AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Various Storms and Saints || Thomas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
John Harding
John Harding
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : Richard Lyon et Max Julliard
TON AVATAR : Boyd Holbrook
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Exordium (code sign) + Sikapanele (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible 4/5
RAGOTS PARTAGÉS : 433
POINTS : 1052
ARRIVÉE À TENBY : 28/03/2018
Various Storms and Saints || Thomas Tumblr_pagz88SQCG1vg2yxdo5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (20 avril)
CÔTÉ COEUR : Père célibataire, sa situation ne l'autorise pas trop à envisager une nouvelle relation, quand bien même une certaine brune occupe ses pensées...
PROFESSION : Architecte, ancien mafieux placé sous programme de protection des témoins
REPUTATION : Il est discret, cet homme là. C'est tout de même bizarre, on dirait qu'il fuit les gens...et puis un père qui élève tout seul son fils, ce n'est pas banal. Il y a anguille sous roche, je vous le dis.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Various Storms and Saints || Thomas Empty
MessageSujet: Various Storms and Saints || Thomas Various Storms and Saints || Thomas EmptySam 9 Mar - 19:16


What kind of man loves like this ?
What kind of man ?

Il a un flingue caché sous son manteau. Pas chargé. Mais il a un flingue, et il est décidé à cogner ce type ce soir. Il est en face de chez les Harper, il sait que Drew est là, il fume une cigarette. A ce moment-là, John pourrait encore renoncer, mais non. Au lieu de ça, il se dirige vers la maison et il frappe violemment à la porte. Il pourrait faire autrement. Keelin va l’apprendre et se poser des questions, et fatalement, il va devoir lui expliquer. C’est surtout ça qui inquiète John : qu’elle le prenne pour un monstre, qu’elle ne veuille plus le voir, ça, ça lui fait peur. Et puis ça veut dire qu’il est incapable de régler ses problèmes sans retomber dans ses anciens travers de mafieux. Il n’est pas fier de lui, mais quel autre choix a-t-il ? Il a contacté Thomas, mais Thomas ne pourra l’aider que sur le moyen terme. Et c’est maintenant qu’il faut agir. Les conséquences, il s’en occupera après, en espérant qu’il n’y en aura pas trop. Surtout pour Jack. Il est désolé pour son fils aussi. Il espère que si ça tourne mal, qu’il comprendra, qu’il lui pardonnera, il espère aussi, pour tout dire, que ça marchera comme à chaque fois, qu’il aura de la chance, qu’on le laissera tranquille et qu’il ne sera pas privé de son fils.

La porte de l’entrée s’ouvre tout aussi brutalement. « C’est pour quoi ? » John n’a même pas un sourire avant de le pousser à l’intérieur. « Surprise, connard. » Il claque la porte derrière lui, avant même que Drew n’ait le temps de dire quoique ce soit. « C’est facile, hein, de cogner ta femme ? On va voir si c’est aussi facile de me cogner moi. » Le premier coup qu’il assène, en plein visage, est incontrôlé, comme la rage aveugle qui habite John. Il est assez fort pour faire chanceler l’homme, assez pour faire couler le sang, assez pour lui casser le nez. Pourtant il continue à frapper, jusqu’à ce qu’il tombe, et il s’acharne à coup de pieds encore une fois au sol, histoire qu’il paye autant qu’il a fait du mal à Keelin. Quand il s’arrête finalement, il a du aussi lui casser un ou deux dents. Il a des blessures aux jointures des mains, sa chemise est tachée de sang. Tant pis. Il s’agenouille au niveau de Drew et sort son gun. « T’as compris, maintenant, Drew ? T’as compris ? Plus jamais tu la touches. Plus jamais. Sinon je reviendrais te faire ta fête à chaque fois. »

Et maintenant, il exhibe le flingue, le posant sans aucune pression sur le front du connard. « Je sais que t’essayes de faire du chantage à Keelin, aussi. Elles sont où, les preuves ? » Pas de réponses. « Putain, dépêche-toi. J’ai pas toute la soirée. Elles sont où ? Balance-les, allez ! Sinon je te fume. » Il finit par lui montrer. Il glissa l’enveloppe que Drew lui tendait pitoyablement dans son blouson. « Brave garçon. Maintenant écoute moi bien. Tu m’as pas vu, je suis pas venu ici. T’es tombé dans tes escaliers, ce que tu veux. Si tu me dénonces, je reviens, et je te refais la même chose. Si tu touches à Keelin, je reviens, et je te refais la même chose aussi. T’as compris, Drew ? » Manifestement oui. Alors il s’en va. Comme il est venu.

Ce n’est pas fini pour autant. Même une fois débarassé de ses vêtements tâchés de sang, même une fois le revolver rangé, il reste les blessures qu’il a aux jointures des mains. Et la culpabilité. Il n’en dort pas de la nuit. Il va falloir qu’il prévienne le bureau. Mais pas avant d’avoir parlé à Thom. Thomas pourra lui dire quoi faire, et John espère qu’il le soutiendra, ou au moins qu’il comprendra. Il doit passer le soir même pour parler de Keelin. Alors il va lui dire, il va lui expliquer, de toute façon, ça ne sert à rien de lui mentir. Et puis on ne ment pas à ses amis, surtout à la seule personne qui connait la vérité sur soi. Il ne peut pas fuir, non plus, il a dit qu’il serait là, il a demandé au policier de venir. Alors il ouvre quand le Weston arrive. « Salut mon vieux. Merci d’être venu. » Il laisse Thomas avancer dans la cuisine. « Tu  prends quelque chose ? Thé, café ? » Il n’a jamais vu Thom boire et évite donc de le faire devant lui. Il lui sert ce qu’il veut, et s’assied à son tour, le visage rongé par les soucis. « Je euh…c’est la merde, Thomas. » Il hésite, se lance : « Et je crois que j’ai fait une connerie. » Non, à vrai dire, John en est certain, mais c’est un appel de détresse plus qu’autre chose, à ce stade.

_________________

LOOKING FOR THE LIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Thomas E. Weston
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : blindness (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 1/3 (Keelin - Deborah)
RAGOTS PARTAGÉS : 2033
POINTS : 3792
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015
Various Storms and Saints || Thomas Tumblr_odjhetKCha1ufcx9vo1_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 43 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...


Various Storms and Saints || Thomas Empty
MessageSujet: Re: Various Storms and Saints || Thomas Various Storms and Saints || Thomas EmptySam 16 Mar - 18:11

Tomorrow is another day
And you won’t have to hide away

Le sergent Weston était fatigué. Les choses avaient été un peu mouvementées au poste ces derniers temps et il était vraiment crevé. Pour ce soir par exemple, il rêvait de se vautrer dans son canapé et de ne plus bouger. Sauf qu’il ne pouvait pas. Il avait promis à John qu’il passerait le voir chez lui. Et il était hors de question qu’il annule. L’architecte lui avait demandé de l’aide. Et Thomas le connaissait désormais suffisamment pour savoir que ce n’était pas quelque chose qu’il faisait à la légère. Ça devait être vraiment important. Et lui, de son côté, n’était pas du genre à laisser un ami en rade, surtout quand il avait donné sa parole. C’est pour ça qu’il est présentement en train de sonner à la porte du Harding au lieu de manger des chips dans son canapé. « Salut mon vieux. Merci d’être venu. » Dit John en lui ouvrant la porte, l’air un peu fébrile. « Salut ! Et de rien, c’est normal. » Le blond n’avait pas menti. Il y avait un problème, le flic pouvait le sentir rien qu’en voyant la tension qui émanait de lui. Il reste cependant muet pour le moment, ne voulant pas le bombarder de questions sur le seuil de la porte. John l’entraîne alors à la cuisine, lui proposant à boire. « Je veux bien un coca si tu as… » Dit-il, sensible au fait que John ne lui propose pas de bière alors que c’était une heure raisonnable pour le faire. Thomas ne lui avait jamais directement parlé de ses problèmes d’alcoolisme mais il semblait que le Harding avait une bonne intuition sur ce coup-là. « Toi en revanche… Peut-être qu’un verre pourrait te faire du bien. » Ajoute t-il cependant, constatant que l’agitation de John ne se dissipait pas. Il s’était toujours fixé comme règle de ne pas empêcher les autres de boire à cause de lui.

Une fois leurs verres posés devant eux, ils prennent place autour de la table de la cuisine. C’était marrant, c’était souvent là qu’ils avaient leurs discussions importantes. Thomas ne dit toujours rien, laissant un peu d’espace à John. Il savait par expérience que parfois garder le silence était plus incitatif qu’une tonne de questions. Et après quelques instants… « Je euh…c’est la merde, Thomas. » Déclare le Harding en guise de prélude, mettant des mots sur ce que le flic pouvait déjà lire sur son visage. Le blond avait l’air sincèrement inquiet. « Et je crois que j’ai fait une connerie. » Il baisse les yeux en disant cela, et sans réfléchir Thomas suit son regard. C’est là qu’il remarque les écorchures sur les jointures des mains de l’architecte. Il ferme les yeux. « Ok… Est-ce que c’est aussi grave que ça en a l’air ? » Demande t-il, résigné. Finalement, il avait des questions à poser. « Avec qui tu t’es battu ? » Embraye t-il, se demandant s’il voulait vraiment savoir. Car à tous les coups, si celui qui avait tâté les poings de John portait plainte ou venait au commissariat, il serait dans une position très délicate. Sauf que pour le moment, il ne porte pas sa casquette de flic et c’est plutôt l’inquiétude pour John qui domine son esprit. « Tu as mis quelque chose sur ta main ? » Demande t-il ensuite avec un certain pragmatisme. Mais voyant que le Harding semble plongé dans une apathie angoissée, il devine la réponse et se lève de lui-même. Il attrape un parquet de surgelés dans le congelo familial et lui tend pour qu’il le pose sur sa main tuméfiée. N’obtenant toujours pas de réponse, il se voit obligé d’insister un peu. « Est-ce que ça a un rapport avec cette amie dont tu devais me parler ? » Il y avait de fortes chances mais autant en avoir le cœur net. « John… Tu peux me dire ce qu'il se passe. Je ne te jugerai pas… Tu le sais ça, hein ? » Ajoute t-il ensuite, toujours inquiet.


_________________

She’s is actually the most kindest, and sweetest person you could ever meet. I’m in love with her. And once you get lucky with someone like that, someone who feels absolutely too much, then you’ll know. You’ll know that they were made exactly for you. And she’ll need you just as much as you’ll need her. Things will work themselves out. The love you two share will be the most indestructible and indescribable thing in the world. And that’s the most beautiful love anyone could ever feel.
Revenir en haut Aller en bas
John Harding
John Harding
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : Richard Lyon et Max Julliard
TON AVATAR : Boyd Holbrook
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Exordium (code sign) + Sikapanele (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible 4/5
RAGOTS PARTAGÉS : 433
POINTS : 1052
ARRIVÉE À TENBY : 28/03/2018
Various Storms and Saints || Thomas Tumblr_pagz88SQCG1vg2yxdo5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (20 avril)
CÔTÉ COEUR : Père célibataire, sa situation ne l'autorise pas trop à envisager une nouvelle relation, quand bien même une certaine brune occupe ses pensées...
PROFESSION : Architecte, ancien mafieux placé sous programme de protection des témoins
REPUTATION : Il est discret, cet homme là. C'est tout de même bizarre, on dirait qu'il fuit les gens...et puis un père qui élève tout seul son fils, ce n'est pas banal. Il y a anguille sous roche, je vous le dis.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Various Storms and Saints || Thomas Empty
MessageSujet: Re: Various Storms and Saints || Thomas Various Storms and Saints || Thomas EmptyDim 17 Mar - 16:49


What kind of man loves like this ?
What kind of man ?

Thomas est là et c’est une bonne chose. A défaut d’avoir une solution miracle à tous ses problèmes, John se dit que ça lui fera au moins du bien de vider son sac, quitte à ce que le flic ne comprenne pas. Parce que là c’est trop pour lui, il ne pensait même pas avoir le quart du commencement des problèmes qu’il a actuellement en venant à Tenby. Mais il ne pouvait pas imaginer à quel point ça allait dériver, comment deviner ce qui allait se passer avec Keelin, après tout ? Il sert à Thomas un coca, sans plus poser de questions que ça, mais secoue la tête avec véhémence. « Non. Si je commence à boire maintenant, je ne m’arrête plus. » John le sait, le soir d’avant, juste après avoir tabassé Drew Harper, c’est ce qu’il avait commencé à faire. Pour ça, il a peut-être pris de son père, qui buvait trop aussi, même si ça se limite aux situations graves dans son cas. Mieux connaitre ses limites, juge le Harding, et surtout, ce n’est pas vraiment le moment. « Je crois que c’est mieux d’avoir l’esprit clair, là. »

Et même avec l’esprit clair, il n’est pas très sûr d’y arriver. Malgré lui, John a le vieux réflexe de ne pas tant faire confiance que ça à la police, même s’il connait bien Thomas. Maintenant qu’il a commencé à parler, il s’inquiète et les questions refont surface. Et puis il a honte aussi, il a surtout peur que le flic ne comprenne pas, et qu’il se contente de dire qu’il a déconné. Et c’est vrai, c’est une connerie magistrale, mais quel autre choix il avait, lui ? Il ne pouvait pas rester sans rien faire dans cette situation, et l’architecte ne voyait pas d’autres solutions que celle-ci. Quitte à s’attirer de vrais ennuis. Et au regard de Thomas, qui vient de tomber sur les écorchures qu’il a aux mains, John sait que ça risque vraiment de mal se passer. Comme un gamin pris en faute, il retire ses mains de la table pour les poser sur ses genoux, comme si cacher ses blessures suffisait à faire oublier la bagarre avec Drew. Trop tard, cependant, Thomas a déjà compris, plus ou moins. « Oui. Oui, je crois. » Il a tabassé quelqu’un et l’a braqué avec un revolver. Sorti de son contexte, il a largement violé toutes les obligations légales que le bureau de protection des témoins lui a imposé, et John en a parfaitement conscience. « J’avais…je n’ai pas eu le choix, tu sais. »

Mais il est incapable de dire que ce soit de plus. Il secoue lentement la tête quand Thom lui demande s’il a soigné ses mains. Non, même pas. Il s’est occupé de nettoyer le revolver – qu’il n’a au demeurant, pas le droit de posséder, normalement, s’il se souvient, et dans tous les cas, certainement pas d’utiliser pour menacer qui que ce soit – et ses vêtements, mais pas vraiment de lui. Il faudrait peut-être aussi qu’il prévienne Keelin, d’ailleurs, mais là aussi John a peur de la réaction de son amie. Pourtant, c’est cette mention, de la part de Thomas, qui le réveille un peu, qui le sort de son angoisse muette, parce qu’elle le force à se rappeler pourquoi il a fait ça. Et aussi le fait que sur le visage de son ami, il ne lit que de l’inquiétude, pas un jugement quelconque. Et qu’il ne peut pas inquiéter les gens sans rien dire.

« Oui. »
Répond-t-il finalement, avant d’expliquer. « Oui, c’est à cause d’elle. Enfin, elle n’a rien fait mais… » Conscient qu’il n’est pas très clair, John reprend plus posément, tentant d’expliquer ce qu’il s’est passé. « C’est…je t’avais parlé de Keelin Harper, pas vrai ? Le bureau m’a dit que je pouvais continuer à la voir, en faisant attention, qu’il n’y avait pas de problème. Alors on a…on a sympathisé, on est même amis, et je… » Elle est clairement plus pour l’architecte, ça n’est pas difficile à voir, mais ce n’est pas le moment de parler de ça, Thomas pourra aisément le deviner tout seul. « Elle est venue me voir, tu aurais vu son état… » Il secoue la tête, toujours choqué de cette soirée où il a récupéré Keelin, en sang. « Son mari, Drew…il lui cogne dessus. Ça fait un an, au moins, si j’ai bien compris. » John insiste, voulant faire comprendre la gravité de la situation à Thomas du mieux qu’il peut. « Tu l’as déjà rencontré, lui ? Tu vois quel genre de type c’est ? Parce que clairement, j’ai déjà vu des gens se faire tabasser, et là, il voulait la tuer. Elle est restée avec moi un peu...Elle est terrifiée qu’il veuille recommencer, et elle n’a pas tort. Je lui ai promis que je l’aiderai et que ça allait s’arrêter. »

Nerveusement, il allume une cigarette pour continuer son récit. Après une bouffée de nicotine, il se calme un peu. « C’est pour ça que je voulais te voir, parce que je pense que tu pourrais être de meilleur conseil que moi, moi je ne peux pas gérer ça, je n’y connais rien…elle a aidé des réfugiés, je crois, en contournant certaines procédures, elle travaillait au parlement gallois. Et il le sait, il a des preuves… » Enfin il en avait jusqu’à hier soir, jusqu’à ce que John lui fracasse la gueule, ce qui est bien fait pour lui, songe Harding avec férocité. Il mentirait s’il disait qu’il regrette de l’avoir fait, mais il ne peut pas dire non plus qu’il soit fier. « Je lui ai dit que tu accepterais peut-être de l’aider, qu’au moins je demanderai. » C’est là que commence son rôle actif, à lui, John, parce que tout ça, il ne l’a fait que pour aider Keelin. « Je ne savais pas combien de temps ça pourrait prendre, ni ce que tu pourrais faire et ça ne peut pas continuer comme ça. Alors je me suis dit…que si je lui faisais assez peur…Drew la laisserait peut-être tranquille. » Il se prend la tête dans les mains, incapable de supporter le regard de Thomas plus longtemps. « Je lui ai cassé la gueule, littéralement, mais il n’y a pas que ça, je l’ai braqué avec un flingue, il n’était pas chargé, mais c’était pour lui faire peur, pour qu’il la laisse tranquille, et pour qu’il me donne ces saloperies de preuves, je ne savais pas quoi faire d’autre, je ne savais pas vraiment pas… »

_________________

LOOKING FOR THE LIGHT


Dernière édition par John Harding le Ven 22 Mar - 21:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thomas E. Weston
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : blindness (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 1/3 (Keelin - Deborah)
RAGOTS PARTAGÉS : 2033
POINTS : 3792
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015
Various Storms and Saints || Thomas Tumblr_odjhetKCha1ufcx9vo1_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 43 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...


Various Storms and Saints || Thomas Empty
MessageSujet: Re: Various Storms and Saints || Thomas Various Storms and Saints || Thomas EmptyVen 22 Mar - 17:46

Tomorrow is another day
And you won’t have to hide away

John repousse la suggestion de Thomas, lui expliquant qu’il a besoin de garder l’esprit clair. Le flic opine et n’insiste pas. Le blond savait mieux que lui ce dont il avait besoin. De toute façon, depuis qu’il a remarqué les blessures sur les mains de John, Thomas étaient focalisé là-dessus. Il attend donc patiemment des éclaircissements sur ce qu’il s’est passé. « J’avais…je n’ai pas eu le choix, tu sais. » Lui déclare le Harding en guise de préambule. Le moustachu attend la suite, de plus en plus préoccupé vu cette introduction. Mais constatant que la confession semblait difficile, il essaye d’aiguiller un peu son ami, faisant référence à un échange qu’ils avaient eu quelques jours avant. John lui confirme alors qu’il est question de cette amie dont il lui avait parlé par sms et qu’il ne s’agit de nul autre que Keelin Harper… Et finalement, il se met à raconter, permettant à Thomas d’additionner deux et deux. Effectivement, John lui avait parlé de la conseillère municipale. Et apparemment, malgré l’angoisse que ça lui causait par rapport à son statut de témoin protégé, il avait développé sa relation avec elle. Malheureusement, la jeune femme était mariée avec une brute qui lui cognait dessus. « Le fils de pute !! » S’exclame Thomas une fois que John lui a livré cette information. Il ne développe pas plus sa colère et sa surprise, laissant le Harding poursuivre pendant qu’il est lancé. John lui explique alors qu’un soir, Keelin était venue le trouver, bien amochée. Tellement amochée qu’aux yeux de John, son mari avait essayé de la tuer.

A ce point du récit, John fait une pause pour allumer un clope, demandant au passage à Thomas s’il a déjà rencontré Drew Harper et ce qu’il pensait de lui. Le Weston n’a pas besoin d’y réfléchir longtemps. « Je le vois de temps en temps, quand il y a des soirées entre la municipalité et la police. Il a l’air d’un type bien sous tout rapport. Un peu fuyant mais honnêtement je n’aurai jamais imaginé qu’il battait Keelin. » Voyant que le propriétaire des lieux s’autorise à fumer dans sa cuisine, le flic sort son paquet à son tour pour l’accompagner. « Mais c’est le problème, avec les types qui battent leurs femmes, souvent tu n’en as aucune idée. Ils ont l’air de monsieur « tout le monde ». » Bien sûr, il parlait d’expérience. Les violences conjugales étaient une part de son quotidien. Ça n’empêchait pas qu’elles le révoltaient toujours autant. Toutefois, il se réprime encore dans ses envies de débiter des grossièretés pour laisser John reprendre. Ce qu’il s’est passé ensuite est logique et Thomas peut le deviner avant même que le blond ne le lui raconte. Il savait désormais d’où venaient les blessures sur les phalanges de ce dernier. Ça veut pas dire que ce qui suit est facile à entendre.

Forcément, John avait voulu aider Keelin. Apparemment, l’emprise de son mari sur elle n’était pas que psychologique, il avait aussi des moyens de pression concrets. Le Harding avait d’abord pensé à Thomas pour l’aider à contourner ces derniers mais évidemment, il ne s’était pas arrêté là. La colère, l’émotion sur le moment, le besoin que les choses soient réglées rapidement ainsi que l’envie de rassurer Keelin l’avaient conduit à aller trouver Drew Harper lui-même. Evidemment, il lui avait cassé la gueule. Mais il ne s’était pas arrêté là. Il avait voulu lui faire peur. Il l’avait braqué avec un flingue. Un flingue pas chargé mais il l’avait quand même braqué… « Putain John… » Première réaction du flic, le temps d’encaisser tout ce qu’il venait d’entendre. Cela fait déjà quelques secondes que le principal intéressé fuit le regard de Thomas, mais quand il avoue cela, il plonge sa tête entre ses mains, comme s’il essayait d’échapper à son jugement ainsi. Le Weston soupire en tirant une longue taffe sur sa cigarette. La nuit allait être longue. « Les preuves, tu les récupérées ? » C’est sa seconde réaction. Déformation professionnelle et pragmatisme. Car déjà dans son esprit, il cherchait déjà un plan pour aider John. Avant la confession de ce dernier, le flic était déjà plus ou moins dans son camp, mais maintenant qu’il savait pourquoi son ami avait fait ce qu’il avait, c’était certain qu’il allait le soutenir.

John a cependant l’air vraiment désespéré et Thomas laisse tomber les aspects pratiques quelques instants pour essayer de le réconforter. « Ne sois pas trop dur avec toi-même, OK ? »  Dit le flic d’une voix ferme. Il pousse un petit soupir, faisant preuve de sa franchise habituelle avec lui. « Bon, je ne te cache pas que j’aurai aimé que tu suives ta première idée et que tu viennes me trouver d’abord au lieu de jouer les justiciers de la nuit. En tant que flic, je devrais aussi te dire que faire justice soi-même, c’est intolérable. En fait, avec ce que tu viens de me dire, je devrais même te coffrer sur le champ et t’emmener au poste. » Pas très rassurant finalement, mais en fait, le Weston raisonnait pour lui-même en même temps. « Mais putain les types qui cognent sur les femmes, je ne supporte pas ça. Enfin non, ce n’est pas que je le supporte pas, c’est que ça me débecte . Ces fils de pute me rendent malade. Tu n’as pas idée du nombre de fois où je me suis fais violence pour ne pas en défoncer un quand on est appelés par des voisins à cause du bruit. Alors je ne te juge pas pour ce que tu as fais. » En plus, il était mal passé pour le faire. Lui aussi avait déjà perdu le contrôle dans le passé. « Pas plus que tu ne le devrais toi. » Leur plus grande préoccupation devrait être d’aider Keelin mais il n’amorce pas tout de suite ce sujet, laissant un peu de temps à John pour reprendre ses esprits.

_________________

She’s is actually the most kindest, and sweetest person you could ever meet. I’m in love with her. And once you get lucky with someone like that, someone who feels absolutely too much, then you’ll know. You’ll know that they were made exactly for you. And she’ll need you just as much as you’ll need her. Things will work themselves out. The love you two share will be the most indestructible and indescribable thing in the world. And that’s the most beautiful love anyone could ever feel.
Revenir en haut Aller en bas
John Harding
John Harding
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : Richard Lyon et Max Julliard
TON AVATAR : Boyd Holbrook
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Exordium (code sign) + Sikapanele (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible 4/5
RAGOTS PARTAGÉS : 433
POINTS : 1052
ARRIVÉE À TENBY : 28/03/2018
Various Storms and Saints || Thomas Tumblr_pagz88SQCG1vg2yxdo5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (20 avril)
CÔTÉ COEUR : Père célibataire, sa situation ne l'autorise pas trop à envisager une nouvelle relation, quand bien même une certaine brune occupe ses pensées...
PROFESSION : Architecte, ancien mafieux placé sous programme de protection des témoins
REPUTATION : Il est discret, cet homme là. C'est tout de même bizarre, on dirait qu'il fuit les gens...et puis un père qui élève tout seul son fils, ce n'est pas banal. Il y a anguille sous roche, je vous le dis.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Various Storms and Saints || Thomas Empty
MessageSujet: Re: Various Storms and Saints || Thomas Various Storms and Saints || Thomas EmptyDim 31 Mar - 19:04


What kind of man loves like this ?
What kind of man ?

La confession que John s’apprête à faire n’est pas facile, mais il a l’impression de se sentir un peu mieux quand il termine de raconter à Thomas. La réaction du policier est tout de même encourageante : John ne s’est pas trompé en se disant que ce qui se passe pour Keelin ne pourrait que révolter le Weston. Si au moins il pouvait faire quelque chose pour la jeune femme, c’est la seule vraie chose qui compte. « Il lui a fait une scène, à la vente aux enchères, tu sais, le machin qu’ils avaient organisé à Noël…j’étais là, et je n’ai pas compris, je voyais bien que quelque chose n’allait pas, pourtant. » Keelin a beau lui avoir dit qu’elle avait volontairement minimisé, voire carrément menti, John ne peut s’empêcher de s’en vouloir. « Je pensais que c’était une simple dispute de couple et j’ai lâché l’affaire…j’aurais pas du, on n’en serait pas là. » Là, c’est-à-dire à se demander quoi faire pour aider Keelin, et à examiner les options qu’il lui reste, à lui.

Parce que clairement, le reste de la confession de John n’est pas très reluisant. Il fixe la table, incapable d’assumer et de regarder Thomas. Harding sait pourtant que les conditions du bureau du protection sont très claires et elles se résument ainsi : pas de vagues. Ca signifie aucun délit, aucun contrôle par les flics, et ça n’inclut certainement pas de possession d’armes à feu, pas plus que ça ne lui donne licence pour tabasser qui que ce soit et le menacer avec ledit flingue. Vraiment, John n’est pas fier : ne pas respecter exactement les limites imposées par le régime de protection des témoins, il s’en fiche un peu, il a toujours été d’avis que la légalité, ça n’est pas forcément toujours synonyme de justice. Mais ce qu’il a fait, c’est digne de son père, ou d’un type comme Drew Harper lui-même, et rien que ça, ça lui donne envie de vomir. Est-ce qu’il est infoutu de changer, de maitriser sa colère, de rester dans son personnage ? Tel qu’il se voit, il n’est qu’une brute et en plus, son mensonge va éclater en plein jour, et bonjour pour maintenir sa fausse identité d’architecte discret et sympathique.

La réaction de Thomas, la toute première, ne peut que conforter l’irlandais dans cette idée : le Weston a l’air réellement catastrophé. Pourtant, la question qu’il lui pose est purement pragmatique, sans jugement aucun. « Ouais. » Il relève la tête. « J’ai pas osé lui dire, à elle, que des preuves, ça se détruit, mais oui, j’y suis allé pour ça, aussi. » Il se lève pour sortir d’un placard une enveloppe qui contient tous les documents qu’il a pu récupérer. « Je pense qu’il y a tout. A mon avis, je lui ai fait trop peur pour qu’il joue le malin et qu'il essaie d'en garder une partie. » Interrogateur, il les pose devant Thomas : « Je pensais les lui laisser à la mairie. Elle a le droit de décider ce qu’elle veut en faire. » Il se rassoit, continuant à fumer. « Il va falloir que je lui explique, aussi. » Parce que ça aussi, elle a le droit de savoir. Et de toute façon, parce qu’elle va finir par comprendre et se poser des questions. Vu ce qu’il a fait, John sait que c’est inévitable. « Le bureau a dit que je pouvais le faire. Qu’ils la protégeraient si besoin était. » Il ose à peine regarder Thomas, et très bas, il ajoute : « Elle ne va plus jamais vouloir me voir, après ça… »

Entre ça et la possibilité d’être arrêté et de devoir laisser Jack tout seul, John ne sait pas ce qui le panique le plus. D’autant que Thom ne tarde pas à lui confirmer qu’il devrait l’arrêter. Mais ce qui suit rassure John. Au moins un peu. Le flic est de son côté, ou au moins il ne le juge pas, il comprend ce qu’il a fait. « Je ne voulais pas en arriver là, mais je voyais pas…pas quoi faire d’autre, sinon assez peur pour qu’il lui fiche la paix, et récupérer ces saletés de documents. » Et il ne veut pas causer d’ennuis à Thomas non plus, alors il reprend fermement, plus décidé et plus calme : « Je sais que j’ai déconné. Et je veux pas te causer d’ennuis, non plus.  Alors si tu dois m’arrêter, tant pis, fais le, mais…il faut que tu m’aides à trouver une solution pour Keelin, parce que je ne sais pas quoi faire de plus, moi. Et puis pour Jack… » La pensée que son fils risque de se retrouver tout seul par sa faute révulse John. Pour un peu, il s’effondrerait de nouveau. «…putain, j’ai vraiment tout foiré. »



_________________

LOOKING FOR THE LIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Thomas E. Weston
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : blindness (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 1/3 (Keelin - Deborah)
RAGOTS PARTAGÉS : 2033
POINTS : 3792
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015
Various Storms and Saints || Thomas Tumblr_odjhetKCha1ufcx9vo1_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 43 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...


Various Storms and Saints || Thomas Empty
MessageSujet: Re: Various Storms and Saints || Thomas Various Storms and Saints || Thomas EmptyMer 10 Avr - 19:51

Tomorrow is another day
And you won’t have to hide away

Il n’y a pas besoin d’être devin pour comprendre que John se sent coupable. Et pas seulement parce qu’il a pété les plombs en allant trouver ce salaud de Drew. Il s’en veut aussi de n’avoir rien vu avant, de ne pas avoir compris ce que traversait Keelin. « Ne te blâme pour ça, John. Vraiment. Personne n’aurait pu deviner. Je viens de te le dire, je n’aurai jamais soupçonné Drew. Qui le ferait ? Tu ne sais jamais ce qui se passe une fois que les portes sont closes… Je te parle d’expérience. Tu n’as pas idée de ce que je peux découvrir sur nos voisins parfois… » Thomas essaye de rassurer le blond au maximum, désireux de le sortir de cette spirale du culpabilité dans laquelle il est en train de se laisser couler. « Ok, tu as vu une dispute à Noël mais comme tu l’as dis, tu ne pouvais pas deviner que c’était plus… ça ne sert à rien d’imaginer ce que tu aurais pu faire, c’est trop tard pour revenir en arrière. Maintenant, il faut penser à ce qu’on doit faire pour la suite. » Le flic a beau garder des airs sereins pour ne pas faire flipper son ami d’avantage, il a bien conscience que la situation est merdique et c’est bien pour ça que son esprit pragmatique reprend le dessus. Il leur fallait vraiment un plan de contre attaque solide pour enrayer les conséquences du geste irréfléchi du Harding… C’est pourquoi il  lui demande immédiatement s’il a récupéré les preuves que Drew utilisait contre sa femme. John hoche la tête, se levant pour lui ramener une épaisse enveloppe.

« Je pense qu’il y a tout. A mon avis, je lui ai fait trop peur pour qu’il joue le malin et qu'il essaie d'en garder une partie. » Mais cela n’est pas suffisant pour apaiser Thomas et si John osait le regarder dans les yeux un petit peu, il verrait que le moustachu a de plus en plus de mal à dissimuler son inquiétude. « Il t’a peut-être tout donné mais ça ne veut pas dire qu’il n’a plus rien pour autant. Déjà, il sait la vérité. » Et comme John n’est pas un gamin, le Weston lui livre clairement le fond de sa pensée. « Et s’il sent que sa femme lui échappe, il ne se taira pas. Tout est question de pouvoir pour ce genre de mec et s’il sent qu’il est dépassé, il n’aura plus rien à perdre… Il voudra juste causer des dégâts… Surtout qu’il t’a vu, alors il va penser qu’elle le quitte pour un autre…  Je ne veux pas être pessimiste mais il faut penser à tout.» Et c’est ce qu’il fait, essayant de raisonner à voix haute. « Tu m’as dit que Keelin avait aidé des réfugiés en contournant la procédure, c’est bien ça ? Il faut qu’on sache exactement comment elle a fait. J’imagine que chaque réfugié a un dossier au parlement, avec la procédure consigné et tout le bazar ? Est-ce que si Drew parle, il est possible de remonter à elle, depuis là, sans les preuves qu’il avait mais en examinant les dossiers qu’elle traité ? Est-ce qu’elle a falsifié les dossiers ou est-ce que c’est juste que personne n’a regardé de trop près ? »

Il fallait prendre un problème à la fois mais ce n’était pas évident quand ceux-ci commencent à s’accumuler. Car il y a bien sûr la question du statut de John qui est loin d’être normal. « Le bureau t’as autorisé à révéler à Keelin que tu étais dans le programme ?! » S’exclame Thomas lorsque John lui dit que le bureau pourrait aussi protéger la Harper. Ce n’était pas courant du tout et Thomas se dit qu’il avait sûrement mal compris. Puis cela le perturbe pour une autre raison. « Tu crois que c’est le bon moment pour lui faire une telle révélation ? Elle a beaucoup à gérer là, déjà… » Autre source de complication, John parlait de Keelin comme une « amie ». Cependant, vu les airs désespérés qu’il a lorsqu’il émet l’hypothèse qu’elle ne voudra sans doute plus le revoir du tout lorsqu’il lui aura avoué la vérité, elle semble être bien plus. Mais ça, peut-être que le blond n’en a encore même pas conscience… « Tu ne peux pas prévoir sa réaction… Je pense que tu dois lui dire que tu es allé voir Drew et comment ça s’est terminé. Peut-être qu’elle comprendra que tu l’as fais pour elle… Je ne sais pas, je ne la connais pas bien. Mais je pense qu’elle mérite la vérité sur ce point. » Il y avait aussi une possibilité pour que l’accès de violence de John la terrifie vu qu’elle était justement sous la coupe d’un homme violent mais comme il venait de le dire, impossible de deviner quelle serait sa réaction…

En tout cas, Thomas est content de ne pas avoir formulé cette hypothèse à voix haute car malgré les paroles rassurantes qu’il essaye de lui dispenser, John semble toujours être sur le point de craquer à nouveau. «…Putain, j’ai vraiment tout foiré. » Dit-il une nouvelle fois. Il ne voulait pas en arriver là, ajoute t-il. Mais il était prêt à assumer les conséquences de son acte quand même. « Je ne vais pas t’arrêter. » Dit fermement Thomas quand John reformule l’hypothèse. « Tant que cet enfoiré ne porte pas plainte, rien ne m’oblige à le faire. » Mais il voit une panique familière dans l’attitude de John : celle d’un père inquiet pour son enfant. Il s’oblige donc à invoquer la pire hypothèse possible. « Mais si jamais on en arrive là, je veillerai sur Jack. Et sur Keelin, aussi. Je te le promets. » En attendant, pragmatisme, encore et toujours. « Le flingue, il vient d’où ? Il est enregistré ? Et plus important, il est où maintenant ? »

_________________

She’s is actually the most kindest, and sweetest person you could ever meet. I’m in love with her. And once you get lucky with someone like that, someone who feels absolutely too much, then you’ll know. You’ll know that they were made exactly for you. And she’ll need you just as much as you’ll need her. Things will work themselves out. The love you two share will be the most indestructible and indescribable thing in the world. And that’s the most beautiful love anyone could ever feel.
Revenir en haut Aller en bas
John Harding
John Harding
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : Richard Lyon et Max Julliard
TON AVATAR : Boyd Holbrook
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Exordium (code sign) + Sikapanele (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible 4/5
RAGOTS PARTAGÉS : 433
POINTS : 1052
ARRIVÉE À TENBY : 28/03/2018
Various Storms and Saints || Thomas Tumblr_pagz88SQCG1vg2yxdo5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (20 avril)
CÔTÉ COEUR : Père célibataire, sa situation ne l'autorise pas trop à envisager une nouvelle relation, quand bien même une certaine brune occupe ses pensées...
PROFESSION : Architecte, ancien mafieux placé sous programme de protection des témoins
REPUTATION : Il est discret, cet homme là. C'est tout de même bizarre, on dirait qu'il fuit les gens...et puis un père qui élève tout seul son fils, ce n'est pas banal. Il y a anguille sous roche, je vous le dis.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Various Storms and Saints || Thomas Empty
MessageSujet: Re: Various Storms and Saints || Thomas Various Storms and Saints || Thomas EmptyDim 14 Avr - 17:00

What kind of man loves like this ?
What kind of man ?

Pour John, c’est vraiment la panique, parce qu’il a l’impression d’avoir foiré de bout en bout sur cette histoire. A commencer par voir ce qu’il se passait. Heureusement, Thomas est au moins rassurant sur ce point. Même s’il reste dubitatif – comment n’a-t-il pas pu voir ? c’était si évident, a posteriori – John hoche la tête, et il écoute les questions plus concrètes du policier. Les paroles du Weston sont pragmatiques, concrètes, dépourvues d’interrogations morales difficiles à résoudre, ce qui convient très bien à l’architecte. « Oui, tu as raison. » Les questions morales, ça fait des jours qu’il est dedans, et il ne s’en sort plus, c’est pour ça qu’il n’arrive plus à rien, à force de se blâmer pour son propre comportement. Un problème à la fois, et ensuite ils verront. Il écoute donc Thomas, tâchant de répondre du mieux qu’il peut. « Je crois qu’elle m’a dit qu’elle avait fait en sorte que leurs dossiers brulent certaines étapes… » Répond-il, essayant de se souvenir précisément de ce que Keelin lui a dit. « A mon avis, c’est qu’elle a fait en sorte d’accélérer les procédures, tout doit être en règle en apparence au niveau des dossiers au parlement, ça, ça doit justement montrer que tout ne l’est pas, et sans ça… » Il désigne l’enveloppe que Drew lui a donné. Sans elle, John aimerait bien croire que ça risque d’être compliqué. « Tu crois que quelqu’un irait vérifier tout de même ? Je veux dire, je ne sais pas comment raisonnent les juges, mais est-ce qu’un type qui bat sa femme est un témoin digne de confiance ? Si je ne savais rien, j’aurais tendance à penser qu’il balance un mensonge, justement pour lui nuire… » Il secoue la tête, se rendant compte qu’il espère un peu trop de la justice, qui n’est pas toujours sympathique ni juste, il est bien placé pour le savoir. « Mieux vaut ne pas exclure totalement la possibilité, tu as raison. Je vais essayer de lui demander, mais je commence à me demander si ce ne serait pas bien que vous vous rencontriez…sauf si tu as une solution miracle toute prête à disposition ! » Il essaye de plaisanter, mais son rire est jaune, et il n’y arrive pas.

Continuant à tirer sur sa cigarette, il évoque ensuite la possibilité de lui expliquer qui il est vraiment, en accord avec le bureau. « Pardon, je reformule. Ils m’ont dit que je pouvais le faire si je n’avais pas le choix. » D’habitude, seuls les proches et les conjoints peuvent être mis au courant. « Quant à la protection, c’est vraiment si ça tourne mal, si j’ai bien compris. » Si le fait qu’ils sont proches parvient à des gens dangereux, des hommes de main de son père, un cas qu’il préfère ne pas imaginer, parce que même si le bureau accordait une protection à Keelin, ça signifierait qu’ils la déplaceraient sans doute comme ils l’ont fait pour lui, en changeant son nom et son identité. Ils l’empêcheraient de la voir…à tout prendre, il n’aime pas plus cette solution extrême. Lui raconter et s’en sortir comme ça, il espère que ça pourra passer, mais Thomas a l’air plus sceptique que lui. « Je ne pourrais pas aller la voir et uniquement lui parler de ce que j’ai fait à Drew, je… » Il se rend compte soudainement qu’il n’a pas tout expliqué à Thom et qu’il faudrait peut-être commencer par là pour que ce soit moins confus. « Elle sait pour la mère de Jack. J’avais fait remonté l’information au bureau. Leland, mon référent, m’a dit que tant que ça en restait là, c’était bon. Mais elle a vu la carte du bureau. J’ai été complètement con, je la gardais sur le frigo en cas d’urgence, sans penser que quelqu’un la verrait, il y a tellement peu de gens qui viennent à la maison… C'est pour ça que le bureau m'a dit que si je n'avais pas d'autres alternatives, c'était possible. Mais ce n'est pas leur option préférée, et moi non plus, je te l'avoue. » John secoue la tête, continuant à fumer. « Dans l’absolu, je suis d’accord, ce n’est pas forcément le bon moment. Mais elle mérite que je lui explique ce que j’ai fait…et le risque, c’est qu’elle fasse le lien, et je pense qu’elle le fera… » Et il ne sait pas du tout comment elle réagira non plus. Que ce soit face à cet accès de violence ou face à ce passé dissimulé. Et il ne maitrise rien sur ces deux questions-là. « Je crois que je suis coincé, mon vieux, et c’est entièrement ma faute… »

A la fin, il a l’impression que lui aussi doit gérer beaucoup trop de choses, et qu’il ne gère rien, justement, rien du tout, qu’il se noie et qu’il foire tout, ce qu’il finit par avouer à Thomas. Et il pense à Jack, aussi, parce que quelle impression il va avoir de son père, son petit, maintenant ? Quel genre de père est-il, totalement irresponsable et inconséquent ? Thomas le rassure un peu, évitant l’hypothèse du pire, et lui assurant que si finalement il se retrouve en prison, il veillera sur le fils de John. « Merci beaucoup, Thomas… » Souffle-t-il. Sans lui, au final, il n’aurait aucune solution. Toujours pratique et vif, le flic le ramène à la réalité. « Je le garde ici pour l’instant, mais je vais le jarter dès que je pourrais. Pour te répondre, je n’ai pas le droit d’en avoir un, donc non, il n’est enregistré nulle part. » Il sait qu’il a violé les conditions de l’accord passé avec le bureau, mais au départ, il avait de bonnes raisons de le faire, et John se retrouve à se justifier maladroitement : « Quand ils m’ont envoyé ici, il y a cinq ans, mon père avait encore certains de ses hommes en libertés, et il y en avait à Cardiff…maintenant, ils sont en prison, mais j’ai jamais eu le réflexe de balancer ce flingue. Peut-être que j’aurais du… » Il n’est pas fier de lui, John, et il se pose des questions. « Des fois, je me demande si je suis capable de…tu sais. Si c’est fait pour moi, cette vie là. Avec ce que j’ai fait, j’ai l’impression que je suis irrécupérable. » Et derrière les questions pratiques, voilà le retour de la morale.

_________________

LOOKING FOR THE LIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Thomas E. Weston
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : blindness (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 1/3 (Keelin - Deborah)
RAGOTS PARTAGÉS : 2033
POINTS : 3792
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015
Various Storms and Saints || Thomas Tumblr_odjhetKCha1ufcx9vo1_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 43 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...


Various Storms and Saints || Thomas Empty
MessageSujet: Re: Various Storms and Saints || Thomas Various Storms and Saints || Thomas EmptyMar 23 Avr - 22:24

Tomorrow is another day
And you won’t have to hide away

Thomas écoute attentivement ce que John lui dit à propos de la manière dont Keelin s’y était prise pour aider les sans-papiers, essayant de voir si Drew avait toujours des billes ou pas. « Pour tout t’avouer, je n’y connais pas grand-chose en procédures administratives donc oui, ça serait peut-être mieux que pour cet aspect, Keelin vienne me voir. Après si elle a simplement accéléré les procédures, oui je ne pense pas qu’on puisse retenir grand-chose contre elle. Mais mieux vaut en avoir le cœur net. » Dit-il quand le blond a terminé, réfléchissant autant à voix haute que répondant à ses interrogations en même temps. « Après si c’est nécessaire, je peux faire marcher mon réseau et contacter quelques connaissances, voir si quelqu’un connaît quelqu’un là-bas… » Le Parlement était un petit univers fermé mais pour les questions des entrées sur le territoire, il travaillait en étroite collaboration avec la police et c’était peut-être en ça que le Weston pourrait être utile à John et à Keelin. Après oui, il fallait déjà voir jusqu’à où les choses allaient avant de tirer trop de plan sur la comète. Surtout qu’il y a quelque chose dans ce que dit John qui interpelle Thomas et il lui fait remarquer d’une voix douce. « Tu sais… Les juges raisonnent très mal. Les peines que prennent ces types sont ridicules, ils vont rarement en prison… Ils ont tout le loisir de nuire… Et encore, avant de parler de juges, tu dois être certain que Keelin aura le courage de porter plainte et d’aller au bout de la procédure. Et je pense vraiment qu’il y a de grandes chances que Drew fasse tout pour préserver son image et essaye de la présenter sous un mauvais jour si ça en arrive là… »

Le but n’était pas de plomber encore plus le moral déjà au plus bas de John mais simplement de remettre les choses en contexte. Et aussi de minimiser les dégâts, ce qui revient à s’attarder sur le statut un peu particulier du Harding. Thomas sent son inquiétude grandir quand il comprend que les actes commis par ce dernier ce soir pourraient le contraindre à mettre Keelin dans la boucle. Et même après explications, le moustachu ne se départit pas de ses réserves quant à une éventuelle révélation. « C’est peut-être la seule fois où je vais vraiment parler en flic ce soir mais je rejoins l’avis du bureau à 100%, tu ne dois révéler la vérité à Keelin que si tu n’as pas le choix. Les conséquences sont trop importantes pour elle… Et à mon sens, tu n’es pas si coincé que ça… Tu peux lui avouer pour Drew sans parler de tout le reste. Tout le monde peut avoir un coup de sang sans être un mafieux repenti. » Il avait bien conscience que ce n’était pas ce que John voulait entendre mais tant pis. La franchise avait toujours été une composante de leur relation et cela ne changerait sans doute pas. Thomas exprime donc son désaccord avec la résignation un peu trop rapide du Harding. « Elle sait pour la mère de Jack, elle a vu une carte et alors ? Elle n’en sait pas assez pour faire une connexion… Et comme je te l’ai dit, elle a sans doute ses propres problèmes en tête. Ecoute… ta position de témoin protégé est déjà bien en péril à cause de ce soir, si jamais le bureau a vent de ce qu’il s’est passé, tu sais que ça sera déjà la merde… Moi, si j’étais toi, je me ferai tout petit pendant quelques temps. Et révéler sa vraie identité n’est pas exactement faire preuve de discrétion. Imagine si Leland te demande pourquoi tu as dis la vérité à Keelin alors qu’il t’avait dit non ? Tu avas répondre quoi ? »

Les problèmes et les hypothèses s’accumulaient mais il fallait aller à l’essentiel. Thomas commence par promettre qu’il veillerait sur ceux qui sont chers à John si les choses venaient à tourner vraiment mal, ce qui semble un peu le rassurer. « Je sais que tu en ferais autant pour moi… » Dit le Weston avec assurance lorsque son ami le remercie. Les deux hommes s’intéressent ensuite au problème du flingue. Et la première « bonne nouvelle » de la soirée tombe enfin. « Bien s’il n’est pas enregistré, ça va beaucoup nous simplifier la tâche. » Dit le Weston en poussant un soupir de soulagement. « Il faut qu’on aille s’en débarrasser ce soir. Si ça se trouve, Drew est déjà au commissariat... Moins il y a de preuves concrètes pour étayer ses dires, mieux c’est pour toi. Il n’y a pas une minute à perdre. Si personne ne trouve de flingue chez toi, c’est ta parole contre la sienne.» Il fait mine de se lever pour y aller mais la conscience de John s’exprime à nouveau. Thomas suspend donc son mouvement. Il l’avait senti à bout depuis le début de leur conversation et il ne s’était pas trompé. L’irlandais semble vraiment hanté par l’idée qu’il ne lui avait pas fallu longtemps pour retomber dans ses vieux travers. Et aussi, il se justifie pour le flingue qu’il possède alors qu’il n’en a pas le droit. Le Weston le regarde droit dans les yeux. « Je n’ai jamais considéré que c’était mal d’avoir un flingue pour se protéger. Et pour protéger sa famille… Et j’ai cette conviction pour des gens qui n’ont même pas ton passé… » Il pousse un petit soupir. « Quant au reste… Je ne sais pas quoi te dire… Qu’est-ce que je peux te dire alors que j’ai eu un pétage de plomb similaire parce qu’un abruti avait menacé ma fille il y a moins d’un an ?… Je pense que chacun a sa part d’ombre. Et que c’est difficile à accepter mais que c’est hypocrite de faire comme si ce n'était pas réel… Il ne faut pas sous-estimer le mobile non plus. Tu as pété la gueule de Drew parce qu’il avait blessé Keelin ou parce que tu avais envie de péter la gueule à quelqu’un ? Pour moi, elle est là la nuance importante... » Décidément, il parlait de moins en moins comme un officier de la loi. Mais toute sa carrière avait été régie par la même éthique : les règles étaient importantes et il fallait les respecter mais pas au détriment de ce qui était juste. Et aux yeux de Thomas, les ordures de l’acabit du mari de Keelin ne méritaient aucune justice… « Tu crois que je serai de ton côté si je pensais que tu étais irrécupérable ou incapable de changer ? » Ajoute t-il, tentant encore et toujours de convaincre John de ne pas trop culpabiliser.


_________________

She’s is actually the most kindest, and sweetest person you could ever meet. I’m in love with her. And once you get lucky with someone like that, someone who feels absolutely too much, then you’ll know. You’ll know that they were made exactly for you. And she’ll need you just as much as you’ll need her. Things will work themselves out. The love you two share will be the most indestructible and indescribable thing in the world. And that’s the most beautiful love anyone could ever feel.
Revenir en haut Aller en bas
John Harding
John Harding
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : Richard Lyon et Max Julliard
TON AVATAR : Boyd Holbrook
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Exordium (code sign) + Sikapanele (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible 4/5
RAGOTS PARTAGÉS : 433
POINTS : 1052
ARRIVÉE À TENBY : 28/03/2018
Various Storms and Saints || Thomas Tumblr_pagz88SQCG1vg2yxdo5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (20 avril)
CÔTÉ COEUR : Père célibataire, sa situation ne l'autorise pas trop à envisager une nouvelle relation, quand bien même une certaine brune occupe ses pensées...
PROFESSION : Architecte, ancien mafieux placé sous programme de protection des témoins
REPUTATION : Il est discret, cet homme là. C'est tout de même bizarre, on dirait qu'il fuit les gens...et puis un père qui élève tout seul son fils, ce n'est pas banal. Il y a anguille sous roche, je vous le dis.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Various Storms and Saints || Thomas Empty
MessageSujet: Re: Various Storms and Saints || Thomas Various Storms and Saints || Thomas EmptyLun 6 Mai - 23:59


What kind of man loves like this ?
What kind of man ?

Il a beau essayer de raisonner calmement, John a du mal à accepter ce que dit Thomas sans s’emporter. Quel juge pourrait bien prendre en pitié Drew Harper en voyant l’état dans lequel il a vu Keelin, quel juge pourrait lui en vouloir pour avoir aidé, simplement aidé des gens ? Décidemment, il y a vraiment un trou béant entre la légalité et la justice, constate l’architecte avec amertume. Il se fait cependant violence pour ne pas exploser et rester concret. Thomas sait ce qu’il fait, et les solutions qu’il propose pour l’instant semblent censées à John, même si clairement, il n’y connait rien non plus. « D’accord. Je vais lui donner ton numéro et lui demander si elle est d’accord pour te voir. Ce sera plus simple, effectivement… » Avant de réfléchir à porter plainte, il faut voir si Drew n’a pas les moyens d’emmerder encore Keelin, effectivement. Et avant ça, il faut déjà trouver une solution de court-terme. « Et en attendant de voir ce qu’on trouve comme solution, qu’est-ce qu’elle peut faire, concrètement ? Pour qu’il lui fiche la paix, je veux dire. Surtout qu’elle ne peut pas retourner avec lui…» Dit-il avec un dégout sans borne. C’est même hors de question. «…Je suppose que j’ai fait assez peur à Drew pour le moment, ce n’est pas un type très courageux quand il s’agit de faire autre chose que du mal à sa femme. » Le sourire que John a pour dire ça est sans joie. « Mais ça va faire bizarre si elle disparait trop longtemps, et elle ne peut pas lâcher son boulot non plus. Les gens vont se poser des questions, j’ai déjà entendu la vieille Mrs Lloyd baver sur son compte au supermarché… » C’est déjà un miracle qu’ils ne se soient pas aperçus que Keelin était chez lui et qu’ils n’aient pas commencé à balancer des rumeurs dégueulasses sur eux.

Mais peut-être que John ne pense plus très clairement : il ne sait pas bien quoi faire par rapport à Keelin elle-même, et il appréhende un peu ce qui pourrait se passer quand ils se reverront. Il n’a pas spécialement envie de lui avouer qu’il est, mais il voit difficilement comment il pourra faire autrement, persuadé qu’elle fera le lien, contrairement au policier, qui en doute. « Tu as peut-être raison…si Leland apprend ça, ça va être une catastrophe. » John ne l’avait pas réalisé, mais le fait de devoir expliquer à Arthur Leland qu’il a pété la gueule à quelqu’un ne l’enthousiasme guère, et Thomas a touché un point sensible. Mais l’irlandais ne peut s’empêcher d’être un peu désabusé, et il sourit d’un air plus que blasé : « Il n’y a pas de bonne solution, pas vrai ? Soit je continue à lui mentir, soit elle comprend et elle va me détester…si c’est pas déjà le cas quand je vais lui dire pour Drew, même en ne lui disant que ça. » Il secoue la tête, atterré, comprenant qu’il a encore empiré sa situation, déjà bien précaire, avec son coup de sang. « J’ai pas envie… » Il s’arrête, réalise ce qu’il s’apprête à dire, continue quand même : « L’idée qu’elle puisse se dire que je suis un connard, comme lui, qu’elle puisse avoir peur de moi, ça me tue. » Avoue-t-il de façon assez pitoyable. Vraiment, ça lui fait mal. « Je sais que ce sont de drôles de circonstances mais…elle compte pour moi, tu comprends ? » Il repense aux quelques jours qu’ils ont passé ensemble, et non seulement Keelin lui manque, mais clairement, John se rend compte qu’il ne la visualise pas comme une amie. Et bien que cette confession lui coute, parce que clairement, ce n’est pas le moment, c’est assez libératoire, d’en parler à quelqu’un, d’autant que John estime – avec raison, il l’espère – que Thomas ne le jugera pas.

Après tout, il a bien l’air décidé à ne pas le faire alors qu’il a quand même sacrément déconné en allant tabasser Drew. « Jamais je ne l’aurais fait s’il ne lui avait pas cogné dessus, jamais… » Réplique-t-il farouchement, se reprenant un peu pour la première fois de la soirée. « C’est…la voir comme ça…il aurait voulu la tuer, il ne s’y serait pas pris autrement, c’était insupportable. » Non, en soit, il n’est pas fier, mais s’il fallait le refaire, John recommencerait sans hésiter. Mais les paroles du policier le rassure un peu, quand Thomas le rassure sur le fait qu’il ne le jugera pas. « Ouais, mais toi t’es un type bien, Thom. » Sourit-il un peu tristement.  Combien sont-ils à vraiment croire à une deuxième chance ? John s’y essaue, mais ce soir il doute. Un instant, le silence retombe, puis il se lève. « Bon, tu as raison, il faut se débarrasser de ce flingue. Je pense pas que Drew soit en état de faire beaucoup de choses, mais bon… » Toujours ce même sourire sans joie, avant de disparaitre un instant dans l’arrière cuisine pour aller chercher le revolver, emballé dans un sac plastique. « Je pensais le balancer quelque part sur la côte, mais je me méfie des marées, si quelqu’un trouve ça sur la plage, ils vont se poser des questions. »

_________________

LOOKING FOR THE LIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Thomas E. Weston
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : blindness (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 1/3 (Keelin - Deborah)
RAGOTS PARTAGÉS : 2033
POINTS : 3792
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015
Various Storms and Saints || Thomas Tumblr_odjhetKCha1ufcx9vo1_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 43 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...


Various Storms and Saints || Thomas Empty
MessageSujet: Re: Various Storms and Saints || Thomas Various Storms and Saints || Thomas EmptySam 18 Mai - 19:06

Tomorrow is another day
And you won’t have to hide away

« Si elle accepte, tu peux lui dire qu’elle peut me contacter à tout moment. Peu importe l’heure. » Thomas et John sont d’accord sur le fait qu’il pourrait être intéressant que le flic rencontre Keelin. Il fallait en effet étudier les options de cette dernière pour qu’elle puisse sortir de son mariage violent en toute sécurité. Bien qu’elle ait également besoin de conseils pour le futur proche, comme le rappelle la question du Harding. Le Weston prend alors quelques secondes pour réfléchir à une réponse satisfaisante, car il y a pas mal de paramètres à prendre en compte comme le boulot de la jeune femme par exemple. « La solution la plus efficace serait de demander une ordonnance de restriction le plus vite possible. Comme ça, elle peut retourner travailler et s’il en viole les conditions en s’approchant d’elle, on aura plus d’éléments contre lui… Mais ça revient à lancer une procédure officielle contre Drew et comme on l’a dit, on ne sait pas ce qu’il peut faire s’il se sent acculé ou humilié publiquement… Son autre solution est malheureusement de continuer à faire profil bas. Si elle peut poser un congé exceptionnel et se réfugier chez quelqu’un que Drew ne connaît pas, elle sera totalement hors d’atteinte. » C’était une réponse un peu à la normande et aller d’une extrême à l’autre mais de toute façon, le choix final appartenait à Keelin.

Thomas est navré d’apprendre que Mrs Lloyd a fait de la Harper une victime de ses rumeurs malfaisantes mais il ravale un commentaire rageur pour encore et toujours se concentrer sur le plus essentiel. L’incident de ce soir pouvait avoir des conséquences terribles, et notamment pour John, qui était en danger lui aussi, même si c’était d’une façon différente. Malgré sa forte émotion, le blond entend les objections de Thomas quant à son idée de révéler son statut à Keelin mais lui fait comprendre dans un sourire dépité qu’il ne considérait pas avoir le choix de le faire. Le flic n’est pas d’accord avec ce qu’il entend. A ses yeux, John pouvait tout à faire comprendre à Keelin qu’il avait un passif compliqué sans les mettre en danger tous les deux en révélant son statut de témoin protégé. C’était sûrement son côté flic qui prenait le dessus, la seule fois de la soirée où cela se produisait, mais il était vraiment contre l’idée. Cependant, il a déjà donné son opinion et il ne veut pas arguer d’avantage avec le Harding alors que celui-ci semblait déjà avoir pris sa décision. C’est ce qu’il lui dit d’ailleurs. « C’est toi qui voit… Comme pour Keelin, c’est à toi qu’appartient la décision. Ce sont vos vies et vos choix. » Dit-il sans une once de reproche dans la voix. Il n’était personne pour dire quoi faire à John. En revanche, ils étaient amis alors il peut apporter de l’importance à la confession que ce dernier vient de lui faire. Thomas l’avait vu venir depuis longtemps mais enfin ses soupçons sont confirmés. «Et je sais qu’elle compte pour toi… ça se voit… » Réplique t-il d’une voix douce pour apaiser son ami. « Et il y a de fortes chances pour que la réciproque soit vraie. Alors je ne pense pas qu’elle te prenne pour un connard ou qu’elle ait peur de toi. C’est vers toi qu’elle est venue se réfugier quand elle était au plus mal, non ? Au fond d’elle, même quand elle saura pour Drew, je pense qu’elle saura faire la différence entre vous deux... Ce sont des drôles de circonstances, oui, mais je suis content que tu ais trouvé quelqu'un qui te fasse ressentir ça... »

Il y a au moins quelque chose que Thomas parvient à faire pour aider John, c’est de lui faire admettre qu’il n’a pas agi comme un sale type. Il a juste été bouleversé par ce que Drew a fait à Keelin. C’est humain et compréhensible. Et pour la première fois de la soirée John semble un peu rasséréné et dit à Thomas qu’il est un type bien. Ce dernier lui répond en mimant quelque peu son sourire triste. « Je te remercie de le penser… Mais je ne sais pas s’il y a vraiment des gens biens… Juste des personnes qui font de leur mieux, qui essayent de faire les bons choix au bon moment… » Ce n’était pas le moment de philosopher mais le flic était tout aussi pensif que son acolyte. Si on considérait qu’il était en train d’aider un ami en galère contre un mec qui battait sa femme, il était certes un type bien. Mais si on considérait que cet ami venait de faire quelque chose d’illégal et que Thomas l’aidait à couvrir ses traces alors qu’il était précisément flic, ce n’était plus si sûr… D’ailleurs, ils en viennent rapidement à discuter de comment effacer les preuves et la question du flingue se pose. Ou pas, parce que le Weston a déjà une idée. « Oui, la plage c’est trop dangereux, il pourrait resurgir à tout moment… Ils font des travaux à l’extérieur de la ville, tu pourrais aller le jeter là. Une fois que la dalle en béton est coulée dessus, personne ne tombera jamais dessus. Et peu de chance qu’il y ait quelqu’un là-bas à la tombée de la nuit. » Et surtout pas des enfants… Car si Thom voulait aider John de tout son cœur, il voulait quand même mettre en danger personne. « Tu veux que je vienne avec toi ? » C’était moyen avec son job d’aller jeter un gun au fin fond de la forêt avec un mec qui venait de tabasser un autre mais au moins, il connaissait désormais la force de son amitié pour John. Et puis ce dernier n’avait pas l’air d’être en état de rester seul. Ce qui entraîne la question suivante du moustachu. « Et je peux rester avec toi ensuite, si tu ne vas pas voir Keelin… »

_________________

She’s is actually the most kindest, and sweetest person you could ever meet. I’m in love with her. And once you get lucky with someone like that, someone who feels absolutely too much, then you’ll know. You’ll know that they were made exactly for you. And she’ll need you just as much as you’ll need her. Things will work themselves out. The love you two share will be the most indestructible and indescribable thing in the world. And that’s the most beautiful love anyone could ever feel.
Revenir en haut Aller en bas
John Harding
John Harding
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : Richard Lyon et Max Julliard
TON AVATAR : Boyd Holbrook
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Exordium (code sign) + Sikapanele (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible 4/5
RAGOTS PARTAGÉS : 433
POINTS : 1052
ARRIVÉE À TENBY : 28/03/2018
Various Storms and Saints || Thomas Tumblr_pagz88SQCG1vg2yxdo5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (20 avril)
CÔTÉ COEUR : Père célibataire, sa situation ne l'autorise pas trop à envisager une nouvelle relation, quand bien même une certaine brune occupe ses pensées...
PROFESSION : Architecte, ancien mafieux placé sous programme de protection des témoins
REPUTATION : Il est discret, cet homme là. C'est tout de même bizarre, on dirait qu'il fuit les gens...et puis un père qui élève tout seul son fils, ce n'est pas banal. Il y a anguille sous roche, je vous le dis.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Various Storms and Saints || Thomas Empty
MessageSujet: Re: Various Storms and Saints || Thomas Various Storms and Saints || Thomas EmptyDim 26 Mai - 16:30

What kind of man loves like this ?
What kind of man ?

John ne pensait pas qu’il pourrait un jour se retrouver à aider quelqu’un dans une situation encore plus difficile que la sienne : c’est malheureusement le cas pour Keelin. Et quand bien même Thomas fait de son mieux pour essayer de les aider, force est de constater qu’en dehors des voies légales – qui sont quasiment impossibles à utiliser vu les circonstances – il n’y a pas beaucoup de solutions satisfaisantes dans l’immédiat. « Je lui en parlerai, ça doit bien être possible de trouver quelque chose de provisoire pour la protéger… » S’il n’y a pas de solution idéale, Harding espère tout de même que Thomas saura quoi conseiller à Keelin sur le long terme, mais le flic a l’air plus sûr de lui quand il évoque la possibilité de se renseigner sur les preuves qui traineraient au Parlement. Et puis s’il n’y a rien, c’est juste la parole de Drew contre celle de Keelin, la parole d’un sale type qui bat sa femme, et John espère sincèrement que pour une fois avec ce fichu système légal, il y aura un peu de justice, et qu’au moins, il ne pourra plus approcher la jeune femme, et tant qu’à faire, qu’elle pourra le quitter.

Il y a peut-être quelque chose d’un peu intéressé dans ce dernier espoir, mais la situation personnelle de John, qu’ils évoquent ensuite, est sans doute un obstacle de taille au développement de la relation qu’ils entretiennent. Et si Thomas ne le juge absolument, John reste quand même perdu, même s’il apprécie l’attitude de son ami, qui semble comprendre à quel point les choses sont difficiles pour l’architecte. Parce qu’il a toujours su ce qu’il devait faire, John, quand bien même ça lui déchirait le cœur. Il savait, quand il a décidé de parler à la police, il savait quand il a décidé de témoigner. Pour Jack, pour se sortir de la criminalité, pour échapper à son père…tout ces choix s’étaient imposés à lui avec la force de l’évidence. Maintenant, il ne sait pas. Il est certainement moins optimiste que Thom sur le déroulé des choses. « J’espère que tu as raison… » Murmure-t-il. Autant pour le fait qu’elle lui pardonne ce coup de sang, que pour les éventuelles révélations qu’il pourrait faire – la conversation avec le moustachu a conduit l’irlandais à repenser la question – que pour le fait que Keelin tienne à lui. « Je ne veux pas avoir l’air de profiter de la situation non plus, parce que ça ce serait vraiment une attitude de connard…et ce serait encore pire que tout. »

C’est assez rare qu’il parle autant, mais c’est peut-être parce que c’est Thomas. Et il ne le redira pas, parce que ça a l’air de gêner le flic, mais le fait que malgré tout, il essaie de l’aider, alors qu’il pourrait vraiment l’expédier en prison, ou le laisser se démerder, pour John, c’est être quelqu’un de bien. D’ailleurs, il lui propose une autre solution, concernant le pistolet, qu’il ne peut qu’approuver. « Oui, c’est sans doute mieux. » Son père n’aurait sans doute pas désapprouvé cette solution, mais John a moyennement envie d’en rire, et il réserve l’un de ses premiers sourires de la soirée à la proposition suivante de Thomas : « Un flic qui donnerait dans la dissimulation de preuve, hein ? » Il secoue la tête gentiment : « Je ne veux pas te causer d’ennuis en te faisant m’accompagner, tu fais déjà beaucoup Thomas. Mais merci. Je m’en souviendrai. » Il jette un œil par la vitre : « Jack va revenir ce soir, je pense, il passait juste la soirée chez un copain, je ferais mieux de me dépêcher, surtout, il ne doit pas se poser de questions… » Et s’il voit Thomas là en revenant, ce sera pareil. « J’appellerai Keelin demain, et puis je vais essayer de la voir. Je lui dirais qu’elle peut te contacter, aussi… » Un peu plus optimiste, John conclut : « Merci encore, Thomas. Pour tout. S’il y a la moindre possibilité que je te revaille ça un jour… »

_________________

LOOKING FOR THE LIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Thomas E. Weston
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : blindness (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 1/3 (Keelin - Deborah)
RAGOTS PARTAGÉS : 2033
POINTS : 3792
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015
Various Storms and Saints || Thomas Tumblr_odjhetKCha1ufcx9vo1_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 43 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...


Various Storms and Saints || Thomas Empty
MessageSujet: Re: Various Storms and Saints || Thomas Various Storms and Saints || Thomas EmptyJeu 30 Mai - 20:27

Tomorrow is another day
And you won’t have to hide away

« Je lui en parlerai, ça doit bien être possible de trouver quelque chose de provisoire pour la protéger… »   Thomas hoche la tête, content de voir que John reprend pied petit à petit. Il a plus d’espoir qu’en début de soirée, ce qui soulage un peu le flic. Il avait réussi  à un peu rassurer l’irlandais au moins. C’était primordial que celui garde son calme et un peu d’espoir car c’était une bataille de longue haleine qui se préparait et il fallait l’aborder la tête claire, sinon ils n’avaient aucune chance de la remporter… Cependant, il était de plus en plus apparent que John était prêt à tout pour Keelin et qu’il ferait tout pour. Clairement, il tenait beaucoup à conseillère municipale. D’ailleurs, une fois que Thom l’a convaincu qu’il ferait tout pour l’aider si elle venait le voir, il continue tout de même à s’inquiéter à son propos. Ou plutôt à propos des sentiments qu’il éprouve pour elle en ce timing compliqué. « Je ne veux pas avoir l’air de profiter de la situation non plus, parce que ça ce serait vraiment une attitude de connard…et ce serait encore pire que tout. » Dit-il d’un air préoccupé. « Combien de fois dois-je te dire que tu n’es pas un connard pour que tu finisses par me croire ? » Dit Thomas, surjouant son air dépité. Toutefois, il balaie vite cette touche d’humour pour donner un vrai conseil sérieux et utile. « C’est sûr que ça doit être très compliqué pour elle en ce moment… Je pense que le mieux que tu puisses faire pour l’instant, c’est rester auprès d’elle, la soutenir, l’épauler. Et ensuite… Et bien ensuite vous pourrez aviser… »

Toutefois, il ne s’agit pas d’une soirée posée entre mecs où ils discutent tranquillement de leurs sentiments. Non, il s’agit ni plus ni moins que de dissimuler une infraction et même s’il ne devrait pas, Thomas propose à John de l’aider concrètement à le faire. Il n’était plus un jeune flic. Il savait désormais que tout n’était pas noir ou blanc. Il faisait ses propres choix, suivant son propre code. Mais pour ce soir, ça ne sera pas nécessaire car l’architecte décline sa proposition. « Un flic qui donnerait dans la dissimulation de preuve, hein ? Je ne veux pas te causer d’ennuis en te faisant m’accompagner, tu fais déjà beaucoup Thomas. Mais merci. Je m’en souviendrai. » Encore une preuve que John n’était pas un connard. Il pensait aux intérêts de Thomas autant qu’aux siens. Le flic hoche la tête pour montrer son assentiment. « Je comprends… Juste, pense bien à effacer les empreintes avant de le balancer. » Ajoute t-il. C’était plus fort que lui, il ne pouvait pas s’en empêcher… Le blond lui apprend ensuite qu’il ne passera pas la soirée seul car Jack n’allait pas tarder à arriver. Encore une fois, le moustachu opine à ses dires. « Alors oui, tu ferais mieux de te dépêcher d’y aller avant qu’il ne revienne. Et surtout veille bien à ce qu’il n’y ait plus une tâche de sang nulle part. » Thomas n’aimait vraiment pas l’idée de laisser un John tourmenté seul mais il était vrai que Jack ne pouvait pas le trouver ici. Pas plus que la police si jamais Drew crachait le morceau malgré tout. Il était donc temps de se séparer pour eux.

« Merci encore, Thomas. Pour tout. S’il y a la moindre possibilité que je te revaille ça un jour… » Lui dit alors John, le remerciant à nouveau. Le moustachu lui adresse un petit sourire. « De rien… Je suis sûr que tu ferais la même chose pour moi… » L’amitié qui s’était développé entre les deux hommes était aussi profonde qu’implicite. Cependant ce soir, circonstances obligeaient, elle s’exprimait avec un peu plus que d’ordinaire. Thomas pose d’ailleurs une main sur l’épaule de John tandis qu’ils se font face. Il tenait à le rassurer une dernière fois avant de partir.   « Ça va aller d’accord ? Fais tout comme on a dit et ça va aller. Et s’il y a quoi que ce soit, tu n’hésites pas à m’appeler, ok ? » Dit-il en le regardant gravement. Puis une fois qu’il pense que le message est passé, il lui tapote l’épaule et prend congé partant de son côté, laissant John aller se débarrasser de la dernière preuve matérielle de cette soirée pas comme les autres. Il espérait de tout cœur que ses mots se révéleraient vrais et que tout allait bien se passer. Sinon, cette soirée serait le prélude d’un sacré merdier.  

SUJET TERMINE

_________________

She’s is actually the most kindest, and sweetest person you could ever meet. I’m in love with her. And once you get lucky with someone like that, someone who feels absolutely too much, then you’ll know. You’ll know that they were made exactly for you. And she’ll need you just as much as you’ll need her. Things will work themselves out. The love you two share will be the most indestructible and indescribable thing in the world. And that’s the most beautiful love anyone could ever feel.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Various Storms and Saints || Thomas Empty
MessageSujet: Re: Various Storms and Saints || Thomas Various Storms and Saints || Thomas Empty

Revenir en haut Aller en bas

Various Storms and Saints || Thomas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-