AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Fool you once, shame on me + Sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lula Landry
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©diamond heart (avatar) & tumblr & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (0/3)
En cours : Max - Sam - Stan
RAGOTS PARTAGÉS : 846
POINTS : 1807
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
Fool you once, shame on me + Sam Tumblr_pim167SuVh1vg2yxdo3_r1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Fool you once, shame on me + Sam Empty
MessageSujet: Fool you once, shame on me + Sam Fool you once, shame on me + Sam EmptyMer 26 Déc - 19:08

There's a stranger in your bed,
There's a pounding your head
You screwed
It's a blacked out blur

L’accord passé entre Sam et Lula avait très bien fonctionné jusqu’à maintenant. Comme promis, elle l’avait laissé assurer ses arrières et l’avait appelé chaque fois qu’elle était sortie de l’hôtel, c'est-à-dire plutôt souvent. Mais à chaque fois, il avait répondu à l’appel et l’avait suivie avec discrétion. Une telle discrétion qu’elle oubliait parfois qu’il était là… Au début, leurs échanges avaient été réduits au strict nécessaire mais petit à petit, il y avait eu un certain dégel dans leur relation. En deux semaines, Lula s’était habituée à l’ancien militaire et à sa compagnie. En fait, elle se sentait un peu moins seule depuis que son père l’avait engagé même si c’était bizarre d’être suivie partout où elle allait… Elle se disait que des personnes de l’extérieur pouvaient parfois les prendre pour des amis plutôt que pour garde du corps et sa cliente. Dans la rue, par exemple, elle essayait souvent de marcher à côté de lui plutôt que de le laisser quelques mètres derrière elle car elle trouvait ça ridicule ; même si elle comprenait qu’il avait besoin d’une vision large pour la protéger… Aujourd’hui, encore, elle ralentit donc jusqu’à ce qu’il se retrouve à son niveau. « Alors, Sam, vous survivez à tous ces magasins ? » Demande t-elle légèrement railleuse au brun, l’appelant par son prénom comme il le lui avait demandé. La taquinerie était restée une composante de leur relation et il était parfois évident que la Landry testait les limites de sa patience. Encore cet après-midi, il avait dû la suivre dans sa frénésie acheteuse tandis qu’elle faisait flamber sa carte ; elle avait d’ailleurs les mains pleines de sacs.

Elle pousse d’ailleurs la blague à son maximum. « Je demande parce que j’ai encore l’intention d’en faire encore quelques uns… Je… » Commence t-elle avec un sourire faussement angélique sauf qu’elle est interrompue par la sonnerie de son téléphone. Tant bien que mal à cause de son encombrant chargement, elle décroche, s’éloignant de quelques pas pour garder sa conversation privée. Et elle a été bien inspirée car il s’agit d’un appel délicat. Elle pâlit en entendant les mots de son correspondant. « J’arrive tout de suite… » Dit-elle le cœur au bord des lèvres. Sauf qu’elle doit aller à ce rendez-vous toute seule. L’affaire était strictement privée et elle devait être discrète. Aussi gentil qu’il paraissait être, elle n’avait pas une confiance totale en Sam et n’était pas sûre à 100% qu’il ne travaillait pas un peu pour son père. Ou alors, il pourrait aussi très bien vendre l’info à la presse people s’il en comprenait la valeur, car elle vaudrait à tous les coups un petit paquet. Non, elle ne pouvait pas l’emmener avec elle. Et elle n’avait pas beaucoup de temps pour décider quoi faire. Elle ne pouvait pas faire mine de retourner à l’hôtel car ça la mettrait en retard… Non, elle n’avait qu’une solution qui s’offrait à elle… Malgré son stress, elle plaque un sourire factice sur ses lèvres et retourne vers le brun. « C’était ma coiffeuse ! Changement de programme, j’avais oublié que j’avais rendez-vous au salon aujourd’hui. Heureusement qu’elle me l’a rappelé ! »

Ils partent au salon de coiffure et comme toujours Sam accompagne Lula jusqu’à devant la porte. Lorsque vient le moment de se séparer, elle sait exactement ce qu’elle va dire, ayant eu le temps de réfléchir en chemin. « Bon vu qu’en plus on doit faire des essais maquillage, ça va durer très longtemps… Au moins deux heures… vous pouvez rentrer chez vous pendant ce temps ou aller boire un café… C’est moi qui invite au cas où. Je vous rappellerai quand ça sera presque terminé. » Nouveau sourire factice, et elle entre dans le salon. Salon duquel elle ressort un quart d’heure plus tard, une fois que la voie est libre, disparaissant d’un pas rapide. Elle venait de s’offrir deux heures de liberté et d’avance, cela devrait être suffisant…

_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : croco & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, lula's birthday)

RAGOTS PARTAGÉS : 5168
POINTS : 7407
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
Fool you once, shame on me + Sam Tumblr_inline_o5s0dytKfr1rifr4k_500
ÂGE DU PERSONNAGE : 30ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date, puceau en secret.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Fool you once, shame on me + Sam Empty
MessageSujet: Re: Fool you once, shame on me + Sam Fool you once, shame on me + Sam EmptyJeu 27 Déc - 18:10


lula & sam
shame on you.


Un travail est un travail, voilà le principe avec lequel j'ai essayé d'avancer lorsque je suis revenu de mission. Je n'avais pas imaginé en trouver un aussi vite, mais j'avais encore moins imaginé qu'il serait aussi compliqué ... Pas parce que je dois suivre une femme toute la journée, mais j'ai l'impression qu'un truc plus complexe se cache derrière le métier de garde du corps. Heureusement, depuis l'accord que nous avions passé avec Lula, nos relations se sont stabilisées, passant du strict minimum à une relation plus ou moins correcte entre garde et client. Je n'aurais pas pu en demander plus. Aujourd'hui, je la suis dans une de ses fièvres acheteuse où elle dévalise un peu près tous les magasins. Je fais ce que je peux Mademoiselle. lui répondais-je sur le même ton humoristique. La taquinerie est une base dans notre relation, même si ça reste très professionnel. Puis je commence à bien la comprendre et je sais qu'elle teste mes limites ; hors de question de lui montrer le moindre signe de faiblesse. Même un peu de repérages. murmurais-je, surtout pour moi même. Je n'avais que des vêtements très basiques, en mission et quand je suis revenu, mes parents m'ont rendu les quelques affaires qu'ils avaient gardés de quand j'étais ado. Le problème, c'est que je ne rentre plus dans la plupart et que les autres sont un peu trop extravaguant ; j'ai besoin de refaire ma garde robe. Pas de soucis, on en fera autant que vous voulez. Et même si c'est contre ma volonté. Je me souviens de n'avoir jamais été un très grand fan de shopping, mais je me souviens avoir toujours su faire un effort pour pouvoir m'acheter tout ce que je veux. Ce n'est pas la journée à laquelle je m'attendais mais je suppose que ça fait partie du métier. Je le découvre encore, que ce soit ses bons ou ses mauvais côtés. La brune interrompt mes pensées avec un appel téléphonique et une personne qui l'a demande ailleurs. D'accord. Allons-y de suite. lui dis-je en la suivant au pas, ne sachant guère où se trouve le lieu où nous sommes censés nous rendre.

Lula me dit alors de la laisser là et d'aller prendre un café, son rendez-vous va durer un long moment. Euh, ok. Je l'ai tellement suivi partout et toute la journée que je ne m'attendais pas à avoir un peu de temps libre. Je la regarde à nouveau, me demande encore pourquoi est-ce qu'elle doit passer deux heures à se faire tripoter le cuir chevelu pour que le résultat soit le même. Peu importe, c'est son problème. Je serais dans le café un petit peu plus loin. Il n'est pas trop éloigné, j'aurais une vue sur la rue, normalement et je pourrais débarquer rapidement si je reçois un sms ou un appel suspect. Ou même si j'entends des cris. Je reste encore peu convaincu du fait que je doive la laisser ici mais vu ce qui s'est passé à l'hôtel lors de notre première rencontre, je préfère ne prendre aucun risques et respecter ses ordres. Appelez moi s'il y a un quelconque problème. Je regarde une dernière fois le bâtiment, béni quand même Lula de ne pas me faire subir tous ces trucs un peu trop féminin et je traverse la rue pour aller m'asseoir au plus vite.

Je prends un café ainsi qu'un morceau de tarte et je m'installe à une table près de la vitrine pour avoir une vue sur la rue. En regardant comme il faut, je remarque que je vois assez bien l'entrée de la fameuse coiffeuse et j'installe donc ma chaise pour être sûr de ne rien manquer. Je sors mon téléphone pour me replonger dans une de mes lectures. Deux heures, trois cafés et deux morceaux de tartes plus tard, je paye ma consommation et sors du magasin pour rejoindre Lula dans le sien. Je croyais qu'on se retrouvait devant mais comme elle n'y est pas, j'y rentre. Mais elle n'y est pas. Mais qu'est-ce que ... Merde alors, est-ce que je me serais fais avoir comme un bleu ? Je n'ai pas d'autres scénarios que celui là, évitant les kidnapping ou je ne sais quoi. Excusez moi, vous savez où est partie Lula ? demandais-je à la dame à la caisse. Elle m'assure de ne l'avoir qu'aperçue dans le bâtiment, le quittant une dizaine de minutes après y être entré. Je bouillone de l'intérieur, furieux de m'être fait berner, furieux qu'elle se soit enfuie pour je ne sais quelle raison. Je remercie la dame et sors du magasin assez vite. Je ne sais pas trop où je dois chercher, ne connaissant pas très bien ses habitudes. Je prie pour que la chance soit de mon côté; la brune m'a promis de me prendre en considération, ce qui fait qu'elle n'a pas dû aller trop loin pour pouvoir revenir rapidement. Je me dis aussi qu'une de seules raisons pour lesquelles elle aurait pu me laisser, c'est parce qu'elle allait voir un de ces copains. Un bar ou un café serait un lieu idéal. On élimine celui où j'étais et je marche en observant chaque magasins. Je rentre dans trois pâtisseries, deux cafés et un bar avant de rentrer dans celui où j'aperçois une silhouette commune. Non mais vous êtes folle?! criais-je presque, la voix aussi énervée que soulagée. Je prends le verre qui est posé près d'elle, ayant besoin d'un remontant direct et rapide, et je le bois d'une traite. Je sais qu'elle ne m'emmerdera pas pour avoir bu durant le service. Il suffisait simplement de me le dire si vous vouliez être seule, je suis pas un casse pieds non plus. finis-je par lui dire, exaspéré, m'installant à côté d'elle.


AVENGEDINCHAINS

_________________

    thinkin' about you ♒︎ can't help but wondering if this is the last time that I'll see your face. is it tears or just the fucking rain? wish I could say something ... something that doesn't sound insane, but lately I don't trust my brain. you tell me I won't ever change, so I just say nothing. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©diamond heart (avatar) & tumblr & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (0/3)
En cours : Max - Sam - Stan
RAGOTS PARTAGÉS : 846
POINTS : 1807
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
Fool you once, shame on me + Sam Tumblr_pim167SuVh1vg2yxdo3_r1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Fool you once, shame on me + Sam Empty
MessageSujet: Re: Fool you once, shame on me + Sam Fool you once, shame on me + Sam EmptyDim 30 Déc - 18:26

There's a stranger in your bed,
There's a pounding your head
You screwed
It's a blacked out blur



 La tête totalement en vrac, Lula sort de son rendez-vous. Elle regarde sa montre. Comme prévu, celui-ci avait duré moins de deux heures. Il lui restait un bon quart d’heure pour retourner au salon de coiffure, et retrouver Sam comme prévu. Son escapade passerait totalement inaperçue… Malheureusement, elle a cette envie folle et irrépressible de faire une connerie, de se mettre la tête à l’envers pour tout oublier. Il y a des choses qui la préoccupent bien plus que de sauver les apparences auprès de son garde du corps et de son père et elle les laisse prendre le dessus. Alors au lieu de retourner là où Sam l’attend, elle s’engouffre dans le premier bar qui se présente à elle et commande un verre de bourbon. Rien à foutre que ce ne soit pas l’heure de boire, rien à foutre du  regard désapprobateur du barman. A vrai dire, elle en commande ensuite un second, puis un troisième, la mine sombre, les pensées agitées. Hélas, l’alcool ne lui apporte pas l’oubli qu’elle recherche, elle se sent bien trop lucide à son goût. Alors finalement, après une brève hésitation, elle sort une petite fiole dans son sac à main. A n’utiliser en principe qu’en cas d’urgence, mais elle considérait qu’aujourd’hui, s’en était une… Elle remplit la pipette accrochée au bouchon et commence à distiller des gouttes dans son quatrième verre de bourbon. Avec ça, elle allait grave planer et très rapidement en plus…

Sauf qu’elle n’a pas le temps de porter le verre à sa bouche. Le cri d’une voix familière l’interrompt. « Non mais vous êtes folle?! » Bon apparemment, Sam était aussi compétent que prévu car il l’avait retrouvée. Elle repose le verre, portant son regard sur lui. Un regard qui confirme à la métisse ce qu’elle craignait. Il était véritablement furieux après elle. Mais il y a autre chose qui se lit sur son visage… Du soulagement ? S’était-il véritablement inquiété de sa disparition ou craignait-il seulement de perdre son travail ? Dans tous les cas, Lula savait qu’elle  n’avait pas été réglo. Elle repense même avec une pointe de culpabilité à la patience avec laquelle il l’avait accompagnée dans chaque magasin, leurs plaisanteries à ce propos, la complicité qui s’était doucement installée entre eux et surtout à la promesse qu’elle lui avait faite. Oui, c’était une véritable trahison et il avait tous les droits d’être en colère. Elle s’apprête à marmonner quelque chose qui ressemble vaguement à une excuse quand il s’empare soudainement du verre pour le boire. « Sam, arrê… » Commence t-elle à crier avec une expression d’horreur peinte sur le visage. Mais c’est trop tard, le garde du corps l’a bu cul sec avant de s’asseoir près d’elle.

« Il suffisait simplement de me le dire si vous vouliez être seule, je suis pas un casse pieds non plus. » Il a l’air aussi exaspéré qu’il est en droit de l’être. « Parce que vous m’auriez vraiment laissée me rendre dans un endroit inconnu sans insister pour m’accompagner ? Ou sans me suivre à mon insu ? » Réplique aussitôt Lula. Mais honnêtement, leur discussion n’est pas au cœur de ses préoccupations. Non, sa préoccupation c’est que Sam venait d’ingurgiter une quantité faramineuse de drogue, et que vu la rigidité bien militaire du personnage, il n’était sans doute pas habitué, ce qui voulait dire que ça pouvait faire très mal. La Landry ne savait juste pas comment lui avouer. « Ecoutez Sam, nous pourrons reparler de ça plus tard mais là, il y a quelque chose que je dois vous dire… » Non, elle n’y arrivera pas. Il va certainement flipper et les choses seront encore plus grave… Non, elle doit gérer ça subtilement. Elle change alors la nature de son annonce. « Nous devons aller à une fête ce soir… C’est très important. Je vais nous appeler un taxi. » Car dans très peu de temps, il ne pourrait définitivement plus conduire. Elle réserve donc un taxi en quelques clics sur son portable. Son plan étant d’emmener l’ancien militaire vers un de ses amis à elle. Dealer peu recommandable qui vendait toutes sortes de merde, il était ainsi devenu spécialiste des bads trip et saurait quoi faire en cas de réaction trop violente…

En attendant le taxi, Lula guette justement les effets potentiels du contenu du verre sur Sam. Les pupilles qui se dilatent, le regard dans le vague, des bouffées de chaleur… Elle scrute son visage, cherchant des signes apparents que la drogue commence à faire son effet. Normalement, ça ne devrait plus tarder... « Comment vous sentez-vous ? » Finit-elle par demander, de plus en plus anxieuse. « Est-ce que vous êtes habitué à boire de l’alcool ? » Demande t-elle ensuite, priant pour qu’il lui réponde oui. Il fallait qu’il ait une quelconque résistance, car sinon la situation allait vraiment dégénérer. Elle pousse un gros soupir. « Je ne sais pas qui vous a pris quand vous avez décidé de boire ce verre, mais vous n’auriez vraiment pas dû… » En plus, sa propre soirée à elle était foutu, car il était évident qu’elle allait devoir veiller sur lui toute la nuit.

_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : croco & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, lula's birthday)

RAGOTS PARTAGÉS : 5168
POINTS : 7407
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
Fool you once, shame on me + Sam Tumblr_inline_o5s0dytKfr1rifr4k_500
ÂGE DU PERSONNAGE : 30ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date, puceau en secret.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Fool you once, shame on me + Sam Empty
MessageSujet: Re: Fool you once, shame on me + Sam Fool you once, shame on me + Sam EmptyMar 1 Jan - 23:24


lula & sam
shame on you.


Etre furieux n'est pas dans mes habitudes, moi qui suit du genre à savoir rester calme face à n'importe quelle situation. Ou en tous cas, c'était le cas lorsque j'étais en mission ; car depuis mon retour, c'est un tout autre Sam que j'essaie de connaître. Un gars qui prend vite la mouche, un peu naïf sur les bords, qui a du mal à faire confiance. Si seulement je l'avais suivi, j'aurais peut-être pu éviter toute cette scène. Le soulagement et la colère se lisant sur mon visage, je bois le contenu de son verre en lui faisant la morale. Euh ... Non. répondais-je assez franchement. Je peux comprendre qu'elle ait eu envie de me fuir, en fait, connaissant ma réponse à l'avance. Mais bon, on aurait trouvé un truc qui m'aurait permis de ne pas devoir vous chercher pendant je ne sais combien de temps à travers la ville. Je crois que c'est plus ça qui m'a embêté que le fait qu'elle ait été à son rendez-vous sans moi. Perdre mon temps à demander partout qui aurait pu apercevoir la pseudo rock star de service. Un travail est un travail mais là, c'est une pénitence. Puis ce qui me désole aussi, c'est que ce que je croyais être une relation de confiance entre nous n'était rien d'autre qu'une illusion. Ma naïveté face à ma nouvelle vie finira par m'achever. D'accord. J'ai l'impression que la brune va m'annoncer la pire des nouvelles et mon rythme cardiaque en prend un coup à cause du stress. Mais c'est bon, elle ne me parle que d'une soirée où nous devons allé. Entendre de la musique de mauvais goûts et observer des gens bourrés toute la soirée n'est pas mon activité préférée mais c'est mieux que de se trimballer dans tous les magasins de la ville. Ce qui me perturbe, par contre, c'est cette histoire de taxi. Ok, pas de soucis. Mais ce n'est pas la peine d'appeler un taxi. Sauf que c'est trop tard et que la Landry en a déjà commandé un. Ca m'embête parce que j'ai la voiture qui traîne et je n'ai pas envie de revenir la chercher demain. Mais bon, comme d'habitude, je n'ai pas d'autres choix que de dire oui amen. Je devrais penser à rajouter Lucifer au amen.

La jeune femme me scrute un peu trop, au point que ça en devient gênant. Depuis que je vous ai retrouvé, ça va un peu mieux. répondais-je, soulagé, un peu naïvement. Non pas vraiment. C'était un geste impulsif, pas calculé. J'ai pris le premier truc que j'avais sous la main pour me soulager. J'ai bu quelques coups quand j'étais plus jeune, une bière ou l'autre pendant les missions mais ça s'arrête là. Je serais même incapable de dire ce que j'ai bu tellement je ne m'y connais pas. Tentant d'expliquer mon geste irréflechi, je me dis que c'est la deuxième fois que je fais des conneries par manque de contrôle. Si mon sergent était là, j'aurais déjà dû faire une bonne centaine de pompes. Mais qu'est-ce que ... Oh merde, qu'est-ce qu'elle a fait ? Il fait chaud d'un coup, non ? dis-je en agitant les mains, me faisant un peu de vent. En fait il ne fait pas vraiment chaud, je viens juste de me rendre compte qu'il n'y avait pas que de l'alcool dans le verre que j'ai attrapé. Il a fallu que l'information arrive jusqu'à mon cerveau mais maintenant qu'elle y est, je ne peux plus lui échapper. Je sens quand même mes joues qui brûlent, rougissant pour finir comme des tomates. Une fois, une fois dans ma vie je me permets de faire un écart et ça va virer au cauchemar. Vous avez mis quoi là dedans ? Dites moi au moins que je vais finir en un seul morceau. Bien sûr que non ça n'ira pas, bien sûr que non je ne finirais pas en un seul morceau. J'ai bu dans un verre qui ne m'appartenait pas, par pure bêtise et je vais me retrouver la tête à l'envers. Je ne sais pas, je crois qu'entendre de sa bouche que ça ira pourrait peut-être me calmer. Parce que là, ça ne va pas, je suis au bord de la crise de panique. On avait un accord qui marchait, merde. finis-je par dire, surtout pour moi même. Car je commençais à me sentir un peu trop étourdi pour me rendre compte des mots qui pouvaient sortir de ma bouche. Non, je ne finirais sûrement pas en un seul morceau ; je dois avoir une certaine résistance au vu de ma masse musculaire mais pour le reste, ça fait bien trop longtemps que je n'ai pas avalé une goutte d'alcool pour pouvoir dire que ça va aller. Quand j'ai dis que ce travail n'allait m'attirer que de la merde, cette phrase prend tout son sens aujourd'hui.

Dépité, effrayé, je finis par m'installer sur la chaise à côté de la sienne. Qu'est-ce que je peux faire maintenant ? Car apparemment, si j'ai bien compris, je vais bientôt être incapable de faire mon travail correctement. J'ai déjà vu des films où des gens prenaient des trucs et c'était assez drôle à voir ; espérons juste que mes images seront aussi joyeuses que celles là. Coude sur le comptoir, tête sur mon poing, je commence réellement à avoir des bouffées de chaleur. Tiens, je ne savais pas que vous aviez une soeur jumelle. finis-je par dire, souriant comme un idiot face à deux Lula Landry. Et elles sont plutôt mignonnes toutes les deux.


AVENGEDINCHAINS

_________________

    thinkin' about you ♒︎ can't help but wondering if this is the last time that I'll see your face. is it tears or just the fucking rain? wish I could say something ... something that doesn't sound insane, but lately I don't trust my brain. you tell me I won't ever change, so I just say nothing. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©diamond heart (avatar) & tumblr & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (0/3)
En cours : Max - Sam - Stan
RAGOTS PARTAGÉS : 846
POINTS : 1807
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
Fool you once, shame on me + Sam Tumblr_pim167SuVh1vg2yxdo3_r1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Fool you once, shame on me + Sam Empty
MessageSujet: Re: Fool you once, shame on me + Sam Fool you once, shame on me + Sam EmptySam 5 Jan - 21:08

There's a stranger in your bed,
There's a pounding your head
You screwed
It's a blacked out blur

Euh ... Non. » Répond franchement Sam à la question de Lula, reconnaissant ainsi qu’il ne l’aurait pas laissée seule si elle lui avait demandé. Elle hoche la tête. C’était pas mal la franchise, ça évitait des disputes inutiles. Elle avait eu besoin d’être seule, il n’aurait pas pu la laisser faire, au moins ils voyaient que c’était une impasse et que c’était vain d’argumenter… « Mais bon, on aurait trouvé un truc qui m'aurait permis de ne pas devoir vous chercher pendant je ne sais combien de temps à travers la ville. » Ajoute néanmoins le brun. Et il marque un bon point. Dès leur première rencontre, Lula avait été surprise par l’esprit dont il faisait preuve. Bien supérieur au niveau qu’on pouvait espérer d’un « gorille ». « C’est vrai qu’on aurait pu vous éviter le tracas… Mais bon, vous m’avez quand même retrouvée super vite…. Trop vite. » Dit-elle carrément vexée. Il était clair que si elle retentait ce genre d’expérience, elle aurait besoin de ruser un peu plus… Toutefois, la Landry ne porte pas autant d’intérêt qu’elle le devrait à cette discussion pourtant essentielle à leur relation de travail, car elle guette anxieusement le moment où la drogue commencera à faire son effet sur organisme de l’ancien militaire. Elle ne sait pas du tout comment elle va gérer ça. Elle essaye donc de le préparer en douceur, mais comme le prouve sa réponse à propos du taxi, il est loin de deviner ce qui est en train de se tramer… « Oh si c’est plus que nécessaire. » Dit-elle d’un ton sans appel quand il proteste. Elle avait déjà trop bu pour conduire et lui serait très bientôt plus en état de le faire.

Elle lui demande comment il se sent et il fait une réponse qui pourrait presque être mignonne si elle n’était pas aussi à côté de la plaque. « Depuis que je vous ai retrouvé, ça va un peu mieux. » Malgré son stress, Lula ne peut pas s’empêcher de le taquine. « Ne me dites pas que vous vous êtes inquiété pour moi quand même ! » Dit-elle malicieusement. En tout cas, il n’a pas encore compris pourquoi elle s’enquiert comme ça de son état et il ne comprend pas plus quand elle lui dit qu’il n’aurait pas dû boire ce verre. « Non pas vraiment. C'était un geste impulsif, pas calculé. J'ai pris le premier truc que j'avais sous la main pour me soulager. » Il est mignon à se justifier comme ça. « Non mais pas besoin de vous justifier, ce n’est pas ce que je voulais dire. » Elle voulait dire qu’elle regrettait qu’il l’ait bu à cause des futures conséquences, pas qu’il n’avait pas le droit ou quelque chose comme ça. Ça aurait été parfaitement ironique de sa part, vu qu’elle buvait très souvent comme un trou… Elle se demande si elle va s’expliquer sur ce point lorsque Sam se met soudain à s’éventer en déclarant qu’il avait chaud. Et voilà. C’état parti. Lula inspire bruyamment pendant que Sam additionne deux plus deux. Et sans surprise, il arrive finalement au bon raisonnement. « Une fois, une fois dans ma vie je me permets de faire un écart et ça va virer au cauchemar. Vous avez mis quoi là dedans ? Dites moi au moins que je vais finir en un seul morceau. » Elle soupire. Autant dire la vérité. « C’est un cocktail un peu détonnant, ceux qu’on prend si on veut faire la fête toute la nuit… Genre y a un peu de GHB, un peu d’amphet, ‘fin les trucs habituels quoi. »

Comme prévu, il est au bord de la crise de panique et ne fait rien pour le cacher. On avait un accord qui marchait, merde. » Dit-il avec un dépit si apparent que Lula pourrait presque culpabiliser. Il rapproche sa chaise de la sienne, lui demandant d’un air angoissé ce qu’il peut faire maintenant. Bon, c’était là qu’elle devait assurer, c'est-à-dire se montrer le plus rassurante possible. « Malheureusement, il n’y a rien que vous puissiez faire, Sam… C’est monté directement au cerveau et vous allez planer pendant un petit moment, j’en ai bien peur. » Ok, ça commençait mal pour le côté rassurant. Elle se penche donc vers Sam, plongeant son regard dans le sien, essayant d’instaurer un lien visuel. « C’est un accident, ce n’est pas grave. La situation ne va pas tourner au cauchemar, et vous allez finir en un seul morceau. Je vous le promets. Je vais prendre soin de vous, je ne vous laisserai pas seul. » Elle le regarde dans les yeux pour prouver sa sincérité, modulant sa voix dans des intonations apaisantes. Elle n’a jamais eu son visage si près du sien en fait et c’est bizarre. « Le mieux que je peux vous conseiller, c’est de vous laisser aller pendant que je m’occupe de tout. Si vous ne vous détendez pas, vous allez bader, c’est sûr. Pensez à quelque chose qui vous rend heureux… On va aller à cette fête, j’ai un pote qui saura quoi faire en cas de soucis. Ça va aller, ne vous en faites pas. »

Elle serre brièvement l’avant-bras du garde du corps d’une pression rassurante, constatant au passage que son autre bras est replié sous son coude, et qu’il soutient sa tête qui semble tout à coup bien lourde. Il va bientôt pouvoir lécher le sel que les buveurs de tequila avaient laissé sur le comptoir... Effarée Lula se demande s’il a entendu ce qu’elle vient de dire, ses prunelles s’étant déjà considérablement dilatées. Il était stone, bien stone. Et sa réponse suivante achève de le démontrer. Tiens, je ne savais pas que vous aviez une sœur jumelle. Dit-il en pouffant et en penchant la tête encore plus. Aïe, il voyait déjà double. Sachant que ça ne servait à rien de lui signaler, la Landry le taquine. « Vous allez voir, elle est bien plus sympa et équilibrée que moi. Vous allez l’adorer… » C’était pas bien d’entretenir le délire mais Lula n’était pas une fille bien. Elle attrape le bras de Sam et l’enroule fermement autour du sien, le hissant en dehors du tabouret comme elle pouvait. Sans surprise Monsieur Muscle pesait son poids. Sans doute parce qu’il avait justement pleins de muscles… « Bon allez, on est partis. Un peu d’air frais en attendant le taxi vous fera du bien. Ne lâchez pas mon bras surtout. » Mieux valait ne pas le lâcher. Et le soutenir si la drogue le faisait vaciller. Tout le monde ne réagissait pas pareil…

Ils vont dehors, attendent quelques minutes le taxi qui arrive plutôt rapidement. Lula pousse un Sam, qui a l’air tout à coup de s’adresser à sa sœur jumelle, sur la banquette arrière et s’engouffre dans le véhicule à ses côtés. Elle donne l’adresse au chauffeur, qui semble se dire qu’il a déjà vu son visage quelque part. Elle n’y prête pas attention pour le moment, se disant qu’un généreux pourboire lui évitera peut-être de raconter à un tabloïd qu’il a vu la célèbre Lula Landry avec un mec stone sur sa banquette arrière… La tête de Sam s’affaisse sur son épaule, ce qui inquiète la guitariste bien plus que ce détail. Normalement, le cocktail qu’elle avait mis dans le verre donnait la pêche, pas l’inverse. « Sam vous allez bien ? » Demande t-elle une nouvelle fois. Tandis qu’ils démarrent, elle attrape brusquement sa main, non pas dans un geste romantique mais pour prendre son pouls.


_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : croco & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, lula's birthday)

RAGOTS PARTAGÉS : 5168
POINTS : 7407
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
Fool you once, shame on me + Sam Tumblr_inline_o5s0dytKfr1rifr4k_500
ÂGE DU PERSONNAGE : 30ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date, puceau en secret.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Fool you once, shame on me + Sam Empty
MessageSujet: Re: Fool you once, shame on me + Sam Fool you once, shame on me + Sam EmptyDim 6 Jan - 15:25


lula & sam
shame on you.


La franchise, la franchise. J'ai toujours mis un point d'honneur sur le fait d'être franc et de ne jamais mentir. Ou rarement. Aujourd'hui, je joue sur ce fait avec Lula et lui réponds très franchement lorsqu'elle me demande si je l'aurais laissée seule, comme elle me l'avait demandé. Peu importe même, nous aurions pu trouver un arrangement qui nous aurait permis de ne pas se retrouver dans notre situation, qui m'aurait permis de ne pas courir après elle pendant je ne sais combien de temps. Ca vous enlèvera peut-être l'envie de me refaire le coup. Trop vite, elle est bien bonne celle là. J'ai l'impression d'y avoir passé toute l'après midi. Je ne sais pas ce qu'elle me cache, je ne sais pas qui elle devait aller voir, je ne sais pas pourquoi elle semble aussi boulversée mais je sais que ça va m'attirer des problèmes. La brune me demande quand même comment je me sens, visiblement inquiète pour moi et ma réponse est sans appel. Bien sûr que si. lâchais-je du tac au tac. Tiens, cette réponse sonne bizarrement, même pour moi. Je n'ose pas la regarder, ne préférant pas voir sa tête effrayée face à une quelconque sorte d'attachement. Pas de Lula, pas de travail. finis-je par dire, un peu plus amusé.

C'est d'abord difficile de comprendre pourquoi elle s'inquiète pour moi, à tel point que je le prends presque mal quand elle me parle d'un taxi. Puis, me posant je ne sais plus quelle question, je me mets à expliquer ce qui s'est passé dans ma tête, histoire de justifier mon geste désespéré devant ce verre. Que vouliez-vous dire alors? demandais-je naïvement. Car au fil des minutes, au moment où la conversation avance enfin, le calcul se fait dans ma tête. J'ai assez d'informations pour comprendre ce qui m'arrive et quand le tout arrive à mon cerveau, c'est la panique. Une petite crise arrive, me maudissant de ce geste stupide qui va m'attirer des problèmes le reste de la nuit. Je lui demande ce qu'elle a mis là dedans. Oh merde. Ce sont les premiers mots qui peuvent sortir de ma bouce. Déjà l'alcool c'était pas mal, mais le cocktail de drogues qu'elle avait mis là dedans, c'était pas mal aussi. Je connais les effets par réputation mais séparés ... Je ne vais jamais y survivre à tout ça en même temps. J'ai déjà bu de l'alcool, fumer un petit peu d'herbes ... Mais je devais avoir quinze ans à tout cassé, en plein crise d'adolescence, à faire ce qui est déconseillé pour tous les gosses de mon âge. En plus, c'est une période qui n'a pas des masses durée, ce qui fait que même cette expérience là est minuscule. J'espère que ma masse musculaire m'aidera un peu. Oh merde. répétais-je, un peu bêtement. Je suis vraiment dans la merde.

Une dernière remarque, un dépit apparent, un désespoir invisible. Je m'asseois sur une chaise juste à côté de Lula, histoire de ne pas tomber dans les pommes à cause de ma nervosité. Ou de ce que j'ai pris sans le faire exprès. Planer ? Ok, ok. J'ai entendu pas mal de bien sur ça alors positivons un petit peu. C'est vrai que les histoires en parlent de la bonne manière, même si les lendemains sont un peu compliqués. J'essaie de positiver un peu, de me dire que ça doit pas être trop mal de vivre dans un monde imaginaire pendant quelques heures. Je vais pouvoir m'amuser un petit peu. La Landry se rapproche, se penche et maintiens mon regard. Elle va s'occuper de moi. Je ne sais pas si je dois avoir peur ou être rassuré. Je suppose que je n'ai pas trop le choix de toutes façons .. Il faut que je vous fasse confiance. dis-je assez vite, avant de détourner le regard un peu gêné ; car ce n'était pas très gentil, ce que je venais de dire. Tant pis de toutes façons, elle ne va pas se vexer pour ça. Me détendre, ok. Ca doit pas être trop compliqué. Je maintiens à nouveau le regard de la jeune femme, digérant chacun de ses mots. Inspirer, expirer, éviter de faire augmenter mon rythme cardiaque au moindre moment. Promettez moi juste de ne pas faire de bêtises pendant ... Que je profite ou je ne sais quoi. J'ai déjà assez peur comme ça pour penser que vous puissiez être en danger. finis-je par lui demander, très sérieusement. Car si la Landry veut vraiment que je me détente, il va falloir qu'elle me promette au moins de rester calme ce soir.

Et c'est la dernière question que je peux lui poser en toute lucidité. Je sens la petite pression sur mon avant bras, rassurante, mais je suis déjà trop loin pour y faire attention. La tête sur ma main, je suis à deux doigts de me coucher sur le comptoir qui a l'air si confortable. Lula a même fait venir sa jumelle, je ne savais pas qu'elle en avait une. Coooooool. Une fille sympa, équilibrée, qui ne m'attire pas trop de problèmes, c'est forcément attirant. Mais je préfère rester avec toi, c'est plus marrant. dis-je en rigolant de manière un peu débile. Lula se lève et par je ne sais quel calcul et quelques mouvements, elle arrive à me lever de la chaise pour que je me mette debout. D'abord confiant, persuadé que je tiendrais sur mes jambes sans soucis, je suis forcé de comprendre que je ne suis plus aussi fort que prévu ; je manque de m'étaler, mes jambes s'écroulant presque sous mon poids. Heureusement, m'appuyer sur la brune m'aide beaucoup et j'arrive à tenir debout avec moins de difficultés. Je te lâcherais pas de la soirée ma jolie ... Mais d'accord pour l'air frais. finis-je par dire, alors que nous arrivons dehors. Elle a raison la Landry, l'air fait du bien ; même si, en fin de compte, je crève toujours autant de chaud.

J'ignore combien de temps nous attendons mais ce que je sais, c'est que la banquette de la voiture dans laquelle nous rentrons est confortable, très confortable. Ca bouge devant moi mais j'ai un peu de mal à savoir qui fait quoi. Ma tête finit sur l'épaule de ma voisine. Ca va suuuuuper bien. lui dis-je tout en fermant les yeux, partagé entre l'envie de dormir et l'envie d'écouter cette douce musique qui me traverse l'oreille. Ca tourne un peu mais ça vaaaa. J'ai un peu la nausée, mais rien de bien méchant. Et le fait d'avoir ma tête posée sur son épaule me soulage bizarrement. Je sens que la voiture démarre et Lula qui attrape ma main. Qu'est-ce que tu fais ? Attention, je vais croire que tu me fais des avances. dis-je un peu taquin. Et puis quoi encore, se mettrait-elle à profiter de moi dans cet état ? Non, elle ne me ferait pas ça, elle m'a juré de prendre soin de moi, pas d'aller me violer dans une petite ruelle sombre. Détends toi Sam, prends le bon dans ton trip et évite de faire la crise ou je ne sais plus comment elle a appelé ce truc. La voiture qui s'arrête, visiblement au bon endroit, me donne un bon coup pour me réveiller. Bon, on va s'amuser maintenant ? J'ai l'air d'un gamin, un petit imbécile qui fait le malin parce qu'il a bu son premier verre, pris sa première drogue. Je sors de la voiture, pris par une soudaine dose d'adrénaline et tourne dans tous les sens, observant les alentours, fixant le moindre petit détail. Tout est multiplié, les bruits, les sensations, les émotions. C'est effrayant et en même temps, super excitant. J'entends la musique, on y va ? finis-je par lui demander, attendant les ordres de madame.


AVENGEDINCHAINS

_________________

    thinkin' about you ♒︎ can't help but wondering if this is the last time that I'll see your face. is it tears or just the fucking rain? wish I could say something ... something that doesn't sound insane, but lately I don't trust my brain. you tell me I won't ever change, so I just say nothing. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©diamond heart (avatar) & tumblr & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (0/3)
En cours : Max - Sam - Stan
RAGOTS PARTAGÉS : 846
POINTS : 1807
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
Fool you once, shame on me + Sam Tumblr_pim167SuVh1vg2yxdo3_r1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Fool you once, shame on me + Sam Empty
MessageSujet: Re: Fool you once, shame on me + Sam Fool you once, shame on me + Sam EmptyMar 8 Jan - 18:32

There's a stranger in your bed,
There's a pounding your head
You screwed
It's a blacked out blur

« Ca vous enlèvera peut-être l'envie de me refaire le coup. » Réplique Sam en guise de réponse aux jérémiades de Lula. Elle préfère garder le silence plutôt que de se prononcer ou de faire une promesse qu’elle ne pourrait pas tenir. Elle-même n’avait aucune idée d’à quoi la suite pourrait bien ressembler… Tout comme elle n’a aucune idée de quoi penser de la réponse du brun quand elle le titille sur le fait qu’il n’avait pas dû s’inquiéter beaucoup pour elle. Bien sûr que si ! » S’exclame t-il sans réfléchir et avec une spontanéité qui respire la sincérité. Hélas, si Lula était du genre à se faire des films, elle n’en aurait même pas l’occasion car il se corrige aussitôt. « Pas de Lula, pas de travail. » C’est super pragmatique et ça a le mérite d’être clair. Il ne pense qu’à son avenir professionnel, signe qu’elle devrait y réfléchir deux fois avant de le compromettre à nouveau avec ses bêtises… En parlant de bêtises, elle est bientôt obligée de lui avouer ce qu’il vient d’ingurgiter et l’expression horrifiée qu’il affiche soudain est vraiment douloureuse à regarder. Le mot « merde » se forme plusieurs fois sur sa bouche tandis que la panique monte toujours un peu plus. « Je connais les effets par réputation mais séparés ... Je ne vais jamais y survivre à tout ça en même temps. » « Ne soyez pas défaitiste… Haut les cœurs ! Je suis bien plus frêle que vous et j’ai survécu. Vous pouvez le faire ! » Le rassurer et donner un aspect positif à la catastrophe, c’est que Lula entreprend de faire, désireuse qu’il se détende.

Dans ses dernières minutes de lucidité, il a tout de même toutes les peines du monde à se laisser aller et effet de la drogue déjà en action ou excès de sincérité, il finit par révéler à la Landry pourquoi il est aussi réticent. « Je suppose que je n'ai pas trop le choix de toutes façons. Il faut que je vous fasse confiance. » Et bam ! Cela dit Lula ne pouvait pas s’offusquer de ce ressenti, vu qu’effectivement, elle ne s’était pas montrée digne de confiance avec lui, vu qu’elle avait brisé leur pacte du premier jour plutôt rapidement. « Je ne vous laisserai pas tomber. Vraiment. » Dit-elle, mettant toute la conviction du monde dans sa voix, bien qu’il y avait peu de chances pour qu’il la croit. Qu’importe, elle avait un seul job pour la soirée : assurer. C’était le seul moyen pour qu’après coup, il se rende compte qu’elle ne lui avait pas menti... Sauf que le Martins n’a pas fini de la solliciter. « Promettez-moi juste de ne pas faire de bêtises pendant ... Que je profite ou je ne sais quoi. J'ai déjà assez peur comme ça pour penser que vous puissiez être en danger. » Encore une allusion sur le fait que finalement il se souciait d’elle ou bien était-ce encore sa fameuse conscience professionnelle ? Probablement la seconde option… « Je vous le promets… On sera entourés d’une tonne de gens de toute façon. » Réplique néanmoins Lula pour l’apaiser. Sauf qu’elle n’aimait pas faire des promesses. Sans doute parce que la moitié du temps, elle n’arrivait pas à les tenir…

Et puis, s’en est finit du Lieutenant Sam Martins ou peu importe son grade. Il s’en va loin, comme prévu. Il gobe sans sourcilier cette histoire de sœur jumelle, allant même jusqu’à trouver ça « coooool ». Néanmoins, il fait une réponse inattendue quand Lula lui glisse que son double est bien plus gentil qu’elle. « Mais je préfère rester avec toi, c'est plus marrant. » Décidément ! Elle pourrait presque être flattée mais vu comme son garde du corps ricane bêtement tout à coup, il est désormais clair qu’il ne sait plus tout ce qu’il dit. En fait, malgré les circonstances, il est presque marrant de voir la drogue agir à vu d’œil. Le petit côté coincé « so british » et la rigueur militaire disparaissent, laissant place à un mec qui roule un peu des mécaniques. Tout à coup, il appelle Lula « ma jolie », il passe directement au tutoiement et, une fois qu’elle a réussit à le jeter dans un taxi et qu’elle essaye de mesurer sa pulsation cardiaque, il lui demande carrément si elle n’est pas en train de lui faire des avances. « Vu la vitesse à laquelle votre cœur bat, je dirai plutôt que c’est moi, qui vous fait de l’effet. » Dit-elle en le taquinant. Elle sait que c’est bien entendu la drogue qui augment la vitesse des battements de son cœur, mais le nombre de pulsations n’est pas alarmant. Et puis Sam lui jure qu’il se sent super bien même si tout tourne vite autour de lui. Il était en pleine montée, mais ça, ce n’était pas un scoop. La guitariste garde toutefois ses doigts sur le poignet de l’ex militaire tout le trajet au cas où. Au fond, elle se sentait très coupable et vaguement anxieuse…

Ils arrivent à la fête et Sam saute du taxi, son énergie retrouvée. En fait, il saute partout, demandant quand est-ce qu’ils vont s’amuser et bougeant déjà au rythme de la musique. Lula sait que tenter de faire un peu d’autorité est la dernière chose à faire et peu désireuse de le contrarier, lui attrape le bras avec un grand sourire. « Mais oui, allons-nous amuser. » Ils entrent dans la maison, plongeant au cœur de la fête. Lula claque des bises à droite et à gauche, surtout préoccupée par le fait de trouver son ami Jay. La tâche n’est pas facile car la foule est dense et Sam lui tire de toutes ses forces sur le bras, sans doute désireux d’aller s’amuser. Elle  ne trouve pas d’autres moyens pour le canaliser que de jouer de son état. Elle pose une main sur sa joue pour le forcer à la regarder. « Écoutez-moi bien Sam. On est en train de jouer à un jeu important là. Rappelez-vous, on doit rester ensembles, sinon on a perdu. Vous ne pouvez pas vous éloigner. » Elle ne pouvait vraiment pas se permettre de le perdre de vue alors elle tente cette technique hasardeuse au cas où il lui échappe. « Et pas un verre d’alcool non plus. Pas le droit de parler à un inconnu et surtout, surtout on ne s’approche pas de la piscine. » C’était troublant, elle avait l’impression de parler à un petit enfant…

Et puis, bien heureusement, elle finit par localiser son ami. Jay rigole en entendant l’histoire, examine brièvement Sam et en arrive à la même conclusion que Lula : le jeune homme est stone mais il va bien. Aucun signe alarmant ou annonciateur d’une overdose, pas de vomissement, de tachycardie, de difficultés à respirer, de crises de stress… En fait, il sourit de plus belle à chaque instant, regardant autour de lui l’air presque émerveillé… Lula remercie Jay qui lui recommande tout de même de bien surveiller son sujet, vu qu’il n’est pas habitué du tout, de le faire boire et de revenir le voir en cas de besoin. La musicienne lui demande alors s’il y a un quoi où ils peuvent être tranquille et son interlocuteur lui recommande l’étage, fermée à la fête. Une chambre au calme, le temps que Sam redescende pourrait faire l’affaire. Oui bonne idée, mais restait à convaincre le principal intéressé de la suivre là-haut. Lula tente l’approche frontale en premier, mais est prête à ruser en cas de besoin. « Et si on allait dans un endroit plus calme ?! » Dit-elle avec entrain, faisant mine d’avoir une super idée, une fois qu’ils ont pris congé de Jay.


Spoiler:
 

_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : croco & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, lula's birthday)

RAGOTS PARTAGÉS : 5168
POINTS : 7407
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
Fool you once, shame on me + Sam Tumblr_inline_o5s0dytKfr1rifr4k_500
ÂGE DU PERSONNAGE : 30ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date, puceau en secret.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Fool you once, shame on me + Sam Empty
MessageSujet: Re: Fool you once, shame on me + Sam Fool you once, shame on me + Sam EmptyLun 14 Jan - 22:59


lula & sam
shame on you.


J'ai l'espoir que ça se calmera par la suite mais c'est impossible de complètement y croire. Le désespoir et la tristesse qui se lisent sur le visage de la brune me montre qu'elle est sincère quand elle parle de se calmer, son impulsivité et le fait qu'elle attire les problèmes, eux, me montrent que la suite nous réserve encore de belles surprises. C'est pas grave, on garde ce rêve pour plus tard et on se concentre sur le présent. Sans réfléchir, je me confie que je me suis inquiété pour elle mais je me rattrape après, précisant le pourquoi. J'ai fini par trouver sa personnalité amusante, mais inutile qu'elle comprenne que ce travail a pris un peu plus d'importance au fil du temps. De toutes façons, on y pense déjà plus, trop concentré par la dose de drogues que j'ai ingéré en buvant le verre que j'ai trouvé sur le bar. Je jure quelques fois puis je panique et Lula tente de me rassurer comme elle peut. Et c'est que ça marche. Pas faux. Je suis plus grand, plus massif, ça doit forcément bien se passer niveau physique. C'est juste le cerveau qui présente un risque, au cas où il se met à paniquer et au cas où je me mets à faire une crise, comme elle l'a précisé. Vivant mes dernières minutes de lucidité, j'en profite pour mettre les choses au clair et pour lui faire jurer quelques trucs. Rien ne m'indiquera qu'elle respectera ses promesses mais au moins, je pourrais partir dans mes délires l'esprit tranquille. Merci. lui dis-je en souriant, sincèrement. Je me montre un peu dur depuis tout à l'heure alors que je suis tout aussi responsable qu'elle pour ce qui arrive. Ca ne me rassure pas cette histoire de monde, mais je sais que vous respecterez la promesse. Ou que vous essayerez en tous cas. Plus de monde signifie plus de danger, surtout à une fête avec des gens qui ont pris je ne sais quoi. Mais le fait que la Landry se mette à faire la promesse me rassure quand même car d'habitude, elle n'est pas du genre à se tracasser des autres, de ce qu'ils pensent, de ce qu'ils font. Ou en tous cas, c'est l'impression qu'elle donne.

S'en est fini du Sam lucide que j'ai toujours été. Je commence à voir double, parle d'une jumelle et étale la discussion. Perdant totalement l'esprit, je m'étale presque sur le bar. Lula me repêche avant l'accident, m'emporte dehors histoire que je prenne un peu l'air, mais aussi parce que le taxi qu'elle a appelé va bientôt arriver. Il arrive d'ailleurs assez vite et après avoir pris quelques bouffées d'air, je rentre dedans et m'installe tranquillement. J'aurais pu m'étaler que ça aurait été pareil. Je ne comprends pas trop ce qu'elle fait en mettant sa main sur mon poignet mais j'en rigole largement. C'est vrai que t'es plutôt attirante. Lucide ou pas, je ne pouvais pas nier que la Landry est une belle fille. Il me fallait juste un peu de drogues pour pouvoir l'admettre à voix haute. Avec un peu de chance, elle n'en prendrait pas compte. Moi même j'oublie assez vite ce que je raconte. Mais pas question de mélanger boulot et vie privé. dis-je en réfléchissant, comme s'il avait été question du quelconque relation à un moment. Fermant les yeux, j'essaie d'oublier le fait que tout à l'air de tourner autour de moi. Et l'épaule de la guitariste m'aide assez bien. Je resterais sur toi pour toujours si je pouvais, t'es aussi confortable que le nuage rose là, juste là ... Je pointe le doigt devant moi, sans viser un endroit particulier. Tout ce que je savais, c'est que mon esprit m'avait plongé dans un monde un peu bizarre, entouré de nuages roses en cotons sur lesquels je piquerais bien un somme. Mon esprit part tellement dans tous les sens que je finis par avoir mal à la tête. Le taxi qui s'arrête me permet de sortir du véhicule pour prendre à nouveau l'air et m'enlever cette horrible sensation. L'adrénaline me prend de tous les côtés et me procure une énergie hors du commun. Mon regard s'attache à tous les détails autour de moi. ENFIIIIIIIIN. T'es .. criais-je quand elle me dit qu'on va enfin aller s'amuser. Par contre, impossible de finir ma phrase, pris par un haut le coeur. Il passe assez rapidement. T'es la meilleure ma jolie. finis-je enfin par dire, tout en la suivant à l'intérieur.

Suivre Lula n'est pas une tâche trop compliquée, même si je meurs d'envie de rejoindre la piste pour me joindre aux autres ; j'ai beau avoir perdu l'esprit, il semble que je ne sois pas assez inconscient pour plonger tout seul dans ce genre de fête. C'est pour ça que je tente de l'attirer à gauche ou à droite de temps en temps, montrant mon envie de faire la fête comme il se doit. Oooooh, je suis super fort aux jeux. me dit-elle, une main posée sur ma joue. On commence une partie et je veux gagner. Je veux gagner parce que je suis le meilleur et que j'ai rarement pris l'occasion de m'amuser comme ça. Je pose une main sur celle qu'elle a posé sur ma joue et profite de cette proximité pour lui faire un bisou sur la joue. Ok, je te lâche plus. Je ne comptais pas le faire de toutes façons. La musique est génial, les sensations encore plus, mais une infime partie de ma tête me dit que je finirais par faire une connerie si je finis seul. Je me tourne et m'accroche à son bras, comme si ma vie en dépendait. Ca par contre, c'est pas marrant. Un point en moins ! finis-je par dire en levant mon pouce vers le bas.

On rejoint un gars et j'aime pas trop la manière dont il me regarde. J'ignore s'il me cherche ou s'il se fout juste de ma gueule. Tant pis pour lui s'il a un problème, je n'ai pas envie de le régler aujourd'hui. Non, m'amuser est le mot d'ordre et même si je dois rester collé aux basques de ma boss, je profite de la musique en me déhanchant comme je peux. J'ignore à quoi ça ressemble, mais je sais que le Sam du lendemain voudra éviter de voir ça. Ou d'avoir les détails. Ooooooh, qu'est-ce que tu me caches ? Elle a l'air tout excitée et je suis sûr qu'elle me réserve une surprise, ce qui me fait sauter dans tous les sens. On y va, on y va. Je saute encore, mais je suis la jeune femme. Peu importe où elle m'emmène, je serais capable de la suivre n'importe où ; ce qui est déjà presque le cas au vu de mon métier. Alooooooooors ... dis-je en rentrant dans la pièce que nous trouvons enfin. C'est plus calme qu'en bas, on entend à peine la musique qui résonnaient dans nos oreilles quelques secondes plus tôt. Mes oreilles sifflent un peu mais rien de dérangeant ; c'est juste que le moindre petit détail qui change chez moi, comme celui là, devient un truc assez marquant. Il fait super chaud ici. J'avance en titubant et j'enlève ma veste puis mon tshirt, littéralement sur le point de brûler sur place. Je les envois à l'autre bout de la pièce, peu tracassé par l'endroit où ils vont atterir. Je me sens mieux d'un coup, comme si je pouvais mieux respirer. On fait quoi maintenant ? Je tombe dans le lit comme une planche en bois et m'amuse des petits bonds que ça produit. Viens te coucher près de moi, ce lit est trooooop confortable. finis-je par lui dire, tapant mollement à côté de moi. Tellement confortable que j'en somnole presque. C'est difficile de se faire une idée claire sur ce qu'il se passe mais tout ce que je sais, c'est que je me sens bien. Et c'est tout ce qui compte.


AVENGEDINCHAINS

_________________

    thinkin' about you ♒︎ can't help but wondering if this is the last time that I'll see your face. is it tears or just the fucking rain? wish I could say something ... something that doesn't sound insane, but lately I don't trust my brain. you tell me I won't ever change, so I just say nothing. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©diamond heart (avatar) & tumblr & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (0/3)
En cours : Max - Sam - Stan
RAGOTS PARTAGÉS : 846
POINTS : 1807
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
Fool you once, shame on me + Sam Tumblr_pim167SuVh1vg2yxdo3_r1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Fool you once, shame on me + Sam Empty
MessageSujet: Re: Fool you once, shame on me + Sam Fool you once, shame on me + Sam EmptyLun 21 Jan - 18:20

There's a stranger in your bed,
There's a pounding your head
You screwed
It's a blacked out blur

Avant de succomber aux effets de la drogue qu’il avait ingurgitée, Sam avait finit par déclarer qu’il pensait que Lula fera en sorte de tenir sa promesse, ce qui rattrape sa déclaration précédente comme quoi il ne la pensait pas digne de confiance… La guitariste fait donc de son mieux pour ne pas lui donner tort même si la suite n’est qu’un grand délire. Dans la voiture déjà, il la drague sans filtres, ce qui contraste avec son attitude réservée habituelle. Il qualifie Lula d’attirante et aussi de confortable, juste avant de parler de nuages roses. La jeune femme se met à pouffer, pas offusquée du tout. Au contraire, si la drogue agissait comme un sérum de vérité, elle savait désormais que le Mister Martins ne la trouvait pas désagréable à regarder, ce qui était toujours une information bonne à prendre… Et puis, il était chou car même en divaguant, sa nature profonde ressortissait rapidement. « Mais pas question de mélanger boulot et vie privé. » Dit-il soudainement, tout à coup très sérieux. Nouveau rire de Lula. « Et qui a fixé cette règle au juste ? Elle est inviolable, j’imagine ? » Dit-elle pour le taquiner. Heureusement qu’elle ne se l’appliquait pas à elle-même. Elle mélangeait souvent plaisir et travail, et n’avait pas vraiment eu à s’en plaindre jusqu’à maintenant….

Une fois arrivée au sein de la fête, déjà très animée, la Landry arrive à canaliser son cavalier en lui faisant croire qu’ils sont en train de jouer à un jeu. Le tour fonctionne à merveille et Sam rentre totalement dans le truc, agrippant fermement le bras de Lula comme demandé et attribuant des bons ou des mauvais points à ce qu’elle dit. Bien entendu, il n’apprécie pas les règles trop coercitives mais elles sont là pour son propre bien. En fait, tout ce qu’elle fait est pour son confort et une fois que Jay lui a confirmé que Sam ne risque rien, elle se dit qu’elle va l’emmener à l’étage pour qu’il se repose. Elle essaye donc de ruser pour lui vendre le truc mais apparemment, elle n’a pas besoin d’en faire trop. « Ooooooh, qu'est-ce que tu me caches ?» Visiblement, le Martins pense qu’elle va lui faire une surprise et heureusement l’idée lui paraît plus attrayante que celle de faire la fête. « Il faut qu’on monte pour le découvrir. » Dit Lula en s’engouffrant dans la brèche. Bien sûr, il n’y a rien en haut mais bien heureusement, Sam a oublié cette histoire de surprise le temps qu’ils montent l’escalier. Sans doute parce que l’opération prend du temps.

En fait, le jeune homme a deux nouvelles préoccupations lorsqu’ils arrivent enfin dans une des chambres : la chaleur et le lit. Il semble en effet avoir tout à coup des  bouffées de chaleur insupportables et retire sans hésiter sa veste et son t-shirt. « Oh. » Se dit Lula en le voyant pour la première fois à torse nu. Sans surprise, il avait des abdos parfaits. Et ces pectoraux, mon dieu… Il avait un corps de rêve sous ses couches de sarcasmes et de « coincitude »… En vrai, elle en ferait ben son quatre heure sans leur relation particulière….Oui, elle ne peut pas s’empêcher de jeter un coup d’œil. Puis elle se dit que c’est plutôt malhonnête de le mater comme ça vu son état et reprend vite. D’ailleurs, elle est enfin alarmée par l’information qu’il lui donne. « Vous avez des bouffées de chaleur Sam ? Depuis quand ? » Elle veut se rapprocher de lui pour toucher son front mais il est déjà en train de courir pour se jeter sur le lit. « Viens te coucher près de moi, ce lit est trooooop confortable. » Aussi indécise qu’amusée, la Landry se rapproche néanmoins du lit, n’ayant pas l’intention de s’allonger tranquillement avec lui mais surtout de le surveiller.

« On fait quoi maintenant ? » La voix du garde du corps contraste cependant avec l’entrain que devrait contenir cette question. Elle est… lourde de sommeil. Aïe, peut être que Lula avait eu la main lourde sur le GHB… Le mieux à faire était de laisser Sam dormir. « Et si on faisait une petite sieste ? Comme ça, on sera super en forme pour faire la fête. » Suggère t-elle en s’asseyant sur le bord du lit. Elle pose une main sur le front de Sam, puis ses joues, constatant que le tout est brûlant et qu’il doit effectivement avoir aussi chaud qu’il le dit. Elle file donc à la salle de bain mouiller une serviette d’eau fraîche. Elle n’était pas médecin mais elle se disait que ça ne pouvait pas faire de mal de réduire sa température corporelle. Et peut-être même que ça aiderait le brun à reprendre ses esprits… Sauf que quand elle revient dans la chambre, quelque chose a changé. « Mais c’est quoi cette odeur ? » Ne peut s’empêcher de demander à voix haute. Mais personne ne lui répondra. Sam les yeux clos, semble planer encore plus  et peut-être même dormir.

Malgré son dégoût, Lula se rapproche du lit et constate qu’il a vomi. Elle avait malheureusement l’habitude de ce genre de fin de soirée. Un peu Inquiète quand même, elle se penche sur Sam mais il n’a pas l’air d’être en train de s’étouffer dedans. Apparemment, il s’était un peu penché pour le faire plus ou moins par terre. Épargner le lit n’était pas une mauvaise idée mais en faisant comme ça, il avait souillé son pantalon et aussi ses fringues au sol. Lula reste indécise quelques instants puis se dit que demain matin, quand il aurait retrouvé ses esprits, il aurait besoin de retrouver sa dignité et que ça passerait sans doute par des habits propres. Les doigts de la jeune femme s’attaquent donc au bouton et à la fermeture du pantalon de son garde du corps et elle entreprend de le faire glisser le long de ses jambes. C’est clairement une limite qu’elle est en train de franchir mais vu les circonstances… Elle ne tire pas parti de la situation, restant pragmatique, regardant le moins possible, rabattant la couette sur un Sam qui ne bouge plus dès qu’elle lui a retiré son pantalon. Elle tourne sa tête sur le côté, au cas où il aurait envie de recommencer. D’ailleurs, elle va chercher une bassine à la salle de bain qu’elle dépose à côté de lui. Elle ouvre aussi la fenêtre pour aérer.

Certaine qu’il ne va définitivement plus bouger, elle va laver ses fringues et les mettre à sécher dans la salle de bain puis va se rasseoir sur le lit à côté de lui après avoir refermé la fenêtre. Ça va, ça ne sent plus le vomi… Sam semble dormir paisiblement mais on ne sait jamais. Elle sait qu’elle est bonne pour le surveiller toute la nuit. Elle reste donc assise sur la couette, jouant à des jeux sur son téléphone pour ne pas s’endormir, écoutant la respiration de son voisin, essayant de ne pas trop pester. Si seulement il n'avait pas bu ce foutu verre... La soirée aurait été très différente pour elle... Elle le regarde un peu dormir, constant qu’il est mignon, le visage détendu, sans le pli de contrariété qui lui barre habituellement le visage quand il la suit… Sauf qu’en ouvrant la fenêtre, elle avait apporté le froid et qu’elle se gèle. Elle finit donc par se glisser sous la couette. Une très mauvaise idée. Car dès qu’elle s’est réchauffée, elle se sent elle aussi, gagnée par l’envie de somnoler… Elle lutte consciente de sa mission, mais plus Sam lui semble paisible, plus elle se dit qu’il est hors de danger. Et sans surprise, elle finit par s’endormir à son tour.  

_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : croco & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, lula's birthday)

RAGOTS PARTAGÉS : 5168
POINTS : 7407
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
Fool you once, shame on me + Sam Tumblr_inline_o5s0dytKfr1rifr4k_500
ÂGE DU PERSONNAGE : 30ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date, puceau en secret.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Fool you once, shame on me + Sam Empty
MessageSujet: Re: Fool you once, shame on me + Sam Fool you once, shame on me + Sam EmptyMar 22 Jan - 1:47


lula & sam
shame on you.


La discussion va de bon train durant le trajet. Moi tiens. lui dis-je en levant les yeux au ciel, comme si c'était une évidence. Il n'y a qu'un esprit tordu comme le mien pour imaginer le pire dans tout. Non, c'est pas involabl ... Inviolable comme règle. Comme toutes les règles que l'on s'invente pour pouvoir se fixer des limites. Je me l'étais mise pour me protéger de moi même et protéger les autres, mais rien ne m'empêche de la bouger. C'est juste que ça cause plein de complications et j'aime pas, les complications. J'aime les choses carrées, qui vont dans un même sens et qui pensent de la même manière que moi. Le problème, c'est que trouver quelqu'un à l'armée c'est difficile au vu du nombre de femmes, mais quand il s'agit de clients comme la Landry, c'est une autre histoire.
Quand on arrive à la fête, je me sens tout excité. Tous ces gens, cette musique, cet alcool ... Dans mon état, c'est la version du paradis ; mais le Sam normal, au fin fond de moi, apprécie aussi. Je m'accroche au bras de Lula, suivant ses directives : pas de piscine, pas d'alcool. Je ne vois pas le premier, mais le deuxième est partout et m'appelle. Elle est pas drôle en fait, la bassiste. Et mon avis se renforce quand elle m'emmène voir son pote et que ça prends une plombe. Mais tout semble aller pour le mieux et c'est ce que compte. Arrête de me faire des cachoteries, j'aime pas les surprises. Je crois que c'est à cause de mon passage à l'armée que je n'aime pas les surprises, parce que j'ai plutôt de bons souvenirs à ce niveau qui remontent à mon enfance. On commence à monter les escaliers. Qui dit que tu ne m'emmène pas là haut pour me faire du mal ? Me violer, me torture, m'équateler ... Un bon nombre de supplices qui passent assez vite dans ma tête et alors que Lula ignore royalement mes gérémiades, je me demande à quoi est-ce que je pourrais bien survivre, dans tout ce que j'ai écris. Plus que quelques mètres, quelques escaliers et je pourrais enfin découvrir la surprise qu'elle me réserve.

La chambre est superbe, même si ce n'est pas aussi génial que la fête qui se trouve en bas. Je titube un peu autour du lit avant d'être pris par une bouffée de chaleur qui me pousse à enlever mon tshirt. Le moi sobre serait horrifié de voir que je n'ai aucune pudeur face à une personne que je connais à peine, mais le moi drogué semble apprécié cet air frais qui touche sa peau et la possibilité que sa nouvelle pote puisse profiter de la vue. Sauf qu'elle semble plus inquiète qu'autre chose, comme à chaque fois. EUUUUUUH. Tiens, bonne question. Depuis que je t'ai vue ... enchainais-je, explosant de rire. Nan je rigole. Je sais pas, quelques minutes je dirais. Mon corps passe tellement par des températures différentes que j'ai du mal à repérer les moments. Puis bon, je ne suis pas non plus en état de pouvoir me repérer dans le temps. D'accord. dis-je à moitié endormi, tournant la tête dans sa direction. Elle touche mon front, je ne sais pas pourquoi, mais je n'ai pas la force de lui résister. Puis je ne sais pas, ses doigts sur ma peau me procurent des petites décharges électriques bien agréables qui me détendent un peu. En fait, c'est pas une rock star que je protège, c'est une magicienne. Et la plus douée de toutes, bien évidemment. Mais pas trop longue, je veux pas manquer la fiesta trop longtemps. La fiesta, mon corps semble décidé à quand même la faire là, de suite. Je ne vois plus Lula mais je sais qu'elle ne m'a pas abandonné ... J'aurais juste aimé qu'elle soit là pour diriger ma nausée dans le bon sens ; heureusement, même avec ma vue floue, j'arrive à voir que j'ai réussi à viser à côté du lit. Et une chose désagréable en moins. Il ne manque plus que la brune ne revienne pour pouvoir faire ma sieste en paix. Les yeux fermés, je finis par plonger dans un profond sommeil au bout de quelques secondes.

****

Je crois que j'ai rarement eu la tête aussi lourde qu'aujourd'hui. Je dirais même que ce n'est jamais arrivé et pourtant, tous ces sons que j'ai entendu en missions auraient pu me causer des douleurs bien pires. J'essaie d'ouvrir les yeux mais mes paupières ne semblent pas décidées à faire l'effort, sûrement autant fatigué que le reste de mon corps. J'ignore où je suis mais ce lit est confortable et j'y resterais bien toute la journée si je n'étais pas intrigué par la situation actuelle. Après un long moment de débat avec mes muscles, mes yeux s'ouvrent enfin et repèrent directement la lumière du jour qui traverse les rideaux fins de la pièce où nous sommes. Je ne reconnais pas le décor et c'est la première chose qui me panique. Mais comment est-ce que j'ai atterri ici ? pensais-je à voix haute. Question typique du genre films pour jeunes adultes, mais réelle question dont je n'avais pas la réponse. Je m'assois, je panique, mes battements de coeur s'accélèrent et mon mal de tête s'accentue au fil des minutes ; plus je réfléchis, pire c'est. Calme toi Sam, tu vas trouver une bonne explication à tout ça.

Mais l'explosion arrive quand je tourne la tête. Oh putain. criais-je presque avant de mettre mes mains sur la bouche, surpris moi même par ce cri venant du fond du coeur. Qui aurait cru qu'un jour, je me retrouverais au lit avec une autre fille que celles qui font partie de ma famille. Je soulève la couverture, je vois un slip. J'ai du mal à voir comment elle est habillée et la boule de stress coincée dans ma gorge est sur le point d'exploser. Avec Lula Landry ... J'aurais pu perdre ma virginité avec n'importe qui mais j'ai choisi ma cliente pour le faire. Et qui plus est, je n'en ai aucun souvenirs. Bravo Sam, il semble que ça te réussi d'arrêter l'armée et de rentrer dans ta ville. M'assegnant de quelques giffles mentales, je tente de récupérer ma respiration au risque de finir par faire une crise de panique. En plus, j'ai des nausées et ça m'aide pas, de paniquer. Lula ... dis-je en la secouant légèrement. Oups, je crois que c'est la première fois que je prononce son prénom. Mademoiselle Landry ... dis-je une deuxième fois, déterminé à la réveiller. J'ignore l'heure qu'il est, mais j'ai presque de la peine de devoir la lever tellement elle semble bien endormie. Mais s'il y en a une qui est capable de me dire ce qui s'est passé hier soir, c'est bien elle. Alors tant pis pour les heures de sommeil, je suis sûr qu'elle se rattrapera plus tard.


AVENGEDINCHAINS


Spoiler:
 

_________________

    thinkin' about you ♒︎ can't help but wondering if this is the last time that I'll see your face. is it tears or just the fucking rain? wish I could say something ... something that doesn't sound insane, but lately I don't trust my brain. you tell me I won't ever change, so I just say nothing. endlesslove.


Dernière édition par Sam B. Martins le Lun 28 Jan - 0:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©diamond heart (avatar) & tumblr & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (0/3)
En cours : Max - Sam - Stan
RAGOTS PARTAGÉS : 846
POINTS : 1807
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
Fool you once, shame on me + Sam Tumblr_pim167SuVh1vg2yxdo3_r1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Fool you once, shame on me + Sam Empty
MessageSujet: Re: Fool you once, shame on me + Sam Fool you once, shame on me + Sam EmptySam 26 Jan - 17:45

There's a stranger in your bed,
There's a pounding your head
You screwed
It's a blacked out blur

« J'aime pas, les complications. » Et bien il allait être servi… De toutes les phrases mémorables que Sam avait pu dire lorsqu’il était dans un second, celle-ci était sans doute celle qui avait le plus marquée Lula. Car les complications, elle le sent venir de loin. Dès qu’il aura retrouvé ses esprits, ça sera la catastrophe, elle le sait. Son côté un peu trop rigide n’appréciera pas du tout avoir perdu le contrôle toute une soirée et il la blâmera elle. Car c’était son verre plein de drogue à elle qu’il avait bu… Mais pour le moment, la guitariste ne peut rien anticiper, car elle dort profondément, fatiguée par toutes les émotions de la veille. Elle n’entend donc pas son garde du corps se réveiller à ses côtés, elle ne voit pas la panique se dessiner sur son visage, pas plus qu’elle n’entend sa question catastrophée ou le  juron sonore qu’il lance ensuite. Quand la Landry dormait, pas grand-chose ne pouvait la réveiller… De toute façon, c’était une très mauvaise idée de tenter de  le faire, car toute tentative dans ce sens faisait qu’elle se réveillait d’une humeur de dogue et personne n’aimait la métisse quand elle était d’une humeur de dogue… Hélas, Sam ne connaît pas ce grand principe et prononce son prénom en la secouant. « Lula » Brutalement tirée de l’oubli bienfaisant dans lequel elle s’était plongée, la jeune femme pousse ce qui ressemble à un grognement, refusant d’ouvrir les yeux, se raccrochant au sommeil qu’elle sentait déjà lui échapper.

Hélas, c’est sans compter la persistance du Martins. « Mademoiselle Landry ... » Dit-il d’une voix plus ferme en la secouant d’avantage. Alors elle n’a pas d’autres choix que d’ouvrir les yeux et de poser un regard mécontent sur lui. « Mais quoi à la fin ?! » Certaines se seraient émues en se réveillant au côté d’un Apollon torse nu de l’acabit de Sam et même émues de la situation inhabituelle tout court mais Lula n’étaient pas de celles-là. Comme dit, elle était surtout du type « n’aime pas être réveillée brutalement. ». Elle frotte ses paupières ensommeillées. « Merde… Il est quelle heure au juste ? » Elle s’en veut quand même de s’être endormie alors qu’elle avait promis de veiller sur le garde du corps. Car comparée à lui, elle avait la chance d’être en pleine possession de ses souvenirs. Les évènements de la veille était d’une parfaite clarté dans son esprit… En tout cas, note t-elle avec une pointe de soulagement, Sam avait l’air d’aller parfaitement bien, physiquement. Bien heureusement, il n’a pas l’air de s’être étouffé dans une nouvelle salve de vomi ou d’avoir fait un bad trip dans la nuit.

Psychologiquement, par contre ça semblait être une autre histoire. En se redressant légèrement sur l’oreiller, la Landry remarque qu’il affiche une expression qui n’augure rien de bon. Apparemment, elle n’est pas la seule à être de mauvaise humeur… Enfin, pour ça, elle n’est pas surprise, elle avait plus ou moins prévu cette réaction de Sam. «  Alors ça y est, vous êtes déjà redevenue la version psychorigide de vous-même ? Le répit aura été de courte durée.  » Dit-elle, usant de leurs sarcasmes habituels pour tenter de le dérider un peu. Elle se retourne, se mettant sur le côté, la joue sur l’oreiller pour mieux le voir. « Vous étiez tellement plus fun hier soir, vous auriez dû vous entendre… Toutes ces choses que m’avez dites. Vous savez parler aux femmes, finalement. Elle continue à le taquiner, n’ayant aucune idée du fait qu’elle est en train de s’avancer en terrain miné et d’entretenir un malentendu dont elle n’a même pas encore deviné l’existence. Enfin, elle essaye quand même décanter la situation avant que ça ne soit trop gênant. « Ne vous inquiétez pas, je comprends que ça puisse vous gêner… Mais vu les circonstances, ce n’est pas grave. Tout ce qui s’est passé hier soir restera entre nous et je vous promets que ça n’influera pas sur notre relation professionnelle à venir. »


Spoiler:
 

_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : croco & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, lula's birthday)

RAGOTS PARTAGÉS : 5168
POINTS : 7407
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
Fool you once, shame on me + Sam Tumblr_inline_o5s0dytKfr1rifr4k_500
ÂGE DU PERSONNAGE : 30ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date, puceau en secret.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Fool you once, shame on me + Sam Empty
MessageSujet: Re: Fool you once, shame on me + Sam Fool you once, shame on me + Sam EmptyMar 29 Jan - 0:39


lula & sam
shame on you.


Je suis à deux doigts de m'emporter en voyant qu'elle s'énerve après que je l'ai réveillé. Je ne voulais pas avaler ces conneries, je ne voulais pas venir ici, elle ne pensait quand même pas que je passerais ma matinée dans ce lit à faire come si rien n'était. 9H. On a un peu trop bien dormi. Est-ce à cause de la position dans laquelle je nous ai retrouvé ? Peut-être. Serré Lula m'a replongé quelques années en arrière, quand il était impossible pour moi de dormir si je ne serrais pas mon ours en peluche de la même manière. Le calme, la drogue et ce vieux souvenir physique m'a sûrement aidé à passer une super nuit. La version psychorigide de moi même est en train de se demander ce qui s'est passé dans ce lit ... On a quand même pas ..? Oh merde, oh merde. Mon visage prend littéralement feu en pensant à ça. Ma première fois dans un lit que je ne connais pas, dans un endroit que je ne connais pas et avec une fille que je connais à peine et que je n'apprécie pas forcément. Je ne voulais pas ça. Je ne voulais pas attendre le mariage comme tous ces religieux mais je ne voulais pas non plus le faire avec n'importe qui. Merde Sam, voilà ce qui arrive quand tu ne réfléchis pas. Content ? Sûrement pas. Mon esprit doit se calmer ou il risque d'exploser et de raconter à ma voisine tout ce petit secret sur ma vie personnelle et elle en sait déjà trop à mon goût. Et puis bon, je commence à rougir, à m'énerver et pourtant, je n'ai toujours pas la réponse à ma question. Si ça se trouve, je me fais des films. C'est vous qui m'avez déshabillé ? Quelle question stupide. S'il s'est passé quelque chose dans ce lit, c'est forcément elle qui m'a enlevé toutes mes couches de vêtements. Ou alors je l'ai fais moi, mais pour plonger plus vite. Ces scènes m'embrouillent l'esprit, j'ai du mal à séparer le vrai du faux et ça devient fatiguant. Je soulève la couverture pour me voir en slip, une nouvelle fois, une nouvelle vérification. J'ai l'impression d'être un monstre quand j'entends ce que vous dites. D'être ce gars complètement coincé incapable de rigoler un peu. Mais ce n'est pas le gars qu'elle décrit qui aurait pris un verre pendant son service, simplement parce qu'il se sentait aussi énervé que soulagé.

Je ne connais pas assez la guitariste pour savoir si elle joue de moi ou si elle est sérieuse. Mais si c'est une blague de sa part, pour me faire flipper, je ne suis pas sûr de pouvoir lui pardonner. Comment ça ? Qu'est-ce que je vous ai dis ? Je sais parler aux femmes ? C'est sûrement la meilleure que j'ai entendu. Je sais ce que la brune veut dire par là et je ne peux m'imaginer en train ... De lui faire du rentre dedans. Certes, je ne dis pas que Lula n'est pas une très belle femme, je dis juste que je suis trop gauche pour pouvoir sortir quelques mots doux au bon moment. J'espère que je n'ai pas été trop loin ... Rassurez moi. demandais-je dans une espèce de lamentation. Laissez moi espérer que malgré toute la drogue que j'ai ingéré, je suis resté un minimum moi même. Car mes trous de mémoire et les insinuations de la Landry ne m'aident pas. Je n'aime pas les complications. dis-je en répondant à sa remarque. J'ai cette impression que j'ai déjà dit cette phrase à voix haute, mais je la met de côté pour tenter de rester droit, l'esprit clair. J'espère bien. Je ne suis pas sûr que votre père apprécierait le fait que vous ayez pris soin de moi plutôt que l'inverse. lui dis-je un peu sèchement, tentant de souligner la partie c'est de sa faute si je me retrouve dans la merde aujourd'hui. Je respire un grand coup et calme mes nerfs encore trop animé. Je suis aussi responsable qu'elle pour ce qui s'est passé hier et ça ne sert à rien d'envenimer nos relations avec de la colère. C'est déjà assez compliqué comme ça. Je ... Je suis un peu paumé en fait. Je suis d'abord paumé parce que je n'ai aucun souvenirs de la soirée d'hier, ou seulement quelques mots qui sonnent comme un déjà vu dans ma tête. Je suis un peu paumé parce que c'est la première fois que je partage un lit avec une fille qui n'est pas de ma famille. Je suis un peu paumé parce qu'elle a l'air de préféré ma version stone à ma version habituelle, alors que je pensais que la brune aimait le personnel classique. J'ai du mal à savoir sur quel pied danser avec elle, alors que je suis toujours en train de me demander si il s'est passé un truc entre nous ou même si j'ai dis ou fais quelque chose de déplacé. Les joues en feu, la tête sur le point d'exploser, je m'enfonce la tête dans mon coussin. Oh merde, c'est de moi que vient cette horrible odeur ? finis-je par demander, reniflant quelques fois après que mes narines aient été frappées par quelque chose d'inhabituel. Quand je pensais que ça ne pouvaitpas être pire, apparemment


AVENGEDINCHAINS


Spoiler:
 

_________________

    thinkin' about you ♒︎ can't help but wondering if this is the last time that I'll see your face. is it tears or just the fucking rain? wish I could say something ... something that doesn't sound insane, but lately I don't trust my brain. you tell me I won't ever change, so I just say nothing. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©diamond heart (avatar) & tumblr & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (0/3)
En cours : Max - Sam - Stan
RAGOTS PARTAGÉS : 846
POINTS : 1807
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
Fool you once, shame on me + Sam Tumblr_pim167SuVh1vg2yxdo3_r1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Fool you once, shame on me + Sam Empty
MessageSujet: Re: Fool you once, shame on me + Sam Fool you once, shame on me + Sam EmptyMar 29 Jan - 18:20

There's a stranger in your bed,
There's a pounding your head
You screwed
It's a blacked out blur

Sam balaie les protestations de Lula quand elle fait mine de râler parce qu’il l’a réveillée, faisant remarquer qu’ils ont déjà bien trop dormi, puisqu’il est déjà 9h. Elle ne réprime même pas un sourire narquois. « 9H ?! Ciel ! Jamais je n’ai fais une grasse matinée aussi longue de ma vie ! La journée est pratiquement déjà finie, non ? » Elle l’avait toujours imaginé se lever aux aurores avec sa discipline militaire pour faire des pompes et autres trucs de Monsieur Muscle, il était en train de lui prouver qu’elle a bien deviné. Bon certes, elle devrait peut-être ralentir sur les sarcasmes, vu la tension qui semble émaner de lui, mais la Landry avait malheureusement ce qu’on appelle une « grande gueule ». Et pour sa défense, elle n’avait aucune idée du chaos qui régnait actuellement dans l’esprit de Sam. Elle n’avait aucun moyen de deviner à quel point la situation semblait grave pour l’ancien militaire alors qu’elle la trouvait juste cocasse. Et en fait, ça va même crescendo. « La version psychorigide de moi même est en train de se demander ce qui s'est passé dans ce lit ... On a quand même pas ..? » Finit-il par demander, ne parvenant même pas à prononcer le mot qu’il avait en tête. Et même si elle est en train d’émerger, Lula ne peut pas manquer la jolie teinte rouge pivoine qui envahit les rouges de son garde du corps. Elle fait appel à tout son self-control pour ne pas rire devant les airs prudes du Martins. Et garder un visage sérieux lui donne l’idée d’une plaisanterie assez douteuse. « Couché ensembles ? Baisé ? Fait l’amour ? Ben si… Qu’est-ce qu’on aurait dû pu faire d’autres dans un lit tous les deux ? » Déclare t-elle en gardant justement le plus grand sérieux.

« C'est vous qui m'avez déshabillé ? » Demande t-il en regardant sous la couverture, de plus en plus confus. N’y tenant plus, Lula éclate de rire. « Non, ça c’est Jay quand il nous a rejoints. » Dit-elle, hilare. Sauf qu’en voyant le visage de Sam, elle se dit qu’il ne faudrait pas pousser la plaisanterie trop loin, sous peine de vraiment le vexer. Et puis, si elle se met deux minutes à sa place en faisant d’un peu d’introspection, elle peut commencer à compatir. Apparemment, il ne se souvenait de rien et c’était assez flippant pour que ce soit légitime qu’il pose des questions. Malheureusement, avant qu’elle n’ait le temps de lui donner la vraie version des choses, il rebondit sur les autres remarques qu’elle avait faites, lui disant qu’elle le faisait passer pour un monstre avec ses allusions et qu’il voulait savoir ce qu’il avait pu raconter. Il termine d’ailleurs par une déclaration plutôt solennelle qui sonne presque comme une supplication. « J'espère que je n'ai pas été trop loin ... Rassurez moi. » Alors cette fois-ci, Lula le prend vraiment au sérieux, accédant à son souhait. « Ecoutez-vous Sam, vous êtes un parfait gentleman. La drogue ne change pas le caractère des gens à ce point. Vous n’avez rien fait de mal. Vous vous êtes juste décoincé un peu mais vous êtes restés correct. Vous m’avez juste dit que j’étais attirante et fait deux trois compliments. Rien de plus. Je vous taquinais là tout de suite. »

Pourtant, il n’a pas l’air rassuré et il est toujours aussi malheureux. Il répète qu’il n’aime pas les complications d’ailleurs. « Ça je l’avais bien compris…  Mais il n’y en aura pas. C’est du passé, juste une nuit déjà oubliée. Il ne faut pas se mettre dans des états pareils… » Souffle Lula essayant désormais de l’apaiser pour de bon. Ce qu’elle aurait dû faire dès le début, elle devait bien le reconnaître… Sam semble néanmoins s’inquiéter aussi pour sa carrière et de la réaction de Dante. La Landry prend un air blasé, notant bien son le sec de Sam, signe d’un mécontentement grandissant. « Je m’en fous de ce que mon père apprécie ou pas. Et il n’en saura jamais rien, sauf si vous lui dites ce qui s’est passé… » Elle trouve sa réaction disproportionnée, loin de se douter de ce qu’il ressent, ne se rendant pas compte qu’elle n’a pas vraiment dissipé le grave malentendu et qu’il pensait toujours qu’ils avaient couché ensembles.

Elle remarque cependant qu’il ne feint pas son désespoir lorsqu’il plonge sa tête dans l’oreiller, se disant « paumé. ». Lula se redresse légèrement, se demandant si elle doit lui laisser quelques secondes ou continuer à parler pour désamorcer la situation. Elle n’a pas le temps de trancher qu’une nouvelle question s’échappe déjà des lèvres de Sam. Sa voix est étouffée par l’oreiller, même s’il se redresse rapidement, mais elle comprend l’essentiel. « Vous avez vomi Sam… » Explique t-elle aussitôt avec un maximum de tact quand il lui demande quel odeur il vient de sentir. « C’est pour ça que je vous ai déshabillé, pour laver votre pantalon. Le reste, vous l’aviez enlevé tout seul en m’invitant à vous rejoindre. » Dit-elle d’une voix neutre.

_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Sam B. Martins
Sam B. Martins
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : knight.
TES DOUBLES : daniel & adriel & liam & erin.
TON AVATAR : nicoSEXYtortorella ♥
TES CRÉDITS : croco & tumblr & ju d'amour.
TA DISPONIBILITE RP : open. (lula, lula's birthday)

RAGOTS PARTAGÉS : 5168
POINTS : 7407
ARRIVÉE À TENBY : 26/04/2014
Fool you once, shame on me + Sam Tumblr_inline_o5s0dytKfr1rifr4k_500
ÂGE DU PERSONNAGE : 30ans. (30.09.1988)
CÔTÉ COEUR : célibataire de longue date, puceau en secret.
PROFESSION : sniper pour l'armée galloise à la retraite.
REPUTATION : un exemple a suivre ce jeune homme, tout simplement. même si je ne l'imaginais pas se transformer en garde du corps, encore moins pour Lula Landry. ca risque d'être drôle a observer.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Fool you once, shame on me + Sam Empty
MessageSujet: Re: Fool you once, shame on me + Sam Fool you once, shame on me + Sam EmptyVen 1 Fév - 1:10


lula & sam
shame on you.


Les réveils du matin sont toujours compliqués mais elle s'obstine a renforcer cette pensée en râlant un bon coup avant de se mettre à se moquer de moi. C'est ça, moquez vous. dis-je en traduisant mes pensées. C'est vrai que ça fait longtemps que je n'ai pas dormi si tard et je dois même admettre que j'ai passé une bonne nuit ... Mais je me réveille d'une soirée dont je ne me souviens absolument pas et dans un lit inconnu d'un endroit inconnu. Je pense avoir le droit de paniquer un petit peu et de vouloir rentrer à la maison. Je n'aime pas beaucoup dormir dans ce genre d'endroit. Loin de chez moi ? Peut-être. Mais si je le disais à voix haute, ça sonnerait bizarre parce qu'avec mes missions, je n'ai jamais vraiment eu de chez moi. La sensation qui m'envahit est bizarre et peu confortable, j'ai juste envie qu'elle s'en aille. Sauf qu'avec la suite de cette discussion, la fin ressemblait plus à une mort avec crise cardiaque. Pardon ?! D'abord ces mots presque grossiers qui sortent de sa bouche, cet acte que j'aurais apparemment fais dans son lit. Je scrute Lula un moment, attendant celui où elle m'annonce que c'est une blague. Mais il n'arrive pas. Si c'est une blague, ce n'est pas drôle. dis-je en la regardant avec tout mon sérieux. Mais non, elle ne craque pas. Alors c'est vrai, j'ai vraiment couché avec Lula ? Je ne peux pas y croire. Woaw. murmurais-je pour moi. Ce sont les seuls mots que je peux sortir de ma bouche tandis que je tente d'avaler la nouvelle comme je peux. J'étais puceau et je ne le suis plus, j'étais puceau et le premier grand acte de ma vie personnelle, je ne m'en souviens même pas. Je ne peux pas y croire et en même temps, c'est difficile de ne pas le faire. Je vais patiemment attendre comme je sais le faire, je finirais par avoir mes réponses.

J'ignore si c'est un courant d'air ou la peur qui m'arrache quelques frissons. Je regarde en dessous de la couverture et demande comment est-ce que j'ai pu me retrouver en boxer. La réponse me glace le sang de nouveau. C'est qui Jay ? demandais-je instinctivement et sans comprendre le message qui se cache derrière sa remarque. Elle éclate de rire et à nouveau, j'ignore si la brune se joue de moi ou si elle se moque simplement de mes expressions. Quand il nous a rejoint ? répétais-je bêtement, surtout pour moi même. Il me faut quelques secondes pour comprendre. Oh, je viens de comprendre. Vous vous foutez de moi en fait. Les histoires de plan à 3 sont des légendes et quelque chose de trop particulier pour que je sois capable de dire oui sans broncher. Non, depuis de le début, elle se fout royalement de ma gueule. Je n'étais déjà pas super content pour cette histoire de drogues mais si elle se met à me raconter de telles débilités, on ne finira pas cette conversation en un seul morceau. Je ne lui laisse pas le temps d'en rajouter une couche et change directement de sujet, m'interrogeant sur mon comportement avec. Vu que c'était ma première fois, je ne pouvais pas savoir comme j'allais réagir. Je ne pouvais pas savoir. Un caractère qui ne change pas mais des vérités qui sortent malgré nous. Je retiens pour plus tard. dis-je en tentant de me détendre un peu. Sauf que je me fige en me rendant compte qu'avec une simple phrase, je venais d'avouer que la guitariste ... Et bien que je la trouve jolie quoi. Oh mon Dieu, je les enchaîne les bourdes depuis deux jours. Je suis désolé de vous avoir dragué, ce n'est pas très professionnel. finis-je par dire, passant ma main sur ma nuque.

Cette conversation qui se voulait rassurante ne m'aide pas et m'enfonce dans tous mes délires, dans tous mes scénarios. La brune me reproche d'être trop coincé, préfère ma version d'hier qui est plus libre et plus délurée. Je l'ai déjà dis n'est-ce pas ? J'avais déjà cette sensation de déjà vu lorsque j'ai dis cette phrase, mais sa réponse m'aide à me souvenir que oui, j'ai dû le dire hier à un moment. Et si je le répète, c'est qu'il y a une bonne raison. Je crois que je pourrais facilement me décoincer un petit peu, vivre plus légèrement et faire mon travail avec le sourire ... Mais où est le professionnalisme là dedans ? Je veux dire, comment être sûr de bien la protégé si, à la place, je rigole avec elle de tel ou tel sujet. Je veux juste faire mon travail comme il faut et d'ailleurs, je prie n'importe qui pour que le père Landry ne soit jamais au courant. J'aime la franchise, mais un petit mensonge ça ne fait jamais de mal. Mentir n'apporte rien, sauf dans des situations comme celles-ci. Tout le monde va bien et tout le monde est en un seul morceau, inutile de se faire virer pour quelque chose qui termine bien. Et l'idée d'être assis dans mon fauteuil toute la journée me rend déjà malade. Me cachant sous les quelques coussins derrière moi, une odeur nauséabonde m'arrive jusqu'aux narines. Oh mon Dieu. J'ai bien visé au moins. tentais-je d'ironiser, de nouveau. Je ne sais pas ce que j'avais dans mon estomac mais ça devait être horrible. Pardon ?! La deuxième phrase me choque quelques secondes après que Lula l'ait dite. Quand elle m'a dit que je l'avais dragué, je ne pensais pas que j'étais allé aussi loin. Je suis en colère pour tout ce qui se passe, pour celui que je suis devenu, pour les bêtises dans lesquels elle m'entraîne ... Mais je dois admettre que sur le coup, elle s'est bien occupée de moi. Décidemment ... J'ignore ce que je dois dire là. Les mots me manquent et il vaut mieux que je m'arrête là. Je pose un coussin sur mon visage, tentant de dissimuler toute la honte qui s'est emparée de mon corps, mais surtout de mes joues. Merci pour mes affaires. dis-je à travers le tissus. Merci pour tout en fait, sauf pour les drogues que j'ai pris. C'est pour ça que c'est difficile de rester en colère, elle a quand même bien rattraper le coup. Je ne sais pas, je ne sais plus. Il va me falloir un certain temps pour avaler tout ça. On fait quoi maintenant ? finis-je par demander, attendant les ordres de la Dame.


AVENGEDINCHAINS

_________________

    thinkin' about you ♒︎ can't help but wondering if this is the last time that I'll see your face. is it tears or just the fucking rain? wish I could say something ... something that doesn't sound insane, but lately I don't trust my brain. you tell me I won't ever change, so I just say nothing. endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Lula Landry
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©diamond heart (avatar) & tumblr & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (0/3)
En cours : Max - Sam - Stan
RAGOTS PARTAGÉS : 846
POINTS : 1807
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018
Fool you once, shame on me + Sam Tumblr_pim167SuVh1vg2yxdo3_r1_250
ÂGE DU PERSONNAGE : trente ans (31 juillet)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Fool you once, shame on me + Sam Empty
MessageSujet: Re: Fool you once, shame on me + Sam Fool you once, shame on me + Sam EmptyDim 3 Fév - 11:53

There's a stranger in your bed,
There's a pounding your head
You screwed
It's a blacked out blur

« Je n'aime pas beaucoup dormir dans ce genre d'endroit. » Sam continue de râler et à ses yeux, c’est tellement drôle que Lula continue à le provoquer en enchaînant les sarcasmes. « Quoi dans un lit ? C’est vrai que c’est bizarre… » Il lui faudrait un panneau, un signal qui lui permettrait de savoir quand s’arrêter mais malheureusement, ça n’existe pas. Alors la rockstar pousse la blague dans des sommets de mauvais goûts, laissant entendre à son garde du corps qu’ils avaient bien couché ensembles et qu’en plus, ils avaient fait un plan à trois. En vrai, elle avait pensé que son exagération donnerait sa réponse à Sam, à savoir qu’elle se foutait de lui mais en réalité, il faut de longues minutes au jeune homme pour le comprendre. Avant ça, il passe par tous les stades du stress, de la panique, de l’horreur et du déni. Si c’est une blague, ce n’est pas drôle, déclare t-il au bout d’un moment. Au final, la Landry commence à se sentir un tout petit peu offensée. « C’est la première fois que je vois quelqu’un aussi horrifié à l’idée d’avoir couché avec moi… » Dit-elle, ne comprenant toujours pas pourquoi il se met dans des états pareils, loin de se douter de la véritable raison de son désespoir. Parce que c’est bien du désespoir qui s’affiche sur le visage du brun et il n’est clairement pas feint. Alors dès qu’il s’approche un tout petit peu de la vérité et finit par lui demander si tout cela n’est pas qu’une immense blague, elle lui offre enfin la vérité.

« Mais oui Sam, je vous taquine depuis tout à l’heure… Il ne s’est absolument rien passé. Rien. Vous avez vu Jay, le propriétaire des lieux, deux minutes, le temps qu’il détermine si vous étiez en danger du fait de l’ingestion des drogues et ensuite je suis venue vous mettre au lit ici. Vous avez commencé à vous déshabiller mais c’est la seule chose qu’il y a eu. Après vous avez dormi et moi j’ai dû m’endormir à côté de vous, rien de plus… » Elle pousse un petit soupir, essayant de retourner la situation à son avantage pour qu’il ne soit pas trop fâché de sa blague douteuse. Elle devait le reconnaître, elle était un brin manipulatrice. « Je n’ai fais que veiller sur vous, comme je l’avais promis… Et je sais que vous ne me trouvez pas très recommandable mais j’ose espérer que vous ne me pensez pas sérieusement capable d’abuser de quelqu’un qui n’a pas toutes ses facultés de discernement. Je ne suis pas perverse à ce point… » C’est vrai que c’était quand même plus simple de s’expliquer calmement et sincèrement, sans le sarcasme ou les tournures de phrase à double-sens. Et de manière assez amusante, Sam semble quand même aussi perturbé par son attitude pendant la soirée que par l’idée d’avoir couché avec elle. Lula lui explique alors qu’il a été correct.

« Je ne pouvais pas savoir. Un caractère qui ne change pas mais des vérités qui sortent malgré nous. Je retiens pour plus tard. » Réplique t-il. Et Lula ne manque pas de s’arrêter sur la tournure de phrase. Ce n’était clairement pas tombé dans l’oreille d’une sourde. « Ah c’était donc la vérité ? » Elle étouffe un rire sous sa cape. Un psy aurait sans doute une explication intéressante sur son comportement si provocateur face à la pudibonderie de Sam mais pour le moment, elle profitait juste du moment et de cette adorable rougeur qui montait sur ses joues de plus en plus fréquemment. En fait, il finit même par s’excuser de l’avoir draguée, arguant que ce n’était pas très professionnel. La Landry hausse les épaules une nouvelle fois. « Il n’y a pas de mal… Pour tout vous dire, je suis plus vexée que vous ayez eu besoin d’être complètement stone pour songer à le faire. » C’était la mentalité de la métisse. Pour elle, rien n’était jamais grave. Certains pouvaient trouver ça rafraîchissant, alors que d’autres en étaient rapidement exaspérés. Malheureusement, Sam semblait appartenir à la seconde catégorie. Il n’arrivait pas trop à se détendre…

« Oui , je crois que vous avez parlé de votre détestation des complications à plusieurs reprises, mais ne vous inquiétez pas, moi aussi je le note pour l’avenir. » Toujours pas une once de sérieux dans la voix de Lula alors que Sam essayait de juste de retrouver ses souvenirs, de plus en plus catastrophés au fur et à mesure qu’il le faisait. Il convient d’ailleurs que ça ne serait pas une idée géniale de parler de l’incident à Dante. Lula est surprise mais elle ne fait aucun commentaire. Si elle se moquait de lui, en invoquant ses grands principes, il allait sûrement changer d’avis et ce n’était clairement pas dans son intérêt à elle. Non à partir de maintenant, elle allait être plus calme, lui laisser le temps d’accuser le choc. « Décidemment ... J'ignore ce que je dois dire là. » Finit-il d’ailleurs par déclarer une fois qu’elle a dit toute la vérité sur les évènements de la veille. « Mais vous n’avez rien à dire… Oublions juste cette soirée et tout ira bien. Sortez-vous là de la tête, ce n’est vraiment pas grave. » S’il n’en parlait plus, elle ne le ferait pas non plus, même si ça la privait d’un millier de blagues potentiellement hilarantes…

Finalement, Sam choisit de la remercier d’avoir lavé ses affaires. « De rien. » Dit-elle en tournant sa tête légèrement sur le côté pour lui faire un sourire destiné à enterrer la hache de guerre mais il ne peut pas le voir, le visage toujours dissimulé dans un coussin. Il lui demande quelle sera la suite des évènements. Elle se serait bien rendormie jusqu’à midi, mais elle sait que ce n’est même pas la peine d’y songer. « Et bien si vous voulez, vous pouvez aller prendre une petite douche et vous rafraîchir. Pendant ce temps, j’irai remercier Jay pour son hospitalité et lui dire de laver les draps de la troisième chambre d’amis. Et après… Je nous ramènerai en ville, si vous ne vous sentez pas en état de conduire. Aujourd’hui, je vais rester à l’hôtel de toute façon. Donc vous avez un day off pour vous remettre. » Oui, elle devait bosser un peu, elle n’était pas venue à Tenby que pour faire la fête…


_________________

Isn’t it funny how when I first met you I couldn’t stand you, but now I can’t seem to get enough of you? •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Fool you once, shame on me + Sam Empty
MessageSujet: Re: Fool you once, shame on me + Sam Fool you once, shame on me + Sam Empty

Revenir en haut Aller en bas

Fool you once, shame on me + Sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-