AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Jesse Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • brendan • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : cha d'amour (avat + signat) tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 1288
POINTS : 2977
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016

Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Tumblr_inline_o3xxjoYLWh1tntjr6_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : célibataire
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Empty
MessageSujet: Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) EmptyMer 10 Avr - 19:00

I wish that you woulda treated me bad
Truth is you couldn’t have loved me better
Now I’m left feeling twice as sad


Erin est de retour : comment l'oublier alors que la comédienne est l'une des fiertés de la bourgade ? Je ne peux pas. J'accepte son retour et je fais avec, je n'ai pas le choix, de toute façon. M'enfuir au loin pour un reportage quelconque ? Oui, l'idée ne m'a pas échappé, mais depuis mes dernières irrégularités dans mon travail, il est soit-disant préférable que je reste dans le pays, à faire des allés-retours réguliers entre Tenby et Cardiff. On me confie des événements locaux à couvrir, loin des découvertes magiques que j'avais l'habitude de faire en Asie en ou en Afrique, mais ça ne me dérange pas. J'aime savoir ce qui se passe près de chez moi, tout comme j'aime me sentir proche de ma communauté. Hélas, le prochain sujet à traiter n'est autre que l'inauguration du théâtre de la ville qu'il ne faut louper sous aucun prétexte. La nouvelle troupe est arrivée, prête à se donner pour éblouir le public gallois et avec elle… La belle Erin Blake. Aussitôt, j'ai été désigné pour couvrir l'événement sans avoir mon mot à dire. Heureusement, un collègue se joint à moi tant la tâche est fastidieuse pour une deadline trop rapprochée. Sans surprise, lorsqu'il est question des interviews avec les comédiens, je lui fais comprendre qu'il doit se charger d'Erin. En fait, je suis prêt à faire tout le travail pour l'article à condition qu'il s'occupe de cette petite interview avec mon ex petite-amie.

Les entretiens se font dans le théâtre afin de nous faire gagner du temps à nous tous : les comédiens sont sur place tandis que cette visite nous permet de prendre des clichés des lieux avant l'inauguration. Ainsi, je me retrouve à attendre un dénommé Don Peters, le comédien principal de la pièce dans une grande salle à l'étage pleine de dorures et de moulures au plafond. Un vrai chef d'oeuvre. Mon matériel est préparé : ordinateur, carnet, stylo… Il n'y a plus qu'à attendre le jeune homme et quitter les lieux sans croiser la rousse.

Malheureusement, ce n'est pas Don Peters qui apparaît derrière la porte, mais bel et bien Erin. Pour l'éviter… Il faudra revoir mon plan, car je n'ai assurément aucun moyen de me cacher. Accepter son retour et faire avec… C'était sûr que nous allions nous tomber dessus à un moment ou à un autre. La ville est petite… Mais j'aurais préféré que ça ne soit pas à cause du boulot. « Erin…? » C'est idiot, mais la surprise de la voir ici alors que je ne m'y attendais pas me pousse à poser la question. Toutefois, je secoue la tête, cherche à rester professionnel. « Je… Uhm… Tu dois passer ton interview avec mon collègue, dans la pièce voisine. » Commence-je en entendant mon téléphone sonner dans ma poche. Ledit collègue en train d'appeler. « Excuse-moi, c'est lui, justement je dois prendre l'appel. » Décrocher le téléphone me permet de connaître la suite des événements, et celle-ci s'annonce douloureuse. « Oh… D'acc… Je vois. Ok. À tout à l'heure, alors. » Je raccroche, repose mon téléphone et en profite pour le mettre sur silencieux pour ne plus être dérangé car de toute évidence, je vais devoir interviewer la jeune femme. « Mon collègue et Don Peters se sont rencontrés par hasard au pub en bas de la rue, donc, ils en profitent pour faire l'entretien. » Ainsi, nous sommes coincés ensemble.

Le malaise devient pesant dans la pièce, mais je suis incapable d'avancer vers la jeune femme ou de faire le moindre mouvement : je reste au bord de la grande fenêtre, regarde cette femme que j'ai tant aimée et que je revois pour la première fois depuis notre séparation. « Tu… Tu vas bien ? » Parviens-je tout de même à articuler avec difficultés, craignant le déroulement de cette interview.

_________________

light it up
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erin L. Blake
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : worst.
TES DOUBLES : sam, adriel, liam & daniel.
TON AVATAR : sophie wonderful skelton.
TES CRÉDITS : .sassenach & tumblr.
RAGOTS PARTAGÉS : 89
POINTS : 169
ARRIVÉE À TENBY : 08/03/2019

Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Tumblr_po61qnOM4r1vg2yxdo2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt cinq belles années. (01/03/94)
CÔTÉ COEUR : la liberté n'a pas de prix.
PROFESSION : comédienne, la passion du théâtre est dévorante.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Empty
MessageSujet: Re: Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) EmptySam 13 Avr - 22:28


erin & jesse
i tried, to run away but your eyes
tell me to stay oh why
why do we call this love


A peine suis-je rentré que j'ai déjà l'impression d'avoir récupéré mon agenda de ministre de Broadway. J'avais été passé l'audition pour la version de Roméo et Juliette de Swansea mais quand Tenby a décidé d'ouvrir son propre théâtre, j'ai sûrement été une des premières à être appelé. Je n'ai pas pu refuser, je ne l'ai même pas voulu. Ils se sont lancés dans un Hamlet pour l'ouverture et connaissant les dialogues assez bien, je me sentais capable d'assurer les deux. C'était parfait ; je retrouvais ma famille, mes proches et j'étais autant prise par le travail qu'à New York, rendant le décalage entre les deux mondes un peu moins fort. Parfait.
Enfin, jusqu'à aujourd'hui. Quelle joie d'apprendre qu'on allait être interviewer pour inaugurer l'ouverture, un peu moins en apprenant le nom de journalistes. Je n'avais pas fait le rapprochement de suite, concentré par deux pièces, mais me voilà en train de retomber sur terre et de me faire fouetter de tous les côtés. Jesse Griffiths. Alors que j'attendais impatiemment dans les coulisses, ajoutant une dernière touche à mon maquillage, j'étais effrayé à l'idée de le croiser, même sur mon terrain. Foutue petite ville. Et foutu Don Peters. Je reste bloqué sur son SMS pendant quelques secondes alors que de nombreuses insultes me traversent l'esprit. Tout mais pas ça. Je m'apprêtais enfin à rentrer, je m'apprêtais enfin à me dire que non, je ne verrais pas Jesse aujourd'hui. Mais ce destin qui s'en mêle à décider qu'aujourd'hui, c'est lui que j'allais devoir affronter. Dans mon boulot. Je change de direction, le pas lourd. Cette longue journée ne fait que commencer.

Inspire, expire. C'est comme si je m'apprêtais à rentrer sur la scène, sauf que la sensation de stress est bien pire. Ignorant ce qui m'attend à l'intérieur, j'ignore aussi comment je réagirais à la moindre de ses remarques. Ou comment je réagirais tout court en fait. Je pousse la porte après la vingtième expiration et je manque de tomber dans les pommes dès que je l'aperçois. Putain, qu'est-ce que je l'aimais ce charmant, beau et gentil garçon qui est presque devenu un inconnu aujourd'hui. Jesse. J'aurais tellement voulu me montrer forte, dure, courageuse, mais l'émotion trahit ma voix tandis qu'il est là, posé devant moi. Quelle horreur. Au moins, quand nous nous sommes séparés, je n'avais pas dur parce que je ne le voyais pas tous les jours. Mais dans cette ville, ça risque d'être compliqué. Non mais ... Il croit quoi, que je suis assez idiote pour venir le voir lui sans savoir que Don n'allait pas arriver ? Je me sens sûrement aussi mal et je ne suis pas du genre à enfoncer le clou. Mais c'est trop tard, il est déjà au téléphone. Je m'assois en attendant qu'il finisse. C'est ce qui arrive quelques secondes plus tard. Don m'a envoyé un SMS pour me prévenir. C'est pour ça que je suis venu te voir. dis-je avec un air satisfait. Je ne devrais pas être aussi heureuse qu'il passe pour un débile mais finalement, ça me plaît bien. Mais bon, mon bonheur passe assez vite quand je me rends compte que maintenant, nous sommes officiellement bloqués l'un avec l'autre. Ca m'apprendra à dire oui à tout le monde. Jesse est le premier qui rompt ce silence malaisant. Ca va. Et toi ? Non pas que ça m'interesse, mais je reste polie et courtoie pour notre bien à tous. Puis c'est lui qui va écrire une interview sur moi alors bon, autant faire en sorte que ça soit quelque chose de bon. Je n'ai plus eu de nouvelles depuis ... Ah oui, depuis que tu m'as à peine plaqué. Et bim, c'était plus fort que moi. Je me dois encore et toujours de lui rappeler que c'est lui qui m'a jeté alors qu'en fin de compte, je n'ai rien fait non plus pour préserver notre couple. On ne va pas tourner autour du pot pendant des heures. On est hyper mal à l'aise tous les deux alors on a qu'à faire cette interview au plus vite histoire de retourner à nos vies tranquillement. Donc vas-y. Donne moi ta première question. finis-je par lui dire, m'affalant dans mon siège. Je croise même les bras en signe de détermination, lui montrant que je veux juste aller au bout des choses pour ne plus avoir à le revoir. Car pour l'instant, je suis partagé entre ce fait de vouloir l'étrangler de mes propres mains et celui de lui sauter dessus pour sentir à nouveau ses lèvres s'écraser sur les miennes. Quelle merde.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    † Actors are so fortunate. They can choose whether they will appear in tragedy or in comedy, whether they will suffer or make merry, laugh or shed tears. But in real life it is different. Most men and women are forced to perform parts for which they have no qualifications. The world is a stage, but the play is badly cast. oscar wilde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesse Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • brendan • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : cha d'amour (avat + signat) tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 1288
POINTS : 2977
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016

Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Tumblr_inline_o3xxjoYLWh1tntjr6_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : célibataire
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Empty
MessageSujet: Re: Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) EmptyDim 14 Avr - 17:16

I wish that you woulda treated me bad
Truth is you couldn’t have loved me better
Now I’m left feeling twice as sad


J'aurais dû me préparer à revoir Erin, j'aurais dû me douter que dans cette si petite ville, c'était inévitable. Pire, dans ce si petit théâtre. Pourquoi n'y a-t-il pas une issue de secours par laquelle je pourrais m'enfuir afin d'éviter cette confrontation ?! J'aimerais blâmer la terre entière, mais je me contente de blâmer mon collègue et le sien. Pourquoi étaient-ils obligés de boire une pinte alors qu'ils étaient censés travailler ? À présent, je me retrouve face à cette ex petite-amie, celle que j'ai aimé comme jamais je n'avais aimé et celle avec laquelle j'ai partagé le plus grand nombre de bons moments. Erin se tient devant moi, belle comme un coeur, belle comme toujours et ça me brise le coeur. « Ah. Je vois. Il ne s'était pas donné la peine de me prévenir, comme tu peux le voir. » Putain de comédien. Maintenant, je me sens honteux devant la jeune femme alors que c'est clairement le dernier sentiment que j'ai envie de ressentir en sa présence. « Je fais aller, merci. » Réponds-je, laconique. À quoi bon donner plus de détails ? Ça ne l'intéresse pas, sinon elle se serait peut-être battue pour sauver notre couple… Elle aurait fait des efforts, au lieu d'accepter la séparation comme elle l'a fait. Toutefois, je relève les yeux vers elle, surpris de l'entendre faire une réflexion aussi douteuse au sujet de la fin de notre couple. Un rire jaune s'échappe de mes lèvres et je ne peux m'empêcher d'ajouter sur le même ton qu'elle. « Ouaip. En général c'est ce qui arrive quand on se sépare, alors ça n'a rien d'étonnant. C'est l'idée même de la séparation, de ne plus avoir de nouvelles de son ex. » Je n'aime pas beaucoup le fait qu'elle souligne que c'est moi qui l'ai quittée, comme si elle me reprochait d'avoir fait ce qu'il fallait alors que notre relation allait droit dans le mur.

Je ne sais pas si j'ai envie de la remercier d'être aussi sincère ou si j'ai envie de partir en claquant la porte violemment derrière moi. Elle a raison sur un point : nous sommes tous les deux gênés, dans une situation que nous aurions préféré éviter, mais pourquoi être aussi désagréable ? « Pressée de retourner loin de moi, c'est ça ? » Demande-je, amère. « Désolé qu'il n'y ait plus un océan qui nous sépare. Ça va aller quand même ? » Clairement, même si j'ai été celui qui a mis fin à notre idylle, je subis plutôt mal le détachement de la jeune femme et elle l'a certainement compris. « T'as raison, terminons ça au plus vite. » Je m'assois en face d'elle et je lance le programme d'enregistrement sur mon ordinateur pour ne rien oublier dans l'interview. « L'ennui, c'est que je ne m'attendais pas à te recevoir toi, donc je n'ai pas vraiment de questions préparées. Il va falloir improviser. » Et c'est à cet instant que la limite entre vie professionnelle et vie privée devient très floue. Quelles sont les questions que je suis autorisé à poser à Erin sans dépasser les bornes ? Parce qu'il y a des centaines de questions que j'ai envie de lui poser, notamment sur ce qu'elle a fait tout au cours de l'année. Je relis rapidement la liste de questions que j'avais préparé pour Don Peters et j'essaye de les modifier pour les faire correspondre à la jeune femme. De cette façon, je n'ai pas peur d'aller trop loin et de poser des questions trop personnelles. « Allons-y… Alors… Quel effet ça te fait d'être de retour dans ta ville natale ? Est-ce qu'elle t'avait manqué ? » Commence-je, puis sans pouvoir m'en empêcher, je me mets à dévier sur une question qui m'intéresse énormément. « Pourquoi as-tu décidé de revenir au Pays de Galles et est-ce que c'est temporaire ou penses-tu rester ici sur le long terme ? » Oui, autant savoir dès à présent à quel point la cohabitation dans la ville sera difficile. De plus, j'ai bien envie de savoir pourquoi elle est rentrée alors que même pour nous, elle n'étais pas prête à se poser.

_________________

light it up
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erin L. Blake
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : worst.
TES DOUBLES : sam, adriel, liam & daniel.
TON AVATAR : sophie wonderful skelton.
TES CRÉDITS : .sassenach & tumblr.
RAGOTS PARTAGÉS : 89
POINTS : 169
ARRIVÉE À TENBY : 08/03/2019

Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Tumblr_po61qnOM4r1vg2yxdo2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt cinq belles années. (01/03/94)
CÔTÉ COEUR : la liberté n'a pas de prix.
PROFESSION : comédienne, la passion du théâtre est dévorante.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Empty
MessageSujet: Re: Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) EmptyLun 15 Avr - 1:25


erin & jesse
i tried, to run away but your eyes
tell me to stay oh why
why do we call this love


Désolé, j'aurais dû te le dire dès que je suis rentrée. Mea culpa. Trop occupé par mon blocage, je n'ai même pas pris la peine de faire en sorte qu'il ait l'air moins ridicule. Je suis sûre qu'une partie de moi l'a fait exprès. Et je me le reprends en pleine figure quelques minutes plus tard, tentant une pique qui me retombe dessus directement. Arrête de faire le malin, ça ne te va pas. crachais-je presque, dégoûté par sa réponse. Mais d'une certaine manière, je sais qu'il n'a pas tort. Fin bon, j'aurais bien aimé un petit sms qui me demande comment ça va, ça ne fait jamais de mal. Je ne pensais pas qu'on se détestait à ce point, mais c'est bon à savoir. finis-je par dire, l'air désespéré. Nous n'avons pas tous la même opinion sur les rupture, mais j'ignorais que celle de Jesse était aussi tranchée. J'aurais dû m'en douter en fait, vu les discussions que nous avons déjà eu sur sa manière de penser. Je pense, de mon côté, qu'on est pas obligé de se détester pour le reste de notre existence ; on peut être courtois, se renseigner sur nos carrière ... Fin, je n'en sais rien. C'est une manière de penser, s'en est une autre de le vivre en vrai ; et vu que Jesse est le premier mec que j'ai vraiment aimé, j'ai encore du mal avec ces histoires d'après relation. C'est sûrement pour ça que depuis qu'on se parle, ce sont les montagnes russes émotionnelles : je suis incapable de savoir comment je dois gérer ça.

Je mets les choses au clair, me disant qu'au moins, si ça avance plus vite, on évitera peut-être que cette interview finisse en bagarre de vieux couple. Oui. répondais-je du tac au tac. Sauf que cet air aussi détaché s'est laissé transpercé par un sous entendu que j'ai interpreté à ma manière. Je lui manque ? Pourquoi semble-t-il si désespéré que je veuille m'éloigner de lui ? Mon coeur s'emballe, d'un seul coup. Pourquoi, tu veux que je reste et que je te lance toutes les piques qui me passent par la tête. Je rattrape bien le coup, mais ma respiration se saccade toujours autant. Il faut que j'arrête de me faire des idées. Je n'ai rien de gentil à te répondre alors je passe. Bien sûr que non ça n'ira. J'ai pu faire un deuil rapide en disant que des heures d'avion nous séparais mais maintenant que je suis de retour, je suis prête à repleurer pendant des heures devant des comédies romantiques et des millions de brownies devant moi. Mais hors de question, à nouveau, de lui donner une quelconque satisfaction ; j'ai réussi à me montrer détachée jusqu'ici, je suis encore capable d'y arriver. Bien. Pour une fois qu'on est d'accord, je ne vais pas en rajouter une couche.

Allons-y, partons sur une interview qui manquera automatiquement de professionnalisme ; mais ce n'est ni de sa faute, ni de la mienne. Les gens feront avec. J'ignore sa remarque sur l'improvisation car comme tout à l'heure, je n'ai rien de gentil à lui répondre. Tenby est une ville extraordinaire et il a malheureusement fallut que je m'en aille pour m'en rendre compte. New York est une ville qui me correspond énormément mais Tenby, c'est chez moi. C'est une sensation que j'ai du mal à décrire, mais revenir ici, c'est prendre une nouvelle bouffée d'air frais. Je la joue théatrale, bouge les mains dans tous les sens, affiche ce visage de joie et de bonheur. Et oui, elle m'avait énormément manqué. répétais-je, l'esprit ailleurs. En vrai, elle ne m'avait peut-être pas tant manquée que ça cette ville, entre les drames avec mon frère et avec Jesse. Mais bon, ça fera super en début d'interview. J'écoute sa nouvelle question, sa nouvelle attaque. Et bien, je reste ici. J'ai décidé de revenir parce que même si j'avais une belle carrière au théâtre, je me sentais très seule ... Et merde. Il a joué avec la ligne qui sépare le personnel et le professionnel et de mon côté, j'ai foncé sans réfléchir. Je ne veux pas donner la victoire au Griffiths, lui faire comprendre que c'est à cause de notre rupture que j'ai commencé à penser à cette solitude qui s'emparait de moi depuis des années. Puis revenir ici c'est recommencer tout depuis le début, ou presque. C'est hyper excitant. Bon, je pars avec une bonne base, dans le sens où je ne suis pas aussi connue qu'à Broadway mais je ne suis pas une inconnue non plus. Et ce petit truc de devoir faire à nouveau des pièces que je connais sur le bout des doigts mais avec des gens que je ne connais pas, c'est ça qui est excitant. Mais oui, t'es coincé maintenant. Je ne bougerais plus. finis-je par lui dire, affichant mon air le plus satisfait sur le visage. Ce qui a, c'est que moi aussi je suis coincé, obligé de le croiser tous les jours dans cette petite ville.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    † Actors are so fortunate. They can choose whether they will appear in tragedy or in comedy, whether they will suffer or make merry, laugh or shed tears. But in real life it is different. Most men and women are forced to perform parts for which they have no qualifications. The world is a stage, but the play is badly cast. oscar wilde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesse Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • brendan • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : cha d'amour (avat + signat) tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 1288
POINTS : 2977
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016

Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Tumblr_inline_o3xxjoYLWh1tntjr6_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : célibataire
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Empty
MessageSujet: Re: Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) EmptySam 20 Avr - 23:11

I wish that you woulda treated me bad
Truth is you couldn’t have loved me better
Now I’m left feeling twice as sad


« Je ne te déteste pas, Erin. » Et c'est peut-être là une grande partie du problème. Si je la détestais, mon coeur ne serait pas en train de se retourner dans tous les sens au moment où nous parlons, ma tête ne me crierait pas de m'approcher d'elle pour l'embrasser passionnément et ainsi rattraper le temps perdu. Si je la détestais, je ne me sentirais pas aussi mal à l'aise en sa présence et j'aurais peut-être une chance de bien faire mon job. Malheureusement, c'est peine perdue. Toutefois, même si ce n'est pas de la détestation que je ressens pour la jeune femme - c'est plutôt tout l'inverse - on pourrait réellement croire que je lui en veux. C'est plus fort que moi : je n'arrive pas à arrêter les piques méchantes et mesquines qui me traversent l'esprit, quand bien même je sais que ça ne fera qu'empirer les choses. Comment faire autrement ? Comment rester cordial avec la personne qui nous a brisé le coeur parce qu'elle ne faisait pas assez d'effort pour sauver la relation amoureuse en question ? Je sers les dents, commence l'interview tant bien que mal.

Les premières questions sont honnêtes, même si la dernière est aussi supposée servir mes propres intérêts et les réponses qu'Erin donne sont loin de me faire du bien. Je l'écoute comme j'écouterais n'importe quelle personne interviewée, mais je ne peux pas réagir avec le même calme, avec la même bienveillance. Les lèvres pincées, je suis obligé de me pencher sur la table basse en face de nous pour me servir un verre d'eau et le boire goulûment avant de répondre avec franchise. C'est éprouvant. Très éprouvant. « Très bien… Je vois… » Je suis incapable de prendre les moindres notes. Je suis incapable de faire preuve du professionnalisme requis dans cette situation. En fait, je me recule dans mon fauteuil, dégoûté de ce que j'entends. « Je vois… » Répète-je, la gorge nouée. « Tu n'as pas voulu rentrer ici pour essayer de sauver notre couple l'année dernière, mais maintenant… Tu es de retour. Comme si de rien n'était. » Et qu'est-ce que c'est dur. Ça fait un mal de chien de se dire que je n'ai pas été suffisant pour lui donner envie de quitter New-York alors que j'étais prêt à l'épouser et à passer le restant de ma vie avec elle…

« Je ne suis pas sûr de réussir à faire cette foutue interview. » Sait-elle seulement à quel point ma vie part en lambeaux depuis notre rupture ? Mon travail qui devient de plus en plus médiocre à cause de mes retards constants, de mon manque de motivation… Les verres qui s'enchaînent beaucoup plus facilement qu'avant parce que je n'ai plus rien à faire, des verres d'alcool qui me poussent à faire des choses que je ne devrais pas, comme coucher avec une femme mariée alors que je n'avais même pas couché avec Erin tant notre relation était importante à mes yeux. « Génial… C'est génial, bon sang… » Dis-je le plus ironiquement possible en me levant du fauteuil pour faire les cent pas. Et dire qu'on aurait pu éviter toute cette scène si son partenaire était venu à l'interview comme prévu.  « Tu sais comment me donner l'impression que je suis une merde à tes yeux en tout cas, Erin. Ah, là, tu es excellente dans ce domaine. Merci, vraiment, merci. » A-t-il fallu que je la quitte pour qu'elle comprenne qu'on était bien ensemble ? Tout ça, sans pour autant donner des nouvelles ou chercher à sauver notre couple. « Tu m'en vois ravi. Il va falloir que je fasse davantage de reportages à l'étranger, sinon je crois que ça ne va pas le faire. Je pense qu'on sera d'accord tous les deux sur ce point, pas vrai ? » Dis-je, pensif, me tirant les cheveux en arrière, toujours aussi dépassé par cette situation.

_________________

light it up
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 


Dernière édition par Jesse Griffiths le Jeu 16 Mai - 21:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erin L. Blake
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : worst.
TES DOUBLES : sam, adriel, liam & daniel.
TON AVATAR : sophie wonderful skelton.
TES CRÉDITS : .sassenach & tumblr.
RAGOTS PARTAGÉS : 89
POINTS : 169
ARRIVÉE À TENBY : 08/03/2019

Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Tumblr_po61qnOM4r1vg2yxdo2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt cinq belles années. (01/03/94)
CÔTÉ COEUR : la liberté n'a pas de prix.
PROFESSION : comédienne, la passion du théâtre est dévorante.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Empty
MessageSujet: Re: Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) EmptySam 27 Avr - 0:41


erin & jesse
i tried, to run away but your eyes
tell me to stay oh why
why do we call this love


Je me retourne, très surprise par sa réponse. Je ne m'y attendais tellement pas que je mets plusieurs minutes avant de pouvoir lui répondre quelque chose. Ce n'est pas l'impression que tu donnes. lui répondais-je, visiblement triste. Je crois que j'avais dans l'espoir qu'on soit l'exception à la règle, qu'on se soit assez bien entendu pour que ça continue, même après la fin. Je n'ai peut-être pas bien compris ces mots, je les ai peut-être mal interpretés au vu de la situation, mais il n'est pas très clair non plus comme garçon. Bon, c'est vrai que je ne t'ai pas aidé pour le coup .. murmurais-je, surtout pour moi même. Que ce soit pour ma partie de responsabilité pour ce qui s'est passé entre nous ou pour tout ce cirque que je lui offre depuis que nous avons commencer à respirer le même air. J'espère juste qu'il ne m'a pas entendu penser si haut, je n'ai pas envie de lui donner satisfaction

Je réponds à ses questions avec le plus naturel possible, tentant de faire comme si je ne le connaissais pas. Je lui parle de choses personnelles et lui explique les raisons de mon retour définitif. Tu vois. répétais-je bêtement, me moquant de lui. Tu veux sérieusement qu'on se dirige vers cette route ? Il m'énerve, à toujours joué les petits gars parfait pour ensuite tout me retaper à la figure. Il est bien là, avec son pseudo professionnalisme. Si je ne le connaissais pas, je l'aurais déjà renvoyé depuis longtemps et appelé le magazine pour lequel il travaille en me plaignant. Je l'ai déjà fait quelques fois. T'es venu au pire ... Espèce ... J'ai failli rentrer dans l'explication mais je me suis retenu. J'étais la tête d'affiche du show, la popularité même du numéro. J'étais à mon apogée et si ça n'avait pas été le cas, j'aurais tout laissé tombé pour le suivre. Je comprends son reproche à ce niveau, mais je suis déçue qu'il puisse penser que je l'ai abandonné si facilement. Comme quoi, il ne me connaissait pas tant que ça, le Griffiths. Non, je vais m'arrêter en fait. T'es tellement concentré sur le fait que je suis la mauvaise dans l'histoire que t'écouterais pas un seul mot de ce que je dis. Et mes explications, aussi bonnes pourraient-elles être, partiraient en fumée avant même que je ne les ai terminées. Ou alors il ne m'écouterait même pas, ce qui m'énerverait encore plus. Ou pire encore, il me prendrait pour une menteuse en disant que si j'ai une bonne réputation de comédienne, ce n'est pas pour rien.

J'ai l'air presque débile à me dire que pour une fois, ce n'est pas moi qui ait commencé. Sans un mot, je l'observe se balader à travers la pièce, faire les cents pas, s'énerver contre lui même. Si j'ai d'abord envie de rigoler, je finis vite agacée par la situation. Encore plus quand il m'attaque personnellement. Mais ça va pas non ? Pour une fois que je n'ai rien fait. criais-je, assez vexé. C'est devenu tellement facile ces derniers jours ; j'ai le coeur brisé, je me sens mal ... C'est de la faute d'Erin tout ça, elle et ses caprices en plus du reste. Je suis devenue le petit démon, cette fille que personne ne peut voir simplement parce qu'elle a décidé de mettre sa carrière en avant. Qu'ils aillent tous se faire voir. Ce n'est pas de ma faute si ... Je m'arrête net, mon visage se radoucit. Il est peut-être allé loin dans ses mots mais il n'a pas totalement tord, je suis douée pour rabaisser les gens. Oups. Je m'étais promise de rester professionnelle pour cette interview et voilà qu'à la place, j'en profite pour régler mes comptes. En plus, en voyant la grimace sur le visage de mon ex petit ami, je commence à vraiment à me sentir coupable. Je ... Non, tu ne bouge pas. Non, tu restes ici avec moi et on règle tout ensemble. On redevient ce qu'on était, on se marie et je ne quitte plus jamais tes bras. Oh mon Dieu, je me giflerais bien rien qu'à penser ces mots tellement ils sont pathétiques. Ca ne me ressemble pas de parler comme ça et je n'ai pas envie que ça me ressemble, encore moins avec Jesse. Tu fais ta vie, t'as pas besoin de me demander la permission. tentais-je de dire, l'air détachée. Mais même moi, je ne suis pas convaincue par ce que je raconte. Disons que je me suis à moitié rattrapé et c'est pas mal quand je pense à cet espèce de culpabilité qui est en train de me ronger à l'intérieur. Maintenant tu te rassois, tu respire et tu reprends tes questions, histoire que t'aie encore un travail en sortant de cette pièce. finis-je par dire, plus calme cette fois. Et si mes intentions sont bonnes au départ, et elles le sont réellement, j'ai quand même envie de terminer cette interview et d'oublier cette première fois avec lui dans cette ville. Le plus vite possible.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    † Actors are so fortunate. They can choose whether they will appear in tragedy or in comedy, whether they will suffer or make merry, laugh or shed tears. But in real life it is different. Most men and women are forced to perform parts for which they have no qualifications. The world is a stage, but the play is badly cast. oscar wilde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesse Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • brendan • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : cha d'amour (avat + signat) tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 1288
POINTS : 2977
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016

Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Tumblr_inline_o3xxjoYLWh1tntjr6_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : célibataire
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Empty
MessageSujet: Re: Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) EmptyJeu 16 Mai - 22:11

I wish that you woulda treated me bad
Truth is you couldn’t have loved me better
Now I’m left feeling twice as sad


« Je sais... » En effet, je peux me rendre compte par moi-même du mauvais traitement que j'inflige à la jolie rousse. « Et je suis désolé. » Continue-je, la tête baissée, sans jeter un regard en direction de la jeune femme. Si j'étais fumeur, ce serait le moment idéal pour sortir une cigarette et calmer mes nerfs à vif. Malheureusement, je ne fais pas partie de ces personnes qui s'intoxiquent quotidiennement les poumons pour une dose de nicotine. Ainsi, je subis cette interview, autant qu'Erin. L'interviewer et l'interviewée... Un duo dans lequel les deux acteurs connaissent leurs rôles, mais je viens compliquer tout ça avec mes états d'âme et ma rancoeur. « Je suis venu au pire quoi ? Vas-y, crache le morceau ! » Demande-je, certainement un peu trop fort. Heureusement qu'il n'y a personne dans la pièce voisine car les gens se poseraient probablement des questions sur ces éclats de voix qui viennent tantôt de moi, tantôt d'Erin. « Bien sûr que je t'écouterais, Erin, tu me connais si mal que ça ? » Je n'attends pas de réponse à ma question. En fait, je regrette même de l'avoir posée car maintenant, j'ai peur que si elle décide de me répondre, elle me fasse prendre conscience que notre relation n'était qu'un mirage. En fait, je n'attends qu'une chose : savoir les vraies raisons de notre rupture. Evidemment, la jeune femme pourrait dire que c'est à cause de moi que nous avons rompu car j'ai été celui qui nous a mis au pied du mur... Mais pourquoi ? Pourquoi est-ce que notre histoire n'a pas fonctionné alors que je l'aimais tant ? Et elle aussi, elle m'aimait, pas vrai ? J'essaye de me rassurer comme je le peux, mais j'ai parfois l'impression de me retrouver devant une inconnue vu la façon dont elle me répond. « Ce n'est pas de ta faute si quoi ? » Encore une question, tout simplement parce que je sens Erin sur le point de dire quelque chose, mais sans oser aller au bout de sa pensée. Hélas, j'ai besoin de réponses.

Après un temps qui semble interminable, je déglutis et je relève la tête vers elle. J'ai déjà déversé mon venin, mais comme le robinet est ouvert, je ne peux pas éviter les paroles suivantes. « T'as raison... Je fais ma vie. Je n'ai pas besoin de ta permission. Tout comme tu fais la tienne, sans demander l'avis de personne. On a pu s'en apercevoir avec ton frère... Le jour de son mariage, entre autres. » Les dents serrées, la remarque est encore gratuite, mais je n'arrive plus à réfléchir correctement. J'ai juste envie d'en finir et de la blesser comme elle m'a blessée en ne se battant pas davantage pour notre amour. Encore une fois, je devrais m'excuser, mais j'en suis incapable. Je me mords l'intérieur de la joue jusqu'au sang en guise de punition et je suis les conseils avisés de la rousse. Comment peut-elle rester aussi stoïque alors que je rejette tout mon ressentiment sur elle... Elle, elle pense encore à mon boulot alors que même moi j'en fais abstraction. Pour sûr, je pourrais me retrouver sans emploi à la suite de cette entretien.
Je m'assois, j'inspire et j'expire... « Pourquoi est-ce que tu te soucis de mon travail ? » Je devrais lui poser des questions sur la pièce qu'elle va faire, l'inauguration et toutes les festivités à venir, mais pour l'heure, j'en suis encore aux questions trop personnelles. « Je veux dire... Tu pourrais tellement me faire virer après ça... Je crois d'ailleurs que mon chef n'attend que ça, en fait. Je suis sur la sellette depuis un moment, déjà. Et là... Depuis que t'as passé la porte, je suis tout sauf professionnel, je te pose des questions qui n'ont rien à voir avec ta pièce, je suis blessant... Je... Je foire sur toute la ligne. » Je ne comprends pas vraiment ce qui m'arrive. Il faut dire que je n'avais jamais imaginé retrouver Erin dans de telles conditions. « Je suis désolé. Vraiment. » Parviens-je enfin à dire, conscient du malaise de que je jette entre nous et du mauvais moment que je lui fais passer.

_________________

light it up
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erin L. Blake
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : worst.
TES DOUBLES : sam, adriel, liam & daniel.
TON AVATAR : sophie wonderful skelton.
TES CRÉDITS : .sassenach & tumblr.
RAGOTS PARTAGÉS : 89
POINTS : 169
ARRIVÉE À TENBY : 08/03/2019

Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Tumblr_po61qnOM4r1vg2yxdo2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt cinq belles années. (01/03/94)
CÔTÉ COEUR : la liberté n'a pas de prix.
PROFESSION : comédienne, la passion du théâtre est dévorante.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Empty
MessageSujet: Re: Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) EmptyJeu 23 Mai - 0:28


erin & jesse
i tried, to run away but your eyes
tell me to stay oh why
why do we call this love


Un demi sourire se dessine sur ma bouche. Merci. C'est bien qu'il se rende compte qu'il est dur avec moi. Eh, oh, tu vas baisser d'un ton oui ? Il est chiant à la fin, le brun. J'ai du mal à aller au fond de mes pensées, mais ce n'est pas avec ce genre de questions que je vais finir par le faire. Ca m'irrite, je grince les dents et je regarde ailleurs tout en écoutant mon ex parler.Le Jesse que je connais ne m'aurait jamais hurlé dessus déjà ... Alors non, je pense que je ne te connais plus tant que ça. Je crois qu'il entend à peine ma réponse, bien trop nerveux, bien trop énervé. C'est ça que je dis ; il n'était pas le plus sage, pas toujours le plus gentil, mais c'est comme un jumeau maléfique, un type qui débarque et que j'apprends à connaître pour la première fois. Je pousse un peu trop loin, mais c'est un sentiment tellement puissant que c'est difficile de l'ignorer. J'ai peur de ce que j'ai devant moi, parce que j'ai peur de ne jamais pouvoir retrouver mon Griffith. Si rien du tout. J'ai pensé tout haut. finis-je par lui dire, tout en croisant les bras. Ce n'est pas de ma faute s'il se sent mal ? S'il se sent comme une merde ? Ca fait des mois et des mois que je n'ai pas eu de ses nouvelles, il pourrait être autant marqué par notre rupture que par un évenement extérieur. C'est pour ça que je n'ai pas continué dans ce sens là, histoire d'oublier mon égo pendant un moment, histoire de ne pas connaître des détails que j'aurais préféré ne pas connaître.

Je ne te permets pas ! criais-je, aussi fort que lui. Je ne lui permets pas, ce n'est pas ses affaires. J'entre dans une colère tellement noire que je pourrais assassiner n'importe qui. Mon regard s'assombrit, mes joues rougissent, mon coeur bat à la chamade. Touché. Il y a nos histoires et celles avec mon frère, et celles ci ne te regardent pas. enchainais-je, toujours aussi remontée. C'est l'attaque de trop. Je rêve de lui sauter au cou et de l'étrangler jusqu'à ce qu'il devienne bleu. De nombreuses tortures me passent par l'esprit mais je crois que je suis plus blessée par le fait qu'il ait utilisé mon frère pour me faire du mal. Ca m'apprendra à les laisser être amis ces deux là. Il faut qu'on respire et qu'on arrête, parce que c'est plus possible. Il continue un coup et pour une fois, je me sens d'humeur à calmer le jeu. Je lui parle, je le calme, je fais ce que je peux pour l'apaiser ; plus vite on a fini, plus vite on finit. Le Griffiths se récupère enfin quelques minutes plus tard et je m'installe près de lui pour lui montrer ma bonne volonté. Arrête de t'excuser. Ce n'est pas comme si j'étais très professionnelle non plus. Il m'énerve à s'excuser tout le temps, à prendre la faute sur lui. C'est comique quand on pense au fait que je lui ai déjà reproché de nombreuses fois de me mettre tous les maux du monde sur le dos. Les rôles sont inversés, sauf que je ne passais pas mon temps à dire désolé. S'excuser, c'est pour les faibles. Parce que même si on a nos différents, je sais que tu aimes ton boulot et je me sentirais mal à l'idée que tu le perde ... J'ai de la peine pour lui. Il est tellement bon dans ce qu'il fait et il vient de me prouver qu'il en avait besoin. J'ignore pourquoi ça va si mal pour lui, j'ignore pourquoi il semble être sur le point de se faire virer et la discussion ne risque pas d'aller dans ce sens. Ca pique ma curiosité mais je dois m'arrêter là. Je ne veux pas montrer d'intérêts et je veux encore moins lui donner une occasion de me crier dessus pour me dire de me mêler de ce qui me regarde. Idiot. rajoutais-je, évitant ainsi de faire passer ma remarque pour quelque chose de sympa. Mais même moi j'ai envie de rigoler, peu convaincue par ce que j'appelle une insulte. Tant pis, je peux bien être sympa avec lui, ça changera un peu. Donc allez, continue. Et essaie d'être plus discret sur tes questions, ça m'évitera de monter dans les tons. finis-je par lui dire, tentant un petit rictus pour finir par détendre l'atmosphère pour de bon. J'ai beau me répéter de faire la différence, encore et encore, ça ne rend pas le truc plus facile. Je suis tellement blessée, irritée de l'avoir à côté de moi sans pouvoir le toucher comme je le faisais avant et c'est ça qui me met tellement en colère. Je dois juste trouver un moyen de calmer ça, histoire de le sauver un peu. Car même s'il est responsable de mon mal être, je suis responsable du sien et si je peux faire ça pour l'aider ... Et bien je suppose que je peux.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    † Actors are so fortunate. They can choose whether they will appear in tragedy or in comedy, whether they will suffer or make merry, laugh or shed tears. But in real life it is different. Most men and women are forced to perform parts for which they have no qualifications. The world is a stage, but the play is badly cast. oscar wilde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesse Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • brendan • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : cha d'amour (avat + signat) tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 1288
POINTS : 2977
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016

Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Tumblr_inline_o3xxjoYLWh1tntjr6_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : célibataire
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Empty
MessageSujet: Re: Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) EmptyDim 26 Mai - 22:13

I wish that you woulda treated me bad
Truth is you couldn’t have loved me better
Now I’m left feeling twice as sad


Je suis allé trop loin en évoquant Rhys. Je l'ai su à la seconde même où les mots sont sortis de ma bouche. Hélas, c'était trop tard pour les rattraper. Ils étaient déjà dits. Je déglutis, baisse la tête, me mords l'intérieur de la joue, déçu de moi-même. Comment en suis-je arrivé à ce point ? J'ai toujours su que la relation du frère et de la soeur était particulière, mais jamais je ne m'en suis mêlée. Je sais ce que Rhys reproche à sa soeur, mais pas une seule fois j'en avais parlé à Erin, même quand nous étions ensemble. Les histoires de familles sont souvent bien trop compliquées pour qu'on puisse intervenir en tant que membre extérieur. Je le sais car j'ai moi-même une famille peu conventionnelle et clairement, je n'accepterais pas qu'on puisse dire quoi que ce soit sur ma petite soeur ou sur les croyances un peu trop extrêmes de mes parents.

« Merci… » Erin pourrait m'atteindre encore plus, elle pourrait détruire la fin de ma carrière, mais elle ne semble pas disposée à le faire et je l'en remercie infiniment. Bientôt, il va falloir que j'arrête les conneries, car je ne pourrais plus me rattraper bien longtemps à mon boulot si je dépasse les bornes trop souvent. Au bout de quelques minutes, nous parvenons à reprendre nos esprits et je me prépare à reprendre l'interview, à faire mon job, cette fois, de manière un peu plus professionnelle. « Oui… Des questions plus appropriées. » Confirme-je. « Laisse-moi juste deux minutes, le temps que je lance un nouvel enregistrement. » Assurément, je n'ai pas envie d'entendre à nouveau la dispute que nous venons d'avoir lorsque je serais en train de rédiger l'article sur la jeune femme. Je fais quelques manipulations sur mon ordinateur et je lance un nouvel enregistrement. Si seulement c'était aussi facile que pour cette suite de uns et de zéros. On arrête, on efface, on recommence. Ici, on recommence, mais on ne peut pas effacer ce qu'il s'est passé et j'essaye de reprendre le plus professionnellement possible. « Reprenons. » Je me réinstalle à ma place, évite de regarder la jeune femme au maximum afin d'éviter toutes les chances de m'effondrer à nouveau et je me concentre sur mes notes, sur les questions que j'avais préparé à la base pour son collègue. « Quel effet ça te fait de jouer pour l'inauguration du théâtre ? Et qu'est-ce que ça te fait de jouer dans cette pièce ? D'avoir ce rôle, plus particulièrement ? Est-ce que c'est un rôle que tu avais toujours voulu faire ? » J'adapte les questions au fur et à mesure de l'interview et je prends quelques notes, je rebondis sur les réponses de la rousse, pose de nouvelles questions. Il y a d'ailleurs quelques questions que je préférerais éviter, mais pour le bien de l'article, je n'ai pas le choix. J'avais prévu de les poser à l'autre comédien alors je ne peux pas risquer mon job simplement parce que je ne veux pas de détails sur la vie de la jeune femme sur le continent américain. « Est-ce qu'il y a beaucoup de différences entre les théâtres américains et ceux du Royaume-Uni ? et les publics ? » Les britanniques ont la réputation d'être plus froids que les américains, plus retenus. Est-ce que c'est vrai ? Je pose la question, mais grâce à mes voyages, je connais déjà la réponse. « Et pour finir… Qu'est-ce que tu appréhendes le plus dans ton retour ici ? »

_________________

light it up
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erin L. Blake
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : worst.
TES DOUBLES : sam, adriel, liam & daniel.
TON AVATAR : sophie wonderful skelton.
TES CRÉDITS : .sassenach & tumblr.
RAGOTS PARTAGÉS : 89
POINTS : 169
ARRIVÉE À TENBY : 08/03/2019

Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Tumblr_po61qnOM4r1vg2yxdo2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt cinq belles années. (01/03/94)
CÔTÉ COEUR : la liberté n'a pas de prix.
PROFESSION : comédienne, la passion du théâtre est dévorante.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Empty
MessageSujet: Re: Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) EmptyVen 31 Mai - 1:16


erin & jesse
i tried, to run away but your eyes
tell me to stay oh why
why do we call this love


Je lève discrètement les yeux au ciel. Il n'y a pas de quoi. lui dis-je, en un demi sourire. Je ne veux pas qu'il se sente redevable, je ne veux rien à voir à lui rendre. Quand on arrive à s'entendre, c'est quand même beaucoup mieux. Ca ne crie plus, ça ne hurle plus, ça ne se lance pas des insultes. L'interview aurait dû se dérouler comme ça depuis le début mais il a fallu qu'on se laisser aller à de la méchanceté gratuite. Le Griffith efface son enregistrement et en commence un autre. Je t'é... Vous ... Je dois faire quoi en fait, te tutoyer ? C'est quoi cette question débile ? On se tutoie depuis le début et d'un coup, j'aurais envie de faire le contraire. Même si c'est un truc officiel, je n'arriverais pas à faire autrement. Je me sens vraiment bête et je n'aime pas ça du tout. Soit, pardon. Voilà ce qui arrive les rares fois où je suis nerveuse, je me mets à bafouiller et à raconter des bêtises. Je crois qu'il n'y fait pas trop attention et c'est tant mieux, ça veut dire qu'il me connait encore un peu.

Ca y est, c'est parti. Il reprend son sérieux, branche son machin et me pose les questions adéquates. Je prends énormément de plaisir à y répondre et, intérieurement, j'espère vraiment que ça l'aidera pour son boulot. Jouer pour l'inauguration d'un théâtre c'est juste ... Génial. On sent la pression sur ses épaules, on sent le fait que la perfomance donnera le ton pour la popularité du théâtre. Je sais ce que je vaux et l'idée que les autres le sachent aussi, c'est extrêmement valorisant. Et ça fait du bien à son égo, celui qui s'en est pris dans la tronche rien qu'en effleurant le sol du Pays de Galle. C'est pour ça que je n'ai pas hésité une seconde à dire oui. J'ai joué dans Dom Juan une fois je crois, ça devait être à mes débuts. J'en avais un bon souvenir mais avec les répétitions que nous avons fait, ce sera encore un meilleur souvenir. C'est juste génial, j'adore le rôle que je joue. Mais de là à dire que c'était le rôle de mes rêves, non. finis-je par dire, souriant largement.

La question qui suit est assez drôle et me pousse à repenser à de vieilles histoires que j'ai pu vivre avec des fans ou des collègues. Tout est tellement plus sérieux au Royaume-Uni. Je ne dis pas que les Américains nous donnaient le script en nous disant de nous débrouiller, mais je trouve les répétitions très intenses ici. Tu rentre entièrement dans le personnage, tu t'en imprègne, tu deviens lui et ce, en une seule répétition. Je crois que je suis déjà rentrée à la maison en pleurant ou en rigolant simplement en repensant à une partie de l'histoire. J'aime ça autant que je le déteste, parce que c'est déjà difficile de ne pas devenir schyso dans mon métier pour qu'on en rajoute une couche. Je ne vois que très peu de différence entre les publics ... Le résultat reste le même à la fin, tu vas me dire, avec tous les applaudissements. Je pense juste que les Anglais réclament la perfection tandis que les Américains se contentent d'un bon divertissement qui joue correctement. C'est compliqué d'expliquer sans vexer l'un ou l'autre peuple, mais je crois que j'ai réussi. Je déglutis avant d'enchaîner avec le fond de mon explication. C'est ça qui est génial dans le fait de tout recommencer ... C'est que je reprends vraiment tout depuis le début, même les attentes. finis-je par lui dire, croisant les bras contre mon torse. Je ne sais pas combien de fois je l'ai dit mais à chaque fois, je suis parcourue de frissons à cause de l'excitation. C'est génial.

Sa dernière question est sûrement la plus intéressante, surtout pour lui. J'aurais dû m'y attendre, mais les expressions de mon visage montrent sûrement que je n'étais pas prête. Bêtise. Je ... marmonais-je, un peu surprise. Je bafouille, cherche les mots adéquats. Quand je revenais ici, voir mes proches, j'avais toujours cette sécurité ... De pouvoir traverser l'océan quand ça n'allait pas. Et le fait de ne plus avoir de chemin de retour m'oblige à me comporter comme une adulte. Des vieux souvenirs remontent, des disputes, des occasions, tous les trucs qui m'ont fait prendre directement un avion pour m'envoler vers une destinée que je n'avais pas chercher. Mon Dieu, fuir était devenu ma grande spécialité et ça me fiche la trouille de voir ce que je suis. Il faut vraiment, maintenant, que je donne l'impression de les avoir, mes 25 ans. J'ai laissé du monde ici et nous ne sommes pas toujours en de bons termes. Mais ils me manquaient ... Tous. Même le fait de simplement aller rendre visite à Echo, sur sa tombe ; j'aimerais me dire que tout va bien avec elle, qu'elle ne m'en veut pas, mais c'est difficile de savoir. Mes parents ça va, Rhys est une histoire en cours et Jesse ... C'est Jesse. Je veux que ça aille mieux. Je m'arrête, je vais finir par dire quelque chose que je vais regretter. Je dois lui en vouloir, rendre sa vie misérable, pas lui faire comprendre que je suis prête à lui enlever toutes ses couches de vêtements. Je maudis le destin de m'avoir mis ici parce que maintenant, je suis dans la merde et je ne sais pas comment m'en sortir.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    † Actors are so fortunate. They can choose whether they will appear in tragedy or in comedy, whether they will suffer or make merry, laugh or shed tears. But in real life it is different. Most men and women are forced to perform parts for which they have no qualifications. The world is a stage, but the play is badly cast. oscar wilde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesse Griffiths
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • brendan • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : cha d'amour (avat + signat) tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 1288
POINTS : 2977
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016

Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Tumblr_inline_o3xxjoYLWh1tntjr6_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : célibataire
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Empty
MessageSujet: Re: Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) EmptyJeu 13 Juin - 21:07

I wish that you woulda treated me bad
Truth is you couldn’t have loved me better
Now I’m left feeling twice as sad


Malgré l'ambiance tendue et difficile à vivre, je n'aurais pas pensé devenir le moins nerveux de nous deux, même pour ne serait-ce que quelques secondes. Pourtant, c'est le cas lorsque Erin se demande si elle doit me vouvoyer ou non pour le bien de l'interview. Déconcerté et un peu surpris, je la regarde, un fin sourire sur le visage et j'essaye de la rassurer. « Uhm. Tu peux me tutoyer. Ce n'est que moi. Et personne n'entendra l'enregistrement. C'est uniquement pour m'aider dans la rédaction de l'article. » En effet, personne n'entendra ce qu'elle dit et je ferai de mon mieux pour retranscrire ses mots, ses émotions et sa présence. Je prends quelques notes supplémentaires alors que la jeune femme répond à mes questions, notamment sur sa gestuelle, sur les mimiques qui la rendent si mignonne et qui me rappelle toutes les fois où je lui ai murmuré que je l'aimais. Je me concentre sur ses paroles pour sortir de mes pensées qui me font trop mal au coeur. Je ne sais pas si c'est une très bonne solution, car la mention de la pièce qu'elle va interpréter bientôt sur scène fait resurgir des souvenirs de lycée, cette époque où nous devions apprendre des passages par coeur pour les réciter devant tout le monde, jouer la comédie, faire au mieux. Comme si j’étais encore au lycée, je me lève et j’adopte la posture adéquate pour la scène 2 du premier acte. « Quoi ? tu veux qu'on se lie à demeurer au premier objet qui nous prend, qu'on renonce au monde pour lui, et qu'on n'ait plus d'yeux pour personne ? La belle chose de vouloir se piquer d'un faux honneur d'être fidèle, de s'ensevelir pour toujours dans une passion, et d'être mort dès sa jeunesse, à toutes les autres beautés qui nous peuvent frapper les yeux. » Je m’esclaffe comme je ne l’avais pas fait depuis longtemps en prenant conscience du petit spectacle que je viens d’offrir à la demoiselle, mais pour sûr, ce n’est pas le premier auquel elle assiste.  Évidemment, Dom Juan n’est pas quelqu’un que j’apprécie. Les tromperies, les infidélités…? Très peu pour moi, mais ce passage est resté gravé dans ma mémoire et je me rassois, un peu surpris, en rigolant de mon propre sketch. « Excuse moi, je m’emporte un peu. Je l’avais étudiée au lycée et il faut croire que je ne l'ai jamais vraiment oublié. Je pourrais presque te donner la réplique. » Comme avant Je regrette mes paroles au même moment où elles sortent de ma bouche. Toutefois, il est trop tard pour contrer ce nouveau souvenir qui surgit dans mon esprit : toutes les nuits où Erin devait répéter, stressée la veille d’une performance et où je ne fermais pas l’oeil de la nuit pour lui donner la réplique, jouer le rôle masculin et la préparer à ses scènes. Dom Juan… Ce qui sauve la pièce, c’est le final, sinon, mes parents n’auraient jamais adhérer au fait qu’une telle pièce soit présente dans notre classe.

Enfin, Erin compare les publics face auxquels elle a joués et j'acquiesce, toujours à l’écoute de son discours, mais prêtant plus d’attention à la facilité avec laquelle elle a retrouvé son accent gallois alors qu’elle adoptait sans mal l’accent américain lorsqu’elle se présentait là-bas. « Je vois. » Je griffonne quelques nouvelles notes illisibles sur mon carnet quand elle aborde la dernière question tant je suis gêné de l’entendre dévoiler ses intentions, mais je sens mon coeur frapper lourdement dans ma poitrine et je ne peux plus l’ignorer. Je lève les yeux vers la jeune femme. Je veux que ça aille mieux. Dans ma tête, chaque syllabe se décompose, mais le sens reste le même. Aller mieux. Le gorge sèche, la silence devient pesant et je ne sais pas quoi rétorquer alors maladroitement, je ferme mon carnet de notes. « Uhm. D’accord. Bon… Je crois que j’ai tout pour faire l’article. Uhm. Merci de ton temps. » Si je n’ai pas su comment lui dire bonjour, je ne sais pas plus comment lui dire au revoir et ça me tue. Je devrais me lever, m’éloigner de la rousse pendant qu’il est encore temps, mais au lieu de ça, je reprends avec une question un peu égoïste. « Je sais que tu n’as aucun service à me rendre et je ne sais pas si tu en as l’autorisation… Mais, si tu as encore cinq minutes devant toi et si ça ne te dérange pas, tu penses que tu pourrais me montrer la scène ? » Elle n’a pas encore été ouverte au public et elle ne le sera pas avant l’inauguration, ainsi, si j’arrive à me procurer quelques clichés en exclusivité, peut-être que mes supérieurs auront à nouveau un peu d’estime pour moi et pour mon travail.



_________________

light it up
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Empty
MessageSujet: Re: Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin) Empty

Revenir en haut Aller en bas

Things fall apart, but nothing breaks like a heart (Erin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: Historical Center-