AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

No way that you'll see me cry again + Daniel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Thomas, Jaya Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : amnésia + hilary deffron (image de profil ) + triss (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 2/3
En cours : Robbie - Daniel
RAGOTS PARTAGÉS : 1918
POINTS : 2497
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle panse ses plaies.
PROFESSION : Employée au Tenby Golf Club.
REPUTATION : Peut être qu'être au centre de tant de rumeurs l'a un peu calmée, j'ai entendu dire qu'elle avait trouvé un travail et qu'elle reste désormais loin des garçons.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: No way that you'll see me cry again + Daniel Dim 24 Juin - 20:58

I'm never gonna let you close to me
Even though you mean the most to me
'Cause every time I open up, it hurts
So I'm never gonna get too close to you

« Et voilà, ici s’achève notre visite du campus. J’espère que vous l’avez appréciée et qu’elle vous confortera dans l’idée de nous rejoindre l’année prochaine. Merci à tous. » J’applaudis avec enthousiasme comme le reste du groupe. L’étudiant de dernière année qui nous avait servi de guide avait rendu la visite particulièrement amusante et il méritait ce petit instant de gloire. Encore que pour ma part, j’aurai été contente dans n’importe quelles circonstances, même avec un guide plus austère. C’était une chance pour moi d’être ici. Ma seconde chance. J’avais été folle de gâcher ma chance d’intégrer cette université l’année dernière alors je savourais cette nouvelle possibilité comme il le fallait. J’espérais de tout mon cœur que mon dossier serait retenu. Je me voyais déjà ici. Les lieux me plaisaient vraiment. Surtout la bibliothèque. Ici, je pourrais redevenir l’étudiante sérieuse que j’avais été destinée à être. Ici, je pourrai reprendre mon avenir en main si je ne voulais pas passer ma vie à servir des mojitos au Tenby Golf Club. « Bon et maintenant, passons aux choses sérieuses. Cela n’est pas noté dans vos programmes pour ne pas que le doyen et les professeurs mettent leur grain de sel mais les anciens d’ici ont l’habitude de faire une petite pour accueillir les petits nouveaux. Si jamais ça vous dit, c’est dans le dortoir de l’aile B. Le premier que je vous ai fais visiter ce matin. » Cela faisait un petit moment que j’évitais les fêtes mais la fille qui m’a amenée veut absolument y aller et vu que c’est elle qui conduit, je n’ai pas vraiment mon mot à dire. Je la suis donc à reculons, sachant très bien comme peuvent tourner ces histoires de fraternité, de sororités et de beuveries.

Toutefois, une fois sur place, je me rends compte que j’ai peut être vu trop de films et jugé un peu trop vite. L’ambiance est vraiment bon enfant. Tout le monde discute avec tout le monde et je ne vois aucun signe que les choses vont mal tourner. A vrai dire, ça ressemble à une soirée que le doyen aurait vraiment pu organiser. A partir de ce constat, je me dis que je peux bien m’autoriser un verre, un seul, et je file au buffet. Il y a du punch, ce qui me convient parfaitement. Je m’en verse une louche dans un gobelet, essayant de me mêler à quelques discussions. J’y parviens plutôt bien et je suis en pleine conversation avec une étudiante en sociologie quand je m’arrête net au milieu d’une phrase. Car je l’ai vu entrer. Daniel. Je suis choquée. Bien sûr, je savais qu’il était inscrit dans cette université. Mais je n’avais jamais eu l’impression qu’il était assidu aux cours. Je pensais que mes chances de tomber sur lui aujourd’hui étaient infimes. Mais bon, j’aurai pu penser à l’aspect fête aussi. Il était rare que l’une d’elle se produise dans le coin sans que le Granger soit dans le coup. Et ce même, s’il se murmurait qu’il s’était rangé et qu’il était en couple avec Riley depuis des mois… Cette nouvelle m’avait beaucoup peinée dans un premier temps mais j’avais patiemment pansé mes plaies. Et depuis ma dernière rencontre avec Daniel, ma rancune s’était atténuée pour quelque chose qui ressemblait de plus en plus à de l’indifférence. Il était plus facile pour moi de passer à autre chose maintenant qu’il était clair qu’il n’était pas celui que je pensais qu’il était. Le garçon que je croyais aimer n’avait jamais existé et cela facilitait mon deuil de lui…

Mon interlocutrice me demande ce qui ne va pas et je me reprends vite. Comme je l’avais dit, il ne me faisait plus le même effet qu’avant. « Rien, j’ai cru voir quelqu’un que je connaissais… Tu disais ? » Malheureusement, j’ai de plus en plus de mal à me concentrer sur ce qu’elle disait justement. Et pas à cause de Daniel. Non. Simplement parce que la tête commence à me tourner sérieusement. C’est une surprise parce que j’ai vraiment l’impression de ne rien avoir bu mais vraiment la sensation va crescendo. Je prends donc congé de ma nouvelle connaissance, tout ce qui est autour de moi commence à se brouiller. J’avais dû manger quelque chose qui ne faisait pas bon ménage avec l’alcool… Je me mets à la recherche d’un coin plus tranquille et je tombe ce qui ressemble à une cuisine commune. J’y entre, souhaitant trouver de l’eau. Et comme il semblerait que le hasard n’ait rien envie de faire d’autre que me mettre sur le chemin de Daniel Granger,  je le vois soudain,  en train de chercher quelque chose dans le frigo. « Salut. » Je pouvais au moins faire preuve de cette courtoisie vu que la dernière fois il était parti en s’excusant. Par contre, je n’avais absolument rien d’autre à lui dire. Je vais donc à l’évier, mouillant mes mains d’eau fraîche pour en asperger mon visage.

_________________


+ “Right now, I'm in a state of mind. I wanna be in, like, all the time. Ain't got no tears left to cry. So I'm pickin' it up. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & liam.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Riley, Deb, Lenny, Keelin, Brendan)
RAGOTS PARTAGÉS : 1313
POINTS : 3625
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : n'en parlons plus.
PROFESSION : littéraire né, escrimeur de talent ... le tout avec un charme de fou. il y a par contre certaines choses qui passent en priorité.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: No way that you'll see me cry again + Daniel Mer 27 Juin - 18:04


lenny & danny
shit !


Rappelle moi pourquoi je t'ai suivi jusqu'ici ? demandais-je en suivant un de mes copains dans les couloirs de l'université. Les peu de fois où je m'y étais rendu ne m'avait pas suffit à me souvenir des couloirs et des classes et ce n'était pas plus mal. Pourtant, je n'ai pas de mal à reconnaître l’amphithéâtre habituel de l'option que j'avais choisi quand j'y rentre. Une centaine d'élèves étaient assis sur ce qui ressemble à des bancs, concentrés sur les notes qu'ils ont écris dans un document de leurs ordinateurs. Sûrement venu écouter un pseudo cours passionnant d'un prof avant la fin de l'année, j'en étais vraiment à me dire qu'il m'avait traîné ici parce qu'il ne voulait pas être seul. Et je n'étais pas sûr d'être la bienvenue parce qu'il fallait que je me rende à l'évidence : il était impossible que je puisse passer en deuxième année. Je me suis à peine montré en cours et je n'ai pas rendu tous les travaux nécessaires. C'est de ma faute, c'est con et en même temps, je m'en fou. Mon pote me dit qu'il m'a appelé pour une fête qui va dérouler après en présence de ses potes et pour accueillir les nouveaux. Arrête tes conneries, ils ne me connaissent même pas dans ce pseudo cercle littéraire. Je ne sais pas s'il essayait de me convaincre en utilisant les cercles et confréries qu'on voit dans les films, mais c'est raté. Par contre, il m'a convaincu au niveau des nouveau et je me dis que ça peut être drôle de voir des petites jeunes qui vont arrivées, tout excitées de rentrer dans la cours des grands. Mais j'ai pensé drôle, pas intéressant, ce qui est d'autre plus bizarre. En fin de compte, à part de l'ennui et une bonne rigolade, rien d'intéressant m'attendait réellement aujourd'hui.

C'est à se demander pourquoi on s'obstine à rester assis, à écouter un prof raconter ce qu'il a exactement écrit alors qu'il y a tellement d'opportunités qui s'offre à nous à l'extérieur. Certes, le diplôme à la fin est toujours plaisant mais rien n'indique un boulot directement après les études. Je n'en veux pas de tout ça, je ne veux pas devenir ces gens robotisés métro boulot dodo. Je veux vivre autrement, même si j'avoue m'être amusé en écoutant parler des œuvres les plus noires de Stephen King. Elle est où ta fête ? demandais-je quand nous sortons enfin, presque désespéré. Je n'ose même pas regarder ma montre, évitant des envies de meurtres pour m'avoir fais perdre mon après midi. Je voulais envoyer un sms à Riley, histoire de lui dire que je ne serais pas à la maison quand elle rentrera mais juste avant de l'envoyé, je l'efface et je range mon téléphone. Il faut qu'on arrête de se rendre des comptes comme si on était ensemble, ça devient de plus en plus bizarre. Heureusement, mon esprit peut s'en aller vers d'autres horizons quand nous rentrons dans le bâtiment. Ce n'est pas le truc le plus extraordinaire mais l'ambiance est assez calme et sympathique, montrant un bon climat d'entente entre tous les élèves et les nouveaux. Je fais un signe de la main aux quelques rares que je connais et pars au bar me chercher une bière. Je la bois assez vite, d'autant plus qu'on arrête pas de m'en refiler en tentant d'engager la conversation. Ce n'est que quand j'ai l'impression que je suis arrivé à un certain point que je me rends dans la cuisine à la recherche d'eau bien fraîche. Merde, Lenny. Salut. répondais-je sur l'exact même ton qu'elle a emprunter. Je prends la bouteille du frigo et me verse le contenu dans un des verres. Ça me fait un peu bizarre qu'elle me parle toujours aussi froidement, moi qui croyais que mes excuses avaient pu suffirent. J'ai vraiment des choses à apprendre à ce niveau là. Tu vas ... Je tente d'engager la conversation, même si ce n'est qu'avec de simples banalités. Mais je dois m'interrompre, comprenant que quelque chose clochait chez la rousse. Quand on est aussi pâle et qu'on a besoin de se rafraîchir, ça ne présage rien de bon. Qu'est-ce qui t'arrive ? J'ose m'approcher un peu, histoire d'être sûr qu'elle ne tombe pas là par terre sans un mot. Et je reste à une distance correct, histoire d'éviter tous les coups, qu'ils soient physiques ou oraux, venant de sa part.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    he was so afraid to be human
    ⊹ there are things that I canna tell you, at least not yet. and I'll ask nothing of ye that ye canna give me. but what I would ask of ye. when you do tell me something, let it be the truth. And I'll promise ye the same.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Thomas, Jaya Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : amnésia + hilary deffron (image de profil ) + triss (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 2/3
En cours : Robbie - Daniel
RAGOTS PARTAGÉS : 1918
POINTS : 2497
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle panse ses plaies.
PROFESSION : Employée au Tenby Golf Club.
REPUTATION : Peut être qu'être au centre de tant de rumeurs l'a un peu calmée, j'ai entendu dire qu'elle avait trouvé un travail et qu'elle reste désormais loin des garçons.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: No way that you'll see me cry again + Daniel Dim 1 Juil - 17:46

I'm never gonna let you close to me
Even though you mean the most to me
'Cause every time I open up, it hurts
So I'm never gonna get too close to you

« Salut. » Me réponds Daniel sur un ton aussi neutre que le mien. Il replonge aussitôt la tête dans le frigo tandis que je poursuis ma route jusqu’à l’évier. Dans mon état normal, j’aurais pris le temps de cogiter sur l’étrangeté de la situation, voir sa tristesse. Lui et moi, nous avions partagé tant de bons moments… Nous étions aussi parfois livrés l’un à l’autre, nous sentant tellement connectés… C’était désolant de constater que maintenant, nous nous comportions comme deux étrangers pour éviter de nous étriper... Je fais couler l’eau, arrosant mes joues empourprées d’eau fraîche. Cela a le don de me rendre quelques bribes de lucidité. J’ai alors l’impression que Daniel a dit quelque chose mais le bruit du robinet m’empêche de l’entendre. Je me penche de plus belle sous celui-ci, buvant un peu d’eau pour tenter de calmer les soubresauts de mon estomac. Je me sentais vraiment mal et ça commençait à me faire flipper… « Qu'est-ce qui t'arrive ? Quand je me redresse, je me rends compte qu’il s’est rapproché de moi. A quelques pas derrière moi, il se tient immobile en me fixant d’un air indéchiffrable. Le signe qu’il s’inquiétait pour moi ? Il ne fallait pas en espérer tant, je l’avais appris à mes dépens avec lui. Je me retourne brusquement. « Et toi qu’est-ce qu’il t’arrive ? » Que je réplique sur la défensive. Depuis quand se préoccupait-il de ce qui pouvait arriver à la pauvre idiote que j’étais ? Puis, je m’en rends compte que je suis exactement en train de faire ce que je m’étais promis de ne pas faire. En perdant ma neutralité, je lui montrais qu’il avait réussi à m’atteindre un jour, ce qui ne collait pas avec le numéro de grande indifférente que je m’étais juré de lui servir. « C’est vrai ça, je ne sais pas si tu as vu, tu as un verre d’eau dans la main. » Une petite note d’humour pour atténuer le reste. Pour prouver que je pouvais badiner tranquillement avec lui alors que j’avais oublié notre passé.

Malheureusement, un nouveau vertige me saisit, m’obligeant à me retenir à l’évier tandis que mes jambes se mettent à trembler. De quoi me contraindre à laisser tomber mes airs bravaches. « Je ne sais pas ce que j’ai… Je me sens hyper mal alors que je n’ai presque rien bu… Peut être que j’ai mangé quelque chose de pas frais… » J’ai l’air amère quand je dis ça. Mais à quoi bon s’imposer la modération en soirée, si c’était pour être encore plus malade que quand je buvais ? En plus, j’avais tout le fun en moins. Surtout que j’aurai bien voulu avoir plus d’alcool dans le sang pour pouvoir supporter le poids du regard de Daniel sur moi. D’ailleurs, pourquoi ne bougeait-il pas ? Je n’étais pas spécialement aimable avec lui et pourtant, il restait planté là. Peut être qu’il craignait vraiment que quelque chose m’arrive finalement… Ça ne me touche pas. Ce sont comme ces excuses de la dernière fois. Des petits gestes. Des frémissements à la surface. Pas de quoi altérer vraiment l’océan de colère que j’ai emmagasiné à son égard. « Mais ça va aller, dis-moi juste s’il y a une sortie toute proche. Peut être que ça ira mieux quand j’aurai pris un peu l’air. Je vais… » Je ne termine pas ma phrase. Un spasme plus violent que les précédents me retourne l’estomac et il est trop tard pour que je me retourne vers l’évier. Ne pouvant plus me réprimer, je me plie en deux, vomissant douloureusement le faible contenu de mon estomac sur les chaussures de Daniel.


_________________


+ “Right now, I'm in a state of mind. I wanna be in, like, all the time. Ain't got no tears left to cry. So I'm pickin' it up. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & liam.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Riley, Deb, Lenny, Keelin, Brendan)
RAGOTS PARTAGÉS : 1313
POINTS : 3625
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : n'en parlons plus.
PROFESSION : littéraire né, escrimeur de talent ... le tout avec un charme de fou. il y a par contre certaines choses qui passent en priorité.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: No way that you'll see me cry again + Daniel Jeu 5 Juil - 0:28


lenny & danny
shit !


J'avais raison d'avoir mis une distance entre nous au vu de la première réponse qui sort de sa bouche. Sur la défensive, je manque de sortir de la pièce histoire d'éviter les prises de tête inutiles. Mais je reste là, comme un idiot, à me demander ce qui se passe avec la rousse. C'est vrai. lui dis-je sur le même ton humoristique qu'elle a emprunter. Une dernière gorgée et je pose enfin le verre sur la table près de moi. Disons que si je ... Qu'il faut parfois faire des pauses pour que le foie puisse survivre. Ce n'est ni un mensonge ni une vérité. Certes, mon foie avait besoin de pauses et en même temps, il est assez résistant pour ne pas que j'ai à me retenir. C'est une question d'envie et aujourd'hui, j'avais beau être là mais mon esprit était ailleurs. Puis je dois reconduire un pote chez lui. Et il va être assez saoulant comme ça pour que j'en rajoute une couche. Je bafouille, invente des bêtises, me trouve peu convaincant. En fin de compte, ce ne sont pas les apparences qui comptent là, c'est juste que je n'ai nullement envie de me justifier ou de commencer à lui expliquer ce qui se passe dans ma vie. Après tout, c'est plus facile de rester le connard sans cœur qui l'a dégoûté, c'est moins de travail.

Appuyé contre un meuble, je manque de sauter pour la rattraper, croyant qu'elle allait céder à un de ses nombreux vertiges. J'avais entendu que, ces derniers temps, la jeune femme était assez déchaînée, quitte à essayer tous les liquides et toutes les substances dans toutes les soirées. J'ignorais encore si j'avais été déçu, triste ou justement, excité d'apprendre ça mais j'avais fais le maximum pour m'en détacher. Elle et moi, c'était fini et il fallait que je me fasse à l'idée, il fallait que j'arrête de vouloir continuellement la protéger des autres et de moi même comme je l'ai longtemps fais. Tu veux dire quoi par rien ? Mais aujourd'hui, j'ai un peu de mal. Ces instincts presque primaires étaient revenus au galop tandis que mon instinct de survie tentait de se faire une place dans tout ce foutoir. Peut-être ... J'ai du mal à y croire, elle ne serait sûrement pas la seule malade si il y avait eu quelque chose de pas frais ici. Non, ça doit être autre chose. Il me semble qu'ils laissent toujours la porte de la cuisine ouverte. lui répondais-je en tournant la tête vers l'autre bout de la pièce, histoire de confirmer mes dires.

Très franchement, j'avais commencé cette soirée en m'attendant à tout. Car j'ai quand même passé une journée à l'université, ce qui est exceptionnel. Enfin, je me croyais préparé à tout mais Lenny qui, prise d'un spasme assez violent vomit sur mes chaussures, je n'y étais pas préparé. Oh. Je ne sais pas trop ce que je dois dire, comment je dois réagir. Ça ne sert à rien de faire un pas en arrière, mes chaussures seront toujours dans un piteux état. Je pourrais exploser de rire comme je pourrais exploser de colère. Mais encore une fois, ça ne changera rien. Ce n'est pas vraiment ce à quoi je m'attendais. chuchotais-je pour moi même, souriant une bonne fois. Inutile de regarder la jeune femme devenir aussi blanche qu'un linge, inutile de regarder mes chaussures en me demandant combien de fois je devrais les laver pour bouger l'odeur de là. Je décide de les enlever et fais le tour pour me poser à côté d'elle. Je t’emmène dehors. Je lui prends le bras, le passe par dessus mes épaules et me sers du mien pour entourer sa hanche et la porter facilement. J'oublie que je ne l'ai pas touché de la sorte depuis longtemps, j'ignore le moindre geste de sa part qui pourrait me pousser à la lâcher. Tout ce qui compte, c'est l'emmener respirer de l'air frais. J'ai assez d'expérience pour savoir que ça peut guérir pas mal de choses. Tiens, un verre d'eau. Je le lui tends et m'installe à côté d'elle. Rien de mieux qu'un liquide aussi simple pour oublier, pendant une seconde, ce qu'on a pu avaler. Je crois qu'un petit malin a cru que ça animerait la soirée s'il mettait je ne sais pas quoi dans le ponche. finis-je par lui dire, regardant l'horizon. La rousse est une classique et je sais qu'elle a dû se jeter dessus en arrivant. Maintenant, je suppose que je n'ai plus qu'à attendre, qu'à voir comment ce qui a été mis va réagir dans son corps. Je parie sur un alcool fort mais assez discret pour passer inaperçu. Pour le reste, je suppose que je verrais au fil de la soirée. Je pourrais la ramener chez elle, même si je ne sais pas où elle vit ou je pourrais la monter à l'étage. J'improviserais, parce que de toutes façons, ce n'est pas comme si la Griffiths allait me rendre la tâche facile.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    he was so afraid to be human
    ⊹ there are things that I canna tell you, at least not yet. and I'll ask nothing of ye that ye canna give me. but what I would ask of ye. when you do tell me something, let it be the truth. And I'll promise ye the same.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Thomas, Jaya Trystan & Rhys
TON AVATAR : Sophie Turner
TES CRÉDITS : amnésia + hilary deffron (image de profil ) + triss (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libres : 2/3
En cours : Robbie - Daniel
RAGOTS PARTAGÉS : 1918
POINTS : 2497
ARRIVÉE À TENBY : 11/08/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : 18 ans (16 Décembre)
CÔTÉ COEUR : Elle panse ses plaies.
PROFESSION : Employée au Tenby Golf Club.
REPUTATION : Peut être qu'être au centre de tant de rumeurs l'a un peu calmée, j'ai entendu dire qu'elle avait trouvé un travail et qu'elle reste désormais loin des garçons.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: No way that you'll see me cry again + Daniel Mer 11 Juil - 14:39

I'm never gonna let you close to me
Even though you mean the most to me
'Cause every time I open up, it hurts
So I'm never gonna get too close to you

« Disons que si je ... Qu'il faut parfois faire des pauses pour que le foie puisse survivre. Puis je dois reconduire un pote chez lui. Et il va être assez saoulant comme ça pour que j'en rajoute une couche. » Dans d’autres circonstances, tu aurais peut être trouvé quelque chose de spirituel à répliquer mais là rien ne me vient. Dans d’autres circonstances, j’aurai aussi remarqué qu’il parlait beaucoup, signe qu’il était nerveux mais je suis définitivement trop occupée à lutter contre les sensations désagréables renvoyées par mon corps. « Tu veux dire quoi par rien ? » J’ai beau être totalement à la masse, je sens bien que cette question appelle une réponse. Je me concentre pour rassembler mes esprits. « Un verre ou deux de punch et quelques petits fours. Rien de plus… » Je sens que le besoin d’air frais se fait de plus en plus pressant mais il est trop tard. Soudain, c’est le spasme de trop et je vomis sur les chaussures de Daniel. Inutile de décrire l’état déplorable dans lequel cela me met, aussi bien physiquement que mentalement. Mon estomac désormais vide continue à être agité de soubresauts tandis que ma gorge me brûle et que le plus désagréable des goûts reste dans ma bouche. Et bien entendu, j’ai honte. Je me sens répugnante et il doit penser que je le suis aussi…

Je m’attends d’ailleurs à ce qu’il dise quelque chose de désagréable mais il n’en fait rien. En fait, même en dépit de mon état déplorable, je ne crois pas que je rêve le sourire que je vois apparaître sur ses lèvres. « Ce n'est pas vraiment ce à quoi je m'attendais. » Décidée à lui prêter des intentions désagréables, je me dis qu’il va me planter là, au beau milieu de cette cuisine avec mon vomi mais je le sens tout à coup s’agenouiller près de moi tandis qu’il me fait mentir une seconde fois. « Je t’emmène dehors. » Je sens tout à coup le sol s’éloigner alors qu’il me soutient jusqu’à l’extérieur, son bras passé autour de ma hanche, mon bras autour de son épaule. Je voudrais être capable de me lever toute seule, de ne pas avoir à compter sur lui mais je sens d’office que je n’en serais pas capable alors je me retiens de me débattre. Ça me rend folle d’être dépendante de lui mais ça serait aussi vraiment idiot de repousser cette main qu’il me tend…D’ailleurs, ce n’est pas la première fois qu’il m’évacue comme ça d’une soirée, ce qui me perturbe grandement. En fait, j’étais vraiment un cas. J’avais beau jouer les nanas indépendantes, c’était toujours lui qui me sauvait les fesses au final. « Je suis désolée… » J’ai enfin le bon goût de lui dire. Et ça sonne tellement bien que je le répète encore une ou deux, ma tête ballotant contre son épaule, me sentant plus vulnérable que jamais.

Bientôt,  le courant d’air dont je rêvais me frappe le visage tandis qu’il me dépose contre le mur des cuisines dehors. Il disparaît quelques instants mais il est vite de retour à mes côtés, me tendant un verre d’eau. « Merci. » Que je dis d’une voix faible. Pourtant, j’aurai voulu mettre plus d’intensité dans ce mot. Les choses avaient beau être ce qu’elles étaient entre nous, ces petits gestes de gentillesse qu’il avait eu à mon égard étaient tout à son honneur. Et pour moi, c’étaient de grands gestes car j’étais vraiment mal en point. J’attrape d’ailleurs le verre d’eau comme s’il contenait le plus précieux des liquides. Je recrache cependant la première gorgée, décidée à me rincer la bouche. Puis je bois enfin un peu d’eau fraîche. « Je crois qu'un petit malin a cru que ça animerait la soirée s'il mettait je ne sais pas quoi dans le ponche. » Cela expliquerait bien des choses mais vu les crampes que j’ai à l’estomac, je ne goûte pas à la plaisanterie. A vrai dire, je suis même inquiète de savoir ce que pourrait être ce « je ne sais quoi » car je suis vraiment malade. « Moi qui me faisait une joie de venir à la fac… Je vais peut être changer d'avis. » Que je réplique avec amertume. Si c’était pour retomber aussi vite dans les travers que j’essayais de quitter, ça méritait peut être un peu plus de réflexion… L’eau et l’air frais me font du bien mais je me sens toujours pas trac, je dépose  donc le verre à mes côtés pour plonger ma tête entre mes bras croisés sur mes genoux. Un vieux truc que j’avais appris pour faire passer les vertiges. Je reste comme ça un petit moment mais bizarrement, je n’entends pas Danny bouger. Je relève la tête et constate qu’il est toujours à côté de moi, regardant droit devant lui. « Tu n’es pas obligé de rester là, tu sais… ça va déjà un peu mieux…  » Que je lui dis. Ma voix est sans animosité même si intérieurement je hais être sa bonne action. Se faire aider par quelqu’un qu’on était venu à détester cordialement, c’était quand même dur pour l’ego. Autant que vomir piteusement devant lui… Je n'avais pas envie qu'il soit gentil ou qu'il prenne soin de moi. Je ne voulais pas lui être redevable, je voulais continuer à le détester.

_________________


+ “Right now, I'm in a state of mind. I wanna be in, like, all the time. Ain't got no tears left to cry. So I'm pickin' it up. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : cha/knight.
TES DOUBLES : malone & adriel & liam.
TON AVATAR : douglasHOTbooth.
TES CRÉDITS : nebula & tumblr.
TA DISPONIBILITE RP : ouvert. (Riley, Deb, Lenny, Keelin, Brendan)
RAGOTS PARTAGÉS : 1313
POINTS : 3625
ARRIVÉE À TENBY : 03/11/2016


ÂGE DU PERSONNAGE : vingt et un ans. (24/01/97)
CÔTÉ COEUR : n'en parlons plus.
PROFESSION : littéraire né, escrimeur de talent ... le tout avec un charme de fou. il y a par contre certaines choses qui passent en priorité.
REPUTATION : moi qui le pensais gentil, charmant et gentleman, il faut croire que le fait d'avoir fêter ses 21 ans l'a bien changé. il y a un peu trop de drames autour de lui.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: No way that you'll see me cry again + Daniel Jeu 19 Juil - 0:59


lenny & danny
shit !


La nervosité passe crème vu qu'elle a limite du mal à tenir debout. Je n'arrive pas à comprendre ce qui se passe parce que ce que je vois chez la rousse, ça peut exprimer des millions de scénarios différents. Je lui pose une question bateau après un bavardage intensif et après avoir entendu sa réponse, je prends quelques secondes pour traduire ses paroles. Ouais .. Rien du tout. Rien de rien. Dans une vie de fête comme la mienne, je pourrais considéré ce qu'elle a fait comme un petit apéro, le calme avant la tempête. Elle le sait, je le sais, tout le monde le sait et ça n'apporte rien à personne. Enfin, si le niveau est aussi haut que les rumeurs laissent paraître, c'est rien de chez rien. murmurais-je pour moi même. J'ai entendu tellement de chose au sujet de la rousse que j'ai du mal à différencier le vrai du faux. Moi qui croisais les doigts pour qu'elle n'ait rien entendu, j'en suis persuadé quand son dernier haut le cœur finit par sortir plus vite que prévu. Et sur mes chaussures, évidemment. J'hésite entre rire ou être dégoûté. Oh, ne t'excuse pas. Ça arrive. A quoi ça sert de s'énerver, ce qui est fait est fait et c'est pas en gueulant que mes chaussures seront propres. Puis je sais qu'il n'y a rien de pire que quelqu'un qui te fait la morale pendant que tu crache tes tripes. Pas sur mes chaussures, à la base, mais ça arrive. finis-je par lui dire, sur une notre plus détendue.

Un débat sur la fac. Quand elle s'est mise à en parler, je me suis mis en arrière parce que je suis le dernier à pouvoir parler dessus. Et pourtant, je ne peux m'empêcher d'y aller de mes bêtises. Ou de mes simples connaissance. Ne te fais pas tes idées sur une fête débile comme celle-ci. Parce qu'en soit, c'est pas si mal. Sachant surtout que la rousse apprécie le fait de rester assise sur un banc à écouter les profs, je suis sûr qu'elle ne pourrait que s'intégrer à tout ça. Cette fête débile organisée tous les ans prends toujours une proportion catastrophique, il faut juste le savoir. Mais si je peux te donner un conseil, ça serait de toujours te servir tes propres verres. J'ai rarement eu à craindre, mais la seule fois où j'ai entendu ce conseil avec, bien sûr, les histoires qui suivent derrière, mon cerveau n'a pas mis longtemps à comprendre que c'est ce genre de chose qui me sauvera la vie. Bon, je ne le suis pas à la lettre, mais je fais toujours attention. On est jamais trop prudent. finis-je par lui dire, traduisant une partie de mes pensées.

Je le sens, comme si je la connaissais depuis assez longtemps pour savoir ce qu'elle pense. Son calme me montre sa reconnaissance mais ce silence me fait comprendre qu'elle aurait préféré que je me mêle de ce qui me regarde. Je jubile un peu à l'idée qu'elle puisse m'être reconnaissante et en même temps, je reste calme, histoire de continuer ce pas vers la paix avec la rousse. Non ça va, elle est nulle cette fête de toutes façons. Et si je n'avais pas été traîné par ce gars qui me dit ami, je serais soit à la maison tranquillement, soit à une fête qui en vaut vraiment la peine. Ma vengeance sera terrible. Puis bon, ça va être dur d'y retourner en chaussettes sans qu'on se foute de ma tête. dis-je sur un ton plus humoristique, un rictus se dessinant même sur mes lèvres. Je prends le temps de l'observer, de capter l'état de Lenny. Elle est d'un blanc plus cadavre que d'habitude mais ses joues ont récupérées des couleurs. C'est bon signe ; juste de l'alcool, pas de drogue quelconque qui me mettrait hors d'état. De toutes façons, j'attendais que tu sois en état de prendre la voiture. J'attendais surtout que ses nausées s'en aillent pour qu'elle ne vomisse pas dans ma voiture quand je la ramènerais. Parce que non, il est hors de question que je laisse simplement la Griffith là, à attendre que quelqu'un se décide à s'occuper d'elle. Je vais, pour une fois, oublier les querelles qui nous relient et faire le gentil garçon. C'est que ça me va plutôt bien, ces derniers temps. Et j'entends déjà ton mais. Oublie le parce que je te ramènerais chez toi même si je dois te porter comme un sac à patate et t'attacher avec ma ceinture. Je n'hésiterais pas à mener mes menaces à thermes, comme je n'hésiterais pas à utiliser la carte des chaussures complètement foutue pour la convaincre pour de bon. Puis bon, même si j'apprécie l'idée de déguerpir d'ici, je le suis encore plus avec le bordel que je vais laisser derrière nous. Bien fait pour eux.


AVENGEDINCHAINS

_________________


    he was so afraid to be human
    ⊹ there are things that I canna tell you, at least not yet. and I'll ask nothing of ye that ye canna give me. but what I would ask of ye. when you do tell me something, let it be the truth. And I'll promise ye the same.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: No way that you'll see me cry again + Daniel

Revenir en haut Aller en bas

No way that you'll see me cry again + Daniel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: An old country song :: Swansea University-