AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

No one ever said it would be this hard (Penny ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Penny Collins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©croco & romane ♥
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Lloyd
A venir : Stan
No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 Tumblr_mgu4lrKcUa1qirs0mo2_500 "Penny est juste incroyable, elle augmente encore le niveau sur l'échelle de la perfection. On va renommer l'échelle de la perfection, l'échelle de Penny, comme Charles Richter qui a donné son nom pour l'échelle de l'intensité des secousses sismiques et on aura Penny Collins à côté pour l'échelle des degrés de la perfection." - (Lloyd Jenkins)

RAGOTS PARTAGÉS : 4771
POINTS : 4990
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Stan. Mais en ce moment, elle passe beaucoup de temps avec Lloyd.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Je l'ai vue s'afficher officiellement avec Stan Haverford à l'anniversaire de Max Juillard, je savais que ces deux-là étaient en couple ! Ils sont beaux ensembles, non ? Cela dit, elle doit moins avoir le temps de papillonner avec le terrible accident qu'à eu son grand ami, Lloyd Jenkins...


No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: No one ever said it would be this hard (Penny ♥) No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 EmptyMar 12 Mar - 17:28



❝ hold on, this is gonna hurt like hell❞

« J'avais prévenu que je ne voulais pas y aller aujourd'hui, je me sentais fatigué et je le suis encore mais j'ai quand même dû faire acte de présence. » La réponse de Lloyd fuse, morose, laissant transparaître une colère à peine contenue. Mais au moins, il y avait eu une réponse. Tu essayes au moins de te réjouir de cela. Surtout qu’il continue à te dire ce qu’il éprouve, son agacement le poussant sans doute à prononcer plus de mots que ce qu’il voulait réellement. « Ils ne se rendent pas compte de ce que c'est. Je commence à peine à sentir mes jambes, j'ai des picotements ici et là mais ça ne veut pas dire que je peux marcher et encore moins m'appuyer dessus. » Tu écoutes attentivement. Les blessures que Lloyd avait aux jambes t’inquiétaient beaucoup. Autant que l’état catatonique dans lequel il s’enfermait dès que le deuil devenait trop insupportable, ce qui n’était pas peu dire. Tu sens déjà la migraine poindre. Car les consignes du docteur à propos de la rééducation étaient très claires et il t’avait ordonné de les répéter autant de fois qu’il le faudrait. Sauf que comme presque chaque jour, tu hésites sur le mode de dispensation. Allais-tu employer la méthode douce ou allais-tu devoir opter pour un peu plus de fermeté ? « Je sais que c’est pénible… Que tu es fatigué et que tu as très peu de sensations… Et que c’est violent d’essayer de te faire marcher si vite… Mais tu sais bien qu’ils ne te forcent pas de gaieté de cœur… Et qu’au contraire, ils savent très bien ce que c’est… Plus tôt tu entames la rééducation, plus tes chances de guérison totale sont élevées. » Finalement, tu venais d’opter pour la voix diplomatique, distillant encore et toujours les phrases d’un discours que tu connaissais désormais par cœur. Mais tu ne sais pas si tu as bien fait de parler comme ça, Tu avais l’air totalement du côté du personnel soignant et contre lui…

Tu repenses aussi à ce qu’il  dit à propos de sa fatigue. Tu supposes qu’il a évoqué avant tout une fatigue physique mais tu préfères en avoir le cœur net. « Est-ce que tu dors assez ? » S’il y avait un problème de bruit ou de dosage de somnifères à traiter, c’était dans tes cordes et tu remuerais ciel et terre pour le régler. Au moins, tu te sentirais utile cinq minutes, oubliant les problèmes bien plus gros et bien plus essentiels qui te dépassaient complètement. Comme par exemple quand Lloyd finit son argumentation sur la rééducation en t’expliquant qu’il n’avait pas la tête à ça. Que répondre à cela ? Son moral, son mental, son envie de se battre étaient plus fragiles que jamais. Pour ne pas dire inexistants. Mais comment le lui reprocher vu la situation ? L’enterrement avait été un cauchemar, il n’avait toujours pas pu tenir sa fille dans ses bras et cet endroit était proprement déprimant malgré la gentillesse des infirmières. N’importe qui pèterait un plomb et baisserait les bras… « Et si on allait manger une glace à la cafet’ de l’hôpital ? » Proposes-tu soudainement. Tu étais consciente qu’un changement de décor ne guérirait pas tous ses maux mais ça pourrait faire un peu de bien. Juste vivre un moment de normalité sans penser à la rééducation… Sortir de ses murs blancs et peut-être se rappeler que dehors, la vie continuait, aussi cruel que ça puisse être. « Ou bien on pourrait aller se promener dans le parc à côté de l’hôpital. Il ne fait pas trop mauvais. » Dis-tu d’un ton plein d’entrain. C’était la première fois que tu proposais. Non pas que tu ne sentais pas capable de pousser le fauteuil mais tu avais surtout très peur de te heurter à un refus ferme et perturber Lloyd plus que nécessaire. Tu savais qu’il était plutôt fier et qu’il y avait des chances que l’idée de se faire balader en fauteuil par toi en public ne l’enchante guère.
 

_________________

GOLDEN COUPLE

.

Mr & Mrs Fourbe  No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 897107186:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lloyd Jenkins
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Fiona & Max (3/3).
A venir : ?
No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 9707
POINTS : 5269
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 Tumblr_opeef9YSIm1so5us3o5_r1_400
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-neuf ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: No one ever said it would be this hard (Penny ♥) No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 EmptyMer 20 Mar - 19:22

 

This is the first day of my life
I'm glad I didn't die before I met you
Ils savent, sans doute, mais ils n'imaginent pas une seule seconde l'ampleur de la douleur, aussi bien physique que psychologique. Ce que tu traverses, c'est inédit et tu en oublies largement les autres dans le lot, tu deviens égoïste, tu ne penses qu'à toi et aux douleurs qui ont les rênes de ta vie. Tu ne vis qu'à travers celles-ci et c'est ce qui pose problème, pour toi tout comme ton entourage. Tu te mets des bâtons dans les roues et aux médecins aussi en refusant de te prêter aux exercices, en refusant de simplement discuter pour partager tes peines et des malheurs. Tu découvres ta façon de gérer le deuil qui jusqu'à présent avait toujours été une immense interrogation pour toi, tu étais trop jeune pour le décès de ton père, tu étais psychologiquement préparé au décès de ta mère et pour ce qui est de ton ex-femme, ce fut une surprise, mais tu n'avais plus cet attachement passé. Aloy, quant à elle, ça a été la catastrophe, la goutte d'eau à faire déborder le vase et ça sans pouvoir se stopper. Assister à l'enterrement n'a rien aidé à ton état psychologique particulièrement instable en ce moment. Ton refus d'obtempérer offre une nouvelle facette de ta personne à ton entourage qui n'a jamais pu te voir agir de la sorte. Toi qui a toujours été le plus gentil, celui sur qui on pouvait toujours compter, là tu n'es plus rien, tu n'es plus que l'ombre de toi-même. Les médecins ici ne garderont que cette image affreuse de toi. Tu ne t'en rends même pas compte parce que tu te sens étouffé parmi tous ce ordres, tous ces conseils que tu dois absolument suivre si tu veux pouvoir aller mieux. Personne ne te laisse l'opportunité de prendre tes propres choix sur ta santé, sur ce qui peut te faire du bien. Après, tu ne sais pas ce qui peut te faire du bien, tu tâtonnes la dessus mais tu en as clairement marre de ne devoir que suivre des ordres médicaux du soir au matin. « Ils ne font que leur métier je sais, ils sont médecins, ils font tout ce qu'ils peuvent pour aider les patients. » Réponds-tu de manière plus que laconique. Ces médecins-là, ils ne sont pas des patients, ils peuvent imaginer le degrés de douleur grâce à leurs connaissances, mais ils ne peuvent pas le ressentir. Tu es clairement devenu invivable, surtout depuis l'enterrement mais tu n'as pas eu une seule seconde avec toi-même pour comprendre les choses afin de pouvoir les accepter plus tard. « Est-ce que je dors assez ? Le sommeil n'a jamais été mon fort, mais apparemment ici je dors de trop. » Tu hausses les épaules te rappelant douloureusement des réveils matinaux avec la lumière aveuglante du jour en plein dans tes yeux à peine entrouverts. Chez toi tu dormais mal, ou alors que très peu, mais avec la petite a gérer, ses repas, son emploi du temps et toi, ton travail, tes projets, tes cours, tes réunions, ta vie de couple aussi etc, tu vivais trop vite, oubliant le ressenti d'une vraie nuit de sommeil dépassant les quatre heures à la suite. Tu te mettais nécessairement de côté afin de pouvoir prendre soin d’absolument tous tes proches.

En parlant de proches, lorsque tu vois Penny en face de toi, tous les jours, présentes à tes cotés,ton sentiment de culpabilité ne fait que s'accentuer. Même si tu sais que tu es désagréable, tu n'arrives pas à faire autrement et ça, même avec Penny. Tu ne voudrais pas, elle ne mérite pas ton amertume et toute ta colère. « Une glace ? » Tu hausses un sourcil, interloqué, surprit de sa proposition si soudaine à laquelle tu ne peux décemment pas dire non, tu as une passion pour les glaces et elle doit s'en souvenir, tu as bien dû le mentionner à un moment ou à un autre. Aloy le savait en tout cas et vous en avez passé des soirées, tous les deux couchés sur le lit à manger dans un pot de glace tout en regardant un vieux film, c'était vraiment d'excellents moments. « Va pour une glace. » Tu ne montres rien de ton engagement envers sa proposition parce que tu as désormais vraiment envie de cette glace, le seul souci que ça te procure c'est de savoir que vous allez être dans un parc, c'est à ire dehors, le seul endroit ou tu peux fumer or, tu n'as rien pour fumer, si ce n'est l'envie. Tu te doutes bien que Penny ne te laissera pas fumer, comme toutes les autres personnes qui travaillent dans cet hôpital alors tu prends ton mal en patience espérant que le temps passe vite, que tu oublies cette envie tout juste ancrée dans ton cerveau qui désormais ne quémande que ça, avec en fond une glace. Tu débloques ton feuille roulant, abandonnant les quelques affaires que tu avais sur tes genoux en les posant sur le lit. Tu laisses Penny te guider. « Une glace dégustée dans le parc, ça te va comme compromis ? » Tu n'as pas envie de te poser dans la cafétéria, tu n'as pas envie d'être sous des regards persistants et dehors, les gens vont passer leur chemin, c'est tout comme si vous n'étiez que tous les deux et c'est tout ce dont tu as besoin. Tu prends juste une veste et ton écharpe posées sur le fauteuil à l'entrée de ta chambre, juste de quoi ne pas avoir froid si vous restez un moment tous les deux dehors.


_________________

You’re the train that crashed my heart.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Penny Collins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©croco & romane ♥
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Lloyd
A venir : Stan
No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 Tumblr_mgu4lrKcUa1qirs0mo2_500 "Penny est juste incroyable, elle augmente encore le niveau sur l'échelle de la perfection. On va renommer l'échelle de la perfection, l'échelle de Penny, comme Charles Richter qui a donné son nom pour l'échelle de l'intensité des secousses sismiques et on aura Penny Collins à côté pour l'échelle des degrés de la perfection." - (Lloyd Jenkins)

RAGOTS PARTAGÉS : 4771
POINTS : 4990
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Stan. Mais en ce moment, elle passe beaucoup de temps avec Lloyd.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Je l'ai vue s'afficher officiellement avec Stan Haverford à l'anniversaire de Max Juillard, je savais que ces deux-là étaient en couple ! Ils sont beaux ensembles, non ? Cela dit, elle doit moins avoir le temps de papillonner avec le terrible accident qu'à eu son grand ami, Lloyd Jenkins...


No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: No one ever said it would be this hard (Penny ♥) No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 EmptyMar 26 Mar - 22:02



❝ hold on, this is gonna hurt like hell❞

« Ils ne font que leur métier je sais, ils sont médecins, ils font tout ce qu'ils peuvent pour aider les patients. » Réplique Lloyd lorsque tu essayes de prendre la défense de ses médecins. Il a parlé d’une voix laconique, désincarnée. Tu n’es pas habituée à cette froideur de sa part, mais tu comprends très bien ce qu’il veut impliquer par cette dernière. Quelque chose du genre « cause toujours, tu m’intéresses » ou pire « tu n’as aucune idée de ce que j’endure et eux non plus, alors je ne me fatigue même pas à te contredire ». Tu pousses un petit soupir. Depuis que tu avais compris à l’attitude de Lloyd que le processus de guérison et de deuil serait compliqué, tu t’étais fait la promesse de ne pas t’énerver. Essentiellement parce que tu imaginais bien qu’il était en train de vivre l’enfer et qu’il avait besoin que tu restes dans son camp. Mais c’était bien ça le problème, tu ne pouvais qu’imaginer. Et parfois, les limites de ton imagination, où plutôt les limites de ta compréhension étaient atteintes et tu n’avais pas une explication sur son attitude. Deviner ne suffisait plus. « Si tu le sais, pourquoi on a cette conversation alors ? Tu ne veux pas d’aide ? Tu crois que tu n’auras déjà pas assez de trucs à gérer tout seul après ? Pourquoi ne pas essayer de réparer ce qui peut l'être, au moins ? » Demandes-tu, en le prenant au piège de ses propres mots. Car c’était la seconde règle d’or, il ne fallait pas s’énerver mais il ne fallait pas non plus renoncer. Toujours insister. Personne ne le ferait pour Lloyd sinon. Or il devait se rappeler qu’il était hors de question qu’il baisse les bras.

Mais visiblement, cette journée était bien partie pour être l’une de celle que tu appelais une mauvaise journée. Cette sensation se confirme d’ailleurs quand Lloyd repousse tes inquiétudes à propos de ses heures de sommeil de la même voix laconique que précédemment. Cependant, tu sens aussi que ce n’est pas ne le braquant que les choses s’arrangeront. Et tu comprends aussi qu’il soit déprimé. C’est alors que te vient une idée qui a autant des allures de trêve que de remède contre la morosité. Tu lui proposes d’aller manger une glace ou d’aller faire une promenade, loin de cette chambre lugubre que vous détestiez tous les deux, à force de passer trop de temps dedans. Ce n’est pas une proposition innocente. Tu sais que la crème glacée est l’un des pêchés mignons du doyen et sa réaction ne se fait pas attendre. Il sort de sa réserve, presque malgré lui et accepte. Tu en es ravie. Parce que même si tu sais qu’il est gourmand de cette friandise, tu n’aurais pas parié qu’il allait se rallier à ton idée. Essentiellement parce que tu avais peur que l’agacement que semblait lui procurer ta compagnie l’emporte. Et aussi parce qu’il semblait volontairement se priver de toute source de joie ou de réconfort, comme s’il craignait de trahir la mémoire d’Aloy… « Une glace dégustée dans le parc, ça te va comme compromis ? » Propose t-il en débloquant les freins de son fauteuil roulant. Tu as un grand sourire et t’empresse d’aller te mettre derrière les poignées pour pousser le fauteuil vers l’extérieur avant qu’il ne change d’avis. « C’est encore mieux qu’un compromis. C’est plus un bonus, on aura de la glace et un peu de soleil. »

Une dizaine de minutes plus tard, vous déambulez dans le parc. Toi tu as finalement opté pour un café chaud à emporter tandis que Lloyd est resté dans son idée de glace. « Hummm, ça fait vraiment du bien ! » Tu as une bouffée de nostalgie, vous revoyant lui et toi à la terrasse de Feccis et Sons, en train de partager des glaces aux goûts improbables, heureux et insouciants. Vous n’aviez pas assez profité de ces moments, ils s’étaient envolés aussi sûrement que la glace fondait... Mais tu refuses de t’abandonner à la mélancolie pour le moment. « Alors elle est comment cette glace ? Honorable ou absolument pas comestible, comme tout ce qui semble être fabriqué dans cet hôpital ? » Demandes-tu d’un ton léger. « Ah et tu me dis si tu veux rentrer ou si tu as froid. Tu as tout ce qu’il te faut ? » Ajoutes-tu, désireuse de préserver son bien être. Tu te faisais beaucoup de soucis pour lui… Tu étais prête à tout pour qu’il aille mieux. Bon, certaines choses étaient hors de ta portée mais tu faisais le max pour le reste. Et tu profites du cadre idyllique pour annoncer une bonne nouvelle. Une petite victoire qui ne t’était pas totalement imputable mais à laquelle tu avais tout de même contribuée. « Bon, j’ai rappelé les parents d’Aloy. Ils en ont vraiment marre de moi, je crois… Bref, il me semble que le coup de fil que ton avocat leur a passé juste avant les a un peu secoués, cette fois-ci, on a pu négocier. Ils m’ont dit qu’ils étaient d’accord pour emmener la petite ici. J’ai regardé, les enfants peuvent venir dans le service où tu es. Est-ce que tu te sens prêt pour une visite dans les jours à venir ? »

 

_________________

GOLDEN COUPLE

.

Mr & Mrs Fourbe  No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 897107186:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lloyd Jenkins
MODO ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : hiljaisuus/hjs aka grumpy overlord.
TES DOUBLES : Magnùs & Luke.
TON AVATAR : Rufus Sewell.
TES CRÉDITS : hjs (avatar), Penny love ♥ & tumblr (gifs).
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Penny, Fiona & Max (3/3).
A venir : ?
No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 11lS8up
RAGOTS PARTAGÉS : 9707
POINTS : 5269
ARRIVÉE À TENBY : 09/10/2016

No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 Tumblr_opeef9YSIm1so5us3o5_r1_400
ÂGE DU PERSONNAGE : quarante-neuf ans.
CÔTÉ COEUR : Après la perte de sa compagne, Aloy, son cœur n'est plus.
PROFESSION : Doyen de l'université de Swansea, sociologue & papa à plein temps.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: No one ever said it would be this hard (Penny ♥) No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 EmptyDim 31 Mar - 20:51

 

This is the first day of my life
I'm glad I didn't die before I met you
Évidemment que tu le sais, tu es intelligent, mais borné sur les bords, tu te refuses à accepter de l'aide tant que tu n'auras pas signer un pacte de non-agression avec toi-même. Comment est-ce que tu peux l'expliquer à Penny ? Tu n'en sais rien. Tu optes pour un hochement d'épaules, complètement puéril qui en dit long sur le manque d'arguments face à sa dernière réplique. Tu ne t'arrêtes pas là, après mure réflexion, c'est à dire peu de temps, tu lui offres une réponse, de cette même voix laconique. « J'ai besoin de temps. » Temps qu'évidemment tu n'as pas, mais sur lequel tu comptes avidement pour te sortir de cette situation. En attendant, vous vous décidez tous les deux de sortir un peu, prendre l'air. De la glace et du sommeil, fut un temps où tu aurais sauté au plafond pour ce duo parfait, aujourd'hui, tu ne fais qu’acquiescer silencieusement, sans même un sourire. Tu n'as plus cette envie d'aller de l'avant, de prendre du plaisir, de voir le bonheur autour de toi. Tout a disparu dans une ambiance sombre, stérile, tu es seul contre tous. Tu te vois, seul contre toi, tu ne l'es pas, tu as un entourage qui gravite à tes côtés, mais ils ne comprennent pas ce que tu traverses et ça, malgré tous leurs efforts et tous les jours ça devient un peu plus compliqué. L'enterrement a été comme un coup derrière la nuque, t’assommer après avoir été poussé à terre, dans la boue, au bord d'un ravin. Tu ne sais pas quoi faire de toutes les émotions qui sont en toi, elles sont beaucoup trop puissantes, surprenantes, inédites pour certaines. Même si tu as toutes les cartes en mains pour t'en sortir, tu rames parce que tu ne t'aides pas, tu dois être l'unique personne qui est contre ton propre bien être. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que tu t'en veux d'être en vie, toi et pas elle. Maintenant que tu as assimilé son départ, tu comprends que tu seras désormais seul avec Delilah, qu'elle n'aura pas la chance de connaître sa mère que toi-même, tu ne connaissais pas parfaitement. Toi et Aloy, vous aviez encore un long chemin devant vous pour apprendre l'un de l'autre. Là, vous n'avez plus rien puisqu’il n'y a plus que toi. Seul sur le chemin que tu dois trouver et surtout, montrer à ta fille qui n'attend que toi pour grandir dans ce monde si abject. Tu soupires doucement, la tête basse, les index sur tes tempes le temps que Penny te transporte dans l’hôpital jusqu'à rejoindre l'air frais après avoir acheté un café pour elle et une glace pour toi. Chocolat et... Chocolat, deux boules, ils n’avaient pas de framboise et tu ne voulais pas de la vanille si gentiment proposée. Tu regardes ton petit emballage en carton et ta cuillère, tu ne manges pas immédiatement, tu attends d'être solidement ancré au sol avant de daigner prendre une bouchée de ton met sucré préféré. « Elle aurait été meilleure avec de la framboise. » Grommelles-tu la bouche à moitié pleine. Tu avales tout ce que tu as dans ta bouche avant de reprendre la parole. « Un quatre sur dix, ce n'est pas pire que le reste. » Tu as noté le reste de la nourriture oui, jamais au dessus d'un trois, faut dire que tu es un critique très dur, surtout vu que tu cuisines toi-même et que tu es on ne peut plus perfectionniste. Tu en demandes de trop ici, tu as des goûts bien définis et tu as une fâcheuse tendance à te braquer dès que tu vois quelque chose que tu n'aimes pas.Tu observes vos alentours, tu n'as pas ou plus l'habitude de mettre les pieds dehors, tu ne sors que très rarement, la plupart du temps, tu vois l'extérieur de l'intérieur... « Je te préviendrai, ne t'inquiète pas. » Tu hoches la tête avant de reprendre une cuillère bien remplie de glace, au final, elle n'est pas si mauvaise que ça.

Vous restez silencieux un moment, à déguster vos mets, sans mentir tu aurais bien voulu lui demander une gorgée de café, mais pour le moment, que du déca et du déca, ce n'est pas un vrai café à tes yeux, donc tu te refuses à cette abomination. Tu lèves la tête pour l'observer lorsqu'elle se met à parler des parents d'Aloy, tu sais à quel point elle s'est impliquée pour ta fille. Tu n'as rien loupé et ça, même si tu restait muet couché dans le lit. Ta mémoire n'a rien oublié. Très concentré sur ses paroles, tu n'en restes pas moins surpris à la fin de celles-ci. Péniblement, tu avales ta salive, sentant le contenu de ton estomac se retourner en toi. Voir ta fille ? Évidemment que tu as envie de la voir, de la serrer dans tes bras, de lui assurer que tout ira bien mais... Mais est-ce que tu es prêt ? Tu croises le regard de Penny durant quelques longues secondes avant de baisser les yeux et de jouer avec ta cuillère dans le petit pot. Les mots arrivent difficilement. « J'espère que Peter n'a pas été trop dur avec eux. » Tu tournes la cuillère dans le pot, rendant la glace quasiment liquide marquant bien le temps que tu prends pour réfléchir. « C'est dingue qu'on en soit arrivé là... Je suis désolé que tu te retrouves impliquée dans toute cette histoire Penny. » Tu évites son regard, toujours obnubilé par cette glace liquide. « Tu me connais mieux que personne Penny, tu sais qui je suis. Je ne veux faire de mal à personne et pourtant c'est tout ce que je vois autour de moi. » Tu daignes poser du pot de glace sur la table qui est à côté de vous, tu donnerais tout pour une bonne cigarette, comme celle que cette jeune femme fume en passant à côté de vous. « Quand je revois les parents d'Aloy dans ma chambre en soins intensifs, puis au cimetière, ça me bouffe tu comprends. J'ai envie d'être en colère contre eux parce qu'ils m'empêchent de voir ma fille mais... Mais eux, ils en ont perdu une alors je trouve ça horrible de ma part de devoir les mener en justice, de leur ajouter une douleur supplémentaire alors que tout est déjà assez horrible comme ça. » Ton raisonnement peut aussi fonctionner de leur côté, toi tu as perdu ta femme alors pourquoi est-ce que tu devrais te battre pour ta fille qui te revient de droit même si tu n'es physiquement pas en état pour la gérer seul. Peter t'a assuré que tu allais gagner si l'affaire allait jusque dans un tribunal mais ce n'est pas ce que tu désires, pas du tout. « Je pense qu'on souffre tous déjà assez pour nous rajouter des couches inutiles. » Malheureusement, ça n'arrive pas qu'aux autres les familles qui se déchirent après un drame. C'est la faute à personne. « J'ai l'air con à dire ça vu tout ce que je me fais subir, tu peux le dire, mais j'en ai conscience, c'est déjà un bon début. Je sais que je dois faire des efforts dans mon comportement, aux séances de rééducation, avec le personnel médical et aussi avec toi, je suis infect avec tout le monde, y compris moi-même. » Tu secoues la tête de gauche à droite avant de soupirer. « Je suis désolé. » Murmures-tu avant de prendre ton visage entre tes mains durant quelques secondes. « L'enterrement m'a dévasté Penny, c'était beaucoup trop réel... » Enfin, tu craches le morceau.


_________________

You’re the train that crashed my heart.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Penny Collins
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©croco & romane ♥
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Lloyd
A venir : Stan
No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 Tumblr_mgu4lrKcUa1qirs0mo2_500 "Penny est juste incroyable, elle augmente encore le niveau sur l'échelle de la perfection. On va renommer l'échelle de la perfection, l'échelle de Penny, comme Charles Richter qui a donné son nom pour l'échelle de l'intensité des secousses sismiques et on aura Penny Collins à côté pour l'échelle des degrés de la perfection." - (Lloyd Jenkins)

RAGOTS PARTAGÉS : 4771
POINTS : 4990
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Stan. Mais en ce moment, elle passe beaucoup de temps avec Lloyd.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Je l'ai vue s'afficher officiellement avec Stan Haverford à l'anniversaire de Max Juillard, je savais que ces deux-là étaient en couple ! Ils sont beaux ensembles, non ? Cela dit, elle doit moins avoir le temps de papillonner avec le terrible accident qu'à eu son grand ami, Lloyd Jenkins...


No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: No one ever said it would be this hard (Penny ♥) No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 EmptyDim 14 Avr - 17:06



❝ hold on, this is gonna hurt like hell❞

« J’ai besoin de temps. » T’avait dit Lloyd. Que pouvais-tu répondre à cela ? Que pouvais-tu faire, si ce n’était effectivement lui accorder ? Surtout qu’il n’exprimait pas si souvent que ça sur ses besoins donc quand il le faisait, autant les prendre au sérieux. Alors forcément, quand tu vois l’idée d’une glace ne lui déplaît pas, et semble au contraire lui mettre un peu de baume au cœur, tu t’empresses d’aller avec lui acheter la fameuse friandise. Hélas, la désillusion n’est jamais très loin. Déjà, il n’y a pas de framboise dans les propositions de parfum et en plus, la glace ne vaut guère plus qu’un quatre sur dix selon les dires du Jenkins. « Désolée de l’entendre… On aurait eu bien besoin d’un six au moins… » Répliques-tu pleine de compassion. « Puis c’est naze de proposer que vanille et chocolat… On ne vit pas dans un monde binaire quand même… » Grommelles-tu. Tu aurais quand même bien voulu réussir à faire un petit peu plaisir à Lloyd. Mais même ça, tu n’y arrivais pas… « Dès que j’ai l’autorisation de te faire sortir d’ici, je t’emmènerai chez Feccis & Sons… Et on se fera une orgie bien méritée. » Dis-tu en essayant de rester positive et optimiste malgré tout… Après cela, vous restez un peu silencieux, profitant de ce moment de sérénité et peut-être un peu absorbés par vos pensées respectives. Pour ta part, tu sais qu’il y a des sujets que tu dois aborder avec Lloyd mais tu es résolue à y aller doucement, soucieuse de ne pas le braquer une énième fois.

Cependant, tu es impatiente de lui annoncer une certaine bonne nouvelle et doucement, tu commences à lui donner des nouvelles du front ou plutôt de sa fille. La première réaction de Lloyd te surprend pour plusieurs raisons. Déjà, il ne répond pas franchement à ta question, préférant baisser les yeux et jouer avec sa glace. Tu ne t’attendais pas à une explosion de joie mais tu n’attendais certainement pas non plus une réaction emplie de compassion pour des personnes qui avait tenté de lui faire un beau coup de pute alors qu’il rentrait dans une des pires périodes de sa vie. « Je t’avoue que je n’ai pas demandé les détails à Peter… Honnêtement, je ne suis pas sûre d’éprouver autant de compassion que toi pour eux. Et… Ne sois pas désolé. Je suis très contente d’avoir été impliquée dans cette histoire. Je suis même fière d’avoir pu veiller sur tes intérêts pendant que tu ne pouvais pas le faire. » Chagrin ou pas, les parents d’Aloy avaient profité de sa vulnérabilité pour essayer de lui voler Delilah et l’avaient enfoncé en lui faisant sentir qu’ils ne lui faisaient pas assez confiance pour s’occuper de leur petite-fille. Pour toi, c’était impardonnable. Mais il était aussi vrai que Lloyd était bien meilleur que toi, comme tu t’en rappelles vite lorsqu’il commence à t’expliquer ce qu’il a en tête. Et petit à petit, tu parviens à mieux comprendre son point de vue.

« Je sais très bien qui tu es, oui. Et je sais que nos façons de penser sont différentes. Je ne dis pas qu’il y en a une qui est mieux que l’autre… C’est tout à ton honneur de vouloir limiter les dégâts pour tout le monde… » Tu es sincère mais tu n’en dis pas plus. Principalement parce que ça te dépassait quand même un peu, toi l’adepte du « œil pour œil, dent pour dent » mais surtout parce tu t’en rends compte qu’en suivant le fil de son raisonnement, Lloyd se confie presque sans y penser à propos de son état d’esprit. Ce qui est quasiment inédit. Alors forcément, tu veux glaner toutes les infos qu’il y a à glaner, retenant ton souffle tandis qu’il développe les mécanismes qui le poussent à agir comme il est en train de le faire. « En effet, c’est un bon début d’en avoir conscience. » Dis-tu lorsqu’il a terminé. « Mais tu sais ce que je vais te dire… J’apprécie les excuses mais finalement je m’en fous que tu sois infect avec moi. J’ai grandi avec une mère qui s’arrangeait pour me faire comprendre que j’étais la pire connerie qu’elle avait faite dans sa vie chaque fois qu’elle me parlait. Tu peux être infect avec moi, donc. Ça, je peux l’encaisser. » Dis-tu, sûre de toi. En vérité, il n’y avait que Lloyd qui avait le droit à ce genre de petites anecdotes charmantes sur ton enfance. Tu n’en parlais jamais sinon. « Ce que je voudrais, c’est que tu arrêtes de l’être avec toi-même, oui. Parce que j’ai juste l’impression que tu te punis à cause de l’accident. Que tu te colles l’entière responsabilité sur le dos, et ça me tue de te voir comme ça…. » Avoues-tu, bouleversée par son mea culpa.

Mais tu n’es pas au bout de tes émotions. Car il te fait une nouvelle confession de taille et pendant quelques secondes, les mots te manquent pour y répondre de manière adéquate. « L'enterrement m'a dévasté Penny, c'était beaucoup trop réel... » Ta main vient se poser sur son poignet, profitant du fait qu’il a posé sa glace à côté de vous. Depuis le banc où tu es assise, tu te penches pour lui parler, ne sachant pas si les mots que tu vas employer sont les bons ou pas. « Je suis désolée… » Souffles-tu à ton tour. Ce qui était la chose la plus débile à dire dans ces circonstances car ce n’était pas de ta faute. Et pourtant, c’était ce que 95% des gens disaient face à quelqu’un qui expérimentait un deuil. « Je crois que la mort est le concept le plus absurde, voir abstrait pour l’esprit humain. Je crois qu’il n’est tout simplement pas en mesure de l’accepter. Se dire qu’on ne va plus jamais revoir quelqu’un… C’est une donnée simple et pourtant… On ne veut pas l’assimiler… Alors forcément quand la réalité nous rattrape, nous force à accepter… L’esprit est démuni. » Oui, il y avait de quoi être dévasté. La question à cent mille livres était de savoir comment on se remettait de ça. Tu attends encore un peu avant de reprendre la parole, pour voir si Lloyd va t’en dire un peu sur son ressenti ou pas.

_________________

GOLDEN COUPLE

.

Mr & Mrs Fourbe  No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 897107186:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: No one ever said it would be this hard (Penny ♥) No one ever said it would be this hard (Penny ♥) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

No one ever said it would be this hard (Penny ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: The Outskirts :: Tenby Cottage Hospital-