AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

I promise I'll do better + Westons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juicy (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(John - Lexia - Amanda)
A venir : Eléa -
RAGOTS PARTAGÉS : 1750
POINTS : 3052
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, il s'apprête à reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : Il était plutôt morose ces derniers temps, et on murmure que c'est lié à une de ses bavures, mais on dirait qu'il reprend un peu du poil de la bête. Sûrement grâce à la jolie psy là...



MessageSujet: I promise I'll do better + Westons Dim 24 Juin - 20:25

'Сause you are loved
You are loved more than you know
I hereby pledge all of my days
To prove it so


« Allez Debra, tu peux le faire, je sais que tu peux le faire. » Thomas encourage mentalement sa fille, les yeux rivés sur la piste, en contrebas des gradins. Mentalement seulement. Ile ne pouvait pas applaudir ou crier. Déjà parce que ça ne faisait pas tellement dans le milieu de l’escrime mais aussi parce que depuis qu’il avait atterri en Serbie, il se faisait très discret, suivant tous les duels de Debra dans l’ombre, essayant de ne pas se faire repérer. Il avait eu le temps de réfléchir pendant son trajet pour venir jusqu’ici et avait réalisé qu’il ne pouvait pas débarquer comme une fleur sans la perturber. Elle avait besoin de sa concentration, de ne se focaliser que sur l’escrime. Et cette stratégie s’était avérée payante. Debra était littéralement en train de disputer la finale des championnats d’Europe comme l’étoile montante qu’elle était. C’était un choc pour Thomas, qui réalisait peut être pour la première fois à quel point cela était important. Sa fille faisait vraiment partie de l’élite, elle pratiquait son sport à haut niveau. Il n’y avait qu’à voir le nombre de journalistes et de supporters qui assistaient à l’évènement pour s’en rendre compte. « La touche est pour l’attaque. » Déclare soudainement l’arbitre en français à la suite d’une nouvelle effarouchée. Un frémissement de déception parcourt les supporters gallois. Deborah était mise en difficulté par son adversaire qui avait pris la tête. A vrai dire, la géorgienne n’était qu’à deux touches de la victoire. Enfin, plus qu’une désormais. Ça tue littéralement le Weston, qui s’était pris à espérer que sa fille parviendrait à réaliser son rêve. Elle allait passer si près… La désillusion serait amère… Une nouvelle touche pour la géorgienne et la finale se termine. Deborah a perdu. Elle garde la tête haute, avec la fierté qui la caractérise mais même de loin, Thomas voit qu’elle a du mal. Il n’y a qu’à voir la lenteur de ses gestes, le temps qu’elle met à retirer son masque pour saluer son adversaire, la manière qu’elle a de regarder au loin. Son entraîneur se tient sur le bord sans doute prêt à la consoler lorsqu’elle le rejoindra mais avec un mouvement de rébellion, le Weston dit que c’est son rôle à lui. Peut être qu’elle ne voudra pas le voir tout de suite mais il se doit d’essayer. Il avait fini de se cacher, il était temps de réparer ce qui avait été brisé.

Il dévale donc les gradins pour aller à la rencontre de sa fille mais une fois arrivée en bas, la sécurité lui barre l’accès aux zones de combats et au podium. « Je suis le père de Deborah Weston. » Essaye t-il d’arguer malgré l’anglais approximatif du type près de qui il allait devoir plaider sa cause. Sauf que l’échange ne dure pas, puisqu’ils sont soudainement interrompus. « Vous êtes le père de la concurrente britannique ? Vous pourriez nous dire quelques mots ? » Une journaliste anglaise surgit de nulle part, lui tendant déjà un micro tandis qu’un caméraman se matérialise soudain à côté d’elle. Thomas a soudain très chaud. Il ne voulait pas être filmé. « Euh non merci… Je ne suis pas très doué avec les mots. Vous devriez interviewer Deborah en personne, ça sera mieux, je crois. Et puis, là, j’ai besoin d’aller la voir tout de suite. » Malheureusement, la journaliste n’a pas l’air d’être le genre de femme qui prend un « non » pour réponse et insiste en parvenant  à avancer le seul argument susceptible de faire changer Thomas d’avis. « Mais c’était prévu. J’ai mon accès presse, donc vous pourrez venir la voir avec moi une fois que vous aurez répondu à mes questions. C’est toujours bien d’avoir les réactions des familles… » Dit-elle avec un sourire faussement gentil qui lui donne l’air d’une prédatrice. Ils savent tous les deux qu’il va céder, qu’elle a la main. Parce que ça semblait vraiment mal barré pour que ce type le laisse passer. Et s'il allait demander à Deborah si elle voulait voir son père, il craignait franchement qu'elle lui réponde qu'elle n'en avait pas ou un truc du genre... Il hausse les épaules. « Ok… Et bien allons-y… » Plus vite, il lui donnait ce qu’elle voulait, plus vite il serait près de Deborah.

Hélas, elle commence mal dès la première question. « Alors, vous n’êtes pas trop déçu par le déroulement des évènements de la journée ? » « Je suis beaucoup de choses mais certainement pas déçu. Je trouve que Deborah a fait un parcours fabuleux depuis le début de semaine. Elle a battu beaucoup d’adversaires plus expérimentées et plus âgées qu’elle... C’est une très belle deuxième place… » Il a envie de dire une tonne de choses mais il n’est pas très à l’aise avec l’exercice. Il serre toutefois les dents et s’accroche pour la seconde question. Mais elle est bien plus correcte que la première. « Vous êtes donc fier de votre fille ? » « Bien évidemment ! Je ne lui dis sans doute pas assez mais je le suis… Enormément. Et assister à ces championnats, cette semaine, ça m’a permis de mesurer le chemin qu’elle a parcouru… D’ailleurs, c’est avant tout elle qui peut être fière de ce qu’elle a accompli… Je n’ai pas grand-chose à voir avec sa réussite même si j’en tire quand même de la fierté. Elle ne peut que se féliciter elle-même. Je pense qu’elle a toujours eu du talent mais surtout une grande persévérance et beaucoup de travail qui l’ont amenée ici aujourd’hui. Elle sait ce qu’elle veut et je crois que c’est ce qui fait sa force…  » Il sent une certaine émotion l’envahir. Ce qu’il venait de dire était vrai. Elle n’avait jamais abandonné même quand il avait fait preuve d’indifférence pour sa passion ou tenté de la décourager… Mais cet élan de sincérité n’est pas suffisant pour que cette journaliste de malheur lui laisse du répit. « Vous dites ‘je n’ai pas grand-chose à voir avec sa réussite’, mais vous la soutenez quand même ? Est-ce que c’est difficile d’être le père d’un jeune sportif doué ? » C’était presque trop intime pour lui comme question mais dans un sens, ça lui faisait du bien de sortir de sa poitrine des choses qu’il n’aurait pas forcément l’occasion de dire à Debra. « Comme je l’ai dit, Deborah a eu la force de se révéler seule. Sa mère l’encourageait beaucoup… Moins, j’ai plutôt été un obstacle. Je le regrette aujourd’hui. Deborah est encore jeune et je voulais la protéger mais je crois qu’elle m’a prouvé aujourd’hui que ce n’était pas nécessaire. Je crois que je n’avais pas réalisé combien elle était talentueuse ou plutôt que j’avais peur de le comprendre. Mais il est clair que ça ne fait que commencer. La défaite d’aujourd’hui ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir. Une grande carrière l’attend. Et au cours de celle-ci, je ferai tout ce qui est mon pouvoir pour la soutenir. » Mieux vaux tard que jamais, c’est ce qu’il se disait.

_________________

❝ to my galaxy of women, thank you ❞ He needed to tell them.. what? That they were lovely and brave and better than anything he deserved. That he was twisted, crooked, wrong, but not so broken that he couldn’t pull himself together into some semblance of a man for them. That without meaning to, he’d begun to lean on them,  to abolutely need them near.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : tumblr (gifs) - astra (signat) - fiona (gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 2318
POINTS : 4379
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 20 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime et un homme pas de son âge (mais chut)
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille



MessageSujet: Re: I promise I'll do better + Westons Lun 2 Juil - 11:23

And I've seen so many things
That I just can't explain
But the miracle of miracles is how
With your love I was saved


Une défaite. C'est une défaite. Elle est amère, qui plus est et elle pourrait bien achever Deborah sur place, si elle ne devait pas subir tous les flash des photographes. La Géorgienne crie de joie, sautille sur la piste impunément et aller la saluer demande des efforts surhumains à la brune, même après une semaine entière de combats. Elle déglutit, force un sourire sur son visage quand elle enlève le masque et elle fait le minimum pour ne pas qu'on l'accuse d'être une mauvaise perdante. Elle lui serre la main malgré sa gorge en feu et elle jette un coup d'oeil au podium qui l'attend.
Finalement, tout le ressentiment qu'elle a pour son adversaire disparaît et elle comprend qu'elle a fait un excellent parcours lors de cette dernière semaine. Elle enlace son maître d'armes qui n'a pas cesser de lui offrir son soutien ces derniers temps et doucement, mais surement, les gagnants prennent place sur le podium et Deborah monte à la seconde place une fois que les organisateurs lui ait mis sa médaille d'argent autour du cou. Elle serre les dents, mais offre un sourire radieux aux photographes qui s'acharnent à prendre encore plus de clichés. Les filles restent là quelques secondes et c'est grâce à la hauteur que lui prodigue l'estrade de la meilleure perdante qu'elle remarque son père dans la foule. Son coeur loupe quelques battements, mais il n'y a pas de doute, c'est bien lui et il est en train de parler à une journaliste. Que peut-il bien raconter ?
Cependant elle se rend compte que de tout ce qu'elle ressent, ce n'est pas l'inquiétude qui prédomine, c'est la surprise. Une agréable surprise qui lui réchauffe le coeur.

Après quelques minutes de photos supplémentaires, la Weston est autorisée à descendre de sa marche et ce sont au tour des journalistes de se jeter sur le groupe d'escrimeuses. Sans surprise, c'est la Géorgienne qui reçoit le plus d'attention, même si Deborah, de son côté, se fait également interviewer. Son maître d'armes l'avait préparée à cette éventualité et elle répond par les phrases apprises. Elle sourit poliment et évoque son ressenti, sa déception de ne pas être première, mais sa fierté d'être arrivée aussi loin. C'est le début d'une carrière très prometteuse, qu'elle entend souvent et cette idée la ravie plus que tout, même si ça lui rappelle méchamment la dernière dispute qu'elle a eu avec son père. Son père qui d'ailleurs arrive à son tour près d'elle aux côté de la même journaliste.

Elle est un peu gênée de se retrouver face à lui pour la première fois depuis leur dispute, qui plus est, alors qu'ils sont entourées de caméras et d’appareils-photos. « T'es là. » Dit-elle, émue. Elle s'avance et l'enlace maladroitement. Elle ne sait pas où ils en sont depuis la dernière fois qu'ils se sont parlés, mais elle réalise que s'il a fait tout ce chemin pour venir la voir, c'est qu'ils ne sont plus en froid - ou du moins, plus autant. A cette pensée, l'escrimeuse se demande depuis combien de temps le policier assiste aux compétitions. Elle se détache de l'étreinte et elle secoue la médaille qu'elle a en collier et qu'elle risque de ne plus jamais enlever. « T'as vu ? Elle est belle hein ? » Cette médaille est loin d'être la première qu'elle reçoit, mais c'est certainement la plus importante. Jamais elle n'avait fait une compétition à ce niveau et aujourd'hui elle mesure l'importance de cette victoire. « De toute façon, j'ai toujours préféré les bijoux en argent. » Qu'elle plaisante devant la journaliste pour ne pas montrer sa déception à l'idée de ne pas avoir décroché la première place.
La jeune femme répond à quelques questions de la femme qui a permit l'accès à son père, puis à d'autres journalistes qui passent le temps en l'interrogeant elle avant de pouvoir approcher la grande gagnante. Elle répond toujours avec les conseils de son maître d'armes en tête et quand la folie se termine, Deborah se retrouve enfin un peu seule avec son père.  « Ca fait combien de temps que tu es là ? En Serbie, je veux dire ? » Car la question est légitime. Avant aujourd'hui, elle ne l'avait pas vu, mais maintenant qu'elle est en face de lui, elle se dit qu'il n'aurait pas fait tout ce chemin pour seulement quelques heures.

_________________

 

❝ Did my best to exist just for you ❞

My mind was lost in translation and my heart has become a cold and impassive machine. I won't let you control my feelings anymore and I will no longer do as I am told, I am no longer afraid to walk alone.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juicy (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(John - Lexia - Amanda)
A venir : Eléa -
RAGOTS PARTAGÉS : 1750
POINTS : 3052
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, il s'apprête à reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : Il était plutôt morose ces derniers temps, et on murmure que c'est lié à une de ses bavures, mais on dirait qu'il reprend un peu du poil de la bête. Sûrement grâce à la jolie psy là...



MessageSujet: Re: I promise I'll do better + Westons Mar 10 Juil - 14:57

'Сause you are loved
You are loved more than you know
I hereby pledge all of my days
To prove it so

La journaliste pose une nouvelle question à Thomas mais il entend à peine les mots qui sortent de sa bouche. Et pour cause. Deborah vient de monter sur la seconde marche du podium et se fait passer une médaille d’argent autour du cou. Tournant le dos à son interlocutrice, le flic regarde sa fille presque au sommet de l’Europe, le cœur débordant de fierté.  Sa défaite en finale n’avait aucune importance. A ses yeux, elle avait bel et bien l’étoffe d’une championne. Il applaudit donc de toutes ses forces, savourant avec l’euphorie nécessaire ce moment unique. Les Westons allaient se rappeler longtemps de ce moment, et Thomas a beau être loin, il parvient à prendre un cliché pour l’envoyer à Lexia et à leurs parents.  Cependant, dans sa joie débordante, il a oublié de se faire discret et bientôt les yeux de Deborah croisent les siens. Le temps se suspend tandis que le père et la fille se regardent. Passée la surprise, ceux de Deborah ne reflètent pas l’animosité que Thomas s’attendait à voir, mais plutôt une sorte de joie intense, ce qui manque de faire déborder ceux de son père. Il annonce donc à la journaliste qui l’avait pris en otage que l’interview était désormais terminée pour de bon et qu’à présent, il devait impérativement aller retrouver sa fille. La femme doit voir qu’il ne sert à rien d’insister plus car elle accède à sa volonté, lui faisant passer le fameux cordon de sécurité avec une facilité quelque peu énervante. Il sent alors une étrange fébrilité l’envahir tandis que sa fille termine ses propres interviews. Il appréhendait un peu ses retrouvailles avec Debra, craignant encore et toujours de ne pas trouver les bons mots. Ou de manière générale, ne pas savoir comment s’y prendre avec elle.

Et pourtant, quand ils se retrouvent face à face, toute l’acrimonie de la dernière fois semble avoir disparue. En fait, Deborah a l’air sincèrement émue, ce qui est très inhabituel chez elle. « T’es là. » Dit-elle alors en énonçant l’évidence. Mais le ton sur lequel elle prononce ces trois petits mots ôte toute banalité à la phrase. Il répond de la même façon d’ailleurs, peu habitué à ce genre d’émotions… « Oui… » Elle s’approche soudainement de lui pour le prendre dans ses bras, ce qui ne manque pas de le surprendre. C’était la première fois en vingt ans qu’elle faisait un geste envers lui et celui-ci n’était pas des moindres. Plus émerveillé qu’il ne pourrait le dire, il referme ses bras autour d’elle, gardant le silence. Il ne prononcerait aucun mot, de peur de gâcher la beauté de ce moment, la pureté de cette étreinte. Il se contente de déposer un long baiser dans ses cheveux, un baiser maladroit mais sûrement plus parlant que tous les mots embrouillés qu’il pourrait prononcer à ce moment là. Bien qu’il doit reprendre ses esprits rapidement puisqu’au bout d’un moment, Deborah relâche leur étreinte et engage la conversation. Elle soulève la médaille qu’elle a autour du cou. « T'as vu ? Elle est belle hein ? » « C’est la plus belle de toute !!! Tu as tellement bien combattu ! Tu peux être fière de toi. » Dit-il ravi qu’elle veuille partager la félicité de sa victoire avec lui. Il se penche pour attraper le lourd cercle d’argent entre ses doigts, le regardant avec l’attention qu’il méritait. « Je suis fier de toi. Bravo ! » Se corrige t-il, cela étant plus facile à dire les yeux sur la médaille que dans ceux de sa fille. Mais ce n’est pas parce qu’il a plus de mal à lui dire en face qu’à une journaliste que ce n’est pas vrai. Il a envie de crier au monde entier que sa fille est une championne.

A la place, il part d’un grand rire joyeux quand Deborah fait preuve de son caractère habituel pour surmonter sa déception. « De toute façon, j'ai toujours préféré les bijoux en argent. » Ils sont malheureusement interrompus par quelques journalistes encore et d’autres sollicitation, et Thomas prend son mal en patience en attendant de retrouver Deb. C’est bien normal qu’elle savoure pleinement son moment et il veille à ne pas l’interrompre. Une vingtaine de minutes plus tard, ils sont à nouveau ensembles et la demoiselle a une question pour lui. « Ca fait combien de temps que tu es là ? En Serbie, je veux dire ? » Il ne servirait à rien de mentir. Il se racle la gorge, toutefois la gorge, un peu embarrassé d’avoir fait les choses en catimini plutôt que comme un père normal. « Depuis le début… Après que tu sois partie chez Lexia, j’ai passé pas mal de temps à réfléchir. Enfin non, pas tant que ça. Je me suis vite rendu compte que j’avais été con l’autre soir… J’ai mal réagi et j’ai gâché ton annonce… Mais dans tous les cas, il était hors de question que je n’assiste pas à tes championnats. » Il ne voulait pas plomber l’ambiance avec un mea culpa complet alors il le garde pour un peu plus tard. « J’ai vu tous tes matchs ! » Reprend t-il avec un peu plus d’enthousiasme. « Les assauts que tu as fais contre cette croate, c’était du grand art… Et cette balestra contre l’italienne ! Tu étais en feu ! »

_________________

❝ to my galaxy of women, thank you ❞ He needed to tell them.. what? That they were lovely and brave and better than anything he deserved. That he was twisted, crooked, wrong, but not so broken that he couldn’t pull himself together into some semblance of a man for them. That without meaning to, he’d begun to lean on them,  to abolutely need them near.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : tumblr (gifs) - astra (signat) - fiona (gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 2318
POINTS : 4379
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 20 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime et un homme pas de son âge (mais chut)
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille



MessageSujet: Re: I promise I'll do better + Westons Lun 16 Juil - 14:33

And I've seen so many things
That I just can't explain
But the miracle of miracles is how
With your love I was saved


Fière, elle l'est et elle est d'autant plus heureuse d'entendre son père le lui dire. Ces dernières années, il le lui a répété plus d'une fois et à présent elle ne doute plus de sa sincérité. Longtemps, elle a cru qu'il ne s'agissait que de paroles en l'air comme on en voit dans les films, mais à présent, elle comprend qu'il pèse ses mots et qu'il la soutient. S'il ne la soutenait pas, il ne serait pas là, avec elle, à porter sa lourde médaille d'argent qu'elle risque de ne plus quitter de sitôt. « Merci. » La présence de son père à cette compétition change beaucoup de choses, et Deborah s'aperçoit à quel point elle est soulagé qu'il soit là, avec elle. Tout semble moins accablant, moins effrayant, maintenant qu'elle a son père à ses côtés.  
Ainsi, c'est fière et plus forte que jamais qu'elle passe son quart d'heure de gloire et qu'elle enchaîne les réponses aux différents journalistes. Enfin elle s'échappe dans un endroit plus calme où ils peuvent enfin discuter à l'abri des oreilles indiscrètes quand tout le monde semble en avoir terminé avec elle et qu'elle n'est plus solliciter pour des photos.

La première question qu'elle pose à son père concerne la durée de son séjour en Serbie. Elle ne s'attendait pas à le trouver ici et probablement que si quelqu'un lui avait parié qu'il viendrait, elle ne l'aurait pas cru. Pourtant, il est bien là, en chair et en os, à côté d'elle, à marcher tranquillement et à la surprendre un peu plus à chaque seconde qui passe. « Depuis le début ?! Mais… Et ton travail ? Et dire que je ne t'ai pas vu une seule fois… » S'étouffe-t-elle, ayant du mal à croire qu'elle ne l'avait même pas vu. Toutefois, il est vrai que Deborah évite soigneusement de regarder le public pour ne pas être déconcentrer, surtout quand elle croit qu'il n'y a aucun de ses proches dans la foule pour l'encourager. « Je suis vraiment contente que tu sois venu, en tout cas. » Elle met de l'emphase sur le vraiment, parce qu'elle le pense réellement. Ca lui fait du bien d'être entourée par autant de bienveillance même si elle va bientôt être forcée de reconnaître ses propres torts. Quoi que… Elle cherche à gagner encore un peu de temps et c'est le policier qui lui offre cette chance. Il commente certains des matchs et l'escrimeuse en a le sourire jusqu'aux oreilles. Bien qu'elle vienne de perdre, la Weston est très satisfaite du parcours qu'elle a fait cette semaine et les figures que son père commente sont celles dont elle est la plus fière. « T'as vu ça ?! Je crois que ma victoire contre l'italienne est celle dont je suis le plus satisfaite. Elle a vraiment été coriace, mais j'ai fini par l'avoir et c'était vraiment un bon combat. » Elle n'avait pas eu la victoire trop facile comme avec la croate que son père avait mentionnée ou avec la russe qu'elle avait rencontrée lors du deuxième jour de combat.

Prise par des remords concernant leur dernière conversation, la brune ralentit la cadence et regarde le sol en commençant ses propres excuses.« J'ai mal réagi moi aussi, la dernière fois… Tu penses que c'est dans nos gênes ? » Essaye-t-elle de rigoler pour détendre l'atmosphère avant de reprendre un peu plus maladroitement. « Plus sérieusement… Tu avais raison sur pas mal de points et j'étais trop bornée pour m'en rendre compte. » Notamment en ce qui concerne son avenir universitaire. Avant d'atterrir à l'aéroport de Belgrade, la jeune femme était persuadée qu'elle passerait ses examens à la session de de septembre. À présent, rien n'est moins sûr. Le fait d'avoir réaliser son rêve et de toucher le prochain du bout des doigts ne lui donne plus envie de retourner sur les bancs de la fac. « Je vais avoir pas mal de décisions à prendre prochainement et je n'ai pas envie de les prendre toute seule. J'ai envie que tu me dises ce que tu en penses, ce que tu me conseilles… On pourrait peut-être en parler… Autour d'une glace ? » Qu'elle propose timidement en se pinçant les lèvres.

_________________

 

❝ Did my best to exist just for you ❞

My mind was lost in translation and my heart has become a cold and impassive machine. I won't let you control my feelings anymore and I will no longer do as I am told, I am no longer afraid to walk alone.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juicy (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(John - Lexia - Amanda)
A venir : Eléa -
RAGOTS PARTAGÉS : 1750
POINTS : 3052
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, il s'apprête à reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : Il était plutôt morose ces derniers temps, et on murmure que c'est lié à une de ses bavures, mais on dirait qu'il reprend un peu du poil de la bête. Sûrement grâce à la jolie psy là...



MessageSujet: Re: I promise I'll do better + Westons Mer 25 Juil - 21:35

'Сause you are loved
You are loved more than you know
I hereby pledge all of my days
To prove it so

« Depuis le début ?! Mais… Et ton travail ? Et dire que je ne t'ai pas vu une seule fois… » Le père et la fille marchent côte à côte, pouvant enfin profiter d’un moment en tête à tête et éclaircir certains points. « N’oublie pas que mon travail consiste justement à parfois ne pas se faire repérer. » Rigole Thomas. L’étonnement de Deborah quant au fait qu’elle ne l’ait pas vu est comique. Oubliait-elle les masses de spectateurs qui s’étaient déplacées pour la voir ? Il avait été facile de se fondre dans la foule… « Même si je suis présentement… en congé ! » Reprend t-il ensuite. Il commençait à réaliser que mentir aussi longtemps à sa fille à propos de sa suspension était ridicule mais bien évidemment, ce moment là n’était tout simplement pas le bon pour se confesser. Il avait gâché l’annonce de sa participation à ses championnats, il n’allait pas commettre la même erreur alors qu’elle les avait pratiquement gagnés. Il était temps que les Westons goûtent à un peu de joie et de sérénité. Et ça semble bien parti puisque Deborah continue à l’étonner de la plus positive des façons. « Je suis vraiment contente que tu sois venu, en tout cas. » Ces mots réchauffent son cœur de père. Avec l’étreinte bouleversante qu’elle lui avait donnée tout à l’heure, c’était la seconde fois de la journée qu’elle faisait le premier pas vers lui. Il n’était pas habitué à ce qu’elle s’ouvre ainsi. D’ordinaire, c’était lui qui tentait d’initier des rapprochements et qui se heurtaient souvent à un mur… Il sent un large sourire illuminer son visage face à cette inversion des rôles. « Moi aussi je suis content. » Oui, il était content qu’elle soit contente. Content d’avoir regagné un peu de son amour et de son estime…

La complicité retrouvée, le père et la fille échangent quelques commentaires sur les matchs que Deborah a disputés et notamment sur l’italienne qui lui avait donné du fil à retordre en demi-finale. « Oh ça pour être coriace, elle l’était ! Mais je suis le mieux placé pour dire que personne ne peut être aussi coriace que toi. Elle n’avait aucune chance. » Il continue à plaisanter, le cœur léger mais il est vrai que cette remarque peut faire écho à cet aspect de la  personnalité de la jeune femme qui ne s’exprime pas que sur le plan sportif. Un trait de caractère que Thomas ne peut absolument pas juger pour une raison que Deborah souligne très vite. « J'ai mal réagi moi aussi, la dernière fois… Tu penses que c'est dans nos gênes ? » Il rit avec elle. Si les disputes avaient tendance à éclore aussi vite entre eux, ce n’étaient pas pour rien… « Je ne connais pas un seul Weston dépourvu de caractère… Donc je suppose que oui. Ton arrière grand-père avait même inventé une blague là-dessus, un truc à propos de ce qui se passait si tu laissais deux Weston trop longtemps dans la pièce. » C’était un progrès. Au lieu de se reprocher leurs mauvais caractères comme ils le faisaient d’ordinaire, ils trouvaient une forme de solidarité dans ces derniers. Et un tel état d’esprit ne pouvait que conclure une réconciliation déjà bien entamée en raison de leurs sincères repentirs respectifs.

« Plus sérieusement… Tu avais raison sur pas mal de points et j'étais trop bornée pour m'en rendre compte. » Ils avaient tous les deux été bornés mais il n’était pas trop tard pour changer donne. Conscient que formuler ce genre de regret à voix haute est un autre grand pas pour sa fille, Thomas pose une main réconfortante sur son épaule. « Mais peut être que je devrais arrêter de vouloir avoir raison et de te laisser faire tes propres choix. » Une idée qu’il avait eu le temps de méditer pendant ses jours en solo ici. Mais il semblerait que Debra en ait encore une meilleure. « Je vais avoir pas mal de décisions à prendre prochainement et je n'ai pas envie de les prendre toute seule. J'ai envie que tu me dises ce que tu en penses, ce que tu me conseilles… On pourrait peut-être en parler… Autour d'une glace ? » Un bon compromis. Qu’il puisse lui donner son avis ou ses conseils mais seulement quand elle le lui demandait. Un début pour la laisser devenir la jeune femme indépendante qu’elle était destiné à être. Elle n’était plus l’ado réfractaire et lui le père emmerdant. Il fallait qu’ils sortent de ces rôles qui ne leur ressemblaient plus. Il était heureux qu’elle lui demande ses conseils, qu’elle lui laisse une place dans sa vie. « J’adorerai ça…  Que tu puisses avoir envie de venir vers moi quand tu doutes ou quand tu as un problème… Et moi en échange, je m’engage à rester dans ce rôle consultatif, à ne pas en faire un monde si au final, tu n’es pas de mon avis. » la gravité de leur dernière dispute, un tel traité de paix était vraiment inespéré et Thomas sent une douce euphorie le gagner devant le chemin accompli. « Et si c’est autour d’une glace, c’est encore mieux ! » Dit-il en rigolant. « De toute façon, j’ai la sensation que je vais devoir te nourrir correctement avant ce soir. Car quelque chose me dit que tu vas fêter ta médaille dignement. » Dit-il ne pouvant pas s’empêcher de ramener cet incommensurable sujet de fierté sur le tapis. Il y avait d’autres choses qu’il avait dites qu’il voulait reprendre et d’autres sujets qu’il veut aborder mais il attend un peu de voir ce que Deborah a à lui dire déjà…

_________________

❝ to my galaxy of women, thank you ❞ He needed to tell them.. what? That they were lovely and brave and better than anything he deserved. That he was twisted, crooked, wrong, but not so broken that he couldn’t pull himself together into some semblance of a man for them. That without meaning to, he’d begun to lean on them,  to abolutely need them near.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : tumblr (gifs) - astra (signat) - fiona (gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 2318
POINTS : 4379
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 20 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime et un homme pas de son âge (mais chut)
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille



MessageSujet: Re: I promise I'll do better + Westons Sam 4 Aoû - 18:42

And I've seen so many things
That I just can't explain
But the miracle of miracles is how
With your love I was saved


Les surprises se succèdent et en plus de retrouver son père dans la foule, ce dernier informe Deborah qu’il est en fait en congé, ce qui est probablement une première. Le Weston a toujours été un bourru du travail et à cette réflexion, la jeune femme retrouve là encore un point commun qu’elle possède avec le policier. Elle aussi, pourrait ne jamais s’arrêter quand ils ‘agit de l’escrime si son corps n’avait pas besoin de pauses pour se recharger.
« Oh d’accord. C’est cool ! » Dit-elle, à la fois sincère et toujours un peu étonnée. Elle n’a pas d’autres choix que de constater tous les efforts que son père fait pour elle, et de plus en plus, la jeune Weston est touchée de la place qu’elle occupe dans la vie de ce dernier. Elle a longtemps cru qu’elle n’était qu’un boulet pour lui, un frein dans sa carrière, un boulot qu’il n’avait pas demandé. C’est peut-être à cause de sa mère qu’elle a eu cette image persistante dans son esprit, mais petit à petit, elle se dissipe et les preuves d’amour que lui offre le policier suffisent à la faire changer d’avis. « Tu es venu seul ou avec Eléa ? » L’âge ingrat de l’adolescence est derrière eux, alors qui sait, peut-être que ça ne peut que s’arranger, même si bien sûr, la demoiselle émet des réserves là-dessus vu le dernier secret en date qu’elle conserve précieusement : son couple.  « Assurément, ça chauffe si on laisse deux Weston dans la même pièce. » Qu’elle rigole, amusée d’apprendre cette petite anecdote. Elle dirait bien que cette découverte excuse son comportement parfois trop enflammé, mais elle sait au fond d’elle qu’elle doit faire des efforts pour ne plus se retrouver dans des situations aussi désastreuses. Il faut qu’elle garde le contrôle, qu’elle parvienne à ne plus s’enflammer aussi facilement.

Elle présente ses excuses à son père - ou du moins, elle confesse qu’elle est allée trop loin la dernière fois (sans nécessairement utiliser les mots “je m’excuse”) et le policier à la présence d’esprit de rester aussi humble que possible et même d’avouer ses torts à lui aussi. C’était inespéré pour Deborah qui n’en n’attendait pas tant. Toutefois, elle ne va pas s’en plaindre et elle voit à présent toutes les possibles discussions qui peuvent s’offrir à eux sans craindre que ça ne se transforme en chaos. Ensemble, ils en viennent à un compromis qui semble leur convenir et le sourire qui élèvent les lèvres de Deborah s’emplit de soulagement. « On va faire comme ça, alors. » Dit-elle, rassurée et heureuse de la tournure des événements. Elle qui s’attendait à fêter sa participation à ces championnats seule, se retrouve chaleureusement accompagnée et ensemble, ils prennent la direction d’un camion de glaces non loin. Leurs pas est lent, ce qui leur permet de discuter et de rigoler. « Oui c’est vrai que tous les escrimeurs ont prévu de se retrouver ce soir pour fêter dignement notre parcours. » Cette idée l’emballe au plus haut point, toutefois, elle espère qu’elle pourra garder ses distances par rapport à Daniel et qu’ils ne se retrouveront pas côte à côte comme dans un mauvais sitcom où les mauvaises surprises se succèdent.
Deborah se prend une glace à la vanille et quand son père a fait son choix à son tour, ils partent s’asseoir sur l’une des tables extérieures en bois.  Elle déguste sa glace quelques secondes avant de reprendre la parole pour informer son père des péripéties qui la suivent. « Les grandes décisions que je vais devoir prendre, tu t’en doutes, concernent la fac… Depuis que je suis ici, j’ai reçu plusieurs propositions. McCall a gardé tous les papiers en me conseillant de ne pas me précipiter dans quoi que ce soit et de me concentrer sur mes combats, mais maintenant que tout vient de se terminer, il va falloir que je dise quelque chose. C’est pour des publicités, que je représente des produits en particulier. Uniquement des équipements pour sportifs. C’est tellement soudain, je ne m’étais jamais imaginée faire ça, mais maintenant je trouve l’idée plutôt sympa, j’avoue. » Ce qui est intéressant, surtout, c'est le chèque qui accompagne ces différents contrats. Deborah rêve d'avoir réellement son indépendance depuis si longtemps et cet argent pour le lui permettre. D'autant plus que des sportifs prêtent souvent leur image pour des marques, a-priori, elle ne prendrait aucun risque si elle se lançait dans ce projet. « Et puis, j'ai l'impression que c'est une occasion en or pour que je me fasse un peu plus connaître. Faut dire les choses comme elles sont, les bons escrimeurs sont rarement britanniques. » Il suffit de voir les statistiques. Ainsi, elle pourrait se démarquer un peu des autres et entrer réellement dans la cours des grands.

_________________

 

❝ Did my best to exist just for you ❞

My mind was lost in translation and my heart has become a cold and impassive machine. I won't let you control my feelings anymore and I will no longer do as I am told, I am no longer afraid to walk alone.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juicy (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(John - Lexia - Amanda)
A venir : Eléa -
RAGOTS PARTAGÉS : 1750
POINTS : 3052
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, il s'apprête à reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : Il était plutôt morose ces derniers temps, et on murmure que c'est lié à une de ses bavures, mais on dirait qu'il reprend un peu du poil de la bête. Sûrement grâce à la jolie psy là...



MessageSujet: Re: I promise I'll do better + Westons Lun 13 Aoû - 21:44

'Сause you are loved
You are loved more than you know
I hereby pledge all of my days
To prove it so

« Oh d’accord, c’est cool ! » Deborah semble tellement contente que Thomas soit là pour elle, qu’il n’a pas le cœur à lui avouer que congés est un euphémisme pour décrire les vacances prolongées qu’on lui a imposées. Plus tard, se promet-il, non sans honte…  Heureusement, Deb lui pose une autre question qui lui offre la diversion dont il a besoin. « Non, Eléa avait besoin de rester à Tenby à cause du procès mais elle m’a envoyé des sms tous les jours pour savoir comment tu t’en sortais. Et là, bien sûr, elle te félicite. » Il est content que Eléa se soit autant intéressée à sa fille. La douce petite amie de Thomas ne replacerait jamais Keira mais il espérait qu’un jour, elle et Deborah puissent se considérer comme faisant parties de la même famille. Un peu utopique mais un homme pouvait rêver… Surtout que le Weston se prenait à penser que tout était possible vu comme leur réconciliation se faisait en douceur, bien loin de leurs habituels échanges orageux. En fait, une fois qu’ils se sont excusés l’un envers l’autre, ils parviennent à un compromis intéressant, un compromis que Thomas se promet de tout faire pour respecter. En attendant, ils se dirigent vers un camion de glaces que Deb avait repéré pas loin du palais des sports, discutant à nouveau avec légèreté. Sa fille lui confirme d’ailleurs qu’il y a bien une fête le soir même. « Ok, tu t’amuseras bien mais tu feras attention à toi quand même. » Il ne voulait pas faire le vieux relou mais ils étaient quand même en terre inconnue et elle risquait de traîner dans des rues moins sûres que celles de leur cher Tenby…

Arrivés au camion, le père et la fille jouent sur les contrastes, une glace vanille pour elle tandis que lui prend une glace au chocolat. Ils s’installent sur de petites tables à l’ombre, conscients qu’ils ont intérêt à déguster leurs glaces vite pour ne pas qu’elles fondent. « Bon ce n’est pas avec ça qu’on va trinquer mais ce n’est que partie remise. » Rigole Thomas. Cependant, son petit soldat de fille ne s’accorde pas une seconde de répit et entre déjà dans le vif du sujet. Et la première nouvelle qu’elle lui annonce le comble de joie. « Tu as plusieurs propositions pour des facs ? Mais c’est fantastique » Demande t-il avec ravissement. « Lesquelles ? Pas trop loin de moi, j’espère. » Plaisante t-il ensuite. Mais à dessein, parce qu’il ne voulait pas non plus qu’elle pense qu’il voulait la chasser. « Elles sont prêtes à t’accueillir malgré les examens que tu n’as pas passés ? » Demande t-il d’une voix neutre. C’était une vraie question, il n’y avait pas une once de reproche dans sa voix. Il ne cherchait à en aucun à raviver les braises de leur dernière dispute…

Cependant, ce ne sont visiblement pas les facs qui lui ont fait des propositions. Elle termine sa phrase, et il comprend soudainement qu’il s’est quelque peu fourvoyé et que dans son enthousiasme, il a mal compris ce qu’elle voulait dire initialement. « Oh des propositions pour des publicités, désolé, j’avais mal compris. » Dit-il, redescendant un peu. Il essaye cependant de vraiment prendre ça sous un bon angle et avec le recul nécessaire, comme il avait promis qu’il le ferait désormais. « Donc si tu parles de la fac… C’est que tu penses que tu n’auras pas besoin de reprendre si tu fais les pubs ? Tu crois que tu pourrais vivre de ça ? » Encore une fois, aucune animosité, il essayait juste de comprendre où elle veut en venir. Et tenter d’aller dans son sens. « Peut être que tu pourrais en parler à ta tante. Elle saurait te dire si ce sont des sponsors sérieux et des contrats intéressants. Elle connait le milieu. » En tout cas, Deb a déjà plusieurs arguments sur l’intérêt de signer de tels contrats et les avance avec un enthousiasme croissant à un Thomas de plus en plus étonné. « Je ne savais pas que ça t’intéressait…  De te faire connaître, je veux dire.... Tu veux donc devenir une sportive médiatisée ? » Demande t-il avec un intérêt sincère. Il avait toujours eu l’impression qu’elle était plutôt réservée et se demandait si elle serait vraiment à l’aise devant des caméras…

_________________

❝ to my galaxy of women, thank you ❞ He needed to tell them.. what? That they were lovely and brave and better than anything he deserved. That he was twisted, crooked, wrong, but not so broken that he couldn’t pull himself together into some semblance of a man for them. That without meaning to, he’d begun to lean on them,  to abolutely need them near.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : tumblr (gifs) - astra (signat) - fiona (gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 2318
POINTS : 4379
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 20 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime et un homme pas de son âge (mais chut)
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille



MessageSujet: Re: I promise I'll do better + Westons Ven 17 Aoû - 17:18

And I've seen so many things
That I just can't explain
But the miracle of miracles is how
With your love I was saved


Avec cette semaine de folie, Deborah avait complètement oublié les problèmes de sa belle-mère. Elle se mord la lèvre, espérant que son père ne lui tienne pas trop rigueur de son oubli et elle sourit quand il lui dit que contrairement à elle, Eléa a pensé à l'escrimeuse toute la semaine. Deborah ressentirait presque une pointe de culpabilité, mais celle-ci est rapidement balayée par son euphorie d'avoir remportée une médaille d'argent. « Promis, je serai prudente. » Dit-elle en souriant. Elle aimerait dire à son père que de toute façon, elle ne sera pas seule, elle sera toujours en compagnie de ses coéquipiers, mais elle ne sait pas si une telle nouvelle le rassurerait alors elle garde le silence. Hormis le soir où elle est rentrée avec un tatouage au dessus des fesses, la Weston est plutôt raisonnable quand elle sort alors elle ne devrait pas avoir de soucis.
L'escrimeuse juge alors que c'est le bon moment pour expliquer à son père que son avenir universitaire est remis en question. Le fait est qu'elle va devoir réfléchir longuement à toutes les propositions qu'on lui a faites et elle ne sait pas si elle réussira à tout gérer. Seul l'avenir le lui dira. Malheureusement, quand elle entame le sujet, elle se mord la langue et grimace face à son père qui, plein d'espoirs, part sur un malentendu. Lorsqu'il comprend son erreur, il ne juge pas sa fille et la demoiselle apprécie vraiment. En fait, le policier garde son rôle de flic au sérieux et il pose des questions avec calme afin d'y voir plus clair - un vrai travail de détective. La jeune femme joue avec sa glace tout en cherchant ses mots. « Je ne sais pas vraiment… En fait, je n'avais jamais pensé pouvoir devenir une sportive médiatisée. Je voulais simplement être la meilleure, faire le sport que j'aime plus que tout. Mais je me dis qu'il y a peut-être des avantages à toutes ces propositions, qu'il faut que je les prenne en considération. » Elle pourrait avoir plus facile accès au monde des Grands de l'escrime, elle pourrait aussi avoir pas mal d'argent, ce qui, pour son âge, est très alléchant. Elle reprend un morceau de glace et reprend la parole. « Quoi qu'il se passe, je vais passer mes examens en septembre, ça c'est non négociable. J'ai déjà les dates. » Qu'elle dit dans l'optique de rassurer son père. Oui, elle n'a pas perdu un an de sa vie sur les bancs de la fac sans valider cette année. « Après… Pour en revenir aux pubs… Je n'ai pas envie que ça prenne le dessus. Si je dois être connue, je veux que ce soit pour l'escrime, pas pour autre chose. Tu as raison, je vais en parler à Lexia. Elle saura sûrement me guider. » Elle saura l'aider à prendre la bonne décision et surtout à ne pas accepter quelque chose qu'elle ne saura pas gérer par la suite. Car il faut dire les choses comme elles sont : malgré son attitude rebelle envers son paternel, la jeune femme reste trop sensible sur beaucoup d'autres sujets. Elle soupire : un mélange de soulagement, de bonheur et d'interrogations sur l'avenir. « Quelle semaine, n'empêche ! » Lâche-t-elle, souriante. Une semaine forte en émotions, c'est sûr, mais elle est heureuse d'avoir son père à ses côtés pour pouvoir souffler un bon coup.

Toutefois, on dit souvent qu'il faut battre le fer tant qu'il est chaud, alors Deborah se dit qu'il est peut-être temps d'être honnête à propos d'un autre sujet tout aussi important - sa vie sentimentale. « Et comme on en est à parler des changements dans ma vie… J'ai autre chose à t'avouer. » Elle se pince les lèvres. A présent, c'est trop tard pour faire marche arrière et elle angoisse comme une gamine de quinze ans. Elle essaye de se résonner en se disant qu'elle a bien le droit d'avoir un copain, surtout à son âge, mais cela n'empêche que c'est la première fois qu'elle doit faire une telle annonce à son père et que c'est gênant. À l'époque, elle n'avait pas parlé de Tim à son père, préférant attendre de voir la direction que son couple prenait et vu comment les choses se sont terminées, elle est heureuse de ne pas avoir mentionné de Lowell. Aujourd'hui, les choses sont différentes et elle se doit d'être honnête avec son père. « J'ai un copain. » Ca y est, c'est dit… Même si le plus difficile sera d'avouer qui est le copain en question, mais chaque chose en son temps. « C'est assez sérieux et c'est pour ça que je t'en parle, mais… j'aimerais attendre encore avant de te le présenter. » Attendre que ce soit encore plus sérieux - attendre qu'ils se soient au moins dit je t'aime avant de faire l'effet d'un tsunami dans leurs vies et celles de leurs proches. « En tout cas… Il sait que tu es policier, alors il sait qu'il doit bien me traiter. » Qu'elle continue-t-elle dans un semblant de blague, même si le simple fait d'évoquer sa vie amoureuse avec son père l'embarrasse au plus haut point et la fait devenir écarlate.

_________________

 

❝ Did my best to exist just for you ❞

My mind was lost in translation and my heart has become a cold and impassive machine. I won't let you control my feelings anymore and I will no longer do as I am told, I am no longer afraid to walk alone.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Jaya, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : juicy (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(John - Lexia - Amanda)
A venir : Eléa -
RAGOTS PARTAGÉS : 1750
POINTS : 3052
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Amoureux d'Eléa. C'est grâce à elle qu'il garde la tête hors de l'eau.
PROFESSION : Flic, il s'apprête à reprendre du service après une suspension de six mois.
REPUTATION : Il était plutôt morose ces derniers temps, et on murmure que c'est lié à une de ses bavures, mais on dirait qu'il reprend un peu du poil de la bête. Sûrement grâce à la jolie psy là...



MessageSujet: Re: I promise I'll do better + Westons Sam 25 Aoû - 9:49

'Сause you are loved
You are loved more than you know
I hereby pledge all of my days
To prove it so

Deb promet à Thomas qu’elle sera prudente tout à l’heure et cela suffit au flic. Il ne mentait pas quand il disait qu’il était prêt à s’embarquer à 100% dans cette histoire de confiance. Il est sincèrement convaincu que cela peut très bien fonctionner. En fait, il en a déjà peut-être la preuve sous les yeux car sa fille lui parle de ses projets dans le détail et avec sincérité. A vrai dire, ils n’ont peut être jamais eu une discussion aussi approfondie… « Comme tout le monde, je te prédis une belle carrière. Mais après tout, tu n’as pas tort… Si les « à côtés » ne gêne pas cette dernière, il n’y a pas de raisons pour ne pas que tu ne saisisses pas de toutes les opportunités qui s’offrent à toi. Pouvoir mettre de l’argent de côté pendant que tu vis ton rêve, c’est la cerise sur le gâteau. » Dit-il en y réfléchissant en détail, au lieu de se braquer en premier lieu comme il le fait souvent. Bien qu’il restait accroché à son vœu le plus cher : il voulait la meilleure des vies pour sa fille. Et c’était bien pour cela qu’il embête tant sa fille avec les études. Sa plus grande peur est qu’elle manque de quelque chose, qu’elle ne puisse pas subvenir à ses besoins… Heureusement, à ce propos, elle lui annonce une excellente nouvelle. « Quoi qu'il se passe, je vais passer mes examens en septembre, ça c'est non négociable. J'ai déjà les dates. » Il sent un grand sourire naître sur ses lèvres. « Je suis très heureux de l’apprendre. » Deb clôt ensuite le sujet des pubs, reconnaissant que Lexia était effectivement la mieux placée pour la conseiller. La crainte qu’elle venait d’exposer démontrait encore une fois son intelligence. Beaucoup de sportifs perdaient le contrôle de leurs images. Il n’y avait qu’à se rappeler de ce sportif français qui était plus connu pour ses dégustations de Kinder Bueno sur le petit écran que son très peu de victoires sur un court de tennis…

Mais le but n’était pas non plus de se prendre trop la tête, pas le jour J d’une si belle victoire.  Il fallait avant tout savourer. Deborah est d’ailleurs d’accord avec lui. « Quelle semaine, n'empêche ! » Elle dit cela avec des étoiles dans les yeux, un sourire triomphant sur les lèvres et une nouvelle fois, il se sent aussi ému que fier d’elle. « Tu l’as dis, Kiddo ! Tu m’as fait passer par trop d’émotions, si ça se trouve je suis plus fatigué que toi. » Dit-il en plaisantant. Il n’empêchait qu’il avait vraiment vécu le truc à fond, avec le stress maximal et que maintenant que c’était terminé, il n’était pas fâcher de relâcher un peu de pression. Il déguste donc un peu sa glace, un grand sourire sur les lèvres, jusqu’à ce que sa fille reprenne la parole. « Et comme on en est à parler des changements dans ma vie… J'ai autre chose à t'avouer. » C’est plus fort que lui, il se raidit. L’habitude peut être. Parce que quand on parlait « d’avouer », ce n’était jamais bon. Que ce soit dans son métier ou dans un autre cadre. Et puis, Debra était toujours pleine de surprises… Néanmoins, il se rappelle de sa promesse et espère de toutes ses forces qu’il pourra garder un esprit ouvert.   « J'ai un copain. » Il souffle un grand coup. Il s’était attendu au pire donc en soi, ce n’était pas grave mais il ne va pas dire que la nouvelle le laisse de marbre.

«Oh d’accord. » Dit-il, peu à même de dire quelque chose de plus percutant pour le moment. Il avait encore besoin de quelques secondes pour processer la nouvelle. Un père qui allait devoir partager sa fille n'était jamais heureux. « C'est assez sérieux et c'est pour ça que je t'en parle, mais… j'aimerais attendre encore avant de te le présenter. »   Il reprend enfin un peu ses esprits. « Je suis déjà content que tu prennes le temps de me le dire. » C’était vrai, elle n’y était pas forcée. Et c’était déjà une bien meilleure manière de gérer ce changement que celle qu’ils employaient d’ordinaire. Franchise et ouverture, il y prenait de plus en plus goût. « Et je serai heureux de le rencontrer quand tu te sentiras prête… » Dit-il en réprimant un flot de question pour ne pas empiéter. Bon, il allait brûler de curiosité d’ici là, et devoir faire de violents efforts pour ne pas chercher à savoir qui il était, mais Thomas s’accrochait à cette nouvelle personne qu’il voulait être et ne voulait pas trahir la nouvelle confiance établie avec sa fille. Il tourne donc sa langue dans sa bouche, ne voulant pas brusquer les choses. Surtout que Deb a l’air toute gênée. « En tout cas… Il sait que tu es policier, alors il sait qu'il doit bien me traiter. » Il rit à la plaisanterie et embraye même dessus. « Bien, alors il sait aussi que je sais me servir d’un flingue. Et traquer quelqu’un dans tout le pays si besoin. » Mais venant de lui, ça passe moins bien, même sur le ton de l’humour. Lui-même ne sait pas s'il plaisante vraiment. Il se fait donc plus sérieux, se penchant vers Deborah. « Je ne vais pas essayer de l’intimider promis… Tu sais, je me suis fait la remarque plusieurs fois ces derniers temps… Tu as l’air plus épanouie, plus sereine, plus… heureuse. Alors si c’est grâce à ce garçon, tant mieux. Je suis content pour toi. D’autant plus si c’est sérieux pour toi. » Bon ça restait difficile de voir son bébé grandir et lui échapper de plus en plus mais Deborah était désormais une jeune femme. Et elle avait tellement morflé la fois précédente quand un idiot lui avait brisé le cœur que ça ne pouvait être qu’une bonne chose qu’elle tente à nouveau l’aventure…

_________________

❝ to my galaxy of women, thank you ❞ He needed to tell them.. what? That they were lovely and brave and better than anything he deserved. That he was twisted, crooked, wrong, but not so broken that he couldn’t pull himself together into some semblance of a man for them. That without meaning to, he’d begun to lean on them,  to abolutely need them near.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew ; nate ; brendan ; lizzie ; jesse ; yevgeniya
TON AVATAR : ella yelich-o'connor
TES CRÉDITS : tumblr (gifs) - astra (signat) - fiona (gif profil)
RAGOTS PARTAGÉS : 2318
POINTS : 4379
ARRIVÉE À TENBY : 16/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 20 yo (09.07.98)
CÔTÉ COEUR : escrime et un homme pas de son âge (mais chut)
PROFESSION : escrime et la fac de temps en temps
REPUTATION : un aimant à drama, cette jeune fille



MessageSujet: Re: I promise I'll do better + Westons Jeu 30 Aoû - 18:05

And I've seen so many things
That I just can't explain
But the miracle of miracles is how
With your love I was saved


« Si j'étais toi, je ne voudrais pas parier là-dessus. » Deborah rigole avec son paternel sur son état de fatigue, et elle ajoute. « Je pense que quand je vais rentrer à Tenby, je vais dormir pendant trois jours. Tu ne t'étonneras pas si je ne donne pas de signe de vie. » Toujours dans l'exagération, mais au moins, le policier sait à quoi s'attendre lorsqu'ils rentreront chez eux. Deborah sera une loque. Elle continue de manger sa glace qui commence à fondre et quand le temps est propice à une nouvelle révélation la jeune Weston se lance dans un aveu capital : elle est en couple. Elle n'arrive pas à jauger la réaction de son père et ça l'angoisse. Doit-elle se mettre à courir dans la direction inverse ? Doit-elle se préparer à arguer pour ne pas donner le nom de son petit-ami ? Ou va-t-il accepter le fait que sa petite fille est enfin en couple, mais qu'elle préfère ne pas en parler outre-mesure.
La jeune femme aurait volontiers abordé le sujet auprès de sa mère, mais le fait que son père soit un homme à peine plus âgé que Richard rend les choses bien plus difficiles. Le simple fait que son père soit un homme rend les conversations plus compliquées, en fait.

Sa première réponse n'est pas encourageante, mais elle n'est pas décevante non plus. En effet, à quoi s'attendait-elle ? Le flic est certainement aussi mal à l'aise qu'elle à l'idée d'aborder ce sujet. Heureusement pour lui, ce n'est pas lui qui a dû se charger d'aborder le sujet lorsqu'elle entrait dans l'adolescence. En revanche, la reprise du quadra est tout ce qu'il y a de plus motivante. Deborah doit se retenir de rire quand il dit qu'il sera heureux de rencontrer ledit petit-ami car elle sait que ça ne sera pas le cas. D'ailleurs, elle fera attention à ce qu'il n'y ait pas d'armes aux alentours lorsque les présentations auront lieu, si on peut appeler ça des présentations étant donné que les deux hommes se connaissent déjà - et ne s'apprécient pas plus que ça. De toute façon, la rencontre entre le Lyon et le Weston devra se faire rapidement si Deborah ne veut pas que son père apprenne la nouvelle par un autre intermédiaire, disons, une commère. D'ailleurs, l'escrimeuse espère de tout coeur que son père ne croisera pas Daniel car les réactions de ce dernier sont imprévisibles.
Elle continue à sourire à la blague de son père et secoue la tête, prise au dépourvue. Elle croit deviner qu'il y a une pointe de vérité dans ce qu'il dit, mais elle préfère se dire qu'il ne s'agit que d'une plaisanterie un peu maladroite.

Toutefois, son propre sourire disparaît quand elle remarque que son père n'est pas policier pour rien : il est observateur au point de s'être rendu compte du changement de Deborah. En effet, depuis qu'elle est avec Richard, elle est heureuse et épanouie. Elle vit enfin une relation équilibrée, basée sur un respect mutuel et sur l'amour, alors ça ne peut faire que du bien. « Oui… Je crois que c'est grâce à lui. » Elle n'utilise pas le mot "garçon" car son usage ferait un peu enfantin, mais elle ne veut pas mettre son père sur la voie malgré tout. « Et après cette médaille d'argent, je ne suis pas prête de redescendre de mon petit nuage. Tu es prévenu, tu vas en avoir marre de me voir sourire sans arrêt. » Elle baisse la tête et regarde la médaille accrochée à son cou, encore incrédule et euphorique. Elle est la meilleure perdante, et alors ? « En tout cas, j'aime bien cette idée de franchise. Je ferai des efforts, maintenant, c'est promis. » Elle ne sera plus aussi secrète que par le passé. Après tout, il n'est peut-être pas trop tard pour qu'elle finisse par avoir une bonne relation avec son père.

_________________

 

❝ Did my best to exist just for you ❞

My mind was lost in translation and my heart has become a cold and impassive machine. I won't let you control my feelings anymore and I will no longer do as I am told, I am no longer afraid to walk alone.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I promise I'll do better + Westons

Revenir en haut Aller en bas

I promise I'll do better + Westons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-