AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

People help the people || Lloyd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Max Julliard
Max Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : People help the people || Lloyd H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2454
POINTS : 3846
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
People help the people || Lloyd Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 46 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Et l'envie de se lancer dans une nouvelle histoire d'amour avec une jolie blonde d'origine russe. Après tout, de call-girl à nouvelle femme, le chemin n'est pas si long que ça, non ?
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il est tellement infect, le cliché parfait de la rock-star, toujours en train de boire, avec une fille différente au bras...vous saviez qu'il avait eu un grave accident de voiture ? Moi je crois que c'est plutôt une overdose et qu'il veut éviter le scandale..Il n'est vraiment pas net, comme type.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

People help the people || Lloyd Empty
MessageSujet: People help the people || Lloyd People help the people || Lloyd EmptyDim 10 Fév - 0:21


God knows what is hiding in this world of little consequence
Behind the tears, inside the lies
A thousand slowly dying sunsets

La secrétaire a l’air de tomber des nues lorsque Max lui demande s’il est possible de voir Lloyd Jenkins. « Mais vous n’êtes pas au courant ? » Non, manifestement, il n’est pas au courant et il a loupé un épisode, quelque chose de grave, s’il en croit la mine de son interlocutrice. Lui qui était venu avec dans l’idée de passer un moment un peu léger, il tombe à son tour de haut. Ce rendez-vous avec Lloyd Jenkins fait suite à leur travail en commun sur le projet du concert de Noël, qui s’est bien passé, et à son inscription – il commence vraiment comme étudiant à la rentrée prochaine, ce qui laisse du temps à Max pour se préparer. En attendant, le producteur apprécie vraiment sa collaboration avec les étudiants de la faculté de Swansea et c’est pour monter quelques nouveaux projets qu’ils devaient se voir aujourd’hui. Tant qu’il y est, Max s’est dit qu’il pourrait peut-être profiter de l’occasion pour se renseigner pour Yevgeniya. Sam Baxter enseigne au département d’art, et Harry n’a pas tort : la jeune femme risque sans doute une procédure disciplinaire ici aussi. Le producteur commence peu à peu à saisir la mentalité de Lloyd, et très vite il a abandonné l’idée d’essayer d’influencer le doyen pour éviter cette procédure ou qu’il soit clément. Mais l’ancien pilote ne désespérait pas d’obtenir au moins des informations sur le déroulé de la procédure…

Cependant, son plan tombe à l’eau en même temps qu’il découvre avec horreur ce qui est arrivé à Lloyd. Oui, Max a entendu parler de cet accident de voiture le soir du Nouvel An, mais il était trop perdu dans ses propres fêtes, son anniversaire, et les problèmes qu’il doit lui-même gérer, pour s’y être intéressé. Il avait bien compris qu’une femme était décédée. Il n’avait aucune idée que cela pouvait impliquer quelqu’un qu’il connaissait, encore moins Lloyd. Il est donc catastrophé et mortifié lorsque sa secrétaire lui explique que c’était la famille Jenkins qui était impliquée dans l’accident. Leur fille a survécu, mais le doyen a été hospitalisé et même s’il est rentré chez lui, il ne peut plus marcher pour l’instant, mais surtout, sa compagne est décédée. Sur le coup. Une tragédie. Le producteur hésite, puis finalement, sur un coup de tête, demande l’adresse de Jenkins, avant de repartir.

Ce n’est peut-être pas la chose à faire, réfléchit-il, en se garant devant chez Lloyd à Tenby. Ils ne se connaissent pas si bien que ça : s’ils s’entendent bien, ils ne sont pas amis. Et ça se trouve, il ne veut voir personne, ce qui est d’ailleurs son droit le plus absolu. Mais quand même, il se voit mal ne rien dire, ne pas au moins passer dire un mot de réconfort, tout du moins essayer, parce que c’est le genre de discours qui n’est jamais facile à tenir.

Il reste un moment au volant de la jaguar, incapable de se décider. Ira, ira pas ? Il finit par sortir de la voiture pour aller sonner à la porte. Il entend un peu de bruit, pour autant, ça ne s’ouvre pas. Pas dit qu’avec son fauteuil et rentrant de l’hopital, Lloyd veuille ouvrir, comme il l’avait prévu. « Lloyd, c’est Max Julliard ! » Il fait le pari que le doyen est quand même derrière la porte, tant pis. « Je…j’ai appris ce qui vous est arrivé. Votre secrétaire me l’a dit. Je suis sincèrement désolé, je sais à quel point ça doit être dur. » Il doit avoir l’air idiot, à parler à cette porte close. « Je comprendrais si vous ne vouliez pas parler, évidemment. Je euh…repasserai plus tard. » Il attend un peu, puis s’éloigne de nouveau en direction de sa voiture, il ne voit pas vraiment quoi faire d’autre de toute façon.

_________________

Redemptionkeep walkingAngels, give me shelter, 'cause I'm about to fall : it's all gone helter skelter...I'm not afraid : I'm gonna save us all.

People help the people || Lloyd 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire, Elizabeth & Fiona (4/3).

People help the people || Lloyd 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10046
POINTS : 5514
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
People help the people || Lloyd Tumblr_pzafd1prez1uiuipwo2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

People help the people || Lloyd Empty
MessageSujet: Re: People help the people || Lloyd People help the people || Lloyd EmptyDim 10 Fév - 10:34


I’d give anything to hear
You say it one more time
Plus de chambre d’hôpital, ça aurait dû être un soulagement, ça aurait... La réalité est tout à fait différente, le retour chez toi, malgré les aménagements effectués afin que tu puisses dormir au rez-de-chaussée et avoir un chemin avec ton fauteuil roulant, rien ne va. Dès que ton infirmier t'a déposé chez toi, après quelques explications de routine, il t'a laissé seul à ton sort. Enfin, tu n'es pas seul, tu entends souvent ton téléphone sonner, que ce soit pour un message ou bien un appel mais la plupart du temps, tu ne réponds pas, à moins que ce soit les parents d'Aloy. Ils sont venus ici après être passés à l’hôpital, ils sont en colère contre toi parce que tu es vivant et pas elle. Tu ne peux pas leur en vouloir, tu es en colère aussi. Ils sont venus prendre les affaires d'Aloy, n'oubliant quasiment rien et puis, quelques affaires à Delilah aussi. C'est eux qui s'occupent d'elle la semaine, jusqu'à ce que tu puisses enfin remarcher, dès que tu pourras tenir debout et porter quelque chose, elle reviendra à la maison pour toujours, en attendant, elle n'est là que les week-end lorsque quelqu'un est avec toi durant l'intégralité de celui-ci. Les médecins disent que d'ici un mois, tu pourras marcher si et seulement si tu te décides à faire des efforts en rééducation. Parfois, tu te demandes si ils se rendent compte de toute la force que tu dois déployer pour te redresser, de toute la force que tu n'as pas. Des kilos tu en as perdu un sacré paquet, tu manges, enfin tu picores une ou deux fois dans la journée sans envie, tu ne fais rien de tes journées d'ailleurs. Dès que tu ouvres ton ordinateur, tu es accueillis par une photo d'Aloy et tu refermes tout immédiatement, bloqué ici. Ton psychiatre, que tu es forcé de suivre suite à l'accident te dit que tu dois affronter tout ça, étape par étape et tu as donc décidé que l'ordinateur serait une des dernières. Tu ne regardes même plus les photos sur ton téléphone et tu bénis ta secrétaire d'avoir changé ton fond d'écran avant noël (sans ton accord évidemment) en mettant une photo de Delilah qui joue dans son berceau, la photo d'avant étant une photo de famille. Les cadres dans toute la maison sont tombés, ils sont faces cachées sur les meubles. Tu es un peu comme eux, caché du monde, caché de ceux qui ne forcent pas le pas de la porte. Lorsque les gens viennent ici, généralement, ils n'entrent même pas, ils parlent un peu devant la porte d'entrée, tu vois souvent la poignée bouger un coup et puis, plus rien, grand silence puis un bruit de moteur, personne n'a vraiment envie de te voir, c'est ce que tu te dis. Ils viennent simplement par élan de politesse. Il n'y a que certaines personnes qui forcent, certaines même qui font le tour de la maison lorsque tu ne daignes pas ouvrir la porte d'entrée. Celles-là, savent, celles-là sont là pour essayer de te remettre sur le droit chemin, te forcer à faire ci ou bien ça mais en attendant, tu ne veux rien de tout ça. Si il pouvait y avoir quelqu'un pour te sortir de cette spirale infernale, ça serait une bonne chose. Tu ne te fais pas violence, tu glisses peu à peu en bas, toujours plus bas même si Delilah a besoin de toi, c'est bien plus dur que tu avais pu l'imaginer sans Aloy. Tu n'étais pas prêt à cette tragédie et personne n'est prêt à vivre ça, personne...

Et en parlant de personne, tu entends du bruit venant de dehors, un moteur de voiture, une énième personne à passer chez toi, qui est-ce que ça sera aujourd'hui ? Tu appuies sur ta main gauche pour faire bouger le fauteuil afin que tu puisses voir la porte d'entrée de ta place dans le salon. La sonnette retentit et tu sursautes presque, toujours pas habitué par ce bruit plus strident que d'habitude car le bruit a été amplifié volontairement. Tu serres la mâchoire priant que ce ne soit pas ton infirmier qui sonne pour simplement t'informer qu'il est là avant de passer par la terrasse. Tes prières se font entendre, c'est une voix que tu prends quelques secondes à reconnaître avant d'être clairement surprit, Max Julliard. Qu'est-ce qu'il fait ici ? Tu restes interloqué quelques secondes avant d'être tiré de tes pensées par ses paroles maladroites. Sa secrétaire doit certainement avoir parlé de l'accident à tous le monde, si ça se trouve, c'est elle qui envoie des troupeaux de professeurs chez toi. Sans réellement le vouloir, tu avances vers la porte, assez pour pouvoir touché le verrou de celle-ci. Tu hésites clairement à ouvrir, tu ne sais pas pourquoi mais tu espères que max ne soit pas comme tout le monde, enfin, c'est déjà le cas mais avec toi, vis à vis de l'accident. Il t'annonce qu'il repassera plus tard et ça te fait doucement rire, ils disent tous ça mais ne repassent jamais. Du coup, pour lui éviter un mensonge, tu appuies sur le verrou et la porte émet un clic, signifiant qu'elle peut être ouverte, tu espères que c'est suffisant pour le faire entrer car tu ne te sens pas capable de faire mieux que ça pour le moment. Doucement, à l'aide de tes bras, tu fais reculer le fauteuil afin de lui laisser de la place pour entrer si il daigne entrer. Une partie de toi espères vraiment qu'il va entrer, il pourra t'aider à sortir dehors afin que tu puisses fumer et en parlant de ça, peut-être qu'il pourra te laisser des cigarettes étant donné que personne ne veut t'en acheter et que tu ne peux pas encore le faire. Ce n'est tellement pas toi de vouloir te servir de Max comme ça mais tu n'es plus toi...

_________________

You’re the train that crashed my heart.

Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
Max Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : People help the people || Lloyd H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2454
POINTS : 3846
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
People help the people || Lloyd Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 46 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Et l'envie de se lancer dans une nouvelle histoire d'amour avec une jolie blonde d'origine russe. Après tout, de call-girl à nouvelle femme, le chemin n'est pas si long que ça, non ?
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il est tellement infect, le cliché parfait de la rock-star, toujours en train de boire, avec une fille différente au bras...vous saviez qu'il avait eu un grave accident de voiture ? Moi je crois que c'est plutôt une overdose et qu'il veut éviter le scandale..Il n'est vraiment pas net, comme type.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

People help the people || Lloyd Empty
MessageSujet: Re: People help the people || Lloyd People help the people || Lloyd EmptyMer 13 Fév - 22:20


God knows what is hiding in this world of little consequence
Behind the tears, inside the lies
A thousand slowly dying sunsets

Qu’est-ce qu’on peut bien dire à quelqu’un qui a tout perdu ? Rien. Il n’y a rien à dire, Max le sait très bien, il n’y a rien à dire. Aucune parole n’a jamais réussi à combler le vide qu’il a en lui depuis la mort de Mel. La situation de Lloyd Jenkins n’est pas la même que la sienne, le producteur le sait très bien : ce n’est pas la même chose de perdre son conjoint que de perdre un enfant, mais Max sait ce que ça fait d’avoir mal, et pire encore, d’être au fond du trou. C’est sans doute ça, le pire. La douleur, ça ne s’arrête pas. Il n’y a pas de moment où ça va mieux, il n’y a pas de moment où la douleur disparait, il n’y a pas de bout du tunnel. Il faut juste apprendre, apprendre à vivre avec, gérer les démons et les éviter, ou les noyer dans l’alcool, ou trouver des palliatifs. C’est comme ça qu’on survit, qu’on rétablit l’équilibre, avec des rechutes, plus ou moins fréquentes. Certains s’en sortent mieux que d’autre, certains mettent plus de temps à cicatriser. Mais ça laisse des traces. Ca laisse toujours des traces, alors il faut se blinder, et faire avec. On ne peut pas s’habituer, on ne s’habitue pas. On fait avec. Plus ou moins bien. On apprivoise la douleur, et parfois on arrive à l’oublier, même si elle est toujours là.

Ca n’arrive jamais dans les premiers temps. Et c’est pour ça qu’il n’est pas sûr, finalement, que venir voir Lloyd Jenkins soit une bonne idée. Max se souvient qu’au début, il ne voulait voir personne. Pourtant c’est là où les gens persistaient à venir. Ce n’est que après, quelques mois après, qu’il a réalisé que les gens avaient rapidement disparu, qu’il était vraiment tout seul. Au final, ils venaient, comme s’il avait une maladie, ou quelque chose du genre, puis ils repartaient. Et quand vraiment il aurait fallu ne pas le laisser seul pour ne pas qu’il fasse une connerie, il n’y avait plus personne. Il se doute que Lloyd est potentiellement dans le même état d’esprit. Personne n’a envie de faire pitié et personne n’a envie de voir cet air de compassion emprunté, qui n’a rien de sincère et qui relève plus de l’attitude de circonstance et de la politesse que d’une volonté réelle de vous aider. C’est pour ça qu’il tourne les talons. Il comprend, un peu. Et puis, de façon moins avouable, il est mal à l’aise, pas comme tous les gens qu’il critique, non, mais comme quelqu’un qui ne sait lui-même pas gérer son deuil et à qui fréquenter quelqu’un qui affronte à son tour la mort d’un proche fait du mal. Il n’est personne pour donner des leçons.

Pourtant, il entend la porte s’ouvrir – non, le verrou – derrière lui. Un instant, il hésite. Puis le musicien fait demi-tour. Il est venu jusqu’à là. Il ne va pas renoncer maintenant. Il ne peut pas. C’est lâche. Et si Max a des tas de tactiques d’évitement, il les applique uniquement à sa situation. Alors il pousse la porte, mais il reste dans l’entrée. « Je serais repassé, vous savez. » Mains dans les poches de son imperméable, il continue : « Votre fille, ça va ? » Aborder le sujet qui fâche de front, la mort de sa conjointe, ne lui parait pas une très bonne idée. Le fait qu’il soit cloué en fauteuil roulant, c’est à peine mieux. Mais il faut bien y passer. « Je suis navré, vous savez. Je sais que je ne suis pas de votre famille et qu’on n’est pas vraiment proches, je sais aussi qu’il n’y a pas de mots, qu’il n’y a rien à dire, et que ça ne va rien changer, mais…je le suis. Et je comprends, au moins un peu. Alors je me suis dit que je devais passer. » Il comprend. Il imagine. Il peut. Il se doute de ce que ça fait d’être cloué là, seul, dans cette maison, sans sa fille. Ca le rendrait dingue, s’il était dans ce cas, d’être enfermé dans cette grande maison sombre. Il referme la porte derrière lui, vu qu’il est parti pour rester. « Ca vous dit, si je vous offre une cigarette ? Il fait beau, dehors, on y sera pas mal, si vous avez un jardin. »

_________________

Redemptionkeep walkingAngels, give me shelter, 'cause I'm about to fall : it's all gone helter skelter...I'm not afraid : I'm gonna save us all.

People help the people || Lloyd 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire, Elizabeth & Fiona (4/3).

People help the people || Lloyd 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10046
POINTS : 5514
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
People help the people || Lloyd Tumblr_pzafd1prez1uiuipwo2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

People help the people || Lloyd Empty
MessageSujet: Re: People help the people || Lloyd People help the people || Lloyd EmptyJeu 14 Fév - 0:41


I’d give anything to hear
You say it one more time
Même si l'envie de nicotine est atrocement forte, le regret s'installe lorsque tu entends des pas s'approcher de la porte que tu viens de déverrouiller. Utiliser les gens pour ton propre plaisir n'est pas dans tes habitudes et c'est pourquoi tu te sens mal de le faire, néanmoins, maintenant que ton invité surprise est posté devant l'entrée, pas question de faire marche arrière. Tu le fixes, silencieusement, le détaillant de haut en bas, attends qu'il parle parce que toi, tu ne sais pas si tu vas réussir à le faire immédiatement. Ta mâchoire est bloquée, tout comme ton corps qui est crispé comme jamais. Depuis que tu as appris que marcher allait devenir un combat pour toi, tu as oublié ce que le mont « détendre » veut dire. Tu as entamé depuis ta sortie de l’hôpital dans une bataille entre ton corps et ton esprit qui ne veulent définitivement pas les mêmes choses. Même si tu as envie de pouvoir marche, ou bien ne serait-ce que te tenir debout le plus rapidement possible, ton corps lui ne semble pas apte à fournir les efforts nécessaires et c'est un cercle vicieux qui s'installe. Peu à peu, tu sombres et tu le sais, tu as souvent eu tendance à sombrer comme ça par le passé, certes, pour des choses moins importantes, mais ça correspond bien à toi. Parfois tu te demandes même si tu as vraiment envie de te battre pour continuer et lorsque ça t'arrive, tu fermes les yeux et tu revois le visage de Penny à ton chevet d’hôpital et tu revois aussi Delilah avec son regard innocent. Pour elles, tu ne dois pas abandonner, mais tu as besoin de temps pour vraiment te faire à cette idée que plus jamais ta vie ne sera la même, que plus jamais tu ne vas pouvoir te réveiller aux cotés de la femme que tu aimes. La simple pensée qu'elle ne sera plus jamais là à tes côtés te replonge dans les tréfonds de tes idées noires qui sont devenues tes meilleures alliées du moment.

Tu ne bouges toujours pas, avec cette impression que le temps passe lentement, tu es sorti de tes pensées par les mots de Max, il te demande comment est-ce que va ta fille et à vrai dire, tu ne le sais pas, tu n'as pas encore eu de messages aujourd'hui, mais de ce que tu sais d'hier, tout va bien. « ça va. » Réponds-tu impassible. Tu n'as pas envie de parler, tu dois parfaitement bien le montrer là, mais en même temps, tu ne veux pas que Max s'en aille, maintenant qu'il est là, il doit rester et tu dois pouvoir fumer. Ta main à couper qu'il a des cigarettes sur lui et si ce n'est pas le cas, tu lui montreras la porte sans vergognes.

En attendant que ça arrive, il parle pour vous deux, il est navré de ce qu'il t'est arrivé et tu voudrais lui cracher des paroles horribles au visage, lui jeter toute ta colère que tu contiens en toi, mais tu te souviens subitement de votre discussion au bar après qu'il soit passé à l'université. Lui aussi, il a connu le deuil, certes, un différent, mais un deuil quand même et c'est pour cette raison que tu t'abstiens de lui répondre quoi que ce soit. Tu te contentes de baisser tes yeux, regarder le sol, évitant soigneusement de croiser son regard, de peur d'y voir de la pitié, tu ne supporterais pas ça. Tu poses tes mains sur les roues de ton fauteuil que tu fais légèrement reculer alors que Max ferme doucement la porte derrière lui. Il ne semble pas bloqué par ton comportement et il finit même par t'offrir ce que tu veux, sans qu'il le sache, il tape dans le mille et tu ressens un peu de soulagement. Tu soupires lentement avant de tourner ton fauteuil, le mettant en direction du salon qui donne sur la terrasse car effectivement, il a raison, il fait beau dehors, tu arrives à distinguer quelques rayons de soleil à travers les volets que tu as fermé. « Va pour deux. » Murmures-tu sans même le remercier, tu avances doucement dans le salon à la force de tes bras jusqu'à arriver devant la porte fenêtre, tu ouvres les volets à l'aide du bouton sur la gauche et tu pousses la porte sur le côté afin de pouvoir sortir. Tu veux pouvoir te débrouiller seul, tu as besoin de ton indépendance du coup, tu ne laisses même pas la chance à Max de pouvoir t'aider à faire quoi que ce soit. Tu sors dehors le premier, les yeux plissés à cause de la force des rayons du soleil. « Si vous voulez du café, il y a de quoi en faire dans la cuisine. » Clair net et précis, tu ne te vois pas te confier sur tes états d'âmes pour le moment, encore moins sobre qui plus est, là, tu n'as qu'une seule envie, c'est celle de fumer, de prendre un once de plaisir que médecins et proches cherchent à te refuser par tous les moyens. Tu attends impatiemment cette cigarette tant attendue et dès qu'elle arrive, tu ne manques pas une seconde pour l'allumer, presque maladroitement avec des gestes précipités. Trois jours que tu n'en avais pas eu une et tu avais peur que ça continue comme ça mais Max, est arrivé, il est devenu ton sauveur et pourtant, tu es bien loin de le traire comme tel. « Merci. » Finis-tu pour dire, sans pour autant le regarder, tu es perdu dans la contemplation de l'horizon, de la mer que tu arrives à voir, au loin, ton élément que tu n'es pas prêt de revoir avant longtemps...

_________________

You’re the train that crashed my heart.

Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
Max Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : People help the people || Lloyd H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2454
POINTS : 3846
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
People help the people || Lloyd Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 46 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Et l'envie de se lancer dans une nouvelle histoire d'amour avec une jolie blonde d'origine russe. Après tout, de call-girl à nouvelle femme, le chemin n'est pas si long que ça, non ?
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il est tellement infect, le cliché parfait de la rock-star, toujours en train de boire, avec une fille différente au bras...vous saviez qu'il avait eu un grave accident de voiture ? Moi je crois que c'est plutôt une overdose et qu'il veut éviter le scandale..Il n'est vraiment pas net, comme type.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

People help the people || Lloyd Empty
MessageSujet: Re: People help the people || Lloyd People help the people || Lloyd EmptyDim 17 Fév - 15:15

God knows what is hiding in this world of little consequence
Behind the tears, inside the lies
A thousand slowly dying sunsets

Au vu du laconisme de Lloyd Jenkins, Max n’est vraiment pas sûr que le doyen veuille voir quelqu’un. Et sans doute encore moins lui, ce qu’il peut comprendre : après tout, le producteur n’est pas de sa famille, ils n’ont pas grand-chose à se dire, sinon un passif commun avec les tragédies, maintenant. Il est inutile de lui parler de musique, inenvisageable de lui parler de Yevgeniya : mais à part cette passion commune et le fait qu’il sorte – est-ce qu’il peut dire ça, d’ailleurs ? – avec une étudiante de la fac que Lloyd dirige, ils n’ont du coup pas grand-chose en commun. Donc pas grand-chose à se dire. Max continue donc à se demander s’il n’a pas fait une erreur en venant ici. Pour autant, l’enseignant ne semble pas vouloir le mettre dehors, alors il décide de rester, quand bien même l’ambiance est lourde de tristesse et de gêne, et qu’il ne sait pas quoi dire de plus.

« Volontiers. » Répond-il quand Lloyd lui indique que s’il veut du café, il y en a dans la cuisine. « Vous en voulez une tasse ? » Il ne doit pas pouvoir beaucoup cuisiner, et un bon café avec une cigarette, ça fait toujours du bien, même dans les situations les plus odieuses. Il y a des plaisirs simples qui soignent un peu l’âme, même quand on est au fond du trou, Max en sait quelque chose. Une cigarette au soleil, avec une dose de caféine, ça lui semble toujours appréciable. Il ne sait pas trop si Lloyd goutera ce plaisir là, mais ça vaut le coup d’essayer de son point de vue. « Je vais vous en faire une cafetière. Vous n’aurez plus qu’à le faire réchauffer au micro-onde. » Décide-t-il arbitrairement, ne sachant pas trop si Lloyd l’écoute de toute façon. Vu l’état de la cuisine, il n’a pas dû y toucher depuis avant l’accident, ce qui n’étonne pas outre-mesure Max. Il ne doit pas avoir la tête à ça, et puis avec son séjour à l’hopital, pas vraiment les moyens de le faire. Ce qui inquiète plus le producteur, c’est de savoir si ça veut dire qu’il ne mange pas non plus. Il garde la question pour lui et apporte une tasse à Jenkins en même temps, avant de lui tendre une cigarette à son tour.

Ils fument un instant en silence, Max cherchant quoi dire de son côté. C’est finalement Lloyd qui rompt le silence en le remerciant. « De rien. C’est pas grand-chose. » Il ne sait pas trop si le professeur parle de sa venue ou bien des cigarettes, ou encore du café. Demander serait maladroit et il préfère ne pas savoir, finalement. Le silence retombe, finalement, parce qu’il ne sait toujours pas quoi dire, cela risque d’être une grande constante dans la conversation. Mais il ne se décourage pas pour autant : Max est assez têtu, surtout quand il s’inquiète. Maintenant qu’il est là, même s’il se doute qu’il ne pourra pas faire beaucoup, il tient à s’assurer que Lloyd comprend qu’il sera là s’il en a besoin, même s’il est assez nul comme psy et en ce qui concerne le deuil. « Si vous avez besoin de quoique ce soit d’autre, vous pouvez compter sur moi, s’il y a quoique ce soit que je puisse faire. » Il essaye de faire au mieux, de se centrer sur les choses concrètes, non seulement parce que celles-ci, il les maitrise, mais parce qu’en plus, ça permet de détourner un peu l’attention du malheur, en général. « Même la cuisine, j’ai vu que vous n’y aviez pas trop touché. Je ne sais pas si on vous livre des choses ou quelque chose du genre, mais je sais que vous devez avoir des milliers de chose à penser et pas forcément l’envie de vous mettre aux fourneaux, alors si ça vous aide, je suis là. Même si ce ne sera pas de la grande cuisine, clairement. » Il ajoute avec douceur : « Votre secrétaire, elle m’a dit de vous dire que vos étudiants pensaient à vous, aussi. »

_________________

Redemptionkeep walkingAngels, give me shelter, 'cause I'm about to fall : it's all gone helter skelter...I'm not afraid : I'm gonna save us all.

People help the people || Lloyd 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire, Elizabeth & Fiona (4/3).

People help the people || Lloyd 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10046
POINTS : 5514
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
People help the people || Lloyd Tumblr_pzafd1prez1uiuipwo2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

People help the people || Lloyd Empty
MessageSujet: Re: People help the people || Lloyd People help the people || Lloyd EmptyDim 17 Fév - 17:40


I’d give anything to hear
You say it one more time
Pourquoi pas un café avec la cigarette, ce n'est pas une mauvaise idée. « Oui, je veux bien. » Murmures-tu en réponse à sa question. De base, tu avais proposé ça pour lui, mais tu vas te laisser tenter pas l'idée de boire un peu de ta boisson préférée même si ça risque de compliquer ton coucher ce soir, déjà que tu as du mal de base. Ce n'est pas grave, tu trouveras une occupation, tu as de quoi faire ici avec les lettres, les mails et autres messages envoyés par tes proches ou de simples personnes polies. Tu pourrais aussi jouer à la console, après tout, ton infirmier l'a descendu dans le salon afin que tu puisses en profiter vu que tu ne peux pas aller dans ta chambre, merci aux escaliers. Pour le moment, il n'est pas question de ce soir, c'est malheureux, mais le temps passe atrocement lentement lorsque tu n'as rien à faire ou que tu n'as tout simplement pas envie de faire quoi que ce soit. Si tu le voulais, tu pourrais travailler, tu as énormément de paperasse, tu le sais même si ta secrétaire te dit que tout est sous contrôle, ce n'est pas le cas. Quand tu t'en sentiras la force, mais aussi et surtout l'envie, tu lui enverras un mail avec les consignes à suivre, mais pour le moment, tu ne peux pas. Max est de retour, deux tasses de café fumantes et des cigarettes. Vous fumez tous les deux, silencieusement. La cigarette te fait un bien fou et tu as beau le dire à ceux qui s'occupent de toi, ça ne fonctionne pas, ils refusent tous de t'en acheter. Tu pose la cigarette sur le cendrier et tu bois une gorgée de ton café tandis que Max reprend la parole et ces paroles te surprennent. « Pourquoi ? » Tu hausses un sourcil avant de tourner ta tête afin de le regarder cette fois pendant que tu lui réponds. « Pourquoi vous ? » Pourquoi est-ce que lui, parmi tous tes proches, tes connaissances, est ici, avec toi, à proposer ses services alors qu'il doit avoir des tonnes de choses à faire, Max n'est pas un type qui doit avoir du temps pour flâner, tu as eu le temps de faire des recherches sur lui, d'en apprendre un peu plus sur sa carrière musicale. Tu as été curieux oui, ça a été « drôle » de voir les conneries que les magasines ont pu écrire sur lui. C'était avant que tout s'écroule autour de toi et vous aviez des plans à l'université tous les deux, il y a eu le concert de noël et d'autres en préparation. C'était vraiment agréable de travailler avec lui, de voir une approche différente du côté musical, tu en apprenais de Max. Malheureusement c'est terminé tout ça. Tu as coupé court à tes relations sociales et tu travail après l'accident. C'est là que tu as pour la première fois de ta vie, eu du temps pour toi. Le temps de penser, de pleurer, d'imaginer, de rêver et surtout, de sombrer. Sombrer devant la télévision qui fonctionne quasi tout le temps simplement pour avoir un fond sonore. C'est devant celle-ci que tu as pu effectivement voir que Max était bien occupé. « Félicitations pour votre Grammy Award d'ailleurs. » Ajoutes-tu avant de reprendre ta cigarette entre tes lèvres et fumer tranquillement.

Ce n'est pas parce que tu t'es coupé du monde que tu ne sais pas comment est-ce que celui-ci va. Tu t'es coupé du monde pour éviter les gens, les réactions déplacés, les regards plus de pitié. D'ici quelques mois, quand tu pourras marcher, ça ira mieux, ça sera plus simple mais en attendant, tu ne veux pas bouger de chez toi si ce n'est pour les séances de rééducation à l’hôpital. La simple idée de croiser quelqu'un que tu connais en ville alors que tu es sur un fauteuil roulant te rend malade. « Effectivement, je n'ai pas touché à la cuisine, le plan de travail est trop haut. » Ton ton est sec, sans que tu le veuilles, mais il l'est. « J'ai déjà quelqu'un qui me prépare à manger, c'est déjà assez rabaissant comme ça, pas question que vous vous y mettiez aussi. » Surtout si c'est pour qu'il fasse comme les médecins, à te préparer des repas diététiques qui ne donnent pas envie, mais qui sont pleins de bonnes choses. Pourquoi pas une pizza quatre fromages ? Peut-être parce que lorsqu'on te demande ce que tu veux manger tu ne dis rien, peut-être aussi parce que tu ne manges jamais en la présence de quelqu'un... Tu te mets tout seul des bâtons dans les roues. Tu n'aides pas ceux qui sont là pour toi et tu ne t'aides pas toi-même pas la même occasion. Il n'y a guère que Penny qui sache comment s'occuper de toi. « Si vous voulez m'aider, parlez-moi un peu de vous. » C'est vrai, tout le monde veut que tu parles de toi, mais tu n'en as pas envie, tu n'es pas de ceux qui parlent d'eux comme si c'était simple mais tu es quelqu'un qui écoute et qui conseille, enfin, tu étais, à voir maintenant... « Et les cigarettes. » Tu ajoutes aussitôt. « Personne ne veut m'acheter des cigarettes et je ne peux pas le faire... » Le simple fait de le dire, que tu ne peux pas le faire, ça te tue, c'est comme pour la cuisine, tu ne peux pas le faire, tu ne peux rien toucher en étant sur le fauteuil. Tu dois te réadapter à une vie qui ne te va pas, que tu ne veux même pas. Et pourtant tu dois le faire, pour Delilah, pour Penny et pour tes proches. Mais tu ne le fais pas pour toi.

_________________

You’re the train that crashed my heart.

Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
Max Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : People help the people || Lloyd H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2454
POINTS : 3846
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
People help the people || Lloyd Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 46 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Et l'envie de se lancer dans une nouvelle histoire d'amour avec une jolie blonde d'origine russe. Après tout, de call-girl à nouvelle femme, le chemin n'est pas si long que ça, non ?
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il est tellement infect, le cliché parfait de la rock-star, toujours en train de boire, avec une fille différente au bras...vous saviez qu'il avait eu un grave accident de voiture ? Moi je crois que c'est plutôt une overdose et qu'il veut éviter le scandale..Il n'est vraiment pas net, comme type.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

People help the people || Lloyd Empty
MessageSujet: Re: People help the people || Lloyd People help the people || Lloyd EmptyDim 24 Fév - 17:36

God knows what is hiding in this world of little consequence
Behind the tears, inside the lies
A thousand slowly dying sunsets

Pourquoi lui ? Bonne question en effet, que lui pose Lloyd. Max n’a pas vraiment de réponse, il n’est pas la personne la plus proche du professeur et ils se connaissent depuis peu de temps. Ils n’ont pas grand-chose en commun, en dehors de la musique, mais au demeurant, il a apprécié cette collaboration, tout comme il a vraiment aimé travailler avec les étudiants de Swansea. Lloyd lui est sympathique. Ça pourrait suffire à justifier le fait qu’il soit ici, mais ce n’est pas vrai, ce n’est pas pour ça qu’il reste. Peut-être que c’est déplacé, Max ne sait pas, c’est difficile de savoir quoi faire dans cette situation et quelle est la bonne attitude à adopter. Il voit bien que Lloyd est sur la défensive. Alors il médite un instant sa réponse, regardant fixement le contenu de sa tasse de café pour enfin essayer de formuler quelque chose. « Parce que je sais ce que c’est, de voir son monde s’écrouler autour de soi. De tout perdre d’un coup. » Ce n’est pas le même deuil, mais c’est similaire dans les conséquences. Max n’a pas été touché par l’accident qui a emporté sa fille, mais il l’a recréé. Et toute sa vie s’est arrêtée.  « Je ne dis pas que je comprends votre perte, mais je sais ce que ça fait, d’avoir mal, et de ne même pas savoir comment l’exprimer, parce que tout ça, c’est incompréhensible, alors comment est-ce qu’on pourrait résumer ça, pas vrai ? » Il n’y a rien à dire du manque, de l’absence, parce que justement, le néant, c’est rien, c’est impossible, ça n’existe pas.

Le débit est lent, le discours profondément anti-scientifique. Il n’est pas philosophe, il n’a que ses mots de musiciens, de type qui n’a pas fait d’études, pour en parler. « Y a rien de pire que d’avoir l’impression de parler la même langue que les gens, mais pas le même langage. Rien de pire que d’avoir besoin d’aide, mais de ne pas savoir quoi demander. » Ou de ne le savoir que trop bien. Personne ne rendra à Lloyd Jenkins sa femme, pas plus qu’on ne rendra jamais Melody à Max. Cette vérité est brutale. Elle fait mal. Certains s’accomodent de cet état de fait, de cet injustice. A la fin, ils font avec et la douleur s’atténue. Lui, ça le révolte toujours autant. Et pour quelqu’un à qui ça vient d’arriver, c’est encore plus terrible. Il ne sait même pas si Lloyd a réalisé. Il ne peut pas deviner, c’est différent pour tout le monde. « Vous pouvez m’envoyer valser, si vous voulez. Je ne vous en voudrais pas. » Mais Max ne peut s’empêcher de se souvenir de son propre cas. Il avait eu beau envoyer valser, lui aussi, toutes les personnes de bonne volonté, il aurait bien voulu que quelqu’un s’accroche. Il aurait bien aussi aimé que quelqu’un lui parle d’autre chose – peut-être que si on l’avait forcé à faire autrement, il s’en serait mieux sorti.

Ca a foiré pour lui, mais Lloyd a peut être de meilleures chances de s’en sortir. Alors il parle d’autre chose, lui aussi. « Merci. Je suis assez content de moi, même si en vrai, c’est surtout Nate et les autres lascars qui méritent les félicitations, je n’ai fait que les accompagner. C’est infiniment plus facile quand vous avez affaire à des gens talentueux. » Max s’amuse : « Et si vous en parliez à ma mère, elle vous dirait que c’est tout de même beaucoup moins difficile que de gagner le premier prix du concours floral organisé par le pasteur, surtout avec des pois de senteur. »

Et s’il essaye de ramener le sujet à Lloyd, le voilà qui se prend une réponse assez sèche. « Je ne vois pas vraiment ce qu’il y a de rabaissant à manger des œufs au bacon, mais comme vous voulez, je n’insiste pas. » Il joue volontairement l’imbécile, mais il compte aussi sur le fait que la nourriture d’hopital, ce n’est pas bon. Mais le professeur réussit à le faire taire en lui demandant de parler de lui. C’est curieux ; d’habitude, il ne fait que ça, parler de lui, Max, c’est son fond de commerce, même. Mais il ne dit jamais rien de lui, pour de vrai, quelque chose qui ne serait pas de la provocation, de la frime. C’est ça que Lloyd Jenkins demande, et ça, le musicien ne sait pas faire. Pas vraiment. « Parler de moi ? Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Je suis meilleur comme fantôme que comme être humain, vous savez. » Il secoue la tête lentement, à la recherche d’une meilleure réponse. « Je ne sais pas… si, tenez après tout, pourquoi pas. J’ai une amie qui a fait une connerie, une vraie belle connerie, j’ai du aller la chercher en prison parce qu’elle s’est battue avec une de ses profs – elle est étudiante au département d’art de la fac, vous voyez. Une histoire idiote, vraiment, elle a cru que cette prof racontait de sales rumeurs sur son frère, et elle a pété un câble. J’ai du aller la chercher en prison, vous vous rendez compte ? » Il sourit. « J’aimerais l’aider, mais elle ne me facilite pas la tâche, et elle va sans doute avoir une procédure disciplinaire à l’université. Ca je ne pourrais rien faire, à part lui dire comme ça se passe. C’est pour ça que je suis passé à la fac, je voulais vous demander comment ça se déroulait. » Max soupire. C’est un joyeux bordel, avec Yevgeniya, il ne sait même pas pourquoi il en parle à Lloyd, mais il ne voit que ça à raconter dans sa vie. « J’aimerais l’aider, mais elle ne me facilite pas la tâche. Remarquez, je ne me la facilite pas non plus. Qui tombe amoureux à quarante-six ans et après cinq divorces, pas vrai ? »

Le producteur n’a aucune idée de ce que cette histoire peut inspirer à Lloyd, à vrai dire, il est même gêné de s’être confié ainsi. « Excusez moi, je ne veux pas vous ennuyer avec mes problèmes sentimentaux. » Surtout dans ces circonstances, il n’y a pas pensé, mais ça risque de plus blesser Jenkins qu’autre chose. Foutu égoïsme à la con. « J’ai les coulisses des Grammy’s en stock, sinon, ça fera peut-être une meilleure histoire. Et euh… tenez. » Il pousse son paquet de cigarette vers Lloyd, et sa boite d’allumettes. « Vous en avez plus besoin que moi. Je vous en ramènerai la prochaine fois, aussi. » Ce qui suppose qu’il y ait une prochaine fois.

_________________

Redemptionkeep walkingAngels, give me shelter, 'cause I'm about to fall : it's all gone helter skelter...I'm not afraid : I'm gonna save us all.

People help the people || Lloyd 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire, Elizabeth & Fiona (4/3).

People help the people || Lloyd 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10046
POINTS : 5514
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
People help the people || Lloyd Tumblr_pzafd1prez1uiuipwo2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

People help the people || Lloyd Empty
MessageSujet: Re: People help the people || Lloyd People help the people || Lloyd EmptyLun 25 Fév - 0:25


I’d give anything to hear
You say it one more time
Max n'a pas tord, mais tu ne vas certainement pas le lui dire. Vous partagez tous les deux un  deuil profond qui certes, n'est pas le même, mais il a un impact sans précédents. Tu n'as rien à ajouter à ça car même si perdre sa fille n'est pas la même chose que perdre sa compagne Max est sans doute la personne la plus apte à comprendre ce que tu es en train de traverser. Après le décès de ta mère qui a été un choc, celui de ton ex-femme qui lui fut une surprise, maintenant, tu dois vivre avec le départ sans retour de la femme que tu aimes, Aloy. C'est au delà du choc ou de la simple surprise, il n'y a pas de mots pour décrire cet événement venu de nulle part. Toi, tu n'as pas le droit de t'écrouler, parce que ta fille compte sur toi, que tu te remettes sur pieds, ce qui est le cas de le dire afin que tu puisses t'occuper d'elle, de l'aider à grandir. Elle est évidemment entre des bonnes mains, mais ce ne sont pas celles d'Aloy et encore moins les tiennes et Delilah a besoin de toi tout comme elle a besoin de sa mère, mais elle ne l'aura plus jamais. C'est vraiment difficile de se dire qu'Aloy ne sera plus jamais là, que plus jamais ton téléphone ne va sonner avec un de ses messages ou un appel et contrairement aux films, tu n'as pas sauvegardé de messages de sa part sur ton répondeur. Tu as peur d'oublier le son de sa voix. Tous les jours, tu essaies de te le remémorer, tu y arrives jusqu'à présent, mais tu as peur de la suite. Suite que tu n'oses même pas envisager. Tu baisses les yeux, soupirant, ne cherchant même pas à lui répondre et ça, même si tu en aurais des choses à dire. Tu pourrais commencer par lui dire que tu n'as pas le droit de t'écrouler et ça, même si ton monde n'est plus, que malgré la présence de ta fille et de tes proches, tu songes souvent à abandonner le combat à peine commencé. Il y a toutes ses autres idées noires qui gravitent autour de toi et qui n'ont jamais été aussi présentes que maintenant, dans tes moments de solitude, tu te perds, parfois trop loin pour y voir une simple lueur de lumière mais pour une raison que tu ignores, tu reviens toujours à la réalité, aussi douloureuse soit-elle.

Tu secoues légèrement la tête, cette fois, en désaccord avec les mots de Max que tu prends certainement trop au sens littéral, mais tu ne penses pas autant qu'avant, tu ne vois pas les deux sens. « Je sais quoi demander mais je ne peux pas, ou je ne veux pas le faire. » Tu hausses les épaules, vaincu. Tu n'as pas ce désir de demander de l'aide parce que jusqu'à présent, tu as toujours pu tout faire seul, dans l'intégralité, même si parfois ça devenait compliqué, tu t'en sortais alors là... Maintenant, tu es à la merci du moindre problème, une roue de ta chaise qui bloque, un bouton trop haut, un câble coincé au sol, une broutille à acheter en ville, tu ne peux pas t'occuper de tout ça seul. Tu as obligé de demander de l'aide ou alors, tu attends des heures sans bouger que quelqu'un vienne à ton secours sans que tu n'aies rien demandé. Ça fonctionne aussi. Tu te sens inutile mais tu ne peux absolument rien faire de plus. « Je ne suis pas comme ça, je n'envoie pas valser les gens comme vous dites. » Non, tu n'es pas comme ça, toi, tu ne fais rien, tu ne dis rien, tu restes passif, quand quelqu'un sonne à la porte, normalement tu n'ouvres pas, quand ton téléphone sonne, tu ne réponds pas etc... Les gens essaient, une, deux, parfois trois fois et après, ils abandonnent et n'essaient plus. Tes proches arrivent à avoir de tes nouvelles, par Penny ou par ton infirmier qui est du genre bavard, d'ailleurs, ils essaient souvent de venir lorsqu'il est ici, parce que lui, il ouvre la porte, mais tu trouves toujours une excuse pour ne pas les voir, les éviter.

« Comment va Nate ? » La question est immédiate, ça fait longtemps que tu n'as pas eu de ses nouvelles, tu n'as pas osé en prendre et en ce moment, avec Penny vous ne parlez pas des masses de lui, néanmoins, tu l'apprécies, c'est un brave garçon qui a traversé de sales périodes et tu espères qu'il en a terminé avec tout ça. Malgré ta colère, ta tristesse, tu arrives à trouver de la force pour parler des autres et ça t'arrange de ne pas avoir à dire ce que tu ressens, à parler de toi et à entendre des conseils maladroits sur comment tu dois agir. Personne n'a le droit de te dire comment est-ce que tu dois agir, toi-même, tu ne le sais pas... Tu vis au jour le jour, chose dont tu as horreur par dessus-tout, toi l'homme qui prévoit absolument tout. Tu ne prévoyais pas cette petite anecdote au sujet de sa mère non plus, elle te fait sourire, intérieurement parlant.  Tu n'ajoutes rien à ce sujet, profitant simplement du reste de ta cigarette avant de jeter ton dévolu sur ta tasse de café.

Tu gardes celle-ci contre tes lèvres à l'écoute de sa réponse qui n'est pas du tout celle que tu avais pu prévoir en prononçant tes derniers mots qui ont été durs pour toi. Max te surprend, il n'est pas comme les autres, il est un peu comme Penny, il sort du lot. Il ne lui arrive pas à la cheville, mais il est au dessus des autres que tu as pu voir jusqu'à présent. Tu ne sais pas si tu dois mal le prendre qu'il ne commente rien sur ton inaptitude à faire quoi que ce soit dans ta maison ou si au contraire, tu dois le remercier de ne pas être là pour s'acharner sur ton sort. Il évite soigneusement cette option en parlant d’œufs et de bacon. Il te donne faim, mais ça, tu te gardes bien de le dire. Cette conversation malgré tout le côté lourd que tu essaies de lui faire porter n'atteint pas le niveau que tu avais pu imaginer. La présence de Max à tes côtés te permet d'oublier un instant pourquoi tu es comme ça et surtout, tout seul. Il réalise ton souhait en se mettant à parler de lui-même, chose que tu n'imagines pas un instant compliquée pour lui vu son passif et même son présent. Néanmoins, tu tiques sévèrement sur ses mots lorsqu'il dit qu'il est meilleur fantôme qu'être humain. Tu lui dirais bien dans un élan orageux qu'il n'a qu'à rester fantôme afin qu'on puisse de rendre Aloy en tant qu'être humain, mais... Tu gardes ça pour toi, baissant à nouveau les yeux. Tu portes attention au reste de ses paroles du mieux que tu peux en essayant de comprendre et tu y arrives, maintenant tu sais pourquoi il est venu sonner à ta porte. Avec les quelques forces que tu te gardes, tu mets en ordre dans ta tête tout ce qu'il a pu te dire au sujet de son amie qui a pété un câblé et lui, qui voulait savoir comment ça allait se passer pour elle. « Attendez une seconde. Votre amie a fait quoi ? » Tu n'as jamais eu vent de cette histoire et tu trouves ça vraiment étrange, surtout si elle a été en prison. « Quand est-ce que tout ça s'est produit ? » Tu as besoin de savoir si c'était pendant que tu étais encore actif en tant que doyen ou non. Si ce n'est pas le cas, ça ne te regarde pas parce que c'est à la doyenne intérimaire de gérer mais ça reste quand même ton université. « Quoi qu'il advienne, il y aura une procédure disciplinaire et à la suite de celle-ci très certainement un renvoi et une éventuelle interdiction de ré-inscription dans l'établissement en question. » Tu es quasiment certain que l'exclusion ne sera pas évitée, d'autant plus que si la police s'est mêlée de cette affaire ça n'annonce rien de bon. Si tu étais à ton poste à cet instant précis, tu aurais passé du temps à délibérer sur le sort de son amie, non pas parce qu'elle est le coup de cœur de Max mais parce que tu es de ceux qui croient en une seconde chance et tu aurais certainement essayé de régler ça à l'amiable avant que ça ne dégénère. Malheureusement, avec la police et ton état actuel... Tu ne pourras rien faire si ce n'est conseiller Max. « Je pense que vous êtes bien placé pour savoir que l'amour ne prévient pas. » Après cinq mariages, il doit s'en être rendu compte, mais tu te demandes bien qui est cette fameuse personne qui a su faire tomber amoureux Max, une étudiante ? Il n'a pas pu la rencontrer en décembre, si ? Tu restes interloqué.

Tu abandonnes ta tasse de café vide sur la table à côté de toi et tu secoues négativement la tête, Max ne t'embête absolument pas avec ses histoires, au contraire, il te permet de te sentir un peu utile, il te force un peu la main sans le vouloir, mais ça t'aide, c'est un premier pas. Tu risques d'en faire cinq ou six en arrière dès qu'il va quitter la maison, mais pour le moment ce n'est que du positif. « Vous ne m'embêtez pas... » Dis-tu en haussant les épaules avant de lever enfin les yeux vers lui et de le voir pousser son paquet de cigarettes en face de toi, ainsi que des allumettes. Tu ne te fais pas prier et tu en allumes une nouvelle aussitôt. « Merci encore pour les cigarettes. » Dis-tu, le tube bien ancré entre tes lèvres alors que tu allumes le bout. « Vous pouvez me parler de ce que vous voulez, tant que vous n'essayez pas de jouer les psychologues pour savoir ce à quoi je pense. » Tu tires sur ta cigarette avec force, marquant la gravité de tes paroles qui s'apparenteraient presque à des menaces car même si tu te doutes qu'il ne va pas le faire, tu te fais un point d'honneur à le dire. De tout façon avec toi, c'est très simple, plus on te force, plus on t'en demande, plus tu recules et plus tu refuses. Pour le travail, on peut te demander tout et n'importe quoi, mais quand il s'agit de toi, non, absolument rien, surtout maintenant. C'est à toi de faire l'effort d'en parler et pas à quelqu'un de le faire à ta place.  

_________________

You’re the train that crashed my heart.

Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
Max Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : People help the people || Lloyd H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2454
POINTS : 3846
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
People help the people || Lloyd Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 46 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Et l'envie de se lancer dans une nouvelle histoire d'amour avec une jolie blonde d'origine russe. Après tout, de call-girl à nouvelle femme, le chemin n'est pas si long que ça, non ?
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il est tellement infect, le cliché parfait de la rock-star, toujours en train de boire, avec une fille différente au bras...vous saviez qu'il avait eu un grave accident de voiture ? Moi je crois que c'est plutôt une overdose et qu'il veut éviter le scandale..Il n'est vraiment pas net, comme type.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

People help the people || Lloyd Empty
MessageSujet: Re: People help the people || Lloyd People help the people || Lloyd EmptyDim 3 Mar - 17:46


God knows what is hiding in this world of little consequence
Behind the tears, inside the lies
A thousand slowly dying sunsets

Il y a des choses que Max pourrait dire, mais il s’abstient. C’est trop tôt ou Lloyd et lui ne sont pas assez proches, mais en tout cas, il n’a pas à les dire. Il comprend un peu, il voit les étapes par lesquelles le doyen passe, mais la vérité, c’est que pour la plupart d’entre elles, il faut les traverser seul. Il le sait. Il sait aussi que l’aide, on ne veut pas toujours la demander, alors il ne dit rien, il se contente de hocher la tête quand il entend Lloyd lui répondre qu’il n’a pas envie de solliciter les autres. Ne pas savoir, ne pas vouloir, c’est un peu la même chose, ou en tout cas ce n’est pas si différent : à la fin, il n’y a aucun soulagement possible, et on se contente de s’enfoncer. Et quand finalement on ose, il n’y a plus personne. Pour ça, il comptait bien rester dans le coin, malgré tout, et essayer de voir ce qu’il pouvait faire. Même si Max se doutait justement qu’il n’y avait pas grand-chose à faire. Mais quand même. C’était une question de principe.

« Si vous ne leur ouvrez pas la porte, ça a à peu près le même effet, vous savez. »
Max sourit avec douceur. Mieux valait dire cash aux gens qu’il n’avait pas envie de les voir, quitte à leur dire de revenir plus tard. Là, ils allaient continuer à venir, ne pas comprendre, se lasser, et à la fin, il n’y aurait plus personne. Mais il comprend aussi que ce n’est pas facile, et il ne peut trop rien dire : après tout, il a toujours plus ou moins fait ça, lui aussi. En réalité, en évitant le sujet. A la fin, à force de répéter qu’il allait bien, les gens ont fini par ne plus demander s’il gérait. Et en vérité, il ne gère absolument pas. En vérité, ça ne va pas du tout, et il aimerait bien qu’on lui en parle. Mais Max sait aussi que dans son cas, il n’y a pas de solution : personne ne lui rendra sa fille, et cette vérité, il n’arrivera jamais à l’encaisser. Certains y arrivent, font avec. Il espère que Lloyd Jenkins arrivera à se reconstruire et à passer à autre chose. Le producteur ne le dira jamais aussi brutalement, mais c’est le cas. Il ne peut souhaiter à personne de vivre la même chose que lui.

Pour autant, il ne sait pas bien comment et quoi dire, et il voit bien que le professeur n’a pas envie de parler de lui, de ça. En même temps, c’est assez légitime, tout le monde lui en parle, c’est impossible d’avancer dans ces conditions, surtout quand tout le monde y va de son avis. « Oh, vous connaissez Nate ? » Il hésite un instant avant d’aller plus loin. Ils ont un désaccord profond, lui et le chanteur, sur la drogue, mais c’est entre eux, et jamais Max ne se permettrait d’en parler à quiconque étranger à l’affaire. Question de loyauté. Comme il ne sait pas à quel point l’enseignant connait le Miles, il n’entre pas dans les détails. « Ca ne va pas trop mal, pour lui, content d’avoir son Grammy’s je suppose. Pour le reste, comme chaque tournée, c’est crevant, et ce qui est arrivé à Gwen ne l’aide pas vraiment. Je crois que faire une pause pour quelques semaines cet hiver a été pas mal, ça a permis au groupe de se reposer. » Une série de banalités. Autant qu’il puisse le faire en ne mentant pas – il n’a pas envie de faire ça à Jenkins, qu’il apprécie – mais en respectant la vie du chanteur.

Cela dit, si Max comprend que Lloyd n’ait pas envie de parler de lui, il aurait préféré ne pas avoir à évoquer sa propre personne. Il n’a jamais rien à dire sur lui, précisement, il parle toujours des autres, en bien, en mal, ou il blague, mais sur lui, rien ne filtre. Alors il fait autre chose, il parle de Yevgeniya. « Hem. Elle lui a cassé le nez et l’a menacé de morts, entre autres insultes. » Lloyd a l’air d’halluciner quand le producteur raconte ça. Vu de l’extérieur, le sociologue a réellement de quoi croire que Max sort avec une folle, et il n’espère même pas réussir à justifier ça. A vrai dire, il ne comptait même pas en parler à Lloyd. Avec l’accident, c’est totalement hors sujet, d’autant plus que Lloyd ne peut pas l’aider. « Oh, il y a seulement quelques jours. Une semaine, peut-être, je pense que c’est votre remplaçante par intérim qui doit gérer ça. » Et les informations que lui donne Lloyd ne sont pas de bon augure. Même si Max s’en doutait, ça ne lui fait pas plaisir. « Oui, je m’en doutais, avec ce qui s’est passé, j’avais imaginé la même chose. Vous ne me m’auriez pas demandé, je ne vous en aurai pas parlé, ça m’a l’air largement plié. » Il secoue la tête : Max a l’habitude de régler ce genre de problèmes, mais là il ne peut rien faire. D’habitude, il aligne de l’argent jusqu’à ce que la personne plie, ou il envoie des gens coller une baffe ou deux aux bonnes personnes. Tout est à vendre, tout s’achète. Pas là : il n’a pas le moindre contact à l’université de Swansea, sauf Lloyd, qui n’est pas du genre achetable, et le tabasser n'est pas envisageable, vu qu’il l’apprécie. Et de toute façon, ce serait très déplacé de demander ce genre de services, encore plus vu les circonstances. « Ca…en effet. » Oui, l’amour frappe sans prévenir, et il est bien placé pour le savoir. « C’est surtout que je pensais que cette fois j’avais appris de mes erreurs, mais bon…il faut croire que non. Enfin, si ça existait, des histoires d’amours simples, ça se saurait. »

Peut-être que s’ils se connaissaient mieux, il parlerait un peu plus de Yevgeniya, mais ce n’est pas forcément le moment, alors si Lloyd ne lui demande pas, Max préfère ne rien dire de plus – comment expliquer, déjà, comment il l’a rencontré ? Il n’est pas sûr qu’il comprenne. Même si le professeur lui assure que ça ne l’ennuie pas, il reste un peu sceptique. Même si c’est vrai qu’il doit en avoir marre qu’on lui parle de lui. « Je ne suis pas très bon pour me comprendre moi-même et j’ai une aversion assez profonde pour les professionnels de la psychologie et de la psychiatrie, ne vous en faites pas. » Ils fument trop tous les deux, mais ça sert : au moins à se donner une contenance, pour Max. Parce qu’il ne sait pas trop quoi dire, en fait. « Vous êtes sûr, pour les œufs au bacon ? Mon ex-femme – la première – disait que c’était le seul plat que je savais faire, mais que c’était la seule bonne raison qu’elle avait eu de m’épouser, comme je les réussissais bien. » Il sourit : « Comme ça, si vous avez du temps à perdre, je vous raconterai en même temps le reste de mon mélodrame sentimental, autant que j’essaie d’en rire un peu. »

_________________

Redemptionkeep walkingAngels, give me shelter, 'cause I'm about to fall : it's all gone helter skelter...I'm not afraid : I'm gonna save us all.

People help the people || Lloyd 482748114:
 



Dernière édition par Max Julliard le Sam 9 Mar - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire, Elizabeth & Fiona (4/3).

People help the people || Lloyd 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10046
POINTS : 5514
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
People help the people || Lloyd Tumblr_pzafd1prez1uiuipwo2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

People help the people || Lloyd Empty
MessageSujet: Re: People help the people || Lloyd People help the people || Lloyd EmptyDim 3 Mar - 18:56


I’d give anything to hear
You say it one more time
Quasiment oui, mais pas exactement le même effet, tu joues sur la nuance, peut-être qu'ils se disent que tu n'es pas là ou tout simplement que tu es occupé or, rien de tout ça. Tu es là, tu ne veux juste voir personne, enfin presque. Max est désormais dans la liste de ceux que tu acceptes voir. Il y est rentré facilement, il t'a eu aux cigarettes offertes. Mais plus sérieusement, il n'est pas comme les autres, déjà il ne te connaît pas, donc il ne va pas te rabâcher des « mais tu te souviens comment tu étais là... » ou des « Mais Lloyd, ce n'est pas toi ! » et c'est parfait. Tu n'as pas besoin de ça, pas encore, tu n'en es pas là. Pas encore à raconter des histoires sur ce passé qui est si proche qu'il en serait presque encore du présent dans ta tête. Là il est question d'avancer par petits pas afin d'éviter de reculer trop vite, tu as enfin le droit de faire les choses à ton rythme même si ça semble très lent. Ton besoin d'espace est devenu immense, ta solitude est quotidienne, elle pèse, surtout dans cette maison, mais tu dois passer par-là. Tu en as besoin. Tu commences d'ailleurs à savoir ce dont tu as réellement besoin pour avancer même si le formuler reste un mystère. Tout comme ton comportement, un mystère, un jour ça va a peu près, le lendemain, c'est horrible et ça oscille du jour au lendemain, laissant à chaque fois des séquelles. C'est souvent là que tu te renfrognes, que tu te perds dans tes pensées, que tu perds le chemin de la réalité avant que quelqu'un ne vienne te réveiller. Ta situation est instable, problématique aussi et pas simplement pour toi, mais aussi ceux qui passent du temps avec toi. Les dommages collatéraux que tu génères te font mal, tu te doutes bien que tu n'es pas une fleur et tu sais qu'encaisser ça, régulièrement, ça touche, ça fait mal mais tu ne sais pas encore comment remédier à ça... Mais tu en as conscience.

« Je n'irai pas jusqu'à dire que je le connais vraiment, mais on a déjà eu l'occasion de discuter tous les deux.  » Même si ça date, tu n'as pas oublié votre rencontre, au bord de l'eau, sur un banc. Ça n'a pas duré longtemps, mais tu as su faire passer un message, au sujet de Penny. Tu t'inquiétais énormément pour elle et par extension pour Nate, il était dans une très mauvaise passe. Tu espères que ça s'est arrangé et tu n'as plus eu vents de rien à ce sujet, donc pour toi, c'était bon. Max te rassure avec sa réponses mais tu n'en restes pas moins curieux, surtout au sujet de Gwen, que tu ne connais parce que vous n'aviez qu'un sujet au bout des lèvres lorsque vous vous êtes rencontrés, Penny. Tu pinces les lèvres, en quête des bons mots mais ceux-là ne viennent pas. Tu n'oses pas demander ce qu'il s'est passé avec Gwen parce que tu ne veux pas paraître trop curieux, si ça se trouve, ça ne te regarde pas. Tu optes pour un simple hochement de tête, espérant que cette pause fera du bien à tout le monde. Tu poseras quelques questions à Penny plus tard au sujet de Nate.

Vous basculez tous les deux sur un nouveau sujet qui te surprend énormément, surtout vu la gravité de celui-ci. Les actes de son amie sont limites choquants et tu as du mal à concevoir que pour des rumeurs ont en arrive aux mains et aux menaces de mort. Mais ce n'est que ton avis, tu es de ceux qui intériorisent et pas le contraire. Lorsque Max te dit qu'elle lui a cassé le nez, tu reste bouche bée et tu te dis qu'effectivement, le renvoi de l'université, quoi qu'il arrive sera effectif mais aussi et surtout applicable à vie. Ça plus les menaces de mort, elle vraiment fait fort. « Je pense que là, la décision sera irrévocable et il y a même des possibilités pour qu'elle soit plus dure encore. » Tu pinces les lèvres, tu ne vois pas comment la doyenne intérimaire pourrait en venir à une autre décision, enfin si, une plus dure comme tu viens de le dire, mais rien de plus léger qu'un renvoi à vie de l'université. Son amie vient de ruiner ses chances de faire quoi que ce soit au niveau universitaire cette année. « Je vous conseille fortement de lui dire de faire profil bas pour le reste de l'année si elle a éventuellement envie de poursuivre son cursus universitaire. » Avec un peu de chance, le bouche à oreilles des professeurs et étudiants n'aura pas été trop loin. Les rumeurs à l'université vont de bon train et les comportements de ce genre sont reportés, loin, dans des universités voisines. Ça entache les réputations et ça bloque les entrées par la suite. C'est malheureux, mais ça fonctionne comme ça. Tu te demandes comment est-ce que la doyenne remplaçante de Swansea va gérer cette affaire au niveau de la presse. Mais en attendant de pouvoir assouvir ton besoin de savoir, Max te fait sourire, même si tu ne devrais pas. « Si on devait apprendre de nos erreurs, ça se saurait... Malheureusement ce n'est pas aussi simple que ça et qui est là pour vous dire que vous faites une erreur actuellement ? » Tu lèves les yeux vers lui. « Simple ou pas, les complications finissent toujours par arriver. » Tu es bien placé pour le savoir, toi qui a toujours cherché la simplicité, le calme, tu l'as eu, mais pendant un temps et les choses se sont compliquées. Quand tu étais avec Aloy, au début c'était simple, frais, enivrant, vous faisiez tout ce que vous vouliez et puis, elle est tombée enceinte, tu étais l'homme le plus heureux du monde, comblé, mais pour elle c'était plus compliqué et depuis l'annonce de sa grossesse, ça a été plus difficile pour elle que pour toi, malgré ton aide constante. Comme quoi, les choses simples finissent toujours par se gâter.
Tu lui dirais bien qu'il doit profiter de la vie, de son amie pendant qu'elle est encore là, vivante, surtout si il a des sentiments pour elle, qu'il fonce, quitte à se faire mal. Parce que si tu avais su qu'Aloy allait mourir dans un accident de voiture avant de la rencontrer, tu aurais quand même choisi de vivre tout ça, à fond, juste pour la rendre heureuse, juste ça... la voir sourire après une surprise, après un « je t'aime » etc...

Tu ne dis rien. Tu le penses, mais tu penses surtout à Aloy et tu en perds ton sourire.

« Vous ne devriez pas, ils essaient de faire l'impossible en cherchant à comprendre nos mécanismes afin de nous aider, ce que vous, vous ne comprenez pas, eux ils peuvent y parvenir ou alors, simplement nous donner des clés pour y arriver. » Tu as de l'admiration pour ceux qui travaillent dans ce domaine, surtout depuis que tu dois voir quelqu'un, une fois par semaine. Tu n'es pas le patient de l'année, au contraire, tu donnes du fil à retordre à ton psychiatre. Il fait de son mieux pour t'aider, t'écouter et comprendre ton chagrin. Apparemment, vous avez beaucoup de travail tous les deux selon ses dires et tu n'en doutes pas une seconde. « J'accepte les œufs au bacon mais je suis très critique pour la cuisine, donc ne vous attendez pas à ce que je sois aussi gentil que votre ex-femme. » Tu es plus détendu, malgré les hauts et les bas de la conversation que vous avez, tu arrives à accepter son offre pour te nourrir, chose que tu avais (volontairement) oublié de faire aujourd'hui puisque que le café ne constitue pas un vrai repas... « J'attends avec impatience vos histoires en tout cas. » Tu dis ça avant de jeter ton mégot dans le cendrier posé sur la table, tu prends ensuite les cigarettes que tu mets sur tes genoux avec les allumettes et tu débloques ton fauteuil laissant Max passer devant pour ouvrir la porte de la terrasse.

_________________

You’re the train that crashed my heart.

Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
Max Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : People help the people || Lloyd H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2454
POINTS : 3846
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
People help the people || Lloyd Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 46 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Et l'envie de se lancer dans une nouvelle histoire d'amour avec une jolie blonde d'origine russe. Après tout, de call-girl à nouvelle femme, le chemin n'est pas si long que ça, non ?
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il est tellement infect, le cliché parfait de la rock-star, toujours en train de boire, avec une fille différente au bras...vous saviez qu'il avait eu un grave accident de voiture ? Moi je crois que c'est plutôt une overdose et qu'il veut éviter le scandale..Il n'est vraiment pas net, comme type.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

People help the people || Lloyd Empty
MessageSujet: Re: People help the people || Lloyd People help the people || Lloyd EmptyDim 10 Mar - 19:11


God knows what is hiding
In this world of little consequence
Behind the tears, inside the lies
A thousand slowly dying sunsets

Gérer le deuil, ce n’est pas facile. Max le sait. Il espère pour Lloyd qu’il sera plus solide que lui, parce que si Max est fier et qu’il a ravalé tous ses sanglots, il sait que sa position n’est pas enviable pour autant, et il ne la souhaite à personne. Oui, il souhaite au professeur de se reconstruire, de traverser ça, de s’en remettre. Pour l’instant, il n’en est pas là, Lloyd Jenkins, il n’en est qu’au début, au stade où ils peuvent se comprendre tous les deux. Au stade où le deuil est insupportable et où parler d’autre chose fait du bien. Alors rapidement, la conversation roule sur autre chose. Nate, d’abord. « Finalement, vous avez un sacré passif avec les musiciens, vous. » Max sourit, continuant à tirer sur sa cigarette. « Ça ne vous a vraiment jamais intéressé, comme carrière ? » Certes, ça, ce n’est pas parler de lui, mais ce n’est pas parler du deuil de Lloyd non plus. Et c’est un moyen de raccrocher sur ce qu’ils ont véritablement en commun, la musique. L’université, Max s’y sent à l’aise quand il travaille avec les jeunes. Les cours, il ira à la rentrée prochaine, parce qu’il a dit qu’il le ferait, mais ça ne l’enthousiasme pas plus que ça. Le point de contact entre eux, c’est définitivement la musique.

Même s’il est reconnaissant à Lloyd de lui donner son avis pour Yevgeniya. Même si ledit Lloyd a l’air épouvanté de ce qu’a fait Ivy. C’est sans doute une autre illustration de la différence qu’il existe entre leurs mondes et entre leurs personnalités, parce que si Max considère que c’est une connerie et que Yevgeniya est allée trop loin, indubitablement, il comprend, lui, pourquoi elle a réagi comme ça. « Je vois. » Il n’en dit pas vraiment plus sur la sanction. Comme il l’a dit à Lloyd, c’est ce qu’il avait imaginé. « D’après ce qu’elle m’a dit, je pense qu’elle n’aura pas les moyens pour une deuxième année, de toute façon. Je crois qu’elle ne savait même pas elle-même si elle pourrait continuer. » Il hausse les épaules. « J’aurais pu l’aider à payer, si elle n’avait pas déraillé à ce point. Même pour protéger son frère…enfin, laissez tomber, je crois que ni vous ni moi n’y pouvons plus quoique ce soit. » C’est déjà bien qu’il ait pu la sortir de prison, estime Max. Il fait comme il peut, gérant les choses comme elles viennent. Lloyd n’a pas tort : les complications arrivent toujours, à un moment ou un autre. Mais il n’insiste pas trop, parce qu’il voit le regard de Jenkins se perdre un peu, et honnêtement, Max se demande si parler de ça est une si bonne idée, c’est moche de lui mettre dans les dents une histoire d’amour actuelle alors qu’il vient de perdre la femme qu’il aimait.

Peut-être qu’il devrait, cependant, parce ce que Lloyd lui met dans la tête, sans doute sans le vouloir, ne plait guère à Max. Non, il ne veut pas voir un psy, non, il ne veut pas qu’on le comprenne. Qu’est-ce que ça lui apporte, qu’on le comprenne ? Il ne veut pas comprendre pourquoi il a mal et pourquoi il n’arrive pas à passer à autre chose. Qu’est-ce que ça lui apporte, lui, de savoir qu’il a ce qu’ils appellent des bad coping mechanisms et pourquoi il les a ? Ca ne change rien d’être compris, ça ne va ramener personne. Il ne veut pas de ça, il veut qu’on lui rende sa fille. Mais personne ne va le faire, ça n’arrivera pas. Peut-être que Lloyd sera plus fort que lui. Peut-être que ça lui sera utile. « Moi, ça ne me sert à rien. J’espère que ça sert à d’autres gens, j’espère que ça pourra éventuellement vous servir. Mais ça ne marche pour moi, ce genre de choses, alors on ne sera pas d’accord. » Il suggère alors doucement, avant qu’ils ne rentrent : « Peut-être qu’on peut faire comme ça, vous et moi. On ne parle du deuil du personne et on se concentre sur les vivants. Ca vous va ? » Il veut bien, lui, Max, ne pas parler du deuil de Lloyd, mais il est incapable, encore aujourd’hui, de parler du sien.

Autant faire la cuisine. Alors il accompagne Lloyd, retirant sa veste qu’il abandonne sur une chaise de la cuisine. « Ma fille a survécu 21 ans à cette alimentation, je suppose que vous survivrez aussi. Mais si vous voulez commencer une carrière de guide gastronomique, je maintiens que je suis très fier de ce plat, vous m’en direz des nouvelles. » En bras de chemise, il dégaine une poêle et de l’huile, avant de s’emparer d’œufs et de bacon fumé. « Ah oui, c’est juste, j’ai promis une séquence feu de l’amour. Si je vous raconte chacun de mes mariages, j’en ai pour deux semaines, donc je pense que je pourrais plutôt découper ça en épisodes. »

Il se marre tout seul, Max, en racontant ça : bavard comme il est, il peut tenir jusqu’à ce que les œufs aient fini de cuire. « Bon, alors, vous voyez, l’amie dont je vous parle... » Il découpe le bacon, impassible, sans regarder Lloyd, et le met à cuire, le surveillant du coin de l’œil. « Au départ, on était juste amis, justement, même s’il y a pu y avoir quelques écarts. » Max s’empare de deux œufs, qu’il casse dans la poêle, avant de retourner le bacon pour cuire l’autre face. Il soupire, observe les œufs cuire lentement.  C'est une version édulcorée, mais il ne va pas raconter à tout le monde la vie de Ivy non plus. « Mais il semble que je sois un peu trop romantique et sentimental. Et…voilà. Elle compte pour moi. Je crois que c'est réciproque. C’est pour ça que j’ai payé sa caution, que je suis allé la chercher en prison. Mais c’est compliqué, parce que clairement, ce n’est pas une rencontre conventionnelle, et puis elle a peur que je la laisse, et de cet engagement. Ca s'est mal passé, pour elle, avant, alors dès qu'on parle sérieusement, il n'y a plus personne. » Le producteur soupire de nouveau et attrape deux assiettes, servant les œufs et le bacon. « Voilà, maintenant, du sel, un peu de poivre, et si vous avez du ketchup…magnifique, ce sera parfait. Où est-ce que vous rangez le reste de vos couverts, vous allez pouvoir m’en dire des nouvelles. »

_________________

Redemptionkeep walkingAngels, give me shelter, 'cause I'm about to fall : it's all gone helter skelter...I'm not afraid : I'm gonna save us all.

People help the people || Lloyd 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire, Elizabeth & Fiona (4/3).

People help the people || Lloyd 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10046
POINTS : 5514
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
People help the people || Lloyd Tumblr_pzafd1prez1uiuipwo2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

People help the people || Lloyd Empty
MessageSujet: Re: People help the people || Lloyd People help the people || Lloyd EmptyDim 17 Mar - 23:04


I’d give anything to hear
You say it one more time
La musique en tant que carrière ? Tu n'y as jamais pensé, même lorsque tu étais gamin, tu savais que tu allais devenir professeur. Certes, à l'université tu as eu l'occasion de te focaliser sur le musique avec tes colocataires. Une belle histoire lorsque tu étais jeune, vous aviez un sacré groupe d'amis, des artistes pour la plupart, peintres, photographes et autres musiciens et toi, en sociologie. Vous aviez tous votre petit caractère, tu avais le rôle du père (surprenant, non). Enfin, on t'a proposé à cette époque là de changer de voie, de rejoindre le petit groupe de musique de l'étage et de basculer en musique parce que tu savais très bien  jouer du piano, tâtonner de la guitare et tu avais le sens du rythme. Vu ce que tu es devenu aujourd'hui, tu as refusé, tu étais focalisé dans ce que tu voulais faire, être professeur, enseigner, partager ton savoir et aider au mieux ce qui en ont besoin. Tu n'as pas oublié la musique pour autant, tu es toujours resté en contact même après avoir abandonné le piano durant de nombreuses années, là, il est de retour, trônant fièrement dans le salon. « Non, j'avais un rêve, devenir professeur, je l'ai gardé et la musique restait une simple passion à côté, je doutais pouvoir mêler les deux sans que ça ne devienne difficile. » Bah oui, tu aurais pu être professeur de musique, mais non, ça n'aurait pas été avec toi, pour x raisons que tu ne nommeras pas, la sociologie c'est tout simplement parfait pour toi.

Vous en revenez une dernière fois sur son amie, son dérapage parfait. Tu hausses les épaules à ton tour. « Si elle ne pouvait pas poursuivre ses études, au moins, elle a su y mettre fin avec originalité. » Ce n'est pas du tout ton type d'humour mais tu t'y essaies. ça semble néanmoins triste de savoir qu'elle n'aurait pas pu poursuivre ses études pour des soucis d'argent,car même si elle a eu l'air de refuser l'aide de Max, il y en a des tas d'autres auxquelles elle peut avoir droit si elle fait des demandes et qu'elle est éligible. Il aurait simplement fallu prendre contact avec les institutions concernées et voir même passer par l'université pour être bien guidée. « Malheureusement je pense que là, plus personne ne pourra l'aider après ce qu'il s'est passé. » S'en est terminé pour elle si elle désire reprendre ses études plus tard lorsque éventuellement elle en aura les moyens. C'est bien dommage de réduire à néant une telle opportunité. Et en parlant d'opportunité, vous basculez sur le sujet de la psychologie, sur vos expériences et surtout, vos avis à ce sujet qui sont divergents. Tu comprends celui de Max, c'est vrai que la thérapie de la parole n'a pas toujours su guérir tous les maux. Des personnes ne peuvent pas rester à discuter de ce qu'il ne va pas dans leur vie à attendre une réaction ou à se prendre un ordonnance de médicaments qui vont altérer leur jugement et même, leur vie en général. Aujourd'hui, il a des tonnes de manières différentes pour gérer ses problèmes, le classique ne suffisait plus apparemment. Les gens ont besoin de trouver un peu de calme et de repos par tous les moyens possibles. « Je pense que ça doit servir oui. » Dis-tu simplement avant de hoches la tête, accepter sa proposition de ne parler du deuil de personne et de passer à autre chose, les vivants. Vous l'êtes tous les deux et sa conquête amoureuse du moment aussi et elle va devenir votre sujet de conversation pendant que Max va te préparer son fameux plat. « 21 ans à simplement manger des œufs et du bacon ? » Demandes-tu avec un sourire en coin alors que tu t'approches en fauteuil pour te mettre du côté cuisine étant donné que tu es trop bas pour voir ce qu'il se passe de l'autre côté du plan de travail. Tu bloques ton fauteuil et tu restes dans ton coin, observant Max s'affairer à trouver les outils et ingrédients nécessaires à son repas. « Va pour les épisodes. » Tu dois avouer que tu es vraiment intrigué, Max semble avoir eu une vie bien plus que palpitante et ça, surtout en amour, de ton côté, tu as du mal à t'imaginer plusieurs mariages même si tu as déjà du divorcer mais alors lui, il a donné.

Au départ c'est souvent le cas, une simple amitié qui dérape, ou peut-être que le mot est mal employé mais au final, l'amitié évolue qu'on le veuille ou non, c'est ce qu'il s'est passé avec Aloy. Vous avez commencé entre deux collègues à partager une voiture pour les trajets Tenby/Swansea à des amis qui partageaient des repas à la fin du boulot pour passer à l'étape du couple officiel. Tu baisses les yeux un moment, laissant de côté l'observation des talents de cuisine de Max pour te perdre encore et toujours dans des pensées néfastes. « Attendez une seconde, que je résume la situation, vous étiez amis, ça a dérapé ? Vous avez commencé à avoir des sentiments pour elle que vous pensez réciproques. » Tu marques une pause mettant de l'ordre dans tes pensées. « Vous allez la sortir de prison en payant sa caution et après vous m'avez perdu. » Tu ne comprends pas la suite, certes, il te dit bien que c'est une relation compliquée, hors du commun mais tu as l'impression qu'il te manque des cartes en mains afin de pouvoir comprendre. « Je me permets juste de dire, que compliqué ou pas, j'en connais peu des hommes qui seraient allés payer une caution pour un coup de cœur. Vous vous impliquez largement. » Tu dis ça comme ça, mais tu en es persuadé et puis si Max a fait ça, même si il semble avoir des moyens pharamineux, c'est quand même un sacré signe de son attachement, non ? Tu le vois comme ça en tout cas. « Tiroir juste au dessus des casseroles. » Réponds-tu rapidement, attendant avec impatience ses explications et oubliant un peu le repas sur le coup.

_________________

You’re the train that crashed my heart.

Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
Max Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : People help the people || Lloyd H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2454
POINTS : 3846
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
People help the people || Lloyd Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 46 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Et l'envie de se lancer dans une nouvelle histoire d'amour avec une jolie blonde d'origine russe. Après tout, de call-girl à nouvelle femme, le chemin n'est pas si long que ça, non ?
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il est tellement infect, le cliché parfait de la rock-star, toujours en train de boire, avec une fille différente au bras...vous saviez qu'il avait eu un grave accident de voiture ? Moi je crois que c'est plutôt une overdose et qu'il veut éviter le scandale..Il n'est vraiment pas net, comme type.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

People help the people || Lloyd Empty
MessageSujet: Re: People help the people || Lloyd People help the people || Lloyd EmptyDim 31 Mar - 17:28

God knows what is hiding in this world of little consequence
Behind the tears, inside the lies
A thousand slowly dying sunsets

Finalement, même s’ils parlent de Yevgeniya et que c’est compliqué pour Max, la conversation finit par devenir bien plus légère que ce à quoi il s’attendait finalement. Il faut dire que comparer au deuil, rien ne parait grave, en général. Un instant, il fixe le professeur, interloqué par sa blague – se demandant même si Jenkins a essayé d’être drôle intentionnellement ou non. En tout cas, le producteur trouve la plaisanterie réussie, et il ne met pas longtemps à exploser de rire. « Oui, effectivement. Je crois qu’elle aurait pu faire une grande carrière dans le théâtre, si elle n’avait pas choisi d’être artiste. » Il lui a déjà dit, à Yevgeniya, que cette manie du spectaculaire allait lui causer des problèmes, mais Max sait aussi qu’il est inutile d’essayer de changer les gens. Même s’il serait bon que Ivy se calme un peu, parce qu’il y aura un moment où même lui ne pourra plus l’aider. « Elle a un sacré caractère, il faut l’avouer. » Ajoute-t-il. Parfois, il ne comprend pas et il n’approuve pas, mais Max ne peut nier qu’il adore le caractère flamboyant de la russe. Même si clairement, cette fois, il est au bout des excuses qu’il peut lui trouver. « Est-ce qu’elle pourrait se réinscrire ailleurs ? Je veux dire, est-ce que l’interdiction vaudra pour toutes les fac, si elle est prononcée, ou seulement pour Swansea ? » Parce que à la limite, Cardiff, ce n’est pas si loin de Tenby, et lui, il veut bien aider la jeune femme.

Heureusement qu’ils ont la vie sentimentale de Max, finalement. Le ton finirait peut-être par monter s’ils restaient à parler de ces histoires de psys, parce qu’ils n’ont manifestement pas la même vision des choses. Ce n’est pas vraiment un reproche : chacun fait comme il peut pour gérer son deuil, le producteur le sait bien, c’est précisément pour cela qu’il ne veut pas qu’on lui explique comment faire avec sa propre douleur. Il n’a pas non plus envie d’expliquer la vie à Lloyd, ni d’entamer une discussion dont ils ne sortiront pas d’accord. Il est donc plus que content qu’il accepte sa proposition de ne parler du deuil de personne et de passer à autre chose. A savoir la cuisine, et donc la vie sentimentale de Max. Le DJ sourit, amusé, en parlant justement de ses talents de chef. « J’exagère un peu, je ne me débrouille pas mal avec les recettes italiennes. » Il ajoute avec bonhomie : « Quand j’ai commencé à être un peu connu comme pilote – j’étais en F3, à ce moment là – Ferrari m’a embauché comme pilote d’essai. J’ai vécu pas mal de temps entre Maranello, vers Florence, c’est là qu’ils ont leur siège, et Londres, alors forcément, je ne me débrouille pas trop mal. Mais il faut plus de préparation. La prochaine fois je vous ferrais des cannelloni au chèvre et à la tomate, vous m’en direz des nouvelles. »

En attendant, il se concentre sur ses œufs au bacon et sur l’histoire qu’il essaie de raconter. Une fois le plat prêt, et les couverts récupérés, il dispose le tout sur la table, continuant à essayer de résumer pour Lloyd, qui a un peu de mal à suivre. En même temps, il faut dire que Max édulcore volontairement ce qu’il raconte. Il a en effet un doute sur le fait que le professeur d’université soit prêt à entendre sans juger que la personne avec qui il parle fréquente des call-girl. Ils s’installent, et il mange un peu, essayant d’expliquer : « Eh bien…pour faire simple et résumer, elle n’a eu qu’un seul conjoint, ou petit ami, appelez ça comme vous voulez, avant de me rencontrer. Et ça ne s’est pas bien fini. Du coup, elle a peur de souffrir à nouveau, je pense, et donc de s’engager dans une vraie relation. C’est compliqué. On se voit de temps en temps, de façon un peu épisodique…là, depuis que je l’ai sortie de prison, je n’ai plus de nouvelles, par exemple. » Max sourit d’un air un peu triste. Il a du mal à expliquer pourquoi il s’acharne, mais il a envie de continuer, justement, à s’acharner. « Je lui ai promis de l’attendre et de lui laisser du temps. Les choses se font, petit à petit, mais c’est difficile. » Il regarde son assiette, sourit encore. « J’essaie de lui donner un peu confiance…parce que je ferais vraiment n’importe quoi pour elle, parce que ça en vaut la peine, et c’est presque normal, même de payer cette caution. » Gêné, il se demande s’il n’en dit pas trop. Il n’est pas dans les habitudes de Max de se confier autant, surtout pas à quelqu’un qu’il connait moyennement bien, comme Lloyd, même s’il apprécie l’enseignant. Alors le producteur choisit de ne pas trop s’éterniser et de détourner un peu la conversation, histoire aussi de ne pas jeter à la face de Jenkins une histoire d’amour bien réelle alors que la sienne s’est terminée si brutalement et si récemment. « Alors, verdict ? Ces œufs ? Ils sont comment ? » Lui en est assez content, mais Max est rarement déçu de sa propre cuisine, il veut bien l’avouer. « Je peux vous demander quelque chose ? » Il ajoute, un peu hésitant : « Ca vous dérange si on se tutoie ? Dans mon milieu, on tutoie tout le monde, je ne sais pas comment c’est à l’université, mais je pense qu’au bout d’un moment, je vais y passer naturellement, alors je préfère vous prévenir. »

_________________

Redemptionkeep walkingAngels, give me shelter, 'cause I'm about to fall : it's all gone helter skelter...I'm not afraid : I'm gonna save us all.

People help the people || Lloyd 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Lloyd Jenkins
Lloyd Jenkins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Muire, Elizabeth & Fiona (4/3).

People help the people || Lloyd 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 10046
POINTS : 5514
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016
People help the people || Lloyd Tumblr_pzafd1prez1uiuipwo2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : cinquante ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

People help the people || Lloyd Empty
MessageSujet: Re: People help the people || Lloyd People help the people || Lloyd EmptyLun 22 Avr - 20:46


I’d give anything to hear
You say it one more time
Une femme avec du caractère, que demande le peuple ? Tu souris en coin en l'entendant dire ça, tu t'en serais largement douté vu ses réactions après de simples paroles. Effectivement, le théâtre aurait pu lui aller surtout si elle a tendance à réagir de manière inconsidérée quelque soit les situations. Peut-être qu'elle devrait d'ailleurs, là certainement les universités seraient peut-être plus aptes à l''accepter vu l'écart qu'elle vient de faire car la question de Max te fait te poser quelques questions à ce sujet. « Normalement, elle devrait pouvoir se réinscrire partout sauf à Swansea, mais je pense que les universités ne manqueront pas de faire un petit background check si vous voyez ce que je veux dire, alors à moins qu'elle possède des notes exceptionnelles ainsi que des appuis de professeurs, ça va être compliqué pour elle surtout si elle veut se rendre dans une université de renom. » De renom ou de grande ampleur, ils seront intransigeants avec elle et si elle garde ce fameux caractère, tu ne sais pas comment elle va savoir se débrouiller sous la pression, tu sais comment ça fonctionne, tu as baigné là-dedans lorsque tu étais à Londres. « Peut-être viser un cursus à l'étranger ou à distance ? » Tu proposes une solution celle qui te semble la plus correcte, si elle travaille de chez elle et qu'elle ne se rend qu'à l'université pour les examens, ça devrait pouvoir se négocier facilement et si elle veut aller à l'étranger, il doit y avoir des tonnes d'universités qui ne font pas de réelles recherches sur le passé des étudiants. Quoi qu'il en soit elle va bien pouvoir trouver une solution à son problème quoi qu'elle décide Max a l'air bien décidé à lui offrir son aie coûte que coûte.

Lentement tu hoches la tête, tu te doutais bien qu'il n'y avait pas que ça, tu n'en restes pas moins surprit d’apprendre qu'il maîtrise les repas italiens, ça tombe bien parce que de ton côté tu te débrouillais pas mal non plus. Tu adorais faire des pizzas maison avec l'aide d'Aloy. Ça fait longtemps que tu n'as plus été aux fourneaux et évidemment que ça te manque tellement que tu te souviens même du dernier repas que tu as concocté. « Vous m'épatez, vraiment, que ce soit votre carrière ou le reste... » Dis-tu subitement, posant tes mains sur les accoudoirs de ton fauteuil fin de reposer un peu tes bras. Tu es content d'en apprendre plus sur Max sortant de sa bouche et non pas d'internet ou de celle des autres. Cet homme a vraiment beaucoup de choses à t'apprendre sur lui et tu as hâte. « J'attendrai avec impatience votre prochaine visite alors. » Max doit être l'une des seules personnes de ton entourage qui arrive réellement à te donner envie de manger quelque chose. Tu rumines à chaque fois qu'on te propose un repas, même si il a été concocté avec amour, tu n'en doutes pas, l'appétit n'est pas là. Avec Max tu ressens une certaine passion pour la cuisine qui en est clairement une pour toi, il suffit de te voir comment est-ce que tu te démènes lorsque quelqu'un est invité à la maison. Enfin, c'était avant, mais tu as toujours su ravir le plais de tous tes invités et ça, même lorsqu'ils étaient nombreux, une grosse pensée pour le dernier noël que tu as passé en compagnie de toute la petite famille d'Aloy, tu étais le cuisinier en chef et personne n'avait le droit de mettre un pas dans ta cuisine et le repas avait été tout simplement parfait. Tu avais pris un immense plaisir à recevoir des compliments et à voir des expressions ravies après quelques coups de fourchettes.

Tu te perds ensuite, dans ses mots servant d'explications et tu as l'impression qu'il te manque des choses afin de pouvoir comprendre complètement, tu es perdu. Heureusement Max revient sur ses propos t'offrant un résumé qui a le mérité d'être clair, tu as encore quelques questions mais tu les gardes pour le moment. Tu es intrigué sur l'idée qu'elle n'a eu qu'un seul conjoint est-ce qu'elle est vraiment très jeune comme tu l'imaginais au début, est-ce qu'elle a eu une très longue relation avec un homme qui a manifestement mal terminée ou est-ce qu'il s'est passé autre chose ? Il y a tellement de scénarios possibles et imaginables que tu préfères ne rien dire, tu en sauras plus dans un avenir proche, tu le sais. « Je pense qu'elle doit vraiment douter si elle n'a pas cherché à vous contacter depuis la prison. » Tu t'imagines une seconde à la place de cette jeune femme, ou pas, tu n'y arrives pas... Mais si elle reste en retrait c'est qu'il y a quelque chose, donc tu en déduis qu'elle doute, surtout i sa dernière relation s'est mal finie. « C'est compliqué comme situation, plus vous en parlez et plus je comprends, après comme vous dites, il faut attendre et voir comment les choses vont se profiler, les cartes sont entre ses mains. » Tu hausses les épaules, ça t'embête de voir l'air triste de Max sur son visage mais tu ne sais pas comment le rassurer, tu ne sais pas quels conseils lui donner parce que tu as peur de lui dire une connerie. Selon toi, il devrait attendre et envisager le pire pour ne pas être trop déçu si elle ne revient pas à ses côtés, mais tu n'oses pas le lui dire car tu sais la douleur que ça vaut de ce comporter de la sorte. « De la confiance et du temps, vous faites les bons choix. » Tu tentes en quelques mots de la rassurer, tout du moins d'essayer, sans pour autant lui dicter une conduite à tenir, tu n'es pas doué pour ça non plus. En attendant, tu te rabats sur l’assiette posé devant toi que tu prends sur tes genoux afin de t'éviter de te faire mal au dos. Tu dégustes quelques bouchées sans un mot, tel un grand critique et tu termines par hocher la tête. « Délicieux. »  Et tu ne mâches pas tes mots, ils le sont vraiment. Tu termines ce que tu as dans ta bouche et tu hoches la tête de haut en bas. « Parfait pour moi. » Tu pensais bien que ça allait arriver à un moment ou à un autre, vous n'alliez pas passer votre vie à vous vouvoyer. Tu n'es pas son professeur de toute façon et ici vous êtes là entre adultes et non pas professeur-étudiant. Vous êtes plus proches d'être des amis qu'autre chose.

_________________

You’re the train that crashed my heart.

Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
Max Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : People help the people || Lloyd H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2454
POINTS : 3846
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
People help the people || Lloyd Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 46 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Et l'envie de se lancer dans une nouvelle histoire d'amour avec une jolie blonde d'origine russe. Après tout, de call-girl à nouvelle femme, le chemin n'est pas si long que ça, non ?
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il est tellement infect, le cliché parfait de la rock-star, toujours en train de boire, avec une fille différente au bras...vous saviez qu'il avait eu un grave accident de voiture ? Moi je crois que c'est plutôt une overdose et qu'il veut éviter le scandale..Il n'est vraiment pas net, comme type.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

People help the people || Lloyd Empty
MessageSujet: Re: People help the people || Lloyd People help the people || Lloyd EmptyDim 5 Mai - 0:47

God knows what is hiding in this world of little consequence
Behind the tears, inside the lies
A thousand slowly dying sunsets

« Je vois. Peut-être qu’elle pourrait faire ça, effectivement. Merci de vos conseils. C’est gentil à vous. Tout le monde ne l’aurait pas fait, vu son attitude… » Même si Lloyd a eu l’air assez choqué par cette histoire, il ne l’a pas trop montré et il n’a pas traité Max de fou, ni jugé Ivy. Définitivement, le Julliard a fait ce qu’il a pu pour Yevgeniya , et la réponse que lui renvoie Lloyd ne le surprend pas vraiment. Harry avait prévenu le producteur, et la jeune femme avait l’air résigné quant à la fac. Tant pis, il lui en reparlera, à l’occasion, s’ils le peuvent. En attendant, c’est plutôt intéressant de parler avec Lloyd – la conversation est moins pesante que ce que Max aurait pu imaginer, et ça a l’air de distraire le professeur, ce qui n’est pas une mauvaise chose. C’est ce dont on manque le plus, la distraction, quand on est malade ou immobilisé. Il se rappelle les quelques mois qu’il a passé en fauteuil après son overdose et son accident, et Max sait que quelques soient les circonstances, c’est ça le pire, l’ennui, surtout pour ruminer un deuil et la perte d’un être cher.

D’ailleurs, c’est ce qui dicte sa réponse quand Lloyd lui dit qu’il a eu une vie épatante. Max repense à la réponse qu’il avait faite à Luke quelques mois auparavant. Une vie de merde, ouais. Qu’il avait dit, avec un rire jaune qui l’avait scié lui-même. « Vraiment ? » Murmure-t-il doucement, relevant les yeux vers Lloyd, se demandant si le professeur se rend compte de ce qu’il dit. « Moi ce qui m’épate, des fois, c’est d’y avoir survécu... » Il n’y a pas que des choses moches, dans la vie de Maximilian. Mais il y a tellement de douleur et tellement d’échecs qu’il est toujours au bord du gouffre, toujours brisé et anéanti, et qu’il va de conneries en conneries de plus en plus spectaculaires pour tenir le choc. Personne ne voudrait de sa vie, Lloyd ne sait pas de quoi il parle, mais Max n’ira pas plus loin et il continuera dans l’euphémisme en dissimulant certains excès et certaines attitudes. « Je peux repasser la semaine prochaine, si ça vous dit. » Répond-il, sautant sur l’occasion de changer de juger. « Si ça vous dit, je vous embarquerai faire les courses avant. J’ai une Rolls, c’est assez facilement adaptable pour votre fauteuil, si vous êtes d’accord. » Il n’impose rien au professeur, se disant qu’il n’aura peut-être pas envie de mettre le nez dehors, ou peut-être qu’il ne pourra simplement pas. « D’ailleurs c’est une proposition valable pour quand vous voulez. »

Alors qu’il cuisine, la conversation revient sur Yevgeniya, et Max hoche la tête à ce que lui dit Lloyd. « Je peux comprendre, d’un autre côté, c’est compliqué, l’amour…et elle n’a que comme exemple un couple qui n’a pas marché, et moi de mon côté, avec mes cinq divorces, je crois que je ne suis pas un modèle non plus. » Max ne le vit pas mal, il essaie de s’en amuser, contrairement à ce qui se passe avec Ivy, pour ça, il est profondément concerné. Et il ne ment pas quand il dit comprendre ce que la jeune femme ressent, mais ce n’est pas pour ça que ce n’est pas compliqué pour lui non plus. Il est dans le flou total, ne sachant pas trop ce qu’elle veut elle, ni ce qu’il doit faire, et donc il n’ose même pas la recontacter de lui-même. « J’espère que vous avez raison…je ne voudrais pas la perdre en agissant bêtement. » Murmure-t-il en servant les œufs, lucide : Max sait qu’il est capable d’agir bêtement, justement, c’est bien le problème. Une fois goutés, ceux-ci se révèlent du gout de Lloyd. « Eh bien voilà, ma carrière de chef commence bien ! » S’amuse Max, avant de demander au professeur s’ils peuvent se tutoyer. Ceci étant entendu, ils continuent à parler un bon moment, en évitant le sujet de leurs deuils respectifs. C’est une relation fragile, qui n’en est qu’à ses débuts, mais ça se rapproche de l’amitié, et c’est déjà quelque chose.

_________________

Redemptionkeep walkingAngels, give me shelter, 'cause I'm about to fall : it's all gone helter skelter...I'm not afraid : I'm gonna save us all.

People help the people || Lloyd 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


People help the people || Lloyd Empty
MessageSujet: Re: People help the people || Lloyd People help the people || Lloyd Empty

Revenir en haut Aller en bas

People help the people || Lloyd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-