AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Who gon' pray for me? (lula)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : glass skin (avat) penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8088
POINTS : 5081
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Who gon' pray for me? (lula) Lun 24 Déc - 17:04

Tell me who's gon' save me from myself
When this life is all I know
Tell me who's gon' save me from this hell
Without you, I'm all alone


La gorge sèche à force de parler, de hurler… Je me sens mal. Max s'inquiète peut-être pour ma putain de cloison nasale, mais pour le coup, il se moque pas mal de ma voix et ça, c'est vraiment hypocrite de sa part. Comment ont-ils pu oser ? Je sors de la loge en claquant la porte derrière moi, attrapant mon paquet de clopes pour m'en griller une aussitôt. Est-ce que ça calme mes nerfs ? Pas le moins du monde. Les poings serrés, les dents serrées, je me sens vriller, prêt à mettre un coup dans le mur, mais une force invisible me retient, cette force qui me dicte qu'il peut y avoir des témoins, que je ne peux plus me permettre de retrouver mon portrait dans la presse à scandales. Et puis, merde. Qu'importe. Le coup part dans la porte et je regrette immédiatement mon geste. « Putain de merde ! » Crache-je, subissant cette douleur singulière qui s'élance dans tout mon bras. Putain, mais quel con. Comme si m'abîmer la main était la meilleure chose à faire en pleine tournée. « Putain, putain, putain. » Je n'arrive plus à faire de phrases, encore trop remonté par le piège que Max, Gwen et Liam ont décidé de mettre en place. Une fois la cigarette terminée, je retourne dans les coulisses, à la recherche d'un congélateur pour que je puisse soulager ma main.

Je tombe sur Lula quand j'évolue dans les différentes pièces backstage et sans comprendre ce qui se passe : j'explose. « Ah ben voilà ! Manquait plus que toi, la fille du grand Danté Landry ! » Crache-je alors que la jeune femme ne m'a absolument rien fait ce soir, que nous n'avons parlé de rien d'autre que du concert. « T'as pas voulu te joindre à la putain de fête que ton ex-mari a organisé en mon honneur ? » Evidemment, la question est rhétorique, sinon, Lula aurait été présente dans la loge aux côtés des autres traitres.  « Une putain d'intervention ! Tu te rends compte ?! Comme si j'étais un gosse, comme si j'avais un problème… Non mais sérieusement… T'étais au courant ? » Demande-je, sans même savoir pourquoi je pose la question.  « Bien sûr que t'étais au courant. » Continue-je dans ce monologue de fou qui ne semble pas prêt de s'arrêter. « Max t'en as forcément parlé. » Je n'arrive pas à comprendre cette relation qui lie le le producteur à la guitariste car clairement, je serais incapable de rester aussi proche d'une de mes ex-petite amie. « Qu'il aille se faire foutre. » Hurle-je, un peu plus fort, comme par espoir qu'il m'entende malgré les murs épais qui nous séparent. Sans plus prêter attention à la Landry, je fouille la pièce à la recherche d'une source de froid pour soulager ma main, que je secoue de temps en temps malgré la douleur. Je trouve finalement une canette de bière bien fraiche dans le frigo et celle ci fera l'affaire en attendant que je trouve une vraie poche de froid. Le contact de la canette soulage ma main endolorie et je réalise la connerie que je viens de faire, connerie dictée par ma colère et par mon impulsivité. « Ma copine, mon meilleur-ami et mon producteur. Putain, ils font chier. » Ces retrouvailles qui auraient dû se passer dans la joie et la bonne humeur n'auraient finalement pas pu être davantage désastreuses.  

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©myself (avatar) & tumblr & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (1/3)
En cours : Liam - Sam - Max

RAGOTS PARTAGÉS : 411
POINTS : 946
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-neuf ans (2 avril)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Who gon' pray for me? (lula) Ven 28 Déc - 18:17

We never learn,
we been here before
Why are we always stuck
and running from
The bullets


Le concert avait été sensationnel ce soir mais par contre, l’after, elle, avait tourné court. Normal, Max, Gwen et Liam n’avaient pas prévu de faire la fête mais plutôt de lancer une « intervention » sur Nate. Tous les quatre avaient donc disparu rapidement et l’ennui s’était vite installé. Lula avait tenu le temps qu’il fallait pour représenter le groupe et répondre aux journalistes mais ensuite, elle était retournée en coulisses, se sentant légèrement fatiguée en cette fin de tournée. Mais alors qu’elle est en route pour leur loge avec l’idée de prendre ses affaires pour retourner à l’hôtel, elle tombe sur Nate. « Ah ben voilà ! Manquait plus que toi, la fille du grand Dante Landry ! » Dit-il avec une méchanceté qui pourrait être qualifiée de gratuite. Bon, sans surprise, « l’intervention » avait un été un fiasco. C’était visible à son humeur de dogue mais aussi par le fait qu’il était déjà là au lieu d’être en train de chanter Kumbaya avec le reste de la bande en promettant qu’il allait changer. « Tu as un problème, Miles ? » Répond Lula sur le même ton, même si elle savait déjà que c’était effectivement le cas. Elle n’éprouvait aucune pitié pour lui, surtout qu’il venait encore et toujours de la tacler sur son plus grand point sensible, faisant référence à son statut d’enfant de star qui la complexait énormément, sans aucune raison valable.

La Landry n’était pas du genre à se laisser faire même si sa co-star semblait être dans une rage folle. « T'as pas voulu te joindre à la putain de fête que ton ex-mari a organisé en mon honneur ? » Embraye t-il, en venant directement aux faits.   « Il y aurait fallu que je me soucie de ton sort pour ça. » Crache t-elle avec autant de méchanceté que lui-même si la question était probablement rhétorique. Les raisons pour lesquelles elle n’avait pas voulu participer à  l’intervention étaient plus complexes que ça mais elle n’allait pas lui énumérer alors qu’il était dans cet état. D’ailleurs, il continue de hurler. « Une putain d'intervention ! Tu te rends compte ?! Comme si j'étais un gosse, comme si j'avais un problème… Non mais sérieusement… T'étais au courant ? » Il ne lui laisse pas le temps de répondre. « Bien sûr que t'étais au courant. Max t'en as forcément parlé. » Une nouvelle fois, elle réagit au quart de tour. « Oui, j’étais au courant, oui Max m’en avait parlé. Mais comme t’es un connard, tu ne m’inspires pas assez de loyauté pour que j’ai eu envie de te prévenir…  Et devine quoi ? Tu viens de me prouver que j’ai eu raison. »  Il la cherchait, il la trouvait. « Et je vais te dire, des problèmes t’en as pas qu’un seul mais c’est sûr qu’agir comme un sale gosse en fait parti. »

Malheureusement, ça ne suffit pas à faire taire Nate qui continue sa crise. « Qu'il aille se faire foutre. » Dit-il en parlant visiblement de Max. Lula sent son instinct protecteur se réveiller et prend la défense de son ex-mari. « Toi va te faire foutre ! » Dit-elle, déjà à bout de patience. Elle jette ses affaires dans son sac, pressée de se barrer, pendant que Nate cherche quelque chose dans le frigo en continuant à geindre. « Ma copine, mon meilleur-ami et mon producteur. Putain, ils font chier. » Lula relève les yeux, prête à lui asséner une nouvelle réplique cinglante lorsque ses yeux tombent sur la canette de bière qu’il tient contre sa main visiblement blessée. Elle traverse la pièce à grands pas pour aller voir de plus près. « Mais putain, qu’est-ce que tu as fais à ta main ?! T’es stupide ou quoi ? On a compris que tu étais en colère mais t’étais obligé de saboter nos prochains concerts en plus ? Tu y penses au groupe, hein ? »

_________________

⊹ "I hate the way you talk to me and the way you cut your hair. I hate the way you drive my car. I hate your big dumb combat boots And the way you read my mind. I hate you so much, that it makes me sick. I hate the way you're always right. I hate it when you make me laugh. I hate it when you not around But mostly I hate the way I don't hate you. Not even close. Not even a little bit. Not even at all".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : glass skin (avat) penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8088
POINTS : 5081
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Who gon' pray for me? (lula) Dim 6 Jan - 0:05

Tell me who's gon' save me from myself
When this life is all I know
Tell me who's gon' save me from this hell
Without you, I'm all alone


La présence de Lula ne fait qu'empirer la situation. Pourquoi a-t-il fallu qu'elle passe par là ? Les regards noirs ne suffisent plus et je crie sur elle, incapable de m'arrêter. Bien sûr, fidèle à elle-même, la Landry sait me répondre et autant dire que ça ne fait qu'attiser l'énervement qui me gagne depuis que mes proches ont commencé leur petite intervention. « Putain, mais ferme-là ! » Elle ose me dire que je me comporte comme un sale gosse ? Les dents serrées à présent, j'ai l'espoir que Lula s'en aille et mon souhait est sur le point de se réaliser jusqu'au moment où la métisse voit ma main blessée. Elle s'avance directement et mon premier réflexe est de lui tourner le dos. Je ne veux pas qu'elle puisse voir le mal que je me suis infligé sans le vouloir réellement. Malheureusement, c'est trop tard et les mots de la jeune femme m'atteignent comme elle le souhaitait.  « J'ai pas besoin de tes remarques, Lula. » Crache-je. Oui, je suis stupide. Je le sais bien. Je m'en suis aperçu à l'instant où la douleur s'est élancée dans tout mon avant-bras. Le pire, c'est que le coup donné au mur ne m'a même pas permis de me soulager de cette colère.  Tu y penses au groupe, hein ? Mon sang ne fait qu'un tour, la mâchoire tremblante, je me retourne vers la musicienne et je n'arrive plus à me contrôler : qu'il s'agisse de mes paroles, du ton sec ou des larmes qui embuent mes yeux. « Le groupe ? Tu veux parler du groupe ?! De mon groupe ? Je ne pense qu'à ça, bordel. Tout ce que je fais, c'est pour le groupe. Je sais que j'ai été con de me blesser, je le sais, c'est pas la peine d'en rajouter, bon sang ! Et toi, je suis sûr que tu es contente, au final, que tu jubiles ! Comme ça, ce sera ton putain de quart d'heure de gloire si jamais tu dois me remplacer pour mon solo sur On Fire. » Un solo d'une difficulté assommante, mais qui me force à me donner à deux cents pour cent tous les soirs où nous sommes sur scène. La canette soulage légèrement ma main, mais de temps en temps, elle m'arrache une grimace de douleur que je n'arrive pas à contrôler.

Je m'affale sur une chaise, réalisant que je suis en train de pleurer devant la seule co-star que je ne tiens pas vraiment dans mon coeur et j'essaye de me ressaisir. Je pose la canette deux secondes, le temps essuyer mes joues. « Ouch, merde. Putain. » Le grognement s'échappe de mes lèvres quand j'essaye de fermer le poing et que cette opération se relève en fait impossible. Je reste concentré sur ma blessure, choisissant d'ignorer la jeune femme, de ne pas la regarder tout simplement parce que j'ai perdu tous mes moyens et que je ne sais plus où me mettre. Il ne manquait plus que ça. Après cette trahison de la part de mes proches, c'est l'humiliation face à la Landry. « Va-t-en, Lula. Laisse-moi. » Dis-je, cette fois d'une voix bien plus basse, presque inaudible en comparaison avec tous les hurlements.  « S'il te plait. » Continue-je, toujours sans la regarder. « T'étais sur le point de partir de toute façon. Je t'ai interrompue. Je n'aurais pas dû. »  Oui, alors autant qu'elle s'en aille et qu'elle me laisse seul, que je gère cette situation dans laquelle je viens de m'enfoncer. Au final, c'est la gêne qui me calme et le fait de savoir que peu importe où j'irai, je me retrouverai avec une compagnie désagréable, alors autant rester ici, seul.  

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©myself (avatar) & tumblr & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (1/3)
En cours : Liam - Sam - Max

RAGOTS PARTAGÉS : 411
POINTS : 946
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-neuf ans (2 avril)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Who gon' pray for me? (lula) Mar 8 Jan - 20:59

We never learn,
we been here before
Why are we always stuck
and running from
The bullets

Nate crie à Lula de la fermer et lui fait savoir qu’il n’a pas besoin de ses remarques. La violence de l’échange aurait pu en déstabiliser plus d’un mais chez la guitariste, ça ne provoque pas une émotion plus intense qu’un haussement d’épaules. S’il y avait des vérités qu’il ne voulait pas entendre, mieux ne valait pas lui poser certaines questions à elle. Pas s’il ne voulait pas entendre les réponses sincères. Toutefois, la tension et les animosités du passé existant entre les Miles et la Landry sont bien vite reléguées au second plan lorsque la jeune femme remarque la blessure qu’il s’est infligée à la main. Soudain très inquiète pour le groupe, la seule chose qui les liait véritablement et dont Lula se préoccupait sincèrement, elle lui demande s’il a justement pensé à ce dernier. Sa réaction ne se fait pas attendre. « Le groupe ? Tu veux parler du groupe ?! De mon groupe ? Je ne pense qu'à ça, bordel. » Et voilà. C’était reparti. Personne n’était aussi doué que Nate pour rappeler à Lula qu’elle n’était qu’une pièce rapportée dans un ensemble qu’il avait crée seul. Comme si au fil du temps, elle n’avait pas apporté sa contribution. Comme si elle ne mettait pas tout son cœur dans tout ce qu’ils entreprenaient. Comme si elle n’était rien… Chose remarquable, Nate admet toutefois qu’il a fait l’idiot en se blessant. Malheureusement, avant que Lula n’ai pu lui accorder un peu de crédit, il balaie son élan de maturité par une nouvelle remarque mesquine. « Et toi, je suis sûr que tu es contente, au final, que tu jubiles ! Comme ça, ce sera ton putain de quart d'heure de gloire si jamais tu dois me remplacer pour mon solo sur On Fire. »

Des remarques acides brûlent les lèvres de la métisse et d’ordinaire, elle les aurait balancées avec l’intention de faire un maximum de dégâts mais au-delà des mots de son adversaire, il y a son langage corporel. Tout l’être du musicien ne reflète que le désespoir. Ses mains, sa mâchoire, ses lèvres… Il tremble de partout tandis que ses yeux se mettent à luire dans l’obscurité. Et après, c’est pire. Il se laisse tomber sur une chaise, sanglotant pour de bon. Ultime geste de pudeur, il essaye de dissimuler les larmes qui ruissellent sur ses joues mais une si grande souffrance ne peut pas être contenue. Et Lula ne peut être que le témoin impuissant de ce spectacle déstabilisant, bouleversant. Elle pourrait enfoncer celui avec qui elle venait de violemment de se disputer, lui balancer de se débrouiller avec SON groupe et se casser en hurler, mais elle reste immobile, comme paralysée. D’instinct, elle sait que l’égo de Nate ne pourra pas supporter qu’elle le voit pleurer, elle le sait, parce qu’au fond, ils sont pareils. Jamais elle ne voudrait que quelqu’un la voit comme ça. Même pas quelqu’un qu’elle aimait. Alors que dire de la situation présente… Il faudrait qu’elle parte, qu’elle lui laisse l’intimité qu’il méritait mais elle s’en sent incapable.

Même quand il lui demande finalement expressément de le faire. L’humiliation pourrait lui donner envie de mordre à nouveau mais il n’en fait rien, lui demandant simplement de partir calmement Il ne hurle plus, ajoute même un « s’il te plaît », la voix basse, brisée. Alors Lula fait quelque chose de terriblement inhabituel pour elle : elle prend sur elle. Au lieu de quitter la pièce et de le laisser moisir comme initialement prévu, elle va près de Nate et s’assoit au sol, juste à côté de sa chaise. « Jamais je ne jubilerai d’avoir à te remplacer sur le solo d’ « On Fire ». Je me pisserai dessus, je serai morte de trouille. Les accords sont si difficiles à enchaîner… C’est diabolique. C’est du génie mais c’est diabolique. Tu dois bien être le seul à pouvoir avoir un vrai quart d’heure de gloire là-dessus. » Dit-elle d’un ton badin comme s’ils ne venaient pas de se hurler dessus. Elle se dit aussi qu’en avouant quelque chose de peu reluisant comme ça, ils se mettaient sur un pied d’égalité et dissipaient la gêne qui s’installerait forcément suite à ce pétage de plomb inédit… « Remets cette canette sur ta main. » Ordonne t-elle ensuite, aucune des grimaces de douleur de sa co-star ne lui ayant échappée. « Tu veux quelque chose pour la douleur ? » Demande t-elle ensuite avec sollicitude. En fait, elle était à son max de la sollicitude. Une sollicitude qu’elle n’avait jamais pensé éprouver pour lui un jour mais la peine du Miles l’avait touchée. Bien qu’elle nierait ce fait jusqu’à sa mort… « Alors… Qu’est-ce qu’ils ont dit ? » Demande t-elle ensuite, se sentant légitimement concernée et se disant que même à chaud, il avait envie d’en parler, vu le monologue qu’il lui avait fait tout à l’heure.

_________________

⊹ "I hate the way you talk to me and the way you cut your hair. I hate the way you drive my car. I hate your big dumb combat boots And the way you read my mind. I hate you so much, that it makes me sick. I hate the way you're always right. I hate it when you make me laugh. I hate it when you not around But mostly I hate the way I don't hate you. Not even close. Not even a little bit. Not even at all".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : glass skin (avat) penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8088
POINTS : 5081
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Who gon' pray for me? (lula) Sam 19 Jan - 13:54

Tell me who's gon' save me from myself
When this life is all I know
Tell me who's gon' save me from this hell
Without you, I'm all alone


Si je pensais avoir touché le fond face à Lula, j'arrive tout de même à esquisser un léger sourire quand elle souligne la difficulté du solo de guitare que j'ai écrit quelques mois plus tard. Sans parvenir à relever les yeux, je soupire et je lui concède quelque chose que je n'avais jamais dit à qui que ce soit. « C'est vrai… Je ne sais pas ce qui m'a pris d'écrire un tel enchaînement. » Certainement l'envie d'entrer dans le classement des meilleurs guitaristes contemporains, d'avoir une place à côté de tous les grands, de pouvoir démarquer The Unamed à ma façon alors que je sais pertinemment que je suis meilleur pianiste que guitariste. Pourtant, c'est ce que j'ai appris : pour obtenir le succès, il faut travailler dur, sans relâche, jour et nuit. Ou être l'enfant d'une star. Je m'exécute à l'ordre de Lula, repose la canette sur ma main endolori maintenant que mes joues sont sèches et qu'elles ne témoignent plus de cette crise inattendue dont j'ai été le principal coupable. La douleur lancinante ne semble pas vouloir diminuer, peu importe à quel point je souhaite que ma main se rétablisse. Lula ne comprendra pas peut-être pas immédiatement, mais sa question me fait rire jaune. Un rire étouffé et un mouvement de tête plus tard, je décide d'expliquer ma réaction. « J'aimerais bien. Mais ils seraient encore capables de dire que je vais faire une overdose aux Dolipranes, alors je vais éviter. » Par défi et en souvenir du bon vieux temps, j'aimerais quelque chose de plus fort, pourquoi pas de la morphine, mais je n'ai pas envie de bousiller tout le chemin parcouru à cause d'une contrariété. Peut-être qu'ils ne veulent réellement que mon bien… Je n'arrive plus à rien savoir et je ne cesse de me remémorer leurs paroles. Paroles que je m'apprête à répéter à Lula. Qui sait, peut-être qu'elle saura m'aider à y voir plus clair. Elle fait partie du groupe, après tout, au même titre que Liam et même si je passe nettement plus de temps avec le batteur, nous passons quand même de longues heures ensemble, Lula et moi… Elle pourra me dire s'il y a en effet un problème ou non. « Ils ont dit… Qu'ils étaient au courant que j'ai replongé, qu'ils ne pouvaient plus faire comme si de rien n'était. Ils ont voulu savoir pourquoi j'ai replongé, n'ont pas été satisfaits par ma réponse…  » Je marque une pause, soupire, prends sur moi pour ne pas que les larmes se remettent à couler. « Et leurs menaces… Putain, leurs menaces… » J'ai du mal à me remettre de cette embuscade, de cette trahison, de ces quelques mots que j'ai dit à Gwen et que je n'ai pas entendu en retour. Comme s'ils m'abandonnaient tous, un à un.  « Max disait qu'il n'était pas là pour me juger, mais que si je continuais, il ne pourrait pas fermer les yeux et continuer à être notre producteur. » Nouveau rire jaune. « Quel hypocrite. Je ne compte même plus le nombre de soirées où on sniffait de la coke ensemble. » Ces soirées remontent à quelques années en arrière, bien avant mon overdose. « Gwen, elle, m'a bien fait comprendre qu'elle pourrait me renvoyer en désintox d'un claquement de doigt. » À croire qu'elle ne se rend pas compte qu'elle me détruirait si elle faisait quelque chose comme ça. « Et Liam… Liam était au courant de tout. C'est  lui qui a parlé de ma rechute à Gwen et Max. Il a fait partie de l'organisation de cette foutue intervention… J'avais beau parler, ils ne m'écoutaient pas. Ils ne me croient pas quand je leur dis que je vais bien, que je maîtrise. » Je secoue la tête encore une fois, déçu par mes proches qui n'ont pas voulu croire en moi, qui n'ont vu que le négatif dans cette situation alors que nous n'avons jamais fait une tournée aussi spectaculaire, que les critiques n'ont jamais été aussi positives. « Au final, je crois que tu es la plus objective ici, Lula. » C'est d'ailleurs peut-être pour cette raison que la jeune femme n'a pas été conviée pour me faire des reproches. Car autant, je sais que la métisse ne se ferait pas priée pour me lancer des reproches, je sais aussi qu'elle se moque pas mal de ma consommation de coke. « Ouais… T'es objective toi, par rapport à la dope, alors je vais te poser une question, parce que je sais que même si je ne représente pas grand chose pour toi, tu tiens énormément au groupe. Selon toi… Est-ce que j'ai un problème ? Est-ce que je suis en train de nuire au groupe parce que je me fais un rail de temps en temps ? » Peut-être que si elle répond par la positive, je devrais reconsidérer tout ce qu'il vient de se passer.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©myself (avatar) & tumblr & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (1/3)
En cours : Liam - Sam - Max

RAGOTS PARTAGÉS : 411
POINTS : 946
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-neuf ans (2 avril)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Who gon' pray for me? (lula) Lun 21 Jan - 21:40

We never learn,
we been here before
Why are we always stuck
and running from
The bullets

« C'est vrai… Je ne sais pas ce qui m'a pris d'écrire un tel enchaînement. » Concède Nate, offrant un aveu en retour de celui de Lula. Si au début le solo de « On Fire » avait été amené dans leur dispute pour l’amplifier, il avait finalement permis de la calmer et de devenir le point de départ d’une conversation plus civilisée entre eux deux. Enfin, Lula serait moins bien conciliante et même carrément repentante de ses efforts si elle pouvait lire certaines pensées du Miles, mais comme ce n’est pas le cas, la situation continue à se décanter entre eux. Le musicien prend même le temps d’expliquer à la Landry pourquoi il s’esclaffe devant sa proposition plutôt obligeante de prendre quelque chose pour la douleur. « J'aimerais bien. Mais ils seraient encore capables de dire que je vais faire une overdose aux Dolipranes, alors je vais éviter. » Lula esquisse une moue. « Bah tu sais, il paraît que si tu en prends seulement dix, c’est déjà mortel. Bref, moi je vais quand même me prendre un truc. Le concert m’a donné faim. » Réplique t-elle d’un ton léger, comprenant que ce n’était pas la peine d’insister avec sérieux, vu l’humeur de sa co-star. La métisse se relève pour aller au frigo, oubliant de se dire que manger doit être le dernier des problèmes de Nate. Elle se prend une canette de bière, et continue les excès d’altruisme. « Tu en veux une pendant que j’y suis ? » Elle sort aussi un magnifique gâteau au glaçage vert, blanc et orange, cadeau de la part d’un de leur fan irlandais. « Je crois que je vais entamer ça aussi, tu en veux ? Enfin, je te le dis tout de suite, j’aimerais mieux que tu ne sniffes pas le glaçage de mon gâteau quand même… » C’est parfaitement le style de Lula de parler et de réfléchir après. Cette blague de goût moyen en était le parfait exemple. Soit elle pouvait détendre Nate (qui faisait de l’humour noir depuis tout à l’heure), soit elle pouvait raviver sa colère vu qu’elle émanait de Lula. Dans le doute, elle anticipe un peu. « Too soon, hein ? Désolée… »

Le meilleur moyen qu’elle a de se faire pardonner, c’est encore d’écouter attentivement Nate pendant qu’il lui résume l’intervention. Elle va donc s’installer près de lui avec sa bière et son gâteau. Et elle est agréablement surprise. Car le Miles ne se contente pas d’énoncer des éléments factuels, il livre un peu son ressenti, ses émotions, ses doutes, comme si Lula était suffisamment digne de confiance pour qu’il  lui confie. Il finit même par dire qu’elle est objective, ce qui est sans doute l’adjectif le plus positif qu’il n’ait jamais utilisé pour la qualifier. Une preuve supplémentaire qu’il est vraiment atteint par tout ce qui vient de se passer… « Max a dit qu’il arrêterait d’être notre producteur ? » C’est la première question indignée qui s’échappe des lèvres de la guitariste face au discours de Nate. Comme il l’avait justement dit, elle pensait au groupe avant tout et celui-ci venait de primer quelques instants sur le chaos existentiel du brun. Mais ce qu’elle dit ensuite est quand même destiné à le réconforter. « Il bluffe forcément… Il ne punirait pas tout le groupe pour les frasques d’un seul membre, même s’il se trouve que c’est le leader. Et la perte financière serait trop énorme pour Julliard Corporation… Sans parler des contrats qui nous lient… Non, il n’oserait pas. » Elle réfléchit à voix haute, ne parvenant effectivement pas à croire que son ex-mari aurait pu proférer une telle menace. Surtout que comme le disait Nate, c’était plus qu’hypocrite quand on connaissait la vertigineuse propension à l’addiction du producteur …

Lula pousse un petit soupir, surprise d’en venir à éprouver de la compassion. « Je me dis qu’ils pensaient forcément agir pour ton bien mais je comprends que ça ait pu te braquer si chacun y est allé de sa petite menace… Il n’y a rien de pire que de se faire traiter comme un gamin et d’entendre les autres te dire qu’ils savent mieux que toi ce dont tu as besoin… » Elle reste un moment silencieuse après ses deux réponses à chaud. Nate lui avait posé une question épineuse, qui exigeait un minimum de réflexion avant qu’elle n’y réponde. Mais elle s’offre encore un peu de temps, continuant à commenter ce qu’il vient de dire. Elle l’avait laissé parler sans l’interrompre, maintenant, elle pouvait lui dire ce qui lui était passé par la tête pendant qu’il parlait. « Je sais que je t’ai dit le contraire tout à l’heure … Mais tu ne représentes pas rien pour moi. Je sais que ce n’est pas le grand amour entre nous mais ce n’est pas pour ça que je veux qu’il t’arrive quelque chose… » Elle avait l’air de tourner autour du pot mais en réalité, elle rassemblait ses idées. « Bien sûr que je peux être plus objective qu’un Liam ou qu’une Gwen. Bien sûr que je peux te dire objectivement que tu ne nuis pas au groupe. Je l’ai d’ailleurs dit à Max quand il m’a parlé de l’intervention. On dirait plutôt que c’est le contraire. Tu n’as jamais eu autant d’énergie, tu ne nous as  jamais autant galvanisé sur scène, on a jamais été autant au top… »

Il  y avait un mais, il y avait toujours un mais. « Mais justement, je ne veux pas que cette objectivité te tue. Parce que c’est à double tranchant. » Elle parlait sincèrement, même en sachant qu’il risquait de penser qu’elle se retournait contre lui. « On est pas assez proches pour que je sache s’il s’agit d’un petit rail de temps en temps ou autre chose. Pour que je sache si tu as vraiment replongé ou si c’est juste une mauvaise passe. Je ne sais pas si tu maîtrises ou pas. Je ne sais même pas pourquoi tu as eu envie de reprendre de la coke même si je peux le deviner… Je ne sais pas si tu es en danger ou pas. Et oui, plus grande question, est-ce que je ferai passer ce danger avant le groupe ? Alors finalement, je ne suis pas plus fondée à donner mon avis que Max, Gwen ou Liam » Elle hausse les épaules, prenant une gorgée de bière. « Ce n’est pas que je ne veux pas répondre à ta question mais au fond, je pense que tu es le seul à pouvoir le faire. Tu as déjà été au bord du gouffre, tu sais à quoi ça ressemble. Tout comme le déni… Au fond, tu le sais si tu as besoin d’aide ou pas… Mes parents m’ont déjà envoyée en désintox contre mon gré, ça ne s’est jamais bien terminé. Par contre, c’était différent les fois où j’avais vraiment la volonté de m’en sortir… » Avec un tel discours, il était certain que la Landry ne ferait jamais partie d’un programme pour lutter contre les addictions mais elle restait convaincue que forcer la main à Nate ou lui tendre des pièges n’était pas une bonne idée, s’il y avait réellement un problème.


Spoiler:
 

_________________

⊹ "I hate the way you talk to me and the way you cut your hair. I hate the way you drive my car. I hate your big dumb combat boots And the way you read my mind. I hate you so much, that it makes me sick. I hate the way you're always right. I hate it when you make me laugh. I hate it when you not around But mostly I hate the way I don't hate you. Not even close. Not even a little bit. Not even at all".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : glass skin (avat) penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8088
POINTS : 5081
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Who gon' pray for me? (lula) Ven 25 Jan - 22:57

Tell me who's gon' save me from myself
When this life is all I know
Tell me who's gon' save me from this hell
Without you, I'm all alone


L'affirmation de la guitariste m'intrigue et pendant une seconde, je me demande si elle dit vrai ou si elle essaye simplement de détendre l'atmosphère. Pour l'heure, je reste silencieux, et je secoue la tête quand Lula me propose à boire. Je reste silencieux jusqu'à ce que mon regard se durcisse et lui fasse comprendre que sa blague passe très mal. « Oui. Trop tôt. » Cependant, elle s'excuse et l'amertume s'en va aussitôt. En fait, son trait d'humour m'aurait bien fait rire dans d'autres circonstances. Pour cela, il aurait fallu que je ne sois pas tout juste sorti d'une intervention visant à me faire passer pour un junkie qui ne sait pas se contrôler. Des mensonges… Mais ils ne semblent pas vouloir me croire et ça, ça me tue. Surtout venant de Gwen et de Liam qui sont censés me soutenir ; Pas me détruire.

J'explique à la jeune femme ce qu'il s'est passé lors de l'intervention tandis qu'elle se sert une part de ce sublime gâteau à l'effigie du beau pays dans lequel nous nous trouvons. Je lui parle, presque à coeur ouvert, car cette histoire me pèse plus que je ne veux l'admettre et les réponses de la jeune femme semblent d'abord uniquement ciblées sur son ex-mari. En fait, Lula Landry semble réfléchir à voix haute pendant quelques secondes. Une réflexion à laquelle je réponds quand même. « Je ne sais pas trop, pour être honnête. Il avait l'air plutôt sérieux. Ils étaient tous si… Je ne sais pas,  investis dans une mission qui ne devrait même pas exister. Comme si j'étais une oeuvre de charité et que ça leur donnait bonne conscience de me faire ce sermon. Et certes, je sais que ça pique toujours un peu, la charité, mais là, ils sont allés beaucoup trop loin. » Et c'est pour dire, je ne sais même pas dans quel état se retrouve ma relation amoureuse maintenant que j'ai dit à Gwen que je l'aimais sans qu'elle ne daigne me retourner ces quelques mots. Ce qui est sûr, c'est que je ne suis pas quelqu'un qu'ils peuvent aider parce qu'il n'y a pas de problème et petit à petit, c'est ce que les paroles de Lula me font comprendre. Oui, elle me conforte dans mes propres pensées, même si elle refuse de me dire ce qu'elle pense réellement de mon état : je vais bien. Je n'ai pas de problème de drogue et si elle n'a pas la possibilité d'en avoir le coeur net, moi j'en suis persuadé. « Uhm… Merci. Je suppose. » Lula me contredit, m'informe que malgré ce que je pense, elle ne se moque pas totalement de mon sort. Par ailleurs, ça me rassure de savoir ce qu'elle pense réellement de mes performances en tant que front-man de The Unamed. Oui, j'assure, quand bien même mes proches ne semblent pas vouloir me le dire. C'est flatteur, pourtant. Et ça fait un bien fou. « Oui, c'est vrai. Tu as raison, au fond. Je suis le seul à savoir et… Je sais que je n'ai pas de problème de dope. J'ai déjà touché le fond, ouais. Mais maintenant, c'est différent. » J'ai beau l'avoir dit une centaine de fois à Max, Liam et Gwen, ils ne semblent pas vouloir m'entendre. « Et tu sais ce qu'on dit : si tu paries sur toi-même, tu ne peux pas perdre. » Et je ne compte pas perdre. J'ai investi beaucoup trop de temps et d'énergie pour les laisser me renvoyer en cure de désintoxication. « Tu es allée dans quel centre de désintox ? J'ai fait celui de Cardiff… C'était une horreur. » Je partage mon expérience, mais au fond, je pense que tous les centres se valent : ce sont des prisons dorées desquelles il nous est impossible d'être nous-même.

Je prends une nouvelle canette bien fraiche dans le frigo pour soulager ma main et j'essaye à nouveau de serrer le poing dans l'espoir d'y parvenir sans grimacer. C'est un échec, mais j'ai tout de même l'impression que la blessure est superficielle, que ça va mieux. « Je crois que ça devrait aller, pour ma main… J'espère. » Et il vaudrait mieux, car si Lula peut me remplacer sur pas mal de morceaux de guitare, je ne crois pas qu'elle soit pianiste et sans cet instrument, nous pouvons dire adieu à pas mal de nos titres phares. « Je ne voulais pas t'agresser tout à l'heure… Je… Désolé. Je crois que j'ai l'impression que tout le monde est mon ennemi et c'est vraiment une sensation de merde. » Surtout quand on a pris l'habitude d'être adulé par des milliers de fans.  

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©myself (avatar) & tumblr & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (1/3)
En cours : Liam - Sam - Max

RAGOTS PARTAGÉS : 411
POINTS : 946
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-neuf ans (2 avril)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Who gon' pray for me? (lula) Mer 30 Jan - 20:38

We never learn,
we been here before
Why are we always stuck
and running from
The bullets

Sans surprises, la petite blague de Lula passe moyennement auprès de Nate mais il ne prend pas non plus complètement la mouche. En fait, il continue  à se confier à la guitariste, lui dépeignant l’état d’esprit de ceux qui avaient participé à « l’intervention », les décrivant comme se sentant investis d’une mission. Lula pouvait aisément imaginer la scène. « Je ne pense pas qu’il agissait par pitié, plus par inquiétude mais c’est vrai que l’enfer est pavé de bonnes intentions… Je te comprends, tu sais… J’aurai pété un plomb si les personnes qui me sont le plus proches avaient comploté comme ça contre moi en me traitant comme un problème à régler… » Jamais la Landry n’aurait pensé utiliser un jour, les mots « je te comprends » face à Nate. Mais ce soir, ils sont définitivement dans une dimension parallèle. Un monde alternatif où ils partagent bières et gâteau en plus d’une discussion civilisée. Un monde où Lula arrive apparemment à dire des trucs réconfortants à Nate puisqu’il finit même par la remercier. Pire, encore, il prononce d’autres mots absurdes tels que « tu as raison »… Passée la stupeur, Lula ne décide pas de ne pas chercher à analyser ce revirement. Elle se contente de prendre cette trêve inattendue comme elle vient, pour le temps qu’elle durera. « Si tu paries sur toi-même, tu ne peux pas perdre. » Répète t-elle, scotchée par la réplique de sa co-star. « Putain, elle est bien bonne celle-là, c’est de la grande philosophie là ! Le genre de truc qu’on brode sur les coussins au point de croix ou qu’on met dans les biscuits chinois. » Elle ne se moquait pas de lui, bien au contraire. Elle apprécia vraiment ce trait de sagesse. Cependant, elle n’en perdait pas le fil de la conversation pour autant.

« Et moi, j’ai raison de parier sur toi ? » Demande t-elle avec le plus grand sérieux. « Si ce n’est pas un problème de dope, c’est quoi alors ? » Elle ne voulait pas l’obliger à lui confier ses secrets mais elle voulait le plus de données possibles pour être certaine de faire le bon choix quant à  la conduite à tenir pour la suite. Et pour faire bonne mesure, elle se livre aussi sincèrement quand il s’agit de partager une expérience qu’ils avaient eue en commun. « J’ai jamais fait Cardiff… Mon père m’a envoyé dans deux centres différents à Londres et une fois à Birmingham. J’étais jeune alors je ne sais pas si c’est pour ça que j’en garde un souvenir si vif… mais oui c’était horrible. Finalement, ça te tue à petit feu ces conneries, encore plus que la drogue. J’avais envie de me tirer une balle quand j’étais à Birmingham…  » Elle boit une grande gorgée de bière comme pour se faire passer le souvenir. « Comme si  ces psy à deux balles, ces conneries de cours de poteries ou toutes ces règles méga strictes pouvaient t’aider. Ce qu’il te faut, c’est un but , un objectif. Quelque chose qui t’empêche de plonger. » Pour elle, ça avait été la musique, la guitare, The Unamed, les concerts. Sans ça, elle n’était plus rien…

Et c’est sans doute pareil pour Nate. Car il s’inquiète à nouveau de sa main, y apposant une nouvelle vague de fraîcheur mais grimaçant toujours lorsqu’il essaye de déplier ses doigts. Il dit qu’il espère que la blessure est superficielle et que ça ira mieux bientôt. Mais Lula a grimacé en le voyant grimacer. « Demain on demandera au staff de te trouver le meilleur docteur du coin. Faut pas qu’on déconne avec ça. Sans cette main, on perd nos meilleurs morceaux et ça c’est hors de question. » Dit-elle en priant quand même pour que ce ne soit effectivement rien du tout. Pensive, elle éprouve donc un gros choc lorsque Nate reprend tout à coup  la parole. « Je ne voulais pas t'agresser tout à l'heure… Je… Désolé. Je crois que j'ai l'impression que tout le monde est mon ennemi et c'est vraiment une sensation de merde. » Des excuses ?! Le grand Nate Miles venait de lui faire des excuses ? Elle n’est pas loin de se pincer pour vérifier. Tout ce qui se passait depuis quelques minutes était déjà surréaliste mais là le paroxysme était atteint. « Ok… » Dit-elle après de trop longues secondes d’hébétude, n’en faisant pas trop. C’était pas leur style. « Dans ce cas là, je suis désolée d’avoir réagi le plus mal possible. » Surtout qu’elle savait pour l’intervention et qu’elle savait pourquoi il était de si mauvaise humeur mais fidèle à elle-même, elle n’avait rien fait temporiser. Peut-être qu’il était encore temps. Elle se sent vraiment mal pour lui quand elle l’entend dire qu’il a l’impression que tout le monde est contre lui. « Tu veux que j’essaye de parler à Max ou à Liam ? Moi, ils m’écouteront peut-être. Ça fait longtemps que je n’ai fais la une d’aucun tabloïd, ni été arrêtée. J’ai un peu de crédibilité en ce moment.  » Dit-elle non sans autodérision.

_________________

⊹ "I hate the way you talk to me and the way you cut your hair. I hate the way you drive my car. I hate your big dumb combat boots And the way you read my mind. I hate you so much, that it makes me sick. I hate the way you're always right. I hate it when you make me laugh. I hate it when you not around But mostly I hate the way I don't hate you. Not even close. Not even a little bit. Not even at all".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nate R. Miles
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, brendan, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : glass skin (avat) penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 8088
POINTS : 5081
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : gwen la sauvage
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Who gon' pray for me? (lula) Dim 3 Fév - 15:12

Tell me who's gon' save me from myself
When this life is all I know
Tell me who's gon' save me from this hell
Without you, I'm all alone


« On a toujours raison de parier sur Nathaniel fucking Miles Jr. » Assure-je sans sourciller et sans la moindre modestie non plus. Toutefois, si je peux faire une telle assertion à mon acolyte, je ne peux pas pour autant lui dire les raisons qui me poussent à avoir recours à ce remède contrindiqué. Non, même si j'ai pris conscience que je ne pouvais pas parler à ma co-star comme je l'ai fait un peu plus tôt, je ne peux pas non plus lui confier mes émotions les plus profondes et les plus secrètes. « Oh tu sais… Rien d'inquiétant. Juste quelques soucis, de temps en temps. » Non, je ne peux décemment pas me confier à Lula pour la simple et bonne raison que je ne lui fais pas entièrement confiance. Sur le plan professionnel et musical, je sais qu'elle assure et qu'elle se donne à fond pour tous les shows, comme nous tous, mais pour ce qui est du reste, je ne sais pas ce qu'elle ferait d'informations susceptibles de me nuire.

Au moins, nous avons une chose en commun avec Lula Landry : des passages en centre de désintoxication qui se sont soldés par des échecs. Je rigole à son récit, pas pour me moquer d'elle, mais plutôt pour me moquer de ces centres qui recyclent leurs idées et qui ne semblent pas s'apercevoir qu'ils sont inefficaces, qu'ils font plus de mal que de bien. « Les cours de poterie, quelle blague. » Comme si nous étions des enfants et que l'idée de pouvoir ramener notre oeuvre chez nous allait nous aider à aller mieux. Si j'ai besoin d'un vase, je l'achète. Point barre. « Les compositions florales étaient de belles conneries, aussi. Et les psy qui se font des couilles en or alors qu'ils ne nous apprennent rien. Autant prendre deux semaines de vacances à l'étranger. En plus, ça coûte moins cher. » Dis-je en levant les yeux au ciel, même si l'argent n'est pas un problème pour moi. C'est plutôt une question de principe. Je ne sais pas vraiment si je dois pleurer ou rire de ces souvenirs, mais ce que je sais, c'est que pour rien au monde, je ne veux remettre les pieds dans ce genre d'établissement, même si Gwen a cru que la menace pourrait me faire renoncer à mes choix.

« Ouais. On demandera à Robert, il a toujours les bons plans. » Dis-je en hochant la tête avant de m'excuser pour mon comportement. Des excuses qui reçoivent un accueil qui me laissent mitigé. Ok… ? C'est tout ce que Lula a en stock alors que je me suis aplati devant elle ?! Pire, que j'ai pleuré devant elle ?! J'essuie une dernière fois mes joues qui sont pourtant déjà sèches, comme pour masquer la honte qui m'envahit à nouveau et je garde la mâchoire serrée jusqu'à ce qu'elle reprenne la parole d'une façon que je trouve bien plus appropriée. Nos regards se croisent et je la gratifie d'un mince sourire traduisant ma reconnaissance vis à vis de ses excuses. « Pour Liam, je pense que c'est inutile. Si je n'arrive pas à le faire changer d'avis alors qu'il est mon meilleur ami depuis qu'on est tout gosse, je ne vois pas ce qui pourrait le raisonner. En revanche, pour Max, je ne dis pas non. Il t'écoutera certainement plus qu'il ne m'a écouté moi. » Avoue-je en pensant sincèrement que la métisse a des chances de réussir à convaincre notre producteur que je ne suis pas un danger pour le groupe, ou pour moi-même. « Et Lula… Est-ce qu'on peut garder ça… Pour nous ? » Cette conversation, les pleurs dont elle a été témoin, ma blessure… En bref, la totale.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lula Landry
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : irish coffee (justine)
TES DOUBLES : penny, jaya, lenny, rhys, thomas & trystan
TON AVATAR : zoe kravitz
TES CRÉDITS : ©myself (avatar) & tumblr & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libres (1/3)
En cours : Liam - Sam - Max

RAGOTS PARTAGÉS : 411
POINTS : 946
ARRIVÉE À TENBY : 01/11/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-neuf ans (2 avril)
CÔTÉ COEUR : wild hearts cannot be easily tamed
PROFESSION : fille de dante landry & seconde guitariste de the unamed.

Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Who gon' pray for me? (lula) Dim 10 Fév - 10:21

We never learn,
we been here before
Why are we always stuck
and running from
The bullets

« On a toujours raison de parier sur Nathaniel fucking Miles Jr. » Déclare ensuite Nate, gâchant immédiatement la profondeur de sa réplique précédente en la teintant de son narcissisme habituel. De toute façon, il semble que la fin de la trêve fragile qu’ils avaient conclue se dessine doucement. Parce que lorsque la Landry essaye de connaître les raisons qui ont poussées sa costar à se droguer à nouveau, elle se heurte à une fin de non recevoir. « Oh tu sais… Rien d'inquiétant. Juste quelques soucis, de temps en temps. » Elle hoche la tête face à cette réponse évasive mais on ne peut plus claire. « Je vois… » Elle ne peut pas le blâmer de ne pas vouloir se confier, ils n’étaient pas assez proches pour ça. Certes, elle aurait préféré avoir une vision d’ensemble de la situation, histoire de voir s’il y avait vraiment lieu de s’alarmer ou pas mais en fin de compte, vu la tournure de la soirée, il y avait déjà suffisamment de personnes qui s’inquiétaient pour le Miles. Elle n’avait pas besoin de mettre ce fardeau supplémentaire sur ses épaules… Il semble de toute façon que l’évocation des pires souvenirs de cures de désintox les rassemble de manière plus efficace que d’éventuelles confidences. Lula part d’un grand rire quand Nate lui parle de compositions florales. « Bordel, je donnerai cher pour te voir faire des compositions florales. » Elle ne veut cependant pas qu’il pense qu’elle se moque de lui alors elle ralentit vite le rythme. « Mais oui, je suis totalement d’accord avec toi. C’est n’importe quoi et ça engraisse une belle bande de connards hypocrites. Autant se barrer loin comme tu dis. »

Pendant un instant, la jeune femme se perd dans des envies de vacances avant d’être ramenée à la réalité lorsque Nate accepte sa proposition, acceptant de parler de sa main à Robert, le lendemain. Lula n’en revient pas. Le Miles mettait d’ordinaire un soin tout particulier à rejeter n’importe quelle idée qui émanait d’elle, avant même d’y réfléchir parfois… Avait-elle enfin trouvé la bonne façon pour s’adresser à lui ? Trouvait-il enfin qu’elle n’était pas si inutile et que son opinion avait le droit d’exister ? Ou était-ce le signe qu’ils avaient tous les deux légèrement gagné en maturité et étaient capables de faire des compromis ? La dernière hypothèse semblait tout bonnement irréaliste concernant ces deux-là et pourtant elle gagne d’avantage de crédibilité lorsqu’ils échangent ce qui ressemble à des excuses. Bon, il faut un peu d’imagination mais Lula est pratiquement certaine de ne pas rêver lorsqu’elle voit Nate lui adresser un mince sourire. Et elle est prête à jurer lui avoir rendu sans même s’en être rendue compte. Bizarre, non ? Tout autant que les mots qui sortent ensuite de la bouche de la métisse ensuite puisqu’elle va jusqu’à proposer son aide à la rockstar. Et que contre toute attente, il ne refuse même pas.

« C’est vrai que je ne connais pas Liam aussi bien que toi. Donc oui, j’essaierai de parler avec Max de tout ça en priorité. » Dit-elle, se gardant bien de révéler que parfois les débats avec son ex-mari pouvaient être aussi houleux que leurs propres discussions. Les ex-époux avaient en commun l’entêtement et l’amour du drama, donc pas dit qu’une discussion autour du problème de Nate se passe bien mais Lula avait vraiment envie d’essayer d’apaiser les tensions au sein du groupe et de l’équipe. Et apparemment, elle aurait à faire ça en toute subtilité car Nate lui adresse ensuite une requête tout à fait légitime. « Et Lula… Est-ce qu'on peut garder ça… Pour nous ? » « Si tu es gentil avec moi et que tu m’apportes ma canette de Red Bull avant chaque concert, je ne dirai jamais rien. » Dit-elle en ricanant. Son petit côté peste n’était jamais très loin. Peut-être qu’elle n’aurait pas dû faire de blagues malgré la gravité de la situation mais c’était plus fort qu’elle. Sauf qu’encore une fois, elle est obligée de se nuancer, car ce n’est pas Max ou Liam en face d’elle, et Nate n’avait pas autant de tolérance que ces deux derniers à son égard. « Bien sûr que je ne dirai rien. On a tous droit à l’erreur de temps en temps… Et y a déjà assez de merdes qui sont dites sur nous sans que j’en rajoute. Je ne dirai rien. Promis. » Elle espérait juste que le jour où ça serait elle qui serait dans la merde, il lui rendrait la politesse et pas qu’elle était en train de se faire avoir comme une cruche… « Tu veux une autre bière ? » Propose t-elle en se disant que pour ce soir, elle ne devait pas le laisser tout seul.

SUJET TERMINE

_________________

⊹ "I hate the way you talk to me and the way you cut your hair. I hate the way you drive my car. I hate your big dumb combat boots And the way you read my mind. I hate you so much, that it makes me sick. I hate the way you're always right. I hate it when you make me laugh. I hate it when you not around But mostly I hate the way I don't hate you. Not even close. Not even a little bit. Not even at all".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Who gon' pray for me? (lula)

Revenir en haut Aller en bas

Who gon' pray for me? (lula)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-