AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

forgiveness is not always easy. (lenny)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Daniel M. Granger
Daniel M. Granger
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : sam & adriel & liam & erin.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Richard)
RAGOTS PARTAGÉS : 1678
POINTS : 4818
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016
forgiveness is not always easy. (lenny) Original
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt deux ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : cold Heart.
PROFESSION : plus d'escrime, plus d'université ... il est privé du premier tandis qu'il a complètement oublié le deuxième. mais qu'est-ce que ce gamin va faire de sa vie?
REPUTATION : discret vous avez dit ? j'ai l'impression qu'il revient sur le devant de la scène, comme avant. on la vu sortir de chez les flics récemment, sûrement le début de la fin. au fait, quelqu'un a vu Riley ? c'est peut-être ça qui la fait dériver.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

forgiveness is not always easy. (lenny) Empty
MessageSujet: forgiveness is not always easy. (lenny) forgiveness is not always easy. (lenny) EmptyDim 21 Juil - 19:48


lenny & danny
is it easier to stay? Is it easier to go?
i don't wanna know, oh but I know
that I'm never, ever gonna change and
you know you don't want it any other way


J'ouvre grand les yeux. Mais c'est quoi cette merde ? criais-je à travers mon hall d'entrée. Heureusement que je suis seul, je pense que j'aurais pu rameuter toute la maison avec mes cris. J'étais allé chercher mon courrier, comme tous les jours, quand je suis tombé sur cette lettre venant de la police. J'ai d'abord largement souris, pensant à une énième pv que je mettrais soit longtemps à payer, soit que je ne paierais pas du tout. Sauf que je me suis largement trompé. Cette fois, c'est une lettre qui me confirme ma sentence alors que pendant un moment, je croyais que c'était une menace en l'air ... Il faut que j'arrête de m'imaginer que les gens racontent des conneries, ça me fera du bien et ça m'évitera des surprises comme celles-ci. Ils m'attendent la semaine prochaine, dans un lieu près de la plage, ou sur la plage ; j'ai un peu de mal à me souvenir d'où vient cette adresse. Exaspéré, je lâche la lettre et pars dans la cuisine pour me servir un verre. Ca, c'est une journée qui commence de manière merdique.

Une semaine plus tard, c'est le grand jour. Et évidemment, ça n'aurait pas été le jour merdique que ça devait être si je n'étais pas en retard pour le rendez-vous. J'avais pesé le pour et le contre et j'avais fini par décider que si je voulais avoir la paix, je devrais faire ces travaux jusqu'au bout. Soit. Je me dépêche de prendre quelques affaires que je fous dans mon sac, m'empare de mes clés de voiture et fonce vers la plage, histoire de ne pas trop accumuler les minutes ; je les vois bien me faire rester plus longtemps ou mieux, me rajouter une journée complète ... J'ai envie de faire demi tour rien qu'à cette pensée. Je mords sur ma chique, jusqu'au bout. Désolé pour mon retard. dis-je en m'approchant du responsable. Je n'étais pas sûr que c'était lui mais il avait la tête du métier. Ce n'est pas grave. Granger, c'est ça ? Fais en sorte que ça n'arrive plus. Attrape le matériel, juste là ... Aujourd'hui, c'est ramassages de déchets sur la plage. T'auras droit à une demi heure de pause et on arrête pas avant que je le dise. Compris. Il vaut mieux que je la ferme, alors je fais oui de la tête. Je prends le matériel nécessaire et pars faire mon boulot. Plus vite je commencerais, plus vite ce sera fini.

Le boulot est pourri, mais je pense que j'aurais pu avoir pire comme vue. Et heureusement, il ne fait pas hyper chaud, ce qui fait que ce n'est pas totalement désagréable et qu'il n'y a pas trop de monde dans le sable. Je ramasse les déchets, l'esprit vaguant à des banalités, mon corps me rappelant que l'air respirable de la mer lui faut aussi beaucoup de bien. Je regarde à peine où je pose le truc, ramassant les crasses un peu par hasard. Jusqu'au moment où je croise la route d'un de mes coéquipiers du jour, prêt à ramasser la même canette que moi. Pardon. dis-je sans grande conviction. Arrivé le dernier, je n'avais pas pris la peine d'observer les gens dans la même situation que moi. Alors, quand je lève les yeux, c'est difficile de cacher mon étonnement et ma surprise. Eleanor Griffiths. Ca fait longtemps que je n'avais pas prononcé ce nom en entier et ça ne m'avait pas manqué. J'étouffe un rire, je n'aurais jamais pensé que ma prochaine confrontation avec elle serait ici, lors de travaux d'intérêts généraux. Qu'est-ce que t'as bien pu faire pour te retrouver ici. T'as couché avec mec et tu t'es faite choper ? T'as mal récité ta prière ? J'en ai toute une liste à lui balancer, mais je me retiens. C'est bon, j'en ai ma dose des disputes, marre de m'en prendre plein la figure.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    Civil disobedience is not our problem. Our problem is civil obedience. Our problem is that people all over the world have obeyed the dictates of leaders and millions have been killed because of this obedience. Our problem is that people are obedient all over the world in the face of poverty, starvation, stupidity, war and cruelty. Our problem is that people are obedient while the jails are full of petty thieves and the grand thieves are running the country. That’s our problem.


Dernière édition par Daniel M. Granger le Sam 27 Juil - 23:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Griffiths
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Jaya, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : blood eagle + serpentine queen (image de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Fred (intrigue) - Les Griffiths - Erin
RAGOTS PARTAGÉS : 2527
POINTS : 3403
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
forgiveness is not always easy. (lenny) 09cc40212867c684dc5b525dc8924c8f
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Elle est pas prête de récolter son prix Pullitzer vu qu'elle ne bosse plus au Tenby Dispatch et qu'elle vient d'écoper de deux mois de TIG.
REPUTATION : Non mais quel scandale... Il paraît qu'elle fait des TIG maintenant. On est bien loin de l'étudiante prometteuse qu'elle était... Je me demande ce qu'elle a fait quand même...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

forgiveness is not always easy. (lenny) Empty
MessageSujet: Re: forgiveness is not always easy. (lenny) forgiveness is not always easy. (lenny) EmptyMer 24 Juil - 20:37

Too young to feel this old
Watching us both turn cold
I hope someday we'll sit down together
And laugh with each other about these days

Passant ma main dans mes cheveux, pour remettre une mèche en place derrière mes oreilles, je pousse un énième soupir tandis que je ramasse une énième canette de soda avec ma pince. Ça faisait déjà bien une heure que je faisais ça et j’en avais vraiment marre. C’était chiant. Vraiment. Surtout quand on faisait ça toute la semaine, cinq jours sur sept, sept heures par jours. Et qu’en plus, on devait s’estimer heureux, voir reconnaissants car finalement ce n’étaient « que des TIG »… Pleine de rage à cette pensée, je jette la canette avec violence dans le sac poubelle que je tiens dans l’autre main… Un gamin et sa mère passent alors à côté de moi, le gosse me montrant du doigt en riant. Je me retiens de lui faire un doigt d’honneur, poussant un gros soupir. La pensée que ce sale gamin pouvait profiter de la plage et du beau temps pendant que je nettoyais ce que les autres étaient trop fainéants pour jeter à la poubelle me donnait envie de crier ou de pleurer. Ou les deux… Et puis, merde. C’était humiliant. Heureusement que je n’avais croisé personne que je connaissais, là, je serai morte de honte, c’était sûr… « GRIFFITHS ! Tu n’es pas là pour lambiner et ce n’est pas l’heure de la pause. Remets-toi au travail. » Nouveau soupir. Notre responsable était un abruti qui prenait vraiment son job à cœur. L’énerver était une mauvaise idée. Je m’exécute donc, la mort dans l’âme.

Un mégot. Une canette de coca. Un autre mégot. Une bouteille de bière…. La collecte était passionnante. Et la plage de Tenby vraiment dégueulasse. Je fais encore deux pas et oh surprise ! Une autre canette ! Avec résignation, je tends ma pince pour m’en saisir, en heurtant une autre au passage. « Pardon. » Mince, j’avais dû empiéter sur la zone d’un de mes « codétenus ».   « Non, c’est moi qui n’ai pas dû faire attent… » Que je commence à dire gentiment en relevant la tête pour lui faire un sourire. Mais la fin de ma phrase meurt sur mes lèvres quand je vois avec qui j’avais failli entrer en collision. « Eleanor Griffiths. » Dit-il l’air aussi étonné que moi. J’ai un petit rire dépité. Dire qu’il y a quelques secondes, je m’étais dit que j’avais de la chance de ne pas être tombée sur quelqu’un que je connaissais ! Je m’étais portée la poisse toute seule. Parce que j’avais attiré sur la plage une des dernières personnes que je souhaitais croiser alors que je ramassais des déchets en mode délinquante crasseuse. « Daniel Granger. » Que je dis sur le même ton que lui, lui casser les pieds étant devenus un réflexe pavlovien chez moi. Le signe que j’étais revenue de ma surprise et que je retrouvais mes esprits. Avant, je prononçais son nom comme si j’invoquais un dieu, savourant toute la perfection que j’associais à ce patronyme. Mais c’était une lointaine époque. Beaucoup d’eau avait coulé sous les ponts depuis…

Je réalise soudain qu’il a lui aussi un sac poubelle dans les mains et je comprends alors que je ne fais pas que le croiser : il est soumis au même régime que moi. Mais il pose la question plus rapidement que moi. « Qu'est-ce que t'as bien pu faire pour te retrouver ici ? » Je serre les lèvres, peu désireuse de révéler mon honteux petit secret. « J’ai finalement buté Deborah Weston. » Que je dis pour blaguer et faire diversion, faisant par la même occasion une allusion à notre passé commun. D’ailleurs, c’était peut-être tout ce qu’il nous restait en commun, cette détestation de la Weston… « Et toi ? » J’ose lui retourner la question alors que j’ai éludé la sienne. Mais peut-être qu’il aura moins de mal que moi à révéler ses « crimes ». En général, il avait plutôt tendance à se vanter de ces derniers. « GRIFFITHS ! GRANGER ! Ce n’est pas le moment de faire connaissance ! Remettez vous au boulot !! » Je hausse les épaules en regardant Daniel et en faisant demi-tour. Rien n’échappait à l’œil de lynx de notre superviseur, même pas notre micro échange… De longues et mornes minutes s’écroulent ensuite, tandis que le travail reprend. Je suis encore moins concentrée qu’avant, perturbée par la présence de Daniel sur cette plage. Je ne m’en remettais pas, même si j’avais gardé la tête plutôt froide face à lui. Mais là, je mets un grand soin à ne pas le regarder.

En milieu de matinée, le superviseur clame enfin l’heure de la pause sonne enfin et comme tous mes compagnons de galère, je cours vers lui. Il éventre un grand carton pour la distribution du jour. Une bouteille d’eau et une barre énergétique, par personne. Notre salaire royal pour le travail désagréable que nous venions de faire alors que certaines personnes étaient payées pour le faire… Mais j’avais la dalle alors comme les autres, je vais prendre ma ration. Je remarque alors que Daniel n’est pas dans la mêlée… Si ça se trouve, personne ne lui avait expliqué... Un coup d’œil me le confirme. Pour sa pause, il s’est tranquillement assis face à la mer, ne se doutant pas qu’il y avait de la bouffe à grappiller. J’hésite puis… je m’empare de sa part pour lui apporter. Il relève la tête quand il m’entend approcher et je lui lance sa ration. « Tiens ! Faut pas oublier d’aller chercher ta pitance, sinon, les autres n’hésiteront pas à te la piquer ! »  Comme quoi la charité chrétienne, ça vous collait à la peau que vous le vouliez ou non.

_________________

+ “Oh, it's just me, myself and I. Solo ride until I die. 'Cause I got me for life. Oh I don't need a hand to hold. Even when the night is cold ”
Revenir en haut Aller en bas
Daniel M. Granger
Daniel M. Granger
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : sam & adriel & liam & erin.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Richard)
RAGOTS PARTAGÉS : 1678
POINTS : 4818
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016
forgiveness is not always easy. (lenny) Original
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt deux ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : cold Heart.
PROFESSION : plus d'escrime, plus d'université ... il est privé du premier tandis qu'il a complètement oublié le deuxième. mais qu'est-ce que ce gamin va faire de sa vie?
REPUTATION : discret vous avez dit ? j'ai l'impression qu'il revient sur le devant de la scène, comme avant. on la vu sortir de chez les flics récemment, sûrement le début de la fin. au fait, quelqu'un a vu Riley ? c'est peut-être ça qui la fait dériver.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

forgiveness is not always easy. (lenny) Empty
MessageSujet: Re: forgiveness is not always easy. (lenny) forgiveness is not always easy. (lenny) EmptyDim 28 Juil - 22:59


lenny & danny
is it easier to stay? Is it easier to go?
i don't wanna know, oh but I know
that I'm never, ever gonna change and
you know you don't want it any other way


C'est fou comme les crasses sur la plage se ressemblent toutes, comme si je ramassais continuellement les mêmes, comme si j'avais un trou dans mon sachet. Oh non, je n'ai rien dit, voilà un préservatif ... Je passe par dessus ce moment de gène, le place dans mon sac et continue ma route. Je m'excuse quand ma pince cogne celle d'un autre, mais rigole presque quand je remarque qui est ma collègue pour la journée. Eleanor. Certaines choses ne changent jamais. murmurais-je, surtout pour moi même. Je lui demande ensuite comment est-ce qu'elle s'est retrouvée ici et sa réponse ne tarde pas. Oh. Cool. Ce n'est jamais bon de souhaiter la mort de quelqu'un, mais je devais avouer que ça m'aurait bien arrangé si ça avait été le cas. J'apprécie sa blague, même si ça me désole de voir que c'est le seul truc sur lequel on arrive encore à rigoler. Bon, je ne vais pas me taper une déprime maintenant, c'est déjà assez merdique de ramasser les crasses sur le sable pour en plus rajouter ça. J'ai foutu le feu à sa baraque. répondais-je au tac au tac. Bon, on a l'air un peu débile avec notre haine en commun qui pourrait passer pour une obsession malsaine. Ce n'est pas grave tant que ça reste entre nous. Si j'avais su qu'elle était pas dedans ... ajoutais-je, un demi sourire se dessinant sur mes lèvres. Ce n'est pas aussi bon que sa réponse, mais c'est tout ce que j'ai pu improviser pour aujourd'hui. Je ramasse la canette de bière que je vois juste à côté d'elle et m'apprête à rajouter quelque chose quand on finit par me devancer. Putain, il ne la ferme jamais celui là. finis-je par dire, juste avant de repartir pour ce boulot de merde. Rien ne lui échappe à celui là. Je ne sais pas pourquoi ça le dérange autant qu'on puisse discuter un moment. Tant qu'on fait ce qu'il faut quand il faut, c'est bon non ? Arrêtons les frais, je pense qu'il va terminer avec mon point sur la figure si je continue de me prendre autant la tête.

Je crois que midi est à peine passé quand l'autre décide de nous donner notre heure de pause. Je vois tous mes collègues du jour courir vers le carton de nourriture mais personnellement, je suis presque sûr que ce qu'il nous propose est dégueulasse. J'ai une jolie bouteille dans mon sac qui fera l'affaire, c'est tout ce dont j'ai besoin. Je m'installe près de l'eau et commence à boire, ignorant les bruits autour de moi. Enfin, jusqu'à ce qu'une rousse décide de perturber mon calme. Oh, merci. dis-je lorsqu'elle me donne ma ration. Je suis un peu choqué de ce qui vient de se passer, je n'arrive plus à me souvenir de la dernière fois où Eleanor Griffiths a été gentille avec moi. Décidant de garder cette remarque pour moi, j'ouvre ma barre et j'en prends une bouchée. T'as qu'à t'assoir si tu n'es pas trop gênée qu'on te voit avec moi. Voilà comment ça se passe quand j'essaie d'être agréable. A force d'avoir ramassé dans la figure, il faut croire que je garde une certaine rancoeur. Tant pis, elle a l'habitude, la rousse et puis bon, il y a quand même un peu de gentillesse derrière cette remarque amère. Je partage, promis. dis-je en levant ma bouteille. L'avantage avec la vodka, c'est qu'elle peut facilement passé pour de l'eau. C'est vraiment dégueulasse leur truc. J'avale encore deux trois bouchées, histoire de dire que j'ai mangé puis je le pose à côté de moi. Dès qu'on reprendra, je le mettrais dans la poubelle avec le reste. Mon regard ne quitte pas l'océan pendant que je tente de faire la conversation. Si ça se trouve, je suis en train de parler tout seul. Si je n'étais pas sûr qu'il me rajouterait des jours, j'aurais bien été me baigner ... finis-je par dire, m'allongeant sur le sable. C'est fou ce que c'est doux comme contact, et chaud. J'en aurais bien profité toute la journée si je n'étais pas appelé à faire autre chose. Voilà de quoi est rempli ma journée, d'envies que je ne peux satisfaire et Eleanor Griffiths. Oui, il y a pire comme programme, mais il y a mieux aussi.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    Civil disobedience is not our problem. Our problem is civil obedience. Our problem is that people all over the world have obeyed the dictates of leaders and millions have been killed because of this obedience. Our problem is that people are obedient all over the world in the face of poverty, starvation, stupidity, war and cruelty. Our problem is that people are obedient while the jails are full of petty thieves and the grand thieves are running the country. That’s our problem.
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Griffiths
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Jaya, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : blood eagle + serpentine queen (image de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Fred (intrigue) - Les Griffiths - Erin
RAGOTS PARTAGÉS : 2527
POINTS : 3403
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
forgiveness is not always easy. (lenny) 09cc40212867c684dc5b525dc8924c8f
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Elle est pas prête de récolter son prix Pullitzer vu qu'elle ne bosse plus au Tenby Dispatch et qu'elle vient d'écoper de deux mois de TIG.
REPUTATION : Non mais quel scandale... Il paraît qu'elle fait des TIG maintenant. On est bien loin de l'étudiante prometteuse qu'elle était... Je me demande ce qu'elle a fait quand même...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

forgiveness is not always easy. (lenny) Empty
MessageSujet: Re: forgiveness is not always easy. (lenny) forgiveness is not always easy. (lenny) EmptyVen 2 Aoû - 11:36

Too young to feel this old
Watching us both turn cold
I hope someday we'll sit down together
And laugh with each other about these days

« J'ai foutu le feu à sa baraque. Si j'avais su qu'elle était pas dedans ... » Un demi sourire aux lèvres, Daniel me prend à mon propre jeu lorsque je lui demande ce que lui fait ici. C’est drôle, très drôle et mon sourire à moi s’agrandit jusqu’à se transformer en un petit rire. L’instant est fugace mais pendant quelques petites secondes, c’est comme si on avait retrouvé notre complicité d’avant. Hélas, ce moment de légèreté ne dure pas, et on se fait vite rattraper à l’ordre par notre superviseur. « Putain, il ne la ferme jamais celui là. » « Tu n’as pas idée d’à quel point… » Que je lui glisse avant d’obéir quand même et d’aller reprendre le travail. Mais ça ne sera pas mon seul échange de la journée avec le Granger. A la pause, je retourne vers lui pour lui apporter à manger. Je me mens sûrement en me disant que c’est par pure charité chrétienne car il y a bien longtemps que je ne suivais plus les principes inculqués par mes parents dans mon enfance. Il y avait donc forcément quelque chose de plus derrière mon geste. Mais quoi ? Quelle force me poussait à aller près de Daniel alors que je m’étais jurée de ne plus rien avoir à faire avec lui ? Est-ce que ça voulait dire que j’étais finalement prête à mettre fin à notre guerre ? « T'as qu'à t'assoir si tu n'es pas trop gênée qu'on te voit avec moi. » Me dit-il après avoir récupéré mon offrande et après m’avoir remerciée.

La proposition est surprenante, aussi surprenante que mon offrande à moi. Mais je reste debout, indécise, ne sachant pas comment interpréter le ton sur laquelle il l’a faite, et les éventuelles connotations derrière. « Je suis en train de ramasser des déchets en tenue orange sur la plage… Je pense que j’ai dépassé le stade de la gêne… » Que je dis avec ironie. La vie me rendait un peu cynique ces derniers temps… Mais je suis toujours debout et il décide d’ajouter un nouvel argument dans la balance. « Je partage, promis. » Dit-il en levant une bouteille en plastique remplie de liquide transparent. Je le connais suffisamment pour imaginer que ce n’est pas de l’eau qu’il est en train de me proposer de partager… Non ce qui me tue, c’est qu’il essaye de me convaincre de rester. Avant que mon cerveau n’ait le temps de dire quelque chose, mes fesses se posent sur le sable à côté de lui. « C’est sûr que ça, c’est la seule chose qui pourrait me remonter le moral aujourd’hui… » Il tient sa promesse et me tend la bouteille tandis qu’il mange ce que je lui ai apporté. Je bois une longue gorgée du breuvage. Vodka. J’identifie immédiatement le liquide qui coule dans ma gorge. « Merci. » Que je souffle tandis qu’il s’exclame que la bouffe est dégueulasse. Nouveau sourire désabusé de ma part. « Ça c’est rien à côté des sandwich qu’on aura tout à l’heure. » Autant le préparer au pire…

Je reprends une gorgée, tandis que nous regardons tous les deux l’eau. J’aurai dû penser plus tôt à ramener de l’alcool, ça allait être plus sympa de ramasser ses merdes avec un cerveau anesthésié... « Si je n'étais pas sûr qu'il me rajouterait des jours, j'aurais bien été me baigner ... » Je hausse les épaules. « Normalement, ils ne peuvent pas contrôler ce que tu fais pendant ta pause… » Même moi, j’entends l’incertitude dans ma voix. Ils aimaient vraiment bien torturer les délinquants que nous étions alors… Il s’allonge dans le sable et je tourne légèrement ma tête sur le côté pour le regarder, ne sachant plus quoi dire. J’éprouvais vraiment des sentiments mitigés à son égard et j’imaginais que c’était pareil de son côté. Il y avait eu beaucoup de bad blood entre nous et maintenant, je ne savais pas trop où nous en étions. Je secoue la tête. « Franchement, quelles étaient les chances qu’on se retrouve comme ça ? C’est insensé. C’est comme si on ne pouvait pas se voir dans des circonstances normales ! » Que je dis en secouant la tête avec ébahissement. J’avais toujours imaginé qu’on se reverrait, Tenby était une petite ville mais jamais j’aurai pensé que c’était dans ses circonstances. « Au moins, personne n’a vomi sur tes chaussures et personne ne m’a embrassée de force. Je suppose que c’est une bonne journée du coup. » Que j’ajoute, faisant volontairement allusion aux désastres de nos deux dernières rencontres pour tâter le terrain et essayer de deviner son état d’esprit…

_________________

+ “Oh, it's just me, myself and I. Solo ride until I die. 'Cause I got me for life. Oh I don't need a hand to hold. Even when the night is cold ”
Revenir en haut Aller en bas
Daniel M. Granger
Daniel M. Granger
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : sam & adriel & liam & erin.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Richard)
RAGOTS PARTAGÉS : 1678
POINTS : 4818
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016
forgiveness is not always easy. (lenny) Original
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt deux ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : cold Heart.
PROFESSION : plus d'escrime, plus d'université ... il est privé du premier tandis qu'il a complètement oublié le deuxième. mais qu'est-ce que ce gamin va faire de sa vie?
REPUTATION : discret vous avez dit ? j'ai l'impression qu'il revient sur le devant de la scène, comme avant. on la vu sortir de chez les flics récemment, sûrement le début de la fin. au fait, quelqu'un a vu Riley ? c'est peut-être ça qui la fait dériver.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

forgiveness is not always easy. (lenny) Empty
MessageSujet: Re: forgiveness is not always easy. (lenny) forgiveness is not always easy. (lenny) EmptyDim 18 Aoû - 17:33


lenny & danny
is it easier to stay? Is it easier to go?
i don't wanna know, oh but I know
that I'm never, ever gonna change and
you know you don't want it any other way


C'est comme un retour en arrière. C'est comme si tout ce qui s'était passé ne s'était jamais passé, comme si mes conneries avaient été effacées, comme si le fait que j'avais l'impression d'être en partie responsable du changement de la rousse, enfin de la blonde, s'était envolé loin, très loin. On discute avec légèreté et ironie, une discussion qui ressemblent vraiment à Danny et Lenny. Je la fais même rire. Ca faisait longtemps que je ne t'avais pas vu rire ... Je m'arrête à temps, juste avant de lui dire que ça m'avait manqué. Il me prend quoi, d'un coup ? Je l'ignore, mais je mets ça sur le compte de la fatigue et de l'alcool. De toutes façons, nous n'avons aucun de le temps de penser à quoi que ce soit parce qu'on se fait hurler dessus. On retourne au travail sans avoir à redire et on ne se retrouvera qu'un peu plus tard, lors de notre pause. Je lui dis qu'elle peut s'installer à coté de moi si elle n'a pas trop honte et la Griffiths le fait après une longue hésitation. C'est sûr qu'on ne peut pas faire pire. dis-je en baissant les yeux vers ma tenue. Je vais balancer tout ce qu'il y a d'orange dans ma garde robe. Je respecte ma promesse et je lui tend ma bouteille d'eau. Je comprends ... Et c'est bien pour ça que je me suis servi une énorme dose. Et que j'aurais bien pris une ou deux bouteilles en plus de celle là. Je lui fais un signe de la tête quand elle me dit merci et balance la merde qu'ils nous ont refilé. Je n'en reviens pas que j'ai osé mettre ce truc dans ma bouche. Arrête, j'ai déjà envie de vomir rien que d'y penser. finis-je par dire, des frissons parcourant l'entièreté de mon corps.

Je fixe l'eau, les vagues s'écrasant sur les falaises un peu plus loin. J'irais bien faire un plongeon dans l'eau, me rafraichir un petit peu. Je l'exprime à haute voix. C'est que je n'ai pas pris mon maillot. dis-je ironique. Je ne suis pas gêné par le fait d'aller dans l'eau complètement nu, mais Lenny m'a déjà fait la gueule pour moins que ça alors je n'ai pas envie de prendre le risque. Et puis bon, je n'ai pas trop envie qu'ils me rajoutent attentat à la pudeur à mon casier. Et que je ne suis pas sûr que je sortirais de l'eau si j'y rentrais. Parce qu'entre passer toute l'après midi à profiter de la mer ou à ramasser des déchets sur la plage avec un type qui te hurle dessus toutes les trois minutes, mon choix est vite fait. Je souris de manière un peu ridicule, content de voir que même très mal à l'aise, mon sens de l'humour ne disparait pas. Il me faut tout le courage du monde pour ne pas craquer et la seule envie de ne pas me mettre encore plus dans la merde est la seule à me retenir assez fort. Surtout qu'un blanc s'est installé alors que nous partageons toujours la fameuse bouteille. C'est vrai. Sauf que cette fois, on est plongé tous les deux dans la merde. dis-je en répondant à ses dires. La première fois c'est moi qui me suis fait avoir par des pseudos copains pour ma fête d'anniversaire, la deuxième fois c'était Lenny qui était mal en point ... Là, on a tous les deux fait des conneries et nous sommes au même niveau. Au moins, aucun ne peut tomber sur l'autre pour des raisons stupides.

Et là, elle attaque un sujet un peu plus sensible. Je reste d'abord de marbre, incapable de savoir ce que je suis censé lui répondre. J'ai l'impression que peu importe ce que je vais dire, si on attaque sur ces sujets, on va forcément se disputer. Et je n'ai pas envie d'encore me disputer. Mais pourtant, je sens que son but, ce n'est pas de me provoquer. J'ai même l'impression qu'elle est en train de faire un pas vers moi. A qui le dis-tu ... murmurais-je, surtout pour moi même. Pas d'emmerdes, juste deux gosses qui ont fait des bêtises et qui font des tig. Juste deux gosses qui discutent devant l'océan en buvant un peu de vodka. J'attends toujours ma paire de chaussures d'ailleurs. Outch, sa tentative est moins ratée que la mienne et je regrette directement d'avoir dit ça. Je tente de retirer mes bêtises avec quelques gorgées qui me brûlent la gorge. Je toussote un petit coup pour pouvoir reprendre un peu plus tranquilement. Et les joues complètement brûlantes. Je les vois plus, ces gars là ... dis-je sans tourner mon regard de la mer. Me rendant compte que ça ne veut rien dire pour elle, j'enchaine directement. Bon, je ne suis pas doué en excuses, mais je pense que tu as compris où je veux en venir. finis-je par dire, sans pour autant oser la regarder. Je préfère ne pas la voir quand elle me jetera des méchancetés à la figure.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    Civil disobedience is not our problem. Our problem is civil obedience. Our problem is that people all over the world have obeyed the dictates of leaders and millions have been killed because of this obedience. Our problem is that people are obedient all over the world in the face of poverty, starvation, stupidity, war and cruelty. Our problem is that people are obedient while the jails are full of petty thieves and the grand thieves are running the country. That’s our problem.
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Griffiths
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Jaya, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : blood eagle + serpentine queen (image de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Fred (intrigue) - Les Griffiths - Erin
RAGOTS PARTAGÉS : 2527
POINTS : 3403
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
forgiveness is not always easy. (lenny) 09cc40212867c684dc5b525dc8924c8f
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Elle est pas prête de récolter son prix Pullitzer vu qu'elle ne bosse plus au Tenby Dispatch et qu'elle vient d'écoper de deux mois de TIG.
REPUTATION : Non mais quel scandale... Il paraît qu'elle fait des TIG maintenant. On est bien loin de l'étudiante prometteuse qu'elle était... Je me demande ce qu'elle a fait quand même...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

forgiveness is not always easy. (lenny) Empty
MessageSujet: Re: forgiveness is not always easy. (lenny) forgiveness is not always easy. (lenny) EmptyMer 21 Aoû - 21:38

Too young to feel this old
Watching us both turn cold
I hope someday we'll sit down together
And laugh with each other about these days


« C'est sûr qu'on ne peut pas faire pire. » Daniel parle de notre tenue hideuse en disant ça, mais assez tristement, sa remarque couvre assez l’intégralité de notre situation. « Je bois à ça ! » Mon ton est blasé, comme l’entièreté de ma personne. J’étais devenue cynique avec le temps, loin de la Lenny rêveuse et naïve qu’il avait un jour connue. Fidèle à ma parole, je bois une nouvelle gorgée de sa vodka avant de lui rendre sa bouteille. Je me sens un peu mieux avec l’idée que l’alcool est en train de courir dans mes veines, et je lui dis, le remerciant au passage. Il me répond qu’il me comprend parfaitement, et que c’est bien pour ça qu’il a pris la maxi dose. « Tu es l’homme qu’il faut avoir à ses côtés dans les situations désespérées. » Cette fois-ci mon ton est solennel. Un peu trop. En vrai, j’admire son sens pratique et son initiative mais j’en plaisante plutôt que de le dire franchement. Et cette plaisanterie ne reste pas orpheline. Il en fait une autre sur les sandwichs qui vont le faire vomir et je commence à être troublée par cette complicité qui se réinstalle entre nous sans même qu’on s’en rende compte. Après tout, je m’étais jurée de le détester jusqu’à la fin de mes jours…

Et puis, le pire c’est que ça continue, encore et encore. Je le provoque en disant que techniquement, rien ne l’empêchait d’aller se baigner et il me répond avec un faux sérieux qu’il n’a pas son maillot. « Perso, je m’en fous. Moi je t’ai déjà vu à poil. » Je réponds au tac au tac, sans même y réfléchir. Avant, je n’aurai même pas pu prononcer ces mots et parler de nos vacances torrides en Grèce sans bégayer ou rougir ou m’étouffer de honte ou les trois à la fois mais encore une fois, je me fais la réflexion que tout a changé. Aujourd’hui, je pense beaucoup à celle que j’étais avant. Sans doute parce que je suis confronté à mon passé à travers Daniel… D’ailleurs au bout d’un moment, quand j’ai fini mon numéro de petite comique, je l’évoque directement le passé, revenant sur nos dernières et tumultueuses rencontres. De toute façon, il vaut mieux que je change carrément de sujet parce qu’à la façon dont Danny regarde l’eau, je me rends compte que finalement, il a vraiment envie d’aller se baigner. Ce qui serait bien sûr une connerie monumentale à faire…

« C'est vrai. Sauf que cette fois, on est plongé tous les deux dans la merde. » Opine t-il après un blanc. Un très long blanc. Je mets son hésitation sur le compte de la peur. Oui, il avait sans doute eu peur que j’évoque le passé pour pouvoir l’accabler de reproches ensuite. Mais encore une fois, cette fille, ce n’était plus moi. Maintenant, j’arrive à faire du second degré sur les évènements qui m’avaient mis dans une rage folle un jour. Et il fait pareil. « J'attends toujours ma paire de chaussures d'ailleurs. » Je m’y attendais tellement pas à celle là que j’éclate de rire un peu trop fort. Tout à l’heure, j’avais cru l’entendre murmurer quelque chose à propos de mon rire qu’il n’avait pas entendu depuis longtemps, et bien là, il en avait pour son argent. « Mon pauvre, tu risques d’attendre longtemps. Vu mes salaires, il va me falloir deux ans pour te racheter une paire aussi luxueuse… Tu veux pas te mettre aux Jordans comme tout le monde ? » Est-ce que ça pouvait être aussi simple ? Est-ce qu’on pouvait désamorcer toutes les tensions qui avaient existées entre nous par des blagues pourries ? Ça me semblait quand même trop beau pour être vrai. Mais bon au moins, on avait une conversation à peu près civilisée. La première depuis bien longtemps…

Il me paraît tout à coup moins à l’aise, comme me le suggère sa vodka qui passe un peu de travers mais pourtant, il n’esquive pas. Après l’épisode des chaussures, il revient même à celui du golf qui n’était définitivement pas un souvenir agréable. On se rembrunit tous les deux d’ailleurs. « Je les vois plus, ces gars là ... » Dit-il fermement, en regardant devant lui. Bien, c’est une bonne nouvelle. Il avait fait des bêtises mais je sais qu’il n’est pas aussi pourri que ces gars-là et qu’il n’a rien à faire avec eux. Mais je ne peux pas dire ça à voix haute sans avoir l’air moralisatrice alors je me tais. Ce qui donne naissance à un nouveau blanc. En fait, je suis toujours en train de me creuser la tête pour savoir quoi répliquer quand il reprend la parole. « Bon, je ne suis pas doué en excuses, mais je pense que tu as compris où je veux en venir. » Du Danny classique. Des excuses qui n’en étaient pas vraiment. Mais c’était un effort. Et il fallait le saluer comme il le méritait. Je secoue la tête. « T’en fais pas… L’époque où je réclamais des excuses et la réparation de mes préjudices est terminée. Quand tu n’attends rien des gens, tu n’es plus jamais déçu... Et puis pour ces trucs qu’il y a eu entre nous… L’eau a coulé sous les ponts depuis… Enfin, je suis quand même contente que tu ne traînes plus avec ces types mais voilà, maintenant je sais que je n’avais rien à gagner en essayant de te forcer à admettre que le comportement de tes potes était nul.. » Je m’engage sur un terrain dangereux mais au lieu de reculer, je continue. Autant mettre à plat les choses une bonne fois pour toute. « Enfin, je pense qu’une part de moi voulait que tu me défendes ce jour-là, parce que ça aurait prouvé que tu te souciais de moi mais encore une fois, c’est passé tout ça… Maintenant, j’ai compris que c’était injuste de t’en vouloir parce que tu ne ressentais pas en retour ce que je ressentais pour toi à l’époque. Et en fait, je vais beaucoup mieux depuis que j’ai réalisé ça. J’y vois plus clair. Ce qui fait que moi, je peux admettre en retour que le soir où j’ai vomi sur tes chaussures, j’ai été trop fière. Je sais que tu voulais simplement m’aider… » Je l’imite, reconnaissant mes torts sans jamais formuler de vraies excuses.

_________________

+ “Oh, it's just me, myself and I. Solo ride until I die. 'Cause I got me for life. Oh I don't need a hand to hold. Even when the night is cold ”
Revenir en haut Aller en bas
Daniel M. Granger
Daniel M. Granger
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : sam & adriel & liam & erin.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Richard)
RAGOTS PARTAGÉS : 1678
POINTS : 4818
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016
forgiveness is not always easy. (lenny) Original
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt deux ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : cold Heart.
PROFESSION : plus d'escrime, plus d'université ... il est privé du premier tandis qu'il a complètement oublié le deuxième. mais qu'est-ce que ce gamin va faire de sa vie?
REPUTATION : discret vous avez dit ? j'ai l'impression qu'il revient sur le devant de la scène, comme avant. on la vu sortir de chez les flics récemment, sûrement le début de la fin. au fait, quelqu'un a vu Riley ? c'est peut-être ça qui la fait dériver.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

forgiveness is not always easy. (lenny) Empty
MessageSujet: Re: forgiveness is not always easy. (lenny) forgiveness is not always easy. (lenny) EmptyLun 2 Sep - 15:51


lenny & danny
is it easier to stay? Is it easier to go?
i don't wanna know, oh but I know
that I'm never, ever gonna change and
you know you don't want it any other way


Ton blasé, paroles cyniques. La Lenny que je connaissais avait bien changé et je n'arrive pas à savoir si j'aime bien ça ou non. On se partage la bouteille en buvant chacun à son tour et on trinque même une fois ou l'autre. Ce qu'elle ajoute à ma dernière remarque, par contre, me refroidi un peu. Je sais que ce n'était pas son but, mais disons que certaines choses sont ressorties avec ma prise de conscience. Ah. Je suis devenu doué avec le temps, vu que c'est moi qui fous les gens dans ces situations la plupart du temps. Je me souviens de la fois où j'ai provoqué une baguarre pendant une fête que j'ai organisé. Plusieurs potes s'en étaient pris plein la gueule pour moi et pour apaiser les tensions, j'avais partagé une des meilleures bouteilles de mon père. C'est ça ma spécialité, trouver des solutions à mes situations désespérées. Même si bon, je n'ai rien à voir avec celle de ma voisine cette fois. On passe du coq à l'âne assez vite et j'explique que si ça ne tenait qu'à moi et que j'avais un maillot, j'aurais déjà plongé dans l'eau depuis longtemps. C'est vrai. La réponse de la Griffiths est assez perturbante et elle semble déjà assez gênée pour que j'en rajoute une couche. La Grèce, la première fois. Je m'en souviens comme si c'était hier. Mais je ne suis pas sûre que tu sois prête à revivre ça. dis-je en souriant, juste avant de reprendre une gorgée de vodka. Elle passe de travers, signe que je n'aurais pas dû. Pardon, j'ai déjà fait mieux. finis-je par dire, de nouveau mal à l'aise.

Un blanc, un horrible blanc s'est installé pendant quelques minutes. Si la conversation a déjà été malaisante, je trouve que là, on était arrivé à faire pire. Mais se mettre à parler de nos vieux souvenirs, je ne sais pas non plus si c'est bien. Tant pis, nous sommes lancés. Je lui dis pour rigoler que j'attends toujours mes chaussures et sa réponse ne se fait pas attendre. Me mettre aux quoi ? dis-je en faisant l'idiot. Même si je portais des chaussures de cette fameuse marque, jamais je n'aurais attendu qu'elle m'en rende une paire. En fait, de sa part, j'attendais juste un peu d'amour et de respect, comme avant ... Une attente que je n'aurais jamais dû avoir. Je rigole. Je crois que j'en ai deux paires dans mon placard. ajoutais-je, jetant un coup d'oeil vers l'océan. Enfin je crois, il faudrait que je

Puis des excuses arrivent. Ou plutôt un semblant d'excuse. Je tente de faire les choses bien mais ça ne fonctionne pas très bien. Si elle ne me connaissait pas un minimum, je pense qu'elle m'aurait envoyé bouler. Je l'écoute attentivement, osant à peine regarder dans sa direction. Ca se bouscule pas mal dans ma tête, admiratif de voir à quel point elle a grandi, déçu de voir que j'ai dû les enchainer avec la rousse pour qu'elle finisse par se construire une coquille. Woaw. Tu as tellement changé. Dommage que ce soit mes conneries qui t'aient poussés et t'épanouir de la sorte. dis-je en traduisant mes pensées. Je remets tout sur moi mais après, il y a sûrement des évenements de sa vie, autre que ma rencontre, qui l'ont poussée à se remettre autant en question. Je reprends, un peu plus sombre cette fois. Je tenais à toi ... Bien plus que ce que je ne pouvais l'admettre. J'aurais dû te défendre ! Je crois même que je l'ai aimée, que je l'ai vraiment aimée ; et moi aussi il m'a fallu du temps pour grandir et pour me rendre compte des filles que j'ai aimé ou non. J'ai tout gâché avec toi et je suis désolé. finis-je par dire, enchainant les gorgées de ma boisson cette fois.

Cette fois, c'est sur ses excuses à elle que je bloque. C'est vrai que pour une fois que je faisais quelque chose de bien ... dis-je sur un ton plus léger cette fois. Ca m'arrive de plus en plus pour l'instant, comme si mon coeur, en plus de découvrir qu'il pouvait aimer, se disait qu'il pouvait faire du bien aux autres. De vrais conneries. Non mais voilà, c'est pas grave. Je crois que je me suis bien rattrapé quand je t'ai balancé ma chaussure. Et pleine de vomi. Des fois, je me demande encore comment j'ai pu prendre cette chose dans la main. J'apprécie que la blonde fasse des excuses, mais je ne peux m'empêcher de penser que j'ai provoqué tout ça. Et bien, je crois qu'on a fait ... Ah non, une dernière chose. Je m'excuse de t'avoir piqué une crise de nerf parce que tu ne me répondais pas alors que tu t'étais fait mettre dehors. C'était très égoïste. Woaw. Je fais une pause de quelques secondes, encore choqué de voir que j'ai prononcé les trois mots. Ces dernières filles dans ma vie m'ont littérallement changée et ça me fout une trouille monstre. Mais au point, tout est à plat maintenant. Ou en tous cas, j'espère. Maintenant qu'on a fait le tour et que tu as profité des seules excuses que je ferais dans ma vie ... Je suis content que ça s'arrange. finis-je par lui dire, offrant un coup de point amical à mon amie.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    Civil disobedience is not our problem. Our problem is civil obedience. Our problem is that people all over the world have obeyed the dictates of leaders and millions have been killed because of this obedience. Our problem is that people are obedient all over the world in the face of poverty, starvation, stupidity, war and cruelty. Our problem is that people are obedient while the jails are full of petty thieves and the grand thieves are running the country. That’s our problem.
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Griffiths
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Jaya, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : blood eagle + serpentine queen (image de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Fred (intrigue) - Les Griffiths - Erin
RAGOTS PARTAGÉS : 2527
POINTS : 3403
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
forgiveness is not always easy. (lenny) 09cc40212867c684dc5b525dc8924c8f
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Elle est pas prête de récolter son prix Pullitzer vu qu'elle ne bosse plus au Tenby Dispatch et qu'elle vient d'écoper de deux mois de TIG.
REPUTATION : Non mais quel scandale... Il paraît qu'elle fait des TIG maintenant. On est bien loin de l'étudiante prometteuse qu'elle était... Je me demande ce qu'elle a fait quand même...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

forgiveness is not always easy. (lenny) Empty
MessageSujet: Re: forgiveness is not always easy. (lenny) forgiveness is not always easy. (lenny) EmptyLun 9 Sep - 19:25

Too young to feel this old
Watching us both turn cold
I hope someday we'll sit down together
And laugh with each other about these days

« Ah. Je suis devenu doué avec le temps, vu que c'est moi qui fous les gens dans ces situations la plupart du temps. » J’avais dit à Daniel qu’il était l’homme des situations désespérées pour plaisanter mais ce qu’il venait de répondre n’avait plus grand-chose à voir avec de la dérision. En fait, notre conversation était désormais très sérieuse, comme le prouvait cet élan d’introspection. Heureusement pour lui, j’en avais moi aussi à faire, de l’introspection. « N’importe qui peut se rendre compte rapidement que ton nom rime avec « troubles »… Si les gens restent à tes côtés, c’est qu’il le veuille bien. Je sais que c’était le cas pour moi… Je savais qu’on faisait n’importe quoi mais j’ai pas arrêté de te voir pour autant… Tu ne peux pas te blâmer pour tout non plus… » C’était marrant. D’ordinaire, on se jetait nos erreurs mutuelles à la tête et là aujourd’hui, on faisait le parfait contraire, nous donnant tour à tour l’absolution pour ces dernières… Comme quoi le temps faisait effectivement des miracles pour apaiser les rancœurs… A moins que cette discussion soit simplement la preuve que j’avais vraiment changé. Je sentais que c’était le cas au fond de moi. Et ce même si personne ne semblait le croire.

Parce que Daniel ne semble pas me croire quand je lui dit que je m’en foutrais de le revoir à poil, là, maintenant, tout de suite. Il en fait tout une histoire, s’étouffant presque avec ma vodka, ce qui me fait juste rire. Vraiment, je n’étais pas mal à l’aise, comme le démontre la réponse que je fais pour surenchérir. « T’étouffe pas et ne t’excuse pas, pour les deux y a aucune raison… Et tu serais surpris de voir ce que je peux encaisser maintenant… » Je lui chiperai bien sa vodka une nouvelle fois pour lui prouver mais je me fais quand même la réflexion d’y aller mollo. Si je me faisais choper alcoolisée pendant mes TIG, je risquais d’en prendre encore plus ou d’avoir une véritable peine. Désormais, je savais m’amuser sans me prendre la tête mais je n’étais pas non plus stupide pour autant… Et puis en fait, cette pause était assez divertissante en elle-même. Je ris d’ailleurs une nouvelle fois quand il me fait son sketch avec les Jordans, prétendant ne pas savoir ce que c’est. Jusqu’à ce qu’il m’avoue qu’il en possédait en fait deux paires. Je hausse les sourcils bien haut. « Si j’avais deux paires de Jordans, je m’embêterai pas avec des pompes en cuir de richard, ça doit être bien moins confortable… » Encore un truc que l’ancienne Lenny n’aurait pas dit. Elle, elle se serait confondue en excuses et aurait vraiment proposé de rembourser. Ce que je n’étais définitivement pas en train de faire. Comme je l’avais dit, j’avais vraiment changé. A tel point que le Granger finit carrément par m’en faire la remarque à voix haute. Enfin, peut-être qu’il dit ça aussi parce que je lui ai fais des excuses. Et qu’il sait que ce n’est pas rien vu comme je suis fière…

« Woaw. Tu as tellement changé. Dommage que ce soit mes conneries qui t'aient poussés et t'épanouir de la sorte. » Aïe, il faisait quand même un peu fausse route et je ne me gêne pas pour le corriger. Pas non plus qu’il s’envoie des fleurs et qu’il pense que je suis plus heureuse grâce à lui. « Oui, j’ai changé. Mais je ne dirai pas que je suis épanouie pour autant. J’ai juste perdu mes illusions… C’est différent. » Je le dis sans animosité, juste avec honnêteté. Parce qu’il ne m’avait pas aidé dans mon développement personnel ou quelque chose comme ça. Non, il m’avait juste aidé à être moins naïve et ce de la plus cruelle des façons : en me brisant le cœur. Même si au fond, ce n’était pas de sa faute s’il avait été mon premier amour et que j’étais tombée pour lui si violemment. C’est d’ailleurs parce que j’ai cette pensée en tête que le dialogue est si apaisé… D’ailleurs, après un petit temps de suspens, Danny répond à mes confessions d’une manière qui m’étonne particulièrement. « Je tenais à toi ... Bien plus que ce que je ne pouvais l'admettre. J'aurais dû te défendre ! » Je reste bouche bée quelques instants. Cet aveu, ce n’était pas rien pour lui non plus. Y a pas si longtemps, j’aurai tué pour en obtenir un de la sorte…. « Et bien… Toi aussi, tu as changé… Parce que justement, avant tu ne l’aurais jamais admis. » J’avais presque l’impression qu’on était deux personnes différentes tellement on avait l’air matures et réfléchis tout à coup… C’était troublant… « J’apprécie cela dit… » Qu’il reconnaisse qu’il aurait dû me défendre… Oui, j’appréciais.

Et je ne suis pas au bout de mes surprises, car il va bien plus loin.  «J'ai tout gâché avec toi et je suis désolé. » Celui-là aussi d’aveu, il est fort. Et celui-là, non plus, j’ai du mal à savoir quoi en faire. Je suis juste impressionnée et un peu chamboulée aussi. « Je crois qu’on était deux pour tout gâcher un peu… » Je nuance parce que je ne veux pas non plus que ça se transforme en un procès à sens unique. J’avais eu mes torts à son égard aussi… « Moi aussi je suis désolée… Mais peut-être que finalement, on n’était pas faits pour être ensemble… Et ce n’est pas plus mal… Sans ça, tu n’aurais pas rencontré Riley… » C’est peut-être con de dire ça mais j’essaye de trouver du positif dans tout ça. Histoire qu’on ne soit pas juste deux électrons qui étaient rentrées en collision, détruisant tout sur leur passage et ne laissant dans leurs sillages que d’amers regrets juste parce qu'ils avaient été trop fiers pour s'avouer leurs sentiments… Cette discussion sérieuse, c’est bien qu’on l’ait mais ce n’est pas aussi facile alors je sens que Danny a besoin de mettre une touche d’humour dans tout ça. Et il réussit à la perfection. « C'est vrai que pour une fois que je faisais quelque chose de bien ... Non mais voilà, c'est pas grave. Je crois que je me suis bien rattrapé quand je t'ai balancé ma chaussure. » Une nouvelle fois, j’éclate de rire. On pouvait dire ce qu’on voulait de Danny mais personne ne me faisait rire comme lui… « Han mais comme tu n’aurais pas dû me le rappeler ça… J’avais oublié tellement j’étais mal… Tu as merdé là… » Mais oui, maintenant, je m’en rappelais. Il m’avait lancé ses chaussures pleines de vomi dessus. On avait vraiment atteint des sommets les deux… Mais encore une fois, il venait de me donner l’absolution entre deux plaisanteries. « Je crois que je voulais me débrouiller toute seule… Prouver que je n’avais pas besoin de toi… Surtout parce qu’à l’époque, tu me manquais plus que je ne voulais l’admettre aussi… » Bam ! Moi aussi je passais aux aveux… Et pas des moindres.

Et ça continue encore et encore. Dans le bon sens. Tellement que je me demande si je ne suis pas en train de faire un rêve stupide. « Je m'excuse de t'avoir piqué une crise de nerf parce que tu ne me répondais pas alors que tu t'étais fait mettre dehors. C'était très égoïste. » Parce que voilà, jamais je n’aurai imaginé entendre Daniel Mitchell Granger admettre un jour qu’il avait été égoïste. J’avale ma salive douloureusement, n’aimant pas trop me rappeler de toute cette époque où j’avais tout perdu. Mais ce qu’il vient de dire me touche, peut-être plus que le reste alors je réponds en conséquence. « Merci… J’accepte. Et moi je m’excuse de ne pas avoir eu assez confiance en toi à l’époque pour te parler de mes problèmes… Je t’ai laissé tomber sans un mot et ça aussi, c’était égoïste… » Je lui adresse un pâle sourire. Vraiment, on avait été deux pour tout gâcher et en plus pour des broutilles... Est-ce que si on avait été aussi mature qu’aujourd’hui, à l’époque, on aurait pu être heureux ensembles ? C’était une pensée dangereuse et je la chasse bien vite. Et j’ajoute à l’addition. « Et puisqu’on dit tout… Je suis aussi désolée d’avoir couché avec Brendan pour me venger de toi. » Oui… Pas mon moment le plus glorieux…

Ça faisait beaucoup d’excuses des deux côtés et on s’en rend compte tous les deux, parce que Danny revient à l’humour. « Maintenant qu'on a fait le tour et que tu as profité des seules excuses que je ferais dans ma vie ... Je suis content que ça s'arrange. » Je passe aussi sur son registre. « Les seules excuses de toute une vie ? Tu as conscience que ça veut dire que tu n’as plus intérêt à faire aucune connerie, sinon tu ne pourras plus arranger les choses ! » Mais passée cette boutade, je lève mon poing pour le taper contre le sien. « Moi aussi je suis contente qu’on ait pu si bien parler et arranger les choses… » Est-ce qu’on pouvait devenir amis à nouveau ? Je n’en savais rien, seul l’avenir pourrait le dire. Mais une chose était certaine, on venait de faire chacun d’énormes efforts et je pense que c’était assez significatif en fait. On n’aurait pas fait ça si on avait pas eu envie de se retrouver au fond…  Je tends d’ailleurs un dernier drapeau blanc dans ce sens. « On se retrouve ici  à la prochaine pause ? » Que je lui propose donc.

_________________

+ “Oh, it's just me, myself and I. Solo ride until I die. 'Cause I got me for life. Oh I don't need a hand to hold. Even when the night is cold ”
Revenir en haut Aller en bas
Daniel M. Granger
Daniel M. Granger
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : sam & adriel & liam & erin.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Richard)
RAGOTS PARTAGÉS : 1678
POINTS : 4818
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016
forgiveness is not always easy. (lenny) Original
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt deux ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : cold Heart.
PROFESSION : plus d'escrime, plus d'université ... il est privé du premier tandis qu'il a complètement oublié le deuxième. mais qu'est-ce que ce gamin va faire de sa vie?
REPUTATION : discret vous avez dit ? j'ai l'impression qu'il revient sur le devant de la scène, comme avant. on la vu sortir de chez les flics récemment, sûrement le début de la fin. au fait, quelqu'un a vu Riley ? c'est peut-être ça qui la fait dériver.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

forgiveness is not always easy. (lenny) Empty
MessageSujet: Re: forgiveness is not always easy. (lenny) forgiveness is not always easy. (lenny) EmptyJeu 12 Sep - 0:50


lenny & danny
is it easier to stay? Is it easier to go?
i don't wanna know, oh but I know
that I'm never, ever gonna change and
you know you don't want it any other way


Je crois que je rends tout un peu trop sérieux, que j'oublie de rigoler de tout et de rien pour plonger dans des idées noires et entraîner la blonde avec moi. En fin de compte, la vodka, ce n'était peut-être pas l'idée du siècle ; entre la fatigue et le petit séjour à l'hôpital qui ne date pas, il semble que ma résistance ait faiblie. Euh ... Merci ? Parce qu'en soit, la Griffiths est presque en train de me défendre avec ces mots, disant que je n'ai jamais caché ma nature trouble et que ceux qui restent savent dans quoi ils s'embarquent. Oh mais je ne me blâme pas pour tout ... J'ai tendance à ne pas reconnaître mes tords mais quand je le fais, ce n'est pas pour des bêtises ou quelque chose que je n'ai pas fait. Non, tout n'est pas de ma faute dans ce qui s'est passé, que ce soit avec elle ou encore avec Deborah. Mais disons que ma part de responsabilité est assez grande pour que je la prenne en compte et que je l'admette enfin à voix haute. Tu connais tes fautes, je n'ai pas besoin de les exposer pour le plaisir. A quoi ça servirait de lui dire que oui, elle a fait telle ou telle chose ? Lenny n'est pas comme moi, c'est une grande fille qui sait ce qu'elle fait et à part pour me disputer, je n'ai pas à étaler ses tords. Je m'occupe de mes affaires, elle s'occupe des siennes et en fin de compte, il reste une chance pour une fin heureuse dans notre histoire.

Son indifférence et sa froideur sont effrayante, tandis que moi qui enchaîne les excuses me fait carrément peur. C'est comme si on avait inversé les rôles et je n'aime pas celui que j'ai eu. Je n'en doute pas. Ou en tous cas, j'en doute de moins en moins. C'est fascinant de voir avec quel courage elle s'est remise de toutes ces épreuves, que ce soit celle d'être niée par sa famille ou mal traitée par le premier garçon qu'elle a aimé, si fort. J'ai l'impression que je pourrais l'insulter de tous les noms que ça ne lui ferait rien ; mais au fond de moi, j'espère que je me trompe parce que bon, si il y a un truc qui m'a toujours plu chez la blonde, c'est bien la sensibilité dont elle peut faire preuve. La discussion sur les chaussures me change les idées. Tu sais ce qu'elles te disent mes pompes de richard ? Je suis friqué et j'en ai rien à foutre de ce que tu penses. J'aime mettre mon argent dans des belles chaussures d'homme quand je me tape encore un look d'adolescent. Je m'en fou en fait, de la marque ou de l'effet que ça donne, j'aime juste quand ça me plaît. Ca dépend. Celles qu'on portent avec les costumes sont atroces mais comme ça ne m'arrive jamais, je suis tranquille. finis-je par dire, rigolant joyeusement. L'idée d'être coincé dans une chemise, une cravatte et un pantalon bien droit me fait autant rire que ça ne me rend malade. On parle de classe quand on parle d'hommes en costume, moi je vois juste des pingouins défiler les uns après les autres.

Ce changement, ce changement que je vois depuis le début de la discussion ... Je m'en suis attribué les mérites sans le vouloir. Je l'avais bien compris. Ton regard s'est assombri ... dis-je en détournant le regard. Je me souviens de ma première rencontre avec la blonde, ce sont ses yeux qui ont d'abord attirés mon attention. D'un bleu profond, plein de conviction, droit dans ses idées, rempli d'un bonheur aussi énervant qu'enivrant. Aujourd'hui ses yeux sont cernés et le bleu est presque devenu gris. Impossible à manquer, comme détail. Et pour l'épanouissement, ce que je voulais dire, c'est que la vie est forcément plus simple quand tu n'attends rien de personne. Enfin, question de point de vue. Et je n'essayais pas de faire comme si je la connaissais encore, de faire comme si grâce à moi, tout tourne à merveille dans sa vie maintenant. Mon égocentrisme ne va pas aussi loin. Mais sinon oui, n'attends rien de personne et ta vie s'en portera mieux. La déception fait tellement de dégâts. Quand mes justifications finissent, je continue de m'excuser et admets, bien que je ne pensais jamais pouvoir le faire, avoir tenu à elle vraiment fort. Je prends de l'âge ... Et un peu dans la gueule aussi. Ou alors, c'est juste ma commotion qui parle. Détournement, blagues sur moi même, voilà ce qui arrive quand on me parle de cette manière. Je n'ai pas envie de changer, je n'ai pas envie de devenir adulte, je n'ai pas envie de souffler dès que je m'entends parler. Evitons donc d'en parler.

Tout ça pour en arriver à un j'ai tout gâché. Cette fois je prends tout pour moi, mettant mon égocentrisme et mon envie de faire la fête en avant, montrant que je n'ai pas été capable de l'écouter ou même de la protéger. Je l'ai entraîné dans des problèmes et je l'ai laissé s'en sortir au niveau des conséquences. Sa réponse ne se fait pas attendre et me fait même sourire. Pas fait pour être ensemble ... Je pense qu'on ne le saura jamais en fait, parce qu'on est loin de pouvoir se définir comme un couple. Mais peut-être qu'elle a raison, parce que même si elle me faisait beaucoup de bien, j'étais plutôt du genre toxique pour elle. Riley ? Il n'y a plus de Riley. Ce nom, ça faisait un moment que je ne l'avais pas entendu. Et je n'appelle plus ça un point positif. Je décide d'être franc et m'étaler un peu, j'en ai besoin et peut-être que je vais enfin arriver à me faire à l'idée qu'elle ne reviendra sûrement plus. Oui oui, tu peux te moquer de moi. Cette fille a changé ma vie, m'a fait ressentir certaines choses avant de se barrer sans un mot. Oui, il a fallu que je vive ce que j'ai moi même fait vivre aux filles pour me calmer. Je suis arrivé dans la vie de Lenny, de Deborah, j'ai pris ce que je voulais, j'ai profité du bon, éloigné le mauvais et puis je suis parti. J'ai arrêté de donner des nouvelles, on s'est pris la tete pour des conneries et puis je suis passé à la suivante comme s'il y avait une file d'attente. Mais cette suivante m'a boulversé, m'a rendu faible et m'a laissé tombé. Les évenements ne sont pas exactement les mêmes, mais la fin elle, elle est pareille. Karma is a bitch. C'est ce qu'on dit non ? finis-je par demander, enchaînant les gorgées de vodka pour oublier.

Elle s'est confondue en excuse à son tour et il semble qu'on ait fait le tour, cette fois. Oh ... Toi aussi tu me manquais. Je ne pense pas que j'aurais été aussi insistant sinon. murmurais-je, surtout pour moi même. J'en suis venu à cette conclusion il n'y a pas longtemps, quand je repensais à toute notre histoire. Aider les autres n'a jamais vraiment fait parti de mes principes de base mais des fois, il m'arrive d'avoir bonne conscience et de faire ce que je peux. Ce jour là, j'étais insistant, voir même chiant, je tenais à l'aider et à la ramener chez elle. Si je n'éprouvais pas des sentiments très fort pour la jeune femme, je suis presque sûr que je l'aurais laissé se débrouiller au bout de la deuxième insulte. Merci. En fait, non, nous n'avions pas fini. Je tenais à éclaircir un dernier point et elle y répond positivement. Je la comprends, je n'aurais jamais raconté ce qui se passait si j'avais été à sa place. Ce qui suit m'arrache une grimace. Oh merde, j'avais oublié cet épisode. Mais c'est bon, c'est pardonné. J'avais fait en sorte de l'oublier en fait, trouvant cet épisode plus sordide qu'autre chose. Et même si Brendan n'a pas caché son dégoût d'être manipulé de la sorte, je sais que Lenny lui plaisait. Qui pourrait lui en vouloir. Je vais devenir un vrai petit ange, tu vas voir. dis-je en enchainant sur mes excuses qui n'existeront plus. Personne n'y croit, Granger est loin de rimer avec ange, calme ou peu importe le synonyme. Je lui tends mon poing quand elle exprime sa joie elle aussi, signe d'une amitié qui semble renaître. Avec plaisir. Ses TIG que je voyais comme la corvée du siècle se sont avérées devenir plus sympa que ce que je pensais. Elle se lève et se replonge direct dans le travail, tandis que je prends un peu plus de temps avant de me lever, continuant de regarder l'horizon et les vagues s'écrasant sur la falaise. L'autre imbécile ne manque pas l'occasion de me hurler dessus. Ca va, c'est bon ! Ce n'est pas parce que vous me gueulez dessus que je vais me lever plus vite. finis-je par dire en me levant, faisant un clin d'oeil à la Griffiths.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    Civil disobedience is not our problem. Our problem is civil obedience. Our problem is that people all over the world have obeyed the dictates of leaders and millions have been killed because of this obedience. Our problem is that people are obedient all over the world in the face of poverty, starvation, stupidity, war and cruelty. Our problem is that people are obedient while the jails are full of petty thieves and the grand thieves are running the country. That’s our problem.
Revenir en haut Aller en bas
Eleanor Griffiths
Eleanor Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Jaya, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : blood eagle + serpentine queen (image de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 0/3
En cours : Fred (intrigue) - Les Griffiths - Erin
RAGOTS PARTAGÉS : 2527
POINTS : 3403
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016
forgiveness is not always easy. (lenny) 09cc40212867c684dc5b525dc8924c8f
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Elle est pas prête de récolter son prix Pullitzer vu qu'elle ne bosse plus au Tenby Dispatch et qu'elle vient d'écoper de deux mois de TIG.
REPUTATION : Non mais quel scandale... Il paraît qu'elle fait des TIG maintenant. On est bien loin de l'étudiante prometteuse qu'elle était... Je me demande ce qu'elle a fait quand même...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

forgiveness is not always easy. (lenny) Empty
MessageSujet: Re: forgiveness is not always easy. (lenny) forgiveness is not always easy. (lenny) EmptyDim 22 Sep - 18:50

Too young to feel this old
Watching us both turn cold
I hope someday we'll sit down together
And laugh with each other about these days

« Tu connais tes fautes, je n'ai pas besoin de les exposer pour le plaisir. » Me dit Daniel après m’avoir précisé qu’il ne se blâmait pas pour tout non plus. Je hoche la tête en signe d’assentiment pour les deux. J’étais d’accord. Maintenant que nous avions discuté des trucs vraiment importants, on était pas obligés d’égaliser parfaitement les compteurs en refaisant l’historique intégral de qui avait fait quoi. Ça serait aussi bête qu’inutile alors que nous étions parvenus à réinstaurer une certaine complicité et à prouver qu’il y avait de l’espoir pour notre relation. « Tu sais ce qu'elles te disent mes pompes de richard ? » Me dit-il d’ailleurs, rebondissant sur mes taquineries. Il se met alors à parler de pompes classes et de costumes qu’il ne portait pas. Je rigole. « Tu vois, c’est ce que je disais… De vrais problèmes de riches … Etre obligé de porter des costumes de marque, non mais quel enfer ! » Que je dis en enfonçant le clou. Mais c’est bienveillant. A l’image de toute cette discussion. Parce que même quand on abandonne les blagues idiotes pour parler des sujets qui fâchent, aucun de nous ne perd son calme ou sa bonne humeur. Je parviens même à lui faire comprendre que j’ai vraiment changé et une nouvelle fois, sa réponse me surprend dans un sens positif. « Je l'avais bien compris. Ton regard s'est assombri ... » Dit-il, prouvant encore une fois que malgré ses airs de garçon détaché, il était bien plus observateur et sensible qu’il voulait le faire croire…

D’ailleurs, il rectifie aussi ses propos sur l’épanouissement, comprenant que le mot était un peu fort vu tout ce qu’il m’était arrivé. Il parle de déception et d’attente, et je hoche la tête une nouvelle fois. « Oui, c’est ce que j’ai tant de temps à comprendre… Mais c’est sûr que la vie est plus simple. » Plus simple, oui mais pas forcément plus belle. Parce qu’on attendait plus rien des gens, quand on espérait plus rien, on finissait légèrement blasé quand même… D’ailleurs, au détour d’une remarque que j’avais tout d’abord pensé anodine, je découvre que je ne suis pas la seule à avoir expérimenté quelques désillusions. J’apprends que Riley n’est plus dans le tableau et cette annonce est aussitôt suivie d’un aveu plutôt inattendu. « Oui oui, tu peux te moquer de moi. Cette fille a changé ma vie, m'a fait ressentir certaines choses avant de se barrer sans un mot. Oui, il a fallu que je vive ce que j'ai moi même fait vivre aux filles pour me calmer. Karma is a bitch. C'est ce qu'on dit non ? » Je souris pour la dernière remarque parce que c’est joliment formulé. Mais sinon, je ne me moque pas de lui. Bien au contraire. « Non je me moquerai pas de toi pour ça… Je ne t’aurai pas souhaité volontairement que ça t’arrive mais maintenant que c’est fait… Je ne te cache pas que je suis contente que tu puisses comprendre ce que ça fait… Cela dit, je suis désolée pour toi… ça a dû être difficile… » Je me demande s’il a envie de plus parler de Riley, si ça le soulagerait de se confier un peu plus mais après une légère hésitation, je n’insiste pas. On est pas encore tout à fait assez bons amis pour ça. Et puis, j’avais beau avoir mûri de mon coté, je ne pense pas que c’est au point de vouloir entendre parler de la fille qui avait réussi là où j’avais échoué…

Et au moins, ça me permet d’entendre un nouvel aveu plutôt agréable à la place. « Oh ... Toi aussi tu me manquais. Je ne pense pas que j'aurais été aussi insistant sinon… » Encore une fois, j’ai du mal à en croire mes oreilles. J’émets un petit sifflement dans ce sens. « Et ben, effectivement, tu devrais laisser l’âge ou ta commotion parler plus souvent ! » Je repasse en mode taquinerie. L’humour pour ne pas devenir trop sentimentale. Facile, j’avais appris du meilleur… N’empêche, on venait de s’avouer mutuellement qu’on s’était manqués, et ce n’était pas rien pour deux abrutis trop fiers comme nous. Surtout que c’était vraiment sincère. Dans mon cas aussi, c’était clair. Car je n’aurai pas traversé cette plage pour lui parler de tous ces sujets fâcheux si j’avais été animée par autre chose que l’intention de recoller les morceaux entre nous et de le retrouver… Et au final, c’était une belle réussite. Il me pardonne d’ailleurs aussi pour Brendan, reprenant de manière assez comique ma réplique comme quoi il avait réussi à oublier et que je n’aurais pas dû lui rappeler… Je rigole comme une débile et encore plus à l’écoute de sa réplique suivante. « Je vais devenir un vrai petit ange, tu vas voir. » « J’ai vraiment, vraiment, vraiment hâte de voir ça. » Que je dis en y croyant pas une seule seconde… Par contre, ce moment de grâce ne peut pas durer éternellement car la pause touche à sa fin. On se met quand même d’accord pour se retrouver à la prochaine avant de partir chacun de notre côté. Enfin, c’est ce que je fais, moi. Parce que je ramasse des déchets depuis quelques secondes quand j’entends soudainement la voix de notre moniteur préféré qui hurle à Daniel de se dépêcher. J’ai un sourire en coin, visiblement Danny avait eu envie de lambiner. D’ailleurs sa réponse ne se fait pas attendre… « Ca va, c'est bon ! Ce n'est pas parce que vous me gueulez dessus que je vais me lever plus vite. » Il ponctue cette déclaration insolente d’un clin d’œil à mon égard et je lui rends un grand sourire. Finalement, ces TIG allaient peut-être devenir beaucoup moins pénibles avec Daniel à mes côtés. Et même si ça restait chiant comme la pluie, ils auraient au moins eu le mérite de nous réconcilier…

SUJET TERMINE


_________________

+ “Oh, it's just me, myself and I. Solo ride until I die. 'Cause I got me for life. Oh I don't need a hand to hold. Even when the night is cold ”
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


forgiveness is not always easy. (lenny) Empty
MessageSujet: Re: forgiveness is not always easy. (lenny) forgiveness is not always easy. (lenny) Empty

Revenir en haut Aller en bas

forgiveness is not always easy. (lenny)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-