AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

So we are here again — Moira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Harmajabb-MrTurtle
TON AVATAR : Lee Pace
TES CRÉDITS : ©Harmajabb-MrTurtle (avatar)
TA DISPONIBILITE RP : Luke - Richard - Ellie - Moira -

Une place de libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 179
POINTS : 305
ARRIVÉE À TENBY : 10/11/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 39 ans
CÔTÉ COEUR : Célibataire ; Il n'a jamais su se poser en réalité
PROFESSION : Journaliste au Tenby Dispatch
REPUTATION : Rémy est une tête connue, dans les environs. Il faut dire que sa profession aide pas mal à s'attirer la sympathie (ou non) des gens. Il a des côtés un peu mystérieux, on a parfois du mal à le cerner mais on lui pardonne : il est Ecossais après tout !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: So we are here again — Moira Mar 6 Nov - 11:51

Il y a environ 3 millions de Moira dans le monde entier, alors ça ne peut pas être possible que ce soit elle. Pourtant, moi qui écoute passivement les rumeurs qui traînent dans le Dispatch, je ne fais jamais attention et ne décide jamais de faire un article basé sur ça. Seulement, il y aurait environ… 200.000 Moira qui seraient des infirmières ? 100.000 Moira qui correspondraient aux descriptions vagues de mes collègues. Ma stagiaire ne fait pas attention à mon air assez concerné par ce que j’entends et le fait que cette nouvelle arrivée dans Tenby occupe totalement mes pensées, à un point que je n’ai pas été très productif ce matin et à peine l’après-midi.

Je repense à cette Moira, celle que j’ai naïvement et imprudemment mis en danger. Elle a failli y passer et elle aurait pu encore si elle n’avait pas été amnésique, donc devenue inoffensive aux yeux des responsables. À mes yeux, je suis devenu le responsable de sa condition et il m’a été très difficile de la regarder, faire connaissance avec moi à nouveau et oublier… Tout ce qu’on avait vécu. C’était très difficile et très douloureux. Ça m’avait mis dans une si grande colère que j’ai incendié les responsables que j’ai finalement trouvé trois mois plus tard. Très rapidement, ils avaient fait sujet d’une enquête et ont fini par avoir 15 ans de prison avec sursis, d’autres à perpuité. J’ai dû prendre sur moi par la suite, j’avais eu du mal à rester à Edinburgh après toute cette histoire que j’ai décidé de partir. J’ai laissé à Moira mon adresse, l’adresse de mes parents, cette maison que je suis actuellement en train de reconstruire. Si jamais elle déciderait de venir me voir, si quelque part, elle chercherait des réponses. On m’avait dit de m’éloigner d’elle, ça aurait été mieux. Je l’ai fait. Mais je lui ai tout de même donné un choix. Elle viendra que quand elle le voudra vraiment. Apparemment, elle est venue et j’ai appris à ne jamais croire au hasard. J’ai passé quasiment toute la journée à me dire que c’est Moira qui est là, que ce n’est pas une autre personne. On m’avait posé des questions sur cette nouvelle arrivée, je fais mine que je ne m’intéresse pas tant que ça. Je fais de mon mieux pour cacher mon trouble par rapport à ça.

Je devais avoir le coeur net que je décide d’aller à la rencontre de cette Moira. Mais comment la retrouver dans cette ville qu’est Tenby ? Elle est peut-être infirmière, mais elle n’a pas encore trouvé un travail, du moins pas dans l’hôpital. Alors… Si elle cherche du travail… Mh. Elle serait devant son ordinateur, la connaissant, à naviguer entre les offres posté sur internet au lieu de regarder les journaux locaux. Elle ne serait pas dans les lieux publics comme les cafés, bars, resto, fast-food, qu’en sais-je. Elle peut être à Tenby tout autant qu’à Swansea. C’est un peu chercher une aiguille dans une botte de foin en vrai. Donc j’ai peut-être fait preuve d’indiscrétion en allant demander à l’agence immobilière quelle maison a été la plus récemment vendue, que je voulais l’acheter et que j’étais dégoûté qu’elle me soit passée sous le nez. Juste comme ça, juste pour jouer un client un peu frustré en vrai. Mais c’est ainsi que je sais quelle maison Moira a obtenu. Il ne m’a pas fallu si longtemps que ça.

J’envoie un message à mon frère que je rentrerais plus tard que prévu. S’est suivi d’une petite discussion alors que je me dirigeais tranquillement vers la nouvelle maison de Moira. Je ne sais pas ce que je ferai face à sa porte, je ne sais pas ce que je ferais si ce n’était pas la bonne Moira d’ailleurs. En vrai, je ne sais pas si frapper à la porte serait une bonne idée. Je devrais rester de loin l’observer et voir si c’est vraiment elle, je la laisserai faire le premier pas par la suite. Ça me semble être bon comme ça. Je restais constamment en mouvement, dans la marche, dans la façon d’envoyer des messages à mon frère pour éviter que cette gêne apparaisse en pleine retrouvailles. Je ne veux pas que cela se voit de suite. Même si ça a tendance à se manifester au milieu de la nuit et en pleine matinée, ça devrait aller pour le soir. Mais on ne sait jamais. C’est arrivé une fois en plein travail, je ne m’y attendais pas et j’ai vraiment galéré à cacher ça.

C’est à peine que je relève la tête du téléphone que je croise la silhouette très familière. J’en hausse les sourcils assez surpris, mais surtout pris de court. Je n’ai rien pu dire sur le moment, détaillant la jeune femme qui faisait face à moi, devant sa maison. Si je disais qu’il y avait environ 100.000 Moira qui correspondaient aux descriptions vagues données par tout le monde, il y a qu’une Moira Henderson, une Moira qui pourrait avoir un tel regard. « Moira. » fis-je après un petit moment de silence, je fronce un peu les sourcils, laissant mon frère en plan dans l’échange des sms. « Je… Alors c’est vrai, tu es venue à Tenby. » Je m’étais un peu repris en secouant légèrement la tête. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle vienne après 3 ans de silence.

_________________

BROTHERSHIP
And what can I tell you, my brother, my killer ? What can I possibly say ? I guess that I miss you, I guess I forgive you, I'm glad you stood in my way...


COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Charlie
TON AVATAR : Troian Bellisario
TES CRÉDITS : (c) VOCIBUS
TA DISPONIBILITE RP : En cours : So we are here again ft Rémy
Libre: 3/4
RAGOTS PARTAGÉS : 24
POINTS : 49
ARRIVÉE À TENBY : 25/10/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 ans
CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
PROFESSION : En pleine recherche
REPUTATION : Est-ce que je veux vraiment le savoir?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: So we are here again — Moira Mar 6 Nov - 17:25

So we are here again
Rémy & Moira
Do you ever wish you had a second chance to meet someone for the first time?

Halleluja! Je vidais enfin le dernier carton. J'étais la depuis quoi? Une semaine? J'avais l'impression d'avoir vidé ces cartons pendant une éternité! Et quand je ne vidais pas mes cartons je passais mon temps sur mon PC à chercher du boulot... Je n'avais pas encore eu l'occasion de visiter la ville mais je connaissais ma maison par cœur à présent. Elle n'était pas très grande mais j'étais seule donc cela suffisait amplement. J'étais ravie en revanche du petit jardinet à l'arrière, plus au moins à l'abri des regards indiscrets et juste assez grands pour une table et quatre chaises!

Tenby... Ça changeait tellement d’Édimbourg! Le soir il m'arrivait de regretter un peu mon départ, d'autant plus que je n'étais même pas sûre de trouver ce que j'étais venue chercher... J'avais perdu cinq ans de souvenirs et trois autres à essayer de les retrouver en vain. Venir ici était mon dernier espoir de les retrouver ou du moins de pouvoir tourner la page. Je rassemblai les cartons encore éparpillés près de l'entrée.

Son adresse était là, posée sur la caisse en bois qui me servait de meuble à chaussures. Je n'avais pas encore pris le temps d'aller voir en vrai à quoi ressemblait sa maison. Je dis en vrai car j'avais évidemment déjà repéré les lieux avec Google et son super-intrusif streetview ainsi que son plan satellite. Chaque fois que je m'en servais j'étais choquée de me rendre compte à quel point notre vie privée était devenue quasi inexistante avec toutes ces nouvelles technologies aussi jouissive qu'effrayante...

Je saisis le bout de papier entre mes doigts. Son nom écrit en haut, d'une écriture net et précise "Rémy Caryll". Quand je lisais ce nom je revoyais le visage émerveillé de cet homme à l’hôpital lorsque je m'étais réveillée après mon accident puis la douleur dans ses yeux lorsque je lui avais demandé de se présenter. Je l'avais à peine revu après ça. Il avait insisté pour savoir si je ne me souvenais vraiment de rien et c'était malheureusement le cas... La dernière fois qu'on s'était vus, il m'avait remis ce bout de papier et un article qu'il avait écrit. Je l'avais lu une bonne centaine de fois, rien ne me revenait.

J'avais passé les trois années suivant mon accident à voir tous les médecins de la région et du pays pour essayer de trouver de l'aide, j'avais parcouru chaque centimètre d’Édimbourg à la recherche du moindre bribe de souvenir mais rien. Tout ce que j'avais récolté c'était des sortes de flash que je supposais être l'accident en lui-même. Mes anciennes collègues dont j'avais oublié la plupart n'avaient pas pu m'aider non plus. Ce fameux Rémy était donc mon dernier recourt.

Perdue dans mes pensées, j'attrapai le plus de cartons possible et sorti pour les déposer aux ordures. Je ne sortais que deux secondes et je ne connaissais encore personne ici donc je n'avais pas pris la peine de me couvrir, mon top un peu trop court et mon short feront l'affaire. Une fois les cartons déposés, je fis demi-tour pour rentrer. C'était sans compter tomber nez à nez avec le fameux Rémy. Dans cette tenue évidemment, sinon ce n'est pas drôle. Il avait l'air surpris de me voir, bien que je doute que ce soit un hasard. J'eu un sourire en coin... "Je vois que Mrs Lloyd ne racontait pas de salade lorsqu'elle disait que les rumeurs allaient bon train dans la ville"

Je ne savais pas vraiment si j'étais contente qu'on se croise ainsi ou non. D'un côté je n'avais plus à me prendre la tête pour savoir comment j'allais l'aborder mais d'un autre j'aurais préféré prendre un peu plus mon temps, je me sentais un peu prise de court... "Rémy c'est ça?" Je savais pertinemment qui il était, comment pouvais-je oublier ce visage horrifié à l’hôpital? Enfin, c'était plutôt ironique de ce dire ça car ma mémoire m'avait joué un sacré mauvais tour pour le coup. "J'habite juste là mais si tu es la je suppose que tu le sais déjà... Tu veux entrer?" Je commençai à descendre la rue sans l'attendre. "Par contre, tu m'excuseras mais j'ai pas grand-chose à te proposer, je n'ai pas vraiment pris le temps de faire les courses." lui lançais-je alors qu'il était dans mon dos


©️ Gasmask

_________________

Le spleen n'est plus à la mode   
❝ What's wrong with me? Why not understand and see? I never saw what you saw in me. Keep my eyes open, my lips sealed, my heart closed and my ears peeled.      ➳      Welcome to the inner workings of my mind
Ⓒ nowehere girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Harmajabb-MrTurtle
TON AVATAR : Lee Pace
TES CRÉDITS : ©Harmajabb-MrTurtle (avatar)
TA DISPONIBILITE RP : Luke - Richard - Ellie - Moira -

Une place de libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 179
POINTS : 305
ARRIVÉE À TENBY : 10/11/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 39 ans
CÔTÉ COEUR : Célibataire ; Il n'a jamais su se poser en réalité
PROFESSION : Journaliste au Tenby Dispatch
REPUTATION : Rémy est une tête connue, dans les environs. Il faut dire que sa profession aide pas mal à s'attirer la sympathie (ou non) des gens. Il a des côtés un peu mystérieux, on a parfois du mal à le cerner mais on lui pardonne : il est Ecossais après tout !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: So we are here again — Moira Mar 6 Nov - 20:07

Un top, un short, c’est du Moira craché. À faire comme si personne n’était là, ce qui était presque le cas. J’aurais pas dû être là ceci dit et j’aurai dû faire attention et veiller qu’elle n’était pas dehors au lieu de planter mon nez contre le téléphone pour textoter mon frère. J’étais surpris sur le coup, parce que bon, là on peut dire que j’ai bien géré à l’agence immobilière, mais là, je ne gère pas du tout maintenant. Si je m’étais légèrement senti tendu quelques secondes, je laisse place à un sourire amusé, je n’ai pas pu retenir mon rictus à sa phrase. « Mrs Lloyd t’as aussi invité chez elle ? Elle fait ça à tous les habitants. Je suis passé par là… Deux ou trois fois ? » fis-je en plissant les yeux quand je me mets à hésiter sur le nombre de fois que je suis venu chez elle. Enfin peu importe, je me reprends. « Elle pose toujours des questions et cherche à avoir le moindre détail sur ce que tu es pour ensuite le répéter aux autres. Et voilà… » Voilà comment j’ai fini par savoir sur le coup. C’est surtout que j’en ai entendu parlé dans le journal, mais après, j’ai déduis tout seul. J’hausse les épaules pour conclure en vrai, bien que dans le fond je ne savais pas trop quoi faire, si ce n’est que je suis en train de me taper intérieurement parce que je me suis fait prendre un peu trop vite.

Elle relance en me demandant si j’étais bien ce Rémy. Je serre la mâchoire et hoche silencieusement la tête en fermant les yeux quelques secondes. Je ne sais pas comment l’expliquer, mais c’est difficile de voir une personne pour qui elle comptait beaucoup pour moi ne pas se souvenir de moi, des moments que nous avons vécu. C’est vraiment dur, mais j’ai eu trois ans pour encaisser et tourner la page, je lui ai laissé l’adresse pour quand elle aura des questions, qu’elle sera prête à me parler. « Oui, bien sûr. Pour éviter que les oreilles indiscrètes se tendent… » avouais-je, parce que je connais très bien ce quartier qui est réputé pour avoir des voisins qui regardent par les fenêtres et qui en font toute une histoire. Je me mets à la suivre, marchant derrière elle alors que je range le téléphone, ignorant les messages sur le coup. « Désolé… En vrai, je voulais voir où tu habitais tout simplement, je ne pensais pas te trouver devant la maison. » Une pause et je lève les yeux au ciel, me maudissant de dire ça. Je n’ai jamais su tourner autour du pot avec Moira. « Je voulais te laisser l’occasion de faire le premier pas. Désolé de t’avoir prise de court. Je voulais voir si c’était toi. » fis-je en regardant son dos avant d’entrer chez elle. « Enfin, toi dans le sens… Si tout le monde parlait bien d’une Moira Henderson. Parce que j’ai tendance à ne pas trop croire aux rumeurs et surtout à ne pas les écouter. » Sauf cette fois-ci, où je n’ai pas pu m’en empêcher. La revoir ainsi me fait rappeler des souvenirs qui sont définitivement perdus, j’ai beau me souvenir des moments que j’ai passé avec elle, mais c’est perdu. Pour moi, le souvenir existe quand deux personnes la partagent, quand l’une n’est pas capable ou ne veut pas la partager, il est difficile de rester ensemble. Je vois qu’elle a déballé ses cartons, elle était vraiment sur le point de s’installer ici. Est-ce qu’elle est là pour trouver ses souvenirs, les souvenirs dont je semble être le seul à détenir, dont je semble être la clé ? Le souci, c’est que je me rends compte que j’ai plusieurs clés face à une seule serrure.

_________________

BROTHERSHIP
And what can I tell you, my brother, my killer ? What can I possibly say ? I guess that I miss you, I guess I forgive you, I'm glad you stood in my way...


COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Charlie
TON AVATAR : Troian Bellisario
TES CRÉDITS : (c) VOCIBUS
TA DISPONIBILITE RP : En cours : So we are here again ft Rémy
Libre: 3/4
RAGOTS PARTAGÉS : 24
POINTS : 49
ARRIVÉE À TENBY : 25/10/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 ans
CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
PROFESSION : En pleine recherche
REPUTATION : Est-ce que je veux vraiment le savoir?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: So we are here again — Moira Mar 6 Nov - 22:12

So we are here again
Rémy & Moira
Do you ever wish you had a second chance to meet someone for the first time?

Il ne semblait pas étonné un seul instant de ma visite à Mrs Lloyd et pour être honnête je n’étais pas surprise non plus... Selon moi Mrs Lloyd était le genre de vieille dame qui passait son temps derrière sa fenêtre à épier ses voisins et à colporter la moindre petite rumeur insignifiante... J’imagine bien son excitation à chaque nouveau petit pion qui s’installe sur son terrain de jeu... "Mrs Lloyd est un passage obligé quand on s’installe ici non? Je suppose que tout le monde y passe..." Ce n’était pas vraiment une question. Mon passage chez elle m’avait déjà amplement suffi à cerner la vieille dame!

J’eu un sourire lorsqu’il aborda les oreilles indiscrètes, à croire que les rumeurs rongeaient cette ville. Cela m’importait peu de toute manière, je n’avais rien à cacher... En route vers chez moi il s’excusa d’etre venu jusqu’ici. Au fond je ne lui en voulais pas vraiment, il m’ôtait une épine du pied en l’occurrence... " Tu sais, j’aurais probablement fait pareil à ta place..." Je marquai une pause un instant, pensive. "Quoi que... J’aurais probablement été plus discrète." Lui dis-je en mimant le fait de taper sur un clavier. Pourquoi se déplacer quand on peut avoir toutes les réponses de chez soi?

J’etais quand même surprise de la rumeur. La vie était-elle si ennuyeuse ici qu’il était nécessaire de faire une histoire à chaque nouvelle arrivée? Surtout aussi insignifiante que la mienne. Je n’etais pas d’ici, je connaissais personne et n’étais quasiment pas sortie de chez moi... Je les imaginais discuter et radoter entre eux en décrivant leur nouvelle voisine « Et tu te rends compte?! Elle sort dans la rue dans cette tenue? Ça n’a vraiment aucune allure... Je vais appeler l’autre pour lui dire à lui aussi. En plus vu son âge elle devrait déjà être mariée et avec des enfants... Ça cache quelque chose de pas net tout ça » J’en riait intérieurement, tout ça m’avait toujours dépassé. J’y avais été confronté pas mal de fois avec mes patients, ça me mettait un peu en colère au début puis j’avais appris à m’y faire. Ça me faisait plus rire qu’autre chose à présent!

Une fois arrivés chez moi, je lui fis signe d’entrer. Je lui présentai mon humble canapé de la main avant de me diriger vers le frigo. Je le savais, il était vide... C’était peut-être le destin, deux Guinness trônait au milieu de celui-ci. Ma bière favorite, ça doit être un reste de ma vie en Irlande car partout ailleurs elle n’est pas tellement appréciée. Je saisis les deux bouteilles et lui en tendus une.  "J’espère que ça te va, je n’ai plus que ça de toute manière..." J’ouvris la mienne et bu une première gorgée. J’adorais vraiment cette bière, si elle n’existait pas, il faudrait l’inventer, vraiment! Bon, il fallait que je lui parle, maintenant qu’il était là... "Tu sais je comptais passer chez toi un jour ou l’autre, je voulais attendre d’être installée correctement."

Je savais pertinemment que depuis mon arrivée j’avais passé mon temps à me chercher des excuses, à repousser le moment où j’irai Le voir car au fond je ne savais pas ce que je faisais ici. J’avais presque perdu l’espoir de me souvenir de quoi que ce soit mais vu ce que j’avais retrouvé dans mon appartement, les photos, les petits mots,... Il était important pour moi et je ne m’en souviens pas. Je ne sais même pas ce qu’on était exactement l’un pour l’autre. Je suppose que j’avais envie de savoir au moins ça, et rester à Edimbourg était devenu trop douloureux alors pourquoi ne pas essayer de tout recommencer ailleurs? Des infirmières il en fait partout, je finirai bien par trouver ma place!

Sans m’en rendre compte ma bière était déjà vide. Super, je l’avais engloutie sans même y faire attention... Je n’allais pas être saoul, ça non mais ça rendrait sûrement cette discussion plus honnête. Je revins vers lui : "Je n’ai pas retrouvé le moindre souvenir. Pendant trois ans, j’ai passé mon temps dans des cabinets de médecins, j’ai fait le tour d’Edimbourg dans tous les sens mais rien. Juste quelques flashs de l’accident." Mes bras étaient couverts de petites cicatrices ci et là, pas de bol, dans cette tenue il m’était impossible de les cacher. "Tu es ma dernière carte à jouer en quelque sorte." lui dis-je en déposant ma bouteille vide dans l’évier.



©️ Gasmask

_________________

Le spleen n'est plus à la mode   
❝ What's wrong with me? Why not understand and see? I never saw what you saw in me. Keep my eyes open, my lips sealed, my heart closed and my ears peeled.      ➳      Welcome to the inner workings of my mind
Ⓒ nowehere girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: So we are here again — Moira

Revenir en haut Aller en bas

So we are here again — Moira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: Historical Center :: Residences :: Victoria Street-