AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Cure for pain || Nate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Max Julliard
Max Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : Cure for pain || Nate H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2445
POINTS : 3831
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
Cure for pain || Nate Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 46 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Et l'envie de se lancer dans une nouvelle histoire d'amour avec une jolie blonde d'origine russe. Après tout, de call-girl à nouvelle femme, le chemin n'est pas si long que ça, non ?
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il est tellement infect, le cliché parfait de la rock-star, toujours en train de boire, avec une fille différente au bras...vous saviez qu'il avait eu un grave accident de voiture ? Moi je crois que c'est plutôt une overdose et qu'il veut éviter le scandale..Il n'est vraiment pas net, comme type.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Cure for pain || Nate Empty
MessageSujet: Cure for pain || Nate Cure for pain || Nate EmptyJeu 18 Juil - 23:11

We live closer to the earth
Never to the heavens
The stars are never far away
Stars are out tonight

La musique s’échappe par la porte-fenêtre ouverte et Max, lunettes sur le nez et front plissé par la concentration, savoure une cigarette bien méritée, évaluant ce qu’il a pu enregistrer comme démo. Rien de fini, juste des chansons brutes, acoustiques, mais tout est fait par lui : c’est vraiment un projet personnel. Mais il y a encore du travail à faire. Le producteur a réuni une équipe de musiciens et de songwriters en qui il a confiance et avec qui il voudrait collaborer pour ce projet. S’il tient à écrire et qu’il a repris doucement la basse et la guitare, son niveau n’est pas encore redevenu au top. Et puis ça lui plait d’associer des gens qu’il aime bien à ce projet. Il a réussi à convaincre Lula et Gwen. Idéalement, il voudrait bien que Nate participe aussi. Pour ça, il faudrait d’abord remettre les choses à plat entre eux. Depuis Dublin, ils se sont assez peu parlé, sinon un peu à son anniversaire. Max n’a pas cherché à insister non plus : il sait aussi qu’il y est allé fort, même s’il ne voulait qu’aider le musicien. Peut-être que maintenant que l’eau a un peu passé sous les ponts, c’est le moment de reprendre le dialogue. Il veut bien faire un effort, essayer de comprendre, au moins clarifier les choses. Car en l’état actuel des choses, il ne sait même pas vraiment s’il produit le prochain album de The Unamed. Ni quand, ni comment. Du coup, finalement, il s’est résolu à proposer à Nate qu’ils se voient. Le chanteur a accepté sans faire trop d’histoires. En même temps, il faut dire que Max avait déjà proposé qu’ils se voient il y a un moment, mais entre la tournée du groupe, son emploi du temps de dingue à lui, puis son accident, c’est vrai que ce n’était pas évident. Maintenant qu’il va mieux et que la tournée en question est finie, ils ont enfin le temps de parler. Il est l’heure de l’apéritif, il fait beau, c’est l’été, tout n’ira que pour le mieux. Du moins, c’est ce qu’il faut se dire.

« Je suis sur la terrasse ! » Signale Max en haussant un peu le ton pour couvrir la musique, alors qu’il entend la porte du studio s’ouvrir prudemment. Il fait signe à Nate de le rejoindre. « Éteins la musique, si tu veux, j’ai fini de toute façon. » Est-ce qu’il y a un peu de gêne dans cette conversation qui n’a même pas encore commencé ? Oui, sans doute. Mais Max sait à peu près gérer ça, c’est le propre du métier de producteur, encore plus des producteurs, qui comme lui, sont difficiles, dotés d’un sale caractère, et qui doivent dealer – sans mauvais jeu de mots – avec des divas et des drama queens à la Nate R. Miles. « Tu prends un truc à boire ? » Il se sert un fond de whisky, sous l’œil attentif d’un Edgar mandaté par sa fille pour qu’il évite les excès. Max n’est plus tout à fait en convalescence, mais il est certainement encore sous haute surveillance. Il s’installe sur une chaise longue, prend le temps de savourer une bouffée de tabac, et demande finalement : « Bon, alors, cette fin de tournée ? Vous êtes contents ? J’ai lu de bonnes critiques quand j’étais encore à l’hôpital. Vous partez sur une bonne base, pour le nouvel album. » Il ne fera pas plus longtemps dans les banalités. Le producteur n’est pas doué pour ça, et il n’a pas la patience pour, en ce moment. « Il va falloir que tu me dises ce que tu veux faire, par rapport à ce nouvel album, justement. » Parce que concrètement, il n’a entendu parler de rien, ou par bribe. « Je sais que tu m’en veux par rapport à ce qu’il s’est passé à Dublin, aussi. Si tu veux qu’on en parle, c’est le bon moment, je crois. »

_________________

Redemptionkeep walkingAngels, give me shelter, 'cause I'm about to fall : it's all gone helter skelter...I'm not afraid : I'm gonna save us all.

Cure for pain || Nate 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : blondie (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8344
POINTS : 5303
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
Cure for pain || Nate Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Cure for pain || Nate Empty
MessageSujet: Re: Cure for pain || Nate Cure for pain || Nate EmptyVen 2 Aoû - 0:13

We'll stay offline so no one gets hurt
Hiding from the real world
Just don't read the comments ever, ever


Reprendre une vie "normale" après une tournée internationale qui a duré le longs mois… Aussi facile que difficile. J'essaye de retrouver un rythme sain, un mode de vie qui ne se limite pas à de longues nuits passées dans des bus, dans des hôtels ou dans des soirées qui semblent tout droit sorties de l'apocalypse. Après le dernier concert, j'ai dû dormir une quinzaine d'heures dans la moindre interruption : le décalage horaire avait une part de responsabilité dans cette très longue sieste, mais pas que… Il y avait ce sentiment incroyable qu'est celui de retrouver sa propre chambre, son lit, sa petite-amie… Une satisfaction qui m'a permis de tomber dans les bras de Morphée avec une rapidité insolente. Toutefois, les jours qui suivent ne sont plus aussi simples. Il faut reprendre goût à la lenteur des journées qui passent et qui se ressemblent toutes les unes après les autres. On ne découvre plus de nouvelles villes, on ne goûte plus de gastronomies étrangères, on n'est plus fatigué au point de piquer du nez en pleine interview… On prend le temps de tout faire… On prend même le temps de prendre des bains… Et Dieu que c'est ennuyeux quand ceux-ci sont solitaires.

J'occupe les journées en passant du temps avec Gwen, même si la métisse passe beaucoup de temps à travailler sur son album, et de temps en temps, je prends des cours d'arts dramatiques afin d'être au maximum de mes capacités pour la série de Richard Lyon. Je m'occupe…

Aujourd'hui, c'est un rendez-vous avec Max qui m'occupera et je me rends chez lui sans la sérénité qui m'habitait habituellement. Depuis Dublin, quelque chose s'est cassée. C'est d'ailleurs la première fois que je remets un pied dans sa villa sans qu'il ne s'agisse d'une fête exubérante que je voudrais évidemment surpasser. Le domestique du producteur m'ouvre la porte et m'indique la pièce dans laquelle je dois me rendre, même si l'hôte me signifie très rapidement sa présence. « C'est ta compo ? Non non… Hors de question que j'éteigne, je veux entendre depuis le début. » Je remets la piste au commencement et je rejoins Max, m'affalant sur le transat voisin. « Volontiers. Je vais prendre la même chose que toi. » Continue-je, prêt à reprendre ce rythme de limace que tout le monde a Tenby semble suivre. Une cigarette serait parfait pour se mélanger à l'ambiance, mais je me rends compte que mon paquet est aux abonnés absents. Impossible de vivre sans. « Edgar, j'ai oublié mes cigarettes dans ma voiture, vous pouvez aller me les chercher ? Vous ne pourrez pas vous tromper, c'est la seule voiture qui ressemble à une voiture de qualité. » Sans le regarder je lui lance les clés de la Porsche et je me relève une fois qu'il a tiré sa révérence pour me resservir quelques lichettes d'alcool. « Ben dis donc, tu n'as pas été très généreux. C'est du Macallan que tu te gardes précieusement, ton whisky ou tu es simplement à la diète et tu as oublié à quoi ressemble les vraies doses ? » Je m'installe à nouveau dans le transat dans l'attente de mes cigarettes et j'en profite pour répondre aux différentes questions du producteur. Bien sûr, le tout en écoutant la démo diffusée dans les puissantes enceintes. « Absolument démente, cette fin de tournée. Je pensais que ton ex-femme t'en aurais parlé. Il y a juste eu la date à Budapest où on a malheureusement pas pu faire les interviews à cause d'un retard de l'avion. Sinon, je crois vraiment que c'était un sans faute. » Même les shows durant lesquels on m'a reproché d'avoir recours à une aide illégale avaient été fantastiques, nous permettant d'accroitre notre popularité. « Déjà pressé de parler du prochain album ? J'ai déjà quelques démos… Mais je ne suis pas sûr qu'elles nous correspondent vraiment… Peut-être que je les vendrai, je ne sais pas encore. » Avoue-je, un peu pris au dépourvu. Il ne s'agira pas des premières compositions que je laisse à d'autres musiciens, mais à chaque fois, c'est la même histoire, c'est difficile de se séparer d'une création. « Niveau logistique… Je crois que je vais encore vouloir naviguer entre Liverpool et Londres. » Avant que Lula ne rejoigne le groupe, tout se faisait entièrement à Liverpool, mais depuis l'arrivée de la métisse, nous avons convenu d'une coopération dans les deux villes.

Toutefois, le prochain album ne semble pas être le seul sujet que le producteur semble vouloir aborder. Je soupire, finis mon verre d'une traite sans même y réfléchir, encore rogner par une colère noire en repensant à cette soirée. Edgar choisit ce moment pour revenir avec mes clés et mes cigarettes : je les gratifie d'un sourire simple et d'un bref merci, avant de me jeter sur mes clopes pour en allumer une. « Je ne suis pas sûr que tu veuilles réellement aborder le sujet, Max. Je dis ça pour toi, parce qu'en effet, je t'en veux. Et tu sais très bien ce que je pense. Je t'ai trouvé particulièrement hypocrite ce soir-là. » Comment peut-il me faire la morale alors qu'il n'a jamais été un exemple à suivre, encore moins dernièrement vu tout ce qu'il avait dans le système au moment de son accident. « À la limite, j'aurais mieux accepter les remarques des autres si tu n'avais rien dit. Là, vos discours perdaient toute crédibilité et tu sais très bien pourquoi je dis ça. »

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

Cure for pain || Nate 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
Max Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : Cure for pain || Nate H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2445
POINTS : 3831
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
Cure for pain || Nate Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 46 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Et l'envie de se lancer dans une nouvelle histoire d'amour avec une jolie blonde d'origine russe. Après tout, de call-girl à nouvelle femme, le chemin n'est pas si long que ça, non ?
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il est tellement infect, le cliché parfait de la rock-star, toujours en train de boire, avec une fille différente au bras...vous saviez qu'il avait eu un grave accident de voiture ? Moi je crois que c'est plutôt une overdose et qu'il veut éviter le scandale..Il n'est vraiment pas net, comme type.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Cure for pain || Nate Empty
MessageSujet: Re: Cure for pain || Nate Cure for pain || Nate EmptyVen 9 Aoû - 0:16


We live closer to the earth
Never to the heavens
The stars are never far away
Stars are out tonight

The Unamed, c’est un groupe particulier pour Max. Il les a plus ou moins lancé, et le succès du groupe lui a été bénéfique. Julliard Corp ne serait sans doute pas une entreprise florissante sans Nate et sa bande, d’où le statut un peu particulier du chanteur. Il est son protégé, moitié petit frère et moitié fils rebelle. Autant le dire, ça l’emmerde clairement qu’ils ne se parlent plus. D’où cette conversation, même s’il n’a pas envie d’une nouvelle engueulade. Dublin lui a suffi. Cependant, Max juge que le conseil de Gwen est bon : tout mettre sur la table une fois pour toute, crever l’abcès, et passer à autre chose. Peut-être, songe le DJ, qu’il peut l’accrocher avec la musique, car le chanteur semble intéressé par ce qu’il entend et les chansons que Max a écrites. « Il y en a une dizaine, tu en as pour un moment. » S’amuse-t-il. S’ils arrivent encore à parler musique, c’est tout de même le principal, le signe que le lien n’est pas totalement brisé entre eux. Il tend un verre un Nate, secoue la tête en souriant quand ce dernier évoque ses voitures, un running gag entre eux, et reprend finalement en causant whisky. « Hm ? Ah, pardon. L’hôpital m’a collé un régime assez strict à cause de l’accident et de mon opération au cœur. Terminés les trucs illégaux, et terminées les cuites. » Max l’évoque d’un ton nonchalant, mais au moins Nate ne pourra plus lui sortir l’argument de l’hypocrisie. Le producteur a arrêté de déconner, et il s’y tient. Ça ne l’empêche pas de faire la fête, de boire un peu, voire même de prendre un peu de weed de temps en temps, mais rien de trop fort. « Je suis en liberté surveillée, on va dire. Meg et Edgar me chaperonnent. »

Fumant paisiblement une cigarette, il écoute ensuite Nate lui parler de la tournée, s’amusant de sa réaction. « Tu sais que je n’utilise pas Lula pour vous espionner, rassure-moi ? » Ce qui serait tentant, parfois. « Sérieusement, c’est surtout qu’avec tous mes problèmes de santé, je suis un peu hors-jeu. » L’avouer emmerde Max, mais il s’est passé plusieurs mois avant qu’il ne puisse raccrocher les wagons. Il a loupé plusieurs cérémonies, des tendances, et des sorties d’album. Maintenant il est de nouveau à la barre, mais il doit rattraper le temps perdu. A commencer par savoir ce que Nate compte faire pour leur album. « Tu sais bien que là où je suis le mieux, c’est en studio. Mais il faut que je m’organise. Au fond ça m’arrange que ce ne soit pas maintenant. » Réplique-t-il avant de hausser les épaules. « J’ai ça en préparation. Pour un album. » Il désigne l’intérieur du studio, et les chansons qui défilent. « Et d’autres trucs. Mais peu importe. Prenez le temps qu’il vous faudra, je pense que ça ne sert à rien de forcer les choses. »

A eux aussi, il va sans doute leur falloir du temps, vu la réaction de Nate. Max soupire, retire ses lunettes. « Je préférerais qu’on aie cette conversation maintenant, oui. Au choix, je crois que je préfère ne pas l’avoir dans un studio en pleine séance d’enregistrement. » C’est cliché au possible, et surtout, il sait d’expérience qu’ils ne pourront pas bosser dans une telle ambiance. Etre ami avec les gens qu’on produit ne rend pas toujours la tâche facile. C’est le problème de Max : la musique est tellement importante pour lui que son métier déborde sur sa vie personnelle et qu’il n’y a plus vraiment de frontière entre le professionnel et le privé. L’exemple extrême, c’est son mariage avec Lula. Mais son inquiétude pour Nate en constitue une autre occurrence. Face à quelqu’un qu’il ne connait que professionnellement, la réaction de Max aurait été plus neutre et il n’aurait pas à se coltiner la détestable conversation qu’il s’apprête à avoir. Pourtant, il continue, calme et tranquille, se redressant sur son transat. « Qu’on soit bien clairs. Liam est venu me voir. Gwen m’en a parlé aussi. On s'inquiétait tous. Je me suis dit qu’essayer de créer le dialogue valait peut-être le coup. Rétrospectivement, je ferai sans doute autrement. Ce n’était pas très juste de te prendre en tenaille, ni de te dire que j’arrêterai si tu ne changeais pas d’attitude. » Le chantage ne donne que rarement de bons résultats, et Max le sait à présent. Ce sont des excuses, en quelque sorte, ce qui est rare pour le producteur, toujours sûr de lui dans le boulot. « Maintenant, on s’inquiétait tous. Je sais que tu me trouves hypocrite, mais on n’est pas dans la même situation face à la drogue, toi et moi, Nate, encore une fois. » Le ton est cette fois plus fermé, plus dur. Max n’a certainement pas envie de mêler Melody et ses propres problèmes à cette histoire. « Et ce n’est pas parce que je fais un truc débile qu’il faut que tu fasses pareil. » Honnêtement, il n’est pas un modèle à suivre…Il soupira, remué malgré lui par toute cette histoire. « Et je m’inquiète aussi. Quand on a débarqué, on s’inquiétait tous, encore une fois. Personne n’a envie de te retrouver mort d’une OD, même pas moi. Maintenant… » Nouveau soupir. « Je veux bien te croire quand tu me dis que tu gères, Nate. Mais bordel, j’aimerai bien que tu fasses gaffe quand même. » Il a passé l'âge pour ces conneries, et sa vie est assez agitée comme ça.

_________________

Redemptionkeep walkingAngels, give me shelter, 'cause I'm about to fall : it's all gone helter skelter...I'm not afraid : I'm gonna save us all.

Cure for pain || Nate 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : blondie (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8344
POINTS : 5303
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
Cure for pain || Nate Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Cure for pain || Nate Empty
MessageSujet: Re: Cure for pain || Nate Cure for pain || Nate EmptyDim 11 Aoû - 20:04

We'll stay offline so no one gets hurt
Hiding from the real world
Just don't read the comments ever, ever


« C'est ta copine qui doit être ravie. » Dis-je en souriant, non sans oublier de lever les yeux au ciel. Max Julliard qui arrête les substances illégales… Si j'avais entendu ça de la bouche de quelqu'un d'autre, je n'y aurais pas cru. En fait, je ne suis même pas sûr d'y croire complément tant je connais les excès du producteur. Peut-être qu'il ne veut pas décevoir sa fille et qu'il endosse ce rôle de père aux apparences parfaites, mais je ne lui donne pas longtemps avant de retomber dans ses anciens travers. Je garde mes pensées pour moi, jugeant qu'il est important de savoir s'amuser de temps en temps pour relâcher la pression. Sur ces pensées festives, je reprends une gorgée de mon verre, écoutant silencieusement ce que Max a à dire. « Tu fais bien ce que tu veux avec Lula. » Rigole-je, même si l'idée m'a plusieurs fois traversé l'esprit. Toutefois, le fait que la métisse n'était pas présente pendant leur petite intervention à Dublin m'avait conforté dans l'idée qu'elle ne devait pas trop s'épancher sur la vie du groupe dans sa vie personnelle. « Je te comprends. Je sais ce que c'est. Je te rappelle que j'avais eu quelques surprises quand j'étais sorti de désintox. » Notamment mon nom dans toute la presse People clamant que j'avais mis une groupie enceinte et dont je n'avais aucun souvenir. Ce scandale a alimenté les tabloïd de longues semaines et c'est finalement Gwen qui m'en a sorti en allant voir la principale intéressée et en la faisant avouer ce qu'il en était. « Tu seras le premier au courant quand on envisagera une date de retour en studio. » En attendant, je vais profiter de quelques congés bien mérités, de ma famille, de Penny, que je vois trop rarement depuis des mois. C'est au cours de la conversation que je comprends que la composition que nous sommes en train d'écouter est le fruit d'un travail du DJ pour un album. Aussitôt, ma curiosité est titillée. « Oh. Un album ? Le tien, d'album ? Je n'étais pas au courant que tu avais un projet. » Avec un producteur, il est toujours difficile de savoir si les compositions sont pour lui ou pour les artistes qu'il produit. Ici, je crois comprendre que Max veut sortir un album, mais j'attends d'en avoir la confirmation avant d'aller plus loin.

« Soit. Si c'est ce que tu veux, parlons-en. » Ca ne m'enchante que moyennement parce que je sais que nous allons encore devoir entrer en conflit et autant dire que j'en ai ma claque, des conflits. Ici, je voudrais seulement que l'ancien pilote comprenne que je ne peux pas être celui qu'il attend. « Ça devrait peut-être me toucher que vous vous inquiétiez tous à mon sujet, mais en vrai, ça me blesse plus qu'autre chose. Ça veut simplement dire que vous ne me pensez pas capable de me contrôler. » La conversation devient si intense que j'en oublie ma cigarette et que celle-ci se consume toute seule. « Tu l'as dit, Max, nous n'avons pas le même rapport à la dope, toi et moi. Et c'est vrai que j'ai pas mal déconné à un moment. Ma rupture m'a rendu dingue et j'ai cherché à aller mieux en faisant tous les excès possibles… Mais… L'overdose… Ça m'a calmé. Tu veux savoir ce qui m'a calmé encore plus ? Cette groupie qui disait que j'étais le père de l'enfant qu'elle portait alors que j'étais en train de mourir en rehab. » Ça, je ne l'ai jamais dit à personne, mais je me permets de faire la confidence à Max parce que je me dis qu'il pourra peut-être me comprendre. « Ça m'a calmé parce que ça m'a fait prendre conscience d'à quel point je faisais n'importe quoi. Cette fille… Devant les journalistes, je gardais la face et je disais que je n'avais rien à voir avec son bébé, mais en vrai… J'en avais aucune idée. Et ça m'a fait flipper. Cette période de ma vie, quand j'y repense, c'est le trou noir. Je passais mon temps à boire, à tester toutes les drogues que je pouvais trouver, à coucher avec toutes les personnes consentantes qui croisaient mon chemin. Alors que j'en mette une enceinte… Ça ne m'a pas paru impossible, bien au contraire. » Je marque une pause, boit une nouvelle gorgée face à cet aveu inédit. « J'ai eu de la chance. J'ai eu peur jusqu'à ce qu'elle avoue qu'elle voulait simplement profiter de ma notoriété. J'ai eu peur et j'ai encore peur qu'un jour, je découvre que j'ai un gosse dans la nature tellement j'ai déconné. » Je secoue la tête. « Tout ça pour te dire que tu n'as plus à t'inquiéter pour moi. Je suis stable, maintenant. J'ai arrêté mes conneries. J'ai trop à perdre… À un moment, je n'étais plus capable de le voir, mais maintenant, j'en ai conscience. Satisfait ? »  

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

Cure for pain || Nate 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
Max Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : Cure for pain || Nate H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2445
POINTS : 3831
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
Cure for pain || Nate Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 46 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Et l'envie de se lancer dans une nouvelle histoire d'amour avec une jolie blonde d'origine russe. Après tout, de call-girl à nouvelle femme, le chemin n'est pas si long que ça, non ?
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il est tellement infect, le cliché parfait de la rock-star, toujours en train de boire, avec une fille différente au bras...vous saviez qu'il avait eu un grave accident de voiture ? Moi je crois que c'est plutôt une overdose et qu'il veut éviter le scandale..Il n'est vraiment pas net, comme type.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Cure for pain || Nate Empty
MessageSujet: Re: Cure for pain || Nate Cure for pain || Nate EmptySam 17 Aoû - 22:55


We live closer to the earth
Never to the heavens
The stars are never far away
Stars are out tonight


« J’ai pas dit arrêter de faire la fête, hein...ni faire quelques écarts de temps en temps. » Sourit le producteur. « Sinon j’aurais pas ça à la main. » Il désigne son verre et sa clope. « Mais tant qu’à faire, j’ai survécu à deux accidents de bagnoles et une OD, ce serait con de mourir d’une attaque. » Max voit bien que Nate ne le croit pas, mais qu’à cela ne tienne, il relève le gant. « Si je manquais d’une bonne raison pour m’y tenir, je crois que je vais continuer à être sobre juste pour te faire regretter les yeux que tu viens de lever au ciel, gamin. » S’amuse le producteur d’un ton joyeux. Maximilian aime les challenges : lui balancer qu’il est incapable de faire quelque chose est le meilleur moyen de la lui faire faire…

« Hm, je pensais professionnellement. Mais oui, ça aussi…ce sont des vautours. Ils s’amusent à dire que j’ai fait une TS ou une autre overdose…
» Grimace Max en écrasant sa cigarette lorsque Nate lui rétorque qu’ils ont été un peu dans le même cas. Il compatissait à l’époque, et il compatit toujours. Avec leurs conneries puantes, ils ne se doutent pas qu’ils ont tapé juste, et Max brule de leur dire d’aller se faire foutre. Mais il ne peut même pas, parce que ça dévoilerait son mensonge. « On n’a pas la vie facile avec ces putains de paparazzis. T’as pas trop d’emmerdes avec eux, depuis que tu es de retour ? Ils sont dans le coin pour moi depuis ma sortie de l’hôpital, mais c’est un peu comme les commères du village, ils font tourner leurs cibles… » Ce qui n’est pas non plus un avantage pour éviter les fuites des chansons et des albums. Max n’a pas eu trop de surprises jusqu’à là, et il aimerait que ça continue, la confiance que lui accordent les artistes en dépend.

Parlant de confiance, il est agréablement surpris de constater que Nate, malgré tout, souhaite encore bosser avec lui, mais il se reprend vite. « Quand tu veux, tu sais bien. On tente le deuxième Grammy ? Ca serait dommage de s’arrêter en si bon chemin. » Ils ont beau avoir tous les différends du monde, musicalement, Max est persuadé que Nate et les autres auront toujours toutes leurs chances. Rien ne pourrait entamer cette croyance, et s’il s’inquiète parfois pour le jeune homme, c’est moins pour le frontman que pour l’ami. Au moins, sur ce point les choses sont claires. Et la musique prouve qu’en évoquant leurs projets, ils ont encore des points d’accroche, et une possibilité de maintenir le dialogue. Max est content de voir que son plan marche, par ailleurs. Il se disait bien que parler de son propre album attiserait la curiosité de Nate. « Oui, le mien. » Confirme-t-il d’ailleurs avant de boire une gorgée de whisky. « C’est une idée que j’ai eu après l’accident…enfin, non. J’ai ça dans la tête depuis des années, disons que je me suis juste dit que c’était le bon moment. Mais il n’y a pas encore beaucoup de gens au courant. Ma fille. Lula, parce que je lui ai proposé une collab. Gwen aussi. Et toi, maintenant. » Nate l’aurait sans doute su bien plus tôt s’ils se parlaient encore, et c’est pour cela que Max n’ajoute rien. Il a toujours dans un coin de l’esprit l’idée de lui proposer, à lui aussi, de participer à l’album. Mais il y a cet abcès, concernant cette foutue soirée à Dublin, à crever avant. Ainsi, Max a demandé à Gwen de lui laisser évoquer le sujet avec son petit ami.

Sur ce point, la conversation se fait tout de suite plus brutale, plus intense. Cependant, Max est décidé à ne plus rentrer dans le conflit, et il n’élève pas la voix. Il avait essayé de gérer Dublin le plus professionnellement possible, mais ça avait été un échec. Mais Max, sur ce plan-là, même s’il met du temps à le reconnaitre parfois, est capable d’admettre ses erreurs. « Je sais pas, Nate. Peut-être que t’as raison et que c’est ce que ça renvoie comme image. Ce n’est pas ça qu’on voulait. Ce n’est pas ça que je voulais personnellement, non plus. » Il peut comprendre que c’est blessant d’être traité ainsi, pris en tenaille et acculé. Mais quand Max disait qu’ils s’inquiétaient tous, ce n’était pas un mensonge. « On s’en fout, que tu te contrôles ou pas, de pourquoi t’en prends, on a juste eu peur que tu nous claques dans les pattes. Ca, c’est important. Le reste, putain, si tu savais comme je m’en cogne ! Ce qui m’intéresse, c’est de savoir si tu vas bien, pas de te juger. Je serais mal placé pour le faire, comme tu dis. Et je ne pouvais pas deviner avant de t’en parler. En revanche, effectivement, comme je te l’ai dit, j’aurais du – ou on aurait du, je sais pas – m’y prendre autrement. » Oui, il veut bien admettre que les menaces et les reproches n’étaient pas très appropriées…mais s’ils avaient pu en caser une, Max se dit que ça aurait pu tourner autrement. Bon, tant pis, le passé est le passé. Il faut essayer de repartir sur de bonnes bases.

Le producteur est assez surpris, d’ailleurs, du ton plus porté à la confession du chanteur. La conversation se fait plus sereine, bien qu’aussi intense. « Ouais, je connais. » Il hoche la tête en écho aux propos du chanteur. Oui, il sait les merdes que ça fait faire. Il connait les situations louches dans lesquelles on se retrouve pour obtenir un sachet de poudre, la sensation terrifiante de trou noir et de ne pas savoir ce qu’on a fait pendant des heures, ni comment on est arrivé à un endroit, où celle de se réveiller avec une inconnu, le nez en sang, et de se refaire une ligne, et continuer ainsi. Mais il comprend aussi Nate à une autre échelle. Il sait ce que c’est, d’essayer d’oublier quelque chose, ou quelqu’un, Max. Que ce soit une ex ou une fille décédée, au final, il s’agit juste de tromper le chagrin. I’m better off than dead, disait une chanson de Lou Reed. Il y a de ça. Mais si Max comprend, et qu’il ne peut qu’apprécier le changement d’état d’esprit de Nate, il n’est pas ravi non plus. « J’en sais rien, Nate, si je suis satisfait ou pas. Je savais pas tout ça, c’est sûr… » Il soupire, se resserre un fond de verre de whisky. « Tu veux que je te dise ? J’ai commencé à prendre de la coke, j’avais 35 ans. Ma fille est morte, et tous les moyens sont bons pour l’oublier. Tous. Toujours. Que ce soit la musique, les fêtes, les cocktails ou la coke. C’est pas le meilleur, c’est celui qui me ruine le plus la santé, c’est ce qu’ils ont dit à l’hôpital. Alors j’ai essayé d’être responsable et d’arrêter...mais ça change rien. Elle reviendra pas. Faudra que je trouve quelque chose d'autre. » D'un coup, le ton est monté. Comme s'il prenait Nate à témoin. Il se lève, rallume une cigarette en s’appuyant à la rambarde de la terrasse. « Puis  il y a ce putain d’accident, dont j’essaie de me remettre. C’est dur, déjà. » Le regard de Max se perd sur la mer. C’est un aveu étrange, qui masque beaucoup de choses en étant très sincère. « J’ai déjà du mal à me gérer moi-même…alors comment tu veux que je gère tes conneries, à toi, hein ? » Il fait une pause, boit une gorgée de son verre. « Ce que je veux te dire, c’est quand bien même je voudrais, je pourrais pas t’aider, et ça m’emmerde. Alors ouais, t’as vraiment intérêt à gérer, comme tu dis, putain. » Ajoute le producteur, d’un ton bourru. C’est qu’il lui tirerait presque une larme, ce petit con, alors qu'il retourne la tête vers Nate. « Je t’interdis de me claquer dans les pattes, t’entends ? Pour le reste, tu fais ce que tu veux. M’en cogne. »

_________________

Redemptionkeep walkingAngels, give me shelter, 'cause I'm about to fall : it's all gone helter skelter...I'm not afraid : I'm gonna save us all.

Cure for pain || Nate 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Nate R. Miles
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : blondie (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8344
POINTS : 5303
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014
Cure for pain || Nate Tumblr_o3tmtmJs6a1rug0eio5_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Cure for pain || Nate Empty
MessageSujet: Re: Cure for pain || Nate Cure for pain || Nate EmptyDim 22 Sep - 14:03

We'll stay offline so no one gets hurt
Hiding from the real world
Just don't read the comments ever, ever


Les paparazzis représentent la partie sombre de la notoriété : ils font partie du contrat tacite que tu signes avec la maison de disques. Ils sont toujours là, à l'afflux du moindre mouvement, mais surtout de la moindre erreur. On peut dire sans trop se tromper qu'ils ont eu de beaux jours de gloire grâce à Max et grâce à moi. On les déteste, mais ils symbolisent aussi la réussite, le parcours éreintant et tous les sacrifices qui n'ont finalement pas été vains. Ils font partie du tableau, sont indissociables de la célébrité. « Non, c'est plutôt calme depuis le retour de la tournée, mais ce n'est pas plus mal. Après la folie des derniers mois, c'est agréable de pouvoir se relâcher un peu. » En tournée, il faut toujours être au summum, faire comme si le job était facile. Il ne l'est pas. « J'ai de la chance d'avoir un producteur qui a encore plus de frasques que moi à son actif et de vivre dans la même ville que lui, comme ça, ils me laissent tranquille. » Je charrie Max, lui fait un clin d'œil avec un sourire narquois et je reprends une gorgée de mon verre en profitant du calme et du soleil. Je pourrais rester comme ça pendant des heures, d'autant plus que le fond sonore n'est pas désagréable non plus, même si ce que Max m'apprend à le don de me faire me redresser et de tendre l'oreille. « Ah. Même Gwen était au courant… » Que je ne peux m'empêcher de constater à voix haute, l'intonation teintée de vexation. Que sa fille soit au courant, je comprends… Pareil pour Lula, après tout, ils ont été mariés, mais Gwen ? MA petite-amie ? Ça a dû mal à passer. Beaucoup de mal. En plus pour la faire collaborer avec lui ? De toute évidence, je suis blessé d'avoir été mis de côté pour quelque chose d'aussi important et je crois qu'une part de jalousie vient de se frayer un chemin dans les méandres de mon esprit sans que je ne puisse faire quoi que ce soit pour l'éviter. Je pensais que la musique nous rapprocherait toujours, même dans les moments les plus difficiles. Je me trompais.

Autant laisser tomber. Autant ne rien dire et faire comme si ça ne me tuait pas de savoir qu'il a demandé une collaboration à ma petite-amie en me regardant dans les yeux. Ils se sont bien cachés. Ils me l'ont bien cachés. Je serre les dents, enchaîne avec une nouvelle cigarette et une nouvelle gorgée de whisky. Je préfère encore parler de leur intervention à Dublin et faire comprendre au producteur que leurs mots ont eu l'effet inverse de ce qu'ils attendaient. Je me suis senti attaqué et assurément, je les ai perçus comme mes ennemis au lieu de voir qu'ils tenaient à moi et qu'ils ne voulaient que mon bien. « Oui, vous auriez dû vous y prendre autrement. » Et comme la conversation se fait très sérieuse, les confidences fusent et je découvre une nouvelle face de Max que je connais pourtant depuis des années. Comment est-ce possible de côtoyer des gens pendant autant de temps sans savoir ce qu'ils traversent réellement. « Non, tu ne savais pas… Comme moi non plus, je ne sais pas tout à ton sujet. » C'est le but de l'intimité - même si les journalistes et les paparazzis font de leur mieux pour nous épier, personne ne peut savoir le fond de notre pensée et le récit du brun me fend le coeur. Je n'ose imaginer sa peine, ce qu'il a traversé. Que dire à quelqu'un qui souffre autant ? J'ai beau être doué avec les mots, je reste muet face à cette peine intense. Je me lève à mon tour, m'approche de Max, imite sa posture, me complaisant dans ce mutisme pour éviter de lui dire des choses telles que : Non, elle ne reviendra pas. Elle est morte il y a onze ans et tu dois vivre avec cette perte. Tu ne combleras jamais le trou béant dans ta poitrine et tu n'as pas d'autre choix que de l'accepter. « Je vais t'alléger d'un poids, Max. Tu n'auras pas à t'occuper de moi. » Dis-je, calmement avant d'embrayer sur une conversation plus personnelle. « Je ne peux pas me passer de dope pendant les tournées, c'est indéniable. Je le sais, tu le sais… Ce n'est plus un secret pour personne. Mais on a eu une longue conversation avec Gwen à ce sujet. J'ai la chance d'avoir une petite-amie qui me comprenne et qui m'accepte alors à Tenby, c'est elle qui me "surveille", même si pour être honnête, quand je suis avec elle, je n'ai aucun problème pour rester clean. Pour le reste du temps, c'est-à-dire, en tournées, j'ai mon meilleur ami à mes côtés. Je lui en ai parlé et il accepte aussi sa mission de me chaperonner. » J'écrase ma cigarette terminée, expire toute la fumée, reprends la parole. « À Dublin, j'ai compris que c'était les non-dits qui nous avaient mis dans cette situation. Maintenant que j'ai été honnête, que vous savez que pour assurer les shows, j'ai besoin de speed de temps en temps, il n'y a pas de raison pour que ça dérape. » Je marque une courte pause, réalisant que Max semble prendre toute cette conversation très à coeur. « Je vais gérer. » Conclus-je. L'idéal serait bien évidemment de tout arrêter, de ne plus toucher à quoi que ce soit, mais ça, c'est impossible. J'ai essayé et j'ai compris que je ne suis pas capable d'assurer la vie d'artiste sans cette petite aide. Et si je ne peux pas monter sur scène ? Autant me tuer sur-le-champ.  « Et toi aussi, t'as intérêt de gérer ! Hors de question que tu détruises un nouveau bijou d'automobile ou que tu abîmes encore ton petit coeur, d'accord ? J'ai besoin de mon producteur fétiche pour remplir ma vitrine de Grammys. » Nouveau clin d'œil et légère tape sur l'épaule. Au moins, l'horizon semble plus clément, même si je garde en travers de la gorge le fait que Max veuille collaborer avec ma petite-amie.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

Cure for pain || Nate 994868865:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Cure for pain || Nate Empty
MessageSujet: Re: Cure for pain || Nate Cure for pain || Nate Empty

Revenir en haut Aller en bas

Cure for pain || Nate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: The Outskirts :: Residences-