AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Troubled Waters | Trystan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lexia Weston
Lexia Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Keelin, Dylana & Megan
TON AVATAR : Mila Kunis
TES CRÉDITS : ava - cristalline ; gif profil - pennywifey ; code signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Adriel (intrigue incendie)

Fini - Adriel - (Declan) - (Luka) - Adriel (2) - Thomas - (Josh) - (Caleb) - Trystan - Deborah (Appel) - Dimka - Adriel (3) - Ivy - Trystan (2) - Intrigue Disparition Myrtle White - Adriel (4) - Thomas (2) - Trystan & Adriel - Adriel (Appel) - Dimka (2) - Trystan (3) - Adriel&Thomas - Trystan (4) - les enchères - Adriel (5) - Thomas (3) - Anniversaire Max - (Adriel (6)) - Deborah.
RAGOTS PARTAGÉS : 745
POINTS : 2601
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2017
Troubled Waters | Trystan Tumblr_puqlw5A7O61vg2yxdo3_r2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans (26 août)
CÔTÉ COEUR : Comblée. Amoureuse d'Adriel et maman d'un petit garçon.
PROFESSION : Garde cotière, autrement dit dans le service de la police maritime, de recherche et de sauvetage. Ancienne nageuse de niveau olympique.
REPUTATION : Elle a l'air beaucoup plus épanouie depuis qu'elle a eu son fils. Elle a enfin la famille dont elle rêvait. Beaucoup de bonheur aux heureux parents.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Troubled Waters | Trystan Empty
MessageSujet: Troubled Waters | Trystan Troubled Waters | Trystan EmptyJeu 22 Nov - 19:43

I knew I had tasted love
The first sip always makes you choke
It was the sweetest sound I ever spoke
So bitter and so beautiful


Avant d’aller dormir, Lexia lança un dernier regard dans le berceau de son fils. Hayden dormait à poings fermés et bougeait un peu dans son sommeil. Un sourire étira les lèvres de la brune, qui imagina le bébé entrain de rêver à des images qui lui étaient propres. Nourri et changé juste avant de s’endormir, Hayden n’avait besoin de rien dans l’immédiat. La jeune femme s’éloigna donc du berceau, elle enfila une nuisette et rejoignit Adriel dans le lit. Il venait de se glisser à côté d’elle. Depuis la naissance du bébé, le graphiste avait plus ou moins emménagé chez elle. Les deux parents avaient pris de nouvelles habitudes afin de profiter de chaque instant avec leur fils. Il fallait reconnaître qu’ils n’avaient pas eu le temps de vivre une relation de couple normale avant que Lexia ne tombe enceinte… C’était à peine s’ils avaient conscience des sentiments forts qui les liaient. Tout s’était donc passé très vite, ils n’avaient pas suivi le chemin habituel et ils devaient apprendre à vivre ensemble ; en tant que partenaire dans la vie aussi bien en tant que parents. Cependant, la jeune femme ne craignait pas trop la partie où ils cohabitaient : Adriel et elle se connaissaient par cœur, ce qui facilitait grandement les interactions. Posant sa tête près de la sienne, elle se blottit contre lui avant s’abandonner au sommeil. Le jeune homme resserra son étreinte autour d’elle et elle savoura le moment avant que la torpeur ne l’emporte.

Soudain, la sonnerie stridente du téléphone de Lexia l’extirpa de son sommeil en plein milieu de la nuit. Qui pouvait appeler à cette heure ? Elle ne maudissait pas le monde d’avoir été réveillée mais elle se posait la question. Malgré le congé de maternité, la jeune femme avait choisi de rester joignable pour ses proches ou éventuellement pour le travail. Une urgence pouvait toujours arriver. Lorsqu’elle porta un regard sur l’écran, elle reconnut le numéro central du commissariat. Surprise par cet appel inattendu, elle s’empressa de décrocher pour que la sonnerie ne réveille ni Adriel ni le bébé. Lexia n’avait pas encore repris le travail donc elle s’interrogeait. Silencieuse, elle sortit rapidement du lit et elle se rendit dans le couloir où elle entendit l’agent de garde lui expliquer la raison de son appel. L’esprit encore embué de sommeil, la brune ne comprit pas réellement les paroles de son interlocuteur. Ce dernier dût répéter les informations à deux reprises avant qu’elle ne saisisse l’importance de la situation : Trystan avait été arrêté et enfermé dans une cellule. Il était assez agité. Trystan, qui selon les rumeurs en ville, avait disparu de longues semaines… et qui refaisait surface aujourd’hui. « Quoi ? Mais pourquoi ? Il n’a rien fait de grave ? » S’exclama-t-elle plus fort qu’elle ne l’aurait voulu. Le policier, qui la connaissait et avait pensé qu’elle aimerait être prévenue, lui donna de plus amples explications. « Trouble à l’ordre public. Une bagarre dans un bar qui a dégénéré. J’ai cru bon de t’en informer. » Lexia hocha la tête, comprenant pourquoi elle avait été prévenue. Personne n’ignorait la situation délicate dans laquelle elle avait trempé, il n’était guère surprenant qu’elle soit contactée au vu de ses liens avec le marin et avec la police. Pourquoi diable s’était-il encore battu ? « Tu as bien fait, merci. J’arrive. » Son cœur battait à tout rompre à l’idée de revoir le marin, mais il était impossible pour elle de le laisser dans les ennuis alors qu’elle pouvait les lui éviter… D’autant qu’elle se sentait toujours mal de la façon dont les choses avaient tourné.

Retournant dans la chambre, Lexia s’habilla rapidement et laissa un mot sur la table de nuit à l’attention d’Adriel. Elle invoquait une urgence au poste et promettait d’être rentrée dans la matinée. La jeune femme prit ensuite son téléphone et ses clefs et elle se rendit rapidement au commissariat local. Son regard ferme et déterminé empêcha les collègues du flic qu’elle avait eu au téléphone de faire le moindre commentaire désobligeant. Durant quelques instants, Lexia parla avec le responsable du groupe et elle obtint la liberté d’aller chercher Trystan à condition d’en prendre la responsabilité jusqu’à ce qu’il retrouve ses esprits. Elle remercia une nouvelle fois l’agent qui l’avait prévenue et elle saisit ensuite le sac scellé qui contenait les affaires du marin. Sans ouvrir l’enveloppe, elle emmena les effets personnels de Trystan avec elle et elle marcha rapidement jusqu’à la cellule où il était enfermé, s’assurant auprès du gardien de les laisser seuls. Affalé sur le banc, les cheveux en bataille, la peau pale et les yeux encore rougis par l’alcool, le roi de la mer était bel et bien là… en piteux état. Retournée, la jeune femme l’observa quelques instants sans mot dire. Finalement, Lexia brisa le silence, signalant du même coup sa présence. « Quand ils m’ont appelé pour me prévenir que c’était toi, je ne l’ai pas cru… » Souffla-t-elle à voix basse, faute de trouver mieux à dire. « Ils ont dit que tu avais disparu … » Immobile, Lexia se tenait de l’autre côté des barreaux tandis que Trystan se redressait. Son choix de vie l’avait éloignée de lui, mais elle n’était pas devenue sourde aux rumeurs. Il était parti pendant plusieurs semaines de Tenby. Déboussolée par ces retrouvailles imprévues, il avait suffi d’une fraction de seconde pour que la joie et le soulagement rappellent la peine et la douleur. Lexia ne voulait pas lui demander ce qui s’était passé, avant ou même ce soir, tout simplement parce qu’il n’avait pas de compte à lui rendre et parce que la réponse réveillerait des plaies béantes. Il n’aurait sûrement pas voulu qu’elle soit appelée pour le faire sortir. La situation risquait d’être embarrassant et renvoyait en plein visage à Lexia l’étendue des dégâts qu’elle avait en partie causé. Derrière cette façade impassible qu’elle essayait de garder pour ne pas tout prendre en pleine face, son cœur frémit. Trystan apparaissait amaigri, lasse vidé. Aucun qualificatif ne serait suffisant pour exprimer ce qu’elle ressentait en le regardant. « C’est toi qui as eu la meilleure droite au moins ? » Reprit-elle d’un ton plus léger et qui lui correspondait bien mieux.

_________________

it’s you and i
falling for you ▬ You should know you're beautiful just the way you are and you don't have to change a thing; the world could change it's heart, no scars to your beautiful, we're stars and we're beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Trystan Meylir
Trystan Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : blood eagle (avatar)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (3/3)

RAGOTS PARTAGÉS : 1060
POINTS : 2472
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017
Troubled Waters | Trystan Tumblr_p3xlgm4TAo1vg2yxdo2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Il a retrouvé l'amour de sa vie et ne parvient toujours pas à croire en sa chance.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On dirait qu'il se reprend doucement mais sûrement... Il était temps, il commençait vraiment à ressembler à une épave... Je me demande ce qui motive cette reprise en main cela dit...


Troubled Waters | Trystan Empty
MessageSujet: Re: Troubled Waters | Trystan Troubled Waters | Trystan EmptyMar 27 Nov - 18:46

Hold still right before we crash
'Cause we both know how this ends
Our clock ticks till it breaks your glass
And I drown in you again

Prostré sur le banc de la minuscule cellule de dégrisement du commissariat de Tenby, Trystan somnole de manière agité. La tête appuyée contre le mur de pierre froide derrière lui, il voit, de manière saccadée, des images et des couleurs défiler derrière ses paupières fermées. Ce curieux kaléidoscope le rend malade, tout autant que l’énorme quantité d’alcool qui continue de courir dans son sang malgré les longues heures qu’il a déjà passées ici. Il lui faudra la nuit pour dessoûler, ce qui tombe bien puisqu’il semble bien parti pour rester ici un long moment. Personne ne viendra le chercher. Il s’en est assuré en refusant d’appeler qui que ce soit, malgré les demandes répétées des policiers qui l’avaient arrêté dans le bar… Alors forcément, quand une voix plus que familière se fait entendre dans la cellule, il peine à y croire. « Quand ils m’ont appelé pour me prévenir que c’était toi, je ne l’ai pas cru… Ils ont dit que tu avais disparu. » Les mots parviennent de manière disparate jusqu’à son cerveau et le marin ne réussit pas à les connecter pour leur donner un sens. Mais ça n’a aucune espèce d’importance. Ce qui compte, c’est la voix qui les a prononcés. Entre mille, il reconnaîtrait cette tonalité chaude mais légèrement éraillée et ces intonations à la fois fermes et douces, à l’instar de leur propriétaire... Impatient de contempler le visage qui va avec, il ouvre les yeux, se redressant péniblement. Péniblement, car une de ses côtes le fait terriblement souffrir, et il pose la main sur cette dernière, éprouvée par l’effort.

Lorsqu’il est à nouveau à la verticale, il constate, avec une légère déception, que Lexia n’est pas dans sa cellule mais à l’extérieur, le contemplant avec une expression indéchiffrable sur le visage. Ou peut-être n’était-il tout simplement pas en état de la déchiffrer… « C’est toi qui as eu la meilleure droite au moins ? » Insensible à ce trait d’humour, il se lèvre pour aller à sa rencontre. Il enserre les barreaux qui les séparent, comme s’ils pouvaient les écarter par sa simple volonté. Mais en fait, il se raccroche surtout à ces derniers, son monde n’étant que vertige. « Lexia… Tu es là. Murmure t-il, émerveillé, lui faisant face. Comme elle, il avait parlé à voix basse, craignant de dissiper le miracle de son apparition par trop de brusquerie. Miracle, c’est le mot qu’il a à l’esprit quand il contemple son visage, ses yeux verts mouchetés d’éclats noisettes et mordorés. Mais très vite, il se pousse un soupir, la vision de cette perfection altérée par l’idée qu’elle n’est pas réellement là. « Il faut que tu arrêtes d’apparaître dans mes rêves comme ça. » Lui dit-il d’un ton de léger reproche. Une déclaration contrastée par sa main qui se glisse entre les barreaux pour tenter de toucher sa joue avec douceur. Peut être que s’il y était parvenu, il aurait senti sa peau chaude et tout ce qu’il y avait de plus réelle, mais elle est trop loin et ses doigts se referment dans le vide. « C’est trop douloureux… Je ne peux plus penser à toi comme ça. » Dit-il en posant son front contre les barreaux.

Il la regarde encore, ne parvenant pas à se lasser de ces traits qu’il chérissait de toute son âme. Non, en fait, il ne voulait pas qu’elle parte. « Viens… Approche. S’il te plaît. » Dit-il alors d’un ton pitoyable. Tout ce qu’il voulait, c’était sentir sa main dans la sienne. Il n’avait rien oublié de la joie que ce simple geste pouvait lui procurer. « Ne m’en veux pas… J’ai essayé de t’oublier. Je te jure que j’ai essayé. Mais je n’y arrive pas. Tu es là chaque fois que je ferme les yeux. » D’ordinaire, il n’était pas si bavard, surtout quand il s’agissait d’exprimer des sentiments aussi intimes mais il nageait présentement entre rêve et réalité, sa confusion augmentée par l’alcool et peut être aussi par le coup de poing magistral qu’il avait reçu tout à l’heure. Il ne voyait aucun problème à parler à ce qu’il pensait être une projection de son esprit enflammé. « Alors reste… J’ai besoin de toi. Reste s’il te plaît. »


_________________

my words sit heavy in my chest from years and years, returned at your account, disturbed from rest, of the love we lived, now learned
Revenir en haut Aller en bas
Lexia Weston
Lexia Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Keelin, Dylana & Megan
TON AVATAR : Mila Kunis
TES CRÉDITS : ava - cristalline ; gif profil - pennywifey ; code signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Adriel (intrigue incendie)

Fini - Adriel - (Declan) - (Luka) - Adriel (2) - Thomas - (Josh) - (Caleb) - Trystan - Deborah (Appel) - Dimka - Adriel (3) - Ivy - Trystan (2) - Intrigue Disparition Myrtle White - Adriel (4) - Thomas (2) - Trystan & Adriel - Adriel (Appel) - Dimka (2) - Trystan (3) - Adriel&Thomas - Trystan (4) - les enchères - Adriel (5) - Thomas (3) - Anniversaire Max - (Adriel (6)) - Deborah.
RAGOTS PARTAGÉS : 745
POINTS : 2601
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2017
Troubled Waters | Trystan Tumblr_puqlw5A7O61vg2yxdo3_r2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans (26 août)
CÔTÉ COEUR : Comblée. Amoureuse d'Adriel et maman d'un petit garçon.
PROFESSION : Garde cotière, autrement dit dans le service de la police maritime, de recherche et de sauvetage. Ancienne nageuse de niveau olympique.
REPUTATION : Elle a l'air beaucoup plus épanouie depuis qu'elle a eu son fils. Elle a enfin la famille dont elle rêvait. Beaucoup de bonheur aux heureux parents.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Troubled Waters | Trystan Empty
MessageSujet: Re: Troubled Waters | Trystan Troubled Waters | Trystan EmptyVen 30 Nov - 21:47

I knew I had tasted love
The first sip always makes you choke
It was the sweetest sound I ever spoke
So bitter and so beautiful


La douleur de ceux que nous aimions avait toujours une force étrange, apprendre qu’un être aimé souffrait en raison d'émotions destructrices nous forçait à réagir. Mais alors que Lexia entrevoyait l’être martyrisé de Trystan, elle se demanda si elle survivrait au choc de connaître chaque démon qui encerclait son âme. Une fois encore, le passé s’accoupla au présent dans un moment déchirant. Le marin s’était relevé et tenta vainement d’écarter les barreaux de sa cellule pour la rejoindre. Par manque de lucidité, il prenait Lexia pour une illusion, une illusion trop douloureuse pour qu’il continue de se l’imaginer. Face à ce constat, la brune recula d’un pas, peu désireuse de lui casser ce qu’il considérait comme un « rêve ». Devait-elle vraiment lui briser cette chimère ? Ne valait-il pas mieux retourner d’où elle venait ? Trystan préférerait sans doute affronter une nuit de dégrisement en prison et sortir le lendemain en croyant qu’il avait imaginé des visions… Toutefois, il retournerait boire dans un nouveau bar le soir, se bagarrerait de plus belle et tout recommencerait. Non, il lui fallait un électrochoc.

Souvent, on ne connaissait l’étendue d’un amour qu’en proportion au mal qu’il générait et faisait ressentir. Lexia avait souffert de renoncer à lui mais elle avait trouvé dans sa nouvelle vie de famille une façon d’avancer et de ne pas se noyer. Vu l’ampleur de la tristesse (cachée) de Trystan, elle avait la preuve sous les yeux qu’il ne s’agissait pas d’un simple attachement. Comme il le lui avait fait comprendre, elle lui avait véritablement brisé le cœur, offrant à l’organe battant du pêcheur une raison supplémentaire de ne pas s’abandonner. Mais ce soir, c’était différent. Au travers de l’éloignement et des larmes qui s’étaient accumulées entre eux, il était plus facile de rejeter la réalité et de s’enfermer dans le déni, c’était sans conteste beaucoup moins douloureux ; c’est pourquoi des visions de Lexia continuaient de le hanter quand il buvait. Il refusait d’y croire. La vérité n’était pas souvent belle à voir, elle revêtait son plus laid costume, puis vous abordait et cherchait à s’infiltrer en vous, à semer le doute et à attendre que ceux-ci vous rongent et grignotent chacune de vos défenses ; elle faisait mal et saupoudrait sans cesse des piqures de rappels sur ces plaies sanguinolentes où elle avait pris racine. Rejetée ou haïe, la vérité ne disparaissait jamais.

A la vue du marin, Lexia redevenait aussi cet être sans défense, prise au milieu de la tempête de ses émotions. Son cœur pulsait dans sa poitrine, son sang résonnait dans ses tempes douloureuses. L’espace d’un instant, le passé voulut reprendre ses droits sur le présent. Elle était à nouveau cette femme vulnérable, prise au piège de ce qu’elle avait causé. Lexia voulait tenter de faire cesser cette souffrance qui rongeait Trystan. « Assieds-toi. » Souffla-t-elle, posément. Dans un premier temps, le marin avait espéré qu’elle disparaisse de son champ de vision, mais il réclamait désormais qu’elle se rapproche. L’esprit embué, il s’ouvrait à elle sans aucun filtre, ce qui ne ressemblait clairement pas à son état normal. « L’alcool ne te réussit pas, Trys. Je ne t’en veux de rien du tout. Je sais combien c’est difficile et tu ne peux pas savoir comme je suis désolée d’en être la cause. » Il ne comprendrait rien de ses mots mais cela la soulageait de les lui formuler. Néanmoins, la seule façon pour qu’il entende raison était pour le moment de se servir de son état d’ébriété en sa faveur. « D’accord, je vais rester. Maintenant si tu veux que j’approche, assieds-toi. » Il valait mieux qu’il continue de croire au rêve pour quelques secondes encore. Elle voulait qu’il s’éloigne de cette cellule pour qu’elle puisse ouvrir et entrer plus facilement. Dans l’immédiat, il n’était pas dans un état où elle serait capable de le gérer.

_________________

it’s you and i
falling for you ▬ You should know you're beautiful just the way you are and you don't have to change a thing; the world could change it's heart, no scars to your beautiful, we're stars and we're beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Trystan Meylir
Trystan Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : blood eagle (avatar)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (3/3)

RAGOTS PARTAGÉS : 1060
POINTS : 2472
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017
Troubled Waters | Trystan Tumblr_p3xlgm4TAo1vg2yxdo2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Il a retrouvé l'amour de sa vie et ne parvient toujours pas à croire en sa chance.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On dirait qu'il se reprend doucement mais sûrement... Il était temps, il commençait vraiment à ressembler à une épave... Je me demande ce qui motive cette reprise en main cela dit...


Troubled Waters | Trystan Empty
MessageSujet: Re: Troubled Waters | Trystan Troubled Waters | Trystan EmptySam 1 Déc - 10:49

Hold still right before we crash
'Cause we both know how this ends
Our clock ticks till it breaks your glass
And I drown in you again

« Assieds-toi. » Souffle Lexia pour toute réponse aux supplications du Meylir. Il n’obéit pas. Cela ne lui paraît pas opportun. Car s’il va s’asseoir sur ce banc comme elle le lui ordonne, il risque de la perdre de vue, de la voir disparaître. De la voir s’évanouir dans les ombres, le laissant seul avec sa tristesse et ses regrets, pour une énième nuit d’introspection douloureuse. Or, il ne veut pas endurer cette épreuve sans alcool pour l’anesthésier… L’alcool… Le sujet ne tarde pas à venir sur le tapis, comme souvent lors des conversations fictives qu’il avait avec la Lexia imaginaire. Elle lui reprochait très fréquemment ses états d’ébriété avancés. « L’alcool ne te réussit pas, Trys. Je ne t’en veux de rien du tout. Je sais combien c’est difficile et tu ne peux pas savoir comme je suis désolée d’en être la cause. » Souffle t-elle, des intonations douloureuses dans la voix. Cependant pour ce soir, il n’a pas envie d’acquiescer. « Tu te trompes… l’alcool me réussit. C’est lui qui me permet de vivre avec l’idée que je t’ai perdue, c’est lui qui m’empêche de devenir fou quand je pense que j’ai tout gâché entre nous juste parce que j’avais peur de mes sentiments. » Dit-il en se lançant dans une véritable plaidoirie pour la bouteille. Il était dans la phase où les molécules d’éthanol le rendaient bavard, enclin à se lancer dans des analyses qu’il pensait profondes, voir philosophiques alors qu’elles n’avaient que du sens pour lui. Mais le pire, c’est qu’elles agissent aussi comme un sérum de vérité sans filtre et qu’il avait l’impression d’être lucide. « A un moment, j’ai même cru qu’il parviendrait à m’aider à t’oublier mais ça, je crois que c’est impossible… C’est marrant, j’ai toujours pensé que l’amnésie de mon ex-fiancée était une malédiction mais désormais, je me dis que c’est peut être l’unique moyen d’oublier pour de bon qu’on a aimé une personne. »

Toujours sans filtres, il continue son absurde petite conférence, même s’il a vaguement l’impression d’entendre un des détenus d’une cellule voisine lui crier un retentissement « Ta gueule ! ». « Tu ne m’en veux pas mais tu devrais m’en vouloir. Moi je t’en veux parfois. Puis après, je me dis qu’effectivement, la situation était bien trop difficile dès le début et que ce n’est pas juste de chercher un coupable. Mais peu importe l’option que je choisis, ça ne m’aide pas à trouver le sommeil à la fin. » Il déversait un ressenti qui le rongeait depuis de longues semaines, peu alerté par l’éventuel impact de ses mots. Il pouvait dire tout ce qu’il pensait à cet ersatz de Lexia. Elle n’était pas réelle. Elle ne pouvait pas ressentir la culpabilité, la pitié ou la tristesse face à ses révélations. Elle était juste une projection de sa conscience qui lui faisait comprendre qu’une fois de plus, il avait trop abusé au pub. « Tu devrais m’en vouloir. Parce que tu sais ce que je fais quand je n’arrive pas à dormir ? Je cherche des idées pour te récupérer. Je sais que tu es heureuse, tout le monde ne parle que de ça en ville, mais j’ai menti quand j’ai dit que je ne voulais que ton bonheur. J’ai menti ! Ton bonheur, je voudrais qu’il soit avec moi ! Tu m’entends ? Avec moi ! » Il s’enflamme sur les derniers mots, ce qui est plutôt une mauvaise idée dans son état.

Il se sent pris de palpitations, de vertiges. Une faiblesse qui coïncide parfaitement avec le renouvellement de l’injonction précédente de la Weston. « D’accord, je vais rester. Maintenant si tu veux que j’approche, assieds-toi. » Cette fois-ci, il obéit. Déjà parce que sa condition physique l’y pousse mais aussi parce qu’elle vient de lui faire la promesse qu’il espérait entendre, la seule susceptible de le faire céder. Elle allait venir près de lui. Il retourne donc s’asseoir sur le banc sale, attendant sa venue.


_________________

my words sit heavy in my chest from years and years, returned at your account, disturbed from rest, of the love we lived, now learned
Revenir en haut Aller en bas
Lexia Weston
Lexia Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Keelin, Dylana & Megan
TON AVATAR : Mila Kunis
TES CRÉDITS : ava - cristalline ; gif profil - pennywifey ; code signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Adriel (intrigue incendie)

Fini - Adriel - (Declan) - (Luka) - Adriel (2) - Thomas - (Josh) - (Caleb) - Trystan - Deborah (Appel) - Dimka - Adriel (3) - Ivy - Trystan (2) - Intrigue Disparition Myrtle White - Adriel (4) - Thomas (2) - Trystan & Adriel - Adriel (Appel) - Dimka (2) - Trystan (3) - Adriel&Thomas - Trystan (4) - les enchères - Adriel (5) - Thomas (3) - Anniversaire Max - (Adriel (6)) - Deborah.
RAGOTS PARTAGÉS : 745
POINTS : 2601
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2017
Troubled Waters | Trystan Tumblr_puqlw5A7O61vg2yxdo3_r2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans (26 août)
CÔTÉ COEUR : Comblée. Amoureuse d'Adriel et maman d'un petit garçon.
PROFESSION : Garde cotière, autrement dit dans le service de la police maritime, de recherche et de sauvetage. Ancienne nageuse de niveau olympique.
REPUTATION : Elle a l'air beaucoup plus épanouie depuis qu'elle a eu son fils. Elle a enfin la famille dont elle rêvait. Beaucoup de bonheur aux heureux parents.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Troubled Waters | Trystan Empty
MessageSujet: Re: Troubled Waters | Trystan Troubled Waters | Trystan EmptyDim 2 Déc - 18:21

I knew I had tasted love
The first sip always makes you choke
It was the sweetest sound I ever spoke
So bitter and so beautiful


Face aux protestations de Lexia par rapport à son taux d’alcoolémie avancée, Trystan trouva finalement la lucidité de réagir et même de la contredire. Comme elle le redoutait, il lui expliqua que l’alcool l’empêchait de sombrer complètement depuis qu’il l’avait perdue. Il n’arrivait toujours pas à avaler d’avoir attendu trop longtemps pour s’ouvrir à elle. Elle était donc bien la cause principale de son mal-être et de sa disparition durant plusieurs semaines. Lexia l’avait déjà pressenti mais l’entendre dire de la bouche de Trystan enfonçait une lame douloureuse dans son ventre, elle ne supportait déjà pas l’idée d’être celle qui lui avait brisé le cœur après tout ce qu’ils s’étaient confié, tout ce qu’ils avaient traversé… Voilà qu’il le lui confirmait très clairement. Si le marin parlait sans filtre, c’était parce qu’il était persuadé de s’adresser à une illusion, une illusion qui lui permettait de se lâcher complètement, aussi la nageuse ne le contredit pas lorsqu’il la prit pour un rêve. Elle lui donnait l’occasion de balancer tout ce qu’il avait sur le cœur, parce que c’était la seule et véritable façon pour lui de s’en soulager. « Nous en avons déjà parlé. Tu n’es pas le seul à avoir eu peur et tu as fait tout ce que tu as pu pour ne pas me perdre. J’étais déjà partagée et j’en ai décidé autrement ; tu n’es pas responsable de mes choix. » La jeune femme parlait d’une voix ferme car elle ne voulait pas que transparaisse son mal-être vis-à-vis de lui, elle se sentait réellement mal de l’avoir poussé à se mettre dans de tels états.

Trystan continua ensuite son plaidoyer vis-à-vis de l’alcool, expliquant qu’il avait cherché à l’oublier à travers la boisson mais qu’il n’avait pas réussi. Il en venait à souhaiter devenir amnésique comme son ex-fiancée pour réellement parvenir à l’effacer de sa tête. « Tu ne penses pas ce que tu dis… Tu sais combien elle souffre d’avoir perdu la mémoire et tu souhaiterais vivre la même chose ? » Lâcha-t-elle, estomaquée. Lui avait-elle tellement détruit le cœur qu’il était véritablement prêt à briguer tout et n’importe quoi ? Lexia baissa alors sa garde et lâcha des mots qu’elle ne devrait plus dire, néanmoins le marin avait réussi à la pousser dans quelques retranchements enfouis. « Moi je ne veux pas oublier. Peu importe à quel point ça fait mal, je n'oublierai pas. Je n’en ai pas envie. » Réalisant ce qu’elle venait de dire et la façon dont ses propos pouvaient mal être interprétés, elle se rattrapa aussi vite, même si le mal était déjà fait. « Je veux dire que je n’oublierai pas ce que nous avons vécu. Parce que ça a beaucoup compté pour moi. Mais il faut avancer. » Lexia essaya de convaincre Trystan de se calmer, sauf qu’il avait besoin d’évacuer tout ce qui lui passait par la tête. Parfois, il en voulait à la jeune femme mais il se rappelait que la situation avait été difficile dès le début ; il avait beau retourner le problème dans tous les sens, il n’arrivait pas à s’en débarrasser. Un détenu lui intima même de « fermer sa gueule » mais le marin était rattrapé par le flot d’émotions qui l’habitait depuis de longues semaines. Abattue, la jeune maman l’écoutait désormais silencieusement, encaissant chaque nouveau coup dans le ventre. La façade s’effritait et la boule dans son ventre remontait dangereusement dans sa gorge. Sans filtre depuis tout à l’heure, Trystan continuait de déverser tout ce qu’il avait sur le cœur. Dans ses nuits sans sommeil, il cogitait sur son bonheur et cherchait comment elle lui reviendrait, pour partager son bonheur avec lui. Pas avec un autre. Sous l’énervement, il était encore en train de lui adresser une déclaration enflammée. Le marin ne l’avait jamais laissée insensible mais la situation était différente aujourd’hui. Il y avait sa famille. « Arrête ! » Lui souffla-t-elle d’une voix mi-ferme, mi-suppliante. En de telles circonstances, elle n’arrivait pas à s’énerver. La détresse de Trystan la culpabilisait trop, au-delà de l’attendrir. « J’ai compris, tu n’arrives pas à m’oublier… Maintenant, arrête. Tu vas finir par être malade. » Au fur et à mesure qu’il s’énervait, elle avait remarqué que sa peau devenait aussi pâle que celle d’un fantôme. Pris de vertiges, Trystan l’écouta lorsqu’elle lui intima de s’asseoir à nouveau… A moins que la promesse de le rejoindre dans la cellule ne lui ait fait entendre raison. Peu importait, à vrai dire.

Joignant le geste à la parole, elle ouvrit la cellule et entra. Pour l’instant, elle referma la grille derrière elle, pas à double-tours, prête à rouvrir uniquement si le marin se montrait raisonnable. Elle allait bien devoir admettre qu’elle n’était pas qu’une illusion. Tout d’abord, Lexia resta debout près des barreaux. « Je pensais tout ce que je t’ai dit sur le bateau la dernière fois, mais tu sais que je ne pourrai pas revenir… J'ai fait un choix. Il faut que tu arrêtes de te faire du mal comme ça... » Sa voix se fragilisait, la boule de culpabilité restait coincée dans sa gorge et elle parvint à se maitriser suffisamment, mais on pouvait voir qu’elle ne supportait pas de le voir aussi abattu. La jeune femme s’assit à côté de lui et posa une main sur l’avant-bras du Meylir, dévoilant par ce contact physique électrique une triste vérité pour lui. « Je ne suis pas un rêve, Trystan. Je suis venue pour te faire sortir et te ramener chez toi. » Il avait parlé à la vraie version, pas à une illusion.


_________________

it’s you and i
falling for you ▬ You should know you're beautiful just the way you are and you don't have to change a thing; the world could change it's heart, no scars to your beautiful, we're stars and we're beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Trystan Meylir
Trystan Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : blood eagle (avatar)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (3/3)

RAGOTS PARTAGÉS : 1060
POINTS : 2472
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017
Troubled Waters | Trystan Tumblr_p3xlgm4TAo1vg2yxdo2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Il a retrouvé l'amour de sa vie et ne parvient toujours pas à croire en sa chance.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On dirait qu'il se reprend doucement mais sûrement... Il était temps, il commençait vraiment à ressembler à une épave... Je me demande ce qui motive cette reprise en main cela dit...


Troubled Waters | Trystan Empty
MessageSujet: Re: Troubled Waters | Trystan Troubled Waters | Trystan EmptyMar 4 Déc - 21:17

Hold still right before we crash
'Cause we both know how this ends
Our clock ticks till it breaks your glass
And I drown in you again

« Nous en avons déjà parlé. Tu n’es pas le seul à avoir eu peur et tu as fait tout ce que tu as pu pour ne pas me perdre. J’étais déjà partagée et j’en ai décidé autrement ; tu n’es pas responsable de mes choix. » Lexia lui rappelle que les torts sont partagés, essayant sans doute de soulager les tourments de l’âme du marin. Un Trystan lucide aurait sans doute apprécié le geste même s’il aurait également contré l’argument. A ses yeux, la Weston s’était tournée vers Adriel car lui, Trystan, ne lui avait donné aucune raison de ne pas le faire. Ce point de désaccord subsistait entre eux et le ferait encore sans doute pour un long moment. Mais de toute façon, Trystan était loin d’être lucide et toujours persuadé de parler à une illusion. Il répond donc toujours sans prendre aucune pincette. « A quoi ça sert d’argumenter là –dessus de toute façon ? Que ce soit de ma faute, de la tienne ou de la nôtre, le résultat est toujours le même. Je t’ai perdue. Pour de bon. » L’intonation de sa voix sur les derniers mots dénote un profond abattement qui se répercute dans sa posture. De plus en plus, il s’affaisse sur les barreaux qui le séparent de son ex. Il continue aussi à s’apitoyer, partant dans des divagations qui finissent par pousser la jeune femme à réagir. « Tu ne penses pas ce que tu dis… Tu sais combien elle souffre d’avoir perdu la mémoire et tu souhaiterais vivre la même chose ? » Il hausse les épaules, peu enclin à rationnaliser et à se ranger à son opinion, même si elle avait raison. Mais une fois encore, il n’était pas en état de le comprendre. « Pourquoi tu viens dans mes rêves si c’est pour toujours finir par me faire la morale ? » Grommelle t-il, mauvais joueur. La Lexia de ses rêves était à l’image de la vraie, droite et toujours prête à dire ses quatre vérités.

Elle n’a d’ailleurs pas terminé de le les lui énoncer. « Moi je ne veux pas oublier. Peu importe à quel point ça fait mal, je n'oublierai pas. Je n’en ai pas envie. Je veux dire que je n’oublierai pas ce que nous avons vécu. Parce que ça a beaucoup compté pour moi. Mais il faut avancer. » Bien malheureusement, il ne se focalise que sur les derniers mots, qui lui redonnent l’énergie nécessaire de s’insurger, ignorant la déclaration voilée que continent le début de la réplique. « C’est facile à dire pour quelqu’un qui rentre tous les soirs auprès de sa petite famille. » Assène t-il, toujours aussi peu soucieux de ne pas la blesser. Dans son esprit, il se battait avec une projection de sa conscience, pas sa Lexia en chair et en os. « Tu ne me feras pas changer d’avis, l’oubli est une bénédiction parfois… » Les mots du Meylir étaient en parfaite contradiction avec ceux qu’il avait prononcés sur le bateau mais bien des choses avaient changé entre le moment de leur rupture et cet instant précis. La différence majeure, c’est qu’il avait eu le temps de souffrir de son absence. Au moment où Lexia lui avait annoncé qu’il n’était pas son premier choix, il avait pensé être au paroxysme de la douleur. Mais il y avait eu l’après, et c’était pire que tout.

Cette souffrance, longtemps refoulée, Trystan l’exprime aujourd’hui, la laissant se déverser, perdant petit à petit le contrôle de ses mots, les laissant simplement filer sans aucune considération pour les éléments extérieurs. Cela pourrait durer longtemps mais il remarque soudain que le visage de la chimérique Lexia se décompose à vue d’œil. Elle finit par l’exhorter d’arrêter et il ne peut que constater que même sous la forme d’une illusion, elle a du pouvoir sur lui car il obéit, allant s’asseoir en silence comme elle lui ordonne… Tenant sa promesse, elle entre dans la cellule mais elle ne fait pas mine de s’approcher de lui, restant près de la porte. « Je pensais tout ce que je t’ai dit sur le bateau la dernière fois, mais tu sais que je ne pourrai pas revenir… J'ai fait un choix. Il faut que tu arrêtes de te faire du mal comme ça... » Cette déclaration se veut ferme mais les fêlures dans la voix de Lexia lui donnent de sérieux airs contrastés. « Et comment je suis censé arrêter ? Comment on arrête d’aimer une personne ?... Comment JE suis censé arrêter de t’aimer ? » Il a un rire sans joie. Honnêtement, il commençait à perdre patience devant les maximes de la brune. Il fallait avancer. Il fallait arrêter de se faire du mal. Et cætera. Encore une fois, facile à dire mais qu’en était-il de la pratique ? Si elle avait une recette magique, il voulait bien qu’elle le lui donne, il avait hâte de l’entendre. Pensait-elle qu’il aimait souffrir ? Qu’il aimait se faire du mal ? Elle avait fait un choix, tant mieux pour elle. Lui aussi aurait voulu pouvoir contrôler ses émotions, choisir ce qu’il ressentait. Mais c’était impossible.

Pourtant, il ne lui crache pas tout cela au visage. Il l’adorait trop pour lui montrer trop de ressentiment. Même imaginaire, c’était les traits de la femme qu’il aimait qui le contemplaient avec tristesse. Alors il se mure à nouveau dans l’abattement, détournant son regard de l’apparition qui se tenait près des barreaux. Sauf qu’elle se glisse bientôt à ses côtés, posant une main sur son bras. « Je ne suis pas un rêve, Trystan. Je suis venue pour te faire sortir et te ramener chez toi. » Il met quelques secondes à donner du sens à ses paroles qui heurtaient l’essence même de la fantaisie dans laquelle il s’était complu jusqu’à maintenant. Ses yeux sombres se déplacent doucement jusqu’à la main posée sur son bras, et il réalise soudain qu’il sent de la chaleur irradier de cette paume. Non, ce n’est pas possible. A moins que ? Il se relève brusquement, comme si le contact l’avait brûlé, ressentant de nombreux vertiges tant le geste est brutal et soudain. Mais ça ne l’empêche pas de reculer jusqu’au recoin de la cellule le plus éloigné du banc. « Non tu ne peux pas être là… » Souffle t-il, essayant de s’en convaincre lui-même. « Je n’ai appelé personne. » Ajoute t-il de manière plus indécise, pris d’un doute soudain. Il ne pouvait pas vraiment se fier à ses souvenirs dans cet état. De la même façon qu’il ne parvenait pas à ce souvenir de tout ce qu’il venait de dire. Et pourtant, son instinct lui soufflait déjà qu’il avait dû trop en dire et que si Lexia était réellement là, c’était une vraie catastrophe. Il s’appuie sur le mur, la fixant d’un œil vitreux. « Non, tu n’es pas réelle, tu vas disparaître. Comme toujours. Tu disparais toujours. » Assène t-il, autant pour lui que pour elle.

_________________

my words sit heavy in my chest from years and years, returned at your account, disturbed from rest, of the love we lived, now learned
Revenir en haut Aller en bas
Lexia Weston
Lexia Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Keelin, Dylana & Megan
TON AVATAR : Mila Kunis
TES CRÉDITS : ava - cristalline ; gif profil - pennywifey ; code signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Adriel (intrigue incendie)

Fini - Adriel - (Declan) - (Luka) - Adriel (2) - Thomas - (Josh) - (Caleb) - Trystan - Deborah (Appel) - Dimka - Adriel (3) - Ivy - Trystan (2) - Intrigue Disparition Myrtle White - Adriel (4) - Thomas (2) - Trystan & Adriel - Adriel (Appel) - Dimka (2) - Trystan (3) - Adriel&Thomas - Trystan (4) - les enchères - Adriel (5) - Thomas (3) - Anniversaire Max - (Adriel (6)) - Deborah.
RAGOTS PARTAGÉS : 745
POINTS : 2601
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2017
Troubled Waters | Trystan Tumblr_puqlw5A7O61vg2yxdo3_r2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans (26 août)
CÔTÉ COEUR : Comblée. Amoureuse d'Adriel et maman d'un petit garçon.
PROFESSION : Garde cotière, autrement dit dans le service de la police maritime, de recherche et de sauvetage. Ancienne nageuse de niveau olympique.
REPUTATION : Elle a l'air beaucoup plus épanouie depuis qu'elle a eu son fils. Elle a enfin la famille dont elle rêvait. Beaucoup de bonheur aux heureux parents.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Troubled Waters | Trystan Empty
MessageSujet: Re: Troubled Waters | Trystan Troubled Waters | Trystan EmptyMer 5 Déc - 18:21

I knew I had tasted love
The first sip always makes you choke
It was the sweetest sound I ever spoke
So bitter and so beautiful

Lexia ne chercha pas à contrer l’argument de Trystan qui soulignait que peu importe à qui incombait la responsabilité de leur « séparation », le résultat ne changeait pas : il l’avait perdue. Embarrassée, elle se mordilla la lèvre inférieure. La jeune femme n’avait pas voulu que cet éloignement raie complètement le marin de sa vie mais par respect pour le graphiste, elle avait cessé de le voir complètement. De plus, elle savait aussi que continuer de les voir tous les deux n’aurait fait que raviver des blessures, des disputes sempiternelles ou des sentiments enfouis. Il avait donc mieux valu pour tout le monde qu’elle coupe le cordon auprès de celui dont elle se détournait. Aider Trystan à sortir de prison ne remettait pas ce choix en question, cependant Lexia était toujours sensible à ce qu’il ressentait dans le sens où elle ne supportait pas de le voir souffrir par sa faute. Rares étaient ces rencontres où un lien aussi puissant se conjuguait avec une autre personne. C’était malheureusement arrivé pour deux hommes en même temps en ce qui la concernait. Pour l’instant, Lexia restait en dehors de la cellule, hésitant à avancer vers le pêcheur, terrifiée à l’idée de lui briser son « illusion ». Son for intérieur lui soufflait de ne pas reculer mais elle ne pouvait que constater le corps tremblant du marin, sa peau si pâle qu’elle en distinguait sans peine les veines bleutées qui saillait sa peau translucide. Ses yeux la fixèrent, brillants de cette souffrance incertaine et destructrice qu’elle n’avait plus vue depuis des années dans le regard d’une personne. La voix râleuse de Trystan l’interpella de nouveau sur la façon dont elle lui donnait des leçons de morales. Malgré ses tentatives, le marin ne réussissait pas à la piquer au vif pour qu’elle se fâche sur lui. Il parvint tout de même à lui arracher quelques confidences, celles qui lui confirmaient que la brune n’avait pas oublié ce qu’ils avaient vécu, mais elle n’oubliait pas de garder la raison en lui intimant de mettre le passé de côté. Sans aucune retenue ce soir, toujours persuadé de parler à un rêve, il lui dévoilait un autre visage, celui d’un homme amoureux, blessé, et qui lui en voulait profondément de l’avoir abandonné. Cette fois, elle réagit plus promptement, puisque la manière douce exacerbait son ressentiment. « De quel droit tu te permets de juger ce qui est facile ou non pour moi ? Tu n’es pas dans ma tête. Toi, mieux que personne, comment tu peux me dire que c’est facile après tout ce qui s’est passé ? Je ne sautais pas de joie en te quittant sur le bateau, que je sache. » Les mots de la jeune femme étaient assez crus et durs, cependant elle avait pas mal encaissé depuis qu’elle était arrivée devant la cellule de Trystan. Toutefois, il n’était pas dans son état normal et elle ne devait pas l’oublier. « L’oubli n’est pas une bénédiction, c’est ce qui t’a brisé le cœur la première fois. » Lexia essayait de lui rappeler qu’il ne pouvait décemment pas souhaiter une telle extrémité au vu de la façon dont s’était terminé sa première relation. A moins que… « Tu veux réellement tout oublier de nous ? » L’avait-elle à ce point atteint et détruit qu’il préférait l’effacer complètement de sa mémoire ? C’était encore pire que ce qu’elle pensait. A force d’entendre le flot de ses paroles destructrices, le visage de Lexia se décomposa et elle le supplia d’arrêter. Finalement, elle entra dans la cellule et elle essaya une nouvelle fois de le raisonner mais Trystan s’énerva – à juste titre. Les phrases, c’était facile à dire. On ne pouvait pas contrôler son ressenti. La jeune femme ferma les yeux une secondes pour retrouver une certaine contenance, s’obligeant à être et à faire ce qu’il fallait. L’avantage avec un Trystan bourré, c’est qu’elle pouvait aussi se lâcher un peu plus qu’à l’accoutumée. « Peut-être que tu ne peux pas tant que je n’aurai pas complètement arrêté non plus. » Elle leva ses pupilles mordorées vers lui et s’approcha d’un pas. Son amour pour Adriel était le plus fort et elle lui appartenait désormais complètement, pourtant tout ne pouvait s’effacer en un claquement de doigt après une si longue attache, pour sûr, ce n’était pas facile, pour aucun d’eux. « Peut-être que tu ne peux pas parce que c’est autant compliqué pour toi que pour moi. Peut-être même plus pour toi parce que tu n’as pas eu le cœur partagé en deux comme moi. Je sais bien qu’on ne peut pas « bêtement » oublier, bêtement arrêter tout ce qui a été ressenti pendant longtemps, du jour au lendemain. Mais te le dire rend-il les choses plus faciles ? Ça ne sert qu’à causer encore plus de mal. » La flic ne méritait pas un tel amour de sa part : elle lui avait tellement brisé le cœur...

Afin de mettre un terme à « l’illusion », Lexia lui avoua ensuite ne pas être le fruit de son imagination et elle posa même une main sur l’avant-bras du marin pour lui prouver qu’elle était bien présente dans la cellule. Sous le contact, Trystan se crispa et se leva pour s’éloigner d’elle, désarçonné par cette tournure inattendue. Dans ses yeux, Lexia lisait le doute. La brune retint une expression triste devant la ferveur avec laquelle il cherchait à nier la vérité. Comme un rappel entêtant à sa douleur, la voix de la brune avait apparemment résonné dans sa tête, chaque fois qu’il buvait dans l’espoir vain de la chasser de son esprit. Pourtant ce soir, elle était bien de chair et de sang. La réalité douloureuse n’était pas encore parvenue jusque son entendement, il s’y refusait, le cœur étouffé sous le poids de la douleur et l’esprit embrumé par l’alcool. « Un collègue m’a appelé, il sait le lien qui nous lie. » La flic répondait de plus en plus rationnellement aux divagations de Trystan. Il était temps pour lui d’atterrir au risque de continuer à balancer des déclarations qu’il regretterait. Le pêcheur s’appuya sur le mur et refusait toujours d’accepter la simple idée de sa présence, arguant qu’elle allait encore disparaître. « Pas cette fois, pas cette nuit. » Souffla-t-elle. Achevant de lui prouver qu’elle était bel et bien dans la cellule, Lexia sortit l’enveloppe scellée qu’elle avait glissée dans l’intérieur de sa veste et qui contenait les effets personnels de Trystan (clefs, portefeuille,…). « Comment pourrais-je te rendre ce qui est à toi si je n’étais pas vraiment là ? » Maintenant qu’elle avait son attention, Lexia reprit le fil de la discussion. « Tu dis vouloir me voir et à la fois tu n’en supportes tellement plus l’idée que tu préfères me prendre pour un rêve… Tu crois que je n’en souffre pas de ne plus te voir du tout non plus ? Tu crois que ça ne m’a pas rendu folle de jouer le rôle de la briseuse de cœur alors que nous avions trouvé l’un dans l’autre la force de nous réparer ? » Elle marqua une pause et lâcha spontanément son ressenti, au point où ils en étaient… De toute façon, Trystan n’était pas lucide et il ne s’en souviendrait sûrement pas alors elle aussi parlait comme à une illusion. « Tu crois que ça ne m’a pas rendu dingue que tu disparaisses des semaines ? Je le sais ! Je le sais que je suis en train de te détruire et te rendre fou ! Et maintenant je le vois aussi… » Toujours assise sur le banc crasseux, elle baissa les yeux, se rappelant de la façon dont Trystan a été en partie éduqué. « Tu as été entrainé à être plus fort que les autres, poussé à être plus endurci, à lutter face aux peurs et aux incertitudes, à lutter de toutes tes forces, même sans aucune raison, car un Meylir n’abandonne pas… jamais. C’est une qualité que beaucoup pourraient t’envier mais c’est aussi ce qui t’a conduit à exploser, parce que personne n’est invulnérable. Personne ! Et quand tout explose chez toi, la détonation est encore plus importante que chez les autres… » A nouveau, ses yeux rencontrèrent les siens. Confuse, elle avait du mal à exprimer ses idées correctement. « Je sais bien que ce que je dis n’a aucun sens pour toi à l’heure actuelle, mais tu veux savoir pourquoi je te demande d’arrêter ? C’est parce que c’est tout ce que je suis capable de faire quand je te vois comme ça… » La brune serra le bas de sa veste avec les doigts afin de cacher le tremblement dans ses mains à défaut de pouvoir maitriser la fébrilité dans sa voix, une voix tout de même suffisamment ferme pour la résolution suivante. « Alors oui, je vais te sortir de cet endroit de malheur où tu n’as rien à faire. »

_________________

it’s you and i
falling for you ▬ You should know you're beautiful just the way you are and you don't have to change a thing; the world could change it's heart, no scars to your beautiful, we're stars and we're beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Trystan Meylir
Trystan Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : blood eagle (avatar)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (3/3)

RAGOTS PARTAGÉS : 1060
POINTS : 2472
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017
Troubled Waters | Trystan Tumblr_p3xlgm4TAo1vg2yxdo2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Il a retrouvé l'amour de sa vie et ne parvient toujours pas à croire en sa chance.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On dirait qu'il se reprend doucement mais sûrement... Il était temps, il commençait vraiment à ressembler à une épave... Je me demande ce qui motive cette reprise en main cela dit...


Troubled Waters | Trystan Empty
MessageSujet: Re: Troubled Waters | Trystan Troubled Waters | Trystan EmptyLun 10 Déc - 19:53

Hold still right before we crash
'Cause we both know how this ends
Our clock ticks till it breaks your glass
And I drown in you again

« De quel droit tu te permets de juger ce qui est facile ou non pour moi ? Tu n’es pas dans ma tête. Toi, mieux que personne, comment tu peux me dire que c’est facile après tout ce qui s’est passé ? Je ne sautais pas de joie en te quittant sur le bateau, que je sache. »  Lexia finit par s’enflammer face aux invectives de Trystan mais tout ce qu’elle parvient à obtenir de lui, c’est un hochement d’épaule désabusé. Il la jugeait s’il le voulait, qu’allait-elle faire pour l’en empêcher ? Il ne la provoque pas d’avantage cependant, essayant plutôt de s’expliquer. « Je n’ai pas dit que tu sautais de joie… Mais à ce compte là… toi de quel droit me dis-tu qu’il faut avancer ? Comme si je me complaisais dans mon malheur… ; Avoue que c’est plus facile d’avancer quand tu as un homme et un bébé qui t’attendent à la maison le soir. Moi j’ai quoi ? Je suis complètement seul… J’ai personne… J’ai 32 ans et à part avoir travaillé toute ma vie, je n’ai rien. Pas de femme, pas d’enfants, rien. Alors putain, non ne me dit pas qu’il faut avancer comme si c’était facile. » Dit-il en révélant bien malgré lui un ressenti profondément ancré en lui. C’était pathétique mais la colère l’avait empêché de garder cette blessure secrète pour lui... Son rêve d’avoir sa propre famille était en train de partir en fumée et ce, de manière plus certaine depuis qu’il l’avait effleuré du bout des doigts en pensant qu’il allait peut-être avoir un bébé avec la Weston…  Non, définitivement, il n’avait pas envie d’entendre une banalité aussi énorme que « il faut avancer » de la bouche de Lexia. Elle s’obstine pourtant à lui montrer que ses lamentations sont injustes et elle finit par taper dans le mille, comme toujours. « L’oubli n’est pas une bénédiction, c’est ce qui t’a brisé le cœur la première fois. Tu veux réellement tout oublier de nous ? » Il ne répond pas, comme un gamin pris en faute. Car elle avait raison bien entendu, il ne pouvait pas comparer leur situation à celle de Fiona… Quand à la question de savoir s’il voulait vraiment tout oublier d’eux, elle appelait une réponse bien trop nuancée à formuler pour un homme dans son état…

Malheureusement, la sauveteuse n’a pas fini de pousser le marin dans se retranchements. « Peut-être que tu ne peux pas tant que je n’aurai pas complètement arrêté non plus. » Dit-elle en se rapprochant des barreaux, le capturant encore et toujours dans l’éclat délicieux de ses prunelles aux couleurs si variées. Elle lui aurait mis un uppercut, ça aurait été la même chose. Il en a  presque le souffle coupé. Cette fois, c’est lui qui recule, levant les mains, comme pour repousser ces mots destructeurs et ce regard magnifique. « Non, non, tu ne peux pas me dire des trucs comme ça. Je ne veux pas entendre ça. » Il avait réellement besoin de se convaincre qu’elle avait avancé, qu’elle avait cessé de l’aimer, qu’elle était passé à autre chose sinon tout basculerait à nouveau. Si elle lui laissait la moindre petite porte ouverte, ils retourneraient au point de départ. Et il ne voulait pas. Il était exténué. Il ne supporterait pas de nouveaux espoirs. Lexia continue néanmoins de parler, apportant un peu de bon sens à tout ça. « Peut-être que tu ne peux pas parce que c’est autant compliqué pour toi que pour moi. Peut-être même plus pour toi parce que tu n’as pas eu le cœur partagé en deux comme moi. Je sais bien qu’on ne peut pas « bêtement » oublier, bêtement arrêter tout ce qui a été ressenti pendant longtemps, du jour au lendemain. Mais te le dire rend-il les choses plus faciles ? Ça ne sert qu’à causer encore plus de mal. Cette histoire de cœur partagé en deux lui parle. Parce qu’effectivement, lui avait dédié le sien tout entier. Il était comme ça, Trystan, il ne faisait pas dans la demi-mesure. Quand il aimait, c’était comme un fou et entièrement. Alors comment revenir en arrière ensuite ? Il n’avait pas trouvé la recette, sinon il n’aurait pas pleuré son ex-fiancée pendant si longtemps. Lexia était folle de penser qu’il n’en ferait pas autant pour elle… « Justement, on est pas obligés de parler de tout ça… De ce qui fait mal. Arrête d’essayer de me faire la morale… Viens juste près de moi et pour quelques heures, prétendons que tu m’as choisi moi. » Dit-il sur un ton suppliant.

Cependant, ce n’ il est temps pour Lexia de dissiper l’illusion et elle le fait brutalement, instaurant un contact physique qui ramène le Meylir dans une réalité qui ne lui plaît pas du tout. Il essaye donc de l’esquiver en plongeant dans un déni désespéré mais ce dernier n’est pas de taille face aux preuves concrètes que la Weston lui oppose. Elle lui explique qu’un de ses collègues l’a appelée, qu’elle est vraiment là, qu’elle ne disparaitra pas et consolide cette affirmation en lui montrant l’enveloppe qui contient ses affaires, arguant que seule une personne réelle aurait pu la récupérer. Alors il accepte enfin de croire qu’elle est là, même si le choc subsiste. « Tu es donc bien là. » Dit-il, ressentant le besoin d’énoncer l’évidence. Et tout de suite après, il repense à  tout ce qu’il vient de dire, aux délires d’ivrogne qu’il lui a infligé. « Putain de merde ! » Il espère trouver l’apaisement dans ce juron mais ça ne fonctionne pas du tout. La honte le tauraude, aussi brûlante que celle qu’il avait éprouvée lorsque Fiona et Evan l’avait trouvé ivre mort sur son bateau. Il était en train de devenir une épave et les deux femmes de sa vie en avaient été les témoins privilégiées. C’était une idée proprement insupportable et il n’essaye même pas de faire la paix avec celle-ci. Non, il se laisse juste glisser contre le mur, replongeant sa tête entre ses mains. Prostré, c’était la position parfaite pour son état d’esprit habituel….

Toutefois, ses mains ne sont pas sur oreilles et il entend parfaitement ce que Lexia dit ensuite. Les mots de la brune sont puissants, lourds de sens et malgré son état éthylique, ils marquent profondément le marin. Car elle se lance dans un discours enflammé qui lui montre à la fois qu’elle tient terriblement à lui mais aussi qu’elle souffre énormément de la situation et qu’en fait, ces deux faits sont étroitement liés. Elle lui avoue notamment que ça la tue de lui avoir brisé le cœur alors qu’ils avaient réussi à se réparer l’un et l’autre, qu’elle souffre de ne plus le voir, que sa  disparition l’avait rendue folle d’inquiétude et surtout qu’elle ne supporte pas de le voir souffrir comme ça. Avec Evan et Fiona, il avait déjà pressenti que sa vague d’autodestruction passagère pouvait être destructrice pour ses proches, mais maintenant que cela sortait de la bouche de Lexia, il ne pouvait plus nier cette réalité. Il ne pouvait pas non continuer à se dire que la vision de la jeune femme tremblante, serrant convulsivement sa veste contre elle n’était pas réelle. La Weston était bien réelle et sa souffrance l’était tout autant. Sauf qu’il ne supportait pas de la voir souffrir et que ça surpassait tout le reste. Son égoïsme, son chagrin à lui, son envie de lui en vouloir… Tout ça n’existait plus quand la voix de Lexia se fêlait comme elle était en train de le faire. Et ses mots sonnaient comme terriblement justes, en plus d’être emplis d’amour…

Alors, il sort de sa transe et comme il ne se sent pas de se relever, il se traîne plus ou moins jusqu’à elle, s’agenouillant face à sa silhouette repliée, tandis qu’elle est toujours assise sur le banc. Doucement, il attrape ses mains, posées sur les pans de sa veste et les tire pour les serrer dans les siennes, relevant les yeux dans un regard aussi suppliant qu’aimant. Ils échangent un long regard chargé d'émotions. « Je suis désolé… Désolé… Je ne veux pas que tu t’inquiète comme ça pour moi… Ni que tu souffres aussi… Ton collègue n’aurait pas dû t’appeler… C’était pas un appel au secours, c’était pas pour te faire culpabiliser.  » C’était terrible parce qu’en prononçant les bons mots, en lui montrant qu’elle était toujours aussi attachée à lui et pas du tout insensible, elle lui enlevait la possibilité de lui en vouloir. Et sans la colère, il n’était plus grand-chose d’autre qu’un amas de tristesse. « C’est juste que je ne sais pas comment réagir… Je n’arrive plus à garder la face, ok ? Je sais que c’est mal pour ceux qui m’entourent mais même pour eux, je n’ai pas la force de faire semblant. Comme tu dis, j’ai peut-être été invulnérable trop longtemps… Et maintenant, je n’ai plus envie de l’être. Peut être que j’ai trop encaissé et que maintenant, je n’ai plus la ressource nécessaire pour le faire. » Dit-il avec sincérité. Tout ce qu’elle venait de dire prouvait qu’elle le connaissait mieux que personne et peut-être aussi qu’elle l’aimait plus que quiconque. Mais en quoi cela les avançait ? Ils étaient toujours séparés, les deux fameuses âmes sœurs brisées…Peut-être que demain les paroles sensées de la Weston prendrait plus d’ampleur dans son esprit et qu’il y réfléchirait à deux fois avant de faire des gestes susceptibles de le blesser lui et ses proches mais pour le moment, sortir du tourbillon noir dans lequel il se trouvait ne lui semblait tout simplement pas envisageable. Même pour elle.

Il n’avait plus rien à perdre, vraiment, Il se lance donc  dans un aveu, sans doute destiné à le rendre encore plus pathétique. Mais honnêtement sa dignité était la dernière chose dont il se souciait désormais.   « Tu me manques aussi tu sais… C’est ça le pire… Le manque de toi. C’est pour ça que je rêve de toi aussi souvent. Je me rappelle tout le temps de nous. Des conversations qu’on avait, des rires que tu m’arrachais malgré moi… Des nuits où je pouvais dormir contre toi… C’est un réflexe, une mauvaise habitude. Je ne peux pas dormir, manger ou faire quoi que ce soit sans penser à toi. Je me rappelle de tous les petits détails. Tu es partout même si tu es partie. Sans toi, j’ai l’impression d’avoir perdu une partie de moi, la partie de moi que je préférais et je ne sais pas si je peux me remettre de cette perte… Tu me manques oui. Chaque jour, chaque minute. » Il pose son visage sur leurs mains liées, toujours posées sur les genoux de la jeune femme. « Tu me manques tellement… » Répète t-il encore une fois. « Que je sois ici ou ailleurs, ça ne changera pas. » Termine t-il plus simplement.

_________________

my words sit heavy in my chest from years and years, returned at your account, disturbed from rest, of the love we lived, now learned
Revenir en haut Aller en bas
Lexia Weston
Lexia Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Keelin, Dylana & Megan
TON AVATAR : Mila Kunis
TES CRÉDITS : ava - cristalline ; gif profil - pennywifey ; code signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Adriel (intrigue incendie)

Fini - Adriel - (Declan) - (Luka) - Adriel (2) - Thomas - (Josh) - (Caleb) - Trystan - Deborah (Appel) - Dimka - Adriel (3) - Ivy - Trystan (2) - Intrigue Disparition Myrtle White - Adriel (4) - Thomas (2) - Trystan & Adriel - Adriel (Appel) - Dimka (2) - Trystan (3) - Adriel&Thomas - Trystan (4) - les enchères - Adriel (5) - Thomas (3) - Anniversaire Max - (Adriel (6)) - Deborah.
RAGOTS PARTAGÉS : 745
POINTS : 2601
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2017
Troubled Waters | Trystan Tumblr_puqlw5A7O61vg2yxdo3_r2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans (26 août)
CÔTÉ COEUR : Comblée. Amoureuse d'Adriel et maman d'un petit garçon.
PROFESSION : Garde cotière, autrement dit dans le service de la police maritime, de recherche et de sauvetage. Ancienne nageuse de niveau olympique.
REPUTATION : Elle a l'air beaucoup plus épanouie depuis qu'elle a eu son fils. Elle a enfin la famille dont elle rêvait. Beaucoup de bonheur aux heureux parents.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Troubled Waters | Trystan Empty
MessageSujet: Re: Troubled Waters | Trystan Troubled Waters | Trystan EmptyVen 14 Déc - 19:39

I knew I had tasted love
The first sip always makes you choke
It was the sweetest sound I ever spoke
So bitter and so beautiful

Trystan essaya d’expliciter son propos en arguant qu’il était plus facile d’avancer pour Lexia grâce à sa petite famille alors que lui sombrait dans la solitude tous les soirs. Elle ne vivait certes pas seule mais sa nouvelle vie de famille ne remplaçait pas ce qu’elle avait partagé avec le marin : ce n’était pas interchangeable. Toutefois, la brune ne chercha pas à le contredire parce qu’elle avait posé un choix et que lui devait le subir. La situation était donc différente et plus dure pour lui dans ce sens. La flic ne pouvait pas lui balancer des phrases aussi faciles que celle d’avancer alors qu’il n’arrivait pas à l’oublier. Pour sûr, il ne demanderait pas mieux et l’aurait déjà fait s’il avait pu mais c’était au-dessus de ses forces. Les paroles si pleines de ressentiment de Trystan lacéraient la plaie béante dans le cœur de la nageuse. Son choix avait détruit les quelques miettes de bonheur et de réconfort qu’ils avaient vécu ensemble. Lexia avait bien conscience que le pêcheur rejetait la faute de ses sentiments trop puissants sur elle mais que pouvait-elle faire d’autre que lui demander d’arrêter de se mettre dans de tels états ? Les sentiments que Trystan lui portait le tuaient doucement, infiltrant chaque recoin sombre de son cœur, et le poison de cette passion se distillait dans ces veines saturées d’alcool. Elle comprit que tant que son attachement pour lui ne disparaissait pas complètement, il ne pourrait pas l’oublier non plus, qu’il était impossible de lui demander de tout arrêter du jour au lendemain, seul le temps œuvrerait pour panser les blessures causées par leur séparation. Trystan préférait ne pas parler de ce qui faisait mal non plus et il la supplia de prétendre l’avoir choisi lui durant quelques heures mais Lexia n’était pas une illusion. Elle ne pouvait plus faire comme si de rien était, il fallait révéler la vérité au marin avant qu’il ne s’enfonce davantage dans le désarroi. Le retour à la réalité le percuta d’ailleurs durement. Ne supportant pas la simple idée de s’être ainsi montré et confié à elle, il secoua la tête, prit son visage entre ses mains et glissa contre le mur, dans une attitude abattue. Lexia lui ouvrit alors son cœur sur tout ce qu’elle avait ressenti ces dernières semaines, sur ce qu’elle ressentait toujours, son inquiétude liée à sa disparition, sur la façon dont elle souffrait de le voir s’infliger tout ceci par sa faute, et que tout ce qu’elle était capable de faire était donc de lui demander d’arrêter quand elle le voyait s’autodétruire ainsi…

Trystan accusa le coup de sa présence et de ses mots. Il retrouva une certaine lucidité et il se traina jusqu’à elle. Il attrapa ensuite les mains nerveuses de la jeune femme qui jouaient toujours avec sa veste. Ce contact rassurant l’obligea à relever les yeux vers lui. Les deux anciens amants échangèrent un long regard rempli d’émotions contradictoires. Leurs silences avaient ceci de grands qu’ils exprimaient bien plus de vérité qu’ils ne diraient jamais à voix haute, parce qu’ils n’avaient pas besoin de toujours les formuler pour se comprendre. Ce silence n’était troublé que par les battements du cœur de Lexia qui tambourinait dans sa poitrine ; un cœur qui n’appartenait plus à Trystan et qui lui avait brisé le sien. Le marin reprit alors la parole, il regrettait la peine et l’inquiétude causées à Lexia. Il n’avait pas cherché à l’appeler ou à attirer son attention, ni à la faire culpabiliser. « Je sais bien que ce n’était pas ton intention. » Souffla-t-elle, à voix basse. Il tenait trop à elle pour lui infliger n’importe quelle forme de souffrance. Comme tout le monde, Trystan avait des défauts mais jamais il ne lui causerait du mal intentionnellement même s’il avait présentement toutes les raisons de lui en vouloir. « Tu ne pourras pas m’empêcher de continuer à m’inquiéter. C’est à cause de moi si tu te mets dans de tels états. » Le brun lui expliqua qu’il ne savait pas comment réagir autrement, qu’il n’avait plus la force d’encaisser d’autres coups durs après tout ce qu’il avait déjà enduré. « Tu le seras. Pas maintenant, mais tu trouveras les ressources nécessaires. Pas pour toi, pour ceux qui t’entourent. Pour un loup solitaire, tu as toujours été plus soucieux des autres que de toi-même. » Répondit-elle avec un sourire triste aux lèvres. « Trys, je ne supporte pas de te voir comme ça. » Lexia ne supportait pas non plus ce sentiment d’impuissance qu’elle ressentait car elle représentait l’élément qui pourrait tout arranger mais elle ne changerait pas d’avis – fini de jouer sur deux tableaux – et par conséquent elle était incapable de lui donner ce qu’il espérait. Ce n’en était pas moins douloureux. La dépendance qui existait entre eux était comparable à celle d’une drogue. Plus ils en prenaient, plus ils en voulaient. Plus ils se voyaient, plus c’était compliqué. L’ennui avec Lexia, c’était que comme toutes les drogues, elle tuait Trystan à petit feu.

A bout d’espoirs, le marin se lança dans une véritable déclaration enflammée. Elle lui manquait aussi, bien évidemment, raison pour laquelle elle continuait d’habiter ses songes aussi souvent. Le pêcheur n’arrêtait pas de penser à tous les bons moments qu’ils avaient partagé, les conversations échangées, les délires, leurs élans d’affection. Tout lui rappelait Lexia ou leurs moments à deux… Elle hantait ses jours et ses nuits. Trystan essayait de lui faire comprendre qu’il n’était pas le même en sa présence, qu’en le quittant, ce n’était pas seulement son cœur qu’elle avait brisé, c’était la meilleure partie de lui qu’elle avait emporté, celle qu’il préférait. Cette fois, Lexia ne réussit pas à se contenir. Plus le marin se livrait, plus son cœur vibrait et plus elle se détestait. Des larmes s’échappèrent de ses yeux. Elle aurait sûrement dû ignorer la force de ses mots comme elle y était parvenue en arrivant devant la cellule, elle n’aurait pas dû se laisser atteindre par ce murmure déchirant émanant du brun mais le masque était tombé. Cette fausse indifférence qu’elle affichait depuis des mois venait de se destituer de son trône et les mots l’abimèrent bien plus profondément que Trystan n’aurait pu l’escompter pour que des larmes inondes ses joues pâles. Elle ne lui apporterait jamais ce qu’il voulait et pourtant elle était exactement ce dont lui avait si désespérément besoin. Le problème était insoluble. Elle posa son front contre le sien et écouta la respiration saccadée qu’elle percevait. Pourquoi ne le poussait-elle pas à la détester avec la même force qu’elle avait réussi à briser son cœur ? Parce qu’alors, tout serait terminé. Sa vie avec lui ne serait plus qu’un vague souvenir, leurs moments ne seraient plus qu’un rêve lointain. Si elle osait agir dans ce sens, elle renierait ses valeurs profondes et elle renierait ce qu’ils avaient vécu. Et une part d’elle n’y survivrait pas, une part d’elle plongerait dans la folie… comme Trystan. « Je devrais te pousser à me détester pour que ce soit plus facile pour toi, mais je n’y arrive pas. » Souffla-t-elle, complètement dévastée par tout ce qu’il venait de lui avouer. Pour leur bien et celui de la famille de Lexia, les deux ex devraient continuer à s’éviter. « Prends-moi juste dans tes bras » supplia-t-elle d’une voix brisée, à court de mots, ne sachant que répondre au manque criant qu’il avait d’elle. Elle lui avait déjà fait comprendre son ressenti aujourd’hui, il était inutile de rendre les choses plus compliquées en retournant le couteau dans la plaie. Durant un instant, elle avait été tentée d'attraper son âme sœur brisée et de lui jurer un amour éternel ainsi que tant d'autres promesses mais tout ceci n'aurait été qu'un vain espoir de plus. Elle aurait pu si aisément lui mystifier la réalité, elle aurait pu lui dire toutes ces choses qu'il espérait... mais l'amour qu'elle lui portait l'en empêchait. Elle se mordit la lèvre inférieure et baissa les yeux dans l’espoir de survivre à ces aveux dévastateurs et nier l’évidence des effets néfastes de leur éloignement.

_________________

it’s you and i
falling for you ▬ You should know you're beautiful just the way you are and you don't have to change a thing; the world could change it's heart, no scars to your beautiful, we're stars and we're beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Trystan Meylir
Trystan Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : blood eagle (avatar)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (3/3)

RAGOTS PARTAGÉS : 1060
POINTS : 2472
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017
Troubled Waters | Trystan Tumblr_p3xlgm4TAo1vg2yxdo2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Il a retrouvé l'amour de sa vie et ne parvient toujours pas à croire en sa chance.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On dirait qu'il se reprend doucement mais sûrement... Il était temps, il commençait vraiment à ressembler à une épave... Je me demande ce qui motive cette reprise en main cela dit...


Troubled Waters | Trystan Empty
MessageSujet: Re: Troubled Waters | Trystan Troubled Waters | Trystan EmptyLun 17 Déc - 18:56

Hold still right before we crash
'Cause we both know how this ends
Our clock ticks till it breaks your glass
And I drown in you again

Au contact des mains de Trystan qui serrent les siennes, Lexia relèvent les yeux et les plantent dans ceux du marin. Comme toujours, ce regard le transperce, surtout que l’échange dure un long moment, mais il essaye de garder sa concentration pour suivre la conversation importante qu’ils sont en train d’avoir. Lexia admet qu’elle ne peut pas s’empêcher de s’inquiéter pour lui et qu’il ne pourra pas la dissuader d’arrêter car elle sait que c’est de sa faute s’il se met mal. Il secoue la tête. « Non, ce n’est pas seulement à cause de toi… Rien ne va, en ce moment. Notre rupture a seulement été l’apothéose… » Il ne dit pas ça uniquement pour la réconforter, se contenter d’énoncer les faits avec une sincérité et une simplicité désarmantes qui tiraient sans doute leur origine de son taux d’alcoolémie particulièrement élevé. Il y avait désormais quelques semaines qu’il avait sombré dans une profonde déprime, se rendant compte qu’il avait perdu énormément de personnes qui comptaient pour lui et qu’au final, il était bien seul. La Weston fait d’ailleurs écho à cette pensée, en le qualifiant de « loup solitaire ». Elle nuance toutefois en le décrivant comme altruiste et tourné vers son entourage. Il ne rebondit toutefois pas sur sa remarque... En effet, elle semble se réconforter en pensant qu’il trouvera l’apaisement et la force de se battre pour son entourage et il ne veut pas casser cette illusion en lui répétant à nouveau combien il est seul... Il comprenait doucement mais sûrement que tout ce qu’il dirait, ne changerait rien au fait qu’elle ne reviendrait pas. Elle était amoureuse d’Adriel et l’avait choisi. Autant arrêter de lui faire de la peine en lui imposant un plus grand déchirement, sinon elle continuerait à avoir pitié de lui et à s’inquiéter de lui, et serait ainsi incapable d’être pleinement heureuse et de passer à autre chose…

Surtout qu’elle se trompait sur un autre point. Il n’était pas si altruiste que ça. La preuve, rongé par son propre chagrin, il avait plongé Fiona et Evan dans des abîmes d’angoisses, ne le réalisant que trop tard… « Trys, je ne supporte pas de te voir comme ça. » Finit par murmurer Lexia, la voix de plus en plus fêlée. Il pousse un long soupir. C’était une des raisons pour lesquelles il l’aimait. Elle était sensible et généreuse. Elle n’était pas passée froidement à autre chose lorsqu’elle avait décidé de continuer son chemin avec Adriel, elle s’inquiétait pour celui qu’elle avait laissé en arrière. Hélas il ne pouvait plus s’en émerveiller ou s’en émouvoir. Car constater à quel point il aimait son caractère et sa personnalité ne faisait que rendre plus douloureux le fait d’avoir perdu une telle perle.   « Le truc, c’est que tu n’aurais pas dû. Me voir comme ça, je veux dire… Tu n’aurais pas dû venir. » Il réalise en disant ses mots qu’il les pense. Et pas seulement parce qu’elle l’a trouvé dans une situation humiliante. Non, surtout parce qu’elle n’aurait pas dû voler à son secours. Ils s’étaient faits des adieux déchirants sur le bateau du Meylir et ça aurait dû être leur fin. Parce que faire une redite de cela était particulièrement pénible pour lui. Et à en juger l’état de la brune, ça l’était tout pour autant pour elle… Alors, il fait ce qu’il ne s’était pas résolu à faire jusqu’à maintenant : il fait preuve d’un peu de fermeté. « Tu n’as pas d’obligation envers moi… En fait, tu as même perdu le droit de t’inquiéter pour moi. Tu n’aurais pas dû venir même si ça partait d’une bonne intention… Regarde-nous maintenant… Je te l’avoue… C’est plus dur pour moi de te voir que de pourrir une nuit en cellule de dégrisement… »

Lui montrer qu’il était toujours amoureux d’elle avait été une erreur, bien qu’involontaire, puisque c’était plus son ébriété qui avait parlé que sa conscience. Mais dans tous les cas, il ne devait plus réitérer. Ne plus confesser à quel point elle lui manquait. Ne plus lui dire qu’il l’aimait désespérément. Parce qu’au final, il avait l’impression que ça les blessait bien plus que s’il avait été odieux et rancunier avec elle. Et ça rendait visiblement le tout bien plus confus que nécessaire. Car soudainement, Lexia pose son front contre le sien, dans un geste d’une si profonde intimité qu’il sent un frisson descendre le long de sa colonne vertébrale. Pire encore, depuis quelques instants, elle s’était mise à pleurer. Et il ne s’agissait pas de quelques larmes discrètes, perlant au coin de ses yeux, montrant une légère émotion. Non il s’agissait bien d’un véritable déferlement de perles salées, ruisselant en continu sur ses joues, l’expression d’un véritable désespoir, d’une souffrance déchirante. Une part de lui rêvait de les essuyer, de les faire se tarir, de réconforter ce doux visage entre ses mains. Mais il savait désormais qu’il ne pouvait plus être l’artisan de son propre malheur…

« Je devrais te pousser à me détester pour que ce soit plus facile pour toi, mais je n’y arrive pas. » Souffle finalement la brune, à bout de souffle, prouvant qu’elle en était arrivée à la même conclusion que lui face à ce problème insoluble. Ils ne pouvaient plus s’aimer mais ils n’arrivaient pas à s’oublier. Se détester semblait être la solution de facilité mais de ça, ils en étaient bien incapables aussi… Jamais ils ne voudraient se faire du mal l’un à l’autre, c’était une certitude. Quoique… « Prends-moi juste dans tes bras » Lui demande finalement Lexia, rendant encore plus éprouvante la tentation qu’il avait déjà de le faire. C’est un tournant. Le moment pour Trystan de voir s’il voulait un jour essayer d’aller mieux, où s’il allait continuer à attendre, à s’accrocher à elle, savourant les marques d’affection qu’elle lui donnait même si celles-ci étaient aussi destructrices que bienfaisantes. Elle était son paradis mais aussi son enfer. « Non ! » Souffle t-il, tout l’anéantissement du monde dans la voix. « Non. » Répète t-il plus calmement mais plus fermement. Il quitte sa position agenouillée à ses pieds et se relève, coupant le contact entre eux. Il se passe la main dans les cheveux, hagard, s’éloignant une nouvelle fois d’elle. Il devait s’éloigner d’elle, vraiment. « C’est comme tu l’as dit. Il faut que j’arrête… Mais toi aussi. Il faut que tu arrêtes, sinon, je vais devenir fou. Il faut qu’on s’arrête tous les deux… Ça ne peut pas durer. Tu as fais un choix. Tu m’as clamé haut et fort que tu aimais Adriel que tu l’avais choisi, alors agis en fonction de tes mots, sinon, je le répète, je vais perdre le peu de raisons qu’il me reste. Et peut-être aussi que je vais commencer à te détester. »

C’était étrange de se dire qu’il avait  enfin atteint cette lucidité salvatrice alors qu’il avait trois grammes d’alcool dans le sang mais pourtant, c’est ce qui en train de se produire. Lexia était réelle, tout autant que la peine que ça représentait de lui parler. Il n’allait pas prendre une femme qui en aimait un autre dans ses bras. Il n’allait plus la réconforter, prendre une peine qui n’était pas la sienne en plus sur ses épaules. Et plus important encore, elle n’avait pas le droit de lui demander cela. « Tu m’as dit que tu aimais Adriel, que tu étais sûre de toi. » Répète t-il comme un mantra, d’une voix presque suppliante, anéanti par le doute qu’elle mettait à nouveau dans son esprit en voulant qu’il la prenne dans ses bras. « Alors tu ne devrais pas avoir l’air si triste. » Assène t-il en guise de conclusion. Il se dirige vers la porte de la cellule. « Maintenant, fais-moi juste sortir d’ici… Et laisse-moi partir. » Conclut-il dans une métaphore qui n’était pas uniquement géographique.

_________________

my words sit heavy in my chest from years and years, returned at your account, disturbed from rest, of the love we lived, now learned
Revenir en haut Aller en bas
Lexia Weston
Lexia Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Keelin, Dylana & Megan
TON AVATAR : Mila Kunis
TES CRÉDITS : ava - cristalline ; gif profil - pennywifey ; code signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Adriel (intrigue incendie)

Fini - Adriel - (Declan) - (Luka) - Adriel (2) - Thomas - (Josh) - (Caleb) - Trystan - Deborah (Appel) - Dimka - Adriel (3) - Ivy - Trystan (2) - Intrigue Disparition Myrtle White - Adriel (4) - Thomas (2) - Trystan & Adriel - Adriel (Appel) - Dimka (2) - Trystan (3) - Adriel&Thomas - Trystan (4) - les enchères - Adriel (5) - Thomas (3) - Anniversaire Max - (Adriel (6)) - Deborah.
RAGOTS PARTAGÉS : 745
POINTS : 2601
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2017
Troubled Waters | Trystan Tumblr_puqlw5A7O61vg2yxdo3_r2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans (26 août)
CÔTÉ COEUR : Comblée. Amoureuse d'Adriel et maman d'un petit garçon.
PROFESSION : Garde cotière, autrement dit dans le service de la police maritime, de recherche et de sauvetage. Ancienne nageuse de niveau olympique.
REPUTATION : Elle a l'air beaucoup plus épanouie depuis qu'elle a eu son fils. Elle a enfin la famille dont elle rêvait. Beaucoup de bonheur aux heureux parents.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Troubled Waters | Trystan Empty
MessageSujet: Re: Troubled Waters | Trystan Troubled Waters | Trystan EmptyVen 21 Déc - 22:00

I knew I had tasted love
The first sip always makes you choke
It was the sweetest sound I ever spoke
So bitter and so beautiful

Alors que Trystan continuait de serrer ses mains, une part enfouie de Lexia, où se terrait les restes de la femme fragile qu’elle avait été durant des années, lui soufflait avec un irréalisme absurde qu’au niveau de leurs paumes blanchâtres avait lieu la dernière fusion de leurs êtres. Son esprit rebondit tout de même dans le présent lorsque le marin chercha à la rassurer en lui indiquant qu’elle n’était pas la seule raison de sa déprime. Pourtant, ces mots soulevèrent encore plus son inquiétude car Trystan avait l’air abattu par d’autres choses. « Qu’est-ce que tu veux dire ? » La flic lui fit ensuite comprendre qu’elle ne supportait pas de le voir ainsi. Le Meylir lui répéta qu’il aurait mieux valu qu’elle ne vienne pas, qu’elle n’aurait pas dû le découvrir telle une épave. De plus, sa présence ravivait des souffrances à peine atténuées alors qu’ils s’étaient fait leurs adieux. « Je perdrai le droit de m’inquiéter pour toi quand tu cesseras de te mettre dans de tels états à cause de notre séparation. Tu as fini en prison, Trystan. En prison ! Il faut être insensible pour penser que je ne serais pas venue. Tu veux te mettre la tête à l’envers ? C’est ton droit. Mais tiens-toi à carreaux si tu ne veux plus me voir. » La voix de la brune avait aussi gagné en fermeté. Elle n’était pas d’accord avec lui et ne se privait pas pour le dire. Toutefois, la nageuse se radoucit bien vite car elle dirigeait mal sa colère. Lexia s’en voulait et se sentait responsable des actes du marin tout comme elle était bien impuissante face à la situation. Les mots du brun la frappèrent en plein cœur et l’abimèrent profondément si bien que les larmes inondèrent finalement les joues de la jeune femme à cause de tout le mal qu’elle lui avait causé, de cette meilleure partie de lui qu’elle lui avait prise selon ses dires… Lui, il l’avait réparée et elle, elle lui avait enlevé la partie de lui qu’il préférait. Brisée par de telles confessions, Lexia essaya de se barricader et de trouver un refuge, n’importe lequel, aussi irréfléchi soit-il et celui qui s’imposa sous ses yeux se trouva dans les bras de Trystan mais cette supplique était complètement stupide, tortueuse, et il trouva la force de la lui refuser, de repousser tout geste encore plus destructeur envers eux. L’âme émaciée par la peur et la fatigue, le marin l’observait avec incertitude. Dans son regard, Lexia lisait une nouvelle définition : l’absence avait un goût étrange, elle offrait autant d’infini que la présence d’une personne dans sa vie. La beauté de l’absence échappait à Lexia, elle ne voyait en elle que l’infini d’une solitude prolongée, une solitude que Trystan ressentait durement. Elle ouvrit ses grands yeux et le regarda avec délicatesse et compréhension. Un pincement douloureux la saisissait, torturant son ventre de manière inconfortable. Figée dans sa peine, elle ne savait plus que faire. Trystan avait cassé la connexion entre eux. Un frisson glacial envahit la nageuse, tandis que la culpabilité emplissait ses traits. Un sentiment étrange lui souleva le cœur, le vide l’emplit de toute part pour pallier à la souffrance qu’elle venait de ressentir quelques minutes auparavant en raison des aveux dévastateurs du marin. Le vide souverain, le vide meurtrier, elle devenait ce vide. « Je suis désolée, je… » Ses yeux se fermèrent d’eux-mêmes un instant, luttant contre l’aversion qui montait en elle pour avoir à ce point poussé cet homme meurtri dans ses retranchements. Heureusement, il avait eu la présence d’esprit d’effectuer le premier pas vers sa nouvelle route, une route différente de la sienne. Les paroles de la chanson Mirror résonnait dans la tête de la jeune femme. You took my heart and gave it a home. We made it through the aching parts and I gave you my soul. Oh we tried to kill the pain and heal these scars. But now love has had its say and we're moving apart. Well we're chasing time, gotta find peace of mind and understand that we never can. Keep me in your mirror but don't take your eyes off the road. La jeune femme ne pourrait pas remplir la part manquante de son bonheur, pourtant elle était persuadée que le marin trouverait la force de s’éloigner d’elle… par nécessité. La complexité de leur relation était sans pareille, elle avait bouleversé leurs existences. « Tu as raison, je perds l’esprit. Je rends tout cela encore pire. » Dit-elle en prenant la tête entre ses mains. « Je ne suis pas entrain de revenir sur ce que je t’ai dit. » Oui, elle aimait Adriel plus que tout et si le graphiste aurait pu en douter en voyant Lexia avoir autant de mal, il pouvait tout de même s’en persuader car sinon elle n’aurait jamais eu la force de résister à ses sentiments enfouis pour le marin. Son cœur avait posé un choix, il n’avait pas tout oublié pour autant. C’était la seule nuance. Elle n’était pas soudainement devenue « amnésique » comme Trystan l’avait un instant souhaité pour lui-même et donc non elle n’était pas insensible à ce qu’il souffre à cause d’elle ni à ce qu’ils avaient partagé. Néanmoins, elle ne trahirait pas la confiance de sa famille, raison pour laquelle elle n’avait pas hésité à expliquer au Swanson où elle se trouvait présentement tout en lui demandant la discrétion sur cette virée en prison du marin. La voix vibrante d’émotions, elle se leva pour faire face à Trystan. « J’ai entendu tout ce que tu as dit. Je suis bien réelle comme tu l’as constaté et je ne suis pas insensible. Alors bien sûr que je suis triste de t’avoir causé de la peine, de t’avoir brisé le cœur après tout ce qui s’est passé, peu importe à quel point tu essaies de m’en décharger. Je suis triste parce que j’ai aussi perdu une des meilleures parties de moi en renonçant à toi. Je suis triste parce que je ne voulais pas que les choses se passent comme ça mais je ne voudrai pas changer le passé parce que maintenant je suis devenue maman. Pour autant, je ne vais pas prétendre être indifférente à ce qui t’arrives même si tu finis par me détester. C’est comme ça. Mais comme tout le reste, on sait que c’est impossible. Alors arrêtons de nous faire du mal plus longtemps. » Il ne pouvait pas lui balancer tout ce qu’il lui avait avoué et puis s’attendre à ce qu’elle soit impassible comme si elle avait été sourde. Néanmoins, la fermeté dans la voix du marin lui avait assené un coup suffisamment efficace pour qu’elle se rende compte qu’elle le poussait dans ses retranchements, qu’en réalité, il lui avait adressé un appel au secours pour qu’elle abrège le supplice de leurs retrouvailles. Elle lui devait bien ça, accéder à cette volonté : le laisser partir et ne plus revenir dans sa vie. Tout comme lui devait renoncer à elle pour de bon. Comme un adieu ultime à leur relation passée, elle n’en fit donc plus qu’une dernière allusion afin de se résoudre à n’en garder que le meilleur et pas cet affreux moment d’aujourd’hui. « Il y a eu cette journée qui a fait de nous ce que nous sommes, c'est celle-là que je veux garder en tête. La première journée où tout a changé. J'ai le vague souvenir de la musique sur le bateau, de nos rires hystériques, de cette certitude incertaine quand on disait ne rien attendre de l’autre. Je te l’ai dit la dernière fois que nous nous sommes vus et je le répète, mais je ne regretterai jamais tout ça. Peu importe le prix. Ça nous a guidé sur notre chemin, et tu retrouveras le tien, j’en suis sûre ; la route est encore longue. » Souffla-t-elle, rassemblant tout son courage pour livrer les mots qui se bousculaient en elle. Il était temps de partir et de mettre un terme à tout ceci. Trystan lui demandait d’ailleurs cette libération non littérale, une vraie libération, pas celle qui se résumait à ouvrir la porte de la cellule. « Ils ont accepté que tu sortes à condition que je t’accompagne, alors je vais te ramener chez toi… ensuite je ne reviendrai pas. » Les larmes s’étant enfin arrêtées, Lexia quitta la cellule en premier et frotta ses yeux cernés, histoire que ses collègues ne lui posent aucune question. Elle rendit ensuite l’enveloppe scellée à Trystan tandis qu’une mélancolie silencieuse s’abattit sur eux comme une chape de plomb. L’aphonie du vide qu’avait ressenti Lexia la gagnait dans tout son corps, elle agissait comme une automate. Elle était complètement vidée de toute son énergie. « La voiture est devant. Tu seras chez toi dans cinq minutes. » Cette phrase sonnait comme une futilité par rapport à la force de tout ce qui avait été dit jusqu’à présent, mais elle se tenait à la requête du marin. Le laisser partir au plus vite, dès qu’ils seraient hors-de-vue du commissariat.

_________________

it’s you and i
falling for you ▬ You should know you're beautiful just the way you are and you don't have to change a thing; the world could change it's heart, no scars to your beautiful, we're stars and we're beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Trystan Meylir
Trystan Meylir
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : blood eagle (avatar)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (3/3)

RAGOTS PARTAGÉS : 1060
POINTS : 2472
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017
Troubled Waters | Trystan Tumblr_p3xlgm4TAo1vg2yxdo2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Il a retrouvé l'amour de sa vie et ne parvient toujours pas à croire en sa chance.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On dirait qu'il se reprend doucement mais sûrement... Il était temps, il commençait vraiment à ressembler à une épave... Je me demande ce qui motive cette reprise en main cela dit...


Troubled Waters | Trystan Empty
MessageSujet: Re: Troubled Waters | Trystan Troubled Waters | Trystan EmptyLun 24 Déc - 18:17

Hold still right before we crash
'Cause we both know how this ends
Our clock ticks till it breaks your glass
And I drown in you again

Trystan reste muet quand Lexia lui demande de préciser sa remarque à propos  des causes de sa déprime. Maintenant qu’il savait qu’elle était réelle, il n’allait certainement pas se rendre plus pathétique à ses yeux en lui énumérant toutes les raisons qui faisaient qu’il ne se sentait pas bien. Il reprenait doucement le sens des réalités en même temps que ses esprits. Ce qui faisait qu’il recommençait à recourir à son mécanisme de défense préféré : le silence. Pire, conscient qu’il avait bien trop bavardé en avouant à Lexia à quel point elle lui manquait, il commençait à se renfermer, n’assumant pas ce qu’il avait dit malgré lui. En fait, il essaye carrément de repousser la brune, en lui disant qu’elle avait perdu le droit de s’inquiéter pour lui. Malheureusement, cette fin de non recevoir provoque une réaction enflammée de la part de sa destinataire. « Je perdrai le droit de m’inquiéter pour toi quand tu cesseras de te mettre dans de tels états à cause de notre séparation. Tu as fini en prison, Trystan. En prison ! Il faut être insensible pour penser que je ne serais pas venue. Tu veux te mettre la tête à l’envers ? C’est ton droit. Mais tiens-toi à carreaux si tu ne veux plus me voir. » La voix de la Weston est empreinte de fermeté, douchant le marin. Fini les douces déclarations, il était en train de se faire engueuler comme un gamin. Et il réagit exactement comme tel en faisant preuve d’entêtement. « Je viens de te dire que ce n’était pas uniquement à cause de notre séparation… Alors ne l’utilise pas comme prétexte… Et je suis encore libre de faire ce que je veux à ce que je sache. Je peux échouer ici sans que tu débarques.» Grommelle t-il, n’appréciant pas du tout la réprimande. Même si au fond, elle était plutôt légitime. En plus, Lexia le coinçait avec sa déclaration. Parce que si la partie rebelle qui sommeillait en lui se disait qu’il ne se tiendrait pas à carreaux juste parce qu’elle lui avait ordonné de le faire mais d’un autre côté, il réalisait que la voir pour de bon éveillait véritablement une peine sourde en lui. Alors oui, peut-être qu’il devrait éviter de prendre le risque de rencontres fréquentes…

Le marin commençait à vraiment se rebeller contre sa bien-aimée qui continuait à le blesser par son attitude... C’était sûrement involontaire de sa part et c’était sûrement aussi l’expression de son caractère sensible. Mais en lui montrant qu’elle ne pouvait pas se désintéresser de son sort, qu’elle tenait toujours beaucoup à lui,  elle les renvoyait des mois en arrière, les détruisant à nouveau par ses propos équivoques. Parce qu’elle donnait toujours l’impression d’être encore incertaine de son choix, elle donnait toujours l’impression de l’aimer lui, Trystan. Et ça, il ne pouvait pas l’endurer une nouvelle fois.  Certes c’était lui qui les avait entraînés dans cet échange problématique en lui avouant à quel point elle lui manquait mais il ne s’attendait pas à ce qu’elle lui emboîte le pas, à ce qu’elle entre dans ce jeu malsain en lui demandant concrètement de la prendre dans ses bras. Elle devait rester cette déesse inaccessible qu’il suppliait, pas répondre favorablement à ses supplications. Elle ne pouvait pas céder car ce n’était pas ce dont il avait besoin pour avancer, comme elle lui avait suggéré de le faire. Non, ce qu’il fallait c’est qu’elle assassine une bonne fois pour toute, tous ses espoirs, même si ça voulait dire faire preuve de cruauté. Peut-être que cette cruauté là, serait justement plus miséricordieuse que celle qui consistait à raviver les braises de leur amour moribond. Même si, c’était injuste de lui en vouloir parce qu’elle n’était pas insensible mais c’est ce qu’il ressentait. Ils étaient tous les deux plongés dans un cercle vicieux, dans une équation insoluble. En s’aimant, ils se blessaient mutuellement mais en se blessant, ils se prouvaient qu’ils s’aimaient.

Sauf que ça ne pouvait pas durer pour toujours. Il fallait que l’un de des deux trouvent la force de briser le schéma et contre toute attente, c’est finalement Trystan qui le fait. Il marque la rupture la plus violente en rejetant la demande de Lexia et en lui faisant remarquer qu’elle n’aurait pas dû la formuler… La réaction de la jeune femme est bouleversante. Elle pleurait déjà depuis de longues minutes, les traits de son beau visage semblant se fissurer un peu plus à chaque seconde, la douleur et la peine se lisant dans son regard mais lorsque le marin marque la rupture, elle se brise littéralement en mille morceaux. En fin de compte, c’était lui qui avait preuve de cruauté, rajoutant à la culpabilité qu’elle portait déjà comme un fardeau écrasant. « Je suis désolée, je…Tu as raison, je perds l’esprit. Je rends tout cela encore pire. » Dit-elle toute la peine du monde dans la voix, l’air de terriblement s’en vouloir. Il ne  confirme pas pour l’accabler mais oui, elle venait de rendre les choses encore plus difficiles… Elle met de toute façon très longtemps à accuser le choc et il lui laisse un peu de temps. Surtout qu’il doit lui-même résister à la tentation tandis que les tentacules de leur cercle vicieux reviennent le taquiner. Parce que de manière absurde, il a toujours envie de la consoler malgré tout… Mais bien sûr, il ne fait rien. Il devait continuer ce qu’il venait d’initier, aussi destructeur que ce soit… Car même si c'était douloureux, elle venait de lui permettre de mettre un pied sur le chemin de la guérison. En refusant d'accéder à sa demande, il venait pour la première fois de penser à lui, de découvrir qu'il avait encore un peu la volonté de se préserver un peu. Au fond, il voulait peut-être s'en sortir...

« Je ne suis pas entrain de revenir sur ce que je t’ai dit. » Lexia semble aussi retrouver de la volonté et trouve la force de faire une déclaration. Et celle-ci va enfin dans le sens de la clôture. Elle lui dit enfin ce qu’il a besoin d’entendre. Ses mots sont sincères, véridiques, réalistes et d’une certaine manière, apaisants. « Je le sais… » Glisse alors Trystan quand elle lui explique qu’elle est surtout triste parce qu’elle aurait voulu que les choses se passent différemment. Elle aurait voulu ne pas lui briser le cœur, ne pas le perdre. Et sur ce point, il lui laisse aisément le bénéfice du doute au lieu de répliquer encore et toujours que c’était elle qui avait fait un choix. Il lui pardonnait même. A supposer qu’il lui en ait voulu au moins cinq minutes car il n’avait jamais considéré que c’était de sa faute uniquement… Ensuite, Lexia arrive aussi à résumer ce qui constitue l’essence de leur cercle vicieux en quelques mots. Impossible qu’elle arrête de se soucier de lui. Impossible qu’il se mette à la détester pour ça, même s’il prétendait le contraire. Par contre tout le reste était aussi impossible alors autant s’arrêter là. Une nouvelle fois, il hoche la tête en allant dans son sens. « Je crois que je comprends ce que tu veux dire et je suis d’accord… Je n’aurais pas dû te dire tout ce que je t’ai dit ce soir. Autant ce que j’ai dit quand tu pensais que tu n’étais pas réelle que le reste, ensuite. Alors oui, arrêtons-nous là. Arrêtons de jeter du sel sur nos plaies. » Glisse t-il, désormais presser d’aller lécher ses nouvelles blessures et d’estomper le souvenir de cette rencontre loin d’elle. Il avait dit ce qu’il avait à dire pour sa part. A voir s’il arrivait en mettre en application ce qu’il venait dire et s’il arrêterait de raviver ses propres blessures en s’accrochant à son souvenir.

Malheureusement, alors qu’il pensait qu’elle lui avait enfin offert la conclusion dont il rêvait, elle lui remet un nouveau coup inattendu en reparlant d’un certain souvenir. Il ne veut pas la brusquer alors il se retient de lui hurler de se taire mais c’est pourtant ce que son cœur et sa tête rêvent de faire. Finalement, elle n’avait peut-être pas compris… Il la laisse terminer mais cette fois, il prend moins de pincettes dans sa réponse. « Je croyais qu’on venait de se mettre d’accord pour arrêter tout ça ? Je ne veux plus parler de nous ou de nos souvenirs. De ce qu’on a été. Tout cela a été réduit en poussière alors stop. Nous ne sommes plus rien en vérité alors ce qu’on a été ne compte pas. Et tu sais quoi ? Je ne veux pas savoir ce que tu vas garder en tête ou pas, de ce que tu regrettes ou pas. En vrai, je m’en fous, Lexia. Je ne veux pas qu’on se refasse des adieux ou quoi que ce soit. On l’a déjà fait, je ne veux pas recommencer. » Encore une fois, elle ne devait pas penser à mal, essayant sans doute de lui  prodiguer sa philosophie, la façon qu’elle avait trouvée, elle, de se consoler mais pour le moment, il ne voulait pas l’entendre. Plus tard, peut-être que ces souvenirs seraient des moteurs mais pour le moment, pour lui, c’étaient des entraves, des lames chauffées à blanc qui remuaient ses entrailles dans une torture constante. Il n’avait pas son recul, il ne pouvait pas voir leur relation comme une parenthèse agréable qui l’aiderait à passer à autre chose. Pas quand il avait rêvé de l’épouser et de devenir le père de son enfant et que ce rêve avait été réduit en poussière.

Il s’en veut de finir comme ça, en la malmenant presque mais des coupures nettes semblaient être la seule solution pour sortir de cet imbroglio, pour qu’elle arrête de le faire se sentir encore plus mal qu’il ne se sent déjà. Le temps de la conclusion est véritablement arrivé cette fois-ci. « Ils ont accepté que tu sortes à condition que je t’accompagne, alors je vais te ramener chez toi… ensuite je ne reviendrai pas. » Il hoche la tête. « Ok. » Dit-il autant pour dire qu’il acceptait qu’elle le raccompagne (puisqu’à apparemment, il n’avait guère le choix) que pour le fait qu’elle ne reviendra pas. En réalité du moins, parce qu’il n’était pas sûr de pouvoir contrôler ses propres songes. Le silence entre eux s’installe tandis qu’il se réapproprie ses effets personnels. Ils sortent dans le plus grand silence de la cellule puis du commissariat, l’air froid frappant le visage du Meylir lui rendant encore des vestiges de sa lucidité. Il hoche la tête lorsqu’ils arrivent à la voiture et que Lexia lui dit qu’il sera chez lui dans  5 minutes.  Il s’installe sur le siège passager de la voiture, réalisant quand même qu’il y a une dernière chose qu’il se  devait  de dire. « Merci quand même de m’avoir sorti de là. » Il appuie ensuite sa tête sur la vitre, regardant à l’extérieur, en silence.

Spoiler:
 

_________________

my words sit heavy in my chest from years and years, returned at your account, disturbed from rest, of the love we lived, now learned
Revenir en haut Aller en bas
Lexia Weston
Lexia Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Keelin, Dylana & Megan
TON AVATAR : Mila Kunis
TES CRÉDITS : ava - cristalline ; gif profil - pennywifey ; code signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Adriel (intrigue incendie)

Fini - Adriel - (Declan) - (Luka) - Adriel (2) - Thomas - (Josh) - (Caleb) - Trystan - Deborah (Appel) - Dimka - Adriel (3) - Ivy - Trystan (2) - Intrigue Disparition Myrtle White - Adriel (4) - Thomas (2) - Trystan & Adriel - Adriel (Appel) - Dimka (2) - Trystan (3) - Adriel&Thomas - Trystan (4) - les enchères - Adriel (5) - Thomas (3) - Anniversaire Max - (Adriel (6)) - Deborah.
RAGOTS PARTAGÉS : 745
POINTS : 2601
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2017
Troubled Waters | Trystan Tumblr_puqlw5A7O61vg2yxdo3_r2_250
ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans (26 août)
CÔTÉ COEUR : Comblée. Amoureuse d'Adriel et maman d'un petit garçon.
PROFESSION : Garde cotière, autrement dit dans le service de la police maritime, de recherche et de sauvetage. Ancienne nageuse de niveau olympique.
REPUTATION : Elle a l'air beaucoup plus épanouie depuis qu'elle a eu son fils. Elle a enfin la famille dont elle rêvait. Beaucoup de bonheur aux heureux parents.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

Troubled Waters | Trystan Empty
MessageSujet: Re: Troubled Waters | Trystan Troubled Waters | Trystan EmptyMar 25 Déc - 20:34

I knew I had tasted love
The first sip always makes you choke
It was the sweetest sound I ever spoke
So bitter and so beautiful

« Je n’ai pas besoin de l’utiliser comme prétexte. Tu t’en es largement servi quand je n’étais qu’une simple illusion. » Répondit Lexia, désormais braquée par les réactions puériles de Trystan. Le marin lui avait balancé tous un tas de choses en croyant qu’elle n’était pas réelle et il avait bien fait de lâcher la bride de son ressentiment. Au moins, il était parvenu à se défouler contre elle, cependant il n’était pas vite gêné de la rembarrer aussi abruptement par après. Elle l’avait fait souffrir, mais le pêcheur n’y avait été avec le dos de la cuillère non plus aujourd’hui. Aussi, malgré sa douceur et sa patience, Lexia avait aussi ses limites et elle n’en démordrait pas, aussi têtue que le reste de la famille Weston. Trystan ne voulait plus la voir ? Parfait. Il n’avait qu’à ne pas se faire choper à nouveau. « Tu es une sacrée tête de mule quand tu t’y mets. » Elle aussi d’ailleurs, mais c’était toujours plus facile de le constater chez les autres. « Tu ne remettras pas les pieds ici, c’est clair ? Ce n’est pas seulement ta réputation qui risque d’en prendre un coup, c’est aussi ton affaire, une entreprise où tu n’es pas le seul. Les commerces ne font pas confiance aux types qui croupissent régulièrement ici, et à Tenby, les rumeurs vont vite. Tu crois que je viens ici juste pour te faire plaisir ou te torturer l’esprit ? C’est pour t’éviter les ennuis. Alors oui, essaie de les éviter par toi-même. » Il était vraiment bon à secouer, entre les déclarations enflammées et les réponses par défi du type « je fais ce que je veux ». Ok, mais à quel prix ? Néanmoins, l’attitude de Lexia démontrait une sensibilité envers les problèmes de Trystan et il se rebellait surtout contre ce comportement qui réveillait en lui de vieux souvenirs et risquait de lui générer de nouveaux espoirs si les retrouvailles ne cessaient pas très vite. Progressivement, la jeune femme comprit qu’il essayait de l’aider à se ressaisir et la pousser dans ses retranchements pour éveiller sa colère. En fait, dans son comportement, le marin attendait qu’elle se montre moins sensible et plus indifférente à son sort, car il aurait plus facile d’avancer si elle ne montrait plus aucun signe d’intérêt même si celui-ci était en rapport à sa souffrance. Toutefois, la réaction de Lexia fut tout autre. Sa voix se brisa et elle regretta son moment de faiblesse. La brune indiqua tout de même clairement qu’elle n’avait pas changé d’avis et Trystan reconnut de son côté qu’il n’aurait pas dû lui avouer tout son ressenti ce soir. Les deux ex convinrent qu’il valait mieux arrêter de ressasser le passé.

Pourtant, l’ambiance ne se détendit pas longtemps. La jeune femme rappela ensuite un dernier souvenir pour souligner qu’il avait réussi à se réparer une première fois et qu’elle était certaine qu’il le ferait à nouveau. Mais c’était beaucoup trop tôt et Trystan ne retint que la partie « passé » et « regrets » de ses propos, aussi il s’emballa à nouveau sur elle. « Oh arrête ! Si tu t’en fous, agis comme tel aussi alors. » Répondit-elle piquée au vif. Il pouvait lui en vouloir, il pouvait nourrir du ressentiment contre elle mais elle ne se laisserait pas parler de la sorte pour la cause. « Tu n’as pas compris ce que j’ai voulu dire alors tant pis. Je sais ce que tu fais et c’est bien, ta colère est la première étape. » Décidément, il jouait aux bipolaires entre l’illusion et la version réelle qu’il avait de Lexia. Elle pensait simplement que si elle avait trouvé son chemin, il trouvait le sien aussi, peu importe le temps que ça prendrait. Néanmoins, rien de ce qu’elle dirait désormais ne pourrait apaiser le cœur meurtri de Trystan, alors Lexia se promit de s’en tenir à l’essentiel : le sortir et le ramener. Le fait qu’il venait de lui balancer qu’il se fichait de tout, et particulièrement de ce qu’elle ressentait, l’avait profondément blessée et cette fois, le marin avait atteint son but. La nageuse s’enferma dans sa carapace. Il était temps de ne plus rien laisser filtrer, de ne plus laisser cet amour qu’elle devait conjuguer au passé empiéter sur son présent car loin d’aider à guérir ses blessures, elle l’enfonçait davantage. Les yeux du marin trahissaient toujours l’ampleur si élevée de leur dépendance mutuelle et de sa douleur à devoir le supporter comme une véritable épreuve. Lexia avait enfin saisi cette barrière inviolable entre eux ; il résistait pour protéger son cœur des derniers ravages qu’elle pourrait causer. Le rejet de Trystan reflétait l’amour avec lequel il avait tout accepté depuis le début, sans jamais broncher, jouant le jeu jusqu’à ses limites ultimes. Et depuis tout ce temps, Lexia n’avait pas réussi à le pousser à la détester, aveuglée par les accents de cette histoire sans fin.

Les deux anciens amants sortirent du commissariat et s’installèrent dans la voiture, un silence accompagnant le démarrage. Le Meylir remercia ensuite Lexia de l’avoir extirpé de ce trou à rats et elle hocha la tête en guise de réponse. A priori, ses collègues ne consigneraient pas cette petite visite nocturne dans un dossier et pas une âme ne les avait vu sortir alors personne n’en saurait rien. Le trajet se déroula majoritairement dans le silence, même si la jeune femme le brisa finalement à la fin. « Tu peux m’en vouloir et tout ce que tu veux, mais ne laisse pas tout ça changer la personne que tu es au fond de toi. » La jeune femme avait lancé un dernier regard furtif au marin, juste avant de s’arrêter devant chez lui. Elle se mordit la langue pour tenir bon et ne rien lâcher d’autre. Sans l’exprimer de vive voix, elle repensa au début de leur conversation et elle songea qu’il existait d’autres moyens d’oublier une relation que l’amnésie ou l’alcool. A lui de les découvrir. Ce soir, une ligne venait d’être franchie, un non-retour vers lequel Lexia trouva la force nécessaire de le libérer pour de bon. Réalité perfide que de réaliser être à la fois le soleil et la nuit d'un être cher, que l'on représente un des rares ingrédients de son bonheur tout en portant le masque de bourreau. Il était temps. Partir. Oublier que tout existe. Libérer les entraves de son cœur attaché au sien. C’était étrange de finir ces retrouvailles de cette façon mais comme le pêcheur l’avait dit, ils s’étaient déjà fait leurs adieux sur le bateau. Elle ne pouvait lui demander d’agir en adulte en ne retournant pas en prison si elle n’adoptait pas le même comportement en cessant d’être accrochée à un passé révolu. Elle ne le regarda plus, rivant ses yeux à l’horizon pour ne pas chercher à le retenir, comme elle le lui avait promis. Il était temps de tirer un trait définitif sur le passé. Sa famille l’attendait à la maison et elle comblerait petit à petit le vide béant laissé dans une moitié de son organe battant. Quant au cœur du marin, il se durcirait à nouveau, il n’aurait plus à souffrir. Pauvres âmes embrouillées, délivrées par le dénouement impitoyable de cette ultime rencontre. « Au revoir, Trystan. »


_________________

it’s you and i
falling for you ▬ You should know you're beautiful just the way you are and you don't have to change a thing; the world could change it's heart, no scars to your beautiful, we're stars and we're beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Troubled Waters | Trystan Empty
MessageSujet: Re: Troubled Waters | Trystan Troubled Waters | Trystan Empty

Revenir en haut Aller en bas

Troubled Waters | Trystan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-