AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Who gon' pray for me? (lula)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : balaclava (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 7994
POINTS : 4896
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Who gon' pray for me? (lula) Lun 24 Déc - 17:04

Tell me who's gon' save me from myself
When this life is all I know
Tell me who's gon' save me from this hell
Without you, I'm all alone


La gorge sèche à force de parler, de hurler… Je me sens mal. Max s'inquiète peut-être pour ma putain de cloison nasale, mais pour le coup, il se moque pas mal de ma voix et ça, c'est vraiment hypocrite de sa part. Comment ont-ils pu oser ? Je sors de la loge en claquant la porte derrière moi, attrapant mon paquet de clopes pour m'en griller une aussitôt. Est-ce que ça calme mes nerfs ? Pas le moins du monde. Les poings serrés, les dents serrées, je me sens vriller, prêt à mettre un coup dans le mur, mais une force invisible me retient, cette force qui me dicte qu'il peut y avoir des témoins, que je ne peux plus me permettre de retrouver mon portrait dans la presse à scandales. Et puis, merde. Qu'importe. Le coup part dans la porte et je regrette immédiatement mon geste. « Putain de merde ! » Crache-je, subissant cette douleur singulière qui s'élance dans tout mon bras. Putain, mais quel con. Comme si m'abîmer la main était la meilleure chose à faire en pleine tournée. « Putain, putain, putain. » Je n'arrive plus à faire de phrases, encore trop remonté par le piège que Max, Gwen et Liam ont décidé de mettre en place. Une fois la cigarette terminée, je retourne dans les coulisses, à la recherche d'un congélateur pour que je puisse soulager ma main.

Je tombe sur Lula quand j'évolue dans les différentes pièces backstage et sans comprendre ce qui se passe : j'explose. « Ah ben voilà ! Manquait plus que toi, la fille du grand Danté Landry ! » Crache-je alors que la jeune femme ne m'a absolument rien fait ce soir, que nous n'avons parlé de rien d'autre que du concert. « T'as pas voulu te joindre à la putain de fête que ton ex-mari a organisé en mon honneur ? » Evidemment, la question est rhétorique, sinon, Lula aurait été présente dans la loge aux côtés des autres traitres.  « Une putain d'intervention ! Tu te rends compte ?! Comme si j'étais un gosse, comme si j'avais un problème… Non mais sérieusement… T'étais au courant ? » Demande-je, sans même savoir pourquoi je pose la question.  « Bien sûr que t'étais au courant. » Continue-je dans ce monologue de fou qui ne semble pas prêt de s'arrêter. « Max t'en as forcément parlé. » Je n'arrive pas à comprendre cette relation qui lie le le producteur à la guitariste car clairement, je serais incapable de rester aussi proche d'une de mes ex-petite amie. « Qu'il aille se faire foutre. » Hurle-je, un peu plus fort, comme par espoir qu'il m'entende malgré les murs épais qui nous séparent. Sans plus prêter attention à la Landry, je fouille la pièce à la recherche d'une source de froid pour soulager ma main, que je secoue de temps en temps malgré la douleur. Je trouve finalement une canette de bière bien fraiche dans le frigo et celle ci fera l'affaire en attendant que je trouve une vraie poche de froid. Le contact de la canette soulage ma main endolorie et je réalise la connerie que je viens de faire, connerie dictée par ma colère et par mon impulsivité. « Ma copine, mon meilleur-ami et mon producteur. Putain, ils font chier. » Ces retrouvailles qui auraient dû se passer dans la joie et la bonne humeur n'auraient finalement pas pu être davantage désastreuses.  

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©qsmmg (avatar) & tumblr & anaelle
TA DISPONIBILITE RP :
Libres (1/3)
En cours : Liam - Judith - Sam - Nate - Max/Sam
RAGOTS PARTAGÉS : 238
POINTS : 540
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-neuf ans (2 avril)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Who gon' pray for me? (lula) Ven 28 Déc - 18:17

We never learn,
we been here before
Why are we always stuck
and running from
The bullets


Le concert avait été sensationnel ce soir mais par contre, l’after, elle, avait tourné court. Normal, Max, Gwen et Liam n’avaient pas prévu de faire la fête mais plutôt de lancer une « intervention » sur Nate. Tous les quatre avaient donc disparu rapidement et l’ennui s’était vite installé. Lula avait tenu le temps qu’il fallait pour représenter le groupe et répondre aux journalistes mais ensuite, elle était retournée en coulisses, se sentant légèrement fatiguée en cette fin de tournée. Mais alors qu’elle est en route pour leur loge avec l’idée de prendre ses affaires pour retourner à l’hôtel, elle tombe sur Nate. « Ah ben voilà ! Manquait plus que toi, la fille du grand Dante Landry ! » Dit-il avec une méchanceté qui pourrait être qualifiée de gratuite. Bon, sans surprise, « l’intervention » avait un été un fiasco. C’était visible à son humeur de dogue mais aussi par le fait qu’il était déjà là au lieu d’être en train de chanter Kumbaya avec le reste de la bande en promettant qu’il allait changer. « Tu as un problème, Miles ? » Répond Lula sur le même ton, même si elle savait déjà que c’était effectivement le cas. Elle n’éprouvait aucune pitié pour lui, surtout qu’il venait encore et toujours de la tacler sur son plus grand point sensible, faisant référence à son statut d’enfant de star qui la complexait énormément, sans aucune raison valable.

La Landry n’était pas du genre à se laisser faire même si sa co-star semblait être dans une rage folle. « T'as pas voulu te joindre à la putain de fête que ton ex-mari a organisé en mon honneur ? » Embraye t-il, en venant directement aux faits.   « Il y aurait fallu que je me soucie de ton sort pour ça. » Crache t-elle avec autant de méchanceté que lui-même si la question était probablement rhétorique. Les raisons pour lesquelles elle n’avait pas voulu participer à  l’intervention étaient plus complexes que ça mais elle n’allait pas lui énumérer alors qu’il était dans cet état. D’ailleurs, il continue de hurler. « Une putain d'intervention ! Tu te rends compte ?! Comme si j'étais un gosse, comme si j'avais un problème… Non mais sérieusement… T'étais au courant ? » Il ne lui laisse pas le temps de répondre. « Bien sûr que t'étais au courant. Max t'en as forcément parlé. » Une nouvelle fois, elle réagit au quart de tour. « Oui, j’étais au courant, oui Max m’en avait parlé. Mais comme t’es un connard, tu ne m’inspires pas assez de loyauté pour que j’ai eu envie de te prévenir…  Et devine quoi ? Tu viens de me prouver que j’ai eu raison. »  Il la cherchait, il la trouvait. « Et je vais te dire, des problèmes t’en as pas qu’un seul mais c’est sûr qu’agir comme un sale gosse en fait parti. »

Malheureusement, ça ne suffit pas à faire taire Nate qui continue sa crise. « Qu'il aille se faire foutre. » Dit-il en parlant visiblement de Max. Lula sent son instinct protecteur se réveiller et prend la défense de son ex-mari. « Toi va te faire foutre ! » Dit-elle, déjà à bout de patience. Elle jette ses affaires dans son sac, pressée de se barrer, pendant que Nate cherche quelque chose dans le frigo en continuant à geindre. « Ma copine, mon meilleur-ami et mon producteur. Putain, ils font chier. » Lula relève les yeux, prête à lui asséner une nouvelle réplique cinglante lorsque ses yeux tombent sur la canette de bière qu’il tient contre sa main visiblement blessée. Elle traverse la pièce à grands pas pour aller voir de plus près. « Mais putain, qu’est-ce que tu as fais à ta main ?! T’es stupide ou quoi ? On a compris que tu étais en colère mais t’étais obligé de saboter nos prochains concerts en plus ? Tu y penses au groupe, hein ? »

_________________


⊹ I guess I'm learning. I must be warmer now. The show must go on. I'll face it with a grin. I'm never giving in. On with the show (by anaëlle)

  :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : balaclava (avat) tumblr (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 7994
POINTS : 4896
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Who gon' pray for me? (lula) Dim 6 Jan - 0:05

Tell me who's gon' save me from myself
When this life is all I know
Tell me who's gon' save me from this hell
Without you, I'm all alone


La présence de Lula ne fait qu'empirer la situation. Pourquoi a-t-il fallu qu'elle passe par là ? Les regards noirs ne suffisent plus et je crie sur elle, incapable de m'arrêter. Bien sûr, fidèle à elle-même, la Landry sait me répondre et autant dire que ça ne fait qu'attiser l'énervement qui me gagne depuis que mes proches ont commencé leur petite intervention. « Putain, mais ferme-là ! » Elle ose me dire que je me comporte comme un sale gosse ? Les dents serrées à présent, j'ai l'espoir que Lula s'en aille et mon souhait est sur le point de se réaliser jusqu'au moment où la métisse voit ma main blessée. Elle s'avance directement et mon premier réflexe est de lui tourner le dos. Je ne veux pas qu'elle puisse voir le mal que je me suis infligé sans le vouloir réellement. Malheureusement, c'est trop tard et les mots de la jeune femme m'atteignent comme elle le souhaitait.  « J'ai pas besoin de tes remarques, Lula. » Crache-je. Oui, je suis stupide. Je le sais bien. Je m'en suis aperçu à l'instant où la douleur s'est élancée dans tout mon avant-bras. Le pire, c'est que le coup donné au mur ne m'a même pas permis de me soulager de cette colère.  Tu y penses au groupe, hein ? Mon sang ne fait qu'un tour, la mâchoire tremblante, je me retourne vers la musicienne et je n'arrive plus à me contrôler : qu'il s'agisse de mes paroles, du ton sec ou des larmes qui embuent mes yeux. « Le groupe ? Tu veux parler du groupe ?! De mon groupe ? Je ne pense qu'à ça, bordel. Tout ce que je fais, c'est pour le groupe. Je sais que j'ai été con de me blesser, je le sais, c'est pas la peine d'en rajouter, bon sang ! Et toi, je suis sûr que tu es contente, au final, que tu jubiles ! Comme ça, ce sera ton putain de quart d'heure de gloire si jamais tu dois me remplacer pour mon solo sur On Fire. » Un solo d'une difficulté assommante, mais qui me force à me donner à deux cents pour cent tous les soirs où nous sommes sur scène. La canette soulage légèrement ma main, mais de temps en temps, elle m'arrache une grimace de douleur que je n'arrive pas à contrôler.

Je m'affale sur une chaise, réalisant que je suis en train de pleurer devant la seule co-star que je ne tiens pas vraiment dans mon coeur et j'essaye de me ressaisir. Je pose la canette deux secondes, le temps essuyer mes joues. « Ouch, merde. Putain. » Le grognement s'échappe de mes lèvres quand j'essaye de fermer le poing et que cette opération se relève en fait impossible. Je reste concentré sur ma blessure, choisissant d'ignorer la jeune femme, de ne pas la regarder tout simplement parce que j'ai perdu tous mes moyens et que je ne sais plus où me mettre. Il ne manquait plus que ça. Après cette trahison de la part de mes proches, c'est l'humiliation face à la Landry. « Va-t-en, Lula. Laisse-moi. » Dis-je, cette fois d'une voix bien plus basse, presque inaudible en comparaison avec tous les hurlements.  « S'il te plait. » Continue-je, toujours sans la regarder. « T'étais sur le point de partir de toute façon. Je t'ai interrompue. Je n'aurais pas dû. »  Oui, alors autant qu'elle s'en aille et qu'elle me laisse seul, que je gère cette situation dans laquelle je viens de m'enfoncer. Au final, c'est la gêne qui me calme et le fait de savoir que peu importe où j'irai, je me retrouverai avec une compagnie désagréable, alors autant rester ici, seul.  

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©qsmmg (avatar) & tumblr & anaelle
TA DISPONIBILITE RP :
Libres (1/3)
En cours : Liam - Judith - Sam - Nate - Max/Sam
RAGOTS PARTAGÉS : 238
POINTS : 540
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-neuf ans (2 avril)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Who gon' pray for me? (lula) Mar 8 Jan - 20:59

We never learn,
we been here before
Why are we always stuck
and running from
The bullets

Nate crie à Lula de la fermer et lui fait savoir qu’il n’a pas besoin de ses remarques. La violence de l’échange aurait pu en déstabiliser plus d’un mais chez la guitariste, ça ne provoque pas une émotion plus intense qu’un haussement d’épaules. S’il y avait des vérités qu’il ne voulait pas entendre, mieux ne valait pas lui poser certaines questions à elle. Pas s’il ne voulait pas entendre les réponses sincères. Toutefois, la tension et les animosités du passé existant entre les Miles et la Landry sont bien vite reléguées au second plan lorsque la jeune femme remarque la blessure qu’il s’est infligée à la main. Soudain très inquiète pour le groupe, la seule chose qui les liait véritablement et dont Lula se préoccupait sincèrement, elle lui demande s’il a justement pensé à ce dernier. Sa réaction ne se fait pas attendre. « Le groupe ? Tu veux parler du groupe ?! De mon groupe ? Je ne pense qu'à ça, bordel. » Et voilà. C’était reparti. Personne n’était aussi doué que Nate pour rappeler à Lula qu’elle n’était qu’une pièce rapportée dans un ensemble qu’il avait crée seul. Comme si au fil du temps, elle n’avait pas apporté sa contribution. Comme si elle ne mettait pas tout son cœur dans tout ce qu’ils entreprenaient. Comme si elle n’était rien… Chose remarquable, Nate admet toutefois qu’il a fait l’idiot en se blessant. Malheureusement, avant que Lula n’ai pu lui accorder un peu de crédit, il balaie son élan de maturité par une nouvelle remarque mesquine. « Et toi, je suis sûr que tu es contente, au final, que tu jubiles ! Comme ça, ce sera ton putain de quart d'heure de gloire si jamais tu dois me remplacer pour mon solo sur On Fire. »

Des remarques acides brûlent les lèvres de la métisse et d’ordinaire, elle les aurait balancées avec l’intention de faire un maximum de dégâts mais au-delà des mots de son adversaire, il y a son langage corporel. Tout l’être du musicien ne reflète que le désespoir. Ses mains, sa mâchoire, ses lèvres… Il tremble de partout tandis que ses yeux se mettent à luire dans l’obscurité. Et après, c’est pire. Il se laisse tomber sur une chaise, sanglotant pour de bon. Ultime geste de pudeur, il essaye de dissimuler les larmes qui ruissellent sur ses joues mais une si grande souffrance ne peut pas être contenue. Et Lula ne peut être que le témoin impuissant de ce spectacle déstabilisant, bouleversant. Elle pourrait enfoncer celui avec qui elle venait de violemment de se disputer, lui balancer de se débrouiller avec SON groupe et se casser en hurler, mais elle reste immobile, comme paralysée. D’instinct, elle sait que l’égo de Nate ne pourra pas supporter qu’elle le voit pleurer, elle le sait, parce qu’au fond, ils sont pareils. Jamais elle ne voudrait que quelqu’un la voit comme ça. Même pas quelqu’un qu’elle aimait. Alors que dire de la situation présente… Il faudrait qu’elle parte, qu’elle lui laisse l’intimité qu’il méritait mais elle s’en sent incapable.

Même quand il lui demande finalement expressément de le faire. L’humiliation pourrait lui donner envie de mordre à nouveau mais il n’en fait rien, lui demandant simplement de partir calmement Il ne hurle plus, ajoute même un « s’il te plaît », la voix basse, brisée. Alors Lula fait quelque chose de terriblement inhabituel pour elle : elle prend sur elle. Au lieu de quitter la pièce et de le laisser moisir comme initialement prévu, elle va près de Nate et s’assoit au sol, juste à côté de sa chaise. « Jamais je ne jubilerai d’avoir à te remplacer sur le solo d’ « On Fire ». Je me pisserai dessus, je serai morte de trouille. Les accords sont si difficiles à enchaîner… C’est diabolique. C’est du génie mais c’est diabolique. Tu dois bien être le seul à pouvoir avoir un vrai quart d’heure de gloire là-dessus. » Dit-elle d’un ton badin comme s’ils ne venaient pas de se hurler dessus. Elle se dit aussi qu’en avouant quelque chose de peu reluisant comme ça, ils se mettaient sur un pied d’égalité et dissipaient la gêne qui s’installerait forcément suite à ce pétage de plomb inédit… « Remets cette canette sur ta main. » Ordonne t-elle ensuite, aucune des grimaces de douleur de sa co-star ne lui ayant échappée. « Tu veux quelque chose pour la douleur ? » Demande t-elle ensuite avec sollicitude. En fait, elle était à son max de la sollicitude. Une sollicitude qu’elle n’avait jamais pensé éprouver pour lui un jour mais la peine du Miles l’avait touchée. Bien qu’elle nierait ce fait jusqu’à sa mort… « Alors… Qu’est-ce qu’ils ont dit ? » Demande t-elle ensuite, se sentant légitimement concernée et se disant que même à chaud, il avait envie d’en parler, vu le monologue qu’il lui avait fait tout à l’heure.

_________________


⊹ I guess I'm learning. I must be warmer now. The show must go on. I'll face it with a grin. I'm never giving in. On with the show (by anaëlle)

  :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Who gon' pray for me? (lula)

Revenir en haut Aller en bas

Who gon' pray for me? (lula)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: It's a small world-