AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

I promise I'll do better + Westons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : nephilm (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(Aloy - John - Debra)
A venir : Eléa
RAGOTS PARTAGÉS : 1676
POINTS : 2931
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, présentement suspendu pour 6 mois.
REPUTATION : On murmure qu'après quelques bavures soigneusement dissimulées, sa carrière est sur le point de prendre un tournant fâcheux. Et puis, l'ex-mari de sa compagne est de retour en ville... Il ne doit pas s'éclater en ce moment.



MessageSujet: I promise I'll do better + Westons Dim 24 Juin - 20:25

'Сause you are loved
You are loved more than you know
I hereby pledge all of my days
To prove it so


« Allez Debra, tu peux le faire, je sais que tu peux le faire. » Thomas encourage mentalement sa fille, les yeux rivés sur la piste, en contrebas des gradins. Mentalement seulement. Ile ne pouvait pas applaudir ou crier. Déjà parce que ça ne faisait pas tellement dans le milieu de l’escrime mais aussi parce que depuis qu’il avait atterri en Serbie, il se faisait très discret, suivant tous les duels de Debra dans l’ombre, essayant de ne pas se faire repérer. Il avait eu le temps de réfléchir pendant son trajet pour venir jusqu’ici et avait réalisé qu’il ne pouvait pas débarquer comme une fleur sans la perturber. Elle avait besoin de sa concentration, de ne se focaliser que sur l’escrime. Et cette stratégie s’était avérée payante. Debra était littéralement en train de disputer la finale des championnats d’Europe comme l’étoile montante qu’elle était. C’était un choc pour Thomas, qui réalisait peut être pour la première fois à quel point cela était important. Sa fille faisait vraiment partie de l’élite, elle pratiquait son sport à haut niveau. Il n’y avait qu’à voir le nombre de journalistes et de supporters qui assistaient à l’évènement pour s’en rendre compte. « La touche est pour l’attaque. » Déclare soudainement l’arbitre en français à la suite d’une nouvelle effarouchée. Un frémissement de déception parcourt les supporters gallois. Deborah était mise en difficulté par son adversaire qui avait pris la tête. A vrai dire, la géorgienne n’était qu’à deux touches de la victoire. Enfin, plus qu’une désormais. Ça tue littéralement le Weston, qui s’était pris à espérer que sa fille parviendrait à réaliser son rêve. Elle allait passer si près… La désillusion serait amère… Une nouvelle touche pour la géorgienne et la finale se termine. Deborah a perdu. Elle garde la tête haute, avec la fierté qui la caractérise mais même de loin, Thomas voit qu’elle a du mal. Il n’y a qu’à voir la lenteur de ses gestes, le temps qu’elle met à retirer son masque pour saluer son adversaire, la manière qu’elle a de regarder au loin. Son entraîneur se tient sur le bord sans doute prêt à la consoler lorsqu’elle le rejoindra mais avec un mouvement de rébellion, le Weston dit que c’est son rôle à lui. Peut être qu’elle ne voudra pas le voir tout de suite mais il se doit d’essayer. Il avait fini de se cacher, il était temps de réparer ce qui avait été brisé.

Il dévale donc les gradins pour aller à la rencontre de sa fille mais une fois arrivée en bas, la sécurité lui barre l’accès aux zones de combats et au podium. « Je suis le père de Deborah Weston. » Essaye t-il d’arguer malgré l’anglais approximatif du type près de qui il allait devoir plaider sa cause. Sauf que l’échange ne dure pas, puisqu’ils sont soudainement interrompus. « Vous êtes le père de la concurrente britannique ? Vous pourriez nous dire quelques mots ? » Une journaliste anglaise surgit de nulle part, lui tendant déjà un micro tandis qu’un caméraman se matérialise soudain à côté d’elle. Thomas a soudain très chaud. Il ne voulait pas être filmé. « Euh non merci… Je ne suis pas très doué avec les mots. Vous devriez interviewer Deborah en personne, ça sera mieux, je crois. Et puis, là, j’ai besoin d’aller la voir tout de suite. » Malheureusement, la journaliste n’a pas l’air d’être le genre de femme qui prend un « non » pour réponse et insiste en parvenant  à avancer le seul argument susceptible de faire changer Thomas d’avis. « Mais c’était prévu. J’ai mon accès presse, donc vous pourrez venir la voir avec moi une fois que vous aurez répondu à mes questions. C’est toujours bien d’avoir les réactions des familles… » Dit-elle avec un sourire faussement gentil qui lui donne l’air d’une prédatrice. Ils savent tous les deux qu’il va céder, qu’elle a la main. Parce que ça semblait vraiment mal barré pour que ce type le laisse passer. Et s'il allait demander à Deborah si elle voulait voir son père, il craignait franchement qu'elle lui réponde qu'elle n'en avait pas ou un truc du genre... Il hausse les épaules. « Ok… Et bien allons-y… » Plus vite, il lui donnait ce qu’elle voulait, plus vite il serait près de Deborah.

Hélas, elle commence mal dès la première question. « Alors, vous n’êtes pas trop déçu par le déroulement des évènements de la journée ? » « Je suis beaucoup de choses mais certainement pas déçu. Je trouve que Deborah a fait un parcours fabuleux depuis le début de semaine. Elle a battu beaucoup d’adversaires plus expérimentées et plus âgées qu’elle... C’est une très belle deuxième place… » Il a envie de dire une tonne de choses mais il n’est pas très à l’aise avec l’exercice. Il serre toutefois les dents et s’accroche pour la seconde question. Mais elle est bien plus correcte que la première. « Vous êtes donc fier de votre fille ? » « Bien évidemment ! Je ne lui dis sans doute pas assez mais je le suis… Enormément. Et assister à ces championnats, cette semaine, ça m’a permis de mesurer le chemin qu’elle a parcouru… D’ailleurs, c’est avant tout elle qui peut être fière de ce qu’elle a accompli… Je n’ai pas grand-chose à voir avec sa réussite même si j’en tire quand même de la fierté. Elle ne peut que se féliciter elle-même. Je pense qu’elle a toujours eu du talent mais surtout une grande persévérance et beaucoup de travail qui l’ont amenée ici aujourd’hui. Elle sait ce qu’elle veut et je crois que c’est ce qui fait sa force…  » Il sent une certaine émotion l’envahir. Ce qu’il venait de dire était vrai. Elle n’avait jamais abandonné même quand il avait fait preuve d’indifférence pour sa passion ou tenté de la décourager… Mais cet élan de sincérité n’est pas suffisant pour que cette journaliste de malheur lui laisse du répit. « Vous dites ‘je n’ai pas grand-chose à voir avec sa réussite’, mais vous la soutenez quand même ? Est-ce que c’est difficile d’être le père d’un jeune sportif doué ? » C’était presque trop intime pour lui comme question mais dans un sens, ça lui faisait du bien de sortir de sa poitrine des choses qu’il n’aurait pas forcément l’occasion de dire à Debra. « Comme je l’ai dit, Deborah a eu la force de se révéler seule. Sa mère l’encourageait beaucoup… Moins, j’ai plutôt été un obstacle. Je le regrette aujourd’hui. Deborah est encore jeune et je voulais la protéger mais je crois qu’elle m’a prouvé aujourd’hui que ce n’était pas nécessaire. Je crois que je n’avais pas réalisé combien elle était talentueuse ou plutôt que j’avais peur de le comprendre. Mais il est clair que ça ne fait que commencer. La défaite d’aujourd’hui ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir. Une grande carrière l’attend. Et au cours de celle-ci, je ferai tout ce qui est mon pouvoir pour la soutenir. » Mieux vaux tard que jamais, c’est ce qu’il se disait.

_________________

❝ to my galaxy of women, thank you ❞ He needed to tell them.. what? That they were lovely and brave and better than anything he deserved. That he was twisted, crooked, wrong, but not so broken that he couldn’t pull himself together into some semblance of a man for them. That without meaning to, he’d begun to lean on them,  to abolutely need them near.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : blimey (avat) - tumblr (gifs) - astra (signat) - fiona (gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 2235
POINTS : 4183
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 20 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime et un homme pas de son âge (mais chut)
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille



MessageSujet: Re: I promise I'll do better + Westons Lun 2 Juil - 11:23

And I've seen so many things
That I just can't explain
But the miracle of miracles is how
With your love I was saved


Une défaite. C'est une défaite. Elle est amère, qui plus est et elle pourrait bien achever Deborah sur place, si elle ne devait pas subir tous les flash des photographes. La Géorgienne crie de joie, sautille sur la piste impunément et aller la saluer demande des efforts surhumains à la brune, même après une semaine entière de combats. Elle déglutit, force un sourire sur son visage quand elle enlève le masque et elle fait le minimum pour ne pas qu'on l'accuse d'être une mauvaise perdante. Elle lui serre la main malgré sa gorge en feu et elle jette un coup d'oeil au podium qui l'attend.
Finalement, tout le ressentiment qu'elle a pour son adversaire disparaît et elle comprend qu'elle a fait un excellent parcours lors de cette dernière semaine. Elle enlace son maître d'armes qui n'a pas cesser de lui offrir son soutien ces derniers temps et doucement, mais surement, les gagnants prennent place sur le podium et Deborah monte à la seconde place une fois que les organisateurs lui ait mis sa médaille d'argent autour du cou. Elle serre les dents, mais offre un sourire radieux aux photographes qui s'acharnent à prendre encore plus de clichés. Les filles restent là quelques secondes et c'est grâce à la hauteur que lui prodigue l'estrade de la meilleure perdante qu'elle remarque son père dans la foule. Son coeur loupe quelques battements, mais il n'y a pas de doute, c'est bien lui et il est en train de parler à une journaliste. Que peut-il bien raconter ?
Cependant elle se rend compte que de tout ce qu'elle ressent, ce n'est pas l'inquiétude qui prédomine, c'est la surprise. Une agréable surprise qui lui réchauffe le coeur.

Après quelques minutes de photos supplémentaires, la Weston est autorisée à descendre de sa marche et ce sont au tour des journalistes de se jeter sur le groupe d'escrimeuses. Sans surprise, c'est la Géorgienne qui reçoit le plus d'attention, même si Deborah, de son côté, se fait également interviewer. Son maître d'armes l'avait préparée à cette éventualité et elle répond par les phrases apprises. Elle sourit poliment et évoque son ressenti, sa déception de ne pas être première, mais sa fierté d'être arrivée aussi loin. C'est le début d'une carrière très prometteuse, qu'elle entend souvent et cette idée la ravie plus que tout, même si ça lui rappelle méchamment la dernière dispute qu'elle a eu avec son père. Son père qui d'ailleurs arrive à son tour près d'elle aux côté de la même journaliste.

Elle est un peu gênée de se retrouver face à lui pour la première fois depuis leur dispute, qui plus est, alors qu'ils sont entourées de caméras et d’appareils-photos. « T'es là. » Dit-elle, émue. Elle s'avance et l'enlace maladroitement. Elle ne sait pas où ils en sont depuis la dernière fois qu'ils se sont parlés, mais elle réalise que s'il a fait tout ce chemin pour venir la voir, c'est qu'ils ne sont plus en froid - ou du moins, plus autant. A cette pensée, l'escrimeuse se demande depuis combien de temps le policier assiste aux compétitions. Elle se détache de l'étreinte et elle secoue la médaille qu'elle a en collier et qu'elle risque de ne plus jamais enlever. « T'as vu ? Elle est belle hein ? » Cette médaille est loin d'être la première qu'elle reçoit, mais c'est certainement la plus importante. Jamais elle n'avait fait une compétition à ce niveau et aujourd'hui elle mesure l'importance de cette victoire. « De toute façon, j'ai toujours préféré les bijoux en argent. » Qu'elle plaisante devant la journaliste pour ne pas montrer sa déception à l'idée de ne pas avoir décroché la première place.
La jeune femme répond à quelques questions de la femme qui a permit l'accès à son père, puis à d'autres journalistes qui passent le temps en l'interrogeant elle avant de pouvoir approcher la grande gagnante. Elle répond toujours avec les conseils de son maître d'armes en tête et quand la folie se termine, Deborah se retrouve enfin un peu seule avec son père.  « Ca fait combien de temps que tu es là ? En Serbie, je veux dire ? » Car la question est légitime. Avant aujourd'hui, elle ne l'avait pas vu, mais maintenant qu'elle est en face de lui, elle se dit qu'il n'aurait pas fait tout ce chemin pour seulement quelques heures.

_________________

 

❝ Did my best to exist just for you ❞

My mind was lost in translation and my heart has become a cold and impassive machine. I won't let you control my feelings anymore and I will no longer do as I am told, I am no longer afraid to walk alone.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : nephilm (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(Aloy - John - Debra)
A venir : Eléa
RAGOTS PARTAGÉS : 1676
POINTS : 2931
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, présentement suspendu pour 6 mois.
REPUTATION : On murmure qu'après quelques bavures soigneusement dissimulées, sa carrière est sur le point de prendre un tournant fâcheux. Et puis, l'ex-mari de sa compagne est de retour en ville... Il ne doit pas s'éclater en ce moment.



MessageSujet: Re: I promise I'll do better + Westons Mar 10 Juil - 14:57

'Сause you are loved
You are loved more than you know
I hereby pledge all of my days
To prove it so

La journaliste pose une nouvelle question à Thomas mais il entend à peine les mots qui sortent de sa bouche. Et pour cause. Deborah vient de monter sur la seconde marche du podium et se fait passer une médaille d’argent autour du cou. Tournant le dos à son interlocutrice, le flic regarde sa fille presque au sommet de l’Europe, le cœur débordant de fierté.  Sa défaite en finale n’avait aucune importance. A ses yeux, elle avait bel et bien l’étoffe d’une championne. Il applaudit donc de toutes ses forces, savourant avec l’euphorie nécessaire ce moment unique. Les Westons allaient se rappeler longtemps de ce moment, et Thomas a beau être loin, il parvient à prendre un cliché pour l’envoyer à Lexia et à leurs parents.  Cependant, dans sa joie débordante, il a oublié de se faire discret et bientôt les yeux de Deborah croisent les siens. Le temps se suspend tandis que le père et la fille se regardent. Passée la surprise, ceux de Deborah ne reflètent pas l’animosité que Thomas s’attendait à voir, mais plutôt une sorte de joie intense, ce qui manque de faire déborder ceux de son père. Il annonce donc à la journaliste qui l’avait pris en otage que l’interview était désormais terminée pour de bon et qu’à présent, il devait impérativement aller retrouver sa fille. La femme doit voir qu’il ne sert à rien d’insister plus car elle accède à sa volonté, lui faisant passer le fameux cordon de sécurité avec une facilité quelque peu énervante. Il sent alors une étrange fébrilité l’envahir tandis que sa fille termine ses propres interviews. Il appréhendait un peu ses retrouvailles avec Debra, craignant encore et toujours de ne pas trouver les bons mots. Ou de manière générale, ne pas savoir comment s’y prendre avec elle.

Et pourtant, quand ils se retrouvent face à face, toute l’acrimonie de la dernière fois semble avoir disparue. En fait, Deborah a l’air sincèrement émue, ce qui est très inhabituel chez elle. « T’es là. » Dit-elle alors en énonçant l’évidence. Mais le ton sur lequel elle prononce ces trois petits mots ôte toute banalité à la phrase. Il répond de la même façon d’ailleurs, peu habitué à ce genre d’émotions… « Oui… » Elle s’approche soudainement de lui pour le prendre dans ses bras, ce qui ne manque pas de le surprendre. C’était la première fois en vingt ans qu’elle faisait un geste envers lui et celui-ci n’était pas des moindres. Plus émerveillé qu’il ne pourrait le dire, il referme ses bras autour d’elle, gardant le silence. Il ne prononcerait aucun mot, de peur de gâcher la beauté de ce moment, la pureté de cette étreinte. Il se contente de déposer un long baiser dans ses cheveux, un baiser maladroit mais sûrement plus parlant que tous les mots embrouillés qu’il pourrait prononcer à ce moment là. Bien qu’il doit reprendre ses esprits rapidement puisqu’au bout d’un moment, Deborah relâche leur étreinte et engage la conversation. Elle soulève la médaille qu’elle a autour du cou. « T'as vu ? Elle est belle hein ? » « C’est la plus belle de toute !!! Tu as tellement bien combattu ! Tu peux être fière de toi. » Dit-il ravi qu’elle veuille partager la félicité de sa victoire avec lui. Il se penche pour attraper le lourd cercle d’argent entre ses doigts, le regardant avec l’attention qu’il méritait. « Je suis fier de toi. Bravo ! » Se corrige t-il, cela étant plus facile à dire les yeux sur la médaille que dans ceux de sa fille. Mais ce n’est pas parce qu’il a plus de mal à lui dire en face qu’à une journaliste que ce n’est pas vrai. Il a envie de crier au monde entier que sa fille est une championne.

A la place, il part d’un grand rire joyeux quand Deborah fait preuve de son caractère habituel pour surmonter sa déception. « De toute façon, j'ai toujours préféré les bijoux en argent. » Ils sont malheureusement interrompus par quelques journalistes encore et d’autres sollicitation, et Thomas prend son mal en patience en attendant de retrouver Deb. C’est bien normal qu’elle savoure pleinement son moment et il veille à ne pas l’interrompre. Une vingtaine de minutes plus tard, ils sont à nouveau ensembles et la demoiselle a une question pour lui. « Ca fait combien de temps que tu es là ? En Serbie, je veux dire ? » Il ne servirait à rien de mentir. Il se racle la gorge, toutefois la gorge, un peu embarrassé d’avoir fait les choses en catimini plutôt que comme un père normal. « Depuis le début… Après que tu sois partie chez Lexia, j’ai passé pas mal de temps à réfléchir. Enfin non, pas tant que ça. Je me suis vite rendu compte que j’avais été con l’autre soir… J’ai mal réagi et j’ai gâché ton annonce… Mais dans tous les cas, il était hors de question que je n’assiste pas à tes championnats. » Il ne voulait pas plomber l’ambiance avec un mea culpa complet alors il le garde pour un peu plus tard. « J’ai vu tous tes matchs ! » Reprend t-il avec un peu plus d’enthousiasme. « Les assauts que tu as fais contre cette croate, c’était du grand art… Et cette balestra contre l’italienne ! Tu étais en feu ! »

_________________

❝ to my galaxy of women, thank you ❞ He needed to tell them.. what? That they were lovely and brave and better than anything he deserved. That he was twisted, crooked, wrong, but not so broken that he couldn’t pull himself together into some semblance of a man for them. That without meaning to, he’d begun to lean on them,  to abolutely need them near.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : blimey (avat) - tumblr (gifs) - astra (signat) - fiona (gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 2235
POINTS : 4183
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 20 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime et un homme pas de son âge (mais chut)
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille



MessageSujet: Re: I promise I'll do better + Westons Lun 16 Juil - 14:33

And I've seen so many things
That I just can't explain
But the miracle of miracles is how
With your love I was saved


Fière, elle l'est et elle est d'autant plus heureuse d'entendre son père le lui dire. Ces dernières années, il le lui a répété plus d'une fois et à présent elle ne doute plus de sa sincérité. Longtemps, elle a cru qu'il ne s'agissait que de paroles en l'air comme on en voit dans les films, mais à présent, elle comprend qu'il pèse ses mots et qu'il la soutient. S'il ne la soutenait pas, il ne serait pas là, avec elle, à porter sa lourde médaille d'argent qu'elle risque de ne plus quitter de sitôt. « Merci. » La présence de son père à cette compétition change beaucoup de choses, et Deborah s'aperçoit à quel point elle est soulagé qu'il soit là, avec elle. Tout semble moins accablant, moins effrayant, maintenant qu'elle a son père à ses côtés.  
Ainsi, c'est fière et plus forte que jamais qu'elle passe son quart d'heure de gloire et qu'elle enchaîne les réponses aux différents journalistes. Enfin elle s'échappe dans un endroit plus calme où ils peuvent enfin discuter à l'abri des oreilles indiscrètes quand tout le monde semble en avoir terminé avec elle et qu'elle n'est plus solliciter pour des photos.

La première question qu'elle pose à son père concerne la durée de son séjour en Serbie. Elle ne s'attendait pas à le trouver ici et probablement que si quelqu'un lui avait parié qu'il viendrait, elle ne l'aurait pas cru. Pourtant, il est bien là, en chair et en os, à côté d'elle, à marcher tranquillement et à la surprendre un peu plus à chaque seconde qui passe. « Depuis le début ?! Mais… Et ton travail ? Et dire que je ne t'ai pas vu une seule fois… » S'étouffe-t-elle, ayant du mal à croire qu'elle ne l'avait même pas vu. Toutefois, il est vrai que Deborah évite soigneusement de regarder le public pour ne pas être déconcentrer, surtout quand elle croit qu'il n'y a aucun de ses proches dans la foule pour l'encourager. « Je suis vraiment contente que tu sois venu, en tout cas. » Elle met de l'emphase sur le vraiment, parce qu'elle le pense réellement. Ca lui fait du bien d'être entourée par autant de bienveillance même si elle va bientôt être forcée de reconnaître ses propres torts. Quoi que… Elle cherche à gagner encore un peu de temps et c'est le policier qui lui offre cette chance. Il commente certains des matchs et l'escrimeuse en a le sourire jusqu'aux oreilles. Bien qu'elle vienne de perdre, la Weston est très satisfaite du parcours qu'elle a fait cette semaine et les figures que son père commente sont celles dont elle est la plus fière. « T'as vu ça ?! Je crois que ma victoire contre l'italienne est celle dont je suis le plus satisfaite. Elle a vraiment été coriace, mais j'ai fini par l'avoir et c'était vraiment un bon combat. » Elle n'avait pas eu la victoire trop facile comme avec la croate que son père avait mentionnée ou avec la russe qu'elle avait rencontrée lors du deuxième jour de combat.

Prise par des remords concernant leur dernière conversation, la brune ralentit la cadence et regarde le sol en commençant ses propres excuses.« J'ai mal réagi moi aussi, la dernière fois… Tu penses que c'est dans nos gênes ? » Essaye-t-elle de rigoler pour détendre l'atmosphère avant de reprendre un peu plus maladroitement. « Plus sérieusement… Tu avais raison sur pas mal de points et j'étais trop bornée pour m'en rendre compte. » Notamment en ce qui concerne son avenir universitaire. Avant d'atterrir à l'aéroport de Belgrade, la jeune femme était persuadée qu'elle passerait ses examens à la session de de septembre. À présent, rien n'est moins sûr. Le fait d'avoir réaliser son rêve et de toucher le prochain du bout des doigts ne lui donne plus envie de retourner sur les bancs de la fac. « Je vais avoir pas mal de décisions à prendre prochainement et je n'ai pas envie de les prendre toute seule. J'ai envie que tu me dises ce que tu en penses, ce que tu me conseilles… On pourrait peut-être en parler… Autour d'une glace ? » Qu'elle propose timidement en se pinçant les lèvres.

_________________

 

❝ Did my best to exist just for you ❞

My mind was lost in translation and my heart has become a cold and impassive machine. I won't let you control my feelings anymore and I will no longer do as I am told, I am no longer afraid to walk alone.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I promise I'll do better + Westons

Revenir en haut Aller en bas

I promise I'll do better + Westons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: It's a small world-