AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

take a chance on me + remy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Jaya, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : morrigan + mayoosh (image de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 2/3
En cours : Remy - Robbie
RAGOTS PARTAGÉS : 2145
POINTS : 2822
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Stagiaire de Remy Caryll au Tenby Dispatch & employée au cinéma le soir.
REPUTATION : On croyait qu'elle s'était calmée mais elle change aussi souvent de métier que de couleur de cheveux... Elle est tellement instable comme fille...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: take a chance on me + remy Mar 11 Sep - 22:57


J’inspire profondément, examinant ma tenue pour ce qui doit être la huitième fois de la journée, dans le reflet de la devanture du Tenby Dispatch. Je portais ma plus belle jupe crayon, un chemisier sage et des escarpins. J’avais voulu avoir l’air plus vieille que ce que j’étais réellement. Mais à présent, je me demandais si je n’en avais pas fais un peu trop quand même... Je pousse un petit soupir dépité. Il était désormais trop tard pour se poser la question de toute façon. Tout comme il était trop tard pour essayer de lutter contre le stress du premier jour : je le vivais pleinement. Je me présente donc à la réception, essayant d’avoir l’air plus assuré que je ne l’étais réellement. « Bonjour, je suis Eleanor Griffiths. La nouvelle stagiaire. Mr Caryll doit m’attendre dans son bureau. » Je fais un sourire engageant à la standardiste qui me laisse passer, non sans avoir vérifié au préalable sur un registre si mon nom était bien renseigné. Je me dirige vers l’ascenseur, les mains de plus en plus moites, des papillons dans le ventre. J’étais à la fois pleine d’appréhension et super excitée. Pleine d’appréhension parce que je craignais de ne pas être à la hauteur mais excitée parce que j’avais une chance de pouvoir à nouveau apprendre le métier de mes rêves. Et cette chance, je la devais à un seul homme : Remy Caryll, qui avait accepté de me prendre comme sa stagiaire. J'avais hâte de travailler avec lui. Mon entretien avec lui s’était vraiment très bien passé. Il m’avait tout de suite mise à l’aise. Il m’avait semblé… calme. A l’écoute. Plein d’expérience. J’avais vraiment eu un bon feeling avec lui.

Du coup, en frappant à la porte de son bureau, je prie pour retrouver cette sensation aujourd’hui. Sauf que c’est mal parti puisqu’aucune réponse ne me parvient. J’ajoute donc quelques coups plus fermes à mes premiers coups relativement timides. Mais toujours rien. C’est bête mais ça me stresse encore plus. J’avais l’air idiote, plantée dans ce couloir, sans savoir qui aller voir. Et pourquoi mon tuteur n’était pas là ? De longues secondes s’écoulent, sans que je ne fasse rien. Puis je prends une décision. Me disant que la meilleure solution était de l’attendre dans son bureau plutôt que de rester au milieu du passage comme une godiche, je pousse la porte. Je réalise immédiatement mon erreur. Car la pièce est loin d’être vide. Monsieur Caryll est en fait assis derrière son ordinateur, un casque sur les oreilles, ce qui explique qu’il ne m’ait pas entendue. Il l’enlève d’ailleurs d’un air surpris en me voyant débouler. Je porte ma main devant ma bouche. « Mon dieu… je suis désolée. » Et terriblement embarrassée. En termes de première impression merdique, celle-ci n’était pas mal du tout. J’avais l’air particulièrement impolie. « Je ne voulais pas entrer comme ça… J’ai frappé mais je crois que vous n’avez pas entendu. Je pensais que vous étiez absent alors je me suis permise d’entrer pour vous attendre… Je ne voulais pas vous déranger. » J’étais tellement pressée de m’expliquer que j’en avais oublié l’essentiel. Je prends une grande inspiration, en essayant de me calmer même si je sens que j’ai les joues empourprées. Je m’avance vers le bureau, lui tendant la main. « Bonjour… et encore désolée. Je pense que je suis un peu en avance en fait. Je crois que j’avais hâte de commencer. » J’essaye de faire bonne impression mais je me rends compte que j’ai l’air d’une lèche-botte. Tant pis. A court d’idées, je me tais, lui laissant une chance de me morigéner pour cette entrée en fanfare.

_________________

+ “Oh, it's just me, myself and I. Solo ride until I die. 'Cause I got me for life. Oh I don't need a hand to hold. Even when the night is cold ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Harmajabb-MrTurtle
TON AVATAR : Lee Pace
TES CRÉDITS : ©Harmajabb-MrTurtle (avatar)
TA DISPONIBILITE RP : Luke - Richard - Ellie - Moira -

Une place de libre.
RAGOTS PARTAGÉS : 179
POINTS : 305
ARRIVÉE À TENBY : 10/11/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 39 ans
CÔTÉ COEUR : Célibataire ; Il n'a jamais su se poser en réalité
PROFESSION : Journaliste au Tenby Dispatch
REPUTATION : Rémy est une tête connue, dans les environs. Il faut dire que sa profession aide pas mal à s'attirer la sympathie (ou non) des gens. Il a des côtés un peu mystérieux, on a parfois du mal à le cerner mais on lui pardonne : il est Ecossais après tout !


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: take a chance on me + remy Jeu 27 Sep - 8:46

Pour une fois que j’écoute de la musique électro, chose qui ne me ressemble pas. Surtout pas au boulot, parce que ce genre de musique m’endort totalement. Mais elle m’aide également à réfléchir sur ce que j’ai pu observer ce week-end. La semaine risque d’être encore calme et ça ne va pas drôlement aider la rédaction, je n’ai clairement pas envie d’écrire une annonce encore. C’est clairement différent d’Edinburgh et j’en viens même à dire que cette ville me manque terriblement. J’aimerai bien faire un tour et revoir quelques amis que j’ai laissé là-bas. Cela nous fera probablement plaisir à nous tous. Je suis en train de serrer la balle dans la main pour garder actif. Puis je la lance dans l’autre main, pour ensuite la serrer et rebelotte. C’est un petit exercice pour éviter une possible crise qui pourrait se manifester dans la matinée. Je sais que ça n’arrivera pas, mais cette fichue maladie est capable de se manifester à n’importe quel moment et je n’ai pas envie que ma stagiaire découvre cela dès le premier jour.

Cela me fait tout drôle de me dire que j’ai une stagiaire. Ce n’est pas arrivé depuis six ans au moins, j’espère juste ne pas avoir oublié comment être le maitre du stage qui sait transmettre des trucs et qui saurait laisser son stagiaire d’écrire les articles. Comme j’ai vu que personne était partant pour prendre Eleanor comme stagiaire, j’ai pas réfléchi et j’ai dit que je m’en occuperai. Je l’ai vue à un entretien et le courant est vite passé. Elle était pleine d’énergie, motivée et prête à tout pour faire le monde du journalisme son métier. Elle avait soif d’apprendre et elle m’avait rappelé moi quand j’étais arrivé dans un petit journal de Cramond, pas loin d’Edinburgh. Je pensais savoir m’attendre à tout, mais ce n’est pas du tout le cas. Cette pensée m’amuse plutôt que je finis par sourire.

Je regarde l’heure, bon, il me reste trente minutes avant qu’elle n’arrive. Je devrais me faire un café tout en continuant à réfléchir sur l’article qu’on pourrait faire… Enfin pour moi, j’ai déjà mon idée, mais pour Eleanor, je me base sur ce que j’ai vu ce week-end et comment je devrais lui apprendre que si l’information ne vient pas à elle, c’est à elle d’aller la chercher. La réunion journalière est à 10h30. Je me rappelle de mon premier article et ce n’est pas si glorieux que ça, ça se portait sur une présentation d’une nouvelle association en 300 mots. C’était un exercice qui était loin d’être facile sur le coup parce qu’il fallait vraiment choisir les bons mots. Bon, je devrais me lever et me faire un café, ça va me dégourdir les jambes. J’envoie vite fait un message à Luke pour lui dire que tout allait bien et que s’il veut que j’achète un truc en retour, qu’il me le dise avant que je ne rentre. C’est aussi une manière de voir s’il est bien occupé ou pas, ne réalisant toujours pas qu’il est vraiment là.

Seulement, je n’ai pas eu le temps d’envoyer ce message, même de le finir que la porte s’ouvre. Cela m’a tellement surpris que j’en ai presque sursauté. J’enlève mon casque, quittant ainsi la musique électronique répétitive de Kalkbrenner sous le coup de la surprise. Elle s’excuse tout de suite, réalisant sa bourde. Je ne m’attendais effectivement pas à ce qu’on entre dans mon bureau tout d’un coup comme ça, dès le premier jour. La force de l’habitude sûrement, je sais qu’elle a travaillé dans un autre journal avant de venir ici. Elle avait frappé à la porte avant, je me sens un peu bête d’avoir mon casque de musique sur le coup mais je ne l’attendais pas non plus aussitôt. En vrai, je n’étais pas censé être là assez tôt aussi, mais je n’arrivais pas à dormir et je n’avais pas autre chose à faire… La jeune stagiaire s’est vite emballée, les joues rouges de gêne pour être entrée ainsi, elle s’est même justifiée et excusée en même temps.

Je me redresse un peu de mon bureau, oubliant le mail que j’allais envoyer à mon frère et l’idée du café pour l’instant. Je prends sa main pour la saluer avec un sourire un peu amusé. “Je crois voir ça oui. Bonjour.” Je peux même sentir son stress dans ses paroles. Je me réinstalle sur mon fauteuil et joint mes mains, puis je désigne le bureau d’un geste du menton. “ Derrière vous, c’est votre bureau. Vous pouvez entrer sans avoir besoin de frapper à la porte les prochaines fois, bien que n’en faites pas une habitude dans les bureaux des autres journalistes. Il y en a qui aiment vraiment pas ça, surtout quand ils travaillent sur ce qui pourrait être un scoop pour eux. Si ça ne répond pas, vous reviendrez plus tard.” fis-je comme premier conseil. Je regarde l’heure sur l’ordinateur et soupire légèrement: en effet, elle est bien arrivée en avance. “ Au final, c’est bien que vous soyez arrivée en avance. On va pouvoir discuter sur ce qui va se passer pendant cette semaine. Il y aura une réunion à 10h30 sur ce qu’on va écrire aujourd’hui et pour parler des avancées. Ce sera plus ou moins une occasion de rencontrer officiellement quelques journalistes que vous connaissez sûrement déjà.” Je dis ça par rapport au fait qu’elle a sûrement dû les croiser en ville voire même professionnellement. Enfin, j’enlève mes lunettes et les dépose sur le clavier, pareil pour le casque. “ On va boire un café ? Je comptais aller dans la salle de repos pour récupérer ma tasse avant que vous n’arriviez. Vous en buvez ? Le café ?” C’est même l’occasion de lui faire visiter un peu les locaux ici. Sur ces mots, je me lève et fais le tour du bureau avant de remarquer sa tenue et le fait qu’elle porte les escarpins. Elle est plutôt bien habillée contrairement à moi qui suis resté dans les bases, avec un pantalon simple, un sweat et le fait que je sois un peu mal rasé. C’est assez amusant le contraste.

_________________

BROTHERSHIP
And what can I tell you, my brother, my killer ? What can I possibly say ? I guess that I miss you, I guess I forgive you, I'm glad you stood in my way...


COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Lula, Thomas, Jaya, Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : morrigan + mayoosh (image de profil + signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 2/3
En cours : Remy - Robbie
RAGOTS PARTAGÉS : 2145
POINTS : 2822
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle s'est endurcie.
PROFESSION : Stagiaire de Remy Caryll au Tenby Dispatch & employée au cinéma le soir.
REPUTATION : On croyait qu'elle s'était calmée mais elle change aussi souvent de métier que de couleur de cheveux... Elle est tellement instable comme fille...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: take a chance on me + remy Mer 3 Oct - 19:21

L’air interdit qu’à pris mon nouveau patron lorsque j’ai fait irruption dans son bureau ne s’attarde pas sur son visage et il se lève bientôt pour me saluer à son tour. C’est clairement une main amicale qu’il me tend pour me saluer et je la prends avec reconnaissance, comprenant que visiblement, il n’allait pas me tenir rigueur pour ce petit raté. En fait, il se réinstalle derrière son bureau avec une grande sérénité, achevant de dissiper mon malaise en m’expliquant que mon bureau se trouve juste derrière nous, dans la pièce et que par conséquent, je n’aurai pas besoin de frapper les prochaines fois. Il ajoute cependant que je ne dois en aucun cas prendre les mêmes libertés dans les bureaux d’autres journalistes. Je hoche la tête, contente qu’il soit si magnanime. « C’est entendu. Je compte bien déranger vos collègues le moins possible de toute façon. Mais j’ai compris l’idée générale. » J’essaye de rester professionnelle mais dans son entrée en matière, des tas de choses me donnent envie de sourire comme une possédée. Déjà, j’avais un bureau à moi mais en plus, il se trouvait près de celui de mon tuteur, au cœur de l’action. Je n’étais pas reléguée dans un petit coin tandis qu’on se demandait ce qu’on ferait de moi. Et je n’en avais pas terminé avec les bonnes surprises. Parce que j’apprends aussi que je vais pouvoir assister aux réunions de la rédaction avec toute l’équipe. Par contre, je dois le détromper lorsqu’il fait allusions que je pourrai connaître quelques uns de ses collègues. « Oh non, je ne crois pas connaître vos collègues. Comme je vous l’ai dit, j’ai fais mon premier stage dans un petit journal indépendant. Je n’ai pas eu l’occasion de rencontrer grand monde. Mon ancien tuteur aimait travailler seul. »

Ma façon édulcorée de dire que Siothrun Breathnach était à la limite de la misanthropie et qu’il travaillait de toute façon pour le journal concurrent. Mais je n’étais pas une ingrate pour autant. Je me rappelais parfaitement qu’il m’avait donné ma chance et j’avais déjà beaucoup appris à son contact… Et je pense que j’apprendrai tout autant avec Remy Caryll. Je lui dis d’ailleurs toute la vérité. « A vrai dire, aujourd’hui sera ma première réunion de la rédaction. Du coup, j’ai quelques questions. » Je suis clairement en train de me laisser gagner par l’enthousiasme. « Vous faites une réunion tous les jours ou c’est juste en début de semaine ? Lorsque vous arrivez à la réunion, vous savez déjà sur quoi vous voulez écrire ou tout est décidé quand vous parlez entre vous ? Par exemple, vous savez quels sujets vont être abordés tout à l’heure ? » Je me réprime pour m’arrêter à trois et ne pas trop lui casser les oreilles. Je le vois alors enlever ses lunettes avant qu’il ne me fasse une proposition surprenante. “ On va boire un café ? Je comptais aller dans la salle de repos pour récupérer ma tasse avant que vous n’arriviez. Vous en buvez ? Le café ?”

Il est bien plus détendu que moi, il faudrait que j’en prenne de la graine. Quoique ma réponse risque de légèrement me faire passer pour une emmerdeuse. « Volontiers. Par contre… Je bois essentiellement du thé mais s’il n’y en a pas, un café m’ira très bien. » J’essaye de rester cool même si je viens de comprendre qu’en arrivant trop tôt, j’ai gâché sa pause café. Mais comme tout le reste, il n’a pas l’air de m’en tenir rigueur et je dois dire que ses efforts pour me mettre à l’aise me touchent. Après tout, il aurait pu me planter et aller boire son café… Je me dis que cet instant un peu moins formel peut être une bonne occasion pour briser un peu la glace, et je me permets une question qui n’a rien à voir avec le métier de journaliste. « Et vous ? Vous êtes du genre « accro » au café ou vous profitez juste de la cafetière de la salle de repos ? » Demandes-tu avec timidité en lui emboîtant le pas.


_________________

+ “Oh, it's just me, myself and I. Solo ride until I die. 'Cause I got me for life. Oh I don't need a hand to hold. Even when the night is cold ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: take a chance on me + remy

Revenir en haut Aller en bas

take a chance on me + remy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: Historical Center-