AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

When the lights go down, and the stars come out || Deborah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Richard Lyon
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : John Harding et Max Julliard
TON AVATAR : Joel Kinnaman
TES CRÉDITS : Hypnotyk (avatar) + Boston (gifs) + crack in time (sign)
TA DISPONIBILITE RP : When the lights go down, and the stars come out || Deborah Tumblr_pbc12lnxu11vg2yxdo3_250
RAGOTS PARTAGÉS : 1213
POINTS : 1929
ARRIVÉE À TENBY : 11/02/2018
When the lights go down, and the stars come out || Deborah Tumblr_pbc12lnxu11vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 40 ans (13 mai 1979)
CÔTÉ COEUR : Une fille trop jeune pour lui. No comment.
PROFESSION : Ecrivain, il a du démissionner de son poste d'enseignant au lycée.
REPUTATION : Il sort avec la petite Weston, une ancienne élève qui a vingt ans de moins que lui, vous vous rendez compte ? Les parents d'élèves ont été scandalisé et ça se comprend, lui qui paraissait si bien sous tous rapports, si gentil ! Il y a de quoi se poser des questions, surtout quand on sait qu'il a démissionné de son poste...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

When the lights go down, and the stars come out || Deborah Empty
MessageSujet: When the lights go down, and the stars come out || Deborah When the lights go down, and the stars come out || Deborah EmptyMar 2 Juil - 12:03


I'll be here for you
Under stars girl, underwater, when you can't breathe
I'll be here for you
When it's past three in the morning and you can't sleep
I'll be here for you

L’avion se pose sur le tarmac de Cardiff en douceur, et quelques minutes plus tard, Richard est en voiture pour Tenby, non sans avoir envoyé au préalable un message à Deborah pour lui dire qu’il rentre et de ne pas l’attendre pour se coucher. Il est déjà tard, et il n’a qu’une hâte, celle de rentrer chez lui. C’est la fin de sa tournée de promotion, qui s’est sacrément éternisée, et il a pris du retard au niveau de ses autres travaux. Le déménagement de sa sœur, un peu brutal malgré l’agression dont elle est victime, l’a un peu déprimé, et la perspective d’écrire ce livre pour enfant a un peu perdu de son éclat. Quant au projet de série adapté de son premier livre, les choses ont un peu ralenti à cause des retards techniques et des emplois du temps de rock star de Gwen et Nate. Richard a donc encore un peu de temps pour le finir, mais sur le moment, il a surtout envie de rentrer et de se poser un peu. Quelques semaines tranquilles ne lui feront pas de mal pour écrire.

Surtout, il a envie de retrouver Deborah. Avec cette tournée de promotion, ils ne se sont pas beaucoup vus, et il la trouve un peu distante, comme si quelque chose n’allait pas, sans parvenir à identifier quoi, ni si c’est à cause de son absence, ou même s’il y est pour quelque chose. Il a essayé de lui en parler un peu, mais c’est vrai qu’à distance, ce n’est pas facile, surtout face à quelqu’un qui nie totalement. Peut-être que ce n’est qu’une impression, mais l’auteur n’arrive pas à se défaire de l’idée que quelque chose ne va pas, et il aimerait bien savoir quoi, s’inquiétant juste pour Deborah, sans aucune arrière-pensée. Il se poserait sans doute encore plus de questions s’il entendait les rumeurs qui disent qu’elle est encore retournée voir Daniel. Mais c’est sans doute l’avantage de ne pas être toujours à Tenby, Richard n’a rien entendu dans ce sens. L’inconvénient, c’est que comme il n’est pas là, il n’a sans doute pas perçu l’ampleur du malaise et du traumatisme qui agitent Deborah.

Pour ça, il ne va pas tarder à être servi. Garant la voiture près de chez lui, il descend sa valise et observe que la maison est déjà plongée dans le noir. Ça n’empêche pas Fidèle de lui faire la fête lorsqu’il rentre la valise, et il prend un instant le temps de caresser son vieux compagnon avant de monter. Abandonnant ses affaires au fur et à mesure, Richard se glisse doucement dans la chambre plongée dans l’obscurité pour se coucher, faisant le moins de bruit possible pour ne pas déranger Deborah, qui semble déjà dormir s’il en croit son peu de réaction. Malgré tout, il dépose un doux baiser dans son cou et il la prend dans ses bras avec douceur, la sentant bouger un peu contre lui. « Bonsoir, toi…je suis content de te retrouver, cette promo commençait à s’éterniser un peu trop. » Définitivement, il est content que ça soit fini. « Je vais pouvoir rester avec toi un peu… » Il allait ajouter quelque chose, lui demander si ça lui dirait qu’il vienne la voir à un de ses entrainements, ou de partir quelque jour comme l’année dernière, mais Richard se rend compte qu’il ne rêve pas, qu’il y a quelque chose qui ne va pas, et c’est concret, physique, ça ressort même de la façon dont Deborah s’accroche à l’étreinte qu’il lui offre. Elle tremble, et il n’a pas de réponse. « Hey, championne, tu… attends, tu me laisses allumer ? » La lueur de la lampe de chevet confirme ce qu’il pensait. Elle pleure. « Eh bah alors… » Murmure doucement Richard, aussi surpris qu’il est inquiet. « Toi, tu as besoin d’un câlin. Viens là. » Il la laisse se blotir contre lui, pas exactement certain de comprendre ce qu’il se passe, murmurant des paroles apaisantes dans l’espoir de calmer un peu la brune pour qu’elle lui explique ce qui se passe. « Chut…là…chut…tout va bien. Je suis là. Tu veux me dire ce qui ne va pas ? »

_________________

PARADOXE
I'm everything I hate, everything I dispise, I'm a collection of paradoxes, a collection of flaws, misfortunes, disappointments, things I'm not aware of, I'm everything you don't want and I'm certainly everything you don't need.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deborah M. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : kane (avat) - penny (gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 2639
POINTS : 4753
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015
When the lights go down, and the stars come out || Deborah Tumblr_nvgbh41cy61u9spzqo1_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime et richard
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille


When the lights go down, and the stars come out || Deborah Empty
MessageSujet: Re: When the lights go down, and the stars come out || Deborah When the lights go down, and the stars come out || Deborah EmptyDim 14 Juil - 13:37

I look inside myself and see my heart is black
I see my red door and must have it painted black
Maybe then I’ll fade away and not have to face the facts
It’s not easy facing up when your whole world is black


Des semaines… Cela fait des semaines entières que Deborah ne dit rien à personne et qu'elle s'entête à garder cette histoire pour elle, peu importe à quel point ça la bouffe de l'intérieur. Elle se prive de l'université et de l'escrime, ignorant les appels importants des quelques sponsors qu'elle a depuis sa presque victoire aux championnats européens. Ainsi, les mauvaises nouvelles s'accumulent et elle ne sait pas comment se sortir de cette galère. Sans surprise, elle devra encore réviser tout l'été pour compenser les sales notes qu'elle vient d'avoir et enfin essayer de valider son année scolaire aux rattrapages. Le seul au courant de toutes ses mésaventures n'est même pas dans la capacité de lui répondre : Fidèle. Elle lui a tout dit entre quelques sanglots, quand elle s'accrochait au col de l'animal et qu'elle avait besoin de réconfort.

Des semaines… Et ça aurait pu perdurer pendant de nombreuses semaines encore, si cette rumeur qui circule dans les rues de la bourgade ne coïncidait pas avec le retour de Richard. Elle est tellement heureuse de le retrouver, mais elle ne sait toujours pas plus comment elle va réussir à gérer cette situation qui la hante et qui l'empêche de vivre sa vie. La gorge serrée, elle lit le message de Richard, se préparant mentalement à avoir la conversation douloureuse qu'elle repousse depuis longtemps et ça la met dans tous ses états. Elle sanglote un peu plus, ne voulant toujours pas affronter la réalité et elle se dit que la meilleure solution reste de feindre le sommeil. Ainsi, Richard ne s'apercevra de rien et elle pourra encore garder le silence quelques heures supplémentaires. Elle essaye réellement de tomber dans les bras de Morphée, mais c'est impossible et elle se pétrifie sur place quand elle entend son amoureux rentrer. Il monte les escaliers, elle remonte la couverture jusqu'à ses épaules et ferme les yeux. Tous ses efforts sont vains : en seulement deux secondes auprès de Richard, l'escrimeuse craque. Comme un réflexe, son corps se raidit en sentant l'auteur aussi proche d'elle, puis elle s'abandonne dans les bras de son homme en pleurant. « Je suis désolée. Je ne voulais pas t'accueillir comme ça. » Renifle-t-elle. « Je suis… Désolée… Vraiment. » Qu'elle répète à voix haute sans regarder Richard, préférant se blottir contre lui et échapper encore un peu plus à la triste vérité.  « Je suis contente que tu sois rentré. Tu m'as trop manquée. » Elle s'agrippe à lui, toujours en se cachant le visage pour ne pas qu'il voit ses yeux rougis par les larmes. Un mécanisme de protection inutile puisque le brun peut sentir sa respiration saccadée et entendre ses sanglots bruyants. « Il faut que tu me fasses une promesse, Ritchie… Tu vas entendre des choses dans les rues… Ces petites vieilles qui s'amusent encore à raconter des histoires pour soulager leurs petites vies sans intérêt… il faut que tu me promettes que tu n'y croiras pas, d'accord…? » La conversation est engagée… Elle ne peut plus tenter de diversion, alors Deborah relâche son emprise sur Richard et elle s'écarte, s'installe contre la tête de lit et essuie ses joues humides. « Il s'est passé quelque chose… Une soirée… J'ai été à une soirée… Et… Ça a dégénéré. » Elle se mord la lèvre et fond un peu plus en larmes en se souvenant de cette soirée, de la tournure qu'elle a prise alors qu'elle ne voulait même pas y aller à la base.

_________________


Ce sera comme on s'était dit car tout le temps, c'est toi qu'je veux. Et comme on avait pris la route à deux, ce sera bien mieux. Oh, ça nous dépasse tout cet amour, c'est si heureux. Les mauvais jours, moi je m'en passe car cet amour, c'est si précieux


When the lights go down, and the stars come out || Deborah 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard Lyon
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : John Harding et Max Julliard
TON AVATAR : Joel Kinnaman
TES CRÉDITS : Hypnotyk (avatar) + Boston (gifs) + crack in time (sign)
TA DISPONIBILITE RP : When the lights go down, and the stars come out || Deborah Tumblr_pbc12lnxu11vg2yxdo3_250
RAGOTS PARTAGÉS : 1213
POINTS : 1929
ARRIVÉE À TENBY : 11/02/2018
When the lights go down, and the stars come out || Deborah Tumblr_pbc12lnxu11vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 40 ans (13 mai 1979)
CÔTÉ COEUR : Une fille trop jeune pour lui. No comment.
PROFESSION : Ecrivain, il a du démissionner de son poste d'enseignant au lycée.
REPUTATION : Il sort avec la petite Weston, une ancienne élève qui a vingt ans de moins que lui, vous vous rendez compte ? Les parents d'élèves ont été scandalisé et ça se comprend, lui qui paraissait si bien sous tous rapports, si gentil ! Il y a de quoi se poser des questions, surtout quand on sait qu'il a démissionné de son poste...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

When the lights go down, and the stars come out || Deborah Empty
MessageSujet: Re: When the lights go down, and the stars come out || Deborah When the lights go down, and the stars come out || Deborah EmptyMer 17 Juil - 17:12

I'll be here for you
Under stars girl, underwater, when you can't breathe
I'll be here for you
When it's past three in the morning and you can't sleep
I'll be here for you

Richard ne s’attendait pas à cette crise de larme alors qu’il vient à peine de rentrer : il est donc aussi étonné qu’inquiet. Et surtout, il a peur de comprendre qu’il n’a pas vu quelque chose, et peur de ne l’avoir pas vu parce qu’il était absent, et donc d’avoir été le type qui privilégie son succès à sa copine. Au moins a-t-il à peu près l’assurance que ce n’est pas sa faute, au vu de la manière dont Deborah s’accroche à lui : s’il avait fait quelque chose qui n’allait pas, elle ne rechercherait pas son contact, n’est-ce pas ? Au demeurant, cet état traduit véritablement que quelque chose ne va pas, quelque chose de grave. Ce qui explique mieux pourquoi les sms qu’il a eu depuis qu’il est arrivé : manifestement, la famille paternelle de Deb n’en sait pas plus que lui, mais ils ont dû percevoir aussi que quelque chose n’allait pas. Quoi ? Les explications sont peut-être à venir, en attendant, Richard veut surtout rassurer l’escrimeuse. « Chut…c’est rien, championne, ce n’est pas grave, tu n’as pas besoin d’être désolée. » Il resserre un peu son étreinte sur elle, dépose un baiser affectueux sur le sommet de sa tête, respirant au passage son odeur. Elle lui avait sacrément manqué et il est désolé de la retrouver dans cet état, mais jamais il ne la jugera parce qu’elle ne va pas bien, ce qui est clairement le cas ici.

« Tu m’as manqué aussi tu sais…et je ne repars pas pendant un moment. Je reste avec toi autant que tu voudras. » Réplique-t-il, touché autant qu’il s’interroge sur ce qu’il s’est passé. Il a l’impression que ça fait un moment que ça dure et qu’il aurait mieux valu qu’il rentre plus tôt. Ainsi, il aurait pu percevoir le traumatisme de Deborah plus vite et l’aider mieux que ça. « Ça ne va pas si bien que ce que tu me disais dans tes sms, pas vrai ? Tu aurais du me le dire, chérie, c’est moi qui suis désolé de n’avoir rien vu et de ne pas être rentré plus tôt... » L’écrivain ne sait pas ce qu’il s’est passé, il ne comprend pas trop ce qui vaut cette crise de larmes, mais il est à peu près sûr que ça dure depuis plusieurs semaines – il se souvient d’un sms où il s’était déjà posé la question, et la réponse n’avait été qu’une dénégation.

Il la tient toujours dans ses bras, passe une main apaisante dans son dos, espérant calmer un peu ses larmes et la faire se sentir en sécurité, quand Deborah commence une sorte de confession à laquelle Richard ne s’attendait pas vraiment. « Oh…oui, bien sûr. Je te promets. » Il n’a pas envie de demander ce que les vieilles racontent, pas parce qu’il préfère ne pas savoir, mais bien parce que l’écrivain a bien compris que les commères de Tenby racontent toujours n’importe. « Je te crois toi, d’accord ? Quoiqu’elles disent, tu n’as pas besoin de t’inquiéter pour ça. »

Ce n’est pas pour autant qu’il comprend, mais Richard a confiance en Deborah. Et alors qu’il croit qu’elle va finalement tout lui dire, elle n’a le temps que de se redresser et de commencer une phrase pour craquer à nouveau. Mais quelle phrase ! L’écrivain sent son sang se glacer : il est arrivé quelque chose de grave à Deborah, et il imagine déjà le pire de tout ce qu’il peut se passer en soirée. Il doit donc violemment se réfréner pour ne pas paniquer lui-même, et lui poser la tornade de questions qui lui viennent à l’esprit. Au lieu de ça, il se redresse à son tour dans le lit pour l’attirer contre lui et la prendre dans ses bras. « D’accord…d’accord. Chut…je comprends. Je vais aller te chercher un verre d’eau, ça te fera du bien. Et puis après tu m’expliqueras. Quand tu te sentiras, prête, ok ? » Il relâche un peu son emprise, remarque qu’elle non. « Je reviens dans un instant, je ne suis pas loin, d’accord ? » Et effectivement, il ne reste qu’une poignée de seconde dans la salle de bain, s’asseyant sur les couvertures à côté de la jeune femme et passant un bras autour de ses épaules. « Tiens. » Il lui tend gentiment le verre d’eau, laisse passer du temps, patient, avant de demander : « Est-ce que…est-ce qu’il y a quelqu’un qui a voulu te faire du mal ? » Meilleur moyen de résumer toutes les questions que l’écrivain se pose.

_________________

PARADOXE
I'm everything I hate, everything I dispise, I'm a collection of paradoxes, a collection of flaws, misfortunes, disappointments, things I'm not aware of, I'm everything you don't want and I'm certainly everything you don't need.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


When the lights go down, and the stars come out || Deborah Empty
MessageSujet: Re: When the lights go down, and the stars come out || Deborah When the lights go down, and the stars come out || Deborah Empty

Revenir en haut Aller en bas

When the lights go down, and the stars come out || Deborah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: Historical Center :: Residences :: Victoria Street-