AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

With a thousand lies and a good disguise, hit 'em right between the eyes | Penny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Judith Sullivan & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : gifs signa : Penny ♥
TA DISPONIBILITE RP : Dispo

Penny
RAGOTS PARTAGÉS : 470
POINTS : 1041
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Il parait qu'il fricote avec sa jolie voisine
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: With a thousand lies and a good disguise, hit 'em right between the eyes | Penny Ven 5 Oct - 23:45

Quand Stan Haverford a un objectif en tête, il est quasiment impossible de l’empêcher d’atteindre son but. Il est difficile à arrêter parce qu’il est prêt à user de n’importe quel stratagème moralement condamnable pour arriver à ses fins. La mauvaise conscience n’est pas un concept qui lui est familier, à croire que ses parents ont loupé quelque chose dans son éducation... En tout cas, il ne voit aucun problème à mentir pour mettre une fille dans son lit, en allant jusqu’à s’inventer une horrible histoire de fausse couche pour justifier l’échec de son mariage par exemple… Une version bien loin de la réalité. D’ailleurs, ses derniers jours, son ex femme n’a pas manqué de lui rappeler que leur divorce est uniquement dû à son adultère pour lui demander encore et toujours plus d’argent. Il a l’impression que cette procédure n’en finira jamais, mais il n’est pas désespéré au point de dire oui à n’importe quoi et laisser Autumn empocher la moitié de la fortune qu’il a gagné à la sueur de son front. Alors il a passé un nouveau coup de fil au meilleur avocat qu’il ait pu trouver pour qu’il se débrouille à arranger au plus vite cette situation, puis il a rangé toute cette paperasse dans un tiroir de son bureau en attendant, espérant réussir à penser à autre chose.

A vrai dire, il trouvé un moyen efficace pour se changer les idées : Penny Collins. Depuis leur première rencontre, l’écrivain a eu envie de la mettre dans son lit, et même si cela a été plus difficile que ce qu’il s’était imaginé, c’est particulièrement fier de lui qu’il se réveille à ses côtés ce matin. Ou pas. En ouvrant doucement les yeux, il s’aperçoit qu’elle n’est plus dans son lit, alors qu’ils se sont endormis côte à côte hier soir, après une partie de jambes en l'air particulièrement intense. Perplexe, il se lève et enfile des vêtements tout en cherchant à comprendre. Ils ont passés une soirée agréable hier pourtant, alors pourquoi s’en aller comme une voleuse avant qu’il ne se réveille ? ça n’a pas de sens… Il sort de la chambre pour descendre au salon voir si elle s'y trouve, mais quelque chose l’interpelle. La porte de son bureau est entrouverte alors qu’il la garde toujours fermée. C’est dans cette pièce qu’il laisse l’ordinateur sur lequel il bosse ainsi que tous ses documents administratifs, alors il s’arrange pour que personne d’autre que lui n’y entre, et va même jusqu’à fermer à clé lorsqu’il reçoit des invités. Mais c’est vrai qu’hier, pris dans le feu de l’action, il n’avait pas dû prendre cette précaution. Rien de très grave en soit, jusqu’à ce qu’il s’approche et réalise que son invitée est dans la pièce. “Qu’est ce que tu fais ?” L’interroge Stan d’un ton un peu plus sec que ce qu’il aurait voulu. D’habitude, il se montre toujours agréable et compréhensif avec elle, mais en la voyant mettre son nez dans ses affaires, il est clairement agacé. Reste à espérer qu’elle n’ait rien trouvé de compromettant, ce serait la goutte de trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©dreamy & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Alexeï
A venir : Lloyd - Stan
RAGOTS PARTAGÉS : 4654
POINTS : 4640
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: With a thousand lies and a good disguise, hit 'em right between the eyes | Penny Lun 8 Oct - 21:37

Blottie contre Stan, sous les draps, tu écoutes sa respiration ralentir doucement tandis qu’il s’endort. Plongée dans une torpeur béate après votre première nuit ensembles, tu pourrais d’ailleurs faire de même. Sauf que tu as une autre idée en tête et elle implique que tu restes éveillée encore un peu. Ça ne te dérange pas. Tu as de quoi occuper tes pensées pour patienter... Encore, que simplement contempler l’apollon qui dort à tes côtés est un passe-temps largement satisfaisant. Stan Haverford était beau, même lorsqu’il dormait. Et tu savais désormais qu’il était un bon coup, ce qui était plutôt énervant quand on y réfléchissait car il n’avait définitivement pas besoin de qualités supplémentaires… En fait, tu avais hâte de prouver qu’il était trop parfait pour que ça soit vrai et c’est pour ça que tu finis par te glisser hors de son lit lorsque tu es certaine qu’il dort profondément. Tu ramasses sa chemise par terre et tu t’enroules dedans avant de quitter sa chambre. Tu avais déjà ton objectif en tête : son bureau. Dans ton esprit, c’était l’endroit où il était susceptible de conserver ce qui était important…. Te déplaçant sur la pointe des pieds, tu vas chercher ton téléphone, t’en servant comme lampe de poche pour te déplacer dans cette maison que tu ne connais pas encore assez bien.

Tu remportes ta première victoire quelques secondes plus tard lorsque tu constates que la porte du fameux bureau n’est pas fermée à clé. Souriant dans la nuit, tu te faufiles dedans, commençant à explorer les lieux. Tu élimines tout de suite l’idée de fouiller l’ordinateur, c’était trop dangereux de prendre le temps de l’allumer et il risquait de faire du bruit et de la lumière… Non tu te concentres sur la quantité importante de paperasse qui est stockée un peu partout dans les tiroirs, à la recherche de n’importe quel secret exploitable sur ton amant. Et finalement, tes efforts sont récompensés car tu tombes sur le jackpot. Les papiers de son divorce, qui te racontent une histoire bien différente de celle qu’il t’avait contée un soir alors que vous partagiez un verre de whisky. Tu les lis avec avidité. Tu ne comprends pas tout le jargon juridique mais il y a des mots comme «divorce pour faute » ou « liens extra-conjugaux » qui te parlent suffisamment pour que visualises le tableau général. C’était encore mieux que prévu… Ravie, tu commences à prendre des photos, parvenant à peine à croire que cela puisse être aussi facile…

Mais soudain, comme pour te punir de cette pensée un peu trop prétentieuse, des pas se font entendre dans le couloir et tu n’as plus qu’à te dépêcher de tout ranger et d’éteindre la lampe de ton téléphone. Heureusement, tu es habituée à ces petits jeux de dissimulation et ton sang-froid est impeccable. Ainsi lorsque Stan entre dans le bureau, une poignée de secondes plus tard, tout est nickel et toi tu n’as plus qu’à te retourner d’un air faussement surpris pour l’accueillir... Il a quand même l’air agacé de te trouver là, ce que tu comprends parfaitement, maintenant que tu sais ce qu’il cache. “Qu’est ce que tu fais ?” Demande t-il sèchement. Tu prends un air innocent, levant ton téléphone pour le lui montrer. « J’avais un coup de fil à passer, je me suis isolée pour ne pas te réveiller. » Tu déposes ensuite le téléphone sur son bureau, pour aller à sa rencontre et passer tes bras autour de son cou d’un air repentant, alors qu'en fait, tu tentes de l'aiguicher un peu au passage en collant tes jambes nues contre les siennes. « Je suis désolée, j’ai fais quelque chose de mal ? » Dis-tu d’une petite voix, espérant le faire culpabiliser pour son ton sec.


_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Judith Sullivan & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : gifs signa : Penny ♥
TA DISPONIBILITE RP : Dispo

Penny
RAGOTS PARTAGÉS : 470
POINTS : 1041
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Il parait qu'il fricote avec sa jolie voisine
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: With a thousand lies and a good disguise, hit 'em right between the eyes | Penny Mar 9 Oct - 22:27

L’instinct de Stan est généralement assez fiable pour lui permettre cerner les gens dès la première rencontre. Il sait reconnaître quelqu’un d’honnête, ou au contraire quelqu’un d’aussi manipulateur que lui. Il a d’ailleurs rapidement eu des doutes concernant la “miss perfection” qui lui sert de voisine. Trop parfaite pour être honnête. Sauf qu’il n’a encore aucunes preuves pour confirmer ce pressentiment. Espérant qu’il réussirait à en obtenir en se rapprochant d’elle, il a finalement changer l’ordre de ses priorités sans vraiment s’en rendre compte. En effet, il a vite ressenti une attirance pour la jolie blonde qui l’a poussé à vouloir conclure avec elle, même si cela lui a demandé toute la patience du monde.

En remarquant l'absence de Penny après le moment torride qu’ils ont passé tous les deux, la fierté de Stan d’être parvenu à ses fins avec elle se transforme rapidement en contrariété. Il réalise soudainement qu'elle a été plus forte que lui puisqu’elle a réussi à faire vaciller sa vigilance ne serait que quelques instants. Quelques instants peut être suffisants pour compromettre la carapace de gentleman qu’il s’efforce de maintenir en permanence… C’est pour cela qu’il se lève immédiatement pour la chercher, et surtout vérifier qu’elle n’est pas en train de mettre son nez où il ne faut pas. Il fait bien, puisqu’il la retrouve dans son bureau. Il culpabilise d’avoir oublié de verrouiller la porte, et ne peut s’empêcher de questionner sans détour son invitée. Autant savoir au plus vite si la situation est compromise ou non.

Une fois de plus, elle a réponse à tout et lui prouve qu’elle a une bonne raison d’être là à l’aide de son téléphone portable. Une excuse que Stan a du mal à croire maintenant qu’il s’est réveillé de sa torpeur. “C’est une drôle d’heure pour passer un coup de fil…” Fait-il remarquer, un peu perplexe, mais d’un ton sans doute moins agressif que sa première question. Si Penny n’a effectivement pas eu le temps de fouiner dans ses affaires, autant éviter de lui mettre le doute à son sujet et de la laisser penser qu’il a des choses à cacher. “Non, pas du tout. C’est juste que j’ai pas l’habitude de voir quelqu’un dans cette pièce, alors ça m’a surpris de te trouver là.” Explique-t-il d’un air presque désolé pour le ton sec qu’il a employé. En réalité, s’il est désolé d’une chose, c’est seulement d’avoir manqué de vigilance vis à vis de son invitée. “Et puis, je dois avouer que j’ai été déçu de me retrouver face à un oreiller vide en me réveillant alors que je m’attendais à voir le visage d'une superbe jeune femme endormie…” Ajoute-t-il dans un fin sourire pour jouer à nouveau la carte du charme afin d’amadouer la jolie blonde, loin de se douter qu’elle a déjà eu le temps de mettre son nez dans ses papiers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©dreamy & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Alexeï
A venir : Lloyd - Stan
RAGOTS PARTAGÉS : 4654
POINTS : 4640
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: With a thousand lies and a good disguise, hit 'em right between the eyes | Penny Ven 12 Oct - 18:06

“C’est une drôle d’heure pour passer un coup de fil…” Venant d’un homme aussi intelligent que Stan, tu n’es pas surprise par cette remarque qui déguise à peine une question. A vrai dire, tu aurais peut-être même été déçue qu’il avale ton excuse avec facilité. Tu avais un certain mépris pour les hommes crédules… En tout cas, l’anticipation avait du bon parce qu’une fois encore, tu sais exactement quoi lui répondre. « C’était mon cousin, avec sa tournée et le décalage horaire, on est parfois obligés de s’appeler à des heures bizarres. » Comme tout bon mensonge, celui-ci comportait une part de vérité, ce qui le rendait crédible. Car parfois, tu appelais vraiment Nate à des heures pas possibles… Tu souffles, laissant les battements de ton cœur ralentir. Stan avait vraiment failli te prendre en flagrant délit… Heureusement, ton petit numéro semble fonctionner, car tu as déjà l’impression qu’il a un peu radouci son ton. Dans le doute, tu vas quand même te pendre à son cou avec des airs angoissés, lui demandant si tu n’as rien fait de mal. Autant ne pas laisser de malaise s’installer…

“Non, pas du tout. C’est juste que j’ai pas l’habitude de voir quelqu’un dans cette pièce, alors ça m’a surpris de te trouver là.” La réponse qu’il te donne est à peu près celle que tu espérais entendre. « Je comprends. » Dis-tu d’une voix qui était effectivement pleine d’empathie. Normalement, tu devrais te faire toute petite et t’arrêter là mais il y a une part de toi qui a envie de jouer un peu avec le feu. Tu prends un air malicieux, comme si l’orage se dissipait déjà. Comme si tu étais une innocente qui pouvait plaisanter de la situation. « Alors c’est ta pièce secrète où on a pas le droit d’aller ? C’est là que tu caches toutes tes supers idées de roman et d’intrigues tordues ?... J’espère qu’on est pas un trip à la Barbe-Bleue, sinon, je vais avoir des ennuis. » Tu étais curieuse de voir sa réaction face à tes taquineries, de voir s’il avait des talents de dissimulation aussi étendus que ce que tu soupçonnais. Il fallait déjà des nerfs pour te mentir comme il l’avait fait à propos de son ex-femme… Tu devais avouer que tu le voyais sous un jour nouveau désormais…

Juste au moment où tu as cette pensée, il dit quelque chose de charmant. “Et puis, je dois avouer que j’ai été déçu de me retrouver face à un oreiller vide en me réveillant alors que je m’attendais à voir le visage d'une superbe jeune femme endormie…” Tu aimais penser que tu n’étais pas naïve mais pourtant le charme opérait définitivement. Tu sens un sourire naître sur tes lèvres. Les réparties de Stan te séduisaient toujours autant quand même. « Il faut que je trouve un moyen d’atténuer cette déception alors… » Tu te hisses légèrement sur la pointe des pieds, capturant ses lèvres pour un baiser. Tu avais eu toutes les peines de te retenir de céder à ses avances plus tôt mais maintenant que c’était fait, les choses étaient encore un peu plus compliquées. Après une nuit telle que celle que tu avais passée avec l’écrivain, il devenait difficile de se concentrer sur autre chose que ton envie d’être à nouveau dans ses bras.


_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Judith Sullivan & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : gifs signa : Penny ♥
TA DISPONIBILITE RP : Dispo

Penny
RAGOTS PARTAGÉS : 470
POINTS : 1041
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Il parait qu'il fricote avec sa jolie voisine
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: With a thousand lies and a good disguise, hit 'em right between the eyes | Penny Lun 22 Oct - 23:19

Si Stan a baissé sa garde ce soir en finissant dans le même lit que Penny, l’absence de sa belle à son réveil l’a bel et bien fait redevenir méfiant. Il a donc du mal à avaler l’excuse de la jeune femme pour expliquer sa présence dans le bureau de l’écrivain. Mais elle semble avoir réponse à tout et sa spontanéité pour répondre aux doutes du Haverford le fait presque penser qu’elle raconte la vérité. Mais dans le fond, il ne peut s’empêcher de penser que cette histoire reste suspecte… Comme par hasard, elle se retrouve dans la seule pièce détenant ses affaires les plus personnelles ? Drôle de coïncidence. Il décide cependant de ne pas se montrer trop suspicieux, pour éviter de laisser Penny penser qu’il a quelque chose à cacher dans le cas où elle dit bel et bien la vérité. Et puis, si ce n’est pas le cas et qu’elle a découvert quelque chose, il serait trop tard pour faire quoi que ce soit de toute façon… Alors, il s’adoucit et décide même de s’intéresser à la jolie blonde, ou plutôt à son cousin. Un intérêt qu’à moitié feint puisque Stan garde un très bon souvenir de la soirée arrosée où il a eu l’occasion de rencontrer (très) intimement le musicien, et qu’il est donc curieux de savoir ce que celui ci devient. “Ah d’accord ! ça doit être sympa de faire une tournée dans le monde entier. Il est dans quel coin du coup en ce moment ?” Demande-t-il spontanément, songeant secrètement que c’est également un dernier moyen de peut être piéger Penny.

Stan se détend finalement et se met même à rire face à la remarque de son invitée. “Je te rassure, je n’ai jamais tué personne et je n’ai pas prévu de commencer avec toi !” Répond il dans un sourire. “Et pour tout avouer, les secrets de mes prochains romans sont bien gardés dans ma tête, et aussi un peu dans mon Mac, c’est vrai… Mais avec toutes les précautions que mon éditeur m’a demandé de prendre, je pense que même un agent de la CIA ne pourrait pas voler mes idées ! Pour le reste, c’est que de la paperasse ennuyeuse que je n’ose moi même pas regarder de peur de m’endormir devant…” Explique-t-il, avec sincérité pour une fois. Enfin, les papiers détenus dans cette pièce pourraient sans doute intéresser les commères, mais il ne va évidemment pas s’en vanter. “Dit comme ça, je me rend compte que c’est vachement moins classe que les bureaux top secrets cachés derrière une bibliothèque qu'on voit dans les films…” Ajoute-t-il avec amusement. Et oui, il n’a rien d’un agent secret… Même s’il est persuadé que ce métier pourrait aussi parfaitement lui convenir. Quoique, il aime sans doute trop attirer l’attention... “T’as pas pas une pièce comme ça toi aussi ? Je veux dire un endroit bien à toi où t’as pas l’habitude d’emmener qui que ce soit ?” Demande-t-il, comme pour se rassurer de ne pas être le seul à avoir besoin de ce luxe. Et puis, en vérité, il serait aussi particulièrement intéressé de savoir où Penny est susceptible de cacher ses secrets, même s’il se doute qu’elle ne le lui révélera pas si facilement…

Stan décide ensuite de conclure définitivement cet épisode désagréable en faisant à nouveau du charme à la belle blonde, et c’est avec une grande satisfaction qu’il constate que sa stratégie semble fonctionner. Elle vient l’embrasser, et Stan prolonge cet instant avec plaisir. Peut être est ce un peu narcissique, mais il doit avouer que voir Penny simplement vêtue de sa chemise la rend encore plus attirante. Pour sa part, il n’a pris le temps d’enfiler qu'un simple boxer avant de quitter la chambre, et laisse donc le loisir à la jeune femme d’admirer son corps de rêve. L'écrivain accentue leur proximité en venant caresser le dos de la jeune femme, laissant peu à peu descendre ses mains jusqu'à ses fesses. Il la soulève ensuite légèrement pour l’asseoir sur le bureau tout en continuant d’échanger des baisers de plus en plus intenses. Lui qui s'était rapidement endormi, cette petite balade nocturne l’a bien réveillé finalement, alors autant en profiter pour prolonger le plaisir de cette nuit n’est ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©dreamy & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Alexeï
A venir : Lloyd - Stan
RAGOTS PARTAGÉS : 4654
POINTS : 4640
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: With a thousand lies and a good disguise, hit 'em right between the eyes | Penny Jeu 25 Oct - 21:47

« Ben tu dois avoir l’habitude quand tu fais la promo de ton roman ? » Demandes-tu à Stan pour gagner quelques secondes, le temps que tu te rappelles où diable Nate pouvait se trouver en ce moment. Ton mensonge devait être parfait, Stan avait l’air bien trop attentif et futé pour croire quelque chose de mal ficelé. « La tournée de Nate n’est pas tout à fait internationale… Européenne pour le moment. Mais bon, il est en Russie, là. Du coup, il a peu d’avance sur nous. » Dis-tu en croyant te souvenir que Nate avait parlé de Moscou lors de votre dernier appel. Tu hausses les épaules comme si tout cela n’avait pas beaucoup d’importance, te demandant s’il continuait à poser des questions par politesse ou s’il était toujours suspicieux. Dans le doute, tu continues à jouer les innocentes, tentant quelques plaisanteries. Cela semble marcher car Stan rit avant de te jurer qu’il n’a jamais tué personne. Puis il te donnes quelques détails sur l’importance de protéger ses idées de roman et la soit disant « ennuyeuse » paperasse qui se trouve partout. Tu réprimes un sourire devant le mensonge pour ne pas te trahir, continuant à jouer le jeu. « Les films, c’est surfait. Je ne vois pas ce qu’il y a de plus classe qu’un écrivain qui est obligé de protéger ses idées de génie. Ce n’est pas un peu de paperasse ennuyeuse qui va casser le mythe. » Répliques-tu sur le même ton que lui quand il s’excuse d’un air amusé de ne pas avoir le profil d’un espion…

« T’as pas pas une pièce comme ça toi aussi ? Je veux dire un endroit bien à toi où t’as pas l’habitude d’emmener qui que ce soit ? » Te demande ensuite l’écrivain, peut-être un peu sur la défensive. Comme lui, ton premier rempart est l’humour. « C’est là que je te révèle que j’ai une red room à la fifty shade of grey ? » Demandes-tu juste pour voir sa tête. Mais tu ne laisses pas le doute trop longtemps, donnant une réponse plus honnête. « Non pas spécialement… Je ne suis pas une personne aussi importante que Nate ou toi. Puis en vrai, j’ai du mal à inviter les gens chez moi, à les laisser entrer dans mon intimité… Je n’aurai jamais pu faire une fête avec tous les voisins comme tu l’as fait l’autre jour… » Par contre, tu caches bien des secrets comme lui. Sauf que chez toi, tout est dispersé dans des lieux totalement improbables. Livres creusés, marche d’escalier amovible, tiroir de sous-vêtement à double fond… Tu as multiplié les combines pour renforcer ta sécurité. Et comme tu viens de le dire, ta meilleure technique est encore de laisser le moins de personnes possible entrer chez toi…

En tout cas, le bref instant de froideur qui a existé entre vous est rapidement un mauvais souvenir lorsque vous commencez à vous embrasser. Les mains de Stan viennent effleurer ton dos tandis que les tiennes se posent sur son torse nu. Tu n’allais pas le nier, ses abdos étaient parfaits. Comme hier soir, l’alchimie est là, et vous vous emballez vite. Vos baisers se font plus intenses tandis que Stan vient attraper tes fesses pour te poser sur le bureau. Tu enroules tes jambes autour des siennes, l’attirant à toi. Oubliée son ex-femme et ce que tu comptais faire de ses secrets, seul le désir que tu éprouvais pour lui comptait à ce moment précis. Ou pas… Parce que soudainement, l’alarme du réveil de ton téléphone se met à sonner, cassant bien le moment. Tu détaches à grande peine tes lèvres de celles de Stan.   «  Oh… Désolée, je vais devoir aller bosser… Mais on peut se voir ce soir si tu es libre ? » Tu risquais de passer pour une fille collante mais vu comme tu l’avais fait mariner, tu ne voulais pas non plus qu’il pense que tu passais ton temps à volontairement le frustrer. Et puis tu avais envie de le revoir vite, ça allait sans dire.

_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Judith Sullivan & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : gifs signa : Penny ♥
TA DISPONIBILITE RP : Dispo

Penny
RAGOTS PARTAGÉS : 470
POINTS : 1041
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Il parait qu'il fricote avec sa jolie voisine
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: With a thousand lies and a good disguise, hit 'em right between the eyes | Penny Ven 2 Nov - 12:13

“Oui et non, je me balade surtout en Europe à vrai dire, et un peu aux Etats-Unis, mais je n’ai encore jamais eu la chance de faire le tour du monde.” Explique Stan à la remarque de Penny. Il s’estime déjà heureux de pouvoir voyager, mais il garde toujours dans un coin de sa tête d’aller toujours plus loin. Pour cela, soit il doit devenir encore plus célèbre, soit il doit moins bosser pour avoir plus de temps pour lui… Et ce n’est pas à l’ordre du jour. “Ah ok.” Acquiesce simplement Stan en apprenant que Nate se trouve en Russie. Bien évidemment, il ne se gênera pas pour chercher une preuve de ce que lui avance Penny, sur les réseaux sociaux par exemple. Il esquisse ensuite un sourire face à la remarque de la blonde, qui sonne comme un compliment. “Tu me rassures.”

L’écrivain peine à réprimer sa surprise face à la première réponse de son hôte. “J’en attendais pas tant, mais si c’est le cas je serais curieux de la visiter.” Répond il dans un fin sourire, se doutant bien que la blonde n’est pas sérieuse. C’est clair que ça ne collerait pas avec l’image de femme parfaite qu’elle veut se donner. “Ah oui ? j’aurai peut être dû me sentir privilégié quand tu m’as laissé entrer pour chasser le putois l’autre fois alors.” Songe-t-il dans un sourire taquin. En réalité, il espère bien être de nouveau invité chez sa voisine, dans des conditions plus favorables. Cela lui permettrait de chercher une faille, une preuve qu’elle n’est pas aussi lisse qu’elle veut le faire croire. En attendant, sa suspicion retombe et il profite d’un nouveau rapprochement avec la jeune femme, jusqu’à ce que son téléphone viennent tout gâcher. Elle lui explique qu’elle doit aller bosser, et une nouvelle fois, la frustration vient contrarier l’écrivain. “C’est vraiment pas cool que tu bosses si tôt…” Souffle-t-il dans une moue qui ne cache pas sa déception. “Ce soir, je vais pas pouvoir, j’ai prévu de voir mon agent, mais demain ça devrait être faisable, je te tiens au courant.” Répond-il, pas vraiment du genre à se rendre trop facilement disponible. Il aime se faire désirer, surtout face à Penny qui ne s’est pas gênée pour mettre sa patience à rude épreuve au départ.

******

C’est finalement deux jours plus tard que Stan traverse la rue pour se rendre chez sa voisine. Il est plutôt fier de son coup, puisque d’une part il a pu se faire un peu désirer (et oui, il a malheureusement eu un imprévu à l’épicerie la veille au soir qui l’a empêché de voir la blonde, mince....) et d’autre part, il a réussi à faire en sorte qu’ils passent la soirée chez elle. Il sonne donc à sa porte, persuadé que la soirée sera divine. Il se retrouve rapidement face à Penny, ravissante comme toujours. “Bonsoir.” Lance-t-il dans un léger sourire. Il rentre dans la maison lorsque son hôte l’y invite. “Ça sent meilleur que la dernière fois que je suis venu.” Plaisante l’écrivain, faisant référence à l’odeur nauséabonde dû au putois. “Je t’ai ramené un petit quelque chose.” Annonce-t-il finalement avant de lui tendre la bonne bouteille de vin qu’il a dans la main, de la même cuvée que celle qu’ils avaient partagé lors de leur première rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©dreamy & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Alexeï
A venir : Lloyd - Stan
RAGOTS PARTAGÉS : 4654
POINTS : 4640
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: With a thousand lies and a good disguise, hit 'em right between the eyes | Penny Lun 5 Nov - 21:37

« Qui sait… Peut être qu’avec ton prochain livre, tu rencontreras un public encore plus large ! » Répliques-tu quand Stan t’explique que ses tournées de dédicaces ne sont pas aussi impressionnantes que les tournées de Nate. Tu travaillais dur pour avoir l’air d’une petite amie encourageante. Tout comme il devait travailler dur pour avoir l’air si modeste. A moins qu’il ne le soit vraiment… A la lueur de ce que tu avais découvert aujourd’hui, tu ne savais plus quoi penser de lui. Tu avais découvert qu’il pouvait mentir mais jusqu’à quel point ? Peut-être qu’il restait un type bien qui avait juste honte d’avoir trompé sa femme… Ou pas. C’était ton job de découvrir qui était vraiment Stan Haverford en devenant encore plus proche de lui. Et tu devais avouer que ce n’était pas la mission la plus désagréable du monde. L’écrivain était aussi sexy que drôle et vous vous retrouvez bientôt à mettre ces deux talents à profit en échangeant alternativement des plaisanteries et des baisers. « C’était un cas d’urgence absolu le putois ! Mais finalement, je dois remercier cette sale bête, sinon peut-être que je n’aurai jamais trouvé le courage de t’aborder à nouveau… » Dis-tu en jouant la fille aussi éprise que timide. Il est temps de réinstaurer un peu de glamour après les red rooms et les putois.

Hélas, les aléas de la vie quotidienne ne t’en laisse pas vraiment le temps et vient l’heure pour toi de partir au boulot sans pouvoir finir le délicieux échange que vous aviez initié sur le bureau. “C’est vraiment pas cool que tu bosses si tôt…” Tu ne le blâmes pas pour sa frustration car tu éprouves la même. Tu affiches d’ailleurs la même moue contrite que lui. Tu peinais à refouler tes ardeurs devant ces muscles parfaits et cette gueule d’ange. Coucher avec Stan après l’abstinence qui avait été la tienne était une sacrée erreur car maintenant il te faisait l’effet d’une oasis dans le désert… Et tu exprimes d’ailleurs cette faiblesse en lui proposant un report le soir même mais il décline. “Ce soir, je vais pas pouvoir, j’ai prévu de voir mon agent, mais demain ça devrait être faisable, je te tiens au courant.” Outch. Voilà ce qu’on gagnait à se montrer trop demandeuse. Tu étais en train de le faire flipper. Tu fais donc un sourire de fille cool. « Ok pas de soucis. Tu me diras quand tu pourras. » Un dernier baiser et tu files te préparer chez toi rapidement. Il y avait au moins des avantages pratiques à découcher chez son voisin…

******


Tu mets la touche finale à ton maquillage, ajustant le drapé de ta robe. Tu tenais à être la plus canon possible, histoire de montrer à Stan qu’il n’avait pas intérêt à te faire poireauter trop longtemps. DEUX JOURS ! Il avait mis deux jours avant de te proposer de se revoir, t’envoyant un vague texto hier soir pour te dire qu’il avait une urgence à l’épicerie. Certes, tu l’avais soumis à une attente bien plus cruelle mais maintenant qu’il te faisait goûter à ta propre médecine, tu n’aimais pas du tout ça. A consulter ton téléphone tous les 5 minutes pour voir s’il t’avait écrit, tu avais l’impression d’être une ado fébrile… Le four sonne, signe que ton entrée est cuite. Parce que cerise sur le gâteau, tu avais été contrainte de préparer le dîner pour deux. Après d’âpres négociations, Stan avait obtenu que vous vous voyiez chez toi, sans doute un petit test au regard de ce que tu lui avais avoué la dernière fois… Et tu avais cédé, sinon il t’aurait forcément accusé de vraiment cacher quelque chose ou de ne pas lui faire confiance….

La sonnette de la porte d’entrée retentit et tu vas accueillir ton invité comme il se doit. « Bonsoir. » Dis-tu en ouvrant la porte sur un Stan plus beau et plus détendu que jamais. Tu l’invites à entrer, déposant un léger baiser sur ses lèvres, suffisamment léger pour qu’il soit en fait lourd de sens… “Ça sent meilleur que la dernière fois que je suis venu.” Lance t-il en guise d’introduction avec cet humour ravageur qui te plaisait plus que tu ne voulais l’admettre. Tu lui décroches néanmoins un coup de poing joueur dans l’épaule tandis qu’il te tend une bouteille de vin. « Tu sais que je pourrai garder la bouteille et te jeter dehors. » Dis-tu avec une mine boudeuse. Mais tes yeux tombent sur l’étiquette et tu sais d’instinct que tu vas devoir modifier ton attitude. « Aaaaw mais c’est le vin qu’on a bu la première fois qu’on s’est rencontrés. » Dis-tu en te donnant des airs émerveillés et touchés. Tu savais que les filles normales étaient sensibles à ce genre de détails...

« Merci, je l’avais vraiment apprécié. Et puis, il ira bien avec ce que j’ai préparé. » Dis-tu en reprenant une attitude d’hôtesse. Tu déposes la bouteille sur la commode de l’entrée pour l’aider à se débarrasser de son manteau et le pendre dans le placard prévu à cet effet. Au passage, tes doigts s’attardent sur ses épaules et son cou tandis que tu relances le jeu des taquineries. « Stan Haverford est un romantique finalement… Tu crois que cette information pourrait intéresser la presse ? » Plaisantes-tu avec une certaine sournoiserie vu qu’il avait une femme cocue qui traînait là quelque part. Tu aimais l’idée de voir clair dans son jeu… Tu poses ensuite une main sur son dos, le poussant vers le salon où tu avais dressé une table pour deux. « Du coup, tu connais le chemin du salon. Pourquoi tu n’irais pas t’installer pendant que je vais chercher un tire-bouchon ? »


_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Judith Sullivan & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : gifs signa : Penny ♥
TA DISPONIBILITE RP : Dispo

Penny
RAGOTS PARTAGÉS : 470
POINTS : 1041
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Il parait qu'il fricote avec sa jolie voisine
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: With a thousand lies and a good disguise, hit 'em right between the eyes | Penny Mar 13 Nov - 22:31

C’est avec une confiance encore plus grande que d’habitude que Stan traverse la rue pour se rendre chez la plus charmante de ses voisines ce soir. Lui qui a dû se montrer particulièrement patient pour réussir à conclure avec elle a aujourd’hui l’impression d’avoir repris le contrôle de la situation puisqu’il a pu choisir la date et le lieu de ce rencard sans que la blonde n’ait vraiment pu y redire quoi que ce soit. Loin de se douter du coup d’avance qu’a pris Penny en fouillant dans ses papiers, il s’imagine même pouvoir prendre l’avantage en trouvant quelques infos croustillantes chez elle. Même si elle soutient le contraire, il reste persuadé qu’elle a des choses à cacher, et il espère pouvoir en trouver discrètement la preuve ce soir.

Il met cependant cet objectif entre parenthèses dans un premier temps, pour saluer la jeune femme et pouvoir d’abord profiter d’un moment agréable avec elle. Il ne se gêne pas pour la charrier d’entrée de jeu, espérant que sa remarque ne la froisse pas. Heureusement, il n’en est rien, ce qui confirme à l’écrivain qu’il manie toujours l’humour avec justesse. “C’est vrai… J’aime prendre des risques.” Plaisante-t-il un fin sourire aux lèvres, persuadé que la jeune femme ne le laisserai jamais à la porte. Et il ne s’est pas trompé puisqu’elle le laisse entrer sans plus attendre. Son sourire s’élargit lorsque Penny remarque la bouteille qu’il a choisi. Il n’était pas sûr qu’elle soit du genre romantique, à faire attention à ce genre de détails, mais il s’était dit qu’il ne prenait pas de risque en tentant le coup. Dans le pire des cas, elle n’aurait pas remarqué et cela n’aurait pas été bien grave puisqu’en réalité, Stan n’est pas romantique comme il tente de le faire croire.

“Parfait alors.” Répond-il naturellement lorsque son hôte fait remarquer que ce vin se mariera bien avec le repas. “J’ai le droit de connaître le menu d’ailleurs ?” Demande-t-il avec curiosité. C’est ensuite au tour de la blonde de taquiner. “J’ai quelques doutes… C’est pas un scoop à la hauteur d’un mariage princier ou du dernier scandale Kardashian…” Songe Stan d’un air faussement sérieux. Les écrivains intéressent peu les magazines people, et ce n’est pas Stan qui va s’en plaindre quand il voit en quels termes ils ont parlé de Richard Lyon lorsqu’il a perdu sa femme… Heureusement qu’il a réussi à ne pas ébruiter les détails de son divorce, cela aurait pu le discréditer auprès de Penny et des autres femmes qu’il a tenté de séduire en mentant. ”ça marche.” Acquiesce-t-il à la proposition de la blonde avant de se diriger vers le salon. Puisque Penny est partie de son côté, il prend le temps de scruter la pièce, réfléchissant aux cachettes potentielles qu’elle peut contenir. Peut être ces livres soigneusement rangés ? Ou alors c’est son imagination débordante qui va trop loin en gardant en tête tous ces films où une pièce est cachée derrière une bibliothèque… Finalement, il y a peu de chances qu’elle cache des informations précieuses dans la pièce principale de sa maison non ? Ce serait risqué… Quoi qu’il en soit, il espère pouvoir trouver un moment pour fouiller sans se faire attraper par la jolie blonde. Mais pour cela, il préfère se montrer patient et ne rien tenter de plus maintenant, puisqu’elle risque de revenir d’une seconde à l’autre. Il préfère se diriger vers la table pour prendre place, alors que son hôte arrive justement dans la pièce. J’avais pas vraiment pris le temps d’admirer ton intérieur l’autre fois, mais ta déco est vraiment sympa. J’aurai le droit à une visite guidée du reste de la maison tout à l’heure ? Demande-t-il, curieux d’en voir davantage. De toute manière, si elle ne lui montre pas les autres pièces, il visitera lui même quand elle aura le dos tourné…

_________________

Wicked

game

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©dreamy & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Alexeï
A venir : Lloyd - Stan
RAGOTS PARTAGÉS : 4654
POINTS : 4640
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: With a thousand lies and a good disguise, hit 'em right between the eyes | Penny Dim 18 Nov - 16:32

“C’est vrai… J’aime prendre des risques.” Avait déclaré, Stan dans le cadre de votre petit jeu de taquineries. Depuis que tu avais fouillée sa maison, tu savais que c’était un menteur mais tu avais l’impression que sur ce coup-là, il venait de dire la vérité. Quelque chose te disait qu’il aimait jouer avec le feu… Bien que pour le moment, vous ressembliez juste à un couple ordinaire se retrouvant pour un dîner romantique. “J’ai le droit de connaître le menu d’ailleurs ?” Demande d’ailleurs l’écrivain. Tu fais la moue. « Puis-je faire une confession ? » Dis-tu avant de t’interrompre quelques instants pour faire monter un suspense inutile. « Je n’avais pas vraiment le temps de cuisiner alors j’ai ramené des trucs du boulot. Je les repasse juste au feu pour que ce soit tendre… Ça sera beaucoup de fruits de mer du coup, j’espère que ça ne te dérange pas. » Dans ton esprit la femme parfaite était un parfait cordon bleu mais là tu avais réellement manqué de temps pour peaufiner ton rôle. Mais la bouffe de Blue Ball était vraiment de bonne qualité, donc selon toi, ça compensait. «  Ce qui fait qu’en entrée, nous aurons des Noix de Saint-Jacques rôties, en plat principal, nous aurons un filet de bar rôti, accompagné d’une purée de patate douce au gingembre et coriandre et s’il te reste de la place pour le dessert, il y a des îles flottantes. » Annonces-tu.

En tout cas, la soirée s’engage bien tandis que vous continuez de plaisanter sur le petit geste romantique du Haverford. Tu lui demandes si la presse est au courant de ce détail à son propos et si tu tiens un scoop, et comme toujours, tu n’es pas déçue de la réponse. “J’ai quelques doutes… C’est pas un scoop à la hauteur d’un mariage princier ou du dernier scandale Kardashian…” Tu rigoles et après quelques instants d’hésitation, tu te décides à en rajouter une couche. « Pour ce que ça vaut… C’est un scoop très important pour moi. » Minaudes-tu. Tu avais hésité parce que tu n’étais pas certaine de jusqu’à où tu pouvais pousser le côté fleur bleue. Tu savais que si tu en abusais, tu perdrais de l’emprise sur Stan et que comme tout homme terrifié à l’idée de se faire passer la bague au doigt, il prendrait la poudre d’escampette… Tu l’envoies ensuite s’installer au salon tandis que tu vas à la cuisine ouvrir le vin. Tu perds un peu de temps, ayant égaré ce maudit tire-bouchon, mais lorsque tu retournes vers lui avec la fameuse bouteille débouchée, Stan n’a pas l’air ennuyé. En fait, il regarde tout autour de lui d’un air approbateur qui te fait bien plaisir. « J’avais pas vraiment pris le temps d’admirer ton intérieur l’autre fois, mais ta déco est vraiment sympa. J’aurai le droit à une visite guidée du reste de la maison tout à l’heure ? » « C’est vrai que je t’ai donné autre chose à quoi penser la dernière fois. Mais merci pour le compliment. »

Tu te rapproches de la table, versant du vin dans son verre puis dans le tien. Tu es prête à accéder à son souhait. Tu ne crains rien, tout est rangé, nettoyé et ce qui doit être dissimulé l’est. « Et parce que c’est toi, tu peux avoir tous les tours guidés que tu veux. Et même maintenant, le temps que le vin prenne un peu l’air et le temps que l’entrée finisse de cuire. On a encore une dizaine de minutes. » Tu attrapes sa main, l’entraînant à ta suite. « Donc voici le salon, que tu commences à trop bien connaître. Cela dit, si tu vas voir dans la bibliothèque, tu pourras trouver tes livres. Et je promets qu’ils sont là depuis longtemps, que je ne les ai pas mis là pour me faire bien voir juste avant que tu arrives. » Tu lui fais un clin d’œil, le menant ensuite dans le couloir, lui montrant la buanderie, l’accès à la cave et au garage,  la cuisine (forcément un peu encombrée vu les préparatifs que tu étais en train de faire), puis tu le mènes à l’étage jusqu’à ta chambre. A vrai dire, tu avais prévu de l’emmener là dans un autre cadre qu’une visite guidée mais bon… Puis en haussant les épaules, tu lui désignes la porte en face sans faire mine de l’y mener. « Et puis de l’autre côté de la porte, il y a une grande pièce qui fait un peu studio. J’avais l’habitude de le louer mais ça fait longtemps que ce n’est pas occupé et je n’ai plus le temps de chercher un nouveau colocataire… Voilà ! Ça t’a plu ? On peut redescendre ? »  

_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Judith Sullivan & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : gifs signa : Penny ♥
TA DISPONIBILITE RP : Dispo

Penny
RAGOTS PARTAGÉS : 470
POINTS : 1041
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Il parait qu'il fricote avec sa jolie voisine
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: With a thousand lies and a good disguise, hit 'em right between the eyes | Penny Ven 30 Nov - 23:15

“Je t’en prie.” L’incite Stan lorsqu’elle parle de confession. Il se doute qu’elle ne va rien lui révéler d’extraordinaire mais un petit secret est toujours bon à prendre. Il est d’ailleurs ravi de constater que Penny fendille sa carapace de femme parfaite et organisée en lui expliquant qu’elle n’a pas préparé le repas elle même. “Non au contraire, ça me va parfaitement.” Répond il à propos des fruits de mer. “Je pense qu’on va se régaler.” Ajoute l’écrivain en écoutant le détail du menu.

Le jeune homme joue naturellement la carte de l’humour lorsque la blonde évoque la presse people, et fait mouche une fois de plus. Il n’a réellement jamais fait la une des magazines et même si cela met un petit coup à son ego, il doit admettre que c’est finalement un avantage puisque cela lui permet de mentir sans se faire prendre, notamment à propos de son divorce. Un petit sourire satisfait se dessine aux coins de ses lèvres lorsque Penny lui fait savoir que son romantisme la touche. Il est ravi que ce geste soit apprécié, et songe qu’il tentera de faire régulièrement quelques petites attentions de ce genre si cela peut lui permettre de gagner des points auprès de la jeune femme.

Elle s’absente quelques instants et Stan la couvre qu’un nouveau compliment lorsqu’elle revient dans la pièce. Cela fait des années qu’il joue les lèche-bottes dès que cela peut lui apporter un quelconque profit, alors c’est devenu presque naturel pour lui. “Parfait, je me sens privilégié.” Fait-il remarquer, presque surpris qu’elle accepte si facilement et rapidement de lui faire découvrir le reste de sa maison. Peut être s’est il trompé en pensant qu’elle avait quelque chose à cacher ? Ou alors elle s’était préparée à cette demande et a simplement pris le soin de cacher ce qu’elle ne voulait pas lui montrer… Quoi qu’il en soit, il suit la visite guidée avec intérêt.

Il esquisse un sourire amusé quand elle évoque ses livres, flatté d’avoir la confirmation qu’elle fait partie de ses fans, puis la suit dans les différentes pièces de la maison. Il tente de trouver les cachettes les plus probables de ses secrets tout en paraissant innocent bien sûr. Elle termine par l’étage et notamment sa chambre, qu’il espère revoir un peu plus tard dans la soirée. “C’était parfait, merci.” Répond il d'un air solennel qu'il ne garde pas longtemps, avant de la suivre pour redescendre vers le salon. “Je ne savais pas que tu avais déjà eu des colocataires. Je t’admire, je crois que j’aurai trop de mal à partager ma maison avec un quasi-inconnu…” Songe-t-il alors qu’ils reprennent leurs places au salon. A vrai dire, cette grande pièce dans laquelle il n’est pas entré l’intrigue, mais il n’a bien sûr pas insisté pour y entrer afin d'éviter tout soupçon. Et puis, ce serait gros qu’elle planque quoi que ce soit là bas de toute façon… Il tenterait bien de s’intéresser plutôt à la bibliothèque, ou peut être fouiner un peu dans la cuisine… Il verra bien selon l’occasion qui se présentera. Pour le moment, il se contente de reprendre une gorgée de vin, aussi bon que dans ses souvenirs.

_________________

Wicked

game

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©dreamy & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Alexeï
A venir : Lloyd - Stan
RAGOTS PARTAGÉS : 4654
POINTS : 4640
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: With a thousand lies and a good disguise, hit 'em right between the eyes | Penny Dim 2 Déc - 15:58

Stan approuve le menu prévu pour ce soir, ne faisant aucun commentaire désobligeant sur le fait que tu n’avais pas cuisiné. En même temps, il fait preuve de tellement de charme et de délicatesse depuis votre première rencontre, que tu le vois mal se transformer en un affreux macho au bout de quelques rendez-vous seulement… Et puis, il faut dire que tu fais tout pour qu’il se sente parfaitement à l’aise chez toi et avec toi, continuant à tisser ta toile autour de lui. Il faut que tu le fasses se sentir spécial. Il n’y a rien de tel pour séduire un homme. Il suffit de lui faire croire qu’il est différent des autres, qu’il est meilleur qu’eux. Et avec Stan, tu y parviens doucement mais surement, acceptant de lui offrir une visite guidée de ton intérieur alors que tu lui avais glissé l’autre jour que tu ne faisais entrer que très peu de personnes dans ton intimité. “Je me sens privilégié.” Glisse t-il alors, ne faisant que confirmer ta théorie. Tu ne réponds rien, préférant lui adresser un petit sourire énigmatique qu’il serait libre d’interpréter comme il le souhaiterait.

Vous faites donc le tour de la maison, tu égrènes la visite de quelques commentaires et le tour est joué. A la fin du tour, tu lui demandes ce qu’il en a pensé avec un faux sérieux angoissé et il te répond sur un ton très solennel. “C’était parfait, merci.” Tu as un petit rire, voyant que vous êtes toujours sur la même longueur d’ondes en matière de plaisanteries. Finalement, c’était peut être dommage que votre relation soit si fausse car vous aviez une belle alchimie et une belle complicité, et ce depuis le début… Mais tu ne t’attardes pas là-dessus, préférant éloigner Stan du coin que tu dédiais auparavant à tes colocataires. Non pas parce que quelque chose était dissimulé là-bas mais simplement parce que ce n’était souvent nettoyé. Vu que personne n’allait là-bas, tu n’en voyais pas trop l’intérêt mais bon, encore une fois, ça écornait quelque peu ton image de femme parfaite…

Vous redescendez au salon, pour continuer votre conversation à table. “Je ne savais pas que tu avais déjà eu des colocataires. Je t’admire, je crois que j’aurai trop de mal à partager ma maison avec un quasi-inconnu…” Murmure Stan alors que vous descendez l’escalier. « Ça n’a pas toujours été simple… Pour tout te dire, je suis même tombée sur des gens bizarres. C’est pour ça que j’ai arrêté d’ailleurs… Et puis, je crois que je suis comme toi. Je tiens un peu trop à ma tranquillité pour que ça marche…. » Dis-tu honnêtement. Pas de raison de mentir sur ce point… « Et puis, si j’avais encore un colocataire, je ne pourrai pas faire ça, ici, aussi tranquillement. » Car une fois que vous êtes arrivés au pied de l’escalier, tu te retournes pour l’embrasser et ce baiser n’a rien de chaste. L’écrivain te faisait toujours autant d’effet et une part de toi mourrait d’envie de sauter le repas pour déjà retourner dans la chambre…

Mais éventuellement, vous finissez par regagner la table, sinon ton entrée allait vraiment brûler. Tu la sors du four juste à temps. Tu la sers, en même temps que vous vous resservez un nouveau verre de vin. Vous mangez, continuant à parler de tout et de rien. Stan était un homme brillant et tu ne t’ennuyais pas en sa compagnie. Sans compter qu’il menait tout de même une vie intéressante même s’il continuait à affirmer modestement qu’il n’était pas une super célébrité… Malheureusement, au bout d’un moment vous êtes interrompus par la sonnerie de ton téléphone. Tu blêmis en voyant le nom de l’émetteur de l’appel. « Oh, je suis désolée… J’avais totalement oublié mais ma voisine, Mrs Bayle a un problème avec ses yeux. Je lui avais promis de passer chez elle ce soir, pour lui mettre ses gouttes si elle n’y arrivait pas. Elle est juste à côté, ça ne te dérange pas si je m’éclipse dix minutes ? Je ne serai pas longue. » Car oui, tu continuais à entretenir ton image de voisine parfaite, à aider ton prochain même si en réalité, la cataracte de la fameuse Mrs Bayle t’inspirait juste le plus grand désintérêt. Et puis, là, il fallait avouer que son appel tombait vraiment au mauvais moment .


_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Waldis
TES DOUBLES : Judith Sullivan & Fredrik Hadsen
TON AVATAR : Andrew Cooper
TES CRÉDITS : gifs signa : Penny ♥
TA DISPONIBILITE RP : Dispo

Penny
RAGOTS PARTAGÉS : 470
POINTS : 1041
ARRIVÉE À TENBY : 27/12/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (19.10.85)
CÔTÉ COEUR : Il parait qu'il fricote avec sa jolie voisine
PROFESSION : Romancier à succès, et gérant de la St Georges's little grocery depuis quelques mois
REPUTATION : "Vous saviez qu'on avait une star à Tenby ? Et oui, vous ne connaissez peut être pas son visage, mais les titres de ses romans vous diront forcément quelque chose ! C'est un jeune homme charmant, qui va sans doute s'intégrer sans mal à notre petite communauté !"


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: With a thousand lies and a good disguise, hit 'em right between the eyes | Penny Dim 9 Déc - 23:21

Depuis le début de leur relation, Stan fait tout pour que Penny devienne accro à lui et soit suffisamment en confiance pour qu’il puisse percer ses secrets. Il est tellement concentré sur son but qu’il ne réalise pas que la blonde joue exactement au même jeu que lui. Il faut dire qu’il n’a pas l’habitude de se trouver face à des personnes aussi fourbes que lui… Alors il se laisse séduire, et se plait à constater qu’il semble prendre de l’importance dans la vie de Penny. Bon, elle n’a pas fait l’effort de cuisiner pour lui, mais elle l’a quand même invité à dîner chez elle, et c’est amplement suffisant pour flatter l’ego de l’écrivain.

Après une petite visite de la maison synonyme de repérage pour Stan, ils poursuivent leur conversation en retournant au salon. Il accueille le baiser de la jeune femme avec plaisir, et espère que ce n’est qu’un bref aperçu de ce qui l’attend après le dessert. En tout cas, ça le laisse sans voix pour ajouter quoi que ce soit à propos de ses anciens colocataires. Il comprend tout à fait qu’elle ait eu envie d’arrêter pour préserver son intimité en tout cas.

Ils entament le repas accompagné d’un nouveau verre de vin, et discutent naturellement de tout et de rien. Malgré tous ses calculs, Stan apprécie réellement ces moments passés avec Penny et la simplicité qu’ils ont pour rendre leur conversation intéressante et ne jamais s’ennuyer. L’écrivain est donc déçu de voir ce moment interrompu par la sonnerie du téléphone de la blonde. Mais sa déception est de courte durée puisqu’il apprend que Penny doit s’absenter quelques minutes pour aller voir sa voisine. “Pas de souci t’en fais pas, Je t’attendrai patiemment.” Promet Stan avec compréhension dans un fin sourire angélique. Il voit surtout l’opportunité de fouiner un peu partout.

Une fois la jeune femme dehors et hors de vue, l’écrivain passe donc à l’action. Sa première idée se porte finalement sur l’escalier, car il a cru sentir qu’une marche ne faisait pas tout à fait le même bruit que les autres lorsqu’il est monté tout à l’heure. Il va donc vérifier son intuition, et un large sourire se dessine sur son visage en découvrant cette marche amovible. A croire qu’avec l’expérience, il a développé un instinct infaillible pour trouver le secret des autres. Après une fouille rapide, il tombe sur une lettre manuscrite qui attire son attention. Il découvre qu’il s’agit d’une lettre de menace particulièrement violente à l'égard de la blonde. Un type à qui elle a escroqué beaucoup d’argent visiblement. Miss parfaite ne l’est pas tant que ça, il avait raison. L’écrivain prend le document en photo avec son téléphone avant de rapidement tout remettre en place et retourner au salon, songeant que son hôte n’allait pas tarder à revenir. Il prend tout de même le temps de s’arrêter devant ses livres bien alignés, tentant de repérer un document qui dépasserait ou quoi que ce soit de suspect. Mais il n’a pas le temps de faire de nouvelle découverte qu’il entend le bruit de la porte d’entrée. Au lieu de se précipiter à sa place avant que Penny le rejoigne et prendre le risque de paraître suspect, il fait le choix d’assumer sa position et reste naturel. “J’espère que tu lui as fait payer chère tes services vu qu’elle te dérange en plein diner.” Plaisante Stan dans un léger sourire. “Je regardais tes bouquins, tu as vraiment bon goût, mes romans sont bien entourés.” Fait ensuite remarquer l’écrivain en rejoignant la table avec la blonde pour expliquer naturellement ce qu’il faisait devant la bibliothèque. Evidemment, il garde sa trouvaille pour lui et ne laisse rien paraître de son excitation à ce sujet.

_________________

Wicked

game

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Jaya, Lula, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©dreamy & myself & anaelle
TA DISPONIBILITE RP : Libre 2/3
En cours : Alexeï
A venir : Lloyd - Stan
RAGOTS PARTAGÉS : 4654
POINTS : 4640
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Suite à sa deuxième rupture avec Sean, elle s'est promis qu'on ne l'y reprendrai plus mais on dirait qu'elle rejoue déjà avec le feu.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball. Elle a repris des études de sociologie par correspondance.
REPUTATION : Il semblerait qu'elle ait des vues sur Stan Haverford, non ? Je l'ai vue aller chez lui l'autre soir, il était plutôt tard...


MessageSujet: Re: With a thousand lies and a good disguise, hit 'em right between the eyes | Penny Aujourd'hui à 10:41

“Pas de souci t’en fais pas, Je t’attendrai patiemment.” Stan affiche un sourire empli de compréhension, qui ne te laisse pas d’autre choix que de reposer ton verre de vin et de te lever pour aller effectivement chez ta voisine. Tu avais presque espéré qu’il te dise que ça pouvait attendre ou qu’il montre un peu de mécontentement qui t’aurait empêchée d’y aller. Et ce, pour deux raisons essentielles. Déjà parce que tu en avais marre de mettre des gouttes à la vieille femme mais aussi parce que ça impliquait de le laisser seul chez toi pendant dix bonnes minutes. Certes, tu ne le pensais pas aussi fourbe et mal élevé que toi donc tu ne pensais pas qu’il allait fouiller les lieux comme tu avais fouillé son bureau et tes vilains petits secrets étaient bien dissimulés mais quand même… Tu aurais préféré avoir le contrôle tout du long. C’était d’ailleurs l’idée générale quand tu avais accepté qu’il vienne dîner chez toi. Tu avais cédé uniquement parce que tu pensais pouvoir tout garder sous contrôle… « Je ne te ferai pas trop attendre, promis. » Dis-tu en lui volant encore un baiser, ne rechignant jamais à profiter des bonus agréables procurés par la mascarade qu’était votre relation.

Une quinzaine de minutes plus tard, tu es de retour dans ton salon. Tu avais pris plus de temps que prévu, parce qu’en plus de mettre des gouttes, tu avais dû compter les médicaments dans le pilulier et fermer tous les volets. Mrs Bayle commençait à te prendre pour son auxiliaire de vie et il allait falloir que ça cesse, ou alors elle allait devoir te rémunérer… Heureusement, Stan ne semble pas te tenir rigueur de cette absence plus longue que prévue. Tu le trouves parfaitement détendu dans le salon, en train de lire les titres des livres de ta bibliothèque. Tu as un petit sourire. C’était amusant… “J’espère que tu lui as fait payer chère tes services vu qu’elle te dérange en plein diner.” Te fait remarquer Stan, faisant écho sans le savoir à tes pensées les moins charitables. « Non, ce n’est que de la serviabilité entre voisins… Tu sais ce que c’est… » Dis-tu en faisant référence aux nombreux actes d’assistance auxquels Stan avait déjà dû se livrer. « Après, c’est vrai qu’elle m’a dérangée pendant un dîner que je n’avais vraiment pas envie de quitter. » Dis-tu en continuant votre éternel jeu de flirt.

Tu vas te rasseoir à table, croisant les jambes dans une pose élégante, prenant une grande gorgée de vin. Ton invité vient de rejoindre avec le sourire. “Je regardais tes bouquins, tu as vraiment bon goût, mes romans sont bien entourés.” Tu lui adresses un grand sourire. Tu ne peux pas t’empêcher d’être flattée. S’entendre dire qu’on avait de bons goûts littéraires, de la bouche d’un homme aussi cultivé que Stan, ce n’était pas rien. « Merci. » Dis-tu en n’oubliant pas de baisser modestement les yeux. Cela dit, ton pied qui va négligemment se poser contre le mollet du Haverford contraste avec cette attitude légèrement timide. En revanche, il laissait présager que la soirée continuerait à être extrêmement plaisante et ce, peut-être même avant le dessert…. Il fallait dire que tu n’avais absolument aucun soupçon sur ce qui venait de se passer. Tu étais loin d’imaginer que tu venais de te faire avoir et que le score était désormais égalisé.


SUJET TERMINE

_________________


All the games we play ⊹ You’re taking up a fraction of my mind. Every time I watch you serpentine. I’m tryin’ not to think about you, not to give in to you. All my feelings on fire guess I’m a bad liar. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: With a thousand lies and a good disguise, hit 'em right between the eyes | Penny

Revenir en haut Aller en bas

With a thousand lies and a good disguise, hit 'em right between the eyes | Penny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-