AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

I can't stay mad at you - Jean & Andrew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey Baxter + Eirian Kleefin + Brianna Harris
TON AVATAR : Tatiana Maslany
TES CRÉDITS : ava par moi ; gif par Penny
TA DISPONIBILITE RP : Dispo pour 1 RP
Andrew - Cody - Seanan - Appel à Magnùs
RAGOTS PARTAGÉS : 6726
POINTS : 2386
ARRIVÉE À TENBY : 22/10/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 ans
CÔTÉ COEUR : McGreen for the win
PROFESSION : nouvellement réceptionniste à Tenbreak FM
REPUTATION : Vous avez vu ? Elle sort apparemment avec Andrew Green... Son fameux ancien complice. Et puis, elle fabrique quoi, au final, depuis qu'elle a vendu son magasin ? Je vous dis, c'est louche, à coup sûr, ils nous préparent un sale coup, ces deux-là !



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: I can't stay mad at you - Jean & Andrew Dim 3 Juin - 1:12

Jean lâche un lourd soupir lorsqu'elle reconnait la voiture d'Andrew, garée devant chez eux. Elle ne se sent pas encore prête à lui parler, encore moins le voir en chair et en os. Mais elle n'est pas immature au point de poursuivre son chemin pour fuir toute rencontre : elle se stationne donc derrière la voiture du mécanicien et se retrouve dans la rue sans attendre. Ses yeux tombent quasiment aussitôt sur la silhouette du brun, qui l'attend sur le palier. Bien, au moins, il a eu la décence de ne pas entrer, quand bien même il aurait eu la possibilité et le droit de le faire. Cela atténue un peu de la colère de l'Ecossaise ; elle est toutefois encore suffisamment remontée pour ne pouvoir rien lui offrir d'autre qu'un regard noir en s'approchant. Elle aimerait pouvoir l'ignorer, ça serait tellement plus facile... S'en ficher, ne rien chercher à réparer. Ne pas penser à lui chaque soir, et peser le pour et le contre de leur relation. « Qu'est-ce que tu fais là ? » lâche-t-elle abruptement, en guise de salutations. Elle se risque à le regarder un peu plus longuement. Il a l'air un peu minable, sans doute parce qu'il a attendu là un moment. Bien. Elle espère juste ne pas avoir l'air aussi fatiguée que lui, quand bien même les dernières nuits ont été courtes. « Je t'ai dit d'attendre que je t'appelle. » poursuit-elle, en croisant les bras sur sa poitrine. Et jusqu'à présent, elle était résolue à ne pas l'appeler. Il est dangereux, avec ces ennuis qu'il traine avec lui partout. Elle aimerait le croire, aussi, quand il lui assure tout faire pour s'en sortir. Mais en fait, même si elle le croit, Jean n'est pas certaine qu'Andrew y parvienne tout à fait un jour. Hier, c'était Penny. Aujourd'hui, un mec qui veut être remboursé d'une somme astronomique. Et demain, quoi ? Bien sûr qu'en se lançant avec lui, elle s'était engagée à le prendre entièrement, passif et emmerdes compris. Sauf qu'à présent qu'ils en sont à vouloir fonder une famille, ça lui fait peur. Et elle ne sait plus quoi faire. Faire marche arrière ? Appuyer sur le bouton pause ? Continuer malgré tout ? Elle a exploré toutes ces possibilités, imaginé ce que le futur pourrait être, avec ou sans Andrew, avec ou sans enfant, à Tenby ou ailleurs. Mais elle ne peut pas prédire le futur - et à présent que le principal intéressé est face à elle, elle n'a plus qu'une seule certitude. Celle qu'il lui manque bien trop. Alors, elle se détend un peu et lui propose plutôt : « Tu veux entrer ? Il faut qu'on parle. » ajoute-t-elle, comme si elle avait besoin de justifier cette invitation. Elle espère surtout qu'il n'est pas venu lui annoncer qu'il récupérait ses affaires pour prolonger leur séparation. Soudain, cette hypothèse, à laquelle elle n'avait pas penser avant, la terrifie. Après tout, cette dispute, la séparation qu'elle leur a imposé en le jetant hors de chez eux, c'est aussi une porte de sortie toute trouvée pour lui. Et s'il regrettait d'avoir foncé tête baissée dans la vie de couple ? Et s'il avait soudainement peur d'avoir un enfant ? S'il s'était convaincu, ces derniers jours, que quitter Jean était la meilleure chose à faire pour la protéger de ses ennuis ?

C'est troublée et anxieuse que la brune passe la porte, Andrew juste derrière elle. Elle ne se sent pas encore prête à affronter cette conversation qui doit arriver, alors, elle pose ses affaires et abandonne ses chaussures dans l'entrée comme elle le fait chaque soir. Sans regarder Andrew, dans une tentative vaine de retarder l'échéance. Elle a beaucoup à lui dire, mais elle veut aussi le faire au bon moment, être certaine qu'ils veuillent bel et bien la même chose. Et aussi, que cette sombre histoire de dettes et d'arnaques est derrière lui avant de potentiellement accepter son retour ici. « Je vais prendre un truc à boire. Tu veux quelque chose... ? » propose-t-elle pour gagner un peu de temps. Quelques secondes, une minute. Le temps de savoir par où commencer. Elle se sert un grand verre d'eau et ramène un verre à Andrew, pour le rejoindre dans le salon. Elle s'assoit dans un fauteuil et demande enfin : « Comment va ton amie... ? » Celle qui s'est fait tabasser, histoire de faire passer le message. Un avant-goût, sans doute, pour prévenir les deux arnaqueurs qu'il pourrait arriver bien pire s'ils ne payaient pas. Jean n'a pas envie d'être la prochaine, mais elle a encore moins envie de retrouver Andrew dans un lit d'hôpital. Ou pire...

_________________

You are the one ♒︎ i want to reconcile the violence in your heart, I want to exorcise the demons from your past, I want to satisfy the undisclosed desires in your heart © endlesslove.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, brendan, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : schizophrenic (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8468
POINTS : 3506
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I can't stay mad at you - Jean & Andrew Lun 11 Juin - 21:43

All we have is each other now
I'm coming home now
I need your comfort


L'attente est longue, mais je ne flanche pas, je reste sur place et je tiens bon. Les cigarettes s'enchainent alors que je suis assis sur le perron et que j'attends la venue de Jean. Elle va bien rentrer à un moment ou à un autre, pas vrai ? J'entends le bruit du moteur de sa voiture quelques secondes avant qu'elle ne se gare devant la maison et je me relève. J'écrase mon mégot dans le pot de fleurs, que je n'oublierai pas de jeter plus tard si je ne veux pas m'attirer les foudres de la McKinnon. Elle n'a pas l'air ravie de me voir, mais sur le coup, je m'en moque pas mal tant je suis heureux de la revoir. Elle m'avait manqué, terriblement manqué, même si cela ne fait pas longtemps que j'ai quitté la maison.
L'accueil est froid. Très froid. Toutefois, je me retiens de soupirer parce que je veux arranger les choses, et pas les empirer. D'abord, nous restons dehors et pendant un moment, je me demande si elle va me laisser entrer. J'ai beau avoir la clé, je n'entrerai pas si elle ne m'y invite pas.
« Je voulais juste te voir. » J'en ai assez de squatter le canapé de l'atelier et le canapé de Rhys, d'autant plus qu'avec sa petite famille, c'est trop facile de se sentir à l'étroit et mal à l'aise. « Je sais, je sais… Mais j'aime pas te savoir seule et tu me manquais. » Avoue-je. Si nous sommes séparés, c'est à cause de moi, c'est à cause des parties de poker que j'ai faites avec Rhys et qui me sont retombées dessus - ou plutôt sur Gwen - et à présent je ne peux m'empêcher de m'inquiéter pour la jeune femme. Etre loin d'elle alors que cette menace est toujours aussi vive est une torture, mais si elle ne me laisse pas l'approcher, je ne peux pas m'imposer.
Si elle ne veut pas que je reste, si elle m'envoie balader… Alors je ne sais pas ce que je vais faire, je ne sais pas comment je vais affronter cette situation, mais pour sûr, je ne peux pas me dédoubler et je ne peux pas la protéger comme j'aimerais le faire si elle me laissait auprès d'elle.
Enfin, elle me propose d'entrer et je hoche la tête pour lui signifier qu'en effet, je veux entrer. En fait, je veux rester avec elle aussi longtemps qu'elle me le permet.

« Je veux bien de l'eau aussi, s'il te plait. » Jean revient quelques secondes plus tard avec les verres d'eau en main et elle m'en tend un que j'attrape aussitôt. Je m'assois en face d'elle, triste de cette amertume, même si elle est justifiée et que je la comprends. « Elle est sortie de l'hôpital donc ça veut dire qu'elle va mieux, mais je n'en sais pas vraiment plus… Elle ne veut plus me voir. » Et ça aussi ça se comprend, surtout quand on repense à son réveil à l'hôpital : ma réaction a été démesurée sur le coup et j'ai été incapable de me rendre compte que j'allais trop loin. J'ai été aveuglé par la colère mêlée à la peur que je ressentais et j'ai refusé d'accepter ma responsabilité dans cette histoire. Je n'ai pas voulu reconnaître mes torts et la Martins m'a clairement fait comprendre qu'elle ne voulait plus me voir.
Ca passera, j'espère. Tout comme j'espère que ça passera également avec ma petite-amie. « Je t'ai dit à quel point je suis désolé et je te le répète encore une fois. Je m'en veux vraiment. Je sais que c'est trop tard, que je ne peux pas faire machine arrière, mais si je le pouvais, je le ferais. » Je bois une gorgée d'eau. « J'ai envie de revenir à la maison, Jean. » Je sais qu'elle doit encore me pardonner, pardonner mon inconscience et mes prises de risques, mais encore une fois, j'espère que le fait que toutes ses frasques aient eu lieu avant nos nouveaux projets joue en ma faveur. « S'il te plait. Laisse moi revenir. »

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey Baxter + Eirian Kleefin + Brianna Harris
TON AVATAR : Tatiana Maslany
TES CRÉDITS : ava par moi ; gif par Penny
TA DISPONIBILITE RP : Dispo pour 1 RP
Andrew - Cody - Seanan - Appel à Magnùs
RAGOTS PARTAGÉS : 6726
POINTS : 2386
ARRIVÉE À TENBY : 22/10/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 ans
CÔTÉ COEUR : McGreen for the win
PROFESSION : nouvellement réceptionniste à Tenbreak FM
REPUTATION : Vous avez vu ? Elle sort apparemment avec Andrew Green... Son fameux ancien complice. Et puis, elle fabrique quoi, au final, depuis qu'elle a vendu son magasin ? Je vous dis, c'est louche, à coup sûr, ils nous préparent un sale coup, ces deux-là !



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I can't stay mad at you - Jean & Andrew Sam 14 Juil - 17:51

Jean tente de se montrer distante, mais les mots d'Andrew la font presque flancher. Toi aussi, tu me manques. Qu'est-ce qu'elle aimerait pouvoir le lui dire, et que tout s'arrange aussi simplement. Sauf qu'elle ne peut pas oublier toutes les raisons qui l'ont fait le pousser hors de chez eux sous prétexte qu'il lui manque... Et elle ne peut pas non plus le punir à jamais pour des événements qui le dépassent. Il est surement temps de discuter à tête reposée et de tenter d'arranger les choses. Si Jean n'aurait pas provoqué cette rencontre avant plusieurs jours encore, à présent qu'Andrew est là, elle ne s'imagine pas le repousser. Elle l'invite donc à entrer, fuyant son regard autant que sa présence : elle s'empresse de filer vers la cuisine, sous prétexte de leur chercher à boire. Lorsqu'elle revient avec les deux verres d'eau à la main, elle n'a pas d'autre choix que d'entamer cette discussion qu'ils doivent avoir. La gorge nouée, elle écoute la réponse du brun, au sujet de son amie qui a été passée à tabac. Le sujet ne l'intéresse qu'à moitié, pas seulement parce qu'elle ne connait pas la femme en question, mais surtout parce qu'elle a bien d'autres choses en tête. « Oh... Je suis désolée. » se retrouve-t-elle à bredouiller faiblement lorsqu'il explique que son amie ne veut plus lui adresser la parole. Jean ne cherche pas à en savoir plus - elle comprend parfaitement le ressentiment que cette Gwen peut entretenir à l'égard du mécanicien. Elle n'a pas non plus la force de lui mentir en lui assurant que leur relation s'arrangera avec le temps car rien n'est moins sûr.

Ils ne s'attardent pas sur le sujet, de toute manière, puisqu'Andrew ne tarde pas à recentrer la conversation sur eux. Le regard de la brune fuit tout contact entre eux et elle s'accroche à son verre d'eau comme à une ancre qui l'empêcherait de flancher. Ce n'est pas par cruauté qu'elle veut le faire mariner. D'ailleurs, le voir la supplier ainsi est bien plus douloureux qu'elle ne le pensait. C'est pour cette raison qu'elle a du mal à trouver la force de répondre : « Je... peux pas. » Elle a l'impression de s'arracher le coeur, en le repoussant ainsi quand elle aimerait tant pouvoir le retrouver. Mais la situation est loin d'être simple, et prétendre qu'elle l'est, qu'il suffirait qu'il revienne pour tout arranger, ne fera que se retourner contre eux. « Je suis désolée, Andrew... » se retrouve-t-elle à souffler piteusement. Elle se pince les lèvres, se prépare mentalement à la réaction que sa réponse va déclencher chez son petit-ami. Elle s'attend à de la colère, des reproches - elle mérite tout cela, parce qu'elle aurait tort de lui faire payer une erreur qu'il a commise avant qu'ils se mettent ensemble. Il n'en maitrise pas non plus les conséquences, et il serait injuste de continuer à le punir pour cela. Mais il lui manque aussi une partie du problème. Une immense pièce qui explique ses craintes. Un secret qu'elle ne peut plus garder pour elle, à présent qu'Andrew est là, face à elle. « Je suis enceinte. » Voilà, la bombe est lâchée. Cette nouvelle qu'ils attendaient, ce projet fou qui devait changer leur vie. Jean ne s'imaginait pas l'apprendre loin de lui, garder le secret des jours durant tout en s'inquiétant de leur avenir. Elle aurait, surtout, aimé pouvoir lui dire autrement que du bout des lèvres, la peur au ventre. Qu'ils puissent se réjouir comme il le faudrait. Sauf que c'est bien trop important pour qu'elle attende le bon moment pour le lui dire, d'autant plus que cette nouvelle explique en grande partie ses réserves, dont elle tente de lui faire part immédiatement : « Donc, non, je peux pas te laisser revenir comme ça, sans garantie. Que ça n'arrivera plus, parce que j'peux pas craindre chaque jour que ça soit moi ou toi qui finisses dans un lit d'hôpital. Ou pire... » Elle secoue brièvement la tête, dans l'espoir de chasser les scénarios catastrophe de son esprit. Après un soupir, elle tente de trouver une solution à ce problème qui leur pourrit la vie depuis déjà trop longtemps : « Combien tu dois à ce type exactement ? »

_________________

You are the one ♒︎ i want to reconcile the violence in your heart, I want to exorcise the demons from your past, I want to satisfy the undisclosed desires in your heart © endlesslove.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, brendan, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : schizophrenic (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8468
POINTS : 3506
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I can't stay mad at you - Jean & Andrew Mar 24 Juil - 15:14

All we have is each other now
I'm coming home now
I need your comfort


Jean semble avoir la tête ailleurs, ce qui m'inquiète et ce qui est mauvais signe pour notre affaire. Toutefois, il m'en faut plus pour m'arrêter, il m'en faut beaucoup plus pour que je reparte d'où je viens et je fais de mon mieux pour garder mon calme malgré les signes négatifs que m'envoie la jeune femme. Sans surprise, la sentence tombe et elle n'est pas celle que j'espérais. Je soupire, pose le verre sur la table basse et me relève d'un grand coup sec. Le calme n'aura pas durer longtemps.
« Non, mais bon sang, qu'est-ce que je peux faire pour que tu me pardonnes ? Avant qu'on se remette ensemble, tu savais que j'avais fait des conneries, tu savais que c'était un risque… Et maintenant, quoi, au juste ? » Que je m'emporte sans pour autant élever la voix. « Tu es désolée ? Mais je fais quoi, moi, en attendant ? Je ne peux même pas être là pour te protéger en cas de besoin. Je ne peux même pas être auprès de la femme que j'aime. » L'amertume est palpable et j'aimerais bien garder mon calme, mais c'est trop difficile. Cette situation me rend malade, le fait que je ne puisse pas me coucher et me réveiller auprès de Jean m'irrite, me rend désagréable - plus désagréable que d'habitude. Je fais les cent pas dans la pièce, ce qui facilite la tâche à Jean - cette tâche qui consiste à fuir mon regard comme la peste. J'ai le sentiment d'être un inconnu dans ma propre maison et j'ai peur que cette histoire ne fasse qu'empirer notre relation. Toutefois, ce qui risque de réellement affecter notre relation, c'est les quelques mots qu'elle me confie.

Je suis enceinte. Je m'arrête et je fais face à Jean, bouche bée, le temps de digérer l'information et je regagne sagement ma place sans un mot. La gorge sèche, j'oublie même la raison pour laquelle je suis venu jusqu'ici. « D'accord… Et ça fait combien de temps que tu es au courant ? Si je n'étais pas venu aujourd'hui, tu aurais gardé le silence encore longtemps ? » Je ne peux m'empêcher d'être mauvais parce que cette conversation me rappelle un peu trop celle que nous avions eu lors de son grand retour. « Je croyais qu'on devait être honnête l'un envers l'autre… » Cela dit, une fois cette grande nouvelle digérée, j'en viens à me réjouir et je me rapproche pour me mettre à côté de Jean ainsi que pour lui prendre les mains. « Je… Désolé. C'est juste que ça me rend à cran de ne pas pouvoir être avec toi, surtout avec cette menace qui plane. » Les lèvres pincées, je prends conscience de tous les changements que cette nouvelle vient apporter. Jean est enceinte… D'ici quelques mois, elle accouchera et nous deviendront parents… Ça semble si rapide quand on pense que certains couples mettent des années avant de finalement avoir un enfant. « Je te comprends… Mais si tu ne veux pas que je revienne pour le moment, je te demande juste de ne pas rester seule.  S'il te plait. » Après tout, son père doit connaître du monde susceptible de pouvoir la protéger. « Quant à l'argent… Ne t'en inquiètes pas… Juste après l'agression de Gwen, on est allé voir ces types et ils nous ont accordé un délai. » Seulement, ce que nous ne savions pas sur le moment et que nous ne savons toujours pas, c'est que si ces malfrats avaient été si conciliants avec nous, c'est parce qu'ils avaient déjà reçu leur payement.

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey Baxter + Eirian Kleefin + Brianna Harris
TON AVATAR : Tatiana Maslany
TES CRÉDITS : ava par moi ; gif par Penny
TA DISPONIBILITE RP : Dispo pour 1 RP
Andrew - Cody - Seanan - Appel à Magnùs
RAGOTS PARTAGÉS : 6726
POINTS : 2386
ARRIVÉE À TENBY : 22/10/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 ans
CÔTÉ COEUR : McGreen for the win
PROFESSION : nouvellement réceptionniste à Tenbreak FM
REPUTATION : Vous avez vu ? Elle sort apparemment avec Andrew Green... Son fameux ancien complice. Et puis, elle fabrique quoi, au final, depuis qu'elle a vendu son magasin ? Je vous dis, c'est louche, à coup sûr, ils nous préparent un sale coup, ces deux-là !



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I can't stay mad at you - Jean & Andrew Jeu 9 Aoû - 1:59

Jean sait bien ce qu'Andrew espère en débarquant par surprise et elle est résolue à ne pas céder si facilement. Sauf qu'elle se sait bien trop faible face à lui ; c'est bien pour cela qu'elle n'a jamais réussi à envoyer les messages qu'elle a rédigés, à l'appeler ou même, à l'attendre devant le garage pour lui parler. Pourtant, ils en ont des choses à se dire... Mais accepter qu'il revienne chez eux, c'est accueillir les problèmes qui le poursuivent avec. Ces problèmes qu'il lui avait promis de mettre derrière lui. Ces problèmes qui, elle le craint, débutent seulement. Elle réalise qu'elle a été naïve de croire qu'ils pourraient vivre tranquilles, tout ça parce qu'ils se sont tenus à carreau quelques mois. Elle comprend que son petit-ami se montre aussi amer et énervé et doit s'efforcer de ne pas en faire autant. Faute de pouvoir s'emporter pour se défendre, Jean étouffe sous le poids de la culpabilité. Elle est incapable d'affronter son regard et, pire encore, elle sent même les larmes s'accumuler dans ses yeux. C'est une bonne chose que le mécanicien fasse les cent pas dans la pièce : il lui permet au moins de cacher son malaise quelques secondes supplémentaires.

Mais l'Ecossaise ne tient pas bien longtemps. Du bout des lèvres, elle finit par lâcher ce secret qui la ronge. L'annonce de sa grossesse rend Andrew muet un instant. Il va même jusqu'à se rasseoir face à elle, lui laissant l'opportunité de poursuivre un peu plus. Derrière la fermeté dont elle fait preuve, toutefois, Jean est terrifiée. Elle a peur de perdre l'homme qu'elle aime, de ne pas le voir rentrer un soir parce qu'il aura rencontré la mauvaise personne au détour d'une rue. Elle a plus peur pour lui que pour elle-même. Sauf que son petit-ami ne semble voir rien de tout cela, puisqu'il finit par lui adresser de nouveaux reproches. Eux aussi mérités, vu la façon dont ils touchent Jean en plein cœur. « Je... ça fait quelques jours. » bredouille-t-elle, penaude. Elle ne se risque pas à lui mentionner la façon dont elle l'a appris, après avoir fait un léger malaise au travail. Il la tuerait certainement de ne pas l'avoir prévenu pour cet incident aussi. « J'ai essayé de t'écrire mais... » Elle se justifie encore, mais elle s'arrête rapidement. Bien sûr que ses excuses ne sont pas valables. Bien sûr qu'elle lui doit cette honnêteté qu'ils se sont promis lors de leur réconciliation. Qu'elle aurait dû faire plus qu'essayer. Mais si elle devait être complètement honnête, la brune serait forcée de reconnaitre qu'il n'y avait pas que la crainte ou la gêne qui l'ont poussée à tenir Andrew à l’écart. Ne pas lui dire, c'était aussi un moyen de prétendre qu'elle ne savait pas et surtout un moyen puéril de faire passer sa colère. Elle ne comptait pas tout oublier sous prétexte qu'elle portait leur enfant, et elle avait encore besoin de temps loin de lui.

Toutefois, quand il s'assoit à côté d'elle et entoure ses mains des siennes, la brune sent sa rancœur disparaitre aussitôt. Le contact l'électrise et lui réchauffe le cœur. Plus encore qu'en le voyant devant la porte, elle réalise à quel point il lui a manqué. Elle entend à peine ce qu'il lui dit, alors qu'elle se sent dangereusement flancher. Elle est sur le point de lui demander de tout oublier pour rester, ce soir, mais sa dernière phrase la met sur ses gardes à nouveau. Un délai ? Elle a du mal à comprendre et elle se dérobe rapidement au contact du Londonien pour se tourner enfin vers lui : « Comment ça un délai ? » Elle fronce les sourcils, se demandant s'il lui ment pour la rassurer ou s'il peut vraiment être aussi naïf. « Donc ils tabassent une fille en pleine rue pour vous donner un avertissement et puis quoi ? Vous avez pu négocier un paiement en trois fois ? » Elle secoue la tête et pèse les options qui s'offrent à eux : « Je pourrais... Emprunter de l'argent à Magnùs. J'y ai réfléchi, je ne pense pas qu'il refuserait. Et au moins, ça serait réglé une bonne fois pour toutes. » lâche-t-elle, avec fermeté. « Tu sais bien que ça commence comme ça... Quand on doit du fric à quelqu'un, et puis que cette dette sera effacée contre un "service". » C'est tristement familier, comme histoire, au point que cela lui donne le tournis. « T'as vraiment envie de retomber là-dedans ?! » qu'elle finit par lui asséner, dans un mélange confus de crainte et de reproches.

_________________

You are the one ♒︎ i want to reconcile the violence in your heart, I want to exorcise the demons from your past, I want to satisfy the undisclosed desires in your heart © endlesslove.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, brendan, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : schizophrenic (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8468
POINTS : 3506
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I can't stay mad at you - Jean & Andrew Jeu 9 Aoû - 22:47

All we have is each other now
I'm coming home now
I need your comfort


Enceinte. Le mot résonne dans ma tête comme lorsqu'il s'agissait d'une fausse alerte, mais aujourd'hui les choses sont différentes parce que la grossesse est réelle. Jean est enceinte. Jean aura le ventre rond d'ici quelques mois et elle finira par accoucher en faisant de nous des parents. Parents. Un concept jusqu'ici inconnu, mais que j'ai pourtant dit être prêt à assumer. Le suis-je réellement ? Puis-je être père alors qu'encore une fois, mes problèmes nous mettent dans des emmerdes pas possible. Puis-je être père alors que je n'ai jamais eu d'exemple à suivre, de modèle à admirer ? Puis-je faire quelque chose de bon avec cet enfant à naître alors que je ne sais même pas m'occuper de me propre personne ou de cette femme que j'aime éperdument, mais à laquelle je continue de causer du tort. Il me faut un moment pour digérer l'information, mais également pour digérer le fait qu'elle ait décidé de garder le silence. Depuis combien de temps est-elle au courant ? Quelques jours… Qu'elle dit. La réponse est vague et je soupire, la part de déception prenant le pas sur la part de compréhension. « T'aurais dû me le dire… » Dis-je dans ce qui ressemble le plus à un chuchotement. « J'aurais voulu vivre ça avec toi. » Continue-je, toujours aussi bas. Vivre la découverte ensemble, comme le font la plupart des couples qui ont décidé qu'ils étaient prêts à passer le cap, vivre cette émotion qui nous submerge et qui nous donne l'impression de planer. « Tu sais à quel point je regrette… Tu peux vouloir me punir, mais s'il te plait, pas avec ça. » Pas alors qu'elle m'a donné envie de vivre cette expérience unique et intense à ces côtés, avec elle et seulement elle. La supplique est réelle et j'espère qu'elle m'entendra, qu'elle ne m'écartera pas davantage malgré tous les ennuis que je viens de nous causer.

Je prends ses mains, tente d'expliquer qu'elle n'a pas à s'inquiéter par rapport à l'argent que je dois à ces hommes violents, mais sa réaction est inattendue. Elle s'éloigne, ce qui me pousse à me redresser à mon tour et je réprime un soupire las. « Ne sois pas comme ça… » Ce ton presque ironique m'est insupportable et je ne sais plus quoi répondre pour la rassurer, pour qu'elle accepte de me reprendre.  Malheureusement, le ciel bleu ne semble pas se profiler à l'horizon. Pas pour l'instant, du moins. Je me relève, la tête douloureuse à force de réfléchir à toutes les possibles solutions. « J'y ai pensé, moi aussi. De demander à ton père. Mais je ne sais pas, j'hésitais. Si on lui demande… Il me verra toujours comme le mec qui cause sans cesse des ennuis à sa fille, sans compter que ça me gêne de mêler ta famille à mes emmerdes. » Je secoue la tête, tire mes cheveux en arrière dans un effort maladroit de calmer cette migraine qui me martèle la tête. « Je ne veux pas retomber là-dedans, je t'assure. » Non, j'étais sincère quand je lui disais vouloir me poser, rester loin de cet argent facile et de ces galères qui peuvent en découler. J'inspire et j'expire, répète l'opération deux ou trois fois bruyamment, à la recherche des mots à dire. « Je ne veux plus te causer du tort, plus jamais. Alors si tu penses que demander de l'aide à Magnùs est la meilleure solution, je le ferai. » Tel un chien avec la queue entre les jambes, cela va de soi. Mais avant que je prenne la moindre décision, il faut que j'en parle à Rhys, que je lui propose cette solution qui semble tomber du ciel, qui semble trop belle pour être réelle. « Laisse-moi, jusqu'à demain pour y réfléchir encore. C'est tout ce que je demande. » Le temps que Rhys me dise ce qu'il en pense, s'il pense lui aussi qu'il s'agit de la meilleure solution.

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : JANE.SMITH
TES DOUBLES : Abbey Baxter + Eirian Kleefin + Brianna Harris
TON AVATAR : Tatiana Maslany
TES CRÉDITS : ava par moi ; gif par Penny
TA DISPONIBILITE RP : Dispo pour 1 RP
Andrew - Cody - Seanan - Appel à Magnùs
RAGOTS PARTAGÉS : 6726
POINTS : 2386
ARRIVÉE À TENBY : 22/10/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 30 ans
CÔTÉ COEUR : McGreen for the win
PROFESSION : nouvellement réceptionniste à Tenbreak FM
REPUTATION : Vous avez vu ? Elle sort apparemment avec Andrew Green... Son fameux ancien complice. Et puis, elle fabrique quoi, au final, depuis qu'elle a vendu son magasin ? Je vous dis, c'est louche, à coup sûr, ils nous préparent un sale coup, ces deux-là !



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I can't stay mad at you - Jean & Andrew Dim 12 Aoû - 13:38

« Parce que tu penses que je ne voulais pas vivre ça avec toi ? » Le ton est sec, Jean est inflexible. Elle ne peut être que froide et distante, quand bien même sa propre attitude lui broie le coeur. La peine qu'elle lit sur le visage du brun la fait souffrir atrocement, mais elle n'oublie pas non plus les nuits trop courtes, la solitude ou les crises de larmes qu'elle a traversées seule depuis leur dispute. La découverte de sa grossesse a au moins eu le mérite d'expliquer en partie le mal-être qui l'accablait dès le saut du lit et sa fatigue générale. « J'essaye pas de te punir, merde ! » s'emporte-t-elle face à l'attitude de son petit-ami. Pourtant, il marque un point, et c'est bien parce qu'il a raison que sa remarque l'affecte autant. « C'est juste que... On pouvait pas faire pire, niveau timing. » cherche-t-elle à se défendre. A croire que rien ne pourra jamais se dérouler simplement, entre eux. Et c'est bien une des raisons qui a tant inquiété Jean : tous ces coups du sort, toutes ces épreuves qu'ils devront vraisemblablement encore traverser. Est-ce qu'il sera bien à ses côtés les huit prochains mois ? A l'accouchement ? Encore après ? Ou bien est-ce qu'un nouvel événement inattendu va les séparer ? Était-ce une erreur, au fond, de croire qu'ils pourraient prétendre à une vie rangée ? Jean a l'impression de les mener droit dans le mur et cette peur lui colle au ventre autant que ses nausées matinales. « En plus, je n'imaginais même pas que je puisse l'être, avant qu'on me l'annonce. » finit-elle par avouer, un peu à contre-coeur, mais dans le but de se montrer honnête avec le mécanicien. Elle se doute bien qu'il voudra en savoir plus et il est en droit de lui poser toutes les questions qu'il souhaite, puisqu'il a raison : ils auraient dû avoir cette conversation dès qu'elle a appris la nouvelle. Cela lui aurait peut-être évité d'imaginer le pire des futurs possibles pour eux, mais surtout pour leur enfant à naitre. Leur enfant. Jean réalise que c'est la première fois qu'elle pense réellement en ces termes. Mais elle refuse de laisser ses émotions la contrôler, si bien qu'elle se décide à se montrer pragmatique : il faut résoudre le problème de celui qui partage sa vie avant de songer à se réjouir et à se projeter.

Elle propose donc une solution. Faire appel à la générosité de Magnùs ne l'enchante pas vraiment : non seulement, Jean a toujours rechigné à demander de l'aide, mais en plus, elle ne veut pas risquer que son petit-ami s'attire les foudres de son tout nouveau beau-père. Quand bien même elle doit la vie au Suédois, elle n'a aucune envie de lui être redevable, encore moins de recevoir des leçons de morale de sa part. « Tu crois que j'ai envie de mêler qui que ce soit à ce merdier ? Non, je trouverai une excuse. Après tout, on vient d'emménager et... » Elle s'interrompt. Utiliser sa grossesse comme une excuse pour emprunter de l'argent à son père, c'est bas, même pour elle. En plus, elle aimerait faire les choses bien, autant que possible. « Je pourrais lui dire que j'ai encore des dettes de la boutique. J'en sais rien, je trouverais. » s'agace-t-elle un peu, alors qu'elle réalise qu'elle marche en terrain miné. C'est pourtant bien la solution la plus raisonnable qui s'offre à eux. Magnùs a de l'argent, et elle mettrait un point d'honneur à le rembourser. Où est le mal s'il faut lui mentir un peu pour obtenir la somme demandée ? Jean l'a fait des dizaines de fois, quand elle était plus jeune, pourquoi faut-il que sa conscience la démange aujourd'hui ? « Tu m'as toujours pas dit combien tu dois exactement, d'ailleurs. » souffle-t-elle, réalisant bien qu'il s'agit du noeud du problème, surtout s'ils doivent inventer une histoire crédible pour justifier leur demande auprès de Magnùs. Et vu la façon dont son petit-ami détourne le sujet, elle commence à craindre le pire. Il n'a pourtant jamais semblé vivre au-dessus de ses moyens, il ne peut donc pas devoir tant d'argent que cela... Enfin, elle l'espère. « D'accord, réfléchis-y. » concède-t-elle enfin. Elle reste silencieuse un temps, s'autorisant enfin à fixer plus longuement le Londonien. Jean réalise qu'elle redoute le moment où il va se lever et partir, la laissant à nouveau seule dans leur maison. Elle n'en peut plus d'être seule alors qu'ils s'étaient promis d'être là l'un pour l'autre. Il lui manque terriblement. Alors, quand elle croit le voir se redresser, elle s'entend aussitôt le supplier : « Reste. S'il-te-plait. » Cette fois-ci, elle ne cherche même plus à se trouver une excuse, parce que ce n'est pas seulement sa solitude qu'elle veut tromper. C'est lui qui lui manque, et tant pis s'il vient avec un paquet d'emmerdes qu'ils n'ont pas fini de démêler. Elle lui avait promis son soutien, pas de le jeter à la porte à la première difficulté.

_________________

You are the one ♒︎ i want to reconcile the violence in your heart, I want to exorcise the demons from your past, I want to satisfy the undisclosed desires in your heart © endlesslove.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, brendan, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : schizophrenic (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8468
POINTS : 3506
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 32 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I can't stay mad at you - Jean & Andrew Aujourd'hui à 14:23

All we have is each other now
I'm coming home now
I need your comfort


Le ton monte à cause de la frustration et de la colère, mais au fond de moi, je sais que mon comportement ne va rien arranger. Pire, je risque d'envenimer la situation alors que si nous faisons présentement logements séparés, c'est à cause de moi. Je ne veux pas causer davantage de disputes. Je veux juste revenir à la maison, pouvoir serrer Jean dans mes bras et me réveiller à ses côtés. Je veux vivre cette grossesse avec la brune et ne plus perdre de temps. Quand bien même elle dit qu'elle ne veut pas me punir pour mes fautes, c'est l'impression qu'elle me donne et c'est blessant. Malheureusement, elle a raison sur un point : le timing n'aurait pas pu être plus mauvais. « J'ai envie de te dire que le timing est toujours pourri quand il s'agit d'une dispute. » Lance-je, un sourire triste sur le bout des lèvres. Avec un peu de chance, c'est terminé. Nous pourrons bientôt mettre toute cette histoire derrière nous et vivre cette grossesse comme nous l'avions décidé il y a quelques mois. « D'accord. » J'ai envie de la croire. Je la crois. Nous avons promis d'être honnête l'un envers l'autre et elle n'a aucune raison de me mentir. Les lèvres pincées, je réfléchis à tout ce qui s'apprête à changer ces prochains jours, ces prochains mois et ces prochaines années.

Pour l'heure, le problème le plus urgent reste celui de ma dette à rembourser et si nous décidons d'impliquer le père de Jean, je dois avant tout en parler à Rhys. Nous nous sommes mis dans cette galère ensemble alors maintenant, nous devons en sortir ensemble et je ne peux pas prendre une décision aussi importante sans en parler à mon partenaire de poker au préalable. Je comprends que l'idée n'emballe pas la jeune femme, mais elle prend sur elle et elle est même prête à mentir à sa famille pour me protéger et pour nous sortir de cette panade. Je hoche la tête, reconnaissant pour tout ce qu'elle est prête à faire pour moi. « Merci. » Pourtant, même si nous trouvons une solution, je ne suis pas sûr de parvenir à me débarrasser de cette culpabilité qui pèse sur mes épaules. « Pour la somme… Ne t'en soucis pas, s'il te plait. Ça va aller. » Je ne veux pas l'inquiéter en lui sortant ce chiffre exorbitant.
Une fois le délai de réflexion dont j'ai besoin accordé, j'ai bien peur de devoir déjà tirer ma révérence. À contrecoeur, je dois la laisser pour lui laisser le temps dont elle a besoin pour digérer mes erreurs et les dangers que je fais planer aux dessus de nos têtes. Je termine le verre d'eau qu'elle m'avait servi afin de gagner quelques secondes supplémentaires à ses côtés et je m'apprête à m'en aller pour rejoindre l'atelier où je squatte comme un malheureux quand la voix de la McKinnon dit les mots que je rêvais d'entendre depuis mon arrivée. « Tu ne vas pas avoir besoin de me le demander deux fois. » Ainsi, pour sceller ce retour, je m'approche de Jean et je glisse mes bras autour de sa taille pour la serrer contre moi. Je n'ai plus envie d'être loin d'elle - forcé de devoir accepter une distance que je ne veux pas. J'embrasse tendrement sa joue et je compte bien me rattraper pour toutes les peurs et toutes les inquiétudes que je lui ai causées. « Je t'aime. Je vais faire tout ce qu'il faut pour arranger la situation et qu'on ai plus rien à craindre. Je te le promets. » Et dans l'idéal, je ne serai plus associé à ces conneries et à ces jeux illégaux.  

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I can't stay mad at you - Jean & Andrew

Revenir en haut Aller en bas

I can't stay mad at you - Jean & Andrew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: The Outskirts :: Residences :: Greenhill Avenue-