AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
♣ Bienvenue sur Whispers Down The Lane ! L’intrigue du forum se situe à Tenby, petit village gallois où il fait bon vivre et où les rumeurs font le délice des habitants. Mais ne vous fiez pas aux apparences : ici, tout le monde est bienvenu ! L’esprit du forum, c’est convivialité, détente, et un peu de drama aussi ! Nous acceptons tous les personnages, et n’exigeons aucun minimum de rp par mois. On attend plus que vous !
Tenby, février 2020
5°C/11°C ♣ L'hiver est bien installé, et Tenby le subit de plein fouet. Il y a même eu un peu de neige, même si elle n'a pas tenu bien longtemps. Ce qui est sûr, c'est que le vent et la pluie sont partis pour durer, et qu'il va encore faire froid un moment.
♣ Avez-vous entendu ? Dimka Vassilievitch a été libéré de l’hôpital psychiatrique, où il avait été interné à cause de sa schizophrénie. Ce n’est pas rassurant de le savoir en ville, non ? Je me demande ce qu’il faut faire…Venez donner votre avis ici.
-46%
Le deal à ne pas rater :
Promo rare sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
206 € 379 €
Voir le deal

Partagez

Sink into an ocean of maddness | Thomas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Thomas E. Weston

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : Odistole (avatar) glennrheeality (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 1/3 (Deborah - Manhut)
A venir : Eléa
RAGOTS PARTAGÉS : 2089
POINTS : 3948
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015
Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 1d9afaf44533b364e30af74494cd4f1d358a6e1e
ÂGE DU PERSONNAGE : 44 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...

Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sink into an ocean of maddness | Thomas Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 EmptyDim 27 Oct - 14:14

And it's hard to dance with a devil on your back
So shake him off
It's always darkest before the dawn

Keelin confirme à Thomas qu’il y a vraiment de grandes chances pour que Drew se braque très rapidement et se rallie donc à son idée de dévoiler leurs atouts très progressivement. « Effectivement c’est une technique qu’on utilise en interrogatoire pour les suspects qui n’ont pas peur du tout de la police ou de la prison. Ils sont difficiles à faire flancher et connaissent bien le système en général alors il faut ruser… » En tout cas, ils sont d’accord sur le déroulé du plan alors ils n’ont plus qu’à se rendre au lieu de rendez-vous. Et puisqu’il n’y a pas plus besoin que ça de discuter des détails, Thomas se permet de s’inquiéter de l’état d’esprit de sa passagère une fois qu’ils sont montés dans la voiture. Cette dernière lui répond avec une grande franchise. « Je comprends…  Une chance pour nous que vous ayez de l’expérience dans ce jeu de l’impassibilité et des négociations, alors. » Réponds alors le flic, une fois qu’elle lui a expliqué qu’elle a la boule au ventre et qu’elle a l’impression qu’elle va pénétrer dans une arène mais que ce n’est pas si inhabituel pour elle. « Ça va marcher. Il faut que ça marche… Vous avez le droit à un nouveau départ. » Dit-il ensuite avec conviction lorsque la brune émet le vœu que les éléments qu’ils ont trouvés soient suffisants pour convaincre Drew. Le Weston préférait se raccrocher à sa détermination plutôt qu’à l’espoir…

Le reste du trajet se passe dans un silence relatif et Thomas ne dit plus rien, imaginant sans peine que pas mal de choses se passent dans l’esprit de la Harper. Et puis, ils sont très vite face à Drew même si celui arrive en retard. Ce dernier a choisi d’opter des airs faussement joviaux et  salue Keelin de cette manière. La brune reste parfaitement maîtresse d’elle-même et cela, même quand leur adversaire commence les provocations sous forme d’allusions. Et bien entendu, il ne manque pas de s’intriguer de la présence de Thomas. « Et monsieur… ? » Dit-il en se tournant vers lui pour lui demander son nom comme s’ils étaient en train d’assister à un dîner mondain. Mais le Weston n’a pas le temps de répondre qu’il enchaîne avec une nouvelle provocation peu élégante à l’égard de Keelin. Heureusement la jeune femme ne se laisse pas démonter et lui cloue le bec avec maestria. « Je te présente Thomas Weston, policier au commissariat de Tenby. » L’attitude de Drew se modifie imperceptiblement et il se met à jauger Thom même si à l’oral, il se fait encore plus obséquieux. « Agent Weston, enchanté. Que me vaut le plaisir ? » « Monsieur Harper, bonjour. » Réplique t-il aussitôt avec la même fausse courtoisie. En revanche, il ne pouvait se résoudre à utiliser le mot « enchanté » de son côté, il y avait des limites à sa courtoisie. Comme John, il avait juste envie de cogner ce type... « Je suis un ami de Keelin. Nous avons des choses à vous dire. Mais on ne va pas faire ça dans la rue ! Suivez-nous, on va tout vous expliquer. » Une lueur calculatrice passe alors dans le regard de Drew. Il n’aimait pas la tournure des évènements, ça se voyait, et semblait pas encore avoir décidé de la manière dont il devait se comporter.

Cette indécision joue en la faveur du duo Thomas/Keelin car du coup, il les suit dans la salle de classe sans trop faire d’histoires. Ils se placent face à face, comme les duellistes qu’ils sont et quand Drew réitère sa question, Thomas laisse Keelin ouvrir les hostilités et prendre la main. Pour le moment, lui devait rester le plus silencieux possible afin de la laisser faire. Il était important que la démarche vienne d’elle, qu’elle tente de reprendre l’ascendant dans leur couple sans lui dans un premier temps. Autant pour sa psychologie à elle que pour sa psychologie à lui…  Il écoute donc les échanges du couple en silence, se faisant violence pour ne pas intervenir et ce même quand Drew lui adresse directement une de ses piques ou se met à traiter Keelin de mythomane et tente de la rabaisser. Cette dernière se défend tant bien que mal mais son mari semble décidé à appuyer directement là où ça fait mal. En quelques minutes, il arrive à balancer en vrac que Keelin n’a aucune preuve des coups qu’il lui a donné, qu’il s’est de toute façon fabriqué un alibi. Il ne manque pas non plus d’invoquer les « magouilles » de son épouse au parlement et parle bien entendu de l’intervention de John. Et encore une fois, il prend Thomas à témoin, s’adressant directement à lui. « Oui, agent Weston. John Harding m'a attaqué et a essayé de me faire peur. Vous êtes prêt à prendre une déposition ou à couvrir la liaison entre ma femme et son chien de garde ? » Dit-il avec un aplomb qu’on pourrait presque admirer s’il ne venait pas d’un homme aussi fourbe et vil…. Thomas a ses réponses toutes prêtes mais cet étalage, c’est trop pour Keelin qui flanche, laissant craqueler le masque qu’elle avait porté jusqu’à là.

« Assez ! Pourquoi perdre ton temps à retenir une femme qui ne t'aime plus ?! Ce n’est qu’un jeu pour toi ! » Elle se lève, visiblement furieuse et un brin désespéré. Elle jette d’ailleurs un regard à Thomas, l’autorisant ainsi à prendre la relève. Tant mieux. Il avait envie d’en découdre. L’attitude de Drew et les remarques qu’il avait réussi à sortir en quelques minutes avaient particulièrement énervé le flic. Certes, Drew agissait comme prévu mais ce n'était pas facile d'être le témoin de se agissements... Sauf qu’il ne peut pas se permettre de perdre son calme et est obligé de prendre la parole d’une voix égale. « Pour répondre à votre interrogation de tout à l’heure, Monsieur Harper, je ne suis pas ici pour jouer les agences matrimoniales. C’est même tout le contraire. Aujourd’hui, il s’agit de mettre fin à un mariage… Vous devriez écouter votre femme, Drew. Elle veut partir et vous devriez la laisser faire. Vous l’avez battue, vous avez mis sa vie en danger. C’est aussi pour cela que je suis là. Pour la protéger de vous. Parce que malgré ce que vous clamez, ce n’est pas une menteuse qui raconte des inepties. Moi je la crois. Et je parie que je ne serai pas le seul. Votre femme est respectée au sein de cette ville. Et comme elle vous l’a expliqué avant, elle a des preuves. Elle a fait constater ses blessures par des professionnels de santé. J’ai vu ces blessures de mes yeux et je vous confirme qu’elle n’a pas pu se les infliger seule. » Il pose une main apaisante sur le bras de Keelin, renforçant ainsi le soutien qu’il vient de lui exprimer et lui signalant ainsi qu’elle pouvait se rasseoir. « Je suis donc très surpris de vous entendre dire que vous avez deux témoins qui vous ont vu au café ce soir-là. Vous serez gentil de me communiquer leurs identités complètes, j’aimerai beaucoup m’entretenir entre eux… »

Il laisse un petit silence planer puis… « Ou alors… On arrête les bêtises. On arrête de jouer à ce jeu, de se balancer nos preuves respectives à la figure en essayant d’effrayer l’autre. A quoi ça pourrait servir de ressortir des vieilles histoires comme celles du Parlement pour faire tomber Keelin ? Si j’étais vous, je n’irai pas sur ce terrain. C’est un jeu dangereux qui pourrait se retourner contre vous, surtout que vous semblez avoir perdu vos preuves…. Vous savez tout le monde a des squelettes dans son placard… Et puis si vous tenez vraiment à ce que je prenne une déposition sur la prétendue agression à laquelle John Harding s’est livrée sur votre personne, je serai quand même obligé de signaler ce que vous venez d’avouer, c'est-à-dire que vous faisiez chanter votre femme. Et que par la même occasion, vous étiez au courant de ses délits mais que vous ne les avez pas reportés. C’est vraiment ce que vous voulez ? Une destruction mutuelle ? Vous voulez vraiment que j’arrête tout le monde ? » Il se calque sur l’attitude de Drew, gardant son calme mais parlant fermement. Lui aussi pouvait faire preuve d’assurance, faire comme s’il était sûr de gagner à chaque fois. Son ton était resté modéré mais le propos l'était de moins en moins. Le Weston n'hésitait pas à rappeler ses fautes à Drew, non pas dans l'espoir d'obtenir le repentir mais pour déjà lui rappeler qu'il n'était pas en position de force malgré ce qu'il essayait de faire croire. « Vous dites que vous ne voulez pas laisser votre femme avoir le beau rôle. Mais c’est à vous qu’elle l’offre. Elle vous donne une chance de préserver votre réputation. Vous lui avez menti, vous l’avez faite chanter, vous avez rompu les engagements que vous aviez pris lors de votre mariage. Vous l’avez battue. Vous ne lui montrez même pas le plus élémentaire des respects aujourd’hui. Et pourtant, elle vous offre une possibilité de mettre fin à votre mariage à l’amiable. Elle pourrait demander le divorce pour faute, porter plainte, vous traîner dans la boue et devant les tribunaux, réclamer la moitié de vos biens. Mais non, tout ce qu’elle vous demande, c’est sa liberté. Je ne vous connais pas Monsieur Harper, mais laissez-moi vous donner un conseil. Si j’étais vous, je signerai les papiers du divorce. Il vaut mieux être un homme qui a divorcé et a perdu sa femme aux yeux de tous, qu’un homme qui a exercé des violences conjugales. Ça vous poursuit ce genre de choses… Keelin vous fait une offre bien plus généreuse que ce que vous méritez. Alors vous devriez l’accepter pendant qu’il est encore temps. »

_________________

I want to let her know though, that all the nights sleeping beside her, even the useless arguments were things ever splendid, and the hard words I ever feared to say can now be said: I love you.
Revenir en haut Aller en bas
Keelin Harper
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Keelin Harper

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Megan
TON AVATAR : Gal Gadot
TES CRÉDITS : ava - mellow bird, gif profil et signa - pennywifey <3, code signa - batphanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : John - Daniel.

Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 Weyqxab
RAGOTS PARTAGÉS : 526
POINTS : 1582
ARRIVÉE À TENBY : 11/03/2018
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (11-07-1988)
CÔTÉ COEUR : En procédure de divorce avec un homme vil. Brisée de l'intérieur, son coeur lui est ailleurs. Elle tente de se reconstruire.
PROFESSION : Professeur au lycée de Tenby et conseillère municipale (urbanisme et événements)
REPUTATION : Il se dit que son petit couple parfait batterait de l'aile et qu'elle serait partie de chez elle.

Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sink into an ocean of maddness | Thomas Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 EmptyDim 3 Nov - 11:13

Monsters are not under my bed
They're out dancing in my head
It's burning in my chest
I just keep on telling me
That he will never come back to my door

En dépit de la préparation de cette confrontation et des encouragements de Thomas, Keelin n’avait pas réussi à intimider son mari ni à prendre le dessus psychologique sur lui. Pourtant, elle était venue déterminée et elle avait formulé de multiples arguments susceptibles de lui démontrer qu’il n’était pas en position de fanfaronner. Cependant, Drew n’était pas un adversaire facile à décourager : il les lui avait tous retournés sous prétexte qu’elle ne possédait aucune preuve tangible de ce qu’elle avançait, prêt à l’attaquer en retour si elle osait le quitter. Il se servait du son soi-disant rapprochement entre John et sa femme pour la déstabiliser et lui retourner le cerveau, n’hésitant pas à menacer ouvertement l’Irlandais en mentionnant leur altercation de vive voix. Keelin voulait retrouver sa liberté ? Ok mais pas sans en payer le prix, selon son mari. Le ton était clairement donné, il ne lâcherait pas facilement l’affaire. Heureusement, l’enseignante et le policier n’avaient pas encore abaissé toutes leurs cartes. Lorsqu’elle perdit finalement son sang-froid, exaspérée par l’attitude et la mauvaise foi de Drew, Keelin se mit en retrait de la conversation et Thomas prit le relai.

Pour commencer, Thomas lui rappela qu’ils étaient tous présents aujourd’hui non pas pour les réconcilier mais pour mettre un terme à ce mariage. Il appuya Keelin et rappela à Drew ce qu’il lui avait infligé. Contrairement aux mensonges de son mari, il la croyait et d’autres la croiraient forcément aussi car elle était respectée à Tenby et des professionnels de la santé avaient aussi confirmé ses blessures. D’un geste rassurant, l’agent de police posa une main sur le bras de la jeune femme et l’invita du regard à se rasseoir près d’eux. Fébrile, la brune s’exécuta et écouta la suite de l’échange entre les deux hommes. Pas facilement décontenancé, Thomas tenait très bien la barre contre Drew. Il lui exposa toutes les bonnes raisons pour l’encourager à accepter la proposition de sa femme surtout s’il tenait à préserver sa réputation : à quoi bon ressortir les vieilles histoires surtout en l’absence de preuves ? Il devrait aussi réfléchir à deux fois avant de rédiger une déposition contre John puisqu’il avait avoué avoir exercé un chantage sur sa femme. Drew préférait-il s’en sortir à bon compte ou privilégier une destruction mutuelle ?

Au fur et à mesure qu’il écoutait le flic, le mari de Keelin se sentait moins confortable même s’il gardait un visage impassible. Les dents serrées, il avait envie de répondre à Thomas mais il continuait d’abord d’écouter le Weston qui lui affirmait que son épouse lui donnait le beau rôle en proposant de mettre fin au mariage sans condition. Drew détestait la situation comme elle lui était présentée, voire imposée : accepter ce qu’on lui offrait, faute de meilleure option. Le duo se mettait le doigt dans l’œil s’il croyait que lui, Drew Harper, allait accepter sans rien dire. Comme l’agent le soulignait, il valait mieux être un mari quitté par sa femme, qu’un homme accusé de violences conjugales… sauf que les preuves tangibles que Keelin avait contre lui étaient trop minces que pour lui porter préjudice. Les gens se demanderaient pourquoi elle n’avait jamais porté plainte si son mari la battait et la vraie raison était celle que l’enseignante voulait garder secrète. Drew était un homme sans histoires, au casier vierge, à l’exception de quelques amendes routières. En trouvant un bon avocat, il pourrait se défendre et pourrir la vie de sa femme et de son nouveau copain… Il était partagé. Les paroles de Thomas lui donnaient clairement matière à réfléchir mais il n’arrivait pas à accepter que Keelin et son abruti de protecteur qui s’en était physiquement pris à lui s’en sortent à si bon compte. Pourtant, sa détermination avait légèrement flanché. Il devait encore peser le pour et le contre sur les enjeux pour lui, sur ce qu’il risquait de perdre. Qu’est-ce qui comptait le plus présentement ? S’en tirer à bon compte ou nuire à sa femme et son chien de garde ? Nourri par la colère et un désir de vengeance, la deuxième option primait toujours sur la première pour l’instant. Drew était un coq, il ne se laissait pas facilement intimider.

Sans un regard pour sa femme, il entreprit de répondre au policier. « Je vous ai bien écouté agent Weston, mais je ne pas d’accord avec vous. Nous sommes tous là sans preuve tangible de ce qu’on avance, ma femme n’a aucune preuve que je suis celui qui lui a infligé ces coups… Si je l’avais vraiment battue depuis tout ce temps comme vous le dites, pourquoi n’a-t-elle pas porté plainte ? Vous allez me dire parce que je la faisais prétendument chanter mais je n’ai rien dit de tel. Ne déformons pas les mots utilisés. J’ai simplement reconnu que j’étais au courant de ce qu’elle a fait et qu’il en existait des preuves. Elle avait simplement peur de se faire choper pour ses délits. Quant à ce bon vieux John Harding, vous semblez bien le connaître aussi… » Sous-entendu : Thomas avait clairement des partis pris et manquait de neutralité. Drew reprit ensuite avec plus d’assurance. « Si je n’étais pas malin, j’oserais presque dire que vous essayez de m’intimider pour me ranger à votre position. Mais je n’oserai pas bien évidemment. J’ai aussi bonne réputation en ville et un casier pratiquement vide si on ne compte pas cette ordonnance. A ce petit jeu de réputation, personne ne gagne. Pour en revenir au soir où elle est partie, je peux vous transmettre l’identité des deux personnes sans souci. » Drew était en effet bien au café ce soir-là avant de rentrer battre sa femme en raison de ses élucubrations violentes et alcooliques. Jusqu’où ses copains de beuverie seraient-ils prêts à mentir pour le couvrir ?

L’Harper continua son petit manège et se posa ensuite en victime. « Vous affirmez aussi que J’AI rompu les engagements pris lors de notre mariage ? Vous vous montreriez respectueux envers une femme qui vous quitte pour un autre homme ? » Cette fois, Keelin sortit de sa réserve, peinée et ébranlée. « Espèce de sadique, tu mens comme tu respires ! Le peu de respect que j’avais encore pour toi, tu ne l’as même plus. Tu me dégoûtes ! » Thomas devait la retenir sinon elle était capable de lui en mettre une et de donner ainsi un argument en faveur de Drew. Il se sentait fort quand elle réagissait ainsi mais l'enseignante n'arrivait plus à se retenir, elle avait encaissé trop longtemps sans rien dire. Ses nerfs étaient mis à rude épreuve. Il marqua une pause et reprit avec un peu plus d’assurance en les regardant tout les deux car il comptait sur la peur de sa femme. « Et vous parlez de mon respect ? Je refuse de signer les papiers de divorce dans ces conditions, sous forme d’intimidation et sans même avoir pris le temps de considérer toutes les options. Keelin n’avait jamais présenté ces papiers avant et puis ce n’est pas parce qu’ils sont rédigés que je suis obligé d’accepter. Inutile de me forcer la main. Il existe des avocats pour régler ces affaires. Mais elle n’ira pas jusqu’au procès, n’est-ce-pas ? Tu as beaucoup trop à perdre… ou plutôt les familles que tu as aidé à rentrer dans le pays. Preuve ou pas, tu ne peux pas te permettre que le doute s’installe sur eux. C’est toi qui vois Kee. Tu as les cartes entre tes mains. Je ne t’obligerai pas à rester mariée mais je ne t’aiderai pas non plus à obtenir un divorce facile. » Manipulateur, il avait retourné la situation à son avantage pour subtilement rappeler l’épée de Damoclès qui pesait sur sa femme – oui il la faisait chanter peu importe le mot qu'il employait pour le qualifier - tout en lui donnant faussement le choix sur la suite. Et quel dilemme… Celui qui avait toujours pendu au nez de Keelin depuis que Drew avait commencé à lever la main sur elle. Comme elle l’avait dit en privé à Thomas, elle n’avait pas subi tout ceci pour rien. Ces familles devaient rester en dehors de ces histoires et en même temps l’enseignante avait assez subi aussi. Il était temps de donner se remettre en selle et de reprendre possession de sa vie. Aidée par la présence de Thomas, la brune ne se laissa plus démonter. « Le nécessaire sera fait pour les protéger si nous en arrivons là. » Dirigée par un sentiment de désespoir et de colère, la jeune femme reprit donc à son tour la main dans la discussion, histoire d’exposer le dernier argument susceptible de motiver Drew dans leur sens. « Comme l’agent Weston l’a dit, tu devrais vraiment accepter cette proposition. Quand il parlait de squelettes dans le placard, il voulait simplement dire qu’on ne fouillera pas que dans mon passé mais dans le tien aussi. Et il pourrait y avoir un doute suffisant te concernant. » Surpris par la voix ferme de sa femme, il la toisa. Quelque chose dans le regard de Keelin avait changé. « De quoi tu parles ? Encore des inepties… Je pense que l’on s’est tout dit pour aujourd’hui. » Face à la retraite hâtive de Drew, Keelin abattit la dernière carte. « Toi aussi tu as tes secrets. De très vieux secrets. Des antécédents. Donc si tu veux vraiment tout déballer, nous en ferons autant. C’est toi qui vois mais tu auras énormément à perdre aussi. Pour ce que j’ai fait et pour autant qu’on puisse le prouver, j’encours quoi… une grosse amende ? Deux ou trois ans de prison ? Toi tu risques bien plus ! Tu n’as pas envie d’avoir des ennuis avec la justice et moi non plus. A nouveau, tu devrais sérieusement considérer le divorce à l'amiable. » Enfin ! La jeune femme avait réussi à affronter son démon et à lui clouer le bec en utilisant les mêmes armes que lui. Cette fois, un silence suivit les mots de Keelin. Drew réfléchissait à la situation… Ne restait peut-être de la part de Thomas qu’à enfoncer le clou pour que cette idée trouve définitivement le chemin de la raison dans la tête du Harper ? Devait-il aller jusqu’à lui dire ce qu’il avait trouvé ou au contraire garder précieusement cette information ? A lui de voir car le Weston avait la main. Drew et Keelin s’étaient tout dit pour l’instant.


_________________

Because of you
Your love lifts me up like helium ▬ When I'm done, you're all I need, when the fear comes and I drift towards the ground, I'm lucky you're around, even superwoman sometimes needed Superman's soul.
Revenir en haut Aller en bas
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Thomas E. Weston

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : Odistole (avatar) glennrheeality (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 1/3 (Deborah - Manhut)
A venir : Eléa
RAGOTS PARTAGÉS : 2089
POINTS : 3948
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015
Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 1d9afaf44533b364e30af74494cd4f1d358a6e1e
ÂGE DU PERSONNAGE : 44 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...

Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sink into an ocean of maddness | Thomas Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 EmptyLun 11 Nov - 21:54

And it's hard to dance with a devil on your back
So shake him off
It's always darkest before the dawn

Drew était un homme intelligent. Il avait patiemment écouté les arguments de Thomas et était sans doute en train de les soupeser dans un coin de son esprit. Mais il était fier aussi. Keelin l’avait répété maintes fois à Thomas et il pouvait désormais le constater de ses yeux. Le bon sens et la modération ne firent pas long feu face à l’envie de ne pas abandonner si facilement. Le futur ex-mari de Keelin avait envie de répliquer et il ne s’en priva pas. Il notifia bien au Weston qu’il n’était absolument pas d’accord avec lui et commença à enchaîner les arguments à l’encontre de Keelin. Heureusement, le flic avait anticipé et n’eut pas trop de mal à les contrer car ils étaient un peu faibles en plus d’être odieux. A l’image de celui comme quoi personne ne croirait que Keelin était une femme battue vu qu’elle n’avait jamais porté plainte ou de celui qui consistait à dire qu’ils ne pouvaient pas invoquer le chantage pour l’expliquer vu que celui-ci n’était pas prouvé. « Nous avons un argument très simple pour expliquer pourquoi votre femme n’a pas porté plainte plus tôt. Et non seulement, il a le mérite d’être vrai mais en plus, ça ne sera pas du tout en votre faveur. Nous expliquerons qu’elle craignait pour sa vie. Et avec les marques de strangulation que vous avez laissées sur son cou la dernière fois, ça sera imparable. Sans compter qu’elle a déjà déposé une main courante contre vous, ce qui constitue un début de preuve. On dépassera les simples violences conjugales, on sera sur une tentative d’homicide volontaire. Ça ne sera plus les mêmes peines en balance. Sans compter que se livrer à une tentative d’homicide sur son conjoint est une circonstance aggravante et que la tentative est punie au même titre que le crime. Même un mauvais avocat pourrait vous expliquer que c’est la prison garantie et qu’il ne faut mieux pas s’engager sur ce terrain. »

Le flic y était allé tout doucement et progressivement mais là, il était en train de monter en puissance et de formuler des menaces de plus en plus réelles et intimidantes. C’était un bras de fer et Drew était comme un chien enragé. Il ne fallait jamais lui montrer qu’on avait peur ou se laisser ébranler, car sinon, il attaquerait à la jugulaire. Thomas ne cille donc pas et continue à son tour à contre argumenter, allant crescendo dans les attaques directes. Fini la fausse politesse. « Quant à cette histoire de chantage, c’est vous qui tenez désespérément à l’évoquer à la première occasion. Avec ce que je viens de vous dire, nous n’en avons même pas besoin comme argument pour prouver la véracité de l’histoire de Keelin. Nous n’avons aucun intérêt à l’utiliser… Nous le ferons que si vous persistez à le faire, vous. Et là encore, je ne m’avance pas trop en disant que ça se retournera très certainement contre vous. Ça suffira juste à prouver que vous êtes un pervers manipulateur en plus d’être un homme violent. » La preuve en était encore à l’instant. Drew sous-entendait à présent que Thomas essayait de l’intimider et de le ranger à sa position pour couvrir John, se plaçant en victime, essayant de retourner la situation. Il avait donc saisi la stratégie en cours. Un point pour lui, effectivement. Mais deviner les règles du jeu auquel ils étaient en train de jouer ne voulait pas dire qu’il était à même de le gagner. Et le moustachu ne se prive pas de lui faire comprendre. « Non, comme je l’ai dit, si vous étiez malin, vous auriez déjà accepté l’offre généreuse de Keelin. Mais vous laissez parler votre orgueil à la place, sans même vous en rendre compte. Croyez-moi, si j’étais en train d’essayer de vous intimider, vous l’auriez clairement remarqué. Mais, là, j’essaye juste de vous exposer vos options. Je ne vous force à rien, c’est à vous de faire le choix plus intelligent… Vous êtes libre de partir à tout moment et de faire ce qu’il vous chante. » Il avait de plus en plus de mal avec les airs fanfarons de Drew et il se permet de piquer plus fort, préparant le terrain pour son argument choc. « Cela dit, un casier, ça se remplit vite… Surtout quand on a des problèmes de gestion de la colère… Et ça, par contre, c’est quelque chose que je dis pour vous intimider, vous pouvez donc en prendre bonne note. »

Mais comme prévu, le morceau était coriace. Drew s’entête, jouant les maris trompés, arguant que c’était Keelin qui avait rompu les engagements de leur mariage. Ce petit numéro, aussi immonde que le reste, était déjà dur à encaisser pour un observateur extérieur alors forcément, il fit craquer la principale intéressée. Elle cracha des mots teintés de mépris à son mari, pour la plus grande joie de ce dernier, car il put ensuite arguer qu’elle aussi, elle ne le respectait pas. Encore une fois, il essayait de retourner la situation à son avantage. Thomas inspira profondément. « Si vous pensez que John Harding est la raison pour laquelle votre femme vous quitte, vous êtes encore plus malade que je ne l’imaginais. Ne retournez pas votre colère contre lui ou contre Keelin alors que vous ne vous pouvez vous en prendre qu’à vous. Vous avez un problème de violence et sans doute d’alcoolisme. Vous devriez vous concentrer sur ça au lieu de blâmer les autres ou d’inventer des fausses histoires d’adultère. Vous avez levé la main sur elle, vous réalisez ce que ça signifie, ou même pas un peu ? Vous allez vraiment continuer à l’insulter sous mes yeux ? » Il voudrait à nouveau réconforter Keelin, lui montrer discrètement son soutien, faire un geste pour l’apaiser à nouveau mais il ne peut pas sans attirer l’attention de Drew. Il reste donc stoïque, priant pour qu’elle trouve la force de contrer la nouvelle diatribe de son époux. Ce dernier doit être légèrement acculé, car il rejoue les mêmes arguments, reparlant des familles qu’elle avait aidées et affirmant qu’il ne signerait pas les papiers du divorce sous la contrainte. Et ça n’échappe pas à Keelin qui dépasse les espérances de Thomas en lui clouant enfin le bec. Elle fait preuve de maestria en disant que les familles seraient protégées en conséquence, faisant ensuite diversion en amenant doucement mais sûrement le sujet de son passé criminel sur le tapis. Thomas a envie de sourire en voyant Drew perdre doucement mais sûrement encore un peu de sa contenance mais bien sûr, il reste impassible. Il n’a qu’une chose à faire, renforcer la performance de Keelin en enfonçant le clou une bonne fois pour toute. Il se penche en avant, regardant Drew dans les yeux pour lui donner le coup de grâce.

« Votre femme a tout dit. Mais au cas où vous pensez toujours que ce sont des inepties, je vais vous raconter une histoire… C’est celle d’un type qui ne supporte pas qu’on lui dise non. Il a des problèmes de gestion de colère aussi. Et ça, ça dure depuis longtemps. Même quand il n’est qu’un jeune étudiant. Il est jaloux, possessif, il a besoin d’avoir une emprise sur ses copines. Malheureusement pour lui,  l’une d’elle a un peu plus d’intuition que les autres. Elle le quitte, rompt tout contact avec lui. Lui, il ne le supporte pas. Alors il se venge. Il ne manque pas d’imagination pour le faire. Pneus crevés, lettres de menaces pas signées, animaux morts dans la boîte aux lettres… C’est flippant. Elle sait que c’est lui mais ne peut pas le prouver. Elle est terrifiée mais elle ne retourne pas pour autant avec lui. Alors il devient fou. Il doit se dire qu’elle n’a pas encore assez peur. Il décide de passer à la vitesse supérieure. Il va mettre le feu aux poubelles au pied de chez elle. Il voulait juste lui foutre la frousse mais n’est pas pyromane qui veut. Il y est allé bien trop fort. Il fout le feu à toute la résidence étudiante de la fille. Ça met la vie de beaucoup de gens en danger, ça. C’est un délit très grave. Tellement grave qu’il n’est pas encore prescrit aujourd’hui. Et puis aujourd’hui, la fille, c’est une adulte avec une vie bien remplie. Elle a plus peur du type. Elle pourrait facilement porter plainte à son tour, aller raconter à la police ce qu’elle sait… Vous imaginez si on le retrouvait aujourd’hui ? » Le flic se lève, dardant un regard implacable sur sa proie. Il attrape les papiers du divorce et va les déposer devant le Harper. « Prenez au moins le temps de les lire, Monsieur Harper, s’il n’y a que ça pour vous faire plaisir… Keelin et moi, nous attendrons… Vous verrez en plus que nous ne mentons pas et qu’ils sont vraiment plus favorables que ce que vous méritez. Encore une fois, je vous le dis, nous ne vous forçons à rien. Mais je le répète aussi : vous ne voulez vraiment pas aller au procès. Un divorce un peu trop facile, comme vous dites, ça sera le cadet de vos soucis, à côté d’une tentative d’homicide et des charges qui peuvent être retenues contre vous pour un incendie criminel qui a mis la vie de plusieurs personnes en danger. Avec ces deux affaires qui vous vous peser au dessus de la tête, vous ne vous en sortirez pas. L’histoire de votre femme étaiera celle de votre ex de la fac et vice versa. Les experts qui seront engagés pour vous évaluer sur le plan psychiatrique vont faire un sacré portrait de vous après ça. Vous ne perdrez pas que votre femme, vous perdrez votre réputation, votre liberté et probablement toute forme de réinsertion future… Alors certes, vous avez le pouvoir de blesser votre femme mais elle pourra vous le rendre au double. Le jeu n’en vaut pas la chandelle, alors que vous l’avez déjà perdue. Vous n’êtes pas en position de négocier, Monsieur Harper. Vous n’avez plus d’options. Je sais que ce n’est pas facile à admettre mais plus tôt, vous le ferez, plus vite nous pourrons tous partir d’ici et mettre fin à cette mascarade. Renoncez à vos envies de vengeance pour le bien de tous, et surtout le vôtre. »

_________________

I want to let her know though, that all the nights sleeping beside her, even the useless arguments were things ever splendid, and the hard words I ever feared to say can now be said: I love you.
Revenir en haut Aller en bas
Keelin Harper
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Keelin Harper

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Megan
TON AVATAR : Gal Gadot
TES CRÉDITS : ava - mellow bird, gif profil et signa - pennywifey <3, code signa - batphanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : John - Daniel.

Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 Weyqxab
RAGOTS PARTAGÉS : 526
POINTS : 1582
ARRIVÉE À TENBY : 11/03/2018
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (11-07-1988)
CÔTÉ COEUR : En procédure de divorce avec un homme vil. Brisée de l'intérieur, son coeur lui est ailleurs. Elle tente de se reconstruire.
PROFESSION : Professeur au lycée de Tenby et conseillère municipale (urbanisme et événements)
REPUTATION : Il se dit que son petit couple parfait batterait de l'aile et qu'elle serait partie de chez elle.

Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sink into an ocean of maddness | Thomas Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 EmptyMar 26 Nov - 21:25

Monsters are not under my bed
They're out dancing in my head
It's burning in my chest
I just keep on telling me
That he will never come back to my door

Thomas cloua le bec de Drew point par point. Il commença par répliquer qu’il serait facile d’expliquer pourquoi Keelin n’avait pas dénoncé son mari plus tôt : elle avait peur pour sa vie. Cet argument était aussi vrai que la peur de voir son secret dévoilé mais elle l’avait mis de côté tellement elle s’était concentrée à protéger le passé. Pourtant, c’était parce que Drew avait failli la tuer lors de leur dernière altercation, qu’elle n’avait pas trouvé d’autres solutions que celle de fuir de chez elle. La peur pour sa vie avait été le moteur pour mettre définitivement un terme à son mariage. Son mari avait franchi des limites que même son envie de cacher son passé n’avait plus réussi à tolérer. Thomas n’inventait rien. Il rappela aussi la main courante que Keelin avait déposée contre Drew et précisa que s’il s’entêtait, elle ne porterait pas seulement plainte pour violences conjugales. Elle pourrait ajouter une tentative d’homicide à la longue liste des crises de colères de son mari. L’expérience et le calme du policier donnaient du fil à retordre à l’impulsif Harper. Dans tous les cas, Drew finirait en prison, sa femme pas forcément. Quant au secret de Keelin, l’aspect chantage exercé par son mari n’aiderait qu’à renforcer l’idée de manipulateur qu’il représenterait devant une cour.

Le bourreau de l’enseignante se rendait progressivement compte qu’il avait perdu de sa superbe et que le vent tournait en sa défaveur. Rien ne servait de continuer son petit jeu devant Thomas qui ne le croyait pas et qui en plus lui servait des arguments susceptibles de pousser bien des gens dans le camp de sa chère femme. Heureusement que Keelin n’était pas une de ces épouses faussement éplorées et manipulatrices car elle aurait réussi à le faire tomber sans aucun problème. Il avait perdu sa pièce maitresse qui était d’exercer de la pression sur sa femme. Aujourd’hui, Drew allait la perdre définitivement. Il ne restait qu’à régler les détails de cette séparation : dans le calme ou dans la douleur. Il semblait qu’il avait beaucoup plus à perdre qu’elle. Orgueilleux, il continuait pourtant à retourner la situation mais Thomas était beaucoup plus difficile à déstabiliser que sa femme. Il ne le connaissait pas personnellement et n’aurait pas risqué de se mettre le flic à dos. C’était le genre de type à rêver du moindre motif pour le coffrer, il pouvait le lire sur son visage. Sur ces entrefaites, Thomas lui recommanda une nouvelle fois d’accepter l’offre de Keelin mais rien ne l’y forçait. C’était à lui de voir.

La défense de Drew, bien que coriace, s’émiettait. Ainsi, lorsqu’il s’en prit une nouvelle fois à sa femme et qu’elle s’emporta, Thomas remit encore les pendules à l’heure. Il fallait que l’Harper arrête d’inventer des raisons au départ de Keelin et de nier ses problèmes de colère et d’alcool. Cette fois, Drew réagit. « Oui, je pense que sans John Harding, ma femme serait revenue et ne parlerait pas de la fin de notre mariage. Depuis que ce type est apparu dans sa vie, elle a changé. Vous pensez vraiment que je me fais des films à ce sujet ? Ce type m’a agressé physiquement pour elle. Ne me prenez pas encore plus pour un idiot. » Il adressa un regard noir à sa femme et reprit le fil de la discussion alors que sa défense continuait de faiblir. « Quant à mes soi-disant problèmes, vous êtes qui pour en juger ? Un médecin ? Je ne vous permets pas. » Il se sentait acculé et avait de moins en moins d’arguments à opposer. Il rejoua le disque des familles et le dernier couperet tomba lorsque Keelin réussit à retrouver contenance, démontant la ligne d’attaque principale de son mari et bluffant sur cette protection soudaine qu’elle trouverait pour ces étrangers. Elle introduisit ensuite le passé criminel de son mari, appuyée par un Thomas qui détailla carrément ledit passé douteux par l’exemple d’une histoire très intéressante. Cette fois, Drew pâlit. « Mais comment… ? » Il ne l’avait pas vu venir celle-là. L’Harper réalisa presque trop tard qu’il avait failli commettre une grave erreur d’aveu mais il s’était repris juste à temps. Il perdait complètement pied, abasourdi, car il était pratiquement sûr que cette histoire ne pourrait jamais ressurgir du passé. Oui, si la justice creusait de ce côté, il était foutu et l’histoire de Keelin devenait encore plus crédible. Il risquait très gros… bien plus que sa femme. Son envie d’en découdre valait-elle le prix de sa propre liberté ? Non. L’enseignante le regardait d’ailleurs d’un air incrédule, effarée que son mari soit un fou de cette trempe. « Je n’imagine pas non. Sûrement de sacrés ennuis. Que ce soit clair, je n’ai pas commis tout ce dont vous essayez de m’accuser. » Jusqu’à preuve du contraire, il était présumé innocent alors Thomas ne pourrait rien faire contre lui sans affaire ouverte. Toutefois, Drew comprenait désormais les enjeux qui pesaient sur lui et il reconsidéra sa position. L’agent de police acheva son laïus en répétant plus fermement qu’il devrait consulter les papiers de divorce et éviter le procès. Une affaire sur son dos aurait pu maintenir le doute, pas deux enquêtes consécutives. Mieux valait divorcer de sa femme sans histoire puisqu’il l’avait déjà perdue. En contrepartie, tous leurs secrets resteraient enterrés et il ne serait pas inquiété pour autant qu’il se tienne à carreaux à l’avenir. « C’est bon, j’ai compris où vous voulez en venir. Donnez-moi ces foutus papiers, je vais jeter un œil. » Drew ne supportait plus le ton condescendant du flic à son encontre. Il aurait dû venir mieux préparé. Le goût de la défaite avait une saveur très amère.

D’un geste sec, il attrapa les documents déposés par Thomas et les parcourut rapidement. « Si je comprends bien, tu ne reprends rien à part tes affaires et tes motos ? » Keelin n’avait nullement des vues sur la maison qui lui rappellerait des horreurs et des blessures trop profondes. De plus, les Granger ne manquaient pas de moyens et elle n’avait donc pas d’importantes préoccupations financières pour retrouver sa liberté. Plus vite ce serait réglé, mieux ce serait. L’avocat qui avait rédigé les papiers de divorce n’avait pas eu énormément de travail, Keelin ne prétendait à pratiquement rien si ce n’était ses effets personnels et ses deux bébés mécaniques. « Oui. » La jeune femme était moins tendue car elle aussi constatait que le vent avait tourné et que son mari rendait doucement les armes. Toutefois, elle restait aux aguets. Le trio n’était pas à l’abri d’un énième retournement de situation. « Difficile d’être plus convaincants que vous l’avez été. » Admit-il du bout des lèvres. « C’est d’accord, à une dernière condition. Je ne suis pas fou. Je veux la garantie que tout ce qui s’est dit aujourd’hui ne sortira pas d’ici. Pas simplement sur base de votre parole. Je veux être certain de ne pas avoir d’emmerdes après si j’accepte votre proposition. Qui me dit que Kee n’ira quand même pas porter plainte dès qu’elle aura obtenu ce qu’elle voulait ? » Il regarda à nouveau sa femme. « Ensuite, oui, je signerai ces fichus documents. Qu’on en finisse avec toutes ces conneries. » La jolie brune n’avait malheureusement pas mieux qu’une promesse solennelle à lui offrir. « Ce n’est pas dans mes intérêts de le faire pour autant que tu restes loin de moi. Tu as ma parole Drew. Et tu sais que je n’en ai qu’une. Crois-moi, dès que tu auras signé ces papiers, je ne voudrai plus rien avoir à faire avec toi. » Il resterait bien évidemment le notaire et la banque à rencontrer pour régler les derniers détails du divorce mais ce serait une formalité en comparaison des papiers qui reposaient présentement entre les mains de son mari. La jeune femme se tourna vers Thomas qui avait peut-être autre chose à ajouter. En tout cas, la victoire n’apparaissait plus hors-de-portée puisque son mari semblait désormais disposé à se ranger à leur offre.


_________________

Because of you
Your love lifts me up like helium ▬ When I'm done, you're all I need, when the fear comes and I drift towards the ground, I'm lucky you're around, even superwoman sometimes needed Superman's soul.
Revenir en haut Aller en bas
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Thomas E. Weston

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : Odistole (avatar) glennrheeality (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 1/3 (Deborah - Manhut)
A venir : Eléa
RAGOTS PARTAGÉS : 2089
POINTS : 3948
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015
Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 1d9afaf44533b364e30af74494cd4f1d358a6e1e
ÂGE DU PERSONNAGE : 44 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...

Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sink into an ocean of maddness | Thomas Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 EmptyJeu 5 Déc - 11:45

And it's hard to dance with a devil on your back
So shake him off
It's always darkest before the dawn

Le débat avec Drew Harper s’envenime, rendant le rôle que Thomas avait à jouer, plus complexe. Il était de plus en plus difficile de garder l’équilibre entre fermeté et diplomatie, de plus en plus difficile de garder son calme et de continuer à se poser en troisième personne neutre entre les deux époux. Car le flic était avant tout humain et plus les secondes passaient, plus son envie de mettre son poing dans la gueule de la belle ordure qui lui faisait face se faisait pressante. Et forcément, cela contrecarrait le subtil dosage qu’il devait pourtant conserver… Il fait des erreurs, il s’en rend compte. La réaction de Drew Harper lui fait comprendre qu’il n’aurait pas dû faire de sous-entendu à propos de ses problèmes de boisson et de violence. Il était allé trop loin. « Quant à mes soi-disant problèmes, vous êtes qui pour en juger ? Un médecin ? Je ne vous permets pas. » Réplique le mari de Keelin, clairement sur la défensive, après une nouvelle diatribe passionnée sur l’adultère supposé de John et sa femme. La preuve que le Weston avait touché deux points sensibles mais celui-ci a la sagesse de ne pas le faire remarquer et de ne pas insister. Il lève les mains en signe de réédition, comme s’il reconnaissait effectivement que ça ne le regardait pas. Inutile de piquer inutilement au vif l’égo du Harper. « Vous avez raison, je ne suis personne pour vous juger. Ça ne regarde que vous. » Dit-il allant dans le sens de Drew pour la première et la dernière fois de la discussion.

A ce point de la négociation, Thomas stresse énormément  ayant peur de ne pas être en mesure de pouvoir tenir la promesse qu’il a faite à Keelin mais aussi à John. Parce que le mari de Keelin ne flanche pas facilement et révèle l’étendue des pulsions malsaines qui semblent l’animer. Heureusement, le duo de choc qu’il formait avec Keelin avait gardé son atout le plus précieux en réserve et ils parviennent à l’abattre dans un timing lui permettant de faire mouche. « Mais comment… ? » S’exclame en guise de première réaction Drew. Avant de se reprendre. Mais c’était bien inutile. Son visage parlait de lui-même. Il avait l’air effaré, paniqué. Son secret n’en était plus un. Et il a vraiment du mal à encaisser le coup en fait. Et Keelin aussi. Elle blêmit face à cette forme d’aveu de la part de Drew. Comme si une part d’elle avait espéré que ce ne soit pas vrai, qu’elle n’avait pas été mariée à un psychopathe tout ce te temps…   « Je n’imagine pas non. Sûrement de sacrés ennuis. Que ce soit clair, je n’ai pas commis tout ce dont vous essayez de m’accuser. » Dit justement le psychopathe, retrouvant sa contenance plus rapidement que la moyenne… Cette fois-ci, Thomas choisit de ne pas répondre du tout. Autre technique de psychologie qui avait fait ses preuves : instaurer un silence gênant et laisser celui qui se débattait avec sa conscience se débattre tout seul. Et ça semble fonctionner à merveille sur Drew. « C’est bon, j’ai compris où vous voulez en venir. Donnez-moi ces foutus papiers, je vais jeter un œil. » Ajoute t-il ensuite après un petit moment. Et là, Thomas doit vraiment se faire violence pour réprimer un sourire triomphal… Enfin ce bras de fer exténuant commençait à payer. Enfin Drew se sentait suffisamment acculé pour changer de position.

Il lit les papiers du divorce et sur ce point ne s’adresse qu’à Keelin. Thomas ne peut pas s’empêcher d’être choqué en entendant le peu de biens que cette dernière réclamait. Elle n’avait pas menti en disant que la dissolution du mariage serait très favorable à Drew…. Cependant, rien de cela ne le regarde et cette fois-ci, c’est lui qui se met en retrait tandis que les futurs ex-époux discutent. Il ne revient dans la partie que quand le Harper demande des garanties avant de signer une bonne fois pour toute. Il veut plus que leur parole. Hélas, à l’image des dires de Keelin, c’est tout ce qu’il aura d’eux. Thomas laisse donc la brunette s’exprimer avant de mettre la couche finale une fois qu’elle s’est retournée vers lui d’un air interrogateur pour voir s’il voulait ajouter quelque chose. « Hélas, Monsieur Harper, comme vient de le dire Keelin, vous allez devoir vous fiez à notre parole uniquement… Je ne vous cache pas qu’à mes yeux, un homme comme vous devrait répondre de ses actes et aller en prison mais vous avez ma parole aussi. Tant qu’il n’arrive rien à Keelin ou à l’un de ses proches, ce qui inclut John Harding, je jure que ce qui s’est dit ici aujourd’hui restera entre nous. En revanche, si vous tentez quoi que ce soit contre l’une des personnes que je viens de citer ou si vous touchez encore un cheveu de votre femme, je viendrai pour vous. Et je ne m’arrêterai pas tant que je ne vous aurai pas anéanti. Pour ça aussi, je vous donne ma parole. » Il s’était permis de finir par une menace, essentiellement parce que Drew n’était plus en position de négocier et que ça serait un peu trop facile de lui accorder son souhait. Il fallait qu’il comprenne que lui non plus ne pouvait pas aller faire n’importe quoi, une fois les papiers signés. Il fallait s’assurer qu’il ne porte pas plainte contre John. Qu’il n’importune plus Keelin ou l’un des Grangers. Qu’il n’essaye pas de se faire « justice ». Et puis, il y avait une certaine satisfaction à lui mettre cette épée de Damoclès au dessus de la tête. C’était de bonne guerre, doucement ironique qu’il vive sa vie en étant contrôlé par la peur de la prison, vu qu’il avait fait subir la même chose à sa femme pendant des années…

« Je n’ai rien d’autre à ajouter. Je vais attendre dehors. » Dit-il ensuite, se disant que sa présence était peut-être ce qui empêchait Drew de signer les papiers définitivement. Ce dernier avait vraiment du mal à encaisser sa défaite, c’était apparent. Il était évident qu’apposer sa signature allait lui coûter toute sa dignité et Thomas avait l’intuition qu’il ne voudrait pas faire cet ultime geste de reddition devant lui… « Je ne serai pas loin. » Dit-il en lançant un regard entendu à Keelin. Parce que par contre, il n’était pas très enthousiasme à l’idée de la laisser seule avec l’autre psychopathe… Il va donc se poster juste derrière la porte, à l’affût du moindre bruit suspect.

_________________

I want to let her know though, that all the nights sleeping beside her, even the useless arguments were things ever splendid, and the hard words I ever feared to say can now be said: I love you.
Revenir en haut Aller en bas
Keelin Harper
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Keelin Harper

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Megan
TON AVATAR : Gal Gadot
TES CRÉDITS : ava - mellow bird, gif profil et signa - pennywifey <3, code signa - batphanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : John - Daniel.

Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 Weyqxab
RAGOTS PARTAGÉS : 526
POINTS : 1582
ARRIVÉE À TENBY : 11/03/2018
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (11-07-1988)
CÔTÉ COEUR : En procédure de divorce avec un homme vil. Brisée de l'intérieur, son coeur lui est ailleurs. Elle tente de se reconstruire.
PROFESSION : Professeur au lycée de Tenby et conseillère municipale (urbanisme et événements)
REPUTATION : Il se dit que son petit couple parfait batterait de l'aile et qu'elle serait partie de chez elle.

Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sink into an ocean of maddness | Thomas Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 EmptyMer 25 Déc - 22:19

Monsters are not under my bed
They're out dancing in my head
It's burning in my chest
I just keep on telling me
That he will never come back to my door

Le bras de fer tournait enfin en faveur du duo. Drew avait parcouru les papiers du divorce et demandait des garanties sur leur silence avant de signer les documents. Malheureusement, l’enseignante n’avait que sa parole à offrir. Son mari obtenait une séparation plus que favorable et l’assurance qu’elle ne porterait pas plainte contre lui pour autant qu’il reste loin d’elle. N’était-ce donc pas suffisant ? Thomas appuya ses dires. Pour lui, un homme tel que Drew ne méritait que la prison et s’en sortait à bon compte. Il donna également sa parole et ajouta judicieusement la condition que Drew ne touche pas à un cheveu de sa femme, de ses proches et même de John. Le policier accompagna ses propos d’une autre promesse, qui sonnait cette fois comme une menace dont l’Harper devait se méfier. Dans le cas où Drew s’en prendrait encore à Keelin ou à une personne de son entourage, Thomas n’aurait plus aucun scrupule à le poursuivre et à l’anéantir. En résumé, le mari de la conseillère devait saisir cette chance qui lui était tendue sans hésiter car une telle offre ne se représenterait pas. La fermeté et la force de persuasion du Weston avaient achevé de convaincre l’affreux personnage. Le cercle vicieux se refermait sur lui : lui qui avait effrayé sa femme durant des années devait à présent se tenir à carreaux sous peine de sérieux ennuis. Un Drew en forme aurait réussi à rétorquer mais il n’était plus en position de négocier. Assommé comme un boxeur qui avait reçu trop de coups sur un ring, il cédait. N’ayant plus rien à ajouter, Thomas sortit de la pièce non sans rassurer Keelin et il laissa les deux époux régler les derniers détails du divorce.

Un frisson parcourut l’échine de l’enseignante à l’idée de se retrouver seule avec son bourreau. Elle aurait préféré que Thomas ne quitte pas la pièce, peu importe la dignité de son mari. Le regard baissé, Drew releva finalement les yeux lorsqu’il réalisa que le policier était sorti. « Tu peux être contente de toi, tu as ce que tu voulais. » Siffla-t-il, d’un air mauvais. Il avait perdu une bataille mais était-ce vraiment la fin de la guerre ? Seul l’avenir le dirait. Actuellement, Drew était pieds et poings liés, abattu et vaincu. Si Keelin était pressée qu’il signe ces maudits documents, il n’en restait pas moins que la victoire demeurait mi-figue, mi-raisin. Un divorce l’éloignerait de ce monstre mais n’effacerait jamais les mois de coups et de blessures. Il faudra énormément de temps pour qu’elle s’en remette, si tant est qu’elle le puisse un jour. Drew l’avait marquée à vie et il ne disparaitrait jamais complètement de ses cauchemars. Cependant, l’enseignante ne lui donnerait jamais le plaisir de s’en rendre compte. « Je n’ai plus rien à te dire non plus. Finissons-en. » Keelin ne ne montrait plus aucun signe de faiblesse devant lui, même si son corps tout entier souhaitait se mouvoir et décamper de la pièce. Il l’horripilait mais elle devait tenir bon cinq minutes supplémentaires. De mauvaise grâce, Drew soupira et apposa enfin sa signature sur tous les documents nécessaires. En signe de reddition, il glissa ensuite les papiers vers sa femme. « Au revoir, Keelin. » La jeune femme ne répondit pas et attrapa les documents pour ne pas qu’il lui prenne l’idée de se raviser. L’enseignante soutint son regard pendant qu’il enfilait sa veste, prête à bouger dans le cas où il esquisserait un ultime geste à son encontre. Le cœur de Keelin battait à vive allure. Elle avait tellement bataillé avec Thomas pour obtenir gain de cause contre son mari qu’elle redoutait ce départ trop facile, trop « pacifique ». Heureusement, l’Harper ne prit pas de mauvaise initiative, définitivement atterré par le dernier argument que le duo avait balancé contre lui. Le regard toujours mauvais, Drew quitta enfin la pièce.

Keelin n’entendit pas s’il échangea quelques mots avec Thomas ou s’il prit directement la poudre d’escampette. La tension dans son corps baissa et elle essaya de retrouver une respiration normale après cette confrontation intense. La jeune femme vérifia rapidement les documents et constata qu’elle avait bien obtenu ce qu’elle voulait. Drew ne l’avait pas menée une énième fois en bateau, tout était signé en règle. Leur jeu de dissuasion avait bien fonctionné. « Agent Weston ! Thomas ! » L’appela-t-elle par son prénom dans un moment de joie et de soulagement. Elle ouvrit la porte de la classe et reprit de plus belle. « Nous avons réussi, il a signé ! » Le plus dur était fait, il ne resterait qu’à régler les derniers détails pour le divorce et à s’assurer que Drew se tienne effectivement à carreaux. « J’ai l’impression que c’est ce que vous avez trouvé sur lui qui a été décisif. Je n’avais jamais lu une telle peur dans ses yeux. » La tension complètement retombée, Keelin se montrait incroyablement reconnaissante envers cet homme qui avait réussi l’impossible pour elle. En se levant ce matin, elle ne croyait toujours pas réalisable de se débarrasser de son mari dans sa vie. « Je n’y serais pas arrivée sans vous ! Merci, merci mille fois. » Bouleversée, la jeune femme allait enfin pouvoir reprendre sa vie en main.


_________________

Because of you
Your love lifts me up like helium ▬ When I'm done, you're all I need, when the fear comes and I drift towards the ground, I'm lucky you're around, even superwoman sometimes needed Superman's soul.
Revenir en haut Aller en bas
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Thomas E. Weston

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : Odistole (avatar) glennrheeality (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 1/3 (Deborah - Manhut)
A venir : Eléa
RAGOTS PARTAGÉS : 2089
POINTS : 3948
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015
Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 1d9afaf44533b364e30af74494cd4f1d358a6e1e
ÂGE DU PERSONNAGE : 44 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...

Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sink into an ocean of maddness | Thomas Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 EmptyLun 30 Déc - 19:31

And it's hard to dance with a devil on your back
So shake him off
It's always darkest before the dawn


Sur le qui vive, Thomas attend la fin de l’entrevue entre Keelin et son mari. L’oreille tendue, il guette le moindre signe de violence, le moindre haussement de ton susceptible de le faire retourner dans la pièce. Mais il n’entend rien et les secondes, puis les minutes passent, très lentement, péniblement… Pour tuer l’attente, le flic repasse dans sa tête l’affrontement qu’il vient de mener de front avec Keelin, essayant de déterminer s’ils ont joué leurs atouts suffisamment bien pour que la conseillère municipale puisse retrouver sa liberté et sa sécurité. Il n’allait pas le nier, maintenant qu’il avait rencontré Drew Harper, il était plutôt inquiet. Ce dernier avait quasiment un profil de psychopathe, qui allait très probablement au-delà des violences conjugales. Il allait falloir le surveiller étroitement pour être sûr qu’il ne fasse rien pour se venger… Que ce soit envers Keelin ou John… Et quand on parle du loup… La porte s’ouvre brusquement et Drew Harper surgit dans le couloir, toisant Thomas, les mâchoires serrées. « Vos foutus papiers sont signés… Mais laissez-moi vous dire que vos méthodes ne sont pas très orthodoxes, Sergent Weston. Faites bien attention à ne pas trop vous prendre pour le Shérif de cette ville, cela pourrait se retourner contre vous… Enfin, au revoir. Quelque chose me dit que nous nous reverrons de toute façon. » Le Weston soutient le regard du Harper, lui montrant clairement qu’il n’est pas impressionné par ses menaces. « J’en suis sûr… Au revoir. » Et surtout, pourvu que la prochaine fois qu’ils se croisent, se soit pour que cet enfoiré se fasse passer les menottes aux poignets. Car Thomas avait beau se réjouir de l’issue heureuse qui se profilait pour Keelin, il était dégoûté à l’idée de voir le Harper s’en sortir malgré ses crimes…

En tout cas, le sinistre individu quitte enfin le couloir, s’éloignant à grands pas et c’est au tour de Keelin de rejoindre Thomas. « Agent Weston ! Thomas ! Nous avons réussi, il a signé ! » Le moustachu avait déjà eu l’information par le principal intéressé mais cette fois-ci, il s’autorise un sourire franc et massif quand Keelin vient lui faire face. « C’est génial, vraiment ! Je suis content pour vous ! Et d’ailleurs, avec ce que nous venons de faire ensemble, je pense que vous pouvez m’appeler Thomas… Voir même qu’on peut se tutoyer. » Il se déride doucement, laissant la tension retomber un peu. Les attaques perfides de Drew avaient été violentes pour leurs nerfs, ils étaient encore un peu ébranlés tous les deux, cela se voyait. Cependant, c’est bien la joie et le soulagement qui étaient destinés à s’installer. « J’ai l’impression que c’est ce que vous avez trouvé sur lui qui a été décisif. Je n’avais jamais lu une telle peur dans ses yeux. » Ajout ensuite la brune. Comme lui, elle cherchait visiblement à déterminer s’ils avaient été assez convaincants. « Je crois aussi que c’est à ce moment là qu’il a commencé à être vraiment déstabilisé. Il ne s’attendait vraiment pas à ce qu’on en sache autant sur son passé. Je dois vraiment une fière chandelle au policier qui a déterré ce vieux dossier pour moi… Le principal, c’est que ça ait marché en tout cas. » Il adresse un sourire à la jeune femme, heureux de la voir se détendre après l’avoir vu si bouleversée face à son mari. Il fallait savourer ce doux triomphe après cette âpre bataille.

« Je n’y serais pas arrivée sans vous ! Merci, merci mille fois. » Le sourire de Thomas s’élargit. « J’ai été heureux de pouvoir vous aider Keelin. Et pas seulement parce que John me l’a demandé… J’espère que maintenant, vous allez pouvoir vous reconstruire et trouver un peu de bonheur. Je pense que vous le méritez. » Ils avaient passé pas mal de temps ensemble à préparer la défense de Keelin face à Drew et Thomas en était venu à apprécier la jeune femme. Il voyait ce que John avait vu en elle et pourquoi il avait suffisamment confiance en elle pour lui révéler son passé… Et il pensait sincèrement qu’elle méritait un nouveau départ. Toutefois, ce serait totalement inconscient de se plonger dans une joie trop oublieuse et de ne pas prendre en compte les risques potentiels. Il devait avertir Keelin même si ça revenait un peu à casser l’ambiance. « Mais s’il vous plaît, faites bien attention à vous dans les jours et les semaines à venir. Nous avons gagné aujourd’hui mais j’ai un peu peur de ce que Drew pourrait faire lorsqu’il aura retrouvé ses esprits. J’espère de tout cœur qu’il ne voudra pas se rétracter ou se venger mais ce que j’ai vu de son état d’esprit aujourd’hui n’était pas très rassurant… Restez bien entourée et n’hésitez pas à me contacter à nouveau en cas de problème… Vous pourrez toujours compter sur moi. »

_________________

I want to let her know though, that all the nights sleeping beside her, even the useless arguments were things ever splendid, and the hard words I ever feared to say can now be said: I love you.
Revenir en haut Aller en bas
Keelin Harper
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Keelin Harper

TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Megan
TON AVATAR : Gal Gadot
TES CRÉDITS : ava - mellow bird, gif profil et signa - pennywifey <3, code signa - batphanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : John - Daniel.

Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 Weyqxab
RAGOTS PARTAGÉS : 526
POINTS : 1582
ARRIVÉE À TENBY : 11/03/2018
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (11-07-1988)
CÔTÉ COEUR : En procédure de divorce avec un homme vil. Brisée de l'intérieur, son coeur lui est ailleurs. Elle tente de se reconstruire.
PROFESSION : Professeur au lycée de Tenby et conseillère municipale (urbanisme et événements)
REPUTATION : Il se dit que son petit couple parfait batterait de l'aile et qu'elle serait partie de chez elle.

Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sink into an ocean of maddness | Thomas Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 EmptyMer 1 Jan - 14:50

Monsters are not under my bed
They're out dancing in my head
It's burning in my chest
I just keep on telling me
That he will never come back to my door

Après le départ de Drew, Keelin rejoignit Thomas dans le couloir, soulagée que son mari ait enfin signé les papiers du divorce. S’il était sage de continuer à se méfier du Harper, elle allait en tout cas pouvoir retrouver sa liberté. La tension retombant, l’enseignante manifesta sa joie auprès du policier pour cette victoire. Elle n’en revenait toujours pas car le duo avait eu toutes les difficultés à convaincre Drew. Thomas se réjouit de la tournure des événements et lui proposa de briser les formalités entre eux après ce qu’ils venaient de vivre ensemble. De son côté, Keelin était fière d’avoir réussi à encaisser tout ce que son perfide mari lui avait balancé tout en parvenant à lui retourner ses propres attaques avec brio. Drew s’était montré blessant, irrespectueux, et pourtant la jeune femme préférait se concentrer sur le positif aujourd’hui. Il serait toujours temps de digérer les blessures psychologiques qu’il lui avait infligées plus tard. « Oui, bien sûr. Vous… Enfin, tu as été brillant dans ton argumentaire. Si je ne savais pas que tu étais policier, je te prendrais pour un redoutable négociateur. Le camp opposé aurait de quoi s’inquiéter. » A l’heure de tirer le bilan de cette confrontation, le flic et la conseillère convinrent que le dernier argument avancé auprès de Drew était celui qui avait indéniablement changé la donne. Le mari de la jeune femme craignait que la police creuse dans son passé parce qu’il semblait effectivement avoir des choses à se reprocher. Heureusement que le confrère de Thomas avait déterré cette vieille histoire… « Oui, il semble exister une bonne collaboration entre les services des différentes régions. Je dois t’avouer que je n’étais pas très optimiste, j’avais tellement peur de m’adresser à la police avec les menaces de Drew… Je reconnais mon erreur. Tu étais l’homme de la situation et je t’en suis infiniment reconnaissante. A toi et à John. » Keelin n’oublierait pas ce que Thomas et John avaient fait pour elle. Tout n’était pas encore terminé mais l’étape la plus importante venait d’être franchie pour se débarrasser progressivement de son mari dans sa vie. Il faudrait rester vigilant, car il pouvait toujours leur causer du tort à elle ou à John.

Détendue, elle remercia de plus belle le Weston pour son aide. Heureux, il lui souhaita de pouvoir prendre un nouveau départ et se reconstruire. « Merci. Je l’espère aussi. Je vais régler les derniers détails et ensuite j’essaierai de mettre tout ça derrière moi. » Une procédure de divorce durait toujours un certain temps même si celui-ci était d’un ‘commun accord’. Quant à Keelin, elle aurait besoin de temps pour affronter ses démons et se remettre de tout ce qu’elle avait subi mais au moins elle en aurait désormais l’occasion loin de ce monstrueux personnage et loin de son chantage. Cependant, Thomas lui rappela de rester sur ses gardes dans les semaines à venir, au cas où il prendrait l’envie à Drew de changer d’avis ou de se venger. Tout n’était pas encore joué. Elle en avait bien conscience… « Oui, il pourrait à tout moment vouloir faire quelque chose de stupide… Je resterai sur mes gardes et n’hésiterai pas à t'appeler si besoin. » Comme le préconisait Thomas, l’enseignante resterait bien entourée entre sa famille et John. De plus, au moindre écart de Drew, la vérité sur lui éclaterait au grand jour. Il n’y aurait plus de scrupules ou de seconde chance pour lui. « Et s’il s’en prend à mes proches ou à moi, ou s’il revient sur le divorce, nous ferons ce qui est nécessaire comme nous le lui avons dit. » Maintenant qu’elle goûtait à la liberté, qu’elle se savait soutenue et aidée, Keelin avait trouvé une détermination nouvelle. Plus question de se décourager et de reculer à ce stade. « As-tu déjeuné ? Nous pourrions passer chez Baker Street sur le chemin du retour. C’est moi qui invite. » Vu la confrontation contre Drew, la jeune femme n’avait rien avalé depuis la veille et voyait dans ce moment de détente à la boulangerie-pâtisserie l’occasion de redescendre un peu et de remercier Thomas. Ensuite, elle rentrerait chez les Granger pour se reposer après cet ascenseur émotionnel et elle appellerait John pour lui annoncer la bonne nouvelle. Enfin, elle irait chercher ses affaires à son domicile avec un de ses frères en fin de journée en espérant ne pas tomber nez à nez avec Drew. Avec un peu de chance, il était parti cuver dans un bar, à broyer du noir pour un bon moment.

_________________

Because of you
Your love lifts me up like helium ▬ When I'm done, you're all I need, when the fear comes and I drift towards the ground, I'm lucky you're around, even superwoman sometimes needed Superman's soul.
Revenir en haut Aller en bas
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
Thomas E. Weston

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : Odistole (avatar) glennrheeality (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 1/3 (Deborah - Manhut)
A venir : Eléa
RAGOTS PARTAGÉS : 2089
POINTS : 3948
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015
Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 1d9afaf44533b364e30af74494cd4f1d358a6e1e
ÂGE DU PERSONNAGE : 44 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...

Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sink into an ocean of maddness | Thomas Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 EmptyMar 7 Jan - 19:32

And it's hard to dance with a devil on your back
So shake him off
It's always darkest before the dawn

Keelin accepte qu’ils se tutoient, ce qui donne une tournure encore plus chaleureuse aux remerciements qu’elle adresse à Thomas. Elle lui adresse pas mal de compliments aussi, ce qui fait qu’il est vite gêné. Il ne savait vraiment pas les recevoir. « C’est juste l’expérience qui a parlé, on connaît quelques rudiments de psychologie à force… Mais merci… Brillant argumentaire et redoutable négociateur… Rien que ça… Chez les Weston, l’humilité était une qualité qui primait et il ne faisait pas exception. «  Je pense par contre que le boulot de négociateur ne m’aurait pas convenu, j’aime trop être au cœur de l’action. » Dit-il pour détourner le sujet. Il doit également détromper Keelin sur la façon dont la police travail car elle interprète avec un peu trop de bienveillance ce qu’il lui a révélé sur l’origine de son tuyau concernant Drew. «  En vérité, la collaboration entre les différentes juridictions est un véritable cauchemar, on a eu de la chance. J’avais cette vieille connaissance dans le district où Drew a étudié et il a été assez gentil pour me faire la faveur de faire des recherches… J’espère que je pourrai lui rendre la pareille un jour… C’est plus comme ça que ça marche, par des renvois d’ascenseur… » En tout cas, on ne peut pas dire de la Harper que c’est une ingrate, car elle remercie une nouvelle fois, Thomas. « Je dois t’avouer que je n’étais pas très optimiste, j’avais tellement peur de m’adresser à la police avec les menaces de Drew… Je reconnais mon erreur. Tu étais l’homme de la situation et je t’en suis infiniment reconnaissante. A toi et à John. »

Thomas lui adresse un nouveau sourire. « Je suis contente si j’ai pu te faire changer un peu d’avis sur la police. Et comme je l’ai dit, je suis aussi content d’avoir pu t’aider. C’est uniquement pour ça que je fais ce métier… Alors de rien… Vraiment. » Le fait que la brune ait prononcé le prénom de John n’avait pas non plus échappé à la sagacité du flic et pendant un instant, il a envie de dire à Keelin que John a l’air de vraiment tenir à elle ou quelque chose du genre pour encourager l’inclination qu’il sent bien naître entre ces deux là, mais il décide ensuite que ce ne sont pas ses affaires. Il ne fallait pas oublier que la situation de John était aussi compliquée que celle de Keelin en fin de compte… Cependant, il s’agissait avant tout de se tourner vers l’avenir, et le duo en discute. Keelin remercie Thomas pour ces vœux de bonheur, espérant elle aussi pouvoir mettre tout ça derrière elle. Et comme c’est une femme sensée, elle prend aussi ses conseils de prudence au sérieux. Il hoche la tête d’un air approbateur. Il espérait vraiment qu’elle n’hésiterait pas à le recontacter en cas de besoin… « Bon parfait alors. Et oui, si jamais il déconne, je me ferai une joie de t’aider à faire le nécessaire. J’espère qu’il a conscience qu’il s’en sort vraiment très bien compte tenu des circonstances… » La rancune du moustachu contre le Harper reste tenace mais il s’arrête là dans ses menaces, ne souhaitant pas reparler plus de son futur ex-mari devant Keelin alors qu’elle venait tout juste de s’en débarrasser… Surtout que cette dernière avait apparemment vraiment envie de célébrer leur « victoire ». « As-tu déjeuné ? Nous pourrions passer chez Baker Street sur le chemin du retour. C’est moi qui invite. » Le flic accepte avec plaisir cette proposition, vu qu’Eléa déjeunait au bureau le midi et qu’il était en train de passer un agréable moment avec Keelin. Et puis au moins, il pouvait garder un œil sur la jeune femme au moins une heure de plus… « Non et je t’avoue que je ne dirai pas non à une pâtisserie. Donc oui, volontiers. » Ils avaient tous les deux besoin de reprendre des forces après cette confrontation anxiogène…

SUJET TERMINE

_________________

I want to let her know though, that all the nights sleeping beside her, even the useless arguments were things ever splendid, and the hard words I ever feared to say can now be said: I love you.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sink into an ocean of maddness | Thomas Sink into an ocean of maddness | Thomas - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

Sink into an ocean of maddness | Thomas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-