AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Wathever it takes | Trystan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Keelin & Dylana
TON AVATAR : Mila Kunis
TES CRÉDITS : ava - shiya ; gif profil - maya ; code signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Dimka - Trystan

Fini - Adriel - (Declan) - (Luka) - Adriel (2) - Thomas - (Josh) - (Caleb) - Trystan - Deborah (Appel) - Dimka - Adriel (3) - Ivy - Trystan (2) - Intrigue Disparition Myrtle White - Adriel (4) - Thomas (2) - Trystan & Adriel - Adriel (Appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 564
POINTS : 1777
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 ans
CÔTÉ COEUR : Elle a avoué ses sentiments, mais entre deux relations compliquées, elle est tombée enceinte et ne sait pas qui est le père de son enfant. Actuellement enceinte de huit mois.
PROFESSION : Garde cotière, autrement dit dans le service de la police maritime, de recherche et de sauvetage. Ancienne nageuse de niveau olympique.
REPUTATION : Il se murmure qu'elle est enceinte et qu'elle ne connait pas le père. Comment est-ce possible de nos jours ? Je plains les concernés. Shocking.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Wathever it takes | Trystan Mer 20 Juin - 23:49

I know it ain't pretty, when our hearts get broke
I know I moved onto someone new
You were the light to find my truth
I just wanna say, thank you

Le ventre noué par l’incertitude, Lexia sentait une drôle de sensation parcourir son corps au fur et à mesure qu’elle se rapprochait du bateau. Il ne fallait pas se tromper sur ses intentions. Elle était sûre de ce qu’elle venait faire mais pas de la façon dont la suite allait se dérouler. A l’abri des regards, elle demeura immobile devant le navire, incapable de faire le moindre pas, tandis que son cœur s’accélérait silencieusement dans sa poitrine. L’esprit devait reprendre le dessus sur les sentiments et refouler ces émotions qui la peuplaient et compromettaient sa démarche. Finalement, tant pis pour le manque d’impassibilité, quitte à se dévoiler une dernière fois, Lexia ne chercha plus à lutter contre son cerveau et elle s’engagea sur le pont, en direction du bruit qu’elle entendait à l’avant du bateau. Trystan s’affairait à ranger du matériel. « Salut ! » Lança-t-elle franchement dans son dos, pour qu’il l’entende approcher et ne pas le surprendre maladroitement. La jeune femme attendit qu’il se retourne et la remarque pour continuer. « Désolée de te déranger en plein travail mais est-ce qu’on pourrait se voir un moment ? J’aimerai te parler... » Elle avait trouvé le courage de l’aborder maintenant alors elle espérait ne pas devoir faire machine arrière.

A nouveau, Lexia patienta jusqu’à ce que Trystan la rejoigne. Elle avait beau être très intime avec lui, elle ne se permettait quasiment jamais d’entrer à l’intérieur du bateau sans son assentiment, à moins d’une exception particulière. Elle lui adressa un sourire, puis elle attrapa sa main car il l’aida à descendre les quelques marches de l’escalier contigu qui conduisait à l’espace intérieur. A huit mois de grossesse, son ventre était désormais bien arrondi. Lexia avança d’un mètre afin qu’il puisse rentrer à sa suite, puis elle se retourna dans le but de lui donner une première nouvelle plus générale et sans rapport premier dans sa visite, à l’instar de ce qu’elle faisait lorsqu’elle avait des échos importants sur les sursauts maritimes. « Avant que j’oublie : mes collègues m’ont signalé des quantités élevées de poisson à 12 km du littoral. Je crois que les dernières tempêtes les ont désorientés et écartés de leur route habituelle, ça ne devrait pas durer… A vérifier. » Lexia ne cherchait pas à jouer avec les nerfs du marin, elle devait lui parler de plusieurs choses aujourd’hui dont celle-ci et elle restait égale à elle-même quand il s’agissait du professionnel. Elle avait gardé des contacts réguliers avec ses collègues pour continuer à se tenir au courant de l’état de santé des côtes environnantes. Ce n’était pas parce que la brune avait temporairement muté et qu’elle serait bientôt en congé de maternité qu’elle se désintéressait de son travail qui la passionnait.

Soudain, elle s’interrompit. Elle plaça sa main sur son ventre et retint son souffle. Le bébé s’agitait dans tous les sens et signalait sa présence de façon marquée. C’était un signe. Durant tous ces mois, Lexia avait respecté la distance de Trystan vis-à-vis de l’enfant mais aujourd’hui elle désirait vraiment partager un de ces moments importants avec lui. « Il faut que tu sentes ça au moins une fois… » Souffla-t-elle, d’une voix vibrante. La nageuse glissa à nouveau délicatement sa main dans celle du Meylir, qui se tenait en face d’elle comme littéralement figé. Elle la plaça à l’endroit même où les mouvements étaient les plus prononcés et observa l’expression de son visage. Qu’ils en aient conscience ou non, c’était sans doute le geste le plus intime qu’ils avaient jamais partagé jusqu’à présent. L’immobilité de leur position cachait difficilement le tumulte d’émotions qui se bousculaient à l’intérieur d’eux.

_________________

it’s you and i
falling for you ▬ You should know you're beautiful just the way you are and you don't have to change a thing; the world could change it's heart, no scars to your beautiful, we're stars and we're beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : rose red (avatar) simonangel (image profil)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
Faith - Fiona - Lexia - Evan

RAGOTS PARTAGÉS : 602
POINTS : 1540
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Brisé en mille morceaux deux fois. Tellement brisé qu'il est certain de ne plus jamais pouvoir le réparer.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On se sait toujours pas si c'est lui ou Adriel Swanson qui sera le père du bébé de Lexia Weston mais vu la tête qu'il fait depuis quelques jours, il semblerait que les choses ne tournent pas vraiment en sa faveur.



MessageSujet: Re: Wathever it takes | Trystan Ven 29 Juin - 18:25

And I know I can't hold you like he does
I don't have those emotions in me
And it's true I can't love you like he does
But it's my kind of love
I'll show you love
My kind of love

Sa matinée de pêche terminée, Trystan rangeait le matériel, s’apprêtant à nettoyer le pont. Pour une fois, il courait moins que d’habitude, son premier groupe de visiteurs de l’après-midi n’étant programmé qu’à 15h. S’il se débrouillait bien, il aurait peut être même le temps de prendre une vraie pause déjeuner. Ou pas. « Salut. » La voix familière de Lexia retentit derrière lui, annonçant une visite imprévue. Il se retourne, surpris. D’ordinaire, il n’aimait pas les surprises de ce genre mais Lexia avait des passe-droits par rapport au commun des mortels. « Salut ! » Dit-il en mettant ses mains en visière pour protéger ses yeux du soleil et la distinguer d’où il était. Invariablement, ses yeux glissent jusqu’au ventre bien arrondi de la brune. C’était devenu une sorte de réflexe au cours des derniers mois. Un réflexe stupide. Ce bébé était bien là et il n’allait pas disparaître du jour au lendemain. Il continuait chaque jour à grandir et à se développer. « Désolée de te déranger en plein travail mais est-ce qu’on pourrait se voir un moment ? J’aimerai te parler... » Lui dit alors Lexia, presque timidement. Ça suffit à calmer les velléités d’ours grognon du Meylir qui s’empresse de la rassurer. « Oui, t’inquiète pas. J’ai presque terminé de toute façon. » Il a beau se la jouer décontracté, il n’est pas foncièrement rassuré pour autant. C’était un constante de la gente féminine et même de l’humanité toute entière : lorsque les mots « il faut qu’on parle » étaient employés, rien de très bon n’en ressortait en général...  Et puis, rien que de revoir à nouveau Lexia ici, sur son bateau perturbait le marin. Peut-être parce que ça lui rappelait une époque heureuse mais tristement révolue.

Malgré l’assentiment de Trystan, la Weston ne monte pas à bord et après quelques longues secondes de réflexion, il devine pourquoi. Prestement, il traverse le pont pour aller jusqu’à elle, lui tendant la main pour l’aider à franchir le bastingage. En temps normal, elle aurait sauté prestement pour monter à bord, mais pour une femme enceinte de huit mois, ce n’était juste pas possible. D’ailleurs, il garde sa main dans la sienne pour l’aider à descendre dans la cabine. C’est un geste motivé par des raisons purement pratiques mais il se rend compte qu’une fois Lexia arrivée en sécurité à destination, il a du mal à desserrer l’emprise de ses doigts autour des siens. Il s’y contraint toutefois, attendant de voir ce qu’elle a à lui dire. « Avant que j’oublie : mes collègues m’ont signalé des quantités élevées de poisson à 12 km du littoral. Je crois que les dernières tempêtes les ont désorientés et écartés de leur route habituelle, ça ne devrait pas durer… A vérifier. » Il cille, à nouveau surpris. Il ne s’attendait pas à ça. Enfin, peu de chance qu’elle ait fait tout ce chemin pour lui dire quelque chose comme ça alors qu’un texto aurait suffit.. Il reçoit cependant le précieux tuyau comme il le faut. « Oh intéressant ! Ça expliquerait pourquoi ma pêche de ce matin vers le détroit a été si mauvaise. J’espère que ça pourra tenir jusqu’à demain et que je pourrai me rattraper comme ça. » Dit-il, oubliant momentanément son stress lié à l’objet de la visite de Lexia. Cependant, cette dernière ne peut pas rester très longtemps hors de son esprit et il se rappelle soudain qu’elle est enceinte jusqu’aux yeux. « Assieds-toi… Ne te fatigue pas pour rien. » La couchette était faite au carré, bien heureusement. « Tu veux boire ou manger quelque chose ? » Propose t-il, tâchant d’être aux petits soins.

Cependant, l’esprit de Lexia est bien ailleurs, comme il s’en rend vite compte. « Il faut que tu sentes ça au moins une fois… » Lance t-elle soudainement, la voix chargée d’émotions. Avant qu’il n’ait eu le temps de réagir, elle prend à nouveau sa main dans la sienne, la posant soudainement son ventre. Il sent le bébé bouger sous ses doigts. Ce qu’il ressent à cet instant précis équivaut à ce qu’on appelle « un coup de tabac » dans le jargon marin. Une bourrasque soudaine, violente qui  secoue durement le navire, lui faisant perdre brutalement le cap alors que la mer était calme quelques secondes avant… Aussi ébranlé que possible donc, il retire sa main comme si le contact l’avait brûlé. « Ne fais pas ça s’il te plaît… » Dit-il, le souffle presque court. Il se recule, comme si elle représentait un danger. Mais c’était le cas en vérité. Elle mettait en danger tout ce qu’il avait construit ces derniers mois pour ne pas péter les plombs malgré l’impossibilité de la situation. « Ne me fais pas ça. Pas maintenant. Pas avec ce que tu es venue me dire aujourd’hui. » Parce qu’au fond de lui, il le sait déjà... Il sait aussi que le geste de la future maman ne partait pas d’une mauvaise intention, que plus tard, il regretterait sûrement de ne pas avoir senti son enfant bouger dans le ventre de sa mère s’il s’avérait que c’était le sien mais là, il ne pouvait juste pas partager un geste si intime avec elle. Parce qu’elle n’était pas sienne. Parce que progressivement, elle lui avait échappée. Parce qu’il l’avait perdue alors qu’elle n’était même pas sienne à perdre. Alors non, il ne pouvait pas jouer ce simulacre d’heureux parents avec Lexia. « Ne rend pas les choses plus pénibles qu’elles le sont déjà. » Supplie t-il tandis qu'il réalise qu'il n'est absolument pas prêt pour ce qui va suivre.

_________________

all my dreams full of my regret
Once I was with you. No money, no issue. We laughed even when we were down. I made my mistakes. That I paid for in heartache. I've been waking up drenched in sweat. All my dreams full of my regret. Trying to break the weight on my chest, this is my fate. Nobody knows the sadness I hold. Nobody sees what's about to unfold” .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Keelin & Dylana
TON AVATAR : Mila Kunis
TES CRÉDITS : ava - shiya ; gif profil - maya ; code signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Dimka - Trystan

Fini - Adriel - (Declan) - (Luka) - Adriel (2) - Thomas - (Josh) - (Caleb) - Trystan - Deborah (Appel) - Dimka - Adriel (3) - Ivy - Trystan (2) - Intrigue Disparition Myrtle White - Adriel (4) - Thomas (2) - Trystan & Adriel - Adriel (Appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 564
POINTS : 1777
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 ans
CÔTÉ COEUR : Elle a avoué ses sentiments, mais entre deux relations compliquées, elle est tombée enceinte et ne sait pas qui est le père de son enfant. Actuellement enceinte de huit mois.
PROFESSION : Garde cotière, autrement dit dans le service de la police maritime, de recherche et de sauvetage. Ancienne nageuse de niveau olympique.
REPUTATION : Il se murmure qu'elle est enceinte et qu'elle ne connait pas le père. Comment est-ce possible de nos jours ? Je plains les concernés. Shocking.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Wathever it takes | Trystan Dim 1 Juil - 9:28

I know it ain't pretty, when our hearts get broke
I know I moved onto someone new
You were the light to find my truth
I just wanna say, thank you

Trystan interrompit son travail et l’accueillit sur son bateau. Dès qu’elle se retrouva dans la cabine, Lexia donna une première nouvelle sur le littoral, sachant qu’une telle occasion serait dommage à rater pour un marin du calibre du Meylir. Surpris, il enregistra tout de même l’information et réagit positivement. Cependant, la conversation ne s’éternisa pas longtemps sur la pêche. Toujours aussi prévenant, Trystan essaya de la mettre à l’aise mais Lexia avait déjà la tête ailleurs car elle sentait son bébé bouger. Impulsive et prise par les sentiments, elle partagea le moment avec le Meylir, un geste qui provoqua un mouvement de recul de la part du père potentiel. C’était comme si le contact lui avait brûlé les doigts. Médusée, la nageuse ne sut que dire. Elle avait l’impression de lui avoir marqué la peau au fer rouge. Elle savait que le marin avait préféré rester en retrait, l’attitude de Trystan et d’Adriel durant l’échographie avait bien reflété celle qu’ils avaient adoptées tout au long de la grossesse, mais elle n’imaginait pas qu’il se protégeait à ce point. Il s’était bâti une carapace solide pour résister au choc de la nouvelle et de surtout au deuxième qui risquait de tomber pour l’un ou l’autre. C’est presque suppliant qu’il lui demanda de ne pas réitérer. Trystan n’avait pas de ton accusateur, il ne lui en voulait pas mais c’était juste au-dessus de ses forces. « Je… excuse-moi, je ne recommencerai pas. » Ce contact avait un peu refroidi la brune. Elle comprenait sa réaction en un sens, cependant elle se demandait si cette visite était toujours une bonne idée. Oui, elle désirait être honnête envers lui, mais n’aurait-il pas mieux valu qu’ils s’épargnent en s’appelant ? Non. Elle avait trop de respect pour Trystan et il comptait trop pour elle pour qu’elle s’abaisse à un tel dégonflement.

Son regard rencontra alors le sien lorsqu’il mentionna le véritable objet de sa visite. Le Meylir n’était pas un idiot. Doué de sensibilité et d’un bon sens de l’observation, il avait compris longtemps avant elle comment se déroulerait la suite. Elle n’avait pas envie qu’il le sache, elle n’avait pas envie de le blesser, elle n’avait pas envie de le perdre complètement. Toutes ces raisons l’avaient poussée à se voiler la face et à retarder une échéance inéluctable. Trystan manqua de l’achever lorsqu’il évoqua à quel point la situation était « pénible ». Il ne pouvait pas être plus proche de la vérité. Le cœur serré, elle se détourna de lui et se dirigea vers le vieux lecteur de vinyle. Elle ne comptait pas mettre de la musique. Sa main caressa simplement le dessus de l’objet comme pour se raccrocher à des souvenirs heureux partagés sur ce bateau. Pensive, elle se surprit à lui répondre aussi directement. « Pénible, c’est le mot. L’idée même de cette visite me rend malade. Je n’y arrivais pas, mais je ne peux plus la repousser. » En un sens, Trystan qui avait deviné l’objet de sa visite, lui facilitait la tâche. Elle n’avait pas besoin de mettre des mots sur le pourquoi maintenant, elle pouvait différer le moment tout en lui faisant comprendre l’importance qu’il avait pour elle et donc la difficulté de sa venue. Il lui avait été bien plus facile de se dénuder maintes fois devant lui, de partager des moments de passion avec lui, que de se mettre littéralement à nu par les mots.

Lexia continuait de regarder le lecteur de vinyles, une foule de souvenirs remontait. En réalité, elle tournait toujours le dos à Trystan pour cacher le tumulte d’émotions qui montaient en elle et lui labouraient le ventre. Autant il avait besoin de retrait vis-à-vis de bébé, autant elle avait besoin de temps afin de trouver les mots justes pour s'exprimer. Oppressée, elle rêvait d’une échappatoire momentanée et elle la trouva. « Je suis désolée d’avoir appris tout ce qui s’est passé à l’hôpital… Est-ce que Fiona va mieux ? » Ils n’avaient pas encore reparlé en privé de ce qui s’était passé à l’échographie alors autant le faire avant de s’engager sur une voie plus dangereuse pour eux, une voie qui ferait mal. Mais Lexia n’était pas une femme fébrile en général, aussi elle prit finalement sur elle et elle se retourna pour plonger son regard dans ceux du marin dans le but d’affronter la suite. Le choc était rude mais elle tint bon. Une tristesse apparente pouvait se lire et se ressentir de son côté.

_________________

it’s you and i
falling for you ▬ You should know you're beautiful just the way you are and you don't have to change a thing; the world could change it's heart, no scars to your beautiful, we're stars and we're beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : rose red (avatar) simonangel (image profil)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
Faith - Fiona - Lexia - Evan

RAGOTS PARTAGÉS : 602
POINTS : 1540
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Brisé en mille morceaux deux fois. Tellement brisé qu'il est certain de ne plus jamais pouvoir le réparer.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On se sait toujours pas si c'est lui ou Adriel Swanson qui sera le père du bébé de Lexia Weston mais vu la tête qu'il fait depuis quelques jours, il semblerait que les choses ne tournent pas vraiment en sa faveur.



MessageSujet: Re: Wathever it takes | Trystan Mer 4 Juil - 17:18

And I know I can't hold you like he does
I don't have those emotions in me
And it's true I can't love you like he does
But it's my kind of love
I'll show you love
My kind of love

« Je… excuse-moi, je ne recommencerai pas. » Trystan voit bien dans son regard que son geste de rejet a blessé Lexia. Et il s’en veut de l’avoir peinée. Malheureusement, si c’était à refaire, il le referait à nouveau. Il ne se sentait pas capable de jouer la comédie, même pour quelques minutes à peine. S’il prenait trop sur lui, il risquait d’exploser à tout moment. Or il savait déjà qu’il allait devoir faire preuve d’une grande maîtrise de lui-même pour ce qui allait suivre… « C’est bon, t’en fais pas. » Dit-il néanmoins pour lui faire comprendre qu’il n’était pas fâché contre elle. Comment pourrait-il l’être ? La jeune femme ne le faisait pas souffrir pour son seul plaisir. Non, la seule personne dont l’attitude l’horripilait, c’était lui-même. Il aurait bien voulu être capable d’endurer un peu plus pour elle. Mais il n’y arrivait pas. La souffrance était palpable sous la surface. Peut être que tous les heurts émotionnels des dernières semaines l’avaient affaibli. Peut être qu’il avait trop encaissé pour pouvoir continuer… Hélas, c’était loin d’être fini. Surtout que finalement, Lexia fait preuve d’une cruauté qui ne lui ressemble pas car elle met du temps à abréger ses souffrances. Il soutient longuement son regard en silence, attendant que la sentence tombe. Mais la brune reste muette. Elle finit même par se détourner, allant s’absorber dans la contemplation de la vieille platine à vinyles du père de Trystan. Elle avait toujours adoré mettre des vieux disques dès qu’elle venait sur le bateau. Elle était la seule à l’utiliser… Il semblait que dans les mois à venir, celui-ci allait tout simplement prendre la poussière ici. Le Meylir n’aurait sûrement pas le cœur à s’en resservir de sitôt.

« Pénible, c’est le mot. L’idée même de cette visite me rend malade. Je n’y arrivais pas, mais je ne peux plus la repousser. » Enfin, elle a repris la parole. L’esprit et le cœur se disputent alors au sein du marin. Une part de son cerveau arrive à trouver de la consolation dans le fait que ce soit si pénible pour elle de définitivement fermer la porte entre eux. L’autre part lui crie à quel point c’est pathétique. Et l’entièreté de son cœur est déchirée par le simple fait qu’elle ait réussi à prendre cette décision de se détacher simplement de lui… Tendu comme un arc, il attend donc la suite mais rien ne vient. En fait, quand elle reprend la parole, la question qu’elle pose à Trystan est si incongrue que c’est à son tour de rester interdit quelques instants. « Je suis désolée d’avoir appris tout ce qui s’est passé à l’hôpital… Est-ce que Fiona va mieux ? » Il se raidit. Il voulait bien tenter d’accepter la défaite avec grâce mais il allait falloir qu’elle arrête de vouloir gagner du temps sinon, il n’allait pas conserver cet état d’esprit très longtemps. « Lexia… arrête d’essayer de gagner du temps… Dis-moi ce que tu es venu me dire… Une bonne fois pour toute. » Il se doutait bien que ce n’était pas facile pour elle non plus, il voyait bien la tristesse briller dans ses yeux, mais bon sang, ils ne pouvaient pas repousser l’échéance indéfiniment… Elle s’était retournée dans sa direction, sans doute pour guetter sa réponse à propos de Fiona. Mais il n’avait pas envie de faire un brin de causette avec elle. Il avait envie qu’enfin la situation se dénoue. Il avait besoin de savoir à quoi s’en tenir. Surtout quand la situation ne tournait visiblement pas en sa faveur… Il se rapproche d’elle, la toisant de sa hauteur. Il plonge son regard dans le sien, l’acculant de cette façon pour ne plus qu’elle se dérobe. Il y avait plus de force dans son regard que s’il l’avait maintenue avec ses mains. « Si tu tiens à moi autant que je le pense, abrège mes souffrances. Dis-le juste. J’ai besoin de l’entendre. » Lance t-il en guise d’ultimatum. Sinon, il remplirait les blancs lui-même. Mais il espérait qu’elle aurait au moins la décence d’assumer et d’expliquer son choix.


_________________

all my dreams full of my regret
Once I was with you. No money, no issue. We laughed even when we were down. I made my mistakes. That I paid for in heartache. I've been waking up drenched in sweat. All my dreams full of my regret. Trying to break the weight on my chest, this is my fate. Nobody knows the sadness I hold. Nobody sees what's about to unfold” .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Keelin & Dylana
TON AVATAR : Mila Kunis
TES CRÉDITS : ava - shiya ; gif profil - maya ; code signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Dimka - Trystan

Fini - Adriel - (Declan) - (Luka) - Adriel (2) - Thomas - (Josh) - (Caleb) - Trystan - Deborah (Appel) - Dimka - Adriel (3) - Ivy - Trystan (2) - Intrigue Disparition Myrtle White - Adriel (4) - Thomas (2) - Trystan & Adriel - Adriel (Appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 564
POINTS : 1777
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 ans
CÔTÉ COEUR : Elle a avoué ses sentiments, mais entre deux relations compliquées, elle est tombée enceinte et ne sait pas qui est le père de son enfant. Actuellement enceinte de huit mois.
PROFESSION : Garde cotière, autrement dit dans le service de la police maritime, de recherche et de sauvetage. Ancienne nageuse de niveau olympique.
REPUTATION : Il se murmure qu'elle est enceinte et qu'elle ne connait pas le père. Comment est-ce possible de nos jours ? Je plains les concernés. Shocking.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Wathever it takes | Trystan Mer 4 Juil - 21:16

I know it ain't pretty, when our hearts get broke
I know I moved onto someone new
You were the light to find my truth
I just wanna say, thank you

Parfois, un cœur n’a pas assez de place pour supporter plusieurs amours d’une telle intensité. C’est pourquoi Lexia avait tranché et choisi celui pour lequel son organe battant était définitivement tombé amoureux, celui pour lequel le degré d’attachement s’était relevé de quelques crans. Il n’y avait pas vraiment d’explication rationnelle à fournir. Pourtant, la jeune femme tenait à l’annoncer au marin et à lui ouvrir son cœur une dernière fois, lui dévoiler et lui offrir ce qui en débordait puisqu’elle ne pourrait pas le conserver. Trystan la sortit de ses pensées et la rassura, lui démontrant qu’il n’était pas en colère. Toutefois, comme Lexia prenait du temps à trouver ses mots, s’imprégnant de l’atmosphère de la pièce et des souvenirs qu’ils avaient partagé, détournant même la conversation, il la ramena dans le vif du sujet. Pendu à ses lèvres, il la poussait et la pressait de lui dire ce qu’elle avait dire. « Lexia… arrête d’essayer de gagner du temps… Dis-moi ce que tu es venu me dire… Une bonne fois pour toute. » L’instinct émotionnel de la flic reprit le dessus, son esprit se rétracta et son corps se mua en statue de pierre incapable d’esquisser le moindre mouvement. Elle se rebiffa. « Je n’y arrive pas… » Dit-elle la gorge nouée. Les mots qu’elle formulait sortaient péniblement de sa bouche. « Ce n’est pas parce que « c’est la bonne chose » à faire que j’en ai envie ! » Répliqua-t-elle plus fermement en mettant des guillemets. Non, Lexia n’avait pas envie de renoncer à lui – hormis pour certains aspects de leur relation puisqu’elle avait promis de s’engager auprès d’Adriel. Non, elle n’avait pas envie de le perdre ; elle s’y résignait parce que « c’était la bonne chose à faire » pour éviter de les faire souffrir. « Si on pouvait revenir à un temps où tout était plus simple… » Lexia s’égarait, donc Trystan prit la situation en main et la recadra une énième fois. « Si tu tiens à moi autant que je le pense, abrège mes souffrances. Dis-le juste. J’ai besoin de l’entendre. » Ses paroles eurent l’effet d’un électrochoc sur elle. Elle pensa à Adriel, à Trystan, elle devait cesser de jouer entre deux tableaux, ce n’était pas vivable. Son cœur continuait de battre à coups redoublés dans sa poitrine. Elle avait cette horrible sensation qu’elle serait le bourreau qui enfoncerait le poignard dans l’organe battant de Trystan alors que les deux anciens amants s’étaient mutuellement aidés à se rouvrir au monde. La jeune femme trépigna, elle n’avait plus d’échappatoire et avait l’impression qu’elle allait bientôt passer sur une table d’opération sans amnésie préalable. Elle devait reprendre ses esprits, cesser de se laisser guider par les émotions. Elle avait donné une promesse et elle avait posé un choix, maintenant elle devait l’assumer, abréger leurs souffrances et vivre avec ses sentiments pour l’un, et ceux complètement déchirés pour l’autre. Elle s’était longtemps voilé la face, parce qu’elle tenait à chacun d’eux. Les sentiments qu’elle avait pour Trystan étaient juste… différents. Ils n’étaient pas arrivés au bon moment, pas encore éclos, tués dans l’œuf. Le marin l’accula, de son regard, de son corps juste en face d’elle. Le souffle de Lexia s’accéléra encore, on pouvait entendre sa respiration résonner dans la pièce, elle ancienne nageuse de haut niveau… Elle stressait, complètement paniquée à la simple idée de lui dire des mots qu’elle n’aurait jamais cru possible. La flic avait de la force de caractère pour beaucoup de choses, mais pas pour livrer ses sentiments. Elle perdait ses moyens et avait envie de fuir. Ce n’était pas des manières de sa part… c’était juste trop dur pour elle. Lexia devenait malade rien qu’à l’idée de dresser un mur entre eux, rien qu’à l’idée de briser en partie le cœur déjà fragilisé de celui qui avait illuminé sa vie durant plusieurs mois, quand elle était au plus bas, et qu’il avait comblé un vide. Avant Trystan, elle avait traversé une sale période, cherchant un peu ailleurs de cette vitalité transcendante qu’elle avait perdu au fil des années. Et puis, le bébé était arrivé et avait tout changé…

Perdue, écartelée entre son cœur et sa raison, de multiples pensées confuses se bousculaient au plus profond d’elle, avaient envie de l’attirer vers elle ou de l’obliger à le repousser encore plus loin. Certes, Lexia ne voulait pas le blesser, mais elle ne changerait pas d’avis.  Pendant de longues années, elle ne s’était pas attachée et là elle s’était retrouvée dans un triangle improbable. N’était-il vraiment pas possible de revenir à un temps où elle n’avait pas à se prendre la tête ? Non, mais c’était bel et bien le moment ou jamais de lui dire tout ce qu’elle avait sur le cœur. Elle n’aurait pas d’autres chances. Quitte à partir en souffrance et en faisant mal, le cœur béant… Autant s’ouvrir complètement. Lexia prit une ultime grande inspiration et mit définitivement son cerveau sur le mode off. Elle passa une main sur son ventre comme pour se raccrocher au dernier élément rationnel de la journée. Puis, la jeune femme soutint complètement le regard de Trystan, sans plus aucun détour. « Avant de te dire tout ce que je dois te dire, j’aimerai préciser que je suis fière que tu sois peut-être le père du bébé. Avec toi, je ne m’inquiète pas pour son avenir. N’en doute pas. » C’était sa voix de mère qui parlait. Malgré elle, elle lança alors le premier coup de poignard. « Mais je ne me fais pas d’illusion. Je sais que ce serait le moins compliqué pour tout le monde que tu ne le sois pas. Je devine que c’est ce que tu penses aussi… » Souffla-t-elle. Lexia n’en démordait néanmoins pas. Si Trystan était le père du bébé, il devrait le voir régulièrement. Elle n’en revenait pas de lui avoir lâcher de tels propos, se mordant violemment la langue avant de poursuivre d’une voix plus douce. « Même si ça fait mal, j’ai aussi besoin que tu me laisses aller jusqu’au bout, parce que je ne pourrai pas refaire ça. » Maintenant que la nageuse était lancée, elle retrouvait un certain calme et la maîtrise d’elle-même, l’habitude d’avoir eu à gérer le stress durant de grandes compétitions sportives. Ici, elle affrontait un ascenseur émotionnel violent. « Tu as toujours pensé que c’était tout cuit, pourtant j’ai réellement considéré la proposition que tu m’as faite le jour où je suis venue t’annoncer que j’étais enceinte. Je n’avais juste pas envie de te le montrer, toi comme moi avons connu assez de déceptions pour une vie. Crois-moi, je le sais. » Elle avala péniblement sa salive, mais elle continua sur sa lancée. « Au début, j’ai eu le cul entre deux chaises, je ne savais pas trop ce que je ressentais. Je me voilais la face comme on dit. Toi, tu as été là quand je n’allais pas bien. Tu m’as fait me sentir à ma place, comme si tout pouvait aller mieux. On s’était promis de ne jamais s’attacher, mais tu n’imagines même pas à quel point tu as pris de l’importance, à quel point tu comptes pour moi et comme ça me met mal d’avoir cette conversation avec toi, de me dire que je suis en train de te blesser. Je ne voulais pas devenir cette femme-là. Toi, t’étais la personne intouchable. Et puis, le bébé a tout changé. » Lexia ne s’arrêtait plus, elle ne lui donnait même plus le temps de répondre, sinon elle était certaine qu’elle n’arriverait pas au bout de ce qu’elle voulait lui dire. « Je l’ai souvent pensé sans le dire mais tu es un homme de cœur Trys’, tu te barricades derrière une façade de dingue, mais il y a toutes les qualités qu’une femme puisse rêver chez un homme si elle creuse un peu. Et honnêtement, dans une autre vie, je serai tombé amoureuse de toi. » La gorgé s’était dénouée, mais cette fois les larmes s’invitaient au coin de ces yeux. Trop d’émotions d’un coup, trop d’hormones qui travaillaient surtout. « J’ai mis longtemps à me décider, parce que dans ma tête, c’était te perdre, et te perdre c’est comme perdre un bras, m’arracher un membre. Non mais t’as vu l’état dans lequel je me mets ?! Je t’ai même inscrit dans ma chair, bordel ! » C’était peut-être pathétique, mais cette fois Lexia ne retenait plus ses larmes de tristesse et de nervosité. Elle aussi avait parfois ses faiblesses, et Trystan était certainement une des plus importantes pour elle. Du même coup, avec cette ancre sur la peau, la brune venait de lui rappeler à quel point il comptait vraiment pour elle.

Maintenant, plus de retour en arrière possible. Il était temps d’expliquer et de conclure. « Je ne peux pas aimer deux hommes en même temps. Alors, j’ai arrêté de me voiler la face parce que certaines choses sont trop évidentes. J’aime Adri, je ne sais pas t’expliquer pourquoi, mais je l’aime différemment, un sentiment que tu as déjà connu, donc tu sais qu’il est impossible de mettre des mots dessus. Ça ne s’est pas fait en un claquement de doigt, c’est venu progressivement et je ne sais pas à quel moment ça a fait tilt. Je pense que j’étais juste persuadée que je ne retomberais plus jamais amoureuse. Pas à ce point en tout cas. » Elle se râcla la gorge et se força à continuer malgré le moment d’émotion très intense. « Je n’arrive pas à trouver tous les bons mots pour t’expliquer… Je sais que ça ne sera pas vivable pour nous de rester aussi proches, pas alors que je suis liée à Adri. Mais je voulais que tu saches tout ce que je pensais vraiment de toi et pourquoi, contrairement à ce que tu pourrais croire, tu n’as pas idée combien ça a été difficile pour moi aussi… de vous faire subir tout ça, de vous faire attendre. Ça ne me ressemble pas toutes ces histoires. » Pour la dernière partie, elle baissa une seconde les yeux avant de trouver le courage d’affronter le regard du beau brun ténébreux une ultime fois. « Je t’aime, Trys. Mais pas de la façon dont deux parents d’un même enfant devraient s’aimer, pas de la façon dont on pourrait l’imaginer. » Lâcha-t-elle d’une voix vibrante. « Selon le résultat, nous serons peut-être amenés à moins ou ne plus nous voir après la naissance du bébé. J’ai appris, en te rencontrant, que tous les amours n’ont pas la forme linéaire d’un couple ou d’une relation, que ça n’enlève rien à la force de l’attachement que l’on peut avoir pour une personne. Au moins, tu le sais. Ce n’est juste pas de l’amour amoureux. Peut-être que ça aurait pu le devenir, mais ce n’est pas arrivé au bon moment. Pas dans cette vie-ci. On a loupé ce coche-là ».  Se relèverait-il de ces nouveaux bleus à l’âme qui renfermeraient un peu plus son cœur de loup solitaire ? Finirait-il même par la détester ? Lexia retint sa respiration, sa tristesse ne s’était pas dissipée, elle avait juste laissé place à la mélancolie inévitable qui accompagnait ce genre de moment particulièrement intense. Elle s’était désormais complètement dénudée devant lui.  Le lien qui unissait Lexia et Trystan n’entreraient jamais dans les cases d’une société conformiste. La brune aurait pu essayer de le garder dans sa vie, à cette place qu’il occupait sans en porter le titre, cependant la jeune femme était trop droite pour s’engager dans une telle voie. Elle aimait Adriel, elle tenait beaucoup à Trystan d’une affection profonde. La distinction entre les deux était parfaitement discernable et transparente même si elle n’en était pas moins douloureuse car elle les éloignerait irrémédiablement, au grand dam des deux amis. Toutefois, l’intensité des émotions ressenties étaient aussi les plus belles, car c’était celles celle qui marquaient le plus longtemps.


Par ici :
 

_________________

it’s you and i
falling for you ▬ You should know you're beautiful just the way you are and you don't have to change a thing; the world could change it's heart, no scars to your beautiful, we're stars and we're beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : rose red (avatar) simonangel (image profil)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
Faith - Fiona - Lexia - Evan

RAGOTS PARTAGÉS : 602
POINTS : 1540
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Brisé en mille morceaux deux fois. Tellement brisé qu'il est certain de ne plus jamais pouvoir le réparer.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On se sait toujours pas si c'est lui ou Adriel Swanson qui sera le père du bébé de Lexia Weston mais vu la tête qu'il fait depuis quelques jours, il semblerait que les choses ne tournent pas vraiment en sa faveur.



MessageSujet: Re: Wathever it takes | Trystan Dim 8 Juil - 12:22

And I know I can't hold you like he does
I don't have those emotions in me
And it's true I can't love you like he does
But it's my kind of love
I'll show you love
My kind of love

« Je n’y arrive pas… Ce n’est pas parce que « c’est la bonne chose » à faire que j’en ai envie ! » Malgré les exhortations de Trystan, les mots fatidiques ne sortent toujours pas de la bouche de Lexia. Le marin serre les poings, commençant à perdre patience. Il voulait bien être compréhensif mais il y avait des limites à ce qu’il pouvait endurer. Il s’en fichait de ce dont elle avait envie. C’était justement ses envies qui les avaient menés là en plus… Elle avait voulu jouer sur deux tableaux et c’était son droit, et personne ne s’en était plaint au début, mais à présent il fallait assumer les conséquences qui en avaient résulté. « Si on pouvait revenir à un temps où tout était plus simple… » Il souffle lentement. « On ne peut pas. Et on ne peut pas sortir de ça sans regrets alors ça ne sert à rien de souhaiter des choses impossibles. » Il commençait à se rebeller malgré la promesse qu’il s’était faite de rester calme. Il croyait s’être résigné et être prêt pour ce moment, mais maintenant qu’il était en train de le vivre, il se rendait compte qu’il n’en était rien. Il ne voulait pas la perdre et il sentait qu’il était prêt à se battre. Une dernière fois… Il la laisse toutefois commencer. Elle lui explique alors qu’elle serait fière qu’il soit le père du bébé mais qu’évidemment, ça serait plus simple pour tout le monde qu’il ne le soit pas. Il hoche la tête. « En effet, je ne vois pas comment je pourrai bien m’insérer dans la jolie petite famille que vous allez former… » Dit-il non sans amertume. Peut être parce que lui aussi rêvait d’avoir une « jolie petite famille ». Et surtout parce qu’il était en train de perdre son unique chance de voir ce souhait se réaliser… Rien que par cette phrase, elle venait de le lui confirmer officiellement.

Après ça, la Weston lui retire momentanément le droit à la parole, lui expliquant qu’elle a besoin d’aller jusqu’au bout sans interruption pour parvenir à dire ce qu’elle avait à dire. Il recule donc d’un pas, croisant les bras, montrant ainsi son accord. Après tout, c’était lui qui l’avait suppliée de mettre fin à tout ça le plus vite possible. Alors il écoute le long discours enflammé qu’elle lui livre, s’engageant ainsi dans d’interminables montagnes russes émotionnelles. Et à chaque nouveau pic, la chute est vertigineuse, intolérable. Il avait demandé à entendre ces mots, pensant qu’ils lui apporteraient le soulagement mais il s’était royalement trompé. Il avait plutôt l’impression qu’on lui lacérait l’estomac, le cœur et son abdomen tout entier avec un couteau. Voir Lexia fondre en larmes, n’arrangeait rien à la situation. Cela lui rappelait qu’elle n’était pas celle qui tenait l’arme. Non, ils avaient tous les deux les mains sur le manche, s’étant infligés tous les deux cette douleur innommable à coup de sentiments tus, d’espérances mal placées et d’un timing désastreux... Ce carnage, il l’avait crée tous les deux.  Et comme pour tout évènement sanglant ou traumatisant, il passe par toutes les étapes du deuil dans la réponse qu’il lui fait une fois qu’elle a terminé. Toute sauf une : l’acceptation.

Tout d’abord, le choc et le déni. Il recule, livide, abasourdi par tout ce qu’il vient d’entendre. « Je refuse de croire un mot de ce que tu viens de dire… Je refuse de te perdre pour cet homme. Moi aussi, je t’ai dans la peau, Lexia. Plus que tu ne le crois… » Le regard enflammé, il soulève la manche de son t-shirt, dévoilant un tatouage d’ancre sur son biceps. Après que Lexia lui ait dévoilé le sien à l’échographie, il avait été se le faire faire dans la foulée. Il voulait se lier à elle d’une nouvelle façon. Aussi permanente qu’éternelle. L’encre sur sa peau était aussi indélébile que celle avec laquelle il avait inscrit ses sentiments pour elle dans son cœur. « Je ne peux pas croire que ce soit terminé. Je ne peux pas croire que tu puisses l’aimer plus que moi. Pas après tout ce qu’on a traversé. Si tu as mis autant de temps à te décider, c’est que tu n’es pas sûre de toi… Tu te persuades que tu l’aimes pour rendre les choses plus simples. » C’était un coup bas d'invalider la réalité de son choix, vu la souffrance apparente de la brune. Trancher avait été insupportable  cela se lisait dans son regard mais lui se permettait de la faire douter. Il avait oublié sa résolution de lui rendre les choses faciles. Il savait qu’il ne se le pardonnerait pas s’il ne se battait pas pour elle. Elle était trop importante pour lui… Malheureusement, exprimer ce qu’il ressentait à vif était peut être une mauvaise idée car il n’avait aucun contrôle sur ses émotions. Et bientôt, le stade dévastateur de la colère survient. « Tu sais quoi ? J’aurai préféré que tu ne « voiles pas la face » comme tu dis. Putain, je t’avais déjà laissée partir une fois pour Adriel… Pourquoi tu n’as pas saisi cette opportunité la première fois ? Pourquoi y-a-t-il fallu que tu me fasses à nouveau espérer en disant que tu allais réfléchir à ma proposition ? En me faisant jouer ce jeu sordide à trois ? Tu dis que ça ne te ressemble pas mais tu l’as mené assez loin… » Il pointe un doigt accusateur sur elle. «  C’était de la pitié, hein ?! C’est ça que tu sous-entends quand tu dis que j’ai connu assez de déceptions dans ma vie ? Tu voulais me faire croire que je n’allais pas en essuyer une nouvelle ? Mais putain, ça aurait bien plus charitable de ne pas faire semblant, ce jour-là, quand tu es venue m’annoncer que tu étais enceinte. Tu savais déjà ce que tu ressentais pour Adriel… Tu crois que ça m’apaise ces conneries, d’entendre que dans une autre vie, tu serais tombée amoureuse de moi ? Pourquoi pas dans cette vie, hein ? Parce que tu préfères les connards comme Swanson hein ? Ça me sert à quoi d’être un homme de cœur ? Vu que tu n’en veux même pas quand je te l’offre sur un plateau ? »

Il a l’air d’un fou à vociférer comme ça et il ne lui faut pas longtemps pour s’en rendre compte et vouloir rectifier le tir. Il se laisse soudainement tomber sur une couchette, prostré par la douleur alors qu’il réalise qu’il est en train de perdre. C’est l’heure de la douleur et de la culpabilité . « Excuse-moi… Je ne voulais pas te crier dessus comme ça… Ne crois pas que je mets tout le blâme sur toi. Moi aussi, j’ai été con. En vrai, je n’en reviens pas d’avoir été aussi con. Je n’ai pas pensé que c’était du « tout cuit » comme tu dis, malgré les apparences que j’ai données. Je suis toujours assez con pour espérer qu’un jour, les choses vont tourner en ma faveur… Une part de moi caressait l’idée que je pourrais être assez pour toi. Et c’est toujours le cas. Cette promesse que je t’ai faite, celle de ne pas m’attacher à toi, c’est sans doute la plus grosse connerie que j’ai faite de ma vie. Le plus gros mensonge que je me suis raconté. Et c’est aussi la seule promesse de ma vie que j’ai brisée avec autant de rapidité et de joie. J’aurai dû te le dire avant… C’est de ma faute si je suis en train de te perdre. Je ne te l’ai pas dit. Mais je te jure que c’est vrai.  » Parce que oui, il l’avait aimée malgré lui. Presque tout de suite. Il l’avait juste nié trop longtemps… Elle avait percé tellement vite les hautes murailles qu’il avait construites pour se protéger que s’en était ridicule. Elle avait respecté sa personnalité, son histoire, ses blessures, ses aspirations… Elle avait parfaitement capturé l’essence de son âme. Certaines personnes passaient leurs vies à rechercher un partenaire qui était capable de faire ça. C’était sans doute ce que la vie pouvait donner de plus précieux à un être humain. Alors il serait fou de ne rien faire alors qu’il était en train de perdre cela.

Il enclenche alors la phase du marchandage. « Mais je peux te le dire maintenant. Avant qu’il ne soit vraiment trop tard… Le bébé n’a pas à tout changer. On peut toujours être ce qu’on est l’un pour l’autre. Parce que je ressens la même chose que toi. Tu es celle qui m’a donné un second souffle, qui m’a rappelé que ma vie n’était pas finie. Que je pouvais encore avoir une place. Et j’ai la sensation qu’elle est à tes côtés… Laisse-moi te faire une nouvelle promesse. Une promesse qui sera tout le contraire de la première. Parce que oui, j’ai été abîmé par la vie mais j’arrive encore à ressentir de l’amour. Le  genre d’amour que j’ai pour toi n’est peut être pas celui que tu es en droit d’espérer. Mais il sincère. Et puissant. Et il est bel et bien là. Tu le sens ? » Il s’était levé en disant cela, attrapant doucement la main de Lexia pour la déposer sur sa poitrine. Il la regarde à bout de souffle. Il avait sûrement prononcé plus de mots qu’au cours des trois dernières semaines mais l’enjeu justifiait cette entorse à sa nature profonde de taiseux. Son amour pour elle était puissant à ce point : il était prêt à tous les changements pour elle. « On a perdu tous les deux les premiers amours de nos vies. C’est pour ça qu’on est parfaits l’un pour l’autre maintenant. Peut être même que c’était justement pour qu’on puisse se trouver. On peut s’aimer correctement, je le sens. Tout réécrire. Tout n’est pas pur et parfait mais je pense que notre amour est plus transcendant que ce que tu appelles de « l’amour amoureux »… Ce qu’on a, c’est bien plus que ça. Je comprends désormais ce que sont deux âmes sœurs… Les nôtre se reflètent parfaitement… Je t’en supplie, laisse-moi te le prouver. Je peux te rendre heureuse, je le sens. »

:
 

_________________

all my dreams full of my regret
Once I was with you. No money, no issue. We laughed even when we were down. I made my mistakes. That I paid for in heartache. I've been waking up drenched in sweat. All my dreams full of my regret. Trying to break the weight on my chest, this is my fate. Nobody knows the sadness I hold. Nobody sees what's about to unfold” .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Keelin & Dylana
TON AVATAR : Mila Kunis
TES CRÉDITS : ava - shiya ; gif profil - maya ; code signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : En cours : Dimka - Trystan

Fini - Adriel - (Declan) - (Luka) - Adriel (2) - Thomas - (Josh) - (Caleb) - Trystan - Deborah (Appel) - Dimka - Adriel (3) - Ivy - Trystan (2) - Intrigue Disparition Myrtle White - Adriel (4) - Thomas (2) - Trystan & Adriel - Adriel (Appel)
RAGOTS PARTAGÉS : 564
POINTS : 1777
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 34 ans
CÔTÉ COEUR : Elle a avoué ses sentiments, mais entre deux relations compliquées, elle est tombée enceinte et ne sait pas qui est le père de son enfant. Actuellement enceinte de huit mois.
PROFESSION : Garde cotière, autrement dit dans le service de la police maritime, de recherche et de sauvetage. Ancienne nageuse de niveau olympique.
REPUTATION : Il se murmure qu'elle est enceinte et qu'elle ne connait pas le père. Comment est-ce possible de nos jours ? Je plains les concernés. Shocking.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Wathever it takes | Trystan Mer 18 Juil - 22:46

I know it ain't pretty, when our hearts get broke
I know I moved onto someone new
You were the light to find my truth
I just wanna say, thank you

Sometimes when I lie awake at night, I think about how far we made it together, we were wild, I knew we would always be, maybe it's all part of finding our heaven, even if it breaks your heart, even if it tears your world apart, still you keep holding on. If something's worth saving, all of our hopes and fears, they may get tangled but love's sincere, so we keep holding on, to something worth saving, even if it breaks your heart. Les paroles de la chanson de Something Worth Saving, une chanson que Lexia affectionnait tout particulièrement, résonnèrent dans tête tant les lyrics étaient à propos. Son refus de perdre ce qu’elle partageait avec Trystan les mettait tous les deux dans une position tant délicate que confuse. Depuis qu’elle avait franchi la porte de son bateau, elle était complètement paumée, c’était comme si sa détermination avait fondu comme neige au soleil. Alors, à force d’employer des tournures destinées à être les moins douloureuses possibles, Lexia manqua de fermeté et elle ouvrit la porte à ce qui allait se produire : un Trystan qui lui ouvrirait son cœur et voudrait se battre pour la garder auprès de lui.

Dans un premier temps, il refusa de la croire, de croire qu’elle pourrait aimer un homme tel qu’Adriel plus que lui. Ce faisant, Trystan releva la manche de son t-shirt et lui dévoila un tatouage d’ancre, un véritable symbole pour eux. Il était allé se le faire après avoir découvert celui de la jeune femme. La brune retint son souffle. Le marin marquait des points lorsqu’il la bouscula sur le temps qu’elle avait mis à se décider. En effet, Lexia avait longuement hésité sur la véritable nature de ses sentiments pour les deux hommes qui avaient partagé sa vie ces derniers mois mais elle était enfin parvenue à comprendre ce qu’elle ressentait et à se décider. Et voilà que Trystan remettait tout en question en insinuant qu’elle se persuadait d’aimer Adriel. Il voulait la pousser dans ses retranchements, vérifier qu’elle était vraiment sûre d’elle. Lui aussi avait clairement peur de la perdre. Son ton changea alors et grimpa d’un cran. Il pointa un doigt accusateur sur elle et lui reprocha d’avoir joué avec eux pendant de longs mois alors qu’il l’avait déjà renvoyée dans les bras d’Adriel. Lexia avala mal sa remarque, si elle était revenue voir Trystan, c’était pour l’informer d’un potentiel bébé. Aurait-il préféré qu’elle se taise et se ramène neuf mois plus tard en le lui tendant dans les bras « tiens, c’est ton enfant » ? En effet, elle était principalement revenue pour cette raison et parce que le marin lui manquait. Elle n’avait pas supporté la façon hâtive dont ils s’étaient quittés et le fréquenter à nouveau l’avait amenée à douter de ce qu’elle ressentait. Pouvait-il vraiment ne la blâmer qu’elle, lui qui avait visiblement tu ses propres sentiments envers elle quand ils se voyaient toujours sur ce bateau ? Lexia s’apprêtait à lui répondre mais la salve de reproches qu’elle se prit en pleine face acheva de la maintenir silencieuse le temps qu’il termine de s’énerver contre elle. « Je n’ai pas choisi de tomber enceinte. En effet, j’ai estimé important de revenir dans ta vie, de t’informer de la nouvelle et de la situation compliquée. Te revoir m’a fait douter, je n’avais pas envie de te perdre. Mais j’ai été concentrée sur le bébé dans un premier temps, alors oui j’ai mis plusieurs mois à essayer de comprendre ce que je ressentais, le temps d’encaisser et de réfléchir à tout ça ! Tu crois vraiment que j’aurai fait semblant pendant des mois ? Ce n’est pas une question de pitié, je ne savais pas ce que je voulais ! Ça ne m’a pas empêché de faire au mieux pour vous préserver malgré la pénibilité de la situation. Tu crois que c’est facile ? » Contrairement à lui, elle n’avait pas réussi à se taire jusqu’au bout. Toutefois, elle se mordit la langue pour donner l’occasion à Trystan de poursuivre en le coupant le moins possible.

Le marin sembla se raisonner. A bout de mots, il se laissa tomber sur la banquette et se tenait la tête comme s’il n’arrivait pas à s’extirper d’un cauchemar sans fin. Il aurait fallu le pincer pour lui démontrer qu’il n’en était rien. Trystan s’excusa et reconnut qu’il avait aussi influencé l’issue de leur relation, en taisant l’attachement criant qu’il avait pour elle, en se forçant à ignorer les sentiments qui avaient grandi en lui tout comme elle. Il estimait avoir commis là la plus grande connerie de sa vie et il regrettait clairement de ne pas s’être exprimé plus tôt… avant aujourd’hui. C’était maintenant qu’il réalisait qu’il était en train de la perdre qu’il lui ouvrait son cœur à son tour. « L’idée d’être assez pour moi ? Mais qu’est-ce que tu racontes ? Il n’y a pas de notions d’assez ou pas… Tu n’es pas sur une échelle comparative ou quoi. » Encore une fois, Lexia n’avait pas réussi à se taire sur une partie des propos qu’il avait prononcé. « Tu n’es pas le seul à ne pas l’avoir dit, tu sais, alors voilà, les choses sont ce qu’elles sont… » Ses réponses étaient nulles en comparaison des déclarations profondes de Trystan, mais la brune lui avait déjà livré son ressenti et elle était désemparée par la situation. Que faire ? Machine arrière ? C’était impossible, elle devait sacrifier l’un des deux de sa vie. Trystan n’accepterait jamais, à juste titre, qu’elle garde Adriel dans la sienne à l’exception de cette condition de paternité qui pesait sur le trio. « Pourquoi tu ne m’as rien dit avant ? » Se rebiffa-t-elle, soudainement mécontente qu’il ne lui en ait pas parlé avant qu’elle s’attache à Adriel. Lexia se rendait compte que tous n’auraient jamais eu à se retrouver dans cette situation aujourd’hui si Trystan ou elle avait osé franchir le pas avant.

Trystan se rattrapa alors en lui déposant son cœur sur un plateau. Le bébé ne devait rien changer entre eux, il lui proposait de retrouver leur complicité d’antan et de donner libre court à ces nouveaux sentiments avoués. La brune glissa dans un véritable ascenseur émotionnel au fur et à mesure que Trystan lui exprimait toute l’importance qu’elle avait pour lui. Celle qui lui avait donné un second souffle, celle qui lui avait donné envie de s’attacher à nouveau… Il lui parla alors d’amour, un mot plus fort que tous ceux prononcés jusque-là. Effrayée par l’ampleur de la discussion et de ne pas pouvoir la soutenir encore très longtemps, Lexia faillit reculer d’un pas lorsque le marin se leva. Il lui saisit alors la main et la posa délicatement sur sa poitrine. Le cœur du pêcheur battait à tout rompre, tout comme celui de la jeune femme, à l’unisson dans l’intensité de leurs échanges. « Ne fais pas ça… » Prononça-t-elle d’une voix suppliante, à deux doigts de retirer sa main de ce contact brûlant. Mais elle avait besoin de ce contact, d’entendre ce cœur battre, de ressentir les accélérations de cet amour trop longtemps nié pour elle. « Je ne veux pas être celle qui brise ton cœur. Ne fais pas ça, ne me donne pas ce rôle. » Cependant, Trystan entendait la fragilité et le manque de détermination dans sa voix, car il continua sur sa lancée pour finir la plonger dans l’hésitation la plus totale. Lexia était à deux doigts de craquer. Il parla de la perte de leurs premiers amours, de la parfaite complémentarité qui les réunissait, de l’occasion de tout reprendre à zéro, de se donner corps et âme dans un amour loin d’être conforme, dans un amour transcendant. Il l’acheva complètement lorsqu’il affirma qu’il pouvait la rendre heureuse et qu’il la considérait ni plus ni moins que son âme sœur. « Ame sœur… » Répéta-t-elle, soufflée par ses mots, bouche bée même. C’était la première fois qu’une personne la qualifiait comme tel. Abandonnant toutes ses bonnes résolutions, elle oublia quelques instants la raison et le monde extérieur. Il n’y avait plus que Trystan et elle, dans leur bulle. Dans une folie passagère, elle se rapprocha de lui et captura ses lèvres. L’échange fut d’abord incertain et chaste, puis il gagna en intensité. Sous la force des mots du brun, Lexia avait complètement cédé à une impulsion interdite, au feu qui la consumait de l’intérieur. Ce baiser était probablement le plus expressif et le plus enflammé dans l’amour que chacun d’eux venait de s’avouer, un amour qu’elle devrait pourtant bientôt lui reprendre, comparable à un baiser d’adieu. Il fallait qu’elle se ressaisisse et vite, mais le temps des dures réalités n’était pas encore revenu à la charge contre ce moment inattendu et particulièrement intense entre eux. Il avait bien plus d’incidence sur elle qu’elle ne l’avait pensé. Ils s’aimaient, d’un amour différent, d’un amour qu’elle ne pourrait malheureusement pas donner à deux hommes. Le cœur déchiré, en lambeaux, ce contact l’électrisa complètement. Serait-elle capable de s'arrêter à temps ? Avant de les détruire pour de bon ?

no wayy:
 

_________________

it’s you and i
falling for you ▬ You should know you're beautiful just the way you are and you don't have to change a thing; the world could change it's heart, no scars to your beautiful, we're stars and we're beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Wathever it takes | Trystan

Revenir en haut Aller en bas

Wathever it takes | Trystan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: I fell in love at the seaside :: Tenby harbour-