AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

When the lights go down, and the stars come out || Deborah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Richard Lyon
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : John Harding et Max Julliard
TON AVATAR : Joel Kinnaman
TES CRÉDITS : Hypnotyk (avatar) + Boston (gifs) + crack in time (sign)
TA DISPONIBILITE RP : When the lights go down, and the stars come out || Deborah Tumblr_pbc12lnxu11vg2yxdo3_250
RAGOTS PARTAGÉS : 1246
POINTS : 2024
ARRIVÉE À TENBY : 11/02/2018
When the lights go down, and the stars come out || Deborah Tumblr_pbc12lnxu11vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 40 ans (13 mai 1979)
CÔTÉ COEUR : Une fille trop jeune pour lui. No comment.
PROFESSION : Ecrivain, il a du démissionner de son poste d'enseignant au lycée.
REPUTATION : Il sort avec la petite Weston, une ancienne élève qui a vingt ans de moins que lui, vous vous rendez compte ? Les parents d'élèves ont été scandalisé et ça se comprend, lui qui paraissait si bien sous tous rapports, si gentil ! Il y a de quoi se poser des questions, surtout quand on sait qu'il a démissionné de son poste...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

When the lights go down, and the stars come out || Deborah Empty
MessageSujet: When the lights go down, and the stars come out || Deborah When the lights go down, and the stars come out || Deborah EmptyMar 2 Juil - 12:03


I'll be here for you
Under stars girl, underwater, when you can't breathe
I'll be here for you
When it's past three in the morning and you can't sleep
I'll be here for you

L’avion se pose sur le tarmac de Cardiff en douceur, et quelques minutes plus tard, Richard est en voiture pour Tenby, non sans avoir envoyé au préalable un message à Deborah pour lui dire qu’il rentre et de ne pas l’attendre pour se coucher. Il est déjà tard, et il n’a qu’une hâte, celle de rentrer chez lui. C’est la fin de sa tournée de promotion, qui s’est sacrément éternisée, et il a pris du retard au niveau de ses autres travaux. Le déménagement de sa sœur, un peu brutal malgré l’agression dont elle est victime, l’a un peu déprimé, et la perspective d’écrire ce livre pour enfant a un peu perdu de son éclat. Quant au projet de série adapté de son premier livre, les choses ont un peu ralenti à cause des retards techniques et des emplois du temps de rock star de Gwen et Nate. Richard a donc encore un peu de temps pour le finir, mais sur le moment, il a surtout envie de rentrer et de se poser un peu. Quelques semaines tranquilles ne lui feront pas de mal pour écrire.

Surtout, il a envie de retrouver Deborah. Avec cette tournée de promotion, ils ne se sont pas beaucoup vus, et il la trouve un peu distante, comme si quelque chose n’allait pas, sans parvenir à identifier quoi, ni si c’est à cause de son absence, ou même s’il y est pour quelque chose. Il a essayé de lui en parler un peu, mais c’est vrai qu’à distance, ce n’est pas facile, surtout face à quelqu’un qui nie totalement. Peut-être que ce n’est qu’une impression, mais l’auteur n’arrive pas à se défaire de l’idée que quelque chose ne va pas, et il aimerait bien savoir quoi, s’inquiétant juste pour Deborah, sans aucune arrière-pensée. Il se poserait sans doute encore plus de questions s’il entendait les rumeurs qui disent qu’elle est encore retournée voir Daniel. Mais c’est sans doute l’avantage de ne pas être toujours à Tenby, Richard n’a rien entendu dans ce sens. L’inconvénient, c’est que comme il n’est pas là, il n’a sans doute pas perçu l’ampleur du malaise et du traumatisme qui agitent Deborah.

Pour ça, il ne va pas tarder à être servi. Garant la voiture près de chez lui, il descend sa valise et observe que la maison est déjà plongée dans le noir. Ça n’empêche pas Fidèle de lui faire la fête lorsqu’il rentre la valise, et il prend un instant le temps de caresser son vieux compagnon avant de monter. Abandonnant ses affaires au fur et à mesure, Richard se glisse doucement dans la chambre plongée dans l’obscurité pour se coucher, faisant le moins de bruit possible pour ne pas déranger Deborah, qui semble déjà dormir s’il en croit son peu de réaction. Malgré tout, il dépose un doux baiser dans son cou et il la prend dans ses bras avec douceur, la sentant bouger un peu contre lui. « Bonsoir, toi…je suis content de te retrouver, cette promo commençait à s’éterniser un peu trop. » Définitivement, il est content que ça soit fini. « Je vais pouvoir rester avec toi un peu… » Il allait ajouter quelque chose, lui demander si ça lui dirait qu’il vienne la voir à un de ses entrainements, ou de partir quelque jour comme l’année dernière, mais Richard se rend compte qu’il ne rêve pas, qu’il y a quelque chose qui ne va pas, et c’est concret, physique, ça ressort même de la façon dont Deborah s’accroche à l’étreinte qu’il lui offre. Elle tremble, et il n’a pas de réponse. « Hey, championne, tu… attends, tu me laisses allumer ? » La lueur de la lampe de chevet confirme ce qu’il pensait. Elle pleure. « Eh bah alors… » Murmure doucement Richard, aussi surpris qu’il est inquiet. « Toi, tu as besoin d’un câlin. Viens là. » Il la laisse se blotir contre lui, pas exactement certain de comprendre ce qu’il se passe, murmurant des paroles apaisantes dans l’espoir de calmer un peu la brune pour qu’elle lui explique ce qui se passe. « Chut…là…chut…tout va bien. Je suis là. Tu veux me dire ce qui ne va pas ? »

_________________

Promise to love you 'til the end of the line
©️crackintime


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deborah M. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : kane (avat) - penny (gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 2719
POINTS : 4836
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015
When the lights go down, and the stars come out || Deborah Tumblr_n1bvfigxOH1t3jxveo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime et richard
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille


When the lights go down, and the stars come out || Deborah Empty
MessageSujet: Re: When the lights go down, and the stars come out || Deborah When the lights go down, and the stars come out || Deborah EmptyDim 14 Juil - 13:37

I look inside myself and see my heart is black
I see my red door and must have it painted black
Maybe then I’ll fade away and not have to face the facts
It’s not easy facing up when your whole world is black


Des semaines… Cela fait des semaines entières que Deborah ne dit rien à personne et qu'elle s'entête à garder cette histoire pour elle, peu importe à quel point ça la bouffe de l'intérieur. Elle se prive de l'université et de l'escrime, ignorant les appels importants des quelques sponsors qu'elle a depuis sa presque victoire aux championnats européens. Ainsi, les mauvaises nouvelles s'accumulent et elle ne sait pas comment se sortir de cette galère. Sans surprise, elle devra encore réviser tout l'été pour compenser les sales notes qu'elle vient d'avoir et enfin essayer de valider son année scolaire aux rattrapages. Le seul au courant de toutes ses mésaventures n'est même pas dans la capacité de lui répondre : Fidèle. Elle lui a tout dit entre quelques sanglots, quand elle s'accrochait au col de l'animal et qu'elle avait besoin de réconfort.

Des semaines… Et ça aurait pu perdurer pendant de nombreuses semaines encore, si cette rumeur qui circule dans les rues de la bourgade ne coïncidait pas avec le retour de Richard. Elle est tellement heureuse de le retrouver, mais elle ne sait toujours pas plus comment elle va réussir à gérer cette situation qui la hante et qui l'empêche de vivre sa vie. La gorge serrée, elle lit le message de Richard, se préparant mentalement à avoir la conversation douloureuse qu'elle repousse depuis longtemps et ça la met dans tous ses états. Elle sanglote un peu plus, ne voulant toujours pas affronter la réalité et elle se dit que la meilleure solution reste de feindre le sommeil. Ainsi, Richard ne s'apercevra de rien et elle pourra encore garder le silence quelques heures supplémentaires. Elle essaye réellement de tomber dans les bras de Morphée, mais c'est impossible et elle se pétrifie sur place quand elle entend son amoureux rentrer. Il monte les escaliers, elle remonte la couverture jusqu'à ses épaules et ferme les yeux. Tous ses efforts sont vains : en seulement deux secondes auprès de Richard, l'escrimeuse craque. Comme un réflexe, son corps se raidit en sentant l'auteur aussi proche d'elle, puis elle s'abandonne dans les bras de son homme en pleurant. « Je suis désolée. Je ne voulais pas t'accueillir comme ça. » Renifle-t-elle. « Je suis… Désolée… Vraiment. » Qu'elle répète à voix haute sans regarder Richard, préférant se blottir contre lui et échapper encore un peu plus à la triste vérité.  « Je suis contente que tu sois rentré. Tu m'as trop manquée. » Elle s'agrippe à lui, toujours en se cachant le visage pour ne pas qu'il voit ses yeux rougis par les larmes. Un mécanisme de protection inutile puisque le brun peut sentir sa respiration saccadée et entendre ses sanglots bruyants. « Il faut que tu me fasses une promesse, Ritchie… Tu vas entendre des choses dans les rues… Ces petites vieilles qui s'amusent encore à raconter des histoires pour soulager leurs petites vies sans intérêt… il faut que tu me promettes que tu n'y croiras pas, d'accord…? » La conversation est engagée… Elle ne peut plus tenter de diversion, alors Deborah relâche son emprise sur Richard et elle s'écarte, s'installe contre la tête de lit et essuie ses joues humides. « Il s'est passé quelque chose… Une soirée… J'ai été à une soirée… Et… Ça a dégénéré. » Elle se mord la lèvre et fond un peu plus en larmes en se souvenant de cette soirée, de la tournure qu'elle a prise alors qu'elle ne voulait même pas y aller à la base.

_________________


Ce sera comme on s'était dit car tout le temps, c'est toi qu'je veux. Et comme on avait pris la route à deux, ce sera bien mieux. Oh, ça nous dépasse tout cet amour, c'est si heureux. Les mauvais jours, moi je m'en passe car cet amour, c'est si précieux


When the lights go down, and the stars come out || Deborah 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard Lyon
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : John Harding et Max Julliard
TON AVATAR : Joel Kinnaman
TES CRÉDITS : Hypnotyk (avatar) + Boston (gifs) + crack in time (sign)
TA DISPONIBILITE RP : When the lights go down, and the stars come out || Deborah Tumblr_pbc12lnxu11vg2yxdo3_250
RAGOTS PARTAGÉS : 1246
POINTS : 2024
ARRIVÉE À TENBY : 11/02/2018
When the lights go down, and the stars come out || Deborah Tumblr_pbc12lnxu11vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 40 ans (13 mai 1979)
CÔTÉ COEUR : Une fille trop jeune pour lui. No comment.
PROFESSION : Ecrivain, il a du démissionner de son poste d'enseignant au lycée.
REPUTATION : Il sort avec la petite Weston, une ancienne élève qui a vingt ans de moins que lui, vous vous rendez compte ? Les parents d'élèves ont été scandalisé et ça se comprend, lui qui paraissait si bien sous tous rapports, si gentil ! Il y a de quoi se poser des questions, surtout quand on sait qu'il a démissionné de son poste...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

When the lights go down, and the stars come out || Deborah Empty
MessageSujet: Re: When the lights go down, and the stars come out || Deborah When the lights go down, and the stars come out || Deborah EmptyMer 17 Juil - 17:12

I'll be here for you
Under stars girl, underwater, when you can't breathe
I'll be here for you
When it's past three in the morning and you can't sleep
I'll be here for you

Richard ne s’attendait pas à cette crise de larme alors qu’il vient à peine de rentrer : il est donc aussi étonné qu’inquiet. Et surtout, il a peur de comprendre qu’il n’a pas vu quelque chose, et peur de ne l’avoir pas vu parce qu’il était absent, et donc d’avoir été le type qui privilégie son succès à sa copine. Au moins a-t-il à peu près l’assurance que ce n’est pas sa faute, au vu de la manière dont Deborah s’accroche à lui : s’il avait fait quelque chose qui n’allait pas, elle ne rechercherait pas son contact, n’est-ce pas ? Au demeurant, cet état traduit véritablement que quelque chose ne va pas, quelque chose de grave. Ce qui explique mieux pourquoi les sms qu’il a eu depuis qu’il est arrivé : manifestement, la famille paternelle de Deb n’en sait pas plus que lui, mais ils ont dû percevoir aussi que quelque chose n’allait pas. Quoi ? Les explications sont peut-être à venir, en attendant, Richard veut surtout rassurer l’escrimeuse. « Chut…c’est rien, championne, ce n’est pas grave, tu n’as pas besoin d’être désolée. » Il resserre un peu son étreinte sur elle, dépose un baiser affectueux sur le sommet de sa tête, respirant au passage son odeur. Elle lui avait sacrément manqué et il est désolé de la retrouver dans cet état, mais jamais il ne la jugera parce qu’elle ne va pas bien, ce qui est clairement le cas ici.

« Tu m’as manqué aussi tu sais…et je ne repars pas pendant un moment. Je reste avec toi autant que tu voudras. » Réplique-t-il, touché autant qu’il s’interroge sur ce qu’il s’est passé. Il a l’impression que ça fait un moment que ça dure et qu’il aurait mieux valu qu’il rentre plus tôt. Ainsi, il aurait pu percevoir le traumatisme de Deborah plus vite et l’aider mieux que ça. « Ça ne va pas si bien que ce que tu me disais dans tes sms, pas vrai ? Tu aurais du me le dire, chérie, c’est moi qui suis désolé de n’avoir rien vu et de ne pas être rentré plus tôt... » L’écrivain ne sait pas ce qu’il s’est passé, il ne comprend pas trop ce qui vaut cette crise de larmes, mais il est à peu près sûr que ça dure depuis plusieurs semaines – il se souvient d’un sms où il s’était déjà posé la question, et la réponse n’avait été qu’une dénégation.

Il la tient toujours dans ses bras, passe une main apaisante dans son dos, espérant calmer un peu ses larmes et la faire se sentir en sécurité, quand Deborah commence une sorte de confession à laquelle Richard ne s’attendait pas vraiment. « Oh…oui, bien sûr. Je te promets. » Il n’a pas envie de demander ce que les vieilles racontent, pas parce qu’il préfère ne pas savoir, mais bien parce que l’écrivain a bien compris que les commères de Tenby racontent toujours n’importe. « Je te crois toi, d’accord ? Quoiqu’elles disent, tu n’as pas besoin de t’inquiéter pour ça. »

Ce n’est pas pour autant qu’il comprend, mais Richard a confiance en Deborah. Et alors qu’il croit qu’elle va finalement tout lui dire, elle n’a le temps que de se redresser et de commencer une phrase pour craquer à nouveau. Mais quelle phrase ! L’écrivain sent son sang se glacer : il est arrivé quelque chose de grave à Deborah, et il imagine déjà le pire de tout ce qu’il peut se passer en soirée. Il doit donc violemment se réfréner pour ne pas paniquer lui-même, et lui poser la tornade de questions qui lui viennent à l’esprit. Au lieu de ça, il se redresse à son tour dans le lit pour l’attirer contre lui et la prendre dans ses bras. « D’accord…d’accord. Chut…je comprends. Je vais aller te chercher un verre d’eau, ça te fera du bien. Et puis après tu m’expliqueras. Quand tu te sentiras, prête, ok ? » Il relâche un peu son emprise, remarque qu’elle non. « Je reviens dans un instant, je ne suis pas loin, d’accord ? » Et effectivement, il ne reste qu’une poignée de seconde dans la salle de bain, s’asseyant sur les couvertures à côté de la jeune femme et passant un bras autour de ses épaules. « Tiens. » Il lui tend gentiment le verre d’eau, laisse passer du temps, patient, avant de demander : « Est-ce que…est-ce qu’il y a quelqu’un qui a voulu te faire du mal ? » Meilleur moyen de résumer toutes les questions que l’écrivain se pose.

_________________

Promise to love you 'til the end of the line
©️crackintime


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deborah M. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : kane (avat) - penny (gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 2719
POINTS : 4836
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015
When the lights go down, and the stars come out || Deborah Tumblr_n1bvfigxOH1t3jxveo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime et richard
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille


When the lights go down, and the stars come out || Deborah Empty
MessageSujet: Re: When the lights go down, and the stars come out || Deborah When the lights go down, and the stars come out || Deborah EmptyDim 28 Juil - 19:33

I look inside myself and see my heart is black
I see my red door and must have it painted black
Maybe then I’ll fade away and not have to face the facts
It’s not easy facing up when your whole world is black


Pendant de longues secondes, Deborah garde le silence, elle se colle contre Richard et boit ses paroles, à la recherche du réconfort qu'elles peuvent lui apporter. Et il y arrive. Même si elle angoisse à l'idée de tout révéler à l'écrivain, il n'y a qu'avec lui qu'elle se sent prête à parler. Lexia avait essayé de la faire parler, mais sa filleule n'avait pas pipé mot. Lors de leur rencontre, la soirée était encore trop récente : elle portait encore les bleus sur le corps causés par les mains de Daniel qui lui faisait un massage cardiaque, elle avait aussi beaucoup trop mal à la gorge à cause de toute l'eau qu'elle a recraché, lui donnant à la fois l'impression de s'étouffer et de vomir. « Je ne voulais pas t'inquiéter… J'ai déjà brisé ta carrière de prof, je ne voulais pas non plus causer du tort à ta carrière d'écrivain. » Dit-elle, la tête baissée. Elle se pince les lèvres, consciente de tous les sacrifices que Richard a dû faire pour que cette relation fonctionne. Cette fois, elle n'allait pas gâcher sa tournée promotionnelle. Les enjeux étaient trop importants… Elle, à côté de tous ces enjeux, elle n'est pas grand chose. « Merci. » Dit-elle, touchée de la facilité avec laquelle Richard lui accorde sa confiance. Elle fond en larmes, toujours un peu plus, jusqu'à ce que l'ancien prof s'en aille pour lui offrir un verre d'eau. Elle profite de son absence pour se calmer et se remettre de ses émotions et elle sirote son verre d'eau doucement, calmant ses spasmes du mieux qu'elle peut. Richard a beau lui dire qu'elle peut prendre le temps qu'elle veut, elle se doute qu'elle a lâché une bombe et qu'il s'impatiente à présent - dans le cas contraire, elle l'aurait déjà bombardée de questions sans la moindre culpabilité. Elle pose le verre encore à moitié rempli sur la table de chevet et elle décide de reprendre son récit. « Je… Uhm… Je ne sais pas… C'est… C'est possible. » Elle serre les dents, essuie ses yeux et ses joues humides. « Je ne voulais même pas y aller, à cette soirée… Mais… Toi, tu venais de partir pour ta tournée promo et je me suis dit que c'était l'occasion de prouver à mon père et à tout le monde que je pouvais quand même sortir avec des personnes de mon âge, que… Que je pouvais avoir une vie sociale, contrairement à ce qu'ils pensent tous… » Elle remet les choses en contexte, mais se perd un peu dans son histoire. « Et au début, ça allait à peu près… Il y avait quelques personnes de l'université et de l'escrime. Il y avait Daniel aussi. » Malgré la construction confuse de son récit, Richard pourra sans doute comprendre à ce moment que la rumeur dont elle st victime implique le jeune Granger. « Et… Au bout d'un moment, j'ai commencé à me sentir très mal. J'avais chaud. Très chaud, j'étais… J'étais pas moi-même, j'avais l'impression de flotter au dessus de mon corps… Je ne sais plus vraiment ce qu'il s'est passé, mais sans que je comprenne vraiment ce qui se passait, j'ai terminé dans la piscine. » Elle marque une pause, reprend un peu d'eau. Sans trop savoir pourquoi, elle omet un détail qui lui fait honte : le fait qu'avant de finir dans la piscine, elle avait commencé à se déshabiller à cause de la chaleur, parce qu'elle n'arrivait plus à respirer, qu'elle avait l'impression de suffoquer. « C'est Dan qui m'a sortie de l'eau. Les détails sont flous… Je ne me souviens plus de grand chose. Je… J'étais incapable de rester seule… J'ai passé la nuit chez lui. Mais pas avec lui, hein. J'étais… J'étais dans la chambre de sa soeur. » Elle a besoin que Richard la croie, qu'il ait confiance en elle comme il le lui avait promis. « Je suis rentrée aux aurores… Mais apparemment, j'ai été aperçue et… C'est de ça dont tout le monde parle depuis peu. » Elle attrape la main de Richard, la serre dans la sienne. « Je… Je suis vraiment désolée… J'aurais dû être plus prudente… J'aurais dû… Je n'aurais même pas dû y aller, à cette foutue soirée. » Dit-elle en secouant la tête, toujours autant honteuse.

_________________


Ce sera comme on s'était dit car tout le temps, c'est toi qu'je veux. Et comme on avait pris la route à deux, ce sera bien mieux. Oh, ça nous dépasse tout cet amour, c'est si heureux. Les mauvais jours, moi je m'en passe car cet amour, c'est si précieux


When the lights go down, and the stars come out || Deborah 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard Lyon
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : John Harding et Max Julliard
TON AVATAR : Joel Kinnaman
TES CRÉDITS : Hypnotyk (avatar) + Boston (gifs) + crack in time (sign)
TA DISPONIBILITE RP : When the lights go down, and the stars come out || Deborah Tumblr_pbc12lnxu11vg2yxdo3_250
RAGOTS PARTAGÉS : 1246
POINTS : 2024
ARRIVÉE À TENBY : 11/02/2018
When the lights go down, and the stars come out || Deborah Tumblr_pbc12lnxu11vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 40 ans (13 mai 1979)
CÔTÉ COEUR : Une fille trop jeune pour lui. No comment.
PROFESSION : Ecrivain, il a du démissionner de son poste d'enseignant au lycée.
REPUTATION : Il sort avec la petite Weston, une ancienne élève qui a vingt ans de moins que lui, vous vous rendez compte ? Les parents d'élèves ont été scandalisé et ça se comprend, lui qui paraissait si bien sous tous rapports, si gentil ! Il y a de quoi se poser des questions, surtout quand on sait qu'il a démissionné de son poste...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

When the lights go down, and the stars come out || Deborah Empty
MessageSujet: Re: When the lights go down, and the stars come out || Deborah When the lights go down, and the stars come out || Deborah EmptyVen 9 Aoû - 23:53

I'll be here for you
Under stars girl, underwater, when you can't breathe
I'll be here for you
When it's past three in the morning and you can't sleep
I'll be here for you

Le fait que Deborah n’aie pas voulu l’inquiéter est à la fois touchant pour Richard, mais ça le désole toujours un peu quand il réalise qu’elle pense toujours le déranger inutilement. « Eh, écoute-moi. » Il passe un doigt sous le menton de la jeune femme pour l’inciter à le regarder. « Tu es plus importante que ma carrière de prof. Plus importante que mes livres. Des bouquins, je peux en écrire d’autres. Des tournées de promos, ça se décale. Ce n’est pas grave. Que tu ailles bien ou mal, c’est plus important pour moi, et je serais revenu sans hésiter…d’accord ? » Pour Ritchie, ce ne sont pas vraiment des sacrifices, ou si ça en est, il les fait volontiers. Il sait que les choses sont fragiles et qu’on peut perdre facilement les gens, alors oui, Deborah compte plus que tout, que son boulot, ses livres, ou le reste. Et là, il s’inquiète férocement. « Je crois que je ne suis pas le seul à m’inquiéter, d’ailleurs…ta belle-mère m’a demandé par sms si ça allait. Je pense que ton père s’inquiète aussi, en fait. » Ritchie voit bien que Deborah n’a parlé à personne durant son absence, ou en tout cas, pas de ce qu’il lui est arrivé. « Je suis là maintenant, ok ? Ça va aller… » Il resserre un peu son étreinte, et laisse du temps à la jeune femme pour se calmer, lui laissant le temps de souffler, de boire un peu, et assez de temps pour se préparer à avouer ce qui semble tant lui peser.

Le récit que Deborah lui livre est de prime abord un peu confus, mais Richard raccroche assez vite les wagons et parvient à remettre dans l’ordre les éléments de l’histoire qu’elle lui explique. Et ce qu’il comprend lui glace le sang. Sans trop insister, il se dit qu’il a taper juste : à ce qu’elle lui décrit, quelqu’un a sans doute essayé de droguer l’escrimeuse. A quelles fins ? Mieux vaut ne pas le savoir. L’essentiel est qu’elle soit tombée sur quelqu’un de bien (ou à peu près bien) intentionné en la personne de Dan. « Mais…mais de quoi tu es désolée, enfin ? Championne…eh, ce n’est pas de ta faute, tout ça. Vraiment. Tu es victime de ça, tu n'avais pas à être plus prudente, tu ne pouvais pas te douter... » Richard attire doucement sa petite amie contre lui, dépose un baiser sur sa joue. « Vraiment, tu n’y es pour rien, il faut que tu te sortes cette idée du crâne, tu es tombée sur quelqu’un de mal intentionné, mais ce n’est pas ta faute. » Il la berce doucement, pensif. « J’ai l’impression que quelqu’un a du te mettre une drogue quelconque dans ton verre, si tu veux mon avis… » Ca ne correspond pas aux symptomes de quelqu’un qui serait ivre, et Richard sait que Deborah boit très peu. De là, l’hypothèse qu’il évoque lui semble la plus probable. « Je ne sais pas si c’était pour faire une blague quelconque ou quelque chose de plus inquiétant, mais dans tous les cas, celui ou celle qui a fait ça, c’est un sacré connard…dire que tu aurais pu te noyer, ma pauvre chérie, tu as eu de la chance. » Il dépose un autre petit baiser sur sa joue.

Il a failli la perdre, réalise-t-il, et il n’aurait rien pu y faire, et il n’en aurait rien su. Mais l’écrivain met cette pensée de côté, se concentrant sur l’essentiel, et le traumatisme, encore manifeste, de Deborah. « Ne te préoccupe pas de la rumeur, d’accord ? Moi, je te crois. Sur tout. » Il se doute que dans son état, elle s’est accrochée au premier sauveur qu’elle a pu trouver, et Richard ne peut pas lui en vouloir quant au fait que ce soit Daniel. Au contraire, il aurait même plutôt tendance à être reconnaissant envers son filleul qu’autre chose. « Ca leur passera, ils se préoccuperont bientôt d’autre chose… en attendant, par contre, il y a de sacrés connards dans ton entourage. Je ne sais pas si c’est à l’université ou de ton club, mais par contre, je pense que ce serait bien de trouver de qui il s’agit. Les gens de la fac ou de l’escrime ne t’en ont rien dit ? » A ce stade, Richard ignore encore que Deborah n’est pas du tout retourner à la fac, ou même s’entrainer. Il songe juste qu’ils pourraient faire ça à d’autres filles, ce ne serait pas la première fois que des violeurs sévissent sur les soirées étudiantes. Ou c’est quelqu’un qui en a après Deborah en particulier, toutes les explications sont possibles, mais aucune n’est très rassurantes, pour Richard. « Est-ce que…est-ce que tu ne crois pas que ce serait bien d’en parler à ton père ? Je pense qu’il serait capable de t’aider, là-dessus…» Continue-t-il, hésitant. « Ou au moins à quelqu’un de la police ? » Il sait que les relations entre Thomas et sa fille sont difficiles, mais la situation est vraiment critique.

_________________

Promise to love you 'til the end of the line
©️crackintime


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deborah M. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : kane (avat) - penny (gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 2719
POINTS : 4836
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015
When the lights go down, and the stars come out || Deborah Tumblr_n1bvfigxOH1t3jxveo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime et richard
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille


When the lights go down, and the stars come out || Deborah Empty
MessageSujet: Re: When the lights go down, and the stars come out || Deborah When the lights go down, and the stars come out || Deborah EmptyDim 11 Aoû - 21:11

I look inside myself and see my heart is black
I see my red door and must have it painted black
Maybe then I’ll fade away and not have to face the facts
It’s not easy facing up when your whole world is black


Deborah est heureuse que Richard soit de retour, mais sa culpabilité ne diminue pas d'un pouce, au contraire, elle décuple. Elle serre les dents, s'en veut de toujours tout faire de travers. « Je suis désolée… S'il te plait, ne m'en veux pas… Je voulais seulement… T'épargner tout ça. » Dit-elle en se frottant les yeux. La jeune femme essaye de se rassurer en se disant que tout ce serait passé de la même façon, même si Richard était rentré plus tôt. Au moins, en ne lui disant rien, elle n'aura pas ruiné sa tournée promo. Elle l'aime, Richard, elle n'a pas envie de ruiner sa vie encore et encore. « Oh… Eléa t'a écrit ? Oui mon père m'a contactée… J'ai croisé ma tante, un peu après la soirée, je n'étais pas très en forme, je crois que c'est elle qui a dû leur en parler. » Lexia est futée, elle a tout de suite compris que quelque chose n'allait pas quand elle a vu que sa nièce ratait ses entraînements d'escrime. Malheureusement, la jeune femme n'avait pas trouvé le courage d'en parler à sa marraine et elle réalise qu'elle n'aurait pu en parler à personne hormis Richard. Son homme lui offre le refuge dont elle est constamment à la recherche et elle sait qu'elle n'a pas peur d'être jugé, même si ça ne l'empêche pas de se sentir très honteuse en faisant son récit.

Dire que tu aurais pu te noyer « Oui… De la chance.» Répète-t-elle, un peu dans le gaz. Sauf que pour elle, il ne s'agit pas réellement de chance. Quand son esprit vagabonde dans les parties sombres de ses réflexions et qu'elle imagine tout ce qu'on aurait pu lui faire alors qu'elle était droguée, elle trouve que la noyade aurait été un soulagement, une délivrance. Les paroles douces de l'écrivain aide Deborah se faire à l'idée qu'elle n'a pas cherché ce qu'il lui est arrivé, mais quelque chose la dérange encore sans qu'elle ne puisse comprendre pourquoi. Toute cette situation la rend mal à l'aise depuis le début. La présence de Richard ne pourra que l'aider à aller mieux, ça c'est une certitude. Il l'aide déjà puisqu'elle arrive enfin à parler de cette terrible soirée. En plus, il lui assure ne pas croire la rumeur, mais la croire elle, et ça, ça lui fait vraiment beaucoup de bien. Cette confiance aveugle qu'il a en elle alors qu'il est parti de longues semaines… Ça n'a pas de prix. Pourtant, même si Deborah va mieux depuis qu'elle est dans les bras de son amoureux, elle se crispe quand il lui demande si elle n'a rien entendu à l'université ou à ses entraînements d'escrime. Toujours dans la prolongation de l'incident… l'escrimeuse sent la gêne s'accroître. « À ce propos… Je ne sais pas… Je ne peux pas te dire en fait… Je… » Comment dire ça ? Les joues de l'étudiante prennent une teinte encore plus rouge et elle regarde de l'autre côté de la pièce. « Je n'y suis pas retournée. J'avais peur de tomber sur la personne qui avait fait ça, sans savoir de qui il s'agissait… C'était… C'était trop pour moi. Je ne pouvais pas. J'ai manqué deux compétitions, aussi… J'ai eu peur d'être accusée de dopage si jamais ils décidaient de faire des tests. » Tant qu'à faire les révélations qui déçoivent, autant aller jusqu'au bout. « J'ai raté mes examens. Je vais devoir les repasser en septembre… Et je crois que certains sponsors veulent me lâcher. Je ne sais pas trop, je n'ai pas répondu au téléphone et je n'ai pas voulu écouter les messages.  » Ça aussi, c'était trop difficile. Elle se pince les lèvres, rêve d'entendre la voix de Richard lui dire que tout va s'arranger, que tout va bien, dorénavant, qu'il est de retour et qu'il ne la laissera pas affronter ça toute seule. « La police ? Je ne peux pas… J'ai trop honte. Je veux dire, je viens d'une famille de flics, je n'avais même pas dix ans que mon père m'apprenait à couvrir mon verre. Il essayait de m'inciter à avoir les bons réflexes… Et moi… J'ai fait cette erreur de débutante. Je ne sais pas si je peux lui en parler… Il va être si déçu. » Déjà qu'elle le déçoit dès qu'elle prend ses propres décisions, elle n'est pas prête à pouvoir encore lire la déception dans les yeux de son paternel. « Dis-moi que ça va aller, s'il te plait. Mens-moi, s'il le faut… Mais s'il te plait… Dis-moi que ça va s'arranger. » Elle a besoin de sentir sa chaleur, de se sentir en sécurité et surtout, de se sentir prête à affronter ce qui l'attend.

_________________


Ce sera comme on s'était dit car tout le temps, c'est toi qu'je veux. Et comme on avait pris la route à deux, ce sera bien mieux. Oh, ça nous dépasse tout cet amour, c'est si heureux. Les mauvais jours, moi je m'en passe car cet amour, c'est si précieux


When the lights go down, and the stars come out || Deborah 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard Lyon
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : John Harding et Max Julliard
TON AVATAR : Joel Kinnaman
TES CRÉDITS : Hypnotyk (avatar) + Boston (gifs) + crack in time (sign)
TA DISPONIBILITE RP : When the lights go down, and the stars come out || Deborah Tumblr_pbc12lnxu11vg2yxdo3_250
RAGOTS PARTAGÉS : 1246
POINTS : 2024
ARRIVÉE À TENBY : 11/02/2018
When the lights go down, and the stars come out || Deborah Tumblr_pbc12lnxu11vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 40 ans (13 mai 1979)
CÔTÉ COEUR : Une fille trop jeune pour lui. No comment.
PROFESSION : Ecrivain, il a du démissionner de son poste d'enseignant au lycée.
REPUTATION : Il sort avec la petite Weston, une ancienne élève qui a vingt ans de moins que lui, vous vous rendez compte ? Les parents d'élèves ont été scandalisé et ça se comprend, lui qui paraissait si bien sous tous rapports, si gentil ! Il y a de quoi se poser des questions, surtout quand on sait qu'il a démissionné de son poste...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

When the lights go down, and the stars come out || Deborah Empty
MessageSujet: Re: When the lights go down, and the stars come out || Deborah When the lights go down, and the stars come out || Deborah EmptyDim 18 Aoû - 23:41

I'll be here for you
Under stars girl, underwater, when you can't breathe
I'll be here for you
When it's past three in the morning and you can't sleep
I'll be here for you

Comment ne pas avoir de peine face à la situation de Deborah ? Richard s’en veut profondément de l’avoir laissé seule face à ses soucis et de n’avoir rien vu. Il se sent d’autant plus mal que lorsqu’il le dit, l’escrimeuse semble croire qu’il est fâché après elle. Il passe doucement une main dans son dos pour la rassurer. « Là, là, je te promets que je ne t’en veux pas…je sais que tu voulais bien faire, ne sois pas désolée. » Comment lui en vouloir alors que Deborah n’a cherché qu’à le protéger lui et sa carrière ? Au contraire, Richard serait presque muet de surprise, comme à chaque fois qu’il découvre l’étendue des sacrifices que la brune est capable de faire, ou de vouloir faire, pour lui, quitte à oublier elle-même ses propres soucis. Il ferait exactement la même chose pour elle, d’ailleurs – c’est ce qu’il aurait fait si elle le lui avait dit. Ritchie n’insiste pas plus, offrant à Deborah une étreinte réconfortante qui lui semble plus importante des mots. Il comprend aussi que Deborah n’a vraiment parlé à personne, quand bien même d’autres gens – Thomas, sa tante – se sont rendu compte que ça n’allait pas. « Je n’ai pas bien su quoi lui répondre, comme je rentrais juste…je lui ai dit que je la tiendrais au courant. » Là non plus, il n’insiste pas plus, songeant qu’il faudrait aussi qu’il parle à Deborah de l’accident et de la conversation qu’il a eu avec Eléa, mais Ritchie décide de remettre ça à plus tard quand il comprend l’ampleur de ce qu’il s’est passé à la soirée où était sa petite amie.

Et l’écrivain comprend d’autant mieux pourquoi, des semaines après, celle-ci est toujours aussi mal. Quand il pense à tout ce qu’implique ce verre qui contenait sans doute une saloperie comme du GHB, il en a des frissons de colère. Oui, Deborah a eu de la chance, et pas seulement en évitant la noyade, les choses auraient pu être bien pire. Richard se découvre une colère sourde, une envie brulante et furieuse de retrouver le connard qui a fait ça et de lui coller son poing dans la figure, de lui rendre au centuple ce qu’il a fait à la jeune femme. D’ailleurs, il y a peut-être moyen de le retrouver, justement, par la fac ou l’escrime, d’où sa question suivante – ne serait-ce que pour porter plainte. Mais ce qu’il apprend en dit plus long sur le traumatisme de Deborah qu’autre chose. « Oh, chérie… » Il pose gentiment la main sur son épaule. « Je comprends, je comprends… » Oui, l’écrivain voit qu’elle a peur, et qu’elle est terriblement mal. Et au final, même si c’est handicapant pour sa carrière, ou ses examens, ou tout le reste, il était sans doute inévitable qu’elle réagisse ainsi. Richard n’émet donc aucun jugement à ce propos ; qui aurait fait mieux à la place de Deborah ?

En revanche, il reste ferme et essaye tout de même de la faire changer d’avis à propos de la police. « Chérie…écoute, personne ne t’y obligera. Ni moi ni personne, mais promets moi d’y réfléchir. Je répondrais pas à Eléa si tu ne veux pas, et je ne vais pas décider pour toi d’aller au commissariat. » Mais Richard est tout de même convaincu que ce serait la meilleure solution. « La seule personne qui devrait avoir honte, dans cette histoire, c’est le connard qui t’a fait ça. Et c’est aussi la seule personne qui mérite de se pourrir la vie avec cette histoire. Et dans tous les cas, je te l’ai dit, ce n’est pas ta faute. Tu n’as pas regardé ton verre, peut-être, mais ça ne donnait à personne le droit de te faire ça ou d’essayer de te faire du mal. » Il continue avec douceur : « Je sais que c’est difficile avec ton père, et je n’ai pas spécialement envie de le défendre non plus, mais je ne crois pas qu’il sera déçu. Je crois qu’il serait plutôt en colère contre celui qui t’a fait ça. » Ou alors Thomas est vraiment un père catastrophique. Mais Richard n’y croit pas vraiment. Peu importe les différends qui l’opposent au père de Deborah, il reste à près persuadé qu’il aime sa fille. « Et on sait déjà qu’il s’inquiète. Donc je pense qu’il pourrait, et qu’il voudra bien t’aider. » En tout cas, ça ne peut pas durer comme ça. A force de s’isoler, Deborah ne percevra plus rien d’autre que son traumatisme, si ce n’est pas déjà le cas. « Si tu ne veux pas le voir lui, réfléchis au moins au fait d’aller voir quelqu’un au commissariat. Ils pourraient trouver de qui il s’agit, eux. Ca te rassurerait, un peu ? » C’est un argument crédible, pour Ritchie, car au fond, Deborah ne peut pas rester ad vitam aeternam isolée, sans voir personne, à déprimer et ruminer ses blessures. Lui n’y connait rien, et même avec la meilleure volonté du monde, il ne peut pas faire grand-chose à part être un soutien moral.

Cela dit, pour ce soir, c’est peut-être la seule chose dont Deborah a vraiment besoin, et la meilleure chose que lui puisse faire. Il se lève, vient se rallonger à côté de la jeune femme, et prend doucement l’escrimeuse dans ses bras. « Ca va s’arranger, oui. Je te le promets. Je te jure que tout ira bien. Je reste avec toi, et on va trouver une solution, tous les deux. » Il pose son menton sur le sommet de la tête de son amante, resserre un peu son étreinte autour de ses épaules, laissant le silence s’installer. La chambre se fait plus calme, plus apaisée. Il penche la tête vers Deborah. « Ca va ? » Elle a l’air un peu mieux, mais Richard la garde dans ses bras, caressant ses cheveux en silence.

L’écrivain réfléchit. Il faut qu’ils s’organisent, et il faut qu’il trouve quelque chose pour continuer. Quand il reprend la parole, il a déjà quelques solutions. « Je vais t’aider à réviser tes examens. Et si tu veux, je t’accompagnerais aux rattrapages en septembre, comme ça, tu ne seras pas toute seule à l’université. » Ritchie se demande aussi s’il ne pourrait pas compter sur la complicité de Megan Julliard, une bonne copine de Deborah…à voir. « Et à la rigueur, je peux faire écouter les messages de tes sponsors à Julianne. Elle n’est pas agent sportif, mais elle aura peut-être de bons conseils à nous donner pour limiter la casse. » Reste l’escrime. Pour le coup, Richard ne sait pas trop quoi faire. « Tu crois que ton coach accepterait de te donner de te faire des entrainements particuliers ? Il l’avait fait, non, l’année dernière, avant la Serbie ? Peut-être qu’on pourrait négocier ça avec lui. » La fédération sera peut-être plus sévère, elle…et il ne voit que la police comme alliée, cette fois. « Ca te pénalise beaucoup, les compétitions que tu as manqué ? Si c’est le cas, en leur montrant une plainte, ils pourraient peut-être se montrer plus compréhensifs. Ton entraineur aussi, d’ailleurs…sinon, ta non-participation aux compétitions ne te pénalise pas trop, pour l’instant, laisse aller les choses. Le temps de revenir, de reprendre les entrainements, et que tu sois mieux. » Il l’embrasse avec tendresse. « Ca te ferait peut-être du bien de changer un peu d’air, dans un premier temps. On n’a pas réfléchi à des vacances. Ou au moins à quelques jours de break. Tu voudrais partir quelque part ? » Loin de Tenby, sans avoir à s’inquiéter de croiser le responsable de tout ça.

_________________

Promise to love you 'til the end of the line
©️crackintime


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deborah M. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : kane (avat) - penny (gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 2719
POINTS : 4836
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015
When the lights go down, and the stars come out || Deborah Tumblr_n1bvfigxOH1t3jxveo3_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 21 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime et richard
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille


When the lights go down, and the stars come out || Deborah Empty
MessageSujet: Re: When the lights go down, and the stars come out || Deborah When the lights go down, and the stars come out || Deborah EmptySam 24 Aoû - 17:52

I look inside myself and see my heart is black
I see my red door and must have it painted black
Maybe then I’ll fade away and not have to face the facts
It’s not easy facing up when your whole world is black


Ce n'est pas facile d'annoncer à la personne qu'on aime profondément qu'on a fait des erreurs, qu'on a pas su être capable de se relever après une mauvaise chute. Constamment, Deborah a peur de lire de la déception dans le regard de Richard tout comme elle aurait la même appréhension si elle avait cette discussion avec son père. Pour l'heure, toutefois, elle n'arrive pas à parler à son père et c'est son petit-ami qui doit subir tous ses états-d'âme. Petit à petit, il comprend l'ampleur du traumatisme de la jeune femme et il a les bonnes réactions : elle se sent aimée, soutenue et elle a l'impression que tout n'est pas perdu, qu'il y a encore un peu d'espoir dans sa vie qu'elle trouvait pourtant bien misérable quand Richard n'était pas là. « Oui, s'il te plait… N'en parle pas à Eléa. Pas encore. » Demande-t-elle, comprenant enfin qu'il va quand même falloir en parler à son père avant que quelqu'un d'autre soit au courant. Avoir cette conversation avec Richard a le mérite de faire comprendre à l'escrimeuse qu'elle ne peut plus continuer à vivre comme elle le fait depuis des semaines : seule, apeurée, triste. C'est une battante, Deborah… Et elle finira par se relever, même si ça lui semblait impossible jusque là. Elle avait justement besoin d'entendre les bons mots, de sentir qu'elle compte pour certain, qu'elle aussi, elle est importante.  « En effet, ça me rassurerait de savoir qui a fait ça. » Même si maintenant, elle sait qu'elle sera beaucoup plus méfiante si l'envie lui prenait de sortir en soirée. Assurément, ça n'arrivera pas de sitôt. Elle n'a jamais aimé sortir sans Richard à ses côtés et elle ne voit plus l'intérêt de sortir sans lui. Qu'importe s'il doit encore partir de longues semaines pour son travail, elle saura l'attendre patiemment.

« Ça va toujours mieux, quand tu es avec moi. » Avoue-t-elle avec un sourire triste sur les lèvres. Elle a quand même un peu peur, Deborah… Peur de la grandeur de ses sentiments pour l'écrivain. Elle réalise à quel point elle était perdue quand il n'était pas là et maintenant qu'il est de retour, elle se sent plus forte, elle se sent mieux… Elle nourrit une réelle dépendance à cet homme et ça, c'est effrayant.  Elle reste là, dans les bras de son amoureux, s'imprégnant de sa chaleur et du sentiment de sécurité qu'il lui procure jusqu'à ce qu'il reprenne la parole en trouvant des solutions à tous les problèmes qu'elle croyait insurmontables. Elle lève les yeux vers lui, reconnaissante comme rarement elle l'a été dans sa vie et elle hoche la tête à toutes les propositions qu'il fait. « D'accord. » Il est conscient qu'elle aura besoin de lui sans qu'elle ne lui demande quoi que ce soit et ça, ça enlève un poids immense sur la poitrine de la jeune femme. Elle n'a pas à demander son aide : il la lui propose de lui même, comme si c'était non négligeable et c'est exactement ce dont elle avait besoin. Elle se pince les lèvres, ressentant un semblant de joie pour la première fois depuis le départ de l'auteur. « Je ne sais pas si McCall voudra… Il le faisait avant les championnats, parce que c'était les championnats, justement… Mais ça vaut le coup d'essayer. » Le prochain tournoi auquel elle doit participer n'est pas avant la fin de l'année, mais elle doit encore se qualifier et elle n'a clairement pas mis toutes les chances de son côté, dernièrement. « Oui… Ça me pénalise beaucoup. » Ainsi, elle comprend l'évidence qui s'offre à elle : elle doit déposer une plainte, elle doit prendre sur elle et raconter encore une fois le déroulement de la soirée. Quitte à faire ce constat, elle réalise aussi que ce sera plus facile de parler à son père car elle n'aimera pas les questions venant d'un inconnu, elle se braquerait et n'arriverait pas à faire quoi que ce soit. « T'as raison… Il faut que j'en parle. Je suis stupide, j'aurais dû le faire directement. » Mais la honte avait pris le dessus, l'empêchant de faire quoi que ce soit de cohérent. « J'irai voir mon père… Je n'ai pas envie d'en parler devant un inconnu. » Ce qui l'effraie, cependant, à l'idée de porter plainte et de se servir de la plainte pour atténuer les dégâts, c'est que l'histoire sera publique. Probablement que le journaliste sportif qui la suit depuis sa presque victoire aux championnats d'Europe sera même celui qui relatera les événements dans la presse sportive du coin. « J'étais tellement perdue sans toi… Je n'arrivais pas à penser correctement. Je ne pensais pas que ça m'arriverait, un jour… D'être aussi paralysée au point de ne plus savoir quoi faire. » Pense-t-elle à voix haute. Elle embrasse Richard à son tour. « J'aimerais bien… Mais je ne sais pas si c'est raisonnable... Avec les révisions et les entraînements qui m'attendent. Et puis, tu viens tout juste de rentrer, ta valise n'est même pas défaite. Tu veux sûrement profiter de ton chez toi, revoir tes amis, ta famille. » Elle pose une main sur sa joue, lui sourit sans se forcer. « Si j'ai mes examens, on aura qu'à fêter ça ailleurs, d'accord ? À Brighton, par exemple ? » Elle lui fait un clin d'œil, a envie de faire des taquineries pour la première fois depuis ce qui semblait une éternité. Clairement, avec Richard de retour à la maison, Deborah ne peut qu'aller mieux.

_________________


Ce sera comme on s'était dit car tout le temps, c'est toi qu'je veux. Et comme on avait pris la route à deux, ce sera bien mieux. Oh, ça nous dépasse tout cet amour, c'est si heureux. Les mauvais jours, moi je m'en passe car cet amour, c'est si précieux


When the lights go down, and the stars come out || Deborah 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard Lyon
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : John Harding et Max Julliard
TON AVATAR : Joel Kinnaman
TES CRÉDITS : Hypnotyk (avatar) + Boston (gifs) + crack in time (sign)
TA DISPONIBILITE RP : When the lights go down, and the stars come out || Deborah Tumblr_pbc12lnxu11vg2yxdo3_250
RAGOTS PARTAGÉS : 1246
POINTS : 2024
ARRIVÉE À TENBY : 11/02/2018
When the lights go down, and the stars come out || Deborah Tumblr_pbc12lnxu11vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 40 ans (13 mai 1979)
CÔTÉ COEUR : Une fille trop jeune pour lui. No comment.
PROFESSION : Ecrivain, il a du démissionner de son poste d'enseignant au lycée.
REPUTATION : Il sort avec la petite Weston, une ancienne élève qui a vingt ans de moins que lui, vous vous rendez compte ? Les parents d'élèves ont été scandalisé et ça se comprend, lui qui paraissait si bien sous tous rapports, si gentil ! Il y a de quoi se poser des questions, surtout quand on sait qu'il a démissionné de son poste...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

When the lights go down, and the stars come out || Deborah Empty
MessageSujet: Re: When the lights go down, and the stars come out || Deborah When the lights go down, and the stars come out || Deborah EmptyDim 1 Sep - 15:26


I'll be here for you
Under stars girl, underwater, when you can't breathe
I'll be here for you
When it's past three in the morning and you can't sleep
I'll be here for you

Ce n’est pas les retrouvailles que Ritchie avait imaginé, mais qu’importe. Il est content de retrouver Deborah, comme il a pu le dire, et content de voir qu’il arrive à la rassurer un peu, content de voir qu’elle envisage sérieusement le plan qu’il propose et qu’elle décide de porter plainte. « Et moi tant que ça va mieux de ton côté je suis heureux. » Elle est la seule chose qui compte. Peu importe qu’il soit assez tard dans la nuit, peu importe qu’il soit épuisé ou que le décalage horaire commence à faire son effet. Ritchie resterait éveillé toute la nuit à consoler l’escrimeuse s’il le fallait, car il est désolé de la voir aussi mal. Non que ça l’agace de jouer ce rôle, au contraire, il a envie d’être là pour Deborah parce qu’il aime, mais la voir comme ça, alors qu’il la sait si courageuse, si pleine de vie, c’est un vrai crève-cœur. Et une part de Ritchie est à son tour rassuré de voir la brune hocher la tête à toutes ses propositions. Même si la situation n’a rien de parfait. « Si tu n’as pas peur que je sois trop rouillé et que je te fasse perdre ton temps, je pourrais venir combattre avec toi. Ca me manque un peu, nos duels… » Sourit-il avec malice, jugeant bon de détendre un peu l’atmosphère, histoire que Deborah pense un peu à autre chose. La proposition est cependant très sincère : Richard se souvient de leurs entrainements comme si c’était hier, et pourtant, c’était il y a plus d’un an…une éternité, ou une seconde, il ne sait pas trop. Ce n’est pas le principal. Pour l’instant, ce qui compte, c’est de trouver des solutions. Voyant Deborah sur le point de replonger dans la déprime en évoquant ses compétitions, Richard lui adresse un sourire doux. « Ca va aller, ne t’en fais pas. Je crois que tu as toutes tes chances, moi, malgré tout. » Oui, pour avoir déjà vu Deborah se battre, Richard sait que même si la partie sera dure, elle peut y arriver. En tout cas, il y croit dur comme fer. « Tu as déjà montré ce que tu valais aux championnats d’Europe. Je suis sûr que tu vas y arriver. » Il croit en elle, tout simplement, aveuglément, sans questionnement. Si pour le reste, Deborah aura peut-être besoin de lui et qu’il peut l’aider, pour l’escrime, Richard est sûr d’une chose : elle a juste besoin de retrouver un peu de confiance en elle. Ce qui n’est en soi pas facile, il veut bien l’admettre…

La voilà d’ailleurs repartie à se trouver idiote de n’avoir pas parlé plus tôt, même si c’est pour ajouter qu’elle ira voir son père, ce qui est en soi une bonne nouvelle. « Dis pas ça, eh…, tu n’es pas idiote. C’est normal d’être sous le choc, après ce que tu as subi...personne ne peut te blâmer pour ça. » Richard sait que le mot est faible et que c’est sans doute bien plus que ça, un mélange de peur, de honte, et de déprime qu’il ne peut pas envisager ni comprendre dans son entier. Mais il sait aussi une chose, Deborah est victime de ça, et elle ne devrait s’en vouloir de rien. Et personne n’a le droit de la juger, peu importe si elle n’a pas eu le courage de parler plus tôt. Il ne laissera personne le faire. « Je sais que c’est difficile pour toi. Mais je crois que c’est le mieux, effectivement… » Approuve-t-il ensuite. Thomas saura mieux quoi faire que lui.

Pour autant, ce que sa compagne lui dit ensuite surprend un peu Richard. Il a l’impression diffuse que les pensées de Deborah dépassent un peu l’agression et que cela concerne plus leur relation en général, mais il n’en est pas trop sûr. Il se dit un instant qu’il devrait oublier moins souvent que Deborah est bien moins âgée que lui et que son rapport à l’amour et à leur relation n’est pas le même, mais réalise que c’est faux. Quand il démissionné, Richard était paumé, complétement, et c’est parce que Deborah était avec lui qu’il n’a pas sombré. Et s’il vivait quelque chose d’aussi traumatisant qu’elle, sans doute que l’écrivain serait tout aussi paralysé et incapable de réfléchir de la même manière…qui sait ? Mais il n’y a rien de particulier à répondre, juste à être là. De toute façon, l’escrimeuse ne lui laisse pas le temps de répondre, répondant elle-même à ses projets. « Et avec toi. J’ai envie de passer du temps avec toi. » Réplique Richard avec un sourire, avant d’ajouter malicieusement : « Même si je ne suis pas contre dormir quelques jours sans rien faire d’autre, je suis en bout de course… » Les amis attendront, quant à la famille…Sameen et Cameron partis, il n’y a plus personne de celle-ci dans le coin. Ca déprime Ritchie, mais il n’ose pas en parler à Deborah. Elle a déjà assez de soucis, il ne va pas lui en rajouter. « J’aime bien ce plan. » Brighton lui rappelle de bons souvenirs, en effet. Il l’embrasse à son tour, plus longuement. « Tant qu’on est ensemble, moi, je ne suis pas difficile. » Oui, il ne veut rien de plus, Richard, sinon que Deborah soit heureuse. Et ça a l’air d’aller un peu mieux, justement, ce qui le réjouit. « Mais je crois quand même que tu aurais besoin de te changer les idées avant qu'on ne parte. » Avance-t-il, l’embrassant dans le cou, câlin. « Il se peut que j'ai deux ou trois idées...si ça t'intéresse de les entendre.  » La raison, l’amour, la compassion, le désir…trouver un équilibre, c’est compliqué, même à quarante ans. Heureusement, ils sont deux pour le faire. Les choses ne sont pas si mal, après tout.

_________________

Promise to love you 'til the end of the line
©️crackintime


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


When the lights go down, and the stars come out || Deborah Empty
MessageSujet: Re: When the lights go down, and the stars come out || Deborah When the lights go down, and the stars come out || Deborah Empty

Revenir en haut Aller en bas

When the lights go down, and the stars come out || Deborah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: Historical Center :: Residences :: Victoria Street-