots réconfortants lorsqu’elle laisse paraître son désespoir face au rendez-vous qu’elle était en train de manquer. « Oh, d'accord. J'avoue que je ne sais plus quoi vous dire là. » « Ce n’est pas grave… » Lui dit-elle en détournant les yeux à son tour. Elle était à deux doigts de tout lui avouer. Elle voulait lui expliquer pourquoi ce retard allait être lourd de conséquences. Comme ça, elle aurait pu lui expliquer aussi que ce rendez-vous sordide était étroitement lié à la raison pour laquelle elle lui faussait compagnie au début de leur collaboration. Sauf qu’encore et toujours, elle garde ses problèmes pour elle. Pas par manque de confiance, non désormais, il avait pleinement gagné la sienne, mais surtout par honte. Sam devait déjà avoir une bien piètre opinion d’elle et de son mode de vie sans qu’elle en rajoute.

Et puis, tout cela est bien vite éclipsé quand le Martins profite de leur tête à tête forcé pour aplanir les tensions subsistantes dans leur relation. Ce n’est pas une mauvaise idée. Pour une fois, ils ne sont dérangés par aucune sollicitation extérieure, rien ne peut les interrompre. Et inspiré par l’exemple de son garde du corps, la diva ne tarde pas à faire son mea culpa, pensant que la froideur récente de ce dernier était lié au fait qu’elle avait dépassé les bornes sans s’excuser. Sauf que la réponse qu’elle reçoit lui fait comprendre qu’elle a très mal interprété la situation. « Ce n'était pas déplacé. Ca l'aurait été si j'avais répondu négativement. » Elle hausse les sourcils, perplexe. Il venait d’avouer à voix haute ce qu’elle pensait avoir mal interprété. Il avait vraiment apprécié ce baiser finalement… Bouche bée, elle l’écoute poursuivre. Il lui rappelle alors qu’il vient d’un monde très strict, sans beaucoup de femmes et qu’il ne savait pas comment se comporter dans des situations telles que celle de l’autre soir. Les pensées de Lula s’entrechoquent, tandis qu’elle ne sait plus quoi penser, de peur de prendre ses rêves pour des réalités. Etait-il en train d’essayer de lui expliquer qu’il voulait la même chose qu’elle ? Qu’il regrettait d’avoir dit non ? Que la surprise l’avait empêché de prendre la bonne décision ? Elle le laisse continuer pour en avoir le cœur net.

Hélas, le temps des confessions ouvertes semble déjà révolu, et il embraye déjà sur un registre plus léger. « Ce n'est pas grave, les grands gestes d'affection, ce n'est pas non plus mon truc.  Mais je suis content de le savoir. » Dit-il avec humour en réponse à l’espèce de déclaration de Lula. Il dit ça avec un grand sourire sincère cet idiot, et elle sent son cœur se réchauffer rien que pour ça…. Bon, ils étaient vraiment en train de se réconcilier et c’était le principal. Tant pis pour cette tension sexuelle irrésolue… Mais juste quand elle va lui tendre la main pour entériner cette trêve, il reprend la parole. Et ce n’est pas aussi positif. « Je voudrais vous dire que tout est oublié, par contre, et que nous pourrions tout recommencer ... » Aïe, elle sentait le « mais » arriver et son instinct lui soufflait qu’elle n’aimerait pas la suite. Elle sent son soulagement se dissiper. En fait, il ne lui tenait pas rigueur du baiser mais il allait quand même démissionner, ne pouvant pas laisser passer cet incident… « Ma non posso. » Elle le regarde se mettre tout à coup parler une autre langue sans comprendre ce qu’il lui arrive. Est-ce que c’était une caméra cachée ? Non, au contraire, Sam la regarde avec une intensité et un sérieux déstabilisants. « Sto ancora pensado al nostro bacio. lo penso sempre a tu, non posso smettere di farlo. » Elle reconnaît tout à coup l’italien. L’époque où elle avait pratiqué cette magnifique langue est lointaine, mais oui, elle la reconnaît quand même. Et les rudiments qu’elle avait acquis sont suffisant pour qu’elle comprenne l’essentiel de qu’il venait d’être dit. Il pensait toujours à leur baiser. Il pensait tout le temps à elle. Oh mon dieu, elle avait tout mal interprété. Il avait vraiment ressenti quelque chose quand ils s’étaient embrassés.  Et maintenant, il lui avouait d’une façon détournée, pensant sans doute qu’elle ne pourrait pas comprendre. Elle est abasourdie, pourquoi diable avait-il mis fin à leur baiser s’il l’avait tant apprécié ? Il était vraiment professionnel à ce point ?

La confusion doit se lire sur le visage de la Landry car il continue, pensant que son petit stratagème fonctionne. « Ti voglio tra le mie braccia e che rimani lì per sempre. » Elle sent ses jambes vaciller, son souffle s’accélérer. Tout le monde s’accordait à dire que l’italien était la langue de l’amour. Et bien c’était vrai. Le fait que Sam lui parle italien lui faisait un effet de dingue, autant que les mots qu’il était en train de prononcer et autant que le regard profond qu’il posait sur elle à ce moment précis. Il l’avait déjà charmée par son humour et son petit côté sexy mais là, il venait de la bouleverser d’une façon tout à fait inédite avec ce numéro de beau brun ténébreux. Elle était totalement envoûtée. L’attirance qu’elle ressent tout à coup pour lui est motivée par tout autre chose qu’une pulsion ou un  vague désir au creux de son ventre. C’était sa tête et son cœur qui le poussaient vers lui. Oui, il venait de l’atteindre en plein cœur avec ces mots-là. Sauf que justement, il avait joué avec ses émotions, la faisant passer par l’espoir, le désespoir puis l’espoir à nouveau. Et malheureusement pour lui, elle avait le moyen parfait pour se venger et comptait bien le faire… « Pardon mais ça veut dire quoi ? C’est une façon intello de me dire qu’il faut savoir résister à la tentation ? » Dit-elle en jouant les idiotes encore quelques secondes.

Mais finalement, elle n’a pas la patience d’attendre qu’il lui sorte une explication foireuse. Elle lui sourit avec malice, abattant son atout. « Non te l'ho mai detto, ma mia bambinaia era italiana. Ho perfettamente capito cosa hai detto. » Elle guette sa réaction pendant qu’elle lâche cette petite bombe. Elle brûle de faire un pas en avant et de se rapprocher de lui mais elle ne fera pas la même erreur que la dernière fois en l’attaquant frontalement. Non, elle se contente de le fixer comme il l’a fixée, de lui parler comme il lui a parlée mais en restant sagement accolée à sa paroi. « E tu ? Come sai parlare italiano? » Elle fait exprès de tourner autour du pot, lui rendant la monnaie de sa pièce.   « Per sempre ? Perché non ora ? » Demande t-elle en le taquinant de plus belle. Mais son envie de jouer est passagère. Dérisoire face à la véritable envie qui l’étreint. Mais osera t-elle l’exprimer au risque de se prendre un nouveau vent ? Cette question, elle se la pose sincèrement quand elle comprend soudain pourquoi Sam a utilisé une autre langue. Ce n’était pas seulement pour l’empêcher de comprendre. C’était sûrement aussi parce que c’était plus facile, moins terrifiant de dire les choses ainsi. Alors elle tente sa chance.   « Ho mentito.  Non mi pento di averti baciato tu. La verità è che voglio ricominciare. » Bien sûr, elle regrettait de l’avoir mis mal à l’aise mais elle ne regrettait pas les sensations qu’elle avait éprouvé ce faisant. Non, elle ne pouvait pas. Et si lui ne regrettait pas non plus et ne faisait que penser à elle aussi, et bien… Leurs perspectives venaient à nouveau de changer. Sauf que cette fois, la balle était totalement dans le camp de Sam, elle ne ferait aucun mouvement sans consentement explicite de sa part.

_________________

we could stand in the sun together.
Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : croco & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, lula/ivy/max, lula's birthday)

RAGOTS PARTAGÉS : 5153
POINTS : 7300
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
control is for the weak. (lula) Giphy
ÂGE DU PERSONNAGE : 30ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date, puceau en secret.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

control is for the weak. (lula) Empty
MessageSujet: Re: control is for the weak. (lula) control is for the weak. (lula) EmptyMar 20 Aoû - 0:45


lula & sam
I pray for this heart to be unbroken
But without you all I'm going to be is incomplete


Lula détourne les yeux, elle est mal à l'aise et n'a pas l'air décidée à me raconter ce qui se passe. Il faut croire que malgré tout ce qui s'est passé, elle n'a pas encore assez confiance en moi. Ce n'est pas grave, je vais me montrer patient. Comme d'habitude. J'aurais aimé vous aider plus, dites moi si j'ai l'occasion de le faire. J'insisite un peu lourdement, mais c'est tout ce que je trouve à dire pour meubler. Je me fais des films, je m'imagine les pires scénarios catastrophes qui expliquerait pourquoi on dirait que la brune me cache quelque chose. Il faut que j'arrête avant de me monter la tête. Je change de sujet après quelques minutes de blanc, faisant un premier pas vers la réconciliation. Je commence par lui dire que je suis désolé pour mon comportement, désolé de l'avoir repoussé alors que j'avais quand même craqué ... Ca fait du bien de se vider un peu et ça fait du bien de voir que la Landry ne me repousse pas. On avait une si bonne relation juste avant cet évenement, ce serait sympa de la récuperer.
Mais il semble que mon esprit en a décidé autrement. Il semble qu'une partie de moi même en ait marre de cacher ce que je ressens pour elle. J'ignore encore si c'est la bonne décision mais c'est trop tard. J'ignore si le pire c'est le rouge qui me prend aux joues ou le fait que je me mette à utiliser l'italien que j'ai appris il y a un petit temps. J'ai envie de te prendre dans mes bras pour que tu y reste l'éternité. Je pense encore à notre baiser ... Je ne peux pas faire comme s'il ne s'était rien passé. Un flot de paroles sort de ma bouche et je ne suis interrompu qu'à un seul petit moment. Quoi ? Mais non ... Et voilà que ma manière discrète de réveler mes sentiments prend un chemin inatendu. Pas de justifications, juste une petite phrase qui met fin à mon discours de Roméo. J'ai bien envie de me cacher, presque mort de honte. Espérons juste que je ne finisse pas par me faire taper parce qu'elle n'a rien compris ou parce qu'elle pensait que j'étais en train de l'insulter. Espérons.

Sauf que nous entrons dans un scénario catastrophe auquel je ne m'étais pas préparer. Nom d'un chien, j'aurais dû me douter qu'elle parlait italien, j'aurais dû me douter que la seule langue que j'ai utilisé pour enfin avouer mes sentiments faisait partie de son vocabulaire. Mais quel con. Je l'écoute avec ces mots parfaits sortant de sa bouche parfaite. Elle a un bel accent, c'est mignon. Je suis désolé, vous me prenez un peu de court. arrivais-je à dire au bout d'un moment, tandis que je m'étais contenté de rester les bras croisés contre ma paroi, encore choqué par la nouvelle. Il m'a fallu un moment pour le digérer. Je rassemble mes esprits et trie ses paroles, commencant par la question que Lula m'a posée. Nous partagions un camp avec des italiens en ... Peu importe. J'ai appris dans notre temps libre et des fois, ils étaient longs. Dans un pays en guerre, plongé dans une mauvaise guerre, nous avons trouvé le temps de pouvoir cohabiter et d'en apprendre plus les uns sur les autres. J'ai trouvé un jeune de mon age avec qui j'ai bien accroché, je lui ai appris l'anglais et lui m'a appris l'italien. Nous nous sommes même passés des livres, dont un que nous avons échangés pour de bon pour que nous nous souvenions l'un de l'autre. Une des rares périodes de ma carrière que je peux qualifier d'enrichissante et de positive, encore plus grâce à des moments comme ceux d'aujourd'hui. C'est une langue magnifique. finis-je par dire, laissant un sourire se dessiner au creu de mes lèvres. C'est même plus qu'une langue magnifique, c'est un son doux et mélodieux à mon oreille sortant de sa bouche. Si ça ne tenait qu'à moi, elle ne s'exprimerait plus que comme ça. Mais ça fait un moment que je n'ai plus vraiment le choix de rien.

Perche non ora. Pourquoi pas maintenant. Si j'avais besoin d'une invitation claire et net, Lula me la sert sur un plateau. Ricominciare. Recommencer ? Woaw, une nouvelle surprise. Et une surprise de taille. L'égo s'en prend plein la figure mais contrairement à ce que je pensais, elle ne me rejette pas à son tour. Parce que je ne pensais pas ... Que vous le vouliez. Que je fasse à nouveau un pas vers vous, que je vous prenne dans les bras, comme je l'ai dit, et que vous y restiez pour le reste de notre vie. J'ai encore plus envie de le faire, à tel point que j'ai de plus en plus de mal à résister à l'attraction qu'il y a entre nous. Je décroise les bras et m'approche d'un pas lent. Ni que vous vouliez de moi. Ce n'est pas aussi mignon qu'en italien, mais j'en ai marre de tourner autour du pot. Je ne dis pas qu'elle ressent entièrement la même chose que moi, mais je suis maintenant sûr qu'elle n'est pas totalement indifférente à ce qu'il s'est passé entre nous. Mon sourire s'élargit, un peu bêtement. Tu sais que tu es une femme pleine de surprises ? Les vouvoiements, c'est pour les relations professionnelles et là, on a dépassé ce stade. Je lève la main vers son visage et remet une mèche de cheveux en place derrière son oreille. Je m'empare de son regard et me perds totalement dedans. La plus belle de toutes. ajoutais-je, un peu ailleurs. Le moi qui n'aime pas dépasser les limites du professionnalisme semble avoir disparu pour laisser la place à un Sam plus entreprenant, un Sam qui bouillonne intérieurement après ce que la jeune femme en face de lui lui a confier, en italien. Je suis tellement incapable de savoir ce que je dois faire que je pourrais simplement t'admirer pendant des heures. finis-je par dire, rigolant légèrement.


AVENGEDINCHAINS

_________________

    thinkin' about you ♒︎ can't help but wondering if this is the last time that I'll see your face. is it tears or just the fucking rain? wish I could say something ... something that doesn't sound insane, but lately I don't trust my brain. you tell me I won't ever change, so I just say nothing. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


control is for the weak. (lula) Empty
MessageSujet: Re: control is for the weak. (lula) control is for the weak. (lula) Empty

Revenir en haut Aller en bas

control is for the weak. (lula)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: Historical Center-