AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Don't leave me, I love you... [Abby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Pepere
TON AVATAR : Luke Mitchell
TES CRÉDITS : tumblr
RAGOTS PARTAGÉS : 34
POINTS : 33
ARRIVÉE À TENBY : 20/06/2018


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans


MessageSujet: Don't leave me, I love you... [Abby] Mer 27 Juin - 14:39


   
▬ Toi & Moi▬
▬ Je ne peux imaginer la vie, sans ta présence auprès de moi, sans la tendresse de tes paroles,et la douceur de tes doigts.Je ne peux imaginer la vie, sans ton sourire pour illuminer mes jours, sans ton amour pour réchauffer mes nuits. Je ne peux imaginer le vie sans toi, car mon bonheur, c'est à toi que je le dois. Je t'aime.... ▬


   
▬ La journée avait été plutôt longue, et pourtant il ne me tardait qu'une chose: de pouvoir rentrer dans notre petit chez nous, retrouver Abby, et profiter une fois de plus de cette soirée qui nous attendait. Les choses étaient en train de changer dans la vie de ma petite amie tandis que sa soeur avait refait surface, près de dix ans plus tard. Ce retour était signe de joie pour les deux soeurs, mais aussi un signe d'espoir pour moi. Je voyais de jour en jour l'état de santé d'Abby se dégrader, et la venue d'Amanda comme une chance possible d'avoir une greffe rapidement. Bien entendu, je lui en avais parlé, comme à chaque fois que je la voyais souffrir sur mes yeux, impuissant face à cette foutue maladie. Et comme bien souvent, des éclats de voix avaient suivis. Des mots plus hauts que d'autres. Et des pleurs. Puis le silence avait pris place et elle s'était couchée tandis que j'étais resté dans le salon, un verre de Whisky à la main, et des idées pleines la tête. J'étais prêt à tout pour elle, prêt à tout pour la garder à mes côtés.

J'étais parti bien avant son réveil ce matin, ne pouvant pas assumer l'étendu des dégâts de notre discussion de la veille, tout en lui laissant un mot sur le comptoir, à côté de son petit déjeuner que j'étais allé chercher à la boulangerie juste après mon réveil:croissant et pains aux raisins trônaient dans une panière, avec un jus de fruit fraichement pressé à côté du papier.

Ma chérie,

J'avais pas mal de travail aujourd'hui, je suis parti plus tôt. Ne t'inquiètes pas, je serais là à ton retour ce soir. Je m'occupe de tout, prends simplement soin de toi... Et appelle Amanda !
Je t'embrasse,

Charlie.


J'avais guetté mon téléphone une bonne partie de la journée, dans l'attente d'un message de sa part, mais en vain. J'étais tellement de mauvais poil que j'avais proposé un TD noté à mes élèves, qui pris par surprise de ce changement d'attitude, furent déboussolé par le sujet. J'avais passé mon temps à faire quelques recherches sur les greffes de rein, puis j'avais abandonné l'idée de revenir à la charge avec ça, préférant profiter de la soirée qui s'annonçait. J'avais décidé d'emmener mon tas de copies que je venais de récupérer, préférant prévoir une occupation annexe si jamais elle virait de la même sorte que la veille. Si je restais une soirée de plus à tergiverser, je finirais forcément par devenir dingue... C'est pour cela qu'en rentrant, je m'étais mis au fourneaux, bien décidé à tester une nouvelle recette sur ma tendre et chère.

J'allumais le tourne-disque qui se trouvait sur le buffet de l'entrée, y glissant un de mes vinyles préférés, tout en commençant à préparer les légumes et le poisson fraîchement pêché ce matin par les producteurs locaux. Je me mettais à chanter, me dandinant derrière mon fourneau quand la porte s'ouvrit, surpris de ne pas avoir vu le temps passé. J'entendais les pas qui se dirigeaient vers la cuisine et reconnu au son l'entrée de ma tendre et chère. Il entendu le miaulement quotidien de leur chat qui saluait sa maitresse avant de se rouler par terre à ses pieds dans un cinéma dont seul lui avait le secret.

" Coucou Bae ! Tu as passé une bonne journée ?  " demandais-je sans me retourner, vérifiant minutieusement la cuisson du poisson tandis que les légumes fricassaient dans la poêle. Je m'essuyais les mains, jetant le torchon utilisé par dessus mon épaule avant d'enfin me tourner vers Abby, un léger sourire aux lèvres. J'étais à chaque jours un peu plus inquiet de son état de santé. J'attrapais deux verres à pied dans le placard, les déposant sur le comptoir face à elle avant de sortir une bouteille de vin blanc que j'avais au préalable ouverte.

" Je te sers ? On m'en a dit que du bien, il parait qu'il est super bon !" avouais-je en lui tendant son verre plein, tout en me penchant par dessus le comptoir pour venir l'embrasser tendrement. Je voulais enterrer la hache de guerre, ou plutôt oublier les conflits, et tenter de faire comme si de rien n'était... Ce n'était pas le cas d'Abby à priori, et je me reculais, presque vexé en l'interrogeant du regard.

" Qu'est ce qu'il y a ? Des soucis avec ta soeur encore ? " lâchais-je inconsciemment... Tel une bombe à retardement !
   


   
©️ Lilie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : LeaahMiam (Léa)
TON AVATAR : eliza taylor
TES CRÉDITS : avatar (chounette)
TA DISPONIBILITE RP : amanda (en cours) + jaya (en cours) + charlie (en cours)
RAGOTS PARTAGÉS : 105
POINTS : 222
ARRIVÉE À TENBY : 25/09/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : twenty-eight years-old
CÔTÉ COEUR : en couple avec charlie keanes
PROFESSION : bibliothécaire


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Don't leave me, I love you... [Abby] Sam 18 Aoû - 18:20


don't leave me, i love you
why do we keep hurting each  other, my love?



La dispute de la veille m’avait laissé un goût amer. Je m’étais réveillée plusieurs fois dans la nuit et lorsque je sentais Charlie se lever, je ne bougeais pas, prétendant de dormir encore. Elles devenaient épuisantes ces disputes. Toujours les mêmes arguments, toujours les mêmes problèmes. Je savais que Charlie voulait m’aider, mais à force de me pousser à aller voir ma sœur, il ne faisait que m’éloigner de son objectif. Les médecins pensaient qu’elle était la solution à ma maladie, mais je ne pouvais me résoudre à lui demander de m’aider. J’avais trop peur qu’elle ne fuit, encore. Elle venait à peine de rentrer, de se réinstaller en ville… Je ne voulais pas la perdre de nouveau. Cela aurait été bien trop difficile. Alors je ne lui disais rien. J’entendais Charlie quitter la chambre, puis la maison, puis revenir, puis repartir. Je devinais ses attentions, sa façon de s’excuser des mots de la veille, mais je ne bougeais pas. Je restais allongée sur le côté, le regard fixé à observer le ciel à travers la fenêtre. Il n’avait pas tords. Il voulait que je guérisse. Moi, j’avais peur, bien trop peur. De nature anxieuse, je me retrouvais aujourd’hui incapable de prendre des décisions trop importantes. Je vivais un peu au jour le jour, je ne prévoyais pas trop à l’avance, je gardais mon secret pour moi. J’avais peur d’avancer, mais j’avais peur de ne pas vivre assez et que tout s’arrête. Alors parfois, je commençais à planifier tout un tas de choses : des voyages, refaire la décoration, trouver une maison plus grande avec un jardin… Je me lançais dans des plans puis arrêtais tout lorsque la réalité me rattrapait. Dans ces plans fabuleux, il y avait un voyage entre sœurs, juste Amanda et moi. Mais pour cela, il fallait que l’on se retrouve, que l’on puisse réapprendre à se connaitre, que je sois encore en vie, et pour ce dernier point, il fallait que je lui dise que je n’allais pas bien et que j’avais besoin d’une greffe.

Je sortais de mon lit tranquillement et allais à la cuisine. Charlie m’avait préparé un jus pressé et était allé chercher des viennoiseries. Je lisais son mot en travers, il s’excusait, et il voulait que j’appelle ma sœur, évidemment. Je le déposais dans le tiroir de mon bureau où je rangeais mon courrier, puis buvais une gorgée du jus. J’avais quelques médicaments à prendre le matin et je les avalais entre deux bouchées de pains aux raisins. Ensuite, je me préparais et allais à la bibliothèque sans grandes convictions. Je consacrais ma matinée à ranger les derniers arrivages et retours, puis tentais d’écrire la fin du chapitre sur lequel je travaillais depuis plusieurs jours, mais rien à faire, je n’y arrivais pas. Je fermais la bibliothèque, mais ne voulais pas rentrer et retrouver Charlie et nos disputes. Alors j’allais me balader sur la plage et restais là, à observer le flux et reflux de l’océan pendant un long moment. Le soleil commençait à décliner lorsque je me levais enfin pour rentrer chez moi.

En arrivant, le chat m’accueillait en se frottant à moi et en miaulant, je le caressais avant de rejoindre Charlie dans la cuisine. " Coucou Bae ! Tu as passé une bonne journée ?  " me demandais-t-il, je répondais en souriant doucement et hochant la tête. Il n’allait surement pas être convaincu, mais je n’étais pas d’humeur. Il nous servait du vin blanc et je l’observais de l’autre côté du comptoir. Lui n’avait pas l’air déphasé par notre dispute de la veille. Je ne voulais pas mettre de l’huile sur le feu, alors je ne disais rien. " Je te sers ? On m'en a dit que du bien, il parait qu'il est super bon !" Je prenais le verre avec grâce, mais évitais son baiser en buvant une gorgée, le verre à peine dans mes mains. Charlie semblait vexé, tant mieux. Il m’avait fait du mal la vielle, je n’étais pas prête à lui pardonner ses mots. " Qu'est ce qu'il y a ? Des soucis avec ta soeur encore ? " lança-t-il soudainement. Je levais un sourcil et secouais la tête : « T’es sérieux ? Tu as besoin de demander ? Tout va bien avec Amanda, je la vois demain pour ton information, mais ça, tu l’aurais su hier si tu ne m’avais pas encore pris la tête. » Je répondais froidement et tournais les talons pour aller dans le salon. Je savais bien qu’il allait me suivre, et ça ne ratait pas. « Et ne recommence pas à me dire qu’il faut que je lui demande de me filer un rein, parce que j’ai eu ma dose. Je vais bien. Je ne le ferai qu’en dernier ressort et ça, tu le sais. Je vais pas aller l’emmerder avec mes histoires, alors qu’elle revient à peine à Tenby. » J’étais sûre de moi et je n’allais pas changer d’avis sur la question. Maintenant, il fallait que Charlie accepte mon choix.



AVENGEDINCHAINS

_________________

wombmate ♒︎ I remember the good times. I remember the bad times. I wish we could be as close as we used to be. I wish I understood why you left, why it hurts, and why I wasn't enough. © endlesslove.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Don't leave me, I love you... [Abby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: Historical Center-