AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

We will stand tall + Thomas & Eléa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : ultraviolences (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 2/3 (Lexia)
A venir : John


RAGOTS PARTAGÉS : 1866
POINTS : 3404
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 43 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...


MessageSujet: We will stand tall + Thomas & Eléa Sam 27 Oct - 18:24

Let the sky fall
When it crumbles
We will stand tall
Face it all together

« Nous ne pouvons plus rien faire d’autre qu’attendre désormais. Les juges sont partis délibérer, il est impossible de savoir combien de temps ils vont mettre. Mais normalement, on devrait avoir un verdict aujourd’hui. » L’avocat d’Eléa essaye d’avoir l’air apaisant alors qu’ils quittent tous les trois la salle d’audience. Thomas prend la main de la jeune maman, cherchant un point d’ancrage dans le tumulte qu’avaient été les derniers jours. Les débats au tribunal pour savoir qui de Noah ou d’Eléa obtiendrait la garde de Jaime avaient été particulièrement éprouvants et pas toujours en faveur du couple. Sans doute inspiré par son client, l’avocat de Noah avait utilisé avec talent, certaines de leurs faiblesses contre eux. C’est ce qui rendait le fameux verdict à venir aussi angoissant. Le match avait été bien plus équilibré que prévu malgré le séjour en prison du père de Jaime… Et cela était en grande partie de la faute de Thomas. Même si le flic s’employait à être un homme bon, il avait ses failles et avait parfois dérapé, son dernier dérapage étant le plus violent et le plus regrettable. Et bien sûr, c’était celui-ci qui avait largement utilisé par la partie adverse…

Le Weston est tiré de ses pensées peu réjouissantes par la sonnerie du téléphone de l’avocat d’Eléa qui s’excuse d’un signe de main et part prendre l’appel un peu plus loin. Le couple se retrouve donc en tête à tête. Ils vont s’installer sur un des nombreux bancs des couloirs du tribunal, se préparant à tuer l’attente. Thomas garde la main d’Eléa dans la sienne, même une fois qu’ils sont assis. « Comment tu te sens ? » Demandes t-il, concerné. Il n’imaginait que trop bien comme tout cela pouvait être pénible pour elle… Voir sa vie étalée devant une bande d’inconnus, devoir justifier du fait qu’elle était une bonne mère alors que c’était plutôt évident… Regarder ce mari qui l’avait trahie se donner un bon rôle sans complexes… C’était beaucoup à endurer, même pour une femme aussi courageuse que la Fawkes. Et pour couronner le tout, elle se heurtait en plus à des difficultés supplémentaires à cause de lui… Il fallait d’ailleurs qu’il lui dise quelque chose à ce sujet, même si à ses yeux, aucune parole ne serait suffisante face au préjudice qu’il lui causait malgré lui.

« Je suis désolé… Je ne pensais pas qu’ils arriveraient à déterrer cette histoire avec Callum Rhodes… Ça me tue de penser que le fait qu’on soit ensembles pourrait avoir un impact sur la décision vis-à-vis de Jaime… Ils sont vraiment odieux. J’ai eu du mal à garder mon sang-froid quand l’avocat de Noah t’as demandé si tu pensais offrir un environnement sécurisé à ton fils lorsque vous étiez chez moi … Comme si j’étais un psychopathe où je ne sais quoi. » Et pourtant, c’est exactement ce que la partie adverse voulait. Qu’il perde son calme, qu’il s’énerve pour servir leurs intérêts. Mais pour Eléa, il avait tenu bon, arguant que c’était justement lorsque sa fille avait été menacée qu’il avait dérapé. Que Jaime était presque comme un fils pour lui et qu’il ne voulait rien d’autre que de le protéger, pas le blesser. Il avait parlé d’Eléa aussi, clamant haut et fort qu’elle était une bonne mère. Qu’elle avait fait tout son possible pour que le retour de Noah dans la vie de Jaime se passe bien… Il avait mis toute sa conviction et pourtant, il n’était pas certain que ça suffise tant Noah avait présenté une image solide. « Je suis désolé… » Répète t-il encore une fois, plongeant son regard dans celui d’Eléa pour essayer de voir à quoi elle pensait alors que son avenir et celui de son fils était en train d’être décidé à quelques mètres d’eux seulement.

_________________

She’s is actually the most kindest, and sweetest person you could ever meet. I’m in love with her. And once you get lucky with someone like that, someone who feels absolutely too much, then you’ll know. You’ll know that they were made exactly for you. And she’ll need you just as much as you’ll need her. Things will work themselves out. The love you two share will be the most indestructible and indescribable thing in the world. And that’s the most beautiful love anyone could ever feel.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eléa Fawkes
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Gwen, Lexia, Keelin & Dylana
TON AVATAR : Jessica Alba
TES CRÉDITS : ava - sheepirl, gif profil - lovelypenny, signa - emi burton.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2 : Pas dispo pour le moment


RAGOTS PARTAGÉS : 907
POINTS : 800
ARRIVÉE À TENBY : 03/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
CÔTÉ COEUR : Amoureuse de Thomas
PROFESSION : Conseillère conjugale, elle essaie de s'appuyer sur son expérience pour rabibocher le coeur des autres.

MessageSujet: Re: We will stand tall + Thomas & Eléa Jeu 8 Nov - 18:30


A la sortie du tribunal, Eléa n’entendit que d’une oreille les propos de son avocat. La boule au ventre, la jeune maman ne se sentait pas aussi sereine qu’elle l’aurait souhaité. La partie adverse s’était farouchement défendue pour le partage de la garde de Jamie. En guise d’arguments, la réinsertion sociale de Noah avait été avancée, le besoin de son fils d’avoir un père alors qu’il était celui qui avait foutu leur vie de famille en l’air… Le comportement récent de Thomas avait aussi été visé car il faisait partie de la vie privée d’Eléa, il avait donc de fréquents contacts avec Jamie même s’ils ne vivaient pas officiellement sous le même toit. Rien n’avait été épargné à la jeune femme. Quant à l’avocat qui défendait ses intérêts, il avait insisté sur la précocité de la demande du père de Jamie vis-à-vis de sa récente libération, son passé mensonger et sa vie instable en comparaison du foyer sécurisant qu’offrait Eléa. La peur qu’elle ressentait qu’il se tire avec son fils n’avait pas été clairement évoquée mais elle avait été palpable dans cette affaire ; l’avocat avait rappelé qu’il avait un jour menacé son ex-femme de tout faire pour revoir son fils. Face à ce point, Noah avait plaidé un moment d’égarement ; il avait joué à la perfection l’homme larmoyant qui cherchait à s’amender pour s’attirer les faveurs du verdict. La jeune femme n’était donc pas absolument certaine d’obtenir gain de cause. La boule au ventre, elle serra la main de Thomas comme pour essayer de se rassurer. Allait-on lui enlever son fils ? Si oui, dans quelle mesure ? Quand et à quel moment avait-elle foiré pour que le sort se joue d’elle ainsi ? Les questions se bousculaient mais ne trouveraient leur réponse qu’au moment du verdict. L’attente était insoutenable. « Stressée. J’ai un mauvais pressentiment. » Souffla-t-elle d’une voix blanche, à l’interrogation de Thomas, lorsque l’avocat s’éloigna pour prendre un appel. Le policier prit une inspiration et se lança dans une allocution d’excuse pour le rôle indirect qu’il avait joué dans ce procès. « Ne t’en fais pas. Je sais que tu ne pouvais pas prédire tout ce qui allait se passer des mois après… Ils se servent du moindre argument qu’ils peuvent avancer. Notre avocat a bien rétorqué en soulignant qu’un détenu tout juste sorti de prison n’était pas forcément un environnement plus fiable. » Eléa détourna le regard car elle était tout de même partagée. Aurait-elle dû s’éloigner de Thomas - non pas parce qu’elle lui en tenait rigueur – mais pour le bien de son fils ? Pour qu’on ne se serve pas de ce point contre elle au procès ? L’avocat de la partie adverse aurait trouvé d’autres raisons de l’attaquer : il aurait pu l’accuser de ne pas avoir une vie de couple stable, d’être une mère célibataire… Il aurait trouvé tout un tas de conneries à dire juste pour obtenir gain de cause. La présence de Thomas renforçait la figure paternelle dans la vie de son fils et pouvait également peser dans le bon côté de la balance. « Si tu n’étais pas avec moi, on m’aurait attaqué sur autre chose... Au moins, l’avocat a pu démontrer que tu es comme un père pour Jamie. Tu ne cherches pas à remplacer le sien mais tu es très important pour lui. » Elle marqua une pause et se rappela combien Thomas avait mis en avant leur famille et ses qualités de mère à elle. Alors quand le flic se montra désolé, elle le rassura à ce sujet. « Tu as fait tout ce que tu pouvais pour nous aider. » Eléa lui en était reconnaissante. Néanmoins, leur sort n’était plus entre leurs mains. « Je ne sais pas comment je vais réagir si… si on lui confie Jamie… » Fébrile, sa voix se brisa en un murmure à peine audible.

_________________



The walls are tumbling down
I swore I'd never fall again, but this don't even feel like falling, gravity can't forget to pull me back to the ground again. Cuz' you're the risk that I'm taking.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : ultraviolences (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 2/3 (Lexia)
A venir : John


RAGOTS PARTAGÉS : 1866
POINTS : 3404
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 43 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...


MessageSujet: Re: We will stand tall + Thomas & Eléa Jeu 15 Nov - 20:48

Let the sky fall
When it crumbles
We will stand tall
Face it all together

« Stressée. J’ai un mauvais pressentiment. » Réponds Eléa quand Thomas lui demande comment elle se sent. Les doigts de la jeune maman se resserrent autour de ceux du flic, marque discrète de la détresse qui l’agite sûrement intérieurement. Le Weston se mord la lèvre, commençant à éprouver une sensation qu’il n’aimait pas éprouver : l’impuissance. Mais en même temps, qui était-il pour lui promettre que tout irait bien ? Ce n’était pas lui qui avait le destin de Jaime et Eléa entre ses mains, mais une bande d’étranger… Non, il ne peut pas faire de promesses vaines, pas quand l’enjeu est aussi important. La seule chose qu’il peut faire, c’est s’excuser d’être en partie responsable de ce mauvais pressentiment. Mais Eléa ne veut pas adhérer à son raisonnement, avançant que de toute façon, les avocats de Noah auraient pris n’importe quel point noir de sa vie pour la salir et que son avocat à elle, avait de toute façon bien rétorqué. Thomas se sent un tout petit mieux et s’autorise même un commentaire appréciateur sur leur défenseur. « C’est vrai que tout du long, il n’a rien lâché et a bien montré à quel jeu jouait Noah… » Dit-il pour les rassurer tous les deux. Sauf que durant quelques instants, il perd l’attention de sa compagne qui détourne le regard et garde le silence. Il meurt d’envie de lui demander à quoi elle pense mais se retient, ne voulant pas se montrer intrusif. Et quelques secondes plus tard, elle reprend le fil de sa pensée, avançant que Thomas était tout de même une présence masculine dans la vie de Jaime et qu’il représentait positivement une sorte de figure paternelle. Et aussi qu’il avait fait de son mieux pour les aider. Touché par ce qu’elle vient de dire, et touché qu’elle n’éprouve pas de ressentiment contre lui, il porte la main de la conseillère conjugale à ses lèvres, l’embrassant tendrement.

Il réfléchit quelques instants à ce qu’il veut répondre, le sujet réveillant des points sensibles de son passé. « Merci. J’ai mis longtemps avant de comprendre ce que c’était d’être un bon père. J’ai perdu tellement de temps avec Deborah… Je ne veux pas avoir ce regret avec ton fils… Même s’il n’est pas le mien, il est important pour moi aussi. Et c’est sans doute pour ça que je me sens… si paralysé… en attendant ce fichu verdict. » Dit-il en essayant maladroitement de mettre des mots sur son ressenti. N’ayant pas l’impression d’être transcendant, il se tait. Ils attendent encore de longues secondes, perdus dans leur angoisse. Thomas était là pour soutenir Eléa mais il ne vivait pas la situation de manière détachée pour autant. Le sort de Jaime lui importait aussi de manière personnelle, comme il venait de tenter de l’expliquer… « Je ne sais pas comment je vais réagir si… si on lui confie Jamie… » Eléa rompt à nouveau le silence, la voix plein de fêlures. La bataille pour la garde de Jesse lui coûtait beaucoup. Thomas ne l’avait jamais vu aussi fragilisée. Et ça lui brisait le cœur. Il aurait voulu pouvoir la protéger de ça. Doucement, il lâche sa main mais seulement pour entourer son épaule de son bras et l’attirer à lui. « Ils ne peuvent pas lui confier… Ils ne peuvent tout simplement pas. Pas la garde pleine en tout cas. Il mérite à peine un droit de visite. Ils doivent bien le voir, non ? » C’est plus fort que lui, il ne peut pas s’empêcher d’essayer de se convaincre encore, d’essayer de la rassurer, de miser sur une issue favorable, de miser sur le bon sens qui devait encore exister dans ce monde… Il se penche pour embrasser la tempe d’Eléa. « Mais quoi qu’il arrive… Tu ne seras pas seule. Je serai avec toi. Tu pourras t’appuyer sur moi. On fera face. Ensembles… Peu importe ce dont tu auras besoin… » Il la serre contre lui de plus belle, posant son front contre sa tempe.


_________________

She’s is actually the most kindest, and sweetest person you could ever meet. I’m in love with her. And once you get lucky with someone like that, someone who feels absolutely too much, then you’ll know. You’ll know that they were made exactly for you. And she’ll need you just as much as you’ll need her. Things will work themselves out. The love you two share will be the most indestructible and indescribable thing in the world. And that’s the most beautiful love anyone could ever feel.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eléa Fawkes
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Gwen, Lexia, Keelin & Dylana
TON AVATAR : Jessica Alba
TES CRÉDITS : ava - sheepirl, gif profil - lovelypenny, signa - emi burton.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2 : Pas dispo pour le moment


RAGOTS PARTAGÉS : 907
POINTS : 800
ARRIVÉE À TENBY : 03/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
CÔTÉ COEUR : Amoureuse de Thomas
PROFESSION : Conseillère conjugale, elle essaie de s'appuyer sur son expérience pour rabibocher le coeur des autres.

MessageSujet: Re: We will stand tall + Thomas & Eléa Mer 21 Nov - 21:10

Dans le couloir où les différentes parties attendaient, Thomas essayait de se montrer rassurant mais il ne pouvait pas formuler de vaines promesses. Plus le moment du verdict rapprochait, plus la tension dans le ventre d’Eléa grandissait. Elle pressentait que tout n’allait pas aussi bien se passer qu’elle l’escomptait, malgré les bons arguments avancés par leur avocat. Noah avait bien réussi à cacher son jeu, s’affichant larmoyant et en manque de son fils, loin de l’image menaçante qu’il avait adoptée lorsque la jeune maman avait refusé qu’il voit seul Jamie. Preuve de sa malhonnêteté, il n’avait eu aucun scrupule à mener l’affaire en justice, faisant fi du bien de son fils et refusant de prendre le temps de se réinsérer dans sa vie. Comment espérait-il qu’Eléa lui accorde à nouveau sa confiance avec une telle attitude ? Il leur forçait la main et n’avait pas hésité une seule seconde à les trainer au tribunal. Elle lui en voulait plus que tout. Non content d’avoir détruit leur vie quelques années auparavant, il réitérait aujourd’hui comme s’il était en droit d’exiger quoique ce soit. Aux yeux de la conseillère conjugale, il avait perdu son droit de décider vis-à-vis de son fils le jour où il avait agi de sorte à atterrir en prison. C’était trop facile de revenir dans leur vie et d’imposer ses conditions. Malheureusement, la justice n’allait pas forcément envisager la situation sous le même angle. Le tribunal allait peut-être estimer que Noah avait enduré sa peine de prison, avait besoin de se réinsérer dans la vie et que pour ce faire, il fallait commencer par lui donner la chance de retrouver son fils – dans une certaine mesure. Un fils n’a-t-il pas toujours besoin de ses parents ? Il est vrai que Noah avait été condamné pour escroquerie, pas pour violence envers sa famille. Il n’aurait plus manqué que ça… Cependant, Eléa n’était pas rassurée pour autant. Noah était devenu un inconnu dans la vie de Jamie, de par ses actes, de par ses choix… Pourquoi leur forçait-il ainsi la main alors qu’elle aurait fini par accepter des visites de temps en temps ? Avait-il une mauvaise idée derrière la tête ou voulait-il faire payer à Eléa d’avoir demandé le divorce et d’avoir emmené leur fils loin de Londres ? C’était difficile à dire. Il était inutile d’essayer de comprendre ses motivations ; la jeune maman priait simplement pour que son pressentiment ne soit qu’une chimère, un cauchemar qu’elle pourrait bientôt enfoncer dans un placard, enfermé à double tours. Malheureusement, la tendresse et la bienveillance de Thomas ne suffisaient pas à la calmer. Il lui offrit néanmoins une diversion en reparlant de son passé : il avait mis longtemps à comprendre comment bien gérer son rôle de père. Deborah lui avait été « arrachée » pendant longtemps. Eléa songea que le policier avait connu les démons de l’alcool et qu’il avait réussi à changer… Est-ce que Noah en était capable aussi, avec le temps ? Ou n’était-ce qu’une illusion ? La conseillère conjugale ne voulait pas prendre le risque, pas maintenant. Toutefois, Eléa se concentra sur les mots de Thomas : il essayait de tenir ce rôle de figure paternelle envers Jamie car il comptait beaucoup pour lui, c’est pourquoi il vivait mal cette impuissance vis-à-vis du procès. « Oui, nous avons réussi à trouver un équilibre, nous formons une vraie famille, un foyer… Et voilà qu’on menace de nous l’enlever... Je n’en peux plus d’attendre. » Impuissante, la voix d’Eléa se brisait de plus en plus. Elle ne supportait plus cette incertitude qui lui labourait le ventre. Qui étaient ces inconnus qui pensaient décider mieux qu’elle du bien-être de son fils ? Plus le verdict se rapprochait, plus elle perdait le contrôle sur ses émotions. Face à sa vulnérabilité, Thomas essayait de continuer à se montrer rassurant : si la justice avait du bon sens, la garde de Jamie ne serait pas confiée à Noah, en tout cas pas la pleine garde. En tant que policier, le flic avait été habitué à affronter des scènes de famille et de la vie quotidienne, alors son jugement était sûrement plus fiable qu’une personne lamba. Toutefois, Eléa n’arriva pas à se tranquilliser. Son ex-mari avait bien mené sa barque, il était tout à fait capable d’obtenir les faveurs de la justice. Dans une étreinte réconfortante, Thomas lui assura qu’elle pourrait compter sur lui, quoiqu’il arrive. Il restait ce soutien indéfectible grâce auquel elle avait gardé la tête hors de l’eau durant le procès mais son image de mère digne s’étiolait. « Merci. Je ne sais pas ce que je ferai sans toi… » Sa voix était désormais à peine audible comme si ses forces diminuaient parallèlement à l’imminence du résultat. « C’est l’heure. » Souffla alors leur avocat. Tout le monde retourna dans la salle. Eléa tenta de retrouver un visage plus ou moins impassible mais un tumulte d’émotions vibrait en elle. Et la bombe tomba ; implacable et parfaite représentation de son pressentiment. Noah obtenait plus qu’un simple droit de visite : il avait la garde de Jamie un week-end sur deux avec pour seule limite l’interdiction de s’éloigner au-delà d’un rayon de 300 km. Eléa n’entendit pas la suite, elle sentit son corps défaillir sous ses pieds.

_________________



The walls are tumbling down
I swore I'd never fall again, but this don't even feel like falling, gravity can't forget to pull me back to the ground again. Cuz' you're the risk that I'm taking.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : ultraviolences (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 2/3 (Lexia)
A venir : John


RAGOTS PARTAGÉS : 1866
POINTS : 3404
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 43 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...


MessageSujet: Re: We will stand tall + Thomas & Eléa Mer 28 Nov - 18:16

Let the sky fall
When it crumbles
We will stand tall
Face it all together

« Oui, nous avons réussi à trouver un équilibre, nous formons une vraie famille, un foyer… Et voilà qu’on menace de nous l’enlever... Je n’en peux plus d’attendre. » Thomas essayait de toutes ses forces de réconforter Eléa mais sans succès. En même temps, il ne s’était pas attendu à réussir. L’attente du verdict était bien trop insupportable. Qui pouvait rester calmement à attendre une sentence qui risquait de le priver de son enfant ? C’était inhumain d’infliger ça à quelqu’un. Vraiment. « Je sais ma chérie, je sais… » Murmure le flic, à court d’idées brillantes, ressentant une bouffée de haine à l’égard de l’homme qui leur infligeait ça. Car la détresse d’Eléa était la sienne, et la partager était justement la seule chose qu’il pouvait faire… Quoiqu’il pouvait aussi la serrer dans ses bras le temps que la tempête passe.  Et c’est ce qu’il fait, l’attirant doucement à lui. « Merci. Je ne sais pas ce que je ferai sans toi… » Murmure t-elle, l’air de plus en plus éprouvée. Il secoue doucement la tête. « Je ferai en sorte que tu n’ais jamais à le découvrir… Ça c’est quelque chose que j’ai le pouvoir de te promettre. » Dit-il. Ils retombent ensuite dans le silence, toute autre parole pouvant paraître bien futile vu les circonstances. Il ne leur restait plus qu’à subir la course du temps, à contenir leur fébrilité, à ne pas craquer alors qu’ils avaient déjà tant enduré…

« C’est l’heure. » La voix de l’avocat d’Eléa les tire de leur torpeur fébrile et le couple se lève comme un seul homme, retournant dans la salle d’audience. Thomas lâche la main d’Eléa, s’asseyant au premier rang tandis qu’elle s’avance à la barre, aux côtés de Noah pour entendre la décision des juges et de ses assesseurs. Alors, le verdict tombe enfin mais n’apporte pas avec lui la sensation de délivrance espérée. Au contraire, il a  le goût de la défaite et Thomas sent le dégoût l’envahir lorsqu’il comprend que le juge a opté pour une garde quasi partagée en laissant Noah prendre Jaime un week-end sur deux. Instinctivement ses yeux cherchent ceux d’Eléa, mais il ne les trouve pas. Par contre, il voit qu’elle semble vaciller sur ses jambes. Exactement comme quelqu’un qui vient d’encaisser un coup dur ou qui voit son monde s’effondrer sous ses pieds. Il se lève aussitôt, se précipitant à ses côtés pour la prendre dans ses bras, la soutenir. Il se tient de toute sa carrure entre elle et Noah, empêchant l’ex-mari de l’anglaise de se délecter de sa détresse. « Viens, je vais te ramener à la maison. » Lui glisse t-il à l’oreille, la soutenant de tout son poids. Il est terrifié car il n’a jamais vu Eléa comme ça mais il sait que pour cette fois-ci, c’est lui qui doit assurer….

***


Quelques semaines plus tard, la décision du juge aux affaires familiales pèse toujours comme une ombre sur le quotidien de la famille Fawkes-Weston. Thomas et Eléa avaient beaucoup discuté de l’opportunité de faire appel de la décision mais avaient finalement renoncé de peur qu’une nouvelle décision encore plus défavorable soit rendue à leur encontre. Eléa avait déjà eu beaucoup de mal à se résoudre et à accepter l’idée même de celle-ci… Il avait fallu de longues journées pour que ses larmes se tarissent que sa colère et son incompréhension se dissipent quelques peu même si l’inquiétude subsistait. Il avait aussi fallu annoncer la nouvelle et expliquer la situation à Jaime, trouver un fonctionnement avec Noah... Des moments déjà éprouvants mais pas autant celui qui s’annonçait aujourd’hui. Car ce samedi matin serait celui du premier départ de Jaime chez son père. Eléa avait eu un petit sursis le temps que la décision du tribunal devienne exécutoire mais aujourd’hui, elle n’avait plus le choix. Elle devait confier son fils, sa chair, à l’homme qui l’avait trahie juste avant de l’attaquer en justice… Pressentant qu’Eléa aurait besoin d’un soutien ferme pour ce premier jour, Thomas se présente aux aurores chez elle, les mains pleines de sacs en papier kraft. « Jaime est déjà réveillé ? » Demande t-il, non sans avoir préalablement embrassé les lèvres de sa dulcinée. « Je pensais qu’on pourrait manger des pancakes tous les trois avant qu’il ne parte avec Noah. Il doit stresser un peu non ? Il ne se sera jamais retrouvé aussi longtemps seul avec son père, je crois… Un bon petit-déjeuner pourrait tous nous détendre. » C’était typique d’un Weston de penser que la nourriture pouvait tout résoudre… Il se fait toutefois plus sérieux, quand il contemple Eléa avec inquiétude. Elle lui semblait bien pâle. « Ça va aller ? Tu vas tenir le coup ? »

_________________

She’s is actually the most kindest, and sweetest person you could ever meet. I’m in love with her. And once you get lucky with someone like that, someone who feels absolutely too much, then you’ll know. You’ll know that they were made exactly for you. And she’ll need you just as much as you’ll need her. Things will work themselves out. The love you two share will be the most indestructible and indescribable thing in the world. And that’s the most beautiful love anyone could ever feel.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eléa Fawkes
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Gwen, Lexia, Keelin & Dylana
TON AVATAR : Jessica Alba
TES CRÉDITS : ava - sheepirl, gif profil - lovelypenny, signa - emi burton.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2 : Pas dispo pour le moment


RAGOTS PARTAGÉS : 907
POINTS : 800
ARRIVÉE À TENBY : 03/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
CÔTÉ COEUR : Amoureuse de Thomas
PROFESSION : Conseillère conjugale, elle essaie de s'appuyer sur son expérience pour rabibocher le coeur des autres.

MessageSujet: Re: We will stand tall + Thomas & Eléa Ven 30 Nov - 20:12


Les semaines qui avaient suivi le verdict avaient permis à Eléa de prendre du recul, de se renseigner sur les possibilités de faire appel ou d’écouter les conseils de son entourage sur la meilleure attitude à adopter. Si elle avait renoncé à entamer de nouvelles procédures afin de ne pas risquer une décision encore plus défavorable, la jeune maman avait tant bien que mal essayé de préparer Jamie aux retrouvailles avec son père. Son fils avait douze ans, et s’il n’avait pas la maturité nécessaire pour tout discerner, il était quand même en âge de comprendre certaines choses. Noah était son père et il fallait respecter ce point mais il devait tout de même écouter les conseils de sa mère, bien se comporter et surtout faire attention. Autant Eléa réussissait à trouver les mots pour les couples en thérapie, autant elle avait trouvé difficile d’expliquer une situation aussi délicate à son fils. Elle ne pouvait pas ouvertement dénigrer son père et lâcher la bride de ses angoisses devant Jamie, cela ne ferait qu’empirer la situation. La jeune maman avait donc tourné les choses autrement : il faudrait un peu de temps pour que la dynamique entre Jamie et Noah reprenne, qu’il retrouve ses marques… Elle avait davantage utilisé ce genre de phrases plus neutres et avait préconisé à son fils de l’appeler au moindre problème ou s’il ressentait simplement le besoin de l’entendre. Oui, ça avait été la bonne occasion d’offrir un premier téléphone à son fils.

Aujourd’hui, le sursis était terminé. Jamie allait partir chez son père sous peu. Eléa l’avait réveillé et il préparait son sac tandis qu’elle était descendue dans la cuisine, la boule au ventre. La jeune femme sortit du chocolat des armoires et du lait dans l’idée de faire du chocolat chaud pour le petit-déjeuner mais la sonnerie de la maison retentit. La conseillère ouvrit la porte et découvrit Thomas, les mains chargées de sacs. Elle l’embrassa pour le saluer et s’écarta pour qu’il puisse entrer. « Oui, il termine de se préparer. » Répondit-elle à la question du policier. Le Weston avait continué à la soutenir durant toute cette période et il ne faisait pas exception aujourd’hui, le jour J. D’ailleurs, il avait emmené des pancakes pour le petit-déjeuner. Touchée par l’attention, Eléa esquissa un sourire. Jamie se ferait sûrement un plaisir d’en dévorer une bonne partie. Quant à elle, la présence de Thomas réussirait peut-être à lui changer un peu les idées… « Il redoute un peu, oui. Il ne sait pas trop comment ça va se passer. C’est la première fois qu’il va se retrouver autant de temps seul avec son père depuis sa sortie de prison… Ils doivent réapprendre à se connaître. » La jeune femme débarrassa Thomas de ses sacs et dressa la table du petit-déjeuner. « Merci pour les pancakes. Ça lui fera vraiment plaisir. Et je suis contente de voir. »

Eléa termina ensuite la préparation du chocolat chaud en attendant que Jamie descende. Bien entendu, Thomas s’inquiétait pour elle aussi. Vu ses petites nuits qu’elle passait à cogiter dernièrement, son visage était marqué et elle devait faire peur à voir. « Oui. Enfin je vais m’inquiéter jusqu’à ce que Jamie revienne… Mais je pense que ça ira cette fois-ci. Noah ne ferait pas tout bousiller le premier week-end… J’espère juste que tout se passera bien après aussi. Il a voulu obtenir une vraie chance avec son fils, à lui de la saisir correctement. » Répondit-elle fermement. Pour Eléa, rien ne lui était plus précieux que Jamie. Elle était douce et bienveillante sauf par rapport à ce qui pouvait nuire à son fils. Si Noah jouait avec le feu, elle sortirait très vite les griffes, loin de l’image de la femme en état de choc et impuissante au moment du verdict. « J’ai offert un téléphone à Jamie pour qu’il puisse me joindre à tout moment en cas de besoin. Ça me permettra aussi de prendre des nouvelles de temps en temps. Tu ne crois pas que j’en fais trop ? » Du moins, pour autant que son père ne l’empêchait pas de répondre mais il n’avait aucune raison d’être vicieux à ce point. Noah restait tout de même une personne qu’elle avait bien connu dans le passé et même s’il les avait trahis, elle ne voyait pas l’intérêt qu’il aurait d’en arriver à une telle bassesse. « Tu as bientôt fini, Jai’ ? » Héla-t-elle ensuite en bas des escaliers. « Thomas nous a apporté un bon petit-déj… Ensuite, je te déposerai chez ton père. » Sur ces mots, elle retourna dans la cuisine, auprès du Weston.

_________________



The walls are tumbling down
I swore I'd never fall again, but this don't even feel like falling, gravity can't forget to pull me back to the ground again. Cuz' you're the risk that I'm taking.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : ultraviolences (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 2/3 (Lexia)
A venir : John


RAGOTS PARTAGÉS : 1866
POINTS : 3404
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 43 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...


MessageSujet: Re: We will stand tall + Thomas & Eléa Dim 2 Déc - 15:41

Let the sky fall
When it crumbles
We will stand tall
Face it all together

Eléa avertit Thomas que Jaime est en train de se préparer et le fait entrer. Il la dévisage discrètement, cherchant à estimer son état. Pâle, les yeux cernés, cette lueur constante d’angoisse dans le regard, elle est à l’image des dernières semaines. Mais elle a l’air résolue à ne plus laisser son beau visage se décomposer de chagrin et en fait, elle parvient même à esquisser un petit sourire lorsque le Weston la renseigne sur le contenu des sacs qu’il porte. Le flic s’enquiert ensuite de l’état d’esprit de Jaime. « Il redoute un peu, oui. Il ne sait pas trop comment ça va se passer. C’est la première fois qu’il va se retrouver autant de temps seul avec son père depuis sa sortie de prison… Ils doivent réapprendre à se connaître. » Thomas acquiesce, ayant pressenti ce type de réponse. « Oui… J’espère que ça marchera pour eux. Et qu’un nouvel équilibre sera vite trouvé. Les choses ont déjà été suffisamment compliquées pour tout le monde… » Sa voix est lourde de sens pour les derniers mots. Le moustachu était le premier à comprendre le besoin d’un parent de connaître son enfant. De plus, ayant lui-même commis de graves erreurs avec Deborah, il était plutôt mal placé pour juger le père de Jaime. Et pourtant… Il ne lui pardonnait pas la façon dont il avait fait valoir ses droits sur son fils… Le couple se rend ensuite à la cuisine, où Eléa achève de préparer le petit-déjeuner, y ajoutant les victuailles de Thomas. « Merci pour les pancakes. Ça lui fera vraiment plaisir. Et je suis contente de voir. » Il lui adresse un petit sourire, content de voir qu’il avait bien pensé et que ses efforts pour consoler son amoureuse fonctionnait. Certes, des pancakes, ce n’était pas grand-chose, mais ils devaient trouver du réconfort là où ils pouvaient. « De rien… Et moi aussi je suis content de te voir. Toujours. » C’était une telle évidence qu’il trouvait presque bizarre de le dire.

Bien évidemment, il lui demande comment elle va, et elle le lui dit sans détours. Elle se dit inquiète, dit qu’elle le restera jusqu’à ce que Jaime revienne de chez son père, mais qu’au fond, elle ne pense pas son ex capable de tout gâcher dès le premier week-end. En fait, même après tout ce qu’il lui a fait, elle espère que Jaime pourra reconnecter avec son Noah, parce qu’elle pense au bonheur de son fils avant tout. « Je comprends… Mais je suis d’accord avec toi. C’est difficile d’imaginer que ça va mal se passer… Noah s’est donné beaucoup de mal pour avoir ce temps avec Jaime. C’est qu’il veut vraiment passer du temps avec son fils. Il ne l’a pas fait juste pour t’embêter… Ou alors ça serait vraiment stupide. » Malgré son animosité à l’écart de l’ex-mari d’Eléa, Thomas parvenait toujours à se modérer en se disant qu’il devait y avoir du bon en cet homme. Sinon Eléa ne l’aurait jamais épousé… « J’ai offert un téléphone à Jamie pour qu’il puisse me joindre à tout moment en cas de besoin. Ça me permettra aussi de prendre des nouvelles de temps en temps. Tu ne crois pas que j’en fais trop ? » Lui avoue ensuite Eléa, lui demandant son opinion d’un air anxieux. Aussitôt le flic hoche la tête. « Je ne trouve pas que ce soit trop… Au contraire, c’est une très bonne idée. Vous n’avez jamais vraiment été séparés très longtemps, Jaime et toi, ce serait trop brutal de couper toute possibilité de communication d’un coup. Et puis, vu que la communication n’est pas forcément parfaite entre Noah et toi, ça sera sûrement l’outil indispensable pour la transition et les arrangements pratiques. »

Eléa quitte ensuite la cuisine quelques instants pour aller appeler Jaime et l’avertir de la venue de Thomas avant de revenir près de lui. La table du petit-déjeuner est parfaitement dressée en plus de vendre du rêve, mais la jeune maman continue à s’affairer, retouchant machinalement, la position des bols et des tasses. Voyant cela, Thomas se glisse derrière elle, passant ses bras autour de ses épaules, l’attirant à lui. « Respire. Ça va aller. » Lui glisse t-il gentiment près de l’oreille, posant ensuite son menton sur son épaule, pressant ainsi sa joue contre celle de la brune. « Tu as prévu de faire quelque chose après avoir déposé Jaime chez son père ? Parce que j’ai un collègue qui me doit une garde. Alors je pourrai très bien ne pas aller du tout au commissariat, aujourd’hui… On pourrait passer la journée ensembles. Le week-end même. » La vie avait été trépidante ces derniers temps, ils n’avaient pas eu beaucoup de temps pour eux. Il ressentait le besoin de la retrouver. Sans compter qu’il y avait des choses dont il avait besoin de discuter avec elle et qu’elle aurait aussi sûrement besoin de se changer les idées.


_________________

She’s is actually the most kindest, and sweetest person you could ever meet. I’m in love with her. And once you get lucky with someone like that, someone who feels absolutely too much, then you’ll know. You’ll know that they were made exactly for you. And she’ll need you just as much as you’ll need her. Things will work themselves out. The love you two share will be the most indestructible and indescribable thing in the world. And that’s the most beautiful love anyone could ever feel.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eléa Fawkes
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Gwen, Lexia, Keelin & Dylana
TON AVATAR : Jessica Alba
TES CRÉDITS : ava - sheepirl, gif profil - lovelypenny, signa - emi burton.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2 : Pas dispo pour le moment


RAGOTS PARTAGÉS : 907
POINTS : 800
ARRIVÉE À TENBY : 03/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
CÔTÉ COEUR : Amoureuse de Thomas
PROFESSION : Conseillère conjugale, elle essaie de s'appuyer sur son expérience pour rabibocher le coeur des autres.

MessageSujet: Re: We will stand tall + Thomas & Eléa Lun 3 Déc - 17:23


« Oui, je pense qu’on a tous besoin de retrouver un certain équilibre. » Eléa hocha la tête, allant dans le sens des propos de Thomas. Les longs mois de procès avaient éprouvé tous les concernés et même si le verdict n’avait pas été celui escompté, le premier weekend lèverait les dernières incertitudes qui subsistaient entre la conseillère, son fils et son ex-mari. « Et toi, comment te sens-tu par rapport à tout ça ? » Eléa avait sincèrement envie de connaître le ressenti de Thomas. Après tout, il avait passé les dernières années à tenir une place particulière dans le cœur du garçon et l’arrivée de Noah modifiait dans une certaine mesure la dynamique de leur relation. Le flic représentait une figure paternelle pour Jamie, une figure qui serait désormais partagée en deux. La jeune maman n’avait pas beaucoup abordé le sujet avec lui avant mais cette pensée lui traversait l’esprit aujourd’hui. Le ressenti de Thomas lui importait aussi. Le couple retourna ensuite dans la cuisine où Eléa termina de préparer le petit-déjeuner et disposa la table. Elle lui lâchait parfois des évidences, sorte de mécanisme pour se rassurer sans doute, pour veiller à toujours lui exprimer des mots doux qu’elle pensait et à ne pas s’enfermer dans la routine de les taire… Peu importe, elle en avait juste envie et Thomas les lui retourna avec la même intensité.

Le flic ne tarda pas à s’enquérir de son état à elle. Eléa ne se priva pas de le lui partager, elle n’avait aucun problème à lui exposer son ressenti. Elle avait toujours eu facile de parler à Thomas, surtout lorsqu’elle était inquiète vis-à-vis de son fils. Dans ces moments-là, la jeune maman se dévoilait sans filtre. Malgré son inquiétude, la conseillère était persuadée que Noah se tiendrait à carreaux au début. Il ne serait pas embarrassé d’un procès juste pour embêter Eléa si la finalité était « d’enlever » son fils. Le père de Jamie se serait alors épargné des frais d’avocat couteux. Non, il n’avait simplement eu aucune patience pour se réinsérer dans la vie de son fils ; le rythme de la Fawkes ne lui avait pas convenu car il estimait avoir assez perdu de temps avec Jamie. Et c’était ce qu’elle lui reprochait, cette façon dont il avait eu de se réimposer dans leur vie sans considération pour le temps passé loin de lui où la petite famille avait dû se reconstruire à cause de ses actes irréfléchis… Il avait exigé de revoir son fils et avait voulu obtenir gain de cause sans leur donner le temps de réinstaurer une base de confiance entre eux, une confiance qu’elle n’aurait désormais jamais en lui. Eléa resterait constamment méfiante vis-à-vis de son ex-mari. Ce qui la rassurait, c’était que Thomas partageait le même avis quant aux intentions de Noah pour passer du temps avec son fils. Eléa lui expliqua alors avoir acheté un téléphone à Jamie pour le joindre ou être joignable en cas de besoin. Le Weston salua l’idée, c’était le bon moyen de garder contact et de compenser la séparation.

Rassurée, la jeune maman héla ensuite Jamie qui s’éternisait en haut et elle revint ensuite dans la cuisine. Elle avait l’impression d’avoir déjà couru un marathon ce matin, une impression qui se ressentit dans la pièce car Thomas tenta de la détendre. Machinalement, elle retoucha les objets sur la table pour s’occuper les mains tandis que son amoureux se glissa derrière elle pour l’attirer vers lui dans une étreinte affectueuse. Le corps de Thomas qui encadra le sien agit comme une barrière protectrice au monde extérieur. Le rythme cardiaque d’Eléa redescendit d’un cran et elle se blottit dans les bras aimants du policier, sensible à la douceur de sa voix et à la bienveillance de ses caresses. « Oui, tu as raison. Mais je n’arrive pas à me résoudre à l’idée. » Souffla-t-elle à voix basse pour ne pas que son fils l’entende. Thomas interrogea ensuite la jeune femme sur la suite de sa journée. Si elle était libre, il lui proposait de se débarrasser de son obligation professionnelle et de passer le reste de la journée ensemble, voire même le weekend, ce qui leur arrivait rarement et surtout permettrait vraiment à Eléa de ne pas trop se focaliser sur Jamie et Noah. Ces derniers temps, le couple n’avait pas pris beaucoup de temps pour lui et avait bien besoin de se retrouver. Toujours sensible aux efforts de Thomas pour lui changer les idées, Eléa accepta sans hésiter. « La seule chose que j’avais prévu ce weekend était de rester disponible à tout moment au cas où ça n’allait pas pour Jamie… Alors oui, ça me dirait vraiment qu’on le passe ensemble. Ça nous ferait du bien. » Sur ces mots, son fils arriva dans la cuisine, il salua Thomas via un petit rituel de check qui leur était propre et il s’empiffra des pancakes apportés par le flic. Après ce petit-déjeuner en famille, Eléa emmena Jamie chez son père - seule pour ne pas encore attiser des tensions - et elle revint ensuite chez elle, le cœur en berne mais moins lourd que prévu grâce à la présence de son merveilleux partenaire de vie.

_________________



The walls are tumbling down
I swore I'd never fall again, but this don't even feel like falling, gravity can't forget to pull me back to the ground again. Cuz' you're the risk that I'm taking.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : ultraviolences (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 2/3 (Lexia)
A venir : John


RAGOTS PARTAGÉS : 1866
POINTS : 3404
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 43 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...


MessageSujet: Re: We will stand tall + Thomas & Eléa Sam 8 Déc - 15:31

Let the sky fall
When it crumbles
We will stand tall
Face it all together

Eléa alla dans le sens de Thomas quand il déclara que selon lui, la meilleure solution pour les semaines et les mois à venir, était de trouver un nouvel équilibre. Elle lui demanda ensuite quel était son ressenti par rapport à la situation en général et il fut très sensible au fait qu’elle lui pose cette question. De cette façon, elle lui rappelait qu’il était étroitement inclus dans le cercle étroit qu’elle formait avec Jaime et c’était bien là tout ce que le flic souhaitait. En revanche, pour la réponse, c’était plus compliqué. « Je ne sais pas trop… » Dit-il peinant à mettre des mots sur les sentiments mitigés qu’il ressentait, ne sachant pas jusqu’à où il pouvait aller dans la franchise de son propos. « Je n’ai jamais voulu prendre la place du père de Jaime… Et pourtant, je l’aime comme un fils. » Finit-il par confesser. « Et je sais qu’il a besoin de retrouver son père mais je t’avoue que j’ai peur que ça amoindrisse notre complicité ou que ça change la nature de notre relation… » Et pour couronner le tout, il ne faisait absolument pas confiance à Noah. Dieu seul savait quelles idées, l’ex d’Eléa était capable de mettre dans l’idée de son fils… Sauf qu’il ne le dit pas, ne souhaitant pas raviver l’inquiétude d’Eléa. Car si lui angoissait, c’était clair que c’était puissance 10 pour la jeune maman.

A tel point que Thomas interrompt bientôt les préparatifs du petit-déjeuner pour la serrer contre lui, essayant encore et toujours de l’apaiser. Il aurait voulu tout prendre sur lui mais hélas, ce n’était pas possible… Se blottissant contre lui, sa compagne finit par lui avouer qu’elle a du mal à se résoudre à l’idée de laisser Jaime. Il ne pouvait que le comprendre. La loi pouvait bien l’obliger à laisser son fils mais elle ne pouvait pas contraindre son cœur a faire la paix avec cette idée. Il n’y a rien que le Weston puisse répliquer à ce propos mais il la confirmation de ce qu’il avait pressenti depuis que la sentence est tombée : Eléa ne pouvait pas rester seule pour ce premier week-end. Il lui propose donc d’échanger sa garde de la journée pour rester avec elle, et elle accepte. « Parfait. On veillera juste à avoir toujours ton téléphone à côté de nous. » Il l’embrasse sur le haut de l’épaule, juste au moment où Jaime débarque dans la cuisine. Thomas lâche donc la mère pour aller saluer le fils, ce qui implique un check légèrement compliqué qu’ils ont inventé tous les deux.

Le petit déjeuner se déroule à merveille et les pancakes ont l’effet escompté. Thomas ne sait pas si Jaime fait bonne figure car il ressent le stress de sa mère ou s’il est simplement content d’aller voir son père mais en tout cas, le gamin est de bonne humeur et ils passent un moment agréable tous les trois. Puis, non sans avoir pris une grande inspiration, Eléa attrape ses clés pour aller déposer Jaime chez son père. Bien entendu, Thomas avait proposé de l’accompagner mais après en avoir discuté tous les deux, ils en étaient venus à la conclusion que Noah pourrait prendre la présence du Weston comme une provocation. Il reste donc en arrière, attendant qu’Eléa fasse l’aller retour… Elle n’est pas longue mais il ronge son frein et quand elle revient, il l’attend en fait dans l’entrée. « Ca s’est bien passé ? Tu as vu Noah ? » Demande t-il soucieux dès qu’elle a passé la porte. Il la voit qui fait mine d’enlever son manteau et l’arrête d’un geste de la main. « Tu peux le garder, on repart tout de suite… Il y a un endroit où j’ai envie de t’emmener. » Dit-il, restant volontairement évasif. Il voulait lui faire la surprise…

Il remet son propre manteau et ils vont dans le jardin après qu’Eléa ait fermé la maison. Elle se dirige ensuite vers sa voiture mais il l’arrête encore une fois. « Non, c’est mieux si on prend le pick-up. » Décidé à faire passer une journée parfaite à Eléa, il la dépasse rapidement pour aller ouvrir la portière côté passager avec galanterie. Une fois qu’elle est montée, il va s’asseoir au volant à ses côtés, et démarre doucement. Ils n’allaient pas très loin mais il y avait un peu de route, ce qui est parfait car Thomas a besoin de parler de quelque chose à sa dulcinée. Il laisse quelques secondes passer, le temps de trouver le courage d’aborder le sujet puis se lance. « Il y a quelque chose dont il faut que je te parle… J’ai attendu un peu parce que tu avais d’autres choses en tête avec Noah et que je ne voulais pas en rajouter mais j’ai appris une nouvelle l’autre soir… » Il souffle, vérifiant s’il est capable de garder son calme avant de se lancer. Constant que c’est a priori le cas, il arrête de prendre des détours et dit les choses simplement. « Deborah est en couple. Bon ça je te l’avais déjà dit. Mais maintenant, je sais avec qui… Et il se trouve que c’est avec Richard. »


_________________

She’s is actually the most kindest, and sweetest person you could ever meet. I’m in love with her. And once you get lucky with someone like that, someone who feels absolutely too much, then you’ll know. You’ll know that they were made exactly for you. And she’ll need you just as much as you’ll need her. Things will work themselves out. The love you two share will be the most indestructible and indescribable thing in the world. And that’s the most beautiful love anyone could ever feel.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eléa Fawkes
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Gwen, Lexia, Keelin & Dylana
TON AVATAR : Jessica Alba
TES CRÉDITS : ava - sheepirl, gif profil - lovelypenny, signa - emi burton.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2 : Pas dispo pour le moment


RAGOTS PARTAGÉS : 907
POINTS : 800
ARRIVÉE À TENBY : 03/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
CÔTÉ COEUR : Amoureuse de Thomas
PROFESSION : Conseillère conjugale, elle essaie de s'appuyer sur son expérience pour rabibocher le coeur des autres.

MessageSujet: Re: We will stand tall + Thomas & Eléa Jeu 13 Déc - 11:00


Comme Eléa l’avait pressenti, Thomas tenait beaucoup au lien qu’il avait tissé avec Jamie et il redoutait que la relation qu’il nouerait avec son père n’amoindrisse la complicité qui existait entre eux. La conseillère conjugale pouvait faire la différence entre de l’égoïsme pure et de la crainte légitime. Le flic ne voulait en rien priver Jamie de son véritable père mais son affection pour lui ressemblait à celle d’une figure paternelle et il espérait conserver ce lien particulier entre eux. A bien des niveaux, Thomas avait tenu ce rôle à merveille. Pendant longtemps, il avait été éloigné de Deborah et il avait trouvé auprès du garçon une chance de revivre des moments qu’il n’avait peut-être pas eu l’occasion d’avoir aussi souvent dans la jeune adolescence de sa fille ; c’est en tout cas de cette façon qu’Eléa l’avait compris. Dans les familles recomposées, la relation entre un beau-parent envers l’enfant de son partenaire était souvent une source de tension mais celle qui liait Thomas et son fils était un rare modèle de complicité. De son côté, Eléa n’avait pas à se plaindre non plus vis-à-vis de Deborah. La brune avait cessé d’être toujours méfiante envers elle et avait même fini par l’accepter dans la vie de son père. La relation que la jeune maman entretenait avec sa « belle-fille » était neutre et sans conflits, même si leur lien ne serait probablement jamais aussi profond que celui qui existait entre Jamie et Thomas. « Je comprends. C’est normal qu’il renoue avec son père et en même temps, tu espères aussi que ça ne changera rien entre vous… » La jeune maman était consciente de cette possibilité. La présence de Noah dans la vie de Jamie changerait inévitablement leur équilibre familial mais elle espérait que ces changements ne se feraient pas trop ressentir. « Je ne le crois pas. Jamie se montre encore parfois influençable mais il est aussi vif d’esprit. Tu es dans nos vies depuis des années, lui aussi t’aime comme un père. Et personne, pas même Noah, ne peut effacer ça en un claquement de doigts. » Le cas échéant, Eléa veillerait à ce que son ex-mari n’essaie pas de monter son fils contre Thomas mais il était trop tôt pour anticiper ce qu’il ferait et elle n’avait pas envie de se projeter aussi loin alors qu’elle allait endurer le premier week-end sans Jamie. Il faudrait voir comment les contacts se passeraient entre eux, raison pour laquelle la conseillère avait prévu le coup en offrant un téléphone à son fils.

Le petit-déjeuner se déroula dans une relative bonne humeur. Eléa était rassurée par la présence de Thomas et surtout parce que Jamie n’afficha pas d’inquiétude particulière à l’idée de passer le week-end chez son père. Après le repas, la jeune femme emmena son fils chez son ex-mari. Dans la voiture, elle prodigua les derniers conseils à Jamie qui lui rappela crânement qu’il n’était plus un bébé et qu’il revenait déjà le lendemain soir. Sous couvert de cette attitude bravache, il était partagé entre l’envie de connaître son père et la crainte de cet « inconnu ». Vu son âge au moment du procès pour escroquerie, il se souvenait à peine de Noah aujourd’hui. Lorsque Jamie et elle descendirent de la voiture, son ex-mari sortit de la maison pour accueillir son fils. L’échange entre les deux parents se passa calmement et resta très succinct, se résumant à des banalités d’usage et autres détails pratiques du style « bonjour, je passe le reprendre à telle heure, passez un bon week-end ». C’était froid mais sans débordements. Eléa avait tout fait pour cacher son inquiétude et son envie de lui crier au visage. Plus vite elle quittait les lieux, mieux ça se passerait pour tout le monde. La conseillère conjugale embrassa une dernière fois son fils et elle reprit ensuite la route jusque chez elle, cette boule d’inquiétude toujours dans le ventre. Lorsqu’elle franchit la porte de sa maison, Thomas l’attendait impatiemment dans l’entrée et venait aux nouvelles. « Oui. Il était calme, il est sorti pour accueillir Jamie et il avait l’air content de le voir. Mais on n’a pas trop parlé, je n’avais pas envie de m’éterniser… » Résuma-t-elle brièvement. Toutefois, le flic ne lui donna pas le temps de retirer son manteau, car il l’informa de leur départ imminent vers un endroit surprise. « Ah ? » Le couple sortit donc de la maison. Eléa s’avança ensuite vers sa voiture mais Thomas l’invita galamment à s’installer dans le pick-up. « Tu nous emmènes en rando ? » Demanda-t-elle pour la forme, un sourire curieux aux lèvres. Elle monta ensuite dans le véhicule et put enfin se détendre pour la première fois de la matinée. Jamie était chez son père, Thomas prenait le volant. Son esprit pouvait se relâcher.

Au bout de quelques minutes de trajet, le flic brisa le silence et lui partagea une nouvelle qui semblait le préoccuper. Deborah était en couple mais il savait désormais qui était l’heureux élu… Il était au courant depuis quelques jours mais il n’en informait Eléa qu’aujourd’hui puisqu’elle avait eu la tête ailleurs. Encore perturbée par sa matinée, la jeune femme se révéla en effet plus longue à la détente que d’ordinaire. « Elle te l’a dit alors ? C’est merveilleux ! Mais ce Richard… C’est un copain de l’escrime ? » Etant donné la tête effarée de Thomas, elle réalisa vite son erreur et elle faillit se pincer le bras pour sa bêtise. En même temps, vu la différence d’âge, ça ne lui avait pas paru si évident… « Attends, tu parles de Richard Lyon ? » Eléa ouvrit de grands yeux. Richard était aussi un de ses anciens patients et désormais ami, elle l’avait aidé à gérer la perte de Kristin et dernièrement il l’avait soutenue par rapport à l’affaire avec Noah. Autant dire que cette nouvelle était une grande surprise. « Mais n’est-ce pas son ancien prof ? » Voilà qu’Eléa avait retrouvé tous ses esprits et mis le doigt sur une des questions qui taraudaient sûrement Thomas.

_________________



The walls are tumbling down
I swore I'd never fall again, but this don't even feel like falling, gravity can't forget to pull me back to the ground again. Cuz' you're the risk that I'm taking.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : ultraviolences (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 2/3 (Lexia)
A venir : John


RAGOTS PARTAGÉS : 1866
POINTS : 3404
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 43 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...


MessageSujet: Re: We will stand tall + Thomas & Eléa Dim 16 Déc - 11:08

Let the sky fall
When it crumbles
We will stand tall
Face it all together

« Oui. Il était calme, il est sorti pour accueillir Jamie et il avait l’air content de le voir. Mais on n’a pas trop parlé, je n’avais pas envie de m’éterniser… » Eléa s’empresse de rassurer Thomas lorsqu’il lui demande si tout s’est bien passé avec Jaime et Thomas. « Bien, bien… C’est… encourageant. » Réplique le flic, qui voulait s’accrocher au positif. Il se sentait un peu mieux depuis qu’il avait avoué à Eléa qu’il avait peur que les retrouvailles entre Jaime et son père changent sa propre relation avec le garçon et qu’elle l’avait totalement rassuré. Le Weston avait été touché d’entendre sa compagne lui confirmer que Jaime l’aimait comme un père tout à l’heure… « Après, normal que tu n’ais pas eu envie de lui faire face trop longtemps. » Beaucoup de colère et de ressentiment subsistaient encore sur la façon de procéder de Noah. Mais là encore, Thomas voulait rester positif et même si c’était difficile, de penser à autre chose. Il explique donc à Eléa qu’ils partent en petite virée surprise et qu’ils auront besoin du pick-up. Habituée au petit côté théâtral du moustachu, qui faisait souvent des façons, la jeune maman se contente d’un commentaire amusé. « Tu nous emmènes en rando ? » Thomas sent un sourire s’étirer sur ses lèvres. « Il fait un peu trop froid pour ça. »

Malheureusement, malgré sa volonté de passer du bon temps avec Eléa, il y a quelque chose de désagréable, dont il doit absolument lui parler. L’idée de plomber encore plus l’ambiance le frustre mais elle était sa compagne et il ne pouvait pas la laisser à l’écart concernant un sujet si grave. Il lui annonce donc tant bien que mal que Deborah sort avec Richard. Enfin, pas si bien que ça car la première réaction de la Fawkes démontre bien qu’elle n’a pas compris. « Elle te l’a dit alors ? C’est merveilleux ! Mais ce Richard… C’est un copain de l’escrime ? » Un copain d’escrime… Si seulement ! Il pince les lèvres, prêt à la corriger lorsqu’elle semble soudainement comprendre. « Attends, tu parles de Richard Lyon ? » Sentant le regard de la brune sur lui, il hocha la tête sombrement, sachant qu’elle le verrait. « Mais n’est-ce pas son ancien prof ? » Le Weston pousse un long soupir. Il ne pouvait pas que hocher la tête pendant les 15 kilomètres qu’ils avaient à parcourir. Il devait juste essayer de garder son calme. « Si, c’était son prof… C’est une des multiples raisons pour lesquelles, ça me fout tant en rogne… C’est tellement malsain. Dire qu’on l’a invité à manger chez nous… Avec nos enfants, sans se douter de rien. »

Il inspire profondément mais ses mains blanchissent tellement il sert le volant entre ses doigts. « Non mais tu te rends compte ! Il a peine 4 ans de moins que moi ! Il pourrait être son père… Et elle… Elle est à peine majeure. Elle ne sait ce qu’elle fait ! Y a pas si longtemps, elle craquait encore pour un voyou comme Leslie Barrow et maintenant son professeur… » Il secoue la tête, dépité. Il savait qu’il était en partie responsable, qu’il avait forcément loupé quelque chose quelque part mais il ne savait pas quoi. Il lève le pied de l’accélérateur, constatant que dans son énervement, ils avaient pris de la vitesse sans qu’il ne s’en aperçoive. Sans surprise, il avait du mal à partager la nouvelle avec neutralité. « Ils sont venus tous les deux me l’annoncer, main dans la main en plus ! Comme si c’était complètement naturel, comme si c’était moi qui créais des difficultés inutiles… » Rien que d’y repenser… « Comme tu peux l’imaginer, ça ne s’est pas très bien passé… Je me suis disputé avec Deborah et quand je lui dis que Richard n’était plus le bienvenue chez nous, elle est partie… » Souffle t-il, abattu. Et depuis, évidemment, plus de nouvelles…


_________________

She’s is actually the most kindest, and sweetest person you could ever meet. I’m in love with her. And once you get lucky with someone like that, someone who feels absolutely too much, then you’ll know. You’ll know that they were made exactly for you. And she’ll need you just as much as you’ll need her. Things will work themselves out. The love you two share will be the most indestructible and indescribable thing in the world. And that’s the most beautiful love anyone could ever feel.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eléa Fawkes
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Gwen, Lexia, Keelin & Dylana
TON AVATAR : Jessica Alba
TES CRÉDITS : ava - sheepirl, gif profil - lovelypenny, signa - emi burton.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2 : Pas dispo pour le moment


RAGOTS PARTAGÉS : 907
POINTS : 800
ARRIVÉE À TENBY : 03/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
CÔTÉ COEUR : Amoureuse de Thomas
PROFESSION : Conseillère conjugale, elle essaie de s'appuyer sur son expérience pour rabibocher le coeur des autres.

MessageSujet: Re: We will stand tall + Thomas & Eléa Dim 16 Déc - 20:14


Après avoir démenti la randonnée comme activité du jour, Thomas prit le volant pour leur mystérieuse destination. En plus de ce qui se passait chez Eléa, le policier était préoccupé par rapport à sa fille et il s’en ouvrit à la conseillère conjugale. Deborah entretenait une relation avec Richard l’écrivain, son ancien prof de lycée de surcroît. La jeune maman comprenait déjà en partie pourquoi le Weston ne se réjouissait pas de cette nouvelle mais elle se tut pour qu’il s’exprime sur les diverses raisons qui le perturbaient vis-à-vis de cette relation : la différence d’âge, le lien anciennement professeur et élève… Thomas était en colère pour n’avoir rien vu alors que le couple avait invité Richard à de multiples reprises (ce qui n’était pas anormal puisqu’Eléa avait noué une amitié avec lui), néanmoins le policier redoutait surtout que sa fille souffre de cette histoire d’amour comme elle avait souffert auprès de Leslie Barrow… Un Leslie Barrow qui avait essayé de draguer Eléa dans un bar peu de temps avant qu’elle ne soit en couple avec Thomas, et elle avait refusé ses avances, d’autant plus en apprenant ses liens avec sa future belle-fille. Tout en parlant, le policier accéléra et Eléa se tint à la portière sans pour autant l’interrompre tant que la vitesse restait raisonnable. Le Néo-Zélandais se rendit compte de son énervement et ralentit pour rapporter comment il avait appris la nouvelle. Richard et Deborah étaient venus chez lui, main dans la main (ce n’était peut-être pas le plus judicieux), la discussion avait ensuite dégénéré et quand Thomas avait expulsé Richard, Deborah lui avait emboîté le pas. « Je vois. Ça ne s’est pas très bien passé. » Même si la jeune maman soutenait souvent le policier sur bien des sujets, elle sentit qu’elle se devait de garder une certaine neutralité sur celui-ci : parler au travers son regard de mère, de compagne et surtout de thérapeute qui avait de l’expérience dans les relations amoureuses. Des couples aux âges différents, elle en avait vu défiler. Chacun avait sa propre histoire, son parcours personnel. Certaines romances perduraient dans le temps, d’autres s’essoufflaient que ce soit pour la différence d’âge ou d’autres raisons… Tout dépendait des personnes. Leslie Barrow était un voyou et un homme qui aimait les petites jeunes, rien de sérieux ne pouvait ressortir de cette relation. Richard par contre, n’était pas spécialement un homme à femmes, il lui avait parlé de Kristin et depuis le décès de sa femme, il avait eu du mal à se recentrer. La jeune maman ne parlerait pas de tout ce qu’il lui avait dit mais elle pouvait apporter un regard plus nuancé. Après s’être mise dans la peau de la thérapeute, elle se glissa dans celle de mère de Jamie. Elle essaya d’imaginer son fils à vingt-ans, fréquentant une femme de quarante, c’est-à-dire une femme de quasiment son âge… Eléa n’aimerait pas cette idée mais était-ce vraiment pour le bien de son fils ou parce qu’elle aurait du mal par rapport à elle ? En fait, tout dépendrait surtout de la personne… Si cette femme de quarante ans était une profiteuse ou non. Elle ne pouvait nier qu’elle aurait énormément de mal mais elle ignorait si elle serait complètement fermée à l’idée. Dans le cas de Thomas, elle devait réagir par rapport à son caractère à lui, par rapport à sa façon de fonctionner. Il ne savait pas comment appréhender cette relation ; il était en tout cas diamétralement contre celle-ci. « Rassure-moi, cette relation n’a pas commencé quand elle était toujours à l’école ? » Demanda Eléa qui ne voulait pas entrer dans une histoire malsaine. Elle en doutait mais elle préférait en être certaine. « Je doute que Richard soit un oiseau de proie comme Leslie. Je sais que tu auras du mal à l’entendre, mais c’est vrai. » Thomas pouvait la croire à ce sujet puisqu’elle avait quand même bien connu Richard sur ce plan, c’était son avis de thérapeute qu’elle lui donnait. « Mais je comprends pourquoi tu t’inquiètes. Ta fille n’a pas eu des relations faciles, elle a beaucoup souffert avant. » La jeune maman ne voulait pas que le policier pense qu’elle prenait un parti ou un autre, ce n’était pas du tout le cas, elle commençait seulement à lui répondre. « En tout cas, Deborah tient son caractère de feu de son père, c’est sûr. » Dit-elle en souriant. Elle tentait de calmer un peu le caractère impulsif de Thomas, de le détendre en lui rappelant que les chiens ne faisaient normalement pas des chats. D’une voix douce, elle reprit le fil de ses pensées. « C’est normal que vous ayez tous réagi à chaud. Toi tu te tracasses pour elle et de ce qui va se passer, et elle aurait sûrement espéré une autre réaction. Le fait qu’elle soit venu te le dire démontre sa volonté de ne pas te le cacher même si elle redoutait ta réaction, ce qui est déjà mieux qu’avant. La façon était maladroite, c’est vrai, mais c’est une forme de réflexion de la part de ta fille et une marque de confiance… » Eléa essaya ensuite de voir ce que Thomas avait retenu de cette confrontation. « Qu’est-ce qu’elle ressent pour lui ? Penses-tu qu’il s’agisse d’une passade ou d’une forme de rébellion ? Ou est-elle vraiment accrochée à lui ? Ce serait se donner beaucoup de mal pour une simple amourette… Sans comprendre ce qui se passe vraiment, tu ne pourras pas dialoguer avec ta fille. » Malheureusement, en expulsant Richard, il avait mis sa Deborah au pied du mur devant lui. Eléa ne discutait pas les choix de Thomas ni sa façon d’éduquer sa fille (elle ne se le permettrait pas sauf s’il lui demandait son avis), elle constatait simplement ce qui s’était passé. « Si j’ai bien compris, le dialogue est rompu entre vous… Elle pense peut-être que tu ne veux pas l’écouter ? Pourtant, votre relation s’était améliorée dernièrement, elle avait l’air de faire preuve de plus de maturité, de savoir ce qu’elle voulait, par rapport à son sport par exemple… Elle s’ouvrait plus à toi, tout n’a pas été mauvais cette année. Après, comme tu le dis, elle doit encore trouver certains repères et en amour, elle en a eu très peu. Principalement des types plus âgés ou même de son âge qui ont profité d’elle… » Eléa était assez partagée, car elle aurait aussi beaucoup de mal à ce que Jamie vive une telle relation mais le rôle d’un parent n’était-il pas avant tout le bonheur de son enfant même si ce n’était parfois pas si évident ? C’était exactement cette raison qui animait Thomas : voir sa fille heureuse, qu’elle n’ait pas de regrets et qu’elle ne souffre pas à nouveau. « Je ne peux pas te dire ce qu’il convient de faire... Tu pourrais leur mettre des bâtons dans les roues, faire peur à Richard, mais à quel prix ? S’ils s’aiment vraiment, plus tu seras contre eux, plus ils s’éloigneront. Ne vaut-il mieux pas garder un œil sur eux, essayer de raisonner Deborah et qu’elle garde bien à l’esprit que toute relation peut apporter son lot de déceptions ? Qu’une telle différence d’âge dans la sienne la fera peut-être passer à côté de certaines choses et qu’elle doit bien en avoir conscience ? Que tu lui dis tout ceci pour son bien et qu’elle n’ait pas de regrets plus tard ? Tu ne pourras pas la forcer à renoncer, si elle ne le veut pas, mais tu peux l'aider à avoir toutes les cartes en main. » Ce qu'Eléa ignorait était qu'en plus tout Tenby se liguait contre eux, alors ce sentiment de "vouloir tenir tête envers et contre tous" était encore plus profondément ancré.

_________________



The walls are tumbling down
I swore I'd never fall again, but this don't even feel like falling, gravity can't forget to pull me back to the ground again. Cuz' you're the risk that I'm taking.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : ultraviolences (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 2/3 (Lexia)
A venir : John


RAGOTS PARTAGÉS : 1866
POINTS : 3404
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 43 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...


MessageSujet: Re: We will stand tall + Thomas & Eléa Jeu 20 Déc - 18:29

Let the sky fall
When it crumbles
We will stand tall
Face it all together


Du peu que Thomas raconte, Eléa déduit très justement que les suites des révélations de Deborah n’ont pas été très agréables. Elle réfléchit quelques secondes puis demande au Weston quelques précisions. « Rassure-moi, cette relation n’a pas commencé quand elle était toujours à l’école ? » Le flic pousse un petit grognement de frustration. « Ils m’ont dit que non, mais en même temps, ils n’avaient pas intérêt à me dire le contraire. » Eléa semble néanmoins avoir toujours une bonne opinion de Richard, comme le prouve sa remarque suivante. « Je doute que Richard soit un oiseau de proie comme Leslie. Je sais que tu auras du mal à l’entendre, mais c’est vrai. » Thomas s’était douté qu’il mettrait sa compagne dans une position difficile en lui parlant de la relation de Deb et Richard, car ce dernier était un de ses amis. Il n’était donc pas surpris d’entendre ce genre de remarque. Il rétorque cependant sur un ton aussi calme que celui de la brune malgré son désaccord. « Effectivement, j’ai du mal à l’entendre… Un mec de quarante ans qui drague parmi les gamines de moins de 20 ans, pour moi c’est l’exacte définition de l’oiseau de proie. » Eléa lui concède  néanmoins qu’il a le droit de s’inquiéter pour sa fille.

Elle commence doucement mais sûrement à basculer dans ce que Thomas appelle le mode « thérapeute ». Elle essaye de se mettre à la place de tous les protagonistes, expliquant les diverses réactions de chacun par un ressenti différent, faisant mine de ne pas prendre parti. Cependant, l’ensemble reste assez favorable à Deborah. Eléa souligne à quel point la jeune femme a bien agi en impliquant son père. Malheureusement, Thomas n’est pas sensible au geste, comme il le confesse. « Si elle avait vraiment réfléchi, elle ne serait pas arrivée en pensant avoir ma bénédiction ou en espérant une autre réaction que celle qui a été la mienne… Et oui, peut-être que pourrais être sensible au fait qu’elle songe enfin à m’inclure dans sa vie, si elle ne faisait pas n’importe quoi de celle-ci. Qu’elle me fasse encore confiance ou pas n’est plus la question. Le problème, c’est que je me suis planté avec elle, c’est clair maintenant… Je n’arrive pas. J’ai crû que je pouvais être son père mais les faits nous prouvent le contraire…C’est une connerie après l’autre… Le fait qu’elle  m’avoue celle-ci avant que je ne la découvre ne change  rien. » Les arguments d’Eléa en faveur de Debra n’étaient pas dénués de fondement mais pour le moment, il était bien trop tôt pour que Thomas les entende et les accepte. Il était en boucle et toujours aussi mécontent et inquiet pour le futur de sa fille. Sans vouloir débattre avec Eléa et tourner les choses en dispute, il lui expose quand même franchement son point de vue, même si celui-ci ne rejoint pas du tout le sien.

Eléa lui demande d’ailleurs ce qu’il pense des sentiments de Richard pour Deborah. Passade, rébellion, simple amourette… Lequel était-ce ? « Qui sait ce qui se passe dans la tête de cette gamine ?! Elle me jure qu’elle est amoureuse comme à chaque fois, au passage. Richard et elle m’ont clamé qu’ils sont heureux et tout le bordel…Mais impossible de savoir ce que c’est vraiment… » La Fawkes persiste néanmoins à essayer lui apporter un peu de sagesse, arguant qu’il ne doit pas rompre le dialogue avec Debra ou du moins essayer de le rétablir et montrer qu’il essaye de la comprendre ce qu’il se passe. Hélas, encore une fois, il ne va pas dans sons sens. « Bien sûr qu’elle pense que je ne veux pas l’écouter ! Bien sûr qu’elle pense que je suis un vieux con qui ne comprend rien. Et elle n’a pas tort… Je ne comprends pas cette absurdité, je ne la cautionne pas.  Je n’avais pas vraiment envie de les écouter me dire la bouche en forme de cœur que l’amour, le vrai avec un grand A les avait frappés. Ils pensent peut-être tous les deux que c’est vrai mais on sait tous comment ça va finir… Tant pis pour moi si le dire haut et fort, fait de moi le con de l’histoire. Ça me rend fou que  le peu de progrès qu’on avait fait dans notre relation soient balayés par ce fait mais je ne resterai pas silencieux et je ne changerai pas d’avis. Cette relation est inappropriée et Deborah gâche sa jeunesse. »

« Je ne vais pas faire peur à Richard, je ne suis pas un cow-boy en plein Far Ouest. J’ai agi comme tel une fois, justement pour protéger ma fille et on sait tous les deux comment ça a fini. » Souffle t-il quand Eléa réfléchit ensuite aux différentes réactions qu’il pourrait avoir. Il n’est pas sot. Il voit bien le procédé d’argumentation subtil que sa compagne essaye d’utiliser sur lui. En proposant une solution absurde au début et en faisant mine de ne pas lui dicter ce qu’il devait faire, elle lui suggérait tout de même fortement de mettre de l’eau dans son vin, pour pouvoir rester proche de sa fille et essayer de la raisonner, ou au moins de l’avertir des dangers d’une telle relation… Que c’était forcément mieux que d’être à « fond contre eux ». Il secoue la tête. « Je suis désolé, je sais que j’ai l’air têtu mais je ne peux pas. Je ne ferai aucune action positive pour leur mettre des bâtons dans les roues, mais je ne ferai pas non plus mine d’accepter l’idée tant que ce n’est pas réellement le cas. Je suis incapable de parler calmement de tout ça avec Deborah. Je suis contre et je ne ferai pas mine du contraire, même pour garder un œil sur elle. Elle m’a bien fait comprendre que je n’avais plus à la protéger d’ailleurs… » Dit-il en revivant la dispute qui avait découlé de l’annonce de Deborah. « C’est pour ça que la stratégie que tu proposes ne peut pas fonctionner. Elle ne m’écoute jamais. Bien que de manière paradoxale, elle voudrait que je sois d’accord avec ses choix. Et comme ce n’est pas le cas, les choses ne sont pas prêtes de s’arranger et personne ne cèdera. Comme tu dis, on a tous les deux des caractères de feu.» Cette analyse là était peut-être celle de la conseillère matrimoniale qu’il rejoignait le plus. Le père et la fille étaient aussi têtus l’un que l’autre.

_________________

She’s is actually the most kindest, and sweetest person you could ever meet. I’m in love with her. And once you get lucky with someone like that, someone who feels absolutely too much, then you’ll know. You’ll know that they were made exactly for you. And she’ll need you just as much as you’ll need her. Things will work themselves out. The love you two share will be the most indestructible and indescribable thing in the world. And that’s the most beautiful love anyone could ever feel.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eléa Fawkes
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Gwen, Lexia, Keelin & Dylana
TON AVATAR : Jessica Alba
TES CRÉDITS : ava - sheepirl, gif profil - lovelypenny, signa - emi burton.
TA DISPONIBILITE RP : 0/2 : Pas dispo pour le moment


RAGOTS PARTAGÉS : 907
POINTS : 800
ARRIVÉE À TENBY : 03/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
CÔTÉ COEUR : Amoureuse de Thomas
PROFESSION : Conseillère conjugale, elle essaie de s'appuyer sur son expérience pour rabibocher le coeur des autres.

MessageSujet: Re: We will stand tall + Thomas & Eléa Sam 22 Déc - 11:29


La vision d’Eléa était soit biaisée en raison du rôle de thérapeute et aujourd’hui d’amie qu’elle avait auprès de Richard, soit la mieux placée. En réalité, la jeune maman n’apprécierait pas que son fils fréquente une femme beaucoup plus âgée que lui dans le cas où il sortirait à peine de l’adolescence. Elle pouvait donc sans peine comprendre les réticences de n’importe quel parent à cette idée. Elle était aussi partagée parce qu’elle connaissait assez l’écrivain pour savoir qu’il n’était pas un vicieux pervers prédateur sinon il n’aurait pas réussi à tenir ce poste de professeur durant des années sans que personne ne remarque rien. Il était certainement une source d’influence sur la fille de Thomas, qui nourrissait des sentiments pour lui, mais Eléa doutait qu’il soit armé de mauvaises intentions envers elle. Outre son avis de conseillère et de mère qui la divisait, l’Anglaise essayait surtout de donner des conseils à son compagnon pour renouer le dialogue avec sa fille. Elle lui démontrait que leur relation avait évolué positivement au cours des derniers mois, que Deborah avait agi de façon plus réfléchie et plus mature… Il devait bien y avoir une raison. Même si le flic n’était pas d’accord avec cette relation, qu’il la rejetait même, valait-il mieux creuser le fossé entre sa fille et lui en raison de leur désaccord ou plutôt continuer de veiller sur elle et de la conscientiser comme il l’aurait fait pour toute histoire amoureuse de la jeune femme ? Eléa lui avait exposé tout ce raisonnement après la confirmation de Thomas que la relation entre le professeur et l’élève avait commencé récemment et non pendant que Deborah était toujours au lycée. Evidemment, le flic réagissait encore trop à chaud pour réfléchir avec le recul nécessaire aux différentes options possibles. Pour lui, la seule issue valable était que les deux tourtereaux mettent un terme à leur relation or le couple refusait de l’écouter. Vu la majorité de Deborah, Thomas n’était plus en mesure de décider qui elle fréquentait. Il n’avait donc pas d’autres choix que de l’endurer, à défaut de l’accepter. Toutefois, Eléa recadra un peu le ton un peu trop dramatique de Thomas. Il faisait l’amalgame entre cette relation de Deborah et ses qualités de père. « Crois-tu vraiment qu’elle était persuadée que c’était tout cuit ? Elle a mis un peu de temps pour te le dire si j’ai bien compris ? Tout dans sa façon de faire indique qu’elle cherchait ton approbation, je suis sûre que ta fille est malheureuse quand ce n’est pas le cas. C’est un sentiment qui démontre que si, elle peut encore t’écouter, mais elle ne sera pas forcément toujours d’accord avec toi. » La jeune maman marqua une pause et repris ensuite sur l’aspect « plantage » vis-à-vis de son enfant, davantage pour rassurer Thomas cette fois que pour souligner son désaccord. « Ta fille n’a pas eu un parcours comme tout le monde mais qu’elle fasse des expériences de vie ne veut pas dire que tu es un mauvais père ou que tu as raté quelque chose avec elle… Elle se cherche et elle apprend. Souvent, les enfants ne font pas ce que les parents leur disent, on dirait même qu’ils cherchent à faire l’exact contraire. Alors je t’en prie, ne mélange pas tout. Tu as toujours réagi très vivement pour tout ce qui touchait à la famille mais il faut aussi savoir faire la part des choses. Oui, elle a déjà fugué par le passé, mais qui n’a jamais rêvé de prendre ses libertés, ado ? Nous sommes passés par des bêtises aussi. Deborah n’est pas une délinquante, elle ne se drogue pas… C’est une jeune femme pleine de vie, qui a plein de beaux projets en tête et qui essaient de les concrétiser. Tu lui as offert un foyer, tu as été présent pour elle, tu l’as aidé à gagner en maturité. Je n’appelle pas ça se planter. C’est juste qu’il y a parfois des obstacles ou des complications, et il faut trouver le moyen de les surmonter. » A l’âge de Deborah, Eléa allait bientôt se marier et elle avait ensuite été enceinte à vingt-deux ans donc au niveau de « prendre des décisions à un jeune âge », même si la maturité de chacun était différente, elle avait été précoce. « Donc oui, il y a des choses qui vous divisent mais ne remets pas tout en question, Thomas. » Sa voix était restée douce et bienveillante. Il s’enflammait beaucoup trop vite parfois, c’était d’ailleurs la raison pour laquelle il avait été suspendu durant plusieurs mois dans la police, et il fallait qu’il tire les leçons du passé. C’est pourquoi, Eléa tenta de l’amener à réfléchir à différentes réactions par rapport à cette histoire qui, d’après les constatations de Thomas et surtout selon les dires des deux principaux intéressés, avait l’air bel et bien sérieuse… Aux yeux du flic, Deborah allait purement et simplement gâcher sa jeunesse auprès de Richard mais il n’allait pas rejouer le cow-boy en le menaçant de ne plus approcher sa fille. Eléa était ravie de voir qu’il ne répéterait pas cette scène, même si elle s’en doutait déjà. Elle avait juste utilisé cet argument pour l’amener à réfléchir et le policier s’en était bien rendu compte. L’idée de rester proche de sa fille pour veiller sur elle et ne pas se braquer complètement contre eux ne changeait rien à l’avis de Thomas, il restait inflexible sur la question comme il le lui indiqua très clairement. Il ne ferait rien pour ou contre cette relation mais il était actuellement incapable de dialoguer avec sa fille, il ne pourrait pas prétendre tolérer cette situation car il n’en était pas encore à ce stade, d’autant que selon lui Deborah ne l’écouterait carrément pas malgré son envie d’avoir l’approbation du Néo-zélandais, même s’il s’employait uniquement à l’avertir et la conscientiser. La relation du père et de la fille avait toujours été particulièrement complexe et Eléa comprit qu’il valait en effet mieux laisser les choses se tasser avant de chercher à renouer car Thomas semblait tellement en colère qu’une nouvelle discussion ne servirait qu’à remettre du feu aux poudres. Il pouvait ne pas l’accepter mais il ne pouvait pas l’empêcher. Pensive, Eléa regarda droit devant elle, à l’horizon de leur trajet. « Je t’ai donné mon avis de compagne parce que je souhaite que ça s’arrange entre ta fille et toi, dans la mesure du possible. Mais mon avis de mère rejoint le tien. Je n’aimerai pas cette situation pour mon fils et je ne saurai pas quoi faire, mais j’essaierai quand même de rester auprès de Jamie, je pense. A un moment, les enfants mènent leur propre chemin de vie et malheureusement les parents sont parfois impuissants face à certains de leurs choix. C'est impossible de ne pas continuer à s'inquiéter pour eux, ce sera toujours comme ça. Tu restes le père de Deborah, quoiqu’il arrive. Les prochaines semaines débloqueront peut-être la situation. » Glissa-t-elle finalement, lorsque Thomas lui fit comprendre que les choses n’allaient pas s’arranger tout de suite. La conseillère conjugale avait failli proposer d’aller parler à Richard mais elle non plus ne voulait pas rajouter du feu aux poudres. Tout était déjà suffisamment compliqué ainsi. Eléa avait essayé de rassurer le flic de son mieux et elle comptait le soutenir tout autant mais elle était réaliste et pour le moment, les ponts étaient rompus entre le père et la fille.  

_________________



The walls are tumbling down
I swore I'd never fall again, but this don't even feel like falling, gravity can't forget to pull me back to the ground again. Cuz' you're the risk that I'm taking.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas E. Weston
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : ultraviolences (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 2/3 (Lexia)
A venir : John


RAGOTS PARTAGÉS : 1866
POINTS : 3404
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 43 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa.
PROFESSION : Flic, il vient de reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : La famille Weston s’agrandit ! Il se murmure que ce cher Thomas a un nouveau neveu et un nouveau gendre... Inutile de vous préciser qu'il ne se réjouit que pour un des deux...


MessageSujet: Re: We will stand tall + Thomas & Eléa Jeu 27 Déc - 9:41

Let the sky fall
When it crumbles
We will stand tall
Face it all together

« Crois-tu vraiment qu’elle était persuadée que c’était tout cuit ? Elle a mis un peu de temps pour te le dire si j’ai bien compris ? Tout dans sa façon de faire indique qu’elle cherchait ton approbation, je suis sûre que ta fille est malheureuse quand ce n’est pas le cas. C’est un sentiment qui démontre que si, elle peut encore t’écouter, mais elle ne sera pas forcément toujours d’accord avec toi. » Une fois encore, Eléa réfutait les affirmations de Thomas, prenant la défense de Deborah et cherchant visiblement à démontrer qu’elle s’était bien mieux comportée qu’il ne le disait. C’est dur à entendre car en l’état actuel des choses, il aurait juste souhaité le soutien de sa compagne, pas qu’elle le contredise sans cesse. Pourtant, il avait assez de lucidité pour se rendre compte que c’était aussi bien d’avoir une voix dissidente, quelqu’un qui ne faisait pas preuve d’hypocrisie en lui disant exactement ce qu’il voulait entendre… Et aussi, comme toujours, l’analyse d’Eléa est pleine de finesse. Ce qu’elle disait à propos de Debra ressemblait à son attitude avant la confrontation. Encore que… elle la dépeignait comme une jeune femme bien plus modérée et sereine que ce qu’elle était vraiment. « J’ai pas eu l’impression qu’elle m’écoutait tant que ça… Pour moi, c’était plutôt comme si elle essayait de m’arracher mon approbation en mode chantage affectif. Genre tu approuves mon choix de vie où tu disparais de celle-ci… Mais tu as peut-être raison… Peut-être que je laisse la colère et le choc biaiser ma vision de son attitude dans l’histoire. Effectivement, avec le recul, on peut penser qu’elle a quand même essayer de faire les choses correctement. » Glisse t-il en essayant de faire preuve d’un peu plus de bonne foi et d’écoute.

Et heureusement qu’il se met dans cet optique parce que sa passagère n’a pas du tout terminé le plaidoyer pour sa fille et commence à le « recadrer » d’une manière que certains pourraient trouver condescendante. Car c’est quand même moins diplomatique et les tournures de phrases d’Eléa sont quand même plus incisives. Il se prend du « ne mélange pas tout », ou encore du « il faut savoir faire la part des choses » lorsqu’il exprime son ressenti, ce qui le blesse légèrement. Il serre les dents et prend sur lui durant le processus, essayant de ne pas s’énerver. Il savait qu’Eléa ne pensait pas à mal et qu’elle essayait de lui provoquer une prise de conscience salutaire alors encore une fois il écoute, essayant de se comporter comme un homme adulte et non comme un gamin, même si pour le moment, il a plutôt l’impression d’être le second aux yeux de son interlocutrice. Cependant, il fait bien de tempérer son impulsivité car finalement, malgré les petits points qui le heurtent, cette nouvelle salve lui est plutôt favorable. La Fawkes lui rappelle ainsi que sa fille a un parcours atypique, qu’elle était en train de se chercher, que comme tous les adolescents, c’est normal qu’elle fasse des bêtises. Que lui fait ce qu’il peut, qu’il lui avait offert un foyer, qu’il avait fini par s’occuper d’elle et qu’elle avait certainement gagné en maturité grâce à leur relation. Et surtout qu’il ne fallait pas tout remettre en question parce qu’il y avait une complication. Il se radoucit, sensible au fait qu’elle souligne qu’il ne s’était pas « planté » à ses yeux. En fait, il est en train de baisser les bras, sachant que s’il arrête de se nourrir de sa colère, il ressentira juste une grande tristesse à l’idée de s’être disputée de manière si violente avec sa fille. Encore.

« Comment je peux ne pas remettre tout en question face à une telle relation ? Il y a bien un problème quelque part pour qu’elle existe. Et tout ce que tu dis à propos du fait que j’ai rempli mon rôle de père fait du bien entendre mais je pense que j’en serai un mauvais, si je ne me posais pas tant de questions face à la nouvelle. Et je ne suis pas d’accord avec toi. Oui, je mélange tout car il faut le faire. Parce que pour moi tout est lié. Je reparle de la fugue parce que c’est juste une des nombreuses illustrations d’à quel point notre relation est chaotique. Et je mets tout ça en avant parce qu’elle sort avec un homme de mon âge précisément. Ça ne peut pas être une coïncidence… C’est peut être inconscient mais elle essaye peut être de me prouver quelque chose. Je ne vais pas te faire l’affront de le nommer car c’est ton métier, mais il y a peut-être plus qu’on croit derrière cette relation avec Richard… Un complexe ou un truc du genre. » Comme elle, il avait parlé d’une voix douce, essayant de faire preuve de bienveillance pour ne pas que l’échange tourne en dispute. Il ne voulait vraiment pas se mettre Eléa à dos. Car elle était son roc dans la tempête et vu celle qui couvrait, il allait avoir besoin d’elle plus que jamais. Et puis, détail non négligeable, elle avait souvent raison. La seule erreur qu’elle avait faite était peut-être d’avoir tenté de le raisonner trop tôt mais en dehors de cela, ce qu’elle disait allait dans le sens de l’apaisement et donnerait sûrement matière à réflexion à Thomas quand il ressasserait. Parce qu’il le ferait forcément, il ne fallait pas se leurrer. Et au moins, il aurait plusieurs points de vue sur lequel s’appuyer se faisant.

Cependant, le flic n’est pas au bout de ses surprises. Eléa lui dit qu’elle a donné son avis de objectif pour tenter d’arranger les choses entre Deb et lui mais qu’en tant que mère, elle le comprend et serai aussi mitigée que lui si elle était à sa place. Elle insiste néanmoins sur le fait qu’elle resterait le plus proche possible de Jaime. Thomas soupire. Oui, c’était certainement la meilleure chose à faire mais pour le moment, il s’en sentait incapable. « J’essaierai de parler à Deborah quand je me serai un peu calmé. Pour le moment, je sais que ça ne sert à rien. Et dans les semaines à venir, je ne sais pas si ça sera plus productif. Comme je te l’ai dit, elle ne semble pas prête à me laisser une place dans sa vie si je continue à être contre sa relation et je ne me vois vraiment pas changer d’avis pour le moment… » C’était une belle impasse et ça ne servait à rien de le souligner une nouvelle fois. Pour le bien être de la journée, le Weston décide donc de clore le sujet et surtout de le faire sur une note diplomatique. « Bref, comme tu dis, on verra bien ce qu’il se passe dans les prochaines semaines… Je ne veux pas en parler plus que ça aujourd’hui, comme tu l’as souligné, je n’a visiblement pas le recul nécessaire. Je voulais juste que tu sois au courant. Alors merci de m’avoir écoué et merci de m’avoir donné sincèrement ton opinion. »

Ils parcourent la dernière portion de trajet, juste la durée qu’il faut à Thomas pour chasser ses idées noires et ranger tout ce qui vient d’être dit dans un petit coin de son esprit. Désormais, il veut se consacrer à sa surprise. Parce que Deborah n’est pas la seule à avoir une relation et il ne veut certainement pas négliger la sienne. Le couple Fawkes-Weston avait beaucoup été dans la tourmente ces derniers mois et ils avaient vraiment besoin d’un peu de magie. Le flic finit donc par tourner dans un petit chemin à la sortie de la ville et les emmène à la lisière de la forêt. Il se gare devant une énorme pancarte qui clame « Vente de sapin », éventant une partie de la surprise qu’il comptait faire à sa compagne. « J’ai pensé qu’on aurait besoin de sapins. » Dit-il en pointant l’évidence. Devant eux s’étendait un véritable labyrinthe de sapins, de toutes formes et de toutes tailles. Il était temps de se laisser gagner par l’esprit de Noël.


_________________

She’s is actually the most kindest, and sweetest person you could ever meet. I’m in love with her. And once you get lucky with someone like that, someone who feels absolutely too much, then you’ll know. You’ll know that they were made exactly for you. And she’ll need you just as much as you’ll need her. Things will work themselves out. The love you two share will be the most indestructible and indescribable thing in the world. And that’s the most beautiful love anyone could ever feel.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: We will stand tall + Thomas & Eléa

Revenir en haut Aller en bas

We will stand tall + Thomas & Eléa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-