AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

A Series of Unfortunate Events || Keelin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
John Harding
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : Richard Lyon et Max Julliard
TON AVATAR : Boyd Holbrook
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Exordium (code sign) + Sikapanele (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible 4/5
RAGOTS PARTAGÉS : 427
POINTS : 1020
ARRIVÉE À TENBY : 28/03/2018
 A Series of Unfortunate Events || Keelin Tumblr_pagz88SQCG1vg2yxdo5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (20 avril)
CÔTÉ COEUR : Père célibataire, sa situation ne l'autorise pas trop à envisager une nouvelle relation, quand bien même une certaine brune occupe ses pensées...
PROFESSION : Architecte, ancien mafieux placé sous programme de protection des témoins
REPUTATION : Il est discret, cet homme là. C'est tout de même bizarre, on dirait qu'il fuit les gens...et puis un père qui élève tout seul son fils, ce n'est pas banal. Il y a anguille sous roche, je vous le dis.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

 A Series of Unfortunate Events || Keelin Empty
MessageSujet: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin EmptyDim 30 Déc - 17:35

You're a real man, and you do what you can
You only take as much as you can grab with two hands
With your big heart, you praise God above
But how's it working out for you, honey ?
Do you feel loved ?

John était de base un peu sceptique sur le principe de ces enchères, même caritatives : à son sens, c’était un peu bizarre de vendre des gens. Mais sa secrétaire, Tiff, avait été très enthousiaste, elle – allez venez, John, c’est l’occasion de rencontrer du monde – et John s’était souvenu du conseil de Keelin : participer de temps en temps à ce genre d’évenements ne lui causerait pas de tort, au contraire, ça pouvait même plutôt montrer qu’il était intégré, ce qui dissuaderait les commères du coin de médire sur son compte s’il paraissait le type même du commerçant bien sous tous rapports. Et puis ça pouvait faire une bonne publicité à son business.

Force est de constater, cependant, qu’il n’a pas eu beaucoup de succès dans ses mises, puisque John n’a gagné aucune enchère, même s’il s’est rapidement pris au jeu. L’architecte n’a jamais détesté la compétition, et en fait, il a toujours eu une certaine passion pour les jeux de hasard : ce genre d’activité, finalement, ne peut que lui plaire, voire carrément le passionner. Il s’est pour tout dire beaucoup amusé, même en fixant un budget limité – parce qu’il se connait bien : sans limite, il aurait flambé l’intégralité des bénéfices du mois – et ne remportant aucune mise. Au moins, il n’aura pas fait de folie et il peut profiter du cocktail sans culpabiliser, se décidant même à rester discuter un peu avec quelques personnes qu’il connait. Certains sont des clients, d’autres des parents d’élèves avec qui il a, sinon sympathisé, au moins déjà échangé une ou deux fois.

Mais tout en continuant à parler avec les gens et à picorer des petits fours, c’est quelqu’un en particulier que cherche John : il a vu Keelin, tout à l’heure, parmi les gens qui enchérissaient, et il n’envisage pas de repartir sans avoir au moins salué la jeune femme. Ca fait un moment qu’ils ne se sont pas croisés, sans doute depuis la fois où elle est venue visiter son chantier, après celle où ils ont bu un verre : quelques fois, John a pensé à l’inviter de nouveau boire un verre ou même diner, mais à chaque fois il se ravise : ce serait sans doute un peu mal perçu vu la situation de la jeune femme, ils ne sont que des amis, et la politesse voudrait qu’il invite aussi son mari. Seulement, M. Harper, John ne le connait pas et s’il est honnête, il n’a pas vraiment envie de le connaitre. Il aime assez cette relation qu’ils ont, Keelin et lui, telle qu’elle est, un peu comme s’ils pouvaient ignorer le reste du monde avec cette amitié-là. S’il avait pris le temps de s’intéresser à ce sentiment en particulier, et de ne pas le refouler – elle est mariée, mon vieux, tu ne peux même pas y penser -  John se serait sans doute aperçu qu’on ne pouvait pas vraiment appeler ça de l’amitié. Plutôt un flirt, qui n’en était qu’à ses débuts mais pourtant bien réel, comme disent les français, qui ont toujours un mot pour ces choses-là.

Pour l’instant, cependant, il compte s’en tenir à ces discussions légères et sans conséquences, qu’il apprécie beaucoup : la jeune femme est toute seule quand il la repère, alors John pose une main sur son épaule pour la saluer : « Alors, je vois qu’il n’y a pas que moi dans le club des perdants ! » Ce qui entraine un sursaut de surprise chez la jeune femme, et un sourire chez John : « Eh, ce n’est que moi, je ne voulais pas te faire peur. » Plaisanta-t-il. « Comment ça va ? Je t’ai vu dans la salle tout à l’heure, je me suis dit que je ne pouvais pas partir sans te dire bonjour avant. » Il remarque cependant que l’attention de l’enseignante est accaparée par quelque chose d’autre – quelqu’un d’autre, en fait, un homme qu’il ne connait pas et qui vient d’entrer dans le gymnase du lycée. « Ton mari ? » Suggère John, interrogateur, en attrapant une coupe de champagne et en proposant une à Keelin.

_________________

LOOKING FOR THE LIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keelin Harper
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Megan
TON AVATAR : Gal Gadot
TES CRÉDITS : ava - mellow bird, gif profil - pennywifey, gif & code signa - batphanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : John - Thomas.
RAGOTS PARTAGÉS : 474
POINTS : 1293
ARRIVÉE À TENBY : 11/03/2018
 A Series of Unfortunate Events || Keelin Tumblr_plqzffg5j91vg2yxdo4_r1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (11-07-1988)
CÔTÉ COEUR : Mariée, ou plutôt enchainée, à un homme qu'elle aimait autrefois. Brisée de l'intérieur, son coeur lui est ailleurs
PROFESSION : Conseillère municipale & professeur au lycée de Tenby
REPUTATION : Il se dit que son petit couple parfait batterait de l'aile et qu'elle serait partie de chez elle.


 A Series of Unfortunate Events || Keelin Empty
MessageSujet: Re: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin EmptyLun 31 Déc - 17:36

Hand me the world on a silver platter
And what good would it be
With no one to share, with no one who truly cares for me
Some people want it all
But I don't want nothing at all
If it ain't you baby

Keelin avait réussi à se défaire de son mari encombrant pour le début de la soirée... La chance lui avait donné un sacré coup de pouce. Il avait malencontreusement tâché sa chemise juste avant d’arriver et il était reparti se changer dare-dare à la maison après l’avoir déposée. Après tout, il n’y avait pas beaucoup de risques à ce que sa femme fasse des bêtises à cette soirée publique. Et elle ne voulait pas rater les enchères, pour voir qui se disputerait les participants dont son frère. Surprise, la jeune femme avait entendu les membres de la famille Griffiths miser sur Daniel alors qu’ils avaient tous maudits le Granger. C’était nul de risquer de finir la soirée avec sa sœur aînée mais il était hors-de-question qu’elle le laisse aux griffes de personnes qui ne rêvaient que de l’encastrer dans un mur. La fin de l’enchère avait finalement tourné en faveur de son frère et Keelin ne s’en était plus mêlée. Au terme des mises, la conseillère municipale se rendit en direction du bar à cocktail où elle attrapa un verre et un petit four. Son mari prenait plus de temps que prévu pour revenir et c’était tant mieux. Ainsi, elle n’avait pas à rougir de saluer tout le monde et de parler à plusieurs personnes de la petite bourgade. Finalement, John surprit Keelin un peu plus loin. Elle ne l’avait plus revu depuis la visite du chantier quelques semaines auparavant, période qui correspondait plus ou moins à celle de la gay pride, signe que son fils avait aussi amélioré son comportement en cours et n’avait pas été un motif de se revoir. Malgré cette période sans le recroiser, elle était contente de constater que l’architecte se mêlait de plus en plus aux habitants de la ville lors d’événements de ce type. « Salut John. » Lança-t-elle en guise de bonjour, sursautant lorsqu’il débarqua à ses côtés. « Il valait mieux… Je misais sur mon frère mais il a heureusement trouvé meilleur rendez-vous que sa grande soeur. Des personnes qui le détestent ont essayé de l’avoir et j’ai essayé de les en empêcher… Je ne comprendrai jamais les gens de cette ville. » Ce n’était pas une action dont elle était très fière mais bizarrement elle se confiait toujours aussi facilement au père de Jack. « Et toi, tu as enchéri sur quelqu’un que tu connaissais aussi ? » John prit ensuite de ses nouvelles et n’avait pas voulu partir sans la saluer. « Oh ça va… La fin d’année a été assez chargée avec les cours et les projets à boucler pour 2018. Et toi ? » La première chose dont elle parlait toujours était son boulot parce qu’il s’agissait d’un thème aussi neutre que facile à aborder, un sujet sur lequel elle ne devait pas feindre. Malheureusement, son mari choisit ce moment précis pour débarquer… John ne manqua pas de le deviner. « Oui. » Il allait le rencontrer pour la première fois. Keelin avait toujours réussi à l’éviter mais il était temps de le lui présenter. La brune attrapa la coupe de champagne que lui tendit l’architecte et elle en but quelques gorgées pour se donner du courage. La comédie de la femme amoureuse allait reprendre de plus belle. L’Harper repéra sa femme et, en bon chien de garde, se précipita pour la rejoindre, mais aussi parce que c’était une attitude de couple normal. « Hey ! Qu’est-ce qui t’as pris si longtemps ? Les enchères sont déjà terminées. » Demanda-t-elle, faisant mine de s’en intéresser, tandis qu’il lui déposait un baiser affectueux sur la tempe. « J’ai été retardé. La voisine m’a appelé pour lui rendre un petit service. Tu as gagné un rendez-vous ? » En plus d’avoir pris du retard, voilà qu’il jouait au bon samaritain devant la populace de Tenby et qu’il s’intéressait à la soirée. « Non, j’ai seulement misé sur Dan mais j’ai perdu. » En fait, il voulait surtout savoir si elle avait obtenu un rendez-vous tout court, mais elle n’aurait pas osé miser sur un autre que son frère vu la jalousie maladive du Harper. Il lançait d’ailleurs un long regard interrogateur vers l’architecte. « Drew, je te présente John Harding, le père d’un de mes élèves. John, voici Drew, mon mari. » Voilà les présentations étaient faites. La profession de Keelin lui permettait de justifier assez facilement toutes ses connaissances en ville mais en vérité, John était bien plus à ses yeux qu’un simple parent d’élève, il devenait un ami ou quelque chose de plus confus, mais elle ne pouvait évidemment pas le montrer devant son mari. Drew continua d’ailleurs de jauger l’architecte. « Enchanté. Vous êtes nouveau en ville ? Je ne crois pas vous avoir déjà vu. » Pour l’instant, la soirée se déroulait bien. Il n’y avait aucune raison du contraire.

_________________

Because of you
I cannot cry, because I know that's weakness in your eyes ▬ I'm forced to fake, a smile, a laugh everyday of my life, my heart can't possibly break, when it wasn't even whole to start with.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Harding
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : Richard Lyon et Max Julliard
TON AVATAR : Boyd Holbrook
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Exordium (code sign) + Sikapanele (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible 4/5
RAGOTS PARTAGÉS : 427
POINTS : 1020
ARRIVÉE À TENBY : 28/03/2018
 A Series of Unfortunate Events || Keelin Tumblr_pagz88SQCG1vg2yxdo5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (20 avril)
CÔTÉ COEUR : Père célibataire, sa situation ne l'autorise pas trop à envisager une nouvelle relation, quand bien même une certaine brune occupe ses pensées...
PROFESSION : Architecte, ancien mafieux placé sous programme de protection des témoins
REPUTATION : Il est discret, cet homme là. C'est tout de même bizarre, on dirait qu'il fuit les gens...et puis un père qui élève tout seul son fils, ce n'est pas banal. Il y a anguille sous roche, je vous le dis.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

 A Series of Unfortunate Events || Keelin Empty
MessageSujet: Re: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin EmptyMar 1 Jan - 21:31


You're a real man, and you do what you can
You only take as much as you can grab with two hands
With your big heart, you praise God above
But how's it working out for you, honey ?
Do you feel loved ?


« Ah, oui, Daniel, c’est ça ? C’est vrai que tu m’as dit que tu avais des frères. » John secoue la tête, compatissant à l’histoire de Keelin : « Certains ont besoin de vivre par procuration, je suppose…en emmerdant des gens, ou en squattant la vie de célébrités. Ça doit leur donner l’impression d’exister. » Encore qu’il ne comprenne absolument pas comment ces célébrités peuvent susciter l’engouement. Julliard, c’est juste un camé, et Haverford est imbuvable. « Cela dit, ton frère a l’air de ne pas s’en être trop mal sorti, finalement, non ? »

Quant à John, il n’a rien gagné non plus, mais il ne misait pas sérieusement, alors il hausse les épaules quand elle lui demande s’il a eu plus de succès qu’elle : « Non, pas vraiment. Le détective m’intéressait, mais comme rapport de boulot, et j’ai eu une concurrence assez féroce, alors j’ai cédé rapidement avant de me faire entrainer à dépenser tout ce que j’ai gagné ce mois-ci. » Explique-t-il, souriant. Ça aurait été différent s’il y avait eu quelqu’un qu’il connaissait au moins un peu, par exemple Keelin elle-même, et il ne peut s’empêcher d’en faire la remarque. « Tu aurais dû participer, je suis sûr que tu aurais eu du succès. Moi j’aurais misé sur toi, en tout cas. » Immédiatement Harding ce qu’il vient de dire : l’architecte a l’impression que c’est assez déplacé, trop franc, même si c’est totalement sincère, alors il préfère regarder ailleurs, un peu gêné. Ils n’ont pas vraiment le temps de commenter, d’ailleurs : le mari de Keelin vient de faire son entrée.

Il y a quelque chose qui ne le met pas à l’aise dans le comportement de Drew Harper, mais John ne parvient pas à mettre la main dessus ni à se l’expliquer. C’est peut-être la manière de le dévisager avec insistance que le mari de la conseillère municipale a, comme s’il avait à lui rendre des comptes. « De même. » Il fait son possible pour être aimable. Mais il y a quelque chose qui ne lui revient pas chez ce type, et il n’arrive rien à y faire. « Pas vraiment, je suis ici depuis presque quatre ans maintenant. Mais si vous n’avez jamais eu besoin d’un architecte, c’est vrai que nous n’avions aucune raison de nous croiser. » Peut-être qu’il se fait des films et que ce n’est simplement qu’une simple impression teintée d’une légère jalousie Ou peut-être que l’ambiance agréable jusqu’à là, s’est réellement singulièrement tendue depuis l’arrivée de Drew Harper. En tout cas, lui n’est pas sûr de vouloir rester là, maintenant, alors il échange encore quelques mots aimables avec les époux, et quand une occasion se présente, il s’éclipse : « Je vous prie de m’excuser…un de mes clients, il faut que j’aille le saluer. A une prochaine fois. »

Il a bien un client à saluer, mais il garde un œil sur le couple. Leur conversation semble de plus en plus animée, véhémente, et John cesse peu à peu d’écouter ce qu’on lui dit : « J’espérais tout de même une livraison un peu plus rapide, mais bon, vous connaissez les entreprises du bâtiment…John, vous m’écoutez ? On dirait que vous rêvez. » Il observe le mari de l’enseignante quitter la salle à grand pas, le voit discuter avec d’autres gens dehors, s’excuse : « Pardonnez-moi, Harry, c’est tout à fait passionnant, mais il faut que je m’occupe de quelque chose dans l’immédiat…vous voulez bien m’envoyer un mail ? Je vous réponds dans la semaine. » Et il rejoint la jeune femme. « Hey. » Son regard se fait soucieux, Keelin a l’air assez affectée par le déroulé de l’échange. « Tout va bien ? » A ce moment-là, ce que John imagine, c’est qu’ils sont au bord du divorce. Pas vraiment que Drew Harper est un homme violent, c'est tellement irrationnel, gros, qu'il ne peut pas l'imaginer. « Viens, on va aller s’assoir. »

La fête bat son plein ; l’association, la municipalité, les invités…tout le monde passe et repasse, et quand on quitte le gymnase vers les vestiaires, le bureau du prof de sport est encore ouvert. « Et voilà, on devrait être tranquilles ici. Et pour faire bonne mesure… » Il sort une demi bouteille de champagne de sous sa veste, volée au passage dans les stocks, avec un sourire de pirate. « Faudra se passer de verres, mais sinon je crois que c’est pas mal. » Il attend un peu avant d’ajouter doucement : « Vous vous êtes encore disputés, pas vrai ? » Ca ne le regarde pas, c’est vrai. Mais si elle a besoin de parler, il est là pour écouter.

_________________

LOOKING FOR THE LIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keelin Harper
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Megan
TON AVATAR : Gal Gadot
TES CRÉDITS : ava - mellow bird, gif profil - pennywifey, gif & code signa - batphanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : John - Thomas.
RAGOTS PARTAGÉS : 474
POINTS : 1293
ARRIVÉE À TENBY : 11/03/2018
 A Series of Unfortunate Events || Keelin Tumblr_plqzffg5j91vg2yxdo4_r1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (11-07-1988)
CÔTÉ COEUR : Mariée, ou plutôt enchainée, à un homme qu'elle aimait autrefois. Brisée de l'intérieur, son coeur lui est ailleurs
PROFESSION : Conseillère municipale & professeur au lycée de Tenby
REPUTATION : Il se dit que son petit couple parfait batterait de l'aile et qu'elle serait partie de chez elle.


 A Series of Unfortunate Events || Keelin Empty
MessageSujet: Re: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin EmptySam 5 Jan - 15:06

Hand me the world on a silver platter
And what good would it be
With no one to share, with no one who truly cares for me
Some people want it all
But I don't want nothing at all
If it ain't you baby

Après les enchères, Keelin tomba rapidement sur John. L’architecte et l’enseignante ne s’étaient plus revus depuis un moment en raison de leurs occupations respectives, pourtant c’était toujours un plaisir pour elle de le voir. Sur le ton de la plaisanterie, la jeune femme lui raconta la mésaventure de son frère même si elle déplorait les absurdités et les mauvaises intentions de certaines personnes. « Oui, Daniel. C’est ça, j’ai un autre grand-frère et une petite sœur aussi. La fratrie Granger connue pour s’attirer des ennuis. » Elle esquissa un sourire sincère. Le type d’ennuis dont elle parlait se rapportait surtout aux deux plus jeunes qui s’impliquaient dans des histoires avec d’autres ados de leur âge. L’aîné s’était assagi, quant à elle, ses ennuis étaient beaucoup plus sérieux et restaient enfouis dans sa vie privée. « Oui, il me semble que c’est une amie à lui qui l’a eu. » Quant à John, il n’avait pas récolté plus de succès sur sa mise. En réalité, il n’avait pas joué le jeu très sérieusement sinon il se serait emporté sur les montants. « Rien ne t’empêchera de le rencontrer lors d’une autre occasion… » Répondit-elle, positive. Toutefois, l’explication de John l’intriguait. Le limier l’intéressait, en rapport au travail. « Tu t’intéresses à la profession de détective ou tu as besoin de ses services ? » La question aurait paru intrusive si elle n’avait pas déjà noué un lien plus solide avec lui les mois auparavant. Libre à lui de lui répondre ou d’éluder l’interrogation. L’architecte regretta alors la non-participation de Keelin auquel cas il n’aurait pas hésité à miser sur elle. Ce franc-parler peu coutumier chez lui déstabilisa la conseillère municipale. Elle lui avait déjà touché un mot sur son mari compliqué, mettant plutôt en évidence un homme qui s’inquiétait de son sort lorsqu’elle prenait la moto alors qu’en réalité il n’était qu’un jaloux maladif et un homme violent. Elle se voyait mal le décrire comme tel devant John ce soir, en lui expliquant qu’elle n’y avait même pas songé en raison de son possessif de mari, car alors il n’aurait plus de doutes sur l’existence de problèmes dans le couple. « Tu me flattes… » Dit-elle en rougissant légèrement, à la fois gênée par ces mots et aussi agréablement surprise. Le regard de John dévia légèrement à son tour, embarrassé. Elle aussi aurait bien aimé que John mise sur elle ; ils auraient ainsi trouvé un vrai prétexte pour se revoir sans paraître suspects puisqu’il l’aurait peut-être « gagnée » à cette enchère. Toutefois, elle mentit ouvertement sur la raison pour laquelle elle ne s’était pas présentée en tant que participante car elle cachait encore et toujours la catastrophe de son mariage. « Mais mon frère y participait déjà et il n’aurait pas été très logique que tous les Granger soient de la partie. Et puis, je n’aurai pas pu miser non plus. » Comme souvent, elle réussissait à trouver une explication qui se justifiait parfaitement. Elle but une gorgée de sa flûte et son mari choisit ce moment pour débarquer à la soirée.

Drew ne mit pas longtemps à les rejoindre. Naturellement, Keelin le présenta à l’architecte et vice versa. L’atmosphère se tendit d’un cran à la fois parce que la jeune femme avait remis son masque défensif en sa présence et parce que Drew jaugeait John sans s’en cacher. L’architecte lui apprit qu’il était à Tenby depuis plusieurs années mais qu’ils ne s’étaient simplement jamais croisés. Keelin s’enferma dans le silence durant ces quelques mots échangés. « En effet, nous n’en aurons probablement pas besoin avant un moment. » Un sourire étira les lèvres du Harper. Il essayait de maintenir la façade en société aussi mais il ne pouvait pas sentir ce fameux John. Drew avait remarqué le visage ouvert et souriant de sa femme quand il était entré et qu’elle lui parlait. Elle aussi jouait bien la comédie, pourtant il n’avait pas l’impression que cette attitude était un jeu envers le père de son élève. Après quelques derniers mots aimables échangés entre le trio, John décida de prendre congé du couple. « A une prochaine fois. » Répondit Keelin, soulagée de cette sortie élégante. C’était un prétexte ; il ne serait pas parti si vite pour ledit client sans l’arrivée de Drew. Son mari avait vraiment le don de faire fuir les gens. Cependant, l’architecte était à peine parti qu’il prit déjà la tête de sa femme. « Tu n’as pas fini de flirter dès que j’ai le dos tourné ? » Lança-t-il d’un ton narquois. « Pas ici, Drew. » Sa voix n’était qu’un murmure. Comme toujours, elle essayait de ne pas attirer l’attention. « Tu crois vraiment me faire avaler que c’est uniquement le père d’un de tes élèves ? J’ai vu comment il te regarde… Ce type te dévore des yeux, Kee ! Tu as l’air de bien le connaître. » Cette fois, la jeune femme soutint le regard de son époux. Que cherchait-il ? A provoquer un esclandre en public ? Elle endurait ses coups d’éclats en privés mais elle ne tolérerait pas aussi facilement le même type de comportement et de chantage affectif devant tout Tenby. « Je t’ai dit pas ici. » La brune commençait à perdre patience. « Je suis encore libre de parler à qui bon me semble. Je suis prof et administrée de la ville… Ça m’amène à rencontrer beaucoup de gens. Arrête de te faire des films et de regarder les gens de travers juste parce qu’ils ont le malheur de m’adresser la parole. » En réaction, il passa alors un bras autour de la taille de la jeune femme et l’enserra à un endroit bien précis, un endroit où le dernier coup en date avait laissé des traces douloureuses. Keelin retint une grimace. « Ah oui ? Alors pourquoi il te regarde encore ? » L’enseignante n’avait pas remarqué que John continuait de les observer discrètement, toutefois Drew était fin observateur et il flairait qu’une connexion plus forte existait entre eux. « Tu te sens forte, ici ? N’oublie pas à qui tu parles. » Siffla-t-il. Toujours dans ce combat psychologique perpétuel, elle l’attira vers elle comme s’il pouvait presque l’embrasser et reprit le fil. « Si tu continues, les gens vont finir par comprendre ce qui se passe. Ce que tu me fais. Je ne serai pas la seule à souffrir des conséquences. » Elle soutint son regard et il manqua de lui attraper le poignet pour la sortir de cette salle et lui dire sa façon de penser car depuis quelques temps, Keelin devenait plus impertinente et répondait plus souvent, mais il s’abstint au vu du nombre de gens présents et les quelques regards arrêtés sur eux. « C’est toi qui as le plus à perdre. » Rappela-t-il en murmurant dans son oreille, d’une voix cassante. De loin, leur rapprochement ressemblait toujours à une étreinte de couple. Il lui offrit un sourire doucereux et essaya ensuite de rejouer au mari aimant. Keelin était à lui, il l’avait à nouveau fait comprendre et il avait réussi à marquer son territoire puisque l’autre type était parti.

Un couple de vieux lui sauva la mise et s’arrêta près de Keelin pour lui poser une question sur l’urbanisme. Drew choisit ce moment pour sortir et aller se sociabiliser. Mr et Mme Harper, le petit couple parfait. De toute façon, il ne supportait pas ces mondanités auxquelles elle se prêtait. Après avoir répondu aux deux personnes âgées, la brune s’éloigna de tout le monde et prit une longue inspiration dans l’espoir de dénouer cette boule qui lui pesait dans le ventre. A cet instant, John se retrouva auprès d’elle et s’enquit de ce qui s’était passé. « Pas vraiment. Tu as tout vu ? » Souffla-t-elle d’une petite voix. Au vu des précautions du couple en dispute, il n’avait pas entendu le contenu de leur conversation mais il n’avait sûrement pas manqué les regards échangés. En l’absence de Drew, l’architecte emmena Keelin s’asseoir dans le bureau du prof de sport, derrière le gymnase et les vestiaires, dans le but de s’isoler du reste du monde. Il sortit alors triomphalement une bouteille de champagne de sa veste et la jeune femme saisit enfin ce qui se passait. « Tranquilles ? Je ne peux pas boire avec toi, John. » Répondit-elle, s’inquiétant des terribles conséquences qui risquaient d’en découler si son mari venait à se rendre compte de son absence, et de la véritable raison de cette absence. Quand elle était seule, c’était différent, mais avec Drew présent à l’événement, c’était impensable. La question suivante du Harding lui offrait d’ailleurs la chance de donner la meilleure explication. John avait bien compris que le couple était en difficultés alors elle pouvait se lancer. « On a eu quelques petits problèmes et on essaie de les résoudre. Drew n’a pas toujours été celui qu’il est aujourd’hui. Nous ne sommes pas toujours d’accord sur tout, et il sent une insécurité dans le couple, ce qui le pousse à devenir jaloux et à se montrer possessif, du coup je le vis plus mal aussi et c’est un cercle vicieux. Mais j’ai bon espoir que tout s’arrange quand nous aurons pris le temps de régler les incompréhensions entre nous. » Tout ce qu’elle venait de lui raconter comportait une part de vérité, sauf qu’elle ne la lui raconterait jamais entièrement et qu’elle n’avait aucun espoir que la situation s’arrange. Comme son mari avait dit, si la vérité s’apprenait, elle aurait beaucoup plus à perdre que lui, beaucoup plus à perdre que la violence conjugale subie. Et elle n’en sortirait jamais indemne, quoiqu’il arrive.

_________________

Because of you
I cannot cry, because I know that's weakness in your eyes ▬ I'm forced to fake, a smile, a laugh everyday of my life, my heart can't possibly break, when it wasn't even whole to start with.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Harding
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : Richard Lyon et Max Julliard
TON AVATAR : Boyd Holbrook
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Exordium (code sign) + Sikapanele (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible 4/5
RAGOTS PARTAGÉS : 427
POINTS : 1020
ARRIVÉE À TENBY : 28/03/2018
 A Series of Unfortunate Events || Keelin Tumblr_pagz88SQCG1vg2yxdo5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (20 avril)
CÔTÉ COEUR : Père célibataire, sa situation ne l'autorise pas trop à envisager une nouvelle relation, quand bien même une certaine brune occupe ses pensées...
PROFESSION : Architecte, ancien mafieux placé sous programme de protection des témoins
REPUTATION : Il est discret, cet homme là. C'est tout de même bizarre, on dirait qu'il fuit les gens...et puis un père qui élève tout seul son fils, ce n'est pas banal. Il y a anguille sous roche, je vous le dis.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

 A Series of Unfortunate Events || Keelin Empty
MessageSujet: Re: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin EmptyDim 6 Jan - 1:02


You're a real man, and you do what you can
You only take as much as you can grab with two hands
With your big heart, you praise God above
But how's it working out for you, honey ?
Do you feel loved ?

« Je me disais que ça pouvait toujours être intéressant de voir ce que les gens pensent de moi, du cabinet, ce genre de chose, et un détective serait plus discret que moi pour demander ça. » John sourit et hausse les épaules avec amusement. « Une étude marketing, en somme. » Ce qui l’aurait surtout intéressé, ce serait de voir si des choses se disent dans le village sur sa vie en Irlande, qui véhicule ces rumeurs éventuellement et pourquoi. Mais ce ne sont que des spéculations, il n’y a sans doute personne qui n’a compris qui est vraiment John Harding, il n’est pas assez intéressant pour qu’on fasse courir des rumeurs sur lui. Mais quand même, il s’inquiète. « Enfin, je pense qu’il s’amusera plus avec la jeune femme qui l’a gagné qu’avec moi, du coup, faut avouer que ressortir avec un rendez-vous de travail avec un architecte d’une vente aux enchères, ce n’est pas très glamour… » John sait plaisanter sur lui-même, et il se doute que sa démarche n’était sans doute pas la plus plaisante de la soirée. C’est aussi pour ça qu’il n’a pas trop enchéri, à vrai dire, même lui ne trouvait pas ça très fun. C’est pour cela qu’il regrette que Keelin n’ait pas participé. « Oui, c’est vrai, tu n’aurais pas pu sauver ton frère de ses ennemis mortels. » Réplique-t-il d’un ton plus léger, content d’avoir un prétexte pour ne pas s’attarder sur sa propre déclaration. Pourtant John est sincère, il aurait vraiment misé sur la jeune femme. Pourquoi ? C’est comme ça, c’est tout, il n’a pas vraiment d’explication, il avait juste espéré que ce serait le cas en venant et avait été un peu déçu de ne la voir que comme spectactrice. L’architecte se dit simplement que ça lui aurait permis d’avoir ce diner qu’il rêve de proposer à Keelin sans oser le faire, et inconsciemment il ne peut s’empêcher de le regretter. S’il osait…mais non, ce n’est pas bien.

Au moins, il peut avoir le plaisir de sa conversation. A défaut d’autre chose, John s’en contente, mais c’est sans compter sans l’arrivée du mari de la jeune femme. Evidemment, il ne veut pas s’imposer ou déranger le couple. La présence de Drew Harper matérialise en fait cruellement le fait que Keelin est mariée et que leur amitié n’est qu’une amitié. Adieu, cadre un peu intime, discret et confidentiel, comme à part, puisque le mari est là. Et puis il y a le fait que ce type ne lui plait pas, et si John se dit au départ que ce n’est qu’une vue de l’esprit, il lui semble bien vite avoir la confirmation qu’il y a vraiment quelque chose de dérangeant, de bizarre, voire même d’un peu effrayant.

Il ne peut qu’observer de loin ce qui se passe, mais quand il revient vers Keelin, il lui semble que c’est ce qu’est la conseillère municipale à ce moment là : effrayée, et un peu perdue. Quelque chose qui ne ressemble pas à la fille qu’il connait d’habitude, ce qui inquiète Harding. « Une partie. Désolé, je ne cherchais pas à vous espionner…c’est juste que ça se voyait, en fait. » En tout cas, sa réponse lui confirme ce qu’il craignait, ça ne va pas fort, alors il la prend à part le temps qu’elle puisse reprendre ses esprits.

« Oh. D’accord. » Il pose la bouteille de champagne sur le bureau, surpris de cette distance qu’elle met entre eux, comme s’il avait fait quelque chose de mal, comme si c’était soudainement impossible, indécent, alors que concrètement, ils ont déjà été boire un verre ensemble. « A cause de lui ? » Il scrute un moment Keelin sans rien dire, avant d’ajouter en murmurant : « J’y connais pas grand-chose en matière de mariage, mais ce n’est pas normal si tu ne peux pas faire ce que tu veux sans lui rendre des comptes… » Il ne s’est pas marié avec Nell, mais il est resté suffisamment longtemps avec elle pour considérer qu’ils l’ont été. Et le mariage de son père et sa mère était du même style que celui de Drew et Keelin, et franchement, s’il se retrouve aussi vite à comparer le Harper à son père, c’est que vraiment, ce type est un gros con. « Je ne veux pas te mettre en difficulté envers qui que ce soit et il n’y a aucune mauvaise intention de ma part derrière ça. En fait je n’ai aucune intention derrière ça tout court. » Il ajoute avec sérieux, fronçant les sourcils d’un air soucieux. « Je m’inquiète, c’est tout. » Ce qui est vrai : pour le coup, la sollicitude a pris le pas sur tout le reste. Il se hisse sur le bureau et écoute l’explication de la jeune femme. Quelque chose sonne faux dans ce qu’elle dit, dans le fait qu’elle pense que les choses peuvent s’arranger. « D’accord. D’accord. » Il le répète, comme pour s’en convaincre. « Mais…tu peux encore faire ce que tu veux, quand même ? Je veux dire…je sais pas comment tourner ça sans être insultant envers ton mari et passer pour un connard, ou sans avoir l’air de dramatiser, mais…il est gentil avec toi ? Simplement ça ? » La base, en fait, dans un couple. « Je veux dire…tu minimises pas pour ne pas m’inquiéter, hein ? » Ajoute-t-il en souriant, cette fois. «  Parce que si c’est qu’une dispute, moi ça ne me regarde pas, mais si c’est plus grave, comme ami, j’ai le devoir de t’aider. »

_________________

LOOKING FOR THE LIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keelin Harper
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Megan
TON AVATAR : Gal Gadot
TES CRÉDITS : ava - mellow bird, gif profil - pennywifey, gif & code signa - batphanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : John - Thomas.
RAGOTS PARTAGÉS : 474
POINTS : 1293
ARRIVÉE À TENBY : 11/03/2018
 A Series of Unfortunate Events || Keelin Tumblr_plqzffg5j91vg2yxdo4_r1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (11-07-1988)
CÔTÉ COEUR : Mariée, ou plutôt enchainée, à un homme qu'elle aimait autrefois. Brisée de l'intérieur, son coeur lui est ailleurs
PROFESSION : Conseillère municipale & professeur au lycée de Tenby
REPUTATION : Il se dit que son petit couple parfait batterait de l'aile et qu'elle serait partie de chez elle.


 A Series of Unfortunate Events || Keelin Empty
MessageSujet: Re: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin EmptyDim 6 Jan - 15:48

Hand me the world on a silver platter
And what good would it be
With no one to share, with no one who truly cares for me
Some people want it all
But I don't want nothing at all
If it ain't you baby

Pour une personne qui se la jouait discrète, John s’inquiétait beaucoup de ce que les gens pensaient de lui ou de son cabinet. Il avait envisagé d’engager le détective pour une sorte d’enquête de voisinage. Choisir une véritable étude de marché aurait effectivement été dépenser de l’argent inutilement dans une petite bourgade comme Tenby. Selon le père de Jack, l’homme s’en sortait donc mieux avec une autre enchérisseuse que lui. Keelin se demanda si John aurait aussi souhaité d’un rendez-vous professionnel avec elle puisque ce fameux projet urbanistique qui intéressait l’architecte était en bonne voie de réalisation ou si la tournure de leur soirée aurait été tout à fait différente. « J’imagine que les participants espèrent que leur soirée ne sera pas une sorte de corvée. » Répondit-elle, d’une voix taquine, pour confirmer que ce n’était pas l’idée du siècle. Embarrassée par une phrase plus directe de l’architecte, la jeune femme la détourna sous forme d’humour en arguant qu’elle n’aurait pas pu enchérir à cette soirée, et surtout sur son frère, si elle avait participé comme volontaire. Elle avait envie d’ajouter qu’ils pouvaient très bien se revoir sans ces enchères mais il ne valait mieux pas être aussi directe. De toue façon, son mari venait d’arriver à la soirée et il fonça droit sur elle pour la rejoindre. Drew avait toujours le don de faire fuir les gens à qui elle parlait, c’est pourquoi, en plus de chercher à l’éviter personnellement, elle essayait de se débarrasser de son mari encombrant en public dès qu’elle en avait l’occasion. Son comportement exécrable l’éloignait et plus elle s’éloignait, plus les soupçons de ce jaloux maladif augmentait. Il avait peur de la perdre, sans avoir compris qu’il avait déjà perdu tout ce qu’elle ressentait pour lui. Keelin n’éprouvait plus que de la rancœur et du mépris pour cet homme. Elle ne restait que parce qu’elle avait peur de lui et qu’il l’avait menacée de révéler ses petits secrets si elle le quittait… L’attitude de Drew amena donc John à partir plus loin tandis que son charmant époux ne trouva rien de mieux que de lui prendre la tête en plein milieu de la salle. Heureusement, sa voix garda le volume de chuchotements mais les plus fins observateurs parvenaient à lire la contrariété et le désarroi sur le visage de la jeune femme. Ravi de sa petite performance dissuasive, Drew l’abandonna au milieu de la pièce dans l’idée d’aller se sociabiliser tandis qu’un couple de personnes âgées la sauva de cette empoisonnante compagnie.

Peu après, John arriva à la rescousse et il l’éloigna de tout le brouhaha. Seule avec l’architecte dans un bureau derrière le gymnase, elle hésitait à lui dire ce qui se passait vraiment. En fait, la jeune femme réalisait qu’elle avait de plus en plus de scrupules à lui mentir et qu’elle essayait tant bien que mal de lui livrer la plus grande partie de la vérité… Quand c’était possible. L’architecte avoua qu’il avait vu la scène ; le couple Harper avait moins bien caché son jeu que d’habitude. Forcément, Drew n’avait de cesse de la provoquer et Keelin avait tenu tête à son tyran de mari. S’il continuait, elle ne réussirait pas à conserver les apparences toute seule. Pour l’instant, le voisinage ne posait pas trop de questions mais certains proches commençaient à devenir suspicieux sur la vitalité réelle du couple, à l’instar de John. Si la jeune femme endurait ces scènes en privé, elle ne les tolérerait pas en public, d’autant que Drew avait osé la menacer à quelques mètres à peine de son frère, dans cette même salle. Si sa famille apprenait la vérité, il pouvait dire adieu à ses jambes. Et Keelin, à sa liberté… Ce qu’il savait sur elle pouvait directement l’envoyer dans la case prison, sans passer par la case départ. Pire qu’un monopoly grandeur nature. Ce connard de Drew ne se priverait pas pour l’emmener dans sa chute. Afin de temporiser, la brune déclina l’offre de John de boire avec lui. Lorsqu’il demanda si c’était à cause de son mari, elle confirma. « Oui, évidemment. » Comme toute personne saine d’esprit, John ne trouvait pas normal la mainmise du Harper sur elle. Il voyait enfin une partie du véritable problème. Keelin souffrait de devoir garder le silence, de devoir tout taire à un John plein de sollicitude envers elle, pourtant elle n’avait vraiment pas le choix alors elle noya le poisson en parlant vaguement des disputes et de la jalousie de son mari ainsi que d’une possible réconciliation imaginaire. « Ce n’est pas normal mais c’est plus compliqué que ça… » Elle n’avait pas envie de rentrer dans plus de détails sous peine de continuer à mentir alors elle restait très vague. Il savait sûrement ce que c’était les relations problématiques, lui qui avait mis de la distance entre la mère de Jack et lui parce qu’elle était toxique pour leur fils. Heureusement, John lui offrit une porte de sortie par rapport à ce sujet avec sa dernière phrase. « C’est un mari attentionné. Il n’y a aucune raison de s’inquiéter. Je peux toujours faire ce que je veux, c’est juste que j’essaie d’éviter d’empirer les choses quand il est là…  Tu vois, boire un verre avec toi dans la salle avec tout le monde c’est une chose, rester ici toute seule avec toi alors que tout le monde est là, va soulever des questions, il risque de mal l’interpréter, même si nous, nous savons qu’il n’y a aucun problème. C’est juste une mauvaise période, ne t’en fais pas. Tous les couples ont leurs hauts et leurs bas. » Keelin minimisait clairement ce qu’elle endurait pour ne pas inquiéter John et soulever d’autres questions. Elle ne précisa pas si son mari était gentil avec elle ou non, cette partie de l’interrogation de l’architecte était au-dessus de ses forces. Elle avait utilisé le mot attentionné, car celui-ci était plus proche de la réalité puisque Drew était toujours collé à ses basques. Malgré sa force de caractère et son talent à prétendre que tout allait bien, la voix de la jeune femme était devenue plus fébrile, partagée entre l’envie d’échapper à sa prison et celle de sauver les apparences qui pouvaient encore l’être. Ce qui compliquait la situation c’est qu’elle se rendait compte qu’elle tenait à John et qu’elle avait vraiment du mal à repousser la main qu’il lui tendait, et même plus, son amitié. « Mais c’est gentil de t’inquiéter pour moi. » Lâcha-t-elle finalement, un sourire entendu aux lèvres.


_________________

Because of you
I cannot cry, because I know that's weakness in your eyes ▬ I'm forced to fake, a smile, a laugh everyday of my life, my heart can't possibly break, when it wasn't even whole to start with.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Harding
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : Richard Lyon et Max Julliard
TON AVATAR : Boyd Holbrook
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Exordium (code sign) + Sikapanele (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible 4/5
RAGOTS PARTAGÉS : 427
POINTS : 1020
ARRIVÉE À TENBY : 28/03/2018
 A Series of Unfortunate Events || Keelin Tumblr_pagz88SQCG1vg2yxdo5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (20 avril)
CÔTÉ COEUR : Père célibataire, sa situation ne l'autorise pas trop à envisager une nouvelle relation, quand bien même une certaine brune occupe ses pensées...
PROFESSION : Architecte, ancien mafieux placé sous programme de protection des témoins
REPUTATION : Il est discret, cet homme là. C'est tout de même bizarre, on dirait qu'il fuit les gens...et puis un père qui élève tout seul son fils, ce n'est pas banal. Il y a anguille sous roche, je vous le dis.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

 A Series of Unfortunate Events || Keelin Empty
MessageSujet: Re: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin EmptyDim 6 Jan - 23:21


You're a real man, and you do what you can
You only take as much as you can grab with two hands
With your big heart, you praise God above
But how's it working out for you, honey ?
Do you feel loved ?

Ca devait être une bonne soirée et elle a bien commencé. Mais l’arrivée du mari de Keelin a clairement rendu les choses plus tendues. John est peut-être mal placé pour juger, et après tout il n’est personne pour le faire, mais quand même. Il y a quelque chose qui le dérange dans cette histoire. La manière que la conseillère municipale a de l’excuser, de tout lui passer le surprend et c’est peut-être ça que John trouve le plus bizarre. Il est bien sûr anormal que Keelin soit empêchée de faire ce qu’elle veut par son mari – directement ou indirectement – dans le sens où elle ne devrait pas craindre ses réactions. Mais il est encore plus bizarre, du point de vue de l’architecte, qu’elle tolère ce que lui fait Drew sans rien dire, voire même en l’excusant. La Keelin qu’il connait – mettons la Keelin de d’habitude, la soirée obligeant un peu John à revoir ses certitudes et ce qu’il pensait de la jeune femme – ne se laisserait sans doute pas faire. En tout cas ça ne correspond pas à l’image qu’il a d’elle, active, impliquée dans la vie des gens, prêtes à les aider, intelligente, et indépendante. Quelque chose cloche dans toute cette histoire, mais il ne saurait pas dire quoi : John se rend simplement compte qu’il y a un problème, c’est juste dire ce qu’est ce souci qui lui pose une difficulté.

C’est plus compliqué que ça. Cette phrase qui veut tout et rien dire. Cette phrase que sa mère utilisait pour pardonner tout à son père, de ses écarts de conduite à la violence domestique. Combien de fois John l’a entendue le dire, après des disputes ? Il a toujours été proche de sa mère, mais il n’a jamais compris pourquoi elle n’était pas partie. Il s’était dit, au départ, que c’était par peur de Shane, parce qu’effectivement, son père pouvait être effrayant. Et puis il avait fini par se dire que c’était une part d’habitude, qu’il ne parviendrait jamais à comprendre, une sorte de reste de l’amour qu’il y avait entre eux au début. Mais sans doute aussi que sa mère n’avait nulle part d’autre ou aller…Et c’était ce qu’il disait aussi, au début, à propos de Nell, quand il avait commencé à se dire lui-même qu’elle était une junkie et qu’il valait mieux qu’il parte. Mais il y avait eu de la culpabilité, de l’amour, alors il avait tardé, et puis il savait comment ça avait fini. Oui, ça ressemblait à ça, le couple que formaient Drew Harper et Keelin Granger, mais pour autant, elle continue à lui assurer que tout va bien, et qu’il ne faut pas s’inquiéter. John n’a pas l’impression que tout va si bien que ça, lui, mais il ne peut pas obliger la jeune femme à se confier. « Bon. Dans ce cas tu préfères qu’on retourne là-bas ? C’est comme tu veux. » Il se disait qu’être un peu isolée ne ferait pas de mal à Keelin, mais l’architecte veut bien faire comme ça l’arrange le plus. « Il est dehors, je crois, pour l’instant mais…je ne veux pas que tu aies de problèmes à cause de moi. »

Elle minimise, clairement, il en a à peu près la certitude. Mais il n’est pas sûr que ce soit le moment pour insister. Avec Drew dans les parages, la jeune femme semble moins disposée à la confidence. Après tout, ils pourraient toujours se voir à un autre moment. Parce qu’il est à peu près convaincu, contrairement à la jeune femme, que les choses ne vont pas s’arranger. Bien entendu, John est loin de s’imaginer ce qu’il se passe réellement. S’il le savait, il aurait déjà été coller son poing dans la gueule à Drew Harper. Et surtout il serait mortifié du risque qu’il fait prendre à la jeune femme sans le vouloir. « C’est normal que je m’inquiète, c’est ce que font les amis. » Il hausse les épaules. Une question lui brule les lèvres. Qu’est-ce qui se passera si ça ne s’arrange pas ? Il suppose que ça finira en divorce, que le mari de l’enseignante est juste un abruti possessif et qu’elle va finir par le plaquer quand elle ne le supportera plus, c’est une fin logique. Mais si ça finit plus mal que ça. « Eh. » Il pose brièvement la main sur son épaule, lui sourit avec gentillesse. « Si ça ne s’arrange pas, si ça se passe mal, je suis là, ok ? Si tu as besoin de quelqu’un, ou même simplement de parler. » Il ne veut pas s’imposer, ni quoi que ce soit du genre, mais John estime qu’il ne peut pas faire moins. Il sait juste qu’il est anormal que quelqu’un interdise à son conjoint de faire des choses, ou que ledit conjoint se l’interdise par crainte des représailles, mais il est loin de se douter qu’il y a pire. Il adresse un sourire encourageant à Keelin : « Tu veux qu’on y retourne ? » Et toujours soucieux, il ajoute : « T’auras pas d’ennuis à cause de moi, hein ? » L’impression étrange d’être revenu au temps du lycée et des premiers flirts en cachette pour ne pas que le proviseur ne les chope hante John, mais de là à assimiler ce qui se passe à de la drague, il y a un pas énorme, qu’il n’est pas prêt de franchir.

_________________

LOOKING FOR THE LIGHT


Dernière édition par John Harding le Dim 13 Jan - 18:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keelin Harper
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Megan
TON AVATAR : Gal Gadot
TES CRÉDITS : ava - mellow bird, gif profil - pennywifey, gif & code signa - batphanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : John - Thomas.
RAGOTS PARTAGÉS : 474
POINTS : 1293
ARRIVÉE À TENBY : 11/03/2018
 A Series of Unfortunate Events || Keelin Tumblr_plqzffg5j91vg2yxdo4_r1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (11-07-1988)
CÔTÉ COEUR : Mariée, ou plutôt enchainée, à un homme qu'elle aimait autrefois. Brisée de l'intérieur, son coeur lui est ailleurs
PROFESSION : Conseillère municipale & professeur au lycée de Tenby
REPUTATION : Il se dit que son petit couple parfait batterait de l'aile et qu'elle serait partie de chez elle.


 A Series of Unfortunate Events || Keelin Empty
MessageSujet: Re: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin EmptyDim 13 Jan - 16:21

Hand me the world on a silver platter
And what good would it be
With no one to share, with no one who truly cares for me
Some people want it all
But I don't want nothing at all
If it ain't you baby

Plus John posait des questions, plus Keelin avait du mal à cacher sa nervosité. Il la connaissait différemment parce que dans la mesure du possible, elle s’était toujours montrée auprès de lui telle qu’elle était vraiment, ne lui mentant que sur les points les plus sensibles de sa vie. Elle avait toujours rencontré l’architecte en l’absence de son mari, elle l’avait laissé entrer dans sa vie et se rapprocher d’elle, à un niveau où personne n’avait réussi à le faire en dehors de sa famille proche. Ces quelques semaines sans le voir lui avait démontré qu’il lui avait manqué mais comment trouver un énième prétexte pour le recroiser sans que ça ne fasse bizarre à ses yeux ou sans que son mari ne finisse par l’apprendre, se mêler de cette amitié et encore tout détruire ? De par ses deux fonctions, Keelin était connue en ville et à ce titre, son mari ne pouvait pas empêcher les gens de venir lui parler. Cependant, elle était assez isolée car elle avait gardé le moins possible d’amis dans son entourage à la fois pour que personne ne se rende compte du triste quotidien de son mariage et parce que son mari jalousait absolument tout. Il salissait tout ce qu’il touchait. La preuve, son comportement bousculait encore tout ce soir : il avait vu John deux secondes, le sourire de sa femme, les regards que les deux amis s’échangeaient… Alors Drew avait glissé des sous-entendus sur John et avait ni plus ni moins menacé Keelin de représailles si elle ne se tenait pas à carreaux. Il n’était donc pas surprenant que l’architecte la trouve différente, embarrassée et même soumise aux caprices de son mari. Pourtant, la brune n’en démordait pas devant lui : tout allait bien ou plutôt tout irait bien quand la mauvaise période du couple serait passée. John lui proposa alors de retourner dans la salle principale. Drew était actuellement dehors, sûrement à essayer de se sociabiliser avec les quelques fumeurs de la soirée. « C’est lui qui les crée les problèmes, pas les autres. » Lâcha-t-elle dans un sourire triste. Elle minimait la situation mais elle ne pouvait cacher son impuissance. Keelin savait pertinemment que rien ne s’arrangerait mais elle ne pouvait pas dire le contraire à John, il fallait bien continuer de lui mentir pour qu’il n’insiste pas trop sur cette dispute. Plein de sollicitude, l’architecte s’inquiétait sincèrement pour elle, parce qu’il la considérait comme une amie et qu’il pressentait autre chose que la jeune femme ne lui avouait pas. Il posa une main bienveillante sur son épaule et lui rappela qu’il était là pour elle si elle avait besoin de lui ou de parler. « Merci. » Souffla-t-elle à voix basse, désoeuvrée. La tête ailleurs, elle imaginait déjà les prochains coups qui allaient pleuvoir sur son corps et son dos frémit brusquement. « Tu sais que ce n’est pas contre toi, n’est-ce-pas ? » Il lui parut soudain important de s’assurer que John avait bien saisi la différence, qu’il comprenne qu’elle ne s’empêchait de rester avec lui qu’à cause de Drew et non pas parce qu’elle n’en avait pas envie. Soudain, Keelin lui attrapa les mains et les serra dans les siennes comme pour se donner du courage, comme si la simple idée de sortir de cette bulle de sécurité qu’il lui avait offert durant la soirée et que de retourner sur le « front » la rebutait. En réalité, elle ne voulait pas lui créer d’ennuis non plus car si Drew les voyait ensemble, sa jalousie se dirigerait d’abord à l’encontre de John en public et envers elle en privé. « Oui, retournons-y. » Non, elle n’en avait vraiment pas envie. « Ça devrait aller. » Elle s’écarta ensuite du père de Jack et prit la direction de la salle des enchères. Toutefois, alors qu’elle venait à peine de retrouver la pièce principale, Drew débarqua à ce moment-là. « Mais qu’est-ce que tu faisais dans le gymnase ? Je t’ai cherchée partout. » Keelin n’eut pas le loisir de répondre, il remarqua John derrière elle et sa colère grandit aussi vite. « Je vois… » Néanmoins, il resta davantage dans la mesure cette fois et se maitrisa. « La soirée se calme, les gens se dispersent. On devrait rentrer. » Drew paraissait beaucoup plus calme devant autrui mais la jeune femme connaissait ce regard, celui du calme avant la tempête ; il règlerait ses comptes avec elle à la maison. T’as crû que tu pouvais me parler sur ce ton à la soirée ? Et pourquoi tu t’es isolée avec ce type ? Etc, etc… Un choix s’offrait à Keelin, lancer un regard implorant à John et il n’hésiterait pas à bouger, ou garder celui des apparences et subir son sort. La brune tenait assez à son ‘ami’ pour ne pas l’impliquer davantage dans ses histoires de couple alors elle adopta la seconde option. « Ok mais on passe chez les Granger avant, il faut que je voie mon frère. » Lança-t-elle de vive voix afin de gagner du temps. Elle jeta ensuite un dernier regard par-dessus son épaule. « Je suis désolée. » Souffla-t-elle à l’architecte tandis que son mari avait pris quelques pas d’avance. « A la prochaine, John. J’ai été contente de te revoir. Bonne soirée. » Elle adressa ensuite quelques aux-revoir à certaines autres personnes présentes et s’éclipsa finalement de cette soirée-fiasco. En quelques minutes seulement, Drew avait réussi à fragiliser ce qu’elle s’était efforcée à dissimuler depuis des mois.

Spoiler:
 


_________________

Because of you
I cannot cry, because I know that's weakness in your eyes ▬ I'm forced to fake, a smile, a laugh everyday of my life, my heart can't possibly break, when it wasn't even whole to start with.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Harding
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : Richard Lyon et Max Julliard
TON AVATAR : Boyd Holbrook
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Exordium (code sign) + Sikapanele (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible 4/5
RAGOTS PARTAGÉS : 427
POINTS : 1020
ARRIVÉE À TENBY : 28/03/2018
 A Series of Unfortunate Events || Keelin Tumblr_pagz88SQCG1vg2yxdo5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (20 avril)
CÔTÉ COEUR : Père célibataire, sa situation ne l'autorise pas trop à envisager une nouvelle relation, quand bien même une certaine brune occupe ses pensées...
PROFESSION : Architecte, ancien mafieux placé sous programme de protection des témoins
REPUTATION : Il est discret, cet homme là. C'est tout de même bizarre, on dirait qu'il fuit les gens...et puis un père qui élève tout seul son fils, ce n'est pas banal. Il y a anguille sous roche, je vous le dis.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

 A Series of Unfortunate Events || Keelin Empty
MessageSujet: Re: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin EmptyDim 13 Jan - 22:40


You're a real man, and you do what you can
You only take as much as you can grab with two hands
With your big heart, you praise God above
But how's it working out for you, honey ?
Do you feel loved ?

John n’est pas convaincu par les paroles rassurantes de Keelin, qui, de fait, n’ont en réalité rien de rassurant. Il voit que la jeune femme minimise, mais l’architecte voit mal comment s’imposer, et globalement, quelle est la bonne réaction à avoir. Il comprend bien qu’il y a un problème, mais lequel précisement, c’est difficile à dire dans la mesure où elle persiste à lui dire qu’il ne s’agit que d’une mauvaise phase pour son couple. Harding ne peut s’empêcher d’avoir un doute là-dessus, d’autant que ce Keelin dit de Drew peut vraiment être interprété comme négatif. C’est lui qui créé des problèmes aux gens, mais quel genre de problème ? Parce qu’il ferait beau voir qu’il lui en créé, à lui, des problèmes, ou en tout cas qu’il essaie, ça ferait beaucoup rire John, tiens. Il a beau être rangé et avoir des consignes strictes, il ne peut pas totalement renier son passé de mafieux, et parfois, ses réactions sont directement en rapport avec le temps avec le temps où il s’appelait Sonny O’Keefe. Et Sonny O’Keefe n’a clairement pas peur, lui, d’un pauvre connard un peu teigneux d’un bled perdu du Pays de Galles. Et Sonny O’Keefe n’hésiterait pas à lui démonter la gueule s’il savait clairement ce que fait Drew Harper. Mais John Harding, l’architecte, lui, n’est pas au courant, il ne fait que deviner, et puis il aurait des problèmes avec le bureau de protection des témoins s’il se mettait à déconner.

Mais il n’empêche que ça le tue de voir Keelin comme ça, aussi inquiète – non, pas inquiète : le mot exact, ce qu’il perçoit, c’est de la terreur. « C’est rien. » Murmure-t-il. Il aimerait faire mieux que simplement être là si besoin. Mais il ne voit pas quoi faire de plus pour l’instant, surtout qu’il faudrait qu’ils retournent à la soirée. La question de l’enseignante le fait sourire et il hoche la tête avec gentillesse, rassurant. « Je sais, ne t’en fais pas. Je comprends. » Il ne peut pas en vouloir à Keelin, juste compatir. « On se verra une prochaine fois, ce n’est pas grave, va. » S’il y en a une. John n’est pas au bout de ses surprises, puisque la brune finit par lui prendre les mains, comme si cela la rassurait. Son cœur à lui manque deux ou trois battements, et il a l’envie douloureuse de la prendre dans ses bras pour lui faire passer toute sa sollicitude, et de lui dire que finalement, mieux vaut peut être qu’elle n’y retourne pas. Mais il n’y a rien d’autre à faire, alors l’architecte se contente de raccompagner son amie, rapidement alpaguée par son mari. Il lui adresse un dernier signe de la main alors qu’elle s’excuse, et puis il s’en va à son tour.

Dans les jours qui suivent, John ne peut s’empêcher d’y penser, malgré les fêtes, qui se déroulent sans encombre, comme toujours de façon un peu solitaire puisqu’il n’y a que lui et Jack, même s’il fait un effort pour cuisiner. Il ne peut s’empêcher de se demander si Keelin va bien, ce qui se passe de son côté, espérant que Drew lui a fichu la paix – ou mieux, comme elle disait, que les choses se sont arrangées. Mais l’architecte n’y croit pas beaucoup lui-même, et il se dit qu’elle serait quand même mieux sans ce type là. Il y a bien une jalousie que John peine à identifier comme telle, mais aussi un sentiment plus objectif. Drew Harper est un sacré connard, peu importe l’angle sous lequel on regarde les choses.

Venant de reprendre le boulot et ayant passé une journée en visite sur ses chantiers pour voir leur avancement, John vient de rentrer chez lui, et il dessine pour s’occuper. Jack est parti voir un de ses copains, mais il lui a dit qu’il serait de retour pour le diner. Les choses vont mieux entre eux, et au moins, il ne fait plus de bêtises au collège, ce qui est un progrès. Du coup, Harding a tout le loisir de se préoccuper de Keelin. Tout en continuant à crayonner, il se dit que demain il va à la mairie, et que définitivement, c’est l’occasion de prendre de ses nouvelles et de mettre à exécution son idée de l’inviter à déjeuner. Cette absence de nouvelle et ses rencontres espacées lui font comprendre qu’elle lui manque, et il serait bon de réparer ça, et il espère qu’une rencontre de ce genre conviendra à la jeune femme. C’est à ce moment là que sa porte sonne. John relève la tête, surpris : il n’attend pourtant personne. C’est donc avec prudence qu’il va ouvrir, on ne sait jamais, pour tomber nez à nez avec ladite Keelin. « Oh, salut ! » Jean, t-shirt délavé à l’effigie des Stones, ça se voit qu’il n’attendait aucune visite. « Est-ce que…comment ça va ? » Manière de demander si elle ne débarque pas précisement parce qu’elle a un problème. « Ca fait longtemps qu’on ne s’est pas vu…qu’est-ce qui t’amène ? » Jack, ou son mari, peut-être, question qui plane entre eux sans que son nom ne soit prononcé, pour l’instant. « Euh…tu veux entrer, peut-être ? Boire quelque chose ? » A part Thomas, personne ne vient jamais le voir, et la timidité naturelle de John, surtout avec la jeune femme, lui fait vaguement oublier les bonnes manières, d’où le fait qu’il soit aussi mal à l’aise.

_________________

LOOKING FOR THE LIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keelin Harper
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Megan
TON AVATAR : Gal Gadot
TES CRÉDITS : ava - mellow bird, gif profil - pennywifey, gif & code signa - batphanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : John - Thomas.
RAGOTS PARTAGÉS : 474
POINTS : 1293
ARRIVÉE À TENBY : 11/03/2018
 A Series of Unfortunate Events || Keelin Tumblr_plqzffg5j91vg2yxdo4_r1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (11-07-1988)
CÔTÉ COEUR : Mariée, ou plutôt enchainée, à un homme qu'elle aimait autrefois. Brisée de l'intérieur, son coeur lui est ailleurs
PROFESSION : Conseillère municipale & professeur au lycée de Tenby
REPUTATION : Il se dit que son petit couple parfait batterait de l'aile et qu'elle serait partie de chez elle.


 A Series of Unfortunate Events || Keelin Empty
MessageSujet: Re: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin EmptyDim 13 Jan - 23:32

Hand me the world on a silver platter
And what good would it be
With no one to share, with no one who truly cares for me
Some people want it all
But I don't want nothing at all
If it ain't you baby

Cette soirée aux enchères donna la douloureuse impression à Keelin d’avoir vécu une forme de séparation forcée. Drew avait bien compris qu’elle était attachée à John sous quelque forme que ce soit et il était devenu vert de jalousie en constatant le sourire que sa femme avait aux lèvres lorsqu’il était arrivé. A la fin de la fête, elle avait prétexté devoir parler à son frère avant de retourner à la maison et même si Drew envisagea de la ramener directement chez eux, il se rappela que lui donner la correction qu’elle méritait juste avant qu’elle ne passe chez sa famille n’était probablement pas l’idée du siècle. Keelin réussit donc à rendre visite à ses parents, qui une fois n’est pas coutume, étaient présents. Accompagnée de son collant de mari, elle parvint à se détacher de lui un moment et à faire comprendre à sa mère que des tensions existaient dans leur couple et qu’elle avait besoin de revenir quelques jours à la maison. Les Granger proposèrent donc officiellement à la jeune femme de venir passer du temps chez eux à l’occasion des fêtes, puisqu’ils étaient à Tenby pour une fois et elle accepta cette offre devant Drew, le mettant devant le fait accompli. Qu’il essaie de la menacer devant sa famille… Néanmoins, elle ne pouvait échapper à son sort bien longtemps sans éveiller les soupçons de ses proches alors elle se résigna à retourner chez elle ce jour-là et à subir la violente dispute qui en découla. Elle débarqua dans la maison des Granger trois jours plus tard, avec des difficultés à respirer et des douleurs dans tout le corps. Toutefois, Keelin inventa une bronchite et partit se reposer dans son ancienne chambre. A défaut d’être en bon état, elle était au moins en sécurité chez elle et la nouvelle de sa maladie empêcha sa fratrie de trop l’approcher. Durant ces quelques jours, elle repensa à la soirée des enchères et à la façon dont elle s’était comportée avec John. Elle devait le retrouver, s’expliquer et s’excuser pour ce qui s’était passé. Que devait-il penser d’elle à présent ? Une pauvre fille soumise à son mari… De plus, il lui manquait. Ce soir-là, elle avait compris qu’elle tenait à lui, qu’elle n’avait pas envie de cesser de le voir, même pour ne plus subir la colère de son connard d’époux. Plus ou moins remise d’aplomb pour Noël, elle le passa avec sa famille et Drew, qui était invité, puisque personne ne soupçonnait ce qui se passait vraiment. Discrètement, il lui lançait des regards assassins et pourtant il savait qu’elle n’avait rien dit sinon il n’aurait pas pu mettre les pieds dans la maison, alors il attendait pour le moment, que Keelin retrouve la raison. Entre Noël et Nouvel An, la jeune femme passa beaucoup de temps avec son plus jeune frère, Danny. Ils reparlèrent de l’événement des enchères avec le sourire même si, heureusement pour lui, il était tombé sur une autre personne qu’elle ou qu’un Griffiths. Après le dernier réveillon de l’année, elle retourna finalement chez elle, apaisée et remise de sa dernière punition. Keelin supportait à nouveau mieux la compagnie désagréable de son mari, pour ce qu’il était présent. C’est d’ailleurs quelques jours plus tard que la jeune femme profita de son absence de quelques heures pour braver les interdits et se rendre chez John. Avec elle, elle avait emmené une bonne bouteille, histoire de rattraper l’occasion manquée aux enchères. Accepterait-il encore de voir cette femme à problèmes ? Il lui avait indiqué qu’il serait là si elle en avait besoin, lui soulignant leur amitié. Alors la voir ne serait peut-être pas rédhibitoire pour lui. De toute façon, Keelin en avait envie, pas besoin de chercher plus loin. « Salut John ! Désolée de débarquer à l’improviste, j’espère que je ne te dérange pas. » Tout de suite, le visage de l’architecte se plissa et il s’inquiéta pour elle. Cette visite signifiait-elle qu’elle avait des ennuis ? Non. « Oui ça va. Je... J’avais envie de te voir. C’était un peu bizarre l’autre soir… » Répondit-elle assez sincèrement, en compensation de toutes les fois où elle avait été obligée de lui mentir en pleine face. John l’invita alors à entrer et s’effaça du seuil. « Volontiers… A vrai dire, je ne suis pas venue les mains vides… » Aussi mal à l’aise, Keelin lui tendit la bouteille, ce qui ne voulait pas dire qu’il était obligé d’ouvrir celle-là, c’était juste une sorte de cadeau pour se faire pardonner. La conseillère municipale décida que le mieux était de se jeter à l’eau et de ne pas passer par quatre chemins. « En fait, je suis venue pour te dire que je suis désolée pour ce qui s’est passé l’autre soir. C’était terriblement gênant et tu n’aurais pas dû te retrouver au milieu de mes histoires… J’espère que tu pourras oublier ce triste moment. » Dans sa volonté de lui présenter ses excuses, Keelin ne remarqua pas tout de suite à quel point John était aussi mal à l’aise qu’elle et elle ne s’imaginait pas non plus comme il s’était inquiété pour elle.

_________________

Because of you
I cannot cry, because I know that's weakness in your eyes ▬ I'm forced to fake, a smile, a laugh everyday of my life, my heart can't possibly break, when it wasn't even whole to start with.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Harding
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : Richard Lyon et Max Julliard
TON AVATAR : Boyd Holbrook
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Exordium (code sign) + Sikapanele (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible 4/5
RAGOTS PARTAGÉS : 427
POINTS : 1020
ARRIVÉE À TENBY : 28/03/2018
 A Series of Unfortunate Events || Keelin Tumblr_pagz88SQCG1vg2yxdo5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (20 avril)
CÔTÉ COEUR : Père célibataire, sa situation ne l'autorise pas trop à envisager une nouvelle relation, quand bien même une certaine brune occupe ses pensées...
PROFESSION : Architecte, ancien mafieux placé sous programme de protection des témoins
REPUTATION : Il est discret, cet homme là. C'est tout de même bizarre, on dirait qu'il fuit les gens...et puis un père qui élève tout seul son fils, ce n'est pas banal. Il y a anguille sous roche, je vous le dis.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

 A Series of Unfortunate Events || Keelin Empty
MessageSujet: Re: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin EmptyLun 14 Jan - 23:22


You're a real man, and you do what you can
You only take as much as you can grab with two hands
With your big heart, you praise God above
But how's it working out for you, honey ?
Do you feel loved ?

Clairement, John ne s’attendait pas à voir Keelin – ou en fait, qui que ce soit d’autre – débarquer chez lui. Bien sûr, il n’est pas si compliqué que ça de se procurer son adresse, mais encore faut-il vouloir venir le voir. A part sa secrétaire avec qui il s’entend bien, et Thomas, personne ne vient jamais chez lui, ou presque. C’est l’avantage ou le désavantage d’être un ours ronchon : on n’est jamais dérangé. C’est sans doute un avantage si on est un ancien mafieux sous protection des témoins, on n’a pas forcément envie que les gens aient facilement accès à son domicile. Pour autant, pour Keelin, c’est un peu différent : son adresse, elle l’a comme prof, et il lui a dit qu’elle pouvait passer. Et à vrai dire, si l’architecte est surpris, il est surtout content de voir la jeune femme, même si du coup, sous l’effet de la surprise, il est un peu mal à l’aise. Il essaie donc de se ressaisir un peu, histoire de ne pas passer pour un malpoli. « Non, du tout, ça me fait plaisir de te voir. » C’est parfaitement sincère. Et avec ce qu’il s’est passé, Harding avait l’impression que c’était reparti pour un moment avec qu’ils ne se revoient, ce qui ne l’enchantait pas plus que ça. Déjà parce qu’il s’inquiétait pour l’enseignante, et que ce silence ne pouvait qu’être mauvais signe, et puis tout simplement parce qu’elle lui manquait. « Je viens de rentrer, c’est juste que ça me surprend de te voir, mais c’est une bonne surprise. »

Moins gêné, il lui adresse un sourire plus sincère. Keelin a l’air d’aller plutôt bien, ce qui ne peut que rassurer John, même s’il commence à comprendre qu’il sera difficile pour lui d’en avoir le cœur net, parce qu’elle minimisera toujours un peu. Et lorsqu’elle continue, c’est plutôt d’ailleurs par rapport à leur amitié, comme si c’était plus facile pour elle de parler d’eux que d’elle. Et l’aveu qu’elle lui fait laisse un instant John sans voix, surpris, mais agréablement surpris, de savoir qu’elle pense à lui comme lui le fait pour elle lorsqu’ils ne se voient pas. Mais il se ressaisit assez vite, et c’est en souriant avec douceur qu’il avoue à son tour : « C’est marrant, je me disais la même chose. Comme je vais à la mairie, je pensais t’inviter pour déjeuner. » Elle a raison de dire que c’était un peu bizarre, la dernière fois qu’ils se sont vus, et ils sont gênés tous les deux. Ou alors, c’est autre chose, le simple fait de la voir suffit à faire sourire John, ce qui est un peu difficile à gérer pour l’architecte. « Oh. Il ne fallait pas, tu n’étais pas obligée… mais entre, je t’en prie. » Il la suit dans le couloir, la bouteille à la main. « Fais juste pas attention, la maison n’est pas très rangée… » Bon, en réalité, elle l’est au cordeau, parce qu’il est maniaque et qu’il aime les choses carrées, mais bon, on ne se refait pas. « Au fait, avant que j’oublie…bonne année. Je sais pas trop ce que je peux te souhaiter, mais meilleurs vœux. » Difficile, avec un mari pareil, maintenant qu’il en sait un peu plus. John se passe une main dans les cheveux, un peu gêné. « Hem. La cuisine est par là. » Tout aussi impeccable que le reste, moderne et lumineuse, et aménagée par lui. « Je te sers quoi ? » Il est peut-être un peu tôt pour déboucher la bouteille, qui au demeurant a l’air très bien.

Lui-même prend une bière, et s’installe en face de Keelin en posant un verre devant elle, et c’est là qu’elle commence à s’excuser pour ce qu’il s’est passé après la vente aux enchères. John essaie cependant d’être rassurant. « C’est rien, ce n’est pas très grave, tu sais. Et t’y es pour rien si ton mari ne m’aime pas. » De toute façon, Drew Harper n’a pas l’air d’aimer grand monde, même sa femme. « C’est plutôt moi qui devrait m’inquiéter de savoir comment tu vas, franchement. » Question qu’il n’a pas cessé de se poser et de retourner dans son esprit pendant les fêtes de Noël, espérant que tout se passerait bien pour elle. Il penche la tête vers elle, sourit avec sollicitude : « Ca c’est arrangé, entre vous ? » A titre personnel, une part de son esprit préférerait que ça ne soit pas le cas, mais c’est assez égoiste, même si c’est tiré de la conviction, ou plutôt de l’instinct, que les choses ne peuvent qu’aller de plus en plus mal dans le couple Harper, vu l’attitude du mari de Keelin. D’un autre côté, moins égoistement, il aimerait que les choses aillent bien pour elle, et si ça passe par le fait que sa relation avec ce type se réchauffe, soit. « Je veux dire, avec les fêtes de Noël, et tout ça ? »

_________________

LOOKING FOR THE LIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keelin Harper
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Megan
TON AVATAR : Gal Gadot
TES CRÉDITS : ava - mellow bird, gif profil - pennywifey, gif & code signa - batphanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : John - Thomas.
RAGOTS PARTAGÉS : 474
POINTS : 1293
ARRIVÉE À TENBY : 11/03/2018
 A Series of Unfortunate Events || Keelin Tumblr_plqzffg5j91vg2yxdo4_r1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (11-07-1988)
CÔTÉ COEUR : Mariée, ou plutôt enchainée, à un homme qu'elle aimait autrefois. Brisée de l'intérieur, son coeur lui est ailleurs
PROFESSION : Conseillère municipale & professeur au lycée de Tenby
REPUTATION : Il se dit que son petit couple parfait batterait de l'aile et qu'elle serait partie de chez elle.


 A Series of Unfortunate Events || Keelin Empty
MessageSujet: Re: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin EmptyMar 15 Jan - 22:23

Hand me the world on a silver platter
And what good would it be
With no one to share, with no one who truly cares for me
Some people want it all
But I don't want nothing at all
If it ain't you baby

John semblait mal à l’aise de la voir devant chez lui mais Keelin débarquait à l’improviste alors elle espérait ne pas le déranger à un mauvais moment. Malheureusement, elle n’était pas en mesure de le prévenir à l’avance car la prof ne tirait jamais des plans sur la comète et agissait en fonction des faits et gestes de son mari quand Drew la collait aux basques. Ces derniers-temps, il avait été particulièrement soupçonneux et virulent envers sa femme alors elle lui avait caché cette petite visite chez John dans le but de ne pas aggraver la situation. S’il avait été mis au courant, Drew n’aurait jamais accepté qu’elle rejoigne l’architecte. Passé le moment de surprise, le père de Jack lui adressa un sourire sincère et l’invita à entrer. Il lui confia qu’il avait aussi envisagé de passer à la mairie et de l’inviter à déjeuner. « Ah oui ? » S’étonna-t-elle sincèrement. Keelin ne l’aurait pas imaginé avoir envie de lui proposer une telle idée après ce qui s’était passé le soir des enchères. Visiblement, l’attitude de Drew n’avait pas découragé l’architecte de la revoir dans un autre contexte. « Et cette invitation tiendrait toujours si tu passes à la mairie prochainement ? » Ajouta-t-elle en souriant, clairement dans l’idée de se rattraper des fameux dérapages de l’autre jour. Il ne fallait pas croire que Keelin se fichait des conséquences. Il y avait beaucoup de chances pour que Drew l’apprenne et lui cherche misère ; elle vivait dans la peur de son bourreau mais elle ne lui trouvait plus d’excuses. Cependant, quitte à ramasser des coups, elle préférait les encaisser pour une « vraie » raison, pour un moment qui en aurait largement valu ce prix, le prix de sa liberté. Lorsque John l’extirpa de ses pensées en jugeant sa maison peu rangée, elle esquissa un sourire évident. « Peu rangé ? Tu verrais chez moi, tu te croirais dans la caverne d’Ali Baba en comparaison. » Keelin était plutôt ordonnée de nature mais elle n’était pas maniaque pour autant. De toute façon, des objets volaient souvent aux quatre coins de la maison lorsque son mari préférait s’acharner sur l’ameublement. Heureusement, l’habitation n’était pas mitoyenne sinon les voisins en auraient déjà entendu des vertes et des pas mures. L’architecte lui adressa ensuite ses meilleurs vœux pour la nouvelle année. Concentrée sur d’autres choses, la jeune femme avait complètement zappé ce détail. « Merci, bonne année à toi aussi ! Les jours défilent tellement vite que j’ai déjà mes deux pieds dans cette année. » C’est sûr que les quelques jours qu’elle avait passé dans sa famille s’étaient écoulés beaucoup plus rapidement que les longues soirées chez elle. La conseillère municipale emboîta ensuite le pas à John jusque dans la cuisine et s’installa à la place qu’il lui indiqua. « Je veux bien une bière, merci. » La jeune femme but ensuite quelques gorgées de la boisson et dévoila le véritable motif de sa visite. Keelin présenta des excuses au Harding pour le comportement odieux de son mari. John la dédouana des mots malencontreux de son époux et s’inquiéta plutôt pour elle. Il désirait certainement savoir ce qui s’était passé après cette fameuse soirée. La jeune femme écouta les dernières interrogations de son hôte avant de lui fournir une réponse. « Oui, ça s’est arrangé. » Répondit-elle, sincèrement. Les tensions étaient forcément montées d’un cran mais il avait eu le temps de se calmer depuis lors. « En fait, j’ai passé quelques jours dans ma famille à la période des fêtes. Il est venu aux réveillons mais le reste du temps, nous étions séparés. C’était nécessaire de mettre un peu de distance pour calmer les tensions entre nous et mieux se retrouver. Du coup, ça va mieux. » Globalement, Keelin ne lui avait pas menti. Après avoir eu droit à sa raclée et être restée quelques jours chez les Granger pour fuir l’invivable Drew, les tensions s’étaient quand même détendues. La jalousie et les rancœurs dans le couple faisaient par contre partie du quotidien. « Et toi, tu as fait quoi pour les fêtes ? Tu étais avec Jack, je présume ? » Elle marqua une pause et but une gorgée de sa bière tout en se demandant si John avait encore des contacts avec de la famille. Elle reprit ensuite le fil de ses pensées. « D’ailleurs comment va ton fils ? Il est là ? »

_________________

Because of you
I cannot cry, because I know that's weakness in your eyes ▬ I'm forced to fake, a smile, a laugh everyday of my life, my heart can't possibly break, when it wasn't even whole to start with.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Harding
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : Richard Lyon et Max Julliard
TON AVATAR : Boyd Holbrook
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Exordium (code sign) + Sikapanele (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible 4/5
RAGOTS PARTAGÉS : 427
POINTS : 1020
ARRIVÉE À TENBY : 28/03/2018
 A Series of Unfortunate Events || Keelin Tumblr_pagz88SQCG1vg2yxdo5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (20 avril)
CÔTÉ COEUR : Père célibataire, sa situation ne l'autorise pas trop à envisager une nouvelle relation, quand bien même une certaine brune occupe ses pensées...
PROFESSION : Architecte, ancien mafieux placé sous programme de protection des témoins
REPUTATION : Il est discret, cet homme là. C'est tout de même bizarre, on dirait qu'il fuit les gens...et puis un père qui élève tout seul son fils, ce n'est pas banal. Il y a anguille sous roche, je vous le dis.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

 A Series of Unfortunate Events || Keelin Empty
MessageSujet: Re: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin EmptyDim 20 Jan - 2:14

You're a real man, and you do what you can
You only take as much as you can grab with two hands
With your big heart, you praise God above
But how's it working out for you, honey ?
Do you feel loved ?

Si John est surpris, c’est qu’il se demandait si la Keelin voudrait bien encore le voir. Ca lui fait toujours plaisir, d’une façon totalement irraisonnée, ce qui lui fait un peu peur, et c’est ce qui le met aussi un peu mal à l’aise. Est-ce qu’il imagine cette complicité, qu’il lui donne un sens qui n’existe pas et qu’il a du mal à assumer ? Et puis avec son mari dans les pattes, l’architecte se disait que l’enseignante aurait peut-être voulu – ou du, il ne sait pas trop – prendre un peu de distance. Concrètement, venir voir quelqu’un chez lui, dans un village comme Tenby, ce n’est sans doute pas mieux que de s’isoler avec ladite personne alors que son mari est jaloux à mourir. C’est pour ça que son idée de déjeuner ne lui semblait pas si mal, au moins c’était en public et c’est un déjeuner de travail. Ca ne plait pas vraiment à John de devoir trouver ce genre de subterfuges, mais s’il faut ça pour voir Keelin…Comme la proposition a l’air de plaire à la brune, il ne peut que acquiescer. « Bien sûr. Si ça te dit, toi, évidemment. Ça me ferait plaisir, vraiment. » Remarque l’irlandais avec sincérité. Peut-être un peu trop d’enthousiasme, alors il ajoute : « Entre deux sessions de réunions passionnantes à regarder de magnifiques schémas. »

Il essaie de faire passer la gêne avec un peu d’humour, et Harding ne sait pas vraiment si ça marche ou pas, mais la conversation devient un peu plus naturelle. C’est peut-être simplement qu’ils ne se sont pas vu depuis longtemps et qu’ils ont besoin de prendre des nouvelles l’un de l’autre. « Je suis un peu maniaque, comme j’ai renové la maison moi-même, faut pas faire attention, j’ai tendance à exagérer. » Après tout, ce serait une mauvaise pub si la maison était dans un sale état, et John a tendance à être perfectionniste. Il travaille trop, aussi, alors il comprend, évidemment, quand Keelin lui dit qu’elle n’a simplement pas pensé à la bonne année. « Merci. Et oui, c’est dur la reprise, hein ? Je t’avoue que j’oublierais aussi si je ne devais pas faire toutes les cartes de vœux pour mes clients ! »

Finalement ils s’installent dans la cuisine pour boire un verre, et John leur sert deux bières, écoutant avec attention ce que lui répond Keelin. Il n’a pas cessé de s’inquiéter pour elle – c’est aussi pour cela qu’il voulait l’inviter, pour vérifier incidemment si elle allait bien – et même maintenant, il a l’impression qu’elle ne lui dit pas tout, qu’elle minimise. Ou peut-être que les choses se sont vraiment arrangées avec Drew, et que c’est lui qui veut absolument que ça se passe mal et que Keelin soit en train de minimiser. De toute façon, quoiqu’il se passe en réalité, John sait qu’elle ne lui en parlera que si elle le veut, comme la dernière fois. Mais il ne pense pas être très éloigné de la vérité quand il se rappelle de la réaction de terreur et de découragement qu’a pu avoir la jeune femme quand ils étaient seuls à la soirée de la vente aux enchères. « C’est bien si ça a tourné comme ça. Et puis je suppose que ça a du te faire du bien de voir ta famille un peu. » John lui adresse un sourire sincère. Peu importe ce qu’il pense lui, au fond, ce n’est pas ça qui compte. « Je suis content si ça va mieux pour toi, c’est le principal. » Il ne s’étend pas sur le reste, après tout comme il dit, ça n’est pas si grave. « Et du coup…ça ne le dérange pas qu’on se voit ? Toi et moi, je veux dire ? » Drôle d’expression, sur laquelle John tique un peu, qui prend une saveur particulière quand il la prononce, ce qu’il essaie de masquer, comme si de rien n’était.

La jeune femme lui demande ensuite comment les fêtes se sont passées pour lui. « Oh, oui, on n’a pas bougé, on a fait un truc plutôt tranquille. Comme mes parents sont tous les deux décédés et que je suis fils unique, je n’ai plus beaucoup de famille en Irlande, de toute façon. » La famille de Nell, des gens normaux et désespérés par la trajectoire de leur fille, avaient témoigné au procès aussi, et ils avaient également bénéficié du programme de protection des témoins. Par conséquents, lui, Jack et eux avaient interdiction de rentrer en contact, simplement pour des raisons de sécurité, alors qu’ils avaient été les seuls à le soutenir. « Oh, il est chez un copain, il doit rentrer bientôt… » Le bruit de clefs dans la serrure fait lever la tête à l’architecte. « Ah, quand on parle du loup ! » Il se lève pour passer la tête dans l’entrée. « Salut bonhomme, comment ça va ? » Jack a l’air un peu surpris en apercevant Keelin dans la cuisine. « Salut p’pa…oh, bonjour, madame Harper. Vous allez bien ? » John n’avait pas prévu ce moment gênant : évidemment, il va falloir expliquer ce que sa prof fiche là à son fils. « Je vais monter, j’ai deux ou trois devoirs qu’il me reste, on mange bientôt ? » John sourit. « Tout à l’heure, j’ai rien de prêt, sauf si tu veux aller prendre des burgers parce que ton vieux père est un lâche qui a la flemme de cuisiner. » Il se tourne vers Keelin : « Je reviens dans deux minutes, fais comme chez toi. »

Juste histoire d’expliquer un peu à Jack ce qui se passe. Parce qu’une fois arrivé en haut, son fils a déjà commencé à tirer ses propres conclusions. « Putain p’pa, c’est ultra gênant, toi et la prof d’anglais ? » Il hausse les épaules, debout dans l’encadrure de la porte de son fils. « Quoi, moi et la prof d’anglais ? On bosse ensemble, et on s’entend bien. Elle est mariée, raconte pas de bêtises, hein, tu veux bien ? » Jack pose ses affaires, persiste : « Eh mais c’est pas méchant, je l’aime bien, moi. Bon, sauf quand elle râle, mais c’est vrai que depuis qu’on est là… » John soupire. « Arrête avec ton petit sourire, là, jeune homme. Et vas pas balancer ce genre de choses en public, ok ? Je vais avoir des problèmes, sinon. » Il ébouriffe les cheveux de son fils. « Allez, on mange tout à l’heure. » Il laisse donc son fils à ses activités d’ado et redescend dans la cuisine. « Excuse moi, juste le temps de vérifier que tout s’était bien passé à l’école. J’ai pas été trop long ? » Il est loin de se douter de ce que Keelin pourrait avoir découvert.

_________________

LOOKING FOR THE LIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keelin Harper
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia, Dylana & Megan
TON AVATAR : Gal Gadot
TES CRÉDITS : ava - mellow bird, gif profil - pennywifey, gif & code signa - batphanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : John - Thomas.
RAGOTS PARTAGÉS : 474
POINTS : 1293
ARRIVÉE À TENBY : 11/03/2018
 A Series of Unfortunate Events || Keelin Tumblr_plqzffg5j91vg2yxdo4_r1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (11-07-1988)
CÔTÉ COEUR : Mariée, ou plutôt enchainée, à un homme qu'elle aimait autrefois. Brisée de l'intérieur, son coeur lui est ailleurs
PROFESSION : Conseillère municipale & professeur au lycée de Tenby
REPUTATION : Il se dit que son petit couple parfait batterait de l'aile et qu'elle serait partie de chez elle.


 A Series of Unfortunate Events || Keelin Empty
MessageSujet: Re: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin EmptyDim 20 Jan - 16:29

Hand me the world on a silver platter
And what good would it be
With no one to share, with no one who truly cares for me
Some people want it all
But I don't want nothing at all
If it ain't you baby

Keelin était passée maître dans l’art de mentir à ses proches lorsqu’une personne lui posait des questions sur son mariage et plus particulièrement sur son époux. Pourtant, elle était incapable de retenir un sourire trop sincère face à John quand il lui proposa d’aller déjeuner avec lui tout comme elle avait été incapable de lui mentir complètement à propos de son mari possessif le soir des enchères. La complicité qui le liait à lui avait ce pouvoir étrange de la fragiliser, de la pousser à abandonner le masque qu’elle portait depuis des années. Certes, l’enseignante en avait assez de subir le quotidien violent qui était le sien et que Drew régisse sa vie tant dans ses fréquentations que dans le moindre de ses faits et gestes. Pourtant, elle n’avait jamais osé lui tenir tête avec autant d’aplomb que ces derniers mois à la fois en s’enfuyant le temps d’une nuit avec un autre homme qu’en lui répondant devant tout le monde à la soirée des enchères. Quelques mois… Était-ce depuis que John lui était devenu plus proche qu’elle se rebellait davantage contre son mari ? Était-ce son rêve de liberté qui avait grandi ou tout simplement la peur de ne jamais pouvoir s’en sortir ? En tout cas, Keelin prenait de plus en plus de risques, et son amitié avec John menaçait clairement ce qu’elle cherchait à protéger en acceptant de subir les caprices et les sévices de Drew car son désir de le revoir avait été le plus fort aujourd’hui. Voilà la vérité qui se cachait derrière son large sourire. « Oui, les fameuses réunions. Je veillerai à en fixer une prochainement. » L’architecte venait de lui offrir la merveilleuse excuse pour le voir sans éveiller les soupçons. En plus d’être le père d’un de ses élèves, il était également une relation de travail – à la base – alors personne ne pourrait lui interdire de le voir. John y avait certainement pensé aussi mais il était trop gentleman pour le dire aussi clairement.

Le regard de Keelin se perdit ensuite dans l’intérieur de la maison que l’architecte qualifiait de « peu rangée ». Il lui dévoila un côté maniaque car ses compétences lui avaient permis de rénover la maison lui-même et il était assez perfectionniste en la matière. « Je vois. C’est un peu comme ta carte de visite. » Elle acquiesça d’un air entendu. C’était un peu comme éviter cette histoire du cordonnier le plus mal chaussé. « Ou alors tu as juste tué quelqu’un et il fallait récurer pour que ce soit plus blanc que blanc. » Lâcha-t-elle ensuite sur le ton de la plaisanterie. L’enseignante ignorait à quel points ses propos pouvaient s’avérer vrai selon les circonstances. Difficile d’imaginer John en grand malfrat irlandais. Face à la gêne de son hôte, Keelin supposa que ce n’était sûrement pas du meilleur goût alors elle se contenta de réagir par rapport à la reprise. « Oui. Pour le moment, je continue à gérer sur les deux fronts. A la fin de l’année scolaire par contre, je ne te cache pas que je prendrai le temps de réfléchir sérieusement entre mes deux fonctions, comme nous en avions déjà parlé. » Il s’agissait de l’éternel dilemme de sa vie. Pour rien au monde, elle ne voulait renoncer à l’enseignement, elle excellait dans le domaine. A contrario, il lui était difficile d’abandonner ses projets au niveau communal mais elle devrait se résigner à cette idée si elle était incapable de s’investir complètement dedans. « Wow. C’est un bon rappel à tes clients mais tu en as envoyé combien ? » Demanda-t-elle, curieuse. Le cabinet d’architecte de John couvrait certainement un rayon bien plus large que la petite localité de Tenby. « D’ailleurs, tu as bien avancé sur le chantier où tu m’as emmenée ? »

Assise dans la cuisine, Keelin buvait sa bière tout en répondant aux questions de John par rapport à son mari. Il se demandait si tout s’était bien passé pour elle après la fameuse soirée et elle lui confirma que la situation s’était calmée. Après êtres restée quelques jours dans sa famille, elle était retournée chez elle dans une ambiance plus sereine. « Oui. J’habite dans la même ville que ma famille, et je ne les vois pratiquement plus. Les fêtes sont toujours l’occasion de rattraper le temps. » Avec le travail, la maison à tenir, le temps à passer avec son mari… Elle ne voyait pas ses frères ou sa sœur très souvent. Les membres de sa famille menaient leur propre vie aussi. De toute façon, il aurait paru assez étrange de dormir chez ses parents en habitant à moins de cinq kilomètres. Keelin ne pouvait pas se « réfugier » constamment chez eux, c’était impossible. « Merci. » Visiblement pas découragé par ce qui s’était passé à la soirée des enchères, John était toujours plein de sollicitude envers elle. Par contre, il lui posa bien évidemment la question à mille dollars. Si tout s’était arrangé entre Drew et elle, il acceptait donc que sa femme voit qui bon lui semble, John y compris. Ne désirant ni lui mentir ni mettre de l’huile sur le feu, l’enseignante cherchait à lui offrir une réponse bateau, de celle qui n’engageait ni dans un sens ni dans l’autre. Mais si par malheur John croisait Drew, elle devait l’informer que son mari n’était pas au courant de sa visite chez lui… De nouveau, il était difficile pour Keelin de cacher les apparences devant l’architecte. Mal à l’aise, elle estima qu’il valait mieux être directe que de continuer à se ridiculiser en noyant le poisson. « Pour être honnête avec toi, il m’a pris la tête tellement souvent que non, je ne lui ai pas dit que je venais te voir aujourd’hui. » Elle modéra ensuite son propos pour maintenir le côté mensonger qu’elle lui avait servi plus tôt. « Mais je lui ai fait comprendre que ça ne pouvait plus continuer, qu’il ne pouvait pas m’empêcher de voir certaines personnes, pour le travail ou en dehors, sous prétexte qu’il ne le sent pas. Donc non, ça ne le dérangera pas. » Non, elle n’arrivait définitivement plus à lui mentir aussi bien.

Keelin but une nouvelle gorgée de sa bière et retourna ensuite la question à John par rapport aux fêtes. Il lui confirma qu’il les avait passées avec Jack et lui donna quelques détails supplémentaires sur sa famille irlandaise. L’architecte avait déjà perdu ses deux parents et ne comptaient pas de frère ou de sœur donc la famille se résumait surtout à son fils et lui. « C’est bien que vous passiez du temps ensemble. De mon regard de prof, je vois rarement des adolescents s’entendre si bien avec leurs parents. » La jeune femme esquissa un sourire, admirative de la proximité entre le père et son garçon malgré les épreuves qu’ils avaient traversé. Elle les enviait presque de cette liberté, de ce bonheur, et d’avoir réussi à échapper à leurs propres démons en la personne de la mère de Jack. Derrière ces pensées peu désintéressées, Keelin était bien sûr loin d’imaginer l’ampleur de l’enfer qu’ils avaient traversé sinon elle se contenterait largement du sien plutôt que d’envier la vie des autres. John lui apprit alors que son fils était chez un copain et qu’il devait rentrer sous peu. Au même moment, la porte d’entrée s’ouvrit et Jack s’introduit dans la maison. Surpris de voir sa prof, il la salua en la regardant bizarrement. « Bonjour Jack, je vais bien merci et toi ? » Il lui répondit et fila ensuite pour ses devoirs, accompagné de son père. Elle lui lança un regard signifiant « pas de soucis » lorsque John s’éclipsa quelques minutes. La brune se concentra sur la bière tandis qu’à défaut d’être occupée, ses yeux se perdirent dans la pièce. Elle remarqua alors quelques photos sur le frigo et se rapprocha pour les observer : il y en avait une de Jack lors d’une activité scolaire, une autre de Jack et quelques copains lors d’une partie de foot et enfin une Jack et son père. Cette dernière photo semblait récente. Il y avait aussi quelques magnets collés sur la porte du frigidaire, souvenirs de voyage sans doute. Les magnets étaient plaqués sur les photos, la dernière liste de course de la semaine, une note technique sur un ordinateur, somme toute des aide-mémoires traditionnels. Cependant, le regard de Keelin s’arrêta sur une petite carte, de la taille d’une carte de visite. Elle se pencha vers la petite carte pour voir si elle avait bien lu ce qu’il y avait en-dessous du nom de l’agence. Bureau de protection des témoins. Un millier de questions se bouscula dans la tête de la jeune femme, néanmoins elle n’eut pas le temps de pousser la réflexion plus loin qu’elle entendit des pas dans l’escalier. John redescendait au rez-de-chaussée. Aussi vite, elle mémorisa le nom de l’agence sur la carte et elle retourna s’asseoir, buvant tranquillement sa bière comme si elle n’avait jamais bougé de sa place. « Pas de soucis, c’est normal. » Répondit-elle en souriant. Maintenant que Jack était rentré, Keelin ne comptait pas les déranger ni s’éterniser longtemps. « Non du tout. Je regardais la photo de Jack avec ses copains et ça me rappelait des bons souvenirs d’enfance. » A défaut d’interroger ouvertement John, elle envisagea de vérifier sur le net ce qu’était ce ‘fameux bureau de protection des témoins’. Cherchait-il à se protéger ? Se pouvait-il qu’en échappant à la mère de Jack, l’architecte ait fui d’autres ennuis ? Il lui avait expliqué que son ex-compagne était une toxico alors dieu seul savait avec qui elle avait été en contact. A moins que le scénario ne soit tout autre… Mille questions tambourinaient dans sa tête. Elle ignorait si elle devait se jeter à l’eau ou non pour le moment. « Ça va ? Il n’est pas trop perturbé de voir sa prof chez lui ? » S’enquit-elle ensuite, consciente que Jack se demandait sûrement la raison de sa présence ici.  


_________________

Because of you
I cannot cry, because I know that's weakness in your eyes ▬ I'm forced to fake, a smile, a laugh everyday of my life, my heart can't possibly break, when it wasn't even whole to start with.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Harding
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Wanguard, COM, crazyoilmachine
TES DOUBLES : Richard Lyon et Max Julliard
TON AVATAR : Boyd Holbrook
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Exordium (code sign) + Sikapanele (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Disponible 4/5
RAGOTS PARTAGÉS : 427
POINTS : 1020
ARRIVÉE À TENBY : 28/03/2018
 A Series of Unfortunate Events || Keelin Tumblr_pagz88SQCG1vg2yxdo5_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (20 avril)
CÔTÉ COEUR : Père célibataire, sa situation ne l'autorise pas trop à envisager une nouvelle relation, quand bien même une certaine brune occupe ses pensées...
PROFESSION : Architecte, ancien mafieux placé sous programme de protection des témoins
REPUTATION : Il est discret, cet homme là. C'est tout de même bizarre, on dirait qu'il fuit les gens...et puis un père qui élève tout seul son fils, ce n'est pas banal. Il y a anguille sous roche, je vous le dis.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

 A Series of Unfortunate Events || Keelin Empty
MessageSujet: Re: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin EmptyDim 27 Jan - 23:33

You're a real man, and you do what you can
You only take as much as you can grab with two hands
With your big heart, you praise God above
But how's it working out for you, honey ?
Do you feel loved ?

En balançant l’excuse d’une réunion de travail, John a tendu, il faut se l’avouer, une perche à Keelin, parce que c’est simplement un bon prétexte pour qu’ils arrivent à se voir sans que ça ne devienne problèmatique : après tout, ils ont des projets professionnels en commun, et il est largement difficile pour un architecte de travailler sans autorisation des mairies des communes où se trouvent ses chantiers. Or pour Tenby, c’est la brune qui est référente et donc ils n’ont pas le choix. Autant en profiter puisque personne n’y trouvera rien à dire, même si concrètement, John estime qu’ils ne devraient même pas avoir besoin de ce prétexte, ils ne font absolument rien de mal, après tout : d’ailleurs, ça n’est pas non plus anormal de venir boire un verre chez un ami, alors non, en fait, ils n’ont absolument pas à être gêné. Pourtant, il reste un peu aux aguets. Il faut dire quand même que la visite est assez inédite, sans doute parce que l’irlandais n’a pas tant d’amis que ça et aussi peut-être, parce que ce qu’il y a entre Keelin et lui, c’est un peu plus flou que de la simple amitié.

« C’est ça, ma maison est une pub vivante pour mon boulot. »
La vanne de l’enseignante glace un peu John : depuis quelques temps, il tend à oublier – peut-être parce qu’ils ont beaucoup plus parlé de la situation de la jeune femme – son passé et et les ennuis qu’il peut ou pourrait avoir, c’est-à-dire qu’il a un peu abandonné la réserve qu’il maintient avec les gens habituellement justement parce qu’il sait que de par son passé, s’attacher à eux, c’est les mettre en danger. Alors le rire qu’il a est un peu forcé : « Non, je n’ai pas encore tué qui que ce soit, même si j’avoue que c’est tentant quand on voit certaines commères du village. » Il essaie de faire comme si de rien n’était, mais évidemment, même s’il n’a jamais qui que ce soit, la blague prend vraiment un autre sens quand on connait les véritables raisons de l’installation de John à Tenby. Alors il préfère vraiment passer à un autre sujet, comme le boulot.« Oui, c'est vrai que si c'est trop crevant à gérer pour toi, c'est peut-être contreproductif de garder les deux...même si tu seras regrettée dans les deux cas, je pense, quelque soit la fonction que tu abandonnes.» Il le pense sincèrement, elle fait du bon boulot comme enseignante et comme conseillère municipale. « Moi le premier, je sais pas sur qui je tomberais si tu t'en vas de la mairie. »Son propre boulot à lui n'est pas moins prenant, d'ailleurs. John sourit, amusée : « Oh, une bonne trentaine. Il faut ce qu'il faut. Et oui, on a pas mal avancé, ça devrait être prêt cet été, mon client sera content, il le voulait pour la haute saison. »

Ca le rassure un peu de voir qu’il y a quand même des figures amicales et positives dans l’entourage de Keelin, autre que lui – si tant est qu’on puisse considérer l’ancien mafieux bourru qu’il est comme une figure positive. Clairement, son mari n’est pas une référence et la réponse que la jeune femme lui donne lorsqu’il demande si elle a dit où elle allait à Drew ne convainc que moyennement John. « Bon, tant mieux s’il ne râle pas. Je me doute que je ne vais pas vous inviter diner tous les deux de suite, mais je suppose que c’est déjà ça de pris. » C’est peut-être un peu maladroit, mais ce n’est que de l’humour et ce n’est pas méchant, juste destiné à détendre un peu l’atmosphère, parce que concrètement, il ne peut rien faire de plus.

Le retour de Jack bouleverse un peu les choses et leur équilibre. Il répond poliment à sa prof, mais resté seul avec son père, c’est tout de même une autre histoire…même si John se demande s’il ne dit pas juste ces bêtises pour l’ennuyer un peu. Quand il redescend, cependant, il lui semble qu’il y a un léger malaise, que pourtant le début de la conversation avait un peu commencé à gommer. Et Keelin lui donne le coup de grâce en disant qu’elle regardait les photos affichées sur le frigo. « Ah oui ? » Répond-il, comme si de rien n’était, comme s’il n’était pas en train de paniquer intérieurement. Soudainement, son mensonge, la réalité de l’ampleur de ce mensonge et le fait que concrètement, il ment en permanence à Keelin sur tout ce qu’il est, revient en pleine face à John. Il avait presque réussi à l’oublier, mais là, il ne peut pas, ou plutôt il ne peut plus. Elle a forcément vu le numéro de la protection des témoins. Forcément. Elle doit être en train de se poser des tas de questions, et maintenant, John est coincé. Il ne peut pas parler, l’associer à ça c’est la mettre en danger – et prendre le risque qu’elle se mette à le détester, ce qu’il ne veut surtout pas. En fait, il est dans une impasse, qui n’est due qu’à sa propre faute. S’il avait été un peu plus prudent…Il ne sait pas quoi faire. Et si elle n’avait pas remarqué la carte ? Mieux vaut ne rien dire, pour l’instant. S’il le faut absolument, il en parlera, mais ce serait pire que tout si Keelin n’a rien vu et qu’il balance une information compromettante. Non mieux vaut faire comme si de rien n’était. « Un peu, j’ai l’impression. Je crois qu’il se fait un peu des films qui n’ont pas lieu d’être. Ou qu’il essaie de m’embêter en racontant des bêtises. » A la limite, parler du fait que Jack pense qu’ils sont ensemble pose moins problème à John. « Je te ressers quelque chose ? » Comme si de rien n’était vraiment. Il a honte de continuer à mentir mais en même temps…quel autre choix a-t-il ?

_________________

LOOKING FOR THE LIGHT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


 A Series of Unfortunate Events || Keelin Empty
MessageSujet: Re: A Series of Unfortunate Events || Keelin  A Series of Unfortunate Events || Keelin Empty

Revenir en haut Aller en bas

A Series of Unfortunate Events || Keelin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-