AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

You carried all my fears, you let my demons play (max)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Yevgeniya Vassilievitch
Yevgeniya Vassilievitch
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — brendan — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : penny (gif signat) frimelda (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 1946
POINTS : 4113
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017
You carried all my fears, you let my demons play (max) Tumblr_puupzc9uEP1ynvqd2o2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : une putain peut-elle avoir des sentiments ?
PROFESSION : madame
REPUTATION : elle vit ici, mais passe toujours tout son temps à swansea… ce n'est pas facile pour se faire une opinion sur elle


You carried all my fears, you let my demons play (max) Empty
MessageSujet: You carried all my fears, you let my demons play (max) You carried all my fears, you let my demons play (max) EmptyDim 27 Jan - 0:52

I cheated myself,
Like I knew I would,
I told you I was trouble,
You know that I'm no good

Une cellule froide, des barreaux de fer incassables, des bancs sales où d’autres putains ont déjà posé leur derche en songeant à ce qu’elles feront en sortant de cet endroit dégoûtant. Yevgeniya sait déjà ce qu’elle fera en sortant de là : elle prendra une longue douche pour se défaire de cette saleté qui semble encombrer son corps jusqu’à ses poumons. Malheureusement, elle ne sait pas quand elle passera à nouveau les portes du commissariat en tant que femme libre, car si elle s’est déjà retrouvée quelques fois dans cette cellule, prise pour racolage, elle avait toujours Micha pour la sortir. Aujourd’hui, les choses sont différentes. Jamais elle ne s’était fait prendre en train de tabasser quelqu’un en plein jour, avec de nombreux témoins et des vidéos pour prouver qu’elle est bel et bien la coupable de l’histoire. De toute façon, les quelques traces de sang qu’elle a sur son chemisier prouvent sans le moindre doute qu’elle est l’auteure des coups. Ainsi, la russe profite de quelques heures pour réfléchir à ce qu’elle vient de faire avant de réaliser que c’était une énorme connerie qui ne pourra que lui causer du tort. « J’veux passer mon coup de fil ! » Crie-t-elle du fond de sa cellule jusqu’à ce qu’un des policiers la fasse sortir pour qu’elle daigne enfin se la fermer. Une fois le combiné en main, elle s’éloigne autant que possible des hommes en uniforme pour ne pas qu’ils entendent sa conversation et elle compose le numéro de Max en réalisant avec effroi qu’elle le connaît par coeur. Le musicien n’aura pas la surprise en décrochant son téléphone car l’appel qu’elle passe est en PCV et elle n’a pas d’autres choix que de s’identifier. Une fois fait, elle attend nerveusement. « Décroche, bon sang, décroche. » Elle retient son souffle le temps des tonalités et elle est mise en communication avec le brun juste avant que l’appel ne passe à la trappe. « Hey… Je n’ai pas beaucoup de temps, mais tu te souviens quand je t’ai dit que tu aurais de mes nouvelles quand tu t’y attendrais le moins… Je crois que c’est le moment. » Elle tente un trait d’humour, mais elle sait au fond d’elle qu’elle n’aime pas la situation dans laquelle elle se trouve car pour l’une des premières fois de sa vie, Ivy ne sait pas comment elle sortira de ce merdier. « Max… J’ai… J’ai merdé, je crois. Cette salope racontait des conneries sur Alex et je ne l’ai pas supporté. » Elle repense à tout ce que cette femme a pu dire à propos d’Alexeï… Impossible. Il ne pouvait pas sortir de cette prison. Sinon, il serait venu la voir elle, pas vrai  ? « Elle a porté plainte. J’ai besoin d’un putain de bon avocat, Max. Tu crois que tu as ça sous le coude ? » La blonde réalise que pour une fois, elle ne pourra pas se sortir de ce merdier comme elle le fait d’habitude, non elle va avoir besoin d’aide supplémentaire et elle se dit que le producteur doit forcément avoir une personne adéquate. Un des policiers s’approche pour lui signifier que l’appel est terminé, mais Ivy préfère se rebeller, comme à son habitude, ce qui lui vaut quelques nouvelles insultes de la part de ce dernier et un retour accompagné plutôt musclé jusqu’à sa cellule.

Pour sûr, Yevgeniya aura quelques bleus aux poignets, mais elle garde la tête haute, comme toujours dans ces moments pénibles et elle se contente de regarder les flics qui l’entourent avec toute la haine du monde. Les minutes passent, puis les heures, jusqu’à ce qu’elle perde la notion du temps et elle ferme les yeux, assise par terre, la tête appuyée contre le mur. Elle ne sait pas vraiment combien de temps s’est écoulé depuis qu’elle a fermé les yeux, mais c’est le cliquetis du trousseau de clés qui ouvre sa cellule qui la sort de sa torpeur et elle se lève aussitôt. « T’as de la visite, Vassilievitch. » Elle suit le chemin qu’on lui indique, impatiente d’avoir l’aide qu’elle réclamait désespérément.



_________________

bad romance


Don't you know that it's only fear, I wouldn't worry, you have all your life, I've heard it takes some time to get it right | FRIMELDA


You carried all my fears, you let my demons play (max) 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
Max Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : You carried all my fears, you let my demons play (max) H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2488
POINTS : 3921
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
You carried all my fears, you let my demons play (max) Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 46 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Et l'envie de se lancer dans une nouvelle histoire d'amour avec une jolie blonde d'origine russe. Après tout, de call-girl à nouvelle femme, le chemin n'est pas si long que ça, non ?
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il est tellement infect, le cliché parfait de la rock-star, toujours en train de boire, avec une fille différente au bras...vous saviez qu'il avait eu un grave accident de voiture ? Moi je crois que c'est plutôt une overdose et qu'il veut éviter le scandale..Il n'est vraiment pas net, comme type.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

You carried all my fears, you let my demons play (max) Empty
MessageSujet: Re: You carried all my fears, you let my demons play (max) You carried all my fears, you let my demons play (max) EmptyDim 27 Jan - 18:34

Some kindness goes around
But also some kind of backfires

Ça fait une bonne demi-heure qu’il assiste à la répétition de ce petit groupe d’Oxford et Max se dit que le déplacement valait plutôt le coup, ils sont bons et leurs chansons marchent bien. Perdu dans ses réflexions, il met du temps à réaliser que son téléphone sonne, et il sort du garage pour prendre l’appel, faisant signe au groupe qu’il revient. L’annonce de la communication le laisse perplexe. « Yevgeniya ? Qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce que tu fais au commissariat de Swansea ? » Un peu interloqué, il la laisse parler, et ignore le trait d’humour qu’elle tente de faire : la situation est en fait plutôt catastrophique. « Attends, attends, qui ça, elle ? Et pourquoi elle a porté plainte, qu’est-ce que t’as fait ? » Parmi tous les trucs qu’il ne voulait pas gérer…mais cela dit, ce n’est pas vraiment le moment de poser des questions, mais d’être pragmatique. « Je vais faire venir le mien. J’arrive, d’accord ? Juste le temps de venir, je suis à Oxford. Ca va s’arranger, t’en fais pas. Je vais te faire sortir de là. » La communication coupe assez brutalement, et Max retourne voir le groupe pour remettre à une prochaine fois une rencontre. Il s’engouffre dans sa voiture, et démarre aussitôt pour prendre la route, donnant des instructions à l’ordinateur de bord pour envoyer des messages à Jeff pendant qu’il roule, histoire de récupérer le numéro de l’avocat. Il laisse son associé râler et se foutre de lui, puis appelle ce dernier.

Qu’est-ce que Yevgeniya a bien pu faire ? Max espère vraiment que Harry aura une solution au problème, après tout, il est payé pour ça. Quand il arrive, l’avocat vient à peine de sortir de sa voiture. « Salut Harry, merci d’être venu aussi vite. » Manifestement, Harry sait ce qu’il fait : « Je vais aller voir ce qui se passe pour me faire expliquer la situation, voir si je peux négocier une libération sous caution, ensuite on ira voir votre amie avec les nouvelles qu’on aura, en espérant qu’elles soient bonnes, d’accord ? Allez, on y va. Comment s’appelle votre amie, d’ailleurs ? » Il met un peu de temps à réagir, un peu sous le coup de la masse d’informations. « Vassilievitch, pardon. Yevgeniya Vassilievitch. » L’avocat ne tarde pas à l’abandonner dans le hall, lui faisant signe de l’attendre, et un petit moment s’écoule avant que le producteur ne voie réapparaitre les lunettes et les cheveux gris de Harry. « On y va, Maximilian. » On les installe dans une salle isolée – un agent doit les surveiller de l’extérieur. Ils patientent encore un peu avant qu’on ne fasse entrer Yevgeniya. A voir son air échevelé et fatigué, ainsi que le sang sur ses vêtements, il s’est vraiment passé quelque chose de grave, et évidemment, Max s’inquiète encore plus. « Hey. » Il se lève pour la prendre un instant dans ses bras et dépose un rapide baiser sur ses lèvres. « Ça va ? Je suis venu aussi vite que j’ai pu. » La voix de l’avocat le fait redescendre sur terre. « Hem, si nous pouvions commencer, s’il vous plait, Maximilian. » Il fait un geste en direction de l’avocat. « Harry Ross, ton avocat. » Il se rassoit, mais garde un instant la main de Ivy dans la sienne, avant de les laisser sur la table, écoutant ce que le juriste dit.

« Bien, mademoiselle Vassilievitch, voilà où on est…Plusieurs témoins vous ont vu agresser Sameen Baxter, enseignante de ladite université, et lui casser le nez, après une dispute assez violente avec elle, au cours de laquelle vous avez également tenu au moins une menace de mort à l’encontre de cette personne. Mademoiselle Baxter a décidé de porter plainte pour coups et blessures. » Max ne peut s’empêcher de regarder la russe d’un air incrédule, signifiant clairement « mais qu’est-ce qui t’a pris ? », mais il n’ajoute rien. « J’ai cru comprendre que vous pensiez que Mademoiselle Baxter répandait de fausses rumeurs sur votre frère ? On pourrait éventuellement plaider l’accès de colère, si c’est ça, pour essayer de diminuer… » Harry commençait à se perdre dans ses propres explications, c’était juridique, trop long, trop complexe. « Harry, on s’y perd, là, qu’est-ce qu’on fait concrètement ? » L’avocat sortit la tête de ses papiers. « Alors. En l’état, la bonne nouvelle, c’est que vous pouvez sortir, contre le paiement d’une caution, qui vous sera restituée si vous paraissez bien au procès ou si Mademoiselle Baxter retire sa plainte. Si Mademoiselle Baxter maintient sa plainte, on ira au pénal. Si on sort bien, ce sera un simple rappel à la loi. Si on va aussi au civil…vous risquez de payer des dommages et intérêts. Et je pense que ça va devenir compliqué avec votre université. » L’avocat termine. « Et la caution a été fixé à 10 000 £. » C’est une grosse somme. Même pour Max, qui a eu quelques ennuis avec la justice et parfois fini dans des cellules de dégrisement, personne n’a demandé ça. Mais bon, en même temps, il n’a jamais agressé personne. Il regarde Yevgeniya d’un air interrogateur. « Tu…tu as les moyens de payer ça ? Ou je m’en charge, ça ne me dérange pas. » Il se doute qu’elle n’aura pas les moyens de sortir ça de sa poche d’un coup, en même temps.

_________________

Redemptionkeep walkingAngels, give me shelter, 'cause I'm about to fall : it's all gone helter skelter...I'm not afraid : I'm gonna save us all.

You carried all my fears, you let my demons play (max) 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Yevgeniya Vassilievitch
Yevgeniya Vassilievitch
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — brendan — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : penny (gif signat) frimelda (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 1946
POINTS : 4113
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017
You carried all my fears, you let my demons play (max) Tumblr_puupzc9uEP1ynvqd2o2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : une putain peut-elle avoir des sentiments ?
PROFESSION : madame
REPUTATION : elle vit ici, mais passe toujours tout son temps à swansea… ce n'est pas facile pour se faire une opinion sur elle


You carried all my fears, you let my demons play (max) Empty
MessageSujet: Re: You carried all my fears, you let my demons play (max) You carried all my fears, you let my demons play (max) EmptySam 2 Fév - 18:57

I cheated myself,
Like I knew I would,
I told you I was trouble,
You know that I'm no good

Si ce n'est pas la première fois qu'Yevgeniya se retrouve dans une cellule, c'est la première fois qu'être dans une telle position l'inquiète autant. En général, elle sait qu'elle ne reste pas longtemps derrière les barreaux - une nuit, tout au plus. Toutefois, jusque là, la russe n'avait jamais eu de plainte contre elle. Ainsi, rien n'est moins sûr aujourd'hui. Va-t-elle réussir à sortir de cette cellule aussi rapidement que les dernières fois ? Elle a de gros doutes là-dessus. Graisser la patte des gardes ou leurs proposer d'autres services ne l'aidera à rien cette fois, non, son seul espoir, c'est d'avoir un bon avocat ou que la garce décide de retirer sa plainte. Alors qu'elle est dans un état de demi-sommeil, le gardien ouvre la porte de la cage et la réveille par la même occasion. On ne lui fait pas l'affront de lui mettre des menottes - peut-être parce que tout le monde la connaît ici ou presque, avec toutes les fois où elle s'est rendu à la prison de Swansea pour rendre visite à son frère pendant cinq ans - et elle arrive après la traversée de nombreux couloirs qui se ressemblent tous dans une salle où Max est déjà présent, avec un vieux crouton dégarni à ses côtés.

C'est un réel délice de se retrouver dans les bras de Max, même si ce n'est que pour quelques secondes et elle savoure son baiser. « J'ai connu mieux, mais ça va toujours. » Dit-elle en le gratifiant d'un sourire timide. Elle se retient de lancer un regard torve à celui qu'elle devine être son avocat quand celui-ci les coupe, justement parce qu'il est son avocat, mais pour la peine, elle ne lui serre même pas la main pour le saluer, se contente d'un hochement de tête. Elle s'assoit face aux deux hommes et écoute Harry Ross relater les faits de l'histoire. Elle se mord très fort l'intérieur de la joue pour ne pas sourire en apprenant qu'elle a cassé le nez de la grognasse, mais elle se félicite intérieurement, même si elle doit faire face au regard interrogateur et réprobateur de Max. Sameen n'a que ce qu'elle mérite, même si malheureusement, Ivy devine que ça n'arrange en rien son cas. Harry poursuit son récit en ajoutant les détails les plus intéressants concernant le sort de la jeune femme et elle se pince les lèvres tout en lutant contre la fatigue pour assimiler et digérer ce qu'elle entend. Dix-mille livres sterling… Une somme qu'elle n'a bien évidemment pas en sa possession. « Si je ne paye pas la caution et que l'autre connasse ne retire pas sa plainte, ça veut dire que je serai enfermée jusqu'à la date du procès ? Une idée de combien de temps ça peut prendre ? » Demande-t-elle, aussi pragmatique que possible. Après tout, son frère a passé cinq ans entre ces murs, ça ne serait pas si dramatique si c'était à son tour d'y passer ? Elle essaye de s'en convaincre, mais son estomac se tord de plus en plus à l'idée de devoir rester des semaines voire des mois, ici. Elle se tourne vers Max et secoue la tête en signe de négation. « Non, Max, je n'ai pas cet argent. Tout ce que j'avais est parti dans mes frais de scolarité, absolument tout. » Et la somme avoisinait les dix-mille livres dont elle a besoin à présent, somme qu'elle a mis des années à mettre de côté. Elle ne sait même pas comment elle comptait payer les années restantes de son cursus, mais a priori, cette question n'est clairement plus l'une de ses priorités. La question risque plutôt d'être : sera-t-elle encore acceptée là-bas ?  « Tu ferais ça ? » Certes, Yevgeniya se souvient de ce que lui avait dit Ainhoa : pour quelqu'un comme Max, l'argent ne symbolise pas grand chose, mais elle est surprise de voir avec quelle facilité il se propose. « Tu sais que si tu fais ça… Tu n'as aucune garantie que je puisse te rembourser. T'en as conscience ? » Il n'a même aucune garantie qu'elle se présente à son procès, si procès il y a, mais ça, elle se garde bien de le dire devant les deux hommes. Ce qu'elle veut plus que tout, c'est sortir d'ici, peu importe ce qu'il lui en coûte.

Pour l'heure, elle se retourne vers l'avocat et reprend par rapport à ce qu'il lui avait dit un peu plus tôt. « L'accès à la colère, c'est bien, oui. » Commence-t-elle, doucement. « En même temps, comment garder son calme devant une pauvre fille qui dit que mon frère l'a engrossée ?! Tout ça pour quoi ? Pour qu'il lui paye une putain de pension alimentaire ? C'est pas possible qu'Alexeï soit le père, il était en taule, bordel. » Le ton monte sans même qu'elle ne s'en rende compte. Comme quoi, cette histoire avec Sameen et son frère la touche vraiment. « Tout le personnel de la prison est corruptible, ça, je le sais. Je le sais très bien, même. » Sinon elle n'aurait jamais eu autant de droits de visite durant les cinq dernières années et elle n'aurait jamais eu les promesses des gardiens pour qu'ils traitent bien son frère. « Mais je doute qu'ils aient laissé cette meuf avoir une visite conjugale. De toute façon, vous n'avez qu'à vérifier les visites qui datent de la conception et vous verrez que cette fille est une mythomane. » Elle croise les bras contre sa poitrine, à nouveau remontée et énervée. Il ne faudrait pas qu'elle croise à nouveau Sameen car la brune finirait certainement dans un état encore plus désastreux.



_________________

bad romance


Don't you know that it's only fear, I wouldn't worry, you have all your life, I've heard it takes some time to get it right | FRIMELDA


You carried all my fears, you let my demons play (max) 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
Max Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : You carried all my fears, you let my demons play (max) H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2488
POINTS : 3921
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
You carried all my fears, you let my demons play (max) Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 46 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Et l'envie de se lancer dans une nouvelle histoire d'amour avec une jolie blonde d'origine russe. Après tout, de call-girl à nouvelle femme, le chemin n'est pas si long que ça, non ?
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il est tellement infect, le cliché parfait de la rock-star, toujours en train de boire, avec une fille différente au bras...vous saviez qu'il avait eu un grave accident de voiture ? Moi je crois que c'est plutôt une overdose et qu'il veut éviter le scandale..Il n'est vraiment pas net, comme type.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

You carried all my fears, you let my demons play (max) Empty
MessageSujet: Re: You carried all my fears, you let my demons play (max) You carried all my fears, you let my demons play (max) EmptyDim 3 Fév - 15:54


Some kindness goes around
But also some kind of backfires

Max ne peut pas s’empêcher de voir le parallèle entre la fois où Alex a débarqué chez lui voler sa voiture et finir par lui foutre un poing dans la gueule et l’explosion de colère de Yevgeniya. Ca a juste moins bien fini pour elle parce que Sameen est moins arrangeante que lui – en même temps, les gens apprécient rarement de se faire casser le nez, il faut bien l’avouer. Et ce qu’il avait prédit à Ivy a fini par arriver : à force de réagir comme ça, les Vassilievitch ne peuvent que finir par avoir des emmerdements. Et ceux-là ne sont pas petits, l’attitude de l’avocat en témoigne. « Effectivement. On peut essayer de lui proposer un arrangement amiable si elle ne veut pas retirer sa plainte d’elle-même, mais si vous n’avez pas les moyens de payer cette caution de base, je vois mal comment nous pouvons lui proposer quelque chose d’intéressant. Donc oui, si vous ne payez pas, vous restez ici. Il est possible que le juge vous fasse passer rapidement, le délit étant assez flagrant, mais en moyenne…ce serait plutôt trois ou quatre mois d’attente. »

Du coup, la jeune femme n’est sans doute pas prête de sortir d’ici s’il ne fait pas quelque chose, parce que comme il s’en doutait, elle n’a pas les moyens de payer. Il hausse les épaules et lui adresse finalement un sourire. « Pourquoi pas. Je me vois mal repartir en te laissant ici, de toute façon, ça ne se fait pas. Et puis tu as entendu ce qu’a dit Harry, trois ou quatre mois, ça fait long, quand même. » Puisqu’il peut le faire, Max trouve normal de payer. Et c’est Yevgeniya, quand ça la concerne, peu importe ce qu’elle ait fait, l’argent n’a pas d’importance quand il s’agit d’elle, surtout qu’il a dit qu’il allait l’aider. Même si effectivement, il y a peu de chance qu’elle le rembourse, comme elle l’avoue elle-même. « Oui, mais ce n’est pas très grave. Après tout, tu ne comptais pas payer les frais d’avocats non plus, pas vrai ? » Ce n’est pas une critique, juste un constat, presque amusé. Il ajoute à l’intention de l’avocat, qui brule manifestement de dire qu’il ne compte certainement pas travailler gratuitement : « Du calme, Harry, vous serez payé à la fin quand même, je sais que vous ne faites pas ça pour la gloire. » Puis il continue pour Yevgeniya : « Disons que ça ira avec les frais d’avocats. Et que tu as plus besoin de cet argent que moi en ce moment, alors si je peux aider et que j’ai les moyens de le faire…c’est à ça que servent les amis, on va dire. »

Même si cela dit, vu le comportement et la colère de Yevgeniya, il n’est pas sûr que les choses s’arrangent si elle continue comme ça. « Hey, hey. Du calme. » Il saisit sa main, continue avec calme – et ce qu’il espère être de la diplomatie : « Je sais que ça t’énerve, mais ça ne va pas t’aider, crois-moi. » Harry en profite pour confirmer, redressant ses lunettes : « Maximilian a raison. Je dois vous prévenir que face au juge, ce genre d’attitude ne pourra que vous desservir. Je ne peux pas plaider le coup de colère si vous ne le regrettez pas, ou au moins si vous ne faites pas semblant de vous en vouloir. » Il tourne machinalement les pages du dossier et précise d’un air sûr : « A vrai dire, l’essentiel n’est pas de savoir si votre frère est bien le père du fils de madame Baxter. Mieux vaut même ne pas trop creuser, si c’est vrai, ça ne jouera pas en votre faveur. Cependant, c’est assez improbable pour que vous ayez pu penser que madame Baxter avait inventé tout ça, l’essentiel c’est que vous ayez pu le croire, donc…enfin, tout dépend de comment vous l’avez appris. » Ayant entendu la rumeur circuler lui-aussi, Max ne peut s’empêcher d’intervenir : « C’est une histoire qui se raconte à Tenby. Je n’y ai pas fait trop attention, les commères du village racontent un peu tout et n’importe quoi à Tenby, je me suis juste dit que j’en parlerai à Alex…je pense qu’on aurait dit ça de quelqu’un de ma famille, je le prendrais plutôt mal aussi, cela dit. » Plus que mal, même. L’avocat hoche la tête, en prenant des notes : « Je vois. Je pense que je peux réussir à faire quelque chose. Vous êtes proche de votre frère. Vous avez entendu des rumeurs déformées et malveillantes à son encontre. Vous n’avez pas supporté, n’importe qui pourrait le comprendre, vous avez voulu protéger votre frère et faire taire ces rumeurs. Votre réaction était excessive, vous le reconnaissez, vous regrettez. Ca vous va ? Si oui, on va vous laisser là, juste le temps de payer la caution, et qu’ils vous fassent sortir, d’accord ? » Pour Max, il n’y a pas d’autres solutions, de toute façon. Il a gardé la main de Yevgeniya dans la sienne, et il ajoute avec un sourire rassurant : « Tu peux lui faire confiance, il sait ce qu’il fait, si tu l'écoutes,  c’est bientôt fini. »

_________________

Redemptionkeep walkingAngels, give me shelter, 'cause I'm about to fall : it's all gone helter skelter...I'm not afraid : I'm gonna save us all.

You carried all my fears, you let my demons play (max) 482748114:
 



Dernière édition par Max Julliard le Dim 3 Fév - 23:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yevgeniya Vassilievitch
Yevgeniya Vassilievitch
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — brendan — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : penny (gif signat) frimelda (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 1946
POINTS : 4113
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017
You carried all my fears, you let my demons play (max) Tumblr_puupzc9uEP1ynvqd2o2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : une putain peut-elle avoir des sentiments ?
PROFESSION : madame
REPUTATION : elle vit ici, mais passe toujours tout son temps à swansea… ce n'est pas facile pour se faire une opinion sur elle


You carried all my fears, you let my demons play (max) Empty
MessageSujet: Re: You carried all my fears, you let my demons play (max) You carried all my fears, you let my demons play (max) EmptyDim 3 Fév - 19:51

I cheated myself,
Like I knew I would,
I told you I was trouble,
You know that I'm no good

Trois ou quatre mois… C'est faisable, non ? Yevgeniya sait qu'elle en serait capable, mais elle n'en a vraiment pas envie et savoir qu'elle a une carte sortie de prison qui lui est tendue aussi généreusement lui donne encore moins envie de se sacrifier. Egoïste comme elle l'a toujours été, elle est donc prête à accepter la proposition de Max tout en sachant pertinemment qu'elle ne lui rendra jamais son argent. « Non, c'est vrai… » Est-elle forcée d'admettre. Non, elle ne comptait pas non plus payer les frais d'avocats, aussi coûteux soient-ils, tout simplement parce qu'elle n'en a pas les moyens. Un avocat commis d'office ? Que nenni. Elle vaut mieux que ça. « Ce n'est pas de refus, alors. Tu n'es pas sûr de pouvoir te passer de moi pendant quatre mois, c'est ça hein ? » Qu'elle demande en souriant, cherchant à détendre l'atmosphère autant que possible, même si elle remonte rapidement sur ses grands chevaux lorsque le sujet Sameen Baxter est à nouveau abordé.

Plus le temps passe dans cette salle lugubre et froide, et plus la jeune femme se félicite d'avoir contacté Max et personne d'autre, car en plus de vouloir la faire sortir de là, il parvient à la calmer et ça, ce n'était pas gagné. Loin de là. Elle inspire et expire longuement, ses mains dans celles de Max et elle serre les dents, les yeux fermés quelques secondes. Elle a besoin de se calmer. En temps normal, elle est douée pour offrir des performances d'actrices hollywoodiennes, alors il faut qu'elle en fasse autant, car c'est sa liberté qui est en jeu. L'avocat reprend la parole, confirmant les dires de Max, mais le faisant d'un ton qui ne plait que moyennement à la russe. Inspire, expire. Elle serre les mains de son amant dans les siennes pour faire taire l'envie de frapper l'avocat qui se permet de lui parler comme si sa colère n'était pas légitime. Elle doit tellement prendre sur elle pour ne pas s'en prendre à Harry Ross que c'est Max qui répond à la question qui concerne la rumeur. Elle se contente de lever les yeux vers l'avocat en hochant la tête pour signifier que les dires de Max sont corrects et qu'elle n'a rien à ajouter. D'ailleurs, elle est heureuse de savoir que lui non plus n'apprécierait pas qu'on s'en prenne gratuitement à sa famille.
Harry ne semble pas comprendre à quel point il indispose Yevgeniya et lui adresse à nouveau directement la parole en la questionnant. Elle soupire longuement et répond d'un calme désarmant. « J'ai réagi excessivement, je regrette. J'ai compris. » Elle hoche la tête lentement, puis ses yeux passent de Harry à Max et son regard s'adoucit nettement quand il tombe sur le brun.  « D'accord. » Ignorant le vieillard et les policiers qui doivent probablement observer la scène de l'extérieur, elle se lève de sa chaise et se penche au dessus de la table, à la recherche des lèvres du musicien. Elle lui vole un long et doux baiser. « Merci. » Chuchote-t-elle à son oreille avant de se laisser retomber à sa place tandis que l'avocat est déjà prêt à sortir de la pièce pour s'entretenir avec le personnel. « Je vous attends, alors. » Sagement, de préférence, mais ce n'est pas comme si elle avait beaucoup d'options qui s'offraient à elle.

Les deux hommes quittent la pièce et elle attend un temps qui lui parait insurmontable, lui laissant le loisir de se dire que quelque chose ne va pas et qu'elle moisira pendant quatre mois entre quatre murs. Qui sait, peut-être que Max a changé d'avis, en fait ? Elle se pince les lèvres, la jambe incapable de rester en place et elle se lève aussitôt que la porte s'ouvre à nouveau. C'est un gardien qui l'invite à sortir et Max est toujours présent, flanqué d'Harry. On la conduit à l'entrée où elle récupère tous ses effets personnels : son sac à main, son téléphone portable, sa ceinture, ses bijoux, les lacets de ses converses, etc. Ils sortent du bâtiment et Ivy attend quelques secondes que les deux hommes échangent tranquillement des platitudes de leurs côtés tandis qu'elle se grille une clope amplement méritée. Elle n'a été enfermée que quelques heures, mais elle a quand même cette sensation de liberté qu'on ne ressent que lorsqu'on a eu peur de finir à l'ombre pendant une longue période. Elle s'approche de Max dès qu'elle voit Harry s'éloigner vers sa voiture. « Je crois que je n'ai pas vraiment envie de rentrer chez moi… Trystan risque de me poser des questions et je suis trop fatiguée pour avoir la patience nécessaire d'y répondre. » Elle recrache la fumée de sa cigarette, cherche ses mots par la même occasion. « Est-ce que… Je peux rentrer avec toi ? »


_________________

bad romance


Don't you know that it's only fear, I wouldn't worry, you have all your life, I've heard it takes some time to get it right | FRIMELDA


You carried all my fears, you let my demons play (max) 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
Max Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : You carried all my fears, you let my demons play (max) H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2488
POINTS : 3921
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
You carried all my fears, you let my demons play (max) Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 46 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Et l'envie de se lancer dans une nouvelle histoire d'amour avec une jolie blonde d'origine russe. Après tout, de call-girl à nouvelle femme, le chemin n'est pas si long que ça, non ?
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il est tellement infect, le cliché parfait de la rock-star, toujours en train de boire, avec une fille différente au bras...vous saviez qu'il avait eu un grave accident de voiture ? Moi je crois que c'est plutôt une overdose et qu'il veut éviter le scandale..Il n'est vraiment pas net, comme type.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

You carried all my fears, you let my demons play (max) Empty
MessageSujet: Re: You carried all my fears, you let my demons play (max) You carried all my fears, you let my demons play (max) EmptyMar 5 Fév - 0:22


Some kindness goes around
But also some kind of backfires

Max n’est pas vraiment surpris de devoir payer autant. Il a été arrêté quelque fois, il sait que les cautions et les frais d’avocats sont élevés. Et il connait évidemment la situation de Ivy. Mais il ne va pas se dédire maintenant, question de principe. A vrai dire, peu importe ce qu’elle a fait, la pensée que la jeune femme reste enfermée le révolte tout simplement. « C’est possible. » Répond-il avec un sourire à son trait d’humour, content de voir que malgré tout, Yevgeniya reste égale à elle-même sur ce plan-là. Max ne peut râler : après tout, c’est ce qu’il aime chez elle. Et pour continuer sur le même ton, il ajoute : « Et je ne peux pas résister si tu me fournis une occasion de jouer le chevalier blanc, ça n’arrive pas tant que ça, avec toi. » Pour un peu, il en oublierait presque l’avocat, qui se rappelle vite à leur bon souvenir, toujours avec ce ton neutre et professionnel, qui ne peut qu’agacer Ivy, telle qu’il la connait et vu l’état d’esprit dans lequel elle est. Il tente de calmer le jeu, ce qui marche plutôt bien puisqu’elle finit par se rallier à ce qu’ils disent, ce qui est une bonne chose : Harry connait son job. Ils sont déjà prêts à partir quand Yevgenyia l’embrasse. A nouveau, Max en oublierait presque l’avocat pour répondre à ce baiser. « C’est rien. » Répond-il avec un sourire, touché cependant par ce que la russe exprime. La gratitude, venant d’elle, c’est assez rare pour être noté. « On se retrouve tout à l’heure. » Assez vite, il l’espère.

Le temps de remplir plusieurs formulaires, puis le chèque de caution, il finit par voir réapparaitre Ivy. Ils n’ont plus qu’à sortir, ce qui convient à Max, qui n’a pas une passion marquée pour la police. La producteur règle les derniers détails avec Harry, avant de se retrouver finalement seul avec la blonde sur le parking : il est plus que tard, et il s’apprête à proposer de la ramener, mais Yevgeniya prend les devants. « Bon, alors je suppose que je ne te demanderais rien non plus. » Déclare-t-il d’un ton amusé, avant d’allumer à son tour une cigarette. « Je ne vais pas te dire non, tu te doutes bien. » Il est bien trop content d’avoir l’opportunité de passer un peu de temps avec elle pour ça, quand bien même le fait que le colocataire qu’elle a mentionné quelque fois acquière une identité ne lui plait pas des masses. Tant pis, c’est mieux que rien. Il lui ouvre avec galanterie la portière de la Jaguar, avant de s’installer du côté conducteur de la berline noire pour reprendre la route de Tenby. « Avant que j’oublie, Harry m’a dit de te donner ça. » Sans quitter la route des yeux, il tend à l’artiste la carte de visite. « Je sais que c’est un connard, mais il connait vraiment son job. Il va arranger les choses. » Ou il les arrangera lui-même, quelques milliers de livres sterling devraient suffire à acheter le silence de Sameen Baxter.

Le reste du trajet se passe dans un calme relatif. Il est tard, et même lui commence à être fatigué par les heures de voiture qu’il a faites dans la journée : quand ils arrivent chez lui, Max doit bien avoir sept heures de route dans les pattes. « Bon… je te laisse la salle de bain ? Et évidemment le dressing est à toi, mais ça tu commences à avoir l’habitude. » Il suppose que ce sont les propositions les plus logiques à faire. « Je peux essayer de te faire quelque chose à manger aussi si tu veux, même si je ne garantis pas que ce sera de la grande cuisine. » Edgar n’est pas là, et s’il sait cuisiner plutôt correctement, il est beaucoup trop tard pour que Max se rappelle des recettes qu’il a appris en Italie. « Et si tu as besoin de hurler un peu pour faire passer tout ça, je suis là aussi. » Même si en réalité, il envisage plutôt de piquer un somme et de boire un bon whisky en attendant la jeune femme. D'ailleurs, il va falloir aussi déterminer où elle dort : Max a bien une réponse toute trouvée, mais il ne veut forcer à rien Yevgeniya...

_________________

Redemptionkeep walkingAngels, give me shelter, 'cause I'm about to fall : it's all gone helter skelter...I'm not afraid : I'm gonna save us all.

You carried all my fears, you let my demons play (max) 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Yevgeniya Vassilievitch
Yevgeniya Vassilievitch
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — brendan — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : penny (gif signat) frimelda (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 1946
POINTS : 4113
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017
You carried all my fears, you let my demons play (max) Tumblr_puupzc9uEP1ynvqd2o2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : une putain peut-elle avoir des sentiments ?
PROFESSION : madame
REPUTATION : elle vit ici, mais passe toujours tout son temps à swansea… ce n'est pas facile pour se faire une opinion sur elle


You carried all my fears, you let my demons play (max) Empty
MessageSujet: Re: You carried all my fears, you let my demons play (max) You carried all my fears, you let my demons play (max) EmptyMar 5 Fév - 21:32

I cheated myself,
Like I knew I would,
I told you I was trouble,
You know that I'm no good

« Oui, c'est un connard… En plus, il est condescendant et il t'appelle Maximilian. Il ne peut pas faire comme tout le monde et t'appeler Max ? Merde, à la fin ! » Yevgeniya a attrapé la carte tendue par le musicien, puis elle croise les bras contre elle, réalisant qu'elle est à cran. Elle fait d'ailleurs la remarque à voix haute. « Je crois que je suis encore un peu énervée. » Souffle-t-elle… Et peut-être pas qu'un peu, en y réfléchissant. Le temps qu'ils passent dans la voiture permet à la jeune femme de penser à ce qu'elle a fait, à ce qu'elle fera par la suite pour répondre de ses actes. Son téléphone, qu'elle vient de rallumer s'excite dans sa poche et signale les messages qu'elle est en train de recevoir. Si elle avait réfléchi un minimum, elle aurait gardé le téléphone en question en train de vibrer dans la poche intérieure de sa veste - mais un réflexe instinctif, presque primitif, la pousse à lire les mots qui lui sont adressés. Erreur. Grossière erreur. Yevgeniya regrette son action, mais reste silencieuse et endure ce qu'elle est en train de deviner. "Faut qu'on parle..." lui a dit Alexeï, ce qui ne fait que grandir son inquiétude.

« Oui, je crois que je vais avoir besoin d'au moins une bonne demie heure pour me laver de cet air putride qu'on ne trouve qu'en cellule. » Elle grince des dents, se demande même comment Max l'a laissée l'embrasser et elle se retire dans cette même salle de bain où le producteur l'avait trouvé coincée dans son costume d'Halloween quelques mois plus tôt. Sous l'eau chaude, Yevgeniya se met à penser à son frère et à cette femme, à ce qu'elle a dit. Elle a parlé de test de paternité, du courage que son frère n'avait pas eu. Elle a dit qu'il magouillait… Qu'il sortait. Quelques larmes se mélangent à l'eau qui coule sur son visage et si Max pose une question, elle dira que ses yeux rougis sont dus à la fatigue, rien qu'à la fatigue. Qu'importe si elle ment. Elle n'est plus qu'à un mensonge près, après tout. Elle s'habille avec les vêtements les plus simples qu'elle trouve, laisse son chemisier tâché de sang dans un coin afin de ne plus y penser, puis retrouve Max dans le salon. À son tour, elle se sert un verre de whisky, le boit cul sec et se blottit contre lui.« Alexeï m'a écrit. Quand j'étais enfermée. Il m'a écrit et il m'a dit qu'il fallait qu'on parle. Dimka m'a écrit aussi. Il m'a dit qu'il a des alcools forts qui m'attendent. » Elle regarde droit devant elle, détestant le constat qu'elle est forcée de faire. Elle se mord la lèvre inférieure, reste muette quelques secondes supplémentaires tandis que sa gorge se noue. « Je crois que… Je crois que c'est mauvais signe. » Sa voix tremble, mais elle se reprend aussi vite pour ne pas que Max remarque qu'elle est sur le point de craquer. « Cette fille… Cette putain de Sameen… Elle a dit qu'il sortait, qu'il avait menti sur qui il était… » Qu'elle continue, sans même qu'il ne lui demande quoi que ce soit. « Et dans le fond, ça ne m'étonne pas tant que ça. Je veux dire, c'est totalement le style d'Alex. Mais… Mais… Si elle dit la vérité… » Et ça, c'est le plus difficile à entendre. Car si elle dit la vérité, ça veut surtout dire une chose que Yevgeniya n'est pas prête à accepter. « Si c'est la vérité, ça veut dire qu'il est sorti et qu'il n'est même pas venu me voir, putain. » Et ça c'est inconcevable pour la blonde. « J'veux pas y croire. Je… Je ne peux pas. » Pour elle, ses frères et son père résument sa vie, alors le fait que son frère ait préféré se taper une brune au lieu de profiter de sa famille la rend malade.

_________________

bad romance


Don't you know that it's only fear, I wouldn't worry, you have all your life, I've heard it takes some time to get it right | FRIMELDA


You carried all my fears, you let my demons play (max) 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
Max Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : You carried all my fears, you let my demons play (max) H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2488
POINTS : 3921
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
You carried all my fears, you let my demons play (max) Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 46 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Et l'envie de se lancer dans une nouvelle histoire d'amour avec une jolie blonde d'origine russe. Après tout, de call-girl à nouvelle femme, le chemin n'est pas si long que ça, non ?
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il est tellement infect, le cliché parfait de la rock-star, toujours en train de boire, avec une fille différente au bras...vous saviez qu'il avait eu un grave accident de voiture ? Moi je crois que c'est plutôt une overdose et qu'il veut éviter le scandale..Il n'est vraiment pas net, comme type.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

You carried all my fears, you let my demons play (max) Empty
MessageSujet: Re: You carried all my fears, you let my demons play (max) You carried all my fears, you let my demons play (max) EmptyDim 10 Fév - 0:16


Some kindness goes around
But also some kind of backfires

C’est une sale situation, il faut bien le reconnaitre, même si Max est quand même habitué aux situations merdiques – la plupart du temps, parce que c’est lui qui doit les gérer, ou qu’il est directement impliqué dedans. Il descend dans le studio chercher une de ses guitares favorites, et remonte se servir un whisky avant de se poser dans le canapé du salon, laissant trainer la bouteille sur la table basse. Pensivement, il gratte quelques accords dans l’idée que ça pourrait l’aider à réfléchir. Une attitude raisonnable serait de suivre les conseils de Shawn et au lieu de s’obstiner, maintenant qu’il a sorti Ivy de prison, de cesser ce petit jeu. Mais bon, son associé n’a qu’une vision très parcellaire de ce qui se passe entre Max et Yevgeniya, et surtout des sentiments qui agitent le musicien. Il boit lentement son verre, qu’il a bien mérité après toute ces émotions, et continue à s’interroger, ses doigts courant distraitement sur les cordes de son instrument, improvisant une mélodie sans que ni tête. Quand même, elle a tout de même cassé le nez de cette fille, c’est une putain de réaction excessive, même pour une rumeur qui peut paraitre dégueulasse et difficile à croire. Ça, c’est le côté raisonnable de l’analyse. Dans le même temps, Max a du mal à juger, parce que comme il l’a dit, si quelqu’un balançait ce genre de chose sur son frère, ou ses sœurs – même Bonnie, cette connasse devant l’Eternel – il aurait probablement le même type de réaction, à peu près autant à l’emporte-pièce et sans discernement. I est donc porté à l’indulgence, et puis il n’est pas objectif, il ne peut pas, pas avec Yevgeniya. Oui, elle a déconné, sans doute qu’elle n’aurait pas du faire ça, même si Sameen ment, mais le producteur est prêt à lui trouver toute sortes d’excuses. Donc tant pis si c’est chiant à gérer pour lui aussi, après tout, on ne peut pas prétendre aimer les gens et n’être là que quand ça va bien, les lâcher quand ils ont des problèmes ou quand ils font une connerie.

Ce sont les pas de Ivy elle-même, descendant l’escalier, qui ramènent Max à la réalité, et il rejette la guitare dans un coin du canapé pour lui faire de la place. Il est décidé à s’en tenir à ce qu’il a dit et à ne pas poser de questions, comme il ne sait pas si elle veut parler ou pas du tout. Il devine la jeune femme plus affectée que ce qu’elle voudrait bien laisser croire, et la laisse s’installer contre lui sans broncher. Plus que tout, c’est la série d’aveux qu’elle lui fait qui surprend Max. Il pratique le caractère de Yevgeniya depuis longtemps pour savoir qu’elle ne se livre pas facilement, et surtout qu’elle est au bords des larmes. « Je suis désolé, babe. » Il passe gentiment un bras autour d’elle, caresse avec douceur son épaule, et dépose un baiser sur sa tempe, plein de compassion. « Je comprends que ça te fasse de la peine, et que ça soit dur à avaler... » On pourrait voir comme un progrès que Ivy vienne à accepter que Sameen Baxter dit la vérité, mais Max comprend surtout que le problème est ailleurs, et qu’il se situe plutôt dans le rapport de la russe avec son frère.

« Je ne sais pas bien quoi te dire…je crois qu’il a complètement déconné, mais je ne pense pas que ça veuille dire qu’il ne tient pas à toi. Sinon la première chose qu’il aurait fait en sortant de prison, ça n’aurait pas été de venir me casser la gueule, je pense… » Difficile de croire qu’il se servirait un jour de ça en essayant de le présenter sous un angle positif. Max a du mal à y croire lui-même. « Mais si ça t’aide, je peux essayer de lui parler. Ou lui casser la gueule de ta part. On se voit dans deux jours, tu n’as qu’à me dire ce que tu veux que je fasse. » C’est peut-être trop tôt pour essayer de détendre l’atmosphère, mais bon, le producteur a du mal à voir comment il doit réagir. Il n’est pas le gars le plus doué du monde quand il s’agit de rassurer les gens, n’arrivant déjà pas à se prendre en main lui-même. « Sérieusement, je sais que c’est difficile, mais je pense qu’il faudrait surtout que vous ayez une vraie conversation, toi, Dimka et lui, rien que pour voir s’il confirme ce que cette fille dit. » Il la tient toujours dans ses bras, essaye de faire passer par cette tendresse, tout ce qu’il n’arrive pas à dire, toute la compassion qu’il a pour la russe, sinon de façon maladroite. Il ne sait pas quoi faire, il voit juste bien qu'elle est mal et il voudrait bien l'aider. « Et je pense aussi que ce serait mieux de ne pas avoir cette conversation maintenant, mais quand tu te seras reposée un peu. » Il fait une dernière proposition, hésitant : « Tu préfères peut-être aller chez Dimka, pour ça, d’ailleurs ? » Après tout, ce ne serait pas illogique qu’elle préfère aller voir son ainé, c’est quand même avant tout une histoire familiale, même si maintenant, Max y est sérieusement impliqué.

_________________

Redemptionkeep walkingAngels, give me shelter, 'cause I'm about to fall : it's all gone helter skelter...I'm not afraid : I'm gonna save us all.

You carried all my fears, you let my demons play (max) 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Yevgeniya Vassilievitch
Yevgeniya Vassilievitch
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — brendan — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : penny (gif signat) frimelda (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 1946
POINTS : 4113
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017
You carried all my fears, you let my demons play (max) Tumblr_puupzc9uEP1ynvqd2o2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : une putain peut-elle avoir des sentiments ?
PROFESSION : madame
REPUTATION : elle vit ici, mais passe toujours tout son temps à swansea… ce n'est pas facile pour se faire une opinion sur elle


You carried all my fears, you let my demons play (max) Empty
MessageSujet: Re: You carried all my fears, you let my demons play (max) You carried all my fears, you let my demons play (max) EmptyDim 10 Fév - 18:20

I cheated myself,
Like I knew I would,
I told you I was trouble,
You know that I'm no good

Si la douche fait un bien fou à Yevgeniya sur le plan physique, rien ne semble capable d'atténuer sa peine sur le plan moral. L'idée que son frère cadet soit sorti de prison sans en parlant est impensable, même si elle doit faire face à la réalité et accepter ce qui se passe sous ses yeux. Il est sorti. Elle a voulu que les gardes soient gentils avec son frère et elle a tout fait pour qu'ils ne soient pas trop strictes et ils ont obéi : ils ont été si laxistes qu'ils l'ont laissé sortir. Ils l'ont laissé sortir et se taper des femmes comme s'il n'était pas en prison, comme s'il ne devait rien à personne. Elle ne dit rien à Max en ce qui concerne le soudoiement des gardiens car elle se doute qu'il n'a pas envie de savoir qu'elle se les tapait régulièrement ou qu'elle payait ceux qui ne voulaient pas tromper leurs épouses et elle soupire à la place, toujours en pleine réflexion sur ses propres actes et sur ceux d'Alexeï. Yevgeniya n'a toujours pas fini d'osciller entre colère et douleur, mais ce qui est sûr, c'est que la présence de Max parvient à tempérer ce qu'elle ressent. « Je ne sais… Je ne suis plus sûre de rien. » La russe essaye de s'imaginer dans la situation inverse et elle ne peut pas s'imaginer quitter les murs de la prison et ne pas voir ses frères, peu importe à quel point cela serait risqué. « Si j'avais été enfermée et que j'avais eu la chance de sortir, rien que quelques heures, j'aurais tout fait pour voir ma famille. » Souffle-t-elle, déçue et incapable de sourire alors qu'elle sait pourtant si bien jouer la comédie en temps normal.

La seule constance de la jeune femme depuis plusieurs heures, c'est la fatigue qu'elle ressent et qui ne semble pas vouloir la quitter. Ainsi, elle entreprend carrément de se coucher sur le canapé, la tête sur les genoux de Max et elle reprend d'une petite voix. « Ta proposition est tentante, mais je crois que je préfère éviter. » Elle parvient enfin à esquisser un fin sourire. Perdue dans ses pensées, elle continue. « Tu dois penser qu'on est fous, mes frères et moi. Je veux dire, Alex qui s'en prend à toi… Moi qui m'en prends à Sameen… » Il y a beaucoup de violence autour des Vassilievitch. Il y en a toujours eu et Ivy ne voit pas comment il pourrait en être autrement. « Ça a toujours été comme ça. Je ferai n'importe quoi pour mes frères. Vraiment n'importe quoi. » Même si elle est la benjamine de la famille, c'est plus fort qu'elle ; Yevgeniya a toujours été surproductrice envers les membres de sa famille. Inconsciemment, la jeune femme se demande si cette nouvelle donnée sur elle donne envie à Max de fuir. Est-ce qu'il va prendre peur de la femme qu'elle peut devenir ? Ou est-ce qu'il voudra encore l'attendre malgré ce qu'elle lui a dit le soir de la vente aux enchères ? Elle déglutit, ferme les yeux quelques secondes puis les rouvre pour reprendre. « Oui, il faudra qu'on parle. » Une réunion de famille s'impose, mais clairement, la jeune femme n'est pas prête à la subir maintenant. « Dimka héberge Alex… Alors non… Je n'ai pas vraiment envie d'aller là-bas. Pas maintenant, en tout cas. » Pourtant, l'idée de voir son frère aîné pourrait l'aider à accepter la situation. Toutefois, elle n'est pas prête à tomber nez à nez avec Alex. Pas encore.

Elle se redresse, ne peut s'empêcher de se demander si Max est en train d'essayer de la mettre à la porte avec subtilité ? Peut-être que cette nouvelle facette de la russe va réellement le faire fuir ? Les nerfs encore à vif à cause de l'enchaînement d'événements qu'elle a vécu tout au long de la journée, elle va même jusqu'à se lever brusquement, croise les bras sur sa poitrine. « Mais si tu veux que je m'en aille, c'est bon, je m'en vais. Je ne vais pas rester si tu ne veux pas de moi. » Elle attache rapidement ses cheveux encore mouillés et se remet en mouvement, feignant la fille qui sait ce qu'elle fait alors qu'elle n'en a pas le moindre idée. Elle n'a plus la moindre idée de ce qu'elle doit faire depuis qu'elle a atterri en cellule. « Putain, elle est où ma veste ?! » S'emporte-t-elle, à bout. Elle cherche à fuir, préférant ne pas être là où elle n'est pas désirée et surtout parce qu'elle se rend compte qu'elle s'est montrée beaucoup trop vulnérable auprès du musicien. Et dire qu'elle a même failli pleurer…

_________________

bad romance


Don't you know that it's only fear, I wouldn't worry, you have all your life, I've heard it takes some time to get it right | FRIMELDA


You carried all my fears, you let my demons play (max) 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
Max Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : You carried all my fears, you let my demons play (max) H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2488
POINTS : 3921
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
You carried all my fears, you let my demons play (max) Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 46 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Et l'envie de se lancer dans une nouvelle histoire d'amour avec une jolie blonde d'origine russe. Après tout, de call-girl à nouvelle femme, le chemin n'est pas si long que ça, non ?
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il est tellement infect, le cliché parfait de la rock-star, toujours en train de boire, avec une fille différente au bras...vous saviez qu'il avait eu un grave accident de voiture ? Moi je crois que c'est plutôt une overdose et qu'il veut éviter le scandale..Il n'est vraiment pas net, comme type.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

You carried all my fears, you let my demons play (max) Empty
MessageSujet: Re: You carried all my fears, you let my demons play (max) You carried all my fears, you let my demons play (max) EmptyMar 12 Fév - 22:40

Some kindness goes around
But also some kind of backfires

Il n’est pas doué pour rassurer les gens, Max, même s’il est en général plein de bonne volonté. Il faut dire qu’il ne sait pas bien comment se rassurer lui-même, la plupart du temps, alors rassurer Yevgeniya, dans une histoire où il ne maitrise ni les tenants ni les aboutissants, ce n’est pas franchement facile pour lui. Le producteur aimerait y arriver, mais en la sortant de prison et en la ramenant chez lui, Max est sans doute arrivé au bout de ce qu’il pouvait faire. Qu’est-ce qu’il peut bien dire, en même temps ? Il n’est pas Alexeï, il ne peut pas tenter de justifier ce qu’a fait son chauffeur. « Je me doute. » Max a foiré trop de mariages et a perdu trop pour ne pas comprendre l’importance que Yevgeniya accorde à sa famille. Mais il ne peut pas justifier ce qu’a fait Alex, parce qu’il ne comprend pas.

Il sait simplement que sa proposition de lui casser la gueule, si Yevgeniya le veut, est sincère. Elle a posé la tête sur ses genoux, et il caresse machinalement ses cheveux, prenant sa main dans la sienne. « Sûre ? » Max l’a vue esquisser un sourire, ce qui le rassure un peu, lui. « Ce serait avec plaisir, pourtant. J’aime vraiment pas te voir malheureuse comme ça. » Donc encore moins que quelqu’un la rende malheureuse, y compris si c’est son frère. Mais bon, au fond, le producteur sait bien que malgré tout, s’il met cette idée à exécution, il sera le premier à se faire engueuler par la blonde. Même si pour l’instant, Ivy a plutôt l’air inquiète de ce qu’il pense de cette histoire. Avec un brin d’angoisse, lui semble-t-il, non ? « Faut avouer que je ne m’ennuie pas, avec vous… » Amorce-t-il, souriant. Qu’il en voit de toutes les couleurs, même. Mais Max ne se permettrait pas de juger, vraiment pas. « Mais non, pas plus que ça. Tu sais, je comprends un peu. Je crois que je serais prêt à tuer quiconque s’en prendrait à ma fille, alors je ne vais pas te juger pour un nez cassé… » Il n’est pas totalement sûr que Yevgeniya l’écoute, cependant. Est-ce que c’est la fatigue, la colère, ou la tristesse qui font ça, mais le musicien a l’impression qu’elle est un peu ailleurs, et que ce qu’il dit ne l’atteint pas vraiment. « Ok. Alors on verra ça demain, pas de problème. » Sa proposition n’a aucun intérêt si Alexeï est hébergé par Dimka, comme la russe le lui apprend.

Malheureusement, Max a la confirmation que Ivy ne l’écoute absolument pas, lorsqu’elle se lève brusquement, croyant manifestement qu’il la pousse à partir. Toujours assis sur le canapé, il lui lance un regard halluciné, pris de court : « Quoi ? Mais…Non, mais enfin, je n’ai jamais dit… » En d’autres circonstances, le producteur se serait mis à son tour en colère. Il n’en faut pas beaucoup pour venir à bout de sa patience, et en général, il n’aime pas du tout qu’on lui parle comme ça. Et encore moins qu’on lui fasse dire des choses qu’il n’a pas dites. Mais quand Yevgeniya reprend, manifestement perdue, il comprend surtout qu’elle est plus à bout et épuisée qu’en colère. « Hey, écoute moi… » Il se lève et se rapproche d’elle, lève doucement les mains pour venir encadrer son visage et la forcer à le regarder. « Arrête, ça suffit. Stop. Fais une pause deux secondes et écoute-moi. »

Le ton est ferme, mais pas méchant, au contraire. Max essaye d’être le plus apaisant et le plus raisonnable possible. « D’abord, ta veste est dans l’entrée, là où tu l’as laissée. Ensuite, non, je ne veux pas que tu partes, au contraire. J’aimerais beaucoup que tu restes, même. » Il lui sourit avec douceur, essayant de faire passer au mieux le message : « Mais je ne veux pas te forcer à quoi que ce soit, moi, c’est pour ça que je demandais si tu voulais que je te ramène. Maintenant, si tu veux rester, tu restes. Autant que tu veux. D’accord ? » Toujours avec la même douceur et le même calme, il l’attire contre lui : « Tout va bien, ok ? C’est juste la fatigue qui te joue des tours, je ne vais pas te laisser tomber. » C’est aussi un exemple de toute la difficulté de leur relation, il a bien compris que vu son passif sentimental, Yevgeniya aura toujours certaines craintes, que la fatigue fait ressortir assez violemment. « Et si tu veux mon avis, je crois que t’as surtout besoin de dormir, et que je vais t’emmener te coucher maintenant. » Il la soulève carrément pour la porter, l’embrasse délicatement dans le cou, avant de déposer un baiser sur ses lèvres, avant de conclure avec un sourire : « Tu voudras que je reste un peu ? »

_________________

Redemptionkeep walkingAngels, give me shelter, 'cause I'm about to fall : it's all gone helter skelter...I'm not afraid : I'm gonna save us all.

You carried all my fears, you let my demons play (max) 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Yevgeniya Vassilievitch
Yevgeniya Vassilievitch
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — brendan — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : penny (gif signat) frimelda (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 1946
POINTS : 4113
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017
You carried all my fears, you let my demons play (max) Tumblr_puupzc9uEP1ynvqd2o2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : une putain peut-elle avoir des sentiments ?
PROFESSION : madame
REPUTATION : elle vit ici, mais passe toujours tout son temps à swansea… ce n'est pas facile pour se faire une opinion sur elle


You carried all my fears, you let my demons play (max) Empty
MessageSujet: Re: You carried all my fears, you let my demons play (max) You carried all my fears, you let my demons play (max) EmptySam 16 Fév - 18:08

I cheated myself,
Like I knew I would,
I told you I was trouble,
You know that I'm no good

Accablée, désemparée et surtout, apeurée, Yevgeniya cherche à fuir Max qui vient de la voir vulnérable pour la énième fois. Ça ne devrait pas arriver ; Ça ne devait pas arriver… Or, la jeune femme réalise qu'elle est beaucoup trop proche de son client, qu'elle ressent beaucoup trop de choses pour lui et qu'elle ne devrait pas le laisser la voir dans cet état. Max la retient, la force à le regarder, ce qui a pour résultat de faire couler les quelques larmes qui brouillaient sa vision. La fatigue… Oui, c'est la fatigue qui lui joue de vilains tours, et cette même fatigue ne l'aide pas à comprendre pourquoi Max est aussi attaché à elle alors qu'il l'a vue dans ses pires moments. Elle se mord l'intérieur de la joue, la mâchoire tremblante. « D'accord… » Dit-elle en hochant la tête, doucement. Enfin, elle fonce dans cette étreinte qu'il lui offre, l'enlaçant aussi fort qu'elle peut, soulagée de pouvoir cacher son visage pour ne plus qu'il voit les pleurs qu'elle n'a pas su retenir. Yevgeniya est peut-être fatiguée, mais elle n'est pas sotte pour autant, ainsi, elle ne croit pas aux paroles de l'ancien pilote et elle doit se retenir de ne pas lui faire une dissertation sur toutes les raisons qui font que : non, tout ne va pas bien.

Elle passe ses bras autour de son cou quand il entreprend de la soulever et elle le laisse l'embrasser, se demandant encore une fois comment il peut vouloir la réconforter alors qu'un autre homme l'aurait probablement laissé se débrouiller toute seule, préférant ignorer ses états d'âme et ses crises de nerfs. Non, elle ne comprend pas l'attachement de Max, mais la façon dont il lui sourit, dont il la regarde est différente de celles des autres hommes et ça fait naître un elle des sensations nouvelles. Il est si doux avec elle, si prévenant, qu'elle se demande encore jusqu'où il est prêt à aller. « Oui… » Répond-elle à sa question finale alors que son cerveau lui disait de répondre par la négative, de ne pas être ce genre de filles nécessiteuses, ces filles qui ne lui inspirent que de la pitié. Et pour en rajouter une couche, elle s'entend en demander encore plus. « Je voudrais que tu viennes à côté de moi. » Que tu me prennes dans tes bras. Couchée, elle ferme les yeux le temps que sa respiration reprenne un rythme moins saccadé puis se retourne vers Max, s'autorise à lui caresser la joue. « Comment tu fais…? Comment est-ce que tu fais pour me supporter ? » Demande-t-elle dans un murmure qu'il ne peut entendre que grâce à leur proximité et parce qu'il n'y a pas de nuisance sonore environnante. « Je sais que je suis une garce, mais c'est comme ça que je suis, c'est comme ça que je fonctionne et toi… Toi, tu restes là… Avec moi. C'est comme si ça ne te dérangeait pas, que tu étais prêt à l'accepter. » Si la fatigue rend la jeune femme à cran, ça la pousse également à agir sans ses filtres habituels, car s'il y a bien un genre de conversation que la russe adore éviter, c'est bien celui là. « Tu ne serais pas un peu fou ? » Demande-t-elle en esquissant un nouveau sourire, en essayant d'oublier la nuit horrible qu'elle a passé en cellule et le fait qu'elle soit potentiellement la tante d'un gamin qu'elle ne veut pas connaître. « Je ne sais pas comment tu fais… Tu es une énigme, Max Julliard. Une putain d'énigme que je ne comprends pas. Pire qu'un problème de mathématiques et pourtant je ne suis vraiment pas douée en maths. » Elle parle lentement, toujours aussi doucement, mais poursuit son monologue sans jamais laisser le temps à Max de lui répondre car peut-être qu'au fond d'elle, elle a peur de ce qu'il pourrait lui répondre. « Max… Ça ne te dérange pas que je reste alors que tu sais qu'on ne couchera pas ensemble ? Je ne me souviens pas de la dernière fois où j'ai dormi avec quelqu'un sans coucher avec… » Et pour les pauvres oreilles de l'ancien pilote, la fatigue pousse aussi Yevgeniya à dire tout ce qui lui passe par la tête. Toutefois, la situation la pousse à se poser une nouvelle question : qu'est-ce que ça fait d'eux s'ils passent toujours autant de temps ensemble, même quand il n'y a pas de sexe ? Et assurément, la réponse est effrayante. « Je ne sais pas ce que j'aurais fait ce soir, si tu n'avais pas été là… » Conclut-elle, les yeux brillants, captivée par les prunelles de Max malgré l'obscurité de la pièce.

_________________

bad romance


Don't you know that it's only fear, I wouldn't worry, you have all your life, I've heard it takes some time to get it right | FRIMELDA


You carried all my fears, you let my demons play (max) 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
Max Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : You carried all my fears, you let my demons play (max) H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2488
POINTS : 3921
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
You carried all my fears, you let my demons play (max) Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 46 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Et l'envie de se lancer dans une nouvelle histoire d'amour avec une jolie blonde d'origine russe. Après tout, de call-girl à nouvelle femme, le chemin n'est pas si long que ça, non ?
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il est tellement infect, le cliché parfait de la rock-star, toujours en train de boire, avec une fille différente au bras...vous saviez qu'il avait eu un grave accident de voiture ? Moi je crois que c'est plutôt une overdose et qu'il veut éviter le scandale..Il n'est vraiment pas net, comme type.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

You carried all my fears, you let my demons play (max) Empty
MessageSujet: Re: You carried all my fears, you let my demons play (max) You carried all my fears, you let my demons play (max) EmptyDim 17 Fév - 18:42


Some kindness goes around
But also some kind of backfires


Max connait assez Yevgeniya pour comprendre qu’elle est fière et que dire quand ça va mal ne fait pas partie de ses habitudes, mais son attitude parle pour elle – sans quoi elle ne se laisserait pas faire et elle ne lui demanderait pas de rester. « On fait comme tu veux, babe. » Murmure-t-il en avançant vers la chambre. Si les circonstances étaient autres, Max se réjouirait de cette évolution qui prouve sans doute que la russe lui fait au moins un peu confiance, et en tout cas qu’elle tient assez à lui pour vouloir rester en sa compagnie, mais là il s’inquiète plus qu’autre chose. D’autant qu’il n’est pas vraiment en mesure de déterminer ce qui cause le plus de peine à Yevgeniya : ce qu’il s’est passé avec son frère, le fait d’être passée par la case prison, ou d’avoir du demander de l’aide, surtout à lui ? Il aimerait la rassurer au mieux, mais comme il devine que tout est un peu mélangé et que la fatigue n’aide pas, il ne dit rien et il se contente de la déposer avec délicatesse sur le lit, la laissant s’installer comme elle veut, avant de se poser à son tour à côté d’elle.

Le producteur s’apprête à fermer les yeux, fatigué lui aussi, se disant que Ivy préfère peut-être qu’il la laisse tranquille un moment pour qu’elle se repose. Clairement, il ne s’attendait au flot de paroles qui suit, mais il écoute, patiemment. Et comme à chaque fois qu’il ouvre la bouche pour répondre, Yevgeniya continue, il finit par se taire, tout simplement. Surtout que s’il y réfléchit bien, Max n’est pas vraiment sûr de savoir comment répondre à toutes les interrogations de la jeune femme. Il n’a pas vraiment de réponse rationnelle à formuler, à part « je m’en fous, je t’aime ». Ca aurait le mérite de la simplicité, mais il n’est pas sûr que Yevgeniya soit prête à l’entendre. Et lui en tout cas, n’est pas encore capable de le dire, quand bien même il le pense, quand bien même ça se voit, sans doute. Les mots sont là, pourtant, il aurait envie de les dire, presque, mais ça ne sort pas.

Alors il la laisse finir patiemment, avant de lui adresser un sourire. « Eh bah, tu en as des questions, je ne sais même pas par où commencer pour te répondre. » Il a un léger rire, avant de la prendre dans ses bras : « Et où est-ce qu’est passée Yevgeniya Vassilievitch, la fille qui organise des threesome pour mon anniversaire ? » Il s’en amuse, mais ce n’est pas de la moquerie. C’est simplement que le changement d’attitude est trop important pour ne pas qu’il le remarque : d’habitude, il n’a pas le droit à autant d’aveux, ni à cette reconnaissance-là. Ca le touche, mais il ne sait pas bien comment gérer ça. « Sérieusement, je ne sais pas si je peux te répondre sans partir dans un monologue comme la dernière fois, et je crois qu’on a passé l’heure de faire ça… » Clairement, il voudrait bien dormir lui aussi, mais il ne peut pas rien dire, pas après ça, parce que c’est suffisamment rare que Yevgeniya s’ouvre à ce point qu’il doit dire quelque chose. « Je suis peut-être un peu fou, mais toi, tu n’es pas qu’une garce. Ou alors, tu es une garce que j’aime bien, si tu préfères. Encore plus quand tu me fais rire ou que tu m’entraines sur le dancefloor… » Le bien est peut-être en trop, mais c’est assez honnête. Il l’embrasse doucement, avant d’ajouter d’un ton sérieux : « Et tu sais, je serais vraiment un connard si je n’étais pas venu te chercher après ce que j’ai dit la dernière fois. Au final, c’est juste normal, alors n’y penses plus, ok ? » Le producteur pose un doigt sur ses lèvres pour couper court à toute réplique, avant de se lever pour enlever sa chemise. « Et pour finir, non, ça ne me dérange pas qu’on ne couche pas ensemble ce soir…en tout cas, si tu me laisses enlever ça, il est hors de question que je dorme en costard. » Il abandonne sa chemise et son pantalon de costume sur un fauteuil, et retourne vers le lit. Il doute que ça la dérange, de le voir en caleçon, de toute façon. Il se réinstalle à côté de Yevgeniya juste après, et la prend avec douceur dans ses bras. « Je suis content de te voir, ça me suffit, même si je préférerais que tu n’aies pas tous ces ennuis. Idiot comme je suis, tu me manques, et ça, ça ne concerne pas que les fois où on couche ensemble. Alors je maintiens, ça me va.  » Max ne sait pas trop si elle l’écoute, lui-même somnole un peu, et ses propos se font un peu incohérent : « Il faut que tu me fasses confiance, un peu, tu sais, juste un peu. Et puis il faut que tu dormes, on en reparlera, si tu veux, mais demain… » Il sombre, lui-même, assez vite.

_________________

Redemptionkeep walkingAngels, give me shelter, 'cause I'm about to fall : it's all gone helter skelter...I'm not afraid : I'm gonna save us all.

You carried all my fears, you let my demons play (max) 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Yevgeniya Vassilievitch
Yevgeniya Vassilievitch
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — brendan — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : penny (gif signat) frimelda (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 1946
POINTS : 4113
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017
You carried all my fears, you let my demons play (max) Tumblr_puupzc9uEP1ynvqd2o2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : une putain peut-elle avoir des sentiments ?
PROFESSION : madame
REPUTATION : elle vit ici, mais passe toujours tout son temps à swansea… ce n'est pas facile pour se faire une opinion sur elle


You carried all my fears, you let my demons play (max) Empty
MessageSujet: Re: You carried all my fears, you let my demons play (max) You carried all my fears, you let my demons play (max) EmptyDim 17 Fév - 21:30

I cheated myself,
Like I knew I would,
I told you I was trouble,
You know that I'm no good

Les mots passent par la bouche de Yevgeniya sans même que sa tête n'ait le temps de les identifier, de les contrôler ou de les censurer. Ainsi, elle se livre, ayant l'impression de subir une opération à coeur ouvert, le tout en étant anesthésiée par la fatigue. Il n'a pas tort, Max, quand il se demande où est passé la fille qui organise des plans à trois… À vrai dire, elle se pose la même question tant elle se sent vulnérable ce soir, et tant elle n'est pas habituée à cette sensation. Les paroles de Max la bercent, et elle se force à ne pas y répondre, pour ne pas dire des choses qui la rendraient encore plus vulnérable. Pourtant… Elle pourrait se confier encore… Se confier comme elle ne l'avait jamais fait auprès du musicien, parce qu'elle ne réalise qu'à présent à quel point il était sérieux quand il lui disait qu'il était prêt à l'attendre. Le connaissant comme elle le connait, Yevgeniya ne pouvait s'empêcher de croire que ses paroles étaient des paroles en l'air… Après tout, Max est un artiste lui aussi, mais contrairement à elle, c'est avec la musique et les mots qu'il sait jouer. Et Dieu sait à quel point il sait bien les manier, ces mots. Il doit avoir l'habitude qu'on boive ses paroles, mais ce n'est pas le cas de la russe qui n'accorde pas sa confiance si on ne fait pas partie de sa famille. La gorge sèche, Yevgeniya l'embrasse et lui souhaite une bonne nuit pour enfin tomber dans les bras de Morphée en quelques secondes.

* *
*

Elle se réveille, toujours blottie dans les bras de son sauveur et sans la moindre envie de s'en dégager. C'est sans doute la première fois qu'elle se réveille aux côté de Max sans souffrir d'une gueule de bois handicapante, ce qui est une sensation plutôt agréable et contrairement à la dernière fois où ils ont passé la nuit ensemble dans ce même lit, elle n'a pas envie de filer en douce. Elle n'y songe même pas, même si ce n'est pas pour autant que son cerveau ne lui envoie pas des signaux d'alarme depuis qu'elle s'est retrouvée à sourire bêtement en regardant Max dormir. Car justement, ils n'ont fait que dormir ensemble. Et peu importe ce qu'il a pu dire la veille, cette nouvelle donnée s'inscrit dans la catégorie du "jamais vu". Bon ou mauvais signe ? Yevgeniya ne saurait répondre à cette question, mais il lui reste l'option de remettre les choses en ordre afin d'éviter toute confusion. Aussi, c'est une distraction suffisamment plaisante pour éviter de penser à son frère et à son possible marmot ou à la plainte qui a été déposée contre elle et qui risque de la faire virer de l'école d'art dans laquelle elle a mis tout son argent, toutes ses économies qu'elle a mis des années à pouvoir rassembler.
Fidèle à elle-même, Ivy profite de l'assoupissement de son amant pour le réveiller dans la douceur et dans la sensualité. Elle le couvre de doux baisers dans le cou et remonte doucement sur sa bouche. « Bonjour. » Dit-elle tout doucement tandis que sa main, elle, se faufile un peu plus bas, jusqu'à l'intérieur du caleçon de Max. « Bon… On dirait que tu as l'équivalent de 10 000 livres sterling d'heures qui te sont offertes. Tu peux en profiter dès maintenant si ça te dit. » Propose-t-elle, espiègle, toujours le sourire aux lèvres. « Et puis qui sait, peut-être que ça nous permettra d'oublier le mélodrame dans lequel je suis tombée hier soir. C'était pathétique, je ne sais pas ce qui m'a pris. Tu avais raison, la fatigue m'a jouée des mauvais tours. » Elle lève les yeux au ciel, comme si son comportement de la veille était réellement celui d'une autre personne. « Mais promis, je vais tout faire pour me faire pardonner. » Et sur ces mots elle entreprend de faire davantage plaisir à l'ancien pilote en allant embrasser une toute autre partie de son corps située un peu plus au sud.

_________________

bad romance


Don't you know that it's only fear, I wouldn't worry, you have all your life, I've heard it takes some time to get it right | FRIMELDA


You carried all my fears, you let my demons play (max) 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Max Julliard
Max Julliard
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar + code) + colonel-clucker.tumblr.com (gifs sign) + Penny (with love)
TA DISPONIBILITE RP : You carried all my fears, you let my demons play (max) H00QVD4
RAGOTS PARTAGÉS : 2488
POINTS : 3921
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018
You carried all my fears, you let my demons play (max) Tumblr_pitbx81QHD1vg2yxdo1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 46 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : 5 mariages foirés au compteur. Et l'envie de se lancer dans une nouvelle histoire d'amour avec une jolie blonde d'origine russe. Après tout, de call-girl à nouvelle femme, le chemin n'est pas si long que ça, non ?
PROFESSION : Producteur et DJ, ancien pilote de Formule 1, et jet-setteur professionnel
REPUTATION : Il est tellement infect, le cliché parfait de la rock-star, toujours en train de boire, avec une fille différente au bras...vous saviez qu'il avait eu un grave accident de voiture ? Moi je crois que c'est plutôt une overdose et qu'il veut éviter le scandale..Il n'est vraiment pas net, comme type.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

You carried all my fears, you let my demons play (max) Empty
MessageSujet: Re: You carried all my fears, you let my demons play (max) You carried all my fears, you let my demons play (max) EmptyDim 24 Fév - 17:32

Some kindness goes around
But also some kind of backfires

Max aurait bien dormi un peu plus – il n’a jamais été du matin – mais la façon qu’a Yevgeniya a de le réveiller est assez agréable pour qu’il se laisse faire. « Hey. » Murmure-t-il avant de l’embrasser à son tour. Il n’est pas encore assez habitué à ce qu’elle passe la nuit avec lui pour ne pas s’émerveiller de la trouver là au réveil. D’autant plus quand elle a décidé de s’amuser un peu, elle est beaucoup trop irrésistible pour ça. « Tiens, Yevgeniya Vassilievitch est de retour. » Lance-t-il avec un sourire. Ce n’est pas une question, mais une affirmation, ce qui au demeurant, n’est pas pour déplaire à Max. Nier l’envie qui le gagne ne rimerait à rien, son propre corps le contredit. Il a faim d’elle, de son corps, de sa chaleur. Cependant, Max ne peut s’empêcher de froncer les sourcils quand il entend le petit discours qu’Ivy lui sert par la suite. « Tu n’es pas…oh. » Il passe une main dans les cheveux de la jeune femme, souriant malgré tout. « Bon, d’accord…hmf. » Il étouffe un grognement de plaisir, essayant malgré tout de conserver un instant ses esprits. « Si tu le prends comme ça, je me tais, évidemment. » Il (s’)abandonne, provisoirement au moins, se promettant de conserver certains arguments et interrogations pour plus tard.

***

A bout de souffle, pris d’une torpeur tout à fait agréable après leurs ébats, Max laisse un moment s’écouler avant de reprendre la parole. Il faudrait qu’ils parlent, sans doute, mais pour l’instant, il est juste bien, à ne rien dire, Yevgeniya lovée contre lui. Oui, effectivement, il a des montagnes de questions, mais si on exclut son anniversaire, ça fait longtemps qu’ils ne se sont pas retrouvés comme ça…et peut-être même que c’est la première fois que ça arrive sans que Max ne paye, sauf si on compte cette fameuse fois dans la Ferrari. Mais est-ce qu’il peut considérer qu’il n’a pas payé ? D’un côté, c’est compliqué de savoir, avec cette histoire de caution que Yevgeniya vient de lui mettre dans les dents. De l’autre, il y a tout ce qu’elle lui a dit hier soir, alors du coup, il est un peu paumé. Et le musicien sait bien que ce matin, il n’obtiendra pas vraiment de réponses en insistant trop. Peut-être qu’il aurait du saisir sa chance quand la jeune femme était plus encline à se confier, mais profiter de sa fatigue et de sa tristesse, ça ne semblait pas correct à Max. Il essaie aussi de se souvenir de ce que lui a dit Ainhoa. Laisse lui du temps. Elle t’aime, mais laisse lui du temps. Et au fond, s’il se raccroche à ce que Yevgeniya lui a dit hier, la vétérinaire a sans doute raison. Au fond, où est-ce qu’ils en sont ? Toujours vu ce que la russe lui a dit, il commence un peu à comprendre. Sa présence la rassure, au moins un peu, et elle s’inquiète de ce qu’il pense d’elle, comme si elle avait du mal à croire, ce qui est pourtant le cas, que Max puisse vouloir rester. Et avouer ça, c’est compliqué, manifestement. Il peut comprendre. Ca peut faire peur, l’amour, quand on sait ce que c’est, ou ce que ça peut devenir, lui-même en sait quelque chose.

Malgré tout, il y a quand même des choses que Max voudrait bien mettre au clair. « Dis…quand même. Tu sais que je n’ai pas fait ça pour que tu me rembourses quoique ce soit, pas vrai ? » Hasarde-t-il, se demandant comment il peut tourner ça sans finir par être vexant d’une quelconque manière. Il prend le temps d’allumer une cigarette, réfléchit, continue : « Je veux dire…je ne sais pas comment t’expliquer. Tu ne coucherais pas avec moi, si ça te déplaisait ? » A vrai dire, à ce stade, Max ne se voit plus comme un simple client, Yevgeniya a avoué elle-même qu’il y avait quelque chose, donc concrètement, il considère qu’elle n’a aucune obligation de coucher avec lui comme elle le fait avec les autres, avec lesquels ça ne compte absolument pas. Donc la question, c’est de savoir si ça compte pour quelque chose. Il pourrait se dire que oui, à la façon dont elle gémissait son prénom lors de leur étreinte enflammée de tout à l’heure. Mais il sait bien que la blonde est bonne comédienne…donc il ne sait pas où il en est. Ou ils en sont. « Et qu’on soit clair, vraiment, tu n’as rien à te faire pardonner. » Il sourit, dépose un baiser sur ses lèvres, comme si mine de rien, ils n’avaient pas une conversation sérieuse, et s’apprête à ajouter quelque chose, quand tout à coup, c’est son téléphone qui se met à sonner. Jetant un œil à l’écran, il soupire. « Ah, putain, j’avais oublié. Excuse-moi, il faut que je prenne l’appel. Julliard, j’écoute… » Il se redresse en position assise pour parler avec son correspondant, tournant le dos à Yevgeniya un instant. « …Oui […] est-ce qu’on pourrait se voir plutôt demain matin ? […] Comment ça j’exagère ? Je te signale que si je n’étais pas là,tu en serais encore à balancer des démos larmoyantes, Morgan. […] C’est ça. A demain. » Contrarié, voire tendu, par le fait que son boulot ne soit pas disposé à l’attendre et empiète sur sa vie personnelle, il balance sans aucune douceur le téléphone sur la table de chevet, avant de se tourner de nouveau vers Yevgeniya. « Petit con. Excuse-moi, c'est réglé. Je disais quoi ? »

_________________

Redemptionkeep walkingAngels, give me shelter, 'cause I'm about to fall : it's all gone helter skelter...I'm not afraid : I'm gonna save us all.

You carried all my fears, you let my demons play (max) 482748114:
 

Revenir en haut Aller en bas
Yevgeniya Vassilievitch
Yevgeniya Vassilievitch
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — brendan — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : penny (gif signat) frimelda (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 1946
POINTS : 4113
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017
You carried all my fears, you let my demons play (max) Tumblr_puupzc9uEP1ynvqd2o2_400
ÂGE DU PERSONNAGE : 27 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : une putain peut-elle avoir des sentiments ?
PROFESSION : madame
REPUTATION : elle vit ici, mais passe toujours tout son temps à swansea… ce n'est pas facile pour se faire une opinion sur elle


You carried all my fears, you let my demons play (max) Empty
MessageSujet: Re: You carried all my fears, you let my demons play (max) You carried all my fears, you let my demons play (max) EmptyDim 10 Mar - 13:21

I cheated myself,
Like I knew I would,
I told you I was trouble,
You know that I'm no good

L'ennui, pour des êtres doués de parole, c'est qu'ils peuvent l'utiliser sans se rendre compte des conséquences.Yevgeniya est une femme censée, en principe, mais quand elle est aux côtés de Max Julliard, elle ne sait plus très bien qui elle est. Ce qu'ils vivent est différent de tout ce qu'elle a déjà pu vivre par le passé et autant dire que ça laisse la jeune femme perplexe. Ainsi, elle profite du silence aussi longtemps qu'il dure et elle prend ses responsabilités quand l'heure des nouvelles confessions sonne enfin. C'était évident qu'après un tel don de la part du producteur, des questions se soulèveraient et elle laisse le brun poser ses questions à voix haute tout en réfléchissant à ses propres réponses, son propre ressenti. Va-t-elle encore tenter de faire taire ses sentiments quand bien même elle a été plus que bavarde la veille ? À quoi est-ce que ça servirait ? D'autant plus que de temps en temps, les paroles d'Ainhoa se rappellent à elle : le temps passe, il faut savoir profiter du temps qui nous est donné. Et si Ivy était en train de se priver de belles choses ? C'est possible, fort probable, même. Mais prendre le risque de se vautrer et de donner la possibilité à quelqu'un de lui faire du mal l'effraie comme jamais. Après tout, même son frère vient de la faire souffrir alors qu'elle ne s'y attendait pas le moins du monde. Hélas, c'est ce rappel inévitable des conneries d'Alexeï qui dicte la réponse de la jeune femme. « Non. Ce n'est pas déplaisant de coucher avec toi. » En fait, elle ne répond même pas à la question de Max et elle se rend compte qu'elle est en train de tout faire de travers. Par chance, le téléphone du musicien qui sonne lui permet de réfléchir quelques secondes supplémentaires à ce qu'elle peut dire pour ne pas s'enfoncer encore dans la tombe qu'elle est en train de creuser.

À son tour, elle s'allume une cigarette à la recherche d'un peu de courage pour reprendre la parole une fois qu'il aura raccroché. Elle se redresse, déglutit, se demande encore si ce qu'elle s'apprête à faire/dire est une bonne idée. « Je me suis mal exprimée tout à l'heure… Non… Je ne coucherais pas avec toi si c'était déplaisant. » Cette fois, la réponse n'a plus rien d'ambigüe. « Mais… Disons que l'argent de la caution vient un peu tout chambouler. » Commence-t-elle avec précaution. « Je veux dire… Dix-mille livres, ce n'est pas rien. C'est beaucoup d'argent, même pour quelqu'un comme toi. Donc j'ai une petite idée de pourquoi tu as payé ma caution… » Elle tire sur sa cigarette, pensive. « En général… On ne prête pas autant d'argent à de simples amis, pas vrai ? » La question se veut rhétorique. Yevgeniya sait qu'elle ne prêterait jamais plus d'une centaine de livres sterling à des personnes en dehors de sa famille à l'exception d'Ainhoa. « On fait ça pour… Des personnes qu'on aime, non ? » À l'instant où elle termine sa phrase, Ivy secoue la tête. « Non, non. Oublie ce que je viens de dire. T'es pas obligé de répondre. T'es pas obligé de dire quoi que ce soit, en fait. » L'idée qu'il puisse lui dire qu'il l'aime la rend nerveuse, même si au final, il n'aurait fait que répondre à la question qu'elle venait de poser, un peu comme si au fond d'elle, elle avait envie de l'entendre prononcer ces quelques mots. Elle soupire, préfère rire de ses propres tergiversations plutôt que de s'en inquiéter. « Tu sais, tu pourras toujours compter sur moi pour te rappeler que je ne suis pas une romantique si jamais tu l'oublies un jour. » Elle sourit, ne veut pas que l'atmosphère se fasse trop pesante et s'extirpe des draps afin de retrouver les vêtements qu'elle avait abandonnés la veille. « Oh et tu sais, tu peux peut-être quand même aller à ton rendez-vous de travail… Je ne te dérange plus, il faut que j'aille à la gare pour aller à Swansea et y récupérer ma voiture avant qu'elle ne finisse à la fourrière donc tu es enfin débarrassé de moi. » Si la situation avait été différente, elle aurait probablement demandé à Alexeï de l'y emmener, mais pour des raisons évidentes, elle ne le fera pas. Dimka quant à lui est certainement déjà à Swansea. Et puis Max… Max en a déjà beaucoup trop fait pour elle qu'elle préfère ne pas en rajouter, surtout qu'elle aime prouver à quel point elle peut être indépendante, même si elle n'en menait pas large la nuit dernière quand elle était en train de croupir en cellule.

_________________

bad romance


Don't you know that it's only fear, I wouldn't worry, you have all your life, I've heard it takes some time to get it right | FRIMELDA


You carried all my fears, you let my demons play (max) 2846326278:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


You carried all my fears, you let my demons play (max) Empty
MessageSujet: Re: You carried all my fears, you let my demons play (max) You carried all my fears, you let my demons play (max) Empty

Revenir en haut Aller en bas

You carried all my fears, you let my demons play (max)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-