AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

I will survive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: I will survive Sam 7 Juil - 15:14



► July, 2018
I Will survive
Lewis & Matthew

Depuis que j'étais arrivé dans cette ville, Tenby... je n'avais pas fait grand chose, il faut bien l'avouer.... Avec Charlie, nous étions partis sur un coup de tête, simplement parce que nous avions besoin de respirer, et de quitter la source du mal qui nous avait rongé. Quitter Lewis. Quitter Morgan. Quitter New York, car ils ne connaissaient que trop bien les endroits que nous aimions fréquenter, nos habitudes, et tout le reste. Il fallait que nous prenions un nouveau départ, elle et moi. Et le bébé. Parce que oui, en plus d'avoir quitté Morgan après sa tromperie, la jolie blonde avait prit son fils..

Alors nous voilà, a trois, à commencer une nouvelle vie. Nous avions prit un petit lieu à nous trois, pour commencer à penser à autre chose, et remettre de l'ordre dans nos vies... Repartir à zéro. Prendre un nouveau départ. Nous avions l'air un peu comme une famille, lorsque nous sommes arrivés. Le père, la mère, le fils.. Alors que pas du tout. Bien sur, les voisins nous ont questionnés, mais... Je n'ai jamais voulu répondre. tant pis si ils me trouvent arrogant, antipathique, ou n'importe quoi. Je m'en fous. C'est mon histoire.

et puis, nous n'étions pas la pour nous faire des amis... Dans ma vie, l'objectif numéro un était, normalement, de me noyer dans le boulot. Que je révise jusqu'à épuisement, et... c'est exactement ce que j'ai fais, aujourd'hui. Je m'étais posé dans la bibliothèque, où je pouvais réviser. Puis dans un café, avec mes livres. Sauf que je ne m'attendais pas du tout à me retrouver au poste de police. Tout s'est passé très vite, pour résumé, ça s'est passé un peu comme ça...

___ Excusez moi mais le café va bientôt fermer...
___ J'AI PAS FINI PUTAIN, DEGAGEZ !

Puis une bonne demie heure plus tard.

___ Quoi, vous avez appelé les flics ? Mais j'm'en branle putain ! Toi, en bleu, tu vas faire quoi ? Je fais le double de ta taille, et deux fois ta carrure, alors c'est pas un petit merdeux comme toi qui va me faire quoi que ce soit !

Puis toujours une bonne demie heure plus tard...

___ MAIS OUVREZ BORDEL !

Me voilà enfermé dans une espèce de cellule. Oui, bon, j'suis pas en prison, mais c'est la merde... Oui j'aurais jamais du m'énerver, je le sais, je ne suis pas idiot mais.. Malgré le respect que j'ai pour eux, le manque de sommeil puis le reste m'a fait peter un câble. Tout ce que je voulais, c'est dormir... et réviser... Un des deux... En tout cas, je me retrouve seul, comme un con, sur un banc, à regarder le sol, la tête maintenue par mes mains.

___ Mais quel gros con...

cette fois, c'était moi même, que j'insultais.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : BREAKDOWN/FREY
TON AVATAR : Alex Pettyfer.
TES CRÉDITS : Bleu amer.
TA DISPONIBILITE RP : Disponible.
RAGOTS PARTAGÉS : 24
POINTS : 91
ARRIVÉE À TENBY : 02/07/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans.
CÔTÉ COEUR : Fraîchement célibataire, par sa faute...
PROFESSION : Ex-Procureur.
REPUTATION : Contrairement à New-York, sa réputation de procureur parfait semble s'être affaissé et ici, il n'est plus que le connard qui a foutu sa vie et celle de son fiancé en l'air.


MessageSujet: Re: I will survive Sam 7 Juil - 17:05



► July, 2018
I Will survive
Lewis & Matthew

J'étais vraiment dans un état pitoyable... J'avais des bas, et des bas-fonds, clairement. Je me raisonnais rarement, peut-être parce que ça me faisait peur d'être au même endroit que Matt, de me lancer, de le retrouver, d'être déçu... Après tout, tout ça, je l'ai bien mérité. Mais... Je ferais tout pour réparer mon erreur. Mais pas hier. Pas aujourd'hui... Peut-être demain ? Je savais pas. Il me fallait un signe, un coup de pied au cul, je sais plus ce qu'il me fallait en fait... Ca faisait une semaine qu'on était ici, et quand je m'occupais pas vite fait de ma paperasse pour rester, je faisais de la merde... J'glandais, j'buvais, j'me mettais mal en pensant que ça allait arranger les choses mais le pire c'est que ça me rendait encore plus minable. Moi qui était si confiant, j'en étais à penser que j'valais pas mieux que ça. Me foutre minable. Mais en attendant... Je bougeais pas mon fion plus que ça. Alors que je pensais à lui H24, et que tout ce que je voulais, c'était retrouver son étreinte, ses mots doux... sa présence, tout, lui.

Un soir, j'me souviens, j'étais parti actualiser mon Visa, une merde comme ça, histoire de régler les dernières choses à faire depuis notre arrivée. J'l'avais fait pour Morgan, du moins tout ce qui ne nécessitait pas sa présence, parce qu'il était H24 défoncé, et qu'il se mettait tout aussi minable que moi si ce n'est plus. En sortant, j'avais pas envie d'rentrer. Pas envie d'retrouver ce cocon malsain dans lequel on s'était enfermé. On se parlait pas, on survivait. On était deux grosses loques qui étaient même pas capable de prendre le dessus.

Alors comme j'avais pas envie d'rentrer, j'suis allé dans un bar, dans les alentours de dix-huit heures, histoire de. Puis j'me suis mis bien, et j'me suis emporté, moi qui bois pas à outrance depuis un moment, du moins seul, j'me suis enfilé un, deux, trois verres... quatre, cinq, peut-être plus. Au bout du cinquième, parce que c'était pas de l'alcool léger, le barman à commencé à hésiter. Mais j'râlais, j'faisais mon malin.

— J'sais c'que j'fais putain ! Allez, sers m'en un autre.

Et j'rajoutais un peu de monnaie, histoire de le convaincre un peu mieux. L'problème, c'est que j'étais vite bourré... A vingt heures, j'étais déjà mort. J'commençais à me sentir encore plus mal que quand j'étais sobre. Puis là, alors que j'suis en train de me lamenter sur mon sort, le barman me retombe dessus en me disant de quitter les lieux. J'dérangeais pas... Pourtant. J'parlais trop fort... Alors ça a été très vite, et ils m'ont jeté dehors. J'me suis retrouvé sur le trottoir, à marcher de travers, et en engueulant les gens qui me regardaient de travers.

— Baisse les yeux toi !

J'avais une voix qui vrillait. Vous vous rendez compte vous ? De procureur réputé, j'suis passé à ça... A cause de l'amour, à cause de mes conneries. J'suis pitoyable... J'avais envie d'chialer. J'aurais pas pu rester un connard comme avant ? Ca m'aurait évité tout ça. Mais putain, j'l'aime, et il me manque. Il me manque beaucoup trop, tellement que j'ai l'impression d'être putain de vide depuis qu'il m'a quitté. J'ai encore l'image de son visage à mon aveu, et de cette manière dont il m'a repoussé quand j'ai voulu le retenir, avec ses valises. Je m'étais étalé contre le mur, et j'ai glissé par terre, et j'me suis mis à chialer...

J'avais l'impression d'être observé, jugé, mal vu. Je rendais leurs mauvais regards, jusqu'à temps que je tombe sur un flic, qui m'a vu à l'oeuvre... Il se place en face de moi, et me regarde.

— Monsieur ?
— Qu'est-ce qui y a encore... J'ai même plus l'droit de picoler quand j'veux ici aussi ? Laissez-moi putain...

Le flic me dit rien, et appelle son pote. Deux minutes après, j'ai les bras derrière le dos, les menottes aux poignets. J'me débat, mais j'ai même pas d'force. J'abandonne vite, et j'me résous à la fatalité... Qu'est-ce que j'en ai à foutre de toute façon de terminer en taule. Ils me foutent dans leur caisse, à l'arrière, et j'me débat même plus. Je dis plus rien, la tête baissée, bien alcoolisé mais calme.

J'arrive au commissariat, et il me file à son collègue pour "ivresse sur la voie publique". Le mec m'attrape par les menottes, et me mène en cellule de dégrisement... Alors qu'il fait même pas nuit. Les yeux baissés, j'me sens poussé dans la cellule. La porte se ferme, et j'relève les yeux. J'crois qu'à ce moment là mon cerveau s'est déconnecté, et j'ai manqué de lâcher, de tomber. Ce putain de hasard... Moi qui voulait un signe du destin, j'en demandais pas autant ! ... J'suis pas en état putain, il va me trouver minable, encore plus qu'il ne le pense... C'était pas comme ça que j'avais envie d'opérer pour le séduire de nouveau. Je bafouille, j'ai l'air ultra con, quand je relève les yeux sur lui, avec mes pommettes rougies, et mes menottes au poignets, qu'ils m'ont mises à l'avant cette fois ci.

— M-Matthew... ?

J'me sens mal. Vous savez pas à quel point. Mon coeur battait trop vite d'un coup, j'avais chaud à cause de l'alcool... Merde, j'vais faire quoi putain...
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne

_________________


DON'T SAY GOODBYE
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: I will survive Mar 17 Juil - 18:37



► July, 2018
I Will survive
Lewis & Matthew

Il ne fallait pas être claustrophobe.. d'accord, à travers les barreaux, on pouvait facilement voir à l'extérieur, mais la sensation d'oppression était là. Être seul, dans une salle qui pue la pisse et l'alcool.. Est-ce qu'il y a vraiment des personnes qui urinent ici ? Dans un coin ? Sûrement, quelqu'un de très défoncé ou fortement alcoolisé.. Avec ma colère, je ne perd pas mes moyens à ce point. Je pourrais éventuellement me laisser aller à un coup de poing dans le mur, mais je n'ai pas envie de me blesser encore plus. Vu comme je les ai traités.. Je suis sûr que si j'avais la main en sang ou broyée, ils ne réagiraient même pas.

Alors je suis là, simplement à essayer de me calmer. La tête dans mes bras, je me laisse porter par le silence qui remplit la pièce. Il faut dire que je suis seul, même s'il y a encore des fluides étrangers sur un coin de la petit pièce. Non, allez, c'est le moment d'être calme... Peut-être que si je le suis pendant suffisamment de temps, ils me relâcheront rapidement ? Je l'espère bordel, de tout mon coeur... Surtout que Charlie va s'inquiéter.

Mais j'entends une porte. celle de la cellule. Alors je ne réagis pas, restant immobile, comme pour leur dire de manière inconsciente "Hey, regardez moi, je suis calmé, faites moi sortir.." sauf qu'à la place, j'entends des bruits de menottes. ... qui est entré, putain ? Quelqu'un de plus dangereux que moi, c'est sûr, mais là... je ne sais pas. J'attends, simplement. Sauf qu'à l'entente de mon prénom, mon coeur se serre.

Je n'ai même pas encore ouvert les yeux, que déjà, je sais qui se trouve la. Cette voix, que je connais par coeur, que je ne n'ai que trop entendue, et qui résonne ici. Mais pourquoi ? Putain, j'ai pris l'avion pour aller à l'autre bout du monde, et pourquoi ? Pour fuir Lewis. Et qui j'entends ? Non, c'est pas possible, Lewis fait parti de mon passé New Yorkais, il ne peut pas.. Puis j'ouvre les yeux, et... si, il peut.

___ Non.

Non, Matthew ? C'est pas moi. qu'il le pense, c'est bien... Mais j'assumerais pas. D'ailleurs, il faut que je sorte de la, maintenant, parce que la.. je sens que ma colère remonte. Et ça pourrait, pour le coup, vraiment me faire peter une durite. Alors je me lève, d'un coup, comme sur des ressorts, et je me met vers la porte de la cellule, me mettant à gueuler.

___ C'EST BON, J'SUIS CALME ! J'VEUX SORTIR DE LA !

Ne pas regarder derrière. Ne pas regarder derrière. Ne même pas écouter, ou montrer signe de vie.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : BREAKDOWN/FREY
TON AVATAR : Alex Pettyfer.
TES CRÉDITS : Bleu amer.
TA DISPONIBILITE RP : Disponible.
RAGOTS PARTAGÉS : 24
POINTS : 91
ARRIVÉE À TENBY : 02/07/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans.
CÔTÉ COEUR : Fraîchement célibataire, par sa faute...
PROFESSION : Ex-Procureur.
REPUTATION : Contrairement à New-York, sa réputation de procureur parfait semble s'être affaissé et ici, il n'est plus que le connard qui a foutu sa vie et celle de son fiancé en l'air.


MessageSujet: Re: I will survive Sam 21 Juil - 0:13



► July, 2018
I Will survive
Lewis & Matthew

Le hasard... J'sais pas si c'était fait pour qu'il se retrouve sur mon chemin de cette manière, mais c'est loin d'être la manière que j'avais espérée... Et le pire, dans tout ça, j'crois que c'est sa réaction. Même pas un regard, juste une négation, brutale, qui me brise le coeur une nouvelle fois. On est dans une petite pièce tous les deux, et il me jète même pas un regard, après des semaines à s'éviter. Ça me détruit une énième fois, d'le voir là, assis dans cette cellule, sans avoir la moindre attention, même mauvaise, à mon égard. Qu'est-ce que j'allais faire ? Rester planter là ? J'ouvre la bouche, mais aucun son ne sort. Juste... Une stupéfaction, coupée par sa réaction qui me transcende. Non, c'était pas possible qu'il réagisse comme ça, pas autant... Peu de gens auraient fait comme moi, tout abandonner pour retrouver l'amour de leur vie, et maintenant que j'étais là... Je lis dans sa voix et ses agissements qu'il aurait sûrement préféré que je ne le re-croise plus jamais. C'était certes prévisible... Mais en réalité, c'était bien plus douloureux que quand on l'imagine.

- ...

Les poignets serrés dans leur étau de fer, je le regarde se lever d'un bon, et par dépit, il gueule pour qu'on le sorte de là. C'était encore pire, je crois. Ma présence lui était insupportable à ce point ? Je réalisais, et depuis bien longtemps mon erreur, mais... Je ne voulais pas qu'il me haïsse comme ça. Ça me faisait un mal de chien... Des semaines que je ne l'avais pas vu, pour finalement avoir des retrouvailles improvisées, destructrices, blessantes.

Et qu'est-ce qu'il faisait là, lui aussi ? Ivresse ? Il n'avait pas l'air saoul. Moi, j'avais décuvé net après cette surprise... Du moins, ma tête tournait toujours, et j'étais un peu sonné, mais croyez moi... J'réalisais. Et sobre, ça allait être encore pire.

Silencieusement, je m'avance, et je me met derrière lui, je m'assois, au sol, dans un coin, lui laissant le banc, les avants bras sur mes genoux, la tête baissée vers le sol. J'ai le coeur qui bat vite, trop vite. Ça me donne une migraine folle, et mon ventre se tort. J'ai l'impression qu'on m'écorche une deuxième fois. C'était ma motivation qui partait en fumée, que je voyais sa réaction. Je devenais une vraie loque, qui perdait sa fameuse confiance en lui. Face à lui, j'répondais plus de rien... Au sens propre.

— Ils viendrons pas... Je te dérangerais pas plus.

J'arrive pas à lever mes yeux vers lui, parce que je sais que ça va me faire un mal de chien. Il me fuit... Et moi j'peux rien y faire. J'étais motivé, j'ai tout quitté pour être ici... Et finalement, sa haine à mon égard prouvée, je me demandais si j'avais bien fait... J'avais l'impression d'être un harceleur, alors que lui veut juste définitivement me rayer de sa vie.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne

_________________


DON'T SAY GOODBYE
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I will survive

Revenir en haut Aller en bas

I will survive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP abandonnés-