AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

All reason flown, as God looks on in abject apathy (keelin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • brendan • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : ponyo (avat) tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 1172
POINTS : 2758
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : fraîchement célibataire
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


MessageSujet: All reason flown, as God looks on in abject apathy (keelin) Dim 4 Nov - 16:49

When the meaning is gone
There is clarity
And the reason comes on the common tongue of your loving me


« C'est Caroline qui s'occupe à présent du reportage sur l'île de Penang. Jesse, on a besoin que tu restes ici ces prochaines semaines. » Je vois mon reportage m'être arraché des mains, simplement parce que j'ai eu quelques jours de retard sur mon dernier reportage et je reçois le message cinq sur cinq, une pointe d'amertume coincée dans la gorge. Sans dire un mot, je quitte la salle de réunion où tous les journalistes étaient encore attablés et je retourne à mon bureau, déçu, mais surtout malade à l'idée qu'on puisse m'enlever si facilement mes projets alors que j'avais fait des tas de recherches sur la Malaisie et que j'étais prêt à partir dès le lundi suivant. Et bien non, le lundi suivant, je vais devoir le passer à Cardiff, comme tous les derniers lundis depuis des semaines. On me prive de mes voyages alors que j'en ai terriblement besoin et leurs obstination à vouloir me garder au Pays de Galles me fait beaucoup de mal. Je n'ai pas envie de rester ici. J'ai envie de découvrir de nouveaux horizons, de nouvelles cultures, de ne plus avoir toutes ces pensées néfastes dans l'esprit. Qu'importe. S'ils décident de me traiter comme ça et de me laisser faire du travail de bureau jusqu'aux prochaines vacances, je peux bien faire les choses à ma façon. Quand tout le monde sort de la réunion, j'ai déjà remballé mon MacBook et je tire ma révérence pour la journée. « Je ne me sens pas bien, je rentre chez moi. Je travaillerai depuis là-bas. » Ce n'est pas comme si mon article nécessitait que je sois à Cardiff pour le rédiger. Il me reste quelques coups de fils à passer et le tour sera joué.  

Le fait est qu'une fois à Tenby, je n'ai pas envie de travailler. Pire, j'ai envie de m'entourer d'un état d'esprit festif et je ne trouve qu'un endroit qui correspond à cette description. Les pubs. Un en particulier. Le Five Arches Tavern. Je commande une première pinte de Guinness que je descends avec morosité, mais la seconde est descendue dans une joie de vivre partagée avec tous les autres travailleurs venus trouver refuge ici après une longue journée de travail. Le soleil se couchant de plus en plus tôt, les habitants de la bourgade aiment se retrouver et combattre l'hiver en se réchauffant le coeur avec de bonnes bières. L'écran diffuse un match de cricket que toute l'assemblée suit avec avidité et je n'échappe pas à la règle. Je me mêle à cette foule en délire quand l'équipe que nous soutenons marque des points. Quand je retourne vers le bar, je vois une silhouette familière que je ne peux m'empêcher d'interpeller. « Hey, Keelin ! Comment vas-tu ? » Je la salue, sincèrement heureux de la croiser ici alors que tout le monde semble passer du bon temps.  « Ca fait un bail ! Enfin, pas autant que la dernière fois, c'est certain. » Fais-je remarquer à voix haute. Le barman s'approche de nous et je m'impose pour lui répondre en premier. « Alors je vais prendre une nouvelle Guinness, et toi, Keelin, que veux-tu ? Laisse moi t'inviter, j'ai envie de te payer un verre. » Continue-je, en souriant.

_________________

light it up
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Gal Gadot
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif signa & profil - maya, code signa - batphanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Jesse - John.
RAGOTS PARTAGÉS : 307
POINTS : 768
ARRIVÉE À TENBY : 11/03/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 ans
CÔTÉ COEUR : Mariée, ou plutôt enchainée, à un homme qu'elle aimait autrefois
PROFESSION : Conseillère municipale & professeur au lycée de Tenby
REPUTATION : Ce visage d'ange qu'on a appris à connaître et qu'on écouterait parler pendant des heures. Keelin n'est pas toujours parmi nous mais c'est un plaisir de pouvoir la compter, elle et son mari, dans les habitants de notre belle et jolie ville. Appréciée de tous, on lui sourit dès qu'elle passe près de nous dans la rue, on va directement la saluer lors des événements organisés. Bref, le petit rayon de soleil dont on a tous besoin ... Même si ce rayon est parfois obscurci par une mine qui laisse à penser qu'elle a quelque chose à nous cacher. Espérons que ce ne soit pas trop grave.


MessageSujet: Re: All reason flown, as God looks on in abject apathy (keelin) Jeu 8 Nov - 18:26


La journée avait été particulièrement longue. Après avoir donné cours, Keelin était restée à l’école pour la réunion des parents. La moitié du trimestre s’était déjà écoulée et il était temps de faire un point avec les familles des élèves en difficulté. C’était toujours un moment imprévisible : il y avait les proches qui étaient venus écouter et essayer de trouver une solution, d’autres qui ne voulaient rien entendre et niaient la réalité du problème en mode « tout est normal », et enfin ceux qui accusaient les professeurs d’avoir une dent contre leur enfant. Heureusement, Keelin n’avait que rarement connu cette troisième option. Douce et patiente, elle réussissait souvent à trouver les mots justes pour encadrer ses élèves en difficulté. L’enseignement était une véritable passion pour elle, pas seulement pour le partage des connaissances mais aussi pour le côté pédagogique qu’elle ne retrouvait plus chez elle. Après la réunion de parents, plusieurs collègues proposèrent d’aller boire un verre au Fives Arches Tavern pour se détendre et se raconter les anecdotes de la fin de journée. L’ambiance était d’ailleurs au rendez-vous : le pub diffusait un match sportif qui captivait les gens. Keelin ne s’était pas faite prier pour accompagner le groupe : ces dernières semaines, elle prenait davantage le risque de sortir plus souvent, quitte à se prendre une leçon après. Elle en avait assez de vivre dans une forme de prison.  Heureusement, son mari était occupé par son travail ce soir et elle n’aurait pas à s’inquiéter de ce détail. Le groupe de profs s’offrit deux tournées. Au moment du troisième verre, alors que le match battait son plein et que les gens dans le bar s’ambiançaient davantage, Keelin se leva pour aller commander la troisième salve de verres, la dernière salve, convinrent-ils tous. Alors qu’elle arrivait au comptoir, une voix l’interpella. « Hey Jesse ! Ça va et toi ? » Répondit-elle machinalement. C’était la question passe-partout après tout. « Oui c’est clair ! Nous n’aurons pas mis aussi longtemps à nous recroiser cette fois-ci… » L’enseignante n’avait pas encore passé sa commande, aussi lorsque Jesse lui offrit un verre, elle accepta la proposition sans réfléchir au fait qu’elle n’était pas venue seule. « Oh euh… Volontiers, je prendrai la même chose, merci. » La jeune femme attendit que le barman leur dépose les verres et trinqua avec le journaliste. « Cheers ! » Keelin reprit ensuite le fil de la discussion. « Tu travailles actuellement sur Tenby ou tu profites de quelques jours de congé ? » La dernière fois, Jesse lui avait expliqué qu’il était journaliste et qu’il ne rentrerait en principe pas très souvent. Il avait d’ailleurs l’air d’être venu seul ce soir. « En fait, je suis venue accompagnée de quelques collègues… Tu veux te joindre à nous ? » Vu les collègues en question, tous avec leur petite vie de famille bien rangée, ils ne devraient plus traîner trop longtemps. La jeune femme attendit la réponse du journaliste avant de passer la commande pour le groupe.

_________________

Because of you
I cannot cry, because I know that's weakness in your eyes ▬ I'm forced to fake, a smile, a laugh everyday of my life, my heart can't possibly break, when it wasn't even whole to start with.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • brendan • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : ponyo (avat) tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 1172
POINTS : 2758
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : fraîchement célibataire
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


MessageSujet: Re: All reason flown, as God looks on in abject apathy (keelin) Dim 18 Nov - 13:08

When the meaning is gone
There is clarity
And the reason comes on the common tongue of your loving me


« Je vais bien, merci. » Réponds-je, faisant fi du trou béant dans ma poitrine qui semble vouloir me tirer vers le bas chaque fois que j'ouvre les yeux le matin et que je me réalise que je suis désespérément seul. Je fais remarquer que cette rencontre est plus rapide que la précédente et sans surprise, la jeune femme approuve mes propos. En même temps, il aurait été difficile de faire pire. J'invite Keelin et le fait qu'elle accepte sans avoir l'air de trop réfléchir me réchauffe le coeur, comme si l'idée de passer un peu de temps avec moi ne semblait pas l'ennuyer d'avance. C'est plaisant de savoir que malgré tout, notre compagnie n'est pas devenue quelque chose dont les autres veulent s'extirper. Nous trinquons et entamons nos pintes de Guinness dans la bonne humeur. Bonne humeur que je me donne le défi de garder, même lorsque la brune mentionne mon travail. « Disons que je m'offre un petit congé, oui. » Sans la moindre gêne, je m'entends développer. « J'étais censé préparer ma valise pour partir en Malaisie à l'heure actuelle, mais mon chef a décidé au dernier moment d'y envoyer quelqu'un d'autre, alors disons que l'envie de bosser a chuté considérablement. » Je hausse les épaules, en souriant. « Et puis... Je ne pouvais décemment pas louper le match. » Je souris et pointe du menton l'écran où le match est toujours en action. Certains supporters se sont entendre de loin, ce qui doit dire que quelque chose d'important est en train de se produire de l'autre côté de l'écran, mais par politesse, je garde toute mon attention sur la galloise. Aussi, il faut dire que Keelin est bien plus intéressante qu'un match de cricket; « Oh et bien, oui, pourquoi pas. » J'accepte sa proposition de m'installer à la table des profs et j'aide ainsi la jeune femme à porter toutes les bières pour la tablée.

Je m'installe, saluant tous les professeurs, mais il est bien inutile de me présenter car nous nous connaissons déjà, ne serait-ce que parce que j'ai remplacé une ou deux fois mes parents pour les réunions parents-professeurs de ma soeur. A l'époque où Eleanor était encore l'élève modèle et où ses professeurs ne disaient que du bien d'elle. Dans une petite ville comme Tenby les rumeurs vont bon train et ils ont certainement entendu parler des mésaventures de ma jeune soeur, mais ils ont suffisamment de respect pour ne pas la mentionner et pour nous permettre de passer une agréable soirée. La conversation se poursuit entre quelques cri de soutien pour l'équipe britannique jusqu'au moment où les pintes se retrouvent vides et où les professeurs commencent à regarder leurs montres d'un air inquiet. Mes craintes se confirme rapidement et ils annoncent un à un qu'il est l'heure de rentrer. Certains mentionnent l'époux qui attend, d'autres mentionnent les enfants et je reçois ces informations comme de violents coups dans le ventre malgré mon sourire qui reste intact et compréhensif. « Tu as encore un peu de temps, toi ? » Demande-je à Keelin qui contrairement aux autres est encore assise. « Avoue, tu veux voir la fin du match. » Continue-je en guise de taquinerie sans pour autant être trop lourd. Non, le mot d'ordre de la soirée est la bonne humeur.

_________________

light it up
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Gal Gadot
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif signa & profil - maya, code signa - batphanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Jesse - John.
RAGOTS PARTAGÉS : 307
POINTS : 768
ARRIVÉE À TENBY : 11/03/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 ans
CÔTÉ COEUR : Mariée, ou plutôt enchainée, à un homme qu'elle aimait autrefois
PROFESSION : Conseillère municipale & professeur au lycée de Tenby
REPUTATION : Ce visage d'ange qu'on a appris à connaître et qu'on écouterait parler pendant des heures. Keelin n'est pas toujours parmi nous mais c'est un plaisir de pouvoir la compter, elle et son mari, dans les habitants de notre belle et jolie ville. Appréciée de tous, on lui sourit dès qu'elle passe près de nous dans la rue, on va directement la saluer lors des événements organisés. Bref, le petit rayon de soleil dont on a tous besoin ... Même si ce rayon est parfois obscurci par une mine qui laisse à penser qu'elle a quelque chose à nous cacher. Espérons que ce ne soit pas trop grave.


MessageSujet: Re: All reason flown, as God looks on in abject apathy (keelin) Jeu 22 Nov - 20:01


Keelin ne savait pas si la lumière tamisée du pub sur le visage du journaliste lui donnait cette impression ou si c’était le manque de conviction dans la voix de Jesse mais il ne semblait pas au meilleur de sa forme contrairement aux mots qu’il prononça. Toutefois, la jeune femme n’était pas assez proche de lui pour mettre en doute ses propos et elle accepta cette réponse sans chercher plus loin. Jesse l’invita à prendre un verre et elle hocha à nouveau la tête sans réfléchir, toujours aussi surprise de le revoir si vite et de constater qu’il était encore à Tenby une deuxième fois en peu de temps. Après avoir trinqué sa Guinness avec elle, le Griffiths lui confirma qu’il était actuellement en congé ou plutôt en congé forcé. Il devait en effet partir pour un reportage à l’étranger mais il avait été remplacé au pied levé. « C’est étonnant… Il avait une raison particulière ? » Demanda-t-elle, intriguée. Ce n’était pas de la curiosité maladive, juste un intérêt tout naturel face à cette réaction surprenante de son chef. « Je comprends que ça t’ait refroidi… » Planifier un beau voyage, préparer le sujet du reportage et puis plouf : le projet tombait soudainement à l’eau. Il y avait mieux comme « surprise ». Un sourire étira ensuite les lèvres de l’enseIgnante lorsqu’il commenta le match, une façon de rebondir sur un sujet plus léger. Keelin aimait bien l’ambiance sportive qui régnait dans le pub mais elle ne suivait pas assidûment le championnat de rugby.

N’étant pas venue seule, la jeune femme lui proposa alors de se joindre à ses collègues et elle. « Tu pourras peut-être m’aider à paraître moins ignorante sur le classement actuel. » Ajouta-t-elle en lui lançant un regard de connivence. L’enseignante rejoignit donc la table des profs, accompagnée d’un serviable Jesse. A la table, le petit groupe passa un agréable moment. Au fur et à mesure que le match avançait, les collègues de Keelin rentrèrent progressivement chez eux. Elle se retrouva finalement seule avec le journaliste, qui lui demanda si elle avait encore du temps devant elle. « Oh oui bien sûr… J’ai bien envie de voir le dénouement maintenant. » Elle s’était finalement prêtée au jeu de l’évènement, d’autant que Jesse avait pris le temps de lui approfondir ses connaissances sur l’équipe britannique. « Tu as déjà été les voir en vrai ? »

_________________

Because of you
I cannot cry, because I know that's weakness in your eyes ▬ I'm forced to fake, a smile, a laugh everyday of my life, my heart can't possibly break, when it wasn't even whole to start with.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • brendan • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : ponyo (avat) tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 1172
POINTS : 2758
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : fraîchement célibataire
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


MessageSujet: Re: All reason flown, as God looks on in abject apathy (keelin) Dim 2 Déc - 18:53

When the meaning is gone
There is clarity
And the reason comes on the common tongue of your loving me


Si je ne veux pas mentir à Keelin, je suis malheureusement obligé de hocher la tête à sa question : oui, il y a une raison pour ce remplacement soudain. « J'ai eu un peu de retard avec mes deadlines ces dernières semaines. » Oui, je n'ai certainement pas été remplacé sans raison. D'autant plus que tout le monde à Cardiff sait que je me sers de mes déplacements pour alimenter mon blog de voyages qui est lui aussi une source de revenues. Ainsi, la punition est double. « Ça m'apprendra. » Je hausse les épaules, conscient d'être la propre cause de mon malheur, même si c'est alléchant de rejeter la faute sur les autres : mon patron, mes collègues, Lylou… Les bières me rendent bavard, sans pour autant ne plus savoir tenir ma langue alors je reste calme aux côtés de Keelin et nous allons tranquillement poursuivre le match à la table des professeurs. Je réalise le souhait de la jeune brune et je lui explique les règles du jeu, même si pour sûr, la tâche n'est pas facile car le cricket est l'un des sports les plus compliqués au monde. Les courtes pauses de publicités sont elles-aussi bénéfiques pour faire comprendre à la jeune femme ce qui s'était déroulé précédemment et je remercie intérieurement mon collègue qui travaille dans les sports et qui m'a donné toutes les astuces pour expliquer les sports le plus simplement possible.

« Génial ! » Je me réjouis d'avoir encore de la compagnie, surtout que cela signifie que la jeune femme ne passe pas un mauvais moment avec moi, sinon elle aurait profité des nombreuses portes de sorties qu'elle avait eu suite aux départs progressifs de ses collègues.  « Oui, je les ai déjà vu jouer plusieurs fois. Le journaliste qui s'occupe des sports est un bon ami, il m'emmène souvent avec lui. » Comme quoi, le métier a de multiples avantages, surtout que nous passons les matchs dans des loges spéciales, aux côtés d'autres journalistes avec des apéritifs constants et des verres de champagne. Le match se poursuit et j'ai le temps de finir ma pinte, sentant l'alcool danser délicieusement dans mes veines, me rendant euphorique et heureux de vivre malgré les événements récents. Et pour couronner le tout, le match se termine sur une victoire majestueuse de l'équipe britannique. Toute l'assemblée s'exclame de joie, les uns sautent dans les bras des autres et je n'échappe pas à cette règle, contaminé par la bonne humeur et la bonne ambiance. On se félicite alors que nous n'avons rien fait en dehors de soutenir une équipe derrière le grand écran de télévision.
Perdu dans l'allégresse de l'instant, je prends la professeure dans mes bras, comme je le faisais avec les autres supporters, mais au lieu de la lâcher comme je l'ai fait avec les autres, je pose mes lèvres sur les siennes, sans comprendre les pulsions qui me commandent.  « Je… Je suis désolé, Keelin. »  Secoue-je la tête, dans la confusion la plus totale, d'autant plus que je n'arrive même pas à regretter ce que je viens de faire.

_________________

light it up
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Gal Gadot
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif signa & profil - maya, code signa - batphanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Jesse - John.
RAGOTS PARTAGÉS : 307
POINTS : 768
ARRIVÉE À TENBY : 11/03/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 ans
CÔTÉ COEUR : Mariée, ou plutôt enchainée, à un homme qu'elle aimait autrefois
PROFESSION : Conseillère municipale & professeur au lycée de Tenby
REPUTATION : Ce visage d'ange qu'on a appris à connaître et qu'on écouterait parler pendant des heures. Keelin n'est pas toujours parmi nous mais c'est un plaisir de pouvoir la compter, elle et son mari, dans les habitants de notre belle et jolie ville. Appréciée de tous, on lui sourit dès qu'elle passe près de nous dans la rue, on va directement la saluer lors des événements organisés. Bref, le petit rayon de soleil dont on a tous besoin ... Même si ce rayon est parfois obscurci par une mine qui laisse à penser qu'elle a quelque chose à nous cacher. Espérons que ce ne soit pas trop grave.


MessageSujet: Re: All reason flown, as God looks on in abject apathy (keelin) Lun 3 Déc - 17:56


Si Jesse avait été mis sur le carreau, c’était parce qu’il n’arrivait pas à respecter les délais qui lui avaient été imparti par son employeur. Keelin le trouvait dur envers lui-même et elle essaya de tempérer le propos du journaliste par rapport au « ça m’apprendra. » « Ne dis pas ça, Jesse. Les baisses de régime, ça arrive à tout le monde. C’est peut-être une façon pour ton patron de te donner le temps de te remettre et de souffler un peu. » La jolie brune comprenait les situations où le rythme de vie était effréné ; elle jonglait d’ailleurs entre deux jobs comme elle l’avait expliqué à Jesse et elle devinait que si son moral en prenait un coup (comme son corps), elle ne serait plus en état de gérer les deux fonctions de front. Elle se demandait d’ailleurs comment elle n’avait pas encore moralement craqué mais le maintien des apparences et la protection de son secret l’aidaient à maintenir le cap malgré tout ce qu’elle endurait. Ce n’était pas loin de s’effriter, pourtant l’enjeu était bien trop important pour qu’elle s’abandonne. Heureusement, il existait des moments où elle réussissait à s’échapper de ce cauchemar et à se changer les idées comme ce petit after work entre profs et finalement en présence du journaliste. Les professeurs quittèrent le groupe chacun à leur tour mais la jeune femme s’éternisa pour continuer à profiter du moment. Jesse entreprit de lui expliquer les règles du match du mieux qu’il put, tandis que les deux amis enchainaient quelques verres de bière supplémentaires. Intéressé par le sport diffusé, le bloggeur lui confirma avoir déjà vu l’équipe jouer plusieurs fois, notamment grâce à son amitié avec un confrère spécialisé dans le journalisme sportif. « C’est cool, ça ! Tu as les commentaires en direct avec un connaisseur. » Répondit-elle en souriant, imaginant déjà l’ami de Jesse en mode speaker qui vivait les parties à fond durant les matchs. Finalement, l’équipe que le duo supportait remporta la partie, ce qui anima d’autant plus l’ambiance dans le pub, une ambiance déjà au très beau fixe. Dans l’euphorie de cette fin de match, Jesse la prit dans ses bras et déposa ses lèvres sur les siennes. Sous le coup de la surprise, Keelin ne l’avait pas repoussé et le Griffiths s’était détaché d’elle en se rendant compte de son geste « déplacé » puisqu’elle était mariée. « Je… Ce n’est rien. » Répondit-elle, confuse. Prise au dépourvu, elle choisit de le prendre à la rigolade même si elle ne put s’empêcher de vérifier que son horrible mari n’était pas justement de passage dans le pub à l’observer d’un air menaçant. En principe, il bossait ce soir, raison pour laquelle elle était justement sortie avec ses collègues, donc non, elle était hors de danger à ce niveau-là mais le plus terrible fut la pensée qui lui avait réellement traversé l’esprit au moment où Jesse l’avait embrassée. Cet échange ne lui avait pas déplu mais elle était liée en raison de son mariage, d’autant plus en public... Une autre part d’elle en revanche se rebellait contre cette idée et lui susurrait qu’au moins il existerait un « vrai motif » pour la colère de son mari. Ce n’était pas une raison valable de se faire taper dessus bien sûr, mais cela allégerait sûrement la conscience de Keelin de se lâcher et de ne plus jouer à la fausse femme parfaite et aimante. La jeune femme avait juste envie de profiter du moment, de tout oublier et de s’extirper de cette prison constante. Toutefois, elle restait encore dans la retenue parce qu’elle n’avait plus l’habitude de céder aussi facilement à ses émotions. « On en reprend une ? » Proposa-t-elle ensuite, démontrant ainsi qu’elle ne prenait pas la poudre d’escampette pour la cause.

_________________

Because of you
I cannot cry, because I know that's weakness in your eyes ▬ I'm forced to fake, a smile, a laugh everyday of my life, my heart can't possibly break, when it wasn't even whole to start with.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • brendan • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : ponyo (avat) tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 1172
POINTS : 2758
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : fraîchement célibataire
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


MessageSujet: Re: All reason flown, as God looks on in abject apathy (keelin) Dim 16 Déc - 14:38

When the meaning is gone
There is clarity
And the reason comes on the common tongue of your loving me


Sans comprendre ce qui m'arrive, je me retrouve à embrasser ma voisine de table. Ce serait mentir sur mes propres émotions que de tout remettre sur le dos de l'euphorie et de l'alcool, mais je ne peux pas encore me l'avouer. Non, avouer que je me suis égaré aussi rapidement face à la beauté de Keelin serait comme avouer une défaite et ça… Je ne peux pas. Pas encore. Bien sûr, je crains la réaction de la jeune femme et je m'attends d'ailleurs à la voir décamper. Mal à l'aise, je m'écarte et je m'excuse même si je ne regrette pas réellement mon acte. Elle essaye de me rassurer à sa façon en disant que ce n'est rien et j'accepte ses mots, même si au fond de moi, j'ai envie de secouer la tête. Non, ce n'est pas rien. J'ai embrassé une femme mariée, une femme qui m'attire, certes, mais j'aurais dû me retenir. Je n'aurais pas dû m'abandonner à mes envies, à ces pulsions animales. Il ne s'agit que d'un baiser, peut-être… Mais le fait est que la dernière personne que j'ai embrassé se trouve être Lylou. Lylou dont j'étais éperdument amoureux.

A présent, je m'attends à voir Keelin attraper son sac à main et me laisser en plan dans ce pub bondé. J'étais venu ici dans l'espoir de me remonter le moral et j'y étais plutôt bien parvenu, enchaînant les pintes tout en gardant mes yeux sur le match de cricket. Mais maintenant que le match est terminé, que les pintes sont terminés elles aussi, je me sens sombrer dans cet état désastreux dans lequel je semble me complaire depuis des mois. J'ai tout gâché avec Keelin alors que nous aurions pu passer une agréable soirée. Maintenant, tout ce qu'elle gardera en tête est qu'il faut rester loin du Griffiths, qu'il ne sait pas se contrôler, qu'il ne comprend pas ce qu'une bague au doigt signifie. Cependant, contre toute attente, la jeune femme ne semble pas décidée à s'en aller. Encore plus étrange, elle paraît même vouloir continuer cette soirée à mes côtés en me proposant une nouvelle tournée. Je relève les yeux vers elle, confus comme jamais et j'acquiesce. « Uhm, oui. Volontiers. » Après la façon dont je viens de tout gâcher, je ne suis pas prêt à rentrer chez moi et l'idée que l'enseignante veuille rester avec moi malgré mon faux pas me réchauffe le coeur, encore une fois.
Une nouvelle pinte n'est certainement pas une bonne idée, mais je n'en ai que faire. J'en ai justement déjà trop dans le système pour pouvoir être correct sur tous les fronts. Ce soir, j'abuse en ce qui concerne ma consommation d'alcool et j'aurais tout le temps du monde demain matin pour le regretter quand une gueule de bois carabinée me fera mal à tête. Nous nous faisons resservir au bar et bien vite, l'écran qui diffusait le match de cricket s'éteint et ce sont les grosses enceintes qui prennent le relais avec de la musique moderne. Déjà les supporters se laissent aller au rythme de la musique et l'alcool aidant, je me retourne vers la jolie brune. « Tu veux danser ? » Propose-je en reposant ma pinte que j'ai déjà entamée.

_________________

light it up
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Gal Gadot
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif signa & profil - maya, code signa - batphanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Jesse - John.
RAGOTS PARTAGÉS : 307
POINTS : 768
ARRIVÉE À TENBY : 11/03/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 ans
CÔTÉ COEUR : Mariée, ou plutôt enchainée, à un homme qu'elle aimait autrefois
PROFESSION : Conseillère municipale & professeur au lycée de Tenby
REPUTATION : Ce visage d'ange qu'on a appris à connaître et qu'on écouterait parler pendant des heures. Keelin n'est pas toujours parmi nous mais c'est un plaisir de pouvoir la compter, elle et son mari, dans les habitants de notre belle et jolie ville. Appréciée de tous, on lui sourit dès qu'elle passe près de nous dans la rue, on va directement la saluer lors des événements organisés. Bref, le petit rayon de soleil dont on a tous besoin ... Même si ce rayon est parfois obscurci par une mine qui laisse à penser qu'elle a quelque chose à nous cacher. Espérons que ce ne soit pas trop grave.


MessageSujet: Re: All reason flown, as God looks on in abject apathy (keelin) Dim 16 Déc - 16:13


Keelin ne savait pas encore très bien si le geste de Jesse était motivé par un égarement de l’alcool, une erreur de jugement de sa part en raison de sa déprime ou tout simplement par attirance envers elle. A vrai dire, elle ne s’en préoccupait pas pour le moment car elle songeait surtout à ne pas être grillée en public à ouvertement embrasser un autre homme que son mari. Un délire pouvait arriver et se justifier mais pas deux. Malheureusement, en tant que conseillère municipale, elle était un personnage public assez connu à Tenby, donc même si elle ne connaissait pas personnellement les gens dans le pub, la plupart de ceux présents voyaient qui elle était. Par rapport à son mariage, Keelin se tracassait davantage pour ce qui se passait dans son privé mais plus tellement pour maintenir les apparences. Elle n’aimait plus le Harper depuis longtemps et se sentait emprisonnée dans ce mariage nocif. Ainsi, la jolie brune n’écourta pas l’agréable compagnie de Jesse auprès d’elle, elle passait une bonne soirée et entendait continuer dans ce sens en proposant une nouvelle tournée. Surpris, le journaliste releva les yeux vers elle comme pour chercher une confirmation et il accepta de reprendre un verre.

Le match terminé, le grand écran du pub s’éteignit et les baffles lâchèrent de la musique pour continuer dans la bonne ambiance. Après cette nouvelle bière, Keelin commençait à sentir les effets de l’alcool l’envahir, elle devenait de plus en plus euphorique, à l’image de son compagnon de soirée. « Volontiers. » Répondit-elle d’ailleurs lorsqu’il lui proposa de danser. La jeune femme n’était pas la meilleure en la matière mais elle se débrouillait, loin de devoir rougir. Puisque la musique était un son tapageur et connu, destiné à faire bouger les gens, elle adopta le rythme de la mélodie et se mouva sans chorégraphie précise, juste en se laissant porter par le son. « Je ne savais pas que tu aimais danser. » Lança-t-elle à Jesse en souriant. Elle ignorait aussi que le journaliste avait pris quelques cours auprès d’une belle professeure de danse et qu’il bougeait donc un peu plus aisément depuis. En vrai, ils se connaissaient depuis longtemps mais ils étaient redevenus deux inconnus au fil des années. Alors que la musique continuait, la jeune femme se rapprocha soudainement du Griffiths et lui avoua enfin le fond de sa pensée au creux de l’oreille tandis que le bruit couvrait ses mots. « Ça ne m’a pas déplu tout à l’heure, tu sais... C’est juste que tout le monde me connait ici. » Il n’était pas idiot. Même euphorique, il comprendrait le véritable sens de ses propos. Elle n’était pas complètement libre de ses mouvements dans cet endroit.  


_________________

Because of you
I cannot cry, because I know that's weakness in your eyes ▬ I'm forced to fake, a smile, a laugh everyday of my life, my heart can't possibly break, when it wasn't even whole to start with.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • brendan • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : ponyo (avat) tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 1172
POINTS : 2758
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : fraîchement célibataire
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


MessageSujet: Re: All reason flown, as God looks on in abject apathy (keelin) Dim 23 Déc - 18:43

When the meaning is gone
There is clarity
And the reason comes on the common tongue of your loving me


Depuis les cours de danse que j'ai pris avec Haley, j'ai compris que j'aimais la danse, que j'aimais bouger au rythme de la musique, que la beauté des mouvements pouvait être à couper le souffle, stupéfiante : un art, en somme. Je n'ai rien d'un artiste pourtant, vraiment rien, mais je me plais bien dans cette danse que j'entreprends au milieu de pub et c'est ça le principal. Keelin semble elle aussi s'amuser parmi tous les danseurs qui fêtent la victoire, qui la fête dignement. « Pour être honnête, je ne le savais pas non plus avant l'année dernière. » Avoue-je.  Mes parents nous avaient toujours tenus éloignés de ce genre de sports, ceux qui peuvent devenir un peu trop provocateurs, trop sensuels et sur le coup, j'étais plutôt d'accord avec leur décision. Les choses ont changé le jour où Lenny s'est mise au patinage artistique et où j'ai découvert, grâce à Lylou, que la danse n'avait rien d'abjecte. Ce soir, je danse sans gêne avec un peu tout le monde, comme le veut l'ambiance, mais j'ai beaucoup de mal à détacher mon regard de Keelin, et plus précisément de ses lèvres dont la sensation reste gravée dans ma mémoire. J'aimerais bien y goûter encore, et j'ai tellement bu que je suis incapable de savoir ce qui me dicte ces envies.

Bien sûr, Keelin Harper, née Granger est une belle femme, une femme magnifique et il faudrait être aveugle pour ne pas s'en apercevoir, mais pourquoi est-ce que je la trouve encore plus irrésistible ce soir alors que je sais pertinemment qu'elle n'est pas disponible ? J'essaye de ne plus y penser, mais ma tête ne semble pas vouloir coopérer. Keelin non plus, en fait, parce qu'elle se rapproche, un geste qui me donne soudainement très chaud - et autant dire que ses paroles n'arrangent rien. Je la regarde, cherche à savoir si elle est sérieuse, si elle pèse ses mots, si elle comprend les conséquences qu'ils peuvent avoir et je me retrouve deux secondes, sans plus bouger. J'ai peur de me faire des illusions. Elle est mariée… C'est impossible. Impensable. Malheureusement, l'alcool m'empêche de penser normalement, de penser comme il faut et je me retrouve à me pencher à mon tour vers l'oreille de la brune. « Ça veut dire que si je t'invite ailleurs, tu me suivrais ? » Demande-je avec précaution, les lèvres pincées, l'assurance présente, mais fébrile afin d'être sûr d'avoir compris les paroles de la demoiselle.  « Quelque part où on ne serait que les deux ? » L'alcool me fait perdre mon tact, mais pas entièrement, cela dit et ce n'est pas plus mal car je ne veux pas qu'elle pense que je ne la respecte pas, pire qu'elle pense que je suis le genre d'homme qui n'aborde une fille qu'avec des idées derrière la tête.

_________________

light it up
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Gal Gadot
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif signa & profil - maya, code signa - batphanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Jesse - John.
RAGOTS PARTAGÉS : 307
POINTS : 768
ARRIVÉE À TENBY : 11/03/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 ans
CÔTÉ COEUR : Mariée, ou plutôt enchainée, à un homme qu'elle aimait autrefois
PROFESSION : Conseillère municipale & professeur au lycée de Tenby
REPUTATION : Ce visage d'ange qu'on a appris à connaître et qu'on écouterait parler pendant des heures. Keelin n'est pas toujours parmi nous mais c'est un plaisir de pouvoir la compter, elle et son mari, dans les habitants de notre belle et jolie ville. Appréciée de tous, on lui sourit dès qu'elle passe près de nous dans la rue, on va directement la saluer lors des événements organisés. Bref, le petit rayon de soleil dont on a tous besoin ... Même si ce rayon est parfois obscurci par une mine qui laisse à penser qu'elle a quelque chose à nous cacher. Espérons que ce ne soit pas trop grave.


MessageSujet: Re: All reason flown, as God looks on in abject apathy (keelin) Dim 30 Déc - 19:54


« Tu veux dire que tu as appris récemment ou que tu n’osais pas ? » Répondit Keelin, intéressée de mieux connaître Jesse. Après ce qui venait de se passer, la jeune femme craignait de se faire repérer pas spécialement de recommencer. Elle aurait dû se sentir honteuse et gênée d’avoir ainsi cédé à ses envies, elle aurait dû continuer de jouer le jeu de la parfaite épouse obéissante mais elle en avait assez de vivre dans cette prison. La jeune femme passait un bon moment avec le journaliste, un vieil ami d’enfance qu’elle retrouvait aujourd’hui. Adolescents, ils s’étaient déjà attirés toutefois il ne s’était jamais rien passé car Jesse provenait d’une famille aux convictions religieuses bien arrêtées tandis qu’elle n’était qu’une jeune fille facilement intimidée. Aujourd’hui, elle était mariée cependant plus aucun sentiment n’existait dans son couple. Elle était soumise à son mari qui exerçait sur elle un chantage affectif des plus cruels, liée par un secret plus grand que son propre sort. Elle devait feindre, jouer constamment un rôle, un rôle qui allait parfois jusque dans le lit conjugal même si les relations de ce type s’étaient raréfiées. Parfois, lorsque Keelin retrouvait l’ombre de celui qu’elle avait un jour aimé, elle se plaisait encore à croire qu’il pouvait changer. Le syndrome de la victime envers son bourreau. Récemment, elle avait perdu cette naïveté ridicule. Il n’y avait plus rien de bon en lui. Et ce soir, elle se retrouvait face à un homme tel que Jesse, qui la regardait avec une envie dévorante et sincère, dénué de toute mauvaise arrière-pensée, doux au possible. Comment ne pas craquer ? Comment ne pas avoir envie de retrouver son vrai statut de femme dans les bras d’un homme aussi délicat et attentionné ? Il venait de la faire chavirer, de la faire renoncer à ses bonnes résolutions. Ce soir, Keelin n’était pas une femme mariée, elle était simplement une femme, une femme en manque d’amour non toxique, non violent. Ainsi, elle répondit par la positive aux deux questions de Jesse lorsqu’il lui demanda si elle le suivrait ailleurs que dans ce pub, un endroit où ils se retrouveraient seuls sans personne pour les dévisager de travers. « Oui. » L’alcool l’aidait clairement à céder à ses avances mais elle était encore suffisamment lucide pour décliner. Non, c’était vraiment la femme en elle qui parlait, celle qui avait perdu sa liberté, celle qui se réveillait enfin d’un long sommeil. Aux yeux de Jesse, elle était toujours une femme mariée, désormais prête à trahir ce vœu qu'elle avait prononcé devant Dieu alors serait-il toujours aussi séduit par elle ou ses convictions allaient-elles le rattraper ?

_________________

Because of you
I cannot cry, because I know that's weakness in your eyes ▬ I'm forced to fake, a smile, a laugh everyday of my life, my heart can't possibly break, when it wasn't even whole to start with.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew • nate • brendan • lizzie • deborah • yevgeniya
TON AVATAR : brett dier
TES CRÉDITS : ponyo (avat) tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 1172
POINTS : 2758
ARRIVÉE À TENBY : 01/06/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (13.06.1989)
CÔTÉ COEUR : fraîchement célibataire
PROFESSION : journaliste / blogueur
REPUTATION : le fils griffiths, un modèle de réussite ! cela dit, à son âge, il devrait peut-être penser à se trouver une femme et se poser au lieu de voyager aux quatre coins du globe


MessageSujet: Re: All reason flown, as God looks on in abject apathy (keelin) Dim 6 Jan - 13:21

When the meaning is gone
There is clarity
And the reason comes on the common tongue of your loving me


La question de Keelin me pousse à réfléchir sérieusement, ce qui n'est pas facile vu mon état d'alcoolémie, mais je fais un effort et je réponds assez naturellement. « Un peu des deux en fait. Je n'avais jamais osé et un jour, j'ai décidé de prendre des cours et je me suis rendu compte que j'adorais ça. » Certes, ce n'était pas tous les jours facile, mais par chance, j'avais une professeure patiente qui a su me transformer et capter mon attention malgré mon impatience et mon découragement lorsque je n'arrivais pas à exécuter des enchaînements du premier coup.  
Nous dansons, nous buvons, nous nous rapprochons, mais nous ne retrouvons pas la proximité que j'avais instauré en l'embrassant et je comprends pourquoi. Mon geste était totalement déplacé et n'aurait jamais dû se produire. Elle est mariée. Mariée. Inaccessible. Quelque chose avec Keelin devrait être impensable. Ca devrait l'être… Mais ça ne l'est pas, car mon esprit continue à vagabonder vers ses envies interdites enfouies en moi. Elle est si belle… Ses lèvres étaient si douces.
Alors que tout me crie que c'est interdit, que j'essaye de ressaisir mon cerveau embué par l'alcool, Keelin, elle, me glisse à l'oreille une tout autre proposition. Un peu perdu entre ma raison et mes envies, je demande une confirmation à la jeune femme et cette dernière répond par l'affirmative. Je hoche la tête, doucement, sans prendre conscience de l'erreur que j'ai envie de commettre.

D'un signe de tête, je lui indique la porte de sortie et je m'y dirige avec la brune à ma suite. J'aurais envie de lui prendre la main pour la guider, mais je sais qu'il ne faut pas - que c'est trop risqué. On pourrait la reconnaître et ça, ça pourrait être très mauvais. Ça pourrait faire énormément de dégâts. Nous sommes à quelques pas de la maison que je partage avec Fiona et le chemin se fait en quelques minutes à peine, à pied. Hors de question de conduire dans cet état - comme quoi, l'alcool démonte mon jugement, mais me laisse un semblant de responsabilité. J'aurais cru être nerveux, mais c'est tout le contraire qui se produit quand nous passons la porte de la maison et que je la ferme derrière moi. Loin des oreilles et des regards indiscrets, je n'attends pas plus longtemps pour l'embrasser pour la deuxième fois de la soirée - un baiser plus long et davantage passionné, cette fois, un baiser qui traduit toute l'attirance que j'ai pour elle. « Keelin… » Parviens-je à articuler entre deux baisers. « Je sais qu'on ne devrait pas… Mais… J'ai… Je n'ai pas envie d'arrêter. » Oh que non, je n'ai pas envie d'arrêter et ma main vient caresser sa joue avec délicatesse. Et sur ces mots je l'embrasse encore, comme avide de ses baisers, comme si elle me procurait l'air dont j'avais besoin pour respirer.

_________________

light it up
Stop and take your time to notice things and make those things you notice matter. •• ALASKA



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Lexia & Dylana
TON AVATAR : Gal Gadot
TES CRÉDITS : ava - tearsflight, gif signa & profil - maya, code signa - batphanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Jesse - John.
RAGOTS PARTAGÉS : 307
POINTS : 768
ARRIVÉE À TENBY : 11/03/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 ans
CÔTÉ COEUR : Mariée, ou plutôt enchainée, à un homme qu'elle aimait autrefois
PROFESSION : Conseillère municipale & professeur au lycée de Tenby
REPUTATION : Ce visage d'ange qu'on a appris à connaître et qu'on écouterait parler pendant des heures. Keelin n'est pas toujours parmi nous mais c'est un plaisir de pouvoir la compter, elle et son mari, dans les habitants de notre belle et jolie ville. Appréciée de tous, on lui sourit dès qu'elle passe près de nous dans la rue, on va directement la saluer lors des événements organisés. Bref, le petit rayon de soleil dont on a tous besoin ... Même si ce rayon est parfois obscurci par une mine qui laisse à penser qu'elle a quelque chose à nous cacher. Espérons que ce ne soit pas trop grave.


MessageSujet: Re: All reason flown, as God looks on in abject apathy (keelin) Dim 13 Jan - 14:44


Plus la soirée avançait, plus les verres s’enchainaient et plus Keelin s’amusait. Au diable les bonnes manières, elle dansait et rigolait bien en compagnie de Jesse. Pourtant, tout manqua de déraper au moment où le journaliste l’embrassa. Surprise, la brune ne le repoussa pas comme une femme mariée aurait dû le faire. La situation compliquée entre son mari et elle la poussait à se montrer prudente d’ordinaire mais en vérité elle rêvait d’échapper de ses griffes. Était-ce l’intérêt sincère que lui portait Jesse, sa douceur naturelle ou sa gentillesse qui la conduisirent à céder aussi facilement à ses avances ? Keelin n’était pas une femme facile, cependant elle manquait d’une affection tendre, dénuée de toute forme de violence, elle avait oublié ce que c’était de plaire à quelqu’un simplement parce que cette personne appréciait sa personnalité et son charme… Les gestes de Jesse étaient légèrement maladroits et doux, il était aussi perdu qu’elle et la réponse de la jeune femme ne l’aida pas à éclaircir ses idées. Dans l’espoir de s’évader de son triste sort, Keelin l’encouragea à continuer. Elle en avait envie elle aussi. Si Jesse le souhaitait, son mariage ne serait pas une barrière du moment qu’ils ne restaient pas dans un lieu public. Le journaliste lui adressa un air entendu, il avait compris et en même temps il confirmait avoir envie de recommencer aussi.

Il entraina Keelin en dehors du pub et la conseillère municipale le suivit jusque chez lui à pieds. Malgré son état d’ébriété, la jeune femme lançait quelques regards nerveux autour d’elle afin de se rassurer et voir si personne ne les avait repérés ou si son mari ne se baladait tout simplement pas dans les rues de Tenby à sa recherche. En principe, il était occupé à l’heure actuelle mais il lui avait déjà menti sur tellement de choses que plus rien ne la surprendrait. Keelin entra enfin à l’intérieur de la maison de Jesse. Il était étrange de se dire que leurs deux familles se détestaient cordialement pourtant ils avaient toujours entretenu de bons liens entre eux, à l’époque du collège - lycée déjà et encore aujourd’hui alors qu’ils s’étaient récemment retrouvés après plusieurs années sans nouvelles. Les tensions entre leurs deux familles subsistaient toujours en raison des conflits entre les autres frères et sœurs mais c’était sans importance ce soir. Il n’y avait plus rien d’autre qui existait que leur envie de commettre l’irréparable.

Lorsque Jesse posa à nouveau ses lèvres sur les siennes, Keelin s’abandonna à des désirs nouveaux. Le journaliste murmura son prénom comme la plus douce mélodie et essaya une dernière fois de les raisonner. Elle n’avait qu’un mot à dire pour tout arrêter, tuer dans l’œuf les pulsions qui les animaient. Mais elle non plus n’avait pas envie de tout arrêter. Sa raison s’était évanouie, Keelin n’était plus que cette femme en manque d’affection désintéressée. La brune posa un doigt sur la bouche de Jesse afin qu’il cesse de se tourmenter. « Alors n’arrête pas… J’en ai autant envie que toi. » Cette main qui vint caresser sa joue avec tellement de délicatesse acheva de la faire chavirer. Elle lui rendit son baiser tout aussi avidement tandis que les deux amants continuaient d’avancer dans la pièce et d’enlever au fur et à mesure les vêtements qui habillaient leurs corps désœuvrés et en manque cruel d’amour ; lui pour chasser la profonde solitude depuis sa séparation, elle dans le vain espoir d’oublier son éternelle prison.

_________________

Because of you
I cannot cry, because I know that's weakness in your eyes ▬ I'm forced to fake, a smile, a laugh everyday of my life, my heart can't possibly break, when it wasn't even whole to start with.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: All reason flown, as God looks on in abject apathy (keelin)

Revenir en haut Aller en bas

All reason flown, as God looks on in abject apathy (keelin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: Historical Center :: Shops :: Five Arches Tavern-