AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Wathever it takes | Trystan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Keelin & Dylana
TON AVATAR : Mila Kunis
TES CRÉDITS : ava - cristalline ; gif profil - maya ; code signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : Adriel&Thomas

Fini - Adriel - (Declan) - (Luka) - Adriel (2) - Thomas - (Josh) - (Caleb) - Trystan - Deborah (Appel) - Dimka - Adriel (3) - Ivy - Trystan (2) - Intrigue Disparition Myrtle White - Adriel (4) - Thomas (2) - Trystan & Adriel - Adriel (Appel) - Dimka (2) - Trystan (3)
RAGOTS PARTAGÉS : 592
POINTS : 1876
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
CÔTÉ COEUR : Son coeur a penché pour Adriel. Actuellement enceinte de huit mois et demi. Entre deux relations compliquées, elle est tombée enceinte et ne sait pas qui est le père de son enfant.
PROFESSION : Garde cotière, autrement dit dans le service de la police maritime, de recherche et de sauvetage. Ancienne nageuse de niveau olympique.
REPUTATION : Elle est sur le point d'accueillir l'heureux événement, c'est sûr.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Wathever it takes | Trystan Mer 20 Juin - 23:49

I know it ain't pretty, when our hearts get broke
I know I moved onto someone new
You were the light to find my truth
I just wanna say, thank you

Le ventre noué par l’incertitude, Lexia sentait une drôle de sensation parcourir son corps au fur et à mesure qu’elle se rapprochait du bateau. Il ne fallait pas se tromper sur ses intentions. Elle était sûre de ce qu’elle venait faire mais pas de la façon dont la suite allait se dérouler. A l’abri des regards, elle demeura immobile devant le navire, incapable de faire le moindre pas, tandis que son cœur s’accélérait silencieusement dans sa poitrine. L’esprit devait reprendre le dessus sur les sentiments et refouler ces émotions qui la peuplaient et compromettaient sa démarche. Finalement, tant pis pour le manque d’impassibilité, quitte à se dévoiler une dernière fois, Lexia ne chercha plus à lutter contre son cerveau et elle s’engagea sur le pont, en direction du bruit qu’elle entendait à l’avant du bateau. Trystan s’affairait à ranger du matériel. « Salut ! » Lança-t-elle franchement dans son dos, pour qu’il l’entende approcher et ne pas le surprendre maladroitement. La jeune femme attendit qu’il se retourne et la remarque pour continuer. « Désolée de te déranger en plein travail mais est-ce qu’on pourrait se voir un moment ? J’aimerai te parler... » Elle avait trouvé le courage de l’aborder maintenant alors elle espérait ne pas devoir faire machine arrière.

A nouveau, Lexia patienta jusqu’à ce que Trystan la rejoigne. Elle avait beau être très intime avec lui, elle ne se permettait quasiment jamais d’entrer à l’intérieur du bateau sans son assentiment, à moins d’une exception particulière. Elle lui adressa un sourire, puis elle attrapa sa main car il l’aida à descendre les quelques marches de l’escalier contigu qui conduisait à l’espace intérieur. A huit mois de grossesse, son ventre était désormais bien arrondi. Lexia avança d’un mètre afin qu’il puisse rentrer à sa suite, puis elle se retourna dans le but de lui donner une première nouvelle plus générale et sans rapport premier dans sa visite, à l’instar de ce qu’elle faisait lorsqu’elle avait des échos importants sur les sursauts maritimes. « Avant que j’oublie : mes collègues m’ont signalé des quantités élevées de poisson à 12 km du littoral. Je crois que les dernières tempêtes les ont désorientés et écartés de leur route habituelle, ça ne devrait pas durer… A vérifier. » Lexia ne cherchait pas à jouer avec les nerfs du marin, elle devait lui parler de plusieurs choses aujourd’hui dont celle-ci et elle restait égale à elle-même quand il s’agissait du professionnel. Elle avait gardé des contacts réguliers avec ses collègues pour continuer à se tenir au courant de l’état de santé des côtes environnantes. Ce n’était pas parce que la brune avait temporairement muté et qu’elle serait bientôt en congé de maternité qu’elle se désintéressait de son travail qui la passionnait.

Soudain, elle s’interrompit. Elle plaça sa main sur son ventre et retint son souffle. Le bébé s’agitait dans tous les sens et signalait sa présence de façon marquée. C’était un signe. Durant tous ces mois, Lexia avait respecté la distance de Trystan vis-à-vis de l’enfant mais aujourd’hui elle désirait vraiment partager un de ces moments importants avec lui. « Il faut que tu sentes ça au moins une fois… » Souffla-t-elle, d’une voix vibrante. La nageuse glissa à nouveau délicatement sa main dans celle du Meylir, qui se tenait en face d’elle comme littéralement figé. Elle la plaça à l’endroit même où les mouvements étaient les plus prononcés et observa l’expression de son visage. Qu’ils en aient conscience ou non, c’était sans doute le geste le plus intime qu’ils avaient jamais partagé jusqu’à présent. L’immobilité de leur position cachait difficilement le tumulte d’émotions qui se bousculaient à l’intérieur d’eux.

_________________

it’s you and i
falling for you ▬ You should know you're beautiful just the way you are and you don't have to change a thing; the world could change it's heart, no scars to your beautiful, we're stars and we're beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : rose red (avatar) simonangel (image profil)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (2/3)
Faith - Dylana
A venir : Evan - Fiona - Yevgeniya
RAGOTS PARTAGÉS : 669
POINTS : 1664
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Brisé en mille morceaux deux fois. Tellement brisé qu'il est certain de ne plus jamais pouvoir le réparer.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On se sait toujours pas si c'est lui ou Adriel Swanson qui sera le père du bébé de Lexia Weston mais vu la tête qu'il fait depuis quelques jours, il semblerait que les choses ne tournent pas vraiment en sa faveur.



MessageSujet: Re: Wathever it takes | Trystan Ven 29 Juin - 18:25

And I know I can't hold you like he does
I don't have those emotions in me
And it's true I can't love you like he does
But it's my kind of love
I'll show you love
My kind of love

Sa matinée de pêche terminée, Trystan rangeait le matériel, s’apprêtant à nettoyer le pont. Pour une fois, il courait moins que d’habitude, son premier groupe de visiteurs de l’après-midi n’étant programmé qu’à 15h. S’il se débrouillait bien, il aurait peut être même le temps de prendre une vraie pause déjeuner. Ou pas. « Salut. » La voix familière de Lexia retentit derrière lui, annonçant une visite imprévue. Il se retourne, surpris. D’ordinaire, il n’aimait pas les surprises de ce genre mais Lexia avait des passe-droits par rapport au commun des mortels. « Salut ! » Dit-il en mettant ses mains en visière pour protéger ses yeux du soleil et la distinguer d’où il était. Invariablement, ses yeux glissent jusqu’au ventre bien arrondi de la brune. C’était devenu une sorte de réflexe au cours des derniers mois. Un réflexe stupide. Ce bébé était bien là et il n’allait pas disparaître du jour au lendemain. Il continuait chaque jour à grandir et à se développer. « Désolée de te déranger en plein travail mais est-ce qu’on pourrait se voir un moment ? J’aimerai te parler... » Lui dit alors Lexia, presque timidement. Ça suffit à calmer les velléités d’ours grognon du Meylir qui s’empresse de la rassurer. « Oui, t’inquiète pas. J’ai presque terminé de toute façon. » Il a beau se la jouer décontracté, il n’est pas foncièrement rassuré pour autant. C’était un constante de la gente féminine et même de l’humanité toute entière : lorsque les mots « il faut qu’on parle » étaient employés, rien de très bon n’en ressortait en général...  Et puis, rien que de revoir à nouveau Lexia ici, sur son bateau perturbait le marin. Peut-être parce que ça lui rappelait une époque heureuse mais tristement révolue.

Malgré l’assentiment de Trystan, la Weston ne monte pas à bord et après quelques longues secondes de réflexion, il devine pourquoi. Prestement, il traverse le pont pour aller jusqu’à elle, lui tendant la main pour l’aider à franchir le bastingage. En temps normal, elle aurait sauté prestement pour monter à bord, mais pour une femme enceinte de huit mois, ce n’était juste pas possible. D’ailleurs, il garde sa main dans la sienne pour l’aider à descendre dans la cabine. C’est un geste motivé par des raisons purement pratiques mais il se rend compte qu’une fois Lexia arrivée en sécurité à destination, il a du mal à desserrer l’emprise de ses doigts autour des siens. Il s’y contraint toutefois, attendant de voir ce qu’elle a à lui dire. « Avant que j’oublie : mes collègues m’ont signalé des quantités élevées de poisson à 12 km du littoral. Je crois que les dernières tempêtes les ont désorientés et écartés de leur route habituelle, ça ne devrait pas durer… A vérifier. » Il cille, à nouveau surpris. Il ne s’attendait pas à ça. Enfin, peu de chance qu’elle ait fait tout ce chemin pour lui dire quelque chose comme ça alors qu’un texto aurait suffit.. Il reçoit cependant le précieux tuyau comme il le faut. « Oh intéressant ! Ça expliquerait pourquoi ma pêche de ce matin vers le détroit a été si mauvaise. J’espère que ça pourra tenir jusqu’à demain et que je pourrai me rattraper comme ça. » Dit-il, oubliant momentanément son stress lié à l’objet de la visite de Lexia. Cependant, cette dernière ne peut pas rester très longtemps hors de son esprit et il se rappelle soudain qu’elle est enceinte jusqu’aux yeux. « Assieds-toi… Ne te fatigue pas pour rien. » La couchette était faite au carré, bien heureusement. « Tu veux boire ou manger quelque chose ? » Propose t-il, tâchant d’être aux petits soins.

Cependant, l’esprit de Lexia est bien ailleurs, comme il s’en rend vite compte. « Il faut que tu sentes ça au moins une fois… » Lance t-elle soudainement, la voix chargée d’émotions. Avant qu’il n’ait eu le temps de réagir, elle prend à nouveau sa main dans la sienne, la posant soudainement son ventre. Il sent le bébé bouger sous ses doigts. Ce qu’il ressent à cet instant précis équivaut à ce qu’on appelle « un coup de tabac » dans le jargon marin. Une bourrasque soudaine, violente qui  secoue durement le navire, lui faisant perdre brutalement le cap alors que la mer était calme quelques secondes avant… Aussi ébranlé que possible donc, il retire sa main comme si le contact l’avait brûlé. « Ne fais pas ça s’il te plaît… » Dit-il, le souffle presque court. Il se recule, comme si elle représentait un danger. Mais c’était le cas en vérité. Elle mettait en danger tout ce qu’il avait construit ces derniers mois pour ne pas péter les plombs malgré l’impossibilité de la situation. « Ne me fais pas ça. Pas maintenant. Pas avec ce que tu es venue me dire aujourd’hui. » Parce qu’au fond de lui, il le sait déjà... Il sait aussi que le geste de la future maman ne partait pas d’une mauvaise intention, que plus tard, il regretterait sûrement de ne pas avoir senti son enfant bouger dans le ventre de sa mère s’il s’avérait que c’était le sien mais là, il ne pouvait juste pas partager un geste si intime avec elle. Parce qu’elle n’était pas sienne. Parce que progressivement, elle lui avait échappée. Parce qu’il l’avait perdue alors qu’elle n’était même pas sienne à perdre. Alors non, il ne pouvait pas jouer ce simulacre d’heureux parents avec Lexia. « Ne rend pas les choses plus pénibles qu’elles le sont déjà. » Supplie t-il tandis qu'il réalise qu'il n'est absolument pas prêt pour ce qui va suivre.

_________________

all my dreams full of my regret
I think the hardest part of losing someone isn’t saying goodbye, but rather learning to live without them. always trying to fill the void, the emptiness that’s left inside your heart when they go” .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Keelin & Dylana
TON AVATAR : Mila Kunis
TES CRÉDITS : ava - cristalline ; gif profil - maya ; code signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : Adriel&Thomas

Fini - Adriel - (Declan) - (Luka) - Adriel (2) - Thomas - (Josh) - (Caleb) - Trystan - Deborah (Appel) - Dimka - Adriel (3) - Ivy - Trystan (2) - Intrigue Disparition Myrtle White - Adriel (4) - Thomas (2) - Trystan & Adriel - Adriel (Appel) - Dimka (2) - Trystan (3)
RAGOTS PARTAGÉS : 592
POINTS : 1876
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
CÔTÉ COEUR : Son coeur a penché pour Adriel. Actuellement enceinte de huit mois et demi. Entre deux relations compliquées, elle est tombée enceinte et ne sait pas qui est le père de son enfant.
PROFESSION : Garde cotière, autrement dit dans le service de la police maritime, de recherche et de sauvetage. Ancienne nageuse de niveau olympique.
REPUTATION : Elle est sur le point d'accueillir l'heureux événement, c'est sûr.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Wathever it takes | Trystan Dim 1 Juil - 9:28

I know it ain't pretty, when our hearts get broke
I know I moved onto someone new
You were the light to find my truth
I just wanna say, thank you

Trystan interrompit son travail et l’accueillit sur son bateau. Dès qu’elle se retrouva dans la cabine, Lexia donna une première nouvelle sur le littoral, sachant qu’une telle occasion serait dommage à rater pour un marin du calibre du Meylir. Surpris, il enregistra tout de même l’information et réagit positivement. Cependant, la conversation ne s’éternisa pas longtemps sur la pêche. Toujours aussi prévenant, Trystan essaya de la mettre à l’aise mais Lexia avait déjà la tête ailleurs car elle sentait son bébé bouger. Impulsive et prise par les sentiments, elle partagea le moment avec le Meylir, un geste qui provoqua un mouvement de recul de la part du père potentiel. C’était comme si le contact lui avait brûlé les doigts. Médusée, la nageuse ne sut que dire. Elle avait l’impression de lui avoir marqué la peau au fer rouge. Elle savait que le marin avait préféré rester en retrait, l’attitude de Trystan et d’Adriel durant l’échographie avait bien reflété celle qu’ils avaient adoptées tout au long de la grossesse, mais elle n’imaginait pas qu’il se protégeait à ce point. Il s’était bâti une carapace solide pour résister au choc de la nouvelle et de surtout au deuxième qui risquait de tomber pour l’un ou l’autre. C’est presque suppliant qu’il lui demanda de ne pas réitérer. Trystan n’avait pas de ton accusateur, il ne lui en voulait pas mais c’était juste au-dessus de ses forces. « Je… excuse-moi, je ne recommencerai pas. » Ce contact avait un peu refroidi la brune. Elle comprenait sa réaction en un sens, cependant elle se demandait si cette visite était toujours une bonne idée. Oui, elle désirait être honnête envers lui, mais n’aurait-il pas mieux valu qu’ils s’épargnent en s’appelant ? Non. Elle avait trop de respect pour Trystan et il comptait trop pour elle pour qu’elle s’abaisse à un tel dégonflement.

Son regard rencontra alors le sien lorsqu’il mentionna le véritable objet de sa visite. Le Meylir n’était pas un idiot. Doué de sensibilité et d’un bon sens de l’observation, il avait compris longtemps avant elle comment se déroulerait la suite. Elle n’avait pas envie qu’il le sache, elle n’avait pas envie de le blesser, elle n’avait pas envie de le perdre complètement. Toutes ces raisons l’avaient poussée à se voiler la face et à retarder une échéance inéluctable. Trystan manqua de l’achever lorsqu’il évoqua à quel point la situation était « pénible ». Il ne pouvait pas être plus proche de la vérité. Le cœur serré, elle se détourna de lui et se dirigea vers le vieux lecteur de vinyle. Elle ne comptait pas mettre de la musique. Sa main caressa simplement le dessus de l’objet comme pour se raccrocher à des souvenirs heureux partagés sur ce bateau. Pensive, elle se surprit à lui répondre aussi directement. « Pénible, c’est le mot. L’idée même de cette visite me rend malade. Je n’y arrivais pas, mais je ne peux plus la repousser. » En un sens, Trystan qui avait deviné l’objet de sa visite, lui facilitait la tâche. Elle n’avait pas besoin de mettre des mots sur le pourquoi maintenant, elle pouvait différer le moment tout en lui faisant comprendre l’importance qu’il avait pour elle et donc la difficulté de sa venue. Il lui avait été bien plus facile de se dénuder maintes fois devant lui, de partager des moments de passion avec lui, que de se mettre littéralement à nu par les mots.

Lexia continuait de regarder le lecteur de vinyles, une foule de souvenirs remontait. En réalité, elle tournait toujours le dos à Trystan pour cacher le tumulte d’émotions qui montaient en elle et lui labouraient le ventre. Autant il avait besoin de retrait vis-à-vis de bébé, autant elle avait besoin de temps afin de trouver les mots justes pour s'exprimer. Oppressée, elle rêvait d’une échappatoire momentanée et elle la trouva. « Je suis désolée d’avoir appris tout ce qui s’est passé à l’hôpital… Est-ce que Fiona va mieux ? » Ils n’avaient pas encore reparlé en privé de ce qui s’était passé à l’échographie alors autant le faire avant de s’engager sur une voie plus dangereuse pour eux, une voie qui ferait mal. Mais Lexia n’était pas une femme fébrile en général, aussi elle prit finalement sur elle et elle se retourna pour plonger son regard dans ceux du marin dans le but d’affronter la suite. Le choc était rude mais elle tint bon. Une tristesse apparente pouvait se lire et se ressentir de son côté.

_________________

it’s you and i
falling for you ▬ You should know you're beautiful just the way you are and you don't have to change a thing; the world could change it's heart, no scars to your beautiful, we're stars and we're beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : rose red (avatar) simonangel (image profil)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (2/3)
Faith - Dylana
A venir : Evan - Fiona - Yevgeniya
RAGOTS PARTAGÉS : 669
POINTS : 1664
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Brisé en mille morceaux deux fois. Tellement brisé qu'il est certain de ne plus jamais pouvoir le réparer.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On se sait toujours pas si c'est lui ou Adriel Swanson qui sera le père du bébé de Lexia Weston mais vu la tête qu'il fait depuis quelques jours, il semblerait que les choses ne tournent pas vraiment en sa faveur.



MessageSujet: Re: Wathever it takes | Trystan Mer 4 Juil - 17:18

And I know I can't hold you like he does
I don't have those emotions in me
And it's true I can't love you like he does
But it's my kind of love
I'll show you love
My kind of love

« Je… excuse-moi, je ne recommencerai pas. » Trystan voit bien dans son regard que son geste de rejet a blessé Lexia. Et il s’en veut de l’avoir peinée. Malheureusement, si c’était à refaire, il le referait à nouveau. Il ne se sentait pas capable de jouer la comédie, même pour quelques minutes à peine. S’il prenait trop sur lui, il risquait d’exploser à tout moment. Or il savait déjà qu’il allait devoir faire preuve d’une grande maîtrise de lui-même pour ce qui allait suivre… « C’est bon, t’en fais pas. » Dit-il néanmoins pour lui faire comprendre qu’il n’était pas fâché contre elle. Comment pourrait-il l’être ? La jeune femme ne le faisait pas souffrir pour son seul plaisir. Non, la seule personne dont l’attitude l’horripilait, c’était lui-même. Il aurait bien voulu être capable d’endurer un peu plus pour elle. Mais il n’y arrivait pas. La souffrance était palpable sous la surface. Peut être que tous les heurts émotionnels des dernières semaines l’avaient affaibli. Peut être qu’il avait trop encaissé pour pouvoir continuer… Hélas, c’était loin d’être fini. Surtout que finalement, Lexia fait preuve d’une cruauté qui ne lui ressemble pas car elle met du temps à abréger ses souffrances. Il soutient longuement son regard en silence, attendant que la sentence tombe. Mais la brune reste muette. Elle finit même par se détourner, allant s’absorber dans la contemplation de la vieille platine à vinyles du père de Trystan. Elle avait toujours adoré mettre des vieux disques dès qu’elle venait sur le bateau. Elle était la seule à l’utiliser… Il semblait que dans les mois à venir, celui-ci allait tout simplement prendre la poussière ici. Le Meylir n’aurait sûrement pas le cœur à s’en resservir de sitôt.

« Pénible, c’est le mot. L’idée même de cette visite me rend malade. Je n’y arrivais pas, mais je ne peux plus la repousser. » Enfin, elle a repris la parole. L’esprit et le cœur se disputent alors au sein du marin. Une part de son cerveau arrive à trouver de la consolation dans le fait que ce soit si pénible pour elle de définitivement fermer la porte entre eux. L’autre part lui crie à quel point c’est pathétique. Et l’entièreté de son cœur est déchirée par le simple fait qu’elle ait réussi à prendre cette décision de se détacher simplement de lui… Tendu comme un arc, il attend donc la suite mais rien ne vient. En fait, quand elle reprend la parole, la question qu’elle pose à Trystan est si incongrue que c’est à son tour de rester interdit quelques instants. « Je suis désolée d’avoir appris tout ce qui s’est passé à l’hôpital… Est-ce que Fiona va mieux ? » Il se raidit. Il voulait bien tenter d’accepter la défaite avec grâce mais il allait falloir qu’elle arrête de vouloir gagner du temps sinon, il n’allait pas conserver cet état d’esprit très longtemps. « Lexia… arrête d’essayer de gagner du temps… Dis-moi ce que tu es venu me dire… Une bonne fois pour toute. » Il se doutait bien que ce n’était pas facile pour elle non plus, il voyait bien la tristesse briller dans ses yeux, mais bon sang, ils ne pouvaient pas repousser l’échéance indéfiniment… Elle s’était retournée dans sa direction, sans doute pour guetter sa réponse à propos de Fiona. Mais il n’avait pas envie de faire un brin de causette avec elle. Il avait envie qu’enfin la situation se dénoue. Il avait besoin de savoir à quoi s’en tenir. Surtout quand la situation ne tournait visiblement pas en sa faveur… Il se rapproche d’elle, la toisant de sa hauteur. Il plonge son regard dans le sien, l’acculant de cette façon pour ne plus qu’elle se dérobe. Il y avait plus de force dans son regard que s’il l’avait maintenue avec ses mains. « Si tu tiens à moi autant que je le pense, abrège mes souffrances. Dis-le juste. J’ai besoin de l’entendre. » Lance t-il en guise d’ultimatum. Sinon, il remplirait les blancs lui-même. Mais il espérait qu’elle aurait au moins la décence d’assumer et d’expliquer son choix.


_________________

all my dreams full of my regret
I think the hardest part of losing someone isn’t saying goodbye, but rather learning to live without them. always trying to fill the void, the emptiness that’s left inside your heart when they go” .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Keelin & Dylana
TON AVATAR : Mila Kunis
TES CRÉDITS : ava - cristalline ; gif profil - maya ; code signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : Adriel&Thomas

Fini - Adriel - (Declan) - (Luka) - Adriel (2) - Thomas - (Josh) - (Caleb) - Trystan - Deborah (Appel) - Dimka - Adriel (3) - Ivy - Trystan (2) - Intrigue Disparition Myrtle White - Adriel (4) - Thomas (2) - Trystan & Adriel - Adriel (Appel) - Dimka (2) - Trystan (3)
RAGOTS PARTAGÉS : 592
POINTS : 1876
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
CÔTÉ COEUR : Son coeur a penché pour Adriel. Actuellement enceinte de huit mois et demi. Entre deux relations compliquées, elle est tombée enceinte et ne sait pas qui est le père de son enfant.
PROFESSION : Garde cotière, autrement dit dans le service de la police maritime, de recherche et de sauvetage. Ancienne nageuse de niveau olympique.
REPUTATION : Elle est sur le point d'accueillir l'heureux événement, c'est sûr.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Wathever it takes | Trystan Mer 4 Juil - 21:16

I know it ain't pretty, when our hearts get broke
I know I moved onto someone new
You were the light to find my truth
I just wanna say, thank you

Parfois, un cœur n’a pas assez de place pour supporter plusieurs amours d’une telle intensité. C’est pourquoi Lexia avait tranché et choisi celui pour lequel son organe battant était définitivement tombé amoureux, celui pour lequel le degré d’attachement s’était relevé de quelques crans. Il n’y avait pas vraiment d’explication rationnelle à fournir. Pourtant, la jeune femme tenait à l’annoncer au marin et à lui ouvrir son cœur une dernière fois, lui dévoiler et lui offrir ce qui en débordait puisqu’elle ne pourrait pas le conserver. Trystan la sortit de ses pensées et la rassura, lui démontrant qu’il n’était pas en colère. Toutefois, comme Lexia prenait du temps à trouver ses mots, s’imprégnant de l’atmosphère de la pièce et des souvenirs qu’ils avaient partagé, détournant même la conversation, il la ramena dans le vif du sujet. Pendu à ses lèvres, il la poussait et la pressait de lui dire ce qu’elle avait dire. « Lexia… arrête d’essayer de gagner du temps… Dis-moi ce que tu es venu me dire… Une bonne fois pour toute. » L’instinct émotionnel de la flic reprit le dessus, son esprit se rétracta et son corps se mua en statue de pierre incapable d’esquisser le moindre mouvement. Elle se rebiffa. « Je n’y arrive pas… » Dit-elle la gorge nouée. Les mots qu’elle formulait sortaient péniblement de sa bouche. « Ce n’est pas parce que « c’est la bonne chose » à faire que j’en ai envie ! » Répliqua-t-elle plus fermement en mettant des guillemets. Non, Lexia n’avait pas envie de renoncer à lui – hormis pour certains aspects de leur relation puisqu’elle avait promis de s’engager auprès d’Adriel. Non, elle n’avait pas envie de le perdre ; elle s’y résignait parce que « c’était la bonne chose à faire » pour éviter de les faire souffrir. « Si on pouvait revenir à un temps où tout était plus simple… » Lexia s’égarait, donc Trystan prit la situation en main et la recadra une énième fois. « Si tu tiens à moi autant que je le pense, abrège mes souffrances. Dis-le juste. J’ai besoin de l’entendre. » Ses paroles eurent l’effet d’un électrochoc sur elle. Elle pensa à Adriel, à Trystan, elle devait cesser de jouer entre deux tableaux, ce n’était pas vivable. Son cœur continuait de battre à coups redoublés dans sa poitrine. Elle avait cette horrible sensation qu’elle serait le bourreau qui enfoncerait le poignard dans l’organe battant de Trystan alors que les deux anciens amants s’étaient mutuellement aidés à se rouvrir au monde. La jeune femme trépigna, elle n’avait plus d’échappatoire et avait l’impression qu’elle allait bientôt passer sur une table d’opération sans amnésie préalable. Elle devait reprendre ses esprits, cesser de se laisser guider par les émotions. Elle avait donné une promesse et elle avait posé un choix, maintenant elle devait l’assumer, abréger leurs souffrances et vivre avec ses sentiments pour l’un, et ceux complètement déchirés pour l’autre. Elle s’était longtemps voilé la face, parce qu’elle tenait à chacun d’eux. Les sentiments qu’elle avait pour Trystan étaient juste… différents. Ils n’étaient pas arrivés au bon moment, pas encore éclos, tués dans l’œuf. Le marin l’accula, de son regard, de son corps juste en face d’elle. Le souffle de Lexia s’accéléra encore, on pouvait entendre sa respiration résonner dans la pièce, elle ancienne nageuse de haut niveau… Elle stressait, complètement paniquée à la simple idée de lui dire des mots qu’elle n’aurait jamais cru possible. La flic avait de la force de caractère pour beaucoup de choses, mais pas pour livrer ses sentiments. Elle perdait ses moyens et avait envie de fuir. Ce n’était pas des manières de sa part… c’était juste trop dur pour elle. Lexia devenait malade rien qu’à l’idée de dresser un mur entre eux, rien qu’à l’idée de briser en partie le cœur déjà fragilisé de celui qui avait illuminé sa vie durant plusieurs mois, quand elle était au plus bas, et qu’il avait comblé un vide. Avant Trystan, elle avait traversé une sale période, cherchant un peu ailleurs de cette vitalité transcendante qu’elle avait perdu au fil des années. Et puis, le bébé était arrivé et avait tout changé…

Perdue, écartelée entre son cœur et sa raison, de multiples pensées confuses se bousculaient au plus profond d’elle, avaient envie de l’attirer vers elle ou de l’obliger à le repousser encore plus loin. Certes, Lexia ne voulait pas le blesser, mais elle ne changerait pas d’avis.  Pendant de longues années, elle ne s’était pas attachée et là elle s’était retrouvée dans un triangle improbable. N’était-il vraiment pas possible de revenir à un temps où elle n’avait pas à se prendre la tête ? Non, mais c’était bel et bien le moment ou jamais de lui dire tout ce qu’elle avait sur le cœur. Elle n’aurait pas d’autres chances. Quitte à partir en souffrance et en faisant mal, le cœur béant… Autant s’ouvrir complètement. Lexia prit une ultime grande inspiration et mit définitivement son cerveau sur le mode off. Elle passa une main sur son ventre comme pour se raccrocher au dernier élément rationnel de la journée. Puis, la jeune femme soutint complètement le regard de Trystan, sans plus aucun détour. « Avant de te dire tout ce que je dois te dire, j’aimerai préciser que je suis fière que tu sois peut-être le père du bébé. Avec toi, je ne m’inquiète pas pour son avenir. N’en doute pas. » C’était sa voix de mère qui parlait. Malgré elle, elle lança alors le premier coup de poignard. « Mais je ne me fais pas d’illusion. Je sais que ce serait le moins compliqué pour tout le monde que tu ne le sois pas. Je devine que c’est ce que tu penses aussi… » Souffla-t-elle. Lexia n’en démordait néanmoins pas. Si Trystan était le père du bébé, il devrait le voir régulièrement. Elle n’en revenait pas de lui avoir lâcher de tels propos, se mordant violemment la langue avant de poursuivre d’une voix plus douce. « Même si ça fait mal, j’ai aussi besoin que tu me laisses aller jusqu’au bout, parce que je ne pourrai pas refaire ça. » Maintenant que la nageuse était lancée, elle retrouvait un certain calme et la maîtrise d’elle-même, l’habitude d’avoir eu à gérer le stress durant de grandes compétitions sportives. Ici, elle affrontait un ascenseur émotionnel violent. « Tu as toujours pensé que c’était tout cuit, pourtant j’ai réellement considéré la proposition que tu m’as faite le jour où je suis venue t’annoncer que j’étais enceinte. Je n’avais juste pas envie de te le montrer, toi comme moi avons connu assez de déceptions pour une vie. Crois-moi, je le sais. » Elle avala péniblement sa salive, mais elle continua sur sa lancée. « Au début, j’ai eu le cul entre deux chaises, je ne savais pas trop ce que je ressentais. Je me voilais la face comme on dit. Toi, tu as été là quand je n’allais pas bien. Tu m’as fait me sentir à ma place, comme si tout pouvait aller mieux. On s’était promis de ne jamais s’attacher, mais tu n’imagines même pas à quel point tu as pris de l’importance, à quel point tu comptes pour moi et comme ça me met mal d’avoir cette conversation avec toi, de me dire que je suis en train de te blesser. Je ne voulais pas devenir cette femme-là. Toi, t’étais la personne intouchable. Et puis, le bébé a tout changé. » Lexia ne s’arrêtait plus, elle ne lui donnait même plus le temps de répondre, sinon elle était certaine qu’elle n’arriverait pas au bout de ce qu’elle voulait lui dire. « Je l’ai souvent pensé sans le dire mais tu es un homme de cœur Trys’, tu te barricades derrière une façade de dingue, mais il y a toutes les qualités qu’une femme puisse rêver chez un homme si elle creuse un peu. Et honnêtement, dans une autre vie, je serai tombé amoureuse de toi. » La gorgé s’était dénouée, mais cette fois les larmes s’invitaient au coin de ces yeux. Trop d’émotions d’un coup, trop d’hormones qui travaillaient surtout. « J’ai mis longtemps à me décider, parce que dans ma tête, c’était te perdre, et te perdre c’est comme perdre un bras, m’arracher un membre. Non mais t’as vu l’état dans lequel je me mets ?! Je t’ai même inscrit dans ma chair, bordel ! » C’était peut-être pathétique, mais cette fois Lexia ne retenait plus ses larmes de tristesse et de nervosité. Elle aussi avait parfois ses faiblesses, et Trystan était certainement une des plus importantes pour elle. Du même coup, avec cette ancre sur la peau, la brune venait de lui rappeler à quel point il comptait vraiment pour elle.

Maintenant, plus de retour en arrière possible. Il était temps d’expliquer et de conclure. « Je ne peux pas aimer deux hommes en même temps. Alors, j’ai arrêté de me voiler la face parce que certaines choses sont trop évidentes. J’aime Adri, je ne sais pas t’expliquer pourquoi, mais je l’aime différemment, un sentiment que tu as déjà connu, donc tu sais qu’il est impossible de mettre des mots dessus. Ça ne s’est pas fait en un claquement de doigt, c’est venu progressivement et je ne sais pas à quel moment ça a fait tilt. Je pense que j’étais juste persuadée que je ne retomberais plus jamais amoureuse. Pas à ce point en tout cas. » Elle se râcla la gorge et se força à continuer malgré le moment d’émotion très intense. « Je n’arrive pas à trouver tous les bons mots pour t’expliquer… Je sais que ça ne sera pas vivable pour nous de rester aussi proches, pas alors que je suis liée à Adri. Mais je voulais que tu saches tout ce que je pensais vraiment de toi et pourquoi, contrairement à ce que tu pourrais croire, tu n’as pas idée combien ça a été difficile pour moi aussi… de vous faire subir tout ça, de vous faire attendre. Ça ne me ressemble pas toutes ces histoires. » Pour la dernière partie, elle baissa une seconde les yeux avant de trouver le courage d’affronter le regard du beau brun ténébreux une ultime fois. « Je t’aime, Trys. Mais pas de la façon dont deux parents d’un même enfant devraient s’aimer, pas de la façon dont on pourrait l’imaginer. » Lâcha-t-elle d’une voix vibrante. « Selon le résultat, nous serons peut-être amenés à moins ou ne plus nous voir après la naissance du bébé. J’ai appris, en te rencontrant, que tous les amours n’ont pas la forme linéaire d’un couple ou d’une relation, que ça n’enlève rien à la force de l’attachement que l’on peut avoir pour une personne. Au moins, tu le sais. Ce n’est juste pas de l’amour amoureux. Peut-être que ça aurait pu le devenir, mais ce n’est pas arrivé au bon moment. Pas dans cette vie-ci. On a loupé ce coche-là ».  Se relèverait-il de ces nouveaux bleus à l’âme qui renfermeraient un peu plus son cœur de loup solitaire ? Finirait-il même par la détester ? Lexia retint sa respiration, sa tristesse ne s’était pas dissipée, elle avait juste laissé place à la mélancolie inévitable qui accompagnait ce genre de moment particulièrement intense. Elle s’était désormais complètement dénudée devant lui.  Le lien qui unissait Lexia et Trystan n’entreraient jamais dans les cases d’une société conformiste. La brune aurait pu essayer de le garder dans sa vie, à cette place qu’il occupait sans en porter le titre, cependant la jeune femme était trop droite pour s’engager dans une telle voie. Elle aimait Adriel, elle tenait beaucoup à Trystan d’une affection profonde. La distinction entre les deux était parfaitement discernable et transparente même si elle n’en était pas moins douloureuse car elle les éloignerait irrémédiablement, au grand dam des deux amis. Toutefois, l’intensité des émotions ressenties étaient aussi les plus belles, car c’était celles celle qui marquaient le plus longtemps.


Par ici :
 

_________________

it’s you and i
falling for you ▬ You should know you're beautiful just the way you are and you don't have to change a thing; the world could change it's heart, no scars to your beautiful, we're stars and we're beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : rose red (avatar) simonangel (image profil)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (2/3)
Faith - Dylana
A venir : Evan - Fiona - Yevgeniya
RAGOTS PARTAGÉS : 669
POINTS : 1664
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Brisé en mille morceaux deux fois. Tellement brisé qu'il est certain de ne plus jamais pouvoir le réparer.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On se sait toujours pas si c'est lui ou Adriel Swanson qui sera le père du bébé de Lexia Weston mais vu la tête qu'il fait depuis quelques jours, il semblerait que les choses ne tournent pas vraiment en sa faveur.



MessageSujet: Re: Wathever it takes | Trystan Dim 8 Juil - 12:22

And I know I can't hold you like he does
I don't have those emotions in me
And it's true I can't love you like he does
But it's my kind of love
I'll show you love
My kind of love

« Je n’y arrive pas… Ce n’est pas parce que « c’est la bonne chose » à faire que j’en ai envie ! » Malgré les exhortations de Trystan, les mots fatidiques ne sortent toujours pas de la bouche de Lexia. Le marin serre les poings, commençant à perdre patience. Il voulait bien être compréhensif mais il y avait des limites à ce qu’il pouvait endurer. Il s’en fichait de ce dont elle avait envie. C’était justement ses envies qui les avaient menés là en plus… Elle avait voulu jouer sur deux tableaux et c’était son droit, et personne ne s’en était plaint au début, mais à présent il fallait assumer les conséquences qui en avaient résulté. « Si on pouvait revenir à un temps où tout était plus simple… » Il souffle lentement. « On ne peut pas. Et on ne peut pas sortir de ça sans regrets alors ça ne sert à rien de souhaiter des choses impossibles. » Il commençait à se rebeller malgré la promesse qu’il s’était faite de rester calme. Il croyait s’être résigné et être prêt pour ce moment, mais maintenant qu’il était en train de le vivre, il se rendait compte qu’il n’en était rien. Il ne voulait pas la perdre et il sentait qu’il était prêt à se battre. Une dernière fois… Il la laisse toutefois commencer. Elle lui explique alors qu’elle serait fière qu’il soit le père du bébé mais qu’évidemment, ça serait plus simple pour tout le monde qu’il ne le soit pas. Il hoche la tête. « En effet, je ne vois pas comment je pourrai bien m’insérer dans la jolie petite famille que vous allez former… » Dit-il non sans amertume. Peut être parce que lui aussi rêvait d’avoir une « jolie petite famille ». Et surtout parce qu’il était en train de perdre son unique chance de voir ce souhait se réaliser… Rien que par cette phrase, elle venait de le lui confirmer officiellement.

Après ça, la Weston lui retire momentanément le droit à la parole, lui expliquant qu’elle a besoin d’aller jusqu’au bout sans interruption pour parvenir à dire ce qu’elle avait à dire. Il recule donc d’un pas, croisant les bras, montrant ainsi son accord. Après tout, c’était lui qui l’avait suppliée de mettre fin à tout ça le plus vite possible. Alors il écoute le long discours enflammé qu’elle lui livre, s’engageant ainsi dans d’interminables montagnes russes émotionnelles. Et à chaque nouveau pic, la chute est vertigineuse, intolérable. Il avait demandé à entendre ces mots, pensant qu’ils lui apporteraient le soulagement mais il s’était royalement trompé. Il avait plutôt l’impression qu’on lui lacérait l’estomac, le cœur et son abdomen tout entier avec un couteau. Voir Lexia fondre en larmes, n’arrangeait rien à la situation. Cela lui rappelait qu’elle n’était pas celle qui tenait l’arme. Non, ils avaient tous les deux les mains sur le manche, s’étant infligés tous les deux cette douleur innommable à coup de sentiments tus, d’espérances mal placées et d’un timing désastreux... Ce carnage, il l’avait crée tous les deux.  Et comme pour tout évènement sanglant ou traumatisant, il passe par toutes les étapes du deuil dans la réponse qu’il lui fait une fois qu’elle a terminé. Toute sauf une : l’acceptation.

Tout d’abord, le choc et le déni. Il recule, livide, abasourdi par tout ce qu’il vient d’entendre. « Je refuse de croire un mot de ce que tu viens de dire… Je refuse de te perdre pour cet homme. Moi aussi, je t’ai dans la peau, Lexia. Plus que tu ne le crois… » Le regard enflammé, il soulève la manche de son t-shirt, dévoilant un tatouage d’ancre sur son biceps. Après que Lexia lui ait dévoilé le sien à l’échographie, il avait été se le faire faire dans la foulée. Il voulait se lier à elle d’une nouvelle façon. Aussi permanente qu’éternelle. L’encre sur sa peau était aussi indélébile que celle avec laquelle il avait inscrit ses sentiments pour elle dans son cœur. « Je ne peux pas croire que ce soit terminé. Je ne peux pas croire que tu puisses l’aimer plus que moi. Pas après tout ce qu’on a traversé. Si tu as mis autant de temps à te décider, c’est que tu n’es pas sûre de toi… Tu te persuades que tu l’aimes pour rendre les choses plus simples. » C’était un coup bas d'invalider la réalité de son choix, vu la souffrance apparente de la brune. Trancher avait été insupportable  cela se lisait dans son regard mais lui se permettait de la faire douter. Il avait oublié sa résolution de lui rendre les choses faciles. Il savait qu’il ne se le pardonnerait pas s’il ne se battait pas pour elle. Elle était trop importante pour lui… Malheureusement, exprimer ce qu’il ressentait à vif était peut être une mauvaise idée car il n’avait aucun contrôle sur ses émotions. Et bientôt, le stade dévastateur de la colère survient. « Tu sais quoi ? J’aurai préféré que tu ne « voiles pas la face » comme tu dis. Putain, je t’avais déjà laissée partir une fois pour Adriel… Pourquoi tu n’as pas saisi cette opportunité la première fois ? Pourquoi y-a-t-il fallu que tu me fasses à nouveau espérer en disant que tu allais réfléchir à ma proposition ? En me faisant jouer ce jeu sordide à trois ? Tu dis que ça ne te ressemble pas mais tu l’as mené assez loin… » Il pointe un doigt accusateur sur elle. «  C’était de la pitié, hein ?! C’est ça que tu sous-entends quand tu dis que j’ai connu assez de déceptions dans ma vie ? Tu voulais me faire croire que je n’allais pas en essuyer une nouvelle ? Mais putain, ça aurait bien plus charitable de ne pas faire semblant, ce jour-là, quand tu es venue m’annoncer que tu étais enceinte. Tu savais déjà ce que tu ressentais pour Adriel… Tu crois que ça m’apaise ces conneries, d’entendre que dans une autre vie, tu serais tombée amoureuse de moi ? Pourquoi pas dans cette vie, hein ? Parce que tu préfères les connards comme Swanson hein ? Ça me sert à quoi d’être un homme de cœur ? Vu que tu n’en veux même pas quand je te l’offre sur un plateau ? »

Il a l’air d’un fou à vociférer comme ça et il ne lui faut pas longtemps pour s’en rendre compte et vouloir rectifier le tir. Il se laisse soudainement tomber sur une couchette, prostré par la douleur alors qu’il réalise qu’il est en train de perdre. C’est l’heure de la douleur et de la culpabilité . « Excuse-moi… Je ne voulais pas te crier dessus comme ça… Ne crois pas que je mets tout le blâme sur toi. Moi aussi, j’ai été con. En vrai, je n’en reviens pas d’avoir été aussi con. Je n’ai pas pensé que c’était du « tout cuit » comme tu dis, malgré les apparences que j’ai données. Je suis toujours assez con pour espérer qu’un jour, les choses vont tourner en ma faveur… Une part de moi caressait l’idée que je pourrais être assez pour toi. Et c’est toujours le cas. Cette promesse que je t’ai faite, celle de ne pas m’attacher à toi, c’est sans doute la plus grosse connerie que j’ai faite de ma vie. Le plus gros mensonge que je me suis raconté. Et c’est aussi la seule promesse de ma vie que j’ai brisée avec autant de rapidité et de joie. J’aurai dû te le dire avant… C’est de ma faute si je suis en train de te perdre. Je ne te l’ai pas dit. Mais je te jure que c’est vrai.  » Parce que oui, il l’avait aimée malgré lui. Presque tout de suite. Il l’avait juste nié trop longtemps… Elle avait percé tellement vite les hautes murailles qu’il avait construites pour se protéger que s’en était ridicule. Elle avait respecté sa personnalité, son histoire, ses blessures, ses aspirations… Elle avait parfaitement capturé l’essence de son âme. Certaines personnes passaient leurs vies à rechercher un partenaire qui était capable de faire ça. C’était sans doute ce que la vie pouvait donner de plus précieux à un être humain. Alors il serait fou de ne rien faire alors qu’il était en train de perdre cela.

Il enclenche alors la phase du marchandage. « Mais je peux te le dire maintenant. Avant qu’il ne soit vraiment trop tard… Le bébé n’a pas à tout changer. On peut toujours être ce qu’on est l’un pour l’autre. Parce que je ressens la même chose que toi. Tu es celle qui m’a donné un second souffle, qui m’a rappelé que ma vie n’était pas finie. Que je pouvais encore avoir une place. Et j’ai la sensation qu’elle est à tes côtés… Laisse-moi te faire une nouvelle promesse. Une promesse qui sera tout le contraire de la première. Parce que oui, j’ai été abîmé par la vie mais j’arrive encore à ressentir de l’amour. Le  genre d’amour que j’ai pour toi n’est peut être pas celui que tu es en droit d’espérer. Mais il sincère. Et puissant. Et il est bel et bien là. Tu le sens ? » Il s’était levé en disant cela, attrapant doucement la main de Lexia pour la déposer sur sa poitrine. Il la regarde à bout de souffle. Il avait sûrement prononcé plus de mots qu’au cours des trois dernières semaines mais l’enjeu justifiait cette entorse à sa nature profonde de taiseux. Son amour pour elle était puissant à ce point : il était prêt à tous les changements pour elle. « On a perdu tous les deux les premiers amours de nos vies. C’est pour ça qu’on est parfaits l’un pour l’autre maintenant. Peut être même que c’était justement pour qu’on puisse se trouver. On peut s’aimer correctement, je le sens. Tout réécrire. Tout n’est pas pur et parfait mais je pense que notre amour est plus transcendant que ce que tu appelles de « l’amour amoureux »… Ce qu’on a, c’est bien plus que ça. Je comprends désormais ce que sont deux âmes sœurs… Les nôtre se reflètent parfaitement… Je t’en supplie, laisse-moi te le prouver. Je peux te rendre heureuse, je le sens. »

:
 

_________________

all my dreams full of my regret
I think the hardest part of losing someone isn’t saying goodbye, but rather learning to live without them. always trying to fill the void, the emptiness that’s left inside your heart when they go” .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Keelin & Dylana
TON AVATAR : Mila Kunis
TES CRÉDITS : ava - cristalline ; gif profil - maya ; code signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : Adriel&Thomas

Fini - Adriel - (Declan) - (Luka) - Adriel (2) - Thomas - (Josh) - (Caleb) - Trystan - Deborah (Appel) - Dimka - Adriel (3) - Ivy - Trystan (2) - Intrigue Disparition Myrtle White - Adriel (4) - Thomas (2) - Trystan & Adriel - Adriel (Appel) - Dimka (2) - Trystan (3)
RAGOTS PARTAGÉS : 592
POINTS : 1876
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
CÔTÉ COEUR : Son coeur a penché pour Adriel. Actuellement enceinte de huit mois et demi. Entre deux relations compliquées, elle est tombée enceinte et ne sait pas qui est le père de son enfant.
PROFESSION : Garde cotière, autrement dit dans le service de la police maritime, de recherche et de sauvetage. Ancienne nageuse de niveau olympique.
REPUTATION : Elle est sur le point d'accueillir l'heureux événement, c'est sûr.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Wathever it takes | Trystan Mer 18 Juil - 22:46

I know it ain't pretty, when our hearts get broke
I know I moved onto someone new
You were the light to find my truth
I just wanna say, thank you

Sometimes when I lie awake at night, I think about how far we made it together, we were wild, I knew we would always be, maybe it's all part of finding our heaven, even if it breaks your heart, even if it tears your world apart, still you keep holding on. If something's worth saving, all of our hopes and fears, they may get tangled but love's sincere, so we keep holding on, to something worth saving, even if it breaks your heart. Les paroles de la chanson de Something Worth Saving, une chanson que Lexia affectionnait tout particulièrement, résonnèrent dans tête tant les lyrics étaient à propos. Son refus de perdre ce qu’elle partageait avec Trystan les mettait tous les deux dans une position tant délicate que confuse. Depuis qu’elle avait franchi la porte de son bateau, elle était complètement paumée, c’était comme si sa détermination avait fondu comme neige au soleil. Alors, à force d’employer des tournures destinées à être les moins douloureuses possibles, Lexia manqua de fermeté et elle ouvrit la porte à ce qui allait se produire : un Trystan qui lui ouvrirait son cœur et voudrait se battre pour la garder auprès de lui.

Dans un premier temps, il refusa de la croire, de croire qu’elle pourrait aimer un homme tel qu’Adriel plus que lui. Ce faisant, Trystan releva la manche de son t-shirt et lui dévoila un tatouage d’ancre, un véritable symbole pour eux. Il était allé se le faire après avoir découvert celui de la jeune femme. La brune retint son souffle. Le marin marquait des points lorsqu’il la bouscula sur le temps qu’elle avait mis à se décider. En effet, Lexia avait longuement hésité sur la véritable nature de ses sentiments pour les deux hommes qui avaient partagé sa vie ces derniers mois mais elle était enfin parvenue à comprendre ce qu’elle ressentait et à se décider. Et voilà que Trystan remettait tout en question en insinuant qu’elle se persuadait d’aimer Adriel. Il voulait la pousser dans ses retranchements, vérifier qu’elle était vraiment sûre d’elle. Lui aussi avait clairement peur de la perdre. Son ton changea alors et grimpa d’un cran. Il pointa un doigt accusateur sur elle et lui reprocha d’avoir joué avec eux pendant de longs mois alors qu’il l’avait déjà renvoyée dans les bras d’Adriel. Lexia avala mal sa remarque, si elle était revenue voir Trystan, c’était pour l’informer d’un potentiel bébé. Aurait-il préféré qu’elle se taise et se ramène neuf mois plus tard en le lui tendant dans les bras « tiens, c’est ton enfant » ? En effet, elle était principalement revenue pour cette raison et parce que le marin lui manquait. Elle n’avait pas supporté la façon hâtive dont ils s’étaient quittés et le fréquenter à nouveau l’avait amenée à douter de ce qu’elle ressentait. Pouvait-il vraiment ne la blâmer qu’elle, lui qui avait visiblement tu ses propres sentiments envers elle quand ils se voyaient toujours sur ce bateau ? Lexia s’apprêtait à lui répondre mais la salve de reproches qu’elle se prit en pleine face acheva de la maintenir silencieuse le temps qu’il termine de s’énerver contre elle. « Je n’ai pas choisi de tomber enceinte. En effet, j’ai estimé important de revenir dans ta vie, de t’informer de la nouvelle et de la situation compliquée. Te revoir m’a fait douter, je n’avais pas envie de te perdre. Mais j’ai été concentrée sur le bébé dans un premier temps, alors oui j’ai mis plusieurs mois à essayer de comprendre ce que je ressentais, le temps d’encaisser et de réfléchir à tout ça ! Tu crois vraiment que j’aurai fait semblant pendant des mois ? Ce n’est pas une question de pitié, je ne savais pas ce que je voulais ! Ça ne m’a pas empêché de faire au mieux pour vous préserver malgré la pénibilité de la situation. Tu crois que c’est facile ? » Contrairement à lui, elle n’avait pas réussi à se taire jusqu’au bout. Toutefois, elle se mordit la langue pour donner l’occasion à Trystan de poursuivre en le coupant le moins possible.

Le marin sembla se raisonner. A bout de mots, il se laissa tomber sur la banquette et se tenait la tête comme s’il n’arrivait pas à s’extirper d’un cauchemar sans fin. Il aurait fallu le pincer pour lui démontrer qu’il n’en était rien. Trystan s’excusa et reconnut qu’il avait aussi influencé l’issue de leur relation, en taisant l’attachement criant qu’il avait pour elle, en se forçant à ignorer les sentiments qui avaient grandi en lui tout comme elle. Il estimait avoir commis là la plus grande connerie de sa vie et il regrettait clairement de ne pas s’être exprimé plus tôt… avant aujourd’hui. C’était maintenant qu’il réalisait qu’il était en train de la perdre qu’il lui ouvrait son cœur à son tour. « L’idée d’être assez pour moi ? Mais qu’est-ce que tu racontes ? Il n’y a pas de notions d’assez ou pas… Tu n’es pas sur une échelle comparative ou quoi. » Encore une fois, Lexia n’avait pas réussi à se taire sur une partie des propos qu’il avait prononcé. « Tu n’es pas le seul à ne pas l’avoir dit, tu sais, alors voilà, les choses sont ce qu’elles sont… » Ses réponses étaient nulles en comparaison des déclarations profondes de Trystan, mais la brune lui avait déjà livré son ressenti et elle était désemparée par la situation. Que faire ? Machine arrière ? C’était impossible, elle devait sacrifier l’un des deux de sa vie. Trystan n’accepterait jamais, à juste titre, qu’elle garde Adriel dans la sienne à l’exception de cette condition de paternité qui pesait sur le trio. « Pourquoi tu ne m’as rien dit avant ? » Se rebiffa-t-elle, soudainement mécontente qu’il ne lui en ait pas parlé avant qu’elle s’attache à Adriel. Lexia se rendait compte que tous n’auraient jamais eu à se retrouver dans cette situation aujourd’hui si Trystan ou elle avait osé franchir le pas avant.

Trystan se rattrapa alors en lui déposant son cœur sur un plateau. Le bébé ne devait rien changer entre eux, il lui proposait de retrouver leur complicité d’antan et de donner libre court à ces nouveaux sentiments avoués. La brune glissa dans un véritable ascenseur émotionnel au fur et à mesure que Trystan lui exprimait toute l’importance qu’elle avait pour lui. Celle qui lui avait donné un second souffle, celle qui lui avait donné envie de s’attacher à nouveau… Il lui parla alors d’amour, un mot plus fort que tous ceux prononcés jusque-là. Effrayée par l’ampleur de la discussion et de ne pas pouvoir la soutenir encore très longtemps, Lexia faillit reculer d’un pas lorsque le marin se leva. Il lui saisit alors la main et la posa délicatement sur sa poitrine. Le cœur du pêcheur battait à tout rompre, tout comme celui de la jeune femme, à l’unisson dans l’intensité de leurs échanges. « Ne fais pas ça… » Prononça-t-elle d’une voix suppliante, à deux doigts de retirer sa main de ce contact brûlant. Mais elle avait besoin de ce contact, d’entendre ce cœur battre, de ressentir les accélérations de cet amour trop longtemps nié pour elle. « Je ne veux pas être celle qui brise ton cœur. Ne fais pas ça, ne me donne pas ce rôle. » Cependant, Trystan entendait la fragilité et le manque de détermination dans sa voix, car il continua sur sa lancée pour finir la plonger dans l’hésitation la plus totale. Lexia était à deux doigts de craquer. Il parla de la perte de leurs premiers amours, de la parfaite complémentarité qui les réunissait, de l’occasion de tout reprendre à zéro, de se donner corps et âme dans un amour loin d’être conforme, dans un amour transcendant. Il l’acheva complètement lorsqu’il affirma qu’il pouvait la rendre heureuse et qu’il la considérait ni plus ni moins que son âme sœur. « Ame sœur… » Répéta-t-elle, soufflée par ses mots, bouche bée même. C’était la première fois qu’une personne la qualifiait comme tel. Abandonnant toutes ses bonnes résolutions, elle oublia quelques instants la raison et le monde extérieur. Il n’y avait plus que Trystan et elle, dans leur bulle. Dans une folie passagère, elle se rapprocha de lui et captura ses lèvres. L’échange fut d’abord incertain et chaste, puis il gagna en intensité. Sous la force des mots du brun, Lexia avait complètement cédé à une impulsion interdite, au feu qui la consumait de l’intérieur. Ce baiser était probablement le plus expressif et le plus enflammé dans l’amour que chacun d’eux venait de s’avouer, un amour qu’elle devrait pourtant bientôt lui reprendre, comparable à un baiser d’adieu. Il fallait qu’elle se ressaisisse et vite, mais le temps des dures réalités n’était pas encore revenu à la charge contre ce moment inattendu et particulièrement intense entre eux. Il avait bien plus d’incidence sur elle qu’elle ne l’avait pensé. Ils s’aimaient, d’un amour différent, d’un amour qu’elle ne pourrait malheureusement pas donner à deux hommes. Le cœur déchiré, en lambeaux, ce contact l’électrisa complètement. Serait-elle capable de s'arrêter à temps ? Avant de les détruire pour de bon ?

no wayy:
 

_________________

it’s you and i
falling for you ▬ You should know you're beautiful just the way you are and you don't have to change a thing; the world could change it's heart, no scars to your beautiful, we're stars and we're beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : rose red (avatar) simonangel (image profil)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (2/3)
Faith - Dylana
A venir : Evan - Fiona - Yevgeniya
RAGOTS PARTAGÉS : 669
POINTS : 1664
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Brisé en mille morceaux deux fois. Tellement brisé qu'il est certain de ne plus jamais pouvoir le réparer.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On se sait toujours pas si c'est lui ou Adriel Swanson qui sera le père du bébé de Lexia Weston mais vu la tête qu'il fait depuis quelques jours, il semblerait que les choses ne tournent pas vraiment en sa faveur.



MessageSujet: Re: Wathever it takes | Trystan Lun 23 Juil - 22:26

And I know I can't hold you like he does
I don't have those emotions in me
And it's true I can't love you like he does
But it's my kind of love
I'll show you love
My kind of love

Trystan vient de tout donner dans la longue tirade qu’il a faite à Lexia et il la reconnaît bien quand sa première réaction consiste à faire une mise au point à propos de l’un des reproches qu’il lui a adressé. Mais visiblement, elle avait mal interprété ce qu’il avait dit. « Je ne te reproche pas d’être tombée enceinte ou de m’avoir mis au courant dès que tu as su. Je sais que tu as essayé d’agir pour le mieux. » Dit-il. Vraiment, il ne voulait pas être injuste avec elle alors qu’elle avait occupé la plus délicate des positions pendant de longs mois. Il voulait juste lui faire comprendre ce que son indécision était en train de lui coûter. « J’aurai simplement préféré que tu t’en tiennes à ta première décision. Lorsqu’on a décidé ensembles qu’on ne se verrait plus pour que tu ais une chance avec Adriel. Que tu me dises que j’allais peut être avoir un enfant mais que toi tu serais avec lui quand même. Ça m’aurait évité d’avoir de l’espoir. Ça m’aurait évité de me tenir là aujourd’hui, devant toi, à te supplier comme un con. »   Ça lui aurait aussi peut être évité cette sensation atroce de sentir son cœur se briser un peu plus à chaque instant. Mais ça, il ne l’ajoute pas. Il était déjà en train de commencer à se renfermer, son mécanisme favori quand les émotions qu’ils éprouvaient le dépassaient totalement. Cependant Lexia n’a pas terminé de rebondir sur ce qu’il a dit et s’insurge quand il lui dit qu’il sait qu’il n’est pas assez bien pour elle. C’est plus fort qu’elle, elle tente de lui enlever cette idée de la tête. « L’idée d’être assez pour moi ? Mais qu’est-ce que tu racontes ? Il n’y a pas de notions d’assez ou pas… Tu n’es pas sur une échelle comparative ou quoi. » S’exclame t-elle. Il ne peut lui répondre que par un petit rire désabusé. Il était en train de la perdre et le dépit qu’il éprouve s’en ressent dans tout son propos. « Ne te sens pas obligée de me passer de la pommade… On sait tous les deux comment je suis, comment j’ai du mal avec les interactions… Et puis, il doit avoir quelque chose de plus que moi si tu le choisis. C’est comme dire au second qu’il a aussi bien joué que le premier. »

Au fil de leurs échanges, les anciens amants réalisent qu’ils ont tous deux gardé le silence trop longtemps sur les sentiments profonds qu’ils étaient venus à éprouver l’un pour l’autre. Ils en sont donc réduits à faire cet amer constat : il était trop tard. Mais le savoir ne rendait pas l’idée plus facile à accepter. « Tu n’es pas le seul à ne pas l’avoir dit, tu sais, alors voilà, les choses sont ce qu’elles sont… » Murmure alors Lexia d’une voix résignée. Cette phrase pourtant minuscule le dévaste avec la puissance d’un ouragan. Tout comme le fatalisme qu’elle recèle. Parce que si la Weston avait éprouvé la même chose que lui à un moment donné, si cet amour foudroyant qu’il éprouvait n’avait pas été à sens unique tout du long,  c’était encore pire que ce qu’il avait imaginé. Ils s’étaient vraiment manqués… Vaincu par l’idée, il se tait jusqu’à ce que Lexia lui pose une question tout à fait légitime. « Pourquoi tu ne m’as rien dit avant ? » Il pousse un long soupir. Sans doute parce que cette question allait lui-même le hanter un long moment. Bien qu’il avait déjà des éléments de réponse à fournir. « Tu sais pourquoi je n’ai rien dit. J’étais tellement sûr de ne plus pouvoir aimer quelqu’un après Fiona que j’ai fini par m’en convaincre pour de bon. Et puis tant qu’on avait notre relation où l’on faisait semblant que rien n’avait de conséquences, je pouvais t’avoir tout en continuant à me voiler la face… Tu sais, que je faisais ça parce que je ne voulais plus jamais expérimenter cette souffrance. Ce qui est particulière drôle quand on y pense. » Oui la vie avait parfois un curieux sens de l’ironie mais pour le moment, il était loin d’apprécier la saveur de cette dernière. « Et après tu m’as dit que tu avais des sentiments pour Adriel… Alors je me suis rétracté. Je t’ai dis que j’allais m’effacer comme si ça me coûtait rien quand tu m’as dis que c’était lui que tu voulais. Mais ça m’a coûté. Enormément. C’est en te perdant que je me suis rendu compte combien ça m’était insupportable. C’est encore aujourd’hui, maintenant que je te perds, que je me rends compte à quel point je t’aime. » Il prononçait enfin les trois fameux petits mots. Mais ils sonnaient plus comme une malédiction qu’une déclaration. Sans doute parce qu’ils arrivaient trop tard. Tout était trop tard. Tout était gâché. Tout était amer. Tout était blessant.

Mais il n’avait plus rien à perdre. Alors même si l’issue tragique qu’il a vu se profiler depuis bien longtemps semble de plus en plus certaine, il ne réprime plus rien. Il ne commettrait pas cette erreur une seconde fois. Il va donc à la rencontre de Lexia, se rapprochant d’elle, mettant toutes ses forces dans cette déclaration finale. Il s’empare même de la main de la jeune femme pour la déposer sur son cœur, se disant que les battements effrénés de celui-ci seraient plus convaincants que les mots qu’il n’était pas habitué à user. Et finalement, c’est au tour de la brune de supplier. « Ne fais pas ça… Je ne veux pas être celle qui brise ton cœur. Ne fais pas ça, ne me donne pas ce rôle. » Sa voix a des accents désespérés, au point que l’on peut se demander lequel est en train de plus flancher. Ils sont tous les deux désespérés, dépassés et peut être même effarés par ce qu’ils sont en train de s’avouer. Si l’amour n’était pas si égoïste, peut être que l’un des deux ferait preuve de pitié et abrégerais les souffrances de l’autre. Mais ils en sont incapables et continuent de glisser dans ce dangereux précipice. Trystan baisse tristement la tête quand il repousse la supplique de Lexia. « Il t’es destiné pourtant… Car tu es la seule qui détient mon cœur. » Et si elle n’en voulait pas, il ne lui serait plus d’aucune utilité. Un organe mort qui ne battrait plus pour quelqu'un... Il ferme les yeux, à court de mots. Il avait vraiment mis toutes ses forces dans la bataille mais à l’issue de cette dernière n’avait jamais dépendu de lui.

« Ame sœur… » Il entend soudain Lexia répéter ses propres mots et rouvre les yeux juste à temps pour voir le visage de la jeune femme se rapprocher du sien. Il comprend trop tard ce qu’elle veut faire et leurs lèvres se heurtent d’abord de manière incertaine plusieurs fois avant que leurs bouches ne s’accolent plus harmonieusement. Trystan voudrait avoir la volonté de s’écarter, de demander à Lexia ce que signifiait ce baiser. Rendait-elle les armes ou faisait-elle preuve une nouvelle fois preuve de cette indécision cruelle ? Si c’était la deuxième option, il ne voulait pas lui retourner. Mais il fallait croire que quelque chose de plus fort que sa volonté le muait. Comme si la Weston contrôlait tout son corps. Le contact de ses lèvres de bouleversait tous les sens du marin, véritable tempête dévastant son esprit, ravageant son cœur. Il ne peut juste pas lutter contre la passion qui anime leurs souffles et il plonge dans ce baiser avec toute l’autodestruction que cela requiert. Le plaisir vient se mêler à la souffrance, dans un méli-mélo aussi inextricable que les nœuds de leur amour. Il encadre le visage de la belle de ses mains, laissant ses mains traîner sur ses joues et son cou tandis qu’il continue à butiner ses lèvres avec passion. Il y a ce gros ventre qui l’effraye un peu alors il réprime son envie de plaquer le corps de Lexia contre le sien. En revanche, il rapproche leurs visages, penchant légèrement sa tête pour chercher sa langue à elle. Comme si centimètre par centimètre, il reconquérait un territoire qui avait été un jour le sien.

_________________

all my dreams full of my regret
I think the hardest part of losing someone isn’t saying goodbye, but rather learning to live without them. always trying to fill the void, the emptiness that’s left inside your heart when they go” .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Keelin & Dylana
TON AVATAR : Mila Kunis
TES CRÉDITS : ava - cristalline ; gif profil - maya ; code signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : Adriel&Thomas

Fini - Adriel - (Declan) - (Luka) - Adriel (2) - Thomas - (Josh) - (Caleb) - Trystan - Deborah (Appel) - Dimka - Adriel (3) - Ivy - Trystan (2) - Intrigue Disparition Myrtle White - Adriel (4) - Thomas (2) - Trystan & Adriel - Adriel (Appel) - Dimka (2) - Trystan (3)
RAGOTS PARTAGÉS : 592
POINTS : 1876
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
CÔTÉ COEUR : Son coeur a penché pour Adriel. Actuellement enceinte de huit mois et demi. Entre deux relations compliquées, elle est tombée enceinte et ne sait pas qui est le père de son enfant.
PROFESSION : Garde cotière, autrement dit dans le service de la police maritime, de recherche et de sauvetage. Ancienne nageuse de niveau olympique.
REPUTATION : Elle est sur le point d'accueillir l'heureux événement, c'est sûr.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Wathever it takes | Trystan Sam 28 Juil - 21:06

I know it ain't pretty, when our hearts get broke
I know I moved onto someone new
You were the light to find my truth
I just wanna say, thank you

Lexia avait mal interprété l’un des reproches de Trystan, car il s’empressa de préciser qu’il ne lui en voulait pas d’être venu annoncer la nouvelle du bébé et de l’avoir impliqué dès le début. Il aurait simplement mieux valu qu’elle se concentre uniquement sur Adriel sur le plan sentimental, qu’elle soit claire tout de suite plutôt que d’hésiter durant de longs mois. A force, le marin s’était mis à espérer qu’il avait aussi ses chances de construire quelque chose avec elle. « Je n’ai pas d’excuse, je ne savais pas ce que je voulais. J’étais tout aussi perdue que vous. » Répondit Lexia, d’un air penaud. Elle aurait sans doute dû trancher à l’époque et se fier à ses intuitions, la situation aurait effectivement été moins douloureuse pour tout le monde. Seulement, elle avait certainement pressenti ces non-dits entre Trystan et elle puisqu’elle ressentait déjà quelque chose pour lui, quelque chose qu’elle avait, à l’instar du marin, mis en sourdine pour diverses raisons autre que celle d’être attachée à Adriel, des raisons que les deux amants ne tarderaient pas à s’expliquer, même si Lexia protesta d’abord sur cette comparaison ridicule que le brun ne cessait d’appliquer entre l’infographiste et lui. Trystan lui rappela qu’il n’était pas très doué pour interagir avec les gens et argua une nouvelle fois qu’il devait forcément avoir quelque chose en moins qu’Adriel si elle le choisissait lui. « Tu crois vraiment que je pourrai moins t’aimer juste parce que tu as du mal avec les gens ? » Siffla-t-elle. « C’est ridicule, tu sais bien que ça n’a jamais influencé notre relation. » Toutefois, Lexia ne savait à nouveau pas expliquer ce qu’Adriel avait en plus que Trystan, puisqu’il cherchait désespérément un élément en particulier. Les sentiments ne se contrôlaient pas. « Je sais que tu voudrais absolument entendre une raison particulière, un truc concret, mais je ne sais pas te dire pourquoi. Les sentiments ne s’expliquent pas… »

L’heure des confidences n’était pas du tout terminée. Au contraire, plus les secondes s’égrenaient, plus les anciens amants se rendaient compte à quel point les non-dits entre eux se révélaient nombreux, à quel point ils s’étaient manqués... A son tour, Lexia reconnut qu’elle n’avait pas non plus ouvert son cœur à l’époque où ils se fréquentaient toujours, bien avant qu’Adriel n’entre dans l’équation. Suite à l’interrogation de la flic, Trystan lui livra les raisons de son silence, des raisons qui formulées à voix haute, prenaient tout leur sens. Le contexte de leur relation leur avait offert la chance de se voir sans se prendre la tête sur des questions sentimentales. Le marin avait réussi à se voiler la face, il avait essayé de se protéger pour ne pas risquer de revivre une souffrance qu’il connaissait déjà. « C’est surtout drôle de penser que c’est notre silence à l’époque qui nous coûte tellement aujourd’hui… Si nous avions eu moins peur, tout aurait peut-être été différent. » Ce constat peinait vraiment Lexia. Comme s’il ne suffisait pas qu’ils soient en train de mal vivre cette forme de séparation, voilà que leurs confidences venaient ajouter du sel ravageur à leurs plaies ouvertes et leurs cœurs béants. De son côté, Trystan avait continué à se taire car Adriel était ensuite entré dans leur triangle improbable. C’est quand Lexia s’était éloignée de lui et qu’il avait pensé la perdre comme aujourd’hui, qu’il se rendait compte à quel point il l’aimait. Cette déclaration d’amour la maintint sans voix durant plusieurs secondes. Il continuait de la briser un peu plus, d’atteindre son cœur d’une manière qu’elle n’aurait jamais cru possible en franchissant cette porte. Trystan la chavirait et la poussait à tout remettre en question, encore une fois. Ne s’était-elle pas trompée ? Ne s’était-elle pas voilée la face ? C’était impossible… Des mois durant, Lexia avait réfléchi mais aujourd’hui, de nouveaux éléments s’invitaient au programme, des éléments qu’elle n’avait pas en sa possession jusqu’alors. Les sentiments de Trystan…

Le bonheur était dangereux, elle l’avait elle aussi appris des années plus tôt. Lorsqu’il avait parlé de complémentarité, il n’aurait pas pu choisir de meilleur mot. La jeune femme restait plongée dans ce silence, ne sachant que répondre et écoutant la respiration accélérée du marin en face d’elle. Victime de l’amour et de la vie, une partie de Lexia avait cessé d’être le jour où elle avait perdu son premier enfant et par la suite son compagnon de l’époque qui avait disparu de sa vie en apprenant qu’elle ne pourrait plus avoir de bébés. Comme un fantôme, la brune avait traversé les années suivantes sans vraiment jamais retrouver goût à la vie, jusqu’à sa rencontre avec Trystan tout d’abord, puis Adriel. Alors même si ses sentiments s’étaient d’abord déclarés pour son meilleur ami, l’ordre de rencontre était différent. Ne s’était-elle donc vraiment pas trompée ? La question se répétait dans sa tête tandis qu’un combat intérieur prenait place en elle. Lexia luttait pour ne pas perdre la raison mais le pêcheur avait atteint son but : la faire douter à nouveau. En écho aux explications de Trystan, la jeune femme se livra au même exercice. « C’est fou ! Je me suis tue pour les mêmes raisons que toi. D’une part, j’avais peur de m’attacher à nouveau, je ne pensais pas en être à nouveau capable, cette peur de revivre le passé, l’idée de priver d’une famille celui qui voudrait s’engager auprès de moi me bloquait… Ironique aussi quand on y pense. » En effet, elle était finalement tombée enceinte peu de temps après. Personne n’aurait pu le prédire. Si Lexia culpabilisait d’avoir impliqué deux hommes, elle ne s’était en revanche jamais sentie responsable d’avoir un enfant. Elle n’aurait eu aucun moyen de le savoir. « D’autre part, par rapport à toi, je redoutais aussi que ton amour pour Fiona se réveille. » Ils avaient tellement échangé sur leurs blessures d’avant qu’elle le connaissait assez pour savoir que cette éventualité était possible. Après tout, il avait eu du mal à envisager qu’il pourrait encore aimer après elle, il venait lui-même de l’avouer. « Les circonstances ont fait que ça ne s’est jamais vraiment terminé entre vous, pas comme dans toute relation normale, mais il est toujours là quelque part. Je me disais qu’elle reviendrait un jour, que ton cœur se réveillerait, qu’on arrêterait de se voir… » Lexia ne lui avait jamais confié une telle peur car non seulement elle était honteuse de la ressentir mais elle touchait ce qui avait le plus compté pour Trystan, alors c’était terriblement délicat d’en parler car là aussi, par rapport à sa première séparation, personne n’y pouvait rien. Embarrassée, elle baissa les yeux quelques secondes. La brune releva tout de même le regard et conclut le fond de sa pensée. « Finalement, vous vous êtes revus et ça n’a rien changé entre nous. Ce n’est en rien comparable mais je… je n’aurai jamais pensé que tes sentiments pour moi prendraient le dessus. » La situation semblait une nouvelle fois ironique : elle qui avait redouté qu’il retombe dans le passé, c’est elle qui avait vogué de longs mois le cul entre deux chaises. Pas lui. « C’est à ce moment-là, quand j’ai commencé à penser tout ça, à la peine que ça me ferait, que j’ai su que je ressentais quelque chose pour toi. Mais nous n’en avons jamais parlé et tout s’est précipité, il n’a plus été question de ça. » En parallèle, elle s’était aussi rapprochée d’Adriel, elle avait développé des sentiments forts pour lui qui s’étaient construit au fil des mois et enfin le bébé était venu tout chambouler. Beau tableau.

Trystan et elle avaient clairement loupé le coche comme elle l’avait expliqué. Pourtant, les mots du marin continuaient d’atteindre Lexia avec une force jamais égalée. Il adopta même une nouvelle technique en osant les contacts physiques et en posant la main de la brune sur la partie la plus inviolable de son corps : son cœur. A bout de volonté, elle le supplia d’arrêter à temps de lui servir son organe battant sur un plateau auquel cas elle risquait de le briser pour de bon. La jeune femme se sentait sur le point de craquer, d’envoyer valser ses bonnes résolutions pour le retrouver, retrouver l’espace de quelques secondes tout ce qu’il avait partagé. Une voix hurlait dans la tête de Lexia de se reprendre, de ne pas être celle qui le détruirait encore plus si elle ne se montrait pas plus ferme très vite. Le murmure dans sa tête résonna comme la plus forte des suppliques. Cependant, les membres de Lexia n’écoutaient déjà plus sa tête, son corps tout entier se pliait à la volonté du brun en face d’elle. Ame sœur… Le visage marqué d’incertitude, Lexia comprit que sa vie pouvait prendre un tournant nouveau si elle le voulait. Elle n’aurait qu’à laisser la porte entrouverte pour lui donner l’occasion de s’engouffrer dedans et toute son existence s’en retrouverait bouleversée. Cœur couvert de cicatrices, esprit en pagaille, elle assumerait. Elle assumerait d’avoir envisagé cette option. Pour l’heure, elle renia la petite voix dans sa tête qui lui soufflait qu’elle ne prenait pas la bonne décision en s’approchant de Trystan et en oubliant ses résolutions. Non, au diable les bonnes ou les mauvaises décisions. La nageuse posa ses lèvres sur les siennes, créant par ce simple contact des décharges d’électricité entre eux. Cet éclat de passion lui réchauffa la peau, un simple effleurement de la part de Trystan et Lexia se sentait perdue. La brune avait envie de lui, elle voulait l’aimer davantage, connaître ce qu’était la vie à ses côtés… Après une brève hésitation, Trystan lui rendit son baiser et approcha son visage du sien de sorte qu’ils partagèrent des échanges de plus en plus enflammés. L’espace d’un instant, le temps s’était arrêté. Lexia ne voulait pas que les secondes reprennent, elle s’enfermait dans ce moment avec l’énergie du désespoir, un goût amer dans la bouche. C’est ainsi que leur relation avait toujours fonctionné : ils se résignaient sur certains points, n’arrivaient pas à l’accepter et toute notion de raison s’évanouissait aussi vite… Pourtant, le monde extérieur la rattrapa finalement et la heurta plus que jamais auparavant. L’image d’Adriel la saisit et après un dernier baiser, Lexia arrêta l’élan fougueux qui l’avait saisie. Elle ne se sentait pas très bien. Pas à cause du bébé, mais en raison de l’ascenseur émotionnel qu’elle n’arrêtait pas de vivre depuis qu’elle était entrée dans cette maison. Ses mains tremblaient tellement qu’elle les posa sur son ventre pour se raccrocher à la réalité. Il fallait se reprendre et partir tant qu’il en était encore temps, sinon elle ne sortirait plus jamais de ce bateau. Aucun n’en sortirait indemne de toute façon, pas avec l’intensité de tout ce qui venait d’être dit et de se passer.

Alors que Lexia se mordillait à nouveau les lèvres, un étrange sentiment l’envahit. Elle s’approcha de Trystan et passa ses bras autour de son cou en faisant attention de ne pas trop se coller à lui. Elle posa sa joue contre la sienne, son souffle chaud atterrissait sur l’oreille du marin, tandis qu’inconsciemment, elle s’imprégnait de son parfum et de son étreinte… une dernière fois. Au cœur du bateau, perdus dans les bras l’un de l’autre, elle tentait désespérément de nier qu’elle le perdrait pour toujours et de le réaliser aussi. Trystan était littéralement entrain de la faire tomber amoureuse de lui aussi… trop tard malheureusement. Posant ses deux mains autour de son visage, elle l’obligea à la regarder, certaine qu’il comprendrait le message caché au fond de ses yeux. Ne m’en demande pas plus. Tous deux savaient qu’elle était sur le point de les détruire, qu’elle allait réduire à néant l’infime espoir d’une vie à deux qui était présent dans cette pièce. Elle ne voulait pas qu’il la pousse trop loin, elle ne voulait pas qu’il se rende compte que brisée par la douleur, incapable de le perdre, elle ne serait plus la même sans lui. Parce que toute sa vie, une partie d’elle, aussi infime soit-elle, resterait amoureuse de lui. Elle le réalisait aujourd’hui. Son indécision avait trouvé tout son sens. Il était temps. La mort dans l’âme, il était temps de lâcher les armes sur cette partie de sa vie. Ses pensées confuses ne savaient plus que dire ou que faire, mais dans la brume de son esprit Lexia était certaine qu'elle refusait de lui mentir. Elle se détacha de lui et brisa le silence pesant qui s’était installé. Il attendait, le fameux verdict. « Tous ces non-dits entre nous… Tu m’as ouvert les yeux, sur ce que je ressens vraiment pour toi. Aucun mot ne sera jamais assez fort pour l’expliquer. Tu as même réussi à me faire douter, sur ce que je pensais… Mais ce que je ressens pour lui est tout aussi fort et je ne peux pas. Je ne peux pas renoncer à lui. Je suis désolée. » C’était horrible de le perdre, de renoncer à lui aussi. C’était comme choisir entre un bras ou l’autre, une moitié de cœur ou l’autre… Les larmes s’invitaient à nouveau, elle n’arrivait pas à les retenir, elle se sentait cruelle et ne supportait pas l’idée d’être celle qui lui brisait réellement le cœur. C’était surtout ça le pire de tout. En s’ouvrant à elle, il lui avait donné ce rôle. Elle était celle qui lui anéantissait tout espoir par rapport à l’amour. « Je n’oublierai jamais tout ce qu’on a partagé » C’était nul comme derniers mots mais que pouvait-elle dire d’autre ? Lui répéter des sentiments qu’elle devait de toute façon taire ne ferait que rendre la situation plus cruelle et douloureuse encore ou elle relancerait de faux espoirs. Triste, elle détourna le regard et se dirigea vers la sortie du bateau, au pied de ces maudits escaliers raides. Elle ne pouvait définitivement plus se partager entre deux hommes, c’était la conclusion du jour et ses sentiments pour Adriel étaient inexplicables. Pourquoi lui plutôt que Trystan ? Aussi frustrant que ça pouvait l’être, elle n’avait pas d’explication, c’était juste ainsi. Elle était tombée amoureuse de lui avant que le marin et elle ne s’avouent mille choses aujourd’hui… Si Trys’ n’avait pas parlé, elle n’aurait même pas envisagé de revenir sur sa décision. Avec toute la détresse du monde, elle avait finalement tenu bon. Elle se mordit violemment la lèvre, voilà qui était fait, elle venait de les détruire définitivement. Son corps avait juste envie de se plier en deux de douleur mais, dignement, elle ne montra pas davantage que ses larmes silencieuses. Comme une automate, elle lança un dernier regard vers Trystan et elle attaqua le fameux escalier du bateau, se demandant  comment elle remonterait à l’extérieur sans risquer de se casser la tête. C’était impossible, insoutenable. Un observateur extérieur aurait aisément pu constater que deux cœurs venaient de se briser dans la pièce. C’était ridicule car il s’agissait du choix de Lexia, mais qui aurait cru qu’elle retrouverait l’amour auprès de deux personnes en même temps ? Celui pour Adriel avait quelque chose de particulier, d’inexplicable, mais celui pour Trystan, tué dans ses débuts, n’aurait probablement pas été moins intense si les silences n’avaient pas eu raison d’eux. Une partie d’elle lui appartiendrait toujours. Ame sœur brisée. Alors qu’ils étaient passés de l’incertitude aux sentiments brisés, de la confiance à l’incompréhension, des larmes aux confidences, ce soir marquerait à jamais leur existence.

_________________

it’s you and i
falling for you ▬ You should know you're beautiful just the way you are and you don't have to change a thing; the world could change it's heart, no scars to your beautiful, we're stars and we're beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Thomas, Rhys, Jaya & Eleanor
TON AVATAR : Kit Harrigton
TES CRÉDITS : rose red (avatar) simonangel (image profil)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (2/3)
Faith - Dylana
A venir : Evan - Fiona - Yevgeniya
RAGOTS PARTAGÉS : 669
POINTS : 1664
ARRIVÉE À TENBY : 05/05/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ans (6 juin)
CÔTÉ COEUR : Brisé en mille morceaux deux fois. Tellement brisé qu'il est certain de ne plus jamais pouvoir le réparer.
PROFESSION : Pêcheur. Et malheureusement guide touristique à ses heures perdues.
REPUTATION : On se sait toujours pas si c'est lui ou Adriel Swanson qui sera le père du bébé de Lexia Weston mais vu la tête qu'il fait depuis quelques jours, il semblerait que les choses ne tournent pas vraiment en sa faveur.



MessageSujet: Re: Wathever it takes | Trystan Mar 7 Aoû - 19:22

And I know I can't hold you like he does
I don't have those emotions in me
And it's true I can't love you like he does
But it's my kind of love
I'll show you love
My kind of love

« Je n’ai pas d’excuse, je ne savais pas ce que je voulais. J’étais tout aussi perdue que vous. » Finit par dire Lexia pour répondre à cette question lancinante de Trystan : pourquoi l’avait-elle laissé espérer en vain ?... Ce n’est pas une réponse satisfaisante sur le plan émotionnel mais le marin est sensible au fait que la Weston n’essaye pas de se dédouaner de sa responsabilité et reconnaisse sa part de responsabilité. Ils s’étaient mis tous les deux dans de beaux draps et peinaient vraiment à s’en dépêtrer… « Tu crois vraiment que je pourrai moins t’aimer juste parce que tu as du mal avec les gens ? C’est ridicule, tu sais bien que ça n’a jamais influencé notre relation. » Le morigène ensuite la jeune femme, lui montrant ainsi qu’elle n’adoptait pas son raisonnement. Il baisse la tête, penaud. « Je ne sais plus quoi croire à ce stade… » Dit-il avec lassitude. Finalement, il était aussi perdu qu’elle. Mais il était vrai que dans la tourmente, il pouvait garder la certitude que Lexia était une personne décente et que si elle disait quelque chose, c’est qu’elle le pensait. « Mais oui, excuse-moi, je sais que tu ne m’as jamais jugé. » Malheureusement, le fait qu’ils se mettent d’accord sur ce point n’a pas l’effet apaisant escompté. Parce que si les côtés bourrus de Trystan n’avaient pas rebuté Lexia pourquoi Adriel l’emportait-il sur lui ? Une fois encore, la brune apporte une réponse frustrante mais honnête.   « Je sais que tu voudrais absolument entendre une raison particulière, un truc concret, mais je ne sais pas te dire pourquoi. Les sentiments ne s’expliquent pas… » Ça aussi, il pouvait le lui concéder étant donné qu’il était lui-même incapable d’expliquer les siens, et parfois même de les comprendre avant qu’il ne soit trop tard…

A vrai dire, cette histoire de sentiments qui ne pouvaient pas s’expliquer aurait pu être la conclusion idéale pour lui. Se dire qu’une force supérieure à la raison poussait Lexia vers Adriel et  ensuite vivre avec l’idée. Ou du moins essayer…Malheureusement les choses sont un peu plus compliquées que cela et le Meylir ne sait pas comment faire cicatriser une plaie béante alors que certaines circonstances ne font que jeter du sel dessus. « C’est surtout drôle de penser que c’est notre silence à l’époque qui nous coûte tellement aujourd’hui… Si nous avions eu moins peur, tout aurait peut-être été différent. » Le marin pousse un long soupir en recevant ces mots plutôt stoïquement alors qu’intérieurement, il hurlait. « Je crois que je ne veux vraiment pas entendre ça. » Dit-il, véritablement en souffrance. « Tout aurait pu être différent. » Cet emploi du conditionnel était cruel au possible, tout comme le fait de donner vie à cette possibilité visiblement enterrée à présent. L’ensemble de la situation était déjà  difficile à gérer mais s’ils partaient en plus dans ce qui aurait pu se passer, Trystan n’était pas sûr de survivre à cette conversation. Il n’était pas prêt à entendre que cette possibilité s’était éteinte parce qu’il avait été trop craintif, parce qu’il s’était laissé paralyser par le poids de son passé.

Et plus, Lexia développait, plus cela devenait insupportable. « C’est fou ! Je me suis tue pour les mêmes raisons que toi. D’une part, j’avais peur de m’attacher à nouveau, je ne pensais pas en être à nouveau capable, cette peur de revivre le passé, l’idée de priver d’une famille celui qui voudrait s’engager auprès de moi me bloquait… Ironique aussi quand on y pense. » « Hélas, je ne suis pas certain de goûter à cette ironie. » Réplique t-il avec amertume. Il ne voulait pas aviver une tension inutile mais au final, cette peur de s’attacher avait disparue lorsqu’Adriel était entré dans l’équation. A moins, que comme elle dit, le fait de s’être retrouvée enceinte avait débloqué quelque chose en elle… De toute façon, il n’avait pas besoin de pousser trop loin la psychanalyse, car la brune lui livre tout ce qu’elle a sur le cœur. Elle lui explique alors qu’elle craignait aussi qu’il soit toujours amoureux de Fiona ou du moins que la revoir raviverait de vieux sentiments mais que les faits lui avaient donnée tort. Il hoche la tête, ne lui épargnant pas la vérité à son tour. « Effectivement, mes sentiments pour toi ont pris le dessus. Quand j’aime quelqu’un, c’est de manière pleine et entière. Je n’aurai jamais pu retomber pour Fiona alors que j’éprouve ce que j’éprouve pour toi. Pourtant, pendant longtemps, j’ai cru que c’était l’inverse que je resterai à jamais épris d’elle et que je ne pourrai jamais aimer une autre femme…» Ironie, encore et toujours…   «Tu m’as permis d’ouvrir les yeux, d’arrête de vivre dans un souvenir… Mais maintenant, il va falloir que je trouve comment arrêter de t’aimer toi… C’est sans fin. »

Il est à bout de forces. D’ailleurs mise à part cette déclaration, il s’est fait de plus en plus laconique face aux mots de Lexia. La vérité, c’est qu’il ne voulait plus entendre ses explications. Elle croyait peut être lui faire du bien en lui faisant comprendre qu’elle l’avait aimé aussi, mais c’était pire que tout. Maintenant, tout ce dont il avait besoin, c’était du coup de grâce. Une coupure nette et propre, pas quelque chose qui lui donneraient des espoirs aussi vains que destructeurs. Cependant, c’est très mal parti. Parce qu’au fil de la discussion, les deux anciens amants ont fini par se rapprocher de plus en plus, jusqu’à ce que la distance entre eux ne soit plus que de quelques centimètres. Et l’inévitable s’était produit. Trystan avait craqué l’allumette en s’emparant de la main de Lexia et en la déposant sur sa poitrine et Lexia avait allumé le brasier en écrasant ses lèvres sur celles de Trystan. Ils étaient incapable de réprimer l’attirance physique qui les animaient toujours en présence l’un de l’autre, incapables de contrôler l’alchimie qui naissait de l’union de leurs bouches… Le Meylir savait pourtant que ce baiser contredisait tout ce qui venait d’être dit mais avec le désespoir d’un homme qui n’avait plus rien à perdre, il s’était laissé à ce dernier, le chargeant d’espoir et de promesses.

Cependant ce baiser n’est pas destiné à durer. Pour Lexia, il n’est qu’un moment d’égarement, un dernier geste de rébellion envers le sacrifice qu’elle doit faire. Et finalement, elle s’écarte brusquement de Trystan. Meurtri, il recule aussi, lui laissant son espace vital. Elle reste de longues secondes silencieuse, les mains posées sur son ventre. Il ne dit plus rien non plus. Il avait beau s’être préparé à cette fin, il n’avait clairement pas anticipé la souffrance qu’elle lui causerait. Il est aussi parfaitement immobile, craignant de briser l’équilibre fragile de sa raison en faisant un geste… C’est donc Lexia qui a l’initiative et finalement, c’est elle qui fait un pas vers lui. Ses bras viennent entourer la nuque de Trystan, dans une étreinte mesurée. Le temps n’était plus aux folies… Il ferme les yeux tandis que la joue de la Weston vient se poser contre la sienne. Douce caresse, dernier contact de leurs peaux, intime étreinte mais surtout lames de rasoir dans l’estomac. Il voudrait lever les bras, lui rendre cette dernière étreinte mais il s’en sent incapable. Alors, elle s’écarte à nouveau de lui, et il ressent physiquement le vide que cela cause en lui. Les mains douces de la jeune femme viennent encadrer son visage tandis qu’elle le force à croiser son regard. « Ne me force pas à en dire plus. » A-t-il l’impression de lire dans ses yeux. « You’re breaking my fucking heart. » Ne peuvent que répondre les siens. Ce serait donc encore elle qui allait devoir se dévouer pour la conclusion.

« Tous ces non-dits entre nous… Tu m’as ouvert les yeux, sur ce que je ressens vraiment pour toi. Aucun mot ne sera jamais assez fort pour l’expliquer. Tu as même réussi à me faire douter, sur ce que je pensais… Mais ce que je ressens pour lui est tout aussi fort et je ne peux pas. Je ne peux pas renoncer à lui. Je suis désolée. » Finalement, elle a réussir à dire les mots maudits. Le verdict qu’il attendait était enfin tombé. Mais il n’en éprouve pas la délivrance escomptée. Il se sent juste… vide. Vain. Sonné… Cependant, elle lui a donné ce dont il avait besoin. Il doit lui rendre la courtoisie. Alors enfin, il baisse les bras. Enfin, il renonce à elle. Enfin, il rend les armes. C’est aussi douloureux que le reste. Cet abandon revient à s’amputer de la meilleure partie de lui-même : celle qui aimait Lexia, celle qui avait retrouvé l’espoir d’une vie meilleure à ses côtés. « J’aurai voulu te faire changer d’avis… Pas simplement de faire douter. » Parviens t-il à articuler avec dépit. Il s’en veut aussitôt. A quoi bon la charger du poids de la culpabilité alors qu’elle se dirigeait vers une vie radieuse avec Adriel et le bébé ? Il avait beau se focaliser sur la peine et la douleur qu’il éprouvait à ce moment précis, il n’était pas encore totalement aveuglé par ces dernières. Il voyait bien qu’elle portait un fardeau aussi, que c’était aussi difficile pour elle que pour lui. Or il pensait chaque mot qu’il avait dit. Il l’aimait vraiment. Au nom de cela, il devait faire un effort dans les derniers mots qu’il lui adressait. « Ne sois pas désolée… Sois juste heureuse… » « Avec lui. » Mais ça, il ne parvient pas  à l’ajouter, même pour elle…

« Je n’oublierai jamais tout ce qu’on a partagé » Dit-elle alors avant de définitivement tourner les talons et de se diriger vers les escaliers qui menaient à la sortie du bateau. A nouveau, ce sont des paroles amères qui lui viennent en tête en premier. Lui avait envie d’oublier. Tout. Mais encore une fois, il ne le lui dit pas. En fait, il prend une seconde pour inspirer profondément et se rappeler qu’il ne veut pas blesser Lexia malgré sa douleur. C’état fini, il devait se résigner. Toutefois, la brune n’est pas encore partie. En fait, elle lance un dernier regard brillant de larme au Meylir, qui le cloue sur place. Ça, c’était quelque chose qu’il n’était pas prêt d’oublier. Ce regard le hanterait longtemps… Et c’est à son tour d’être pris d’une impulsion. En deux enjambées, il est vers elle. Sa main se pose sur sa nuque tandis qu’il dépose un long baiser d’adieu sur son front.  Puis, il s’écarte, la regardant dans les yeux. « Je n’oublierai pas non plus… Je t’aime et être en train de te perdre est insupportable mais ce qu’on a eu le vaut sûrement. Je n’aurai pas voulu jamais connaître cette sensation. » Dit-il avec une certaine maladresse, pas certain de bien se faire comprendre. Ce qu’il voulait dire, c’est que malgré cette triste fin, il n’arrivait pas à regretter leur histoire… Par contre, il était vraiment temps qu’il la laisse quitter ce bateau, ne serait-ce que pour résister au tas de pulsions plus folles les unes que les autres qui pouvaient encore l’étreindre. Sa main retombe tandis qu’il la libère pour de bon. Il voit cependant qu’elle semble avoir du mal avec les escaliers, peut être un peu trop éprouvée par l’échange intense qu’ils viennent d’avoir. Il la dépasse donc pour monter sur le pont, lui tendant une main charitable pour l’aider à gravir les marches. En revanche, il évite soigneusement son regard, même une fois qu’elle est sur le pont et qu’il relâche sa main. « Au revoir, Lexia… » Glisse t-il alors des échardes dans la gorge et dans le cœur, refusant toujours de la regarder une dernière fois. Ames sœurs brisées. C’est ce qu’ils étaient désormais.

we have to stoooop:
 

_________________

all my dreams full of my regret
I think the hardest part of losing someone isn’t saying goodbye, but rather learning to live without them. always trying to fill the void, the emptiness that’s left inside your heart when they go” .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Boston
TES DOUBLES : Fiona, Eléa, Gwen, Keelin & Dylana
TON AVATAR : Mila Kunis
TES CRÉDITS : ava - cristalline ; gif profil - maya ; code signa - bat'phanie
TA DISPONIBILITE RP : Adriel&Thomas

Fini - Adriel - (Declan) - (Luka) - Adriel (2) - Thomas - (Josh) - (Caleb) - Trystan - Deborah (Appel) - Dimka - Adriel (3) - Ivy - Trystan (2) - Intrigue Disparition Myrtle White - Adriel (4) - Thomas (2) - Trystan & Adriel - Adriel (Appel) - Dimka (2) - Trystan (3)
RAGOTS PARTAGÉS : 592
POINTS : 1876
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2017


ÂGE DU PERSONNAGE : 35 ans
CÔTÉ COEUR : Son coeur a penché pour Adriel. Actuellement enceinte de huit mois et demi. Entre deux relations compliquées, elle est tombée enceinte et ne sait pas qui est le père de son enfant.
PROFESSION : Garde cotière, autrement dit dans le service de la police maritime, de recherche et de sauvetage. Ancienne nageuse de niveau olympique.
REPUTATION : Elle est sur le point d'accueillir l'heureux événement, c'est sûr.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Wathever it takes | Trystan Mar 14 Aoû - 21:26

I know it ain't pretty, when our hearts get broke
I know I moved onto someone new
You were the light to find my truth
I just wanna say, thank you

Lexia aurait simplement dû être plus ferme dans son choix, ne pas déverrouiller la porte de son cœur et tout aurait pu s’en tenir là. Mais elle n’était pas de ces personnes raisonnables quand les sentiments prenaient le dessus, elle ne comptait pas parmi ceux qui savaient que c’était suffisant. Car éviter des situations où l’on peut commettre des fautes, est la plus grande erreur qu’elle aurait pu faire. Son inconscient le savait et elle ne voulait pas regretter davantage ce moment déjà compliqué à vivre. Aussi, lorsque Trystan termina d’expliquer les raisons de son silence quant à ce qu’il avait réellement ressenti pour elle, elle se livra au même exercice et leva tous les non-dits entre eux, peu importe si la séparation n’en serait que plus difficile, elle ne commettrait pas l’erreur de se taire, car il n’y avait plus que maintenant, cet instant présent, pour tout lui dire.

En écho à ses derniers propos, le brun lui confirma qu’il n’aurait jamais pu retomber pour son ex vu ce qu’il éprouvait pour la flic. Agréablement surprise par une telle confidence qu’elle n’aurait jamais envisagé possible, Lexia ne pouvait pas la savourer à sa juste valeur : elle souffrait du timing de la situation. A l’époque, elle ignorait de tels sentiments de la part de Trystan tout comme elle avait tu son ressenti aussi. Et leur silence leur coûtait beaucoup aujourd’hui. Quand il conclut son idée par la nécessité de trouver un moyen pour arrêter de l’aimer, une nouvelle écharde s’ajouta dans son cœur. Ce qui s’apparentait à une insupportable rupture, de plus en plus difficile, débutait. Tout d’abord, ils plongèrent dans le déni. Le marin saisit la main de Lexia afin de la poser sur son cœur et la brune céda à l’appel criant qu’elle avait de ses lèvres. L’échange exprima une nouvelle fois toute l’attirance et l’intensité de ce qui existait entre eux. Ils avaient toujours mieux réussi à exprimer au travers de gestes physiques, les mots qu’ils étaient incapables de prononcer ; une attraction profonde alimentée par l’inexpression verbale des sentiments qui les habitaient. A quel moment Lexia avait-elle perdu le contrôle de ses émotions ? Quand était-elle devenue suffisamment vulnérable pour qu’il atteigne son cœur comme jamais ? Était-ce ce jour où elle l’avait embrassée la première fois ou celui où elle s’était pour la première fois réveillée dans ses bras au détour de leur relation réconfortante ? Ou bien les traitres émotions avaient-elles été enfouies durant des années, depuis sa rupture avec celui qui avait failli être le père de son enfant, attendant la moindre fissure dans son organe battant pour se glisser à l’intérieur et le réveiller violemment pour deux hommes ?

Lorsque Lexia cessa de l’embrasser, de peur de ne plus pouvoir se reprendre, elle s’éloigna de Trystan le temps de retrouver ses esprits. Pourtant, elle le retrouva bien vite dans une dernière étreinte et, tandis que leurs respirations s’accordaient l’une à l’autre une ultime fois, elle ferma les yeux et s’imprégna de lui, de son parfum, elle se droguait de lui une dernière fois en essayant de ne plus nier l’évidence d’une fin proche. Après cette dernière étreinte et cet intense regard échangé pour ne pas pousser le supplice plus loin, un regard où il lui montrait qu’elle le brisait littéralement, ce qui l’acheva encore plus, Lexia retrouva malgré tout l’usage de la parole et lâcha le fameux verdict. Elle venait d’assassiner émotionnellement Trystan, de le trucider, de lui égorger le cœur. Il avait suffi d’une minuscule phrase pour que l’ascenseur chaotique de leur ‘relation’ s’arrête brusquement à l’étage de pire cauchemar. Attristée, la jeune femme avait bien conscience qu’il risquait de sombrer, doucement mais aussi sûrement que le soleil laissait place à la nuit le soir tombé. Elle détestait être celle qui venait de lui brûler le cœur, mélange d’amour renié et de tristesse non contenue. Blessés et brisés. Elle les avait brisés, avait déchiré son coeur en repoussant l’amour qu’il lui avait offert, éteignant les dernières braises de passion qui s’évertuaient à demeurer au fond d’eux. Voilà à quoi ressemblait leur allure. Lexia ne pouvait plus revenir en arrière, elle avait pris sa décision et aussi douloureuse était la séparation avec Trystan, elle ne pouvait pas renoncer à Adriel. Sans rancœur envers elle, Trystan aurait simplement voulu réussir à lui faire changer d’avis, au-delà de ses doutes. Il n’imaginait pas à quel point il avait été proche de réussir, à quel point il l’avait ébranlée. En effet, ce n’était pas parce qu’elle allait franchir la porte du bateau, qu’elle allait tout oublier, bien au contraire. Aussi, lorsque Trystan lui souhaita d’être heureuse, elle prononça les mots qui venaient de lui traverser l’esprit. Jamais, elle ne l’oublierait, ni lui ni ce qu’ils avaient partagé. Il ferait partie d’elle, pour toujours, comme si quelqu’un avait marqué sa peau au fer rouge et que la brûlure ne s’éteindrait plus jamais.

Alors qu’elle s’approchait des escaliers, elle adressa un dernier regard triste en direction de Trystan. Pris d’une impulsion, il la rejoignit alors en deux enjambées et il lui déposa un long et affectueux baiser d’adieu sur le front. Durant ces quelques secondes inattendues, elle ferma les yeux et profita de ce tout dernier moment intime entre eux et il lui livra les derniers mots délivrés par son cœur en lui réitérant son amour pour elle et la douleur insupportable de la perdre. Il n’oublierait pas non plus, car peu importe l’issue de leur histoire, elle en avait valu le coup à ses yeux. En un sens, il venait de lui faire la plus belle des déclarations en guise de conclusion. Je t’aime aussi. Je ne supporte pas non plus l’idée de ne plus te voir et de te perdre. Mais c’est impossible autrement. Elle lui avait déjà formulé de tels mots plus tôt alors il était inutile de continuer sur cette lancée destructrice. « Moi non plus, je ne la regrette pas. Pour rien au monde. » Sa gorgée était nouée, aussi elle se tut. Lexia lui serra les mains avec douceur comme pour lui répondre sur le reste. Un dernier regard entre eux, et tout était fini. Aidée de Trystan, elle monta ensuite les escaliers et alors qu’elle posa une ultime fois les yeux sur lui lorsqu’il relâcha sa main, il lui adressa les derniers mots fatidiques sans plus oser lever le regard vers elle. « Au revoir, Trys’… » Un dernier frôlement de doigts, imperceptible, et elle quitta le bateau. Les larmes continuaient de lui inonder les joues, surtout en raison de la douleur profonde qu’elle lui causait. L’ivresse de leur désir commun et de leur amour avorté, continueraient de leur embrouiller l’esprit toute leur vie car ce moment si intense, même le temps ne réussirait jamais à l’effacer.


Sujet terminé

_________________

it’s you and i
falling for you ▬ You should know you're beautiful just the way you are and you don't have to change a thing; the world could change it's heart, no scars to your beautiful, we're stars and we're beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Wathever it takes | Trystan

Revenir en haut Aller en bas

Wathever it takes | Trystan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-