AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

A Series of Unfortunate Events || Keelin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Keelin Harper
Keelin Harper
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Megan
TON AVATAR : Gal Gadot
TES CRÉDITS : ava - mellow bird, gif profil - pennywifey, gif & code signa - batphanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : John - Thomas.
RAGOTS PARTAGÉS : 477
POINTS : 1324
ARRIVÉE À TENBY : 11/03/2018
 A Series of Unfortunate Events || Keelin - Page 2 Tumblr_plqzffg5j91vg2yxdo4_r1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (11-07-1988)
CÔTÉ COEUR : Mariée, ou plutôt enchainée, à un homme qu'elle aimait autrefois. Brisée de l'intérieur, son coeur lui est ailleurs
PROFESSION : Conseillère municipale & professeur au lycée de Tenby
REPUTATION : Il se dit que son petit couple parfait batterait de l'aile et qu'elle serait partie de chez elle.


 A Series of Unfortunate Events || Keelin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin - Page 2 EmptyMar 29 Jan - 18:21

Hand me the world on a silver platter
And what good would it be
With no one to share, with no one who truly cares for me
Some people want it all
But I don't want nothing at all
If it ain't you baby

Même si cette pensée était peu glorieuse, Keelin rejoignait totalement John sur un point : les commères du village donnaient parfois des envies de meurtres comme dans ses séries à mystère qui prenaient place dans de petits villages anglais. Agatha Christie avait flairé le bon filon dans les histoires de commérages entre voisins, c’était le parfait reflet de la réalité. Un jour, les rumeurs risquaient d’engendrer des conséquences plus désastreuses que détruire la réputation d’un des résidents. « Finalement, tu as découvert ce que les commères pensaient de toi ? Nous en avions parlé la dernière fois. Pour ma part, je dois dire que je n’ai rien entendu circuler. » John et Keelin avaient plaisanté sur le sujet, pourtant si leur petit secret respectif était éventé, ils couraient au-devant de gros ennuis. A présent, la brune se rendait subrepticement compte que l’architecte vivait tellement reclus que personne ne trouvait rien à redire. Elle non plus, il avait parfaitement le droit à la discrétion mais la raison d’une telle discrétion lui reviendrait plus tard en tête. En revanche, chaque fois qu’elle voyait John, la jeune femme avait l’impression de lui répéter qu’elle était débordée et déchirée entre ses deux boulots aussi elle abrégea cette partie. En même temps, Keelin ne partageait plus ses états d’âme avec son mari alors elle s’ouvrait davantage dès qu’elle était en présence d’un visage plus amical. A elle de réfléchir sur la question et de se décider au moment de la fin de l’année scolaire au lieu de ressasser. Cependant, John ne savait pas sur qui il tomberait pour la remplacer si elle décidait de quitter le poste à la municipalité et il souligna qu’il la regretterait. « Après les réunions de projets, il nous restera les réunions parent – professeur. » Répliqua-t-elle sur un ton léger. L’enseignante s’enquit du chantier qu’elle avait visité et il lui confirma avoir bien avancé dans ses travaux. Il serait prêt à temps. Le travail de John était contraignant dans le sens qu’il devait respecter des délais mais il était soumis à la dure loi des intempéries et des entrepreneurs qui se lançaient dans ses projets. « C’est top ! Et un client content fera fonctionner le bouche-à-oreille. Tu as encore des cartes de visite ? J’ai des amis qui pourraient être intéressés. » En plus de son entourage, Keelin connaissait pas mal des commerçants dans les environs, toujours prêts à mettre en avant les métiers locaux alors elle pourrait toujours en distribuer à moins qu’il ne l’ait déjà fait, mais vu sa discrétion, elle n’en était pas certaine.

Malgré la légèreté de la discussion, le mari de la brune revint sur le tapis. John lui demandait les dernières nouvelles et la jeune femme laissa entendre que Drew s’était calmé et que l’évolution entre eux avait pris une orientation positive. Lorsque le père de Jack plaisanta sur l’idée d’inviter les époux à dîner un jour et que ce jour n’était pas si proche, Keelin hocha la tête d’un air entendu mais elle ne parvint pas à sourire. Même si Drew acceptait un jour cette proposition, juste pour pouvoir faire plus ample connaissance avec « le type que sa femme trainait souvent », elle refuserait catégoriquement. D’une part, John était déjà trop proche d’elle, d’autre part, il avait une trop bonne idée des fractures qui régnaient dans son couple. Elle serait incapable de continuer à jouer le jeu en la simple présence de son mari et de l’architecte. Absent au moment de l’arrivée de Keelin, Jack fit son grand retour dans la maison. Il fila à l’étage, suivi par son père qui s’éclipsa quelques minutes. Le regard de la jeune femme avait donc eu le temps de se perdre sur les photos du frigo. Lorsqu’il revint dans la cuisine, une foule de questions se bousculaient déjà dans la tête de l’enseignante. L’air de rien, la jeune femme parla de la photo de son fils et de ses copains. Trop tard… car Keelin n’avait pas réfléchi à sa réponse sur la façon dont elle avait tué le temps en l’absence de John. Elle venait d’affirmer avoir regardé les photos sur le frigo, donc John, s’il était plus intelligent que la moyenne ou doté d’un instinct de survie, avait sûrement déjà capté qu’elle avait probablement vu l’étrange petite carte. Ce n’était peut-être qu’une demande de renseignement. D’ailleurs, il lui répondit avec le plus grand naturel, comme à son habitude, pas troublé du tout, donc Keelin n’avait à priori aucune inquiétude à avoir. Pourtant, elle avait l’impression que quelque chose dans l’air avait changé. « Oh… Des films ? » S’étonna-t-elle, essayant de garder ses pensées concentrées sur la conversation et de cacher son malaise. « Par perturbé, je pensais qu’il croyait que je serais venue te voir à son sujet, mais c’est une autre façon de voir les choses. » Elle esquissa un sourire embarrassé et déclina ensuite la seconde tournée proposée par John. « Non merci, je termine mon verre et puis j’irai. Je ne vais pas vous déranger longtemps. » Hésitante, Keelin décida finalement de jouer franc-jeu et de ne rien chercher du tout. Elle s’était toujours sentie bien en présence de John et, même si elle était parfois obligée de lui mentir par nécessité, elle n’avait pas envie de le faire quand ce n’était pas utile. « John… Tu me le dirais si tu avais des ennuis ? » Elle n'était pas en mesure de lui dire à quel titre, surtout qu'elle, elle lui cachait les siens, pourtant cette question était importante pour elle. Au grand dam de son mari, elle appréciait John et elle s'en préoccupait. A force de réflexion, certains éléments lui étaient apparus. Jack agissait parfois bizarrement à l’école, il parlait de sa mère absente, John avait déménagé sans famille. Il vivait en reclus et… très discrètement. Cette carte… Keelin commençait à rassembler quelques pièces du puzzle même si elle était encore loin d’en avoir conscience. Ce n’était que de lointaines connexions disparates de son cerveau, comme un flic dans un drame policier, qui sent quelque chose, flaire une piste mais stagne dans le noir le plus complet. Tout était flou. A l’heure actuelle, elle se posait juste mille questions et elle ne savait juste plus qui était l’homme en face d’elle.


_________________

Because of you
I cannot cry, because I know that's weakness in your eyes ▬ I'm forced to fake, a smile, a laugh everyday of my life, my heart can't possibly break, when it wasn't even whole to start with.
Revenir en haut Aller en bas
John Harding
John Harding
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : Richard Lyon et Max Julliard
TON AVATAR : Boyd Holbrook
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Exordium (code sign) + Sikapanele (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible 4/5
RAGOTS PARTAGÉS : 433
POINTS : 1052
ARRIVÉE À TENBY : 28/03/2018
 A Series of Unfortunate Events || Keelin - Page 2 Tumblr_pagz88SQCG1vg2yxdo5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (20 avril)
CÔTÉ COEUR : Père célibataire, sa situation ne l'autorise pas trop à envisager une nouvelle relation, quand bien même une certaine brune occupe ses pensées...
PROFESSION : Architecte, ancien mafieux placé sous programme de protection des témoins
REPUTATION : Il est discret, cet homme là. C'est tout de même bizarre, on dirait qu'il fuit les gens...et puis un père qui élève tout seul son fils, ce n'est pas banal. Il y a anguille sous roche, je vous le dis.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

 A Series of Unfortunate Events || Keelin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin - Page 2 EmptySam 2 Fév - 23:16


You're a real man, and you do what you can
You only take as much as you can grab with two hands
With your big heart, you praise God above
But how's it working out for you, honey ?
Do you feel loved ?

Même s’il essaie de faire des efforts, au moins pour ses clients, John reste tout de même à l’écart des rumeurs qui se tiennent en ville. Il écoute, et il retient ce qui se passe, histoire de voir qui aime qui, et avec qui ne pas se fâcher pour éviter les ennuis, il est aimable avec tout le monde, mais ça s’arrête là. C’est le minimum, sans quoi son cabinet d’architecture se casserait quand même rapidement la gueule. Avec le bowling et les parents d’élèves, ça va un peu mieux : il tente de parler un peu, de se sociabiliser, ne serait-ce que parce que si le Harding est timide, à force, il finit par tourner chez lui comme un lion en cage et par devenir dingue. Mais il n’a pas le choix, il faut qu’il se méfie : avoir des amis, partager des choses avec eux, c’est prendre le risque que le village s’intéresse à lui et que ça finisse par lui causer des ennuis. Accessoirement, c’est à eux que ça pourrait en causer également. Et même s’il n’apprécie guère les commères du coin, John n’irait pas jusqu’à souhaiter leur mort, contrairement à ce qu’il prétend. « Non, mais c’est pas faute de les intéresser : j’ai vu madame Jones m’espionner à travers ses rideaux une fois ou deux. Ma secrétaire est venue ou deux fois, alors je suppose que bientôt, le bruit va courir que l’architecte irlandais, vous savez, le nouveau voisin, celui qui ne dit jamais rien, sort avec sa secrétaire, mais oui, vous savez, la fille de madame Taylor, celle qui tient la boulangerie. » L’architecte sourit, amusé, assez content de son imitation, qu’il trouve plutôt crédible. « Je suppose qu’il faut le prendre avec humour et relativiser. Ca ne m’empêche pas de vivre, non plus. » Pour l’instant. Si ce n’est que ça, ça n’aura pas trop de conséquences, mais si tous ces gens se mettaient à creuser, il y en aurait sûrement…

Même à Keelin, il ne peut en parler, déjà qu’ils ont du mal à réussir à se voir sans tricher ou trouver des prétextes. D’ailleurs la masse de travail de la jeune femme, en plus de son mari, ne leur facilite pas vraiment la tâche. « Heureusement que Jack a encore pas mal de temps à passer à l’école, oui. Qu’est-ce qu’on va faire quand il partira à la fac, hein ? » John le dit encore sur le ton de plaisanterie, mais la question finira par se poser à un moment ou un autre, même s’ils ont du temps devant eux, cela dit. Mais indubitablement, c’est d’abord le travail qui les a réunis, comme en témoigne la teneur même de leur conversation. « Oh j’ai des tas de cartes au bureau, je t’en ramenerais la prochaine fois, si tu veux. Mais c’est vrai, je suis content, il a d’autres projets de construction vers Swansea donc normalement, ça devrait me faire quelques nouveaux contrats. »

La discussion continue un moment jusqu’à ce que Jack rentre, et c’est quand il redescend et qu’il laisse son fils à ses activités habituelles que l’atmosphère change. Au départ, John n’est pas réellement sûr que Keelin ait vu la carte du bureau de protection des témoins, mais l’ambiance n’est clairement pas la même, le malaise est revenu. Mais John ne voit pas quoi faire ; ça se trouve il se fait simplement des films. Et si elle sait, tant qu’elle ne parle pas, il ne va pas s’enfoncer lui-même, hors de question. Il n’a pas de bonnes solutions. Parler, c’est avouer qu’il ment et que l’enseignante ne connait pas grand-chose de lui, c’est la mettre en danger, aussi. Se taire, c’est continuer à mentir et ce n’est pas bien non plus. C’est une impasse, il n’y a pas de bonne solution, et comme il panique, l’architecte prend la solution médiane : il choisit de gagner du temps, pour essayer de réfléchir un peu. « Oh. » Absorbé par l’idée de dire quelque chose, John réalise quand même qu’il vient de balancer que son fils a cru un moment que Keelin et lui étaient ensemble, et il s’empresse d’ajouter. « Tu sais comment sont les ados, ils s’imaginent vite des choses. » Pour détendre un peu l’atmosphère, il continue : « C’est peut-être qu’il s’imagine ça, au lieu de penser qu’il a des choses qu’une prof pourrait lui reprocher, à tout prendre, je préfère qu’il ne pose pas de problèmes. » Jack sait, lui, ils se sont parlés. C’est aussi pour ça qu’il est plus calme, mais ça, évidemment, Keelin n’en a aucune idée. Enfin, vu le malaise et cette histoire de carte de visite, John commence à en douter. « Tu ne déranges absolument pas, vraiment. » Assure-t-il cependant. Malgré tout, il ne veut pas la mettre dehors. Mais il doit trouver une solution, d’autant que la question qu’elle lui pose confirme ce qu’il craignait.

La jeune femme sait, ou du moins, elle se doute de quelque chose. « Bien sûr. Mais pourquoi veux tu que j’ai des ennuis ? » C’est un mensonge éhonté, et l’architecte n’en est pas fier, alors il complète. « Je n’ai pas eu un parcours toujours facile, mais c’est derrière moi, maintenant. Ca ne vaut même pas la même d’en dire quelque chose, en fait. » Cette fois, ce n’est pas un mensonge, même s’il ne dit pas tout. « Il ne faut pas que t’inquiètes pour moi, Keelin, tout va bien de mon côté, vraiment. » Plus il cherche à se justifier et à se dérober, plus John réalise qu’il a honte de faire ça, même si c’est nécessaire et qu’il n’a pas le choix. Ce qu’il comprend également, c’est qu’il a du mal à se taire et qu’il voudrait être honnête, que parler lui ferait du bien, aussi. Et il ne sait pas vraiment si Keelin s’interroge ou s’inquiète, et il donnerait tout pour ne pas se retrouver dans cette situation. « Mais merci. » L’espace d’un instant, il serre la main de la jeune femme dans la sienne, avant de la libérer. Manière de dire : « c’est moi, c’est toujours moi, je sais que tu te poses des questions, mais je ne peux rien faire de plus. » Et c’est vrai. Il ne peut rien ajouter. « Tu veux y aller, alors ? Tu repasses quand tu veux, d’accord ? Tu seras toujours la bienvenue à la maison. Et on se fait ce déjeuner quand tu auras le temps ? »

_________________

LOOKING FOR THE LIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Keelin Harper
Keelin Harper
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Megan
TON AVATAR : Gal Gadot
TES CRÉDITS : ava - mellow bird, gif profil - pennywifey, gif & code signa - batphanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : John - Thomas.
RAGOTS PARTAGÉS : 477
POINTS : 1324
ARRIVÉE À TENBY : 11/03/2018
 A Series of Unfortunate Events || Keelin - Page 2 Tumblr_plqzffg5j91vg2yxdo4_r1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (11-07-1988)
CÔTÉ COEUR : Mariée, ou plutôt enchainée, à un homme qu'elle aimait autrefois. Brisée de l'intérieur, son coeur lui est ailleurs
PROFESSION : Conseillère municipale & professeur au lycée de Tenby
REPUTATION : Il se dit que son petit couple parfait batterait de l'aile et qu'elle serait partie de chez elle.


 A Series of Unfortunate Events || Keelin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin - Page 2 EmptyLun 4 Fév - 21:43

Hand me the world on a silver platter
And what good would it be
With no one to share, with no one who truly cares for me
Some people want it all
But I don't want nothing at all
If it ain't you baby

« Oui, je vois tout à fait le genre de rumeur grivoise dont les commères raffolent. » Un sourire étira les lèvres de Keelin. Elle retrouvait bien l’ambiance de Tenby dans le ragot que John proposait. La secrétaire et son patron ? Un classique ! « Madame Jones adore inventer des histoires aux autres, faute de vivre sa vie. C’est sûr que si tu t’arrêtes à tous les ouï-dire colportés, tu n’en auras jamais fini. » Ceux qui s’arrêtaient trop sur les rumeurs, prenaient le risque d’en voir d’autres colportées à leur sujet. Malheureusement, certaines histoires contenaient de vrais éléments et provoquaient de tristes conséquences. La petite Griffiths en avait fait l’amère expérience en étant expulsée de chez elle par ses parents. Heureusement, John et Keelin trouvaient de vraies raisons pour se voir car une rumeur aurait déjà circulé sur eux si tel n’avait pas été le cas et il aurait été difficile pour la jeune femme de maitriser son mari. En dehors de l’urbanisme, Jack représentait le meilleur des motifs. Comme le soulignait son père, il en avait encore pour quelques années à l’école. « Qui sait ? Je serai peut-être devenue prof à l’université… » Répondit-elle sur le même ton d’humour. John mentionna ensuite ses chantiers en cours. « Ça marche. Et travailler sur Swansea te fera changer d’air. On risque de ne plus beaucoup te voir ici. » Keelin esquissa un nouveau sourire, sans toutefois trahir cette crainte égoïste qui la traversa soudainement à l’idée que ses projets se remplissent à Swansea et qu’elle le verrait encore moins dans un avenir proche.

Après l’arrivée de Jack, John s’éclipsa durant quelques minutes et revint ensuite dans la cuisine. Dans un premier temps, l’enseignante tenta de noyer le poisson en parlant du fils de l’architecte. Elle espérait que sa présence ne l’avait pas perturbé, puisqu’elle n’était pas venue parler de lui à son père. A sa grande surprise, John expliqua que Jack l’avait taquiné sur une possible histoire entre eux. Bizarrement, après la confrontation aux enchères avec son mari qui avait laissé entendre qu’il pourrait y avoir quelque chose entre eux, cette simple idée embarrassa la jeune femme, qui cacha son étonnement derrière un sourire de circonstance. « Oui, il n’y a pas de mal. » Pour rebondir sur le sujet du comportement de son fils, elle s’empressa d’ailleurs de rassurer John. « Je ne sais pas ce que tu lui as dit depuis notre discussion dans le parc derrière l’école mais il n’y a plus eu de problèmes. » Jack s’était laissé influencer par des copains mal avisés, il avait parfois eu des attitudes limites, il avait évoqué sa mère. Or, depuis ce fameux jour, tout avait bien changé.

Finalement, Keelin sentait un malaise grandir et elle se jeta à l’eau par une question qui restait en surface. Inutile d’essayer de lui cacher ce qu’elle avait vu ou ce qu’elle pressentait : la vie de John n’était pas un long fleuve tranquille. Cependant, la jeune femme ne pouvait présumer de rien à partir d’un petit bout de papier. Même si une foule d’interrogations se bousculaient dans sa tête, elle ne percutait pas l’ensemble du dessin. De plus, l’architecte ne lui avait donné aucune raison de s’inquiéter si ce n’était quelques éléments disparates sur sa vie. Alors, à part supposer que quelque chose n’allait pas, à l’heure actuelle, Keelin n’avait pas d’autres préoccupations. C’est pourquoi, John déjoua si facilement sa question. Pourquoi pensait-elle qu’il avait des ennuis ? Sur quoi se basait-elle dans le fond ? « Je ne sais pas, une impression. » Répliqua-t-elle, en mentant à son tour. L’Irlandais jouait parfaitement son rôle car il adoptait une voix qui se voulait rassurante et évoqua de lui-même un parcours qui n’avait pas toujours été facile, référence directe à son passé, dont il s’était extirpé aujourd’hui. Toutefois, lorsqu’il insista sur le fait qu’elle ne devait pas s’inquiéter pour lui, la jeune femme avait peine à le croire. Tout comme lorsqu’elle lui mentait en lui disant de ne pas se tourmenter pour elle vis-à-vis de son mari, il cherchait à vite changer de sujet aujourd’hui. « Tant mieux. Je suis contente si tout va bien. » Elle hocha la tête en signe d’assentiment, décidée à ne pas insister. Après tout, elle détesterait qu’on s’immisce dans sa vie et qu’on la force à parler si elle n’en avait pas envie. Il restait aussi la possibilité qu’elle se fasse tout simplement des films et que John n’avait absolument rien à cacher, auquel cas elle devait avoir l’air stupide.

Comme pour donner du poids à ses dires, John serra la main de la jeune femme et elle leva les yeux dans les siens pour soutenir son regard. Pourquoi ce simple contact la perturbait ? Pourquoi l’effleurement de sa peau lui électrisait l’échine de haut en bas ? Pourquoi commençait-elle à briser aussi maladroitement les apparences de son mariage devant lui après avoir maitrisé son jeu pendant tout ce temps ? Pourquoi prenait-elle autant de risques pour le voir alors que son mari pouvait l’apprendre et la punir violemment ? En dehors du mystère qui entourait John, il y avait celui qui concernait leur lien et qui poussait Keelin à devenir différente, à oser braver des interdits (qui n’étaient pas des interdits dans toute relation de couple normale, mais dans la sienne oui). Perturbée par ce simple contact, elle fut soulagée que John la libère rapidement. Cette visite l’avait complètement perdue sur l’architecte, sur ce qu’il pouvait bien cacher comme secrets, sur ce qui la poussait à vouloir le voir contre la volonté de Drew, sur l’amitié qu’elle avait pour lui. Tout était assez confus dans sa tête. Et le regard appuyé que John lui avait lancé en lui touchant la main avait été bien plus significatif que ses mots. « Oui je vais vous laisser. C’est gentil, merci, je ne manquerais pas de revenir à l’occasion. Tu salueras Jack de ma part ? Je ne veux pas le déranger. » Comme une automate, Keelin avait enchainé les mots. « Ok, on se tient au courant pour le déjeuner. A bientôt. » Elle adressa un dernier sourire à John et prit ensuite congé. Elle quitta cette bulle d’oxygène pour retrouver l’oppressante ambiance de sa maison.


Sujet terminé  A Series of Unfortunate Events || Keelin - Page 2 2140929783

_________________

Because of you
I cannot cry, because I know that's weakness in your eyes ▬ I'm forced to fake, a smile, a laugh everyday of my life, my heart can't possibly break, when it wasn't even whole to start with.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


 A Series of Unfortunate Events || Keelin - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

A Series of Unfortunate Events || Keelin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-