AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Paradise Motion || Ivy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Frimelda (code) + dam-dameron.tumblr.com (gif sign)
TA DISPONIBILITE RP :
RAGOTS PARTAGÉS : 302
POINTS : 658
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 45 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : Célibataire multidivorcé.
PROFESSION : Producteur, DJ, ancien pilote de F1, playboy professionnel et jet-setteur invétéré.
REPUTATION : Riche, suffisant, hautain, et exécrable. Junkie et alcoolique. Totalement infréquentable.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Paradise Motion || Ivy Dim 7 Oct - 22:44


The fun is never ending
And love is the drug
That makes you want to drink
'til the morning after

La fête battait son plein, et la musique était trop forte. Maitre chez lui, Max se rapprocha du DJ qui officiait à ce moment là pour lui dire de baisser un peu ses basses. C’était un gamin de sa boite de production, il fallait qu’il apprenne, et il le fit avec indulgence : pour le reste, il s’en sortait bien. Autour de lui, tout le monde était déjà plus ou moins bourré, à des degrés divers. Il s’amusa de voir son banquier, déguisé en vampire, en pleine conversation avec une fille qui lui semblait bien être une des call-girl qu’il avait engagé pour la soirée. La prochaine fois qu’il lui dirait que ses dépenses personnelles étaient astronomiques, Max n’hésiterait pas à rappeler au très sévère financier qui gérait sa fortune ses propres excès. Mais bon, pas ce soir, il verrait ça…le lendemain, parce qu’il sautait dans un avion vers treize heures pour une semaine à Londres. La gueule de bois aurait eu le temps de passer, et il allait enchainer les heures de boulot sans discontinuer.

Donc cette soirée était l’occasion en or pour profiter avant de partir. Se mettre la tête à l’envers, Max connaissait, c’était son mode de vie habituel. Le faire déguisé en loup garou était un peu plus rare, mais c’était Halloween et c’était la soirée qui voulait ça. Au fond, ce n’était pas très différent d’une fête d’adolescents. Les mêmes costumes et les mêmes bonbons. Sauf que les fringues venaient de chez de grands couturiers et que les bonbons étaient pour la plupart des cachets d’ecstasy. Et que le monstre principal devait être sa dealeuse, Lennox, qui venait de lui sauter dessus. « Darling, j’adore ton costume. Et ta fête, aussi. Tout est absolument génial. » Il jeta un œil à la jeune femme, accrochée à son bras et  dont le déguisement de Harley Quinn était frappant de réalisme. Peut-être parce qu’elle avait effectivement une personnalité de psychopathe. « Et cette fontaine de glace, j’adore. Qui est-ce qui t’as fait ça ? » Il se servit un verre de vodka à ladite fontaine, et fronça légèrement les sourcils – ce qui lui donna un drôle d’air, avec ses postiches de loup-garou. « On a fait une collab’ avec une artiste géniale, c'est une amie, mais elle veut pas qu’on communique. » Bon. Pas vraiment une amie, et Max se demanda si Yevgeniya aurait apprécié qu’il la qualifie ainsi. « Ah vraiment ? Présente donc la moi. Pour qui elle travaille ? » Lui, à titre principal, pour cette soirée. Il avait laissé Ivy faire sa sculpture, et n’était pas là quand ladite sculpture était arrivée. Pour le reste, il n’avait spécialement envie de parler de Ivy à Lennox, ni de lui parler de son véritable rôle pour cette soirée, alors il détourna la conversation d’un ton pince-sans-rire. « On travaille tous pour instagram, Lennox. » Avant de s’éloigner : Lennox était un peu flippante, quand elle le voulait, même s’il l’aimait bien.

Il tomba sur ladite Yevgeniya quelques instants plus tard, alors qu’il montait à l’étage : il y avait moins de monde sur la mezzanine – un fantome et un type déguisé en marionnette jouaient au billard. D’en haut, on voyait tous les invités, la terrasse, et la mer. Il s’accouda à la rembarde à côté d’elle, sans vraiment la regarder, et lança en souriant : «La fontaine est superbe. Et je dois reconnaitre que la vodka est très bien aussi. » Il se mit à rire : « Ma dealeuse te trouve géniale, j’espère que tu apprécies le compliment. Je lui ai dit qu’on avait une collab exclusive avec toi, elle trouve ça archi-tendance. » Il y avait une pointe d’ironie mordante dans ce qu’il disait : sa dealeuse se prenait pour une créatrice de mode, tout le monde se foutait de l’avis de tout le monde, tout le monde pensait que ce qu’ils faisaient était hype, mais ce n’était qu’au mieux de l’alcoolisme mondain. Max en maitrisait les codes, mais il n’y croyait pas vraiment, et il savait encore se moquer de lui-même, si bien qu’il n’était pas vraiment sérieux pour parler à Ivy, et il commenta avec détachement : « Bienvenue dans l’asile à ciel ouvert le mieux habillé du monde. Et ouvert aux loups-garous et autres chats-léopards. »

Et en même temps, ça lui permettait de maintenir une distance raisonnable entre eux. Quitte à débiter uniquement des platitudes. C’était la première fois qu’ils se revoyaient depuis que Ivy avait débarqué chez lui pour l’engueuler à propos de son frère. Il avait évité de se poser trop de questions, parce qu’il était bien paumé si on y réfléchissait. Et Max ne voulait pas réfléchir. Non, rien n’avait changé, ce qu’il pensait naivement avoir réussi à réaffirmer en payant à l’avance la jeune femme pour venir à cette soirée. Il pensait que ça réglerait la question, et pouvoir continuer à la voir de cette façon là. Mais curieusement, ça lui faisait quand même quelque chose. Un peu de l’euphorie qu’il avait ressenti en bord de mer l’autre fois. Mais ça devait être la vodka, l’ambiance, le souvenir… n’importe quoi de rationnel auquel se raccrocher.

_________________

Bad, mad, and dangerous to know
Thought that love was in the drugs, but the more I took, the more it took away, and I could never get enough. Thought that love was on the stage : you give yourself to strangers, you don't have to be afraid. And then it tries to find a home with people, and I'm alone, picking it apart and staring at my phone...


Dernière édition par Max Julliard le Mar 9 Oct - 14:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — brendan — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : frimelda (signat) fiona ( gif profil 1) penny (gif profil 2)
TA DISPONIBILITE RP :
RAGOTS PARTAGÉS : 1251
POINTS : 2805
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : une putain peut-elle avoir des sentiments ?
PROFESSION : madame
REPUTATION : elle vit ici, mais passe toujours tout son temps à swansea… ce n'est pas facile pour se faire une opinion sur elle



MessageSujet: Re: Paradise Motion || Ivy Lun 8 Oct - 22:42

I wanna savor, save it for later
The taste of flavor, 'cause I'm a taker
'Cause I'm a giver, it's only nature
I live for danger

Des déguisements, Yevgeniya en a des tonnes, elle les accumule pour les clients qui lui demandent de temps à autre de se métamorphoser en quelqu'un qu'elle n'est pas. Ce soir, cela dit, elle a dû faire un tour dans une boutique pour trouver cette combinaison beaucoup trop moulante et beaucoup trop outrageuse qu'elle a même fait retoucher sur-mesure pour qu'elle soit parfaite. « Et je suis censée rentrer comment là-dedans ? » Elle interroge la vendeuse, pas certaine de savoir si elle doit rire ou pleurer. Clairement, elle ne s'attendait pas à un ajustement aussi minutieux.

Quelques heures plus tard, après maintes acrobaties et une couche épaisse de talc qu'elle bénie, la russe porte cette combinaison de félin sexy qui lui correspond à merveille.  Elle s'observe dans le miroir, pas peu fière du rendu de sa silhouette et elle s'attaque au maquillage en faisant ressortir l'artiste qui est en elle. Pour sûr, elle a la certitude d'avoir le meilleur déguisement pour une soirée d'Halloween comme celle-ci et son avis ne change pas lorsqu'elle arrive sur place. Sa fontaine de vodka est déjà installée - elle l'avait déposée un peu plus tôt dans la journée pour ne pas avoir à l'apporter avec elle et surtout, pour pouvoir se permettre d'être en retard. Quand elle se met à son aise, parcourant les salles avec ses hauts talons d'une démarche chaloupée, elle voit que la soirée semble déjà bien entamée. Elle attrape un verre de vodka et elle cherche des visages familiers, un en particulier.  Son verre de vodka compte bien lui faire la soirée : lorsqu'elle travaille, elle a comme principe de ne jamais se retrouver ivre, ou du moins, jamais autant que son client. De plus, elle ne souhaite pas boire pour ne pas avoir une envie pressante alors qu'elle n'a pas la moindre idée de comment se débarrasser de sa combinaison. Elle salue quelques personnes déjà rencontrées aux fêtes précédentes du Julliard, se fait brièvement accoster par des hommes qui veulent lui dire à quel point son costume est réussi (certainement qu'ils veulent autre chose également), puis elle s'en va prendre de la hauteur pour avoir une meilleure vue d'ensemble.
La voix de l'hôte qui retentit dans les airs parvient à arracher un sourire mutin que la blonde ne peut réprimer. Elle lui lance un coup d'oeil avec cette sensation bizarre dans le ventre maintenant qu'il est à côté d'elle. Elle pouffe de rire deux secondes en voyant ses traits de loup-garou. Pour sûr, elle aurait eu quelques difficultés pour le reconnaître dans la foule avec cet accoutrement. « La fontaine, la vodka... D'accord... Merci. Mais tu n'oublies pas quelque chose ? » Sans pudeur, à l'aide d'un geste gracieux, elle souligne sa propre silhouette, montrant clairement qu'elle attend qu'il lui dise qu'elle aussi, elle est superbe. « En effet, j'apprécie le compliment. Si elle me trouve si géniale, tu crois qu'elle pourrait me faire des tarifs préférentiels sur sa dope ? Qui sait, ça développe ma créativité alors je pourrais faire des pièces encore plus démentielles. » La drogue coûte chère et les temps de crise actuels n'épargnent pas la jeune femme, même si elle n'a rien d'une junkie. Au moins quelque chose qu'elle fait de façon modérée, ce qui n'est pas le cas de l'alcool, de la cigarette ou du sexe. « Sacrée soirée en tout cas. Toujours aussi réussite. » En effet, la réussite des fêtes de Max Julliard est une constance. « Et quel loup-garou tu nous fais. J'ai failli ne pas te reconnaître. Bravo. » Elle sourit, fait ressortir son jugement artistique.

Son regard se perd à nouveau sur l'assemblée et elle prend un peu plus le temps de détailler le visage des invités. Des questions lui brûlent les lèvres et pour se donner le courage de les lui poser, elle reprend  une petite gorgée de son verre - sans oublier qu'il doit lui tenir toute la soirée. « J'ai l'impression de connaître pas mal de monde ici. Notamment... » Elle pointe du menton une fille. «  Taylor. » Elle en pointe deux autres. « Stefani. Et Donna. » La liste des escortes présentes dans la salle est faite et même si la russe se doutait qu'elle ne serait pas la seule, elle ne sait pas vraiment comment se sentir par rapport à cette nouvelle donnée. Certes, il ne devrait plus y avoir le moindre malentendu entre eux vu qu'Ivy a déjà empoché ses quelques billets et qu'ils ont passé un marché, à savoir d'oublier ce qu'il s'est passé dans la Ferrari, mais, elle se demande à présent s'il la fait venir pour lui ou pour d'autres clients. «  Elles sont là pour quelqu'un en particulier ? » S'aventure-t-elle à demander, cherchant les réponses à ses questions. Savoir si elle va devoir le partager, s'il compte finir la soirée en orgie ou s'il n'a rien planifié et qu'il attend la fin de la soirée pour se décider de ce qu'il aura envie.

_________________

bad romance


Don't you know that it's only fear, I wouldn't worry, you have all your life, I've heard it takes some time to get it right | FRIMELDA


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Frimelda (code) + dam-dameron.tumblr.com (gif sign)
TA DISPONIBILITE RP :
RAGOTS PARTAGÉS : 302
POINTS : 658
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 45 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : Célibataire multidivorcé.
PROFESSION : Producteur, DJ, ancien pilote de F1, playboy professionnel et jet-setteur invétéré.
REPUTATION : Riche, suffisant, hautain, et exécrable. Junkie et alcoolique. Totalement infréquentable.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Paradise Motion || Ivy Mar 9 Oct - 14:29


The fun is never ending
And love is the drug
That makes you want to drink
'til the morning after

Le problème était le suivant : même s’il s’était persuadé qu’il allait pouvoir oublier en un tour de main l’épisode Ferrari, le producteur s’apercevait que ce n’était pas le cas, et ce d’autant plus maintenant que Yevgeniya était là. Max n’arrivait pas vraiment à analyser pourquoi, et il ne savait même pas s’il pourrait faire illusion bien longtemps, surtout lorsqu’il voyait le costume de la jeune femme. « Oui mais toi, c’est habituel que tu sois superbe, Ivy, est-ce que j’ai vraiment encore besoin de te le dire ? » Ce qui était honnête et ce qu’il avait toujours pensé, au demeurant. Ce petit jeu là était assez classique entre eux, ne changeait pas vraiment de d’habitude, mais Max avait la désagréable impression que tout ce qu’il allait dire à cette soirée n’allait pas tarder à prendre un sens ambigu, que ce soit pour le reste du monde, ou simplement dans son esprit. « Cela dit, c’est vrai que ton costume est réussi. Je suis très fan du léopard. Tourne pour voir ? » Il hocha la tête, reprit une gorgée de vodka et commenta : « Sacrément sexy. Si c’est l’effet recherché, on a carrément envie de te l’enlever. » Lui, et sans doute le reste des hommes présents à cette fête. Max savait que c’était fait pour, mais d’un autre côté, il n’était pas sûr d’être très heureux que les autres partagent ce constat-là. Mais bon, après tout, eux n’avaient que le costume pour se rincer les yeux, pas la discussion, ni la fontaine, ni quoi que ce soit d’autre d’ailleurs, pour l’instant.

« Lennox, faire des prix ? Ca se tente. Dans l’hypothèse où elle serait sincère, comme tout le monde ici. » Max expliqua avec amusement : « Ils parlent tous en sandwich diplomatique, en te balançant une horreur entre deux compliments. Ca donne : je l’adore, elle est complètement dépassée, mais quel talent. Compliment, horreur, compliment. » Il fallait s’y habituer, c’était le prix de tout l’alcool, de toute la drogue, de tout l’amusement qui trompait sa vie un peu sordide. Julliard maitrisait aussi cet art à la perfection, mais au choix, ça l’agaçait plutôt vite. Lui, il balançait des horreurs en continue, parce que de toute façon, ils se détestaient tous ou presque et que c’était beaucoup plus drôle. Mais effectivement, on pouvait dire que c’était une réussite. « Merci. Je vais sans doute morfler quand il faudra retirer toutes ces postiches, mais ça en valait la peine. » Vrai qu’il aimait les déguisements spectaculaires, mais ça avait pris du temps et ça serait compliqué à retirer. Mais le producteur ne faisait jamais les choses à moitié, alors il ne s’en plaignait pas non plus.

La question de Ivy le laissa un instant méditatif un instant, moins parce que Max n’avait pas la réponse, mais plutôt parce qu’il ne s’attendait pas à ce que la russe la lui pose. Qu’est-ce qu’il pouvait répondre à ça ? Le meilleur moyen, c’était de gagner du temps par une plaisanterie, technique usée jusqu’à la corde mais qui avait le mérite d’avoir fait ses preuves. « Manifestement, principalement pour mon banquier. C’est lui, là en vampire. » Ledit banquier était toujours en grande discussion avec une des filles que lui avait montré la blonde. « Je dois le voir à Londres demain, je suis curieux de voir dans quel état il sera. » Ce qui ne répondait pas véritablement à la question de la jeune femme non plus, donc le dj finit par préciser. « Concrètement, non, pour personne en particulier. Ou pour qui veut, si tu préfères. » Question d’ambiance. Même si Max les connaissait toutes parce qu’il n’avait pris que des filles avec qui il avait couché, même si effectivement, il aurait pu coucher avec l’une ou l’autre ce soir là – ou avec une fille qui n’était pas une escorte, dans le lot des invités, ce ne serait pas compliqué.  S’il était honnête, cependant, il fallait bien admettre qu’il avait payé Ivy juste pour la voir, et l’avoir pour lui tout seul. Mais pour être honnête, il aurait fallu se poser des questions et vouloir y répondre. Là, Julliard était plutôt décidé à faire comme si de rien n’était et comme si les choses pouvaient réellement reprendre comme d’habitude entre eux. « Et disons que j’ai gardé la plus belle pour moi. » Pas gagné, cependant. Il se pencha vers la jeune femme, amusé. « Dis moi, t'es pas un peu jalouse, pour quelqu’un qui me facture même ses sourires ? » Il cherchait les ennuis, et il jouait avec le feu, clairement, mais Max ne voyait absolument pas la différence avec d’habitude.

_________________

Bad, mad, and dangerous to know
Thought that love was in the drugs, but the more I took, the more it took away, and I could never get enough. Thought that love was on the stage : you give yourself to strangers, you don't have to be afraid. And then it tries to find a home with people, and I'm alone, picking it apart and staring at my phone...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew — nate — brendan — lizzie — deborah — jesse
TON AVATAR : alexandra savior
TES CRÉDITS : frimelda (signat) fiona ( gif profil 1) penny (gif profil 2)
TA DISPONIBILITE RP :
RAGOTS PARTAGÉS : 1251
POINTS : 2805
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 (25.05.92)
CÔTÉ COEUR : une putain peut-elle avoir des sentiments ?
PROFESSION : madame
REPUTATION : elle vit ici, mais passe toujours tout son temps à swansea… ce n'est pas facile pour se faire une opinion sur elle



MessageSujet: Re: Paradise Motion || Ivy Mar 9 Oct - 20:54

I wanna savor, save it for later
The taste of flavor, 'cause I'm a taker
'Cause I'm a giver, it's only nature
I live for danger

« Probablement pas, mais j'aime bien quand tu me le dis. » Elle sourit de toutes ses dents, fière d'elle et fière d'avoir reçu ce compliment qu'elle languissait. Elle a beau en recevoir des tas par jour, elle n'en a jamais assez, surtout venant de certaines personnes. Elle s'exécute, tourne sur elle-même quand son client le lui demande et se prend même au jeu en imitant un félin qui sort ses griffes. Un félin diablement sexy, mais un félin quand même. « C'est tout à fait l'effet recherché. » Ca y est, Yevgeniya est ravie d'avoir réussi à enfiler cette combinaison, il suffit de voir le regard de Max pour réaliser que tous ses efforts sont récompensés.  Certes, si le producteur l'avait vu se contorsionner et gémir d'effort pour l'enfiler, il n'aurait pas le même regard empli de concupiscence, il serait certainement encore en train de rire à gorge déployée. Le spectacle n'aurait pas été seulement visuel, mais également auditif car pour sûr, les passants ont dû l'entendre crier de frustration en croyant qu'elle n'arriverait jamais à la mettre. Autant dire qu'après cette soirée, elle ne quittera plus son short de survêtement pendant au moins une semaine. « Sandwich diplomatique... La notion est intéressante. » Elle s'esclaffe, d'autant plus que l'exemple de Max est parfait. « Ca doit être usant à force, cela dit. Enfin,  personnellement, si j'ai envie de dire des horreurs, je les dis. » Ivy n'a jamais fait partie de la haute société et ça n'arrivera jamais. Quelques dîners mondains ici et là avec des clients, mais clairement, ce n'est pas son truc. « D'ailleurs, il faudra vraiment que j'aille faire comprendre à Stef que ses injections ont été ratées parce que je doute que ça fasse partie de son costume. » Une vraie langue de vipère. On ne l'arrête plus. Pas étonnant qu'elle ait si peu d'amies appartenant à la gent féminine. D'amis, tout simplement, en fait : à part Ainhoa, la blonde doit être payée pour être aimable, au sens propre comme au sens figuré.

« Si tu veux mon avis, tu le retrouveras avec quelques difficultés motrices.  Mais je n'en dis pas plus... Je ne veux pas te gâcher la surprise si jamais tu décides de faire appel à Donna prochainement. » Elle lui tend une perche, mais elle espère qu'il ne la prendra pas, car l'idée de Max avec une autre escorte rend Yevgeniya mal à l'aise. Elle a toujours été un peu protectrice envers ses clients, une façon de les fidéliser et d'empocher encore plus, mais cette fois, c'est différent... Un malaise plus profond. Non, elle n'a vraiment pas envie que Max découvre de lui-même que Donna est devenue une dominatrice et qu'elle devient vraiment douée dans cette nouvelle pratique qu'elle n'a commencé que récemment.
Le fait de parler des professionnelles présentes dans la villa du britannique aide Ivy à se situer par rapport aux autres invités. C'est pour cette raison qu'elle écoute attentivement la réponse que Max lui donne, attendant de savoir si elle aussi, elle n'est attribuée à personne en particulier. Tout le sérieux de la russe est démoli par la conclusion qu'il lui offre. D'abord satisfaite de savoir qu'elle est la seule avec qui il compte finir la soirée, elle fait semblant de s'offusquer et lui donne une petite tape sur l'épaule pour jouer la comédie jusqu'au bout. « Moi, jalouse ? Crois moi, mon beau, si j'étais jalouse, ces filles auraient déjà disparues de ta vue. » Surtout avec une dealeuse dans les parages,  glisser des produits en douce dans le verre de ses rivales est un jeu d'enfant. Toutefois, le fait que la jeune femme ait déjà pensé à ses éventualités ne prouve-t-il pas qu'elle est justement un peu jalouse, comme le souligne le brun ? Elle préfère ne pas s'écouter et secouer la tête. « Je voulais juste savoir à quel point je dois te chouchouter, ce soir. Tu me connais. J'aime être professionnelle. » Ou pas, justement... Il est bien placé pour le savoir, mais elle fait fi de tout ça et elle se rattrape du mieux qu'elle peut. « Mais tu sais quoi ? Tu as bien raison de parler de jalousie. Parce qu'on va tous les rendre jaloux. Allez, viens. » Elle lui prend la main et descend les escaliers aussi vite qu'elle peut malgré les échasses sur lesquelles elle est perchées et lorsqu'ils arrivent dans le séjour, elle se laisse aller dans ses bras, taquine et sauvage. « C'est l'heure où le loup fait danser le léopard. En plus, j'adore cette chanson ! » Déjà, elle se met à bouger au rythme de la musique, doucement, avant d'adopter des postures de plus en plus aguicheuses.


_________________

bad romance


Don't you know that it's only fear, I wouldn't worry, you have all your life, I've heard it takes some time to get it right | FRIMELDA


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Crazyoilmachine, Wanguard, Ritchie...
TES DOUBLES : Richard Lyon - John Harding
TON AVATAR : Mark Ronson
TES CRÉDITS : COM (avatar) + Frimelda (code) + dam-dameron.tumblr.com (gif sign)
TA DISPONIBILITE RP :
RAGOTS PARTAGÉS : 302
POINTS : 658
ARRIVÉE À TENBY : 14/08/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 45 ans (3 janvier)
CÔTÉ COEUR : Célibataire multidivorcé.
PROFESSION : Producteur, DJ, ancien pilote de F1, playboy professionnel et jet-setteur invétéré.
REPUTATION : Riche, suffisant, hautain, et exécrable. Junkie et alcoolique. Totalement infréquentable.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Paradise Motion || Ivy Mer 10 Oct - 23:27


The fun is never ending
And love is the drug
That makes you want to drink
'til the morning after

Pour faire simple, Max aurait pu définir la relation qu’il avait avec Ivy comme un partenariat de travail, dans le sens où il était pratique – facile – de l’assimiler à une employée, dont le boulot aurait été d’être belle, charmante, et de bien faire l’amour, au même titre que Edgar était un majordome de grande classe ou que son banquier était là pour gérer sa fortune ou lui prêter de l’argent. Ca aurait été facile de rester sur ce terrain là, s’ils avaient été tous les deux raisonnables, mais Max Julliard n’était pas doué pour être raisonnable. Et pas vraiment plus pour mentir : l’habitude de dire tout ce qui lui passait par la tête, surtout les trucs les plus horribles et choquants. Alors il le pensait quand il disait qu’elle était belle, il ne cherchait même pas à masquer qu’il la voulait non plus, mais curieusement, le simple fait que la russe soit là, à médire sur les autres invités avec lui, ça lui allait aussi. « Oh, ça l’est. C’est pour ça que je ne me fatigue plus, je leur dis en continu des vacheries, un peu de sincérité leur fait du bien. Ils pensent que je suis un odieux connard. Mais ils disent obstiné et intransigeant à la place. C’est plus chic. » Par la force des choses, ce monde était devenu le sien, mais Max se rappelait d’où il venait – d’un monde où son père jouait dans la fanfare le dimanche et où ils ne partaient pas en vacances par manque d’argent – et il était lucide sur la question. Et il trouvait assez drôle que la conversation la plus franche qu’il ait de la soirée soit avec une call-girl qu’il payait entre autre pour l’écouter. Mais il arrivait à la faire rire. « Eh, t’es dure. Je trouve pas ça si mal, moi. » Commenta-t-il, mort de rire. « Mais t’es mûre pour être critique mode à la fashion week. Je proposerai ton nom si Anna Wintour meurt soudainement. »

S’il arrivait à garder ce ton léger, un peu moqueur, toute la soirée, ce serait un miracle, mais c’était sans doute la meilleure chose à faire. La provocation à deux balles, ça ne portait pas à conséquence, c’étaient les choses qu’on disait sincèrement, ou les vérités qu’on gardait pour soi, qui risquaient d’être dangereuses. « Ce serait envisageable si tu ne venais pas de me créer des visions d’horreurs impliquant Jay Bentham, banquier de la city affligé d’une calvitie précoce et du regard le plus larmoyant que j’ai jamais vu. Je ne te remercie pas. » C’était réellement traumatisant, presque autant que ça le faisait rire. « Qui te dit que je regarde les autres ? » L’ironie mordante qui pouvaient les animer tous les deux étaient légendaire et Max ne pensait pas sérieusement ce qu’il disait. Il y aurait d’autres filles, c’était inévitable, et c’était plus pour ne pas laisser à la blonde le dernier mot qu’il lui avait rétorqué ça – mais ça n’irait pas plus loin, commenter le reste n’était pas très charitable, et plutôt un terrain miné.

Il se laissa entrainer par Yevgeniya pour aller danser, sans être difficile à convaincre : rien de mieux que de se déhancher sur de l’electro dans une ambiance survoltée. Surtout avec une telle fille. Max ne pouvait s’empêcher de dévorer la blonde du regard, ce qui était clairement ce qu’elle voulait, il s’en doutait. « Parce que c'est une des miennes. » S’amusa-t-il en parlant de la chanson. De l’extérieur, ils devaient effectivement rendre tout le monde jaloux. « Ca fera encore scandale, ça. » Tant pis. Ils continuèrent de danser un moment, jusquà ce que la musique ralentisse un peu : c’était à son tour de prendre le contrôle des platines, et ce jusqu’à la fin de la soirée. « Le devoir m’appelle, on se voit plus tard ? Fais gaffe aux banquiers en vadrouille. » Evidemment, qu’ils voyaient plus tard, alors l’alcool et la fête aidant, il lui vola un rapide baiser en avant-gout de ce qui se passerait plus tard. Un éclair de génie – ou pas – traversa Max à ce moment là. « Sauf si je t’embarque en duo avec moi, tiens. C’est moins dangereux que ma conduite des Ferrari, je te rassure. » Il le regretta instantanément : à trop suivre ses envies, il allait vraiment finir par faire et dire n’importe quoi, comme le double-sens un peu malheureux qu’il venait de faire.

_________________

Bad, mad, and dangerous to know
Thought that love was in the drugs, but the more I took, the more it took away, and I could never get enough. Thought that love was on the stage : you give yourself to strangers, you don't have to be afraid. And then it tries to find a home with people, and I'm alone, picking it apart and staring at my phone...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Paradise Motion || Ivy

Revenir en haut Aller en bas

Paradise Motion || Ivy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: The Outskirts :: Residences-