AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Kids with guns || Alexeï

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Frimelda (code) + dam-dameron.tumblr.com (gif sign)
TA DISPONIBILITE RP :
RAGOTS PARTAGÉS : 302
POINTS : 658
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 45 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : Célibataire multidivorcé.
PROFESSION : Producteur, DJ, ancien pilote de F1, playboy professionnel et jet-setteur invétéré.
REPUTATION : Riche, suffisant, hautain, et exécrable. Junkie et alcoolique. Totalement infréquentable.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Kids with guns || Alexeï Mar 9 Oct - 21:53


Victor of a second chance
Get a lot of problems
But we kicked a lot of them

Journée chargée pour Max Julliard. Parfaitement sobre, il avait passé la première partie de la journée à faire enregistrer un groupe, qu’il n’allait pas tarder à revoir pour une seconde session d’enregistrement à Londres. A peine le temps d’avaler un sandwich et il vérifiait la liste des artistes qui devaient passer en concert et qu’il produisait, avant de choisir un costume noir, tranchant avec ses excentricités habituelles, pour une réunion d’investisseurs et de partenaires qui aurait lieu dans l’après-midi à Swansea. Il terminait de nouer sa cravate quand la porte d’entrée sonna. Vassilievitch – le frère, pas la sœur.

A vrai dire, Max se demandait encore si ce qu’il faisait était une bonne idée. Il ne tenait pas vraiment rigueur de l’incident qui s’était produit à Alexeï. Mais ses relations avec Yevegniya étaient devenues un peu…bizarres. Ce n’était pas qu’il détesta, à vrai dire, non plus. Mais il songeait aussi qu’il y avait sans doute plus de chances qu’il fasse du mal à Ivy à présent, et que toute cette succession d’évenements étaient en partie du à l’intervention d’Alex. Bref, celui-ci ne pourrait s’en prendre qu’à lui-même, au final, et d’un côté, c’était aussi assez gênant. De l’autre…well, Max Julliard n’avait qu’une parole, et le russe l’amusait assez.

Ouvrant la porte, alors qu’il essayait toujours de nouer ladite cravate, Max fit entrer Alex. La seconde Ferrari avait retrouvé sa place, il n’était plus amoché : nouveau départ, donc. « Tiens, le retour du voleur de Ferrari. Salut, entre. T’as pas fait venir ton agent ? Bon, tant pis pour lui. S’il veut me voir, il sait où me trouver. » Il lui serra brièvement la main. « On a pas beaucoup de temps, donc va falloir que tu t’y mettes vite, parce qu’après je t’embarque – enfin tu m’embarques vu que tu conduis – à Swansea pour le reste de la journée.  » Il ouvrit la voie, faisant signe à Alex de le suivre. « Rapidement, pour la visite. La maison t’est globalement ouverte, même si t’es pas obligé d’être là en permanence. En bas, salon, cuisine, mon bureau, la terrasse. Si tu descends à l’extérieur, la seconde terrasse, et le studio d’enregistrement. L’accès au garage est de cet autre côté. En haut, les chambres, le billard, la bibliothèque, mais globalement tu verras que le rez-de-chaussée et l’extérieur.  Tiens, sers-toi un verre, tant qu’on est là. »

Le débit de paroles était rapide, continu, la démarche assurée alors qu’il le conduisait de pièces en pièces. « Niveaux horaires et boulot, tu bosseras pas tout le temps, y a des semaines où je bouge plus que d’autres et je sais conduire moi-même. Globalement, quand j’ai besoin d’un chauffeur, c’est quand j’ai besoin d’impressionner la galerie ou de démontrer mes indéniables talents d’homme d’affaire qui a réussi, personne n’y croit mais ça fait partie du jeu. Je suppose que t’as pas le droit de sortir du pays tant que t’es en période de probation ? Tu ferras juste les voyages internes alors, pas grave. » Il claqua des doigts : « Tu suis, gamin ? J’ai pas toute la journée, et je dois rencontrer des investisseurs dans… » Il jeta un œil à sa montre hors de prix. « …deux heures maintenant. Bon, où j’en étais ? Ah oui. » Max passa un instant dans son bureau, récupéra une malette et une série impressinnante de documents, avant d’en tendre un à Alexeï. « Ca c’est ton contrat. J’ai mis dix livres de l’heure, pour commencer, la plupart de mes employés sont plutôt à douze mais bon, ils ont un peu plus d’expérience. Et techniquement, tu es employé de la Julliard Corp, comme tout le monde. » Il attrapa une veste, tout aussi sobre, et finalisa enfin son nœud de cravate. « La plupart du temps, tu auras affaire à Jeff, c’est lui qui te donnera le planning. Normalement il y a peu d’imprévus, mais bon, j’ai toujours fait sans chauffeur alors faudra voir ce que ça donne sur la durée. J’ai pas vraiment d’autres consignes particulières, je suis pas uniforme ni quoi que ce soit, je me fous de ta vie personnelle et au passage de ton opinion sur moi, donc tu fais ce que tu veux, tant que t’es à l’heure et opérationnel quand j’en ai besoin... » Il récupéra un manteau et l’enfila par-dessus sa veste. « Bien, maintenant, tu prends ça, et on va voir ce que tu vaux avec la jag. Rassure-moi, tant que j’y suis, t’as vraiment le permis ? » Il lui lança les clefs de la voiture. Ce qui était une bonne question, en fait. Pour le reste, hors de question qu’il lui refile de nouveau une Ferrari ou la Rolls dans un premier temps. « Donc, on va à Swansea voir les investisseurs au Music Fable Hotel. T’auras quartier libre pendant la rencontre – ce sera comme ça à chaque fois – et après on dine, enfin je, avec ce foutu journaliste dont j’ai oublié le nom de chez Rolling Stones, et après on filera au Revolution voir deux ou trois artistes que je pense faire signer. Comme ça j’aurais le temps de voir si ça peut marcher. » Il avait déjà la main sur la porte, et s’aperçut que Alexeï Vassilievitch le regardait comme s’il était un martien. « C’est quoi ces yeux de merlans frits ? Ca va trop vite, ou t’as des questions ? »

_________________

Bad, mad, and dangerous to know
Thought that love was in the drugs, but the more I took, the more it took away, and I could never get enough. Thought that love was on the stage : you give yourself to strangers, you don't have to be afraid. And then it tries to find a home with people, and I'm alone, picking it apart and staring at my phone...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Moriartea
TON AVATAR : Taron Egerton
TES CRÉDITS : merenwen pour l'avatar, Tumblr les gifs, le code signa est de moi.
TA DISPONIBILITE RP : Disponible 0/4
- RP fratrie
- Fred
- Riley
- Penny
- Max
RAGOTS PARTAGÉS : 172
POINTS : 524
ARRIVÉE À TENBY : 09/08/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (10 novembre)
CÔTÉ COEUR : Célibatard
PROFESSION : Voyou
REPUTATION : C'est un voyou, une mauvaise graine, il ne tardera probablement pas à s'attirer des ennuis et alors... Bon débarras !



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Kids with guns || Alexeï Jeu 11 Oct - 21:34


They gonna clean up your looks
With all the lies in their book
To make a citizen out of you
Because they sleep with a gun
And keep an eye on you son

Alex ne savait pas vraiment s'il devait croire à la proposition d'embauche de Max. Après tout, il lui avait ruiné une Ferrari en plus de le frapper. Même si Yevie lui jurait que non, il avait un gros doute. Mais il irait quand même : il n'allait pas passer pour un dégonflé. Il ne savait pas s'il irait jusqu'à présenter des excuses à la célébrité par contre. Il avait fait un léger effort de tenue : il était quand même en jeans délavé, mais il avait enfilé une chemise (froissée) par dessus un t-shirt à la gloire des Ramones. Il fallait quand même pas trop pousser non plus.

Il sonna et attendit qu'on vienne lui ouvrir. Il fut un poil étonné de voir Max ouvrir lui-même la porte - eh, il avait pas un laquais pour ça ? Il eut à peine le temps de lancer un "bonjour" que l'autre s'était lancé dans un putain de monologue. A peine une poignée de main et il se retrouva à le suivre dans sa baraque de folie. Et Max parlait, parlait, parlait... Alex était presque médusé, voir fasciné : est-ce qu'il prenait le temps de respirer pendant sa diatribe ? Il décrochat à moitié de toute ce qu'il balançait. Trop d'infos tue l'info.

« M'appelle pas gamin », grogna-t-il quand l'autre lui claqua des doigts sous le nez.

Il avait horreur de ce genre de comportement. Dix livres de l'heure ? Putain, mais il voulait vraiment l'embaucher. Il commença à survoler le contrat du regard tout en écourant Max pérorer. Il attrapa les clés de voiture au vol avec un sourire en coin. Bon, le regard était sans doute un peu torve aussi.

« Tu parles trop, patron. Et non, mon agent de probation a cru que je me foutais de sa gueule. Et oui, j'ai mon permis. Même si j'en ai jamais eu besoin pour conduire. »

Il laissa échapper un léger rire. Il ne fallait pas trop pousser la bienséance non plus. Après tout, si Max l'employait, il allait devoir composer avec ses travers. Même si Alex était capable de changer - bien qu'il en doutait fortement - ça ne se ferait pas en une journée et parce qu'il avait un joli contrat de travail imprimé.

« T'es quand même un grand malade de m'offrir un job, tu sais ? »

Il fixa un instant les clés qu'il tenait à la main. Une Jag. Rien que ça. Oh merde, ce job pourrait carrément lui plaire en fait.

« J'suis peut-être un gros connard, mais un gros connard professionnel. T'auras pas à te plaindre de mon taf... Mais compte pas sur moi pour porter un costume à la con. »

Ça, c'était juste totalement hors de question. Il laissait le look de poingouins aux autres larbins.

« Si t'es prêt Patron, on est partis. »

_________________

Alexeï Vassilievitch

I saw the evidence, the crimson soaking through. I watched you fall apart and chased you to the end. I'm left with emptiness that words cannot defend. You'll never know what I became because of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Frimelda (code) + dam-dameron.tumblr.com (gif sign)
TA DISPONIBILITE RP :
RAGOTS PARTAGÉS : 302
POINTS : 658
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 45 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : Célibataire multidivorcé.
PROFESSION : Producteur, DJ, ancien pilote de F1, playboy professionnel et jet-setteur invétéré.
REPUTATION : Riche, suffisant, hautain, et exécrable. Junkie et alcoolique. Totalement infréquentable.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Kids with guns || Alexeï Ven 12 Oct - 19:02


Victor of a second chance
Get a lot of problems
But we kicked a lot of them

Ce n’était pas du mépris envers Alex, en réalité. Max parlait vite, trop, parce qu’il réfléchissait en même temps, pas pour perdre les gens – ou en tout cas, sans avoir l’intention de le faire. Lorsqu’il travaillait, il pensait à trente-six choses en même temps, soit parce qu’il fallait effectivement qu’il gère toutes ces choses, puisqu’il n’était pas que producteur mais aussi chef d’entreprise, soit parce que des tas d’idées lui venaient à la minutes. Parler l’aidait à réfléchir, et ce n’était qu’une question d’habitude à prendre.

« Ah, oui. Tu t’y feras, il parait que je le fais à tout le monde. Ca m’aide à réfléchir, je te parle moins à toi qu’à moi-même. Mais si t’as des questions, t’auras qu’à demander. »
Le fait d’avoir constater que Alex avait l’air d’avoir perdu le fil avait forcé Max à ralentir le débit verbal, mais sur le reste, c’était la même chose. Le boulot, bosser, créer, faire des affaires, même la musique, ce n’était chez lui qu’une autre forme d’addiction. Même s’il était totalement sobre, en réalité, on pouvait tout à fait dire qu’il était complètement high – d’où la vitesse, la surexcitation, et cette hyperactivité difficile, voire pénible, à suivre ou à supporter.

Pour le reste, est-ce que ça pouvait marcher, toute cette histoire ? Vrai qu’il y avait de quoi être incrédule et que ça ne partait pas bien au vu de leur première rencontre. Mais Max aimait les paris qui semblaient perdus d’avance. Est-ce qu’il était dingue de donner sa chance à un gamin insolent voire violent, doublé d’un repris de justice, qui lui avait déjà bousillé une bagnole hors de prix ? Peut-être. Mais le producteur s’en foutait. « C’est possible. » Il l’admit avec un sourire. « Mais à la différence des trois quarts des gens que je croise, t’as une personnalité, ce qui est un point positif. Et comme t’as besoin d’un boulot, que j’ai besoin d’un chauffeur, et de l’argent à mettre dedans, pourquoi pas. » Il gâchait sans doute du fric, mais le fric n’avait aucune importance. Ce n’était qu’une manière de se rendre la vie plus facile. Il ne fallait pas s’y tromper. Max n’avait pas oublié ce que ça faisait d’être dans la dèche. Ce qui était aussi la raison pour laquelle il distribuait l’argent à tour de bras, et pas seulement dans des choses futiles. Si on faisait le tour de ses employés, on le trouvait ingérable, mais on le disait avec indulgence : il payait bien et jugeait que ses employés avaient de l’importance.

Sans doute qu’il y aurait des ajustements à faire. L’insolence, le vocabulaire, l’absence de costume, Max s’en foutait un peu en lui-même, mais pour certaines occasions ça ne passerait pas. « J’ai dit que je m’en foutais. » Il n’était pas à cheval sur les convenances lui-même. « Sauf les machins un peu officiel, t’en aurais pas besoin, de toute façon. Allez, on y va. » La jaguar, une automatique dernier cri à l’intérieur de bois et cuir tout aussi sombre que la carosserie, attendait sagement ses occupants. Max s’installa à la place passager, mais à l’avant, et fit signe à Alex de démarrer. « Sans excès de vitesse, qu’on évite les conneries de la dernière fois. De toute façon, tu pourras pas, elle monte pas aussi haut que la Ferrari. » Mais la précision pouvait toujours être utile. Il laissa Alex conduire un moment. « T’es plutôt doué, j’admets. » Le compliment était sincère, Max savait reconnaitre un bon conducteur quand il en voyait un. « Toujours pas de questions ? Après je vais me battre avec cinq ou six financiers barbants pendant trois heures et après ce sera encore plus le rush. J'ai l'air assez barbant et homme d'affaire aussi ? Ou j'aurais du mettre mes lunettes ? » Définitivement, ça le gavait. Il fallait le faire, mais ce serait agaçant. « Ah, oui, si. Tant que j’y pense. Tu risques de croiser ma fille, Megan, tu la reconnaitras, c’est la seule personne qui n’est pas cintrée dans mon environnement et elle est juste un peu plus jeune que toi. » Il soupira. « Je te préviens à l’avance, je me fous de savoir comment ça se passe entre vous, c’est une grande fille, elle fait ce qu’elle veut. Peut-être qu'il se passera rien, d'ailleurs, j'en sais rien. Mais tu fais pas le con avec elle. Ca me semble raisonnable, vu que j'ai dit que je ferai pas le con avec ta soeur. » C’était quand même mieux que de se cogner dessus.  

_________________

Bad, mad, and dangerous to know
Thought that love was in the drugs, but the more I took, the more it took away, and I could never get enough. Thought that love was on the stage : you give yourself to strangers, you don't have to be afraid. And then it tries to find a home with people, and I'm alone, picking it apart and staring at my phone...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Kids with guns || Alexeï

Revenir en haut Aller en bas

Kids with guns || Alexeï

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: The Outskirts :: Residences-